Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Première partie. Les établissements hospitaliers

Chapitre 3. Le patrimoine : propriétés et revenus

Texte intégral

  • 1 ADD, B 2067, fondation de l’hôpital de Bracon, f° 3, 1327. Mahaut d'Artois accorde la possibilité (...)

1La documentation fragmentaire et incomplète permet seulement d'appréhender le temporel de quelques établissements du diocèse ; elle révèle cependant, à travers quelques exemples de léproseries, d'hôtels-Dieu modestes ou de plus grands hôpitaux comme Bracon, le Saint-Sépulcre de Salins ou le Saint-Esprit de Besançon, que les propriétés foncières restent une des sources essentielles des revenus hospitaliers. Les fondateurs ne négligent jamais la dotation en terres, en prés, en bois et en vignes ; à ce fonds primitif, se joignent les dons et les legs des habitants du lieu. Peu à peu, se forme ainsi un domaine plus ou moins considérable, affermé à cens, totalement ou en partie, ou encore, cultivé directement par les frères ou serviteurs de l’établissement. L'exploitation fournit une part de la nourriture des assistés et du personnel ; on y ajoute l'élevage dans toutes les maisons et, dans certaines comme à Bracon, le droit de pacage dans les bois1 Les forêts fournissent en outre le bois nécessaire au chauffage des pauvres et aux diverses constructions. Les droits d'affouage apparaissent fréquemment à travers les archivés.

I. Biens-fonds

  • 2 AMMbl., fonds de l'hôpital, E 10, comptes, f° 4 v°.

2Les ressources hospitalières sont accrues également par des rentes diverses, des dotations sur les salines, des droits d'éminage ou des perceptions sur les fours. Le recours à l'aumône augmente encore les recettes, et au cours du xve siècle, les revenus casuels jouent un rôle de plus en plus grand. A titre d'exemple, un hôtel-Dieu comme celui de Montbéliard récolte dans les troncs de sa chapelle, dix francs quatre gros dans la seule année 1494-14952. Les hôpitaux de l'ordre du Saint-Esprit, bénéficiant quant à eux de nombreux privilèges, multiplient sur des territoires très vastes, des quêtes lucratives qui, au xve siècle, sont amodiées.

Estimation du fonds

  • 3 AMMbl., fonds de l'hôpital, B 4. ADD, 53 J I 3b. Brocard, Etablissements..., ann t. II, p. 47.

3Deux inventaires, respectivement de 1479 et de 1342, recensent les biens fonciers des institutions de Montbéliard et du Saint-Esprit de Dole3 ; ils donnent une idée assez exacte du domaine des ces deux maisons. Un cartulaire du Saint-Esprit de Gray, rédigé au xve siècle, en présente les possessions.

4Petits hôpitaux et léproseries.

  • 4 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fa (...)

5Ainsi, à la fin du xve siècle, il est possible d'estimer à Montbéliard, les propriétés non bâties de l'hôtel-Dieu à 12 hectares environ de terres cultivables réparties en trois endroits : « dessus Rousse », « près les Forches » et « dessus la Condamenne ». A cela, il convient d'ajouter 2 hectares ou 8 faux de prés, un verger assis « aux Graviers », deux chenevières d'une contenance de 17 ares vers « la croix du Mole » et enfin, une vigne d'environ 80 ares exposée sur le flanc ouest de l'actuelle citadelle. Toutes ces propriétés sont complétées par un jardin proche du bâtiment hospitalier et de ses granges. Selon R. Cuisenier, celles-ci, de 20 à 30 mètres de façade, comprennent les écuries-étables, une aire à battre la moisson et des greniers à entreposer les récoltes4.

  • 5 ADD, 53 J I 3b. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 250. Une ouvrée de vigne représente le (...)

6Les dimensions du domaine du Saint-Esprit de Dole sont légèrement inférieures à celles de l'exploitation de Montbéliard. L'inventaire de 1342 dénombre dix-huit pièces de terre dont certaines de petite valeur ; un rentier de 1551, plus précis, en recense lui, dix-sept, d'une superficie totale de 29,5 journaux soit 10,32 hectares environ. En outre, l'hôpital possède 24 ouvrées de vigne, dont 14 divisées en deux parcelles situées près de l'établissement-même5. L'intérêt pour le vignoble transparaît dans la description de la cave. Elle est garnie en 1342 « de IIII cuves grant, deux petites, les doues basloinges et la tierce ronde. XVI vaissex tant grant que petiz ».

  • 6 Theurot (J.), Dole, des origines à la fin du xive siècle..., t. 1, p. 186.

7L'essentiel des terres possédées, ainsi que l'indique J. Theurot6 se concentre « sur le territoire d'Azans, près de l'hôpital, le long du Doubs, sur les collines calcaires du nord-ouest de la ville, et enfin, plus au sud, à Choisey ». Au cours du xive et au xve siècle, ce domaine est affermé en totalité ou en partie.

  • 7 ADD, 53 J I 4a. Voir Mercier (A.-C.), Le cartulaire du St-Esprit de Gray : sur les cent trois pièc (...)

8Le cartulaire de l'hôpital du Saint-Esprit de Gray7 commencé en 1428 sur ordre du recteur du Saint-Esprit de Besançon, Lambelet Vernier, comprend la transcription de cent trois titres domaniaux accompagné de l'extrait d'un terrier ancien « des terres, prez, vignes, rentes des villes de Gray, Gray-la-Ville, Arc ».

9Il ressort de sa lecture que l'essentiel des biens provient de donations ou d'achats postérieurs à 1320, comme l'illustre le graphique :

27.— Actes du cartulaire de Gray

  • 8 ADHS, cote 1 H dép. 7. Curieusement, ce document n'est pas noté dans le cartulaire.
  • 9 ADHS, 1 H dép. 7. Cartulaire de Gray, ADD, 53 J I 4a. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p.  (...)
  • 10 Gauthier (J.), Notice sur l'hôpital de Gray, p. 11.
  • 11 Catin et Besson (abbés), Histoire de la ville de Gray.

10L’année 1320 est marquée par une dotation de Mahaut d’Artois qui octroie aux frères et aux pauvres du Saint-Esprit de Gray, une rente annuelle de « vingt solz de petits tournois », à prendre sur les revenus du puits à muire de Salins8 En 1323, sa fille Jeanne de France, donne le droit à l’institution grayloise de prendre chaque semaine, deux charrettes de bois mort pour le chauffage des pauvres dans les bois de Fahy-lès-Autrey. En février de l'année suivante, elle octroie encore à l'établissement des revenus sur le four banal de Velesmes accompagnés du droit d’affouage en dépendant9. Nul doute que l'intérêt et les libéralités de cette princesse stimulent les dons et les legs ; selon l'expression de Jules Gauthier, « les petites gens, bourgeois ou artisans de Gray, drapiers, selliers, parcheminiers et laboureurs continuent à léguer en mourant quelques terres ou quelques meubles à l'asile des pauvres »10. Ainsi, l'accroissement du temporel de l'hôpital est contemporain de l’installation de plus en plus fréquente de la reine Jeanne à Gray après le décès de Philippe V. Celle-ci, dès mars 1322, fait de la ville une de ses résidences favorites et veut y développer le commerce et l’artisanat du textile11.

  • 12 Principalement pendant le rectorat de Pierre Crapillet.
  • 13 ADD, 53 J I 4a.

11Cependant, si l’essentiel des biens fonds provient de donations, des acquisitions de terres et de rentes sont effectuées principalement à Velesmes sous le rectorat de Jean de Clerval, surtout dans les années 1342, 1343, 1344 et 1345. Le graphique est explicite sur ce point : il fait apparaître une plus grande proportion d'achats dans la décennie 1340-1349. Au début du xve siècle, le temporel est constitué, même s'il s’accroît encore grâce à quelques donations dans la période 1380-1419 et dans la décennie 1430-143912. L'hôpital possède, outre le four de Velesmes, divers droits d'affouage dans les bois de Fahy, Chargey13 et Velesmes, 38,25 faux de pré soit environ 13 hectares 40ares répartis principalement « en Grandvaux », à Arc et devant Gray-la-Ville. Le terrier recense encore 10 pièces de terre arable d'une contenance approximative de 20journaux ou 7 hectares.

  • 14 ADD, 53 J I 4a, donation de Jacquette Puresot, malade de l'hôpital de Gray.

12La production agricole de l'hôtel-Dieu semble ainsi tournée essentiellement vers la culture et l'élevage. Les vignes ne sont pourtant pas absentes : en 1431, une malade en donne 5 ouvrées situées au vignoble de la ville14. Chaque année, l'hôpital perçoit aussi dans le périmètre de la châtellenie de Gray, un droit de gerberie que lui doivent les laboureurs du bord de Saône : ils lui remettent la première gerbe de leur récolte.

13La précision des sources concernant ces trois hôpitaux permet d'établir un bilan quasi exhaustif de la constitution, de la situation et de l'étendue de leur domaine dont la superficie varie entre 11-12 hectares pour le Saint-Esprit de Dole, 15-16 hectares pour l’hôtel-Dieu de Montbéliard et 20-21 hectares pour le Saint-Esprit de Gray.

  • 15 ADD, 53 JI 5. Nous savons par exemple que le recteur Jean de Faverney achète un courtil derrière l (...)
  • 16 Nous en savons un peu plus sur l'hôpital de Rochefort : son temporel été constitué entre 1382 et 1 (...)

14En revanche, en l'absence de terriers ou de registres de comptes, il est impossible d'évaluer les biens fonciers d’autres institutions de villes comme Belfort, Poligny, Arbois, Vesoul ou Lons-le-Saunier. Tout au plus, connaissons nous quelques terres mentionnées dans des actes quelconques de donation ou de gestion15. De même, nous ne savons pratiquement rien de la dotation immobilière d'hôpitaux à la capacité d'accueil plus réduite comme Grozon, Nozeroy, Villers-sous-Chalamont, la Loye ou Ruffey. Gageons qu'à l’image du temporel de celui de Sainte-Agnès, ceux de ces petits établissements peuvent être fort réduits, même si parfois, les ressources hospitalières sont accrues comme à la Loye ou à Grozon de rentes sur les salines16.

  • 17 AHSal., E 27, document non daté.
  • 18 Soit entre 13 et 17 ares.
  • 19 Soit environ 95 ares.

« Memoire des revenus de l'hospital de Sainte Agnes17.
« Premierement le dixme de bled, dans un certain canton du territoire dudit lieu, admodié par chaque annee trente deux mesures de bled, les deux tiers de froment et l’autre tiers de faibvres et saigles.
« Item quatre poses de terre riere le territoire dudit Sainte Agnes et une autre vers Vincelle, acencee au sieur Roch pour une mesure de froment.
« Item une petite vigne d'environ trois ou quatre ouvrées18.
« Item environ trois soitures19 de prel vers Bounan en tres meschant endroit.
« Item un tiers du four banal dudit Sainte Agnes.
« Item trois quartaulx de froment et trois d'avoine a relever sur le moulin de Sainte Agnes.
« Item deux charriots de foin se prenant dans les grandes vernes de Saint Laurent.
« Item un petit quarré de prel en Rielan riere ledit Sainte Agnes.
« Item huit ou neuf mesures de froment de cense sur un petit bois assensis a monsieur le curé dudit Sainte Agnes.
« Item quatre mesures de froment a Paisia, paroisse de Sainte Agnes, pour quelques terres qui sont audit Paisia, appartenant audit hospital. »

28.— Temporel du Saint-Esprit et de la maladière de Dole

15Les sources concernant les léproseries sont tout aussi fragmentaires et éparses que celles touchant les hôpitaux. Seule, l'étude du temporel des maladreries de Dole, Arbois, Besançon-la Vèze et Salins-les Breux peut être envisagée. Ces établissements présentent des domaines agricoles d'une étendue analogue ou supérieure à ceux des hôpitaux précédemment étudiés.

  • 20 AMDol., fonds Hôtel-Dieu, cote 60.
  • 21 AMDol., cote 961, privilèges pour la reconstruction du St-Esprit de Dole, 1516. « Et si estoit nos (...)

16A Dole, un acte d'amodiation, certes tardif et datant de 155020, nous donne la possibilité d'estimer les propriétés non bâties de cette maladière et de constater qu'elles sont deux fois plus étendues que celles de l’hôpital du Saint-Esprit du lieu, petitement doté selon l’appréciation de Marguerite d'Autriche21. Ainsi, les terres de la léproserie, d'une contenance totale de 55 journaux ou 19,25 hectares, s'ajoutent à 5 soitures de pré et à 2,5 journaux de vigne situés « aux Combes de Somans » et « es Maisenottes ». Un jardin et un verger assis dans la proximité de la léproserie complètent l'ensemble.

  • 22 AMDol., cote 959.

17Cependant, si ce document permet une évaluation quantitative du fonds, il n'offre aucune indication sur le nombre de parcelles et sur leur localisation. Des comptes postérieurs à 1481 et couvrant la fin du xve siècle22, donnent des éclaircissements sur ce point : les biens sont situés à proximité de la maladière, le long du chemin menant à la Loye et à Salins, en bordure du Doubs « en la Vurpillière », au nord de Dole à Brevans et « en Commere » et enfin, au sud près de la Loue, à Parcey. D'une manière générale, le temporel de la léproserie se localise plutôt en lisière de la forêt de Chaux. Les chenevières signalées dans les documents sont placées dans un méandre du Doubs, lieu-dit « la Vurpillière ».

  • 23 AMArb., fonds de l'hôpital, A 18. Les échevins d'Arbois réclament son rattachement à l'hôpital dès (...)
  • 24 AMArb., fonds de l'hôpital, B 470.

18A la fin du xve siècle, la léproserie d'Arbois doit être bien appauvrie. Elle n'est plus fréquentée depuis plus de cinquante ans et le nouveau recteur n'y réside plus. Vers l'an 1530, l'office est abandonné probablement à titre de bourse d'études, à un étudiant de l'université de Dole, Jean Regnault de Bussoncourt. La maladière et son patrimoine, dès lors condamnés à disparaître23 sont finalement rattachés à l'hôpital d'Arbois par lettres patentes de Louis XIV au xviie siècle. Plus tard en 1773, un acte d'amodiation de l'ancienne léproserie décrit ce qui subsiste de son domaine agricole24. Celui-ci, très groupé près de l'établissement, du chemin des Mélinaux et du chemin Besancenot à 1,5 kilomètres environ à l'ouest de la ville, comporte encore 10,75 ha de champs ou terres arables, 3,35 hectares de prés et 70 ares de vergers et chenevières.

  • 25 AMArb., fonds de l’hôpital, B 461. « Item pour avoir esté veoir les trois vignes dependantes d'ice (...)
  • 26 AMArb., fonds de l'hôpital, B 461. « Pour avoir fait diligente recherche en divers lieux et maison (...)

19Trois vignes, dépendantes aussi de cette léproserie et mentionnées dans un autre document daté de 1609, sont en revanche situées loin d'Arbois25. Ces renseignements, même postérieurs à la période étudiée montrent avec une quasi certitude que son domaine agricole fut important aux xive et xve siècles. Nul doute qu'il faut trouver là une raison des querelles qui opposent dès la fin du Moyen-Age, le prieuré et la ville dans le choix de la nomination du recteur. Peut-être est-ce aussi l'explication du vol des titres et des lettres de fondation de la léproserie en 160926.

29.— Situation et temporel de la léproserie d'Arbois

  • 27 Il est impossible d'établir avec certitude le nombre de parcelles possédées par cette léproserie. (...)

20Le temporel de la maladière de Besançon-la Vèze ressemble à ceux décrits précédemment, même si dans le cas présent, les sources ne permettent pas d'en estimer la superficie totale. Comme à Dole ou à Arbois, le domaine agricole est regroupé principalement dans la proximité de la maladière. Les onze champs dénombrés à travers la lecture d'actes différents, les dix-sept prés sont tous situés entre la Vèze et Morre27. Comme il se doit également, les jardins ainsi que le verger jouxtent la léproserie. Un document tardif de 1680 l'atteste :

  • 28 AMBes., GG 430.

« De la maladerie dépendent une cheneviere, un vergier et deux pièces joignantes. Une cheneviere ou estoit anciennement un batiment composé de six Iogettes pour les lepreux, un verger de la contenance d'un journal et un prel en deux pièces situé au terroir de Morre. »28

  • 29 « En Chartre » : à l’emplacement du Fort Griffon.

21En revanche, la trentaine de vignes répertoriées grâce aux actes de donation ou d’acensement se localise sur les hauteurs qui dominent Besançon, notamment à Bregille, Chaudanne ou en Chartre29. Les documents en indiquent encore à Montfaucon et « en Chamblon », entre Larnod et Aveney.

  • 30 AMBes., DD 88, f° 23.
  • 31 AMBes., DD 89, f° 224 v°. « Cedit jour, mesdits seigneurs avec lesdis nobles ont conclud comme la (...)

22Dès le début du xive siècle, les propriétés sont amodiées totalement ou en partie. Certains contrats, comme celui de Henri Navez et Thiebaut Foucher en 1357, stipulent même que les amodiateurs doivent « délivrez les provendes chascun an es malaides de ladite maison... ensemble plusieurs aultres conditions contenues es lettres faictes sus ladicte admodiacion »30. A la fin du xve siècle, le domaine de la Vèze est donné à bail au cours d'enchères publiques31.

  • 32 Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, t. V, art. Salins, p. 327 et suiv.

23Il est difficile en revanche d'apprécier le temporel des autres léproseries du diocèse en raison de la pauvreté de la documentation. A. Rousset affirme que les deux établissements de Salins, Pontamougeard et les Breux, sont richement dotés en fonds de terres, en dîmes et en droits d'éminage32. Cela est vraisemblable, mais difficile à vérifier, du moins pour Pontamougeard.

  • 33 Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, t. V, art. Salins, p. 327 et suiv.

24La maladière des Breux à Salins possède sept vignes à Marnoz d'une contenance de 65 ouvrées soit 2,15 hectares, ainsi que trois autres à Salins mesurant respectivement33, 4 et 8 ouvrées. Elle perçoit également des rentes sur des champs et des jardins situés à Ivrey, Mesnay, Aiglepierre et à Salins au mont Poupet. Des prés, vergers et jardins entourent le bâtiment des malades à proximité du bief des Breux :

  • 34 AHSal., E 1, 1564, rentes de la maladière des Breux.

« Item les vergiers, prelz et courtilz estans a l'entour de ladite maladiere : c'est assavoyr, un vergier derrier icelle, les courtilz dessus et dessoubz icelle maladiere, touchant par desus le chemin communal et de tous les autres coustels, le bief des Breux. »34

  • 35 Les appellations contemporaines des lieux-dits ne comportent pas de guillemets, à la différence de (...)

Note 535

  • 36 AHSal., E 1, 1564. rentes de la maladière des Breux. « Item dix solz de rente que prent lesdits ma (...)

25Cet établissement accroît encore ses revenus grâce à une rente annuelle perçue sur les salines de Salins depuis le début du xive siècle36.

  • 37 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fa (...)
  • 38 AMArb., fonds de l'hôpital, B 483.
  • 39 ADD, 53.1 XI 1. « Les maladreries sont accordées sans procédure et c'est ce qu'il y a de meilleur. (...)
  • 40 Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard..., p. 60.

26Ainsi aux xive et xve siècles, les léproseries et hôpitaux décrits se présentent comme des unités de production agricole tournées vers l'élevage, la vigne, la culture du chanvre et de céréales. L'étendue de leur domaine rural est loin d'être négligeable et, selon R. Cuisenier37, l'hôtel-Dieu de Montbéliard, avec ses douze hectares de terre cultivable est « un propriétaire notable dans le parcellaire montbéliardais ». Le temporel d'une maladière qui nous est peu connue. Bolandoz, a toujours été, selon une source de 172738, « l'objet de la cupidité des curés de Fertans ». En 1686 celui de la maladière de Faverney, est considéré comme d'un bon rapport39. Selon M. Fortin40 encore, « la léproserie de Montbéliard possède des terres et des capitaux prêtés à intérêt. »

  • 41 AHSal., F 21, 1394, traité passé entre les bourgeois de Salins et le recteur de l'hôpital St-Berna (...)

27Cependant, et malgré les lacunes de la documentation, le peu d'exemples proposés autorise à établir une corrélation entre capacité d'accueil et domaine foncier agricole : pour des biens fonds estimés entre 10 et 20 hectares environ, les maladières étudiées abritent au xve siècle, de trois à six lépreux selon les années. Pour une même superficie, les hôtels-Dieu de Gray et de Montbéliard sont équipés de 10 à 16 lits et reçoivent un minimum de douze pauvres. Il est vrai qu'aux frais obligatoires d’entretien des assistés, s'ajoutent parfois comme à Saint-Bernard de Salins, des distributions de vivres hebdomadaires ou plus régulières, sans que les pauvres soient pour autant admis à séjourner dans la maison41.

  • 42 AMDol., cote 959 ; AMMbl, fonds de l'hôpital.
  • 43 A l'hôpital de Bracon, on peut remarquer que les propriétés immobilières sont mises en valeur par (...)
  • 44 ADD, 53 JI 3c.
  • 45 Jean Crapillet d'Annoire est vraisemblablement le frère de Pierre Crapillet qui fut recteur du St- (...)
  • 46 ADD, G 178.
  • 47 AMBes., DD 89 f° 163. Le fils de Pierre Bonvalot sera curé de la Vèze de 1460 à 1483.

28Les revenus fixes de ces domaines fonciers agricoles sont destinés également, ainsi que l'indiquent quelques comptes de la léproserie de Dole et de l'hôpital de Montbéliard42, à entretenir les meubles et les immeubles, à payer le personnel auxiliaire43 et à subvenir aux besoins des hospitaliers. Leur prébende est d'autant plus importante, signale Jean Imbert dans « les hôpitaux en droit canonique », que les malades sont peu nombreux. A Dole, l'amodiateur du Saint-Esprit est seulement tenu de donner aux pauvres un pain seulement ; mais il doit impérativement recevoir les maître et frères du Saint-Esprit de Besançon lorsqu'ils passent par Dole. Il est même contraint de nourrir leurs chevaux44. Le 25avril 1419, Jean Crapillet d'Annoire45, étudiant à la faculté des arts de Paris, obtient en bénéfice l'hôpital Sainte-Brigide qui dépend du chapitre métropolitain de Besançon46. Un siècle plus tard, Jean Régnault de Bussoncourt, étudiant à l'université de Dole, reçoit de la même façon la léproserie d’Arbois. Enfin, en 1460, Pierre Bonvalot enlève pour son fils, la cure de la Vèze et détient la maladière en amodiation en 147647.

29Le rapprochement effectué entre la capacité d'accueil, la réception offerte et la superficie des terres possédées met en relief des abus qui subsistent malgré la réforme voulue par Clément V au moment du concile de Vienne.

30Le domaine des grands hôpitaux : Salins et Besançon.

  • 48 AHSal., A 1.

31Nous possédons déjà pour les appréhender quelques actes de fondation comme celui de Bracon, doté en 1327 par Mahaut d'Artois, et ceux de 1431 et 1438 concernant à Salins, l'hôpital du Saint-Sépulcre de Jean de Montaigu. Pour ces deux maisons, les fondateurs s'obligent à fournir des biens et n'omettent pas de signaler avec minutie et complaisance la part des revenus devant être consacrée à l'hospitalité. Ainsi, ils répondent à une exigence d'ordre canonique, où la dot doit être suffisante pour assurer l'accueil, la vie religieuse et la bonne marche de l'établissement. A cette condition seulement, l'évêque donne l'autorisation de construction. Dans le cas du Saint-Sépulcre de Salins, l'acte d'approbation épiscopal est cousu à l'acte de fondation48 ; les bulles pontificales d'Eugène IV lui octroyant des privilèges mentionnent toutes les largesses de Jean de Montaigu.

  • 49 Gauthier (J.), “Le testament d'Othon IV...”, Annuaire du Doubs, 1903, p. 379-394. Redoutey (J.-P.), (...)
  • 50 ADD, B 2067. Ces biens lui sont advenus « de forfaictz des enfans de Voynet de Yvory a cause d'un (...)
  • 51 ADD, B 2067. Les propriétaires de ces vignes, les enfants Perrin Mignoz, ont assassiné Voinnet de (...)
  • 52 Blumenkranz (B.), “Géographie historique des juifs en Franche-Comté”, Actes du 99e congrès national (...)
  • 53 ADD, B 2067, f° 3.

32L'hôpital de Bracon est lui aussi richement doté comme l'a voulu en 1302 Othon IV dans son testament49. Par ses titres, nous connaissons mieux la constitution de son temporel que son étendue. En 1327, Mahaut d'Artois lui octroie une rente annuelle de 300 livres à prendre sur les salines de Salins, et y ajoute un droit d'affouage de « quarante chars de boys... a deux chevaux », à prendre dans ses bois de Cepoy. Elle augmente encore sa dotation de biens issus de ses droits de haute justice et provenant de la saisie de propriétés de criminels. Elle donne ainsi des rentes provenant des terres et des prés situés à Ivory50. Outre ces biens, elle dote l'établissement de terres et de vignes confisquées51 « sises a Montagney » (Montigny-lès-Arsures) et le gratifie encore de rentes en muires d'une valeur de sept livres par an auxquelles elle ajoute quatre livres à percevoir annuellement sur des prés « au petit Champagney » (Champagny). Ces derniers revenus proviennent encore d'une expropriation relative à un « forfait ». Enfin l'acte de fondation mentionne parallèlement des donations de rentes à percevoir sur des biens ayant appartenus à des juifs. Indubitablement, une petite communauté vit à Bracon en 1312 et on dénombre en son sein douze personnes imposables. Elle possède même son cimetière. En 1298, l'existence d'un dénommé Mossé est attestée52 ; or en 1327, Mahaut d’Artois octroie à son hôpital nouvellement créé, « vingt et cinq solz de rente, lesquelx doivent les heritiers de Richard jaidis Poichon, sur une vigne qu’a aultrefois estee a Mose juifz » ; elle accorde encore deux rentes respectivement de trente et douze sous sur une vigne sise « ou cimetiere des juifs » et sur une maison « situee audit Arbois, laquelle a estee autrefois aux juifz »53.

  • 54 ADD, B 404. Les juifs revinrent par la suite à Bracon. Les ADCO, B 3361 et 3370, signalent qu’en 1 (...)

33Les biens dont fait état cet acte ont vraisemblablement été confisqués aux juifs après leur expulsion du comté de Bourgogne en 1321. Il est intéressant de remarquer que la donation de Mahaut d'Artois à l'hôpital de Bracon mêle dans les mêmes rubriques, les confiscations des propriétés de criminels et les terres ayant appartenu aux juifs. Un rapprochement s'impose d'ailleurs entre la situation de la période 1321-1327, et une plus tardive datant de 1374. Cette année là, après supplication du clergé salinois qui craint leur influence, les juifs sont à nouveau chassés de Bracon et de Salins. En échange de leur expulsion, les prêtres s'engagent à dire des messes pour la comtesse Marguerite54, et curieusement, la création d'un mont-de-piété suit de peu leur départ. Peut-on oser un parallèle entre l'expulsion de 1321 et la fondation de l'hôpital de Bracon en 1327 ?

34L'acte de fondation reprend l'énumération et mentionne à la fois des droits sur un moulin situé près de l’hôpital nouvellement créé, accompagnés de divers octrois de rentes, en argent ou en nature, comme des fromages que doivent « les sujets de Boule » (Bulle) à la comtesse d’Artois. Il poursuit enfin avec les donations de Jean de la Chapelle, trésorier de Bourgogne, chanoine de Sainte-Croix et premier recteur de l’établissement. Nul doute que les biens qu’il concède l'ont aidé à obtenir cette charge. Il donne en premier lieu neuf vignes

  • 55 ADD, B 2067.

« desquelles il en a deux situées en la ville de Mannay [Mesnay], la tierce est au cloz de Verruf la quarte au territoire de Torreloy, la cinq au territoire que l'on dicte en Nouvelles, la sixiesme au territoire de Champvant, la septiesme a Montaigny [Montigny-lès-Arsures] ou territoire dict de la Vassee, la huictiesme audit villaige, la neufviesme au territoire de Nouvelle au lieu qui se dict Champaly. »55

35A cette donation de vignes, Jean de la Chapelle ajoute deux champs à Chaugny, deux prés en Chatre et deux autres à Bracon, une maison et son courtil à Montigny ainsi que deux maisons contiguës et un chasal à Arbois. L'ensemble est estimé à trente-deux livres et quatre sous de rente annuelle. Il émet cependant une réserve et garde l'usufruit de ses biens sa vie durant.

  • 56 ADJ, 128 H 1.

36Mahaut d'Artois espère encore que « ledit hospital sera augmenté de mieux en mieux » ; parallèlement à la dotation initiale, le domaine foncier s'accroît grâce à divers actes de générosité dont les archives départementales du Jura ne conservent que peu de traces. En 1327, une femme donne deux vignes « en Chaviot » ; en 1338 et 1342, deux hommes lèguent respectivement un cens assigné sur un meix à Salins, avec une maison située dans la même localité, rue Saint-Anatoile. La donation la plus importante reste cependant celle effectuée par la comtesse elle-même. Elle assigne mille livres de rente sur « cent livrées de terre de la partie de [son] douaire, a prendre tous les ans en la saulnerie de Salins »56.

37Si une bonne partie des biens-fonds et des rentes provient de la dotation et de donations, il n'en reste pas moins vrai qu'au début du xive siècle, les recteurs de l'établissement mènent une politique d’achats et d'échanges. Ils acquièrent notamment des prés, champs et vignes à Arbois et Montigny, une terre à Champagny et divers « chasalx » à Bracon et Salins. En 1352, le recteur procède encore à de nouveaux échanges. Néanmoins, le domaine foncier semble constitué vers la moitié du xive siècle. Il est difficile d'évaluer quantitativement l'étendue des propriétés ainsi possédées, mais un censier de 1486 offre des indications sur leurs localisations qui se concentrent essentiellement sur les territoires de Bracon, Salins, Ivory, Champagny et Arbois.

  • 57 ADJ, 128 H 10. « Appelé vulgairement le bois de Boisy ou ilz peulent faire tondre... toutes et qua (...)

38A Ivory, l'hôtel-Dieu possède une vingtaine de champs et un bois « appelé vulgairement le bois de Boisy »57. Au grand et au petit Champagny, il détient principalement des terres, 48 journaux, auxquelles s'ajoutent six parcelles dont l'étendue n’est pas estimée. Le censier enregistre encore là, la possession de trois prés, deux vergers, deux jardins et trois meix. En revanche, l'essentiel des vignes de l’hôpital se concentre à Arbois : 13 sont répertoriées en 1486.

39A tous ces biens, il convient d'ajouter des rentes sur divers immeubles, des droits d'affouage, des revenus sur les salines et différentes propriétés dans la proximité de l'hôpital, à Bracon-même et à Salins.

  • 58 Redoutey relève que des pommiers furent introduits en Franche-Comté dans la vallée de l'Ognon au m (...)
  • 59 ADD, B 2067. « Il y aura encoyres une aultre femme qui aura charge des vaches et aultres bestes et (...)

40Ainsi en 1327, Mahaut d'Artois a doté son établissement d'un domaine foncier à caractère agricole capable de fournir aux assistés et au personnel, vin, froment, avoine, fruits58, légumes et laitages. Elle précise le nombre de serviteurs susceptible de le mettre en valeur59. L'hôpital de Bracon se trouve donc tourné vers la polyculture vivrière et l'élevage dès le début de son existence dans la première moitié du xive siècle. Tel n'est pas le cas de celui du Saint-Sépulcre, fondé un siècle plus tard en 1431 par Jean de Montaigu. D'emblée, sa dot le spécialise dans la production de vin, l'amène à participer à l'économie monétaire et à acheter le nécessaire à la vie de la communauté. Mais la richesse du Saint-Sépulcre s'exprime principalement par ses possessions en muires.

  • 60 AHSal., A 1. Brocard, “L'hôpital...”, p. 3.
  • 61 AHSal., D 24. Jean de Montaigu « ait donné audit hostel Dieu, pour la fondacion d'icel-lui, la plu (...)

41La dotation initiale de Jean de Montaigu, abondamment décrite dans le premier acte de fondation du 5 mai 143160, consiste déjà dans le don d'une maison de pierre située à proximité du Saint-Sépulcre et de la grande Saline et comporte encore un bosquet, un jardin et ses dépendances sis derrière le moulin de la Saule, au dessus des rives de la Furieuse. Les biens attribués sont tous des propriétés franches, « tous mouvans de franc alleu et sans justice », selon des lettres patentes écrites par Philippe le Bon en 1435. Le duc rappelle en outre dans le même acte, que Jean de Montaigu a donné, pour doter l'hôpital, la plus grande partie de ses biens61.

42Suit l'énumération des vignes attribuées à l’hôpital : on en dénombre six d'une contenance totale de 130 ouvrées, soit environ 5 hectares 71 ares. Elles sont toutes localisées à Salins-même.

  • 62 St-Féréol était situé au Bourg-Dessus. Aujourd'hui, les côtes du même nom se trouvent dans la dire (...)
  • 63 St-Nicolas était situé au Bourg-Dessus. Aujourd'hui, les côtes du même nom se trouvent derrière l' (...)
  • 64 Prémouraux, au Moyen-Age « preil Moreau » était situé sur le territoire du Bourg-Dessus. Aujourd'h (...)
  • 65 Chambenoz était situé au Bourg-Dessous. Aujourd'hui, au nord de Salins, là où est implanté le lycé (...)
  • 66 Les Roussets étaient situé au Bourg-Dessous. Aujourd'hui, au nord-ouest de Salins, au confluent du (...)

dotation

situation

superficie

1 vigne

St-Féréol62

50 ouvrées

1 vigne

St-Nicolas63

15 ouvrées

1 vigne

St-Nicolas

16 ouvrées

1 vigne

Prémouraux64

14 ouvrées

1 vigne

Chambenot65

10 ouvrées

1 vigne

les Roussets66

25 ouvrées

  • 67 Fourquin (G.), Histoire économique de l'Occident médiéval, p. 354.
  • 68 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 174.

43Le choix d'une dotation en vignes est significatif. En effet, depuis la Fin du xive siècle et jusque la fin des années 1465-1470, le prix des céréales baisse sur la longue durée, ce qui amène un amenuisement des revenus agricoles, un abandon des terres et la chute de leur valeur. Malgré cela, au début du xve siècle, une certaine reconversion s'observe dans le monde rural et selon l'expression de G. Fourquin, « n'importe quelle production agricole devient plus fructueuse que celle des grains »67. On assiste alors, et cela est net en Franche-Comté, au développement de cultures liées davantage à l'activité du négoce. Les vins forts deviennent à la mode, le vignoble de Bourgogne connaît un brillant essor, alors qu'il est déjà réputé au xiiie siècle. Dans la Comté aussi, la vigne progresse largement ; son extension du xve siècle jette les bases du vignoble actuel68.

  • 69 Pré des Nuées, Marnoz à l'ouest de Salins. Brocard, “L'hôpital...”.

44En dépit des mutations intervenues dans l'agriculture, la terre ne semble pas un placement suffisant. En dehors des vignes déjà octroyées, Jean de Montaigu ne donne à son hôpital qu'un unique pré d'un contenance de deux soitures69 et deux terres à Cercennes respectivement de 5 et 3 journaux.

  • 70 Meix : ici, « ensemble des constructions servant à la fabrication du sel. Il se subdivisait en tro (...)
  • 71 L'étuaille était un magasin où étaient entreposés les salignons et le sel trié après séchage. Il p (...)
  • 72 AHSal., FF 5. Testament de Jean de Montaigu, 1455 : « Je fais et institue mon heritier universal, (...)

45En revanche, le Saint-Sépulcre est richement doté en meix70, en bernes, ouvroirs, étuailles71 et muires. L'hôpital, dès 1431, devient propriétaire de 10,5 quartiers 15 seilles de muires réparties entre le puits à muire et la Chauderette de Rosières. La totalité de la saumure est avec certitude affermée en 1448 à Jean Vauchart, cousin et héritier du fondateur72.

  • 73 AHSal., A 1, 1431. Pour 16 quartiers 2,5 celles (1 quartier = 30 seilles ou celles ou celours) amo (...)

dotation

situation

valeur

1/4 de 2 meix

Angorne

1/4 de 2 meix

Angorne

1/2 d'un meix

contigu aux deux précédents

1/2 étuaille

proximité des meix

1/2 cour à bois

proximité des meix

1/2 place non construite

proximité des meix

muire

puits à muire

6 quartiers

muire

puits à muire

I quartier

muire

puits à muire

1/2 quartier

muire

puits à muire

1/2 quartier

muire

puits à muire

1/2 quartier, 2 celles & 2/4 celle

muire

puits à muire

1 quartier

muire

puits à muire

12 celles 2/4 celle

muire

Chauderette

1 quartier

Total : 10,5 quartiers 15 celles ou seilles 673

  • 74 Cité dans de Brelot (C.-I.) et Locatelli (R.) et div., Un millénaire d'exploitation du sel..., p.  (...)

46La majorité des revenus du Saint-Sépulcre provient ainsi dès sa fondation d'une installation industrielle et non, comme dans la plupart des établissements, de domaines agricoles. C'est pourquoi l'hôpital participe, grâce à sa première dotation, non seulement à la vie économique de Salins, mais à celle de l'ensemble de la Comté : le sel étant, selon l'expression de l'humaniste G. Cousin, « le principal revenu de nostre [haute] Bourgogne »74. Dès 1438, les biens octroyés en 1431 paraissent insuffisants à Jean de Montaigu pour assurer la bonne marche de son hôpital ; aussi, procède-t-il à une seconde fondation. En effet, les frais occasionnés par l'augmentation du nombre de chapelains, celle du personnel ainsi que par la construction d'une infirmerie pour contagieux l'amènent à donner encore 2,3 hectares de vigne environ ainsi que des parts sur le puits à muire et sur la Chauderette de Rosières.

  • 75 AHSal., B 1. Acquis par Martin Gruard et Jean de Montaigu.

dotation

situation

superficie ou valeur

muire

Puits à muire

2 quartiers 17 celles et 2/4 de celle

muire

Puits à muire

3 quartiers

muire

Chauderette

9,3 celles

4 parts d'une berne

Angorne75

1 vigne

la Rondette

35 ouvrées

1 vigne

Arbois

9 ouvrées

1 vigne

Arbois

18 ouvrées

1 vigne

St Féréol

20 ouvrées

1 vigne

Boisset

40 ouvrées

Total 104 ouvrées, soit 2 ha 28 a 34 ca environ.

  • 76 AHSal., B 7, 1455. « Que le fait de l'hospitalité et des pouvres, avant toute euvre et toutes autr (...)

47L'hôpital s'avère malgré tout insuffisamment doté relativement à ses charges et en 1455, peu avant sa mort, Jean de Montaigu le déplore76. Dans un acte appelé troisième fondation, il manifeste sa crainte par rapport à la pérennité de son établissement, même si les biens du Saint-Sépulcre s'accroissent encore grâce à des acquisitions, des donations et des legs pieux, décrits cette fois dans un terrier du début du xvie siècle et énumérés dans le tableau ci-dessous.

  • 77 Le terrier appelle ainsi l'infirmerie pour contagieux construite en 1438.
  • 78 Les conversions d'après Fourcault (M.), Evaluation des poids et mesures... gardent un caractère ap (...)

biens

situation

superficie ou valeur

hôpital et chapelle

Grant Rue Bourg-Dessus

hôpital derrière77 cloître et cimetière

hôpital actuel Bourg-Dessus + chapelle.

1 maison

Grant Rue Bourg-Dessus

louée

1 maison

Grant Rue Bourg-Dessus

1 maison

Grant Rue Bourg-Dessus

louée

1 maison

Grant Rue Bourg-Dessus et es

louée

1 courtil

hors la ville

8 ouvrées

bâtiments pour le sel

berne de Bernette

bâtiments pour le sel

Ouvroir de Bernette

bâtiments pour le sel

Etuaille de Bernette

locaux pour le sel

1 cour à bois

locaux pour le sel

la petite cour

locaux pour le sel

la grande cour

muires

Puits à muire

17 qu. 3,75 c.

muires

Chauderette

2 qu. 11,125 c. et 10 d.

vigne

Fosse Fleurie Bourg-Dessus

40 ouvrées

vigne

St-Féréol

40 ouvrées

vigne

Prémouraux

10 ouvrées

vigne

Rondette

30 ouvrées

vigne

St-Nicolas

24 ouvrées

vigne

« Margillens » Bourg-Dessous

10 ouvrées

vigne

Chambenot Bourg-Dessous

10 ouvrées

vigne

« les Riante » Bourg-Dessous

10 ouvrées

vigne

« les Riante » Bourg-Dessous

6 ouvrées

Total

180 ouvrées (7 ha 90 a)

terre

Bracon

5 journaux

terre

Bracon

3 journaux

terre

Bracon

4 journaux

terre

Bracon

1 journal

terre

les Planches Bourg-Dessus

2 journaux

Total

15 journaux (5 ha 27a)

pré

Bourg-Dessous

3 soitures

pré

Bourg-Dessous

4 soitures

pré

des Nuées Marnoz

7 soitures

Total

14 soitures (4 ha 92 a)

verger

St-Pierre Bourg-Dessous

1 soiture (35 a)78

1 maison + terres + grange

Saizenay Bourg-Dessous

80 journaux + 2 journaux

terre

3 journaux

terre

2 journaux

terre

1/4 journal

terre

1,5 journal

pré

1/2 soiture

Total

89,25 journaux ou soitures (31 lia 35 a)

bois

Salins Bourg-Dessous

30journaux

Total

30 journaux (10 ha 53 a 9 ca)

  • 79 AHSal. ; Q 1. Brocard, “L'hôpital...”, p. 247.

48D'après ce document, les terres arables et les prés occupent une place plus importante qu'en 1431 ; la grange de Saisenay, d'une superficie totale de 31 hectares 36 ares environ, regroupe quelques parcelles et un morceau d'un seul tenant, « tant en terres aribles, vergiers que prelz »79.

  • 80 AHSal., II 2, comptes de 1538-39.

49Les cinq hectares de champs localisés à Bracon sont affermés en bloc à une même personne. Cependant toutes les propriétés ne sont pas amodiées et l'hôpital peut cultiver directement pour ses besoins. La production reste néanmoins très largement insuffisante : dans la seule année 1538-1539, le recteur acquiert pour 228 francs 10 gros 1 engroigne 3 deniers de nourriture pour l'ensemble du personnel et des assistés. Le budget consacré à l'achat de viande est particulièrement lourd. Les dépenses se chiffrent à 175 francs 3 gros 11 engroignes80.

50En dépit de l’insuffisance de la production, relativement aux besoins des personnes vivant au Saint-Sépulcre, le domaine agricole de l'hôpital s'accroît à la fin du xve et au début du xvie siècle. Jean Vauchart acquiert terres et prés dès 1457 et 1460, précisément au moment où s'amorce un renversement de la tendance du prix des céréales. Un mouvement de hausse se dessine en effet dès 1465 et se poursuit très largement dans le xvie siècle, vraisemblablement au-delà de 1560.

51L'évolution domaniale du Saint-Sépulcre révèle que les biens sont donnés ou acquis selon une politique délibérée en rapport avec la conjoncture économique.

  • 81 Peut-on comprendre un désir de grouper un domaine agricole dans la vallée de l'Ognon, plus proche (...)

52En ce qui concerne le Saint-Esprit de Besançon, les biens-fonds sont déjà ordonnés autour de deux axes : la vallée du Doubs de Baume-les-Dames à Dole ; la direction de Salins-Arbois, sans négliger la vallée de la Loue. Cependant, dès la moitié du xive siècle, les recteurs privilégient la vallée de l'Ognon pour étendre leurs possessions. Ils y multiplient les achats entre 1367 et 1369 et n’acquièrent pas moins de 93 parcelles dans les localités de Chancey, Mottey, Montagney et Tromarey. Aux mêmes dates, ils achètent encore 60 pièces de terres à Sornay, mais cessent dans le même temps d'entretenir un frère dans la maison d'Arbois81.

  • 82 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 392.

53Au xve siècle, selon une estimation de l'abbé Brune, le Saint-Esprit possède 29 domaines, dont plusieurs sont suffisamment considérables pour requérir la présence d'un frère chargé de diriger les travaux d'exploitation82. Tel est le cas de Saint-Lieffroy, ancienne maladrerie qui lui fut donnée en 1225 par Othon, comte de la Roche, mais surtout, telle est la situation de Valentin dans la proche banlieue de Besançon.

54Le domaine de Valentin, le plus important pour le Saint-Esprit est déjà constitué au début du xive siècle. Par un testament rédigé le 13 mars 1295, Guy Benoît, un des plus riches citoyens de Besançon, lègue au Saint-Esprit deux rentes annuelles et perpétuelles : la première de cent sous assignée sur la terre de Valentin est destinée à l'entretien d'un prêtre ; la seconde de soixante sous, assignée sur une maison rue des Granges et sur un champ de la banlieue de Besançon, est employée à l'entretien des pauvres. Les héritiers du donateur servent ces deux rentes jusqu'en 1305, date à laquelle par un arrangement conclu avec l'hôpital, ils se déchargent de leurs obligations en lui cédant la propriété pleine et entière du domaine et de la seigneurie de Valentin.

55De 1305 à 1350, l'hôpital opère, tantôt à prix d'argent, tantôt en vertu de donations pieuses, le retrait d'un assez grand nombre de manses et de terrains, autrefois acensés par les précédents propriétaires. De sorte que la presque totalité du village de Valentin lui appartient en propriété franche. Le Saint-Esprit jouit d'ailleurs sur le reste, des droits de lods, vente, seigneurie et mainmorte.

  • 83 ADD, 53 J LXXIII, 1359. La grange de Valentin est « subjecte a la maison de l’hospital du Sainct E (...)
  • 84 ADD, 53 J I 8. Une bulle confirme ce droit à l'hôpital de Toul.

56Un inventaire réalisé sur les biens possédés en 1359 à Valentin83 mentionne outre la charrue et divers instruments aratoires, 77 journaux de terre cultivable et des prés en nombre suffisant pour engraisser treize bœufs, trois vaches, une génisse et cinquante brebis ; il évoque encore des droits de parcours dans les bois pour nourrir des porcs dont le nombre n'est pas indiqué. D'autres animaux sont placés chez des particuliers. En effet, l'ordre du Saint-Esprit bénéficie, avec celui de saint Antoine, du privilège de faire paître partout ses animaux et de les faire nourrir par les habitants. Comme signe distinctif, ils doivent être munis de clochettes aux oreilles84.

30.— Temporel du Saint-Esprit de Besançon

  • 85 ADD, 53 J LXXIII, 1408. « L'ospital de nostre cité de Besançon contenans que comme eulx et leurs p (...)
  • 86 ADD, 53 J LXXIII, 1438. Un bornage des terres est demandé à Philippe le Bon, « car il soit que les (...)

57En 1361, le recteur Barthélémy de Saint-Oyend effectue encore des achats de prés et complète ainsi un domaine où l'hôpital use d'un droit d'affouage dans les bois de Chatillon-le-Duc depuis la fin du xiie ou le début du xive siècle. Ce privilège est confirmé par Jean sans Peur en 140885. L'intérêt pour le domaine de Valentin ne se dément pas tout au long du xve siècle. Lambelet Vernier, recteur du Saint-Esprit, demande à Philippe le Bon en 1438, l'autorisation d'y borner les biens de l'hôpital afin de mieux les protéger des incursions des habitants de Chatillon. La région n'est pas sûre : Auguste Castan affirme que le village de Valentin est détruit par une bande de routiers en 1435. Une chose est sûre : dans les bois de Chatillon, « est ung tres périlleux passaige pour les allans et venans par iceulx bois »86.

  • 87 ADD, 53 J LXXIII. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 262-264.

58Autant pour lutter contre l'insécurité que pour accroître les revenus du Saint-Esprit, le duc permet en 1442 d’utiliser du bois vif et mort pour aider l’établissement à construire et alimenter une tuilerie « a faire tieulle pour maintenement et couverture de l’eglise, hospital et ediffices »87.

  • 88 “Police du nobles hostel...”, Mém. et doc. inédits..., t. 5, 1946, p. 205.

59Au début du xvie siècle, le domaine de Valentin est, selon l'estimation de A. Castan, le plus étendu de tous ceux possédés par le Saint-Esprit. Il en évalue la superficie à 61 hectares 80 ares de terres, 3 hectares 40 ares de friches et de bois, 11 hectares 52 ares de prés et 54 ares de vignes. Cette grange de Valentin intéresse par ailleurs particulièrement les gouverneurs de Besançon. La proximité de la ville leur laisse en effet envisager d’y loger les malades en temps de peste88.

60Cependant, dès le début du xive siècle, le Saint-Esprit fonde aux Longeaux, sur la route de Besançon à Baume, une maison qui devait servir temporairement d’abri aux voyageurs. L'hospitalité y cesse au début du xve siècle et les immeubles reviennent à la maison mère de Besançon : celle-ci bénéficie alors d’un droit d'affouage accordé en 1303 par Huguenin, seigneur de Chatillon-Guyotte sur les bois de sa châtellenie. Le Saint-Esprit peut également user d'un droit de pâturage octroyé en 1304 par J. de Montbéliard, pour cent têtes de menu bétail, sur les terres de la seigneurie de Montfaucon avoisinant le domaine de Longeaux.

  • 89 Voir le tableau C, p. 334.

61En ce qui concerne l'étude des autres domaines, l'immense travail d’A. Castan permet quelque peu d'appréhender l'étendue, du moins à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle. La masse de documents qu'il a dépouillés, analysés et classés en vue de dresser un inventaire lui a permis d'écrire une synthèse sur l'établissement, Notice de l'hôpital du Saint-Esprit de Besançon ; il y répertorie les possessions en évaluant leur superficie. Ce dénombrement, même érudit, n'autorise cependant qu'une approche des biens de l'hôpital, qui disposerait sans doute de près de 400 hectares dont l'utilisation culturale n’est que rarement indiqué : au moins 55 hectares de champs, plus de 100 de vignes89...

62Outre ces biens, l'hôpital devient en 1436, avec l'annexion de Saint-Jacques, propriétaire d'un ancien établissement éteint et appelé « Hôpital du Grosbois » ; de lui, dépendent des fonds à Etalans et à Fallerans.

  • 90 Castan (A.), "Notice sur l'hôpital du St-Esprit de Besançon".
  • 91 ADD, 53 JXXXIX. Estimation de Castan (A.), “Notice...”. Le surnom de Jean de Broignon vient de ce (...)

63A la lecture des actes et de la Notice de Castan90, il apparaît que les donations ont joué un rôle non négligeable dans la constitution du temporel. Mais encore nombreuses de 1300 à 1360, elles deviennent plus rares au xve siècle. Leur importance est pourtant difficile à évaluer, d’autant que certaines d'entre elles se présentent comme des échanges déguisés, des restitutions, voire des aumônes sollicitées de façon pressante. Que penser en effet du don effectué en 1323 par un vassal de la maison de Rochefort, Jean de Broignon surnommé Phiscole ? Ce dernier, mû de son propre aveu par un sentiment de piété et de bienfaisance, conçoit le projet d'abandonner à l'hôpital de Besançon, les propriétés qu'il tient en fief du comte d'Auxerre, tant à Châtenois qu'à Audelange. L'ensemble des biens équivaut à une superficie de 13 hectares 40 ares de terres et 2 hectares 20 ares de prés. Le comte d'Auxerre accepte cette donation, à la condition d'être déchargé de l'obligation de faire construire un hôpital du Saint-Esprit à Rochefort, comme l'avait voulu son aïeul Jean de Chalon, comte d'Auxerre. Cet établissement devait par ailleurs être doté de 30 livrées de terre. Suite à cette tractation, le domaine de Châtenois devient propriété du Saint-Esprit et le donateur Jean de Broignon vit à l'hôpital91.

64Cet exemple ne doit cependant pas masquer les multiples actes de réelle générosité qui constituent des marques habituelles de piété et de dévotion.

Sur 112 actes examinés
33. – Nombre d’achats effectués par le St-Esprit de Besançon

65Les achats, eux, se poursuivent avec une relative régularité de 1300 à 1350 : un graphique, réalisé à partir de cent deux mentions d'actes classés dans l’inventaire des archives hospitalières du Saint-Esprit, permet de constater qu'entre 1365 et 1370, ils s'amplifient même et restent nombreux jusque 1392. L’hôpital investit surtout dans la vallée de l'Ognon. L'établissement ne semble ensuite plus rien acquérir entre 1390 et 1435, à quelques rares exceptions près. Les achats reprennent entre 1435 et 1470, puis s'espacent à nouveau jusqu'au début du xvie siècle.

  • 92 ADD, 53 JXLVII.

66Certes, le document présenté est loin de refléter la totalité des acquisitions. En effet, l’inventaire servant de base à son élaboration mentionne parfois un seul achat dans un lieu déterminé, où en réalité dix parcelles, d'après nos connaissances, ont été acquises. C'est le cas à Montagney le 14 avril 136692. Que dire alors des soixante pièces de terre achetées sur le territoire de Sornay ?

  • 93 ADD, 53 J XXX A. Perrin de Parcey était le fils d'un notaire bisontin, qui « pour éviter son domai (...)

67Si de surcroît des sources ont pu être perdues, il n'en reste pas moins vrai que le graphique dégage deux grandes périodes dans l'accroissement du temporel : 1365-1392 et 1435-1475. Elles correspondent rigoureusement aux rectorats des frères Barthélémy de Saint-Oyend (1350-1387), Hugues de Vénère (1387-1392) et Lambelet Vernier (1427-1476). Les périodes d'achat sont également contemporaines, tout ou en partie, des déprédations commises par les routiers dans le comté de Bourgogne entre 1360 et 1368 et vers 1444-1445. Des vendeurs se sont-ils trouvés guidés par des difficultés financières les amenant à rechercher rapidement des liquidités auprès des hôpitaux ? Un acte en rapport direct avec ces événements semblerait confirmer cette version. En 1445 en effet, au moment où les écorcheurs reviennent à Montbéliard, s'emparent de Blamont puis de l'Isle-sur-le-Doubs, Lambelet Vernier achète pour 110 francs, les biens d’un certain Perrin de Parcey93 retenu prisonnier à Fallon par des routiers. Cette somme, selon la transaction, doit l’aider à payer sa rançon. Le domaine ainsi acquis, se situe à Beaumotte-lès-Pin et se compose d'une grange, d'une maison, de 13,5 journaux de terre labourable, de 4,25 faux de pré, de 18 ouvrées de vigne et du quart des grosses dîmes de la localité.

68S'agit-il d'une opportunité pour l'hôpital ou bien d'une aide aux pauvres en difficulté ? Il est difficile de trancher. L'année suivante en 1446, Perrin de Parcey fonde en remerciement un anniversaire au Saint-Esprit pour la somme de 98 francs 4 gros. A la même date, Lambelet Vernier agrandit le domaine de Beaumotte par trois acquisitions de terres et pré, négociées pour la somme de 24 florins d'or du Rhin.

69Cette anecdote, reliée au contexte dramatique de l'incursion des routiers, illustre aussi une tendance plus générale de la politique du Saint-Esprit : elle révèle son intérêt affirmé pour les biens ruraux, attrait qui n’est pas démenti par les acquisitions enregistrées dans les diverses localités dont les noms suivent sur le tableau :

  • 94 Achat effectué sur Etienne de la Bourse, reclus de St-Etienne de Besançon.
  • 95 Achat à Chancevigney, Bonboillon et Sornay.
  • 96 Il est à noter que fréquemment, les achats interviennent les années de chevauchées.

Lieux

dates

achats

Arbois

1365 à 1389

17 vignes, 4 prés, 2 champs, 1 jardin

Autoreille

1447
1456

1 vigne
16 ouvrées pour 130 francs

Beaumotte-lès-Pins

1445
1446

1 domaine
2 champs, 1 pré

Choyé

1367-1369 1440-1441

une soixantaine de parcelles
1 pré

Cugney

1456
1465

Terres
maison et 1 vigne

Cult

1451

Propriétés pour 52 florins d'or

Beure et Arguel

1355

1 vigne94

Chancey

1367
1404

un grand nombre de parcelles
terres95

Etalans

1447

1 terre et 1 vigne

Gy

1456

2 vignes de 18 ouvrées pour 140 francs.

Deluz

1324

champ

Montagney, Mothey-Besuche

1366-1367

un grand nombre de parcelles

Noironte

1301

2 prés

Quingey

1332
1466
1472

1 vigne
1 terre (6 journaux)
1 vigne

Saint-Lieffroy

1328

1 part des dîmes

Salins-Ivory

1457

1 vigne « en Roussel », 1 grange à Ivory

Saule

1450
1451

1 vigne
1 vigne

Sornay

1366
1458

une soixantaine de terres labourables, de plusieurs prés et vignes ainsi que d'une maison

Thise

1488
1491

1 pré
2 prés

Tilleroyes, Saint-Ferjeux

1449
1490

1 terre (16 florins d'or)
1 bois de 300 journaux pour 425 francs

Valentin

1311-1326 1316
1344
1348
1361

terres
1 champ
2 champs
1 terre près de la grange de l'établissement
4 champs

Venere, Chantonnay, Onay, Bonboillon

1366-1368

une centaine de terres à Vénère, 3 prés et 2 maisons

Virey

1456

3 vignes96

32.— Plan du quartier du Saint-Esprit de Besançon.

70Cette volonté délibérée d'accroître les domaines ruraux et d'accentuer leur implantation, surtout dans la vallée de l'Ognon, ne doit cependant pas occulter l'assise de l'hôpital sur le territoire-même de Besançon. L'hôpital, fondé au début du xiie siècle par Jean de Montferrand sur des terrains francs de toute servitude, se situe entre le port d'Hauterive et le port Mayeur.

33.— Le temporel du Saint-Esprit à Besançon

  • 97 Castan (A.), “Notice sur l'hôpital...”, Annuaire du Doubs, 1865, p. 206. Clerc (J.-C.), Hennequin ( (...)

71Assez rapidement, semble-t-il, son domaine primitif s'accroît dans la proximité de l'établissement, donnant ainsi naissance à un véritable quartier du Saint-Esprit circonscrit entre les berges du Doubs, la rue du Maisel, la tour de Vaites et la rue de Glères. Au xive siècle, l'hôpital y possède la propriété franche de la plupart des immeubles y étant localisés97.

  • 98 ADD, 53 J XVI 1.

72Au début du xive siècle, le besoin pour l'hôpital d'acheter un certain nombre de propriétés non-bâties se ressent à travers les actes. Il répond à deux priorités : trouver une partie de la nourriture nécessaire à l'alimentation des pauvres et du personnel, entretenir le bétail élevé dans la cité. En 1529 en effet, on inventorie « quatre vingt brebis et moutons estant en la cité et hospital, sept chevaux et un petit mulet pour monsieur le maistre »98. En 1266, le Saint-Esprit acquiert un jardin situé devant la chapelle pour une somme de 80 livres. En 1352, il achète encore une vigne, un verger et un courtil, placés en Hauterive, entre les remparts de la ville et une autre vigne lui appartenant déjà. La transaction s'élève à 220 livres.

73Parallèlement, l'hôpital investit au xive siècle dans l'achat de maisons, rue d'Hauterive, rue de Glères et rue du Maisel. En 1370, il en acquiert une dont la partie postérieure touche le cimetière. Les achats deviennent rares au xve siècle. Pour établir son assise foncière, l'établissement a dû utiliser le produit des quêtes, le fruit des aumônes en argent et le revenu des rentes. Ces moyens lui ont permis d'acquérir d'autres biens dans la cité ou à proximité.

Gestion des temporels

  • 99 ADD, B 481. « Avant les mortalités et les guerres qui derrerrement ont estez en Bourgogne, il esto (...)

74Dès le milieu du xive siècle, aussi bien pour les petits que pour les grands établissements hospitaliers, l'affermage se généralise au détriment du faire-valoir direct et devient une réponse logique quand la main d'œuvre se raréfie suite aux épidémies, aux ravages des grandes compagnies et aux guerres99

75Des affermages de plus en plus fréquents.

  • 100 L'exemple de la léproserie de la Vèze est intéressant sur ce point. Le tableau D, annexe, p. 334 à (...)
  • 101 AMBes., DD 89, f° 22.. « Considerans les reparacions des ediffices ja fait par lesdis Pierre et sa (...)

76Chaque location, différente d'un contrat à l'autre, semble conclue après de longues et âpres négociations, tant d'ailleurs pour la durée du bail que pour la réfection des locaux ou l'entretien des terres. Le détail des contrats l’atteste100. Ainsi, en 1418, Nicolas de Villate, « citien et congouverneur de Besançon » retient pour quinze ans les biens de la maladière de la Vèze, à condition « de payer et supporter ledit terme durant, toutes les charges de ladite maladiere et des malaides estant en icelle ». Cette même année, la léproserie est affermée, à vie cette fois, à Pierre Mare de Païs, secrétaire de « monseigneur de Bourgoingne et a damoiselle Jehanne de Negent, sa femme ». Satisfaits de cette situation, les gouverneurs de Besançon s'entendent avec leurs héritiers101 et leur accord témoigne du soin à rechercher des tenanciers solvables, capables de maintenir les terres et les édifices en bon état.

  • 102 AMBes., DD 89. « Les gouverneurs ont ordonné comme ledit Mathiot ne face doresenavant ladite vigne (...)

77Cette politique d'affermage s’observe à la Vèze sur l'ensemble des xive et xve siècles. Les échevins de Besançon confient volontiers en amodiation les terres et les vignes de la maladrerie à des notables ; en retour, ces derniers s'engagent sur leurs biens à respecter leur contrat. Prenons pour exemples Jean de Quingey (1411), Nicolas de Villate (1418), Jean de Clerval (1427), Pierre Bonvalot (1469) et Pierre de Chaffoy (1501) ; malgré les garanties demandées, leurs engagements ne sont pas toujours tenus. Entre 1414 et 1417, les amodiateurs se succèdent et semblent dans l'incapacité de pouvoir remettre les 10 puis 8 bichots de froment qui sont exigés d'eux. Nicolas de Villate, trésorier de la ville de Besançon entretient mal la vigne de Fussigney qu'il est tenu de maintenir en état. Il est condamné à verser une amende de 20 livres, après expertise des dégâts par des vignerons. En 1416, Pierre Sauvageot reprend cette même vigne de Fussigney parce que le précédent amodiateur, Mathiot Belin, se montrait défaillant102.

78Toutes ces difficultés énoncées nuisent bien évidemment à l'hospitalité. En 1357, une lépreuse se plaint que les amodiateurs Henri Navez et Thiebaut Foucher manquent à leurs engagements.

  • 103 AMBes., DD 88, f° 23.

« Ils hont deffailliz a ladicte Vuillemate en sadite prouvende par le terme passé... desquelles elle proteste declarer et demander aultres fois ou temps advenir... bon payement par lesdiz Henry et Thiebault103.

  • 104 En général, ainsi que l'indique Fourquin (G.), Le paysan d'Occident au Moyen-Age, p. 170-171, « l' (...)

79Les ressources de la Vèze s'amoindrissent par ailleurs. La valeur locative baisse104 : de 50 bichots de froment par an en 1333 à dix puis huit bichots en 1415-1416.

  • 105 ADD, 53 J I 3c, 1438, amodiation par le St-Esprit de Dole. « Pour le terme de neuf ans... assavoir (...)
  • 106 Le chapitre de l’hôpital du St-Esprit de Besançon se tient le dimanche de Cantate ; on y règle ce (...)
  • 107 ADD, 53 J I 3c.

80Des situations analogues sont observées à Dole, à Arbois et à Arlay : en 1438, le Saint-Esprit de Dole est amodié pour neuf ans au prêtre Pierre Gaillol d'Azans, contre une somme annuelle de cent francs que néanmoins il ne verse pas durant les deux premières années où il est tenu de réparer l'édifice105. Vingt-et-un ans plus tard, en 1459, Lambelet Vernier, recteur du Saint-Esprit de Besançon, afferme cette fois le domaine de l'établissement à un couple, « ensamble les meix, maisons d'icellui hospital, curtilz, vergiers, prelz, vignes, terres, rentes, censes, revenues et appendices d'icellui hospital, » toujours pour le terme de neuf ans et pour une somme annuelle de 10 francs à verser le dimanche de Cantate106, aux gouverneur et frères de Besançon. Le contrat oblige les amodiateurs à effectuer de gros travaux de restauration des édifices, à faire desservir des messes hebdomadaires à leurs frais, à recevoir les pauvres et les porteurs de la châsse de l'hôpital du Saint-Esprit. Il les contraint en outre à tenir une chambre à disposition du gouverneur de Besançon. Toutes ces clauses sont reprises dans une convention plus tardive, passée en 1470, entre l'hôpital et Gérard et Renaud d'Orchamps. Ces derniers doivent alors verser une somme annuelle de 16 francs107.

  • 108 AMArb., fonds de l'hôpital, A 7. « N'aura aucune charge de l'alimentaciom des povres ne aussi de l (...)
  • 109 AMArb., fonds de l'hôpital, A 8.

81A Arbois, la situation diffère quelque peu : en 1456, le prêtre qui reçoit pour neuf ans le domaine en amodiation, contre une somme de 51,5 florins, n'est tenu à aucune charge d'hospitalité108. En 1463, l'ensemble du temporel est acensé cette fois pour une durée de six ans et pour la somme annuelle de 40 florins109.

  • 110 ADJ, 126 H 1.

82En revanche à Arlay, il semble que le recteur n'ait pas cherché à bailler à ferme l'ensemble du domaine, mais qu'il ait amodié les terres et les vignes les plus éloignées de l'hôpital. En 1400, il acense pour neuf ans les terres du Tremblois ; en 1414, il en laisse une, située à Salins, pour 10sous et en 1433, il renouvelle cet acte pour plusieurs propriétés en ce lieu contre une rente de 4 francs et une géline110.

  • 111 ADD, 53 J LXXIII.
  • 112 ADD, 53 JLXV.
  • 113 ADD, 53 J XXXI. Le domaine de Beaumotte a été constitué par Lambelet Vernier en 1445 et 1446.

83Un gros établissement comme le Saint-Esprit de Besançon n'échappe pas à ce courant. Il amodie lui aussi ses propriétés dès le début du xive siècle, comme l'illustrent ces quelques exemples. En 1305, il acense à cinq particuliers de Miserey et d'Ecole, des terres nouvellement défrichées à Valentin111. En 1317, il afferme la quasi-intégralité du domaine de Saint-Lieffroy112 pour une durée de douze ans, à l'exception d'une maison et de cinq chasaux ; le tout pour une redevance de cinq bichots et demi de froment et d'avoine par an. En 1391, une partie des biens achetés en nombre à Choye entre 1367 et 1369 est amodiée ; de même en 1490, le Saint-Esprit loue ses domaines des Longeaux et de Beaumotte-lès-Pin113.

84Dans le contexte d'effondrement démographique, de marasme des prix agricoles et de hausse des salaires, il semble que les établissements hospitaliers aient adopté le bail à ferme, comme les autres possesseurs de domaines. Selon l'expression de R. Boutruche, ils reculent « devant les soucis et les risques de la gestion directe et préfèrent un revenu fixe à un revenu changeant ».

85Pourtant, l'amodiation fait encourir certains dangers. A. Castan estime qu'elle est à l'origine de la ruine du Saint-Esprit. Malgré la sévérité de l'appréciation, force est de constater que les procès se multiplient pour contraindre les fermiers à payer leurs redevances. Ainsi, à propos du domaine de Sauvagney acensé en 1452, des poursuites sont engagées pour récupérer les sommes dues.

86Le faire-valoir direct : l'exemple de Montbéliard.

87Le faire-valoir direct n'a cependant pas complètement disparu : il reste perceptible à Montbéliard à la fin du xve siècle, ainsi que l'attestent les comptes de 1494-1495 et de 1496-1497.

88Les comptes de l'hôpital énumèrent précisément tous les travaux confiés à des salariés permanents ou temporaires. Ils indiquent également les sommes engagées pour l'exploitation du domaine.

  • 114 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1496-97. « Item donné a deux hommes de Mandeurre qu'il (...)
  • 115 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1496-97. « Item pour demi bichot de froment pour semen (...)
  • 116 Pleige, plege : garantie. Mettre en plege, promettre. Plegeüre : garantie, caution.
  • 117 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l’an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fa (...)

89Le « sciage » des blés semble surtout occuper « les deux bonnes femmes de l'ospital », alors que la taille des vignes est réservée aux hommes, employés à la tâche et rétribués à la journée114. D'autres salariés sont engagés pour divers travaux ponctuels : semer ou « vaingnier » les raves, garder les huit porcs, le bouc et les quatre vaches de l'établissement, « fener » et moissonner. La surveillance de tout ce personnel incombe au maître de l'hôpital, qu’il est possible d'assimiler aussi à un chef d'exploitation. Responsable devant les maîtres et neuf bourgeois de Montbéliard, de tous les autres menus travaux et de leur exécution : semailles, labours, vendanges, il doit rendre annuellement des comptes sur sa gestion, faire entretenir le matériel et les outils, se procurer les semences115. Installé annuellement dans sa fonction par le conseil de la ville, il doit enfin offrir, selon R. Cuisenier, des garanties financières « soit sur un bien propre soit par la caution de pleiges116 figurant au contrat »117.

90La gestion de Montbéliard, à la lecture de quelques comptes de l'extrême fin du xve siècle, comparée aux hôpitaux de Dole, d'Arbois et même d'Arlay, fait preuve d’innovation et d'originalité.

91La gestion particulière du Saint-Sépulcre de Salins.

  • 118 Il veut sans doute éviter que sa descendance ne remette en cause sa fondation.

92Si Jean de Montaigu donne en 1431, la moitié de ses biens sur le sel au Saint-Sépulcre de Salins, il garde l'autre moitié pour son usage et pour celui de ses héritiers118. Cependant, il impose une contrainte dans une clause de l'acte de fondation : les recteurs de l'hôpital et ses héritiers sont tenus à une administration concertée et doivent partager les dépenses occasionnées par l'entretien des bernes, afin de pouvoir bénéficier des revenus sur les muires. Pour faciliter sans doute une administration commune harmonieuse, Jean de Montaigu ordonne que le recteur du Saint-Sépulcre soit choisi dans sa famille. En 1460, le gouverneur de cet hôpital n'est autre que Guillaume Vauchart, frère de Jean Vauchart, cousin et héritier du fondateur.

  • 119 AHSal., Il 1. Jean Vauchart, cousin et héritier de Jean de Montaigu, était le fils de Perrin Vauch (...)
  • 120 AHSal., II 1. Les f° 1 à 31 et 54 à 69 sont consacrés à l'hôpital. F° 1 : « Hospital du Saint Sepu (...)
  • 121 AHSal., II I, f° 8 v°. « Ainsi reste qu'est dehu audit Jehan Vauchart comme appart par les parties (...)

93Un exemple de leur gestion conjointe nous est parvenu par l'intermédiaire d'un registre de comptabilité personnelle de Jean Vauchart119. Sur 192feuillets de ce document, 46 sont consacrés à l'hôpital et présentent, entre les années 1448 et 1461, les comptes des gouverneurs Jean de Lisine, Simon du Four associés justement à ceux de Jean Vauchart120. Les bernes, meix, cours et ouvroirs possédés par l'hôpital lui sont amodiés en 1448, pour une somme de 650 francs par an et pour un terme de sept ans. Il effectue alors un certain nombre de dépenses qui sont ensuite déduites des comptes par le recteur du Saint-Sépulcre ; le détail des opérations est examiné par Jean de Montaigu jusqu’à sa mort121. Les plus nombreuses concernent les frais d'exploitation du sel.

94Il apparaît en effet que les mises de fonds pour l'entretien courant effectuées au puits à muire et à la Chauderette de Rosières s'avèrent pour le Saint-Sépulcre, extrêmement lourdes. En moins de dix ans, entre 1451 et 1460, l'hôpital n’engage pas moins de 636 francs 8 gros l0 engroignes. Des travaux importants et coûteux sont entrepris plus particulièrement en 1453 et en 1456, pour les sommes respectives de 149 francs 4 gros 2 engroignes et 171 francs 6 gros 3 engroignes, ainsi que le montre le graphique ci-dessous.

34. – Frais d’entretien des bernes

95En 1453, le gypsier Jean Grandjehan reçoit la somme de 120 francs 4 gros pour l'ouvrage qu'il effectue dans « l'ouvreur ou estuaille de Bernette ». Trois ans plus tard, 45 francs et demi sont de nouveau dépensés pour remaçonner la cuve du vieil ouvroir.

  • 122 Des conflits très importants entre le duc, la saline et le puits à muire étaient déjà survenus en  (...)
  • 123 AHSal., II 1. « [II] doit pour quinze frans imposez sur chascun quartier de muire, le terme de III (...)

96Aux charges d'entretien, s'ajoutent, au moment où les tensions reprennent entre Philippe le Bon, la saunerie et les rentiers du Bourg-Dessous122, des taxes très lourdes. Le Saint-Sépulcre doit verser entre 1455 et 1459, 658 francs 19 gros 29 engroignes pour « la remission des limites »123.

  • 124 Dubois (H.), “Du xiiie siècle aux portes de la modernité : une société pour l’exploitation du sel c (...)

97Suite à un arrêt du Parlement de Dole, il est notifié en effet depuis 1444, que les rentiers du Bourg-dessous sont autorisés à faire mener leur sel par les chemins de Montfort et de Pont-de-Roide, par Vuillafans, puis de cette voie, vers la Saône ; Philippe le Bon se réserve les droits de fixer le prix de tous les sels et d'interdire au puits à muire de vendre au ressort de Saint-Laurent. Le 7 mars 1456, le duc prend en conseil une ordonnance précisant une fois de plus, le tracé du chemin de Salins à Pont-de-Roide. Il interdit en outre au Bourg-Dessous, toute vente en amont de cette route, et par là-même, dans le ressort de Saint-Laurent. Sa sentence est assortie de la décision du bornage des chemins sauniers124, opération pour laquelle le Saint-Sépulcre est taxé, ainsi qu'il apparaît dans les comptes cités ci-dessus. Le souci du duc est de supprimer la vente des sels du Bourg-Dessous vers la montagne.

— la quantité annuelle correspondant au nombre d'émines
— la coût est calculé en blanc pour 1/30e d'emine
35. – Achat de froment au St-Sépulcre de Salins

98Le deuxième poste de dépense qui apparaît nettement dans les comptes de Jean Vauchart et des recteurs du Saint-Sépulcre concerne l'achat de nourriture et plus particulièrement de froment.

99Dans la période de dix ans comprise entre 1450 et 1460, le Saint-Sépulcre achète, ainsi que le montre le graphique, de plus grandes quantités de froment en 1454 et 1456.

  • 125 AMBes., Ms 1093, f° 9, Extrait des papiers de l'hôtel de ville de Salins. L'interdit a été mis sur (...)
  • 126 AHSal., II 1, f° 24, registre de comptes de Jean Vauchart.

100En 1454, le prix d’une émine varie entre huit et dix blancs, à peine moins qu'en 1450, 1451, 1452 et 1453. Les achats importants surviennent après la peste de 1452 et après l'interdit de 1453125. Le cas est différent en 1456. Les prix augmentent brutalement entre juin et novembre-décembre de cette année : ils passent de onze-douze blancs à seize blancs l'émine. En novembre-décembre 1456, alors que les prix sont élevés, le Saint-Sépulcre se procure 317émines de froment à seize blancs l'émine. Il n'achète rien en 1457, grâce aux stocks accumulés126. Lorsqu'il reprend ses achats en janvier 1458, le froment vaut encore vingt à vingt et un blancs l'émine. La constitution de réserves, tout en favorisant l'aide aux pauvres et en répondant aux besoins d'hospitalité, contribue à accentuer l'augmentation des prix en cette fin d'année 1456.

  • 127 AMBes., Ms 1093, f° 9. Extrait des papiers de l'hôtel de ville de Salins....

101Cette cherté qui sévit à Salins est attestée par une délibération des échevins ; le 8 août 1457, ils décident de surseoir au prélèvement d'un droit sur la vente des blés qui leur avait été accordé par le duc de Bourgogne afin de réparer les fortifications du bourg127.

  • 128 AHSal., II 1, comptes de Jean Vauchart. « Pour IIIIc harens blans delivrés audit messire Jehan pou (...)
  • 129 AHSal., II 1. Les achats de harengs n’apparaissent que dans l’année 1451. Ils donnent cependant un (...)
  • 130 Ces trois denrées, lorsqu’elles sont achetées, sont toujours attribuées aux chapelains.

102En outre, régulièrement, à Noël et à Pâques, le Saint-Sépulcre se procure de la viande de porc et de bœuf. Au moment de Carême il peut acquérir de grosses quantités de harengs. Ainsi en 1451, l'hôpital donne 2 francs 9 gros 4 engroignes, pour un tel achat128. Dans cette même année, il se procure encore mille harengs saurs de Boulogne pour la somme de 7 francs 6 gros129. Il achète encore amendes, huile d'olive et figues130.

  • 131 Psaumes XXIII.
  • 132 Luc, 10, 25.
  • 133 II Rois XX, 7. « En ces jours-là, Ezéchias fut atteint d’une maladie mortelle... Isaïe dit : « Pre (...)
  • 134 BMBes., ms. 468, f° 1 v°, début xve siècle. « Pour garir les piedz escourchiez des soulez : Prenez (...)

103Il est difficile de savoir si ces denrées sont destinées à l'usage personnel des chapelains, à des fins alimentaires ou encore, à la préparation de remèdes pour les malades. Dans la Bible en effet, il est écrit que l'huile pouvait être utilisée à la fabrication d'onguents parfumés ou médicamenteux131. Mélangée avec du vin, elle constituait un remède évoqué encore dans l'épisode « du bon Samaritain »132. Chez les Grecs, les Romains et encore au Moyen-Age, elle était aussi considérée comme une médication. Les Hébreux utilisaient encore les figues et les dattes dans une boisson fermentée, dont l'absorption stimulait les gens fatigués ; appliqués en cataplasme, ces fruits étaient employés contre les inflammations cutanées : le prophète Isaïe guérit le roi Ezéchias d'un ulcère en appliquant un gâteau de figues-sur sa plaie133. Néanmoins, les sommes engagées pour l'achat de ces produits ne représentent que 14 francs 6 gros 11 engroignes sur une période de neuf ans, entre 1450 et 1459. Les achats de fromage et de vin représentent des sommes insignifiantes. Ils n'apparaissent qu'une fois dans les comptes, à la différence de la graisse et de la cire. En huit ans, le Saint-Sépulcre se procure, d'après les comptes de Jean Vauchart, 519,5 livres de cire pour une somme de 136 francs 7 gros 5 engroignes, ainsi que 1 113 livres de « supt » pour 45 francs 6 gros 3 engroignes. Si leur utilisation pour l’éclairage est évidente, leur emploi pour la fabrication de pommades et d'onguents peut être vérifiée134.

  • 135 AHSal., A 1, 1431, 1ère fondation, article 10.

104Aucune mention n’apparaît nettement concernant l’achat de remèdes. Avec certitude, ils sont fabriqués au Saint-Sépulcre par les chapelains. En revanche, des sommes importantes sont engagées dans l’achat de draps entre 1453 et 1460 : les bénéficiaires en sont principalement les chapelains Vauthier Damotte, Jean Perrot alias Bernard, Guillaume Vauchart, Jean d’Arserot ainsi que le recteur Simon du Four. Rien de surprenant dans ces acquisitions : Jean de Montaigu, dans son premier acte de fondation, ordonne que les chapelains reçoivent gratuitement et sans difficulté, pain, vin, feu, lumière et vêtements135.

  • 136 Ménin, Menen en flamand, ville textile située sur la Lys, à proximité de Courtrai.
  • 137 AHSal., 11 1. f° 60 v°.
  • 138 Cette étoffe de coton, destinée parfois à confectionner des doublures, fut déjà travaillée en Ital (...)
  • 139 AHSal., II 1, f° 66 v°.
  • 140 AHSal., A 1, 1ère fondation, 1431.

105La provenance des tissus est indiquée. Elle souligne l’importance des industries textiles flamande, normande et picarde. Le Saint-Sépulcre se procure en effet des draps d’Abbeville, de Rouen, d’Hesdin (près d’Arras), de Lille. Les toiles de lin et de chanvre sont fabriquées là en grande quantité, à cause du rouissage qui nécessite l'utilisation de voies d'eau au cours très lent. L'industrie du lin prend d'ailleurs un essor particulier dans la vallée de la Lys, autour de Courtrai, au début du xve siècle. On y tisse, notamment à Ménin136, des draps de moyenne qualité qui s'exportent jusqu'en Italie et qui se vendent à Salins, puisque le personnel du Saint-Sépulcre en achète pour son habillement. Les clercs, la servante, le chantre ainsi que les chapelains se procurent du « menin noir » à deux francs quatre gros l'aune. Ce tissu est utilisé également pour la confection de mitaines137. Le Saint-Sépulcre achète encore de la futaine138. Enfin pour son personnel, il acquiert des tissus régionaux ou locaux : des étoffes rouges ou blanches de Dijon, du gris de Poligny. Ce drap, peu onéreux à quatre gros l'aune139, est destiné principalement à l'usage des chapelains et du maître de chœur qui, selon la volonté de Jean de Montaigu, doivent porter des vêtements modestes140.

  • 141 « Selon F. Portal, la couleur grise désignerait dans la symbolique chrétienne, la Résurrection des (...)
  • 142 AHSal., II 1. « Doit par cedute paié a messire Jehan d'Arserot pour reste de ses gaiges de l'an fi (...)

106Outre ces indications sur la provenance des tissus, les comptes donnent des informations sur la couleur des vêtements du personnel religieux et laïque qui achète majoritairement des étoffes grises141 et noires. Celles-ci leur sont par ailleurs données en complément de gages, auxquels il est fait mention dans le registre de Jean Vauchart142.

  • 143 « Pour une aulne de liere noire, par ordonnance de messire Guillaume Vauchart... ».

107Ces étoffes sont acquises par le recteur, avec son accord ou sous son ordre143.

108Si les comptes de Jean Vauchart et des recteurs du Saint-Sépulcre ne permettent pas de prendre toute la mesure des dépenses de l'hôpital, ils donnent cependant quelques indications sur d'autres frais incombant à la maison, tant pour l'accroissement du temporel que pour le fonctionnement du service religieux.

  • 144 AHSal., II 1, f° 23 v°, 55. La quantité de fer a été délivrée en trois fois : « C'est assavoir par (...)
  • 145 Dans l’église de Chaource (10), voisinent un Saint Sépulcre du xve siècle et une crèche du début d (...)

109Concernant principalement les offices et l'acquisition de privilèges, ils mentionnent dès l'année 1456, des services d'anniversaire pour le repos de l'âme de Jean de Montaigu, décédé fin 1455 : Le 5 décembre 1456, Jean Vauchart expédie au recteur du Saint-Sépulcre, par l'intermédiaire du chapelain Jean Bernard, 16 francs 8 gros à cette intention. Les années suivantes, il délivre une somme variant entre 3 francs 3 gros et 3 francs 4 gros. Des frais plus particuliers sont engagés pour fêter Noël 1458. Jean Vauchart verse 2 francs 5 gros pour acheter du fer, destiné à fabriquer « des engins pour Misteres »144. Cette information révèle comment au xve siècle, des petites communautés participent au goût de plus en plus vif pour le théâtre religieux. Dans une sorte de dialectique et avec de modestes moyens, elles proposent la représentation de Mystères joyeux de la Nativité ou de Mystères douloureux de la Passion, pour l'édification des fidèles. Dans un contexte où la mort omniprésente amplifie la réflexion sur la souffrance du Christ, la dévotion envers l’Enfant Jésus se répand. L'iconographie sur ce thème ne cesse d'ailleurs de s'enrichir ; on voit apparaître les premières crèches fixes145.

110A n'en pas douter, les tableaux vivants des Mystères, faciles à comprendre, permettent de donner aux pauvres et aux malades, un support à leurs prières. Ceux de la Nativité insistent sur le destin humain du Christ ; celui de la dévotion permanente au Saint Sépulcre, appelle à une réflexion sur la souffrance, la mort et le Salut. A cet effet, le Saint-Sépulcre présente aux assistés et aux pèlerins, de nombreuses reliques de la Passion. En les honorant, ils bénéficient d'indulgences octroyées par des privilèges ecclésiastiques acquis à prix d'argent.

  • 146 Ces trois chapelains ont été envoyés à Rome sur ordre du recteur Jean de Lisine.
  • 147 AHSal., II 1, f° 2 v°. « A Pierre Fustelly,... la somme de LXIII frans XI gros... qui lui estaient (...)

111A plusieurs reprises, Jean de Montaigu engage sur le compte de l’hôpital des dépenses pour les voyages à Rome de trois chapelains et pour l'obtention de bulles pontificales. Les mentions qui en témoignent dans la comptabilité de Jean Vauchart ne permettent pourtant pas d'établir avec certitude une liaison entre ces deux faits, dans la mesure où les déplacements de G. Passeaul, J. Michel et H. Druet146 vers Rome se déroulent l'année du Jubilé entre avril 1450 et novembre de la même année147. Les sommes versées en 1450 se montent à 114 francs 22 gros ; 63 francs 11 gros sont réservés à l'obtention des privilèges. En mai 1455, l'hôpital engage de nouveau 150 francs pour l'obtention de privilèges pontificaux.

  • 148 AHSal., Il 1, f°61. « Laquelle maison a estee acquise pour la somme de mille florins, comme appart (...)

112Ces mises de fonds, non négligeables, participent à l'accroissement d'un patrimoine dont il est fait par ailleurs mention dans le registre de Jean Vauchart. L'ensemble des investissements engagés pour augmenter les possessions de l’hôpital se chiffre sur le registre de Jean Vauchart à 1 002 francs 10 gros entre 1451 et 1460. L'acquisition la plus importante a lieu en avril 1456 et concerne l'achat pour 833 francs 3 gros, d'une maison située en la Grant-Rue et appartenant à Michel, Etienne et Guion Merceret. Cette somme très lourde pour les finances du Saint-Sépulcre ne peut être payée immédiatement au vendeur. Trois ans plus tard, un différent éclate entre les deux parties, car l'hôpital a usé de son bien sans avoir versé l'argent dû148.

113Les difficultés financières reflétées par cette querelle n'empêchent pas le Saint-Sépulcre d’acquérir encore en mars 1458 et en novembre 1460, une terre et un pré pour les sommes respectives de 10 francs et 66 francs 8 gros, afin de placer ses capitaux.

II. Rentes, affouage, fours, moulin, éminage

  • 149 ADD, 53 J I 4a, cartulaire de Gray.

114La constitution de rentes perpétuelles apparaît sur ce point comme le moyen le plus couramment utilisé. Les hôpitaux, petits ou grands, en fournissant un capital au vendeur, obtiennent la possibilité de percevoir « annuellement et perpétuellement », un cens qui équivaut généralement au vingtième de la somme de départ. Ainsi, le recteur Jean Clerval achète en 1342-1343 pour le compte du Saint-Esprit de Gray, trois rentes assignées sur divers biens : les mises de fonds engagées avoisinent respectivement 44, 50 et 42 sous estevenants pour une somme annuelle perçue de 2 sous estevenants149.

  • 150 ADD, 53 J LXIII A.
  • 151 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1494-95.

115En 1325, le Saint-Esprit de Besançon acquiert contre 400 livres, une rente annuelle de 25 livres sur le domaine de Flacey. Quelque temps plus tard, cette rente est convertie en une redevance annuelle de 15 livres assignée sur les salines de Salins150. Cette pratique se retrouve aussi à Montbéliard où, en 1494, l'hospitalier Méry dépense « cent florins d'or en or pour achat de cinq florins d'or de cense acquise de la ville de Montbeliart »151.

116Ces quelques exemples de placements illustrent une politique beaucoup plus généralisée. Les revenus tirés des rentes, réguliers et fixes, complètent les ressources provenant des propriétés immobilières. Ils offrent des liquidités permettant aux établissements d'équilibrer éventuellement leurs recettes. Ce souci est compris par les fondateurs et les bienfaiteurs d'hôpitaux ; ils n'omettent jamais d'en pourvoir leurs maisons. Les cas de Bracon et du Saint-Sépulcre de Salins sont sur ce point exemplaires.

117Ainsi en 1431, Jean de Montaigu complète la dotation de son hôpital du Saint-Sépulcre par l'octroi de rentes assignées sur des bien meubles et immeubles.

  • 152 « Les Riantes » entre le bief des Roussets et le pied du mont Poupet.
  • 153 AHSal., A 1. L'ensemble de ces données provient du1er acte de fondation. Brocard, “L'hôpital...”, (...)

Rentes assignées sur

lieux

sommes perçues

1 terre

Bracon, « en Loton »

4 livres 10 sous est.

1 maison et 1 four

Salins

5 écus d'or

1 maison

Bracon, près de l'hôpital

40 sous est.

1 vigne

Salins, « les Riantes »152

30 sous est.

1 vigne

Salins, « Boisset »

40 sous est.

2 vignes

Salins, « Saint-Féréol »

30 sous est.

1 manse

Salins, « Angorne »

6 livres est.

2 maisons et jardins

Salins, rue de la Fromondoise

40 sous est.

vignes, prés et bois

Salins, « côtes des Granges »

10 livres est.

1 maison

Salins, Bourg-Dessus

40 sous

1 maison et 3 vignes

Salins, Grand-Rue et Clucy

60 sous est.

1 vigne

Salins, « en Charrières »

40 sous est.

1 maison

Château de Aule, Bourg-Dessous

4 livres est.153

  • 154 AHSal., B 1, 2eme fondation, 1438.

118En 1438 dans son deuxième acte de fondation, Jean de Montaigu ajoute quatre rentes annuelles aux précédentes, respectivement de 50 sous, 14 sous, 7 sous 6 deniers estevenants et 5 florins. Il y joint une redevance en nature cette fois, de quatre « channes » d'huile de noix154. Cette rente en nature n'est qu'un exemple parmi toutes celles perçues par les hôpitaux. Il est difficile d'en dresser une liste exhaustive. Elles consistent le plus souvent en dons de nourriture, d'huile pour la lampe de la chapelle ou plus fréquemment, d'un droit d'usage dans les bois.

Droit d'usage dans les bois

  • 155 ADCO, B 1062. Droit accordé par Othon IV à l'hôpital de Jussey.
  • 156 ADD, 53 J XXXIV. « ... Donons et outroions audit hospital et es habitans d'iceluy perpetuelment a (...)
  • 157 ADHS, 1 H dép. 7. « De grâce expecial et d'amoure, aux povres de l'ospital du Saint Esperit... de (...)
  • 158 ADD, B 2067.
  • 159 ADD, 53 J 1 5. Le recteur affirme « que ledit hospital soit petitement fondé et renté, combien qu' (...)
  • 160 ADD, 53 J I 5. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 260.

119C'est un droit fondamental155 pour les hôpitaux et pour l'entretien des pauvres : les fondateurs ou les bienfaiteurs omettent rarement de l'accorder. Ainsi, en 1323, Mahaut, dame de la Marche et de Chaussin, concède l'usage de ses forêts au Saint-Esprit du lieu156. A la même date, Jeanne de France agit de même au profit du Saint-Esprit de Gray157. En 1327, sa mère, Mahaut d'Artois, accorde à l'hôpital de Bracon un droit similaire, estimé à 60 sous de rente annuelle158. Le Saint-Esprit de Poligny en est gratifié lui en 1372, par Marguerite, comtesse de Bourgogne, suite à une supplique du recteur159 Elle accède à sa demande et octroie en aumône six chênes en ses bois de Vaux-sous-Poligny160, pour mieux chauffer les pauvres, assurer la cuisson de leurs aliments et aussi construire les bâtiments.

  • 161 ADD, B 238, 1443. Les forêts, écrivent les officiers de la saline en remettant en cause le droit d (...)
  • 162 Chauciz : cendres non entièrement consumées du bois ou du charbon utilisé comme combustible dans l (...)

120Ce droit d'usage des bois, souvent renouvelé par les héritiers des fondateurs, essentiel à la vie des hôpitaux, se voit parfois contesté ou refusé, surtout à Salins ou à Bracon où il entrave gravement la vie économique. En 1443, les officiers de la saline exposent, en effet, au duc de Bourgogne combien les prérogatives de l'hôpital de Bracon dans les bois de Cepoy sont préjudiciables à la bonne marche de leur établissement161. C'est pourquoi en 1462, Philippe le Bon préfère encore accorder au Saint-Sépulcre, « dix boilles de chauciz » de petite valeur en comparaison du bois162.

121D'autres revenus que ceux tirés des forêts viennent encore grossir les recettes des établissements hospitaliers, tel le droit de pâturage. Presque tous les hôtels-Dieu et léproseries du diocèse perçoivent également des rentes sur les salines.

Rentes sur les salines et le péage d'Augerans

122Un cahier relatif aux dépenses de la saline de Salins enregistre à la rubrique « Dons et aumônes » en 1342, la liste des rentes suivantes :

  • 163 ADD, B 242.

« Item a l'ospitaul du Saint Esperit de Dole de XX sols, néant.
« Item au Saint Esperit de Grehy [Gray], XX sols.
« Item a la meladere de Vese de X sols, n'ai riens paié li diz comptes por ce qu’il n'y a point de meladere.
« Item a l'ospitaul de la Loie, paie XX sols.
« Item a l'ospitaul d'Arbois, XX sols.
« Item es meseauls de Bruil [les Breux], X sols.
« Item a l'ospitaul dessous Bracon, X livres... que l'on li doit pour la fondation dudit hospitaul.
« Item donney pour Dieu, es povres en l'ospitaul de Bracon le jour de la Saint Michié, que ma dame d'Artois lour laissee a touz jour mais. »163

  • 164 ADD, B 308.

123Les comptes de la saline de Grozon mentionnent également en 1359-1360, l'octroi d'une charge de sel à la maladière et au Saint-Esprit de Dole ainsi que deux charges à la maison-Dieu de la Loye164.

124Lorsqu'elles ne proviennent pas des dotations, nombre de ces rentes sont accordées en aumône. Ainsi en 1253, Jean, comte de Bourgogne et seigneur de Salins donne à l'hôpital Saint-Jacques de Besançon, une grande charge de sel payable à la Passion. En 1301, Jean de Chalon-Auxerre lègue au Saint-Esprit de la même ville, 40 sous à prendre annuellement « en la grant salnerie de Salins ».

  • 165 ADD, 53 J LXIII A, J LXIII C.

125Le Saint-Esprit n'a d'ailleurs pas négligé de se procurer des rentes sur le sel, soit par achat, soit par échange. En 1366, dans une tractation avec Jean de Salins, il laisse les 25 livres de rente annuelle qu'il tire de la seigneurie de Flacey, pour obtenir en retour 15 livres à prendre sur les salines de Salins. Une pièce de parchemin non datée et partiellement effacée présente les rentes qu'il perçoit annuellement165 :

  • 166 Conte d'Arcehuere : comte d'Auxerre.

« Ce sont les rantes que l'on doit es Saint Esperit de Besençon chascun an, en la grant salnerie de Salins.
« Premierement soubs la partier a conte d'Arcehuere166, XL soulx en may que monsieur Jehan de Chalon conte d’Arcehuere et sire de Rouchefort donoit.
« Item soubs la partier a monseigneur de Bourgoigne, XL soulx au terme de la Saint Michiel, que dame Mahaulx, contesse d'Arthois donoit et vint soulx audit terme pour la maison de Gray. Item soubs le communal de ladite salnerie, XX livres de par monseigneur Jehan de Salins, sire de Popet, a paier a la quinzene de la Saint Remey, soubs la rente que fut acquise de Perrin de Bourbone et a payer par les der des roules en sault. « Item X livrées de terre soubs le communal de ladite salnerie a panre au terme de la Purificacion Nostre Dame a la quinzene apres que furent acquisse de Huguenin dit Grant de Salins que monseigneur Thiebaut de Cey donoit [...]. ».

126Le document, très altéré, ne permet pas d'identifier l'origine ou les revenus des quatre autres rentes : deux d'entre elles rapportent respectivement 100 sous et 10 livres. Le texte indique également que le Saint-Esprit possède un quartier un quart de muire à la Chauderette de Rosières, acheté en 1383 contre 933 florins d’or de Florence et 3 gros tournois d'argent. Avec certitude, il est amodié en 1554, en même temps que des vignes, rentes et maisons, pour une somme de 120 livres. En 1561, l'amodiateur réitère son contrat en ajoutant cette fois à son affermage les rentes sur le péage d'Augerans offertes antérieurement à l'hôpital par Jacques Saglia.

  • 167 « Jacques Scaglia, de Florence, était venu en France comme facteur d'une des maisons de sa ville n (...)
  • 168 ADD, 53 J XXVII. Pour compenser les dettes contractées auprès de lui par Othon IV, Jacques Scaglia (...)

127En 1330 en effet, le lombard167, qui termine ses jours au Saint-Esprit de Besançon, dicte son testament à un notaire de l'officialité. Il laisse toute sa fortune en France et en Comté à ses deux neveux Méroux et Nicolet Scaglia ; il lègue néanmoins au Saint-Esprit une rente de 90 livres à prendre annuellement sur le péage d'Augerans168. Il exige une contrepartie. D'abord, il veut être enterré dans la chapelle de l’hôpital où il fonde un anniversaire. Il ordonne que l'argent provenant de sa donation soit réservé à des usages bien déterminés : le jour de ses obsèques, 100 sous doivent être attribués à l'augmentation de la pitance des pauvres et des religieux. Aux Quatre-temps, une somme de 70 sous est allouée pour améliorer l'ordinaire. Pour l'hiver, l'établissement s'engage à dépenser 25 livres pour acheter de l'étoffe de serge afin de vêtir les « misérables et les pauvres indigents ». Le reliquat seulement revient à l'usage de l'hôpital selon la volonté du maître.

  • 169 ADD, 53 JLXIII A, 1331. Voir aussi ADD, B 521. « Totevoie nous en ce plux regardant pitié que rigo (...)

128Le 5 avril 1331, le duc de Bourgogne, Eudes et Jeanne, sa femme, réduisent à 50 livres la fondation de Jacques Scaglia, en conservant pour droit d'amortissement le reste de la somme169.

129Jacques Scaglia meurt le 25janvier 1332 ; il est inhumé devant le maître-autel, sous une dalle qui porte ses armes : il s'agit d'une tête de bélier vue de face avec cette inscription restituée par Jules Gauthier :

  • 170 Gauthier (J.), “Recueil des inscriptions...", no 72, Acad. Besançon, 1881, p. 302.

130anno : domini : μ : ccc : xxxi : obiit jacobus dictus escaille de tyfis de florentia.170

131Peu après son décès, sa donation est contestée. Son neveu Nicolas exige en 1333 que frère Pierre, recteur du Saint-Esprit lui rende la lettre attestant des droits de Jacques Scaglia sur le péage d'Augerans.

  • 171 ADD, 53 J XXVII ; ADD, B 521, vidimus de cet acte. Chaque prêtre doit recevoir 100 sous pour sa tâ (...)

132Pourtant en 1334, son autre neveu Méroux accroît la dotation de son oncle en octroyant, à son tour, à l'hôpital 95 livres sur le péage, à charge cette fois d'ériger une chappellenie desservie par deux prêtres de l’ordre171. Ce don et celui de Jacques Scaglia sont refusés en 1338 par Eudes de Bourgogne et par Nicolas Scaglia. D'âpres négociations suivent sur une longue durée. En 1348, un accord est passé entre le Saint-Esprit et Nicolas. Ce dernier accepte la donation de Méroux, à condition que Barthélémy de Saint-Oyend, alors recteur, lui verse 500 florins d'or.

  • 172 ADD, 53 J XXVII. « Desirans la sustentacion des povres... meu de pitié et devocion et aussi parmi (...)

133En 1357, le duc de Bourgogne Philippe de Rouvres accorde enfin au Saint-Esprit de prendre 70 livres annuellement sur le péage au lieu des 95 octroyées par Méroux172.

  • 173 Le St-Esprit doit percevoir 120 livres par an : 50 provenant de la rente de Jacques Scaglia et 70 (...)

134Il semble que cette rente, durement acquise et finalement achetée, ait été difficile à percevoir : les mandements du duc de Bourgogne se multiplient en effet au xve siècle pour ordonner le paiement des arrérages. En 1409, Jean sans Peur écrit au trésorier de Dole pour demander que les 720 livres173 dues au Saint-Esprit soient payées sur les autres produits du domaine, s'ils ne peuvent être réglés sur les revenus procurés par le péage. En 1431, Philippe le Bon exige encore le paiement de cette rente et prescrit « de n'y manquer a l’avenir ».

Fours, moulins, droits d'éminage

  • 174 « Moulins, fours et halles sont beaux droits seigneuriaulx et de grant proffit. »

135Encore sources de véritables profits au début du xive siècle, les revenus qu'ils procurent s'ajoutent au produit de l'exploitation agricole, aux rentes et aux dîmes174. Les fours, les moulins et les droits d'éminage s'inscrivent très souvent dans la dotation initiale, comme en témoignent les exemples de Montbéliard et de Gray.

  • 175 ADD, E 22. « L'ospital des povres [qu'il a] fundez, construict... sur [son] propre aleu dessoubz M (...)
  • 176 « Item recehu de ceulx qu'ilz ont tenuz le four dessus en l'an du present compte... a eulx echeuz (...)

136En 1249, Thierry de Montbéliard, avec l'accord de son épouse et de son fils, octroie pour la dotation de l'hôpital du lieu, les revenus de tous les fours de la ville175. Chaque année, du moins à la fin du xve siècle, leur exploitation est mise aux enchères comme en témoigne une mention relevée dans les comptes de 1494-1495176.

137Cette location annuelle devient un événement dans la vie de l'hôpital, concrétisé par le banquet auquel l'hospitalier convie les nouveaux fourniers et les IX bourgeois. Il est vrai que le produit des fours peut correspondre, pourcentage non négligeable, à environ 19 % du total des revenus ; c'est au moins le cas dans l'année 1496-1497 : l'ensemble des recettes se chiffre à 180 francs 1 gros 2 engroignes demi, quand les fours rapportent dans le même temps 34 francs 4 gros.

  • 177 ADHS, 1 H dép. 7. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 256.
  • 178 ADD, 53 JLXV A.
  • 179 Jean, comte de la Roche reconnaît finalement ne pas avoir de droits sur les fours : « Et nos, aien (...)

138De la même façon en 1324, Jeanne de France, considérant « la nécessité, le deffaut et la povretey de l'ospital du Sainct Esperit de Gray, » lui donne son four banal de Velesmes et le droit d'affouage en dépendant, « ensamble les feinz et les exues et les emolumens d'icelui four »177. Elle permet ainsi au Saint-Esprit graylois d'exercer une pression économique, d'imposer aux paysans l'obligation exclusive du four et de prélever éventuellement des amendes sanctionnant toute désobéissance au ban. Ce droit est accordé également au Saint-Esprit de Besançon en 1225, par Odon, comte de la Roche, sire de Chatillon sur le domaine de Saint-Lieffroy. Il veut, en donnant les terres, hommes et dépendances de cette maison tenue par l'hôpital Saint-Bernard, que l'hôpital bisontin puisse jouir du four comme de son bien propre178. Cette prérogative lui est très vite contestée, dès 1301 par Jean, comte de la Roche, puis en 1303 par Aymon, seigneur de Soye179, avec lequel le recteur doit accepter un acte d'association avec partage égal des revenus du four à l'exception d'une rente de cire pour le seigneur seul. En contrepartie, le seigneur a la garde des hommes de l'hôpital et tire de chacun, trois corvées et une géline par an.

  • 180 Notons que la présence d’un moulin implique celle d'un barrage. Le moulin n’est pas toujours, ains (...)
  • 181 « Ung molin situé soubz ledit hospital, lequel... avons acquis par titre de permutation ou change (...)

139D'autres établissements, jouissent, comme l'hôpital de Monnet, de revenus procurés par un droit de foire. Les hôpitaux de Bracon et de Belfort, eux, possèdent des droits sur des moulins180 accordés respectivement en 1327181 et 1412. Ainsi, à cette date, Catherine de Bourgogne donne à l'établissement belfortain son moulin de Danjoutin, avec tous ses droits, rentes et appartenances, « sans en rien reserver pour toujours ». Elle astreint ses sujets à des corvées d'entretien et interdit à toute autre personne d'en faire bâtir un.

  • 182 ADTB. 1 G 56. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 266.

« Tous nos sujets de ladite assize seront tenus et obligé de faire et couvri l'escluse dudit moulin et d'y mener voiturer les meules audit chapelain. »182

  • 183 A Belfort, Catherine de Bourgogne envisage surtout le remplacement des meules.

140Cette clause s'avère essentielle pour l'hôpital car le coût d'entretien d'un moulin est extrêmement élevé. La toiture doit être fréquemment réparée et, régulièrement, il convient de changer les éléments du mécanisme : les axes, mais surtout les meules183. Particulièrement coûteuses, elles sont apparemment ici acheminées de loin, d'où la corvée de charroi imposée par Catherine de Bourgogne.

141Le moulin reste de surcroît une construction fragile, surtout dans ces périodes de guerres et de ravages des grandes compagnies. Catherine de Bourgogne n'exclut pas sa détérioration plus ou moins rapide, « soit par inondation, maux, feu, foudres ou par d'autres accidents ». En conséquence, elle autorise le chapelain de l'hôpital à en reconstruire un autre, sans qu'un de ses successeurs ne puisse s'y opposer.

  • 184 Bois (G.), Crise du féodalisme, p. 207, estime la valeur approximative d'un moulin à 90-100 livres

142A n'en pas douter — et la lettre détaillée de Catherine de Bourgogne le prouve — les moulins sont une source de profit des plus appréciables184 : les paysans, rapporte Guy Bois, laissent environ 25 % des grains qu'ils y portent. Cette ressource en nature est très importante au moment de la dépréciation monétaire, sensible dès le début du xive siècle.

143Sans doute faut-il trouver ici également, la raison de l'âpreté avec laquelle l'hôpital Saint-Bernard de Salins cherche à défendre ses droits sur l'éminage dans la halle du Bourg-Dessous.

  • 185 AHSal., E 1, 1564. « Avec les quarry a mesuré vin et aultres licquours. que se lesse par lesdits m (...)
  • 186 AHSal., E 8, 1406.

144De nombreux établissements en sont pourvus, telles les léproseries de Pontamougeard ou des Breux. Cette dernière maladière perçoit les revenus attachés aux poids et mesures de la halle du Bourg-Dessous185. En outre, selon un témoignage de 1406, les bouchers sont tenus, — comme d'ailleurs à Dole, Arbois ou la Vèze — de livrer ou payer le cœur ou « fusée » de chaque bœuf ou vache qu'il abat186. Pourtant, l'abondance des sources nous amène à privilégier le cas de l’hôpital Saint-Bernard de Salins. Celui-ci, par la voix de son recteur Etienne de Saint-Moris, expose en 1465 à Philippe le Bon, sa volonté de recouvrer le droit d'éminage,

  • 187 AHSal., F 17. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 269.

« qui est le principal membre et fondacion dudit hospital... assavoir, pour une chascune mesure de fourment et de poix et feves, une bonne maille, et pour chascune mesure d'avoine, demi maille. »187

  • 188 ADJ, G 1089. Les biens de la léproserie de Pontamougeard lui sont amodiés par Nicolas Pillard en 1 (...)
  • 189 AHSal., F 19. « Par le moyen d'un nommé messire Etienne Merceret et d'autres ses adherans et conso (...)

145Il en appelle à la justice du duc et le supplie de le remettre dans ses prérogatives. Mais ce droit est encore contourné en 1479, par Etienne Merceret188, chanoine de la collégiale Saint-Anatoile189. En cette occasion, Louis XI considérant que les revenus de l'hôpital provenant de l'éminage sont réduits de moitié, ordonne que le recteur de Saint-Bernard soit replacé « dans ses droits, possessions et saisines ».

  • 190 ADD, 53 JLXV a.
  • 191 Dépendances du St-Esprit de Besançon.
  • 192 ADD, 53 J L1V. En 1340, Jean de Chalon-Arlay avait abandonné tous ses droits fonciers et seigneuri (...)

146Ainsi dès leur origine, les établissements hospitaliers trouvent une partie de leurs ressources grâce à la trilogie four, moulin et droit de halle. Ces revenus sont accrus par la perception de rentes foncières et l'exploitation, du moins pour le Saint-Esprit de Besançon au xive siècle, d'une main-d’œuvre servile. Celle-ci s'acquitte de corvées de charroi et d'entretien des chemins. Elle est soumise à des pressions d'ordre fiscal et judiciaire : elle doit verser des redevances en nature ; la taille les frappe ainsi que la mainmorte. A plusieurs reprises, au début du xive siècle entre 1317 et 1341, sans doute pour empêcher le déguerpissement, le Saint-Esprit fait reconnaître à certains de ses hommes du domaine de Saint-Lieffroy, qu'ils sont « taillables a volonté dudit hospital et lui doivent des gelines a Caresmentrant ». En 1328, Monnet, Vuillerme et Jean ses fils déclarent qu'ils sont « hommes taillables » de l'hôpital et promettent d'obéir ponctuellement et fidèlement à tous les ordres qu’ils en recevront190. Le cas est identique dans les granges de Valentin-Pirey191 où de surcroît en 1398, le bailli d’Amont, après contestation de ces prérogatives, confirme au Saint-Esprit lors d'une enquête, ses droits de basse et de moyenne justice sur ses sujets mainmortables du lieu192. En 1398, des témoins affirment que

  • 193 ADD, 53 J LIV. Ce maire justicier du St-Esprit s'appelle Renaud Conscience (1398).

« les religieux... ont ung maire a lieu de Pirey a tenir jour et journée toutes fois qui lour plaist... et ont basse justice. »193

147Ainsi donc, chacun des droits détenus par les différents hôpitaux a été disputé. Dans la conjoncture difficile qui s'amorce dès le début du xive siècle, force est de constater que les établissements se voient contraints de défendre âprement leurs biens et de rechercher d'autres ressources pour faire face par ailleurs à « un afflux de povres », évident à travers tous les actes. Dans le climat de récession économique et d'accroissement du paupérisme, au milieu de la guerre de cent ans et des pillages de mercenaires, leurs domaines représentent des cibles de choix.

III. Revenus casuels

148Les hôpitaux sollicitent donc l'aumône et multiplient les suppliques pour obtenir des droits de quête.

  • 194 AHSal., D 27.

272 actes dépouillés194
36.— Dons et legs au St-Esprit de Besançon entre 1340 et 1360

Les dons et les legs

  • 195 AMArb., fonds de l'hôpital, B 20.

149La guerre, la peste et ses récurrences incitent à l'évidence à la générosité. L'inquiétude sur l'au-delà et la peur de la damnation conduisent à la nécessité d'éteindre ses fautes par l'aumône. Cependant, cette crainte de Dieu n'est pas toujours désintéressée. Elle s'accompagne parfois d'un désir avoué de terminer ses jours dans la sécurité matérielle. Ainsi en 1335, Humbert et Rose sa femme donnent tous leurs biens à l'hôpital d'Arbois, à la condition d'y être logés, entretenus et même nourris à la table du gouverneur195.

  • 196 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon, 1.1, p. 231.

150Les testaments de l'Officialité de Besançon, publiés par U. Robert, témoignent d'une multitude de petits dons en argent. Quelques uns, les plus notables, comportent la création de nouveaux établissements. En 1306, Marguerite de Bellevesvre inscrit dans son testament la création de l'hôpital de Champagnole ; en 1365, Humbert de Granson indique comme dernière volonté son souhait de doter Granson d'une maison-Dieu pour les pauvres. Enfin, en 1349, Jean de La Baume, archidiacre de Faverney, lègue 250 florins pour l'hôtel-Dieu d'Orgelet fondé par son frère Guillaume196.

151Ces deux derniers exemples permettent selon l'expression de J. Chiffoleau « de mesurer l'attachement des fondateurs aux hôpitaux comme moyen de salut, surtout dans ces périodes de crise ». Il semblerait d'ailleurs que la peste ait à Besançon stimulé les offrandes. Sur trente-huit cas de donations au Saint-Esprit, étudiés sur la période 1340-1360, sept concernent la seule année 1349, soit environ un cinquième.

152En revanche dès 1380, les dons et les legs se font beaucoup plus rares, malgré une légère reprise entre 1440 et 1449. Dans la même période, les quêtes s'intensifient.

Les quêtes

153Elles offrent au xve siècle un complément de revenus non négligeable aux ressources provenant des immeubles, des rentes et des dîmes. Leur usage, très répandu, provoque régulièrement contestations, abus et critiques ; elles s'exercent donc uniquement avec une autorisation écrite de l'ordinaire du lieu et la permission du duc de Bourgogne ou du roi de France. Dans certains cas, elles sont accordées à titre exceptionnel.

154Quêtes exceptionnelles.

  • 197 AHSal., D 26. « Ledit hospital a esté moult grandement grevé et adommagié en tant que toutes les m (...)
  • 198 AHSal., D 27.

155Elles sont octroyées d’abord pour une durée limitée afin d’aider au redressement d'une maison. Ainsi, pour réparer les dommages causés par l'incendie qui ravage Salins en 1470, Charles le Téméraire donne la permission au Saint-Sépulcre de quêter pendant trois ans dans l'étendue du duché de Bourgogne197 et place sous sa protection les messagers de l'hôpital, leurs reliques, les chevaux et l'ensemble de l'attelage ; il exige en outre de ses officiers et sujets qu'ils n'entravent aucunement la collecte. Le 11 juin 1473, il renouvelle ce privilège pour la même durée et dans des conditions identiques198.

  • 199 ADD, G 233.

156De même en 1510, afin de réparer l'hôpital Sainte-Brigide et Saint-Biaise, vétuste et en ruine, l'archevêque de Besançon accorde une autorisation de quête assortie de quarante jours d’indulgences199.

  • 200 ADD, 53 J V 5. Le chariot transportant les reliques du St-Esprit est tiré par un attelage de onze (...)
  • 201 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 134.

157Pour assurer le succès des collectes et garantir la bonne utilisation des fonds recueillis, les hôpitaux donnent aux quêtes un caractère solennel. « Comme à l'accoutumée », les quêteurs arrivent tous les ans en un lieu, transportant sur un chariot tiré par plusieurs chevaux, les reliques et les tableaux d'indulgences200. Ils montrent divers mandements et autorisations au clergé local qui, alors, se rend en procession au devant de la châsse. Celle du Saint-Esprit de Dijon se présente comme un grand coffre décoré et peint qui s'ouvre à deux battants. Les fidèles peuvent voir à l'intérieur, une représentation de la Sainte-Trinité, et sur les volets, la croix de l'ordre201.

37.— Pancarte du Saint-Esprit qui servait de passeport et d'affiche aux quêteurs de l'ordre (détail, la Sainte-Trinité entre les armoiries du pape et celles de l'ordre du Saint-Esprit ADD, 53 J V 9. Phot. Antoni, ADD)

158La population, convoquée « a son de cloche », est vivement exhortée a 1'aumône.

  • 202 Brune (abbé), p. 136. Cette conception de l'aumône est dénoncée par Luther dans ses 95 thèses (1517 (...)

« Donnez l'aumône, afin que tout en vous soit purifié, car l'aumône délivre de la mort ; elle purge les péchés et procure la vie éternelle. Comme l’eau éteint un feu ardent, de même l'aumône éteint le péché. »202

159Les indulgences sont alors publiées et placardées sur les portes de l'église : onze grandes pancartes de parchemin, utilisées à cet usage, sont conservées aux archives du Doubs. Ornées de l'image de la Trinité, des armoiries des pontifes ou encore de vignettes à la mode dans les livres d'heures au xve siècle, elles expliquent les faveurs accordées aux bienfaiteurs et exhortent en ces termes à la générosité :

  • 203 ADD, 53 J V 9. Brocard, Etablissements..., ann., t. Il, p. 290-292.

« S’ensuyvent les grandes graces, pardons, indulgences, absolutions, remissions, concessions et privileges donnez et concedez de plusieurs sainctz peres de Romme a tous les confreres, consœurs, assenseurs et bienffaicteurs des hospitaulz du Sainct Esperit. »203

160L'accueil des quêteurs provoque parfois des conflits avec le clergé local. Ainsi, les familiers de Gy acceptent d’accueillir la châsse du Saint-Esprit, à la seule condition de recevoir

  • 204 ADHS, 4 H dép 1. familiarité de Gy, 1444. Transaction et débat entre les familiers de Gy et les re (...)

« a soupper et demain a digner ; il y feront a vous et a vostre chasse l'onneur et reverence qui ly ont accousztumé de faire. »204

  • 205 AHSal., D 14, D 15, D 16, D 17. Ces privilèges ont été obtenus par Jean de Montaigu. Les visiteurs (...)
  • 206 Les pardons ont lieu aux dates suivantes : Notre-Dame de mars, mardi suivant Pâques, bénédiction d (...)
  • 207 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1494-95. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 2 (...)

161Ces quêtes annuelles, sources incontestables de revenus, se doublent de l'organisation de pardons annuels pendant quelques jours. C'est un privilège accordé par le souverain pontife ou les autorités ecclésiastiques. A cette occasion, les fidèles visitent les hôpitaux, s'y confessent et versent une offrande. En échange, ils bénéficient d’indulgences comme à Quingey, Montaigu et au Saint-Sépulcre de Salins en 1454205. Les quatre pardons de l'hôpital de Montbéliard206 rapportent en 1494-1495207 6 francs 2 engroignes, une somme six fois inférieure au bénéfice des fours de cette année-là.

162Les quêtes du Saint-Esprit de Besançon.

  • 208 ADD, 53 J V 12. Mandement de sauvegarde octroyé par Jeanne de Bourgogne, en faveur des quêtes du S (...)

163Les grandes quêtes du Saint-Esprit s'avèrent d'un tout autre rapport. L'ordre bénéficie dès son origine de privilèges étendus dans ce domaine. Innocent III ordonne en 1204 que les frères soient reçus dans toutes les cités. En outre, les comtes de Bourgogne protègent les quêteurs208. Selon le vœu de Nicolas IV, les églises doivent être ouvertes, même en temps d'interdit. Ce pontife menace d'excommunication les prêtres qui ne favoriseraient pas la collecte d’aumônes.

  • 209 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 132 ; p. 150, il énumère les indulgences dont bénéficiai (...)

« Nous vous ordonnons à tous par ces lettres apostoliques et vous enjoignons absolument, en vertu de la sainte obéissance et sous peine d’excommunication et de la perte de vos bénéfices et offices, de recevoir et traiter honnêtement les frères susdits... de leur permettre d’exhorter le peuple et de solliciter la charité des fidèles dans vos églises... »209

  • 210 Il s'agit de cent linceuls plus la moitié des offrandes en beurre et en fromage.
  • 211 Toutes les cotes indiquées dans le tableau sont conservées aux ADD.
  • 212 Il s'agit de cent linceuls plus la moitié des offrandes en beurre et en fromage.
  • 213 Diocèses de Soissons, Laon, « Arrest », « Therrinne », Saintes, Bourges et Rouen.
  • 214 Diocèses de Soissons, ainsi que ceux des Flandres et de Picardie.
  • 215 Les 2/3 reviennent à Besançon et 1/3 à Toul.
  • 216 Deux livres de dragées, 2 livres de poudre fine, 2 bonnets et « un cent de porves d'orenges ». Por (...)

Notes 1210
Note2211
Note3212
Note4213
Note5214
Note6215
Note7216

164Les quêtes sont effectuées sur des territoires très étendus, de la Flandre à l'Italie. Le recteur, ne pouvant fournir un personnel suffisamment nombreux pour les mettre en œuvre, les afferme à des hommes « probres et ydoines », avec le consentement des frères réunis en chapitre. La durée d'amodiation varie entre deux et douze ans. Courte dans le diocèse de Besançon, elle est généralement plus longue dans celui de Genève. Le contrat stipule généralement que l'hôpital doit procurer, selon la coutume, des serviteurs, un chariot et quatre chevaux à l'amodiateur.

  • 217 ADD, 53 JV 3, Lettres patentes de Louis XII, 1498. « ...Preschier ou faire preschier les grans par (...)

165Le Saint-Esprit de Besançon obtient également à la fin du xve siècle, la permission de quêter dans tous les diocèses du royaume de France où des prédicateurs en nombre sont mobilisés. Par lettres patentes, Charles VIII en 1483 et Louis XII en 1498 lui accorde, ainsi qu'à l'hôpital de Dijon, ce droit pour dix années217.

  • 218 Déjà au début du xve siècle, les controverses se multiplient entre les hôpitaux au sujet des délim (...)
  • 219 Chariot traîné par onze chevaux.
  • 220 ADD, 53 JV5. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 283-289
  • 221 ADD, 53 JV 6.

166La solennité, dont s'entourent les quêtes et pardons, favorise les donations, mais amplifie les querelles entre hôpitaux218. Différentes maisons s'opposent violemment, au point de se saisir de l'attelage de quête d'un hôpital rival. C'est la raison pour laquelle en 1550, le Parlement de Dijon statue sur le cas de la prise de l'équipage du Saint-Esprit de Besançon219 au moment où il parcourt la vicomté d'Auxonne220. Cet événement tardif est néanmoins révélateur ; tout le xve siècle est agité de contestations diverses au sujet des quêtes : en 1435 et 1438, le Saint-Esprit de Besançon s'insurge contre la concurrence d'autres maisons dans le diocèse de Lyon221. Il s'affronte encore en 1449 pour les mêmes raisons au Saint-Esprit de Dijon, et à la fin du xve siècle, à celui de Toul. En 1497, le grand maître de l'Ordre doit statuer sur le partage des revenus des quêtes provenant des Trois-Evêchés : il attribue à l'hôpital de Stephansfeld le droit exclusif de collecter les aumônes dans les localités de langue allemande et à celui de Toul, le même privilège dans les bourgs de langue française. Chacun de ces deux établissements doit verser en contrepartie une rente annuelle de 25 ducats au Saint-Esprit de Besançon.

167Tous ces débats, suivis de nombreuses tractations, suffisent à montrer à quel point le revenu des quêtes est recherché. Le Saint-Esprit de Besançon s'applique d'ailleurs à acquérir de nouveaux privilèges dans ce domaine. En 1458, il obtient de Philippe le Bon, le droit d'user tout à la fois de ses propres quêtes, comme de celles qui lui viennent de Saint-Jacques des Arènes, de Saint-Denis du Grosbois et de Saint-Nicolas de Balon, annexés en 1436 par Lambelet Vernier

  • 222 ADD, 53 J V 3.

« audit hospital du Saint Esperit de Besançon... por le profit des povres indigens qui ont coustume y estre receu. »222

168Les quêtes du Saint-Esprit de Dole.

  • 223 AMDol., cote 961. « Par la teneur de ces presentes que lesdis maistre... et religieulx de nostre d (...)
  • 224 La Vierge noire du Puy était invoquée contre la maladie, la stérilité ; on implorait son intercess (...)
  • 225 AMDol., cote 961. « Que les deniers... soient entierement applicquez a la reparacion et entretenem (...)
  • 226 AMDol., cote 961. « Applicquer en aultre usaige, ne les transpourter ailleurs que en icelluy hospi (...)

169En 1516, voulant relever l'hôpital du Saint-Esprit de Dole prêt à tomber en ruine, Marguerite d'Autriche lui accorde un droit de quête perpétuel à travers la comté223. Ordonnant que cette collecte, « la premiere de son comté de Bourgogne », soit préférée à toutes les autres, voulant limiter la concurrence, elle supprime celles de la Trinité et de Notre-Dame du Puy224 Elle exige enfin que les sommes reçues soient destinées à la réparation et à l'entretien de sa maison225. Ce privilège doit encore permettre à l'établissement de fonctionner en complétant une dot initiale jugée insuffisante. Ces revenus nouveaux ne doivent pas être détournés, ni appliqués à un usage différent226.

170Les lettres patentes de Marguerite d'Autriche reprennent la forme d'un acte de fondation ; curieusement, le droit de quête y est traité comme une dot : en 1516, il apporte la part de revenus la plus importante, suffisante pour faire vivre l’établissement, maintenir la vie religieuse et entretenir les locaux. D'exceptionnelle, la quête est devenue dans ce cas précis une source essentielle de revenus.

IV. Revenus divers

171Outre les ressources tirés des revenus et des quêtes, les hôpitaux en trouvent d'autres, variables selon les établissements, comme les prêts à intérêt, les dîmes, la vente de literie ou la location de chambres.

Prêts à intérêt

  • 227 ADD, 53 J XXXVII.

172Ils sont pratiqués avec certitude dès le xive siècle par les hôpitaux de Montbéliard et du Saint-Esprit de Besançon. En 1340, cette maison se saisit d'une vigne donnée en gage et dont les arrérages n'ont pas été payés. De même en 1441, Lambelet Vernier, recteur de l'établissement, prête de l'argent à Perrin de Laissey, écuyer, qui lui laisse toutes ses propriétés en gage227. En 1510, à la mort du gouverneur Richard Guiot, les échevins en dressant l'inventaire, trouvent dans sa chambre une boîte contenant diamants, rubis, bracelets et autre objets précieux gagés à l'hôpital.

  • 228 ADD, 53 J III 3.

« En gaige par les mains de monsieur de Tromary, de cinquante deux escuz ou soleil comme appert... estant en ladite boyte. Item une sunture d'or... sur ung tissu de velour noir... une payre de patenostre de getz noir auquelx y a cinq boutons d'or... le tout en gaige de Guillaume de Suppe pour cinq florins d'or... Item une chainne de vingt neufz chenons d'or, laquelle est en gaige pour quarante francs de madame de Sainct Remps. »228

Literie, vêtements, location de chambres

  • 229 « Item encour pour vendue de deux lictz et d'ung travert de plume. Pour ce VII francs VIII gros. » (...)

173Les comptes de l'hôpital de Montbéliard font apparaître parmi les recettes, le produit tiré de la vente de literies, meubles ou vêtements de pauvres trépassés à l'hôpital. En 1494-1495, dix linceuls, un lit et une couverture sont cédés à des particuliers pour la somme de 5 francs 6 gros, somme légèrement inférieure à celle que rapporte les pardons. En 1496-1497, la vente de ce mobilier procure 8 francs 8 gros 9 engroignes229.

174Au linge et à la literie, rares et chers, s'ajoutent parfois les quelques pièces trouvées dans la bourse des défunts.

  • 230 « De Jehan Varesquet le jeusne, la somme de cinq frans trois gros qu'ilz debvoit par compte faicte (...)

175En outre, des comptes tardifs du Saint-Sépulcre de Salins mentionnent en 1538-1539, la location de chambres à la rubrique « Recepte de louaige de maison »230, d'un faible rapport, 3,5 %, au regard de l'ensemble des revenus.

Les dîmes

  • 231 ADD, 53 JLV A.

176D'une manière générale, hôpitaux et léproseries trouvent enfin une source de revenus réguliers dans les dîmes, qui la plupart du temps proviennent de donations pieuses. On en recense à la maladrerie de Dole et à celle de Pontamougeard. En 1327, le Saint-Esprit de Besançon en reçoit en aumône des fils de Renaud de Santoche231 sur le domaine de Saint-Lieffroy.

  • 232 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, Paris, 1947, 334 pages, p 287
  • 233 ADD, 53 JLV A.

177Cet hôpital en achète également, même si, selon Jean Imbert, « les canonistes ne reconnaissent pas expressément le droit d'en posséder »232. En 1328, il acquiert encore de Jean de Teillans, les grosses et petites dîmes derrière le domaine de Saint-Lieffroy233.

***

178La multiplicité des sources de revenus, l'âpreté à défendre des biens parfois contestés, la recherche quasi-obsessionnelle de ressources et de privilèges nouveaux, sont à elles seules les preuves de difficultés pour les hôpitaux à établir une gestion saine et à offrir une large hospitalité, surtout après la période postérieure à 1360.

Notes

1 ADD, B 2067, fondation de l’hôpital de Bracon, f° 3, 1327. Mahaut d'Artois accorde la possibilité « de mectre ou de fayre mectre en [sa] forest de Vaulx, communement appelee les bois de Monclay, trente porcs pour y engraisser, laquelle chose sera estimee par gens dignes de foy jusques a la valeur de trante solz de annuelle et perpetuelle rente. » Le passage des porcs dans la forêt favorise un labour superficiel des sols et un enfouissement des graines non consommées, par ailleurs les porcs débarrassent des petits rongeurs. Ils doublent de valeur entre leur entrée dans la forêt et la sortie. Delatouche (R.), La Chrétienté médiévale, p. 54 ; Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 9.

2 AMMbl., fonds de l'hôpital, E 10, comptes, f° 4 v°.

3 AMMbl., fonds de l'hôpital, B 4. ADD, 53 J I 3b. Brocard, Etablissements..., ann t. II, p. 47.

4 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fasc. 119, 1986, p. 23.

5 ADD, 53 J I 3b. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 250. Une ouvrée de vigne représente le huitième d’un journal soit environ 4 a 37 ca. Le vignoble de l'hôpital correspond à 1 ha 5 a, dont 14 ouvrées ou 61 ares sont situés à proximité de l’hôpital.

6 Theurot (J.), Dole, des origines à la fin du xive siècle..., t. 1, p. 186.

7 ADD, 53 J I 4a. Voir Mercier (A.-C.), Le cartulaire du St-Esprit de Gray : sur les cent trois pièces citées dans le cartulaire, onze originaux seulement ont été retrouvés.

8 ADHS, cote 1 H dép. 7. Curieusement, ce document n'est pas noté dans le cartulaire.

9 ADHS, 1 H dép. 7. Cartulaire de Gray, ADD, 53 J I 4a. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 256, 257.

10 Gauthier (J.), Notice sur l'hôpital de Gray, p. 11.

11 Catin et Besson (abbés), Histoire de la ville de Gray.

12 Principalement pendant le rectorat de Pierre Crapillet.

13 ADD, 53 J I 4a.

14 ADD, 53 J I 4a, donation de Jacquette Puresot, malade de l'hôpital de Gray.

15 ADD, 53 JI 5. Nous savons par exemple que le recteur Jean de Faverney achète un courtil derrière la maison-Dieu de Poligny en 1324, et que l'année suivante, il acquiert une vigne au lieu-dit « Argillais ». En 1511, l'hôpital de Poligny acense un pré qu'il possède à Villette-les-Arbois.

16 Nous en savons un peu plus sur l'hôpital de Rochefort : son temporel été constitué entre 1382 et 1492 en divers lieux, des terres et des vignes sur Dole, des prés sur Châtenois, Aibe et Audelange, des terres à Baverans, Audelange et Frasne... Theurot (J.), “La maison-Dieu de Rochefort”, Cahiers dolois, no°9, 1992.

17 AHSal., E 27, document non daté.

18 Soit entre 13 et 17 ares.

19 Soit environ 95 ares.

20 AMDol., fonds Hôtel-Dieu, cote 60.

21 AMDol., cote 961, privilèges pour la reconstruction du St-Esprit de Dole, 1516. « Et si estoit nostredit hospital et maison si petitement fondé et doué de biens temporelz, qu'il estoit impossible a cellui qui en avoit charge de le remectre sus. » Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 283.

22 AMDol., cote 959.

23 AMArb., fonds de l'hôpital, A 18. Les échevins d'Arbois réclament son rattachement à l'hôpital dès 1591.

24 AMArb., fonds de l'hôpital, B 470.

25 AMArb., fonds de l’hôpital, B 461. « Item pour avoir esté veoir les trois vignes dependantes d'icelle melediere pour scavoir ou elles estoient situees, estans bien loing de la cité et contenantes environ seize ouvriers. » (environ 70 ares.)

26 AMArb., fonds de l'hôpital, B 461. « Pour avoir fait diligente recherche en divers lieux et maisons, tant des heritiers du jadis possesseur de ce bénéfice qu'aultre part pour estre revestu des tiltres comme sa commision le requeroit des lettres de fondation de la maladiere que certains se sont emparés aussitot apres la mort du predecesseur. »

27 Il est impossible d'établir avec certitude le nombre de parcelles possédées par cette léproserie. Tout au plus, pouvons nous tenter une approche en notant d'une manière systématique les différents champs mentionnés dans les actes.

28 AMBes., GG 430.

29 « En Chartre » : à l’emplacement du Fort Griffon.

30 AMBes., DD 88, f° 23.

31 AMBes., DD 89, f° 224 v°. « Cedit jour, mesdits seigneurs avec lesdis nobles ont conclud comme la Veze sera proclamee par les eglises et la cité, pour icelle baillee au plus offrant et dernier encherissant... »

32 Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, t. V, art. Salins, p. 327 et suiv.

33 Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, t. V, art. Salins, p. 327 et suiv.

34 AHSal., E 1, 1564, rentes de la maladière des Breux.

35 Les appellations contemporaines des lieux-dits ne comportent pas de guillemets, à la différence des appellations médiévales.

36 AHSal., E 1, 1564. rentes de la maladière des Breux. « Item dix solz de rente que prent lesdits malades en la grant saulnerie de Salins, au terme de feste de sainct Michiel Archange, pour l'aulmosne de feu noble mesmoire madame Mahaul d'Artois... que se paie tous les ans... »

37 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fasc. 119, 1986, p. 24.

38 AMArb., fonds de l'hôpital, B 483.

39 ADD, 53.1 XI 1. « Les maladreries sont accordées sans procédure et c'est ce qu'il y a de meilleur... il y a une bonne affaire à Faverney. » Cette estimation est faite par les religieux de l’ordre de St-Lazare.

40 Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard..., p. 60.

41 AHSal., F 21, 1394, traité passé entre les bourgeois de Salins et le recteur de l'hôpital St-Bernard, fixant devoirs du gouverneur et règles d'accueil dans l'établissement. « Item que tous les lundis de la sepmaine a tousiours mais, soient donnés a chascuns povres vuillans panre aulmosnes oudit hospital ung quartier de pain suffisant. »

42 AMDol., cote 959 ; AMMbl, fonds de l'hôpital.

43 A l'hôpital de Bracon, on peut remarquer que les propriétés immobilières sont mises en valeur par des personnes attachées à l'hôpital par des contrats de travail courts, en fonction des circonstances.

44 ADD, 53 JI 3c.

45 Jean Crapillet d'Annoire est vraisemblablement le frère de Pierre Crapillet qui fut recteur du St-Esprit de Gray puis du St-Esprit de Dijon.

46 ADD, G 178.

47 AMBes., DD 89 f° 163. Le fils de Pierre Bonvalot sera curé de la Vèze de 1460 à 1483.

48 AHSal., A 1.

49 Gauthier (J.), “Le testament d'Othon IV...”, Annuaire du Doubs, 1903, p. 379-394. Redoutey (J.-P.), “Les trois testaments de Mahaut d’Artois”, Mémoires de la Société pour l'histoire du droit..., 39e fasc., 1982, p. 161-178, souligne l’intérêt de Mahaut d'Artois pour les hôpitaux et les léproseries. Elle leur réserve le quart des sommes envisagées pour ses œuvres caritatives. En même temps qu'elle fonde l'hôpital de Bracon pour répondre aux dernières volontés d'Othon IV, elle crée aussi des hôtels-Dieu à Hesdin, St-Omer, Calais, Bapaume et Laon.

50 ADD, B 2067. Ces biens lui sont advenus « de forfaictz des enfans de Voynet de Yvory a cause d'un meurtre et homicide qu'ilz ont fait a Salins, lesquelles choses sont situez empres Yvory, en prez et terres et revenus sur les saulneries dudit Salins, ascavoir sur la grande saulnerie et l'aultre saulnerie qu'est ou bourg du conte, le tout a la somme et extimee de dix livres perpetuelle et annuel revenuz. » Brocard . Etablissements..., ann.. t. II, p. 6 et suiv.

51 ADD, B 2067. Les propriétaires de ces vignes, les enfants Perrin Mignoz, ont assassiné Voinnet de Salins.

52 Blumenkranz (B.), “Géographie historique des juifs en Franche-Comté”, Actes du 99e congrès national des sociétés savantes, t. II, Paris, 1977, p. 37-44.

53 ADD, B 2067, f° 3.

54 ADD, B 404. Les juifs revinrent par la suite à Bracon. Les ADCO, B 3361 et 3370, signalent qu’en 1423-24, il existait à Bracon un cimetière et qu'en 1450-52, il y avait là une synagogue, « l'école aux juifs ». Blumenkranz (B.), “Géographie historique...”, mentionne, à la bibliothèque de Hambourg (ms. 196), un manuscrit copié par un juif de Salins Hiskiya Ben David, exilé après 1374.

55 ADD, B 2067.

56 ADJ, 128 H 1.

57 ADJ, 128 H 10. « Appelé vulgairement le bois de Boisy ou ilz peulent faire tondre... toutes et quanteffois que bon leur semble. »

58 Redoutey relève que des pommiers furent introduits en Franche-Comté dans la vallée de l'Ognon au milieu du xiiie siècle par l'abbaye de Bellevaux, grâce à des pépins qui lui parvinrent du monastère du Bec en Normandie.

59 ADD, B 2067. « Il y aura encoyres une aultre femme qui aura charge des vaches et aultres bestes et d'aultres choses necessaires audit hospital. »

60 AHSal., A 1. Brocard, “L'hôpital...”, p. 3.

61 AHSal., D 24. Jean de Montaigu « ait donné audit hostel Dieu, pour la fondacion d'icel-lui, la plus grant partie de ses biens, tant en censes, rentes, vignes, muyres, barnes, maisons... assiz en nostre conté de Bourgoingne, montant jusques a la somme de trois cents livres estevenans de rente... »

62 St-Féréol était situé au Bourg-Dessus. Aujourd'hui, les côtes du même nom se trouvent dans la direction de Blégny.

63 St-Nicolas était situé au Bourg-Dessus. Aujourd'hui, les côtes du même nom se trouvent derrière l'hôpital de Salins.

64 Prémouraux, au Moyen-Age « preil Moreau » était situé sur le territoire du Bourg-Dessus. Aujourd'hui, au nord-est de Bracon dans la direction de St-Féréol.

65 Chambenoz était situé au Bourg-Dessous. Aujourd'hui, au nord de Salins, là où est implanté le lycée polyvalent.

66 Les Roussets étaient situé au Bourg-Dessous. Aujourd'hui, au nord-ouest de Salins, au confluent du bief des Roussets et de la Furieuse.

67 Fourquin (G.), Histoire économique de l'Occident médiéval, p. 354.

68 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 174.

69 Pré des Nuées, Marnoz à l'ouest de Salins. Brocard, “L'hôpital...”.

70 Meix : ici, « ensemble des constructions servant à la fabrication du sel. Il se subdivisait en trois pièces : la berne, l'ouvroir et l'étuaille.... La berne est un bâtiment construit près d'un puits d'eau salée, abritant une ou plusieurs chaudières ; les nauds sont destinés à stocker la muire et les provisions de bois. L'ouvroir est une pièce attenant à la berne, où l'on travaillait le sel sortant de la chaudière ». Cette note et la suivante sont extraites de Brelot (C.-I.) et Locatelli (R.), Un millénaire d'exploitation du sel...

71 L'étuaille était un magasin où étaient entreposés les salignons et le sel trié après séchage. Il pouvait aussi contenir une ligne de feux destinée à sécher le sel (1667, description de frère J. Meglinger).

72 AHSal., FF 5. Testament de Jean de Montaigu, 1455 : « Je fais et institue mon heritier universal, seul et pour le tout, mon bien amé cousin Jehan Vauchart, fils dudit Perrin Vauchart, jaidis mon oncle... »

73 AHSal., A 1, 1431. Pour 16 quartiers 2,5 celles (1 quartier = 30 seilles ou celles ou celours) amodiées en 1448 l'hôpital recevait 650 francs par an.

74 Cité dans de Brelot (C.-I.) et Locatelli (R.) et div., Un millénaire d'exploitation du sel..., p. 33.

75 AHSal., B 1. Acquis par Martin Gruard et Jean de Montaigu.

76 AHSal., B 7, 1455. « Que le fait de l'hospitalité et des pouvres, avant toute euvre et toutes autres choses, soit gardé, entretenu et maintenu. » Brocard, “L'hôpital...”, p. 77.

77 Le terrier appelle ainsi l'infirmerie pour contagieux construite en 1438.

78 Les conversions d'après Fourcault (M.), Evaluation des poids et mesures... gardent un caractère approximatif.

79 AHSal. ; Q 1. Brocard, “L'hôpital...”, p. 247.

80 AHSal., II 2, comptes de 1538-39.

81 Peut-on comprendre un désir de grouper un domaine agricole dans la vallée de l'Ognon, plus proche de Besançon ?

82 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 392.

83 ADD, 53 J LXXIII, 1359. La grange de Valentin est « subjecte a la maison de l’hospital du Sainct Esperit de Besançon a temps que frere Humbert la gouvernoit, et fuit fait liz dit enventaire par frere Barthelemy de saint Hoyan de Jux, maistre de la maison ».

84 ADD, 53 J I 8. Une bulle confirme ce droit à l'hôpital de Toul.

85 ADD, 53 J LXXIII, 1408. « L'ospital de nostre cité de Besançon contenans que comme eulx et leurs predecesseurs depuis cent ans en ca... aient esté en bonne possession et saisine de prendre leur usage et affouage [dans] le bois de Chastillon. »

86 ADD, 53 J LXXIII, 1438. Un bornage des terres est demandé à Philippe le Bon, « car il soit que les habitans dudit Chastoillon et autres, souventeffoiz se soient parforcier et parforcent de entreprendre sur les terres, bois et heritaiges appartenans a l’hospital. » ADD, 53 JLXXIII, 1442. Lettres patentes de Philippe le Bon accordant un droit d'affouage au St-Esprit dans le but de favoriser la construction d'une tuilerie.

87 ADD, 53 J LXXIII. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 262-264.

88 “Police du nobles hostel...”, Mém. et doc. inédits..., t. 5, 1946, p. 205.

89 Voir le tableau C, p. 334.

90 Castan (A.), "Notice sur l'hôpital du St-Esprit de Besançon".

91 ADD, 53 JXXXIX. Estimation de Castan (A.), “Notice...”. Le surnom de Jean de Broignon vient de ce qu'il se livrait à l'exercice de la médecine.

92 ADD, 53 JXLVII.

93 ADD, 53 J XXX A. Perrin de Parcey était le fils d'un notaire bisontin, qui « pour éviter son domaige et mesmement pour parfaire le paiement et ranson dudit Perrin, de ce qu'il estoit estez pris par les rotiers et escorcheux que derrierement sont estez es pais de Bourgoingne et au lieu de Falon... »

94 Achat effectué sur Etienne de la Bourse, reclus de St-Etienne de Besançon.

95 Achat à Chancevigney, Bonboillon et Sornay.

96 Il est à noter que fréquemment, les achats interviennent les années de chevauchées.

97 Castan (A.), “Notice sur l'hôpital...”, Annuaire du Doubs, 1865, p. 206. Clerc (J.-C.), Hennequin (L.), Marquiset (S.), L'hôpital du St-Esprit de Besançon.

98 ADD, 53 J XVI 1.

99 ADD, B 481. « Avant les mortalités et les guerres qui derrerrement ont estez en Bourgogne, il estoient grant quantité de habitans... et pour cause desdittes mortalitez et des guerres, il soient si appetissiez et destreuz que la plus grant partie des meix de ladite ville est vacant... ". Lhomme (A.), Peste noire et grandes compagnies, p. 57.

100 L'exemple de la léproserie de la Vèze est intéressant sur ce point. Le tableau D, annexe, p. 334 à 336, montre la variété des contrats d'amodiation, tant au niveau de la durée que pour les sommes ou les obligations demandées. Dans certains cas, les amodiateurs s'engagent à entretenir les malades.

101 AMBes., DD 89, f° 22.. « Considerans les reparacions des ediffices ja fait par lesdis Pierre et sa femme,... [veulent] que leurs hoirs ou aultres puissent tenir et posseder les terres et heritaiges. »

102 AMBes., DD 89. « Les gouverneurs ont ordonné comme ledit Mathiot ne face doresenavant ladite vigne, mais la bailloit en ung aultre. »

103 AMBes., DD 88, f° 23.

104 En général, ainsi que l'indique Fourquin (G.), Le paysan d'Occident au Moyen-Age, p. 170-171, « l'offre des terres est toujours restée très supérieure à la demande entre le milieu du xive siècle et les années 1450-1470. Première raison, donc, pour que les rentrées aient diminué. Mais il y en a d’autres : si les seigneurs ont toujours désiré une restauration agraire « conservatrice » en voulant tirer des immeubles réacensés les mêmes redevances en valeur et en composition, ils ne l'ont pu et, à cause de l'effondrement de la valeur de la terre et de la capacité contributive des rustres, ils ont fini par bailler à des taux de plus en plus bas. »

105 ADD, 53 J I 3c, 1438, amodiation par le St-Esprit de Dole. « Pour le terme de neuf ans... assavoir rentes, censes, revenues, terres, prez, vignes et aultres emolumens et droiz y appartenans, sans y rien excepter ni retenir, tout pour le priz et somme de cent sols estevenans que ledit messire Pierre en paiera chascun an... lesquelx cent sols estevenans pour les deux premieres années se employerent par ledit messsire Pierre en l'edifficacion et maintenement dudit hospital et maison de Dole pendant icelles deux premieres années. »

106 Le chapitre de l’hôpital du St-Esprit de Besançon se tient le dimanche de Cantate ; on y règle ce qui concerne la vie religieuse et les décisions importantes touchant le temporel.

107 ADD, 53 J I 3c.

108 AMArb., fonds de l'hôpital, A 7. « N'aura aucune charge de l'alimentaciom des povres ne aussi de la desserte des messes dudit hospital... ains demeurent a la charge des eschevins. »

109 AMArb., fonds de l'hôpital, A 8.

110 ADJ, 126 H 1.

111 ADD, 53 J LXXIII.

112 ADD, 53 JLXV.

113 ADD, 53 J XXXI. Le domaine de Beaumotte a été constitué par Lambelet Vernier en 1445 et 1446.

114 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1496-97. « Item donné a deux hommes de Mandeurre qu'ilz taillirent la vigne dudit hospital. Pour ce, VI blancs. Item donné a ung homme d'Exincourt pour passeler ladite vigne et sombrer assavoir là part dudit hospital. Pour ce, II gros III blancs. » Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 221-248.

115 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1496-97. « Item pour demi bichot de froment pour semences que ledit Mery aicheta l'an passé, lequel il obmist a compter en son precedant compte, la quarte au pris de deux gros. Pour ce II francs. »

116 Pleige, plege : garantie. Mettre en plege, promettre. Plegeüre : garantie, caution.

117 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l’an 1500...”, Société d'émulation de Montbéliard, fasc. 119, 1986, p. 25.

118 Il veut sans doute éviter que sa descendance ne remette en cause sa fondation.

119 AHSal., Il 1. Jean Vauchart, cousin et héritier de Jean de Montaigu, était le fils de Perrin Vauchart, oncle de Jean de Montaigu du côté maternel. Il était également le frère de Guillaume Vauchart qui fut recteur du St-Sépulcre en 1460. Désigné en 1449 environ comme vendeur pour écouler le sel du puits à muire, il devait éviter trop de discordance avec les prix de la grande saunerie ; il n'appliqua pas correctement son traité de vendage et la saunerie fit alors saisir tous les stocks de sel du Bourg-Dessous. Entre 1467 et 1469, se déclencha une « affaire Vauchart » qui stigmatisa la rivalité entre les deux salines. Jean Vauchart dut se défendre et se justifier devant Charles de Téméraire : les comptes des dix-huit années où il occupa la charge de vendeur furent examinés.

120 AHSal., II 1. Les f° 1 à 31 et 54 à 69 sont consacrés à l'hôpital. F° 1 : « Hospital du Saint Sepulcre. Comptes de messire Jehan de Lisene, prebstre, recteur et gouverneur de l'ostel Dieu et hospital du Saint Spulcre du Bourg Dessus de Salins et de Jehan Vauchart dudit Salins pour quatre ans, commencans au premier jour de janvier mil IIIe XLVIII et fenissant au derrenier jour de decembre mil IIIe et cinquante deux. - Brocard, “L'hôpital...”, p. 275.

121 AHSal., II I, f° 8 v°. « Ainsi reste qu'est dehu audit Jehan Vauchart comme appart par les parties precedans la somme de soixante treze frans trois gros trois engroignes, par compte fait en la presence de Jehan de Montagu, escuier, fondateur d'icellui hostel Dieu, le IIIe jour de janvier l'an mil IIIe cinquante deux. »

122 Des conflits très importants entre le duc, la saline et le puits à muire étaient déjà survenus en 1425, 1434, 1440 et 1443.

123 AHSal., II 1. « [II] doit pour quinze frans imposez sur chascun quartier de muire, le terme de III ans durant, pour quicter en remboursement de certains deniers, delivrés a monseigneur le duc, pour la remission des limites du ressort de Sainct Laurent ; desquelz XV frans par quictance soient entierement a la charge des rentiers pour la premiere annee fenie a Noel mil IIIIe LV et pour les II annees suigans, sont par moitié a la charge desdis rentiers et des moutiers aussi. »

124 Dubois (H.), “Du xiiie siècle aux portes de la modernité : une société pour l’exploitation du sel comtois, le Bourg-Dessus de Salins”, Le sel et son histoire, 1973, p. 74-75.

125 AMBes., Ms 1093, f° 9, Extrait des papiers de l'hôtel de ville de Salins. L'interdit a été mis sur la ville au mois d'avril à cause de l’incarcération du prêtre Etienne Tisserant.

126 AHSal., II 1, f° 24, registre de comptes de Jean Vauchart.

127 AMBes., Ms 1093, f° 9. Extrait des papiers de l'hôtel de ville de Salins....

128 AHSal., II 1, comptes de Jean Vauchart. « Pour IIIIc harens blans delivrés audit messire Jehan pour ledit hospital en la caresme IIIIc L. »

129 AHSal., II 1. Les achats de harengs n’apparaissent que dans l’année 1451. Ils donnent cependant une indication intéressante sur les prix, les provenances et les quantités.

130 Ces trois denrées, lorsqu’elles sont achetées, sont toujours attribuées aux chapelains.

131 Psaumes XXIII.

132 Luc, 10, 25.

133 II Rois XX, 7. « En ces jours-là, Ezéchias fut atteint d’une maladie mortelle... Isaïe dit : « Prenez un gâteau de figues. » On en mit un sur l’ulcère et le roi guérit. » Les figues en tant que médication sont connues par des textes d’Ougarit et de Phénicie.

134 BMBes., ms. 468, f° 1 v°, début xve siècle. « Pour garir les piedz escourchiez des soulez : Prenez de la cire vierge du gros d'une noix, ung petit peu moins de tormentine, d'uile d'olive ou roset environ le double, fundre et mesler tout ensemble et mectre en boiste, puis mectez sur la maladie et elle garira. »

135 AHSal., A 1, 1431, 1ère fondation, article 10.

136 Ménin, Menen en flamand, ville textile située sur la Lys, à proximité de Courtrai.

137 AHSal., 11 1. f° 60 v°.

138 Cette étoffe de coton, destinée parfois à confectionner des doublures, fut déjà travaillée en Italie du Nord, plus particulièrement par les futainiers de Crémone. De là, cette activité industrielle franchit le Brenner et s'installa dans de nouveaux centres, en Allemagne du Sud, sous l'influence d'Italiens au service de banquiers comme les Fugger.

139 AHSal., II 1, f° 66 v°.

140 AHSal., A 1, 1ère fondation, 1431.

141 « Selon F. Portal, la couleur grise désignerait dans la symbolique chrétienne, la Résurrection des morts. Les artistes du Moyen-Age donnent au Christ un manteau gris lorsqu'il préside au Jugement Dernier. » Chevalier (J.), Dictionnaire des symboles, p. 487.

142 AHSal., II 1. « Doit par cedute paié a messire Jehan d'Arserot pour reste de ses gaiges de l'an fini IIIIc LIIII, V frans » (f° 16 v°). Il arrive parfois que les chapelains soient rémunérés en charges de sel : « Doit par cedule cy rendu pour X charges de sel delivré a messire Vauthier Damote sur ses gaiges de l'an feni IIIIe LV, XXII frans II gros VIII engroignes » (f° 21). Entre janvier 1454 et novembre 1460, Guillaume Vauchart, chapelain puis recteur du St-Sépulcre, acquiert pour 98 francs 11 gros 10 engroignes de diverses étoffes. Son frère Jean lui avance une somme en 1453.

143 « Pour une aulne de liere noire, par ordonnance de messire Guillaume Vauchart... ».

144 AHSal., II 1, f° 23 v°, 55. La quantité de fer a été délivrée en trois fois : « C'est assavoir par messire Guillaume Vauchart, le XIIe jour de décembre mil 1111e LVIII, XXV livres. /Item par messire Humbert Druet, le XVIIIe jour dudit décembre, IIIIXX livres. /Item par ledit messire Guillaume, le XXIIIe jour dudit décembre, XXVI livres. /Montent ces parties VIXX XII livres que valent XXII gros le cent. »

145 Dans l’église de Chaource (10), voisinent un Saint Sépulcre du xve siècle et une crèche du début du xvie siècle. Delaruelle (chan. E.), La piété populaire.... p. 525 et suiv.

146 Ces trois chapelains ont été envoyés à Rome sur ordre du recteur Jean de Lisine.

147 AHSal., II 1, f° 2 v°. « A Pierre Fustelly,... la somme de LXIII frans XI gros... qui lui estaient deuz pour et a cause de LXI ducas. qu’il avoit fait délivrer pour le fait de certaines bulles au prouffit dudit hostel Dieu, comme pour le port dudit argent a II escus et demi par marc. »

148 AHSal., Il 1, f°61. « Laquelle maison a estee acquise pour la somme de mille florins, comme appart par lettres receues le VIIIe jour d’avril, l’an mil IIIIe LVI. Pour ce cy, VIIIe XXXIII frans III gros. [...] A receu le louhaige de la maison, l'a occuppé et fait son aisance, sans en rien paier auxdits freres, auxquelz fut promis en paier chascun an le louyer tel qu'ilz l'avoient, qu'estait XV francs par an, jusques ilz fussent remboursez et paiez de ladite somme de M florins. »

149 ADD, 53 J I 4a, cartulaire de Gray.

150 ADD, 53 J LXIII A.

151 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1494-95.

152 « Les Riantes » entre le bief des Roussets et le pied du mont Poupet.

153 AHSal., A 1. L'ensemble de ces données provient du1er acte de fondation. Brocard, “L'hôpital...”, p. 3.

154 AHSal., B 1, 2eme fondation, 1438.

155 ADCO, B 1062. Droit accordé par Othon IV à l'hôpital de Jussey.

156 ADD, 53 J XXXIV. « ... Donons et outroions audit hospital et es habitans d'iceluy perpetuelment a toz jors mais... »

157 ADHS, 1 H dép. 7. « De grâce expecial et d'amoure, aux povres de l'ospital du Saint Esperit... de Gray, doues charetees chascune semainne en nouz bois dou Fayl, es lieux acostumiez pour leur chaffer, senz convertir en autre usaige... »

158 ADD, B 2067.

159 ADD, 53 J 1 5. Le recteur affirme « que ledit hospital soit petitement fondé et renté, combien qu'il y ait grant retraite et y soit souvent recepté grande quantité de povres et femmes gissantes. »

160 ADD, 53 J I 5. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 260.

161 ADD, B 238, 1443. Les forêts, écrivent les officiers de la saline en remettant en cause le droit d'affouage accordé en 1327 par Mahaut d'Artois, « sont trez necessaires pour secourir aux neccessitez qui pourraient survenir a ladite saunerie... oudit bois de Ceppoy, l'on y fait de trez grans dommaiges et interestz journelment et tellement, que ledit bois de Ceppoy demeure inutile pour vous et a vostre trez grant dommaige. »

162 Chauciz : cendres non entièrement consumées du bois ou du charbon utilisé comme combustible dans la saline pour évaporer la saumure. AHSal., T 10 : « Pour chauffer lesdits povres et malades, ce que lesdits supplians ne pourraient faire, attendu les grandes charges qu'ilz ont, et que le bois et le charbon se vendent ilec si chier a l'occasion de nostre dite saulnerie dudit Salins. » Brocard, “L’hôpital...”, p. 147.

163 ADD, B 242.

164 ADD, B 308.

165 ADD, 53 J LXIII A, J LXIII C.

166 Conte d'Arcehuere : comte d'Auxerre.

167 « Jacques Scaglia, de Florence, était venu en France comme facteur d'une des maisons de sa ville natale. Il dut débuter à Paris. Ce fut là sans doute qu'Hugues de Bourgogne et Renaud son frère l'attachèrent à leur personne et à leur domaine en qualité de receveur et de trésorier. Pris en flagrant délit de détournements considérables, il dut reconnaître devant notaire en la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 27 mai 1292, qu'il s'était approprié 20 000 livres tournois. Bien loin de quitter le service de ses maîtres, Jacques Scaglia se fit accepter par Othon IV comme receveur du comté de Bourgogne. A la fin de sa vie, il se retira au St-Esprit de Besançon, après avoir déposé ses titres les plus précieux dans les mains du recteur. Après sa mort, une enquête de l'inquisition fut diligentée pour s'enquérir de ses sentiments chrétiens. On le suspectait de ne pas croire au Paradis, à l'Enfer et l'immortalité de l'âme. On l'accusait de considérer que l’inceste n'existait pas dans une relation avec une cousine, une fille ou une soeur. On dénonçait son défaut de charité envers les pauvres et sa pratique du prêt à usure. Tous ces arguments furent réfutés, avec l'appui d'un ancien inquisiteur du diocèse de Besançon, frère Hugues, prieur des Dominicains de Besançon. On démontra comment il s'était approché des sacrements avec une grande piété et comment il avait donné une partie de ses biens aux pauvres. La pratique des œuvres de miséricorde contribua à prouver l'orthodoxie de sa foi. Le procès verbal de l'enquête fut envoyé à Florence et le corps de Jacques Scaglia resta dans la chapelle du St-Esprit ». D'après Gauthier (L.), Les Lombards des deux Bourgognes, p. 23 et suiv. Des actes servant à l'élaboration du portrait de Jacques Scaglia sont transcrits en annexe dans l'ouvrage de Gauthier (2). Certains ont aujourd'hui disparu mais sont mentionnés dans l'inventaire de Castan (4) relatif au St-Esprit de Besançon.

168 ADD, 53 J XXVII. Pour compenser les dettes contractées auprès de lui par Othon IV, Jacques Scaglia obtint en 1294. une rente annuelle à percevoir sur le péage d'Augerans. Elle lui fut confirmée en 1308 par Hugues de Bourgogne.

169 ADD, 53 JLXIII A, 1331. Voir aussi ADD, B 521. « Totevoie nous en ce plux regardant pitié que rigour de droit et pour le remede de nostre ame, avons volu volons et outroions que desdites nonante libres de terre, li diz maistres et freres dudit hospital qui ores sont ou pour le temps seront, haient et pregnent cinquante livrées de terres d'estevenans de annuelle et perpétuelle rente de grace expeciale et par pitié sus ladite rente d'Agerans. »

170 Gauthier (J.), “Recueil des inscriptions...", no 72, Acad. Besançon, 1881, p. 302.

171 ADD, 53 J XXVII ; ADD, B 521, vidimus de cet acte. Chaque prêtre doit recevoir 100 sous pour sa tâche ; le reste de la somme est à disposition du maître de l'hôpital.

172 ADD, 53 J XXVII. « Desirans la sustentacion des povres... meu de pitié et devocion et aussi parmi la somme de cinq cens florins que noz gens pour nous... en ont euz du maistre et des freres d'icellui hospital. »

173 Le St-Esprit doit percevoir 120 livres par an : 50 provenant de la rente de Jacques Scaglia et 70 de celle de son neveu. Il y a donc six années de retard dans les paiements.

174 « Moulins, fours et halles sont beaux droits seigneuriaulx et de grant proffit. »

175 ADD, E 22. « L'ospital des povres [qu'il a] fundez, construict... sur [son] propre aleu dessoubz Montbeliart..., tous les fourgs de Montbeliart, en quelque lieu qu'ils fuissent, et les fruits de ces fourgs... » Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard sous l'Ancien Régime, p. 230-31.

176 « Item recehu de ceulx qu'ilz ont tenuz le four dessus en l'an du present compte... a eulx echeuz comme au derrier encherissant, la somme de douze francs. » AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1494-95,f0 3 v°.

177 ADHS, 1 H dép. 7. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 256.

178 ADD, 53 JLXV A.

179 Jean, comte de la Roche reconnaît finalement ne pas avoir de droits sur les fours : « Et nos, aiens enquis par le soirement de bones granz et de loiax, si nos aviens droit ne raison ou dit forc, liquex nos hont raporté que nos oudit forc ne aviens droit ne raisoin, ne devient avoir, quar li dit maistres et li freres ont fait ledit fort sus lour propre terre et denz lour soignorie. »

180 Notons que la présence d’un moulin implique celle d'un barrage. Le moulin n’est pas toujours, ainsi que l'explique Delatouchb (R.), La Chrétienté Médiévale, p. 56, uniquement une meule. « C'est aussi la pêcherie, aux orifices du barrage. Le revenu de la pêcherie équivaut à celui de la mouture. » L'hôpital de Gray est installé près d'un élevage de poissons sur la Saône.

181 « Ung molin situé soubz ledit hospital, lequel... avons acquis par titre de permutation ou change du prieur d'Arbois, qu'est a la valeur et extimé de quinze livres de rente annuelle et perpétuelle. » ADD, B 2067.

182 ADTB. 1 G 56. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 266.

183 A Belfort, Catherine de Bourgogne envisage surtout le remplacement des meules.

184 Bois (G.), Crise du féodalisme, p. 207, estime la valeur approximative d'un moulin à 90-100 livres.

185 AHSal., E 1, 1564. « Avec les quarry a mesuré vin et aultres licquours. que se lesse par lesdits malades ou plus offrent, et peult valloy les pois et quarry par an, trois et quatre florins par an. »

186 AHSal., E 8, 1406.

187 AHSal., F 17. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 269.

188 ADJ, G 1089. Les biens de la léproserie de Pontamougeard lui sont amodiés par Nicolas Pillard en 1494.

189 AHSal., F 19. « Par le moyen d'un nommé messire Etienne Merceret et d'autres ses adherans et consors [qui] vont au devant desdis marchans, admynant lesdis blez oudit Bourg Dessoubz, suborne iceulx... sans arrester et tenir marchié en nos hales... et font mesurer iceulx a autre mesure plus grande que aux nostres. » Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 271.

190 ADD, 53 JLXV a.

191 Dépendances du St-Esprit de Besançon.

192 ADD, 53 J L1V. En 1340, Jean de Chalon-Arlay avait abandonné tous ses droits fonciers et seigneuriaux à Pirey, à la réserve de la haute justice. En échange, le St-Esprit lui accordait une maison à annexer à son hôtel appelé la Tour de Vaite. Le droit de basse et de moyenne justice a été exercé par le St-Esprit de Besançon sur les terres de Pirey.

193 ADD, 53 J LIV. Ce maire justicier du St-Esprit s'appelle Renaud Conscience (1398).

194 AHSal., D 27.

195 AMArb., fonds de l'hôpital, B 20.

196 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon, 1.1, p. 231.

197 AHSal., D 26. « Ledit hospital a esté moult grandement grevé et adommagié en tant que toutes les maisons esquelles l'on avoit accoustumé de tenir et retraire la plus grant partie des biens dudit hospital. » Brocard, “L'hôpital...”, p. 141.

198 AHSal., D 27.

199 ADD, G 233.

200 ADD, 53 J V 5. Le chariot transportant les reliques du St-Esprit est tiré par un attelage de onze chevaux en 1550.

201 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 134.

202 Brune (abbé), p. 136. Cette conception de l'aumône est dénoncée par Luther dans ses 95 thèses (1517) : « Celui qui voit un nécessiteux et qui, sans avoir souci de lui, donne pour la rémission de ses propres fautes, celui-là s'attire l'indignation de Dieu. » Les quêtes sont raillées par Rabelais, Gargantua, ch. XVII : « Cependant survint, pour faire sa quête de cochonailles, un commandeur jambonnier de l'ordre de saint Antoine qui voulut les emporter furtivement... »

203 ADD, 53 J V 9. Brocard, Etablissements..., ann., t. Il, p. 290-292.

204 ADHS, 4 H dép 1. familiarité de Gy, 1444. Transaction et débat entre les familiers de Gy et les religieux du St-Esprit de Besançon au sujet d'un repas auquel les familiers estiment avoir droit lors de la procession annuelle de la châsse du St-Esprit. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 278.

205 AHSal., D 14, D 15, D 16, D 17. Ces privilèges ont été obtenus par Jean de Montaigu. Les visiteurs de ses hôpitaux bénéficient de cent jours d'indulgences.

206 Les pardons ont lieu aux dates suivantes : Notre-Dame de mars, mardi suivant Pâques, bénédiction de l'hôpital, conception Notre-Dame.

207 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes de 1494-95. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 223.

208 ADD, 53 J V 12. Mandement de sauvegarde octroyé par Jeanne de Bourgogne, en faveur des quêtes du St-Esprit (1349) : « Nous, Jehanne de Bourgoigne, contesse de Boloigne et d'Avenne... des contés d'Artois et de Bourgoigne et de la signorie de Salins, façons savoir a touz que nous havons pris et recehu en nostre salvegerde, les personnes et tous les biens presens et a venir de l'ospital dou Saint Esperit de Besançon, les maysons subjectes adit hospital, c'est asavoir la mayson de Dole, la mayson de Gray, la mayson de Poloigney et des autres leux, les messaigés questanz et queranz les amognes par nostre contey de Bourgoigne por la sustentación des povres dou dit hospital et des maysons subjectes audit hospital si corne dessus est dit, si mandons et commandons a nostre baillif de Bourgoigne qui pour le temps sara, et a touz noz autres justiciers que lesdites personnes, les maysons, les biens et les autres choses dessus dites guerdoient et deffendent contre touz de toutes oppositions, violences, injuyres et novelletez non dehues tant comme droit sara, en façont droit par devant nous. En tesmoignage de laquel chose, nous avons fait seeler ces presentes lettres de nostre seel. Doné a Gray sus Sosne, le XXIXe jour dou moys de may, l'an mil trois cenz quarante et nuef. »

209 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 132 ; p. 150, il énumère les indulgences dont bénéficiaient les frères et les fidèles du St-Esprit de Besançon. Innocent III accorda aux frères et aux sœurs, un an et quarante jours d'indulgences tous les jours de l'année ; Alexandre IV octroya 4 000 ans et 800 quarantaines, en même temps que la rémission de la septième partie des péchés, à la Pentecôte et aux jours de son octave. Le même pontife accorda 3 000 ans et 3 000 quarantaines tous les premiers dimanches de chaque mois. Célestin V donna 100 000 ans pendant l'octave de l'Epiphanie quand Clément V accorda encore 2000 ans et 800 quarantaines pour l'octave de Pâques.

210 Il s'agit de cent linceuls plus la moitié des offrandes en beurre et en fromage.

211 Toutes les cotes indiquées dans le tableau sont conservées aux ADD.

212 Il s'agit de cent linceuls plus la moitié des offrandes en beurre et en fromage.

213 Diocèses de Soissons, Laon, « Arrest », « Therrinne », Saintes, Bourges et Rouen.

214 Diocèses de Soissons, ainsi que ceux des Flandres et de Picardie.

215 Les 2/3 reviennent à Besançon et 1/3 à Toul.

216 Deux livres de dragées, 2 livres de poudre fine, 2 bonnets et « un cent de porves d'orenges ». Porveance : provision, approvisionnement.

217 ADD, 53 JV 3, Lettres patentes de Louis XII, 1498. « ...Preschier ou faire preschier les grans pardons donniez du Saint Siege... afin que plus seurement, ilz puissent faire leur pourffiz parmi nostredit royaulme. [...] De toute ancienneté, ilz ont, eulx et leurs predecesseurs, acoustumé de quester et faire quester parmi nostre royaulme et ailleurs... » Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 280.

218 Déjà au début du xve siècle, les controverses se multiplient entre les hôpitaux au sujet des délimitations des territoires de quête.

219 Chariot traîné par onze chevaux.

220 ADD, 53 JV5. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 283-289

221 ADD, 53 JV 6.

222 ADD, 53 J V 3.

223 AMDol., cote 961. « Par la teneur de ces presentes que lesdis maistre... et religieulx de nostre dessusdit hospital du Sainct Esperit de Bourgoingne puissent doresenavant perpetuelment et a tousiours prescher et publier solemnellement les pardons et indulgences... et remonstrer au peuple, les bonnes, devotes et charitables euvres qui se font. »

224 La Vierge noire du Puy était invoquée contre la maladie, la stérilité ; on implorait son intercession pour obtenir la rémission des péchés et le salut dans l'Au-Delà. Reinburg (V.), “Les pèlerins de Notre Dame du Puy”, Revue d'histoire de l'Eglise de France, t. LXXV no 195, juil.-déc. 1989, p. 295 et suiv.

225 AMDol., cote 961. « Que les deniers... soient entierement applicquez a la reparacion et entretenement de nostredit hospital... et a l’alimentation et sustentacion des povres membres de Dieu. »

226 AMDol., cote 961. « Applicquer en aultre usaige, ne les transpourter ailleurs que en icelluy hospital, soit pour les donnez... au grand maistre dudit hospital Sainct Esperit, a leur supérieur maistre et aultres quelz que ilz soyent, sur paine d'estre entierement privez et deboutez de nostre presente grace. »

227 ADD, 53 J XXXVII.

228 ADD, 53 J III 3.

229 « Item encour pour vendue de deux lictz et d'ung travert de plume. Pour ce VII francs VIII gros. » AMMbl, fonds de l’hôpital, E 10, comptes 1494-95-96-97.

230 « De Jehan Varesquet le jeusne, la somme de cinq frans trois gros qu'ilz debvoit par compte faicte avec lui de tout le temps passez jusques au dernier jour de décembre XVCXXXIX pour le louaige d'une chambre estant en ladite maison dudit hospital. Pour ce V francs III gros. » AHSaf, II 2.

231 ADD, 53 JLV A.

232 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, Paris, 1947, 334 pages, p 287

233 ADD, 53 JLV A.

Table des illustrations

Légende 27.— Actes du cartulaire de Gray
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 28.— Temporel du Saint-Esprit et de la maladière de Dole
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende 29.— Situation et temporel de la léproserie d'Arbois
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Note 535
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 30.— Temporel du Saint-Esprit de Besançon
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Sur 112 actes examinés33. – Nombre d’achats effectués par le St-Esprit de Besançon
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende 32.— Plan du quartier du Saint-Esprit de Besançon.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende 33.— Le temporel du Saint-Esprit à Besançon
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende 34. – Frais d’entretien des bernes
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende — la quantité annuelle correspondant au nombre d'émines— la coût est calculé en blanc pour 1/30e d'emine35. – Achat de froment au St-Sépulcre de Salins
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende 272 actes dépouillés19436.— Dons et legs au St-Esprit de Besançon entre 1340 et 1360
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende 37.— Pancarte du Saint-Esprit qui servait de passeport et d'affiche aux quêteurs de l'ordre (détail, la Sainte-Trinité entre les armoiries du pape et celles de l'ordre du Saint-Esprit ADD, 53 J V 9. Phot. Antoni, ADD)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Notes 1210Note2211Note3212Note4213Note5214Note6215Note7216
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4050/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search