Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Deuxième partie. Des établissements hospitaliers à l’épreuve des crises : de 1360 à la fin du xve siècle

Chapitre 2. Réactions, fondations nouvelles et réformes des hôpitaux existants

Texte intégral

I. Fondations nouvelles

1Si la pauvreté et la mendicité sont un mal, elles constituent une réalité incontournable et n’altèrent en rien dans l'esprit de certains, le devoir d’aumône conçu aussi dans un dessein de maintien de l'ordre ou de retour à la paix sociale. Les laïcs prennent une grande part dans les nouvelles constructions hospitalières, surtout Jean de Montaigu et Jean Sardon ; tous deux appartiennent à l'entourage de Philippe le Bon.

Coïncidence des fondations et des crises

  • 1 Humbert de Granson, chanoine de Besançon et de Lausanne.
  • 2 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon, p. 231.
  • 3 Trevillers (J.), Sequania Monastica...
  • 4 Pidoux (A.), “Notice... sur l’hôpital royal de Sainte-Barbe de Nozeroy”, Société d'émul. du Jura, 1 (...)
  • 5 Theurot (J.), “La maison-Dieu de Rochefort (1382-1492)”, Cahiers Dolois, no 9., p. 131-138. Le gest (...)
  • 6 L'hôpital est incendié en 1418, puis reconstruit en 1420, grâce aux libéralités d’un bourgeois. Il (...)
  • 7 Il s'agit de l'hôpital de Gigny-sur-Suran (39), arrondissement de Lons-le-Saunier, diocèse de Lyon (...)
  • 8 L'hôpital de Gy fut fondé vers 1460 ou peu auparavant. ADHS, 4 H dép. 1. Un hôpital, dédié à Saint (...)

Période

Lieu

Fondateur

Sources

1360-1370

Granson (Suisse), 1365

Humbert de Granson1

Test. Off. de Bes.2

Montfleur, 1360

Hugard de Ville

Trevillers (J.)3

Nozeroy, 1362

Hugue de Chalón

Pidoux (A.)4

1382

Rochefort 1382

Guy Henriat dit Raiselin de Rochefort

Theurot (J.)5

1400-1460

Auxonne, 1420

Amyot Viard

Bizouard (J.-Th.)6

Gigny. 14357

Prieuré de Gigny

ADD, 23 H 7

Gy, vers 14608

ADHS, 4 H dép. 1

Ivrey, 1411

Etienne de Poupet

Rousset (A.) ; AHS. J I

Quingey, vers 1450

Jean de Montaigu

AHS, H I

Montaigu, 1453

Jean de Montaigu

AHS, H 7

Montbozon, 1452

Salins, St-Sépulcre, 1431

Jean de Montaigu

AHS, A 31

Semur-en-Brionnais, 1420

ADCO, B II 684

Vesoul, 1443

Jean Sardon

ADHS, G 81

Villersexel, 1445

Test. Off. de Bes.

après 1479

Nozeroy, 1481

P. Courdier

Pidoux (A.)

2Le tableau ci-dessus révèle à l'évidence une correspondance entre les crises et les fondations hospitalières. La dureté des temps, même si elle fait envisager certains pauvres comme des gueux, semble encore stimuler la bienfaisance à leur égard. La charité répond, certes, à des nécessités sociales liées à l'accroissement de la misère, mais en même temps, elle apaise la peur de la damnation et du Jugement Dernier dans l'esprit des fondateurs ; un climat d’angoisse eschatologique se diffuse avec insistance depuis le xive siècle.

Motivations traditionnelles des fondateurs

  • 9 « Ce qu'il y a de mieux à faire, c'est de se tenir en son coin et se fourrer la tête dans un trou (...)

3L'incessante succession des calamités, les considérations pessimistes sur l'humanité amènent la recherche du Salut à travers des actions positives. Ainsi, Jean Geiler de Kaisersberg voit la fin du monde s'inscrire dans une perspective proche, conseille la pratique du bien dans « l'Attente de Dieu »9 et souligne la honte que chaque Chrétien ressent de ne pas avoir été toujours fidèle aux préceptes miséricordieux du Christ. Ce sentiment est clairement exprimé dans le préambule de l’acte de fondation de ¡'hôpital de Gigny.

  • 10 ADD, 23 H 7, fondation de l'hôpital de Gigny (1435, copie XVIIe)

« Nous, frere Humbert Chatard, humble prieur conventuel du prioré de Gigny de l'ordre de Cluny du diocese de Lyon, considerans les fautes qui se commettent a la distribution des aumones aux pauvres de Jesus Christ, par la négligence ou inadvertence de rausmonier de nostredit prieuré, ce qui est un mépris de Dieu et de son commandement selon la Sainte Ecriture qui dit J'ay eu faim et vous ne m'avés pas donné a boire, j'estois estranger et vous ne m'avés pas logé, j'estois nu et vous ne m'avez pas revestu, j'estois malade et vous ne m'avez point visité... »10

  • 11 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul (1443).
  • 12 Vincent Ferrier (saint) : prédicateur dominicain (Espagne vers 1355-Vannes 1419). Il parcourut l'E (...)
  • 13 Magistrat dévoué au duc de Bourgogne, Jean Sardon fut lieutenant général au bailliage d'Amont et c (...)
  • 14 Jean Sardon utilise le verbe raccorder.
  • 15 ADHS, G 81, 1443.
  • 16 Rapp (F.), cité dans Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 329.

4Mêmes sentiments de honte, de piété et de regrets affichés par Jean Sardon dans l'acte de fondation de son hôpital de Vesoul en 144311. Ses motivations répondent comme dans un écho, aux exhortations d'un Vincent Ferrier ou d'un Bernardin de Sienne qui prônent la conversion par le renoncement aux vanités de ce monde12. Au soir de sa vie, « se considérant... viez et ancien », Jean Sardon se reconnaît coupable d'avoir péché par orgueil en ayant accordé trop de prix aux biens terrestres. Il estime en outre avoir négligé son prochain « dans celle occupation mondaine » qu'il tint auprès de Philippe le Bon13. Souhaitant se réconcilier14 avec Dieu, il n'envisage pas de mourir, sans avoir accompli une œuvre de charité dont il lui sera tenu compte au Jugement15. Il se considère d'ailleurs d’autant plus coupable, qu'il occupait une charge de responsabilité auprès du duc de Bourgogne. Il craint sans doute comme ses contemporains, « que le Seigneur ne lâche la bride aux pauvres qui seront les instruments de sa colère »16.

  • 17 Jean de Montaigu a fondé le Saint-Sépulcre de Salins, l'hôpital de Montaigu et celui de Quingey. L (...)
  • 18 La motivation affirmée par Jean de Montaigu en 1431 reste la même que celle affichée par Mahaut d' (...)
  • 19 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, fo 1.

5En fondant ses hôpitaux de Quingey, de Montaigu (1453) et du Saint-Sépulcre de Salins (1431)17, Jean de Montaigu insiste aussi sur la piété qui l'anime18, lui, ainsi d’ailleurs que les membres de sa famille. Il précise d'emblée dans le préambule de son acte, que son père Guion de Montaigu et sa mère Girarde Vauchart ont toujours eu l'intention de créer un établissement charitable. En fils fidèle, il exécute leur volonté pour le repos de leurs âmes. Mais, soucieux personnellement de secourir les pauvres et les misérables, il veut exercer et faire exercer les œuvres de charité pour contribuer à l'édification du prochain. Respectueux encore des Ecritures, il s'inspire d'un conseil de saint Paul concernant l'aumône19 :

  • 20 Cette parole de saint Paul (2 Cor. 9, 6-9) est inscrite dans l'acte de fondation du Saint-Sépulcre (...)

« Qui sème chichement moissonnera aussi chichement, qui sème largement moissonnera aussi largement... Dieu aime celui qui donne avec gaieté. »20

  • 21 Cette période voit le développement des Mystères de la Passion et des thèmes iconographiques sur l (...)
  • 22 Cette expression est reprise dans le 1er acte de fondation du Saint-Sépulcre (1431).

6Enfin à une époque qui privilégie dans la religion, le sens du pathétique et la réflexion sur la mort et la Passion21, Jean de Montaigu veut, par l'intermédiaire de son hôpital, favoriser l'augmentation du service divin et la dévotion « envers Dieu et son Saint-Sépulcre »22.

  • 23 Cette expression est employée par Nicolas Rolin lors de la fondation des hospices de Beaune en 144 (...)
  • 24 Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 313.

7L'esprit des Béatitudes qui transparaît à travers la rédaction des trois actes précités ne peut cependant cacher une générosité intéressée : l’inquiétude du péché, la crainte de la mort et de la damnation éternelle se reflètent dans la manière dont les fondateurs sollicitent la prière des pauvres qui deviennent leurs intercesseurs. Désirant aussi, comme Nicolas Rolin, « par une heureuse transaction, échanger contre les biens célestes, les biens temporels... et de transitoires qu'ils sont, les rendre éternels »23, ils décrivent chaque aumône avec une précision de comptable, espérant s'assurer par une permutation judicieuse, une réduction de leur temps de purgatoire. Les actes de fondation sont, pour reprendre l'expression de M. Mollat, « une lettre de change tirée sur le ciel »24.

8Pourtant, les motivations religieuses, le dépouillement et le renoncement affirmés au fil des actes cachent d'autres mobiles inavoués, contradictoires même avec le sens des fondations. Les donateurs affichent le souci d'étaler aux yeux du monde leur magnificence par des largesses dignes de leur nom et par des dons accordés avec ostentation. Les trois actes de fondation du xve siècle que nous possédons présentent tous un luxe de détails pour décrire les bienfaits et la générosité affichée des fondateurs.

  • 25 AHSal., K 1, inventaire de 1572. Brocard, “L'hôpital...”, p. 217.

9Avec une minutie extraordinaire, sur plus de vingt-cinq feuillets, Jean de Montaigu décrit l'intégralité de sa fondation, les bâtiments, les terres, le mobilier. Pour la chapelle, il énumère les reliquaires en métal précieux sertis de joyaux, les ornements d'autel et les vêtements liturgiques, dont en particulier dix-huit chapes de drap d'or, d'argent et de soie de différentes couleurs. Les calices sont frappés de ses armes tout comme la vaisselle d'étain25. Il note avec précision les seize livres qu'il offre à son hôpital ; Jean Sardon adopte la même démarche en énumérant et décrivant les quatorze volumes qu'il donne à sa fondation de Vesoul.

10Ainsi, charité peut rimer sans problème avec vanité. Le sentiment de pitié envers les pauvres s'assimile à une condescendance des puissants envers les plus démunis, d'autant que les deux donateurs, Jean de Montaigu et Jean Sardon, affirment volontiers leur désir de voir leur nom, auréolé des bienfaits accomplis, se perpétuer pendant quelques générations. Les hôpitaux de Salins et de Vesoul sont d'ailleurs appelés dans des textes postérieurs de deux siècles parfois, « hôpital Montaigu » et « hôpital Sardon ».

11Pourtant, dans un contexte économique et social des plus troublés, la vanité affichée peut se conjuguer avec le désir de porter secours aux indigents tout en assurant la mise en place d'un véritable service public. Les initiatives de Jean Sardon et surtout de Jean de Montaigu vont dans ce sens ; elles sont à la recherche d'une efficacité plus grande, doublée d'une adaptation aux nouveaux problèmes sociaux.

Recherche nouvelle d'efficacité

  • 26 AHSal., B. 2, 1438, 2e fondation, fos 8 et 8 vo. « Considérant la situation de ladite maison en li (...)

12C'est dans cette perspective que Jean de Montaigu pense à doter le Saint-Sépulcre de Salins en 1438 d'une infirmerie située hors-les-murs, annexe pour les contagieux, afin de préserver les habitants de Salins26.

  • 27 AHSal., A 1, 1er acte de fondation, art. 14 : « Les malades excommuniés qui se confessent et cèden (...)
  • 28 AHSal., H 7. Brocard, “L'hôpital...”, p. 28.
    AHSal., H 1, 1521. Les échevins de Quingey accordent l (...)
  • 29 AHSal., B 2, fos 9 et 9 vo. « Ainsi, comme ledit fondateur dit estre experimenté et comme il a veh (...)

13Soucieux encore de répondre à la montée du paupérisme, le fondateur du Saint-Sépulcre cherche vraisemblablement à créer au-delà d'un simple établissement, un nouvel ordre hospitalier, calqué en partie sur le fonctionnement du Saint-Esprit27. Plusieurs indices vont dans ce sens : il établit deux hôtels-Dieu à Montaigu et à Quingey qu'il soumet à sa maison de Salins ; il leur donne la même dédicace du Saint-Sépulcre et enfin, il octroie un droit de regard au recteur de Salins sur la nomination des gouverneurs de Quingey et de Montaigu28. Toujours par souci d'efficacité, Jean de Montaigu cherche à étendre son emprise sur ses maisons ; il en contrôle la bonne marche et intervient dans le choix du personnel de service. Il affirme s'appuyer sur son expérience pour remédier aux carences de l'administration et au manque de soins offerts aux pauvres29.

  • 30 AHSal.. B 2, fo 1 vo. « Et si le cas estoit que si grande affluence de pouvres survint en ladite m (...)

14Cependant, son action, pour ambitieuse qu'elle soit, se contente de soulager l'indigence et la misère. Jean de Montaigu le reconnaît lui-même et ne peut, sans compromettre l'institution, envisager l'accueil de tous. En 1438, il limite à trente exclusivement, la réception des pauvres qui se présenteraient dans son hôpital de Salins30.

  • 31 Jean Sardon : fondateur de l'hôpital de Vesoul.

15Néanmoins, cette nouvelle façon d'envisager l'hospitalité de manière pragmatique se conjugue encore avec le respect de la tradition. Les nouveaux établissements sont fondés, comme aux xiie et xiiie siècles, « en forme et mode de maison Dieu », donc conformément à l'usage. Ils en conservent certains caractères, comme la fréquente petite taille ou l'usage de construire une chapelle dans le prolongement de la salle des pauvres. Cependant, l'installation intra-muros est désormais privilégiée, favorisant ainsi l'accueil de « mendiants connus », pour reprendre l'expression de Jean Sardon31.

16Incontestablement, ces fondations hospitalières des xive et xve siècles — et leur localisation le révèle — s'inscrivent dans une évolution de la pensée concernant l'aumône et la charité. La plus prestigieuse d'entre elles, le Saint-Sépulcre de Salins, s'insère dans ce mouvement.

Importance de la fondation du Saint-Sépulcre de Salins : 1431, 1438 et 145532

  • 32 Ces trois dates correspondent aux trois actes de fondation de Jean de Montaigu. Dans le premier, i (...)

17Aux yeux des contemporains, le Saint-Sépulcre représente un établissement de première importance. Sa capacité d'accueil le place au niveau des hospices de Beaune, l'ampleur de sa dotation le range parmi les deux plus grands hôpitaux du diocèse. Enfin l'opiniâtreté avec laquelle Jean de Montaigu intervient pendant vingt-quatre ans dans l'administration, la gestion et le choix du personnel en font une maison tout à fait particulière, destinée à priori à rester viable au milieu des ruines hospitalières.

18Son fonds d’archives particulièrement bien conservé autorise une approche assez sûre de son histoire et de son fonctionnement, tout en permettant de mieux cerner la personnalité de son fondateur.

Jean de Montaigu

  • 33 Rousset (A.) Dictionnaire des communes... du Jura, art. Salins, t. 6, p. 530 et suiv., rédige un lo (...)
  • 34 AHSal., C 25. Reconnaissance de cens au profit d'Amédée de Montaigu, professeur en droit. Les cote (...)

19Selon A. Rousset33, un de ses ancêtres, Amée ou Amédée de Montaigu34, professeur en droit, fait partie du conseil de Mahaut d'Artois et s'établit à Salins au début du xive siècle, favorisant ainsi l'ascension d'une famille qui s'élève dans les emplois de la magistrature et s'enrichit dans l'administration des salines.

  • 35 Biographies salinoises, Abrégé de l'histoire de la Franche-Comté, avec dans le même recueil, Tripa (...)
  • 36 AHSal., C 44 à C 49.

20Son père Guion de Montaigu, anobli en 1398 par Philippe le Hardi en tant qu'officier des salines35, s'allie avec une autre famille en vue à Salins, celle des Vauchart, en épousant la fille de Guillaume Vauchart, Girarde. Les papiers Montaigu des archives hospitalières de Salins laissent à penser qu'entre 1395 et 1417, cet homme acquiert de grandes richesses sur les salines du Bourg-Dessous36.

  • 37 AHSal., FF 4.
  • 38 AHSal., C 51 à C 54, achats de parts sur les salines du Bourg-Dessous, 1423, 1426, 1429 et 1433.

21Jean de Montaigu lui-même, présenté dans une bulle de Nicolas V comme conseiller du duc Philippe le Bon37, continue la politique d'achats, d'échanges et d'investissements de son père, du moins entre 1423 et 143438. Il devient ainsi propriétaire de quartiers de muire au puits du Bourg-Dessous et à la Chauderette de Rosières. Parallèlement, il vient à posséder dans les fonctions de moutier au Puits-à-muire une fortune considérable : selon A. Rousset, sa réputation souffre bientôt de l'acquisition trop rapide de biens si importants. Il est accusé en 1425 d'avoir acheté le silence de commissaires chargés de vérifier sa comptabilité en leur donnant de l’or, et de l'argent et de la riche vaisselle. Peut-être faut-il voir ici une des motivations de la création du Saint-Sépulcre ?

  • 39 AHSal., EE3.

22Néanmoins, si on tient compte des nombreux privilèges que Jean de Montaigu obtient, dès 1431, de Philippe le Bon pour son hôpital, il est possible d'avancer que le duc lui conserve une relative amitié : il accorde en effet volontiers des bienfaits à son « bien amé Jehan de Montagu »39.

  • 40 Philippe le Bon, en guise de reconnaissance des services rendus à la saline par Guión et Jean de M (...)
  • 41 AHSal., A 1.
  • 42 La généalogie des Montaigu-Vauchart a pu être dressée grâce aux trois fondations. (AHSal., A 1, B (...)
  • 43 Raoulin de Mathy fut recteur de l'hôpital de Bracon après avoir été trésorier de la saline.
  • 44 Jean Chousat fut pardessus de la saline de Salins ; il fut également fondateur de la collégiale de (...)
  • 45 AHSal., P 2.
  • 46 AHSal., A 10. Brocard, “L'hôpital...”, p. 105.

23Bien introduit à la cour de Bourgogne40, il est également allié à toutes les familles en vue de Salins et de Poligny. Il mentionne dans son premier acte de fondation parmi ses parents, les Loyte et les Poupet41. Son cousin Guigonnet de Montaigu est marié à Simone Carondelet, sa sœur Antoinette à Jean Merceret et sa cousine Estevenette de Montaigu à Jean Poucy. Côté Vauchart, les alliances sont tout aussi prestigieuses : Merceret, Marchand, Vorne, de Manteche42. Jean de Montaigu entretient également des relations avec Raoulin de Mathy43 et Jean Chousat44. Ses connaissances ne se limitent pas à Salins, aux comté et duché de Bourgogne. Un de ses parents, Guiot Vauchart, bourgeois de Lyon, lui donne une pièce de terre pour le Saint-Sépulcre45. Nicolas de Pérouse, prieur du couvent de Sainte-Catherine de Ferrare, lui offre pour son établissement une épine de la Sainte Couronne46.

  • 47 AHSal., C 43. Jean de Montaigu plante des raisins muscats dans sa vigne de la Rondette où il a obt (...)
  • 48 René d’Anjou : (Angers 1409, Provence 1480), roi effectif de Naples entre 1438 et 1442. Deuxième f (...)
  • 49 Fourquin (G.), Histoire économique de l'Occident Médiéval, p. 358.

24Enfin, Jean de Montaigu obtient de nombreux privilèges pontificaux pour ses établissements de Salins, Quingey et Montaigu. Riche et influent, Jean de Montaigu se présente également comme un personnage actif et entreprenant. Il investit des capitaux dans des plans de vigne « estrangés tant muscadez que aultres »47, au moment où le roi René48 favorise le développement des vignes à muscat en Provence et où les marchands italiens se font les promoteurs des vins de Ligurie, de Lombardie et de Naples. Homme d'affaires avisé, il cherche donc à produire des vins liquoreux dont l'aristocratie est amatrice. Il est vrai que depuis le début du xve siècle environ, ces produits qui, auparavant, faisaient l'objet d'un commerce de longue distance et provenaient d'Orient — plus particulièrement de Grèce — parviennent jusqu'en Europe avec beaucoup de difficultés49.

  • 50 AHSal., A 1, B 2, B 7.
  • 51 AHSal., A 1, fo 17, chapitre XLI.

25Soucieux de faire fructifier ses biens, puis ceux de l'établissement qu'il fonde, il a la volonté, une fois le Saint-Sépulcre créé, de le gérer efficacement, quasiment comme un bien propre. Il intervient en permanence et jusqu'à sa mort, de manière autoritaire dans la vie de son hôpital. Pendant vingt-quatre ans, entre 1431 et 1455, il en règle l'administration et le fonctionnement, surtout par l'intermédiaire de ses trois actes de 1431, 1438 et 145550. Il implique ses héritiers, tant dans la gestion que dans le choix du recteur51, évitant ainsi en homme prudent, toute contestation possible sur sa fondation. Il en assure par là-même la pérennité.

26Si Jean de Montaigu se présente comme un homme d'affaires prudent et avisé, il est aussi — et ses actes de fondation le prouvent — un être profondément pieux et dévot. Comme de nombreux chrétiens du xve siècle, Jean de Montaigu possède le goût des nombres et comptes lorsqu'il s'agit de sa vie spirituelle : il décrit avec minutie ses donations pour envisager les jours de purgatoire qu'il gagne ; il obtient des privilèges qui donnent des jours d'indulgences. Sa dévotion s'exprime principalement à travers des chiffres symboliques. Quelques exemples suffisent à le prouver. Il fait placer trente lits dans son hôpital et accueille en plus des malades, trente pauvres, « en commémoration des trante deniers que nostre Seigneur fut vendu ».

  • 52 AHSal.. 1438, 2e fondation, B 2, fo 1 vo, fo 5.

27En 1438, pour embellir le service divin, il ordonne que quatre enfants de chœur âgés de neuf ans restent cinq ans au Saint-Sépulcre, « en sovenance des cinq playes de Nostre Seigneur Jesuchrist »52.

  • 53 AHSal., 1431, 1ère fondation, chapitre VII fo 13.

28Dans le même état d'esprit, il avait déjà doté en 1431 son établissement de cinq chapelains et ordonné l'organisation d'une commémoration de la Cène, le jour du Jeudi-Saint. A l'issue de cette évocation, le recteur devait distribuer à treize pauvres symbolisant les douze apôtres et Jésus-Christ, un petit blanc de la valeur de cinq deniers tournois, toujours en mémoire des cinq plaies du Christ53. Chaque lundi, une aumône composée de cinq pintes de vin mêlées d'une pinte d'eau et accompagnée d’une écuelle de potage de fèves, de pois devait être donnée à treize pauvres.

29On pourrait multiplier encore les exemples : les trois messes dites à l'intention des parents du fondateur, les trois Ave Maria que doivent réciter les chapelains à l'issue des offices...

  • 54 AHSal., FF 1. Suite à une supplique de Jean de Montaigu, le pape Eugène IV accorde en 1432 aux cha (...)
  • 55 Les règles des offices sont établies dans les différents actes de fondation. La fondation de 1455, (...)

30Jean de Montaigu exprime ainsi sa foi, d'une manière concrète et non doctrinale. Conformiste sans doute, il voit dans le christianisme une religion des bonnes œuvres ; mais plus que tout, il extériorise sa piété et sa religiosité à travers l'art et le sens des belles cérémonies. Les chapelains de son hôpital doivent revêtir l'aumusse54, dans une chapelle qu'il veut somptueuse et qu'il dote richement, tant en vases, livres, ornements précieux qu’en reliques. Soucieux de rites bien accomplis, il prévoit des peines d'amende pour les religieux qui ne se conformeraient pas à l'ordonnance des prières et des offices prévus par les statuts55.

  • 56 Jean de Montaigu affirme sa dévotion envers le Saint-Sépulcre lors de la 1ère fondation.
  • 57 Delaruelle (chan. E.), La piété populaire au Moyen-Age, p. 421.

31Pourtant, le plus caractéristique de sa piété est la dévotion qu'il porte au Saint-Sépulcre56. Les actes de fondation le montrent sensible à tous les thèmes concernant la Passion, la mort, la Crucifixion et aussi par là-même, la Résurrection. Il se procure différentes reliques auxquelles il porte une véritable vénération : bois de la Vraie Croix, épine de la Couronne, sang du Christ. En cela, le fondateur du Saint-Sépulcre ne se montre pas original ; il adhère à cette dévotion, au moment où l'exercice du chemin de croix, qui s'organise à la fin du xive, se répand au xve siècle57. La création de son hôpital ne peut pas être dégagée de ce contexte spirituel et idéologique, pas plus qu'elle ne peut être séparée du contexte de crise démographique, économique et sociale du début du xve siècle.

Fondation et privilèges de l'hôpital du Saint-Sépulcre

  • 58 Gilles de Laule était portier de la grande saline. D'après le règlement de cet établissement, le p (...)
  • 59 AHSal., C 13 et C 14. Documents concernant l'achat de ces maisons.

32Le 5 novembre 1426, et le 31 janvier 1427, Jean de Montaigu achète à Jean de Poupet et à Guillaume Maréchal, deux maisons situées au Bourg-Dessus, à proximité de la saline et de la maison de Gilles de Laule58, pour les prix de 100 et 800 francs59.

  • 60 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation.
  • 61 AHSal., C 15, 1430.

33C'est sur leur emplacement qu'il entreprend de faire bâtir un magnifique hôpital doté de trente lits, pour recevoir les indigents, les femmes enceintes, les enfants et les passants60. En décembre 1430, le bâtiment est déjà construit. En effet, Jean de Montaigu acquiert encore à cette date, la moitié d'une maison située Grand-Rue, « pres de hospital nouvellement edifié et fondé »61. Dans la même période, en 1425 et 1429, il achète encore trois vignes, dont une à son beau-frère Jean Merceret, dans le but d'en doter son hôpital ; deux d'entre elles sont situées à Saint-Nicolas et la troisième, à Saint-Ferréol.

  • 62 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 93.

34Le 5 mai 1431 enfin, dans un titre de fondation très détaillé et rédigé dans la salle capitulaire de Saint-Anatoile, il règle la vie de son établissement. Il en décrit d'abord minutieusement les locaux et le mobilier. Il en donne ensuite dans des articles numérotés de 1 à 35 les modalités de fonctionnement. Puis, il en établit la dotation. Il précise à la fin de son acte, différents accords passés avec le chapitre de Saint-Anatoile, surtout en ce qui concerne le cimetière de l’hôpital et les droits d'inhumation. Le Saint-Sépulcre, relevant de la paroisse de cette collégiale, est soumis à deux obligations : on ne pourra enterrer dans son cimetière que les personnes décédant au sein de l’établissement ; la seule exception permise concerne les gens pieux qui, dans leur testament, y éliraient sépulture. Dans ce cas, le Saint-Sépulcre aura obligation d'indemniser le chapitre de l'église Saint-Anatoile des sommes perçues pour les obsèques. Cette indemnité, appelée portion canonique, est fixée très précisément par la législation et la doctrine62.

39.— Premier feuillet de l'acte de fondation du Saint-Sépulcre de Salins, 5 mai 1431 (AHSal., A I)

  • 63 L'acte d'approbation de Jean de la Rochetaillée est cousu à l'acte de fondation
  • 64 AHSal., A 2.

35L'archevêque de Besançon, Jean de la Rochetaillée, approuve cette fondation le 18 mai 143163 et le pape Eugène IV charge l'abbé de Goailles de la confirmer au mois de décembre 143264. Ce nouvel hôpital devient le plus vaste et le plus riche de Salins. Il est le deuxième du diocèse après le Saint-Esprit de Besançon.

  • 65 AHSal., A 1, B 2, B 7, premier, deuxième et troisième actes de fondation du Saint-Sépulcre. Dans l (...)
  • 66 AHSal., 2e fondation, 1438.
  • 67 AHSal., B 7, 3e fondation. BROCARD, “L'hôpital...”, p. 77.

36Pendant tout le reste de sa vie, Jean de Montaigu se réserve la possibilité d'en accroître encore les possessions. II se permet aussi d'en disposer, d’en augmenter les ressources65 et de le réformer pour améliorer son fonctionnement. Durant vingt-quatre ans, il multiplie les actes d'intervention, montrant l'intérêt qu'il porte à son œuvre : ainsi le 23 août 1438, il agrandit le domaine du Saint-Sépulcre et fait passer le nombre de chapelains de cinq à huit66. Le 11 février 1455, il réforme le mode de vie du personnel et dénonce les abus dans un document nommé « troisième acte de fondation »67.

37Ce souci constant de maintenir la viabilité de sa maison conduit Jean de Montaigu à solliciter et obtenir de nombreux privilèges pontificaux entre 1432 et 1455.

  • 68 AHSal., FF l, D1, D2, D6.

38Eugène IV, d'abord, accorde aux chapelains en 1432 le droit le porter l’aumusse pour embellir les services religieux. Un an plus tard, il permet, en cas d'interdit, de faire célébrer l'office divin à haute voix dans la chapelle, portes ouvertes, au son des cloches ; il autorise, dans les mêmes circonstances, le droit d'inhumer dans le cimetière de la maison. Il octroie encore en 1435 et en 1437 de nombreuses indulgences à toutes les personnes qui, véritablement pénitentes, se rendraient à la chapelle de l'hôpital et y verseraient une aumône pour son entretien et sa conservation. Ces lettres d'indulgences, valables pour vingt ans, sont renouvelées par Nicolas V le 16juillet 1454, peu de temps avant la troisième fondation68. Le doyen de la collégiale Saint-Hippolyte de Poligny, Jacques Morelli, publie une autre bulle de ce même pontife, concernant cette fois, la nomination des recteurs. Dans cet acte, il précise

  • 69 AHSal., FF 4.

« ... que Jean de Montaigu a embelli son établissement d'une foule considérable de reliques et d'ornements ecclésiastiques, avec tant de magnifiscence, qu'afflue au Saint-Sépulcre une très grande multitude de pèlerins et de fidèles en vue d'entendre le service divin et les heures canoniques. »69

  • 70 AHSal., FF 3.

39Enfin, en 1438, Eugène IV accorde au personnel le privilège de pouvoir choisir son confesseur, et à ce dernier, le pouvoir de les absoudre de tous péchés70.

  • 71 BMBes., ms. 1093, fo 3 v. Interdit d'avant 1453, suite à l'incarcération d'un prêtre.
  • 72 AHSal., II 1, fo 18 : « Doit paié a Jehan de Montagu, la somme de C escus d'or viez a lui deuz par (...)

40En octobre 1455, peu avant son décès et afin de régler un différend survenu avec Quentin Ménard, archevêque de Besançon, à propos de l'interdit71 qui a pesé sur Salins, Jean de Montaigu supplie Calixte III d'accorder à son hôpital une autre faveur : celle de dire la messe, portes ouvertes, au son de la cloche. Ce privilège, comme d'autres, est acquis à prix d'argent. Les comptes de Jean Vauchart en date de mai 1455 en portent la mention72.

  • 73 AHSal., D 14 à 17. Un autre acte (mentionné dans un inventaire de 1852 conservé aux AHSal., K 1, a (...)

41De nombreux prélats s'intéressent également au sort du Saint-Sépulcre. En 1431, Jean de la Rochetaillée, archevêque de Besançon, lui octroie divers privilèges, de même que Nicolas, cardinal de Sainte-Croix, légat du Saint-Siège, qui se trouve à Salins en 1435. Peu avant la troisième fondation, en 1455, et peu après la création des hôpitaux de Quingey et de Montaigu, Latinus, cardinal de Saint-Jean et Saint-Paul, Antoine, cardinal de Saint-Chrysogone, Isodore, évêque de Sabine, et Prosper, cardinal de Saint-Georges au voile d'or, accordent, comme les pontifes Eugène IV et Nicolas V, des indulgences aux bienfaiteurs de l'hôpital et tous ceux qui le visiteront à certains jours déterminés73.

40.— Donation d'une des Epines de la Sainte Couronne par Nicolas de Pérouse (AHSal., A 2, 1432)

  • 74 Perrin Vauchart est l'oncle de Jean de Montaigu par sa mère. Il est le père de Guillaume Vauchart, (...)
  • 75 AHSal., D 20. Le Saint-Sepulcre est exonéré des impôts envers le bourg « en considération des euvr (...)
  • 76 AHSal., D21, 7 octobre 1435, lettres patentes de Philippe le Bon accordant des privilèges fiscaux (...)

42Les laïcs, quant à eux, offrent des privilèges fiscaux. Le 23 juillet 1431, considérant que la fondation du Saint-Sépulcre contribue « au bien publicque », les échevins du Bourg-Dessus, Huguenin de Poupet, Othenin Grant et Jean de Villers ainsi que Jean Bon, procureur de Jean Loyte, Jean de Poupet, Perrin Vauchart74, Jean de Delost, Guiot Gallois, Guillemin Drouet, Jean de Chauvirey et Pierre de Liesle, l'exonèrent d'impôts. Ils émettent cependant une réserve : tout défaut d'hospitalité remet en cause cette exemption fiscale75. Quatre ans plus tard en 1435, le duc de Bourgogne Philippe le Bon affranchit, lui aussi, le Saint-Sépulcre « de tous aydes, subsides et impostz qui se feront doiresenavant en nostredit conté de Bourgoingne », à l'exemple du privilège déjà accordé à l'hôpital de Bracon76. Il y met lui aussi une restriction : le surplus des recettes doit être employé à l'augmentation des revenus de l’établissement sans accroître aucunement ceux du gouverneur et des chapelains.

43Tous ces privilèges, tant laïques qu'ecclésiastiques, contribuent à étendre les revenus d'un hôpital déjà richement doté en vignes et possessions liées au sel, et où vaque dès l'origine un personnel que le fondateur veut « honnête ».

Le personnel

  • 77 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 2.

44Lors de sa première fondation, le 5 mai 1431, Jean de Montaigu institue au SaintSépulcre, un recteur et cinq chapelains révocables à volonté qui, tous, doivent résider dans la maison et faire table commune77.

45Le recteur, chargé de l'administration du temporel de l'hôpital, responsable des pauvres et du personnel, doit en outre rédiger l'inventaire des biens lors de sa prise en charge et rendre chaque année des comptes en présence des chapelains.

  • 78 Dans le 1er acte de fondation, Jean de Montaigu envisage le choix du recteur parmi les descendants (...)
  • 79 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 17-18-19.
  • 80 AHSal., FF 11, 10 août 1556 : « Eulx disans estre parens et alliez dudit feu sieur fondateur, esta (...)

46Son élection est parfaitement réglée. Selon le souhait du fondateur et conformément à la bulle de Nicolas V en 1454, le recteur, qui doit être un descendant des plus proches dans les familles Montaigu, Guillot ou Vauchart78, est élu par trois autorités morales : le prévôt de la collégiale Saint-Anatoile, le plus ancien des échevins et un représentant de la famille Montaigu-Vauchart ; chacun de ces trois électeurs détient un suffrage79. Assemblés dans la salle de l'hôpital, ils écoutent la présentation de plusieurs postulants qui déclinent leur degré de parenté avec Jean de Montaigu. Ainsi en témoigne la nomination du recteur Marc Marchand, le 10 août 155680.

47Ensuite, « ayant fait retirer tous lesdis pretendans », ils procèdent à l'élection, puis font rentrer le recteur choisi. Immédiatement, ce dernier est conduit à l'église de l'hôpital ; là, à genoux, il prête serment sur les Evangiles. On le revêt d'un surplis devant le grand autel qu'il embrasse publiquement. Alors, en pleine possession de sa charge, il s'installe dans le chœur de l'église où on lui remet les clés de la sacristie.

  • 81 AHSal., A 1, 1431, 1ere fondation, art. 17-18-19. Brocard, “L'hôpital...”, p. 20-21.
  • 82 AHSal., T 11. Philippe le Bon dénonce les hôpitaux de Bracon et de Saint-Bernard de Salins qui ren (...)
  • 83 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 17-18-19.

48Ce cérémonial accompli, le nouveau recteur occupe sa charge jusqu'à sa mort, sauf dans le cas d'une défaillance évoquée dans le premier acte de fondation81. Jean de Montaigu se réserve d'ailleurs sa vie durant, le pouvoir de le nommer, de l'instituer et de le destituer à sa guise, après avoir toutefois reçu l'assentiment de l'archevêque de Besançon. Cette clause, pour autoritaire qu'elle paraisse, illustre sa volonté de créer une institution durable dotée d'un personnel efficace et intègre. Sa détermination à mettre en place une œuvre sociale et religieuse stable et pérenne au moment où d'autres maisons sont défaillantes82, se lit dans deux autres de ses décisions : premièrement, les électeurs doivent être informés de l'incapacité éventuelle du recteur, afin d'envisager sa destitution et son remplacement ; deuxièmement, si les trois électeurs ne parviennent pas à un accord dans les quinze jours qui suivent le décès du gouverneur précédent, la nomination appartient pour cette fois à l'abbé du monastère Sainte-Marie de Goailles. Une vacance à la tête de l'hôpital paraît inconcevable83.

  • 84 Recteur du Saint-Sépulcre entre 1556 et 1569, Marc Marchand était le fils de Nicolas Marchand et d (...)
  • 85 AHSal., FF 11 : « [Ainsi], comme parent et consanguin descendu dudit sieur fondateur et personne i (...)

49La prudence de Jean de Montaigu, omniprésente à travers les articles de son acte de fondation, impose encore deux autres conditions au postulant à la charge de gouverneur du Saint-Sépulcre : en plus de la prêtrise, il doit être une personne moralement irréprochable, « ydoine » et « honneste ». En 1556, le nouveau recteur, Marc Marchand84, un laïc, doit s'engager pour accéder au rectorat, à embrasser la cléricature dans les plus brefs délais85.

  • 86 AHSal., B 2, 1438, fo 3 vo, 2e acte de fondation.
  • 87 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 30, 31. Jean de Montaigu permet cependant d'entrete (...)

50La tâche du recteur est triple. Bien évidemment, elle consiste déjà à gérer correctement les biens de l'hôpital, à veiller aux distributions de nourriture et à rendre chaque jour, matin et soir, des visites aux malades, aux accouchées et aux pèlerins86. Responsable encore de la vie spirituelle, tant des assistés que du personnel religieux, il est astreint au respect de règles s'inspirant de pratiques monastiques. Comme les chapelains et en leur compagnie, il doit prendre sa nourriture en silence, en écoutant la lecture des Saintes Ecritures. Il lui faut également vivre modestement, sans porter d'étoffes riches de couleur verte ou rouge. Il ne peut entretenir à son usage et pour les besoins de l’hôpital qu'un cheval, un mulet ou une mule87.

  • 88 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, articles 17-18-19.
  • 89 Martin Gruard de Montaigu fut recteur de l'hôpital du Saint-Sépulcre et exécuteur testamentaire d' (...)
  • 90 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation.

51Désignant les chapelains en accord avec ceux qui résident déjà dans la maison88, il impose le respect de règles de vie strictes et pénalise les contrevenants. Un des premiers gouverneurs, Martin Gruard89, rédige sur ce point une ordonnance dont Jean de Montaigu exige l'application peu avant sa mort, en 145590.

  • 91 AHSal., B 2, 1438, fo 2 : « Considerans les charges spirituelles et temporelles en la premiere fon (...)
  • 92 AHSal., B 2, 1438, fo 3 vo : « Le nombre des pouvres malaides, pelerins, femmes estant en gessine (...)

52A dater de 1438, il complète sa fondation primitive dans l'acte appelé « deuxième fondation ». Il nomme pour aider le recteur, un sous-gouverneur, révocable lui aussi à volonté. Considérant en effet, l'ampleur des charges à effectuer, il installe un prêtre91 qui, à l'instar du recteur et des autres religieux de l'établissement, est chargé de dire les messes anniversaires, de respecter l’heure des prières et de participer aux différents offices. Secondant le recteur dans sa tâche auprès des assistés, il détient les clés des celliers et des caves. Chaque jour, il doit en outre consigner dans un registre, le motif de l'accueil et le nombre d'assistés92. Le double de ce livre, dûment paraphé de sa main, doit être ensuite présenté au recteur afin qu'il lui serve d'appui lors de la rédaction des comptes annuels.

  • 93 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation.
  • 94 AHSal., FF 4. Jacques Morelli, doyen de la collégiale Saint-Hippolyte de Poligny, écrit en publian (...)
  • 95 Cette expression est contenue dans le texte de Jacques Morelli qui définit ainsi une part des tâch (...)

53Le sous-recteur se veut adjoint à l'organisation de l'hôpital et garant de son bon fonctionnement ; il est tenu aussi d'obéir en tous points aux commandements du recteur, à condition que les ordres qui lui sont donnés soient « licites et opportuns » et correspondent à la charge qui lui est assignée. Pour sa tâche, il perçoit une somme de 9 florins en plus des gages prévus pour les chapelains qui, dès 1431, date de la première fondation, sont au nombre de cinq. En 1438, pour « ampliffier les bonnes œuvres » de l'hôpital, leur nombre augmente93. En 1455, huit chapelains vivent au Saint-Sépulcre94. Leur rôle consiste à secourir les pauvres, à les soigner, mais aussi à offrir « la nourriture de l'âme »95 à des fidèles venus entendre les messes, les anniversaires, les oraisons et les heures canoniales célébrées dans l’établissement de jour comme de nuit.

  • 96 AHSal., B 2, 1438, fo 4, 4 vo, 2e fondation. En 1454, les choriaux sont six (AHSal., F 4), parmi l (...)
  • 97 AHSal., B 2, 1438, fo 6 vo, 2e fondation. Elle mentionne la création de l'office de « secretain ».
  • 98 AHSal., T 11, 1461, privilèges de Philippe le Bon.

54Afin que les cérémonies soient plus belles et les chapelains, plus attentifs, Jean de Montaigu ordonne en 1438 que parmi eux, soit nommé un maître de chant, « ydoine, habille, expert », chargé d'organiser les services religieux. Ce prêtre a pour obligation « de enseigner, instruyre quatre pouvres enffans corialx... en l'art de musique »96, selon l'usage en vigueur dans les autres collégiales. Pour le seconder dans sa tâche, un chapelain est appelé à remplir l'office de sacristain, à sonner les heures, les messes et les prières, à allumer et éteindre les cierges et enfin, à maintenir propres les vases et linges liturgiques97. Le rôle de ce prêtre dépasse pourtant le simple entretien de l'église : il veille à faire réaliser de petits coffres pour recueillir les aumônes qu'il place ensuite dans les troncs. Aidé d'un clerc ou d'un enfant de chœur, il nettoie ou fait nettoyer les rues aux environs de l'hôpital. Ces travaux d'organisation domestique sont complétés par une autre mission. A partir de 1455, le sacristain doit consigner dans un registre les fautes commises par les chapelains. Les manquements du clergé semblent une hantise pour Jean de Montaigu qui, sans cesse, revient sur ce point dans ses actes de fondation. Il redoute les retards aux offices, d'autant que les prêtres se plaignent des souffrances qu'ils endurent la nuit, « especialement de temps d'iver, a cause de ce que le lieu ou est fondé ledit hospital est relent et moitte ». Ne pouvant en effet approcher du feu auprès duquel se tiennent les pauvres, ils prennent l'habitude de se chauffer près des bernes de la saline, « par quoy le service divin en est aucune fois retardé »98.

  • 99 AHSal., B 2, 1438, fo 7 vo : « Si aulcung de sa consanguinité ou de celle de Marguerite Guillot sa (...)

55Rémunérés pour leur service, 20 florins par an en 1431 et 32 florins dans la troisième fondation, les chapelains, tout d'ailleurs comme les clercs et les enfants de chœur, doivent appartenir de préférence à la famille de Jean de Montaigu99.

56Cette clause ne peut que renforcer l'intérêt des héritiers du fondateur pour le Saint-Sépulcre et favoriser la stabilité de l'institution salinoise. Pourtant, très rapidement, et du vivant même de Jean de Montaigu, l'hôpital connaît des difficultés.

Une fondation compromise dès 1454

  • 100 AHSal., FF 4.

57Les difficultés du Saint-Sépulcre sont perceptibles d'abord en 1454, dans la bulle du pape Nicolas V, publiée par Jacques Morelli, doyen de l'église collégiale de Poligny. Le pontife reprend l'interrogation de Jean de Montaigu sur la survie du Saint-Sépulcre assortie de sa demande de modification des dispositions concernant la nomination des recteurs, « ses principaux héritiers sur lesquels il comptait totalement pour maintenir et conserver ledit hôpital et ses revenus ont quitté ce monde, ainsi qu'il a plu à Dieu »100.

58Nicolas V, répondant positivement à sa supplique, attribue, en cas de contestation, la nomination des recteurs et chapelains aux magistrats de Salins, réservant seulement une voix consultative au représentant de sa famille, au prévôt du chapitre de Saint-Anatoile et à un échevin du Bourg-Dessus. Il obtient ainsi une légère modification des dispositions prises dans la première fondation.

59L'inquiétude réelle de voir son hôpital ne pas lui survivre après sa mort, se ressent également à la lecture du troisième acte de fondation, rédigé le 11 février 1455, quelques mois avant son décès.

Troisième acte de fondation

60Ce document, à la fois testament moral et règle de conduite pour les chapelains, insiste sur la nécessité de respecter la lettre de la première fondation et d'offrir dans les meilleures conditions, l'hospitalité aux pauvres. La teneur de ce discours ne peut que sous-entendre les manquements et les abus constatés.

  • 101 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation, folios 4 vo-7 : « Qu'ils ne soient plus au temps advenir délaissi (...)
  • 102 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation, fo 2 vo.

61Le laisser-aller se lit en filigrane dans le texte : déjà Jean de Montaigu ordonne sur plus de six pages que les anniversaires soient dits avec régularité, contrairement à l'usage qui semble s'être installé101. Il exige encore des chapelains qu’ils « soient plus voluntaires a servir Dieu », en respectant l'ordonnancement du cérémonial établi par Martin Gruart. Il leur rappelle encore la nécessité d'une humilité vestimentaire. Enfin, et là est le plus important, il redéfinit le rôle de son hôpital en précisant que l'établissement a été fondé pour les pauvres, « et subsequemment pour les chappellains, clercs, corialx et serviteurs d'icellui »102.

  • 103 ADD, B 2978, 1443, lettre de Philippe de Bourgogne considérant la misère des ouvriers des salines.
  • 104 ADD, B 298. Jean Gibes de Marnoz dit Quanteal et Jean Vaucheret, voituriers des salines, sont vict (...)
  • 105 BMBes., ms. 1093, fo 2.
  • 106 Dubois (H.), “Du xiiie siècle aux portes de la modernité...”, Le sel et son histoire, p. 67-87.

62Constatant les problèmes financiers, il préfère, pour que survive son œuvre, voir diminuer le nombre des chapelains et des clercs. Les rentes en effet se perçoivent mal ; « on ne peult estre paié, sinon a tres grant peine et misere », explique Jean de Montaigu dans son troisième acte de fondation. Le contexte économique, politique et social est difficile. Après avoir subi cinq années de pestes, de famines et de cherté entre 1438 et 1443103 les Salinois sont confrontés au problème des écorcheurs (1447)104, puis de nouveau à la peste en 1452105. Par ailleurs, les revenus sur le sel, qui constituent la part la plus importante des recettes du Saint-Sépulcre sont menacés par les conflits qui opposent les rentiers du Puits-à-muire — dont fait partie le Saint-Sépulcre — les officiers de la grande saline et le duc de Bourgogne. Les rentiers du Bourg-Dessous sont accusés de ne pas avoir respecté les prix fixés et de diminuer clandestinement le poids des salignons. Philippe le Bon leur reproche également d'être responsables d'une pénurie de bois106. Cette affaire est portée devant le Parlement de Dole en 1443.

  • 107 AHSal., D 30, une pièce parchemin.

63Toutes les difficultés décrites ci-dessus sont encore accentuées par des impôts abusifs auxquels le Saint-Sépulcre est soumis. Le 13 février 1455, Jean de Montaigu expédie une supplique au bailli d'Aval où il dénonce l'injustice de cette fiscalité ; il précise les privilèges accordés par Philippe le Bon en 1435107. Le Saint-Sépulcre doit cependant à cette occasion faire face à des frais de justice qui transparaissent dans les comptes de Jean Vauchart.

64Pour toutes ces raisons, avec un certain pessimisme, Jean de Montaigu entrevoit des heures sombres pour sa maison fondée vingt-quatre ans auparavant.

Déclin et difficultés après la mort du fondateur

  • 108 Pierre Contesse était le fils de Guy Contesse et de Jehannette de Manioche. Par sa mère, il descen (...)
  • 109 « Item veult et ordonne ledit fondateur comme lesdites femmes et aultres servans en ladite maison. (...)

65Cette dernière intervention de Jean de Montaigu dans la vie de son hôpital n'a pu en éviter la décadence. Au début du xvie siècle, les abus se multiplient et des querelles très graves opposent les chapelains au recteur Pierre Contesse108. Ils contestent son autorité et vont jusqu'à porter plainte contre lui devant le Parlement de Dole. Ils lui reprochent de ne pas respecter les statuts transcrits dans les actes de fondation, d'entretenir des chevaux de prix, de « tenir table elegante separement », et de placer à l'intérieur de l'hôpital, une femme « avec qui il avoit de la familiarité », contrairement à un article contenu dans la deuxième fondation109. Jean Guietan, prêtre chapelain âgé de plus de soixante ans, l'accuse encore de ne pas rendre les comptes et de ne pas solliciter l'avis et le conseil de l'ensemble des religieux. Il ajoute qu'une telle haine anime le recteur contre lui, « qu'il estoit en ses viez jours dechassé et débouté dudit hospital et contrainct a mandier ». Après enquête, il apparaît qu'une femme de ménage, nommée Guiette Bossu, vit avec le recteur et dilapide les biens de la maison. Les chapelains décident alors de lui reprendre « sans violence », les clés dont elle pouvait disposer.

  • 110 AHSal., FF 9. Suite à la querelle, la cour donne raison au recteur, mais le contraint à renvoyer G (...)

66Le recteur donne, quant à lui, une autre version : il soutient que les chapelains cumulent des bénéfices ecclésiastiques, contrairement aux vœux de Jean de Montaigu. Le plus ancien d'entre-eux, Jean Guietan, jouit selon ses dires, « de bons biens et revenuz, tant temporeiz que trois ou quatre chapelles dont il joit ensemble d'une bonne maison en [la] ville de Salins, vigne et aultres biens dont il peut vivre goulamment »110.

  • 111 AHSal., Q 1, 1532, terrier de l'hôpital du Saint-Sépulcre.

67Ces abus évidents compliquent une situation financière rendue délicate suite à une mauvaise perception des rentes. A peine plus d'un siècle après la fondation du Saint-Sépulcre, en 1532, le recteur Pierre Contesse demande la rédaction d'un rentier, car « plusieurs censes et rentes... sont en voye et péril de perdicion »111.

  • 112 AHSal., D 26, privilèges de Charles le Téméraire datant de 1470 et 1473

68Mais déjà, depuis 1470, les difficultés de l’hôpital s'accroissent : un incendie qui ravage Salins à cette date le touche et en détruit les celliers et les réserves. Des quêtes sont autorisées dans la Comté et le duché de Bourgogne pour permettre sa reconstruction et sa réfection112.

  • 113 ADD, II B 576.

69En 1584, un siècle et demi après la fondation, l'hospitalité à trente pauvres voulue par Jean de Montaigu, n'est plus offerte : l'intérieur de la grande salle comprend uniquement quelques lits de plume pourris et quelques mauvaises paillasses, sur lesquelles gisent seize personnes dont quatre enfants de six à sept ans, « hors du moyen de gagner leur vie »113.

  • 114 Imbert (J.), direction, Mollat (M.), Histoire des Hôpitaux en France, p. 81.

70La volonté d’établir une œuvre durable et utile n'est donc pas suffisante tant le travail est immense ; les circonstances politiques concourent à contrarier la gestion, à amenuiser les revenus, voire à compromettre l'existence de la maison. A considérer l’action de Jean de Montaigu pendant vingt-quatre ans, et pour reprendre l'expression de Michel Mollat, « les bienfaiteurs des hôpitaux doivent faire face à une tâche de Pénélope, toujours à reprendre »114. Cette phrase illustre combien l'opiniâtreté de certains s'avère indispensable pour maintenir en vie des établissements, même richement dotés. Cet acharnement à sauvegarder les institutions hospitalières caractérise encore le recteur du Saint-Esprit Lambelet Vernier qui consacre une partie de sa vie au relèvement de la maison de Besançon.

II. Réformes au sein de l'ordre du Saint-Esprit

71Elles sont indissociables de la personnalité de Lambelet Vernier et se déroulent dans une période contemporaine de la fondation du Saint-Sépulcre.

Personnalité de Lambelet Vernier

  • 115 Brune (abbé), Histoire de l'ordre hospitalier du Saint-Esprit, p. 76.
  • 116 Un acte émanant de l'hôpital de Gray datant du xvie siècle relate le déroulement d'une visite et p (...)
  • 117 ADD, cote 53 J 1 6a, correspondance entre Pierre Crapillet, recteur de Dijon, et Lambelet Vernier. (...)

72Rien n'a été écrit sur cet homme à la personnalité pourtant très forte. Devenu gouverneur du Saint-Esprit de Besançon le 26 juillet 1427, il occupe cette charge jusque 1476, dans une conjoncture très difficile et pendant une période exceptionnellement longue de quarante-neuf ans. A plusieurs reprises, en 1427, 1428, 1438, 1447 et 1452, il est cité comme visiteur de l'ordre115. Cette fonction, accordée à la plupart des recteurs bisontins depuis le xive siècle lui donne des pouvoirs très étendus : il peut inspecter les maisons suffragantes, se faire rendre un compte très précis des recettes et des dépenses, interroger les pauvres sur l'hospitalité offerte, recevoir les plaintes de frères. Il dispose ainsi d'une pleine autorité pour corriger et amender le non-respect à la règle116. A la lecture de sa correspondance avec Pierre Crapillet117, ce pouvoir sied parfaitement à sa personnalité.

73Autoritaire, Lambelet Vernier est aussi un homme d'action. C'est sous son rectorat que le Saint-Esprit de Besançon se transforme et que l'on construit la grande tour (1443) ainsi qu'une nouvelle salle des pauvres.

  • 118 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet, recteur de l'hôpital du Saint-Esprit de Dijon..., p.  (...)
  • 119 ADD, 53 J 1 6a : « Depuis trois jours — écrit Pierre Crapillet — j'ay receu lettres de monsieur no (...)

74Pourtant, si on reprend la formule de R. Bultot, « Lambelet Vernier n'éprouve guère de scrupules quant aux moyens de satisfaire son ambition dominatrice »118. Il n'hésite pas, pour imposer la supériorité de la maison de Besançon sur celle de Dijon, à en calomnier le recteur auprès du grand maître de l'ordre119, ce dont Pierre Crapillet se plaint amèrement.

  • 120 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet, recteur de l'hôpital du Saint-Esprit de Dijon..., p.  (...)

« J'ai sceu... comme vous rescripvés souvent a monseigneur nostre grand maistre a l'encontre de moy et de mon honneur, dont il est mal contempi. S'il est ensin, vous tètes mal et pechier de moy... mettre mal de luy. »120

  • 121 ADD, 53 J I 6a : « Vous prions et requerons ceste fois pour toutes, écrit Philippe le Bon à Lambel (...)

75Pire, il soudoie les ecclésiastiques chargés d'arbitrer les différends entre les deux maisons. Pierre Crapillet écrit encore que ces derniers en reçoivent « plusieurs deniers ». Philippe le Bon le somme de cesser ses intrigues, ce dont Lambelet Vernier ne semble avoir cure121. Pierre Crapillet et le duc de Bourgogne lui-même, témoignent de ce que le recteur de Besançon répond très rarement aux missives qui lui sont adressées.

  • 122 Le destin extraordinaire d'Hugolin Folain, fils d’un sujet mainmortable de la seigneurie de Charme (...)
  • 123 Louis Scarampi fut un soutien non négligeable pour Hugolin Folain. Quelques succès personnels cont (...)

76Intrigant certes, Lambelet Vernier est aussi un homme influent, très bien introduit en cour de Rome, par l'intermédiaire d'Hugolin Folain122, grand archidiacre de Besançon puis doyen du chapitre métropolitain. Ce dernier bénéficie du soutien de ses amis personnels : François de Condelmire, neveu du pape Eugène IV et Louis Scarampi123, son condisciple durant ses études à l'université de Pavie.

  • 124 Clerc (J.-C.), Hennequin (L.), Marquiset (S.), L'hôpital du Saint-Esprit..., t. 1, p. 118.
  • 125 ADD, 53 J XVI 5, fos 36 vo et 37. Comptes transcrits en annexe par Clerc (J.-C.). Hennequin (L.), (...)

77Les liens qui unissent Hugolin Folain et Lambelet Vernier sont très étroits et même d'ordre familial. La nièce du doyen du chapitre se trouve être l'épouse du neveu du recteur du Saint-Esprit124 qui par ailleurs, cumule avec sa fonction, celle de représentant du doyen du chapitre. En qualité de procureur, il gère les hiens d'Hugolin Folain, au moins entre 1455 et 1467, comme l'indique un livre de comptabilité conservé aux archives départementales du Doubs : il mentionne, certes, des déplacements d'Hugolin Folain à Rome, mais il évoque aussi des dépenses d'intervention en faveur du Saint-Esprit, des envois de courriers, de bulles ou de privilèges ainsi que l'obtention de services125.

78Les relations entre les deux hommes ne se limitent pas à la période 1455-1467 évoquée dans la comptabilité. Antérieurement, en 1447, Lambelet Vernier avait dépêché Hugolin Folain pour intervenir en faveur de son hôpital dans plusieurs procès contre les maisons de Toul et de Dijon qui refusaient de reconnaître la supériorité de Besançon.

79Ces quelques éléments, brossant un rapide portrait moral de Lambelet Vernier, permettent de comprendre que cet homme ambitieux, entier, autoritaire et énergique soit capable de sauvegarder, voire de réformer sa maison, d'en maintenir l'influence dans une conjoncture particulièrement difficile. Les actions les plus spectaculaires consistent d'abord à reprendre en main les hôpitaux de l'ordre qui revendiquent une autonomie par rapport à la maison-mère de Besançon.

Reprise en main des hôpitaux de l'ordre

80Statutairement, la maison de Besançon se trouve à la tête d'une province importante. Elle doit exercer une autorité et un contrôle en Lorraine et en Bourgogne, domination que Lambelet Vernier veut restaurer.

Conflit avec Toul

  • 126 ADD, 53 JI 8b, 1435.

81En 1435, reprenant un procès avec le Saint-Esprit de Toul, Lambelet Vernier obtient, dans un accord passé à Bâle avec le recteur de cette maison suffragante, que son autorité soit reconnue dans l'établissement lorrain. Certes, il concède aux frères de Toul, le droit d'élire leur supérieur, mais il exige que cette élection lui soit obligatoirement soumise. En cas de partage des voix, il se donne la possibilité de choisir lui-même le gouverneur. En outre, il obtient d'être reçu à Toul comme un supérieur en dignité, alors que le recteur de Toul se déplaçant à Besançon sera traité uniquement avec les égards dûs à sa position. Enfin, le Saint-Esprit de Toul s'engage à acquitter un tribut de 15 florins d'or par an, en reconnaissance de la supériorité de la maison de Besançon126.

82Ce conflit, qui dure depuis plusieurs décennies, trouve donc une résolution temporaire. En fin politique, Lambelet Vernier n'hésite pas à défendre la cause de sa maison devant le clergé et le peuple de Toul, voulant leur démontrer que la supériorité de Besançon « contribue a augmenter et non a amoindrir » leur hôpital. La municipalité lorraine, intervenue dans la querelle, soutient vigoureusement la volonté d'émancipation de l'établissement. Elle affirme au cours du débat,

  • 127 ADD, 53 J I 8b. xve siècle non daté, lettre de la municipalité de Toul notifiant son opposition au (...)

« que l'ospitai a esté telment augmenté par [les] concitiens et de leurs biens... et que lesdis de Besançon mettoient l’ospital en ruyne. »127

  • 128 Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p. 234.
  • 129 Jean de Lay, recteur du Saint-Esprit de Toul depuis 1403, en remplacement de frère Henri Dufay.

83Dès la fin du xive siècle, la rupture entre les deux maisons semblait déjà consommée. Les relations n'avaient même cessé de s'envenimer depuis 1391, date à laquelle le recteur de Toul obtint par surprise l'autonomie de son établissement par une bulle de Clément VII128. Cette bulle ne parut pourtant pas avoir eu une grande portée : en 1418, Martin V, confirmant une délibération générale de l'ordre, replaça la maison de Toul sous la juridiction de celle de Besançon. Entre ces deux actes, l'opposition entre Besançon et Toul se fit parfois violente, comme en témoignent deux actes du début du xve siècle. Pierre de Fouvent, recteur du Saint-Esprit de Besançon, ordonna à divers baillis et officiers de faire saisir au corps frère Jean de Lay129, gouverneur de la maison de Toul,

  • 130 ADD, 53 J 1 8a.

« pour crime de rébellion, enormes offenses, grands parjuremens et rebellions... a nostre covent fait. »130

84Peu de temps après, frère Jean de Lay reçut l'absolution du pénitencier du pape, malgré la renonciation qu'il avait faite sous la violence, du privilège qui accordait au Saint-Esprit de Toul, une indépendance pleine et entière face à celui de Besançon. En 1425, les religieux de Besançon firent encore appel au Saint-Siège pour régler la question de Toul, qui trouva finalement une solution temporaire.

  • 131 ADD, 53 J I 8c, 53 J XX 4.

85En 1436, Lambelet Vernier obtient que le tribunal de la Rote casse la bulle de Clément VII et rétablisse le Saint-Esprit de Toul dans la dépendance absolue de Besançon ; en 1437, Eugène IV promulgue et homologue cette sentence, malgré l'opposition persistante des frères de Toul. Le conflit concernant le partage des quêtes entre les deux maisons se poursuit jusqu'en 1441. Celles des Trois-Evêchés sont laissées à Toul, moyennant le paiement d'une indemnité. En 1491, après de nouvelles dissensions, le produit des quêtes collectées dans le diocèse de Metz est partagé entre les établissements : deux tiers reviennent à Besançon et un tiers seulement à Toul131.

  • 132 Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p. 234-35.

86Toul tombe de nouveau dans la mouvance de Besançon et, suivant le rapport envoyé par Lambelet Vernier au grand maître de l'ordre en 1468, la paix règne de nouveau entre les deux maisons132.

  • 133 ADD, 53 JI 3c.
  • 134 ADD, 53 J 1 6a. Philippe le Bon déplore cette union du Saint-Esprit de Dijon à celui de Besançon. (...)

87Le cas de Toul n’est pas unique. Lambelet Vernier s'efforce de resserrer les liens avec d'autres maisons suffragantes. En 1435, il contraint le recteur de Dole à assister au chapitre général de Besançon et à acquitter un tribut de 6 francs, en reconnaissance de la supériorité de Besançon133. Plus important est cependant le conflit qui l'oppose à la maison de Dijon, depuis que celle-ci est rattachée à celle de Besançon134.

Conflit avec Dijon

  • 135 Il s'agit des hôpitaux de Tonnerre, Fouvent et Bar-sur-Aube.
  • 136 ADD, 53 J II 1, subordination de l'hôpital de Dijon à celui de Besançon.
  • 137 BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.

88En 1437, sur requête de Lambelet Vernier, le grand-maître de l'ordre du Saint-Esprit décrète la subordination de l'hôpital de Dijon et des maisons qui en dépendent135 à celui de Besançon136. Le pape Eugène IV confirme cette décision, d'autant que l'établissement dijonnais tombe en ruine, que l'administration en est mauvaise et que l'hospitalité s'y exerce avec parcimonie137.

41.— Lettre de Pierre Crapillet à Lambelet Vernier (ADD, 53 J I 6a)

  • 138 Pierre Crapillet fut recteur du Saint-Esprit de Gray. Des fresques le représentant sont conservées (...)
  • 139 A défaut de l'hôpital de Dijon, Lambelet Vernier veut attribuer à son neveu le rectorat de la mais (...)
  • 140 « La maison... — écrit Pierre Crapillet à Lambelet Vernier — chiet de tous costés. »
  • 141 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet...

89En 1439-1440, sans doute pour le mettre davantage sous tutelle, Lambelet Vernier veut y placer comme recteur, son propre neveu. Cette décision heurte les frères de Dijon qui s'y opposent avec véhémence ; Pierre Crapillet138, dans ces circonstances, en devient le gouverneur139. Il entreprend alors une oeuvre de redressement dans tous les domaines de la vie hospitalière : discipline, vie religieuse, récupération de biens meubles et reconstruction matérielle140. Il commence dès 1450 la réfection de l'église, qu'il fait orner d’une Trinité, offerte par un religieux, Simon Albosset. Il fait édifier une chapelle en 1459 où il fait transférer une Vierge de Pitié141.

90La reprise en main de l'établissement dijonnais par Pierre Crapillet n'empêche pas, bien au contraire, les conflits de survenir avec la maison-mère de Besançon. Jaloux de ses prérogatives, Lambelet Vernier craint que le Saint-Esprit de Dijon n'acquiert à nouveau une influence suffisante pour chercher à rompre les liens qui l'unissent à Besançon.

91En 1456 et 1461, Philippe le Bon intervient d'ailleurs pour soutenir la cause du recteur de Dijon et il souhaite rendre son autonomie à l'hôpital qu'il administre. La correspondance de Pierre Crapillet et de Lambelet Vernier témoigne amplement des différends qui opposent les deux hommes, et au delà, leurs deux établissements. Finalement, le recteur de Besançon intente un procès devant le conseil ducal, puis devant le Parlement de Paris. La maison de Besançon obtient gain de cause.

  • 142 ADD, 53 J I 6a.

92Il faut attendre la mort de Pierre Crapillet pour que la querelle entre Dijon et Besançon s’estompe. Après 1461, les religieux de Dijon expédient des actes d'obédience à Lambelet Vernier142.

93Nul doute que ces conflits traduisent une volonté de rendre au Saint-Esprit de Besançon, une puissance et une influence qui lui sont contestées. Cependant, le rayonnement de l'établissement ne peut redevenir effectif, qu’accompagné d’une meilleure administration, d'un souci d'ordre et d'organisation. Lambelet Vernier le comprend ; il multiplie les interventions dans la gestion, tant pour sa maison que pour les hôpitaux suffragants.

Intervention dans la gestion

  • 143 ADD, 53 J I 3b : inventaires de Dole, 1438 et 1452. ADD, 53 J III 1 : inventaire des meubles de l' (...)
  • 144 ADD, 53 J III 1 (inventaire des meubles de la cuisine daté de 1462). ADD 53 J XX 4 ADD, 53 J XXXV. (...)

94Ce recteur volontaire commande la rédaction de divers inventaires concernant les hôpitaux de Dole, de Chaussin, de Gray, de Saint-Jacques des Arènes143 et du Saint Esprit de Besançon, certains insérés dans divers registres rendant compte des débats tenus lors du chapitre annuel du dimanche de Cantate. Pour favoriser la gestion des domaines, Lambelet Vernier fait également dresser un certain nombre de répertoires où sont enregistrés les actes « portant constitution de rentes et amodiations de questes ». En 1472, peu de temps avant sa mort, toujours soucieux de préserver le patrimoine de l'hôpital, il fait établir un manuel des cens qui lui sont dûs. La rédaction en est assortie de formules de sommations faites aux retardataires. Nombreux sont les domaines pour lesquels il fait rédiger un terrier, par exemple : Choyé à partir de 1437 et Arbois, dont l’inventaire détaillé résume cent quatre-vingt-dix-neuf titres compris entre les années 1264 et 1472144.

95Un souci d'organisation le préoccupe dès sa prise de fonction en 1427 ; en 1428, il fait rédiger le cartulaire de Gray dont la rédaction, commencée sur la demande de Lambelet Vernier en 1428, se poursuit jusqu'en 1441, peu de temps après le départ pour Dijon du recteur Pierre Crapillet. Ce document rassemble cent trois titres domaniaux, dont le plus ancien de 1238, est la donation de Girard d'Arc en vue d'établir un hôpital du Saint-Esprit à Gray ; le plus récent consiste en une donation d'argent attribuée aux frères de l'établissement.

96Mais plus que tout, ce document voulu par Lambelet Vernier, retrace à travers les actes jugés essentiels, un historique de l'hôpital. Simple maison gérée directement par Besançon, elle devient un hôpital plus important après 1323, dès que la reine Jeanne lui octroie des droits de perception sur ses fours de Velesmes. La majorité des biens-fonds provient de donations, même si, entre 1342 et 1345, le recteur Jean de Clerval acquiert de nombreuses rentes, censes et propriétés. Ses dernières pages comprennent « un extrait du terrier encien des terres, prez, vignes, censes, rentes des villes de Gray, Gray-la-Ville, Arc... » rédigé en novembre 1428. On y énumère une partie des possessions de l'hôpital, d'autre n'apparaissant que dans le cartulaire.

97Si la rédaction du cartulaire et des terriers souligne la volonté de Lambelet Vernier de mieux gérer les établissements qu'il contrôle, force est encore de constater son souci de redresser le Saint-Esprit dans divers domaines de la vie hospitalière.

Redressement du Saint-Esprit de Besançon : 1428-1476

  • 145 ADD, 53 J X 3.

98Contemporaine de l'édification et de la fondation du Saint-Sépulcre de Salins 1431, l'œuvre de redressement voulue par Lambelet Vernier s’accomplit dans une période tragique où, selon ses dires, « les guerres et autres sinistres... ont affligé lamentablement ces pays et pendant fort longtemps,... et [ont] amoindri les ressources des fidèles... »145

99La Comté vit en effet après le traité d'Arras (1435) et de 1444 à 1450, des heures particulièrement sombres. Lambelet Vernier, éprouvant des difficultés à « apporter aux pauvres le secours de la charité », cherche à étendre le patrimoine du Saint-Esprit de Besançon.

Accroissement du patrimoine

100Cet accroissement est perceptible dès 1435. Il apparaît comme une réaction immédiate aux courses d'écorcheurs qui ravagent le pays et se concrétise d'emblée par l'union du Saint-Esprit et de l'hôpital Saint-Jacques.

  • 146 La ruine de Saint-Jacques est causée selon Lambelet Vernier par la longue absence des recteurs.

101Considérant en effet les charges d'hospitalité qui pèsent sur le Saint-Esprit dans ces temps de guerre, constatant que l'hôpital Saint-Jacques tombe en ruine146, Lambelet Vernier adresse une supplique au pape Eugène IV pour obtenir la réunion de cet établissement au domaine du Saint-Esprit de Besançon.

  • 147 ADD, 53 J X 3. BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.

102Ne possédant pas les éléments d'appréciation nécessaires pour évaluer l'utilité de cette opération, le pontife charge l'archevêque de Besançon, Jean de la Rochetaillée, d'examiner la requête en conscience. Il lui demande de procéder lui-même à l'union des deux hôpitaux si la requête de Lambelet Vernier lui paraît convenable. Il le somme également, dans l'affirmative, de recevoir la résiliation de Guillaume de Besançon, messager du pape et recteur de Saint-Jacques, et de lui accorder une pension viagère dont il aurait à fixer la quotité147.

  • 148 Lambelet Vernier doit reconstruire l'établissement avec les fonds de l'hôpital Saint-Jacques. En 1 (...)
  • 149 Les droits de juridiction de l'archevêque sont reconnus par le paiement d'un tribut annuel de 20 s (...)

103L'union des deux établissements est prononcée en 1436, après un accord passé entre Lambelet Vernier et Jean de la Rochetaillée. Le recteur du Saint-Esprit s'engage à faire reconstruire l'hôpital Saint-Jacques148 et à y entretenir perpétuellement douze lits garnis. En revanche, il accepte que cette maison demeure sous la sujétion, juridiction et visitation de l'archevêque149. Le recteur de Saint-Jacques, enfin, reçoit une pension viagère de douze florins d'or par an payable à Noël, en échange de son consentement pour le rattachement.

104Outre les biens de Saint-Jacques, cette opération apporte au Saint-Esprit, le domaine de l'hôpital du Grosbois déjà réuni à celui de Saint-Jacques.

  • 150 ADD, 53 J X 3, XLIV 1 ; 53 J XXXI A, XXVI. XXXV. XXXVII.

105Cette opération de réunion des hôpitaux est suivie de nombreux achats de terres et de vignes, principalement dans la décennie 1445-1456, au moment où les écorcheurs ravagent de nouveau la Comté. Lambelet Vernier achète alors divers domaines à Autoreille, Choye, Cugney, Gy, Cuit, Quingey, Salins150. Il investit des sommes relativement importantes, comme celles de 110 francs, pour acquérir à Baumotte-lès-Pin, le domaine de Perrin Percey qui se trouve dans la nécessité de verser une rançon « aux rotiers et escorcheux ».

106En 1438 et 1442, il obtient également de Philippe le Bon, le droit de borner ses terres de Valentin pour mieux les protéger. Le duc lui accorde encore un droit d'affouage destiné à faire construire une tuilerie à cet endroit, afin de servir l'œuvre de redressement matériel et de favoriser une politique d'édification et de réparation des bâtiments.

Construction d'édifices

  • 151 Une supplique adressée à Eugène IV en janvier 1436 mentionne la construction d'un édifice somptueu (...)

107Le rectorat de Lambelet Vernier est marqué par de multiples constructions : un an après la tuilerie de Valentin, il fait édifier en 1443 la tour du Saint-Esprit de Besançon. Il fait entreprendre également les travaux de rénovation des bâtiments hospitaliers de Saint-Jacques et redresser de nombreuses maisons qui menacent ruine. Dès le début de son rectorat, il avait commencé au Saint-Esprit la construction d'une salle des pauvres, somptueuse selon ses dires151.

108Cette lutte sur tous les fronts, qui permet une sauvegarde de l'établissement, s'accompagne d'un regain de discipline chez les religieux.

Discipline

  • 152 ADD, 53 J III 1.

109Quelques extraits de registres, datés de 1458 à 1472, relatent le compte-rendu de la tenue des chapitres annuels qui ont lieu au Saint-Esprit de Besançon, le dimanche de Cantate152. Des actes de condamnation assortis d'amendes sont prononcés contre ceux qui sont absents à ce rendez-vous. Les recteurs des hôpitaux suffragants y assistent aux côtés des religieux de la maison ; ils versent le tribut annuel auquel chacun d'eux est tenu envers la maison-mère.

110Au cours de cette assemblée, le recteur du Saint-Esprit de Besançon débat avec les autres frères de la politique de la maison, des achats éventuels à effectuer, des finances de l'ordre, des amodiations, de la nomination des recteurs. Il y dénonce aussi la conduite déplorable de certains religieux.

  • 153 On ne peut qu'être étonné de l'importance des actions entreprises entre les années 1435 et 1440.
  • 154 ADD, 53 J II 1. Pierre de Fouvent fut institué, d'après le recteur Despoutot (1659-1672) en 1409, (...)
  • 155 ADD, 53 J I 1.

111L'œuvre de redressement de Lambelet Vernier apparaît indéniable153. Homme d'action, énergique et influent, il sait faire face aux situations difficiles de son hôpital et de son ordre, dans une conjoncture critique. Peut-être profite-t-il même des circonstances pour acheter des terres à moindre prix et accroître ainsi le domaine du Saint-Esprit. En outre, il continue par son œuvre, les réformes entreprises par son prédécesseur Pierre de Fouvent154, mandaté par une délibération du chapitre de Rome du 3 mars 1411, pour relever le Saint-Esprit de Besançon et ses maisons suffragantes155.

112La situation de divers hôpitaux de l'ordre s'avère en effet désastreuse à la fin du xive et au début du xve siècle. Les maisons de Dole et de Gray sont en ruine ; celle de Toul est pillée, aussi en 1368, le pape Urbain V commet l'abbé de Saint-Epvre pour faire revenir à cet établissement, tous les biens indûment aliénés. En 1402 encore, à la demande du recteur de Besançon, le cardinal protecteur de l'ordre du Saint-Esprit oblige les évêques, officiaux et autres dignitaires à poursuivre la restitution de joyaux, meubles, denrées et animaux volés dans les églises et maisons de Saint-Amand appartenant au Saint-Esprit de Toul.

  • 156 ADD, 53 J VI 2.
  • 157 L'abbé Brune a toujours envisagé un chiffre inférieur.

113L'action de Pierre de Fouvent fut insuffisante pour infléchir de telles pratiques et pour rétablir la situation à Toul et dans la maison-mère de Besançon. En 1424, deux ans après sa mort, « la ruine causée par les guerres aux propriétés de l'hôpital »156 est encore mentionnée dans une bulle du pape Martin V qui décrète alors, pour compléter les revenus des quinze chapelains du Saint-Esprit de Besançon157, l'annexion des rentes de sept chapelles, leur procurant ainsi 80 livres de petits tournois.

114Lambelet Vernier, quant à lui, est servi dans sa lutte pour poursuivre la réforme de son hôpital, par une extraordinaire longévité de près d'un demi-siècle à la tête de son établissement. Le temps lui permet d'imposer son autorité et d'asseoir une discipline plus ferme. La situation du Saint-Sépulcre est comparable par certains aspects ; pendant vingt-quatre ans, Jean de Montaigu veille aux destinées de sa maison ; il s'efforce pendant toute sa vie d'en accroître le patrimoine et d'en corriger les abus.

  • 158 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1529 : la municipalité oblige le recteur Claude Buffet à vendre à L (...)

115L'immense travail de ces deux hommes ne leur survit pas. Les municipalités dénoncent de plus en plus les négligences, les malversations des recteurs158 et de multiples manquements à l'hospitalité. Elles interviennent désormais de manière évidente dans la vie hospitalière.

Notes

1 Humbert de Granson, chanoine de Besançon et de Lausanne.

2 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon, p. 231.

3 Trevillers (J.), Sequania Monastica...

4 Pidoux (A.), “Notice... sur l’hôpital royal de Sainte-Barbe de Nozeroy”, Société d'émul. du Jura, 1903-1904, p. 59-83.

5 Theurot (J.), “La maison-Dieu de Rochefort (1382-1492)”, Cahiers Dolois, no 9., p. 131-138. Le geste pieux de cet écuyer s'explique selon l'auteur, par les difficultés sociales et la misère engendrées par le siège du bourg (1368). Les habitants se plaignent d'ailleurs amèrement de leur situation à la comtesse Marguerite en 1374.

6 L'hôpital est incendié en 1418, puis reconstruit en 1420, grâce aux libéralités d’un bourgeois. Il brûla à nouveau en 1424 et fut relevé en 1435. Bizouard (J.-Th.), Histoire de l'hôpital d'Auxonne, pages 1 à 20.

7 Il s'agit de l'hôpital de Gigny-sur-Suran (39), arrondissement de Lons-le-Saunier, diocèse de Lyon, 1435, cité à titre de comparaison.

8 L'hôpital de Gy fut fondé vers 1460 ou peu auparavant. ADHS, 4 H dép. 1. Un hôpital, dédié à Saint Antoine et Saint Anastase, est aussi mentionné à Bucey-les-Gy en 1545.

9 « Ce qu'il y a de mieux à faire, c'est de se tenir en son coin et se fourrer la tête dans un trou en s'attachant à suivre les commandements de Dieu et à pratiquer le bien pour gagner le Salut Eternel. » Extrait d'un sermon prononcé en 1508 par Jean Geiler de Kaisersberg à Strasbourg. Delumeau (J.), La peur en Occident, p. 259-261.

10 ADD, 23 H 7, fondation de l'hôpital de Gigny (1435, copie XVIIe)

11 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul (1443).

12 Vincent Ferrier (saint) : prédicateur dominicain (Espagne vers 1355-Vannes 1419). Il parcourut l'Europe, prêchant la repentance, attirant les foules par ses propos sur la fin du monde. 11 se présentait à elles comme l'envoyé de Dieu avant le déchaînement des forces maléfiques du temps de l'Antéchrist. Bériou (N.), Berlioz (J.), Longère (J.) Prier au Moyen-Age..., p. 249 et suiv. Des traces de son passage à Besançon sont conservées dans des registres de délibérations municipales : le 22 novembre 1465, les gouverneurs s'engagent à réparer les galeries de l'hôtel-de-ville, « la ou preschoit frere Vincent. »
Bernardin de Sienne (saint) : prédicateur franciscain, (Massa Marittima, 1380-Aquila, 1444). Des foules se rassemblaient pour entendre le procès qu'il faisait des vices de toute nature, l'exhortation à la charité et au renoncement en développant des images terrifiantes de la damnation.
Delumeau (J.), La peur en Occident, p. 259-60, exprime particulièrement les causes multiples d'angoisse des populations de l'Europe occidentale : la peste de 1348 et ses récurrences, l'interminable guerre de cent ans, l'avance turque inquiétante à partir des défaites de Kosovo (1389) et Nicopolis (1396) et enfin le Grand Schisme. « Les hommes du temps leur cherchèrent des raisons... surtout théologiques. Leur réflexion fut elle-même à l'origine de nouvelles peurs, plus larges et plus envoûtantes que celles identifiées jusqu'ici. Mais le miracle de la civilisation occidentale est qu'elle vécut toutes ces peurs sans se laisser paralyser par elles... La peur suscita ses antidotes. »

13 Magistrat dévoué au duc de Bourgogne, Jean Sardon fut lieutenant général au bailliage d'Amont et conseiller de Philippe le Bon.

14 Jean Sardon utilise le verbe raccorder.

15 ADHS, G 81, 1443.

16 Rapp (F.), cité dans Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 329.

17 Jean de Montaigu a fondé le Saint-Sépulcre de Salins, l'hôpital de Montaigu et celui de Quingey. L'acte de fondation de ce dernier ne nous est pas parvenu.

18 La motivation affirmée par Jean de Montaigu en 1431 reste la même que celle affichée par Mahaut d'Artois en 1327, lors de la fondation de Bracon. « Sachant que rien n'est plus certain que la mort », elle espère, comme ses contemporains, racheter ses péchés.

19 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, fo 1.

20 Cette parole de saint Paul (2 Cor. 9, 6-9) est inscrite dans l'acte de fondation du Saint-Sépulcre de Salins (1431), mais aussi dans celui de Belfort (1349).

21 Cette période voit le développement des Mystères de la Passion et des thèmes iconographiques sur les danses macabres. La réflexion sur la mort est plus présente dans les testaments. Ainsi en 1434, Jean de Nozeroy, curé de Saint-Hippolyte, « pour [sa] conscience appaisier... rends [son] ame a Dieu... ordonne [sa] chair aux vers... » et lègue 5 sous aux quatre châsses du Saint-Esprit, de Saint-Antoine, de Saint-Antide et de Saint-Bernard (ADD, G 611).

22 Cette expression est reprise dans le 1er acte de fondation du Saint-Sépulcre (1431).

23 Cette expression est employée par Nicolas Rolin lors de la fondation des hospices de Beaune en 1443. Jacques Morelli, doyen de l'église Saint-Hippolyte emploie les mêmes termes à propos de Jean de Montaigu : « Ce dernier qui, a ce qu'il affirme, en qualité de conseiller de notre cher fils le noble Philippe, duc de Bourgogne, désire par une bienheureuse transaction changer les biens terrestres en célestes et les biens éphémères en éternels. » Confirmation de la bulle de Nicolas V (1454) concernant la nomination des recteurs (AHSal., FF 4).

24 Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 313.

25 AHSal., K 1, inventaire de 1572. Brocard, “L'hôpital...”, p. 217.

26 AHSal., B. 2, 1438, 2e fondation, fos 8 et 8 vo. « Considérant la situation de ladite maison en lieu commung et fort publicque... affin que ceux qui ne sont frappez de telles maladies puissent estre preservés. »

27 AHSal., A 1, 1er acte de fondation, art. 14 : « Les malades excommuniés qui se confessent et cèdent leurs biens à l'hôpital, se verront donner les sacrements comme à un bon catholique, ainsi qu'il est d'usage au Saint-Esprit de Besançon. »,

28 AHSal., H 7. Brocard, “L'hôpital...”, p. 28.
AHSal., H 1, 1521. Les échevins de Quingey accordent la rectorie de l'hôpital à Claude Pelletier ; le gouverneur du Saint-Sépulcre de Salins est prié de l'instituer. AHSal., H 2 « Philibert Valon, comme procureur de Guillaume Vauchart (recteur du Saint-Sépulcre de Salins), ayant droit de présentation quant le cas y chilt dudit hospital de Montagulz, presente Humbert Dagay, prebstre dudit Montagulz. » 1460. AHSal., H 12.

29 AHSal., B 2, fos 9 et 9 vo. « Ainsi, comme ledit fondateur dit estre experimenté et comme il a vehu de son temps, pour la rareté et peus nombre de femmes et servans ad ce commis, lesdits pouvres et aultres estant en ladite maison et affluans en icelle ont souffert et enduré beaulcop de deffaulx et de povreté par faulte d’administration. » Brocard, “L'hôpital...”, p. 63.

30 AHSal.. B 2, fo 1 vo. « Et si le cas estoit que si grande affluence de pouvres survint en ladite maison, excedant le nombre de trate, ledit fondateur veult que ledit recteur ou soubrecteur, du nombre d'iceulx estire trante les plus indigens et pour les pourveoir de ce que dessus. »

31 Jean Sardon : fondateur de l'hôpital de Vesoul.

32 Ces trois dates correspondent aux trois actes de fondation de Jean de Montaigu. Dans le premier, il crée son établissement, dans le second il en accroît la dotation enfin, dans le troisième, il corrige d’éventuels abus qui pourraient survenir dans son hôpital.

33 Rousset (A.) Dictionnaire des communes... du Jura, art. Salins, t. 6, p. 530 et suiv., rédige un long développement sur le Saint-Sépulcre de Salins, sans cependant citer les sources qu'il a consultées. Toutes ses affirmations s'appuient manifestement sur le dépouillement des AHSal., et plus particulièrement les papiers Montaigu (série C).

34 AHSal., C 25. Reconnaissance de cens au profit d'Amédée de Montaigu, professeur en droit. Les cotes C 26 à C 33, huit documents du même type datant de 1317, concernent ce même personnage.

35 Biographies salinoises, Abrégé de l'histoire de la Franche-Comté, avec dans le même recueil, Tripard (J.), Notice sur les villes et les communes du canton de Salins...

36 AHSal., C 44 à C 49.

37 AHSal., FF 4.

38 AHSal., C 51 à C 54, achats de parts sur les salines du Bourg-Dessous, 1423, 1426, 1429 et 1433.

39 AHSal., EE3.

40 Philippe le Bon, en guise de reconnaissance des services rendus à la saline par Guión et Jean de Montaigu, permet en 1423 à ce dernier de vendanger hors bans une vigne nommée la Rondette (AHSal., C 43). Cette vigne fut donnée au Saint-Sépulcre en 1438 dans la 2e fondation (AHSal., B 2).

41 AHSal., A 1.

42 La généalogie des Montaigu-Vauchart a pu être dressée grâce aux trois fondations. (AHSal., A 1, B 2 et B 7, et BMBes., ms Chifflet, 44, p. 49. Brocard, “L'hôpital...”.

43 Raoulin de Mathy fut recteur de l'hôpital de Bracon après avoir été trésorier de la saline.

44 Jean Chousat fut pardessus de la saline de Salins ; il fut également fondateur de la collégiale de Poligny. En 1426, il vendit sa maison de Poligny pour y placer l'hôpital du Saint-Esprit.

45 AHSal., P 2.

46 AHSal., A 10. Brocard, “L'hôpital...”, p. 105.

47 AHSal., C 43. Jean de Montaigu plante des raisins muscats dans sa vigne de la Rondette où il a obtenu le privilège de vendanger hors bans.

48 René d’Anjou : (Angers 1409, Provence 1480), roi effectif de Naples entre 1438 et 1442. Deuxième fils de Louis II roi de Sicile et de Yolande d'Aragon, il fut marié à Isabelle, fille du duc de Lorraine Charles II. Il s'opposa à Philippe le Bon à propos de son avènement au duché de Lorraine. Prisonnier en 1432, il est relâché contre l’envoi de ses deux fils. L'empereur Sigismond le confirme dans son titre de duc de Lorraine (1434). Philippe le Bon, mécontent, l’enferme à Bracon et le libère contre une rançon en 1437.

49 Fourquin (G.), Histoire économique de l'Occident Médiéval, p. 358.

50 AHSal., A 1, B 2, B 7.

51 AHSal., A 1, fo 17, chapitre XLI.

52 AHSal.. 1438, 2e fondation, B 2, fo 1 vo, fo 5.

53 AHSal., 1431, 1ère fondation, chapitre VII fo 13.

54 AHSal., FF 1. Suite à une supplique de Jean de Montaigu, le pape Eugène IV accorde en 1432 aux chapelains du Saint-Sépulcre, le droit de porter l'aumusse fourrée de petit-gris, comme il est d'usage pour les chanoines des autres églises de la ville.

55 Les règles des offices sont établies dans les différents actes de fondation. La fondation de 1455, fait état de l’ordonnancement d'un cérémonial rédigé par Martin Gruard, l'un des premiers recteurs.

56 Jean de Montaigu affirme sa dévotion envers le Saint-Sépulcre lors de la 1ère fondation.

57 Delaruelle (chan. E.), La piété populaire au Moyen-Age, p. 421.

58 Gilles de Laule était portier de la grande saline. D'après le règlement de cet établissement, le portier devait résider au plus près de la saunerie, en garder toutes les clés et les ranger de nuit dans sa chambre. BMSal., ms. 128, fos 1-44, copie du début du xviie siècle. Prinet (Μ.), “L'industrie du sel...”, Société d'émul. du Doubs, 1898, p. 255, présente les officiers de la saline, particulièrement Gilles de l'Aule dont il définit le rôle.

59 AHSal., C 13 et C 14. Documents concernant l'achat de ces maisons.

60 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation.

61 AHSal., C 15, 1430.

62 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 93.

63 L'acte d'approbation de Jean de la Rochetaillée est cousu à l'acte de fondation

64 AHSal., A 2.

65 AHSal., A 1, B 2, B 7, premier, deuxième et troisième actes de fondation du Saint-Sépulcre. Dans la proclamation d'une bulle du pape Nicolas V, en 1454, il est fait allusion au droit de réserve et d'intervention de Jean de Montaigu dans son établissement (AHSal., FF4).

66 AHSal., 2e fondation, 1438.

67 AHSal., B 7, 3e fondation. BROCARD, “L'hôpital...”, p. 77.

68 AHSal., FF l, D1, D2, D6.

69 AHSal., FF 4.

70 AHSal., FF 3.

71 BMBes., ms. 1093, fo 3 v. Interdit d'avant 1453, suite à l'incarcération d'un prêtre.

72 AHSal., II 1, fo 18 : « Doit paié a Jehan de Montagu, la somme de C escus d'or viez a lui deuz par ledit hostel Dieu pour le fait de certaines bulles impetrees par lui a Rome au prouffit dudit hostel Dieu et aussi pour partie de sa despense, pour ce CL frans. »

73 AHSal., D 14 à 17. Un autre acte (mentionné dans un inventaire de 1852 conservé aux AHSal., K 1, aujourd'hui manquant) signale des indulgences accordées par quatre cardinaux : Georges, évêque de Béneste, Bessarion, évêque de Tusculum, Philippe, cardinal de Sainte-Suzanne, Guillaume, cardinal de Sainte-Sabine.

74 Perrin Vauchart est l'oncle de Jean de Montaigu par sa mère. Il est le père de Guillaume Vauchart, recteur du Saint-Sépulcre dès 1460 et de Jean Vauchart, héritier du fondateur et vendeur pour le puits du Bourg-Dessous.

75 AHSal., D 20. Le Saint-Sepulcre est exonéré des impôts envers le bourg « en considération des euvres cheriteuses et piteables. [...] Et ou cas que ou temps advenir... ladite ordonnance n'y seroit faicte et accomplie en matière de hospitalité... nous n'entendons... que ledit hostel Dieu, ne le gouverneur et chappellains, ne aucuns d'eulx joissent aucunement de ladite exemption... »

76 AHSal., D21, 7 octobre 1435, lettres patentes de Philippe le Bon accordant des privilèges fiscaux au Saint-Sépulcre.

77 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 2.

78 Dans le 1er acte de fondation, Jean de Montaigu envisage le choix du recteur parmi les descendants portant le nom de Montaigu. Suite à la mort de tous ses héritiers, il étend cette disposition aux membres de la famille Guillot (dont est issue sa femme) et aux membres de la famille Vauchart (dont est issue sa mère).

79 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 17-18-19.

80 AHSal., FF 11, 10 août 1556 : « Eulx disans estre parens et alliez dudit feu sieur fondateur, estans assistez de plusieurs notables personnaiges leurs parents... et alliez. »

81 AHSal., A 1, 1431, 1ere fondation, art. 17-18-19. Brocard, “L'hôpital...”, p. 20-21.

82 AHSal., T 11. Philippe le Bon dénonce les hôpitaux de Bracon et de Saint-Bernard de Salins qui renvoient des pauvres et manquent à leur devoir d'assistance.

83 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 17-18-19.

84 Recteur du Saint-Sépulcre entre 1556 et 1569, Marc Marchand était le fils de Nicolas Marchand et de Marguerite Vauchart.

85 AHSal., FF 11 : « [Ainsi], comme parent et consanguin descendu dudit sieur fondateur et personne idoyne, souffisant et qualiffier selon qu'il est requis pour avoir le regime et administración et maistrise dudit hospital... pourveu touteffois que dans ung an prouchain, il se fera promouvoir aulx ordres sacrez de dyacre, soubz dyacre et prebstre inclusivement en ensuyvant la bonne volenté et intencion dudit fondateur. »

86 AHSal., B 2, 1438, fo 3 vo, 2e acte de fondation.

87 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, art. 30, 31. Jean de Montaigu permet cependant d'entretenir plusieurs chevaux si les ressources de l'hôpital le permettent.

88 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation, articles 17-18-19.

89 Martin Gruard de Montaigu fut recteur de l'hôpital du Saint-Sépulcre et exécuteur testamentaire d'Agnès de Conflans, épouse d'Etienne de Montaigu (AHSal., série C, papiers Montaigu). Dans de nombreuses sources, il apparaît comme le premier recteur. Une d'entre-elles (AHSal., B 7) mentionne avant lui Jean de la Perrière : « Item, que comme feu et discrete personne messire Martin Gruart, second recteur dudit hostel Dieu, ait fait certaines ordonnances de soy contenir en l'eglise et aultres ceremonies... »

90 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation.

91 AHSal., B 2, 1438, fo 2 : « Considerans les charges spirituelles et temporelles en la premiere fondacion apposees, lesquelles sans aulcung adjutojre seront quasi insupportables,... a avisé de ordonné... ung prebstre seculier que doismaintenant il veult estre denommé et perpetuelment subrecteur dudit hospital. »

92 AHSal., B 2, 1438, fo 3 vo : « Le nombre des pouvres malaides, pelerins, femmes estant en gessine et aultres personnes estans et logeans dans ladite maison Dieu. »

93 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation.

94 AHSal., FF 4. Jacques Morelli, doyen de la collégiale Saint-Hippolyte de Poligny, écrit en publiant la bulle de Nicolas V concernant la nomination des recteurs, que huit chapelains vivent au Saint-Sépulcre.

95 Cette expression est contenue dans le texte de Jacques Morelli qui définit ainsi une part des tâches des chapelains.

96 AHSal., B 2, 1438, fo 4, 4 vo, 2e fondation. En 1454, les choriaux sont six (AHSal., F 4), parmi lesquels le fils homonyme de Jean Vauchart (AHSal., II 1).

97 AHSal., B 2, 1438, fo 6 vo, 2e fondation. Elle mentionne la création de l'office de « secretain ».

98 AHSal., T 11, 1461, privilèges de Philippe le Bon.

99 AHSal., B 2, 1438, fo 7 vo : « Si aulcung de sa consanguinité ou de celle de Marguerite Guillot sa femme,... soit preferee a d'aultres. »

100 AHSal., FF 4.

101 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation, folios 4 vo-7 : « Qu'ils ne soient plus au temps advenir délaissiez a desservir, et que lesdits fondateurs ne soient sinistrez de leurs entendons et devocions. »

102 AHSal., B 7, 1455, 3e fondation, fo 2 vo.

103 ADD, B 2978, 1443, lettre de Philippe de Bourgogne considérant la misère des ouvriers des salines.

104 ADD, B 298. Jean Gibes de Marnoz dit Quanteal et Jean Vaucheret, voituriers des salines, sont victimes des écorcheurs en 1447.

105 BMBes., ms. 1093, fo 2.

106 Dubois (H.), “Du xiiie siècle aux portes de la modernité...”, Le sel et son histoire, p. 67-87.

107 AHSal., D 30, une pièce parchemin.

108 Pierre Contesse était le fils de Guy Contesse et de Jehannette de Manioche. Par sa mère, il descendait d’Alix Vauchart, cousine germaine de Jean de Montaigu. BMBes., ms. Chifflet, 44. Il fut recteur du Saint-Sépulcre entre 1530 et 1556.

109 « Item veult et ordonne ledit fondateur comme lesdites femmes et aultres servans en ladite maison... ne voisent ny convoysent es chambre du recteur, synon comme plusieurs ou aulcung d'eulx fut tellement malade, que les jambes ne puissent pourter le corps. » AHSal., B 2, 1438, 2e fondation.

110 AHSal., FF 9. Suite à la querelle, la cour donne raison au recteur, mais le contraint à renvoyer Guiette Bossu.

111 AHSal., Q 1, 1532, terrier de l'hôpital du Saint-Sépulcre.

112 AHSal., D 26, privilèges de Charles le Téméraire datant de 1470 et 1473

113 ADD, II B 576.

114 Imbert (J.), direction, Mollat (M.), Histoire des Hôpitaux en France, p. 81.

115 Brune (abbé), Histoire de l'ordre hospitalier du Saint-Esprit, p. 76.

116 Un acte émanant de l'hôpital de Gray datant du xvie siècle relate le déroulement d'une visite et permet de mesurer l'étendue des pouvoirs du visiteur de l'ordre, ADD, 53 JI 4b.

117 ADD, cote 53 J 1 6a, correspondance entre Pierre Crapillet, recteur de Dijon, et Lambelet Vernier. Elle donne une idée du caractère des deux hommes.

118 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet, recteur de l'hôpital du Saint-Esprit de Dijon..., p. 43.

119 ADD, 53 J 1 6a : « Depuis trois jours — écrit Pierre Crapillet — j'ay receu lettres de monsieur nostre grand maistre et d'ung aultre, par lesquelles il m'appart clerement de la grant sollicitacion que l'ung fait par devers mondit seigneur le grant maistre de vostre couleur a l'encontre de moy... Celuy qui procede contre moy a Romme a bon temps, il peut faire ce qu'il veult quar de riens je ne luy contrarie ; j'ay et auray pascience tant que je pourroy en avoir... ».

120 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet, recteur de l'hôpital du Saint-Esprit de Dijon..., p. 40 et suiv. Pierre Crapillet écrit encore (ADD, 53 J 1 6a) : « Tres cher seigneur, je me recommande a vous, je vous ay rescript plusieurs fois, mais nulle response de vous n'ay peu avoir sur le contenu de mes lettres dont je m'emerveille moult... J'ay vehu toutes les chouses qu'avés envoyer en Flandre par devers Monseigneur, ensamble les articles contre moi... Je pense que n'avés point en obly que ne vous ay point nuyt. »

121 ADD, 53 J I 6a : « Vous prions et requerons ceste fois pour toutes, écrit Philippe le Bon à Lambelet Vernier, que lesdis maistre et freres d'icelui hospital de Dijon vous souffrez et laissez joir de leurs droiz, libertez et prerogatives anciens, esquelz vous les avez trouvez, sans leur faire ou donner doresenavant aucune molestation... » Le duc précise que des lettres ont déjà été expédiées sur ce sujet (juin 1456).

122 Le destin extraordinaire d'Hugolin Folain, fils d’un sujet mainmortable de la seigneurie de Charmes, devenu vice-amiral des galères du pape Calixte III, est relaté par Castan (A.), “Notice sur Hugolin Folain...”, Mémoires de la société d'émul. du Doubs, 1864, t. IX, p. 1 19 et suiv.

123 Louis Scarampi fut un soutien non négligeable pour Hugolin Folain. Quelques succès personnels contre des ennemis d'Eugène IV lui valurent successivement l'évêché de Florence, le patriarcat d'Aquilée et en 1440, la pourpre romaine.

124 Clerc (J.-C.), Hennequin (L.), Marquiset (S.), L'hôpital du Saint-Esprit..., t. 1, p. 118.

125 ADD, 53 J XVI 5, fos 36 vo et 37. Comptes transcrits en annexe par Clerc (J.-C.). Hennequin (L.), Marquiset (S.), L'hôpital du Saint-Esprit..., t. 2, p. 1-25

126 ADD, 53 JI 8b, 1435.

127 ADD, 53 J I 8b. xve siècle non daté, lettre de la municipalité de Toul notifiant son opposition aux droits de supériorité prétendus sur l’hôpital du Saint-Esprit de Toul.

128 Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p. 234.

129 Jean de Lay, recteur du Saint-Esprit de Toul depuis 1403, en remplacement de frère Henri Dufay.

130 ADD, 53 J 1 8a.

131 ADD, 53 J I 8c, 53 J XX 4.

132 Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p. 234-35.

133 ADD, 53 JI 3c.

134 ADD, 53 J 1 6a. Philippe le Bon déplore cette union du Saint-Esprit de Dijon à celui de Besançon. Dans un courrier adressé à Lambelet Vernier, il écrit : « Il est vray que puis nagueres, nous avons escript au maistre general de l'ordre du Sainct Esperit comme nous n'estions pas contens de ce que son predesseur avoit soubzmis nostre hospital du Sainct Esperit de nostre ville de Dijon a cellui de Besançon, sans nous en faire aucune chouse savoir comme faire se devoit, actendu que icellui hospital est de la fondacion de noz predesseurs et de nous... »

135 Il s'agit des hôpitaux de Tonnerre, Fouvent et Bar-sur-Aube.

136 ADD, 53 J II 1, subordination de l'hôpital de Dijon à celui de Besançon.

137 BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.

138 Pierre Crapillet fut recteur du Saint-Esprit de Gray. Des fresques le représentant sont conservées dans la chapelle de l’hôpital de Dijon.

139 A défaut de l'hôpital de Dijon, Lambelet Vernier veut attribuer à son neveu le rectorat de la maison de Fouvent, hôpital suffragant du Saint-Esprit de Dijon. Une querelle éclate à ce propos (ADD, 53 J I 6a) : « Et m'avés escript — s'insurge Pierre Crapillet — que je devoie faire possesseur vostre nepveu de l'ospital de Fouvans, auquel lieu vostre nepveu trouva ung autre Pierre, possesseur dudit Fouvans, ne savez a quel tiltre... Je vouldroie faire pour luy comme pour mon frere germain... » Parce que son neveu n'a pas obtenu la charge convoitée, Lambelet Vernier use de mesures de rétorsion envers Pierre Crapillet et garde des lettres qui auraient dû lui être remises.

140 « La maison... — écrit Pierre Crapillet à Lambelet Vernier — chiet de tous costés. »

141 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet...

142 ADD, 53 J I 6a.

143 ADD, 53 J I 3b : inventaires de Dole, 1438 et 1452. ADD, 53 J III 1 : inventaire des meubles de l'hôpital de Chaussin, 1456. ADD, 53 J XVI 14 : inventaire de Gray, 1439, rédigé par Pierre Crapillet. Il faut noter l’action remarquable de ce dernier à Gray. En 1436, l'hôpital est brûlé ; en décembre de la même année, des travaux sont entrepris pour réparer le clocher et la toiture de la chapelle (ADD, 53 J 1 4a). Trois ans plus tard, peu avant de partir pour Dijon, ce recteur hors-pair présente à Lambelet Vernier un inventaire des biens mobiliers qui montre un hôpital en bon état et correctement meublé. La chapelle est équipée convenablement de linges d'autel et d'ornements liturgiques. Pierre Crapillet a fait réaliser deux tableaux : « une table ou sont les XII apostres... Item une aultre table qu'est devant le grant aulté, que ledit maistre fit faire... » (ADD, 53 J XVI 14). Son action semble stimuler les donations qui augmentent sensiblement sous son rectorat. L'acharnement de Lambelet Vernier contre Pierre Crapillet lors du conflit entre les maisons de Besançon et de Dijon, amena le recteur bisontin à tenter de provoquer des faux témoignages sur la gestion de Crapillet à Gray. Dans une lettre, ce dernier s'étonne : « ... et ceux de Gray m'ont dit... que vous avez fait une telle informacion sur moy et mander ung et aultre pour dire contre moy, qui semblait que j'eusse destruit tout... » (ADD, 53 J I 6a). ADD, 53 J III 1. Deux inventaires sont rédigés pour St-Jacques, successivement en 1455 et 1472. Ils sont insérés dans le mémorial du chapitre annuel. A ces dates, l'hôpital Saint-Jacques est devenu une annexe du Saint-Esprit de Besançon.

144 ADD, 53 J III 1 (inventaire des meubles de la cuisine daté de 1462). ADD 53 J XX 4 ADD, 53 J XXXV. ADD, 53 J XXIII 4.

145 ADD, 53 J X 3.

146 La ruine de Saint-Jacques est causée selon Lambelet Vernier par la longue absence des recteurs.

147 ADD, 53 J X 3. BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.

148 Lambelet Vernier doit reconstruire l'établissement avec les fonds de l'hôpital Saint-Jacques. En 1469, l'édifice n'est toujours pas terminé et Saint-Jacques bénéficie de quêtes pour sa réédification. BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

149 Les droits de juridiction de l'archevêque sont reconnus par le paiement d'un tribut annuel de 20 sous.

150 ADD, 53 J X 3, XLIV 1 ; 53 J XXXI A, XXVI. XXXV. XXXVII.

151 Une supplique adressée à Eugène IV en janvier 1436 mentionne la construction d'un édifice somptueux, une salle des pauvres ou « hôpital », destinée à accueillir les assistés. DENIFLE (H.), dans La guerre de cent ans et la désolation... t. 1, no 799.

152 ADD, 53 J III 1.

153 On ne peut qu'être étonné de l'importance des actions entreprises entre les années 1435 et 1440.

154 ADD, 53 J II 1. Pierre de Fouvent fut institué, d'après le recteur Despoutot (1659-1672) en 1409, comme gouverneur de l'hôpital de Besançon par frère Conrad de (renio, « par tiltre du douzième d'aoust, dans lequel les hospitaux de Grey, de Mess, de Toul, de Poligny et de Chaussins et autres se treuvent spécifiés comme membres dudit hospital de Besançon ».

155 ADD, 53 J I 1.

156 ADD, 53 J VI 2.

157 L'abbé Brune a toujours envisagé un chiffre inférieur.

158 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1529 : la municipalité oblige le recteur Claude Buffet à vendre à Lyon, divers meubles et reliquaires, « afin de les convertir au norrissemens des pouvres ».

Table des illustrations

Légende 39.— Premier feuillet de l'acte de fondation du Saint-Sépulcre de Salins, 5 mai 1431 (AHSal., A I)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende 40.— Donation d'une des Epines de la Sainte Couronne par Nicolas de Pérouse (AHSal., A 2, 1432)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende 41.— Lettre de Pierre Crapillet à Lambelet Vernier (ADD, 53 J I 6a)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search