Version classiqueVersion mobile

The Production and Dissemination of Knowledge in Scotland

 | 
Lesley Graham

2. Professional Knowledge

Transmission du savoir-faire et apprentissage dans les marines écossaise et anglaise (du quinzième au dix-huitième siècles) : une histoire contrastée

Tri Tran

Texte intégral

1La mer est omniprésente dans l’histoire écossaise : elle fait partie du vécu des habitants, leur apportant la nourriture dont ils avaient besoin. Elle était un sas d’entrée ou de sortie pour les migrants. Elle représente encore une grande partie des ressources naturelles du pays, comme le montrent les débats actuels autour du référendum sur l’union de l’Écosse et de la Grande-Bretagne.

  • 1 Voir par exemple : Seichepine, Marielle, ed., Le Départ à l’époque victorienne, Metz, CET, 2003.
  • 2 Voir par exemple : Findlay, Rosie, The Work Ethic and the Scots, Civilisations, Université Toulouse (...)

2Cette place importante explique aussi la vitalité actuelle de l’histoire maritime en tant que discipline académique à part entière, mais aussi, avant tout, en tant que sujet d’intérêt pour le grand public, tant au Royaume-Uni qu’en France. Les sujets consacrés aux populations maritimes, qui étaient essentiellement étudiés par des passionnés d’histoire locale, ont depuis une vingtaine d’années, donné lieu à des travaux de thèse dans les universités britanniques. Cet engouement s’explique par le fait que l’histoire maritime peut s’étudier à travers ses aspects techniques et humains, et aussi à travers le prisme de notions telles que le départ,1 la migration, le travail,2 et donc l’apprentissage.

3Ce dernier aspect correspond à la thématique de l’ouvrage puisque la formation du marin a toujours été largement basée sur la transmission entre les hommes d’un savoir-faire, de traditions, de coutumes, d’un vocabulaire technique, d’un langage propre aux gens de mer qu’on pourrait qualifier de langage de classe, et de connaissances à la fois théoriques et pratiques.

4La mer offrait des perspectives intéressantes aux jeunes Écossais attirés par les métiers maritimes, que ce soient dans le secteur de la pêche, de la construction navale ou encore de la marine marchande. En dépit de conditions de travail réputées difficiles, la marine restait un débouché important pour beaucoup de garçons d’extraction modeste. Les fils de marins et de matelots étaient encouragés à suivre l’exemple de leurs pères. En temps de guerre, entre le quatorzième siècle et le dix-septième siècle, la marine fut l’un des employeurs les plus importants en Écosse, même si le chiffre total d’hommes enrôlés varia énormément, selon que le pays était en guerre ou non.

5Les gens de mer tant en Écosse ou en Angleterre ne laissaient pas leurs contemporains indifférents : à travers les récits de voyages, d’aventures et de batailles navales publiés pour un lectorat de plus en plus large à partir du dix-huitième siècle, Jack Tar, nom affectueux donné au marin, suscitait l’admiration et la sympathie du grand public, malgré, et en même temps à cause de ses excès notoires, bien représentés par les caricaturistes comme Thomas Rowlandson. Mais au-delà de la représentation populaire du marin, on en sait finalement peu sur les hommes qui servaient dans la marine de guerre écossaise, sur leurs origines, leur apprentissage. Que représentait la marine écossaise avant l’Acte d’Union ? qui étaient les hommes qui la servaient ? Comment avaient-ils appris leur métier ? Comment s’étaient-ils transmis leur savoir-faire ? Etait-ce un apprentissage fondamentalement différent de celui en vigueur en Angleterre ?

  • 3 Certains historiens datent cette création à 1713, car le Traité d’Utrecht mit un terme à la guerre (...)

6Pour tenter d’apporter cet éclairage, il est judicieux de mettre en perspective les hommes des marines écossaises et anglaises, afin de révéler des différences significatives dans les profils des marins écossais et anglais avant3 l’Acte d’Union de 1707, avant de voir la place du marin écossais dans la marine britannique du dix-huitième siècle.

La constitution d’une marine écossaise

  • 4 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy. How Henry VIII gave England Seapower, London, Phoenix, 200 (...)

7L’idée d’une marine de guerre permanente était inconnue dans l’Europe du Moyen Age. En période de conflit, les bateaux utilisés par les rois anglais étaient des navires marchands, loués par le monarque lui-même ou ses vassaux, que l’on armait et équipait en conséquence. L’Angleterre dut attendre la Renaissance et le règne4 d’Henri VIII (1509-1547) pour commencer à véritablement se doter d’une marine et d’infrastructures appropriées.

  • 5 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea. A Naval History of Britain, 660-1649, London, Harper Coll (...)
  • 6 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy, p. 19.
  • 7 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea, p. 166.
  • 8 Lavery, Brian, Life in Nelson’s Navy, Stroud, Sutton, 2007, p. 2.

8L’Écosse avait un léger temps d’avance sur sa rivale puisque Jacques IV (1488-1513) est reconnu5 comme étant le souverain qui posa des bases solides pour la marine écossaise. Ce dernier avait un héritage familial significatif : son grand-oncle, Gehrard d’Oldenburg,6 était un viking. Il comprit qu’une marine de guerre permanente lui permettrait de mieux protéger son commerce, de lutter contre les attaques anglaises et espagnoles, et d’aider ses alliés français ou danois. De plus cette flotte de guerre royale renforça son autorité sur les Seigneurs des îles (Lords of the Isles) Hébrides et de Kintyre, qui possédaient des galères (inspirées des bateaux des Vikings, les longships). C’est donc grâce notamment à cette puissance navale que le clan McDonald7 exerça sa domination dans l’ouest de l’Écosse du douzième au quinzième siècle. On sait aussi qu’au début du quatorzième siècle Robert Bruce réussit à obtenir leur soutien,8 contre les Anglais.

  • 9 Lavery, Brian, Life in Nelson’s Navy, p. 2.
  • 10 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy, p. 22.

9Les investissements sous le règne de Jacques IV furent considérables : il fit aménager des ports à Tarbert (1494), Dumbarton,9 Leith, Newhaven et aussi près de Stirling, afin d’accueillir sa flotte qui comptait près d’une quarantaine de navires.10 Elle comprenait des galères, des navires de charge armés et deux grands navires de guerre, la Margaret (700 tonnes) et le Great Michael en 1511 (navire de 1000 tonnes, armé de 26 canons, et avec un équipage de 300 hommes). Ces deux navires furent construits avec le concours de charpentiers de marine français.

  • 11 Oxford Companion to Scottish History, p. 556

10Jacques IV employa d’une part des marins qui servaient sur les galères du clan McDonald et aussi beaucoup de pêcheurs, donc des hommes issus essentiellement des populations du littoral écossais. Ils formaient un vivier de qualité, résultat de leur pratique ancestrale de la navigation, et d’un apport scandinave datant des premiers raids vikings à la fin du huitième siècle.11 Les échanges entre la Scandinavie et l’Écosse se développèrent donc ensuite, du fait de la colonisation du nord et de l’ouest de l’Écosse, et plus tard à cause des liens commerciaux entre l’Écosse et la Scandinavie à la fin du quinzième siècle. Ces échanges permirent donc aux marins écossais de développer leur science de la navigation, leur savoir-faire, et leur expérience du combat en mer. En somme le recrutement dans la marine de Jacques IV était assez homogène.

11En comparaison, le marin anglais au seizième siècle avait un profil bien différent : c’était un homme jeune, âgé entre vingt et vingt cinq ans, pas nécessairement issu du milieu maritime, célibataire, qui n’avait rien à perdre. Le grand historien de la marine britannique Nicholas Rodger évoque le caractère difficile des hommes, enclins à la boisson, la violence, la rébellion, le vol. Beaucoup s’enrôlaient dans l’espoir de profiter des prises, ils avaient des rêves de richesses, et n’étaient pas vraiment animés par l’amour de la mer, de la navigation, ou leur patriotisme. Par contre leur courage et leur valeur au combat ne fait aucun doute.

  • 12 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea, p. 320

12L’idée d’un apprentissage précoce dans la marine de guerre écossaise ou anglaise est donc une notion inappropriée tant au Moyen-Age que jusqu’au début du dix-huitième siècle : sur les bateaux de guerre du seizième siècle, on comptait très peu de garçons (un ou deux par navire seulement,12 puis davantage au dix-septième siècle mais pas beaucoup plus. Ces enfants étaient cantonnés à certaines taches : ils apprenaient le maniement des cordages, servaient de vigies, et gardaient le bateau lorsque les hommes vont à terre se divertir. Il n’y avait pour eux pas de formation codifiée avec un contenu clairement défini à destination des enfants.

Le cadre légal de la formation du marin en Écosse

  • 13 Murdoch, Steve, The Terror of the Seas ? Scottish Maritime Warfare 1513-1713, Brill, Leiden, 2010.
  • 14 Graham, Eric, Seawolves. Pirates and the Scots, Edinburgh, Birlinn, 2007. N.A.M. Rodger, The Wooden (...)

13Steve Murdoch a montré dans The Terror of the Seas, le rôle de la Haute Cour de l’Amirauté écossaise, créée au début du quinzième siècle, dans le processus de formation13 d’une marine nationale : cette cour décidait les droits de pêche et les droits maritimes de l’aristocratie terrienne et gérait les lettres de marque des corsaires14 employés par les rois écossais.

14Cette institution s’inspira du fonctionnement de la Haute Cour de l’Amirauté anglaise, créée au treizième siècle, qui chapeautait les Cours de l’Amirauté régionales (Courts of the Admiralty), responsables de l’application des Lois d’Oléron. Ces lois furent d’abord appliquées à l’Ile d’Oléron, qui faisait partie du duché d’Aquitaine et qui était renommée pour la qualité de ses marins. Si on considère la notion d’apprentissage au sens large, c’est-à-dire l’acquisition de savoir-faire par l’exercice effectif d’une tache ou d’une fonction sous la direction de personnes plus qualifiées, on peut dire que ces lois encadraient la formation du marin car elles définissaient les prérogatives et les devoirs des capitaines concernant le paiement des salaires, les mesures ordinaires d’hygiène et celles à prendre en cas d’épidémie, les sanctions en cas d’indiscipline, de mutinerie ou de délits avérés : ainsi, le vol, la désobéissance entrainaient la mise aux fers, la privation de nourriture, le fouet, et même la peine capitale en cas de violence contre un officier ou de vol, mais dans les faits elle fut rarement appliquée.

Les marins écossais dans la marine anglaise

  • 15 Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 113.
  • 16 NMM / MSS/86/089 : impressments warrant authorised for Captain J R Watson, HMS Inflexible, 1707.

15Le profil idéal des marins écossais et le manque chronique d’hommes qualifiés dans la marine firent que les autorités navales anglaises essayèrent de trouver des recrues dans le Nord dès le dix-septième siècle. En effet il n’y eut jamais assez d’hommes dans la marine anglaise en temps de guerre : on estime qu’à la fin du dix-septième siècle 22.000 hommes étaient nécessaires pour faire fonctionner la marine anglaise en temps de paix, et que ce chiffre pouvait doubler en temps de guerre. Comme les engagements volontaires15 furent insuffisants à toutes les époques, l’enrôlement forcé16 (la presse) assura la majorité des besoins en hommes. Au dix-septième siècle, la marine anglaise employait entre un tiers et la moitié de toute la population maritime du pays, pendant l’été. La plupart des hommes venaient du sud de l’Angleterre, principalement de la Tamise et de l’Est-Anglie (Norfolk, Suffolk, Sussex), même si une minorité était originaire d’autres parties des Iles britanniques.

  • 17 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 209.

16Il faut noter que sur un navire de guerre, la plupart des tâches ne demandaient pas une formation poussée mais surtout de la coordination pour des tâches collectives comme le service des canons, le travail des voiles et des cordages. Un nombre limité17 de matelots et d’officiers assurait les fonctions délicates sur un navire de guerre. Sur un équipage, si au moins la moitié était expérimentée, cela suffisait à assurer la bonne marche du navire.

17Le manque de marins qualifiés poussa donc les autorités navales anglaises à organiser des recrutements en Écosse avant l’Acte d’Union : en 1626 Charles I essaya de recruter 500 marins écossais, sans grand succès, dans les ports de Glasgow, Dumbarton, Dundee, Aberdeen. En effet beaucoup servaient déjà sur les bateaux de pêche et les caboteurs.

  • 18 NMM / MSS/86/089 : impressments warrant authorised for Captain J R Watson, HMS Inflexible, 1707. Vo (...)

18Il semble qu’entre 1688 et le milieu du dix-huitième siècle il y eut peu d’enrôlements forcés d’Écossais dans la marine anglaise. Malgré l’avènement de Guillaume d’Orange et ses changements institutionnels, le parlement écossais resta une institution forte et les marins écossais,18 du moins les équipages écossais, ne furent pas soumis à la Presse jusqu’à l’Acte d’union de 1707.

  • 19 Certains estiment à 10 % la proportion moyenne d’Écossais dans la marine britannique pendant les gu (...)

19Le nombre global de marins écossais augmenta19 ensuite, pour des raisons politiques mais aussi structurelles : la marine britannique au dix-huitième siècle devint plus puissante et mieux organisée, par rapport aux marines européennes. Ces progrès résultèrent du travail préparatoire réalisé par le haut fonctionnaire Samuel Pepys (1633-1703) à la fin du dix-septième siècle avec le soutien de Charles II.

L’apprentissage des marins écossais au dix-huitième siècle

  • 20 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 121.
  • 21 Kemp, Peter, The British Sailor, a Social History of the Lower Deck, London, Dent, 1970, p. 43.
  • 22 Rodger, N.A.M., The Command of the Ocean, p. 119.
  • 23 Laffin, John, Jack Tar, the Story of the British Sailor, London, Cassell, 1969, p. 32. Voir aussi : (...)

20La notion d’apprentissage au sein de la marine prit donc davantage de sens dès la fin du dix-septième siècle car Pepys détestait le désordre et la corruption : on sait qu’il établit des règles claires en matière d’avancement, avec des examens de compétence ; les marins purent accéder à des fonctions d’encadrement en tant que sous-officiers. Les meilleurs pouvaient postuler au rang de lieutenant.20 Pour cela ils devaient justifier de trois années d’expérience en mer et réussir un examen de qualification. Ces nouvelles procédures favorisaient donc l’apprentissage, la formation continue. À cela s’ajoutaient21 des pensions et des demi-soldes pour les officiers sans affectation.22 Il est probable que ces mesures encouragèrent les marins les plus ambitieux à rester dans la marine, même si les salaires23 restaient insuffisants (23 shillings étant le salaire mensuel moyen, comparé aux 55 shillings versés au marin servant sur un bateau de commerce vers 1700) et les désertions n’étaient pas rares, quoique passibles de la peine de mort.

  • 24 House of Lords Record Office : HL/PO/JO/10/6/235/3011 : Petition on behalf of themselves and many h (...)
  • 25 Kemp, Peter, The British Sailor, p. 59, 61 ; Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 119.

21L’apprentissage tel qu’il se concevait au début du dix-septième siècle, impliquait de servir avec le même officier sur la durée la plus longue possible. Il reposait donc sur des liens de loyauté, et on pourrait même dire affectifs, entre les marins et leurs supérieurs. Les archives montrent l’attachement des hommes envers leurs officiers ; il existe de nombreuses pétitions24 de marins demandant à servir avec certains officiers. Il faut rappeler le statut particulier du marin à cette époque : chaque homme était engagé pour servir sur un navire de guerre en particulier, pour une campagne spécifique. Il n’appartenait donc pas à la marine de guerre en tant qu’institution. Lorsqu’un capitaine était affecté sur un autre navire, il n’y avait aucun texte permettant à ses hommes de le suivre.25 De la même manière, les archives montrent que des capitaines, lorsqu’ils changeaient de navires, voulaient emmener avec eux autant d’hommes dévoués et loyaux que possible.

  • 26 Kemp, Peter, The British Sailor, p. 63.

22Aux dix-septième et dix-huitième siècles, les médecins et experts, tant écossais qu’anglais, s’accordaient sur la nécessité d’employer des hommes jeunes, en bonne santé, courageux, que le combat et les dangers n’effrayaient pas, et qui étaient bien formés, un apprentissage de sept ans étant le minimum pour apprendre le métier. Cette idée fit son chemin dans les esprits des autorités navales : sous la reine Anne26 il y eut une nette amélioration de la formation et donc la qualité des marins du rang. En 1703 une loi encouragea les jeunes garçons à suivre un apprentissage dans la marine, qui devait commencer avant l’âge de 15 ans.

  • 27 NA / ADM 73/200 : Greenwich Hospital School : school admission papers.

23Une dizaine d’années plus tard l’Amirauté décida de fonder une école d’apprentissage à Greenwich, pour les enfants de marins. Les premiers enfants (une quinzaine d’orphelins, d’enfants de pensionnaires de l’hôpital ou de marins pauvres) furent d’abord envoyés dans une institution privée dirigée par un certain Thomas Weston, un des assistants de John Flamstead (1646-1719), l’astronome royal. Les enfants y entraient à l’âge de 11 ans et suivaient des cours d’écriture, de lecture, de grammaire, de langues étrangères, de mathématiques et d’astronomie appliquée à la navigation. En 1716 l’école de l’hôpital de Greenwich fut enfin ouverte : elle accueillait une centaine d’enfants27 tous âgés de moins de 14 ans. Pendant quatre années ils apprenaient l’écriture, le calcul, mais aussi les rudiments de la navigation. A l’origine, les élèves, au moment de leur admission, s’engageaient à servir dans la Marine pendant 12 ans, à leur sortie de l’école.

  • 28 Phillipson, David, Band of Brothers, Boy seamen in the Royal Navy, Stroud, Sutton, 1996, p. 3 ; Rod (...)
  • 29 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 313.

24La mise en place d’un apprentissage à grande échelle dans la marine britannique commença vraiment à partir de 1756, lorsqu’une association charitable, la Marine Society fournit à la marine des recrues28 venant de milieux populaires (des orphelins, des enfants pauvres, sans emploi, en excluant toutefois les délinquants juvéniles) : plus de 10.000 garçons furent engagés pendant la guerre de 7 ans (1756-63). Cette Société leur fournit aussi des vêtements. L’action de cette association permit la mise en place effective d’un apprentissage dans la marine britannique de cinq années à un âge moyen de douze ans (et même parfois à dix ans, qui était l’âge moyen pour commencer un apprentissage au dix-huitième siècle). On estime qu’à cette époque la marine avait besoin d’environ 4500 garçons29 (dont 1000 étaient issus noblesse et deviendraient officiers).

  • 30 Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 125 : au 18è siècle : 22 s.6 d. (able seaman), 17 s. 6 d. (ord (...)

25Quelles étaient les motivations de ces garçons ? Le métier de marin était bien sûr associé dans l’esprit des enfants à des notions d’aventure, de danger, de liberté, mais d’abord et surtout à des avantages matériels comme une nourriture suffisante, des soins médicaux gratuits, des règles de vie rassurantes, un salaire correct, certes inférieur à celui pratiqué dans la marine marchande mais supérieur30 à celui d’un ouvrier agricole.

  • 31 Rodger, N.A.M., Wooden World, p. 118.
  • 32 Rodger, N.A.M., Wooden World, p. 114. Il n’y a pas de statistiques avant.

26L’apprentissage plus codifié conduisit aussi à la formation d’un sentiment de classe31 chez un groupe plus homogène d’hommes, âgés majoritairement entre 20 et 24 ans32 partageant le même langage, les mêmes habitudes, le même mode de vie, les mêmes loisirs.

27Les jeunes Écossais issus de milieux sociaux favorisés (la noblesse surtout, mais aussi la marine) commençaient leur apprentissage à 13 ans comme marins (able seaman) ou rentraient au service d’un capitaine. C’était essentiellement un recrutement par réseau ou dans le cercle familial.

28Dans la marine, à toutes les époques, le réseau social compta toujours plus que la naissance, pour les officiers. Après trois ans ils recevaient le grade d’aspirant (midshipman). Mais parfois cette durée minimum n’était pas respectée, par le biais de jeu d’écritures sur les registres des navires : le fameux Thomas Cochrane bénéficia de telles facilités au début de sa carrière. L’aspirant officier participait à la manœuvre du bateau, il était parfois responsable des chaloupes, ou d’une escouade de marins. En plus de cette expérience pratique, sa famille pouvait lui faire donner des cours théoriques (d’astronomie, de mathématiques, de géométrie, de navigation) dispensés par des professeurs d’institutions privées.

29Après 6 ans en mer, donc vers l’âge de 20 ans, l’aspirant passait l’examen de qualification de lieutenant. Tous ne le réussissaient pas. Puis il leur fallait obtenir un poste et beaucoup échouaient, faute de réseau dans une marine britannique essentiellement anglaise.

30Malgré ces réformes, l’amélioration des conditions offertes par la marine anglaise entre la fin du dix-septième siècle et le dix-huitième siècle, les recrutements écossais restèrent minoritaires. La question des salaires resta toujours un point d’achoppement : il n’est pas surprenant de noter que l’avènement de William et Marie en 1688 marqua le début d’un âge d’or pour les corsaires écossais : ils préféraient écumer les mers avec des lettres de marque pour capturer des navires marchands français et espagnols, plutôt que de servir dans la marine anglaise, bien moins intéressante financièrement. En plus de leurs salaires habituels, ils se partageaient un quart de la valeur de chaque prise.

  • 33 NMM / ADM/A/1799/321 : Board of Admiralty : In-letters : re- Thomas Hopkins, a Seamen belonging to (...)
  • 34 Lavery, Brian, Shield of Empire, p. 133.

31D’autre part les officiers recruteurs anglais en Écosse eurent toujours beaucoup de mal à trouver des hommes : les archives de l’Amirauté mentionnent des cas de résistance ou de violence33 de communautés locales, à Leith et Greenock par exemple, face aux officiers recruteurs anglais. C’est pourquoi à la fin des années 1730 lorsque des officiers anglais furent envoyés en Écosse recruter des marins confirmés, ils eurent pour consigne d’user de persuasion. Par exemple en 1739 un Lieutenant Campbell34 engagea 200 hommes à Édimbourg, Leith, Greenock, Glasgow grâce à sa force de conviction et de l’argent.

  • 35 ibid., p. 136.

32Après le milieu du dix-huitième siècle, le gouvernement britannique agit de manière plus déterminée : en 1755 un service de presse fut créé dans chaque port en Écosse. Par exemple en février de cette année, les accès à Leith furent fermés, et des soldats35 venus du château d’Édimbourg entrèrent chez les habitants à la recherche de recrues ; le bilan fut maigre : seulement 25 hommes furent enrôlés, car beaucoup de marins-pêcheurs étaient exemptés.

33L’impact de la presse en Écosse doit donc être nuancé : elle était vue comme une politique décidée par l’état britannique, qui était difficilement applicable dans une partie du royaume avec un héritage maritime significatif et des coutumes locales permettant aux marins d’y échapper. Cela explique son faible succès au dix-huitième siècle à une époque où la marine britannique était non professionnelle.

34En somme la question de l’apprentissage des marins écossais dans la marine de guerre est intéressante car elle révèle des paradoxes insoupçonnés qui vont au-delà des simples aspects techniques. Tout d’abord, les marins écossais étaient globalement plus qualifiés, du fait de l’exercice de métiers maritimes et de leurs services dans la marine écossaise, mais paradoxalement ils étaient moins susceptibles d’être recrutés, à cause d’exemptions, d’absence de lois contraignantes jusqu’à 1707, et des résistances des communautés locales.

35Ensuite, la marine britannique au XVIIIe siècle resta essentiellement une marine anglaise, malgré sa modernisation et un apprentissage plus codifié. Ces évolutions de fond furent peut-être tout simplement peu visibles ou peu significatives pour le commun des marins, plus sensibles aux meilleurs salaires de la marine marchande ou de la guerre de course.

Notes

1 Voir par exemple : Seichepine, Marielle, ed., Le Départ à l’époque victorienne, Metz, CET, 2003.

2 Voir par exemple : Findlay, Rosie, The Work Ethic and the Scots, Civilisations, Université Toulouse I, 2013.

3 Certains historiens datent cette création à 1713, car le Traité d’Utrecht mit un terme à la guerre de succession d’Espagne ; la France cessa de soutenir les Stuart (Jacques Edouard Stuart, fils de Jacques II). Cela sonna le glas de leurs prétentions royales.

4 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy. How Henry VIII gave England Seapower, London, Phoenix, 2006.

5 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea. A Naval History of Britain, 660-1649, London, Harper Collins, 1997, p. 168.

6 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy, p. 19.

7 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea, p. 166.

8 Lavery, Brian, Life in Nelson’s Navy, Stroud, Sutton, 2007, p. 2.

9 Lavery, Brian, Life in Nelson’s Navy, p. 2.

10 Moorhouse, Geoffrey, Great Harry’s Navy, p. 22.

11 Oxford Companion to Scottish History, p. 556

12 Rodger, N.A.M., The Safeguard of the Sea, p. 320

13 Murdoch, Steve, The Terror of the Seas ? Scottish Maritime Warfare 1513-1713, Brill, Leiden, 2010.

14 Graham, Eric, Seawolves. Pirates and the Scots, Edinburgh, Birlinn, 2007. N.A.M. Rodger, The Wooden World. An Anatomy of the Georgian Navy, London, Fontana, 1988, p. 130.

15 Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 113.

16 NMM / MSS/86/089 : impressments warrant authorised for Captain J R Watson, HMS Inflexible, 1707.

17 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 209.

18 NMM / MSS/86/089 : impressments warrant authorised for Captain J R Watson, HMS Inflexible, 1707. Voir aussi : Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 207.

19 Certains estiment à 10 % la proportion moyenne d’Écossais dans la marine britannique pendant les guerres napoléoniennes. Cf : Lavery, Brian, Shield of the Empire, The Royal Navy and Scotland, Edinburgh, Birlinn, 2007, p. 149.

20 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 121.

21 Kemp, Peter, The British Sailor, a Social History of the Lower Deck, London, Dent, 1970, p. 43.

22 Rodger, N.A.M., The Command of the Ocean, p. 119.

23 Laffin, John, Jack Tar, the Story of the British Sailor, London, Cassell, 1969, p. 32. Voir aussi : Oxford University, Bodleian Library, Ms carte 73, folios 510-511 : Petition of officers of the Navy, Feb. 1661. Les retards dans le versement des salaires étaient chroniques aussi. Cf : NA / ADM 354/152/186 : “John Clevland. Ambrose Old, Executor to three seamen late of the Vigilant, has petitioned for their wages without the signature of the Purser as he is deceased.”

24 House of Lords Record Office : HL/PO/JO/10/6/235/3011 : Petition on behalf of themselves and many hundreds of other seamen that have served her Majesty very faithfully at sea in the late wars, June 1713.

25 Kemp, Peter, The British Sailor, p. 59, 61 ; Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 119.

26 Kemp, Peter, The British Sailor, p. 63.

27 NA / ADM 73/200 : Greenwich Hospital School : school admission papers.

28 Phillipson, David, Band of Brothers, Boy seamen in the Royal Navy, Stroud, Sutton, 1996, p. 3 ; Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 312.

29 Rodger, N.A.M., Command of the Ocean, p. 313.

30 Rodger, N.A.M., The Wooden World, p. 125 : au 18è siècle : 22 s.6 d. (able seaman), 17 s. 6 d. (ordinary), 16 s.6 d. (landman) au mois ; soit respectivement : 14, 11, 10 livres par an. Les salaires étaient payés au moment de l’engagement ou du retour : les marins touchaient de grosses sommes cumulées. Les salaires dans la marine marchande étaient plus élevés (40 livres pour un simple voyage Antilles-Angleterre à la même époque). Voir aussi : Lavery, Brian, Shield of Empire, p. 135.

31 Rodger, N.A.M., Wooden World, p. 118.

32 Rodger, N.A.M., Wooden World, p. 114. Il n’y a pas de statistiques avant.

33 NMM / ADM/A/1799/321 : Board of Admiralty : In-letters : re- Thomas Hopkins, a Seamen belonging to the CORNWALL, who on the 23rd of April last had the misfortune to kill a Seaman that resisted him upon his endeavouring to imprest him to serve in his ship.

34 Lavery, Brian, Shield of Empire, p. 133.

35 ibid., p. 136.

Auteur

(PhD, Habilit.) was educated at the Sorbonne University, Paris, and holds a PhD from this institution. He is currently senior lecturer in British history at the University of Tours (France). He has published several papers about British maritime history in Revue d’Histoire Maritime, The Mariner’s Mirror, and has given talks at major international maritime conferences, such as the 2013 Conference “Navy & Nation, 1688 - Present” (Greenwich, UK) and the 2016 IMEHA International Congress of Maritime History (Perth, Western Australia).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search