Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Deuxième partie. Des établissements hospitaliers à l’épreuve des crises : de 1360 à la fin du xve siècle

Chapitre 1. « Désolation » des hôpitaux et léproseries après 1360

Texte intégral

  • 1 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation des églises.... L'expression désolation et rui (...)
  • 2 Le tableau E, p. 331-332, le révèle particulièrement.

1Les sources archivistiques mettent en évidence sans équivoque une « désolation »1 des hôpitaux et léproseries, surtout dans trois périodes déterminées : vers 1360, entre 1435 et 1450, vers 1479-14842.

I. Contexte historique

  • 3 Les prêches autour de l’Apocalypse se multiplient aux xive et xve siècles. Les prédicateurs se réf (...)

2De l'avis des contemporains, la période 1360-1370 prend des allures de fin du monde : tout se mêle, guerres, pestes, famines et crise économique. La population, grandement traumatisée, se réfugie dans l'irrationnel et guette les signes de la colère divine3.

La période 1360-1370

3Dès 1356, Besançon est touchée par un tremblement de terre.

  • 4 Cette tour est située à proximité du Saint-Esprit.
  • 5 BMBes., ms. 1017, Chroniques de Besançon, fos 80 vo et 81.

« Le pauvre peuple s'enfuyoit hors des maisons et faisoit si grant cris que c'estoit grosse misere... La tour de Vayte4... en fust toute debrisee et tempestee et plusieurs autres edifices de la cité aussi. »5

  • 6 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation...
  • 7 C'est dans cette région que le Saint-Esprit de Besançon fait des achats massifs de propriétés dive (...)

4En 1359, le nord de la Franche-Comté subit une double invasion ; une compagnie de Lorrains, commandée par Etienne de Vy, descend le val de Saône, alors qu'une troupe anglaise pénètre jusqu'à Jussey6. Les abbayes de Cherlieu et de Clairefontaine sont saccagées et incendiées. Les troupes s'avancent jusqu'aux abords du monastère d'Acey, déjà ruiné antérieurement par le passage d'autres bandes. Tout le plat pays voisin est dévasté7. Les déprédations se poursuivent tout au long de l’année 1360, et ce, malgré les négociations qui aboutissent à la signature du traité de Brétigny.

  • 8 Peste : maladie infectieuse, due au bacille de Yersin. Des études du professeur Mollaret ont permi (...)
  • 9 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 38-40.
    ADD, B 151 : un rouleau (...)

5Précédemment, la région avait, comme le reste de l'Europe, été durement éprouvée par la peste de 13488. Venue de Crimée, « l'épidémie », dont personne n'osait prononcer le nom, avait gagné l'Europe avec une foudroyante rapidité. Dans sa progression, elle toucha le Comté dès la fin du printemps et au début de l'été 1348 ; elle s'accompagna immédiatement de désordres économiques et sociaux, dont les plus significatifs furent des flambées d'antisémitisme. En octobre, des juifs furent arrêtés à Gray, Apremont et Vesoul. La population voulait connaître « la vérité des poudres... qu'ils avoient jetées aux poix et aux fontainnes »9.

  • 10 L'expression est reprise à Jean Froissart, Chroniques.

6Choquée, elle doit encore subir entre 1360 et 1362, une nouvelle flambée épidémique d'une peste qui affecte un caractère récurrent. A cette même date, une paix est conclue entre la France et l'Angleterre ; le licenciement des troupes qui s'ensuit finit par livrer le pays à des mercenaires sans solde entre 1360 et 1368. « Semblables à une nuée de sauterelles »10 ils commettent chaque année des déprédations dans la Comté de Bourgogne. Le bailliage d'Aval est encore pillé en 1372. Inévitablement, les hôpitaux situés hors des remparts sont touchés. Leurs domaines attirent de surcroît les routiers : leurs fours, leurs moulins, les pressoirs, les réserves représentent des cibles de choix pour des brigands occasionnels et des bandits professionnels recherchant un butin à voler.

7Dès 1361, Thiebaud le Chauffour traverse la Comté avec ses hommes et ravage la région d'Arinthod. Deux ans plus tard, les compagnies s'attaquent à une contrée assez vaste, s'étendant de Montbéliard à Lons-le-Saunier. En 1362, les villes de Besançon et Salins sont menacées.

  • 11 Philippe de Rouvres : duc et comte de Bourgogne mort en 1361. Il est le petit-fils d'Eude IV mort (...)
  • 12 Marguerite de France : sœur de Jeanne de France, comtesse de Bourgogne décédée en 1347. Elle devie (...)

8Cette situation catastrophique se complique encore de problèmes de succession. En 1361, le jeune duc-comte de Bourgogne, Philippe de Rouvres11 meurt prématurément de la peste à l'âge de seize ans, sans laisser de descendants. Ses domaines sont démembrés : le comté de Bourgogne revient à Marguerite de France12, alors que le duché échoit à Philippe le Hardi (1363-1364). Le duc conteste immédiatement la légitimité de la comtesse et n'hésite pas à recourir aux routiers pour tenter de conquérir la Comté. Il place à leur tête Arnaud de Cervolles qui multiplie les saccages en 1363. Dans ce contexte particulier, l'hôpital d'Arbois situé hors-les-murs est détruit sur ordre de Marguerite de France et des habitants du lieu, afin qu'il ne devienne pas le repaire de ces troupes.

9Cinq années plus tard, Marguerite de France doit encore lutter contre Jean IV de Chalon-Auxerre qui refuse de lui prêter hommage pour les terres qu'il possède en Bourgogne. Il embauche des hommes issus des grandes compagnies, et à leur tête, multiplie les ravages dans le bailliage d'Aval. En 1368, ce seigneur est arrêté, puis incarcéré au Louvre. Libéré cette même année, il s’installe à Rochefort-sur-Nenon et dévaste toute la région.

  • 13 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 92.

10« A n'en pas douter, pour reprendre l’expression de P. Gresser13, la décennie 1360-1370 est une des plus sombres de toute l'histoire comtoise au bas Moyen-Âge. » Les grandes compagnies, par leurs dévastations, ajoutent au désarroi d'une population déjà grandement éprouvée par la crise économique, la chute démographique ainsi que par la peste et ses récurrences. Ainsi à Châtenois-lès-Dole,

  • 14 Lhomme (A.). Peste noire et grandes compagnies en Comté, p. 67.

« lesdiz habitanz soient tuit mors par la mortalité qui a corru par le monde, jusque a troiz qui sont demorez. »14

11Pourtant, les premières années du xve siècle ne semblent le céder en rien en horreur à la période 1360-1370.

Les années 1420 à 1450

12En 1419, le duc Jean sans Peur est assassiné à Montereau, lors d'une entrevue avec le dauphin Charles, chef du parti armagnac. Soucieux de vengeance, le nouveau duc-comte Philippe le Bon impose avec l'appui d'Isabeau de Bavière le traité de Troyes à Charles VI et à ses conseillers (mai 1420). Les clauses, particulièrement dures, stipulent la déchéance du dauphin Charles et prévoient le mariage de Catherine, fille du roi, avec Henri V ; celle-ci lui apporte en dot la couronne de France.

  • 15 Henri VI, fils d'Henri V et de Catherine de France (Windsor, 1421-Londres, 1471). Il fut roi d’Ang (...)

13A la mort de Charles VI et d'Henri V, survenue la même année en 1422, Henri VI15 est proclamé roi de France et d’Angleterre. Dans le même temps, le dauphin Charles prend le titre royal sous le nom de Charles VII. Une nouvelle période de troubles s'amorce, suivie de l'épopée de Jeanne d'Arc. Philippe le Bon change alors de camp, épouse la cause française et signe le traité d'Arras en 1435.

  • 16 Tuetey (A.), cité par Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 98.
  • 17 Castan (A.), “Notice... du Saint-Esprit de Besançon”, Annuaire du Doubs, 1864 et 1865.
  • 18 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 1, documents, p. 387-88.
  • 19 BMBes., G 1859, notes de A. Castan. « Par les guerres et autres sinistres qui ont lamentablement e (...)

14A dater de cet événement, la Comté vit de nouveau des heures sombres avec l’invasion d'écorcheurs. Des bandes de routiers, « profitant de l'apaisement momentané des hostilités, surgissent tout-à-coup et se déchaînent sur le sol comtois »16. D'après A. Castan, en 1435, le domaine du Saint-Esprit situé à Valentin est saccagé17. En 1436, l'hôpital de Marnay est ruiné et celui de Gray incendié18. A cette même date, Lambelet Vernier, recteur du Saint-Esprit de Besançon, multiplie les requêtes auprès du pape, sollicitant de lui une aide et lui démontrant la nécessité de secourir son hôpital touché par « les guerres et autres sinistres »19.

  • 20 De nouvelles épidémies de peste ravagent la Comté en 1436, 37, 38, 39 et 40.
  • 21 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 99.

15En 1444, le danger s'exacerbe ; au moment où Charles VII veut débarrasser son royaume de la soldatesque sans emploi, son fils, le dauphin Louis, emmène tous ses mercenaires combattre les Suisses. Le nord de la Comté est directement menacé : Montbéliard, Blamont, L'Isle-sur-le-Doubs. Les méfaits sont toujours les mêmes : rançonnements, incendies, pillages, destructions de récoltes, abattage de bétail, avec de surcroît, les pestes20 et « les intempéries d'une saison rigoureuse pour aggravation de misère »21. Déjà, cette région avait été envahie une première fois en 1439, la laissant exsangue. En tentant de se réfugier à Montbéliard, toute une population famélique avait été rejetée en plein hiver, avec les seuls bois pour refuge.

  • 22 Cette destruction peut être reportée à l'année 1444, si on se réfère à Tuefferd, Montbéliard et se (...)

16En 1445, craignant encore que le dauphin Louis ne transforme la léproserie de Montbéliard en abri pour ses troupes, le bailli donne l’ordre de l'abattre. Cinq années plus tard, les comtes de Wurtemberg décident le rétablissement de l'hôpital, dont la ruine est mentionnée dans un mandement de l'archevêque de Besançon, datant lui aussi de 145022. Ils en confient le soin et la direction aux IX maîtres bourgeois de la ville. Ces derniers, trouvant que la situation antérieure de leur hôtel-Dieu

  • 23 AMMbl, A 1, cité dans Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard sous l'Ancien (...)

« était beaucoup dommageable a la ville a cause des guerres... auraient choisi un autre lieu dans l'enceinte des murailles de la ville, scavoir le cimetière proche et devant l’église Saint Martin et joignant icelle. »23

  • 24 AMBes., BB 4, registre 1446-51, fo 32 vo.

17Dans la même période, les Bisontins, se sentant également menacés par les courses des écorcheurs, détruisent les constructions du territoire de Bregille relevant de l'autorité archiépiscopale. Cette action débouche sur un conflit entre l'archevêque Quentin Ménard et la commune, qui par ailleurs, pour assurer la défense de la ville, impose vers 1443 au recteur du Saint-Esprit, la construction d'une tour de défense à intégrer dans les remparts de la ville24.

18Cette période agitée de la moitié du xve siècle est suivie, entre 1477 et 1479, d'une deuxième grande secousse consécutive à la mort du Téméraire.

Les années 1477 à 1479

  • 25 Marie de Bourgogne se trouve à Gand au moment de la mort de son père. Elle doit faire face à des r (...)
  • 26 Febvre (L.), Histoire de la Franche-Comté, pages 148-149, explique : « Charles mort, ce fut la curé (...)

19La mort tragique de Charles le Téméraire devant Nancy en janvier 1477 ouvre en Comté une nouvelle période de troubles, de guerres et de déprédations. L'héritière et fille unique du dernier duc, Marie de Bourgogne, se montre incapable de s'opposer avec efficacité aux ambitions de son parrain Louis XI25 qui, profitant du vide politique ainsi créé par l'événement, cherche à s’emparer immédiatement de l'ensemble des terres bourguignonnes26.

20L’empressement du roi à s'approprier l'héritage de Bourgogne est évident. Dès janvier 1477, prétextant qu'un apanage ne peut se transmettre à une femme, il rattache le duché au domaine royal, et ce, malgré les vives protestations de Marie de Bourgogne. Un mois plus tard, en février 1477, arguant encore de protéger les terres de sa filleule promise au dauphin Charles, il prétend exercer des droits sur la Comté, droits qui sont loin d'être évidents puisque ce territoire est fief d'Empire. Il s'attache les appuis de Jean IV de Chalon-Arlay à qui il promet la fonction de gouverneur de la Comté. Ce baron exerce des pressions sur les États réunis à Dole qui, le 18 février 1477, reconnaissent à Louis XI le droit de protéger la Comté pour le compte de Marie de Bourgogne. Le roi s'engage à chasser les bandes armées lorraines qui parcourent le pays et tout particulièrement la vallée de l'Ognon. Il nomme Georges de la Trémoille, sire de Craon, gouverneur des deux Bourgognes ; les troupes françaises s'installent à Gray, Dole, Vesoul... Seule, Besançon reste fidèle à Marie de Bourgogne et ne se rallie pas à la cause du roi de France.

  • 27 Theurot (J.), Histoire de Dole, p. 48.
  • 28 Notamment la région de Marnay, Ougney et Gy où les terres du Saint-Esprit de Besançon sont nombreu (...)

21Très vite pourtant, les Français sont mal ressentis. Jean IV de Chalon-Arlay, frustré de ne pas avoir obtenu la fonction de gouverneur octroyée à Craon, renie son alliance avec Louis XI et choisit le camp de Marie de Bourgogne. Le mouvement de révolte éclate à Dole. Dès la fin de février, écrit en substance J. Theurot27, après une préparation secrète, les Dolois s'arment et déambulent dans les rues en boutant les Français hors des murs. Immédiatement connue, la nouvelle de l'insurrection doloise conduit les autres villes à la révolte. Par ailleurs, Louis XI subit une autre défaite, diplomatique cette fois : Marie de Bourgogne, promise au dauphin Charles, épouse le 18 août 1477 Maximilien d'Autriche. La réaction de la France ne se fait pas attendre ; Craon cherche à réduire Vesoul. Toute la région au nord de l'Ognon est ravagée28.

  • 29 Leur présence à cet endroit est attestée dès le 1er mars 1478. Gresser (P.), Le crépuscule du Moye (...)

22Des incursions sont lancées dès avril contre Besançon. Jean de Chalon-Arlay reçoit de Marie de Bourgogne, la mission d'organiser la défense de la Comté. Il recrute des mercenaires allemands qui, après avoir perdu la bataille de Pin-l'Emagny, se retirent en désordre vers le sud. Craon occupe la vallée de l'Ognon, menace Besançon, puis gagne Dole dont il compte faire le siège. La prise de Gray par les sires de Vaudrey le gêne dans ses projets ; il doit s'enfuir de Dole. Cet échec ne signifie pas pour autant l'arrêt des déprédations et des troubles dans le pays. Les mercenaires allemands, avec à leur tête Ulric Traber, pillent et dévastent tous les endroits où ils passent : Vesoul, Chariez, Jussey, Ferrières-lès-Scey, Frasne-le-Château. En février 1478, ils se présentent devant Dampierre-sur-Salon et se fixent ensuite près de Quingey dont ils ravagent la région29. Vers juillet, ils retournent en Allemagne.

  • 30 AMDol., cote 958. Les comptes de la maladière de Dole (1481) évoquent ce pillage : le missel de l' (...)

23Pendant ce temps, Louis XI prépare une deuxième incursion en Comté et nomme comme gouverneur, Charles d'Amboise à la place de Craon. Dès le mois de mai 1479, les troupes françaises traversent la Saône et se dirigent vers Dole. Des secours sont envoyés par l'Empereur, mais des Français se glissent parmi eux et se rendent maîtres de la capitale comtoise. Après un pillage en règle30, Charles d'Amboise donne l'ordre d'incendier la ville. Dole détruite et Auxonne occupée, l'armée française marche sur Salins, brûlant sur son chemin Quingey et Rennes-sur-Loue. Elle assiège les châteaux de Bracon et de Châtelbelin. Lons-le-Saunier, Poligny et Arbois se rendent. Vers juin 1479, la majeure partie des bailliages de Dole et d'Aval est prise et dévastée. Charles d'Amboise se tourne alors vers le bailliage d'Amont, ruine Gray et les villages environnants ; il s'attaque à Vesoul. Au cours de l'été, tout le plat pays est aux mains des Français, malgré la résistance de quelques seigneurs dévoués à Jean de Chalon-Arlay qui se retire à Nozeroy. Louis XI conçoit donc de s'emparer des régions de montagne. Au printemps 1480, la conquête des hauteurs est achevée, ne laissant que bourgs et châteaux détruits ou démilitarisés.

  • 31 « Dès 1477, la Franche-Comté avait connu... la redoutable bombardelle que traînaient quatorze bœuf (...)
  • 32 Dans l'état actuel des connaissances, il est impossible d'en apprécier l'importance. De nombreuses (...)
  • 33 « L'an mil quatre cent septante et neuf, le jeudy vingt cinquième jour du mois de may, fut par les (...)
  • 34 AMDol., cote 958.

24La victoire française, obtenue au prix de moyens militaires colossaux31, de destructions et d'atrocités effroyables, laisse une région exsangue sur le plan économique et démographique32. Les villes portent les marques des assauts et ne sont pour certaines, comme Dole, que champs de ruines33. L'insécurité règne, entravant le commerce et la circulation des personnes. De nombreux hôpitaux sont détruits. La maladière de Dole doit être presque entièrement réédifiée, comme l'attestent des comptes de l'établissement en 1481. La chapelle a été pillée et ne possède plus de linges et de vases liturgiques. D'ailleurs, pour la connaissance de cette léproserie, nous ne disposons plus d’archives antérieures à 148034.

  • 35 Marguerite d'Autriche est la fille de Maximilien d'Autriche et de Marie de Bourgogne. Au traité d' (...)

25Après une décennie d’accalmie, la Comté vit de nouveaux troubles, suite au mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne en 1491. Neuf ans plus tôt, le dauphin Charles, fiancé à Marguerite35, avait accepté dans les accords matrimoniaux du traité d’Arras que la Comté faisant partie de la dot de sa promise, retournerait à l'Empire si l'union ne se réalisait pas.

26Or malgré son mariage avec Anne de Bretagne, il ne rend pas la Comté comme les clauses du traité le voulaient. La guerre est inévitable : Maximilien d'Autriche, de Besançon, s'avance vers Salins. Le 17 janvier 1493 a lieu la bataille de Dournon.

  • 36 Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Age en Franche-Comté, p. 74.

« Les François se meirent en fuitte, laissant les victorieux plus chargés de malédictions que de plaies, et leur quittans le chemin libre jusques a Salins. »36

  • 37 L'Artois faisait partie de la dot de Marguerite d'Autriche en cas de mariage avec Charles VIII.

27En mai 1493, un traité est signé à Senlis qui met fin à la domination française en Comté. Charles VIII restitue l'Artois37 à Philippe le Beau, fils de Maximilien et la Comté de Bourgogne à Marguerite sa sœur, au titre de dot. En compensation, le roi de France reçoit l’assurance d'une neutralité bienveillante de l’Empire concernant ses opérations en Italie.

  • 38 ADJ, 128 H 2. Cet hôpital a été donné par Louis XI en 1482, au moment du pèlerinage qu'il effectue (...)
  • 39 ADJ, 128 H 7.

28A cette même date, les moines de Saint-Oyend qui possèdent l'hôpital de Bracon depuis 148238, se plaignent de le voir attribuer par l'Empereur Maximilien à Nicolas Garillot pour les services rendus pendant la guerre39. En 1509, ils réitèrent leurs doléances, en argumentant que Jean Garillot, fils du précédent, dilapide les revenus de l'établissement, n'entretient pas les édifices qui tombent en ruine.

  • 40 ADJ, 128 H 5.

« Les rentes d'icelluy sont dimynuees es mains dudit messire Jean Garillot qui est vicieux, de petite vie et renommee et n’y fait aulcune ou bien petite residance. »40

29Incontestablement, les guerres et ravages survenus en Comté ont détruit de nombreux établissements hospitaliers, en ont détourné les revenus, compromettant par là-même l'hospitalité.

II. Ruines

  • 41 Voir le tableau E, annexe, p. 337-339.

30La conjonction des guerres et des chevauchées à travers le diocèse a contribué grandement à accroître le nombre de ruines hospitalières, ainsi qu'il apparaît dans les documents analysés. Sur trente-trois établissements répertoriés41 trois sont signalés détruits entre 1363 et 1376, douze le sont en 1435 et 1459 et onze encore, entre 1479 et 1484. Le xve siècle se montre plus particulièrement désastreux pour les hôpitaux et léproseries dont le temporel « tourne en ruyne et en mendre valeur ». La conjoncture difficile contribue en outre à en compromettre la gestion et à en amenuiser les revenus.

Description

  • 42 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation...
  • 43 AMDol., cote 958, comptes de la maladière de Dole ; AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, E11, comptes, (...)
  • 44 ADJ, 128 H 1, 1422, hôpital de Bracon. « Par deffault de gouvernement, les toits et couvertures d' (...)

31Inlassablement dans cette période, les suppliques adressées à la papauté décrivent les pillages des établissements hospitaliers, les incendies ainsi que les dévastations de leurs terres42 ; ces suppliques donnent une image apocalyptique, mais sans doute trop négative de l'état de délabrement des hôpitaux et léproseries. Les ruines sont rarement totales si on se réfère aux quelques comptes examinés43. Ils mentionnent davantage de réparations que de reconstructions. Les toits sont souvent percés et nécessitent comme à Bracon, une remise en état. Le domaine, mal exploité ou mal géré, rapporte trop peu pour entretenir convenablement meubles et bâtiments. Dans cet hôtel-Dieu en 1422, les toits sont crevés et les terres, désertes44.

  • 45 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 2, p. 765.
  • 46 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation... t. 1, documents, p. 387.
  • 47 Dans une supplique adressée au pape Eugène IV et datée du 27 octobre 1436, sont décrits les dégâts (...)
  • 48 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

32H. Denifle explique par ailleurs : « L'emploi de la poudre est encore fort restreint. On peut incendier les constructions, les ruiner en partie, surtout quand elles sont très vieilles et qu'elles ne sont pas entretenues par négligence »45, mais on ne les détruit que partiellement. Tel est le cas du Saint-Esprit de Gray : brûlé en octobre 143646, on entame la réfection de sa toiture et de son clocher en décembre de la même année47 ; tel est le cas encore de la maladière de Dole, après le sac de la ville par les troupes de Charles d'Amboise en 1479. Les comptes de 1481 présentent un établissement très endommagé mais pas entièrement ruiné. Les portes de la grange et du bâtiment des malades sont éventrées, les charpentes et les toitures sont à refaire, la chapelle est vidée de ses statues, de ses vases liturgiques, de son mobilier et de son missel. La cloche a disparu. Jusqu'en 1499, les comptes mentionnent des réparations et une remise en état progressive des locaux. Pendant environ dix-huit ans, la chapelle est rééquipée, remeublée48

  • 49 AMArb., fonds de l’hôpital, A 4, copie de 1724. « Pour les doutes des compagnons et autres ennemis (...)

33En revanche, les destructions totales, sans doute moins nombreuses, interviennent davantage à la suite de décisions municipales, sans résulter directement d'opérations militaires. Certains hôpitaux comme Arbois ou Montbéliard, installés dans les faubourgs et à proximité des murailles, favorisent l'insécurité ; ils peuvent devenir facilement un repaire d'écorcheurs et un point d'appui pour les ennemis. Marguerite de France justifie ainsi la démolition de l'hôpital d'Arbois en 136349.

  • 50 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., p. 765.
  • 51 Baufällig : en ruine. Pegeot (P.), "La vie économique et sociale à Montbéliard...”, Société d'émul (...)
  • 52 Supplique de Lambelet Vernier adressée au pape Eugène IV en 1436, citée dans Denifle (H.), La guer (...)
  • 53 AMBes., BB 4.

34Dans cette conjoncture tragique, et même si selon H. Denifle, « les termes de destruction et de ruine ne doivent pas toujours être pris à la lettre »50, les difficultés d'entretien des établissements hospitaliers sont indéniables. En 1429, l'hôpital de Montbéliard est « buwfellig »51, celui de Bracon, doté avec munificence en 1327, « croule de vetusté » à peine plus de dix-huit ans après son édification. En 1436, le Saint-Esprit de Besançon connaît, selon les écrits du recteur Lambelet Vernier, une situation particulièrement critique : une inondation du Doubs a noyé les bâtiments sous cinq à six pieds d'eau. En outre, des travaux de construction entrepris ont dû être interrompus par les guerres et les courses des écorcheurs52. A cette même date différents hôpitaux sont incendiés et ruinés. En 1446, la léproserie de la Vèze est brûlée53

Difficultés d'entretien

35Dans de telles circonstances, le maintien d'infrastructures hospitalières pose un réel problème, surtout quand les maisons ne disposent ni d'un temporel important, ni de finances suffisantes pour réparer les bâtiments détruits. L'entretien courant, d'après les sources, s'effectue difficilement, surtout dans les petits établissements.

36Petits établissements

  • 54 Les archives concernant les établissements d'Arbois, d’Arlay, les léproseries de Dole et de la Vèz (...)
  • 55 ADD, 53 J I 3c. « Toutes et quanteffois que l’on vouldra maisonner la chapelle dudit hospital... p (...)

37L'insuffisance des ressources est perceptible partout au xve siècle : on multiplie les amodiations pour trouver quelques revenus et les moyens d'entretenir les bâtiments hospitaliers54. Le Saint-Esprit de Dole, en voie de ruine, est amodié pour neuf ans dans sa totalité dès 1438, au prêtre Pierre Gaillot d'Azans qui s'engage pendant les deux premières années « a maintenir et a reediffier l'hospital ». En compensation, le Saint-Esprit lui remet le paiement de la somme de cent sous estevenants pendant la durée de son bail. L’accord passé montre à lui seul, l'état de délabrement des bâtiments et le manque de moyens permettant de les reconstruire. Des actes d'amodiation postérieurs, datant de 1459 et 1470, ne présentent pas cet hôpital dans une meilleure situation. En 1459, les amodiateurs, des laïcs cette fois, s'obligent à transporter « toutes et quanteffois » les pierres et le bois, pour la réparation de la chapelle. En contrepartie, ils obtiennent de Lambelet Vernier, gouverneur du Saint-Esprit de Besançon, la possibilité de vendre une quantité non précisée de pierres provenant de « la perriere [carrière] dudit hospital »55.

  • 56 ADCO, B 1062. Hôpital ancien fondé par Hugues de Bourgogne. Othon, son fils, comte palatin, donne (...)
  • 57 AHSal., E 6, 1564. « Il pleut tout du Ion et du large de ladite maison et es chambres des pouvres (...)
  • 58 AMBes., DD 90. « La quantité de dix millyers de grosses assoles de chasne au pris de trois gros le (...)
  • 59 AMBes., DD 90. « Pour quatre journées... pour recouvrir l'hostel des malades, le toit sur la chape (...)
  • 60 AMBes., DD 90. « ...De la maladiere des malades et aussi avoir a rebouchier certaines quantités de (...)
  • 61 AMBes., DD 90. « Pour ce que, suivant l'opinion des principalx toitotz... n'eust l'ancienne toitur (...)

38Cet exemple, et en particulier l'expression « toutes et quanteffois », permet d'appréhender une autre réalité, incompatible avec celle du manque de moyens : la fréquence des réparations. D’ailleurs, les frais engagés pour les réfections ou l’entretien des toitures apparaissent particulièrement dans les sources. Ainsi, le Saint-Esprit de Dole doit être recouvert deux fois au cours d’une amodiation de neuf ans, selon un rythme de quatre à cinq ans. En effet, dans un petit hôpital ou une léproserie, il convient fréquemment de changer la toiture, souvent réalisée en lattes de bois appelées « essaules ». La moindre interruption dans l'entretien, la moindre négligence provoque rapidement la dégradation des édifices. Voilà sans doute pourquoi, à l'hôpital de Jussey56, « les malades sont logés dans une chambre... sujette aux grandes eaux ». Voilà pourquoi encore, il pleut dans la léproserie de Salins-les Breux en 156457. Ainsi, la maladière de la Vèze est réparée quatre fois en six ans à la fin du xve siècle. En 1490, le toit est refait, pourtant en 1491, on achète encore 10 000 « assoles de chasne »58 pour effectuer des travaux de couverture. Les « toitots », au nombre de quatre, reçoivent 26 gros pour treize journées d'ouvrage. Mais en 1494, un couvreur touche encore 8 gros, pour œuvrer au toit et à l'avant-toit de la chapelle ainsi que pour celui de l'hôtel aux malades59. En 1496, sept hommes sont affectés de nouveau pendant quatorze jours à cette tâche60. Enfin en 1517, les échevins, « considérant que n'eust l'ancienne toiture rien valu », décident de remplacer les écailles de chêne par des « laves » extraites à Fontain61.

39Cet entretien permanent coûte à l'évidence fort cher, surtout dans cette période de crise : en 1474, un ladre de la Vèze participe financièrement à la réparation de la chapelle ; il espère en contrepartie la réception d’un de ses parents à la léproserie. Malgré sa contribution, la décision des gouverneurs de Besançon est sans appel :

  • 62 AMBes., DD 89.

« Jehan Tiraudet de Morre n'aura aucune chambratte en la Veze pour ce qu’il n’est pas citien. »62

  • 63 Suppliques de Lambelet Vernier, Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation... t. 1, p. 3 (...)

40Si de petits établissements rencontrent des difficultés pour entretenir leurs édifices, les grandes maisons ne sont pas exemptes de problèmes financiers. A Besançon, le Saint-Esprit doit à plusieurs reprises participer à l’effort de défense militaire, ce qui grève considérablement son budget et risque à terme, de compromettre l’hospitalité63.

41Grands hôpitaux

  • 64 AMBes., BB 3, 1427-46, fo 80 vo, 1443.
  • 65 BMBes., ms. 1859, notes A. Castan. L’inventaire des archives du Saint-Esprit signale à la cote 53  (...)
  • 66 AMBes., BB 3, 1427-46, fo 80 vo. « Ja pieca encommencee derrière ledit hospital par maniere de for (...)

42Ils sont sollicités d’emblée à participer à la défense militaire. Dès 1440 environ, peu après le traité d’Arras et les exactions des routiers en Comté, la ville de Besançon entreprend des travaux de fortification et de réparation des enceintes. Le Saint-Esprit doit alors dégager des fonds pour élever une tour « en Tostel dudit hospital devers la riviere »64 et consent à ce qu’elle serve en temps de péril à la défense65. Des gardes peuvent venir y effectuer le guet comme bon le semble aux gouverneurs de la cité ; les registres de délibérations municipales mentionnent une première fois, le 21 octobre 1443 l’érection d’une grande tour carrée derrière l’hôpital66.

  • 67 Dans la citation ci-dessus, on emploie le terme « autrefois » et non « naguère ».
  • 68 Sauf privilèges ou lettres d’exemption, « on est obligé de se convaincre que... les hôpitaux en te (...)
  • 69 AMBes., BB 4, 1446-51, fo 32 vo. « Pour ce que ladite [première] ordonnance chargeoit ung poi ledi (...)

43Bien sûr, le recteur Lambelet Vernier bénéficie au nom de son hôpital, d’une exemption d’impôts pour mener à bien la construction de cet ouvrage militaire exigé par la ville, depuis sans doute quelques années déjà67. Ce privilège68, loin d’être suffisant, ne permet pourtant pas au Saint-Esprit de faire face financièrement. C'est pourquoi cinq ans plus tard, en 1448, le recteur négocie un nouvel accord avec les gouverneurs de Besançon, en présentant les difficultés qu’il rencontre. Après de multiples tractations, il doit accepter comme en 1443, la surveillance des travaux par le capitaine de la cité. Il est contraint également de consentir à équiper son édifice « d’une quannoniere ronde » et d'élever les murailles à une hauteur raisonnable, au-dessus des bâtiments hospitaliers. Il s'engage enfin à percer les murs de « lucainnes defensables » et à protéger les fenêtres par des barreaux de fer69.

  • 70 ADD, 53 J XVI 14. Le coût élevé de cette construction explique peut-être la vente de six cents dra (...)
  • 71 AMBes., BB 7, 1463-69, fo 39 vo.

44Le coût de cette construction ne nous est malheureusement pas connu ; gageons qu’il dût être très élevé70. Il est d’ailleurs possible que Lambelet Vernier n'ait pas pu satisfaire immédiatement à tous les engagements relatifs aux fortifications. En 1467, ses relations avec la cité sont particulièrement tendues : une enquête est diligentée contre lui par les magistrats de la ville qui réclament à leur procureur dans les plus brefs délais, des informations secrètes le concernant71.

38.— Tour du Saint-Esprit de Besançon (photo N. Brocard)

  • 72 AMBes., BB 8, fos 8, 28 vo, 37 vo. Mitaille : petite monnaie, morceau de métal en général.

45Pourtant en 1475, au moment où les Suisses attaquent la Comté, il semble que la tour soit terminée. Des ouvrages de fortification sont entrepris de Rivotte au Saint-Esprit. En outre, les gens d'Église sont invités à donner de la « mitaille » pour faire des canons. Cinquante hommes effectuent le guet de nuit et défense leur est faite de laisser entrer « nunlx coquins mendiants »72.

  • 73 A titre de comparaison, les quêtes dans le diocèse de Besançon rapportent annuellement 350 francs (...)
  • 74 ADD, 53 JL. « A l'effet de la deffence desdis pays et aussi pour conduire la presente guerre contr (...)
  • 75 Il s'agit d’Antoine de Rigney mort en 1479. Lambelet Vernier est décédé en 1476.
  • 76 AHSal., D 30, 1454. AHSal., D 33. « Pour ce que ledit hospital est franc de tous gectz et impoz, t (...)

46Deux ans plus tard, à la mort du Téméraire, le Saint-Esprit est encore très lourdement mis à contribution par un emprunt forcé destiné à soutenir l'effort de guerre de Marie de Bourgogne contre Louis XI. C'est pourquoi le 28 mai 1477, en son nom, son procureur spécial Jean de Chalon-Arlay prince d'Orange, lui impose de prêter la somme considérable de 500 francs73 pour faciliter le recrutement de mercenaires allemands74. Certes, il octroie en contrepartie au maître75 et aux frères du Saint-Esprit, une rente de 41 livres à prendre sur les possessions de la comtesse à Ornans, mais à l'évidence, il prive l'hôpital de moyens financiers utiles à l'accueil des pauvres et à l'entretien du domaine et des locaux. À considérer donc le Saint-Esprit de Besançon pendant quarante ans, entre 1440 et 1480, force est de constater que des charges de plus en plus lourdes pèsent sur son budget et nuisent à sa gestion. Le cas n'est pas unique. En 1454, le Saint-Sépulcre de Salins se plaint d'impôts abusifs qu'on lui fait verser pour la construction et la réfection des murailles. Il en appelle au Parlement de Dole et réitère ses doléances en 1460, en 1472 et en 149776.

  • 77 ADJ, 128 H 6. Ce privilège lui a été accordé par Philippe le Hardi.
  • 78 ADJ, 128 H 7, 1492.

47Cette situation vaut encore pour l'hôpital de Bracon. En 1475-1476, il verse, sur injonction du sire de Baudricourt, des impôts pour la réparation des fortifications de la ville de Salins, alors qu'il est exempté des aides et du vingtième depuis 137477. En 1492, Charles VIII confirme ce privilège ancien, déjà approuvé précédemment par Philippe le Bon et Charles le Téméraire78.

  • 79 AHSal., D 31, 1472. Pour les 25 000 francs nécessaires au « Saint Voyage » du duc de Bourgogne, l' (...)

48A l'évidence, ces surcharges fiscales et ces emprunts exigés pour la guerre, la défense, mais aussi plus exceptionnellement pour « le Saint Voyage » du duc79, nuisent à la bonne marche des établissements, d'autant que les domaines sont parfois ravagés et que les rentes sont perçues à grand-peine.

49Des difficultés financières sont en effet perceptibles au Saint-Esprit de Besançon où davantage de rentiers sont rédigés et où les procès se multiplient ; elles sont clairement envisagées au Saint-Sépulcre de Salins dans le troisième acte de fondation de 1455, par Jean de Montaigu qui écrit :

  • 80 AHSal., B 7, 1455. Brocard, “L'hôpital...ˮ, p. 77.

« Premierement, vuilt et ordonne par la faculté de moy... que ou cas qu'il adviendra au temps advenir... que les rentes et revenues dudit hospital du Saint Sepulcre ne pourraient satisfera aux charges et selon les charges presentes et advenir d'icellui hostel Dieu, que le fait de hospitalité et des pouvres, avant toute euvre et toutes autres choses, soit gardé, entretenu et maintenu. »80

  • 81 ADJ, 128 H 6. « Entendu que pour deffaut de payement du temps passé qui n'ont esté fait a temps ne (...)
  • 82 ADJ, 128 H 3, comptes de 1484-85.

50Mais plus que partout ailleurs, ces difficultés sont criantes à l’hôpital de Bracon. Déjà en 1345, Jeanne de France intervient auprès du trésorier de la saline pour qu'il verse la rente de 200 livres fondée par Mahaut d'Artois et due à l'établissement. Une intervention identique a lieu en 1374-1375 ; à deux reprises, Marguerite de France exige un paiement immédiat de ce revenu dont l'absence compromet la survie de l'hôpital, à peine cinquante ans après sa création81. Plus tard en 1484-1485, sur 111 cens et rentes dus, 74 ne sont plus perçus, soit 67 %. Seules, rentrent encore de façon significative les sommes provenant des revenus sur les muires, de l'amodiation du moulin et de l'acensement de la grange du Petit Champagny. Des frais de justice rendent cette situation encore plus catastrophique : pour recouvrer ses revenus, le recteur de Bracon intente divers procès ; il assigne par exemple devant les tribunaux, la fille Vernier de Mesnay, « pour ce qu'elle a défailli de paier deux channes d'oille » pendant huit ans82

51A ces difficultés conjoncturelles liées aux guerres, il convient d'ajouter — circonstance aggravante — le détournement des revenus hospitaliers au détriment des pauvres ; l'incurie et la négligence des gouverneurs sont dénoncées à plusieurs reprises, montrant que les abus, stigmatisés au concile de Vienne en 1311, perdurent tout au long des xive et xve siècles.

  • 83 Dumeige (G.), Histoire des conciles.

« En raison, affirment les évêques présents au concile, de ce que certains recteurs d'hôpitaux, de léproseries, d’aumôneries négligent les intérêts et les droits de ces maisons, laissent tomber en ruine les maisons et les édifices, sans prendre garde que ces biens ont été fondés et dotés par la générosité des fidèles, au point que les pauvres ne peuvent plus être reçus. »83

III. Abus.

  • 84 ADD, B 2067. Fondation de Bracon, copie. On tolérait comme gouverneur de l'hôpital de Bracon, un l (...)

52L'exemple de Bracon est encore à cet égard significatif. Son acte de fondation, daté de 1327, décrit avec précision les devoirs du recteur ; celui-ci, prêtre de préférence, est chargé entre autres tâches, de l'administration des biens. Chaque année, le jour de la Saint Michel, il doit soumettre ses comptes aux successeurs d'Othon IV et de Mahaut d'Artois, ou à défaut, à leur trésorier84.

Spoliations et vols des biens hospitaliers

  • 85 La reddition de comptes est formellement exigée par Clément V.
  • 86 ADJ, 128 H 1.

53Cette clause n'est pas respectée au début du xve siècle par Jean de Nozeroy qui assume la charge de gouverneur de l'hôpital ; il ne rend aucun compte de sa gestion85, détourne à son profit les biens d'un établissement, où, par ailleurs, il ne réside pas. Le bilan est désastreux : les toitures s’effondrent, les bâtiments s'écroulent, les meubles — ou partie d'entre eux — sont vendus ainsi que quelques champs et prés. Les vignes sont incultes et les biens, dilapidés. Pendant plusieurs années sans doute, les pauvres ne reçoivent ni accueil, ni aumône. En 1422, le bailli d'Aval dénonce ces agissements aux assises de Salins, en présence de Raoulin de Mathy, trésorier de la saline, chanoine de Saint-Anatoile et nouveau gouverneur de l'hôpital de Bracon, depuis que Jean de Nozeroy a été destitué de sa charge86.

  • 87 ADJ, 128 H 4. Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 121.
  • 88 ADJ, 128 H 7, 1493 et 128 H 4, 1509, plaintes des moines de Saint-Oyend.

54La situation s'avère encore plus critique soixante-dix ans plus tard, en 1492-1493. Selon les moines de Saint-Oyend qui possèdent depuis 1482 l'hôpital de Bracon87, deux hommes, Nicolas Garillot dit le capitaine et son fils Jean, s'en sont emparés sans titres et en ont perçu les rentes « jusque a la valeur de deux cens francs » ; en 1509 pourtant, les religieux donnent une version quelque peu différente : ils expriment que le gouvernement de l'établissement a été confié aux Garillot père et fils par l'Empereur, en remerciement des services rendus pendant la guerre contre le roi de France. Quelle que soit la réalité des faits, les revenus de l'hôpital, représentant une somme annuelle de 240 francs environ, sont détournés ; l'hospitalité n'est plus offerte et les bâtiments manquent d'entretien88.

  • 89 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 200-201.

55Les prévarications, les spoliations, les détournements de fonds accompagnés sans doute de confusion et d'incompétence empêchent l'entretien courant et les réparations dues aux guerres. Par ailleurs, le régime bénéficiai se perpétue, malgré la tentative de réforme de Clément V au concile de Vienne. Ce pape avait en effet autorisé en 1311, la réception d'un hôpital en bénéfice, uniquement dans deux cas : d'une part quand le recteur était élu par la communauté, d’autre part quand le fondateur avait érigé lui-même son établissement en bénéfice. Ce dernier point permit de tourner les canons du concile et de limiter l'action pontificale : aux xive et xve siècles, de nombreux actes de fondation avaient déjà été perdus ; les recteurs purent affirmer sans difficulté que les hôpitaux étaient des bénéfices et devaient être administrés comme tels89.

Hôpitaux bénéfices et changements de destination

  • 90 Jacques de Vitry : Vitry-sur-Seine, vers 1170-Rome 1240.
  • 91 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 249-250.
  • 92 ADD, G 178, 1419, délibérations du chapitre métropolitain. Jean Crapillet appartient à la famille (...)
  • 93 Stouff (L.), Cartulaire... d'Arbois, p. 180.
  • 94 AMBes., DD 89, fo 163.

56Si on se réfère à Jacques de Vitry90, presque tous les recteurs obtiennent au xiiie siècle des hôpitaux en bénéfice à prix d'argent. Cette accusation de simonie, peut-être exagérée, est pourtant confortée par la vigueur avec laquelle le concile d'Angers en 1365 dénonce l'acquisition de charges par des pratiques de corruption91. Les documents comtois ne permettent pas de vérifier si de tels agissements sont courants. En revanche, l'octroi fréquent de bénéfices hospitaliers est évident. En 1419, Jean Crapillet, étudiant à la faculté des arts de Paris, pourvu de l'hôpital Sainte-Brigide, échange cet établissement contre le décanat rural de Salins avec un autre Jean Crapillet, membre de sa famille92. Un siècle plus tard, en 1530, le recteur de la maladière d'Arbois lui aussi étudiant, mais cette fois de l'université de Dole, obtient sa charge, sans doute, à titre de bourse d'étude93. De même en 1460, Pierre Bonvalol acquiert la cure de la maladière de la Vèze pour son fils résidant à Paris, en raison des services qu'il rend et rendra à la cité94.

  • 95 Une des deux léproseries de Salins.
  • 96 ADJ, 1566, G 1092. « Lesdites maisonnettes, chapelle, chambres, par l'incurie et négligence desdit (...)

57Ces bénéficiers, contrairement à ce que voudrait l'usage, ne remplissent pas toujours leur devoir envers les pauvres et accaparent des biens qui leur sont confiés. En 1520, « les maïeurs, echevins et conseil de la ville de la Salins » déposent une plainte devant le Parlement de Dole, afin que Pierre Moreau, chanoine de Saint-Anatoile et prébendier de Pontamougeard95, fasse réparer la léproserie et sa chapelle qui, scandale, sert d'abri au bétail96.

  • 97 ADD, 53 J X 3.
  • 98 AHSal., F 15 et F 21, F 17, F 19.
  • 99 ADJ, G 1089, 1494. Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 220, cite le cas de procurateu (...)
  • 100 AHSal., G 1, Comptes des muires, 1527-37.

58Les autres exemples abondent : les clercs séculiers, tenant habituellement l'hôpital Saint-Jacques en perpétuel bénéfice, n'y résident pas et le laissent tomber en ruine en 143597. Entre 1379 et 1394, la rectorie de l'hôpital Saint-Bernard de Salins est confiée successivement à deux personnes vraisemblablement de la même famille et portant le même patronyme : Girard et Antoine de Bectains ou de Blecterans. En 1464, Etienne de Saint-Moris, également gouverneur de cet établissement, cumule avec sa charge, celle de prieur du prieuré de Grandecourt. En 1479, il tient toujours la charge de recteur de Saint-Bernard, mais il est devenu entretemps abbé de Notre-Dame d'Oigny en Bourgogne98. Nul doute qu'il ne vit pas sur place. Comme le gouverneur de Pontamougeard en 1494, il nomme « un procurator »99 pour gérer le temporel. En 1527, cet homme est connu en ce qui concerne Saint-Bernard de Salins : il s'agit de Jean Boucher, prêtre, curé de Notre Dame de Salins et « amodiateur du revenu de l'hospital ». Il assume à la fois la charge du gouvernement des biens et de l'alimentation des pauvres100.

  • 101 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation.

59Cette pratique de la non-résidence est très mal perçue par les contemporains qui, parfois, veulent la réformer. En 1431, Jean de Montaigu impose, lors de la fondation de son hôpital du Saint-Sépulcre, l'obligation au recteur et aux chapelains de demeurer dans l'établissement101.

  • 102 Gros (G.), Louis XI pèlerin à Saint-Claude en Comté, pages 5 à 20.
  • 103 ADJ, 128 H 4. « Uny et annexe l'ospital de Bracon et toutes ses appartenances a la table capitulai (...)

60Par ailleurs, ainsi que l'indique Jean Imbert, « les hôpitaux fondés par des laïcs suivent l'évolution constatée pour les bénéfices ordinaires » ; le fondateur se réserve, pour lui et ses successeurs, le droit d'attribuer les biens aux personnes de son choix. C'est pourquoi en février 1482, Louis XI accorde l'hôpital de Bracon en bénéfice aux moines de Saint-Oyend, peu avant de se rendre en pèlerinage dans leur abbaye102. Il obtient pour cela l'autorisation du pape et somme Guion d'Usier et son fils Girard, qui détenaient les biens de l'hôpital, de le quitter sans délai103.

  • 104 ADJ. 128 H 4, 1484, procès entre les moines de Saint-Oyend et Jean Verne.. « Jacoit ce que l'inten (...)

61En 1484, Charles VIII tranche à l'inverse pour rendre l'hôpital de Bracon en bénéfice à Jean Verne, curé de Maîche, lequel avait accepté en 1482, la cession de l'établissement aux moines de Saint-Oyend, contre l'obligation d’une rente annuelle de 400 livres tournois104.

  • 105 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 225.
  • 106 ADD, II B, 576. « Sans que ledit chapitre accorde l'hospitalité, donne des aliments ou aultre chos (...)
  • 107 « Vuit et ordene que une chanoynie de chenoynes reguliers soit fondé et ediffié en mon hospital de (...)

62Mieux, se considérant parfois comme de véritables propriétaires, les fondateurs et leurs successeurs n'hésitent pas à vendre leurs établissements ou à en changer la destination105. Nous possédons quelques exemples de ce phénomène dans le diocèse de Besançon. Une enquête diligentée à Nozeroy en 1532 met en évidence que les revenus de l'hôpital, fondé en 1362 par Hugues de Chalon, ont été annexés au chapitre qui n'est pas tenu d'accorder l'hospitalité106. En 1372, Jacques de Vienne, seigneur de Longwy, fonde une collégiale dans son hôpital de Bellevesvre ; aux sept chanoines qui la composent, il donne cet établissement, toutes ses appartenances, toutes les rentes et autres revenus. Il leur lègue également son hôtel-Dieu de Longwy, « sans aucune chose ni excepter ni retenir... » et ajoute dans ses dernières volontés vouloir « que par [ses] hoirs, une église lours soit faicte pour Deu servir... ». Le cas est clair : il change la destination des deux hôtels-Dieu qu'il estime lui appartenir107. D'ailleurs, il ne mentionne plus dans son acte l'accueil des pauvres et se contente de vouloir dédommager l'hospitalier, curé de Bellevesvre au demeurant, de l'affectation nouvelle de ses hôpitaux en lui versant une rente.

63Une situation quelque peu différente se présente à Belfort en 1459. Là, Pierre de Mörsberg, bailli de Ferrette et d'Alsace, décide au nom de Sigismond, archiduc d'Autriche, de réduire les revenus de l'hôpital des Poules pour financer l'établissement d'un maître d'école et de quatre enfants de chœur au chapitre de la collégiale,

  • 108 ADTB, 1 G 76, 1459. Extrait du psaume VIII de David, versets 2 et 3 : « Yahvé, Notre Seigneur, que (...)

« affin que le service de Dieu, de sa bienheureuse Vierge Marie... soit mieux observé, comme dit est dans le huitième psalmiste de David, verset troisième Ex ore infantium, Deus, et lactantium perfecisti laudem... »108

  • 109 ADTB, 1 G 76, copie non datée d’un acte de 1459.

64Prélevant sur les rentes de l'hôpital, il octroie aux enfants et au maître, quatre prébendes pour leur nourriture et leur entretien, parce qu'il considère « que celui qui est serviteur de l'Esglise est aussi pauvre en Dieu »109.

65Ce changement évident de destination se profilait déjà en 1440 : Hugues Briot, chapelain de l'établissement mais aussi chanoine de la collégiale de Belfort, invoquant son grand âge et ses infirmités, avait remis à son chapitre la chapelle de l'hôpital et tous les revenus en dépendant, en compensation du versement d'une pension plus considérable que les rentes abandonnées.

  • 110 Humbrecht (L.), Mémoire historique sur les hôpitaux de Belfort, p. 6-7. Lors de la fondation de son (...)

66Rien de surprenant dans ces circonstances de voir le chapitre s'entremettre dans les affaires concernant l'hospitalité et formuler des considérations sur la pauvreté ; il adresse alors en 1459 une requête à Sigismond pour lui demander de modifier l'attribution des prébendes accordées un siècle auparavant par Jeanne de Montbéliard lors de la fondation110.

67L'exemple belfortain est riche d’enseignements : il présente à la fois les droits du fondateur et de ses successeurs sur un hôpital ainsi que l'évolution dans la conception du pauvre. Mais plus important, il souligne l'incompétence du recteur pour assumer sa charge d'hospitalier. Le cas n'est pas unique, si on se réfère à d'autres sources des xive, xve et xvie siècles.

Personnel incompétent

  • 111 « Toute ceste ruine a cause de l'incurie des laïcs qui gouvernent ceste maison... », Nouveau dicti (...)
  • 112 Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 79.
    AHSal., F 21, 1394, Traité entre Jean d'Ornans et An (...)

68Responsable quelquefois de la misère physique et morale des pauvres et des assistés, le personnel se rend aussi coupable selon les contemporains, de la ruine des bâtiments. C'est du moins l'explication donnée en 1458 pour expliquer la vétusté des locaux de l'hôpital de Jussey et le manque de soins accordés aux malades111. C'est encore l'accusation portée en 1394 par Jean d'Ornans, bourgeois de Salins, contre Antoine de Bletterans, hospitalier de Saint-Bernard. Ce recteur, « pour perseverer en malvaises euvres », favorise « la destruction et desherance dudit hospital »112. Homme violent, querelleur et batailleur, il bat et chasse les pauvres passants qui frappent à la porte de sa maison. Peu charitable, parcimonieux et de mœurs dissolues, il distribue une nourriture peu abondante et de mauvaise qualité aux malades. Pire, il ne leur offre ni chauffage, ni lumière la nuit. En ce qui concerne les femmes enceintes ou les accouchées, ses agissements sont les mêmes. Contrairement à l'usage en vigueur à l'hôpital, il ne leur donne ni bains, ni provende suffisante ; il n'emploie pas davantage de servantes pour s'occuper d'elles.

  • 113 ADD, 53 J III 1, 1536.

69Ce cas, loin d'être exceptionnel, se rencontre encore aux hôpitaux du Saint-Esprit de Besançon, de Dole et de Gray au xvie siècle. Lors de la tenue annuelle du chapitre, on met constamment l'accent sur les excès vestimentaires et les abus dans la conduite des religieux113.

  • 114 Au début du xvie siècle, une ordonnance réglemente les jeux à Besançon. « pour ce que souventefois (...)

70A ces fautes s'ajoutent d'autres manquements à la règle. Aimant le luxe, les frères adoptent des coupes de cheveux à la mode et portent bagues et anneaux. Paresseux et joueurs, ils se voient interdire les jeux de cartes et de dés114. Les comptes rendus des assemblées générales de 1534, 1536, 1547, 1559 mentionnent encore désobéissance, intempérance, blasphèmes et violence. En 1536, un novice du Saint-Esprit de Besançon s'abandonne à frapper violemment un serviteur.

  • 115 ADD, 53 J III 1, 1534, 1547, 1536. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 116.

71Malgré les peines importantes infligées aux frères et consistant en jeûnes et en mortifications de l'amour propre, la violation des règles persiste. Des religieux amènent dans leur établissement des « filles suspectes et de mauvaise vie », fréquentent des gens malfamés, partent à la pêche et profèrent des insultes envers les autres membres de la communauté, comme « traître, renégat, ladre, puant, fils à putain ». Cette faute est d'ailleurs punie de sept jours de jeûne pour avoir manqué à l'esprit de charité ; en revanche, celle qui touche le religieux acceptant une invitation au dehors, lui fait subir l’humiliation de prendre ses repas assis à terre115.

  • 116 ADD, 53 J I 4b. 1563 : « Ascavoir, un enffant donné, ung garçon nommé Richard de Verdun en Lorrain (...)

72En 1563, le recteur Pierre Arnault de Gray mène lui aussi une vie dissolue : il entretient une femme mariée dans les locaux de l'hôpital. L'établissement ne possède plus, à cause de son dérèglement et de sa mauvaise gestion, ni pain, ni vin, ni avoine, ni foin « pour norrir les pouvres et bestial qui y sont ». Les greniers sont vides et les caves, sans vin. Un cheval blanc de petite valeur constitue le seul bétail. Les pauvres se limitent uniquement à trois enfants116.

  • 117 ADD, 53 J 1 3g, 1573, plainte de la chambre des pauvres de Dole auprès du recteur du Saint-Esprit (...)

73Même constat à Dole en 1573 : les habitants sont « grandement scandalisez » parce que le recteur du Saint-Esprit du lieu n'entend pas les pauvres en confession et ne leur administre pas la communion, même quand elle le lui est expressément demandée. Il n’assiste pas davantage à leur enterrement et fait jeter leurs corps en terre, nus et sans linceuls117

  • 118 AHSal., B 7, fo 9, 1455. Jean de Montaigu prévient les abus éventuels qui pourraient survenir dans (...)
  • 119 AHSal., B 7, fo 9 vo. B 7, fo 11 vo: « Aucun desdits chapellains ne presumoit parler l’un a l'autr (...)
  • 120 AHSal., B 7, fos 13 et 13 vo. Rabelais, Gargantua, chap. 21, donne l'expression « Morver en archid (...)

74Ces derniers exemples, pour tardifs qu'ils soient, illustrent une réalité qui transparaît dans le troisième acte de fondation du Saint-Sépulcre de Salins, daté de 1455 : à l'évidence, d’après ce texte, les abus du personnel génèrent une restriction de l'accueil et une moins grande attention à effectuer correctement le service de la chapelle. Pour cette raison, Jean de Montaigu ordonne dans son acte que les fautes des chapelains soient consignées dans un registre118. Par ailleurs, il exige davantage de modestie et de décence dans les tenues vestimentaires : les enfants de chœur doivent désormais être habillés « de draps de couleur a fraiz moderez ». Il rappelle les devoirs d'obéissance envers le recteur ainsi que la double nécessité de ne pas proférer de propos injurieux et de se tenir correctement à la chapelle119. Il est ordonné également aux religieux de ne pas arriver en retard aux offices, d'incliner la tête avec humilité en entrant et en sortant du chœur ou encore de se tenir droit pendant les prières. Il leur est aussi demandé de garder propre linges d'autel et vêtements sacerdotaux, dans lesquels ils ne doivent pas s'essuyer le nez120. Jean de Montaigu interdit aussi de recevoir des hôtes dans leur chambre sous peine d'une amende à verser aux pauvres grabataires.

  • 121 La règle de vie des chapelains et du recteur a été fixée très minutieusement par Jean de Montaigu, (...)
  • 122 AHSal., B 7, fo 2 vo.

75Cette insistance du fondateur du Saint-Sépulcre à contraindre les chapelains et le recteur à mener une vie décente et conforme à l'esprit de charité montre que les abus et les manquements à la règle sont fréquents121. En outre, Jean de Montaigu précise à nouveau avec force dans le premier article de son acte que le rôle d'un hôpital consiste déjà à offrir l'hospitalité122.

  • 123 AHSal., T 11. « Souventeffois — écrit le duc — pluseurs desdis povres morroient aux champs et par (...)
  • 124 Nouveau dictionnaire... de Haute-Saône, art. Jussey, t. 3, p. 326.
  • 125 AMBes., BB 7, fo 17.

76Ainsi, dans le contexte particulièrement tragique de la fin des xive et xve siècle, il ne semble pas que les pauvres aient toujours trouvé auprès des établissements hospitaliers, l'assistance et le secours qu'ils eussent pu en attendre. En 1461, Philippe le Bon le dénonce et constate amèrement la carence de l'accueil à Bracon et à Saint-Bernard de Salins. Les indigents meurent dans la ville et alentour de froid et de faim123. Même constat à Jussey en 1458 : « Les malades [y] sont logés... dans une seule chambre, sur trois méchants grabats, étroite, humide et sujette aux grandes eaux »124. A Besançon enfin, le maître du Saint-Esprit, Lambelet Vernier, refuse en 1463 à deux ou trois reprises, de recevoir un homme grièvement malade125.

77Ces quelques exemples illustrent une certaine incapacité à ajuster la vocation hospitalière aux besoins de pauvres toujours plus nombreux et de moins en moins bien perçus.

IV. Une assistance sélective

  • 126 Cette formule est employée fréquemment dans les actes.

78Aucune étude quantitative ne peut en effet être menée sur eux ; en revanche, l'abondance de textes du xve permet d'apprécier « la multitude de pauvres »126 qui passent par la Comté, ainsi que leur identité.

Les pauvres : leur nombre, leur accroissement, leur identité

79Avant toute autre considération, la faiblesse les caractérise. Elle traduit un état d'humilité propice à l'engagement sur la voie du salut. Pierre Bon, chapelain du Saint-Sépulcre de Salins, exprime cette idée lorsqu'il écrit :

  • 127 BMSal.., ms. 12, fo 233. Pierre Bon est attesté comme chapelain du Saint-Sépulcre entre 1431 et 14 (...)

« Les tribulations, maladies, povretés ou guerres nous est plus souvent proffitable que trop grande prospérité. »127

  • 128 Expression reprise à Mollat (M.), “La notion de pauvreté au Moyen-Age : position des problèmes”, R (...)
  • 129 Gen. 1, 28.
  • 130 AMBes., BB 8, folios 22 et 37 vo. La position des autorités n’a cessé de se durcir envers les pauv (...)
  • 131 AMBes., BB 8. fo 48 vo.

80Ce sont donc des pauvres ou faibles qui sont reçus dans les hôpitaux du diocèse, à l’exemple encore des veuves, des femmes enceintes ou des accouchées. Ces déshéritées, « comme les autres affligés, par le dénuement, la maladie, la faiblesse de l’âge ou de l’abandon »128, méritent l’accueil dans la mesure où elles ne peuvent pas travailler. Le travail, tâche confiée à l’homme selon la Bible129, conduit sur la voie du salut et trouve auprès du Créateur, sa récompense. Aussi, les errants, les mendiants mauvais chrétiens ne méritent pas toujours l’aumône ou l’assistance. En 1475, ordre est donné par les gouverneurs de Besançon de ne laisser entrer dans la ville « nunlx coquins mendians »130. Cette même année, « les coquins estrangiers » sont sommés également de déguerpir dans les deux jours131.

  • 132 ADD, 53 J I 5, 1446. Philippe le Bon exige que l’hôpital de Poligny situé dans la ville retrouve s (...)

81Le terme « coquin » utilisé à plusieurs reprises et synonyme de gueux, mendiant, démontre à lui seul qu’au xve siècle, on distingue de mauvais ou faux pauvres assimilables à des exclus voire à des ennemis. Méprisables, ils sont jugés capables de tous les crimes : ils peuvent, selon la rumeur, empoisonner l’air ou, comme l'indique Philippe le Bon en 1446, trahir et livrer les villes aux ennemis132.

  • 133 « Dès l’instant que la maladie a fait son apparition, le remède par excellence est de ne pas venir (...)
  • 134 AMBes., BB 5 et BB 7, fo 66, 1468. En 1452, les gouverneurs de Besançon « ont conclu et ordonné... (...)
  • 135 Goglin (J.-L.), Les misérables dans l'Occident médiéval, p. 105 et suiv.
  • 136 Briod (A.), L'assistance des pauvres au Moyen-Age dans le Pays de Vaud, p. 83.

82Pire encore, les errants sont suspectés d’apporter la peste133. En 1452 et 1468, les autorités bisontines défendent aux portiers de ne laisser entrer aucun malade, aucun mort et aucun couple s’il n’est connu134. Cette méfiance envers les vagabonds s’exprime de surcroît au moment d'un extraordinaire développement du paupérisme dont il faut aussi voir les raisons dans les guerres, les mauvaises récoltes et la hausse des prix. De nombreuses bandes parcourent sans relâche les routes et fréquentent, comme les « caïmans », les marchés et les pardons où ils enlèvent les enfants pour leur crever les yeux et leur couper jambes et pieds, dans le but de les faire mendier135. Les villes où se trouvent des hôpitaux attirent des paysans pauvres et un surplus de gens misérables, alors qu'elles doivent déjà supporter leurs propres indigents. Dès 1474, des mesures répressives sont prises contre les mendiants et les étrangers dans le pays de Vaud136 où on leur interdit « de quérir leurs asmones ». A Dole, ils reçoivent en 1544, 5 engroignes par jour à condition qu'ils n'aillent pas mendier à travers la ville,

  • 137 Pidoux (M.-A.), “La législation de l'Assistance en Franche-Comté”, Bulletin de la Société d'Agricul (...)

« pour obvier aux perils et dangers de maladie et contagion, qu'a ce moyen pourroient advenir. »137

83A l'examen du vocabulaire qui apparaît au hasard des textes du xve siècle, force est de constater que les hôpitaux du diocèse avec leur pluralité de fonctions offrent un accueil de plus en plus sélectif qu’ils destinent à des bons pauvres dans l'incapacité de gagner leur vie ; dans le même temps, ils se détournent des faux pauvres, valides et sans travail. Ils se gardent également de plus en plus de recevoir des passants étrangers ou des mendiants.

  • 138 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation du Saint-Sépulcre ; ADD, 53 J XVI 16, comptes du Saint-Esprit.

84Malgré cette sélection dans la réception, sensible à travers le vocabulaire et les textes, les pauvres reçus restent nombreux dans quelques hôpitaux du diocèse et à Lausanne, dans les périodes de guerre et les années de jubilé. Pourtant, il est difficile de quantifier. Même si nous savons que des établissements comme le Saint-Sépulcre de Salins et le Saint-Esprit de Besançon tiennent des registres d’entrée et de sortie des pauvres reçus138, il ne nous est parvenu que peu d’indications chiffrées sur la fréquentation des hôpitaux. En outre, elles ne concernent principalement que de grandes maisons et ne donnent aucun renseignement sur l’accueil réservé dans de modestes hôtels-Dieu. Le nombre de lits peut dans ce cas représenter un indice d'appréciation intéressant.

  • 139 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500 : les pauvres et l'hôpital de Montbéliard”,(...)
  • 140 AMMbl, fonds de l'hôpital, 1479, B 4.
  • 141 AHSal., A 1, 1431, 1ère fondation.

85A Montbéliard, à la fin du xve siècle, l'hospitalité est réservée à douze pauvres résidents entrés, selon l'expression de R. Cuisenier139, « dans l'institution comme dans une maison de retraite. » Les IX bourgeois exigent d'eux le versement d'une somme qui se chiffre au début du xvie siècle à environ 10 francs140. En revanche, le Saint-Sépulcre de Salins reçoit dès 1431 au moins trente personnes dans les trente lits que Jean de Montaigu a fait installer dans la salle des pauvres141 pour les

  • 142 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation, fo 1 vo, Brocard, “L'hôpital...”, p. 63.

« quelques pouvres peregrinans et passant et demandant le repoz jusqu'au nombre de trente inclusivement si journellement si grant nombre y afflue. »142

86Le recteur doit leur procurer nourriture et chauffage.

  • 143 ADD, B 297, 1443. lettre de Philippe le Bon au pardessus de la saline, au sujet de la misère qui t (...)

87Plus important encore, Jean de Montaigu ouvre son hôpital aux contagieux et aux pestiférés pour lesquels il fait construire en 1438 une annexe au-delà de la Furieuse. Cette décision coïncide avec des années particulièrement difficiles : en 1436, 1437 et 1438, le comté de Bourgogne, déjà ravagé par les écorcheurs, se voit de surcroît touché par les pestes et les famines. En 1443, Philippe le Bon constate que certains bénastiers des salines vendent leurs meubles et héritages « pour avoir leurs aliments durant le temps de chierté et mortalité qui ont régné en nos pais de Bourgogne, l'espace de environ cinq ans passés »143.

  • 144 ADD, 53 J X 3. Quatre pièces importantes, datées de 1436 et concernant l'union de Saint-Jacques au (...)
  • 145 AMBes., BB 26, fos 115 vo, 116 et 116 vo, 1552, remontrances faites par les gouverneurs de Besanço (...)

88Dans cette même période, en 1435-1436, Lambelet Vernier affirme que son hôpital du Saint-Esprit de Besançon accueille cent vingt indigents. Adressant une supplique à Eugène IV, il lui démontre toutes les difficultés qu'il rencontre pour les soigner, les soutenir, leur assurer une subsistance et pourvoir à leurs funérailles144. Mais qui recevait-il ? Nous ne disposons sur ce point que d'indications plus tardives du xvie siècle, concernant uniquement les enfants : en 1552, trente-six nourrissons au moins y sont allaités, alors que « quatre vingtz enffans ou environ [sont placés] dans les villages circumvoisins »145.

  • 146 AMBes., BB 26, fos 115 vo, 116 et 116 vo.
  • 147 AMBes., BB 26, registre 348 feuillets, fos 1 15 vo, 116 et 116 vo. Ils signalent « que les povres (...)

89Il est vrai qu'à la fin du xve siècle, mais surtout au début du xvie siècle, le SaintEsprit tend à se spécialiser dans l'accueil « des petits enfans habandonnez de pere et de mere », pour reprendre l'expression du recteur Etienne Milet. Ce gouverneur considère par ailleurs cette fonction d'assistance envers les petits, comme la seule exigée par la fondation de l'ordre146. Les notables de Besançon critiquent violemment ce point de vue147. Néanmoins, cet exemple rend perceptible une évolution plus générale dans l'accueil et le rejet de certaines catégories de pauvres, déjà sensible dans la deuxième moitié du xve siècle.

Rejet des pauvres

  • 148 AMBes., BB 5, registre, 438 feuillets, fo 221 vo.
  • 149 BMBes., ms. 1046, Ordonnances de l'ostel consistorial de la cité de Besançon.

90Une méfiance à l'égard de certains d'entre eux, apparente à travers le vocabulaire des actes, se vérifie dans le contenu de certaines ordonnances. En 1452, les gouverneurs de Besançon interdisent aux étrangers, tant ils les craignent, « de porter sur eux daigues, dolequins, coutelesses ne aultres coutealz »148. De même, ils excluent les ladres qui ne sont pas de la ville, sauf pendant les périodes de Noël, Pâques et Toussaint149.

  • 150 « Les pauvres pour lesquels [on estimerait] necessaire tant par maladie que autrement, de mendier (...)
  • 151 Recueil des ordonnances et editz de la Franche Comté de Bourgogne, 1619, Livre Ve, Edit de 1587 co (...)

91A Dole en 1544, le Parlement prend toute une série de mesures pour restreindre la mendicité. Il ordonne que soient bannies pendant six mois toutes les personnes qui seraient trouvées recherchant leurs aumônes par la ville ; seuls, auraient le droit d’exercer cette activité, les malades ou les indigents qui porteraient une marque150. A la fin du xvie siècle, la situation s'est encore durcie. En 1587, les mendiants valides sont dans l'obligation de travailler et d'être « employez a ouvrages publiques a salaires moderez » ; quant aux vagabonds, « courans dans la region, doivent estre chatiez corporellement jusqu'à la mort inclusivement »151.

  • 152 Une ordonnance de Lausanne, datée de 1539, prescrit l'expulsion des pauvres étrangers. Elle indiqu (...)

92Ce rejet et cette peur des mendiants, évidents à la fin du xvie siècle, existent déjà au xve siècle. Les vagabonds ne sont plus perçus comme des pauvres, allégorie du Christ souffrant, mais au contraire, comme des individus dont la misère dérange l'ordonnancement de la vie sociale. Déclassés, jetés sur les routes par la guerre et les épidémies, ils offrent l'image d'une masse menaçante voire terrifiante qu'il convient parfois de chasser comme à Montbéliard en 1440. Les rejetés sont d'autant plus en butte à une méfiance extrême que leur nombre s'accroît. On limite l'aide qu'on leur offre pour ne pas trop charger les hôpitaux au-delà de leurs revenus. A Belfort en 1459, on redéfinit la notion de « pauvre » ; il devient presque uniquement un serviteur de l'Église. Cette nouvelle conception rejette les mendiants dans le groupe des mauvais chrétiens et des marginaux auxquels il devient superflu de donner l'aumône152. Justement, celle de Bracon, instituée par Mahaut d'Artois devient l'objet de scandale ; en 1475, le doyen de la collégiale d'Arbois envoyé en mission par le Saint-Siège enquête en vue de sa suppression.

  • 153 « Et volons que l'on mete mil livres tornois de nostre argent pour acheter terres et que de cele r (...)
  • 154 ADD, B 246. L'acte de fondation de cette aumône est conservé aux ADJ. 128 H 1 : Mahaut d'Artois av (...)
  • 155 ADJ, 128 H 1, fondation de l'aumône de Bracon : « Nous, Mahaut comtesse d'Artois et de Bourgoingne (...)

93En 1327, Mahaut d'Artois, pour respecter les dernières volontés de son mari Othon IV153, avait en effet institué une « donne annuelle » de cent livres tournois, des tinée à tous les pauvres qui se présenteraient à la porte de l'hôpital de Bracon, le jour de la saint Michel Archange154. Disposant d'une somme de 1 000 livres pour l'achat de rentes, elle régla le mode de distribution155 et elle décida que tous les ans chaque miséreux recevrait 6 deniers devant la porte de l'hôpital ; l'aumône serait distribuée par deux prud'hommes de Salins ou de la saunerie, en présence du chanoine de Saint-Maurice qui résidait dans l'établissement, du doyen de Saint-Michel et du gardien des Frères Mineurs. Prévoyant une foule immense, afin de contrôler l'affluence des mendiants et de prévenir d’éventuels accidents et bousculades, elle ordonna que six sergents du Bourg-Dessus de Salins gardent les portes et reçoivent pour leur besogne un salaire de six deniers, comme les pauvres. Elle attribua en compensation de leurs peines, deux sous aux prud'hommes de Salins, cinq sous au gardien des Frères Mineurs et trois sous au doyen de Saint-Michel.

  • 156 Redoutey J.P., “Les trois testaments de Mahaut d’Artois”, Mémoires de la Société pour l'histoire du (...)

94L'année 1327, la comtesse Mahaut consacra d'autres revenus pour ses dévotions et ses œuvres charitables : elle attribua une rente annuelle de 18 livres sur la saunerie de Salins avec comme finalité d'acheter du drap pour vêtir les pauvres du Bourg-Dessus. Cette aumône, remise par le trésorier le jour de la Saint-Michel Archange devait être donnée « pour Dieu aux pauvres habitants dudit bourg par fondacion de dame Mahaut de bonne memoire, jadis contesse de Bourgoigne, que Dieu absoilve »156. En 1328, elle légua dans son testament 600 livres « aux pauvres hôpitaux, maisons-Dieu, léproseries et autres lieux pieux, aux monastères, abbayes et autres couvents, tant de mendiants que autre pour trois services à faire dans la première année après [son] décès ». Sur cette somme, elle préleva 40livres pour l'hôpital de Bracon nouvellement fondé par elle, pour le repos de l'âme de son très cher seigneur et mari et de la sienne.

  • 157 ADJ, 128 H 2. Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 176-180.

95Un siècle et demi plus tard en 1475, au moment où les Suisses pénètrent en Comté, cette aumône est remise en cause. On dénonce les abus qu'elle provoque ; elle est devenue, selon les dires des contemporains, un événement réputé pour les dépravations qu'elle suscite ; tromperies, vols, viols, encanaillement des riches, débauche des jeunes sont le lot courant. Pire, la donne attire une telle foule que pendant plusieurs années de suite des personnes ont été piétinées ; une femme est morte dans la bousculade157.

  • 158 ADJ, 128 H 2. Un témoin interrogé au cours de l'enquête signale en 1475 que des bousculades ont li (...)
  • 159 On peut noter une similitude avec la situation de l’hôpital de Belfort en 1459.
  • 160 ADJ, 128 H 2. « Lesquelx soient tenuz de servir Dieu et dire une messe en haulte, pour le remede e (...)

96D'après les témoins, l'aumône a lieu de nuit, vers les « deux heures apres mynuit, et aultre temps donnée de jour a torche allumée ». Les sergents sont là pour contenir la foule et les échevins de Salins participent à la distribution qui, depuis 1435 environ, s'effectue dans la plus grande confusion158. Aussi, il est proposé de supprimer purement et simplement cette donne, d'utiliser l'argent de sa fondation pour entretenir dans l'église Saint-Maurice, quatre enfants de chœur et un maître de chant159, tenus de prier pour le repos de l'âme de Mahaut d'Artois et d'Othon IV160.

  • 161 Il est intéressant de remarquer que Mahaut d'Artois voulait qu'elle soit distribuée entre autre «  (...)
  • 162 La saint Michel : le 29 septembre. Cette fête marque également la fin d'un cycle agricole qui comm (...)
  • 163 Il est à noter que les frères mendiants sont des propagandistes du purgatoire.

97L'aumône de Bracon, dont l'institution fut indéniablement inspirée par l'idéologie franciscaine161, avait pour but essentiel en 1327, de soulager la souffrance « des pauvres du Christ », de prôner l'amour du prochain, en même temps que de sauvegarder la paix sociale. Exemplaire, elle illustrait de surcroît les devoirs que tout bon chrétien devait nourrir à l'égard des humbles pour mériter la vie éternelle. Distribuée le jour de la saint Michel162, patron des agonisants, elle entretenait enfin l'espérance du Salut final163.

  • 164 BMBes., ms. 579, début xvie siècle : les pauvres sont représentés comme des suppôts de l'Antéchris (...)

98A la fin du xve siècle cependant, et peut-être même dès 1435, elle est considérée comme subversive puisqu'elle s'adresse majoritairement à une catégorie de pauvres menaçant l'ordre social, des coquins sans foi ni loi, des mendiants vagabonds qui corrompent les bons chrétiens164. Elle entraîne querelles et violences, rompt l'harmonie sociale et l'ordre public ; elle semble aller de ce fait, contre la volonté de Dieu.

L'aumône dans la deuxième moitié du xve siècle : un danger pour l'âme

99La « donne » de Bracon brille déjà par l'immoralité qu'elle provoque, et si, à l'évidence, l'aumône représente un danger social — ne serait-ce que par la multitude des pauvres qui s'y pressent — elle représente également après 1435, un danger moral qui transparaît à travers tous les témoignages des contemporains. On risque devant l'hôpital de Bracon, non seulement la mort, mais aussi la damnation éternelle. Les déclarations des témoins choqués abondent : une femme est morte piétinée et étouffée sans le secours de la confession, alors que le rôle d'un hôpital est d'assister les mourants ; des hommes et des femmes « accomplissent le pechier de luxure » et s'en vantent ; des femmes enceintes accouchent d'enfants qui décèdent avant d'avoir reçu le sacrement de baptême.

  • 165 Esclandre : terme utilisé dans les témoignages.
  • 166 Béatitudes.
  • 167 Rober : violer.
  • 168 ADJ, 128 H 2. « Pour faire et accomplir... leur plaisir charnel, jouer aux dez et aux cartes et fe (...)

100L'aumône provoque un scandale et un « esclandre »165 d'autant plus grands qu'elle offre le spectacle d'une inversion : des riches viennent demander la charité au lieu de la donner, des pauvres blasphèment et profèrent des insultes alors qu'ils devraient prier et remercier. On est très loin de l'idéal symbolisé par la parole « Bienheureux les pauvres, car ils verront Dieu »166. Les personnes qui fréquentent cette « donne » sont soumises à des tentations et commettent certains péchés capitaux comme la paresse, l'envie, la luxure et la « gloutenie ». Quelques jeunes gens, rapportent des témoins, « robent des jeunes filles »167 et profitent de la foule, « pour accomplir leur plaisir charnel »168.

  • 169 ADJ, 128 H 2. Une telle foule est décrite à Angers en 1468 à cause de l'inhumation d'un sénéchal d (...)

101Les témoignages sur l'aumône de Bracon exprimés en 1475, la décrivent comme un avant-goût de l'enfer. S’inscrivant dans une vision millénariste, ils montrent avant tout que le discours chrétien sur la charité évolue : l'assistance envers le prochain peut devenir un danger pour la société et pour soi-même ; elle n'est plus la voie obligée pour accomplir son salut, depuis que les pauvres ou certains d'entre eux, inutiles et pécheurs, sont craints comme perturbateurs de l'ordre social et de l’ordre moral. Ils sont redoutés en tant qu'individus, mais plus que tout, ils sont ressentis collectivement comme une menace, tant leur nombre est important. A Bracon, on parle « d'une grant presse » où « une grant multitude de gens affluent », à tel point qu'on les a vus « cheminer les uns par dessus les aultres »169. Groupés, les miséreux forment une masse informe inquiétante, d'autant que des bandes pullulent.

102Malgré cette écrasante demande de charité, la solution trouvée pour faire cesser les troubles consiste paradoxalement à supprimer l'aumône. Ainsi que le signale le prédicateur J. Clerée, il devient plus facile de donner un pain à un chien qu'un croûton à un pauvre.

  • 170 Ps. 109-10.
  • 171 Saint Antonin : 1389-1459.
  • 172 Bériou (N.), Berlioz (J.), Longère (J.), Prier au Moyen-Âge..., p. 218.
  • 173 AHSaL, E 22, 1552. « Parce que de son temps a tousjours travailler comme bon habitant a rendre ser (...)

103Ce propos nous place devant une contradiction et une ambiguïté de l'attitude face à la pauvreté. L'Église et certains de ses ministres affichent une double position par rapport aux miséreux. Le prédicateur J. Geiler de Kaisersberg craint les mauvais pauvres dont il dénonce les actions dangereuses. Il prétend qu'une aumône à leur intention « nuit autant à ceux qui donnent qu'à ceux qui reçoivent ». Les pauvres ne peuvent plus uniquement espérer faire leur salut à travers leur condition. Seuls, ceux qui craignent Dieu, peuvent trouver le bonheur. La Bible met par ailleurs en garde contre une mendicité dégradante qui fait l'objet d'une malédiction170. L'aumône doit être faite à des pauvres authentiques. Saint Antonin, archevêque de Florence171, discerne un ordre préférentiel dans la charité, au profit des justes avant les pécheurs, des parents avant les étrangers. Vincent Ferrier présente, lui, la pauvreté et la maladie comme une punition divine172. La contrition et la prière sont des moyens pour racheter ses fautes. Le travail acquiert une valeur rédemptrice. Guillaume Brocard, lépreux de Salins, s'inscrit dans cette idéologie lorsqu'il supplie les magistrats de la ville de l'assister. Il se présente à eux comme « un bon pauvre » qu'il est normal de secourir parce qu'il a toujours travaillé173.

  • 174 Mollat (M.), dans Histoire de hôpitaux en France, sous la dir. de J. Imbert, p. 81.

104Malgré les guerres, les ruines hospitalières et une nette évolution dans la conception du pauvre, malgré un accueil plus sélectif, on ne peut affirmer que l'hospitalité faiblit au xve siècle. On assiste parallèlement, dans le courant des xive et xve siècles, à des élans de générosité, à des créations d'hôpitaux et à des réformes des établissements existants. Les dévastations décrites par H. Denifle sont accompagnées d'efforts de reconstruction. La volonté de restauration des maisons au xve siècle a au moins égalé, pour reprendre l'expression de M. Mollat, « la patience avec laquelle elles ont été édifiées au cours des siècles précédents »174.

Notes

1 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation des églises.... L'expression désolation et ruines lui a été inspirée par la lecture des nombreuses suppliques adressées à la papauté et décrivant les ravages causés par les guerres.

2 Le tableau E, p. 331-332, le révèle particulièrement.

3 Les prêches autour de l’Apocalypse se multiplient aux xive et xve siècles. Les prédicateurs se réfèrent constamment au chapitre 6, 2-8. En 1360, le corps de saint Antide, ancien archevêque de Besançon, est placé dans une belle châsse d'argent. Une foule énorme se regroupe pour cet événement. BMBes., ms. 1017, fo 76.

4 Cette tour est située à proximité du Saint-Esprit.

5 BMBes., ms. 1017, Chroniques de Besançon, fos 80 vo et 81.

6 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation...

7 C'est dans cette région que le Saint-Esprit de Besançon fait des achats massifs de propriétés diverses entre 1367 et 1369.

8 Peste : maladie infectieuse, due au bacille de Yersin. Des études du professeur Mollaret ont permis de constater la persistance du germe sur le sol pendant vingt-huit mois, ce qui expliquerait peut-être la reprise des épidémies. Sa transmission se fait par les puces et les rats, d'animal infecté à animal sain par piqûres de puces. Elle peut aussi être transmise à l'homme par des puces infectées : « On distingue donc deux types de peste : bubonique et pulmonaire. La peste bubonique se transmet par voie cutanée, elle s'attrape chez l'homme par l'intermédiaire des puces... La peste pneumonique a un caractère foudroyant. La température s'élève rapidement à 40 degrés... la mort survient dans les deux ou quatre jours. » Goglin (J.-L.), Les misérables dans l'Occident médiéval, p. 93-94.

9 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 38-40.
ADD, B 151 : un rouleau de parchemin de 7,28 m contient différents comptes de la confiscation des biens des juifs de Vesoul après la grande peste. On peut y lire notamment qu'ils furent mis à la torture : « gage de XII sergenz qui gardèrent jour et nuict, VI juifs qui avoient estei mis en jayne (torture) et questionei pour savoir la veritei des poudres qu'on disoit qu'ilz avoient jeteiz aux poix et fontainnes... » 23 novembre 1349. En 1321, les lépreux avaient été eux aussi accusés d'un complot contre la Chrétienté en jetant des poudres corrompantes dans les fontaines et les puits.

10 L'expression est reprise à Jean Froissart, Chroniques.

11 Philippe de Rouvres : duc et comte de Bourgogne mort en 1361. Il est le petit-fils d'Eude IV mort en 1349 et de Jeanne de France, comtesse de Bourgogne.

12 Marguerite de France : sœur de Jeanne de France, comtesse de Bourgogne décédée en 1347. Elle devient comtesse de Bourgogne à la mort de Philippe de Rouvres en 1361 et le reste jusqu’à son décès survenu en 1382.

13 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 92.

14 Lhomme (A.). Peste noire et grandes compagnies en Comté, p. 67.

15 Henri VI, fils d'Henri V et de Catherine de France (Windsor, 1421-Londres, 1471). Il fut roi d’Angleterre entre 1422 et 1461, porta aussi le titre de roi de France, conjointement avec son rival Charles VII. Il fut assassiné en 1471.

16 Tuetey (A.), cité par Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 98.

17 Castan (A.), “Notice... du Saint-Esprit de Besançon”, Annuaire du Doubs, 1864 et 1865.

18 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 1, documents, p. 387-88.

19 BMBes., G 1859, notes de A. Castan. « Par les guerres et autres sinistres qui ont lamentablement et pendant fort longtemps affligés ces pays ; les ressources des fidèles se sont amoindries et aussi le secours de la charité pour soutenir l’hôpital. » Ces notes traduisent des réponses à des suppliques de Lambelet Vernier (ADD, 53 J X 3).

20 De nouvelles épidémies de peste ravagent la Comté en 1436, 37, 38, 39 et 40.

21 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de cent ans, p. 99.

22 Cette destruction peut être reportée à l'année 1444, si on se réfère à Tuefferd, Montbéliard et ses monuments.

23 AMMbl, A 1, cité dans Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard sous l'Ancien Régime, p. 64.

24 AMBes., BB 4, registre 1446-51, fo 32 vo.

25 Marie de Bourgogne se trouve à Gand au moment de la mort de son père. Elle doit faire face à des révoltes urbaines. Née en 1457 de l’union de Charles le Téméraire et d’Isabelle de Bourbon, Marie de Bourgogne épouse le 18 août 1477 Maximilien d'Autriche, fils de l’empereur Frédéric III. Elle lui donne deux enfants, Philippe le Beau et Marguerite d’Autriche, promise dès son jeune âge au dauphin Charles de France. Elle meurt prématurément en 1482.

26 Febvre (L.), Histoire de la Franche-Comté, pages 148-149, explique : « Charles mort, ce fut la curée ; à vrai dire, depuis longtemps elle se préparait : nous avons vu les Suisses, dès 1474, se ruer sur les lisières du pays comtois. Mais, au lendemain de Nancy, toutes les convoitises s'allumèrent à la fois : Louis XI et l’Empereur, l'archiduc Sigismond, l’évêque de Bâle, les Cantons suisses, c’étaient autant de prétendants inégalement armés mais également rapaces. »

27 Theurot (J.), Histoire de Dole, p. 48.

28 Notamment la région de Marnay, Ougney et Gy où les terres du Saint-Esprit de Besançon sont nombreuses.

29 Leur présence à cet endroit est attestée dès le 1er mars 1478. Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Âge en Franche-Comté, p. 59.

30 AMDol., cote 958. Les comptes de la maladière de Dole (1481) évoquent ce pillage : le missel de l'établissement a été emporté par un homme d'armes à Auxonne.

31 « Dès 1477, la Franche-Comté avait connu... la redoutable bombardelle que traînaient quatorze bœufs ; outre cet engin de guerre redoutable, d'Amboise en faisait fondre d'autres à Dijon. Le soin en était confié à Barbarin, échanson du roi et chef d'artillerie : les principales pièces portaient les noms de la Reale, la Gouvernante. » Clerc (E.), “Conquête des montagnes du Doubs et du Jura par les armées de Louis XI”, Académie...de Besançon, 1881, p. 122.

32 Dans l'état actuel des connaissances, il est impossible d'en apprécier l'importance. De nombreuses mentions signalent l’appauvrissement du pays, la ruine des villes et les terres incultes.

33 « L'an mil quatre cent septante et neuf, le jeudy vingt cinquième jour du mois de may, fut par les François et par trahison prinse la ville de Dole, la plupart des habitans d'icelle occis et les aultres prisonniers. Et en icelle heure y mirent les dicts François le feu, et furent bruslez les églises Nostre Dame et de Saint Georges, les halles, auditoires, chambre du Conseil et moulins dudit Dole. La plupart d'icelle ville exterminée, captive, ne sera veue par ceulx qui cy apres liront comme dessus. Et ce nous certifions, sous nos seings manuels cy mis, en faisant... (suivent trois lignes totalement effacées) : De Boisset, Du Champ, De Sainct Maurice. » Gresset (M.), Dole de 1479 à 1638, p. 3, cité par Gresser (P.) Le crépuscule du Moyen-Âge en Franche-Comté, p. 67.

34 AMDol., cote 958.

35 Marguerite d'Autriche est la fille de Maximilien d'Autriche et de Marie de Bourgogne. Au traité d'Arras (décembre 1482), Maximilien d'Autriche abandonne à Louis XI la Picardie, le comté de Boulogne, le duché de Bourgogne ; il constitue en dot à sa fille Marguerite (fiancée au dauphin Charles), le comté d'Artois et la comté de Bourgogne.

36 Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Age en Franche-Comté, p. 74.

37 L'Artois faisait partie de la dot de Marguerite d'Autriche en cas de mariage avec Charles VIII.

38 ADJ, 128 H 2. Cet hôpital a été donné par Louis XI en 1482, au moment du pèlerinage qu'il effectue à Saint-Oyend, obéissant à un vœu datant de juin 1481. En juin 1481, le roi est frappé par une attaque. Son entourage le croit mourant, Commynes et monsieur Du Bouchage le vouent à saint Claude. « Incontinent, la parole lui revient, et sur l'heure, il va par la maison très faible. » Les spectateurs voient dans cet événement un miracle. Gros (G.), Louis XI pèlerin à Saint-Claude en Comté, p. 116 et suiv. L'abbé de Saint-Oyend se trouve être le fils de Louis de Savoie, donc frère de Charlotte de Savoie et beau-frère de Louis XI. La dévotion de Louis XI pour saint Claude n’est pas nouvelle. Dès 1456, il choisit cinq églises en Europe, comme bénéficiaires d'une offrande s'élevant à 6 000 écus, qu’il se propose de répartir entre elles : Notre Dame de Cléry, Saint-Pierre de Rome, Saint-Michel du Péril, Saint-Jacques de Compostene et Saint-Claude.

39 ADJ, 128 H 7.

40 ADJ, 128 H 5.

41 Voir le tableau E, annexe, p. 337-339.

42 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation...

43 AMDol., cote 958, comptes de la maladière de Dole ; AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, E11, comptes, 1493-97 ; AMBes., DD 88, 89, 90, 91, extraits de comptes de la léproserie de la Vèze.

44 ADJ, 128 H 1, 1422, hôpital de Bracon. « Par deffault de gouvernement, les toits et couvertures d'icelluy ont esté prez de ruyne, les vignes desertes et aulcunes aliénés et vendues, les prez et les champs semblablement.... »

45 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 2, p. 765.

46 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation... t. 1, documents, p. 387.

47 Dans une supplique adressée au pape Eugène IV et datée du 27 octobre 1436, sont décrits les dégâts causés à l'hôpital de Gray par les guerres. Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 1, documents, p. 387. En décembre 1436, Pierre Crapillet, recteur du Saint-Esprit de Gray, passe un marché avec un couvreur pour recouvrir l'église et le clocher ; il verse pour cet ouvrage 21 gros vieux. ADD, 53 JI 4a. Voir Mercier (A.-C.), Le cartulaire de l'hôpital du Saint-Esprit de Gray..., Mém. de maîtrise, 1993, annexe, p. 58.

48 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

49 AMArb., fonds de l’hôpital, A 4, copie de 1724. « Pour les doutes des compagnons et autres ennemis qui a presens sont en nostre conté de Bourgogne et pour cause de la seureté de nostre ville et bourg d'Arbois, le capitaine et les habitans dudit lieu ayant fait abatre et demoly la maison Dieu ou hospital qui estoit assise pres ladite ville, a ce qu'elle ne fut nuisant a la forteresse dudit lieu d'Arbois et que lesdis ennemis n'y heussent logement ou soit pour eulx. » Dans l'acte d'où est extrait ce passage, Marguerite de France donne une maison pour y établir un nouvel hôpital, étant donné la destruction du précédent.

50 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., p. 765.

51 Baufällig : en ruine. Pegeot (P.), "La vie économique et sociale à Montbéliard...”, Société d'émul. de Montbéliard, 1971, vol. 69, p. 129.

52 Supplique de Lambelet Vernier adressée au pape Eugène IV en 1436, citée dans Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation..., t. 1, p. 375-76.

53 AMBes., BB 4.

54 Les archives concernant les établissements d'Arbois, d’Arlay, les léproseries de Dole et de la Vèze et enfin, celles du Saint-Esprit de Dole l'illustrent particulièrement.

55 ADD, 53 J I 3c. « Toutes et quanteffois que l’on vouldra maisonner la chapelle dudit hospital... pour accomplir ladite chapelle, soit qu'elle soit a vote ou autrement. » « La perriere dudit hospital. »

56 ADCO, B 1062. Hôpital ancien fondé par Hugues de Bourgogne. Othon, son fils, comte palatin, donne à cet établissement un droit d'affouage dans ses forêts de Jussey.

57 AHSal., E 6, 1564. « Il pleut tout du Ion et du large de ladite maison et es chambres des pouvres malades. »

58 AMBes., DD 90. « La quantité de dix millyers de grosses assoles de chasne au pris de trois gros le millier. »

59 AMBes., DD 90. « Pour quatre journées... pour recouvrir l'hostel des malades, le toit sur la chapelle, sur l’avant toit devant icelle. »

60 AMBes., DD 90. « ...De la maladiere des malades et aussi avoir a rebouchier certaines quantités de goutieres estant dessus l'église de ladite Veze. » En 1500, 1506 et 1511, la toiture est encore réparée, soit une fréquence de tous les cinq à six ans.

61 AMBes., DD 90. « Pour ce que, suivant l'opinion des principalx toitotz... n'eust l'ancienne toiture rien valu. » Fontain : 2 km environ à l'ouest de la Vèze.

62 AMBes., DD 89.

63 Suppliques de Lambelet Vernier, Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation... t. 1, p. 375-76. ADD, 53 J X 3, suppliques et approbations concernant l'union de Saint-Jacques et du Saint-Esprit de Besançon. BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

64 AMBes., BB 3, 1427-46, fo 80 vo, 1443.

65 BMBes., ms. 1859, notes A. Castan. L’inventaire des archives du Saint-Esprit signale à la cote 53 J XVII 1, une transaction entre Lambelet Vernier et les gouverneurs de la ville en 1443 qui ne se trouve plus aujourd'hui à la cote indiquée.

66 AMBes., BB 3, 1427-46, fo 80 vo. « Ja pieca encommencee derrière ledit hospital par maniere de fortification ainsi que luy a autrefois esté dit et ordonné de par [lesdis] seigneurs les gouverneurs. »

67 Dans la citation ci-dessus, on emploie le terme « autrefois » et non « naguère ».

68 Sauf privilèges ou lettres d’exemption, « on est obligé de se convaincre que... les hôpitaux en temps ordinaire étaient tenus au paiement des impôts. Les collecteurs qui agissent soit au nom du Roi, soit au nom des communes, ne reculeront devant aucun moyen pour faire rentrer les sommes dues ». Imbert (J.), Les hôpitaux..., p. 96-97.

69 AMBes., BB 4, 1446-51, fo 32 vo. « Pour ce que ladite [première] ordonnance chargeoit ung poi ledit maistre comme il disoit ; requerrait ledit maistre que icelle ordonnance fustmoderee et mise en dehue et raisonnable forme. [...] Ledit maistre s'engage a faire entous les estages regardans dehors, en chascunes fenestres croisees, entre les deux sieges bas, une quannoniere ronde, et en la tour que sera plus haulte que le maisonnement d’empres la grant maison ou dessus, apres la ramure, en la muraille fera trois fenestres quarrees pour deffence, et esdites presentes trois fenestres, en chascune deux croches pour mectre deux belbequaines se mestier est ; et se feront lesdites fenestres en chascun pan, une ; et en la ramure dessus, du costé devers la reviere, es deux pans dehors, deux lucainnes deffensables et une dedans, devers son gerdin se ly plaît ; et au regard des fenestres croisiers, ledit maistre a promis de les faire ferer de bons et gros fers en maniere d'aregniers. »

70 ADD, 53 J XVI 14. Le coût élevé de cette construction explique peut-être la vente de six cents draps de lit à un marchand de Troyes en 1446.

71 AMBes., BB 7, 1463-69, fo 39 vo.

72 AMBes., BB 8, fos 8, 28 vo, 37 vo. Mitaille : petite monnaie, morceau de métal en général.

73 A titre de comparaison, les quêtes dans le diocèse de Besançon rapportent annuellement 350 francs et des biens en nature.

74 ADD, 53 JL. « A l'effet de la deffence desdis pays et aussi pour conduire la presente guerre contre le roi de France. »

75 Il s'agit d’Antoine de Rigney mort en 1479. Lambelet Vernier est décédé en 1476.

76 AHSal., D 30, 1454. AHSal., D 33. « Pour ce que ledit hospital est franc de tous gectz et impoz, tant soit pour la réfection ou construction et reparacion des murailles et closons de ville comme aultrement. » 1460, plainte de Guillaume Vauchart. En 1435, Philippe le Bon avait exempté le Saint-Sépulcre d'impôts (AHSal., D 21), alors qu'en 1431, la municipalité de Salins, « considerans les euvres chanteuses et piteables », lui accordait la rémission de toutes charges (AHSal., D 20).

77 ADJ, 128 H 6. Ce privilège lui a été accordé par Philippe le Hardi.

78 ADJ, 128 H 7, 1492.

79 AHSal., D 31, 1472. Pour les 25 000 francs nécessaires au « Saint Voyage » du duc de Bourgogne, l'hôpital du Saint-Sépulcre est taxé de 22 francs en 1472, « contre les lettres d'exemption dudit hospital, ou tres grant grief, prejudice et dommaige dudit... hospital ».

80 AHSal., B 7, 1455. Brocard, “L'hôpital...ˮ, p. 77.

81 ADJ, 128 H 6. « Entendu que pour deffaut de payement du temps passé qui n'ont esté fait a temps ne a termes dehuz comme dit est, les terres... maysonnemenz et plusieurs heritaiges dudit hospital sont cheuz en mine. » Jeanne et Marguerite sont les filles de Philippe V le Long († 1322) et de Jeanne de Bourgogne († 1330). La première mariée au duc de Bourgogne Eudes IV (1315-1349), la seconde à Louis de Crécy ou de Nevers. comte de Flandre.

82 ADJ, 128 H 3, comptes de 1484-85.

83 Dumeige (G.), Histoire des conciles.

84 ADD, B 2067. Fondation de Bracon, copie. On tolérait comme gouverneur de l'hôpital de Bracon, un laïc non marié. Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 6.

85 La reddition de comptes est formellement exigée par Clément V.

86 ADJ, 128 H 1.

87 ADJ, 128 H 4. Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 121.

88 ADJ, 128 H 7, 1493 et 128 H 4, 1509, plaintes des moines de Saint-Oyend.

89 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 200-201.

90 Jacques de Vitry : Vitry-sur-Seine, vers 1170-Rome 1240.

91 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 249-250.

92 ADD, G 178, 1419, délibérations du chapitre métropolitain. Jean Crapillet appartient à la famille de Pierre Crapillet, d'Annoire.

93 Stouff (L.), Cartulaire... d'Arbois, p. 180.

94 AMBes., DD 89, fo 163.

95 Une des deux léproseries de Salins.

96 ADJ, 1566, G 1092. « Lesdites maisonnettes, chapelle, chambres, par l'incurie et négligence desdits prebendiers sont tombez en ruyne et rendue inhabitables... et ladite chapelle est si désolée, qu'elle sert de répare au bestial... »

97 ADD, 53 J X 3.

98 AHSal., F 15 et F 21, F 17, F 19.

99 ADJ, G 1089, 1494. Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 220, cite le cas de procurateurs qui se montrent d'une particulière avarice et envoient les pauvres mendier dans les rues. En 1482, le recteur de l’hôpital de Bracon avait placé un procureur à la tête de l'établissement dont il avait la charge.

100 AHSal., G 1, Comptes des muires, 1527-37.

101 AHSal., A 1, 1431, 1er acte de fondation.

102 Gros (G.), Louis XI pèlerin à Saint-Claude en Comté, pages 5 à 20.

103 ADJ, 128 H 4. « Uny et annexe l'ospital de Bracon et toutes ses appartenances a la table capitulaire dudit covent. »

104 ADJ. 128 H 4, 1484, procès entre les moines de Saint-Oyend et Jean Verne.. « Jacoit ce que l'intencion de nostre tres chier seigneur et pere fust qu’il eust sadite recompanse ou qu'il retournast a sondit beneffice. »

105 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 225.

106 ADD, II B, 576. « Sans que ledit chapitre accorde l'hospitalité, donne des aliments ou aultre chose de semblable... Ledit hospital souloit estre au joignant de l'esglise dudit Nozeroy. »

107 « Vuit et ordene que une chanoynie de chenoynes reguliers soit fondé et ediffié en mon hospital de Bellevesvre... liquex chenoynes faront residence personnelle audit lue et demorront et mangeront en covent et ensamble en lors ediffiement et maisonnement qui lors sera fait audit lue de l'ospital... », Robert (U.), Testaments... t. I, p. 459-460.

108 ADTB, 1 G 76, 1459. Extrait du psaume VIII de David, versets 2 et 3 : « Yahvé, Notre Seigneur, que ton Nom est magnifique par toute la terre ! / Toi qui dessus les cieux plaças ta Majesté, / De la bouche d'enfants et de nourrissons, / Tu as fondé une force à cause de tes adversaires, / Pour réduire l'ennemi et le rebelle. » La récitation de ces psaumes montre à quel point les enfants deviennent des intercesseurs privilégiés dans cette deuxième moitié du xve siècle.

109 ADTB, 1 G 76, copie non datée d’un acte de 1459.

110 Humbrecht (L.), Mémoire historique sur les hôpitaux de Belfort, p. 6-7. Lors de la fondation de son hôpital en 1349. Jeanne de Montbéliard avait accordé treize prébendes : une pour le chapelain, deux pour les serviteurs et dix pour les pauvres. En prélevant quatre prébendes pour les enfants et le maître de chœur, on diminue pratiquement de la moitié les revenus des assistés. ADTB, 1 G 76.

111 « Toute ceste ruine a cause de l'incurie des laïcs qui gouvernent ceste maison... », Nouveau dictionnaire... de la Haute-Saône, art. Jussey, t. 3, p. 326-327.

112 Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 79.
AHSal., F 21, 1394, Traité entre Jean d'Ornans et Antoine de Bletterans, fixant les devoirs du recteur et les règles de l’accueil dans l'hôpital Saint-Bernard de Salins.

113 ADD, 53 J III 1, 1536.

114 Au début du xvie siècle, une ordonnance réglemente les jeux à Besançon. « pour ce que souventefois il advient que quand les enfants sont ja faictz et endoctrinez, neantmoings apres le trespas de leurs parentz ou eulx vivants, par leur ligier courage, suyvent jeux, estuves, puteries et oysivetez, au moyen de quoy tumbent souvent en mendicité et perte de leurs biens que leursdicte peres ont heu grant peine d'acquérir... » Ils risquent ainsi une « fin infame ». Ordonnance des jeusnes gens dissoluz et joueurs, Mém. et doc. inéd..., t. 13, 1946, p. 42-43.

115 ADD, 53 J III 1, 1534, 1547, 1536. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 116.

116 ADD, 53 J I 4b. 1563 : « Ascavoir, un enffant donné, ung garçon nommé Richard de Verdun en Lorraine et une fille nommee Jehannette y retenue doiz mercredy passé. » (Visite de l'hôpital de Gray par le recteur du Saint-Esprit de Besançon qui, en dénonçant les abus de Pierre Arnault, dresse un inventaire.)

117 ADD, 53 J 1 3g, 1573, plainte de la chambre des pauvres de Dole auprès du recteur du Saint-Esprit de Besançon.

118 AHSal., B 7, fo 9, 1455. Jean de Montaigu prévient les abus éventuels qui pourraient survenir dans son établissement. Brocard, “L'hôpital...”, p. 77.

119 AHSal., B 7, fo 9 vo. B 7, fo 11 vo: « Aucun desdits chapellains ne presumoit parler l’un a l'autre en chantant la messe et les heures canoniques, ne reprendre sinon en secret aucun d'eulx, sur peine de dix huit deniers a appliquer comme dessus. »

120 AHSal., B 7, fos 13 et 13 vo. Rabelais, Gargantua, chap. 21, donne l'expression « Morver en archidiacre », qui signifie dans la langue populaire « se moucher copieusement et salement ». Brocard, “L'hôpital...”, p. 88, 89-90.

121 La règle de vie des chapelains et du recteur a été fixée très minutieusement par Jean de Montaigu, 1ère fondation, 1431. AHSal., A 1. Brocard, “L’hôpital.. ” p. 3.

122 AHSal., B 7, fo 2 vo.

123 AHSal., T 11. « Souventeffois — écrit le duc — pluseurs desdis povres morroient aux champs et par les rues, de fein, de froit et autrement... car es autres hospitaulx dudit Salins a grant peinne les veult on recevoir, mais souventeffoiz pluseurs y sont reffusez et déboutez, dont aucun meurent despourveuz de leurs consciences, pour les grans douleurs qu’ilz seuffrent, sans resconfort desdits aultres hospitaulx. »

124 Nouveau dictionnaire... de Haute-Saône, art. Jussey, t. 3, p. 326.

125 AMBes., BB 7, fo 17.

126 Cette formule est employée fréquemment dans les actes.

127 BMSal.., ms. 12, fo 233. Pierre Bon est attesté comme chapelain du Saint-Sépulcre entre 1431 et 1439.

128 Expression reprise à Mollat (M.), “La notion de pauvreté au Moyen-Age : position des problèmes”, Revue d'Histoire de l'Église de France, t. LII, no 149, 1966.

129 Gen. 1, 28.

130 AMBes., BB 8, folios 22 et 37 vo. La position des autorités n’a cessé de se durcir envers les pauvres, de la fin du xve au xvie siècle. En 1587, « les mendiants valides et vagabonds doivent estre arretés par les communautez et conduictz aux prisons plus prochaines pour y estre chastiés. » « Les mendiants valides, estrangers passans doivent a la premiere ville du pays prendre attestation ou ils soient descrits et ou ils vont, a peine d’estre saisis et punis comme vagabonds. » « Les vagabonds courans la region doivent estre chastiez corporellement, jusqu’à la mort inclusivement. » ADD, II B 21, Recueil des ordonnances et édits..., 1619, livre 5e, fo 224-225.

131 AMBes., BB 8. fo 48 vo.

132 ADD, 53 J I 5, 1446. Philippe le Bon exige que l’hôpital de Poligny situé dans la ville retrouve son site primitif hors-les-murs, « par le fait et moyen d’espies et explorateurs (espions), qui en habit dissimulé et sous ombre de pauvres, se pourroient retraire audit hospital, feignant estre malade et indigens, pourroient icelluy nostre bourg designé etre trahi et délivré es mains de nos ennemis ».

133 « Dès l’instant que la maladie a fait son apparition, le remède par excellence est de ne pas venir dans son voisinage, de s’en éloigner et d’aller habiter un endroit où l'air n'est pas infecté... Il faut prendre garde que le visage ne soit pas directement en face de celui de son interlocuteur. Il faut fuir les agglomérations, les endroits où la foule afflue comme les églises et autres lieux semblables. Il est préférable de ne pas toucher les vêtements des voisins, à moins de nécessités absolues. Il faut se garder de tous rapports avec les femmes surtout avec les femmes publiques. » Ces conseils sont extraits de Ferrari (H.M.), Une chaire de médecine au xve siècle, p. 213-214.

134 AMBes., BB 5 et BB 7, fo 66, 1468. En 1452, les gouverneurs de Besançon « ont conclu et ordonné... que l'on ne laisse point entrer en ceste cité nulz malaides ne mesnaiges et, que ce aucung de ceulx que desja sont en ceste cité frapé ou malaide de pestilence, que ung chascun en sa banniere le face aller dehors la cité. »

135 Goglin (J.-L.), Les misérables dans l'Occident médiéval, p. 105 et suiv.

136 Briod (A.), L'assistance des pauvres au Moyen-Age dans le Pays de Vaud, p. 83.

137 Pidoux (M.-A.), “La législation de l'Assistance en Franche-Comté”, Bulletin de la Société d'Agriculture... de Haute-Saône, 1910, pages 328-335. A titre de comparaison avec les mesures doloises, il a été décidé en 1531 à Besançon « edict pour deffendre a tous citiens mendier a peine de banissement, et a tous estrangiers infectz de peste ou venant de lieux pestilencieux, venir en la cité a peine estre par main de borreal pugnis corporellement et bannys perpetuellement de la cité ». AMBes., BB 14, fo 12. En 1546, les confrères du Saint-Suaire, s'engagent auprès des gouverneurs de Besançon, à quêter « chascun dymanche, afin que desdis aulmones fut delivré pain oudits povres, et par ce moyen, les garder de mendier par les portes et de infectier ladite cité et les citoyens d’icelle » (AMBes., BB 24).

138 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation du Saint-Sépulcre ; ADD, 53 J XVI 16, comptes du Saint-Esprit.

139 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500 : les pauvres et l'hôpital de Montbéliard”, Société d'émul. de Montbéliard, volume LXXXII, 1986, p. 37.

140 AMMbl, fonds de l'hôpital, 1479, B 4.

141 AHSal., A 1, 1431, 1ère fondation.

142 AHSal., B 2, 1438, 2e fondation, fo 1 vo, Brocard, “L'hôpital...”, p. 63.

143 ADD, B 297, 1443. lettre de Philippe le Bon au pardessus de la saline, au sujet de la misère qui touche les bénastiers en cette période d'épidémie et de cherté.

144 ADD, 53 J X 3. Quatre pièces importantes, datées de 1436 et concernant l'union de Saint-Jacques au Saint-Esprit de Besançon, mentionnent ces cent vingt pauvres. Il s'agit du seul chiffre que nous possédions pour évaluer la capacité d'accueil de cet établissement. Nous savons par ailleurs que la salle des pauvres était meublée de trente-huit lits. ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1525. Les quatre textes précités indiquent également les difficultés de l'hôpital consécutives aux guerres « et autres sinistres qui ont affligé lamentablement ces pays ».

145 AMBes., BB 26, fos 115 vo, 116 et 116 vo, 1552, remontrances faites par les gouverneurs de Besançon au recteur Etienne Milet à propos de l'accueil des pauvres.

146 AMBes., BB 26, fos 115 vo, 116 et 116 vo.

147 AMBes., BB 26, registre 348 feuillets, fos 1 15 vo, 116 et 116 vo. Ils signalent « que les povres qui alloyent [à l’hôpital]... n'avoyent moyen pour eulx nourrir, retirer ou herberger ailleurs que oudit hospital ; tellement qu’ilz sont contrainctz coucher en les rues… »

148 AMBes., BB 5, registre, 438 feuillets, fo 221 vo.

149 BMBes., ms. 1046, Ordonnances de l'ostel consistorial de la cité de Besançon.

150 « Les pauvres pour lesquels [on estimerait] necessaire tant par maladie que autrement, de mendier et demander l'aumosne aux portes et... auront une marque pour cognoistre ceux qui auront ladite permission. » Pidoux (M.-A.), “La législation de l'Assistance en Franche-Comté”, Bulletin de la Société d'Agriculture... de Haute-Saône, 1910, p. 328-335.

151 Recueil des ordonnances et editz de la Franche Comté de Bourgogne, 1619, Livre Ve, Edit de 1587 contre les voleurs et les vagabonds, ADD, II B 21.

152 Une ordonnance de Lausanne, datée de 1539, prescrit l'expulsion des pauvres étrangers. Elle indique que seuls les nécessiteux indigènes, honnêtes et de bonne réputation auront droit au secours de l'hôpital. Briod (A.), L'assistance des pauvres..., p. 103-104.

153 « Et volons que l'on mete mil livres tornois de nostre argent pour acheter terres et que de cele rente que l'on aura pour ces M livres tornois, que une donee en soit faite chascun an le jour de la Saint Michiel, a chascun povre qui y vanra VI deniers tornois. » Gauthier (J.), “Le testament d'Othon IV...ˮ, Annuaire du Doubs, p. 373-394.

154 ADD, B 246. L'acte de fondation de cette aumône est conservé aux ADJ. 128 H 1 : Mahaut d'Artois avait octroyé une rente annuelle à la saline de Salins. On en trouve des traces dans les archives de la saline entre 1342 et 1348. « Item audit hospitaul que l'on li doit pour la fondacion dudit hospitaul. Item donnez pour Dieu es povres en l'ospitaul de Bracon le jour de la saint Michie que ma Dame d'Artois lour laissee a touz jour mais. »

155 ADJ, 128 H 1, fondation de l'aumône de Bracon : « Nous, Mahaut comtesse d'Artois et de Bourgoingne,... dame de Salins faisons assavoir a tous ceus qui ces presentes lettres verront et orront, que comme nostre treschiers sires et maris Othe, jadis de bonne memoire cuens de Bourgoingne... qu'il ordena en son testament, ordenast que en l'ospital que nous avons fondé selonc s'ordenance ou bourc de Bracon, fussent mises mil livres de tournoi desquelles on achetast rente, et que cele rente que on auroit pour lesdites mil livres, une donnée fust faite chascun an, le jour de la Sainct Michiel, a chascun povre qui vendroit a ladicte donnee six deniers tournoi... » Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, art. Bracon, t. 1, p. 319.

156 Redoutey J.P., “Les trois testaments de Mahaut d’Artois”, Mémoires de la Société pour l'histoire du droit... p. 161-178, s'interroge sur les diverses motivations de Mahaut d’Artois à propos de ses donations. Il montre comment elle mêle l'intérêt économique général aux dévotions particulières, ayant aussi bien le souci des filles à marier que l'entretien des ponts et chaussées.

157 ADJ, 128 H 2. Brocard, Établissements..., ann., t. II, p. 176-180.

158 ADJ, 128 H 2. Un témoin interrogé au cours de l'enquête signale en 1475 que des bousculades ont lieu depuis environ quarante ans en raison de l'importance de la foule.

159 On peut noter une similitude avec la situation de l’hôpital de Belfort en 1459.

160 ADJ, 128 H 2. « Lesquelx soient tenuz de servir Dieu et dire une messe en haulte, pour le remede et salut des ames du fondateur desdis cens livres... et mesmement pour l'ame de feu de haulte memoire, dame Mahault. »

161 Il est intéressant de remarquer que Mahaut d'Artois voulait qu'elle soit distribuée entre autre « par le gardien des freres meneurs ».

162 La saint Michel : le 29 septembre. Cette fête marque également la fin d'un cycle agricole qui commence avec la saint Jean.

163 Il est à noter que les frères mendiants sont des propagandistes du purgatoire.

164 BMBes., ms. 579, début xvie siècle : les pauvres sont représentés comme des suppôts de l'Antéchrist.

165 Esclandre : terme utilisé dans les témoignages.

166 Béatitudes.

167 Rober : violer.

168 ADJ, 128 H 2. « Pour faire et accomplir... leur plaisir charnel, jouer aux dez et aux cartes et fere aultres choses inhonnestes. »

169 ADJ, 128 H 2. Une telle foule est décrite à Angers en 1468 à cause de l'inhumation d'un sénéchal d'Anjou. « Une bousculade s’en suit lors de la distribution voulue par le défunt ; près de trente morts sont relevés, et les blessés sont nombreux. » Cité dans Goglin (J.-L.), Les misérables dans l'Occident médiéval, p. 110.

170 Ps. 109-10.

171 Saint Antonin : 1389-1459.

172 Bériou (N.), Berlioz (J.), Longère (J.), Prier au Moyen-Âge..., p. 218.

173 AHSaL, E 22, 1552. « Parce que de son temps a tousjours travailler comme bon habitant a rendre service à la ville. » Supplique du lépreux Guillaume Brocard aux magistrats de Salins.

174 Mollat (M.), dans Histoire de hôpitaux en France, sous la dir. de J. Imbert, p. 81.

Table des illustrations

Légende 38.— Tour du Saint-Esprit de Besançon (photo N. Brocard)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4059/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search