Version classiqueVersion mobile

The Production and Dissemination of Knowledge in Scotland

 | 
Lesley Graham

3. The informal transmission of knowledge

La diffusion des valeurs écossaises et britanniques à l’épreuve du voyage de Charles de Galles en Espagne (1623)

Sabrina Juillet-Garzón

Texte intégral

  • 1 Michel Duchein, op.cit., p. 167. À Bordeaux, le Duc d’Epernon, averti de la royale présence, manque (...)
  • 2 Michel Duchein, Le Duc de Buckingham, p. 171.

1Le 18 février 1623, deux hommes quittent Londres pour rejoindre la France. Ils prétendent être deux frères, Jack et Tom Smith, mais ce sont en réalité Charles Prince de Galles et son conseiller et ami le comte et futur duc de Buckingham. Ils se présentent incognito à la Cour de France sans être arrêtés et obtiennent sans difficulté des entrées au bal de la Cour du Louvre. Paris n’est qu’une courte étape. Ils continuent leur chemin pour Madrid. Ils ont pour mission d’aller chercher l’Infante Maria, la promise du prince. Ils chevauchent à travers les contrées françaises. Afin de ne pas être reconnus, ils portent des fausses barbes et vont même jusqu’à trouver et se vêtir de vêtements d’homme du peuple dont la grossièreté des matériaux et l’apparence qu’ils leur donnent les amusent beaucoup. Tout le temps de leur traversée française, ils ignorent qu’ils sont discrètement surveillés par des agents du gouvernement français.1 Le Roi Jacques dit lui-même de ses deux protégés qu’ils étaient partis dans cette aventure tels des « chevaliers aventureux dignes d’être mis dans un roman ».2

  • 3 Michel Duchein, Jacques Ier Stuart, p. 492. La nouvelle de l’arrivée du prince se propagea immédiat (...)
  • 4 La scène est décrite dans Carlos Puyuelo y Salinas, Carlos de Inglaterra en España : Un Príncipe de (...)

2Ils arrivent à Madrid le 7 mars. Ils frappent chez Lord Digby, comte de Bristol et ambassadeur d’Angleterre qui les accueille avant de courir avertir Philippe IV. L’Entrée et les présentations officielles ne se font qu’une semaine plus tard et en grande cérémonie. La population est en liesse dans les rues pour accueillir le futur époux de l’Infante.3 Charles est rapidement conquis par cet accueil et surtout par sa jeune promise. Mais ce sentiment se transforme rapidement en frustration. L’entreprise princière est mal perçue en Espagne. Philippe IV et son conseiller Olivarès sont déterminés à ne pas conclure le mariage. Les négociations traînent et la situation s’envenime. Finalement, au bout de six mois, Charles décide de partir quand Buckingham en vient presque aux mains avec le comte-duc d’Olivarès. Philippe ne fait rien pour le retenir. Le prince repart fiancé mais sans l’Infante. En arrivant en Angleterre, Charles conclut l’aventure en se disant bien étonné d’avoir réussi à partir de ce lieu infernal où les Espagnols l’avaient si mal traité !4 Pour les sujets du Roi Jacques, le retour du prince de Galles est perçu comme un miracle : il est revenu sain et sauf et surtout, il est toujours protestant !

3La petite histoire aurait pu se terminer là, à la manière d’une aventure de roman, mais elle fut bien plus. Elle eut des conséquences diplomatiques lourdes sur l’Histoire de l’Île britannique et le continent. Elle conditionna entièrement le désastre politique que furent les négociations de mariage avec l’Espagne et avec elles, les espoirs de paix au Palatinat. Elle fut aussi une des rares occasions pour la « Grande-Bretagne » d’exister diplomatiquement durant le dix-huitième siècle. En effet, ce fut en prince britannique, porteur des valeurs anglaises et écossaises que Charles fut reçu à la Cour de Madrid. La représentation écossaise autour du prince et l’utilisation de l’idée que s’en faisaient les Espagnols conditionnèrent l’accueil de la délégation britannique et l’évolution des négociations de mariage.

4L’aventure de Charles de Galles et de son conseiller Buckingham fut une erreur diplomatique. Elle a remis en question une politique étrangère de plus de trente ans. Elle a donné une image négative des royaumes d’Écosse et d’Angleterre et plus globalement de la Grande-Bretagne puissante et respectée par les nations européennes qu’avait rêvée le roi Jacques VI et I. Qu’ils l’aient voulu ou pas, les deux jeunes gens représentaient alors à la fois la politique et de la culture anglaises et écossaises, voire tout simplement britanniques. L’image qu’ils véhiculaient était d’autant plus à soigner qu’elle devait leur permettre de légitimer le bien-fondé de leur présence en Espagne : Charles ne venait-il pas chercher la future reine de ses futurs royaumes ? Or l’échec de l’entreprise fut en grande partie dû à la mauvaise image donnée par le prince et son ami. Cette image les avait-elle précédés ? Comment était-elle née ? Comment fut – elle diffusée de sorte qu’elle participa à anéantir tout espoir de ramener la jeune Infante en Angleterre et à maintenir la paix avec l’Espagne ? Afin de bien comprendre les enjeux du voyage de Charles, Prince de Galles, les lignes qui suivent apporteront un éclairage à partir de sources britanniques et espagnoles sur les raisons qui l’ont mené à l’entreprendre ainsi que sur son échec.

  • 5 Voir lettres (février à septembre 1623) dans Hume, Papeles Satíricos sobre el Ministerio del Conde (...)
  • 6 Celle-ci n’exista de son vivant que par les mots et quelques actions qui les concrétisèrent (loi de (...)
  • 7 Sabrina Juillet Garzon, Unis par la couronne, indépendants par l’Église. L’Écosse face à l’Angleter (...)

5La décision de partir pour Madrid ne fut pas que politique, elle résultait d’une tradition et d’une éducation faite dans le contexte particulier de la crise du Palatinat ainsi que d’une volonté de véhiculer des valeurs fraternelles conditionnées par une vision religieuse spécifique et la croyance démesurée en la puissance politique des royaumes britanniques. Le contexte de ce voyage fut d’abord une conséquence directe de l’union des couronnes de 1603. Le Roi Jacques avait uni en sa personne les couronnes de ces royaumes. Il n’eut de cesse de promouvoir leur grandeur sous le sous nom de Royaumes de Grande-Bretagne, un titre qui ne fut jamais officialisé par les parlements malgré ses nombreuses demandes, mais que Philippe IV d’Espagne et son ministre Olivarès utilisèrent pour le flatter et attirer sa bienveillance.5 Le Roi Jacques eut toujours soin de défendre la place de l’Écosse sur l’échiquier politique et plus encore une fois devenu roi d’Angleterre. L’Écosse devait être reconnue comme l’égale de cette dernière.6 La Britania des Romains et d’Elisabeth Ire laissait place à une Magna Britania devant devenir un exemple d’unité politique et religieuse à travers l’Europe et le monde.7 Les couronnes d’Angleterre et d’Écosse associées représentaient une force non négligeable tant d’un point de vue religieux, que politique et économique. L’association des deux royaumes permettait un meilleur contrôle de l’espace atlantique ainsi qu’une nouvelle diplomatie : l’Écosse bénéficiait de la grandeur et de la puissance économique de l’Angleterre et l’Angleterre pouvait nouer de nouveaux liens avec les nations ayant toujours traditionnellement soutenu l’Écosse, comme la France. C’est donc en prince anglais, écossais et britannique, persuadé de sa puissance, car ayant été élevé dans cet esprit, que Charles partait quérir sa promise. Cette grandeur était d’autant plus considérée comme acquise qu’elle était légitimée par l’acceptation de l’Empire espagnol de traiter avec la Grande Bretagne. En ce début de dix-septième siècle, l’Espagne était reconnue comme le royaume le plus puissant d’Europe : cet empire était encore celui où le soleil ne se couchait jamais. Certes, il y avait bien eu des précédents de mariages espagnols sous Henry VIII et Marie Ire, mais ils avaient été faits entre catholiques. Le fait même pour l’Espagne, fille aînée de l’Église romaine, de considérer un mariage avec des royaumes protestants, prouvait qu’il y avait un réel intérêt à négocier avec eux. Cela donna à l’Écosse, souvent oubliée des grandes négociations européennes, une importance certaine sur l’échiquier européen et lui donnait les moyens de s’y imposer, particulièrement pour obtenir l’aide qu’elle espérait tant pour sa princesse écossaise, la reine déchue de Bohême.

  • 8 Préface, Steve Murdoch, Scotland and the Thirty Years’ War, 1618-1648. ed. Leiden, Brill, 2001, 267 (...)
  • 9 Sabrina Juillet Garzon, op.cit. (Parties I et IV).
  • 10 Attention toutefois, Charles et Buckingham avait participé financièrement à l’envoi de troupes au P (...)

6Au moment du départ de Charles et Buckingham, l’Europe était à feu et à sang depuis la prise du Palatinat qui avait suivi la chute du royaume de Bohême, en 1620. Protestants et Catholiques s’affrontaient pour s’imposer en Europe centrale. Au cœur du conflit se trouvait la propre fille du Roi Jacques et sœur de Charles, Elisabeth et son époux, Frédéric V, ancien Electeur Palatin et roi de Bohême. Les Écossais se désespéraient du manque d’action du roi sur le continent pour sauver les intérêts de leur chère « Princesse Bess ». Ils étaient nombreux déjà à avoir rejoint les troupes suédoises, russes et hollandaises sur le continent pour combattre pour la cause de leur princesse et du protestantisme.8 Le Parlement anglais de Westminster souhaitait lui aussi agir, mais le roi tenait à mener une politique pacifique, fondée sur le dialogue et les alliances. Il l’avait fait entre l’Angleterre et l’Écosse avant et après 1603 et parallèlement, il avait mené une politique extérieure de réconciliation avec les Etats Catholiques.9 D’ailleurs, en 1623, il continuait d’espérer de voir un jour un concile qui réunirait les chrétiens et mettrait en évidence les points communs entre les deux Églises. La politique matrimoniale était un autre pilier central de sa politique de réconciliation religieuse : après avoir marié sa fille Elisabeth à un protestant en 1612, le mariage espagnol, donc avec une catholique, était une preuve déclarée de sa volonté de réconcilier la chrétienté. Ce mariage avait d’abord été prévu entre le prince héritier Henry et l’Infante Ana, la soeur aînée de Maria, mais Henry était mort et Ana/Anne avait épousé Louis XIII de France. La crise du Palatinat, avait fait évoluer la donne : il n’était plus uniquement question de réconciliation théologique mais bien d’un retour à la paix par dépôt des armes. Le mariage espagnol devait aider à cela. Le mariage – à défaut de l’amour – valait mieux que la guerre. Mais Charles voulait une intervention militaire sur le continent. Or il ne pouvait aller contre la volonté du roi. Frustré et fort des exemples des Écossais qui levaient des fonds et allaient combattre sur le continent, c’est essentiellement pour sa soeur que Charles avait décidé de partir en Espagne pour conclure les négociations de son traité de mariage devant permettre une aide de l’Espagne dans la reconquête du Palatinat. C’est donc dans un élan fraternel, pour la défense du protestantisme et suivant l’élan écossais que les deux jeunes gens étaient partis. Charles put ainsi agir tout en respectant les valeurs de réconciliation défendues par son père.10 C’est d’ailleurs certainement pour cela qu’il obtint finalement l’autorisation de ce dernier de partir.

7Il fut décidé que le voyage se ferait incognito. Or, en aucun cas le déplacement d’un prince héritier de deux royaumes à travers toute la France et l’Espagne ne pouvait être anodin d’un point de vue diplomatique. Il aurait pu être un grand acte politique pour la promotion des royaumes britanniques d’Angleterre et d’Écosse ; il n’en fut rien. Charles ne sut trouver la position à adopter au sein de la Cour catholique d’Espagne. Pourtant, il venait avec un avantage de taille : il était prince d’Écosse ce qui dans les premiers temps du séjour madrilène conditionna les négociations et les espoirs de Philippe IV et Olivarès.

  • 11 Hume, Papeles Satíricos sobre el Ministerio del Conde Duque de Olivarès. Mss18201, BN de España, p. (...)
  • 12 Breve de la santidad de Gregorio Papa XV al nobilísimo príncipe de Gales, hijo del Rey de la Gran B (...)

8Les préjugés envers les Anglais étaient tenaces à la Cour espagnole. La mémoire d’Henry VIII et de la répudiation de Catherine d’Aragon avait laissé des traces. Sans compter le mépris avec lequel ils s’étaient débarrassés de Philippe II à la mort de Marie Ire. L’Angleterre soutenait l’Église protestante. Il était donc difficilement envisageable, au premier abord, que la Sœur aînée de l’Église catholique romaine accepte de marier son Infante à un hérétique. Pourtant, cet hérétique était aussi l’héritier du trône d’Écosse qui avait aussi été le trône de celle que Rome considérait alors comme une martyre de la cause catholique : Marie Stuart. Ainsi, pour Philippe IV et son conseiller Olivarès, il existait un véritable intérêt politique et religieux à appréhender les nouvelles négociations depuis l’arrivée du prince, en mettant en avant leur dimension « écossaise ». D’ailleurs, le fait que Charles de Galles ait pris le risque de venir chercher sa fiancée en personne confirmait pour eux qu’il s’agissait bien de l’acte d’un prince écossais. En effet, si une telle décision était inédite dans le royaume d’Angleterre, elle ne l’était pas en Écosse. Les princes et monarques écossais n’avaient jamais rechigné à traverser la mer du nord pour quérir leur promise, les plus récents ayant été Jacques V, parti en France chercher Madeleine de Valois en 1636 et Jacques VI, parti trouver sa reine Anne au Danemark. Indéniablement, le prince Charles évoluait dans la tradition écossaise, ce qui pour Philippe IV et Olivarès était de bon augure pour la réalisation de leurs attentes religieuses. Or, ils avaient une image tronquée du royaume du nord, attachés au souvenir de la résistance catholique de Marie Stuart. Si la réalité de la situation religieuse en Écosse était loin de celle retenue par les Espagnols, elle ne put faire contrepoids au fantasme d’un retour au catholicisme par le biais d’une Écosse qui un temps, avait eu une souveraine qui résista et périt pour la défense de l’Église de Rome. Cette pensée favorable au prince centrée sur sa qualité de prince écossais continua d’être diffusée tout au long du séjour madrilène du Prince de Galles, et de manière ouverte durant les premières semaines du séjour. Ainsi, lors de l’Entrée solennelle à Madrid, Charles fut mené à la Puerta del Sol. Sur l’Église Victoria, le roi avait eu soin de demander que soient accrochées les représentations de la famille et des ancêtres de Charles, y compris (et surtout) des souverains catholiques d’Écosse. De même, Olivarès fit plusieurs fois référence à la souveraine écossaise lors de conversations avec ce dernier.11 L’héritage du futur époux de l’Infante était ainsi valorisé auprès des Espagnols qui s’inquiétaient de voir leur princesse partir avec un hérétique. Ces références à Marie Stuart étaient donc un moyen de rassurer la population tout en rappelant à Charles que du sang catholique coulait dans ses veines et que dans un certain sens, il était lui aussi catholique. Quant à son père, le Roi Jacques, il était certes protestant, mais il n’en était pas moins le fils de Marie Stuart et soutenait une politique de paix avec l’Espagne. Tout semblait indiquer que l’Île britannique, par le biais de l’Écosse, pouvait encore revenir vers Rome. C’est grâce à la perception que les Espagnols avaient de l’Écosse que les négociations ont perduré si longtemps. On peut donc affirmer que la couronne écossaise joua un rôle déterminant par la dimension religieuse qu’elle apporta dans les négociations. Les Espagnols imaginèrent que le prince Charles était venu en secret à Madrid pour se convertir : c’était son sang catholique écossais qui avait parlé. Où était la limite entre réalité et fantasme ? La présence en terre catholique du prince écossais laissait envisager une autre conclusion pour ce mariage : si le prince se convertissait, il ne s’agirait plus d’un mariage « mixte » permettant de restaurer des lois en faveur des catholiques de l’Île, mais bien du retour pur et simple du catholicisme tant en Angleterre qu’en Écosse. En rappelant sans cesse à Charles ses origines catholiques écossaises, Olivarès et Philippe VI, mais aussi le Pape,12 pensaient arriver à leurs fins. Ils jugèrent que l’utilisation de l’héritage écossais était un moyen de toucher le prince afin qu’il accède à leurs demandes et se convertisse. Car il s’agissait bien là du but ultime de toutes les splendides cérémonies qu’ils organisèrent pour le convaincre d’autant mieux. Il fallait éblouir pour endormir les craintes politiques. Ils oubliaient toutefois que Charles était protestant et que son père, Jacques, avait été élevé par des Presbytériens, loin de sa mère et de sa Cour catholique. Les Stuarts britanniques ne partageaient plus grand-chose avec les Stuarts écossais et les Espagnols n’arrivaient pas à l’entendre. Charles joua sur les ambigüités et fit des promesses qu’il savait qu’il ne tiendrait pas pour étouffer les suspicions et maintenir l’espoir d’une conversion jusqu’à son départ d’Espagne.

  • 13 Duchein, Buckingham, p. 167 et Glyn Redworth, The Prince and the Infant. The Cultural Politics of t (...)

9Si l’image de l’Écosse apportait une note positive dans les négociations, celle de l’Angleterre les freinait. Philippe n’aimait pas les Anglais et n’avait aucune intention de marier sa sœur à un hérétique. Les écrits contemporains faisant état de la présence de la Cour britannique à Madrid mettent en évidence que Charles ne fit rien pour contredire ce sentiment et s’imposait le plus souvent comme un prince anglais. Déjà durant le voyage vers Madrid, Charles tint des propos maladroits envers son pays de naissance. De par sa condition de futur roi de droit divin, il personnifiait l’Écosse et l’Angleterre, même s’il voyageait incognito. Il s’avère qu’il n’eût pas, lors de sa traversée de la France et de l’Espagne, conscience de l’image que sa condition exigeait de lui. Il véhicula sans, semble-t-il s’en rendre compte, les stéréotypes que l’on prêtait alors à ses royaumes et c’est l’Écosse qui fut la plus concernée : lorsque l’équipée royale arriva près de Bayonne, au moment du Carême, les jeunes hommes affamés ne purent trouver une auberge qui servait de la viande. Ils se résolurent finalement à tuer une chèvre. Même si ce fut en réalité Lord Graham, un des compagnons et Ecuyer du prince, qui fut chargé de la mission, Charles ressentit le besoin de se justifier et fit une réflexion étonnante pour un héritier au trône d’Écosse : en insistant pour dédommager le propriétaire de la chèvre, il dit qu’il n’était pas « un de ces Écossais du Nord », sous entendant par ces termes « les Highlanders » réputés pour être des voleurs de bétail des Hautes Terres d’Écosse.13 Les Écossais auraient été ravis d’entendre de tels propos venant de leur prince, né en Écosse qui plus est. En quelque sorte, à ce moment-là, Charles tuait l’écossais qu’il était en faisant cette allusion. Il montrait le côté négatif de la culture écossaise : celle d’un pays de brigands et de sauvages. Certes, le Roi Jacques maintint aussi toute sa vie des propos négatifs envers les Écossais des Hautes Terres, mais en terres étrangères et potentiellement hostiles et cherchant tous les prétextes pour déstabiliser les adversaires politiques, la sagesse aurait dû lui dicter d’éviter de tels propos.

  • 14 Toutes les fêtes organisées devaient prouver que l’Espagne accueillait au mieux le prince. Le pamph (...)
  • 15 Car étant ainsi que vous désirez prendre en mariage une fille d’Espagne, de là pouvons-nous aisémen (...)
  • 16 Carlos Puyuelo y Salinas, op.cit., p. 180.
  • 17 Voir David Sánchez Cano, "Entertainments in Madrid for the Prince of Wales : Political Functions of (...)
  • 18 John Southworth, Fools and Jesters, pp. 13-24.

10Une fois à Madrid, le prince donna une meilleure image de lui et des royaumes qu’il représentait. Il se comporta en prince britannique, conscient que l’attrait que les Espagnols avaient pour l’Écosse était essentiel. Il fallut toutefois l’intervention d’Olivaies pour qu’il prenne conscience de cela. Olivarès se chargeait alors de lui rappeler ses origines écossaises. Ainsi, lors de son Entrée officielle dans la capitale, alors que Charles arborait les insignes et symboles d’Angleterre de la croix de Saint Georges et du cordon de l’ordre de la Jarretière,14 Olivarès lui rappela aussitôt son lien avec l’Écosse par ses références à Marie Stuart.15 Dès lors, Charles compris que l’Écosse était centrale dans les négociations. Par la suite, durant le séjour pour mieux amadouer Olivarès, il évoqua lui-même le souvenir de sa grand-mère en offrant à ce dernier un portrait d’elle…16 il avait compris quelle était la corde sensible. Le Roi Jacques eut certainement la même prise de conscience étant donné qu’il envoya à son fils une Cour volontairement composée d’Anglais et d’Écossais. Ce choix n’était pas seulement lié à une question du respect de l’équité dans la représentation britannique de ses royaumes, il souhaitait donner cette dimension écossaise attendue de toute évidence par le roi d’Espagne comme les rapports et lettres qui lui étaient envoyés et décrivant le séjour du prince le suggéraient.17 Les membres écossais de la Cour britannique à Madrid aidèrent ainsi Charles à promouvoir au quotidien, par leur simple présence, le « côté écossais » de leur délégation. Les plus influents étant Lord Graham et le Fou du Roi Jacques, Archibald Armstrong, qui réussit à intégrer la maison de la reine pour mieux y entendre les confidences de ces dames et valoriser et défendre à l’occasion les valeurs et ce qu’il estimait être la grandeur de ses royaumes.18

11Malgré les pressions d’Olivarès pour le faire agir en prince écossais, Charles n’agit jamais en tant que prince d’Écosse exclusivement. En effet, il était britannique et en théorie, ne devait pas favoriser un royaume plus que l’autre. Il se contenta de laisser sa Cour interagir librement avec la Cour de Philippe IV. Il était rassurant pour ces derniers d’avoir des Écossais pour contrebalancer le comportement qu’ils jugeaient inacceptable des Anglais, même si en réalité, tout cela n’était qu’une question de préjugés et que rien n’indique dans les mémoires et correspondances que le comportement des Anglais et des Écossais ait été différent… . La diffusion des valeurs écossaises étaient ainsi provoquée, voire faite par les Espagnols eux-mêmes, sur la base des idées reçues qu’ils avaient de ce pays et surtout du souvenir fantasmé qu’ils gardaient de son engagement dans la cause du catholicisme. Cette situation était donc source de paradoxes et de confusion entre ce que les Espagnols souhaitaient obtenir du Prince de Galles et la perception qu’ils avaient de sa Cour, de ce qu’ils savaient d’elle et pensaient d’elle. L’ambivalence de la Cour britannique perturba la réception des valeurs pourtant communes portées par ses membres indépendamment de leur nationalité : ils étaient tous sujets du Roi Jacques et devaient, comme leur prince, défendre ses intérêts britanniques et protestants. Les préjugés des Espagnols envers les Anglais tranchèrent avec l’idée qu’ils se faisaient de l’Écosse. L’ambivalence de la condition anglo-écossaise du prince favorisa les situations ambiguës, voire les quiproquos. Finalement, dans l’imaginaire commun et face au comportant d’Anglais dont Buckingham, ce fut le caractère « anglais » de la Cour britannique qui prit le dessus. La promotion faite par la cette dernière ne fut pas humble et confirma auprès de la Cour madrilène l’idée que les « anglais » étaient hautins et sûrs d’eux. Car plus les négociations avançaient, plus les relations entre les deux cours se détérioraient et l’on oublia la présence des Écossais pour ne parler que des insupportables Anglais. Les préjugés envers ces derniers se généralisèrent à l’ensemble de la Cour britannique.

  • 19 Listes envoyées les 3 et 18 mars 1623. Report. In Calendar of State Papers, Domestic, 1623-1625, pp (...)
  • 20 La couronne donna en prêt sans intérêts de l’argent aux nobles pauvres. Philippe révoqua, le temps (...)
  • 21 21François Guizot, Un projet de mariage royal. Paris, Hachette, 1863, 360 p.
    Voir aussi J.H. Elliot (...)
  • 22 22Lettre de Jacques I à Buckingham, 11 mars 1623, p. 256-8, Goodman, The Court of James the First, (...)
  • 23 23Lettre du Pape Grégoire XV au Prince de Galles. Paris, 1623. Parmi ses arguments, le Pape pris mê (...)
  • 24 Lettre du Prince de Galles au Pape Grégoire XV, 20 juin 1623.
  • 25 Escorial MS. K1.17, fol. 133

12En Espagne, les Anglais étaient considérés comme orgueilleux, méprisants, agissant dans l’excès, et la Cour du Prince de Galles à Madrid ne faillit pas à cette réputation. Ils voulaient impressionner et se ruinaient. Une partie des joyaux de la couronne fut alors sacrifiée à cette folie. Le Roi Jacques envoya l’épée de diamant qui avait appartenu au prince Henry, des bagues de la reine Elisabeth I et le célèbre « diamant du Portugal » ainsi que le rubis qu’Henry VIII avait pris dans la chapelle de Thomas Becket.19 Mais cela ne suffit pas. Jacques dut demander à Buckingham de solliciter l’Espagne pour un versement anticipé de la dot pour payer leurs frais sur place. La demande fut refusée. Comment un soi-disant royaume si puissant en était-il arrivé à demander crédit ? Derrière ce refus espagnol se cachait en réalité le même problème financier, mais Philippe IV, bien déterminé à impressionner Charles l’était tout autant à maintenir le secret sur la situation financière dramatique de l’Espagne.20 Mais la pauvreté du peuple espagnol ne passa pas inaperçue pour autant. Buckingham se moqua beaucoup de la pauvreté des Espagnols21 et quand il ne passait pas son temps à jouer aux cartes et à séduire ces dames, il méprisait les cérémonies religieuses espagnoles et se plaignait qu’il n’y avait rien à faire à Madrid. Son mépris et ses dénigrements n’aidaient en rien à la situation ; bien au contraire. Le comportement du prince, de son ami et de sa Cour plus généralement, créa un sentiment anti – anglais. Il y eut d’abord de la moquerie, puis de la lassitude et enfin un véritable sentiment de rejet de la part de la famille royale et de la Cour. L’Infante menaça de se retirer dans un couvent si on l’obligeait à épouser cet hérétique qui en plus ne savait pas se comporter correctement. La situation conforta Olivarès dans son idée que la grandeur de l’Espagne pouvait être maintenue grâce à la sévérité envers les protestants, il s’avéra rapidement qu’il n’eut aucune intention d’aider à la reconquête du Palatinat, qui signifiait une aide aux protestants.22 Il fallait désormais trouver une solution pour faire partir le prince et empêcher le mariage. Il négocia avec le Pape afin que celui-ci ne délivrât pas de dispense, mais le Pape décida au contraire de la donner, persuadé que ce mariage et la possible conversion du prince était une chance pour la chrétienté romaine. Il adressa même une lettre à Charles à ce sujet.23 Charles ne sut avoir qu’une réponse vague qui maintint l’espoir des catholique.24 Charles n’affirmait pas ses intentions religieuses de manière claire. Il joua sur l’ambigüité de son attachement à ses ancêtres écossais et à leurs traditions et aux valeurs de son père. Au fil des semaines, Philippe IV et Olivarès étant eux-mêmes décidés à ne pas marier l’Infante à cet hérétique, radicalisèrent leurs propositions envers les catholiques anglais et écossais. Pour ne pas perdre la face, le Roi Jacques fut forcé de prêter serment en faveur de ces conditions. À la mi-juillet, la situation devint inextricable. À cette situation diplomatique dangereuse s’ajoutait le fol amour du prince pour l’Infante. Charles dépassa les limites et choqua la Cour espagnole. Frustré de ne pouvoir parler à Maria, il décida de franchir le mur qui le séparait de sa belle alors que celle-ci se promenait dans les jardins du palais royal. Il se jeta à ses genoux. Il scandalisa la Cour par ses agissements. Quelques semaines plus tard, Charles posa un ultimatum à Philippe. Il était prêt à enlever l’Infante. Il était devenu incontrôlable. Quant à Buckingham, il mit toute la Cour contre lui par un comportement impulsif, sanguin et indécent tout au long de son séjour. Il allait de conquête féminine en affrontement avec les maris… On lui prêta même une liaison avec la femme d’Olivarès, ce qui le rendit extrêmement jaloux et le conforta dans son opinion si négative des Anglais. Bientôt, il ne fut plus question que d’Anglais mal élevés et insupportables. En quatre mois, la Cour britannique avait perdu tout le bénéfice de son attrait écossais. Olivarès avait d’ailleurs sa vision et son explication sur cette nouvelle situation : pour lui - comme pour beaucoup - ce n’était en réalité pas Charles mais Buckingham qui menait les négociations, et « Buckingham comme le diable avaient leur siège en Angleterre »25 et non en Écosse.

  • 26 Un de ces poèmes du grand poète et dramaturge espagnol Lope de Vega présenta Charles en Apollon, en (...)

13Pourtant, le peuple espagnol – du moins les Madrilènes – semblait avoir cru en cette union avec la « Grande-Bretagne » : leur joie et leur présence à chaque événement et apparition du prince démontraient le regard bienveillant de l’Espagne. La narration de l’Entrée du prince, si typique du règne de Philippe IV, regroupa plusieurs poèmes glorifiant l’événement en offrant une vision magnifiée et optimiste de l’événement et de ses conséquences sur les relations entre l’Espagne et la Grande-Bretagne.26

14 Les préjugés culturels et les réticences religieuses firent partie des raisons majeures ayant influencé les négociations et l’échec du projet de mariage. Le comportement du Prince de Galles et de sa suite ainsi que la manière dont l’image et les valeurs des deux royaumes d’Écosse et d’Angleterre ont été diffusées en Espagne ont été décisifs dans l’évolution des négociations. Par leurs agissements, Charles et Buckingham ont donné une image négative de la Cour britannique. Elle avait pourtant été constituée d’Anglais et d’Écossais ayant délibérément été choisis pour représenter les deux royaumes. Elle n’a pu dépasser les préjugés que les Espagnols avaient, particulièrement envers l’Angleterre. Cependant, si cela devint un handicap insurmontable aux négociations durant la seconde partie du séjour, les festivités et les négociations dans les premières semaines qui ont suivi l’arrivée de Charles ont mis en évidence l’utilisation de l’image de l’Écosse et la diffusion de ses valeurs tant par la Cour britannique que par Philippe IV et Olivarès. Ces dernières permirent de reprendre les négociations sur de nouvelles bases et d’espérer une conclusion positive. Sans cela, le séjour du prince et les négociations auraient été avortés dès les premiers jours. En effet, les Espagnols accueillirent Charles en prince d’Écosse. Ils crurent qu’en héritier de Marie Stuart, il était venu en ces terres catholiques pour aider la cause de Rome. Malgré quelques maladresses, Charles compris la pertinence d’utiliser cette image nostalgique de la monarchie écossaise et de sa lutte dans la résistance catholique sur l’Île pour amadouer l’Espagne. De fait certes, il s’imposa avant tout en prince britannique, mais profita de l’image que les Espagnols entretenaient de l’Écosse. Il joua ainsi un double jeu, ne reniant pas ses ancêtres et ne s’engageant pas non plus à se convertir au catholicisme comme les Espagnols l’espérèrent et les Britanniques le craignirent. L’argument de l’Écosse l’aida à rendre sa présence crédible, voire légitime aux yeux des Espagnols même si finalement, il ne fit que détendre quelque temps seulement les négociations sur le plan religieux et ne suffit pas à changer l’opinion générale des Espagnols. Ni l’image du prince évoquée à travers la mémoire de ses ancêtres, ni les provocations d’Archie, le Fou du Roi Jacques, ni les interventions mi amicales mi diplomatiques d’Endymion Porter ne purent faire oublié que les Espagnols - et surtout Olivarès - ne supportaient pas les Anglais. Tout fut fait pour empêcher le mariage de l’Infante avec un hérétique. Le conflit ouvert entre Olivarès et Buckingham finit par mettre fin à l’aventure. Le prince et sa suite partirent. Charles revînt sur son Île en héros, car il avait résisté aux pressions catholiques, en bon protestant… mais finalement, avait-il eu le choix ? L’incapacité qu’il eut avec Buckingham de défendre les intérêts des royaumes britanniques, leurs excès et la manière de porter leurs valeurs nationales face aux expressions du pouvoir Espagnol ont été une preuve suffisante et un argument pour Philippe IV pour prétendre que le prince n’était pas digne de l’Infante.

15Que dire finalement de l’impact de l’utilisation et de la diffusion de l’image et des valeurs écossaises ? La culture écossaise ne fut concrètement diffusée au sein au quotidien à la Cour espagnole que par les Écossais de la Cour britannique. Elle ne fut utilisée à aucun moment dans le but de promouvoir l’Écosse, comme l’avait espéré le Roi Jacques pour imposer ce royaume aux yeux du monde comme l’égale de l’Angleterre. Toutefois, Philippe IV et Olivarès se raccrochèrent durant de nombreuses semaine aux valeurs de résistance catholique portées par l’Écosse dans le passé alors qu’en réalité, la situation était à l’opposé de la position ultra-protestante qu’avait alors adopté la majorité des Écossais, mais cela, l’Espagne choisit de l’ignorer et le prince Charles de ne pas le rappeler… Alors qu’il fallait résoudre la crise diplomatique et religieuse au Palatinat, il semble que nul ne voulait alors rappeler la réalité des dissensions religieuses au sein des royaumes protestants sur l’Île britannique. Dans ce marasme religieux européen, il fallait construire sur des bases servant la diplomatie et permettant de garder l’espoir que les négociations auraient une chance d’aboutir ou au moins de faire patienter de temps trouver meilleure stratégie.

Notes

1 Michel Duchein, op.cit., p. 167. À Bordeaux, le Duc d’Epernon, averti de la royale présence, manque de briser le secret en invitant l’équipée à sa table. Il feint de ne proposer cette invitation que pour « saluer deux honorables Anglais. »

2 Michel Duchein, Le Duc de Buckingham, p. 171.

3 Michel Duchein, Jacques Ier Stuart, p. 492. La nouvelle de l’arrivée du prince se propagea immédiatement dans la ville. Digby courut directement prévenir l’ambassadeur Gondomar qui partit à son tour l’annoncer à Olivarès. Un comité se réunit tôt dès le lendemain matin pour faire face à cette arrivée royale surprise. Le prince, officiellement futur fiancé de l’Infante devait être reçu à la hauteur de son rang. Olivarès rencontra son homologue Buckingham dans la soirée pour arranger une rencontre informelle avec le roi Philippe. Elle fut organisée de sorte que ce fût une rencontre surprise durant laquelle Philippe reconnaîtrait le prince et l’inviterait dans son carrosse. D’une manière ou d’une autre, le secret fut trahi. Une grande partie des madrilènes se trouvaient déjà sur les lieux de cette rencontre pour y assister. Voir aussi : J.H., Elliott, The Count-Duke of Olivarès : The Statesman in an Age of Decline. Londres, Yale University Press, 1986, pp. 240-53.

4 La scène est décrite dans Carlos Puyuelo y Salinas, Carlos de Inglaterra en España : Un Príncipe de Gales busca Novia en Madrid. Madrid, Escelicer, 1962, p. 222.

5 Voir lettres (février à septembre 1623) dans Hume, Papeles Satíricos sobre el Ministerio del Conde Duque de Olivarès, Mss18201, Biblioteca Nacional de España ; 20 avril 1623, Lettre du Pape Grégoire XV au Prince de Galles. Paris, 1623, p. 9 ; " Príncipe de Gales, hijo único vàro del Rey de la Gran Britania, ha venido à esta Corte", lettre du 30 mars de Philippe IV à Ferdinand d’Autriche, in Dávila, Entrada que hizo en la corte del Rey de las Españas, op. cit., p. 3.

6 Celle-ci n’exista de son vivant que par les mots et quelques actions qui les concrétisèrent (loi des Post-nati, uniformisation des poids et mesures, création d’un drapeau et insistance à être appelé « Roi de Grande Bretagne »).

7 Sabrina Juillet Garzon, Unis par la couronne, indépendants par l’Église. L’Écosse face à l’Angleterre, 1603-1707. EUE, 2011, Partie I.

8 Préface, Steve Murdoch, Scotland and the Thirty Years’ War, 1618-1648. ed. Leiden, Brill, 2001, 267 p.

9 Sabrina Juillet Garzon, op.cit. (Parties I et IV).

10 Attention toutefois, Charles et Buckingham avait participé financièrement à l’envoi de troupes au Palatinat. Les Communes lui demandèrent alors d’envoyer ses forces armées contre l’Espagne, ce qu’il refusa sous prétexte de ces négociations (S. Juillet Garzon, op.cit., note 341).

11 Hume, Papeles Satíricos sobre el Ministerio del Conde Duque de Olivarès. Mss18201, BN de España, p. 20.
Carlos Puyuelo y Salinas, Carlos de Inglaterra en España : Un Príncipe de Gales busca Novia en Madrid. Madrid, Escelicer, 1962, p. 180.

12 Breve de la santidad de Gregorio Papa XV al nobilísimo príncipe de Gales, hijo del Rey de la Gran Britania, Madrid, 1623 (traduit du latin en espagnol). Voir aussi Calendar of State Papers - Venetian, vol. 1621-1623 (section février- juillet 1623). Une réponse ambigüe faite au Nonce le 28 mai est référencée dans David Sánchez Cano, “Entertainments in Madrid for the Prince of Wales : Political Functions of Festivals” in Alexander Samson, The Spanish Match. Prince Charles’ Journey to Madrid, 1623. Londres, University College London, 2006, p. 6.

13 Duchein, Buckingham, p. 167 et Glyn Redworth, The Prince and the Infant. The Cultural Politics of the Spanish Match. p. 78.

14 Toutes les fêtes organisées devaient prouver que l’Espagne accueillait au mieux le prince. Le pamphlet « Segunda Relación de la suntuosa entrada con palio en Madrid del Príncipe de Inglaterra » (Séville, 1623) est un bon exemple de la propagande organisée lors de ce séjour. Voir aussi Alexander Samson, "Dress to impress », op.cit., pp. 38-39.

15 Car étant ainsi que vous désirez prendre en mariage une fille d’Espagne, de là pouvons-nous aisément conjecturer que ces anciennes semences de la piété Chrétienne qui ez coeur des Royes de la Grande-Bretagne ont été si heureusement florissante (dieu leur donnant accroissement) reverdir en votre âme [...] à ce qu’il luy plaise de vous mettre comme une belle fleur du Christianisme, et unique espérance de la Grande-Bretagne en possession de ce très noble héritage que vos ancêtres vous ont acquis, à défendre l’autorité de votre souverain pontif et à combattre les monstres de l’hérésie. (Lettre du Pape Grégoire XV au Prince de Galles. Paris, 1623, p. 4).

16 Carlos Puyuelo y Salinas, op.cit., p. 180.

17 Voir David Sánchez Cano, "Entertainments in Madrid for the Prince of Wales : Political Functions of Festivals", in Alexander Samson, op.cit., pp. 51- 74 ; Alexander Samson, "Dress to impress", in The Spanish Match. Prince Charles’ Journey to Madrid, 1623. Londres, University College London, 2006, pp. 38-39, 42 ; Glyn Redworth, op.cit., p. 96-98 ; Martin Hume, The Court of Philip IV of Spain. Spain in Decadence. Londres, 1907, 515 p. ; Pedro Craesbeeck, Relación de la entrada del Príncipe de Gales, único hijo, y heredero del Rey de Inglaterra en Madrid, como se avisa por carta de 22 de Marzo de 1623. Lisbonne, 1623, 4p. ; J.H., Elliott, The Count-Duke of Olivarès : The Statesman in an Age of Decline. Londres, Yale University Press, 1986. Toutes les fêtes organisées devaient prouver que l’Espagne accueillait au mieux le prince (Pamphlet : Segunda Relación de la suntuosa entrada con palio en Madrid del Príncipe de Inglaterra. Séville, 1623).

18 John Southworth, Fools and Jesters, pp. 13-24.

19 Listes envoyées les 3 et 18 mars 1623. Report. In Calendar of State Papers, Domestic, 1623-1625, pp. 540-41.
Voir aussi Michel Duchein, Le Duc de Buckingham, p. 189, et Glyn Redworth, The Prince and the Infant. The Cultural Politics of the Spanish Match, p. 96.

20 La couronne donna en prêt sans intérêts de l’argent aux nobles pauvres. Philippe révoqua, le temps de la visite du prince un édit interdisant les objets et vêtements de luxe dans le cadre de sa réforme financière de 1621 et les gens ne devaient rien dire à ce sujet sous peine d’être emprisonnés.
Voir aussi David Sánchez Cano, “Entertainments in Madrid for the Prince of Wales : Political Functions of Festivals” in Alexander Samson, The Spanish Match. Prince Charles’ Journey to Madrid, 1623. Londres, University College London, 2006, pp. 53 ; “Dress to impress”, op.cit., p. 42.
Voir aussi Simón Díaz, Relaciones breves de actos públicos. Madrid : 1623 et Gil González Dávila, “Teatro de la Grandezas de Madrid Corte de los Reyes Católicos de España,” Madrid 1623 ; « Segunda Relación de la suntuosa entrada con palio en Madrid del Príncipe de Inglaterra » (Séville, 1623).

21 21François Guizot, Un projet de mariage royal. Paris, Hachette, 1863, 360 p.
Voir aussi J.H. Elliot, The Count-Duke of Olivarès : The Statesman in an Age of Decline. Londres, Yale University Press, 1986 ; J. Dunlop, Memoirs of Spain during the reigns of Philip IV and Charles II from 1621 to 1700. Londres, 1834.

22 22Lettre de Jacques I à Buckingham, 11 mars 1623, p. 256-8, Goodman, The Court of James the First, Londres, Samuel Bentley, 1839. Voir aussi Michel Duchein, Buckingham, p. 202.

23 23Lettre du Pape Grégoire XV au Prince de Galles. Paris, 1623. Parmi ses arguments, le Pape pris même le parti de la flatterie en faisant référence à la politique de réconciliation de la Chrétienté du roi Jacques : « Vous et votre sérénissime père soyez qualifiés du nom de libérateurs et restaurateurs de l’Ancienne et paternelle religion de la Grande-Bretagne. » (op. cit., pp. 4-9)

24 Lettre du Prince de Galles au Pape Grégoire XV, 20 juin 1623.

25 Escorial MS. K1.17, fol. 133

26 Un de ces poèmes du grand poète et dramaturge espagnol Lope de Vega présenta Charles en Apollon, en jeune homme vaillant, apportant la lumière et salué par Philippe. Il représentait la paix entre les deux nations et l’espérance de la gloire pour leur princesse Maria. Le voyage et la bravoure de Charles avaient provoqué l’admiration de gentilshommes espagnols qui à leur tour évoquèrent l’entreprise de Charles dans des lettres et récits de mémoires. Voir Don Antonio de Solis, Siendo Joven, « A la entrada del Príncipe de Gales en Madrid por Marzo del Año 1623 » ; Lope de Vega : « Carlos Estuardo soy, que siendo el amor mi guía, al cielo de España voy, por ver mi estrella María ». Lope de Vega, Cuarteto de en el que se celebra la llegada de Carlos Estuardo, Príncipe de Gales, a mediados de marzo de 1623. Voir aussi par exemple, la Lettre De Howell à Thomas Guin, in Carlos Puyuelo y Salinas, Carlos de Inglaterra en España : Un Príncipe de Gales busca Novia en Madrid. Madrid, Escelicer, 1962, p. 156.

Auteur

A senior lecturer in British Studies at the University of Paris 13. Her research focuses on the issue of the affirmation of Scotland and England as independent nations within the Union of the Crowns. She is currently working on the place and role of Scotland in the European policy of Great Britain under King James VI and I.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search