Version classiqueVersion mobile

The Production and Dissemination of Knowledge in Scotland

 | 
Lesley Graham

2. Professional Knowledge

Représentations des professions libérales en tant qu’experts dans la littérature écossaise : spécificité de la représentation des médecins dans l’œuvre d’Arthur Conan Doyle

Romain Girard

Texte intégral

1Si l’on dresse la liste des prouesses des hommes de science écossais nés au dix-neuvième siècle, on ne peut que ressentir de l’admiration. On compte bien sûr parmi ces derniers les inventeurs du téléphone (Alexander Graham Bell, 1847-1922) et de la télévision (John Logie Baird, 1888-1946), mais aussi les inventeurs de la dialyse (Tomas Graham, 1805-1869), et de la carte météorologique (Alexander Buchan, 1829-1907), ainsi que le premier homme à avoir su mesurer la distance entre le système solaire et son plus proche voisin Alpha du Centaure (Thomas Henderson, 1798-1844). Au vu d’un tel rôle des savants écossais dans les avancées scientifiques qui fleurirent tout au long du dix-neuvième siècle et dans les premières décennies du vingtième siècle, il serait raisonnable de penser que ce succès est dû, en partie au moins, aux institutions éducatives écossaises, que nous nous proposons d’examiner brièvement, notamment en lien avec la montée de la figure de l’expert dans la société. Nous limiterons cependant notre propos à la question de la science médicale, qui illustre bien les mécanismes de ce phénomène.

2Il s’agira tout d’abord de mettre en évidence le rôle prépondérant des centres de savoir écossais (les universités d’Édimbourg et de Glasgow, mais aussi diverses sociétés savantes) dans l’élargissement de l’offre de formation médicale et la diffusion des savoirs médicaux en Grande-Bretagne. Nous mettrons en évidence le fait que de telles institutions ont permis de mettre en question le monopole des Royal Colleges dominés par les élites sociales d’Oxbridge, qui régissaient de manière exclusive le système de formation des corporations médicales les plus prestigieuses jusqu’au début du dix-huitième siècle.

3Suite à cette brève mise en perspective historique et culturelle, nous centrerons notre étude sur la représentation de la montée des experts appartenant aux diverses corporations médicales dans les œuvres d’un auteur écossais des plus populaires, à savoir Arthur Conan Doyle. Nous verrons en quoi leur statut de spécialiste leur permet d’occuper de plus en plus régulièrement la place de narrateur et donc d’influer sur le mode de diffusion des savoirs à travers le récit, et, s’ils restent personnages, de quelle manière leurs discours d’appropriation des savoirs et de circonscription de la connaissance participent d’une certaine contamination narratoriale.

4Enfin, nous chercherons à montrer que cette omniprésence du corps médical (et des divers discours lui étant associés) dans les travaux d’Arthur Conan Doyle relève à la fois d’un processus de glorification et de subversion de l’image d’experts qui caractérise les professions médicales au dix-neuvième siècle.

5Pour commencer, il semble indéniable que dans le domaine de la science médicale l’Écosse ait été pionnière, tant au niveau des connaissances acquises et diffusées que pour la mise en place d’un système plus ouvert et dans une certaine mesure moins discriminatoire, comme en témoigne le cas particulier de certaines professions libérales, ou professions, dont notamment les chirurgiens. Ceux-ci bénéficient dès 1506 d’une charte royale accordée par Jacques IV d’Écosse, alors qu’en Angleterre, ils n’accèdent par comparaison au statut de Guilde puis de Compagnie qu’à partir de 1745, lorsqu’ils obtiennent d’être considérés séparément des barbers et forment la London Company of Surgeons. Cette ascension sociale facilitée en Écosse pour une corporation médicale qui reste mal considérée jusqu’aux premières décennies du dix-neuvième siècle est également rendue possible par une accessibilité accrue aux centres de savoir écossais, comme William F. Bynum le note dans son ouvrage Science and the Practice of Medicine in the Nineteenth Century (1994) :

  • 1 William F. Bynum, Science and the Practice of Medicine in the Nineteenth Century, Cambridge : Cambr (...)

Only a few of these [surgical students] bothered to take a medical degree since their ordinary mode of training was still through an apprenticeship with a master surgeon or practitioner. Rather, budding surgeons would come to Edinburgh or Glasgow for a year or two of their apprenticeship (normally seven years) to study anatomy, chemistry and other subjects less easy to acquire with their master.1

  • 2 ibid., pp. 3-4.

6La dernière partie de cette citation montre que les universités écossaises, en plus d’être ouvertes aux représentants des corporations médicales les moins prestigieuses, proposent une offre à la fois spécialisée et variée. Ce sont certainement ces qualités qui sont à l’origine de l’augmentation de leur fréquentation dès le milieu du dix-huitième siècle par des étudiants venus de tout le Royaume-Uni, voire de toute l’Europe. De nouveau, il convient de citer William F. Bynum à ce sujet : « By the 1750s, however, the Scottish universities had replaced the Dutch as the favorite destination for aspiring students without the desire, money, religion, or connections to get into Oxbridge. »2 Lorsque Bynum fait référence à Oxbridge, il le fait en lien au Royal College of Physicians of London fondé en 1518, qui exerce un contrôle sans partage, jusqu’au début du dix-neuvième siècle au moins, sur les sphères de la médecine et de la science médicale :

  • 3 ibid., p. 3.

Oxbridge graduates dominated the Royal College of Physicians of London. Barring exceptional circumstances, only they were eligible for the Fellowship in the College. […] Several earlier attempts to liberalize its policies so that medical graduates from other universities could be elected Fellows (instead of merely as Licentiates, nonvoting affiliates), and to turn it into a more egalitarian instrument of medical reform had failed.3

7C’est face à ce barrage fait par les élites sociales en Angleterre que se développe l’attrait des universités écossaises, qui ont su constituer une alternative à l’hégémonie des Royal Colleges et permettre l’élargissement de l’offre de formation, rendant possible une diffusion plus large des savoirs.

  • 4 Arthur Conan Doyle, « The Case of Lady Sannox » (novembre 1893) in Tales of Medical life, The Conan (...)
  • 5 Arthur Conan Doyle, « A Medical Document » (octobre 1894) in Tales of Medical life, The Conan Doyle (...)

8C’est ainsi qu’au dix-neuvième siècle, nombre de jeunes gens se destinant à la profession médicale font leurs classes dans les universités écossaises, moins sélectives au niveau social que leurs pendants anglais mais tout aussi valables pour ce qui est de la science médicale au moins. Parmi eux, Arthur Conan Doyle, né en 1859 à Édimbourg, médecin dont la carrière littéraire est bien connue des lecteurs du monde entier. Du fait de sa proximité avec le monde médical, qu’il connaît en tant qu’initié, on trouve fréquemment dans les œuvres de Conan Doyle des personnages et des narrateurs issus de ce milieu particulier. Ces médecins, chirurgiens et autres spécialistes sont fréquemment (re)présentés comme des experts, dont les savoirs mais aussi les discours imprègnent la production littéraire de leur créateur. En cela, la place donnée aux membres des professions par Conan Doyle rend compte de la montée des professions libérales – et notamment du corps médical – dans la société victorienne. Ces derniers sont le plus souvent décrits comme des plus compétents, maîtrisant des savoir-faires spécifiques, à l’image du chirurgien Douglas Stone, personnage clé de la nouvelle « The Case of Lady Sannox » (1893) : « He was born to be great, for he could plan what another man dare not do, and do what another man dare not plan. In surgery, none could follow him. His nerve, his judgment, his intuition were things apart. »4 De même, le personnage de Hargrave, qui est présenté dans la nouvelle « A Medical Document » (1894), partage ces qualités exceptionnelles : « There is nothing surgical which Hargrave has not the skill and the audacity to do. »5 Les chirurgiens ne sont évidemment pas les seuls experts mis en scène dans les travaux de Conan Doyle, et l’on trouve une large variété de spécialistes dans ses nouvelles, allant de l’entomologie avec le Dr Hamilton, rencontré dans la nouvelle « The Beetle-Hunter » (1898), à la physiologie, dont le Dr Gilroy (issu de la nouvelle « The Parasite » publiée en 1894) est un éminent spécialiste, en passant par la psychiatrie, discipline chère à l’aliéniste Charley Manson présenté dans la nouvelle « A Medical Document » (publiée également en 1894).

  • 6 Arthur Conan Doyle. « A Medical Document », op. cit., p. 1044.

9Ces qualités et ces savoirs diverses associés aux professions médicales sont aussi l’apanage de nombreux narrateurs dans les nouvelles de Conan Doyle puisque ce sont très fréquemment des médecins qui relatent les faits. En effet, leur titre de docteur, ainsi que le statut social avantageux qui l’accompagne, font d’eux des narrateurs tout désignés lorsqu’il s’agit d’attester des faits étranges ou insolites, en accord avec les codes de la littérature à sensation en vogue à la fin de la période victorienne, qui met en avant le récit d’événements avérés. Ainsi, la présence d’experts de la science ou de la médecine en tant que narrateurs ne se résume pas à une mise en avant de la corporation à laquelle Conan Doyle appartient ou a appartenu, mais sert clairement l’efficacité du récit, puisque le statut particulier de ces narrateurs apporte une valeur de véracité, de vérité même, aux événements qu’ils relatent. En effet, du fait de sa maîtrise des savoirs scientifiques, un narrateur issu de la profession médicale peut souvent prétendre à des capacités particulières d’observation du réel, mais aussi au pouvoir de générer du sens à partir de faits et de signes parfois équivoques pour les profanes. Ceci est manifeste dans la nouvelle « A Medical Document », au cours de laquelle trois représentants du corps médical, le chirurgien Hargrave, l’aliéniste Charley Manson et le médecin généraliste Theodore Foster échangent des histoires insolites vécues dans le cadre de leur vie professionnelle. La valeur de vérité des anecdotes présentées découle à la fois de la position de spécialistes expérimentés dont jouissent ces trois narrateurs intradiégétiques et du flegme avec lequel ils traitent ces étranges événements, qui font partie de leur quotidien mais qui sidèrent le jeune journaliste chargé de recueillir leurs propos, si bien que Theodore Foster se justifie à la fin de la nouvelle par la déclaration suivante : « There’s no need for fiction in medicine […] for the facts will always beat anything you can fancy. »6 Foster définit ainsi la médecine comme un mode de connaissance qui permet la production d’un discours rationalisant et fixateur du réel. Un tel discours, qui entérine la valeur de la parole des membres des professions médicales, et dans une certaine mesure des professions libérales dans leur ensemble, trouve un écho certain dans la fiction victorienne, comme l’attestent les travaux de Conan Doyle mais aussi de nombreuses œuvres du canon littéraire victorien (on pensera entre autres à Wilkie Collins et à Stevenson).

  • 7 Arthur Conan Doyle, « The Adventure of the Creeping Man » (mars 1923) in The Casebook of Sherlock H (...)
  • 8 Arthur Conan Doyle, « The Adventure of Charles Augustus Milverton » (avril 1904) in The Return of S (...)
  • 9 Arthur Conan Doyle, « The Beetle-Hunter » (juin 1898) in Tales of Mystery, The Conan Doyle Storie, (...)

10En outre, il faut dire que l’image d’experts dont bénéficient les membres du corps médical fait l’objet d’une certaine instrumentalisation, qui a pour conséquence indirecte d’accroître considérablement la portée et la diffusion de leurs discours professionnels. Dans le cas de Conan Doyle, si l’on peut dire que ses productions littéraires illustrent avec précision la montée de l’expert au Royaume-Uni, il faut noter également que ses œuvres semblent faire la promotion d’un idéal masculin souvent incarné par des médecins. Le célèbre Dr Watson, narrateur des aventures de Sherlock Holmes, correspond très bien à cette image de médecin robuste et courageux, et se dépeint lui-même comme un homme d’action dans « The Adventure of the Creeping Man » (1923) : « When it was a case of active work and a comrade was needed upon whose nerve [Holmes] could place some reliance, my role was obvious. »7 Watson est en effet un solide gaillard, dont l’apparence est parfaitement conforme au modèle victorien de virilité. Il est décrit comme suit à la fin de la nouvelle « The Adventure of Charles Augustus Milverton » : He was a middle-sized, strongly-built man – square jaw, thick neck, moustache. »8 On trouve dans les nouvelles de Conan Doyle d’autres personnages illustrant cet idéal du médecin sportif en bonne forme physique, dont notamment le Dr Hamilton, narrateur de la nouvelle « The Beetle-Hunter », qui est employé par un certain Lord Linchmere non seulement pour sa connaissance des coléoptères, mais aussi pour sa force physique : « wanted for one or more days the services of a medical man. It is essential that he should be a man of strong physique, of steady nerves and of a resolute nature. »9 Il faut d’ailleurs remarquer qu’Arthur Conan Doyle lui-même incarne assez bien cette alliance de qualités physiques et intellectuelles : médecin ayant étudié l’ophtalmologie, Conan Doyle fut également un homme très sportif, pratiquant le cricket à haut niveau, mais aussi le football, le rugby, la boxe, le golf et même le ski de fond.

11De surcroît, la représentation que fait Conan Doyle des professions médicales met en avant un idéal de service, avec des médecins à la fois efficaces et vertueux. Le vieux médecin généraliste Theodore Foster, narrateur intradiégétique de la nouvelle « A Medical Document » est un excellent exemple de ce modèle :

  • 10 ibid., p. 1036.

That cheery face of Theodore Foster is seen at the side of a hundred sick-beds a day, and if he has one-third more names on his visiting list than in his cash-book he always promises himself that he will get level someday when a millionnaire with a chronic complaint – the ideal combination – shall seek his services.10

12De même, le personnage du Dr Aloysius Lana semble posséder bien des qualités, tant morales que sociales. Ce médecin généraliste d’origine espagnole mais ayant bien sûr fait ses études à l’université de Glasgow, est le protagoniste de la nouvelle « The Black Doctor » (1898). Il possède de nombreuses qualités, et s’approche du médecin idéal :

  • 11 Arthur Conan Doyle, « The Black Doctor » (octobre 1898) in Tales of Mystery, The Conan Doyle Storie (...)

The newcomer proved himself to be a capable surgeon and an accomplished physician. […] Dr Lana’s social success was as rapid as his professional. A remarkable surgical cure in the case of the Hon. James Lowry, the second son of Lord Belton, was the means of introducing him to county society, where he became a favourite through the charm of his conversation and the elegance of his manners.11

  • 12 Arthur Conan Doyle. « The Adventure of the Missing Three-Quarter » in The Return of Sherlock Holmes(...)

13Le lecteur assiste donc assez clairement à un processus de glorification de certains membres des professions libérales, qui trouve cependant ses limites dans la minorité de personnages de médecins et de scientifiques malveillants qui ponctuent l’œuvre de Conan Doyle. Tout lecteur pensera immédiatement au professeur Moriarty, mathématicien machiavélique et ennemi juré de Sherlock Holmes, mais c’est seulement suite à la disparition de cet adversaire que l’on découvrira la potentielle dangerosité des experts en médecine, lorsque dans la nouvelle « The Aventure of the Missing Three-Quarter » (1904), Holmes rencontre le Dr Leslie Armstrong : « “Dr Leslie Armstrong is certainly a man of energy and character,” said [Holmes]. “I have not seen a man who, if he turned his talents that way, was more calculated to fill the gap left by the illustrious Moriarty”. »12 Par ailleurs, Conan Doyle souligne a plusieurs reprises le risque de pratiquer la science médicale à des fins manquant de vertu. L’exemple le plus frappant d’un tel risque est sans doute celui du professeur Presbury, éminent physiologiste présenté dans la nouvelle « The Adventure of the Creeping Man ». Cet homme âgé épris d’une jeune femme, la fille d’un de ses collègues, absorbe de façon quotidienne des substances à base d’hormones sexuelles de singe. Ce traitement expérimental, qu’il suit dans le but de retrouver sa vigueur passée, a malheureusement des effets secondaires désastreux : à rebours du processus d’évolution des espèces décrit par Darwin, le traitement donne lieu à une forte résurgence des instincts animaux de Presbury, lequel échappe de peu à la mort lorsque son propre chien, qui sent en lui l’animal et non plus son maître, l’attaque et lui déchire la gorge.

  • 13 François Rabelais, Pantagruel, Paris : Gallimard, 1964 (1542), p. 137.
    (Chapitre VIII, « Comment Pa (...)

14De telles mises en garde contribuent à mettre en question la validité de l’élargissement prodigieux des savoirs produits par certaines professions libérales au dix-neuvième siècle et montrent que ces savoirs doivent être employés avec réserve et humilité. Il semble ainsi approprié de conclure en citant Rabelais, qui, par la plume de Gargantua écrivant à son fils, rappelle à Pantagruel comme au lecteur avide de connaissances que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »13

Notes

1 William F. Bynum, Science and the Practice of Medicine in the Nineteenth Century, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, p. 4.

2 ibid., pp. 3-4.

3 ibid., p. 3.

4 Arthur Conan Doyle, « The Case of Lady Sannox » (novembre 1893) in Tales of Medical life, The Conan Doyle Stories, London : John Murray, 1929, pp. 495-96.

5 Arthur Conan Doyle, « A Medical Document » (octobre 1894) in Tales of Medical life, The Conan Doyle Stories, London : John Murray, 1929, p. 1036.

6 Arthur Conan Doyle. « A Medical Document », op. cit., p. 1044.

7 Arthur Conan Doyle, « The Adventure of the Creeping Man » (mars 1923) in The Casebook of Sherlock Holmes, The Complete Stories of Sherlock Holmes, Ware : Wordsworth Editions, 2007, p. 1344.

8 Arthur Conan Doyle, « The Adventure of Charles Augustus Milverton » (avril 1904) in The Return of Sherlock Holmes, The Complete Stories of Sherlock Holmes, Ware : Wordsworth Editions, 2007, p. 975.

9 Arthur Conan Doyle, « The Beetle-Hunter » (juin 1898) in Tales of Mystery, The Conan Doyle Storie, London : John Murray, 1929, p. 572.

10 ibid., p. 1036.

11 Arthur Conan Doyle, « The Black Doctor » (octobre 1898) in Tales of Mystery, The Conan Doyle Stories, London : John Murray, 1929, p. 624.

12 Arthur Conan Doyle. « The Adventure of the Missing Three-Quarter » in The Return of Sherlock Holmes. The Complete Stories of Sherlock Holmes. Ware : Wordsworth Editions, 2007 (août 1904), p. 1038.

13 François Rabelais, Pantagruel, Paris : Gallimard, 1964 (1542), p. 137.
(Chapitre VIII, « Comment Pantagruel, estant à Paris, receult letres de son père Gargantua, et la copie d’icelles »).

Auteur

Holds the agrégation in English as well as a doctorate in English Studies. He defended his doctoral thesis, entitled "Portrait des professionals en tant que narrateurs dans la fiction courte victorienne et édouardienne" in 2015. Since then he has centred his research on the specificities of medical discourse in science fiction and detective fiction.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search