Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Première partie. Les établissements hospitaliers

Chapitre 2. Les établissements hospitaliers et leur mobilier

Texte intégral

I. Hôpitaux

1Les hôpitaux comtois, majoritairement de petite taille, possèdent de maigres revenus ; c'est du moins ainsi qu'ils sont décrits dans le Recueil des Ordonnances du Comté, de Jean Pétrement, qui les présente ainsi en 1619 :

  • 1 Petrement (Jean) Recueil des Ordonnances et Editz de la Franche Comté de Bourgogne, Dole, Ant. Domi (...)

« Et pour ce que les hospitaux, fabriques et confrairies estans audit Conté se retreuvent dotez de petiz revenuz, insuffisans le plus souvent aux charges qui y eschéent et pourront ou devront escheoir... »1

  • 2 Mollat (M.), dans Histoire des hôpitaux en France, p. 107 et suiv.

2Cette appréciation, rapprochée d'autres sources, antérieures cette fois, révèle effectivement des locaux exigus, « de chetives maisonnettes » comme à Jussey, à la capacité d'accueil réduite. Des inventaires, des actes de fondation, des suppliques ou même encore des enquêtes du xvie siècle, donnent des indications utiles sur le nombre de lits ou mieux, sur l’effectif des assistés. Bien des établissements possèdent seulement entre deux et six lits. M. Mollat précise à ce propos dans l'Histoire des hôpitaux en France que, « pour chaque lit, c'est à dire pour deux malades, il faut envisager un espace d'une vingtaine de mètres carrés ». De là, on peut déduire fréquemment des dimensions de 120m2 pour un édifice2.

Des édifices de petite taille : deux à six lits

  • 3 ADD, II B 574, répertoire du Parlement de Dole. Procès verbal de visite de 1583.

3Ils se présentent, lorsque nous en possédons une description, comme de simples maisons particulières. En 1443, Jean Sardon fait édifier à Vesoul un « chasal de pierre » d'une hauteur de quinze pieds, soit environ 4,70m. Les dépendances de l'hôpital de Sainte-Agnès correspondent à « une grange a trois estages, icelle estant de bois, couverte de paille » ; celui de Bletterans a l'apparence « d'une petite maisonnette », à laquelle est adjointe une chapelle3.

4Ces deux derniers bâtiments contiennent respectivement deux et six lits, comme les hôpitaux dont les noms suivent.

  • 4 ADD, II B 574, répertoire du Parlement de Dole. Procès verbal de visite de 1583.
  • 5 Le cas de St-Jacques est un peu particulier : à cette date, et depuis 1436, il est rattaché au St- (...)
  • 6 Châlit : du latin populaire catalectus, litière. Jusqu'au xviie siècle, synonyme de lit. Aujourd'h (...)
  • 7 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1456.
  • 8 Il est surprenant que l'hôpital de Dole ait une capacité d'accueil aussi réduite, alors que la vil (...)
  • 9 ADD, 53 J 1 3 b. Quatre lits pour les pauvres dans l'inventaire de 1423, cinq, dans celui de 1452.
  • 10 AHSal., E 32.
  • 11 ADD, II B 574. Procès verbal de visite de 1583. L'acte de fondation fait une description précise d (...)
  • 12 ADD, 53 JI 11. L'inventaire de 1360 mentionne onze lits ; celui de 1395 précise que seuls, quatre (...)
  • 13 ADHS, G 81, fondation de 1443.

Lieux

Capacité d'accueil

Sources

Arlay

4 grands lits

II B 5744

Besançon St-Jacques

14 lits dont 6 lits pour les pauvres (1455)

53 J III 15

Bletterans

6 lits

II B 574

Chaussin

1 lit, 3 « chalits » (1456)6

53 J III 17

Dole8 St-Esprit

11 lits, mais 4 ou 5 seulement pour l'hospitalité (1423, 1452)

53 J I 3 b9

Ivrey

2 chambres

E 32,10

Montaigu

6 lits

11

Pontarlier

5 ou 6 lits de plume

II B 575

Nozeroy, Ste Barbe

2 lits de bois

II B 576

Ruffey

2 lits et quelques couchettes

II B 574

St-Julien

11 lits mais 4 seulement pour l’hospitalité (1395)

53 J I 1112

St-Laurent-la-Roche

4 lits

II B 574

Ste-Agnès

2 bons lits

II B 574

Vesoul

6 lits (1443)

G 8113

  • 14 Il faudrait sans doute aussi ajouter l'hôpital d'Arbois. Nous ne connaissons ni le nombre de lits (...)
  • 15 Himly (F.-J.) : Atlas des villes médiévales d'Alsace, p. 33 ; Villèle (B. de). Belfort à la fin du (...)
  • 16 ADD, 53 J I 5. Philippe le Bon écrit en 1446 que la population de Poligny est composée de 200 feux (...)

5A cette liste, il conviendrait d'ajouter les hôpitaux14 de petites villes comme Montbéliard, Belfort et Poligny, dont les populations avoisinent au xve siècle 800 habitants pour Belfort15, 1 500 pour Montbéliard et plus de 1 000 pour Poligny16.

  • 17 ADTB, I G 76.
  • 18 ADD, 53 J I 5.
  • 19 ADD, 53 J XVI 14. Inventaire de Pierre Crapillet rendu en 1439 à Lambelet Vernier, peu avant son d (...)

6Si nous savons que les établissements belfortains et montbéliardais reçoivent respectivement dix17 et douze pauvres, nous ignorons tout sur la capacité d'accueil de celui de Poligny. Gageons cependant qu'elle fut peu importante car Philippe le Bon décrit en 1446 des « locaux étroits »18. En revanche le Saint-Esprit de Gray semble offrir en 1439 une plus large hospitalité. Equipé de seize lits, il peut abriter trente-deux assistés19.

7L'importance numérique des petites maisons-Dieu reflète en réalité une région encore peu urbanisée aux xive et xve siècles. Seules, certaines cités comme Besançon et Salins sont dotées d'hôpitaux plus vastes. A ces deux villes, il faut ajouter le cas particulier de Lons-le-Saunier.

Des hôpitaux plus vastes : de douze à quarante lits

8Lons-le-Saunier

  • 20 L'hôpital de la ville, qui résulte de la fusion du St-Esprit et de St-Antoine, offre en 1583 une c (...)
  • 21 On compte en général un lit pour deux assistés.
  • 22 Duhem (G.) et Brelot (J.). Histoire de Lons-le-Saunier, 1957.

9Une enquête menée en 1583 par Philibert David, procureur fiscal du siège de Montmorot, établit qu'il existe à cette date deux hôpitaux, l'un à l'intérieur de la ville et l'autre dans les faubourgs20. De toute ancienneté, affirme-t-il, « il souloit y estre entretenu treize lictz pour la couche desdis pouvres, de mesme dans celluy estant en ladite ville ». Au total les deux établissements peuvent donc offrir le gîte à cinquante-deux personnes21. A cette date, « ils sont gastés, tant celluy de la ville que cellui des faubourgs, qui est celui ou lesdis pouvres ont accoustumé se retirer. La moytié d'icelluy est ruynee en plusieurs endroits... Les licts sont au nombre de sept et sont tellement gastés... » qu'il n'y a plus guère que de la paille. L’hospitalité n'est plus offerte et les pauvres « sont contraincts de entrer en ville et demourer la nuict es maisons... », d'où le mécontentement des Lédoniens. Cette situation signalée au xvie siècle ne doit pas être nouvelle. En effet, Lons-le-Saunier connaît depuis le début du xive siècle bien des vicissitudes liées à la fermeture de sa saline et aux guerres. Gustave Duhem22 écrit :

« On vit disparaître toute population ouvrière qui gravitait autour des salines, et avec elle s'en allèrent les Juifs... une autre conséquence de la mine de la saline fut la disparition de presque tous les établissements monastiques... qui dès lors n'eurent plus de raison d'être. »

10Salins

  • 23 AHSal., D 21. Extrait d'une lettre de Philippe le Bon accordant à l’hôpital du St-Sépulcre, l'exem (...)

11Avec ses trois entreprises d'exploitation du sel, la Grande Saline, le Puits-à-Muire et la Chauderette de Rosières, Salins est, aux xive et xve siècles, le pôle économique du Comté. Cette situation se trouve renforcée par la disparition des salines de Lonsle-Saunier, Montmorot, Grozon, du grand Puits de Saulnot et par la volonté politique de ne pas exploiter la source de Tourmont, apparue soudainement en 1447. C'est aussi à Salins que Philippe le Bon encourage l'hospitalité, « actendu que [la]dicte ville est la meilleure de [son] conté de Bourgoingne, que ledit hospital est ou grant chemin et traicte d'icelle nostre ville... »23. Salins bénéficie donc, comme l’indique le duc de Bourgogne, d'être situé sur un « grant chemin », sur l'itinéraire de la Champagne à l'Italie par le Grand-Saint-Bernard. La ville est un passage obligé au fond d'une gorge étroite, dans laquelle coule la Furieuse, affluent de la Loue.

9.— Les hôpitaux de Salins dans la deuxième moitié du XVe siècle.
1— hôp.St-Bernard
2— hôp.de Bracon
3— hôpital...
4—... et infirmerie du St-Sépulcre

  • 24 AHSal., G 43. Une affiche annonçant la vente des bâtiments de St-Bernard en 1756 nous précise la l (...)
  • 25 AHSal., F 22. « Oultre lesquelx, recepvront et traicteront tous pouvres passans ung jour et deux n (...)
  • 26 ADD, Il B 576, enquête de 1584.

12Dans ce lieu particulier à la fois sur le plan économique et topographique, on recense principalement trois hôpitaux dans les deux derniers tiers du xve siècle. Le plus ancien d'entre eux, Saint-Bernard24, fondé vers 1148 d'après la tradition peut offrir en 1532 l'accueil à vingt pauvres « ordinaires, anciens et valétudinaires ». Du moins, l'ordre lui en est intimé par un arrêt du Parlement de Dole qui exige de surcroît un accueil pour les pauvres passants d'un jour et de deux nuits25. Son recteur doit leur réserver d'ailleurs trois couches dans la grande salle de l'hôpital. Certes, cet acte est tardif, relativement à la période étudiée, mais il donne une indication intéressante sur le nombre de lits qui, dans ce cas, peut excéder treize ; en conséquence, on en déduit une taille et une capacité d'accueil équivalentes à celle des établissements lédoniens. En 158426, neuf pauvres des deux sexes, âgés pour la plupart, ainsi que dix enfants, vivent encore à Saint-Bernard.

  • 27 Mahaut d'Artois cherche à respecter les dernières volontés d'Othon de Bourgogne, son mari. Gauthie (...)
  • 28 ADD, B 2067.
  • 29 On peut comparer avec l'hôpital d'Hesdin, construit en 1323, également par Mahaut d'Artois, doté d (...)
  • 30 ADD, B 2067.
  • 31 Toute fondation, un siècle plus tard, mentionnera systématiquement l'accueil des enfants en priori (...)

13A cette même date, l'hôpital de Bracon, fondé en 1327 par Mahaut d'Artois27, reçoit treize adultes et sept enfants. Nous ne possédons aucun renseignement précis sur le nombre de lits offerts aux xive et xve siècles, mais nous savons par ailleurs que l'établissement fut très richement doté lors de sa fondation. Son titre malheureusement ne détaille pas le mobilier, mais gageons qu'il fut suffisant pour offrir une large hospitalité. Installé entre la Furieuse et la rue commune qui joint le couvent des Frères Mineurs28, il est doté, conformément aux volontés d'Óthon IV, « d'ung hospital ensemble une maison, chapelles et aultres somptueux édifices »29. Ces bâtiments, destinés à l'accueil des malades, des passants, des pèlerins, des femmes enceintes30, s'ouvrent à d'autres « euvres de miséricorde » comme l'ensevelissement des défunts. La réception des enfants n'est pas précisément mentionnée31, même si elle n'est pas exclue.

  • 32 L'hôpital du St-Sépulcre est situé au Bourg-dessus, Grant-Rue, près de la grande saline et à l'int (...)
  • 33 AHSal., A I, 1431. Chaque lit est équipé de six draps, trois couvertures et deux oreillers. En 143 (...)
  • 34 Mollat (M.), dans l'Histoire des hôpitaux en France, constate que les hôpitaux de trente à quarante (...)

14Néanmoins, le plus vaste des trois établissements salinois est sans conteste le dernier en date dans l'ordre des créations, l'hôpital du Saint-Sépulcre32. Cette maison, fondée en 1431 par Jean de Montaigu avec beaucoup de munificence, offre dans une vaste salle en forme de nef à un étage, la possibilité d'héberger au moins trente pauvres dans les trente lits de plume qui y sont disposés33. Comparé à d’autres hôpitaux de la même période, le Saint-Sépulcre se présente comme un établissement de relative importance ; il propose le même nombre de couches que les hospices de Beaune fondés en 1443 par Nicolas Rolin et Guigone de Salins34.

  • 35 Possession de St-Bernard de Montjoux, signalée dans un acte de 1177 entre Salins et Ballaigue. Loc (...)

15En revanche, les xive et xve siècles ne donnent plus trace d'un quatrième établissement appelé « Grange de Saint-Ferréol » et situé au-delà du quartier de Chantave en amont de la Furieuse35. En 1584, deux témoignages le décrivent : le premier le signale comme une maison destinée autrefois à secourir les pauvres, le second précise qu'il s'agit d'une ruine dépendant de l'ordre Saint-Bernard de Montjoux.

  • 36 ADD, II B 576.

« A sainct Farraux... audit Salins... souloit estre une salle de l'ospital... et les povres estoient receus et alimentés. Ce que toutefois ledit déposant n'a vu de son temps... Ouquel batiment est pour oratoire la chappelle Sainct Feraux... ou ne se fait aulcun service divin. »36

  • 37 Robert (U.) : Testaments de l’Officialité de Besançon, p. 231.

16Les sources des xive et xve siècles se montrent également très discrètes sur l'hôpital des Trinitaires dans lequel Etienne Merceret fonde une chapelle en 136137.

17Besançon

  • 38 Gresser (P.) : La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 339.

18Besançon, selon l'expression de P. Gresser, « occupe une place à part parmi les villes comtoises du bas Moyen-Age »38. Ville épiscopale, elle échappe au domaine des comtes de Bourgogne et forme une enclave au sein de leur principauté ; située dans la vallée du Doubs, lieu de passage très fréquenté, elle est implantée à la fois sur l'axe qui relie les sillons rhodanien et rhénan ainsi que sur la route Pontarlier-Langres. Sa population reste relativement stable entre la fin du xiiie siècle et le début du xvie siècle, périodes pour lesquelles nous possédons des indications démographiques : on dénombre environ 8 000 à 9 000 habitants, malgré la peste noire et ses récurrences. Ceci laisse supposer qu'une hausse démographique s'est produite dans la deuxième moitié du xve siècle.

  • 39 ADD, G 233. Il est difficile de savoir quelle est l'assistance offerte par cet établissement. En 1 (...)
  • 40 Renaude, dite Brin de St-Quentin, affirme dans son testament du 14 octobre 1368 que l'hôpital St-A (...)
  • 41 ADD, 53 J X 3. Les écrits de Lambelet Vernier nous sont connus par les réponses qui lui ont été ad (...)

19La ville compte quatre hôpitaux significatifs : Sainte-Brigide39, près du chapitre Saint-Jean, Saint-Antide40 près de l'abbaye Saint-Paul, Saint-Jacques des Arènes dans le quartier Battant et l'hôpital du Saint-Esprit. Seule la capacité d'accueil de ces deux derniers établissements peut être évaluée en 1436 et au xve siècle uniquement grâce à diverses suppliques adressées à Eugène IV par le recteur du Saint-Esprit, Lambelet Vernier. Considérant l'exiguïté des locaux de sa maison pour accorder un accueil convenable, Lambelet Vernier tente d'obtenir l'autorisation de leur adjoindre ceux de Saint-Jacques : il affirme à ce propos que le Saint-Esprit ne peut plus recevoir les cent vingt pauvres qui affluent dans cette période de guerres et de sinistres41.

10.— Les hôpitaux de Besançon aux xive et xve siècles

  • 42 Il ressort une proportion de trois personnes par lit. Lambelet Vernier estime ainsi que son hôpita (...)
  • 43 ADD, 53 J XVI 1.
  • 44 Il faut comprendre « salle des pauvres » sous la terminologie hôpital.
  • 45 Les lits de la maison du « fevre » sont réservés aux contagieux. “Ordonnance des hospitaulx”, Mém. (...)
  • 46 ADD, 53 J XVI 1.

20Eugène IV et Jean de la Rochetaillée, archevêque de Besançon, accèdent à sa demande, mais exigent en retour la reconstruction des bâtiments de Saint-Jacques et la réservation en cet endroit de douze lits pour les pauvres. Le chiffre de « cent vingt » avancé par le gouverneur de Besançon, seule indication numérique sur le nombre de pauvres reçus, paraît vraisemblable : le Saint-Esprit dispose en réalité au début du xvie siècle d'une quarantaine de lits pour l'assistance quand chaque couche est habituellement, rappelons-le, destinée à deux assistés42 Un inventaire de 152543 en dénombre trente-huit à l'hôpital44 pour les pauvres, deux à Torpes, sept dans la « maison du fevre »45, sept à Saint-Jacques, dont quatre pour l’hospitalité. Il convient d’ajouter à cette liste vingt-quatre lits pour le personnel, soit un total de soixante-dix-huit. Un inventaire de 152946 se montre encore plus précis : il en comptabilise trente-deux dans l'hôpital, quatre dans la « norricerie » deux dans l'infirmerie et quatre à Saint-Jacques. Tous sont à l'usage des pauvres exclusivement.

  • 47 Maison du St-Esprit située dans le diocèse de Lyon, mais dépendante du St-Esprit de Besançon.
  • 48 ADD, II B 574. « Les portes d'icelluy [hospital] sont fermées... et ledit Jehan Guillot [déposant (...)

21Le diocèse de Besançon, d'après cette approche, compte uniquement deux maisons de réelle importance à la fin du Moyen-Age : le Saint-Sépulcre de Salins et le Saint-Esprit de Besançon. Les autres hôpitaux, de dimension réduite, s'assimilent pour certains à des hospices routiers où l'assistance se limite à l'accueil des passants et des voyageurs. A titre d'exemples, ceux de Bletterans, Saint-Laurent-la-Roche, Sainte-Agnès ou Saint-Julien47 se destinent principalement à leur réception. Lorsque plus tard en 1583, cette fonction hospitalière n'est plus assurée, il en résulte un « grant scandalle », une inquiétude liée à l'insécurité chez les habitants du lieu, ainsi que le rapporte un témoin de Ruffey48.

Description des édifices

  • 49 Ces salles sont appelées communément hôpital au Moyen-Age.
  • 50 AHSal., H 7, fondation de Montaigu. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 28.

22La taille d'un établissement influe indubitablement sur son rôle, et ce déjà, en raison des moyens dont il dispose. Pourtant, quelle que soit sa dimension, l'hôpital est toujours pourvu de trois parties indispensables : une ou plusieurs salles pour recevoir les pauvres49, une chapelle pour soigner leurs âmes et un cimetière pour leur éviter « la male mort ». Le plan, apparemment, semble varier. A Bletterans, Sainte-Agnès et Montaigu50, la chapelle se trouve dans le prolongement de la nef où sont logés les assistés. En revanche, l'hôtel-Dieu de Gray présente une église séparée du corps de logis.

  • 51 Cette formule figure dans les fondations de Vesoul (1443), du St-Sépulcre de Salins (1431) et de M (...)

23Une phrase ressort couramment des actes de fondation : l'hôpital est édifié « en façon et forme de maison Dieu »51. Cette expression traduit nécessairement des habitudes de construction en matière de locaux hospitaliers. Quelles sont-elles ?

  • 52 Soit une hauteur d'environ 0,95 m ou 1,26 m.
  • 53 Soulier : étage.
  • 54 ADHS, G 81.

24Si on examine le cas de Vesoul, créé en 1443 par Jean Sardon, il apparaît que le fondateur s'ingénie à faire correspondre dans le plan de son établissement, chapelle et salle des pauvres. Après avoir passé un accord avec des maçons de Chargey-lès-Port, il exige « et ordonne que entre le maisonnement et estaige des povres et la chapelle, ait ung muret de trois ou quatre piedz de hault52 et en telle maniere, et au long d'icellui, une piece de boiz ou soyent faits postel jusques au soulier53 au long, de telle maniere que une personne n'y puisse entrer, et que les povres y puissent veoir Dieu en ladite chappelle »54.

11.— L'hôpital du Saint-Esprit de Dole d'après une gravure de 1668

12.— L'hôpital Saint-Jacques de Besançon d'après le plan de 1575

25Habitudes de construction des maisons-Dieu

  • 55 ADD, 1 Fi 197, plan de 1575 intitulé Vesontionis antiquissimae celeberrimaeque sequanorum qui in C (...)
  • 56 ADCO, B 1632, comptes de Jacquot Vurry, 1426-1427. Le St-Esprit de Poligny achète une maison pour (...)
  • 57 ADD, 53 J I 5. Le recteur s’engage "a y faire et édifier une chapelle et l'autel pour y chanter a (...)

26La même situation existe à Saint-Jacques de Besançon55 et à Dole. L'hôtel-Dieu, reconstruit au début du xvie siècle, est formé d'un bâtiment à deux étages dans le prolongement de la chapelle. Une disposition identique prévaut encore à Poligny56 quand en 1426, le recteur du Saint-Esprit de cette ville achète la maison de Jean Chousal pour y installer et aménager son hôpital57.

  • 58 Leistikow (D.), Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe, p. 54.
  • 59 L'hôpital du St-Sépulcre fondé en 1431 n'existe plus. Il a été vendu aux enchères le 29 mai 1751 a (...)

27Ces quatre exemples confirment l'appréciation de Dankwart Leistikow58. « La tâche du maître-d'œuvre — écrit-il — consiste à combiner le corps du bâtiment hospitalier avec les constructions consacrées au culte, à concilier parfaitement les exigences du sacré et du profane dans un édifice dont l'unité doit être aussi grande que possible. » C'est dans cet esprit que Jean de Montaigu construit son hôpital du Saint-Sépulcre en 143159

28Un hôpital-église : l'hôpital du Saint-Sépulcre de Salins

  • 60 AHSal., A 1. Voir Brocard, “L'hôpital...”, p. 3. La référence aux Evangiles est constante dans l'a (...)

29D'après l'acte de fondation de 1431, l'hôpital, constitué de bâtiments « en forme de maison-Dieu », jouxte la Grant-Rue, s'encastre dans la saline et se situe à l'intérieur des remparts. La partie antérieure de l'édifice principal abrite une chapelle et un autel surmonté d'un retable du Saint-Sépulcre ; son prolongement, en forme de nef à un étage, est réservé à l'accueil des pauvres. Là, sont disposés trente lits, en souvenance des trente deniers de Judas et du rachat du genre humain60.

30Cent ans plus tard, un dessin en vue cavalière de Sébastien Munster, daté de 1544 et intitulé Salin die namhasste Stattin Burgund nach ihrer Figur und Gelengenheit abgemalet, confirme cette description et donne des indications plausibles sur l'aspect des bâtiments au xve siècle. On distingue nettement une longue construction flanquée d'un clocher, perpendiculaire à la Grant-Rue et située le long de l'enceinte de la grande saline. Deux autres édifices plus petits en forme de maison y sont rattachés. Par devant, on remarque une tourelle coiffée d'un clocheton.

31Au xviie siècle, l'hôpital est encore représenté sur un tableau de Nicolas Richard (1628) conservé au musée de Salins. Il confirme et précise les observations faites à partir du dessin de Sébastien Munster : une croix orne l'élégante tour qui domine le bâtiment long et désigne sans ambiguïté le clocher, la chapelle et la grande nef présentée dans l'acte de fondation de 1431. Le pignon de façade, côté Grant-Rue, est rehaussé d'un muret dépassant au-dessus du toit. A l'opposé, un arc en plein-cintre rompt la monotonie du mur qui regarde la saline. L'imposante toiture de tuiles rouges, fortement pentue, est percée d'une grande fenêtre en forme de chien-assis, aux deux-tiers de sa longueur.

13.— La ville de Salins dans la Cosmographie de Munster, 1544

14.— Détail des bâtiments du St-Sépulcre.

32Le dessin, le tableau ainsi que l’acte de fondation ne permettent pas d’évaluer les dimensions de l'hôpital et de situer les ouvertures. Comme dans les autres établissements, la salle est certainement éclairée par des fenêtres placées haut pour assurer l’aération sans courants d'air. Ceci s'avère d’autant plus nécessaire que le Saint-Sépulcre est entouré sur deux côtés par les murs de la saline.

33Les dimensions du Saint-Sépulcre peuvent néamoins être estimées grâce à un plan des salines de 1734 et au plan cadastral de 1830. L'hôtel-Dieu figure sur le premier ainsi qu'une partie de ses dépendances. Désigné comme « hôpital devant », il est situé à l'intersection de la Grant-Rue, aujourd'hui rue de la République, et de la rue de l’hôpital, actuellement rue du docteur Germain. Les deux autres côtés du Saint-Sépulcre longent les murs de la saline dont il est séparé par deux ruelles.

  • 61 A titre indicatif la salle des malades des hospices de Beaune fait 45 m de long, 15 m de large et (...)

34On observe, comme sur le tableau de Nicolas Richard, un décrochement qui correspond à la largeur de la grande salle des pauvres, approximativement de dix mètres. La longueur de l'édifice61, calculée par rapport à celle de la ruelle, peut être estimée à 40-43 mètres.

  • 62 Plan cadastral, mairie de Salins.
  • 63 AHSal., EE 21.Maison rachetée aux héritiers de Gilles de Laule qui, dans sa fonction de portier de (...)

35Sur le plan cadastral de 183062, le pâté de maisons est toujours bien identifiable, mais la rue longeant les salines est désormais privatisée. On différencie nettement deux zones : la première correspond à la maison de Laule dite encore « castel de Laule » rachetée par l'hôpital en 1482 pour en faire la maison du recteur63. Sa largeur est de 15 à 17 mètres ; la deuxième correspond à l'hôpital primitif. On y reconnaît le tracé de la salle des pauvres qui sur ce plan a une largeur de 10 mètres.

  • 64 Dessiné d'après un plan des salines dressé vers 1734 sur lequel figure l'emplacement de l'hôpital (...)

15.— Plan des salines, du Saint-Sépulcre et de ses dépendances »64

36A la lumière de ces informations, la nef du Saint-Sépulcre correspond au type classique de l'hôtel-Dieu médiéval, dont la forme architectonique est désignée par Dankwart Leistikow par le terme de « Halle ».

  • 65 La salle des pauvres est appelée hôpital en divers endroits. ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esp (...)

« Cette halle — affirme cet auteur — est l'hôpital en soi65. Elle rassemble toutes les fonctions essentielles dévolues à l'institution : secourir les pauvres, les protéger du froid et de la faim ; mais elle leur offre surtout la consolation divine. »

  • 66 ADHS, G 81. fondation de Vesoul, 1443. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 20.

37L'omniprésence de ce secours se manifeste dans la statuaire, dans ce Saint-Sépulcre posé sur l'autel et dressé à portée des regards des trente pauvres allongés sur leurs couches. Cet exemple, accompagné de ceux de Poligny, de Dole et de Vesoul où les assistés « doivent voir Dieu dans la chapelle »66 permet de saisir les liens étroits existant entre le spirituel et le temporel dans la vision de l'hôpital. C'est de là que résulte l'architecture hospitalière du Moyen-Age, « enracinée dans le sacré et le profane » selon Dankwart Leistikow.

16.— Le St-Sépulcre d'après le tableau de N. Richard (1628).
le cimetière est situé de l'autre côté de la furieuse, au-delà du pont que l'on voit en bas à droite de la vue d'ensemble.

  • 67 AHSal., A 1, fondation.
  • 68 AHSal., B 2, 1438. « soubz la cheminee... construicte... sous ung grant arc par lequel l'on va en (...)
  • 69 AHSal., T 10. « Or est ainsi que pour la grant froideur qui est régnant audit lieu de Salins, il s (...)

38La halle du Saint-Sépulcre est enfin complétée par des annexes indispensables à la vie quotidienne et disposées autour d’une cour centrale. La principale d'entre elles consiste en un corps de maison élevé en 143167 et affecté aux cuisines, aux chambres, aux âtres et aux réserves de provisions. Leur usage est réservé essentiellement aux gouverneur, chapelains, clercs et autres personnels vivant en ce lieu. Pourtant, ces bâtiments sont aussi accessibles aux pauvres qui viennent se chauffer près de la cuisine, sous une cheminée construite à cet effet68 et jugée essentielle par le duc Philippe le Bon69.

  • 70 AHSal., K 1, inventaire de 1572. Brocard, “L'hôpital...”, p. 217. Il convient cependant de précise (...)
  • 71 AHSal., K 1. C'est-à-dire, une salle donnant sur la Grant-Rue, une chambre, une pièce appelée « le (...)

39Tous les communs nous sont présentés de façon précise dans un inventaire rédigé en 1572 par Jean-Baptiste Mamblan, juré au greffe du Parlement de Dole70. D'abord, il décrit avec force détails, le lieu de résidence du recteur et de trois chapelains. Ce logement, aménagé dans le « castel de Laule » acheté par l'hôpital en 1482, donne sur la Grant-Rue. Le rez-de-chaussée, composé de quatre à cinq pièces71 est réservé à l'usage du gouverneur de l’établissement, tandis que l'étage comprenant quatre chambres dont trois, spacieuses, est réservé aux chapelains.

1 : Castel de Laule :
— rez-de-chaussée : le « poille », la chambre du recteur, diverses pièces appelées « cabinets »
— étage : trois chambres spacieuses plus une.
2 : Cellier et pressoir ?
3 : « Poile » et grande salle au rez-de-chaussée, à l'étage, chambre des « coriaux » ?
4 : Cuisine et chambre au rez-de-chaussée, à l'étage 4 chambres pour 3 chapelains et un clerc.
5 : Grande salle des pauvres
17.— Le Saint-Sépulcre d'après le tableau de Nicolas Richard et l’inventaire de 1572. (AHSal, K 1).

  • 72 Il s'agit vraisemblablement de l'endroit où est fait un feu public pour les pauvres.
  • 73 Les eaux usées sont évacuées vers la Furieuse par une conduite passant sous la place de la saline (...)

40Continuant sa visite dans un deuxième corps de bâtiment, perpendiculaire cette fois à la Grant-Rue et à la ruelle qui sépare le Saint-Sépulcre des salines, Mamblan note au rez-de-chaussée une grande salle « donnant sur la rue derrière » et jouxtant une pièce nommée « poille »72. A l'étage, il trouve une chambre qu'il attribue aux « coriaux ». Il est possible aussi que cette pièce fasse partie d'un troisième corps de logis situé au fond de la cour ; le document n'est pas clair à cet égard. Dans cette dernière maison, Jean-Baptiste Mamblan place la cuisine73 et une chambre y attenant. Sans doute est-elle réservée au personnel, mais il n'existe aucune indication sur ce point. L'étage est divisé en quatre chambres allouées à trois chapelains et un clerc.

  • 74 AHSal., B 1 et 2, 1438.

41Outre tous ces bâtiments, il est signalé un cellier et un pressoir, au-dessus desquels — nous le savons par le deuxième acte de fondation74 — Jean de Montaigu a fait aménager un local isolé pour les contagieux entre 1431 et 1438.

42Toutes ces descriptions sont confirmées par le dessin de Sébastien Munster et par le tableau de Nicolas Richard. Sur le dessin et le tableau comme dans l'inventaire, un groupe de trois bâtiments au moins, organisés autour d'une cour intérieure, constitue les dépendances de l'hôpital. On distingue également une seconde tour dont le faîte n'est pas coiffé d'une croix. C'est peut-être là que fut placée l'horloge donnée par Jean de Montaigu dans son premier acte de fondation en 1431.

  • 75 AHSal., Q 1. « Item, un aultre meix, maison ensemble du pourprix et appartenance d'icellui, séant (...)

43Les deux sources iconographiques font apparaître également sur la rive gauche de la Furieuse, un bâtiment situé à l'emplacement de l'hôpital actuel et appelé dans un terrier rédigé en 1532, « l'hospital derrier »75. Ce local, placé à proximité du cimetière du Saint-Sépulcre, s'avère être en réalité l'infirmerie pour contagieux érigée par Jean de Montaigu en 1438.

  • 76 AHSal., A 1, 1er acte de fondation. Un accord est passé sur ce point avec les chanoines de St-Anat (...)
  • 77 AHSal., B 2, 1438. « C'est... bonne euvre et pie de prier pour les deffunctz ; ledit fondateur ord (...)
  • 78 Jean Perrot alias Bernard est attesté comme chapelain du St-Sépulcre entre 1452 et 1480. A cette d (...)

44Dès 1431, et selon l'usage, Jean de Montaigu dote son établissement d'un cimetière pour inhumer toutes les personnes qui trépassent au Saint-Sépulcre, sans oublier toutes celles qui, trop pauvres, se font porter à l'hôpital, ne pouvant assumer le coût d’une cérémonie d’obsèques76. Les funérailles sont en soi une œuvre de miséricorde. Chaque lundi encore, après la commémoration des trépassés, deux clercs vêtus de leur surplis et accompagnés de « coriaux » se rendent en procession au cimetière en récitant distinctement les psaumes de la pénitence77 proposant ainsi aux assistés une réflexion sur le sens de la vie et de la mort. Ces quelques vers écrits de la main de Jean Perrot de Bletterans78, chapelain dans l'établissement en 1454, le confirment.

  • 79 Ecrits de la main de Jean Perrot (1454) conservés à la BMSal., ms. 9, f° 5 v°.

« Advise toy une fois la sepmaine
« Et pense bien que tu dois devenir,
« Ne ou tu vais car ta vie te mainne
« Les yeulx bandés vers ta fosse mourir. »79

  • 80 Clerc (E.), Essai sur l'histoire de la Franche-Comté, t. II, p. 361, 362, 384, 408, 434.
  • 81 AHSal., B 2, 1438.

45La mort frappe d'ailleurs régulièrement depuis la peste noire de 1349. Edouard Clerc80 au siècle dernier, mentionne des réapparitions du mal en 1418, 1427, 1436-1437. Une grande mortalité sévit en Europe dans les années 1439-1440. C'est justement dans cette période, précisément le 23 août 1438, que Jean de Montaigu décide d'accroître son hôpital en le dotant d'une infirmerie pour contagieux, qu'il place de l'autre côté de la Furieuse, près du cimetière de son établissement. Il y ordonne la construction d'une nef sous laquelle il dispose « une cuisine, et enpres icelle, des chambres et aultres ediffices necessaires pour construyre infirmerie »81.

  • 82 Le plus spectaculaire des hôpitaux pour pestiférés a été fondé à Milan en 1488 par Galeazzo Maria (...)
  • 83 L'hôpital de Leyde (Pays-Bas), édifié après la peste de 1655, s'inspire encore du même plan. Leist (...)
  • 84 AHSal., Q 1, terrier de 1532. Voir supra, p. 49.

46La peur provoquée par l'extension de la peste suscite, il est vrai, un type nouveau de construction, conçu à la fois comme lieu d'accueil et de quarantaine. Il est visible en Italie au xve siècle82. Les salles communes sont remplacées par de petites chambres individuelles donnant sur une cour intérieure bordée de galeries83. C'est d'ailleurs ainsi que Sébastien Munster représente l'infirmerie plus d'un siècle après sa construction, en 1544. L'espace, clos sur l'extérieur, s'organise effectivement de la même façon autour d'une cour intérieure carrée entourée de colonnades ; celles-ci s'adossent à un bâtiment plus grand, en forme de nef à un étage. Là, sont répartis à l'évidence l’oratoire, la cuisine et les chambres dont parle Jean de Montaigu dans son acte de fondation de 1438. Un terrier de 1532 confirme le dessin. Il décrit « l'hospital derrier » avec « une chappelle et ung cloistre »84.

47Le tableau postérieur de Nicolas Richard présente des modifications. Une partie des galeries a été détruite ; il ne subsiste que la grand-nef au bas de laquelle un passage couvert est visible. La cour intérieure a disparu ; l'infirmerie est ouverte directement sur la Furieuse et le pont qui mène à la rue de l'hôpital.

  • 85 AHSal., H 7, fondation par Jean de Montaigu, 1453.
  • 86 ADD, II B 574, 1583.

48Le caractère exceptionnel de cet hôpital du Saint-Sépulcre, richement doté à deux reprises en 1431 et 1438, occulte la présentation de petites maisons-Dieu que l'apparence différencie trop peu d'autres habitations. Par ailleurs, nous possédons sur elles de trop rares descriptions en dehors d'une enquête réalisée au xvie siècle : celle de Montaigu85 avec sa nef dans le prolongement de la chapelle, est entourée d’un jardinet, dans lequel « lesdits pouvres souloyant aller prendre pour leur sustantation. » Celle de Sainte-Agnès, construite sur le même plan, est dotée d'un oratoire appelé communément « chappelle Pelerin ouquel hospital soulloy estre indu »86. Celle de Nozeroy enfin, fondée en 1481 par Pierre Courdier, possède elle aussi d'un jardin à l'arrière du bâtiment.

49En revanche, certains hôpitaux comme ceux Montbéliard, Vesoul ou Dole nous sont mieux connus. Nous disposons d'inventaires, de comptes, et dans le cas précis de Vesoul, d’un acte de fondation très détaillé, qui nous renseignent sur les matériaux utilisés pour la construction.

50Les matériaux de construction.

  • 87 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Soc. d'émulation de Montbéliard, fasc. (...)
  • 88 A l'exception des constructions de défense.

51Si l'emploi de la pierre est fréquemment mentionné, le bois est lui aussi largement utilisé pour d’autres usages que la charpente. Robert Cuisenier le montre bien dans la description qu'il fait de l'hôpital de Montbéliard87. Cet édifice de 13,77 mètres de façade sur rue est coiffé, à l'image de toutes les autres constructions de la ville88, d'une vaste couverture « d'essanes ». II s'agit en l'occurrence de tavaillons, petites plaques de bois fendu mesurant environ deux pieds de long, soit environ 58 cm. Au début du xvie siècle, les « essanes » sont remplacées par des tuiles. Déjà, la chapelle en avait été couverte en 1496.

52Les dépendances, cuisines, granges, étables et écuries, agencées autour d'une cour pavée de galets posés sur le sable, sont construites dans les mêmes matériaux.

  • 89 ADHS, G 81, 1443. Faire « charpenterie de boiz... est tellement que y puisse faire une chambre ou (...)

53Les cloisons intérieures sont réalisées en charpente avec remplissage d'argile. La situation est identique à Vesoul. Jean Sardon ordonne dans son acte de fondation, qu'au-dessus du mur de pierre, soit faite « charpenterie de boiz », pour y placer une ou deux chambres89.

  • 90 Lassus (F.), Les matériaux de couverture des maisons...
  • 91 ADD, 53 JI 3c, 1459.

54Cependant l'utilisation du bois, aussi bien dans la charpente que dans la couverture des édifices90, nécessite un entretien constant, sous peine d’occasionner très rapidement d'importants dégâts. Pour cette raison, les bâtiments de l'hôpital de Dole, insuffisamment restaurés, sont présentés comme délabrés tout au long du xve siècle. Des travaux de terrassement, de charpente, de pose de lambris et de réparation de plancher doivent y être exécutés91. En 1459, l'amodiataire s'engage, sur la durée de son contrat de neuf ans, à recouvrir deux fois les toitures. Cet engagement laisse supposer d'une façon générale, des réparations régulières de quatre ans en quatre ans. La moindre négligence dans l'entretien peut entraîner la ruine de l'établissement et compromettre définitivement l'hospitalité. C'est dire la précarité de ces petits hôpitaux et de leurs dépendances.

  • 92 ADD, II B 576, visite de l'établissement en 1584.
  • 93 ADJ, 126 H 3, 1484, registre de comptes.
  • 94 ADJ, 126 H 6, 1345. « La tornelle qui est devers la chappelle est en celle partie si ruyneuz que s (...)
  • 95 ADD, II B 576.

55Même des hôtels-Dieu comme Bracon, à l’origine richement dotés, ne sont pas à l'abri de destructions rapides. Ses bâtiments, construits de murs épais et hauts92, recouverts de tuiles plates93, se dégradent déjà une vingtaine d'années après leur édification. En 1345, la tournelle près de la chapelle risque de s'effondrer94. En 1584, le corps de logis situé dans la cour carrée est « en grant danger de ruyne et le plancher de la salle est gasté »95. Un siècle auparavant, les verrières de la chapelle ont dû être réparées : un maître-verrier a restauré trente et un panneaux de verre ; parmi ceux-ci, il en remit sept complètement à neuf.

56Une approche des hôtels-Dieu comtois a pu ainsi être menée. La majorité d’entre eux ne possède aucun caractère exceptionnel en dehors du Saint-Sépulcre de Salins. Cependant, cette étude serait incomplète sans une courte description de l'hôpital du Saint-Esprit de Besançon, dont il reste de nos jours d'importants vestiges.

57Le Saint-Esprit de Besançon

58Fondé vers 1207, grâce à la largesse et à la piété de Jean de Montferrand, l'hôpital du Saint-Esprit, implanté entre le port d'Hauterive et le port Mayeur, subit de profondes transformations de ses locaux au xve siècle, sous les rectorats de Lambelet Vernier et de Guillaume Bercy.

  • 96 ADD, I Fi. 197. Plan de 37 x 50 cm.

18.— Le Saint-Esprit d'après le plan de 157596

  • 97 Musée des Beaux-Arts de Besançon : Samson Bruley, Besançon à vol d'oiseau, 1615.
  • 98 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation.... p. 377, no 799.
  • 99 ADD, 53 J XVI 14, entre 1426 et 1468. « L'ovraige que monseigneur veult faire en hospital. Premier (...)

59La disposition générale des bâtiments s'apprécie à partir de l'observation des constructions encore visibles mais aussi, grâce au plan de 1575 intitulé Vesontionis antiquissimae celeberrimaeque Sequanorum qui in Celtica Gallia Burgundiae comitatus nomine censentur metropolis imperialisque civitatis delineado et à un tableau de Samson Bruley97, daté de 1615. Une supplique, adressée à Eugène IV en 1436 par Lambelet Vernier, présente la salle des pauvres comme une construction somptueuse98. Enfin un texte du début du xve siècle concernant un projet de reconstruction apporte quelques éléments sur les dimensions et l'architecture d'une grande salle99.

  • 100 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 1, p. 82.
  • 101 Coindre (G.), Mon vieux Besançon, rééd., t. II, p. 775-776.
  • 102 Guénard (A.), Besançon, description historique..., p. 101-105.

60L'Eglise, édifiée dès le xiiie siècle, l'église, large de 10 m 30 et longue de 34 m 10, se compose d'une nef unique dans le prolongement d'une chapelle à chevet plat100. Sa façade plate elle aussi, présentée dans le tableau de Samson Bruley, est surmontée de la croix de l'ordre. Sa voûte sur croisée d'ogive repose sur des colonnes, dont les chapiteaux restent les rares vestiges d'un décor qui n’est pas parvenu jusqu'à nos jours. Des fresques ornent encore ses murs au xixe siècle et disparaissent lorsque l’édifice devient un temple protestant101 ; A. Guénard les décrit en 1860 en s'appuyant sur les notes et les aquarelles de l'architecte Pierre Marnotte102 : aux xive et xve siècles, selon l'auteur, elles étaient divisées par étage et s'appuyaient sur un soubassement de deux mètres de hauteur.

19.— La chapelle du Saint-Esprit et les ruines du porche (1840)
(d'après G. Coindre, Mon vieux Besançon)

  • 103 La représentation d'Abraham et des pauvres enfants du St-Esprit semble inspirée par la parabole du (...)

61Une bordure soutenait le premier niveau au centre duquel était personnifiée « la figure d'Abraham103 recueillant une troupe d'enfants dans son sein ; à sa droite, on voyait des évêques, un prélat et des moines ; à sa gauche une reine accompagnée d’une troupe de femmes... deux anges à genoux tenant des flambeaux éclairaient la scène. Une frise gothique peinte en blanc sur un fond noir séparait le premier étage du second. Ici c'était le Christ dans toute sa majesté, couronné d'une auréole brillante, vêtu d'une tunique de pourpre et d’un manteau vert parsemé de fleurs d’or ; dans la main gauche il tenait une mitre, ses pieds reposaient sur l'arc-en-ciel, symbole de l’espérance... La travée qui précédait le chœur était également fort remarquable. Un Christ en croix en formait le sujet principal, mais la tête seule, qui paraissait de la plus grande beauté, était bien conservée. Il était entouré de plusieurs sujets de petite dimension et superposés les uns aux autres... La clef de voûte était dorée, et les ornements des nervures d'un blanc d'argent sur un fond rouge ; des étoiles couvraient la voûte... Au dessus des soubassements des murs, on remarquait une belle croix à fleurons placée au centre d'une brillante auréole, et une suite de figures, les unes priant, les autres chantant ou plongées dans la contemplation... Le soubassement du chœur et des autres parties de l'église était chargé de peintures variées... Les scènes du Jugement Dernier occupaient en partie la voûte de la seconde travée. Au centre, le Christ, assis sur l'arc-en-ciel, les bras étendus ; de sa bouche sortait une épée, emblème de la Justice éternelle. A sa droite et à sa gauche, deux anges, portant l’un la lance et la couronne d'épines, l'autre la croix et les clous ; deux autres anges sonnant de la trompette... la Vierge et saint Joseph implorant le Christ. »

20.— Galerie du Saint-Esprit

  • 104 ADD, 53 J III 4, f° 219. La chapelle Notre-Dame la Gessine est fondée par le recteur Guillaume Ber (...)
  • 105 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. BMBes., ms. Dunand, 31, f° 287, où apparaît encore une descr (...)

62A. Guénard poursuit la description de la scène en présentant saint Michel, saint Raphaël et Abraham enfin, qui attend le Jugement Dernier. L'ensemble de ces décors, et en particulier la description du Jugement Dernier, évoque le thème du célèbre polyptyque des hospices de Beaune. Au xve siècle, l'église, sous le rectorat de Guillaume Bercy, est encore embellie d'une chapelle accolée à son flanc gauche. Dédiée à « Notre Dame la Gessine »104 elle est agrémentée d'une nativité qu'A. Castan décrit en ces termes : « Dans cette œuvre en relief et de pierre blanche, on a volé quelques parties, dont les mains de la Vierge... Le bœuf et l'âne, réalisés d'après nature sont bien proportionnés. L'enfant Jésus y est représenté tenant un oiseau. »105.

  • 106 ADD, 53 J XVI 14, inventaire entre 1426 et 1468. « Premierement, la grant crois en laquelle il pen (...)
  • 107 ADD, 53 J XVI 14.
  • 108 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 1, p. 80.

63L'église abritait bien d'autres trésors, parmi lesquels se trouvaient une grande croix106, une Trinité, un Jugement Dernier, « et ung reliquaire ou il a de la Vrai Crois »107. Au xve siècle, elle fait face à un autre bâtiment de vaste ampleur construit entre 1427 et 1476 sous le rectorat de Lambelet Vernier. A cet endroit se trouve sans doute l'hôpital, la nourricerie, l'infirmerie et les chambres du personne]108.

21.— La salle des pauvres d'après le projet du xve siècle.

  • 109 Concernant la galerie du St-Esprit, voir Miguet (T.), “Sur le balcon de l’ordre du St-Esprit...”, (...)
  • 110 Expression reprise dans Histoire de Besançon, sous la dir. de C. Fohlen, t. 1, p. 549.
  • 111 La liasse qui conserve ce document non daté avec précision renferme diverses pièces d’archives et (...)
  • 112 Deux rangées de six piliers soutiennent 21 croisées d'ogive (3 x 7 = 21), et non 23 comme il est i (...)
  • 113 Beauquier (C.), Vocabulaire étymologique des provincialismes... du Doubs.

64Ces locaux sont pourvus d'une superbe galerie109 de « style Louis XII, avec poutres, balustrades et potelets de bois, soutenus par une colonne de pierre sculptée »110. Un projet de construction du xve siècle111, aide à comprendre leurs dimensions. Il décrit en effet une vaste pièce dont l'aspect évoque la salle des pauvres. Constituée de trois vaisseaux séparés par deux rangées de six piliers formant donc sept travées, elle est recouverte d'une voûte formée de vingt-trois112 croisées d'ogive. Chacune d'entre-elles mesure « XVII piez d’esquarrure », soit 27,8 mètres carrés : 5,27 mètres sur 5,27. La surface d'ensemble peut donc être estimée à 639 mètres carrés environ, alors que la hauteur reste comprise entre 15 et 16 pieds soit 4,65 et 4,96 mètres. On accède à un étage grâce à une « viorbe », c'est à dire un escalier à vis113. Six fenêtres éclairent et ventilent l'ensemble. La porte, de pierre de taille, se situe « en l'une des croisiés ou est la chappelle, ou mur du costei devers le vent ». Même si ce projet n'a pas été réalisé, il est probable que les dimensions correspondent à celles de la salle de l'hôpital.

  • 114 ADD, 53 J XVI 1.
  • 115 Que le St-Esprit « reçoive aussi en la maison du febvre jusqu'à ce que soit faicte une autre maiso (...)
  • 116 BMBes., ms. 1859, Notes de Castan (d'après ADD, 53 J XVII 1, Inventaire du St-Esprit, pièce qui n' (...)
  • 117 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esprit, 1529 : « Ornemens dudit hospital estans en l'armoire de (...)

65Le plan de 1575 place l'église à l'extrémité Est de l'hôpital et tous les bâtiments y apparaissent orientés parallèlement à la rivière. Cette disposition est confirmée dans le tableau de Samson Bruley daté de 1615, intitulé Besançon à vol d’oiseau et conservé au musée des Beaux-Arts de Besançon. Certes, cette œuvre peut contenir des éléments de représentation conventionnels ; néanmoins la chapelle y est figurée dans le positionnemt actuel, ce qui donne de la crédibilité à la reproduction des édifices qui y sont associés. En outre, le plan de 1575 figure nettement le cimetière de l'autre côté de la rue du Saint-Esprit, à l'emplacement actuel du musée des Beaux-Arts. Il le représente clos par un mur, aux extrémités duquel on localise trois maisons. L'une d'entre-elles est peut-être celle appelée « maison du fevre ». Ce bâtiment, mentionné dans un inventaire de 1525114, abrite sept lits pour les contagieux. Une ordonnance de la ville de Besançon exige par ailleurs que le Saint-Esprit y loge des serviteurs et des servantes pour les assister115. Par ailleurs, une tour édifiée vers 1443 par le recteur Lambelet Vernier surplombe une petite cour carrée. En bordure du Doubs, elle est intégrée dans le système de défense de la ville116. Elle domine encore aujourd'hui les quais avec son toit très pentu et ses élégantes fenêtres à meneaux. Avec certitude, le recteur y loge en 1529117.

23.— Le Saint-Esprit de Besançon, façade Est (d'après G. Goindre. Mon vieux Besançon...)

  • 118 BMBes., GG 424. « Mondit seigneur le maistre meist lui mesme ledit déposant en une prison basse de (...)

66Outre ces bâtiments, il convient de mentionner les dépendances, cuisines, étables, granges, pressoir et four. Un document de 1554 signale même curieusement une prison dans laquelle le recteur jette un homme venu abandonner une fillette118.

  • 119 BMBes., BB 23, f° VIIIxxX v°, 1537.
  • 120 BMBes., BB, f° II v°, 24 juillet 1475.

67Tous ces locaux, organisés autour d'une cour intérieure, sont enfermés derrière un mur d'enceinte, dès le début du xvie siècle. Les autorités municipales, soucieuses d'hygiène autant que de sécurité, ordonnent au recteur du Saint-Esprit de clore l'ensemble de l'hôpital et de placer un portier près de l'entrée119. Cette mesure en renforce une autre prise en 1475 : la condamnation de la porte du Saint-Esprit donnant vraisemblablement sur le port d'Hauterive, ainsi que le percement d'une poterne étroite « par laquelle puisse passer ung tomberel seullement »120.

  • 121 Foreville (R.), “Latran I, II, III et Latran IV”, Histoire des conciles oecuméniques.

68Appréhender la taille des édifices, tenter leur description, rechercher les habitudes de construction, sont autant de démarches qui permettent de comprendre le type d'hospitalité offerte ; mieux, l'idéologie de l'assistance qui consiste à soigner l'âme autant qu'à soulager le corps, s'en trouve éclairée. En effet, la présence d'une chapelle au sein même de locaux hospitaliers rend sensible les liens entre sacré et profane. L'architecture hospitalière souligne de cette façon ces décrets du concile de Latran IV (1215) : « Que les malades veillent à leur âme avant de soigner leur corps. »121.

69Pourtant, une énumération du mobilier, une évocation du décor, un inventaire détaillé des différents lieux qui composent les hôpitaux, favoriseraient une compréhension meilleure de la vie quotidienne, de l'accueil offert, voire des intentions des donateurs. La fonction de chaque endroit s'en trouverait éclairée.

Décors intérieurs, ustensiles et livres

70Salle des pauvres.

  • 122 ADD, 53 J I 3b, inventaires de l'hôpital de Dole.
  • 123 ADD, 53 J I 3b, inventaires de l'hôpital de Dole.

71Dans la majorité des établissements comtois de petite taille, le mobilier, d'une grande simplicité voire d'une grande rusticité, est souvent détérioré. Ainsi, les enquêtes menées au xvie siècle, sur les revenus des hôpitaux de Pontarlier, Nozeroy, Sainte-Agnès, Bletterans, Ruffey, Arlay, Montaigu ou encore Lons-le-Saunier, mentionnent inlassablement des coffres éventrés, des couches de bois garnis de paillasses et beaucoup plus rarement, des matelas de plume. Au Saint-Esprit de Dole, les lits de la salle des pauvres, au nombre de cinq en 1452122, ne semblent pas meilleurs ; le linge, de piètre qualité, manque ; les coffres, dans lesquels il aurait dû être rangé, sont sans couvercle. Un inventaire à peine antérieur et daté de 1423, signale seulement quatre petits lits réservés aux pauvres, équipés de quatre coussins, de deux draps et d'une vieille couverture de laine. Dans cet hôpital, toutes les réserves de literie ont été considérablement diminuées en à peine plus d'un siècle entre 1342 et 1459. Le nombre de draps a été divisé par deux ainsi que l'atteste ce court récapitulatif établi à partir de quatre inventaires123.

1342

1438

1452

1459

Couvertures

7

9

9

12

Coutres de plume

16

2

Coussins, oreillers

11

10

9

4

Draps, linceuls

53

31

26

20

  • 124 ADHS, G 81, 1443. « Item... soyent faictes six couches de lahons [planches]... pour y fere les lic (...)
  • 125 ADD, II B 574, enquête de 1583.

72Les actes de fondation de petits hôpitaux, à l'instar de ceux de Montaigu et de Vesoul, mentionnent eux aussi pour la salle des pauvres, un mobilier sommaire : bancs, sièges, tables et lits de bois124. Cependant, le fondateur de Vesoul précise ses intentions quant à l'hospitalité en établissant une différence entre les lits offerts : trois de plume et trois autres. Cette distinction se vérifie d’ailleurs à Ruffey où la chambre est meublée « de deux lictz et de quelques couchettes »125. L'explication apparaît à la lecture d'une troisième source, tardive il est vrai, et concernant cette fois l'hôpital de Bracon. En 1584 en effet, les assistés reçus dans cet hôtel-Dieu bénéficient de bons lits de plume, alors que les étrangers passant là couchent sur des paillasses.

  • 126 AHSal., A 1., fondation du St-Sépulcre, 1431.
  • 127 ADD, 53 J XVI 1. A cause de la mauvaise gestion du recteur Thomas Michelot, l'hôpital du St-Esprit (...)

73Un accueil différencié est donc perceptible, mais il est moins certain au Saint-Sépulcre de Salins et au Saint-Esprit de Besançon, ressemblant davantage « au palais pour les pauvres » voulu par Nicolas Rolin à Beaune ; du moins est-ce ainsi que le laissent percevoir les sources. Chacun des trente lits de l'hôpital du Saint-Sépulcre est équipé en 1431, au moment de la fondation, de six draps, trois couvertures et deux oreillers de plume126. L’inventaire dressé en 1525 au Saint-Esprit de Besançon recense vingt-quatre lits pour le personnel, trente-huit pour les pauvres, sans compter ceux de Saint-Jacques au nombre de sept. L’ouverture des coffres et des armoires permet de comptabiliser deux cent quarante draps et linceuls, trois cent douze serviettes, cent quarante-quatre nappes et quarante-huit couvre-chefs127.

  • 128 AHSal., A 1, 1431, fondation du St-Sépulcre ; ADD, 53 J XVI 1, 1529, hôpital du St-Esprit.
  • 129 L'aune de Poligny équivaut à 1,19 m ; la quantité d'étoffe offerte par Jean de Montaigu équivaut à (...)
  • 130 Disposition évidente à Salins où la nef se trouve dans le prolongement de la chapelle.

74Dans ces deux hôpitaux, comme d'ailleurs dans de plus modestes maisons-Dieu, tout permet de supposer que les personnes hospitalisées vivent en commun dans la salle des pauvres. Aucun des inventaires ne signale de cloisons de bois ; à l'inverse, ils mentionnent des ciels de lit et des rideaux pour isoler les femmes enceintes ou les accouchées128 A cette fin, Jean de Montaigu donne cinquante aunes de toile pour réaliser des tentures129. Il est donc facile d'imaginer des lits, alignés en deux longues rangées disposées parallèlement aux murs extérieurs130.

  • 131 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1472.
  • 132 L'inventaire de 1529 signale quatre lits dans la nourricerie, ADD, 53 J XVI 1.

75Pourtant, il existe déjà quelques salles spécialisées, consacrées chacune à un saint patron : comme la salle « saint Crépin et saint Crépinien » de l'hôpital Saint-Jacques131, elles possèdent un autel. La nourricerie abrite les tous jeunes enfants132 et l'infirmerie isole les contagieux.

76Si nous possédons cependant quelques renseignements sur le mobilier, nous ne disposons que de données éparses et fragmentaires sur les décors et les couleurs utilisées pour embellir les locaux ; leurs motifs et leur symbolique permettraient pourtant de comprendre mieux la conception de l'assistance.

  • 133 Il faut entendre ici la salle des pauvres.
  • 134 A Beaune, pour les fêtes solennelles, les lits sont recouverts de tapisseries aux armes de l'hôtel (...)

77Au Saint-Esprit de Besançon, l'inventaire rédigé en 1525 recense trente-trois tapisseries « tant grandes que petites », rangées précieusement « dans l'armoire de la grant salle ». Leur usage est précisé : elles servent à orner l'église et l'hôpital133, plus particulièrement lors des fêtes solennelles134. Certaines d'entre elles traitent de sujets religieux, d'autres représentent les blasons des recteurs.

  • 135 ADD, 53 J XVI 1, inventaires de 1525 et 1529.

« Une grande piece de tapisserie ou sont les trois roys, contenant... trente aulnes.
« Une aultre piece de tapisserie de semblable largeur et longueur ou sont sainct George et aultres figures.
« Une aultre piece de tapisserie ung peu moindre ou sont trois arbres et quelques bestiours.
« Une aultre piece en maniere d'ung doussier avec des fueillages, environ... huit aulnes.
« Une aultre piece tapisserie semblable a la piece devant dite.
« Une aultre grande piece de tapisserie semee de bestiours ou mylieu de laquelle sont les armes de feu maistre Richard Guyot.
« Une petite piece ymagee d'ung Dieu de la Résurrection a filz de soye.
« Une piece de tapisserie servant a ung pendant d'aultel ouquel y a cinq ymaiges.
« Une piece tapisserie a l'antique servant de dossier ouquel sont trois escussons.
« Trois bauchiers de tapisserie sur fueillage de verdure.
« Six carreaulx tapisseries en une piece armoiriez des armes feu maistre Richard Guyot.
« Une piece d'aultres quatre carreaulx tapisserie.
« Ung bauchié de trois carreaulx tapisserie.
« Une vieille couverte accoustumee mettre sur le chayre pour prescher, en laquelle sont cinq pahons. »135

  • 136 Au xive siècle, l'Eglise invite d'ailleurs la population à se divertir le jour de l'Epiphanie. Les (...)
  • 137 ADD, 53 J XVI 1. Pendant le Carême, les statues des saints sont cachées à la vue des pauvres.

78L'utilisation de ces tentures dans le décor renforce la présence du sacré et fait pénétrer dans l'esprit des assistés un message de résignation mêlé d'espoir. Les « ymaiges » représentant les trois rois et la Résurrection en sont une parfaite illustration. Les mages d'Orient, selon l'enseignement de la religion, n'ont-ils pas traversé le désert en quête de salut136 ? Ainsi, en faisant vivre intensément aux pauvres le sens des fêtes religieuses et le cours de l'année liturgique, l'hôpital leur montre le chemin à suivre pour gagner le Paradis137. Cet exemple ne permet pas de généraliser, mais il nous rend sensible l'idéologie chrétienne qui sous-tend l'hospitalité.

  • 138 ADJ, 128 H 3.
  • 139 Pastoureau (M.), L'étoffe du diable, une histoire des rayures et des tissus rayés, p. 27. Aux p. 17 (...)

79Une mention relevée sur l'hôpital de Bracon, quoique fragmentaire, révèle un autre aspect de l'importance des décors. En 1484, les lits y sont recouverts d'étoffe de serge rayée de vert138. L'utilisation de ces tissus rayés n'est pas anodine. La rayure désigne, dans la sensibilité médiévale, quelque chose de scandaleux, d'impur et d'agressif. « Dans le droit coutumier germanique — écrit sur ce point Michel Pastoureau — de tels vêtements [rayés] sont imposés et réservés aux bâtards, aux serfs et aux condamnés. De même dans les lois somptuaires et les décrets vestimentaires qui prolifèrent dans les villes d'Europe méridionale à la fin du Moyen-Age, ce sont tantôt les prostituées, tantôt les jongleurs et les bouffons, tantôt les bourreaux, à qui il est prescrit de porter soit un habit entièrement rayé, soit plus fréquemment, une pièce d'habit rayée : écharpe, robe ou aiguillette pour les prostituées ; chausses ou chaperons pour les bourreaux »139. S'il est difficile de tirer une conclusion de ces rapprochements, il n'en reste pas moins vrai que dans l'iconographie, les rayures ou « barres », selon l'expression médiévale, peuvent désigner des êtres mauvais, félons ; elles placent hors de l’ordre social. Faut-il ainsi percevoir les assistés de Bracon, en marge ? A ce niveau, il est légitime de s'interroger sur l'ambiguïté d'un accueil où pourraient se mêler le secours du prochain et le mépris du pauvre.

  • 140 AHSal., K 1, inventaire dressé en 1572 : « Item, deux bien grand plat d'estain tout noir de vielle (...)

80Les tapisseries du Saint-Esprit et les couvertures de Bracon sont les seuls éléments du décor des salles des pauvres qui transparaissent dans nos sources. Les actes de fondation dont nous disposons, de même que les inventaires et les comptes mentionnent davantage les objets usuels de la vie quotidienne comme la vaisselle. D'ailleurs, en dotant son établissement en 1431, Jean de Montaigu lui octroie une somme de deux cents francs, afin de lui procurer les ustensiles nécessaires : pots et vases de cuivre, plateaux, plats et écuelles d'étain, qu'un inventaire plus tardif de 1572 décrit140. Ce document indique de surcroît :

« Estant toute la vesselle susdite d'estain et marqué a la marque dudit fut seigneur fondateur, faict a la vielle mode. »

81Ainsi le fondateur, partout et sans humilité, a voulu marquer sa fondation de son empreinte. Ce fait, significatif de la sensibilité médiévale, montre à quel point vanité et largesse entrent dans les motivations des créations hospitalières.

  • 141 ADD, 53 J XVI 1.
  • 142 En 1529, l'inventaire évalue la vaisselle au poids de 434 livres d'étain, 226 livres de cuivre et (...)

82Au Saint-Esprit de Besançon, l’inventaire très détaillé de 1525 recense une grande quantité d’ustensiles qu’il serait fastidieux d’énumérer ici141 Toute la vaisselle d'étain a été pesée et estimée à 638 livres. Il existe d’autres pièces de ce métal, non décrites dans le document, dont le poids est évalué à 92 livres. Les cuivres enfin, trouvés principalement dans la cuisine, sont appréciés à 1 011 livres142.

  • 143 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'Emulation de Montbéliard, fa (...)
  • 144 AMMbl, hôpital, E 10, comptes, 1494-95, 1496-97.

83Le tableau des ustensiles en usage dans quelques établissements plus modestes permet d’appréhender une réalité bien différente et des conditions d'accueil moins faciles. A Montbéliard, la vaisselle est simple. Robert Cuisenier143 signale que l'hospitalier achète des « escuelles en bois » ; les comptes de l’hôpital ne mentionnent en tous cas aucune réparation ou achat d'étain en 1494-1495 et 1496-1497144. Ce type de vaisselle apparaît davantage au xvie siècle, à mesure que les pensionnaires laissent à leur mort des objets personnels.

  • 145 ADD, 53 J 1 3b, inventaires de 1342, 1438, 1452, 1459.

84Les sources relatives au Saint-Esprit de Dole apportent d'autres informations, significatives cette fois, sur l'hospitalité offerte dans l'établissement. Les indications comparées de quatre inventaires datés de 1342, 1438, 1452 et 1459 permettent en effet de constater une disparition d'ustensiles et de vaisselle et en conséquence, de conclure à une dégradation de l'assistance. Le nombre d'écuelles passe de vingt-six à douze entre 1438 et 1459 comme l'indique le tableau ci-dessous145.

  • 146 ADD, 53 JI 3c, 1459.
  • 147 AHSal., F 21, 1394. « Toutes pouvres personnes trespaissans par loudit bourg et vuillans avoir ref (...)
  • 148 ADJ, 128 H 3. AHSal., H 7, 1453. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 28-46. ADD, B 2067, f (...)

85En ajoutant à ces données les constatations relevées sur le mobilier et l’état des bâtiments, il est loisible de concevoir un tableau bien sombre de l'hospitalité offerte au Saint-Esprit de Dole dans la première moitié du xve siècle. L'accueil ne semble d'ailleurs réservé qu'à de rares passants, auxquels on est tenu uniquement de présenter du pain et d'offrir du chauffage146. La conception architecturale d'une salle des pauvres ne se pense du reste pas sans âtres, considérés comme des éléments constitutifs des établissements147. Monumentales à Bracon, les cheminées sont d'ailleurs décrites dans l'acte de fondation de l'hôpital de Montaigu en 1453 comme indispensables pour la cuisine, le chauffage et l'accueil des nombreux passants censés recevoir leur nourriture à la porte de l'hôpital148.

1342

1438

1452

1459

casseroles blanches

3

2

2

friture

1

couvercles

1

5

trappe (pour les tartes)

1

bassin

1

2

1

quocasse

1

1

1

pots d'étain

7

5

5

pots de cuivre

4

4

4

3

pochons

2

2

chopine

1

1

1

aiguière

1

1

1

écuelles

26

18

12

plats

5

3

2

poêles

5

2

1

chandeliers

4

4

3

écumoires

2

2

1

crochets

3

2

2

broches à rôtir

2

2

2

grille

1

1

1

chenets

4

2

2

2

chaudière

1

2

1

mortier

1

1

1

couleuvres

2

balance

1

  • 149 ADD, II B 574, enquête de 1583.

86La salle des pauvres, ainsi meublée de lits, de coffres, dotée de linge et de vaisselle, parfois de tapisseries, se trouve, avec ses cheminées, au cœur de la vie hospitalière. Pourtant, les hôpitaux comtois, petits ou grands, comportent d'autres pièces : cuisine, chambres pour le personnel et parfois même salles pour les passants. L'hôpital Saint-Denis de Saint-Laurent-la-Roche réserve même une pièce spéciale pour les pauvres de l'ordre de saint François qui passeraient par le lieu149. La chapelle reste cependant un lieu privilégié de l'hôpital : elle est dédiée à un ou plusieurs saints patrons sous la protection du ou desquels l'assisté se place.

87Chapelle.

  • 150 Encyclopédie de l'Alsace, t. VII, p. 4067, art. « hôpitaux ». Saint Léonard était invoqué lors des (...)
  • 151 Voir le tableau B, p. 332-333.

88Chacune d'entre-elles est dédiée à un saint protecteur. Alors qu'en Alsace, les dédicaces hospitalières privilégient saint Martin de Tours, saint Léonard et saint Erhard150 il est difficile, dans le diocèse de Besançon, de dégager une préférence, si ce n'est la recherche systématique de la protection de la Vierge Marie en plus du patronage d'un ou plusieurs autres saints. L’hôpital de Montaigu est ainsi placé, en 1453, sous sa protection en même temps que sous celle de saint Jean-Baptiste, de saint Jacques, de saint Blaise, de saint Désiré et de tous les saints151.

  • 152 Delumeau (J.), Rassurer et protège, p. 277.
  • 153 AHSal., A 1. Dans l'acte de fondation du St-Sépulcre en 1431, Jean de Montaigu impose la récitatio (...)

89La Vierge Marie offre en effet au xve siècle une image rassurante et salvatrice qui se traduit largement dans l’iconographie et la statuaire : souvent représentée vêtue d'un ample manteau, elle tend les bras pour recouvrir la foule des humains et la protéger. Quand se répand la vision de saint Dominique montrant le Christ tenant entre ses mains trois lances dont il veut « occire » le monde en punition des péchés capitaux, elle s'interpose et conduit les pécheurs à la contrition152. La Chronique de Tournai affirme même que le 16 août 1348, on l'a vu pleurer avec compassion sur les souffrances des hommes : c'est « une reine de miséricorde », une « avocate » comme il est encore écrit dans le Salve Regina153.

  • 154 Delumeau (J.), Rassurer et protéger, p. 243.

90La pandémie de peste favorise cette conception et Marie, plus encore que saint Sébastien, est invoquée contre ce fléau qui impose un besoin pressant et intense de protection céleste154. Saint Antoine l'ermite, saint Biaise, saint Sébastien deviennent aussi au xive siècle des intercesseurs populaires, quand sainte Marguerite est suppliée instamment au moment des couches.

  • 155 ADJ, 126 H I. A la « remembrance de sainete Marguerite et que sa propre ymaige yssoit. Que hung ch (...)
  • 156 Voragine (J. de), La légende dorée, t. 1, p. 452-455.

91Rien d'étonnant donc, à ce que les établissements hospitaliers secourent et sécurisent les assistés en les plaçant sous la protection des saints dont l'intervention est par nature toujours efficiente ; mais vénérer un saint dans une communauté hospitalière implique des obligations comme le prier et le représenter. C'est pourquoi à Arlay en octobre 1364, Guillaume d'Arlay fonde une chapelle en l'honneur de sainte Marguerite et lui dédie une statue155. En effet, les accouchées se recommandent volontiers à elle car, au moment de son supplice, elle obtint que toutes les femmes en couches qui l'invoqueraient avec ferveur, pourraient enfanter heureusement156.

  • 157 Voir le tableau B, p. 332-333.
  • 158 ADD, 53 J I b, inventaire de 1459
  • 159 AHSal., K 6. Le reliquaire de Gray est mentionné dans un inventaire de 1564. « Ung reliquiaire d’a (...)
  • 160 AHSal., A 10.
  • 161 AHSal., A 1, fondation.
  • 162 AHSal., K 1, K 2, K 5, inventaires de 1572, 1620, 1682.
  • 163 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1525.
  • 164 BMBes., BB 27, f° 226, 1555.
  • 165 ADD, 53 J XVI 14. Fragment d’inventaire sans date, dans une liasse relative à diverses pièces écri (...)
  • 166 ADD, 53 J VI 1.

92La recherche de protection divine éclaire singulièrement sur les maladies les plus courantes ou les plus redoutées157 : épilepsie, folie, affections dermatologiques, difficultés lors des accouchements. Elle renseigne aussi sur l'assistance au bas Moyen-Age ; elle se conçoit comme le recours à un protecteur céleste, dont l'hôpital tente souvent de se procurer les reliques. Indispensables à l'équipement de la chapelle, on trouve leurs traces dans tous les inventaires des petits et grands hôpitaux. Ainsi en 1459, le gouverneur de Dole acquiert « un tablon de reliques »158, quand en 1456, la maison-Dieu de Chaussin possède « ung reliquiere de loton ». Celle de Gray dispose d'un reliquaire de saint Crépin et celle de Bracon, de restes de saint Avertin159. En 1453, l'hôpital de Montaigu en est doté dès sa fondation ; mais déjà, en 1431 et 1432, Jean de Montaigu avait donné au Saint-Sépulcre de Salins une épine de la Sainte-Couronne160 et de superbes reliquaires, contenant pour certains, des morceaux de la vraie Croix161, décrits dans des inventaires plus tardifs162. Celui de 1572 signale même dans cet établissement, une autre relique notable de la Passion, du « Sang Miraculeux de Nostre Seigneur ». L'hôpital du Saint-Esprit de Besançon, ainsi qu'il apparaît sur la liste ci-dessous, n'est pas en reste. Il possède en 1525 un nombre non négligeable de reliquaires d’argent, dont trois abritent respectivement les reliques de saint Eloi, de sainte Madeleine163 et de sainte Marguerite164. Un quatrième, évoqué dans un inventaire du xve siècle contient un morceau de la Vraie Croix165. Ces « joyaulx », comme ils sont appelés au Moyen-Age, font parfois l'objet de dons ou de legs pieux, comme l'atteste cet exemple. En 1403, Odote de Choyé donne « un joyaulx d'argent et une piece de cristaul ensemble les reliques qui sont dedans »166.

  • 167 AHSal., A 1, 1ère fondation, 1431 et A 10, don d'une épine de la Sainte Couronne par Nicolas de Pé (...)

« Reliquaires du Saint-Sépulcre de Salins.
« Item, une chasse d'argent ou sont plusieurs devotes et précieuses reliques, et aux deux bouts, sont deux clochiers que souloient estre de cristal : l’ung encoires entiers en cristal, et l'autre rompe et mis en pièces. Lesquelles pièces ne sont en estre et l'a l'on reffait en bois et douré d'or et dedans celluy de cristal, repose une espine de la couronne Nostre Seigneur, et dedans l'autre, du sang miraculeux Nostre Seigneur167. « Devant laquelle chasse, est une croix eslevee, y a adjoustee, garnie de reliques et pierres précieuses.
« Pesant ladite chasse six maretz d'argent.
« Item, un reliquaire d'argent ou sont plusieurs reliques, au dessus duquel est un reposoir que se mect a vifz oudit reliquaire pour reposer Corpus Domini.
« Est pesé envyron trois maretz, auquel puis certain temps enca, a esté adiousté une croix d'argent pesant deux testons.
« Item, une petite crois d'argent, en laquelle y a de la vraye croix Nostre Seigneur et des pierres précieuses, pesant envyron ung maretz et demy.
« Item, une croix d'argent, douree d’or, ouvree de subtil ouvraiges, audessus de laquelle est ung crucifix elevé avec les ymages de Nostre Dame et Sainct Jehan ; et est garnye de cristal pour mectre reliques. Pesant le tout envyron quatre martz.
« Item, une croix d'argent, le pied de cuyvre douree, nagueres faicte.
« Item, une croix de cuyvre orangee et douree, garnie de plusieurs reliques ; laquelle l'on porte es processions.

« Reliquaires du Saint-Esprit de Besançon
« Une ymaige de la Trinité d'argent, dont le pied est cuyvré doré... dix marcs et demi.
« Ung Dieu en Jugement avec sainct Jehan, Nostre Dame, quatorze marcs d’argent.
« Une ymaige sainct Andrey d'argent ayant le pied de cuyvre, huit marcs.
« Ung bras d'argent garny de neufz aneaulx et le soubassement de pierres, onze marcs.
« Une ymaige de saint Joseph ayant une petite représentation de Nostre Seigneur.
« Une sainte Catherine d'argent ayant le pied de cuyvre.
« Une Magdeleine d'argent pesant trois mars cinq onces.
« Une annunciade d'argent, neuf marcs trois onces.
« Quatre reliquaires pesant deux mars.
« Ung petit reliquaire garni de cristal.
« Un reliquaire de saint Eloy, d'argent. »

  • 168 AHSal., A 1. Dans l'acte de fondation du St-Sépulcre, Jean de Montaigu fait écrire qu’il fait plac (...)
  • 169 ADD, 53 J XXI. Au St-Esprit de Besançon, les reliquaires sont parfois gagés, comme par exemple en  (...)

93La croyance au pouvoir surnaturel d'un saint par l'intermédiaire de ses restes vénérés permet, outre l'obtention de sa protection, de multiplier comme au Saint-Sépulcre de Salins, des occasions de pèlerinage. Leur possession suscite des dons, favorise l'aumône et les quêtes. D'ailleurs, chaque établissement dispose de troncs168 pour recueillir les offrandes des fidèles qui, par leur générosité, concourent à leur salut en soulageant les pauvres169.

  • 170 Pidoux de la Maduère (A.), Le vieil Arbois, p. 108, 109.
  • 171 AMBes., DD 90, f° 418. Au début du xvie siècle, les gouverneurs de Besançon commandèrent un tronc (...)
  • 172 AMDol., cote 958. Les comptes de la maladière de Dole (1488-1490) font état d'une commande de deux (...)
  • 173 AMArb., fonds de l'hôpital, A 31 : un document tardif du xviie siècle signale pour la maladière de (...)
  • 174 ADJ, 126 H I. Le Musée des beaux-arts de Besançon abrite un Saint Jean-Baptiste ayant appartenu à (...)
  • 175 AHSal., Al.
  • 176 Pour empêcher les enfants et autres personnages "peu raisonnables", de continuer à détraire ces be (...)
  • 177 Tapisserie évoquée dans l'inventaire de 1529. ADD, 53 J XVI 1.
  • 178 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1525.
  • 179 ADD, 53 J VI 2.

94La vénération des saints et de leurs reliques contribue encore au développement de la statuaire dans les locaux hospitaliers. Les chapelles de plusieurs hôpitaux et léproseries comme Arbois170, la Vèze171, Dole172, Grozon173, le Saint-Esprit de Besançon et l'hôpital d'Arlay abritent avec certitude des statues de la Vierge, de saint Jean-Baptiste, de saint Lazare, de saint Eloi et de sainte Marguerite174. Il s'agit là exclusivement de reproductions de saints protecteurs et intercesseurs. Le Saint-Sépulcre de Salins possède quant à lui un retable sur un thème alors répandu, celui de la Passion : en 1431, Jean de Montaigu fait en effet poser sur l’autel de son hôpital un remarquable sépulcre de pierre175, qui n'est pas sans évoquer l'œuvre sculptée en 1454 pour l'hôtel-Dieu de Tonnerre à la demande d'un riche marchand ; ce dernier, « meu de devoción a fait de nouvel fait faire de ses propres deniers, un moult riche et devot sanctuaire, c’est assavoir un Sainct Sépulcre »176. En dehors d'une Résurrection177, le Saint-Esprit de Besançon possède un Dieu en Jugement178 et très certainement une Pieta, offerte sans doute en 1318 par Béatrice de Choyé, béguine, qui fonde à cette date une chapelle à Notre Dame dite Notre Dame de Pitié179.

  • 180 Quarré (P.), “Le Christ de Pitié... de Beaune”, Archéologia, no 49, 1972, p. 32-36.

95La vue de ces sculptures, comme celle du Christ de Pitié des hospices de Beaune cherche à inspirer aux pauvres, résignation dans la souffrance et espérance de la Résurrection. La tradition rapporte d'ailleurs à propos de ce Christ, qu'un cierge brûlait à côté de lui lorsqu'un malade entrait en agonie ; il est possible même, que sa main droite ait pu tenir une lampe180. Dans une telle circonstance, il paraît vraisemblable que ce Christ souffrant et ruisselant de sang ait été conçu en pendant du polyptyque ornant l'autel et représentant le Jugement Dernier. Les deux œuvres ensemble proposent la douleur comme source de rachat et de salut.

96Si la statuaire et les reliques incitent les pauvres à la dévotion, il leur faut aussi « ouir messes comme bons catholiques doibvent faire ». L'équipement de la chapelle en ornements d'église est donc indispensable ; ils sont même essentiels pour comprendre l'assistance : les pauvres reçoivent d'abord l'hospitalité en tant que chrétiens. Se crée alors, unie par le lien de la prière, une fraternité qui les relie temporairement, pour un jour ou deux, aux saints patrons, aux intercesseurs, au personnel soignant et aux donateurs.

  • 181 Jussey, 1458, Nouveau dictionnaire... de Haute-Saône, t. 3, p. 326-27.
  • 182 ADD, 53 J III 1, Chaussin, inventaire de 1456 ; 53 JI 3b, Dole, 1342, 1438, 1452, 1459 ; 53 J III (...)
  • 183 ADD, 53 J 1 11, inventaire de St-Julien, 1360.

97Rien d'étonnant donc à ce qu'une chapelle manquant de vases sacrés soit ressentie comme un scandale. C'est le cas à Jussey en 1458181. Rien de surprenant encore à ce que tous les inventaires dont nous disposons mentionnent inlassablement l'équipement en calices, patènes, ornements sacerdotaux, croix processionnelles et chandeliers182. Plus précis, celui de Saint-Julien recense avant toute autre chose, la cloche183, considérée comme un des éléments essentiels. Déjà, elle permet aux voyageurs d'être guidés vers l'hôpital ; elle les écarte du danger. Ensuite, elle fait pénétrer les pauvres dans une communauté conçue comme une étape sur la voie de la pénitence. L'inscription gravée sur la cloche de l'hospice d'Aubrac illustre bien cette idée :

  • 184 Oursel (R.), Les pèlerins du Moyen-Age, p. 75 et suiv.

Deo jubila

Jubile pour Dieu

Clero canta

Chante pour le clerc

Daemones fuga

Chasse les démons

Errante revoca

Rapelle les égarés184.

  • 185 ADD, 53 J VI 4, 1480.

98La cloche — comme d'ailleurs la chapelle et le cimetière — rassure les assistés et exorcise leur angoisse face à la peur de la « male mort ». Elle rythme et embellit leurs prières : c’est pourquoi, en 1480, la corporation des bouchers fonde à l'hôpital, une messe annuelle, « sonnee a la grosse cloche, a bransle et trezelee »185.

  • 186 Vauchez (A.), La spiritualité au Moyen-Age, p. 154.
  • 187 Pour le St-Sépulcre de Salins, voir AHSal., A 1 ; pour le St-Esprit de Besançon, ADD. 53 J XVI 1, (...)
  • 188 Dans l'iconographie gothique des xiiie et xive siècles, c'est presque toujours une église qui sert (...)

99Les offices et les prières qui l'accompagnent sont d'autant plus belles et agréables à Dieu que le décor se veut admirable. « Il procure — selon l'expression d'André Vauchez —un avant goût de la beauté du Ciel »186. La richesse et la profusion de l'ornementation, comme au Saint-Sépulcre de Salins et au Saint-Esprit de Besançon187, veulent présenter une analogie entre l'esthétique du lieu et la splendeur du Paradis. Le chatoiement des étoffes et des tapisseries permet aux pauvres de baigner dans une atmosphère de prières et, parce qu'ils sont peu instruits, d'accéder ainsi à la conception d'une réalité supérieure188. Cette notion de sacré leur est rendue également sensible par la présentation qui leur est faite de livres liturgiques et hagiographiques. A l'hôpital de Vesoul, les « pauvres connus » peuvent les admirer sous la surveillance de l'hospitalier. Le fondateur de cet établissement ordonne en effet en 1443,

  • 189 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul, 1443.

« que tous lesquelx livres... soyent relayez et en ung grand polpitre de bois enchainnez en une grant verge de fert ou il y ait deux serrures... et que ledit polpitre soit hault contre le mur de la chappelle pour y monter par ung petit degré de bois, ou ait une huisserie fermant a la clef en la garde de hospitalier qui y laissera venir tous mendians cogneus et tous les chappelains de ladicte ville de Vesoul. »189

  • 190 ADHS, G 81, 1443. « Item ung volume en pargemin, contenant la vie de pluseurs appostres et de plus (...)

100Même un hôtel-Dieu modeste comme celui-ci possède, dès sa création, quinze livres de prix qu’il convient de protéger et d'enchaîner ; certains d'entre eux, en parchemin, sont enluminés190.

101Livres.

  • 191 ADD, B 2067, 16 août 1327, fondation et dotation de l’hôpital de Bracon. « En oultre, y avons fait (...)
  • 192 Ce type d'ouvrage est décrit dans les inventaires des hôpitaux de Dole (missel, bréviaire, graduel (...)
  • 193 ADHS, G 81, 1443. « Item ung petit livret en papier appelé le dyalogue cardinalis Bonaventure... »

102Il semble donc impossible d'envisager la création d'un hôpital, ainsi que l'affirme G. Hasenohr, sans le doter de livres qui paraissent aussi indispensables à son équipement que les calices, les lits et les couvertures. Du moins, est-ce ainsi que nous pouvons le comprendre à travers l'acte de fondation de Bracon en 1327191. Les ouvrages, pour la plupart « a us d'Eglise », déposés comme à Vesoul dans la chapelle, se composent déjà de missels, de bréviaires, d'antiphonaires, de « collectes » ou d'évangéliaires192 plus ou moins luxueux ou usés selon la richesse de l'établissement. Pourtant, l'acte de fondation de Vesoul révèle la présence d'autres volumes, tel le Dialogue de Bonaventure, provoquant après lecture, méditation sur la charité, la vérité, la condition humaine et le Jugement193.

  • 194 Jean Sardon a écrit de sa main le dialogue de Bonaventure.
  • 195 ADHS, G 81, 1443.
  • 196 Guigues II, 9e prieur de la Grande-Chartreuse († 188). On lui doit L'Echelle des Moines et un recu (...)
  • 197 ADHS, G 81, 1443.
  • 198 Ce manuscrit a appartenu à l’hôpital du-St-Sépulcre sous le rectorat de Guillaume Vauchard (1460-1 (...)

103En donnant ces divers ouvrages, parfois écrits de sa main194, Jean Sardon, conseiller du duc de Bourgogne et lieutenant général du bailli d'Amont, manifeste vivement le désir de voir son hôpital, nouvellement créé et doté, devenir un centre de culture religieuse, un endroit où tous les chapelains de Vesoul puissent consulter ses livres195. D'ailleurs, la lecture ne recherche-t-elle pas, selon le propos de Guigues II le Chartreux196, « la douceur de la vie bienheureuse » ? Elle nourrit l'âme. Mais, si quasiment tous les inventaires recensent des récits hagiographiques, certains actes de fondation, comme ceux de Vesoul et du Saint-Sépulcre de Salins, décrivent aussi des ouvrages à finalité pastorale comme le recueil Des vices et des vertus197 et L'horloge de Sapience198. Le quatrième chapitre de ce volume intitulé Mes oelz répandez voz termes, « parle comme fame devote peult recouvrer la vertu de la Passion de Jhesuschrist quant elle l'a perdu par son pechié ».

23.— Extrait du MS 9, folio 110, écrit en forme de rébus de la main de Jean Perrot

  • 199 BMSal., ms. 9, f° 110. « O Reine du Ciel, n'abandonne pas fauteur de ces lignes. / Au futur lecteu (...)

O Regina poli, scriptorem linquere noli.
Qui leget emendat, scriptorem non reprehendat.
O scriptor, pausa, quia sunt tua brachia fessa.
Si Jo ponatur et han simul associetur
Et nés addatur, qui scripsit ita vocatur.199

  • 200 Entre 1216 et 1236, Alexandre de Halès fait plusieurs fois allusion au purgatoire. Il distingue à (...)
  • 201 Des écrits de la main de Jean Perrot alias Bernard, de Bletterans, sont conservés dans le fonds de (...)

104Conformément à la tradition monastique encore, les chapelains d'hôpitaux importants fabriquent leur encre, relient leurs livres et transcrivent eux-mêmes les textes qui leur sont nécessaires. Ainsi, Jean Perrot de Bletterans, chapelain du Saint-Sépulcre de Salins, copie entre 1451 et 1468 des ouvrages de théologie de Ludolphe de Saxe, de Alexandre de Halès200, des franciscains de Pise, de Toulouse ou de Provence Il appose sur ses livres sa signature ou fait parfois deviner son identité par des rébus201.

105Ses écrits présentent également des réflexions sur la pénitence, sur le sens de la vie et de la mort. Le Spéculum Mortis, copié dans le ms. 9 conservé à la bibliothèque de Salins, nous renseigne aisément sur les paroles de résignation qui pouvaient être dites aux pauvres et aux malades par les chapelains au moment de leur visite journalière.

  • 202 Recovrer : se procurer, gagner, rétablir, réparer.
  • 203 Juré : peut avoir le sens de conjuré, défendu.
  • 204 Porporter : comporter.

Spéculum-Mortis.
Je suis la mors qui te mordray,
Et brefment ton corps je donray
Aux vers puans pour le mangier.
Fay com pout tu te dois prisier,
Et que piz est t'ame dolante
Se cy ne faiz ta penitance.
Aux ennemis sera livree,
Et ou feuz d'enfer tormentee.
Pense donc d'amender ta vie,
Que ne soyes surpris en pechié,
Tost a bien faire mestz la main
Car tu ne as point de demain.
Ne tu ne scez d'empeschement,
Et il advint communement
Que qui ne fait bien quant il puet
N'y recouvre202 pas quant il juret203 ;
Et pluseurs ont estez perduz
Pour ce qu'ilz ont tant actenduz,
Quar l'on ne doit pas differer
Bon pourportz204 quant Dieu l'a donnez.
Ainsy le dit Saint Augustin,
Bonne vie trait a bonne fin :
Et qui mal vist mal fenira,
Ung chascun son fais portera.
Les bons en aurons Paradis,
Et les pescheurs seront maldis.

  • 205 Copié à l'original par Michael Adzermarii, camérier d'Avignon en 1425, vendu 8 florins à un étudia (...)
  • 206 Pierre Bon est signalé comme chapelain dans divers actes au début de la fondation de l'hôpital. On (...)

106En 1469 et en 1476, Jean Perrot achète aussi pour son usage personnel deux ouvrages : un répertoire de jurisprudence205 à un habitant d'Arbois ainsi qu'un volume contenant un dictionnaire latin-français, des préceptes de grammaire latine et des extraits de la physique et morale d'Aristote. Toujours au Saint-Sépulcre de Salins, un autre chapelain, Pierre Bon206, rédige des commentaires sur les « Dix commandements ». Il craint pour le salut

  • 207 BMSal., ms. 12. Ce manuscrit se présente comme un recueil de 283 feuillets écrits de plusieurs mai (...)

« de ceulx... qui se mectent en desespoir et souhaitent mourir par impatience ou qui en leurs maladies ou nécessitez recourrent a sorciers et devins. »207

  • 208 BMSal., ms. 12. Pour Pierre Bon encore, « les tribulations, maladies, povretés ou guerre... est pl (...)

107Il exhorte les malades à prier Dieu, à apprendre la patience et à considérer que la prospérité plonge les hommes dans une vie de mondanité et de vanité préjudiciable au salut208.

  • 209 BMSal., ms. 44. Toubin (E.), “Etude sur un manuscrit...”, Société d'émul.du Jura, 1881, p. 167-181 (...)

24.— Dernier feuillet du volume contenant les extraits de la Physique d'Aristote209.

  • 210 Verge : barreau.

108Tous les volumes possédés par les hôpitaux sont placés dans une verge210 ou, lorsqu'ils sont plus nombreux, dans une bibliothèque.

  • 211 Hasenohr (G.), “Vie culturelle et spirituelle des hôpitaux bourguignons dans la seconde moitié du x (...)
  • 212 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esprit, 1525. Hasenohr (G.) “Vie culturelle...”, signale qu'un i (...)

109A Beaune, signale Geneviève Hasenohr, les livres sont rangés « dans l'estude ou petite librairie, situee au bout des alees haultes, près la chambre Dieu »211. Au Saint-Esprit de Besançon, en 1525, ils sont inventoriés « en un petit costé dessus les galeries de la chambre » du maître. « On trouve [là] ung nombre de livres jusqu'à la quantité de cent volumes, tant grans que petits, et tant a uz d'Eglise que autres. »212

110D'autres ouvrages se trouvent dispersés dans des coffres, à proximité de la chambre du recteur située dans la tour. L'inventaire de 1525 enregistre encore « deux coffres de cuir ferrer ; en l'ung desquelx sont les accostrements d'Eglise dudit maistre et l’aultre, certain livre d'Eglise que lesdis religieux dient avoir costez plus de cent escuz. »

  • 213 ADD, 53 J XVI 2. Cet inventaire ne mentionne plus que 38 livres en français et en latin, la plupar (...)

111Si la liste établie au Saint-Esprit permet une évaluation quantitative du nombre de volumes de la bibliothèque, elle ne donne nullement d'indications sur leur contenu ; elle ne laisse donc aucune possibilité de constituer pour cet hôpital, une typologie des ouvrages possédés. Seul, un inventaire plus tardif de 1585 mentionne des livres écrits en latin ou en français, « de droit ou autre »213. Nous ne disposons par ailleurs d'aucune source nous informant sur le contenu réel des bibliothèques d'autres hôpitaux du diocèse de Besançon, en dehors de quelques éléments sur le Saint-Sépulcre de Salins et l'hôpital de Vesoul.

  • 214 Il existait alors trois sortes de missels : un missel qui ne contenait que les collectes, les préf (...)
  • 215 Nicolas de Lyre, exégète français (La Neuve-Lyre, Normandie, 1270, Paris 1349). Entré chez les fra (...)
  • 216 AHSal., A 1, fondation du St-Sépulcre de Salins, 1431. Le légendaire contient la vie des saints : (...)
  • 217 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul, 1443.

112Ces bibliothèques se sont constituées apparemment de deux manières : par les dotations initiales et par les dons. Déjà en 1431, Jean de Montaigu accompagne la fondation de l'hôpital du Saint-Sépulcre de Salins d'un legs de livres des plus importants. Il en offre en effet seize à usage liturgique : trois missels214, deux bréviaires annotés, trois psautiers, un livre d'exorcisme, un livre de collectes, un graduel, deux antiphonaires, un ordinaire, un évangéliaire interprété selon le maître Nicolas de Lyre215, ainsi qu'un légendaire216. Pour la création de son hôtel-Dieu de Vesoul en 1443, Jean Sardon fait de même et donne quinze volumes qu'il « a en son hostel » : un missel, cinq livres relatifs à l'Ancien ou au Nouveau Testament, une vie de saints, une somme des vices et des vertus, une somme des confesseurs, un martyrologe, un psautier, des épîtres, le Dialogue de Bonaventure, un ouvrage relatif à l'histoire de l'humanité ainsi qu'un livre concernant les pères de l’Eglise217.

  • 218 Hasenohr (G.), "Vie culturelle et spirituelle des hôpitaux bourguignons...", Publication du Centre (...)

113La dotation des hospices de Beaune est à l'origine, à titre de comparaison, moins substantielle. Un seul livre semble avoir été donné par Nicolas Rolin en 1443. Il s'agit « d'une belle Bible en parchemin, bien escripte en lettre de forme, historiée en lettre d'or, que feue madame d'Authume a donné a ladicte maison »218.

  • 219 Prost (B.), Notes et documents pour servir l'histoire de la médecine en Franche-Comté. Il n'est pas (...)
  • 220 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet...
  • 221 AHSal., II 1. Comptes de Jean Vauchard. Brocard, “L'hôpital...”, p. 275 et suiv.
  • 222 AHSal., B 2, 1438.
  • 223 BMBes., ms. 253, traduction française d'un ouvrage de Henri Suso ou de Souabe réalisée en 1389 par (...)

114Dans le cas présent de Beaune, ce sont les dons qui ont constitué la bibliothèque. D'ailleurs et de façon générale, les actes de générosité, accompagnés d'une offrande de livres, ne sont pas rares. Ainsi en 1349 à Besançon, Renaud de Morey, médecin, remet aux pauvres sa bibliothèque composée de six volumes219. En 1489, le Saint-Esprit de Dijon reçoit un recueil de discours de Cicéron et Salluste220. En revanche, les sources et plus particulièrement les quelques comptes dont nous disposons, n'indiquent aucunement l'achat d'ouvrages. Tout juste signale-t-on pour le Saint-Sépulcre de Salins quelques frais occasionnés par des travaux de reliure221. Depuis 1438 dans cet établissement, un chapelain, faisant office de sacristain, doit entretenir les livres ainsi que les objets du culte222. Ces volumes sont parfois prêtés, comme en 1462 par le recteur Guillaume Vauchard. Sur le dernier feuillet du manuscrit L'Horloge de Sapience conservé à la bibliothèque municipale de Besançon223, figure cette mention :

« Hic liber michi fuit concessus per Dominum Guillermum Vauchardi, presbyterum et magistrum hospitalis Sancti Sepulcri ville Salinensis, quem sibi promicto reddere ad ejus simplex mandatum, teste signo meo manuali hic apposito 4januarii anno 1462, Stephanus de Ruppeforti. »

115Cette phrase engageant l'emprunteur Etienne de Rochefort à rendre le volume est suivie de la signature de Guillaume Vauchard.

  • 224 Pierre Crapillet, d'Annoire, fut recteur du St-Esprit de Gray avant de devenir gouverneur de l'éta (...)
  • 225 Jean Crapillet étudia à la faculté des arts de Paris. Devenu franciscain, il intervint dans les di (...)

116Ces prêts, ces dons, ces copies d'ouvrages théologiques par les chapelains du Saint-Sépulcre, paraissent autant d'indices susceptibles d'apporter des éclaircissements sur la vie intellectuelle et spirituelle dans les hôpitaux importants. Le personnel religieux y exerce charité active et miséricorde envers les pauvres en nourrissant son action par une compilation de textes religieux. Cette idée est encore illustrée par l'œuvre de Pierre Crapillet224 pendant son rectorat au Saint-Esprit de Dijon : il fait copier à l’hôpital même, le commentaire des psaumes de la pénitence que son frère Jean a élaboré225. En 1457 encore, trois ans avant sa mort il fait transcrire des extraits de saint Bernard et de saint Augustin.

  • 226 AHSal., B 7. Martin Gruard fut recteur de 1431 à 1439. Le 3ème acte de fondation de 1455 le présen (...)
  • 227 AHSal., B 7, 1455.

117Ainsi les lectures pieuses concourent à Dijon comme dans les autres hôpitaux au maintien d'une vie réglée, tout en participant à la formation morale et doctrinale des frères. Dans cet esprit encore, Martin Gruard, deuxième recteur du Saint-Sépulcre de Salins226, rédige un livre sur la bonne tenue exigée des chapelains pendant les offices et les prières. Par ailleurs, le sacristain tient un registre où sont consignées toutes leurs fautes ainsi que les manquements du recteur et du sous-recteur227.

  • 228 BMSal., ms. 45. Ouvrage de médecine des xve et xvie siècles, dont on ne sait s'il a appartenu au S (...)
  • 229 BMSal., ms 11. « Pour garir de raiche male. Prenez la grainne qu'il vient sur ung bois que l'on no (...)
  • 230 BMSal., ms 10. « Recette contre les vers. Prenez VII ou VIH fuilles de avanpechier et cinq ou six (...)

118Les indications des archives provenant du Saint-Sépulcre de Salins, comme les descriptions de livres enregistrés dans les inventaires des petits hôpitaux, permettent d'établir que la littérature religieuse tient une place essentielle dans la vie hospitalière. On est en droit de s'interroger sur la place d'ouvrages médicaux228, du moins, dans des établissements quelque peu importants. Aucune source n'en révèle en effet l'existence dans les deux grands hôpitaux du diocèse, le Saint-Esprit de Besançon et le Saint-Sépulcre de Salins. Mais l'absence de documents ne signifie pas pour autant que ce type d'ouvrage n'entre pas dans la composition des bibliothèques. Il convient de signaler que les compilations de recueils théologiques effectuées par les chapelains du Saint-Sépulcre de Salins Pierre Bon et Jean Perrot portent en marge et sur les pages de garde quelques recettes médicales. Les décoctions décrites sont d’abord destinées à soulager les maux de la vie courante : problèmes dermatologiques comme la gale ou la teigne229, affection intestinale comme l'attaque de vers230, catarrhe.

  • 231 BMSal., ms 10, f° 4. Recette écrite de la main de Jean Perrot.
  • 232 Pierrette : noyau de fruit. Nasturi : il s'agit du cresson alénois. Cette plante à odeur fétide et (...)

« Pour purgier la teste du cataire231.
« Item masticer piereta, nasturci, nigelle, scaphizagrie, elleborum albi et nigris... fiat pulvis232.
« Item faictes de petis sachés de toille come la jointe d'ung doig et les emplisés de ladite pouldre, et le matin, a partir de vostre couche vous serrez devant le feu, et mectrés ung desdis sachés en vostre bouche et le machiés entre vous dens, et bassez vostre teste, et ce qui partira de vostre cervele le laissés couler dehors, et gardés que vous ne laissés aler aval ; et le faictes une fois la sepmaine.
« Item le soir, quant vous irés couchier, prenez une grande emplaistre d'estoupes et la mectez dedens ung bonnet ; puis prenez ung pot de terre et y mectés de la brese et ung petit d'encend, et mectés vostre bonnet dessus ledit pot pour recepvoir la fumee dudit encend, et puis le mectés tout chaul sur vostre teste. »

119D'autres remèdes prétendent aussi soigner et guérir des fièvres, de la jaunisse ou de la peste.

  • 233 Parer : peler.
  • 234 BMSal., ms 11. Cette recette a été copiée de la main de Jean Perrot sur la dernière page d'un volu (...)

« Pour garir de la peste.
« Item prenez ung oignon blanc, le plus blanc que pourrez trouver, et le parez233 dessus et ostez la premiere peal, puis le broiez en ung mortier et le defaicte a eau d'endiue ou au deffault de ceste eaue, prené vin blanc pour défaire ledit oignon, puis le coulez et donnez a boire a celuy qui sera frapez de l’impidemie deans XX heures aprez qu'il sera estez frapez, et il gectera tantost aprez ce qu'il aura cela beu, tout le venin qu’ilz sera en son corps ; puis prenez le demorant de l'oignon, broiez et faictes emplaistre et le mectre sur la bosse et vous serez préservez a l'aide de Dieu. « Cecy est approuvé. »234

  • 235 « Lorsque ces humeurs sont déréglées, l'homme est malade », comme l'affirme le théoricien de la mé (...)
  • 236 Dioscoride, médecin militaire de l'empereur Claude (41-54) qui collectionna plus de huit cents pla (...)
  • 237 Raymond Lulle (vers 1235-1315), philosophe et théologien espagnol, s'intéressa à la médecine fondé (...)
  • 238 Lulle (Raymond), Principes de médecine, trad., introd. et note par A. Llinares.

120L'oignon, ainsi que les autres plantes mentionnées par les chapelains du Saint-Sépulcre, ortie, oseille, genévrier, rose, mûre, plantain... entrent couramment dans les compositions médicamenteuses pour leurs vertus thérapeutiques. Elles ont pour but de remettre en ordre les quatre humeurs qui sont en chaque homme : bile, sang, flegme et mélancolie235. De leur équilibre dépend en effet la santé ; leur déséquilibre entraîne la maladie. La médecine médiévale demeure profondément imprégnée de ces croyances qui plongent leurs racines dans la philosophie grecque et dans sa conception du monde physique. Tout homme cultivé, à la recherche de remèdes comme l'est incontestablement Jean Perrot, se réfère sans doute à Hippocrate et à Aristote dont l’ouvrage, très répandu au Moyen-Age « De la génération et de la corruption », montre l'importance des quatre éléments de vie : feu, air, eau, terre. De même, il se place dans la tradition de Dioscoride, Pline l'Ancien ou Galien236 pour trouver des plantes médicinales capables de modifier le cours de la maladie. Elles doivent répondre, selon Raymond Lulle237, à quatre fonctions : « l'appétive, la rétentive, la digestive et l’expulsive »238. La recette de Jean Perrot concernant la peste correspond à la quatrième.

« Il convient que la digestive, explique encore Raymond Lulle, donne plein pouvoir à l'expulsive de rejeter au dehors la matière grossière, inutile à la nourriture du corps. Si l’expulsive rejette au dehors cette matière superflue, le corps est en bonne santé. »

  • 239 BMBes., ms 468, début du xve siècle, ayant appartenu à Jacques Bonvalot. Autre remède contre la pe (...)
  • 240 Thériaque : électuaire opiacé, contenant aussi des pulpes et des sirops à base de sucre et de miel (...)
  • 241 BMSal., ms 10. « Faictes inllez et boivent une foiz la sepmainne du tryaicle (thériaque) en eau de (...)

121D'ailleurs, pour lutter contre l'action de la peste considérée comme un venin239, on peut aussi utiliser la thériaque240. Composée elle aussi de poisons, elle est naturellement laxative. C'est pour cela que Jean Perrot la juge bonne à la fois contre les vers et « l'impidemie »241.

  • 242 A titre de comparaison avec ces recettes médicales, voir le contenu de la bibliothèque d'un médeci (...)
  • 243 BMSal., ms. 12. « Pour gary des fievres. Prenez de l’uye qui vient sus les toy et en faites le ver (...)

122Le ms. 12 conservé à la bibliothèque de Salins nous livre un autre remède consistant à guérir les fièvres242. Il convient là aussi de rééquilibrer les humeurs et d'administrer aux malades « une matière de la complexion du froid et de l’humide », en l’occurrence de l'eau et du verjus243.

  • 244 Jean Perrot possède un livre sur la physique d'Aristote (1476).
  • 245 Larchet (J.-C.), Théologie de la maladie, p. 115-116.
  • 246 Extrait de saint Basile, Larchet (J.-C.), Théologie de la maladie, p. 25 et suiv.
  • 247 BMSal., ms. 475, traité de médecine traduit de l'arabe en latin, d'écriture italienne. Sur le prem (...)

123Soucieux donc de soigner et de guérir avec des herbes, des onguents et des emplâtres, les chapelains du Saint-Sépulcre semblent posséder de bonnes connaissances médicales. Imprégnés de culture antique244, ils se placent aussi dans la tradition des Pères de l'Eglise. Saint Basile ne souligne-t-il pas que le Créateur a voulu des plantes aux propriétés particulières pour guérir chaque maladie ? Apprendre la médecine entre également, selon le propos d'Origène, dans les desseins de Dieu puisque toute sagesse émane de Lui. « Quelle science, demande encore Origène, vient de Dieu plus que la science de la santé ? »245 Rien de surprenant alors à ce que Jean Perrot, homme de Dieu, apprenne la médecine pour « mettre en œuvre les énergies divines, généreusement répandues par le Créateur »246. Pour cette raison encore, cet homme curieux s'ouvre aussi à d'autres savoirs et copie en marge d'un manuscrit, un remède qu'il tient indirectement d'un juif de Lausanne247.

  • 248 BMSal., ms 10, de la main de Jean Perrot.

« Pour garir de la janisse noire. Approuvee par Robert Roubelin auquel elle fut ordonnee par Raphael, juifz domorant a Losanne.
« Item des orties gringetes et de la clere qu'est une herbe, laquelle croit es murailles, et les broiés ensamble et deffaictes de vin blanc et donner boire au malade et y garira. »248

  • 249 Epître aux romains, 5-18.

124Pourtant, Jean Perrot reste humble face à son savoir dont il reconnaît les limites. Il avoue son incapacité face aux épidémies lorsqu'il demande en plus de la médecine, l'aide de Dieu. Pour lui, la prière, plus que le remède, peut apporter la guérison. A la même époque, Vincent Perrier, dans la ligne des Pères de l'Eglise, préconise dans ses sermons de demander le secours divin. C'est en effet dans le péché originel qu'il faut rechercher la source des maladies, des infirmités, de la souffrance et de la mort. « Par sa désobéissance — affirme saint Théophile d'Antioche — l'homme puise fatigue, douleur et chagrin ». Il transmet de génération en génération, la nature infirme et mortelle d'Adam. « La faute d'un seul a entraîné sur tous une condamnation » assure saint Paul249 «et rien n’est plus certain que la mort ». Vincent Perrier, toujours, incite les populations à supplier ce grand médecin qu'est Jésus-Christ de les préserver des maladies qui procèdent du péché. Les malades doivent soigner et guérir par la confession, le mal qu'ils portent en leur âme. Jean Perrot le rejoint sur cette pensée et copie à ce propos dans le ms. 13 conservé à la bibliothèque municipale de Salins :

  • 250 Jean Perrot rapporte ici des paroles à prononcer au moment de l'Extrême-Onction.

« Avez vous douleur et desplaisance de ce que vous avez offensé Dieu Nostre Seigneur et fait contre son commandement et sa sainete voulenté ? » Le malade doit respondre « Ouy ».
« Proposez vous que si Dieu vous donne santé et plus longue vie de emender vostre vie et de mieulx vivre que n'avez fait ou temps passé... ? » Le malade doit respondre « Ouy »250.

  • 251 BMBes., ms 138, acheté vers 1480 par l'archevêque Charles de Neuchâtel. Au f° 134, on peut lire un (...)

125Dieu rachète les pécheurs et permet de retrouver la santé du corps, si celle-ci est utile à l'âme ; les ingrats, eux, risquent l'enfer. En effet, de nombreux hommes refusent de volonté délibérée le Salut et persévèrent dans le choix du mal. Peut-être est-ce à cause de ces mécréants que les hôpitaux possèdent des livres d'exorcisme251. Les inventaires dont nous disposons ainsi que l'acte de fondation du Saint-Sépulcre les mentionnent.

  • 252 La désignation des livres d'exorcisme par « heandes », « ayandes », « andes » ou « zeandes » pourr (...)
  • 253 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1455.
  • 254 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1456.
  • 255 ADD, 53 J1 3b, inventaire de 1342.
  • 256 ADD, 53 J XVI 14, inventaire de l'hôpital de Gray (1439).
  • 257 ADD, 53 JI 11, inventaires de 1360 et 1395.
  • 258 AHSal., A 1, fondation du St-Sépulcre, 1431.

Besançon St-Jacques

« un livre nommé andes252 ou il l'ay ung kalandrier et apres ce commance : Exorciso te creatura. »253

Chaussin

« unes ayandes garnie de plusieurs messes. »254

Dole

« unes heandes bien viez »255

Gray

« trois missaulx, ung yandes et ung aultre livre pour chanter bien »256

St-Julien

« un missalx noctez de tout l'an et unes andes » 1360.
« ... gallice heandes » 1395257

Salins St-Sépulcre

« ... ipsamque capellam eciam munivi libris sequentibus, videlicet... uno libro exorcismorum gallice zeandes. »258

  • 259 Dictionnaire des Antiquités Chrétiennes, article exorcisme.
  • 260 L’officiant s'est au préalable préparé par le jeûne et la prière.
  • 261 Prière de saint Cyprien.
  • 262 La liturgie du baptême fait partie des exorcismes ordinaires. Dictionnaire de Théologie catholique

126L'exorcisme occupe parmi les thérapeutiques religieuses, une place particulière et traditionnelle, de la même manière que l'usage de l'eau bénite ou le signe de la croix. Il désigne le moyen employé pour éloigner la présence réelle ou présumée des démons, pour les chasser d'un endroit, d'un corps humain qu'ils occupent, qu’ils infestent, qu'ils obsèdent. Les rites officiels impliquent l'aspersion d’eau bénite, les signes de croix et parfois, la pose de reliques de saints sur le corps du patient259 par un officiant de mœurs irréprochables260 qui prononce aussi des prières et des adjurations261. Cet exorcisme, dit aussi extraordinaire262, libère le malade de ses infirmités et l'autorise à s'élever de nouveau vers Dieu.

  • 263 La pratique des exorcismes de possédés est fréquente dans les débuts de l'Eglise.

127Malgré la propagation de la sorcellerie, de la divination et de l'invocation des démons dénoncée au concile de Bâle en 1436 par le dominicain allemand Johannes Nider, rien ne permet d'affirmer que ce type de pratiques ait été fréquent dans les hôpitaux du diocèse, surtout aux xive et xve siècles263.

  • 264 AMBes., BB 2. F° 110, Jehan dit Loys « convaincu d'avoir appartenu a l'ordre des Tullepins de Pari (...)
  • 265 L'idée de complot existe déjà en 1321 avec les lépreux, en 1348 avec les juifs. Elle se poursuit e (...)
  • 266 « De faire plusieurs sortilaiges comme garir malaides par invocation de dyables. »

128Johannes Nider insiste sur la diffusion des maléfices provoquant la maladie et la mort et sur les sortilèges utilisés pour susciter l'amour et la guérison. Les archives municipales de Besançon264 attestent qu'en 1434, il existe dans la ville des jeteurs de sorts. Henriette de Crans et Vuillemin Boban, accusés de dévorer « de la chair d'enfant », perçus comme appartenant à une vaste secte qui complote contre la Chrétienté265 et reconnus coupables de guérir des malades par invocation du diable266, sont condamnés à être brûlés vifs.

  • 267 La profanation de la Croix peut être accompagnée de la profanation de l'hostie.

129Les pratiques diaboliques, accompagnées de l'abjuration du Christ, de la profanation de la Croix267 et d’un hommage au démon, deviennent à partir de la fin du xive siècle, un phénomène courant. Les sorciers du Velay avouent pouvoir provoquer cécité, folie, avortement et impuissance sexuelle. On prête à d'autres la capacité de fabriquer des poisons susceptibles de propager la peste. Mais pire encore que la magie, sont le rejet du Christianisme et de toute chance d'obtenir le Salut. Entre 1431 et 1439, Pierre Bon, chapelain du Saint-Sépulcre de Salins dénonce :

  • 268 BMSal., ms. 12, f° 233. Il est intéressant de noter les coïncidences de dates entre les écrits de (...)

« Les heretiques, les sismatiques et ydolatres et sorciers et sorcières, charmeux et magiciens usans dans deffendues et maldites invocations de dyables et ceulx qui se moquent d'aulcuns article de notre foy... auront l'enfer. »268

  • 269 ADD, 53 J XXXVI. Oudot Calot, de Cromary, fonde en 1536 une messe pour le protéger des démons « es (...)

130Rien de surprenant donc dans ce contexte, à ce que les fidèles cherchent à se protéger dans les hôpitaux, des influences maléfiques. C'est sans doute pourquoi Oudot Calot fonde en 1536 au Saint-Esprit de Besançon, une messe perpétuelle le Jeudi-Saint, pour préserver son âme, son corps et ses biens « des diables estant sur terre et en l'air »269.

131Par ailleurs, les formules et les rituels d'exorcisme rassurent. Ils permettent de conférer une puissance singulière à certains éléments ou aliments — eau, vin, pain — ou à des objets particuliers — cierges, encens, myrrhe — Jean Delumeau montre en effet comment vers 1500, dans le diocèse de Strasbourg, la population croit à l'efficacité de l'eau bénite contre la « male mort », lorsqu'elle est sanctifiée le jour de la saint-Pierre-aux-Liens. Il écrit également que l'eau exorcisée le jour de la saint-Antoine s'avère particulièrement utile contre le « haut mal ». Celle de saint Gundbrecht s'emploie contre les morsures de chiens enragés et celle de saint Pierre s'utilise contre les fièvres intermittentes.

132Le vin, lui aussi, donne lieu à un exorcisme conjugué de bénédictions. Un rituel autrichien du xiie siècle cité encore par Jean Delumeau commence par cette formule :

« Je t'exorcise, créature du vin par le nom et par la majesté du Fils et du Saint-Esprit, pour que soit chassé de toi, par l'invocation de la vertu du saint et par celle de Notre Seigneur, tout ce qu'il y a en toi de nuisible et de contraire au salut des hommes... écarte de lui l'humeur vénéneuse, éteint ses puissances mortifères. »

  • 270 Delumeau (J.), Rassurer et protéger, p. 40 ; p. 41, il montre que l'exorcisme de vin se retrouve en (...)

133Ce rite chasse du vin tous les ennemis « visibles et invisibles ». D'ailleurs, on donne parfois à boire aux malades du vin dans lequel on a trempé des reliques de la Vraie Croix. L'exorcisme du vin se retrouve encore dans un rituel bisontin de 1619270.

  • 271 Aux hospices de Beaune, les religieuses allumaient un cierge près du Christ de Pitié, lorsqu'un ma (...)

134De même fréquemment, on exorcise les cierges le jour de la Chandeleur ou le lendemain. En cas de maladie, d'orage ou de mort, on les laisse allumés. Leur lumière veille sur les personnes en danger271. Le jour de l’Epiphanie, les prêtres bénissent l'encens et la myrrhe pour qu'ils mettent en fuite « les maladies du corps et de l'âme ».

  • 272 Raifort : la racine du raifort renferme de la myrosine et du myronate de potassium, donnant naissa (...)

135D'autres exorcismes attestés dès le xiie siècle, concernent la bénédiction des plantes médicinales. Ils ont lieu le Mercredi des Cendres ou à la commémoration de la chaire saint Pierre à Antioche 22 février. Parmi ces plantes, les textes mentionnent plus particulièrement le raifort, la rue, l'absinthe et les roses272. Une prière du xive siècle, en usage en Allemagne et citée encore par Jean Delumeau, supplie Dieu d'accorder à ces végétaux, sa bénédiction, « afin que, si quelqu'un les porte sur lui, il ne soit en butte ni à la haine, ni aux embûches, ni aux tromperies, ni à la ruse, ni aux opprobres et qu'il échappe aux conseils perfides et aux perverses machinations des hommes. »

136Cette bénédiction des herbes, accompagnée souvent de prières contre la peste, est encore en usage à Besançon en 1674 et en 1705 ; là, on exorcise « des herbes, de la rue, de la rose, de l'absinthe et autres plantes semblables, pour les fumigations lors des exorcismes contre les démons ». Cette dernière phrase montre à quel point il existe une association étroite entre maladies, poisons, et actions démoniaques.

  • 273 L'exorcisme contre les insectes, les vers, les mouches... est encore pratiqué au xviiie s. dans le (...)
  • 274 Cité dans Delumeau (J.). Rassurer et protéger, p. 37 et suiv.

137On pourrait à l'infini multiplier le nombre de bénédictions touchant les objets, les animaux273 ou les hommes. Cependant, aux xive et xve siècles, elles tombent sous le feu de critiques sévères de théologiens et d'évêques. En Allemagne, Nicolas de Cues déclare dans un sermon entre 1438 et 1448, « il y a de la superstition à faire boire de l'eau bénite aux malades, à en répandre sur les champs afin de les rendre fertiles... à faire certaines offrandes sur un autel... le jour de la saint Sébastien »274. Luther, à peine plus tard, déclare qu'il est impie de multiplier les bénédictions de l'eau, du sel, des plantes, des cloches, des chasubles, des reliques... Par ces pratiques, affirme-t-il, l'Eglise se rend coupable d'encourager la superstition. Il rejoint dans cette idée les Lollards et les Vaudois qui affirment dès 1395 :

« Les exorcismes et consécrations que pratique l’Eglise... sont vraies pratiques de nécromancie plutôt que de sainte théologie. »

138Ces propos polémiques soulignent cependant à quel point l'usage des bénédictions est répandu, comme doit l'être d'ailleurs celui des livres d'exorcisme. Ils permettent de rassurer les populations qui recherchent aussi par ce biais, la conjuration des tempêtes, des orages et des inondations. Elles sollicitent également la protection d'un éventuel empoisonnement de l'eau des puits, susceptible d'être commis par des hommes sous l'emprise du mal. Ainsi, le rituel bisontin du début du xvie siècle contient une bénédiction des fontaines. Cet exorcisme de l'eau permet de comprendre l'accusation de complot dont furent accusés les lépreux en 1321. Les ladres, selon la rumeur, ont voulu empoisonner l'eau des puits pour le compte d'un sultan de Tunis. Ils y auraient jeté des poudres composées d'hosties brûlées, d'excréments, de lézards et de crapauds. Laissons parler l'inquisiteur Bernard Gui :

« L'an 1321... on découvrit et prit sur le fait la perverse machination des lépreux contre les personnes saines dans le royaume de France. Complotant contre la santé de la population,... ils ont disposé d'empoisonner partout les eaux des sources, rivières et puits, en y mettant des poisons et poudres corrompantes, et ce, afin qu'en buvant et utilisant ces eaux, les personnes saines deviennent lépreuses ou malades... »

  • 275 ADD, Ms 133.

139Cette crainte de la pollution des eaux par les ladres apparaît clairement dans les statuts de la maladière de Gigny. Là, en entrant dans le lieu, les malades doivent jurer de ne pas « regarder dans les puils ni dans les fontaines communes »275.

  • 276 Ginzburg (C.), Le sabbat des sorcières, p. 45.

140Dès 1321 en tous cas, explique Carlo Ginzburg, « les ladres qui ont toujours vécu dans des institutions de type hospitalier, presque toujours administrées par des religieux, sont en France, isolés à vie dans les lieux fermés que sont les léproseries »276.

II. Léproseries

  • 277 Beaumanoir (P.), Coutumes de Beauvaisis, t. II, p. 327, art. 1619.
  • 278 Dessevrer : séparer.

141Installées hors des villes et près d'un point d'eau, dans des zones de confins et près de voies de passage, les maladières ont pour but, selon l'expression de Philippe de Beaumanoir277 « de dessevrer278 les sains des enfers de liepre ». Il ne subsiste dans le diocèse aucun vestige susceptible de nous éclairer sur l'aspect général des bâtiments. Seuls les documents d’archives, en particulier les comptes des villes et les sources relatives à la gestion des léproseries permettent d'en imaginer l'allure, et par là-même, de recréer s'il est possible, le cadre de vie des malades. Les mentions relatant l'achat de matériaux, la reconstruction et l'entretien des édifices sont autant d'indices précieux qui favorisent la description des lieux ; dans tous les cas, les locaux se montrent conformes aux canons de Latran III (1179) qui stipulent :

  • 279 Foreville (R.), Latran I, II, III et Latran IV. La législation relative aux lépreux des décrets de (...)

« Partout où ces hommes seront réunis en nombre suffisant, ils devront disposer d'une église et d’un cimetière à eux. »279

  • 280 AMBes., GG 430.

142Les dispositions de ce concile encouragent en fait un type de construction qui rapproche à première vue les maladières des autres institutions hospitalières. Comme ces dernières, les léproseries sont constituées de trois éléments essentiels : une chapelle, un cimetière et un lieu pour les malades. Celle de la Vèze « avoit une belle et jolie eglise, chapelle, fonts et cimetiere sis et situé devant notre maladiere et fondee en l’honneur de Monsieur sainct Ladre »280.

143En outre, la proximité de chacun de ces établissements est signalée aux passants par une croix et plusieurs boîtes à aumônes.

Description

144Chapelle.

  • 281 Besançon-la Vèze, Dole, Arbois, Salins, Montbéliard, Gray et Gy...
  • 282 La chapelle de la maladière de Luxeuil mesurait 4 toises sur 3, soit 8 m sur 6. Desgranges (B.), L (...)

145Dans les léproseries étudiées281, elle apparaît déjà comme l'édifice le mieux construit, celui pour lequel on utilise la pierre. De petite taille282, elle est constamment séparée du logement des malades, et ceci contrairement à l'usage fréquemment observé dans les hôpitaux. Les communautés de ladres se regroupent en fait autour d'elle, comme les paroissiens autour de leur église. Elle est le cœur de la maladière.

  • 283 Ce type de couverture est vérifié pour tous les établissements.
  • 284 AMBes., DD 90, f° 268, 1506. « Pour quinze feuilles de fer blanc pour couvrir le fietre du clouche (...)
  • 285 Histoire des hôpitaux en France, sous la dir. de Jean Imbert, p. 42 : les maladières étaient souve (...)
  • 286 AMBes., DD 90, f° 268, 1506.

146Recouverte d'une toiture de lattes de bois ou « essaules »283 et surmontée d'un « cloucherot » protégé de plaques de fer blanc, elle offre la croix qui le coiffe à la vue des passants. Celle de la Vèze en 1506 « est peinte de vermillon »284, couleur couramment utilisée pour signaler les maladières285 à la vue des passants. Une « banne-role » d'airain y est accrochée286. Une « rabassee », un auvent, construit au-dessus du portail abrite vraisemblablement les lépreux, lorsqu'ils assistent de l'extérieur à certains offices.

  • 287 AMBes., DD 89, réparations de la maladière.
  • 288 AMDol., cote 959, comptes de 1481, 1482, 1483. « Des ornemens de l’até de la chappelle de ladite m (...)
  • 289 Ce missel appartenait à la léproserie de Dole avant 1479.
  • 290 AMDol., cote 959, comptes des années 1481, 1482, 1483, 1488. « A un paintre que paintura Monsieur (...)

147L'intérieur du bâtiment, éclairé par des verrières287 présente un équipement analogue à celui des petits hôpitaux : autel, linge, ornements et vases liturgiques. Les sources concernant l'établissement de Dole donnent sur ce point les renseignements les plus précis. Détruite en 1479, en même temps que l'ensemble des bâtiments de la maladière, la chapelle est réédifiée et rééquipée dès 1481. On peut donc lire à travers les quelques comptes de la fin du xve siècle, les priorités des autorités municipales pour restaurer ce lieu de culte. D'abord, en 1481, Guy Salebruisse, prêtre, achète toiles d'autel et vêtements liturgiques288. Ces ornements, ainsi qu'un missel, sont rangés dans une armoire réparée en 1488 et située à proximité de l'autel. Sept ans plus tôt, le livre de messe a été racheté par messire Jacques Thuroy d'Auxonne, « lequel missal estoit porté audit Auxonne par des gendarmes »289. En 1488, les échevins de Dole jugent bon encore de décorer la chapelle, de rémunérer un peintre pour la réfection de la statue de saint Ladre, et de doter le lieu d'un coffre de cuir pour y ranger des instruments de musique : citoles, sistres ou cithares290.

  • 291 Stouff (L.), Cartulaire... d'Arbois, p. 108-1 12.

148En 1492, les fenêtres en ogive sont fermées de verrières et enfin en 1499, la chapelle de la maladière de Dole est rééquipée d'une cloche. Il aura fallu vingt ans, de 1479 à 1499, pour rendre à cette église tous les éléments qui en font un lieu sacralisé capable de rythmer la vie de la petite communauté de ladres et d'appeler au rassemblement des fidèles comme dans n'importe quelle communauté paroissiale. A Arbois, l'article 25 des statuts de la léproserie stipule que les lépreux doivent « chascun matin aller a moustier et sonner la cloiche et faire leurs oroisons et a compites aussi »291.

  • 292 AHSal., E 7, 1564. « Les manans et habitans du bourg dessoubz dudit Salins ont... laissé ruyné la (...)

149Le mauvais état de la chapelle est par ailleurs très mal ressenti : en 1564, un malade de Salins, Antoine du Bois, réclame instamment sa restauration après en avoir signalé la ruine292.

150L'habitat des lépreux.

  • 293 Ces trois expressions concernent la léproserie de la Vèze. La dernière est relevée dans BMBes., BB (...)

151En dehors de la chapelle, toujours assez bien décrite, l'occupation de l'espace à l'intérieur d’une léproserie est assez difficile à cerner et à reconstituer, tant les sources sont équivoques. En effet, les documents relatifs aux réparations indiquent pour une même léproserie aussi bien « le batiment des ladres », « Tostel aux malades » que « les maisons des bons malades »293. Dans ces conditions, il est parfois délicat de trancher entre une construction collective, logis unique divisé en trois, quatre ou six chambres selon le cas, et des maisonnettes individuelles.

  • 294 AMDol., cote 959, comptes de 1481 et 1492-93.
  • 295 AHSal., E 6.
  • 296 AMBes., GG 430, comptes de la réfection de la maladière de la Vèze, 1413.
  • 297 AMArb., fonds de l'hôpital, CC 179, reconstruction de la maladière d’Arbois, 1525, f° 2. Toise de (...)
  • 298 Le pied de Besançon = 31 cm environ ; de Bourgogne = 33 cm environ ; le comte = 35 cm environ ; de (...)
  • 299 AMArb., fonds de l'hôpital, CC 179, reconstruction de la maladière, 1525, f° 2 v°. Chaque chambre (...)

152Malgré ces incertitudes, il semblerait qu'un certain nombre de villes du diocèse aient logé leurs lépreux dans un bâtiment collectif. Ce serait le cas pour Dole, Salins, Besançon et Arbois. En 1481 à Dole, la municipalité verse un franc à Jean Mercol pour fabriquer huit portes dans « la maison des ladres », « maisenote » située devant l'église294. En 1564, des couvreurs visitent la léproserie des Breux de Salins. Ils envisagent d'y réparer Tunique toiture car il pleut « tout du lon et du large de ladite maison et es chambres des pouvres malades »295. En 1480, la ville de Besançon fait refaire les trois cheminées de la maladière de la Vèze composée de six chambres. L'édifice décrit est recouvert lui aussi de lattes de bois appelées « essaules » ; des tavaillons en protègent le pignon ; le confort n'y est pas exclu : une galerie, donnant sans doute sur une cour, est aménagée « pour y estre les malades »296. La ladrerie d'Arbois, reconstruite plus tard en 1525, affecte aussi l'allure d'un bâtiment unique. Elle comprend trois pièces à l'intérieur d'un périmètre de dix-neuf toises et quart de muraille297. Il est donc légitime d'imaginer un édifice d'environ quinze mètres de long sur cinq mètres de large. Les trois chambres y sont équipées de trois cheminées dépassant « de quatre pieds298 le fuete de ladite maison » et dominant une toiture de onze toises, recouverte de « douze milliers d'essaules ». Chaque pièce est dotée d'une porte et d'une fenêtre299.

  • 300 AMMbl., CC 64, comptes, f° 18 v°, 1478.

153Il est possible que la situation ait été différente à Montbéliard. Là, on a peut-être adopté un type d'habitat consistant en logis individuels, maisonnettes ou cabanes disposées peut-être autour d'une cour. En 1478, « les bourgeois de la ville » ordonnent de construire « une malaitiere » pour huit francs au moment où la femme Régnault Girauldet est reconnue lépreuse300. Le mot « malaitiere » pourrait être compris ici comme une loge individuelle destinée à un malade. Cette idée est renforcée par la lecture des comptes de la ville de 1456, où apparaît cette mention :

  • 301 Soilé : mélangé de seigle.
  • 302 AMMbl., CC 63, comptes, f° 6, 1456.

« Item baillé a Vuillemin Garbet et Petitperrin pour VI jours qu’ilz on ouvré a rensoillier301 et reffere lesdites maladeres. »302

154Peut-être, décrit-on ici plusieurs chaumières dont les murs sont, d'après le même document, faits de torchis.

  • 303 AMBes., GG 430.
  • 304 AMArb., CC 179, f° 6. « Pour achat de quarante six livres de fert mises et empliees tant es six pa (...)
  • 305 AMDol., cote 959, comptes de 1494-1495.

155Quoiqu'il en soit, chaumière, cabane ou chambre à l'intérieur d'un bâtiment collectif, le logement des lépreux présente tous les caractères d'une habitation individuelle. Les sources précisent toutes que les ladres disposent d'une clé, élément essentiel leur permettant de s'isoler à loisir dans leur pièce, de protéger leur provende et d'abriter leurs objets. En 1498, Jean Semon, malade de la Vèze, confie sa clé à Marguerite la ladresse, lui demandant de faire exécuter ses dernières volontés303. A Arbois, le serrurier perçoit en 1525, une somme d'environ deux francs, pour l'achat de 46 livres de fer destiné à fabriquer des verrous, des clés et des serrures, ainsi que des paumelles pour les fenêtres304. Des travaux de serrurerie sont également mentionnés à Dole, dans les comptes de 1494-1495, à l'occasion de la réception d'une lépreuse. Les autorités municipales paient deux blancs pour la clé de sa chambre305.

  • 306 AMBes., DD 91, f° 105, 1525.

156Ce détail de la clé est significatif et particulièrement éclairant sur la vie quotidienne des ladres. Il montre à quel point cette infime population rejetée dans une léproserie, contrainte à une promiscuité obligatoire doit trouver, de l'avis de tous, la possibilité de vivre dans une relative autonomie. Chaque lépreux est donc chez lui ; il peut d'ailleurs procéder lui-même à un aménagement de son logement. En 1525, la Fermiotte, malade de la Vèze, fait construire un cellier pour y retirer « sa provision victuale », moyennant la somme de deux francs. Elle demande au trésorier de Besançon de la rembourser des frais engagés, ce qui est effectué en mai de cette même année306.

  • 307 AMDol., cote 959, comptes de 1494. Fardel : paquet.

157L'habitat et le mobilier revêtent pourtant des caractères identiques à Dole, Besançon, Montbéliard ou Arbois. Les chambres, aménagées par les municipalités, sont « lambrissées de tandures », équipées de cheminées, blanchies à la chaux et meublées de châlits. On les répare à l'arrivée de chaque nouveau malade, qui peut, s'il le désire, amener du mobilier personnel. Quand les lépreux sont pauvres, les châlits sont recouverts de paillasses. Ainsi à Dole, les autorités municipales paient en 1494, trois blancs, « pour ung fedeaul de paille que l'on a mis au chauly de la fille Bompy »307.

  • 308 AMBes., BB 7, P 320 v°, ordonnance du 4 août 1467. Il n'existe d'ailleurs pas de règle fixe pour l (...)
  • 309 ADHS, 311 E, suppl. 262.

158L'entretien de maladières par les municipalités implique d'une manière générale une prise en charge par elles des lépreux de la ville. Cette règle ne se vérifie pas partout308. Tardivement, en 1575, les prudhommes et échevins de Luxeuil refusent de financer l'installation de Marguerite, femme de Dominique Brevier, bourgeois de la ville. Cette malade doit en deux ans édifier à ses frais une maison éloignée et s'abstenir de la fréquentation des gens sains309.

159Les meubles indispensables à la vie d'un lépreux nous sont décrits dans l'équipement de la maladière de Faverney en 1495, au moment de la réception exceptionnelle d'un lépreux étranger, du diocèse de Liège. Les paroissiens de Faverney lui prêtent pour son installation :

  • 310 Chevecier : oreiller, traversin.
  • 311 Paellete : petite poêle.
  • 312 Paule, pele, palete : petite pelle.
  • 313 Besse : bêche.

« Premierement, la somme de douze frans monnoye courrant ou conté de Bourgoingne pour acheter ung cheval.
« Item, ung lit garni de chevot310 de plumes, d'une couverte de laine et de quatre lin ceulx.
« Item, une chauderate d'arain, ung petit poutot de cuivre, une paellate311 d'arain, une escuelle d'estain, ung plait d'estain, une cramaille, une haiche, une paule312, une serpe et une besse313. »

  • 314 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 47, le constate aussi dans le pays de Vaud.
  • 315 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Le gerdin appartenant a ycelle, deux jornaux de terre devant et darrier (...)
  • 316 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Et sera tenu maintenir icelle en bonne et convenable estat de toutes re (...)

160La confrontation de tous ces documents permet de constater que l’essentiel ne manque pas au logis des ladres : ces derniers peuvent se chauffer, se coucher et disposer d’ustensiles pour la cuisine et le jardinage. Toutes les léproseries sont entourées d’un courtil dans lequel les malades, s'ils ne sont pas trop atteints, peuvent travailler314. En 1428, les lépreux de Gray, Philippe Simonne et Jean Béguinant, obtiennent la jouissance viagère de la maladière, du jardin et des terres lui appartenant315. Les produits issus de leur activité modeste servent à compléter les revenus des quêtes et les provendes attribuées par les municipalités. Les ladres s'occupent parfois aussi de l'entretien de leur léproserie : en 1438, Régnault Vurpillet, de Gray-la-Ville et admis dans la maladière de Gray, doit demeurer dans cette maison et la réparer si besoin316.

  • 317 Aujourd'hui encore en Inde, les léproseries se développent à l'abri de hauts murs qui isolent les (...)
  • 318 ADHS, 282 E, suppl. 106. « A Guillame Gaudin... pour ses peines et salaires d'avoir reffaict le mu (...)

161L'ensemble de tous les bâtiments décrits ainsi que le cimetière se situent sans doute à l'abri d'un enclos. Les sources comtoises sont avares de renseignements sur ce point. Seuls les comptes de la ville de Gy en 1485-1486, signalent la réparation du mur317 en direction de la ville318.

162Tronc et croix de la maladière.

  • 319 BMB, DD 90, f° 418, 1514.

163A l'extérieur de l'enceinte, à proximité de la route, sont plantés la croix et les troncs destinés à recueillir les aumônes et à susciter la charité des passants. A Besançon en 1514, les gouverneurs de la ville en commandent de nouveau à Jean Juliot « ymageur et citien ». Celui-ci sculpte « deux ymages, a savoir deux sainctz Ladres de bois sur deux troncz tous neuf, pour planter devant la maladiere de la Veze appartenans a ladite cité et banlieu d'icelle, pour mectre les asmones deans, que les passants par devant ladicte maladiere donront pour Dieu et povres malades de lepre »319.

  • 320 AMDol., cote 959, comptes de 1488, 1489, 1490 et 1494.

164A Dole, les profits du tronc se montent à deux francs pour les trois années 1488, 1489 et 1490. En revanche, la seule année 1494 rapporte deux francs deux gros320.

  • 321 Borrador ! (P.). Mourir au Monde, p. 40.

165Plus significative, est sans doute la présence de la croix. Située devant la maladière, elle marque l'endroit qui délimite le monde des gens sains et l'univers des malades. Devant elle, et selon la coutume, le lépreux amené en procession jure solennellement de respecter les statuts de la maison. C'est du moins systématiquement le cas à Colovray dans le Pays de Vaud321 où les bourgeois de la ville accompagnent le ladre jusqu'à la croix dressée devant la porte de la léproserie. De bois à Grozon, de pierre à Arlay, elle est ouvragée à la Vèze, depuis qu'en 1511, les échevins de Besançon la font réédifier.

  • 322 Une statue intégrée aujourd'hui dans le mur de la cure de la Vèze pourrait-elle provenir de cette (...)
  • 323 AMBes., DD 90, 1511, f° 344.

« Pour toutes despenses faictes et soubstenues au fait d'avoir faict a construyre et ediffier en neuf une croix de pierre a six ymaiges322, icelle avoir faict peindre de bonnes coleurs chergiés d'or, es lieux necessaires, le tout a l'huyle, et l'avoir fait a planter devant les maisons et chambres desdits malades.
« En tout appert en contenu en IX articles descriptz dans deux feuillez... avec trois quictances y atachés : l'une de maistre Mathieu Grandjehan, de la somme de unze francs, du XXIIIe de septembre XVe et XI, et les aultres deux de Pierre Mergueron paintre, de dix frans, signé de sa main. Item de Jehan de Gueldre, ymageur, de douze frans. »323

166Le soin apporté à la composition et à l'édification de cette croix en montre l'importance aux yeux de la population à qui elle offre déjà un double symbole. Image de la passion de Jésus-Christ et du malade, elle stigmatise aussi l’idée du rachat du lépreux dont la maladie procède du péché.

  • 324 ADD, G 49.

« Mon amy — lit-on dans un règlement pour l’isolement des ladres— il plaist a Nostre Seigneur que tu sois infect de ceste maladie et te faict Nostre Seigneur une grande grace quant Il te veult punir des maulx que tu as faits en ce monde.
« Pourquoy, ayez patience den la maladie, car Nostre Seigneur pour ta maladie ne te deprise point, ne te separe point de sa compagnie. Mais si tu as bonne patience, tu seras sauvé comme fut le ladre qui mourut devant l'hostel du mauvais riche et il fut tout droit porté en Paradis. »324

  • 325 AMBes., DD 90, 1511, f° 313. « Noté que Girard Voilley de Colombié lez l'Isle, tixerant, citien de (...)

167La présence de la croix entre aussi au xve siècle dans un jeu de significations complexes. Placée devant la léproserie, elle garde les malades dans la communauté chrétienne. Utilisée dans les rites de séparation, elle offre une image de mort à une population qui doit faire le deuil d'un des siens déclaré d'ailleurs « mort au monde » au terme d'un cérémonial éprouvant. Enfin elle montre à tous le rôle décisif que joue l'Eglise dans le rituel d'exclusion. En effet, le malade est mené en procession au pied de la croix, après avoir subi, comme à Arlay, un simulacre d'inhumation, ou comme à Besançon, une cérémonie religieuse325.

Entretien et reconstructions

168Une durée de vie courte.

  • 326 AHSal., E 22.

169Toutes les léproseries décrites, construites parfois de façon fort précaire et recouvertes le plus souvent de lattes de bois, ne résistent pas à quelques années ou décennies d'abandon. Les exemples de Salins et d'Arbois sont significatifs à cet égard. Guillaume Brocard, lépreux de Salins, signale en 1552 « ... que la maladiere de Pontamougeard est de present en pouvre estat et quasi ruynee. »326

170En 1498, la léproserie d'Arbois est détruite.

  • 327 AMArb., hôpital, A 11, 1498.

« Les ediffices faiz pour lesdits malades estoient venuz en ruyne et desercion, tant pour leur grande antiquité comme por ce que de longtemps, il n’y avoit heu aulcuns malades renduz en icelle maladiere jusques a present. »327

171Cette léproserie, comme toute autre, n'a de sens et d'existence réelle au Moyen-Age que lorsqu'elle est habitée. En cinquante ans, période pendant laquelle elle n'a plus reçu de malade, elle est tombée en ruine. On la redresse pour accueillir deux ladres qui sont contraints de coucher dans la chapelle et de « hampter » les grangiers.

172L’entretien.

  • 328 AMBes., DD 90. Humbert Merceret, beau-frère de la lépreuse Marguerite Thomas.
  • 329 AMBes., DD 90. « ... refait les portes des chambres de Jehan Seemont, la fille Pierre Vernier... [ (...)

173Souvent mentionné dans les sources, il intervient quand la léproserie est peuplée, ne serait-ce que par un seul malade. La fréquence des restaurations ainsi que l'atteste l'exemple de la Vèze est sur ce point significative. En 1471, 1474, 1483, 1491, 1494, 1496, 1500 et 1506, on répare la chapelle et plus particulièrement la toiture. A de multiples reprises, on procède également à des travaux de réfection de « l'hostel des malades ». En 1491, un « gissier »328 blanchit les chambres. En 1494, un ouvrier recouvre le bâtiment et un menuisier fabrique à nouveau les portes des chambres329.

174Les réparations interviennent surtout au moment de l'arrivée d'un nouveau malade. En 1494 toujours, on aménage la chambre d'un nouvel arrivant, Jean de Viai, marchand. En 1517, il est question de remplacer les écailles de chêne du toit par des « laves » extraites à Fontain, « pour ce que, suivant l'opinion des principalx toitotz... n'eust l'ancienne toiture rien valu ».

175Les reconstructions de la fin du xve siècle.

176Pourtant, il semble que parallèlement, une nouvelle tendance se dessine. On ne répare pas uniquement les maladières au moment de l'accueil d'un nouvel arrivant, on les reconstruit aussi pour qu'elles soient prêtes à accueillir d'éventuels cas de maladie. Les communes intéressées paient pour la réfection, alors qu'apparemment aucun lépreux ne vit dans l'établissement. Nous observons le cas à Besançon au début du xve siècle et à Dole en 1481.

  • 330 ADD, 1 Fi. non classé, extrait d'une carte du xviiie siècle, Atlas forestier. Ce dessin tardif pré (...)

en bas : route de Besançon
25.— Maladière de Séchin330.

  • 331 AMBes., GG 430. « Hat receu ledit Huguenin Lechin du Ravet, bouchier, pour des langues de beuf, po (...)
  • 332 AMDol., cote 639. A noter que la léproserie de Dole dispose de quatre chambres.

177A Besançon, des travaux très importants sont entrepris pour réparer un édifice effondré en 1413 ; pourtant, en 1415-1416, l'établissement n'accueille toujours aucun malade331. En 1481, les échevins de Dole font reconstruire la maladière détruite lors du siège de la ville en 1479. Les comptes de 1483 ne signalent encore la présence d'aucun ladre. En revanche, ils montrent que les chambres sont « torchiees », le jardin labouré et la chapelle rééquipée. Les premières mentions d'occupation datent de 1488, mais surtout 1489. Les comptes de la ville, cette année-là, signalent les frais occasionnés par la visite de cinq suspects et par l'exclusion de trois personnes reconnues lépreuses332.

  • 333 Borradori (P.), Mourir au Monde, Lausanne, 1992. p. 19.

178Ces deux indices annoncent peut-être la volonté de certaines municipalités de créer des infrastructures plus durables, au moment où elles développent une politique d'hygiène pour lutter contre les épidémies. Cette remarque est confirmée par les observations de Piera Borradori dans le Pays de Vaud333. Il constate que dès le xvie siècle, les léproseries sont toujours entretenues, même quand elles sont vides. A Nyon, en 1550, explique-t-il, il convient d'en édifier une « si pour adventure, laz fortune advenoit qu'elle n'adviendra au plaisir de Dieu, que quelque ung de votre dicte paroisse tombaz en telle malladi de ladrerie... »

Nous Ponssot Brachotel et Marguerite femme Estevenin Thomas malaidez de la Veze certiffions a noz tres honnorés seigneurs messires le recteurs et gouverneurs de la cité de Besançon, que honnorable homme Guillaume d'Orchans tresorrier de ladite cité a baillié et délivré à Jehan Vannel de la Loye, platrisseur, citoyen de Besançon, la somme de dix huitz gros viez monnoie pour ses peinnes, labours et sallaires de avoir reffait lez contrefeugz, aitres, et replaitrir lez trois cheminees de la malaisiere de la Veze...
26.— Travaux à la léproserie de la Vèze

179Est-ce dans cette perspective qu'il faut comprendre la nouvelle construction en dur de la léproserie d'Arbois en 1525 ?

  • 334 A chaque lit d’hôpital correspond un espace d'environ 20 m2. Peut-on envisager une relation avec c (...)

180L'esquisse du cadre de vie des malades permet d'apporter un éclairage intéressant sur leur existence quotidienne ; ils bénéficient sûrement au sein des léproseries d'un confort — du moins pour les plus pauvres d'entre eux — supérieur à celui qu'ils pouvaient connaître avant leur relégation. Disposant de chambres, loges ou maisons individuelles d'une dimension qu’on peut estimer à Arbois à environ 25 m, ils vivent dans un espace assez vaste, meublé certes sobrement, mais toujours équipé d'une cheminée334.

181De très petite taille, quatre chambres à Dole et à Salins, trois à Arbois, six à Besançon-la Vèze, les maladières offrent également aux ladres, la possibilité de vivre seuls, isolés au sein de leur communauté, dans un local fermant à clé, à proximité deleur cimetière et d'une chapelle dédiée le plus souvent à saint Ladre ou Lazare, Notre Dame, saint Eloi ou saint Nicolas.

182Outre ces bâtiments, vraisemblablement situés à l'abri d'un mur, les léproseries comme celles de Dole, la Vèze ou Arbois abritent des constructions à usage domestique ou agricole, fours, étables, granges, indispensables à l'exploitation du temporel constitué lors des xiie et xiiie siècles grâce aux dons et aux legs.

Notes

1 Petrement (Jean) Recueil des Ordonnances et Editz de la Franche Comté de Bourgogne, Dole, Ant. Dominique, 1619, livre 6, art. 1311, p. 242.

2 Mollat (M.), dans Histoire des hôpitaux en France, p. 107 et suiv.

3 ADD, II B 574, répertoire du Parlement de Dole. Procès verbal de visite de 1583.

4 ADD, II B 574, répertoire du Parlement de Dole. Procès verbal de visite de 1583.

5 Le cas de St-Jacques est un peu particulier : à cette date, et depuis 1436, il est rattaché au St-Esprit de Besançon.

6 Châlit : du latin populaire catalectus, litière. Jusqu'au xviie siècle, synonyme de lit. Aujourd'hui, bois de lit, charpente quelconque sur laquelle repose le matelas.

7 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1456.

8 Il est surprenant que l'hôpital de Dole ait une capacité d'accueil aussi réduite, alors que la ville compte, avant 1479, entre 800 et 900 feux (entre 4 000 et 4 500 habitants) et qu'elle abrite le Parlement au xve siècle. Pour cette raison sans doute, Marguerite de Bourgogne ordonne en 1516 son relèvement. Elle écrit : « Et si estoit nostre dit hospital et maison si petitement fondé et doué de biens temporelz, qu'il estoit impossible a celui qui en avoit charge de le remectre sus. Ains estoit en apparence de tumber brief du tout en ruyne et perdicion, sans nostre bon secours et assistence. » Elle ajoute : « Nostre dit hospital estoit... scitué lez nostre ville capitale de nostre dit Conté, en bon passaige, et en la meilleure place et scituacion que l'on scauroit choisir en nostre dit Conté... » (AMDol., cote 961). Les chiffres concernant la population sont donnés par Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Age..., p. 135.

9 ADD, 53 J 1 3 b. Quatre lits pour les pauvres dans l'inventaire de 1423, cinq, dans celui de 1452.

10 AHSal., E 32.

11 ADD, II B 574. Procès verbal de visite de 1583. L'acte de fondation fait une description précise de la salle et de son mobilier (AHSal., H 7).

12 ADD, 53 JI 11. L'inventaire de 1360 mentionne onze lits ; celui de 1395 précise que seuls, quatre lits sont réservés à l'hospitalité. Une enquête de 1588 (ibidem), précise que l’hôpital a une grande chambre pour les pauvres « ou souloient estre quatre licts ».

13 ADHS, G 81, fondation de 1443.

14 Il faudrait sans doute aussi ajouter l'hôpital d'Arbois. Nous ne connaissons ni le nombre de lits qu'il possède, ni le nombre d'assistés qu'il est censé secourir. En revanche, nous possédons une indication sur la taille de la ville en 1488. On y dénombre 375 contribuables. Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Age..., p. 140.

15 Himly (F.-J.) : Atlas des villes médiévales d'Alsace, p. 33 ; Villèle (B. de). Belfort à la fin du Moyen-Age estime la population de la ville à 600 habitants en 1442.

16 ADD, 53 J I 5. Philippe le Bon écrit en 1446 que la population de Poligny est composée de 200 feux. Brocard. Etablissements..., ann., II, p. 107. Gresser (P.), Le crépuscule du Moyen-Age..., p. 141, cite Fabrice Gros : à « la rédaction du terrier (1460), le nombre de ménages s'élevait à 361 », soit une population d'environ 1 800 habitants.

17 ADTB, I G 76.

18 ADD, 53 J I 5.

19 ADD, 53 J XVI 14. Inventaire de Pierre Crapillet rendu en 1439 à Lambelet Vernier, peu avant son départ de l’hôpital de Gray pour le St-Esprit de Dijon. Extrait d'une liasse contenant des fragments d'inventaires et de comptes se rapportant à l'administration du St-Esprit sous les rectorats d'Antoine Amion de Marnay et de Lambelet Vernier (1426-1468). En 1556, le Parlement de Dole exige que six lits soient maintenus à Gray pour héberger les pauvres, en dehors des enfants qui y sont déjà recueillis (ADHS, 279 E suppl. 803).

20 L'hôpital de la ville, qui résulte de la fusion du St-Esprit et de St-Antoine, offre en 1583 une capacité d'accueil de treize lits. En toute logique, chacun de ces deux établissements pouvait avant leur union proposer six couches pour le gîte des assistés.
L'hôpital des faubourgs est celui qui, selon A. Rousset, est dédié à Sainte-Marthe. Rousset (A.), Dictionnaire des communes... du Jura, art. Lons-le-Saunier, t. 3, p. 478.

21 On compte en général un lit pour deux assistés.

22 Duhem (G.) et Brelot (J.). Histoire de Lons-le-Saunier, 1957.

23 AHSal., D 21. Extrait d'une lettre de Philippe le Bon accordant à l’hôpital du St-Sépulcre, l'exemption de tous impôts et charges. Ce document est daté de 1435, Brocard, “L'hôpital...”, p. 117.

24 AHSal., G 43. Une affiche annonçant la vente des bâtiments de St-Bernard en 1756 nous précise la localisation : « les maisons, jardins et dépendances de l'hôpital... situé en la ville de Salins au bas de la ruë de Chambenoz.... »

25 AHSal., F 22. « Oultre lesquelx, recepvront et traicteront tous pouvres passans ung jour et deux nuictz, lesquelx en cas qui se treuvent malades, y pourront demander jusques a ce qui soit guérir. » Arrêt du Parlement de Dole (1522) rendu par suite d’un différend opposant Louis de Vers, abbé de Mont-Sainte-Marie et de la Charité, recteur de l'hôpital St-Bernard au procureur général de l'Empereur « en ses pays et Parlement de Bourgogne ». Cet arrêt dénonce la mainmise sur les biens temporels de l'hôpital par le recteur et énonce ses obligations.

26 ADD, Il B 576, enquête de 1584.

27 Mahaut d'Artois cherche à respecter les dernières volontés d'Othon de Bourgogne, son mari. Gauthier (J.), “Le testament d’Othon IV...”. Annuaire du Doubs, 1903 ; ADD, B 2067, fondation (1327).

28 ADD, B 2067.

29 On peut comparer avec l'hôpital d'Hesdin, construit en 1323, également par Mahaut d'Artois, doté d'un personnel presque identique. ADPC, A 61, 394, 395, 402, 404 : dimensions, 160 pieds sur 34 (environ 53 m sur 12).

30 ADD, B 2067.

31 Toute fondation, un siècle plus tard, mentionnera systématiquement l'accueil des enfants en priorité ce qui traduit bien une évolution dans l'hospitalité et dans les problèmes sociaux entre les xive et xve siècles.

32 L'hôpital du St-Sépulcre est situé au Bourg-dessus, Grant-Rue, près de la grande saline et à l'intérieur des remparts. Son infirmerie, construite en dehors de la ville en 1438, a donné naissance à l'hôpital actuel.

33 AHSal., A I, 1431. Chaque lit est équipé de six draps, trois couvertures et deux oreillers. En 1438, Jean de Montaigu ordonne de recevoir trente pauvres « peregrinans et passant et demandant le repoz jusqu'au nombre de trente inclusivement... non actendant que par le nombre desdits trante pouvres, perdurent les aultres pouvres malades desia estant en ladite maison Dieu et les femmes estans en gissine tout ainsi que desia ordonne sa premiere fondacion. » (AHSaf, B 2).

34 Mollat (M.), dans l'Histoire des hôpitaux en France, constate que les hôpitaux de trente à quarante lits sont courants dans les villes moyennes : 30 à Millau et Rodez, plus de 40 à Narbonne ; 33 à Nîmes en 1484.

35 Possession de St-Bernard de Montjoux, signalée dans un acte de 1177 entre Salins et Ballaigue. Locatelli (R.), Sur les chemins de la perfection..., p. 454.

36 ADD, II B 576.

37 Robert (U.) : Testaments de l’Officialité de Besançon, p. 231.

38 Gresser (P.) : La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 339.

39 ADD, G 233. Il est difficile de savoir quelle est l'assistance offerte par cet établissement. En 1510, il est vétuste et tombe en ruine. L’archevêque de Besançon, Antoine de Vergy, souhaite le restaurer et accorde quarante jours d'indulgences à tous ceux qui donneront pour les pauvres de l'hôpital Sainte-Brigide et St-Blaise.

40 Renaude, dite Brin de St-Quentin, affirme dans son testament du 14 octobre 1368 que l'hôpital St-Antide est reconstruit depuis peu. Robert (U.). Testaments de l’Officialité de Besançon, t. 1, p. 231. Castan signale (BMBes., ms. 1859), que l'hôpital St-Antide recevait sans doute les pauvres dépendant de la juridiction de l'abbaye St-Paul ainsi que les pèlerins venus faire leurs dévotions à St-Antide ; il cite la protestation, en 1565, du recteur du St-Esprit, « disant que en ceste cité sont pluseurs hospitaulx, dediez pour recevoir les povres, mesmement a Sainct Anthoine, Saincte Brigide, Sainct Pol, lesquelx sont cloz et ruinez et n'y ont receu aucun povre. Messieurs désirant pourveoir ad ce, ont advisé que l’on en communiquera avec les sieurs de Sainct Pol, de Bellefontaine et commandeur de Sainct Anthoine, pour y prendre une bonne resolution. »

41 ADD, 53 J X 3. Les écrits de Lambelet Vernier nous sont connus par les réponses qui lui ont été adressées, reprises dans le corps de son texte. Il s'agit en l'occurrence d'un traité qu’il a passé avec l’archevêque de Besançon, et d'une bulle d'Eugène IV (1436).

42 Il ressort une proportion de trois personnes par lit. Lambelet Vernier estime ainsi que son hôpital est surpeuplé. Il est possible d'établir une comparaison entre les hôpitaux comtois décrits dans les pages précédentes et ceux du duché, grâce à Rigault (J.), “Les établissements hospitaliers en Bourgogne après les guerres de religion”, Actes du 97e congrès nat. des Soc. savantes, p. 181-196. Au xvie siècle, dans le bailliage d'Arnay-le-Duc, comme dans le diocèse de Besançon, les établissements hospitaliers au nombre de 20 pour 63 paroisses (13 hôpitaux et 7 léproseries) sont de petite taille et pourvus d'un ameublement sommaire comprenant entre un et onze lits. L'hôtel-Dieu de Malin se résume essentiellement à un chauffoir pour l'usage des pauvres.

43 ADD, 53 J XVI 1.

44 Il faut comprendre « salle des pauvres » sous la terminologie hôpital.

45 Les lits de la maison du « fevre » sont réservés aux contagieux. “Ordonnance des hospitaulx”, Mém. et doc. inédits..., t. 13, Besançon, 1946, p. 209.

46 ADD, 53 J XVI 1.

47 Maison du St-Esprit située dans le diocèse de Lyon, mais dépendante du St-Esprit de Besançon.

48 ADD, II B 574. « Les portes d'icelluy [hospital] sont fermées... et ledit Jehan Guillot [déposant est obligé de] se retirer en sa maison par deffaus que ledit hospitalier ne retiroy les pouvres qu'ilz affluoient plus de cinquante ou soixante... »

49 Ces salles sont appelées communément hôpital au Moyen-Age.

50 AHSal., H 7, fondation de Montaigu. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 28.

51 Cette formule figure dans les fondations de Vesoul (1443), du St-Sépulcre de Salins (1431) et de Montaigu.

52 Soit une hauteur d'environ 0,95 m ou 1,26 m.

53 Soulier : étage.

54 ADHS, G 81.

55 ADD, 1 Fi 197, plan de 1575 intitulé Vesontionis antiquissimae celeberrimaeque sequanorum qui in Celtica Gallia Burgundiae comitatus... Les locaux hospitaliers des frères sont dans le prolongement de la chapelle.

56 ADCO, B 1632, comptes de Jacquot Vurry, 1426-1427. Le St-Esprit de Poligny achète une maison pour y établir un hôpital au centre ville, au moment où les grandes compagnies envahissent la Comté ; pour leur résister et afin de protéger Poligny, Jean Gelin, capitaine, brûle un certain nombre de maisons de la ville.

57 ADD, 53 J I 5. Le recteur s’engage "a y faire et édifier une chapelle et l'autel pour y chanter a l'un des bouts d'icelle maison et y faire les fenestres et verrieres y appartenans et necessaires. Faire devant icelle chapelle, le dortoir des pauvres... »

58 Leistikow (D.), Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe, p. 54.

59 L'hôpital du St-Sépulcre fondé en 1431 n'existe plus. Il a été vendu aux enchères le 29 mai 1751 ainsi que l'attestent les documents suivants : 3 affiches pour la vente aux enchères des bâtiments de l’hôpital du St-Sépulcre situé Grant-Rue ; mise à prix 7000 livres. AHSal., EE 10. Vente des maisons, chapelle et emplacements de l'hôpital du St-Sépulcre à M. Girod, écuyer, seigneur de Miserey, moyennant 19300 livres. AHSal., EE 10. L'hôpital actuel est construit à l'emplacement de l'infirmerie pour contagieux édifiée en 1438 par Jean de Montaigu.

60 AHSal., A 1. Voir Brocard, “L'hôpital...”, p. 3. La référence aux Evangiles est constante dans l'acte de fondation de 1431. « Alors un des douze, appelé Judas Iscariote, étant allé trouver les grands prêtres, dit : « Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai ?” Ils lui comptèrent trente pièces d’argent, et dès lors, il cherchait une occasion pour le livrer. » Matthieu 26, 14-16. Voir aussi Marc 14, 10-11 ; Luc 22, 3-6. La signification symbolique du chiffre trente n’est pas fortuite. Elle montre au pauvre sa condition de pécheur (trahison de Judas), lui fait accepter sa souffrance (allusion à la Passion du Christ) pour mériter son salut. Ainsi, le mobilier, le nombre de lits, la statuaire tout autant que la configuration des locaux participent à l'éducation de l'assisté et à sa prise en charge spirituelle.

61 A titre indicatif la salle des malades des hospices de Beaune fait 45 m de long, 15 m de large et 18 m de haut.

62 Plan cadastral, mairie de Salins.

63 AHSal., EE 21.Maison rachetée aux héritiers de Gilles de Laule qui, dans sa fonction de portier de la saline, était tenu de résider à proximité.

64 Dessiné d'après un plan des salines dressé vers 1734 sur lequel figure l'emplacement de l'hôpital et de ses dépendances immédiates. Photographie de ce plan dans BMSal., ms. 381, t. 1, f° 1, 354 p. (ms relatif à l'histoire de la ville, rédigé entre 1917 et 1920, signé Linault).

65 La salle des pauvres est appelée hôpital en divers endroits. ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esprit de Besançon, 1525, et 53 J I 3b, inventaire du St-Esprit de Dole, 1459. Brocaro , Etablissements..., anne., II, p. 63-65.

66 ADHS, G 81. fondation de Vesoul, 1443. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 20.

67 AHSal., A 1, fondation.

68 AHSal., B 2, 1438. « soubz la cheminee... construicte... sous ung grant arc par lequel l'on va en ladite cuisine. »

69 AHSal., T 10. « Or est ainsi que pour la grant froideur qui est régnant audit lieu de Salins, il seroit tres necessaire avoir oudit hospital continuelment ung feu publique pour chauffer lesdis povres et malades. » Philippe de Bourgogne accorde à cette date au St-Sépulcre, le privilège de prendre chaque semaine, entre le premier octobre et le premier mars, des résidus de cendres non entièrement consumées provenant de la saline.

70 AHSal., K 1, inventaire de 1572. Brocard, “L'hôpital...”, p. 217. Il convient cependant de préciser qu’un incendie ravagea Salins en 1470 et endommagea les bâtiments où les réserves de l'hôpital étaient entreposées. La reconstruction n’a peut-être pas été fidèle à l'original (AHSal., D 26). Le 9 octobre 1482, l'hôpital du St-Sépulcre achète la maison de Jean de Laule, qui devient par la suite la maison du recteur (AHSal., EE 21).

71 AHSal., K 1. C'est-à-dire, une salle donnant sur la Grant-Rue, une chambre, une pièce appelée « le poille », une chambre et des cabinets joignant la salle.

72 Il s'agit vraisemblablement de l'endroit où est fait un feu public pour les pauvres.

73 Les eaux usées sont évacuées vers la Furieuse par une conduite passant sous la place de la saline appelée "salle", AHSal., EE 3. Voir Brocard, “L'hôpital...”, p. 95.

74 AHSal., B 1 et 2, 1438.

75 AHSal., Q 1. « Item, un aultre meix, maison ensemble du pourprix et appartenance d'icellui, séant hors la ville dudit Salins, a l'endroit dudit hospital appelé communement l’hospital derrier, ouquel est une chappelle, ung cloistre et ung cymitiere servans pour inhumer les corps des trépassez ».

76 AHSal., A 1, 1er acte de fondation. Un accord est passé sur ce point avec les chanoines de St-Anatoile, le St-Sépulcre étant situé sur leur paroisse.

77 AHSal., B 2, 1438. « C'est... bonne euvre et pie de prier pour les deffunctz ; ledit fondateur ordonne la procession en la nefz et chappelle de l'eglise de ladite maison Dieu, aussi au grand cymetiere oultre le fleuve de Furieuse... »

78 Jean Perrot alias Bernard est attesté comme chapelain du St-Sépulcre entre 1452 et 1480. A cette dernière date il y occupe même la fonction de sous-recteur, le recteur étant Guy David (1480-1513).

79 Ecrits de la main de Jean Perrot (1454) conservés à la BMSal., ms. 9, f° 5 v°.

80 Clerc (E.), Essai sur l'histoire de la Franche-Comté, t. II, p. 361, 362, 384, 408, 434.

81 AHSal., B 2, 1438.

82 Le plus spectaculaire des hôpitaux pour pestiférés a été fondé à Milan en 1488 par Galeazzo Maria Visconti et Ludovico Sforza. Deux cent soixante-neuf petites chambres individuelles bordent une vaste cour intérieure de 378 x 378 m dont le centre est occupé par une chapelle (1586) ouverte de tous côtés. Les bâtiments d’habitation sont accompagnés tout autour de la cour par un portique recouvert d'une voûte. Leistikow (D.), Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe, p. 61.

83 L'hôpital de Leyde (Pays-Bas), édifié après la peste de 1655, s'inspire encore du même plan. Leistikow (D.), Dix siècles d'architecture..., p. 63. Hidelsheimer (F.). “Les lazarets sous l’Ancien Régime”, Monuments hist., no 114, av.-mai 1981, p. 20-24.

84 AHSal., Q 1, terrier de 1532. Voir supra, p. 49.

85 AHSal., H 7, fondation par Jean de Montaigu, 1453.

86 ADD, II B 574, 1583.

87 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Soc. d'émulation de Montbéliard, fasc. 119.

88 A l'exception des constructions de défense.

89 ADHS, G 81, 1443. Faire « charpenterie de boiz... est tellement que y puisse faire une chambre ou deux, pour un chappellain ou autre qui demourra pour recevoir ce que l'on donra es povres et pour leur administrer ». Brocard, Etablissements..., ann.. II, p. 20.

90 Lassus (F.), Les matériaux de couverture des maisons...

91 ADD, 53 JI 3c, 1459.

92 ADD, II B 576, visite de l'établissement en 1584.

93 ADJ, 126 H 3, 1484, registre de comptes.

94 ADJ, 126 H 6, 1345. « La tornelle qui est devers la chappelle est en celle partie si ruyneuz que si briefment n'y est mis remede, périt sera qu'il ne chiet tout un fais. »

95 ADD, II B 576.

96 ADD, I Fi. 197. Plan de 37 x 50 cm.

97 Musée des Beaux-Arts de Besançon : Samson Bruley, Besançon à vol d'oiseau, 1615.

98 Denifle (H.), La guerre de cent ans et la désolation.... p. 377, no 799.

99 ADD, 53 J XVI 14, entre 1426 et 1468. « L'ovraige que monseigneur veult faire en hospital. Premierement, veult faire XXIII croisiés d'ogivetes faictes a votes comme il appartient a maçonerie de tel pierre que sera advisé a fere le marchief. Lesquelx XXIII croisiés, selon la place ja esté advisee, auront XVII piez (le pied de Besançon équivaut à environ 31 cm) d'esquarrure (forme carrée) ou environ, tant de largeur comme de longueur ; et quant a fault, auront XV ou saze piez, ou ce que sera advisé. Et a l'aparence dudit ovraige, il y aura six formes (fenêtres), l'une a trois moyens et trois chascune a deux moyens, et les autre deux chascune a ung moyen. Et en l'une des croisiés ou est la chappelle, ou mur du costel devers le vent, aura une porte de pierre taillié tel que sera advisé par monseigneur et l'ovrier qui fera ledit ovraige ; et a la porte de l'entraige devant dudit hospital, aura une porte de pierre de taille, telle que sera advisee par monseigneur et son conseil. Et au regart de tout ce devis, pour le surplus, feront les ogives voutant par deffeur ou cela ou sera necessaire pour appouher et entretenir la voutee des croisiés ja divisees par avant oudit ovraige. Item en cedit ovraige pour les trois unes desdits croisiés, il aura deux rangés de piliers : en une chascune rangé, six piliers. Et en ce ovraige, faire une viorbe (escalier à vis) du costel ou elle se porra mieux longier, c'est assavoir du costel devers la cusine, ou la ou bon semblera. »

100 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 1, p. 82.

101 Coindre (G.), Mon vieux Besançon, rééd., t. II, p. 775-776.

102 Guénard (A.), Besançon, description historique..., p. 101-105.

103 La représentation d'Abraham et des pauvres enfants du St-Esprit semble inspirée par la parabole du mauvais riche et de Lazare. Luc 16, 19-25. Le sein d’Abraham est encore le lieu de repos des justes.

104 ADD, 53 J III 4, f° 219. La chapelle Notre-Dame la Gessine est fondée par le recteur Guillaume Bercy qui gouverne le St-Esprit entre 1482 et 1504. En 1510, son successeur Richard Guiot « meu de charité et de devocion en l'honneur de la sacree Vierge Marie », fonde dans cette chapelle « les heures de Nostre Dame qui se chantent chascun jour... comme l'usage en est dans l'eglise cathedrale Sainct Jehan l'Evangeliste ». Pour cette fondation, Richard Guiot donne les vignes et héritages qu'il a acquis avant d’entrer « dans la religion du Sainct Esperit ». La somme totale de ses achats, donc de ses donations, équivaut selon lui à 490 francs.

105 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. BMBes., ms. Dunand, 31, f° 287, où apparaît encore une description de la Nativité.

106 ADD, 53 J XVI 14, inventaire entre 1426 et 1468. « Premierement, la grant crois en laquelle il pent deux bulletes toutes dourés d'ours. ».

107 ADD, 53 J XVI 14.

108 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 1, p. 80.

109 Concernant la galerie du St-Esprit, voir Miguet (T.), “Sur le balcon de l’ordre du St-Esprit...”, Mélanges... R. Fiétier, 1984, p. 481-502.

110 Expression reprise dans Histoire de Besançon, sous la dir. de C. Fohlen, t. 1, p. 549.

111 La liasse qui conserve ce document non daté avec précision renferme diverses pièces d’archives et des extraits de comptes rédigés entre 1426 et 1468. ADD, 53 J XVI 14.

112 Deux rangées de six piliers soutiennent 21 croisées d'ogive (3 x 7 = 21), et non 23 comme il est indiqué dans le texte. Les deux croisées supplémentaires pourraient concerner l’escalier ou le porche.

113 Beauquier (C.), Vocabulaire étymologique des provincialismes... du Doubs.

114 ADD, 53 J XVI 1.

115 Que le St-Esprit « reçoive aussi en la maison du febvre jusqu'à ce que soit faicte une autre maison, tous serviteurs, vielles et chamberieres de la cité, mesmement ceulx des bonnes maisons qui seront frappés de peste, leur donnera boire et manger, les fournira de feug, lictz, linceulx et couvertes... et s'ilz y meurent les fera tirer hors par noz enterreurs....» “Police du noble hostel...”, Mém. et doc. inédits..., t. 13, p. 205. Si des pauvres errants viennent d'un lieu touché par la peste, ils sont « encloz en l'hostel du fevre pendant quarante jours, jusqu'à la mort ou guérison d'iceulx ».

116 BMBes., ms. 1859, Notes de Castan (d'après ADD, 53 J XVII 1, Inventaire du St-Esprit, pièce qui n'a pas été retrouvée) : « Consentement du recteur du St-Esprit à ce que la grosse tour qu'il faisait construire dans son hôpital serve en temps de péril à la défense. » Les traces de la construction de cette tour apparaissent dans les registres de délibération municipale : le 21 octobre 1443, une exemption d'impôts est accordée au St-Esprit pour permettre d'achever la tour qu’il élève en bordure du Doubs et doit servir à la défense de la ville (BMBes., BB 3, f° 80 v°). En 1447, le maître du St-Esprit s'engage à construire la tour, à y aménager une canonnière et à protéger les fenêtres de barreaux (BMBes., BB 4, f° 32 v°). Brocard , Etablissements..., ann., II, p. 130.

117 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esprit, 1529 : « Ornemens dudit hospital estans en l'armoire de la grande salle, près la tour et demeurance de Monsieur le Maistre. »

118 BMBes., GG 424. « Mondit seigneur le maistre meist lui mesme ledit déposant en une prison basse derrier les estableries, puis referma la porte. »

119 BMBes., BB 23, f° VIIIxxX v°, 1537.

120 BMBes., BB, f° II v°, 24 juillet 1475.

121 Foreville (R.), “Latran I, II, III et Latran IV”, Histoire des conciles oecuméniques.

122 ADD, 53 J I 3b, inventaires de l'hôpital de Dole.

123 ADD, 53 J I 3b, inventaires de l'hôpital de Dole.

124 ADHS, G 81, 1443. « Item... soyent faictes six couches de lahons [planches]... pour y fere les lictz des povres. Et vuilz que toute ladite maison... soit furnie... de bans, de taubles et de celles [sièges] et vuilz que trois lictz de plume, garnis de chevecier [oreillers, traversins] et deux linceux de sarge, pour les povres y soient baillés. »

125 ADD, II B 574, enquête de 1583.

126 AHSal., A 1., fondation du St-Sépulcre, 1431.

127 ADD, 53 J XVI 1. A cause de la mauvaise gestion du recteur Thomas Michelot, l'hôpital du St-Esprit a perdu une grande partie de ses linges en 1529. Il ne possède plus que cent trente-six draps, neuf serviettes, huit nappes, trois courtines pour accouchées et deux rideaux de lit. En 1585, l'hôpital ne possède plus que vingt-deux linceuls dont quinze de grosse toile. Sept sont tellement usés, qu'on en a utilisé un pour faire un bandage à un cheval. Les autorités municipales dénoncent l'incurie du recteur et le qualifient « d'imbécile » (ADD, 53 JXVI 2). En 1446, Lambelet Vernier, gouverneur du St-Esprit, a pu vendre 600 draps à un marchand de Troyes : « Au jour de huy, jour de feste Saint Martin d'iver IIIe XLVI, je Nicolas le Petit, marchant demorant a Troyes, ay acheté la quantité de six cens draps de lits... sur quoy je lui ay baillé comptent deux salus d'or et je les dois venir querir dedans la Chandeleur prochainement venant, pour le prix de quinze frans le cent... » (ADD, 53 JXVI 14).

128 AHSal., A 1, 1431, fondation du St-Sépulcre ; ADD, 53 J XVI 1, 1529, hôpital du St-Esprit.

129 L'aune de Poligny équivaut à 1,19 m ; la quantité d'étoffe offerte par Jean de Montaigu équivaut à 59,5 m.

130 Disposition évidente à Salins où la nef se trouve dans le prolongement de la chapelle.

131 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1472.

132 L'inventaire de 1529 signale quatre lits dans la nourricerie, ADD, 53 J XVI 1.

133 Il faut entendre ici la salle des pauvres.

134 A Beaune, pour les fêtes solennelles, les lits sont recouverts de tapisseries aux armes de l'hôtel-Dieu et du fondateur.

135 ADD, 53 J XVI 1, inventaires de 1525 et 1529.

136 Au xive siècle, l'Eglise invite d'ailleurs la population à se divertir le jour de l'Epiphanie. Les processions prennent un caractère particulièrement démonstratif : « A la Madeleine de Besançon, quelques jours avant la fête, les chanoines élisaient l'un d'entre-eux auquel était donné le nom de roi. Il officiait le jour de l'Epiphanie. Trois chanoines, revêtus, le premier d'une dalmatique blanche, le second d’une rouge, le troisième d'une noire, sortaient de la sacristie et descendaient en chantant l'Evangile, précédés de cierges symbolisant l'étoile. Ils remontaient vers le chœur et, venant à l'autel, offraient leurs présents. » Castan (A.), “Les origines du festin des rois à Besançon”, Mémoire de la Société d'Emulation du Doubs, 1878.

137 ADD, 53 J XVI 1. Pendant le Carême, les statues des saints sont cachées à la vue des pauvres.

138 ADJ, 128 H 3.

139 Pastoureau (M.), L'étoffe du diable, une histoire des rayures et des tissus rayés, p. 27. Aux p. 17 et suiv., il est relaté le scandale que provoqua, au xiiie siècle le manteau rayé des carmes, qui durent y renoncer en 1287.

140 AHSal., K 1, inventaire dressé en 1572 : « Item, deux bien grand plat d'estain tout noir de viellesse. / Item, quatorze moindre plat, aussi d'estain. / Item, neufz autres grand plat aussi d’estain. / Item, deux demy plat. / Item, dix escuelles a orelles. / Item, quinze assiettes. / Item, quatre socerettes. / Item, ung grand moustardier d'estain. / Item, deux grand broc d'estain tenans environ chascun deux channes. / Item, deux petit pot d'estain, chascun d'ung tier. / Item, ung petit pot d'estain a mectre vinaigre. / Item, ung demi broc de demy tier. / Item, ung pot d'estaing a mectre huille, tenant envyron deux channes. / Item, une saliere d'estaing. / Item, deux aguieres. / Item, trois tranchoirs estain pertuise. »

141 ADD, 53 J XVI 1.

142 En 1529, l'inventaire évalue la vaisselle au poids de 434 livres d'étain, 226 livres de cuivre et 114 livres d’airain.

143 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500...”, Société d'Emulation de Montbéliard, fasc. 119.

144 AMMbl, hôpital, E 10, comptes, 1494-95, 1496-97.

145 ADD, 53 J 1 3b, inventaires de 1342, 1438, 1452, 1459.

146 ADD, 53 JI 3c, 1459.

147 AHSal., F 21, 1394. « Toutes pouvres personnes trespaissans par loudit bourg et vuillans avoir refrigere oudit hospital, ilz doibvent estre recehuz et abergier honnestement... et doivent avoir feuz pour leur chaffer... »

148 ADJ, 128 H 3. AHSal., H 7, 1453. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 28-46. ADD, B 2067, fondation.

149 ADD, II B 574, enquête de 1583.

150 Encyclopédie de l'Alsace, t. VII, p. 4067, art. « hôpitaux ». Saint Léonard était invoqué lors des accouchements ; on le suppliait aussi d'intervenir pour favoriser la marche des enfants. Saint Erhard fut le patron de la première chapelle de l'hôpital de Strasbourg.

151 Voir le tableau B, p. 332-333.

152 Delumeau (J.), Rassurer et protège, p. 277.

153 AHSal., A 1. Dans l'acte de fondation du St-Sépulcre en 1431, Jean de Montaigu impose la récitation du Salve Regina.

154 Delumeau (J.), Rassurer et protéger, p. 243.

155 ADJ, 126 H I. A la « remembrance de sainete Marguerite et que sa propre ymaige yssoit. Que hung chappellains desserve ledit atel et soit tenuz de celibrer chascune semmaine par trois fois le divin office, a l'ordenance dou gouverneur doudit hospital. Item vuilz et ordenne por somme, ledit atel ensamble ornelment, calice... quarante florins por une foys. »

156 Voragine (J. de), La légende dorée, t. 1, p. 452-455.

157 Voir le tableau B, p. 332-333.

158 ADD, 53 J I b, inventaire de 1459

159 AHSal., K 6. Le reliquaire de Gray est mentionné dans un inventaire de 1564. « Ung reliquiaire d’argent dict le reliquiaire sainct Crispin et ung aultre reliquiaire des reliques de plusieurs sainctz, ledit reliquiaire estant de lethon. » ADD, 53 J I 4b. La relique de saint Avertin ou Aventin (écriture peu lisible), conservée à l'hôpital de Bracon, est signalée dans un inventaire tardif du St-Sépulcre de Salins en 1685.

160 AHSal., A 10.

161 AHSal., A 1, fondation.

162 AHSal., K 1, K 2, K 5, inventaires de 1572, 1620, 1682.

163 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1525.

164 BMBes., BB 27, f° 226, 1555.

165 ADD, 53 J XVI 14. Fragment d’inventaire sans date, dans une liasse relative à diverses pièces écrites sous les rectorats d'Antoine Amion de Marnay et de Lambelet Vernier (1426-1468).

166 ADD, 53 J VI 1.

167 AHSal., A 1, 1ère fondation, 1431 et A 10, don d'une épine de la Sainte Couronne par Nicolas de Pérouse, 1432. Les reliques et la châsse d'argent sont décrites dans les actes concernant la 1ère fondation.

168 AHSal., A 1. Dans l'acte de fondation du St-Sépulcre, Jean de Montaigu fait écrire qu’il fait placer des troncs dans la chapelle, comme il est d'usage dans les hôpitaux.

169 ADD, 53 J XXI. Au St-Esprit de Besançon, les reliquaires sont parfois gagés, comme par exemple en 1394, où l’hôpital cautionne un emprunt de sept cents francs avec des calices et des reliquaires.

170 Pidoux de la Maduère (A.), Le vieil Arbois, p. 108, 109.

171 AMBes., DD 90, f° 418. Au début du xvie siècle, les gouverneurs de Besançon commandèrent un tronc orné de deux statues de bois.

172 AMDol., cote 958. Les comptes de la maladière de Dole (1488-1490) font état d'une commande de deux statues polychromes : une Notre Dame et un saint Ladre.

173 AMArb., fonds de l'hôpital, A 31 : un document tardif du xviie siècle signale pour la maladière de Grozon une statue de Notre Dame portant l’Enfant Jésus dans son giron.

174 ADJ, 126 H I. Le Musée des beaux-arts de Besançon abrite un Saint Jean-Baptiste ayant appartenu à la léproserie de la Vèze.

175 AHSal., Al.

176 Pour empêcher les enfants et autres personnages "peu raisonnables", de continuer à détraire ces belles statues, comme l’avaient été celles des soldats gardant le sépulcre, le recteur Antoine Mouton le fit fermer par une balustrade. Cerveau (F.-D.), Mémoire sur Tonnerre, p. 53.

177 Tapisserie évoquée dans l'inventaire de 1529. ADD, 53 J XVI 1.

178 ADD, 53 J XVI 1, inventaire de 1525.

179 ADD, 53 J VI 2.

180 Quarré (P.), “Le Christ de Pitié... de Beaune”, Archéologia, no 49, 1972, p. 32-36.

181 Jussey, 1458, Nouveau dictionnaire... de Haute-Saône, t. 3, p. 326-27.

182 ADD, 53 J III 1, Chaussin, inventaire de 1456 ; 53 JI 3b, Dole, 1342, 1438, 1452, 1459 ; 53 J III 1, Besançon St-Jacques, 1455 ; 53 JI 11, St-Julien, 1360, 1395 ; 53 J I 4b, Gray, 1564.

183 ADD, 53 J 1 11, inventaire de St-Julien, 1360.

184 Oursel (R.), Les pèlerins du Moyen-Age, p. 75 et suiv.

185 ADD, 53 J VI 4, 1480.

186 Vauchez (A.), La spiritualité au Moyen-Age, p. 154.

187 Pour le St-Sépulcre de Salins, voir AHSal., A 1 ; pour le St-Esprit de Besançon, ADD. 53 J XVI 1, inventaires de 1525 et 1529.

188 Dans l'iconographie gothique des xiiie et xive siècles, c'est presque toujours une église qui sert de décor à la prière. A la fin du Moyen-Age, l'architecture et l'aménagement de l'église prennent une place de plus en plus grande dans le décor, même, si apparaissent des lieux plus intimes (maisons privées, pièces). Bériou (N.), Berlioz (J.), Longère (J.), Prier au Moyen-Age, pratiques et expériences, p. 91.

189 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul, 1443.

190 ADHS, G 81, 1443. « Item ung volume en pargemin, contenant la vie de pluseurs appostres et de pluseurs sains... au dernier [feuillet] y a trois imaiges. » La description de cet ouvrage est extraite de l'acte de fondation de l'hôpital de Vesoul

191 ADD, B 2067, 16 août 1327, fondation et dotation de l’hôpital de Bracon. « En oultre, y avons fait chappelle, donné livres, calices et ornemens d'Eglise, aussi avons fourny ledit hospital de lictz, couvertes, utensilz et aultres choses necessayres, decentes et convenables audit lieu. » Dans cette mention, les livres sont placés sur le même plan que les ornements d'autel, les vases sacrés et le mobilier pour les pauvres.

192 Ce type d'ouvrage est décrit dans les inventaires des hôpitaux de Dole (missel, bréviaire, graduel), Chaussin (ayandes garni de plusieurs messes), Besançon St-Jacques (missel), St-Julien (missel, bréviaire, vie de saint Aloys), Gray (trois missels, un livre de chant, un « yandes »), ADD, 53 JIII 1, Chaussin, 1456 ; 53 JI 3b, Dole, 1342, 1438, 1452, 1459 ; 53 JIII 1, Besançon Sl-Jacques, 1455 ; 53 J XVI 14, Gray, 1439-53 J I 11, Sl-Julien, 1360, 1395.

193 ADHS, G 81, 1443. « Item ung petit livret en papier appelé le dyalogue cardinalis Bonaventure... »

194 Jean Sardon a écrit de sa main le dialogue de Bonaventure.

195 ADHS, G 81, 1443.

196 Guigues II, 9e prieur de la Grande-Chartreuse († 188). On lui doit L'Echelle des Moines et un recueil des Douze méditations. Dans le premier, il distingue quatre degrés tendant à la perfection : lecture, méditation, oraison, contemplation.

197 ADHS, G 81, 1443.

198 Ce manuscrit a appartenu à l’hôpital du-St-Sépulcre sous le rectorat de Guillaume Vauchard (1460-1480), BMBes., ms. 253.

199 BMSal., ms. 9, f° 110. « O Reine du Ciel, n'abandonne pas fauteur de ces lignes. / Au futur lecteur le soin de rectifier, sans blâmer fauteur ! / Auteur, accorde-toi une pause, parce que tes bras sont las. / Si on met « Jo », si en même temps on associe « han » / Et si on ajoute « nes », on obtient le nom de l'auteur. » Il est à noter que les poèmes développés sur des jeux de lettres, forment entre le xiie et le xve siècle, une part significative de la littérature pieuse. Elle illustre à la fois une recherche d'ingéniosité et de jeu graphique l'évolution vers une littérature savante. Gros (G.), Le poète marial et l'art graphique.

200 Entre 1216 et 1236, Alexandre de Halès fait plusieurs fois allusion au purgatoire. Il distingue à propos des péchés véniels la faute qui est effacée par l'extrême-onction, tandis que la peine n'est enlevée qu'au purgatoire. Ailleurs il rappelle le caractère amer, dur de la peine de purgatoire. Il évoque le feu qui purge les âmes entre la mort et la Résurrection. Le Goff, La naissance du purgatoire, p. 337.

201 Des écrits de la main de Jean Perrot alias Bernard, de Bletterans, sont conservés dans le fonds des capucins (BMSal., ms. 1, 2, 10, 11). Il n'est pas certain que ces ouvrages aient appartenu au St-Sépulcre, mais ce n'est pas à écarter : les textes ont été recopiés à l'époque où Jean Perrot était chapelain dans l'établissement. Par ailleurs, des comptes de cette époque révèlent des frais de reliure des travaux de Jean Perrot (AHSal., Il 1).

202 Recovrer : se procurer, gagner, rétablir, réparer.

203 Juré : peut avoir le sens de conjuré, défendu.

204 Porporter : comporter.

205 Copié à l'original par Michael Adzermarii, camérier d'Avignon en 1425, vendu 8 florins à un étudiant en lois d'Avignon.

206 Pierre Bon est signalé comme chapelain dans divers actes au début de la fondation de l'hôpital. On sait avec certitude qu'il vit au St-Sépulcre entre 1431 et 1439. Le troisième acte de fondation daté de 1454 le mentionne comme décédé à cette date.

207 BMSal., ms. 12. Ce manuscrit se présente comme un recueil de 283 feuillets écrits de plusieurs mains. On attribue à Pierre Bon l'analyse des Dix commandements. Jean de la Perrière rédigea la table. Le troisième acte de fondation de l'hôpital du St-Sépulcre de Salins, daté de 1454, présente Jean de la Perrière comme un ancien recteur de l'établissement. AHSal., B 7.

208 BMSal., ms. 12. Pour Pierre Bon encore, « les tribulations, maladies, povretés ou guerre... est plus souvent proffitable que trop grande prospérité ».

209 BMSal., ms. 44. Toubin (E.), “Etude sur un manuscrit...”, Société d'émul.du Jura, 1881, p. 167-181, traduit l'annotation de Jean Perrot concernant l'achat de ce livre : « Sachent mes contemporains, sachent aussi ma postérité que moi, Jean Perrot, autrement appelé Bernard de Bletterans, j'ai acheté et acquis publiquement et en plein jour ce présent livre de Porcher, paroissien de l'église de la Bienheureuse Marie dudit lieu de Salins, pour le prix et somme d'un franc monnaie courante, par moi réellement déboursé et payé et reçu par ledit Porcher, en présence d'honnête personne Patornay, curé de cette église, je certifie par ma signature ici apposée, que cette vente et cet achat eurent lieu aujourd'hui, vingtième jour de novembre, l'an de Notre Seigneur 1476. » Ce dictionnaire appartenait avant 1436 à Nicolas Colard de Metz, chapelain honoraire de la reine de Sicile, épouse de René d'Anjou. Il est possible que ce prêtre se soit trouvé à Salins au moment de la captivité de René d’Anjou dans le château de Bracon (1436). Nicolas Colard fut peut-être attaché au service du prisonnier.

210 Verge : barreau.

211 Hasenohr (G.), “Vie culturelle et spirituelle des hôpitaux bourguignons dans la seconde moitié du xve siècle”. Publication du Centre Européen d'Etudes Bourguignonnes, no 31, 1991, p. 93-99.

212 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du St-Esprit, 1525. Hasenohr (G.) “Vie culturelle...”, signale qu'un inventaire réalisé aux hospices de Beaune en 1501 enregistre environ 130 volumes. Elle estime ce nombre inférieur à la réalité, mais il est intéressant de le rapprocher de celui du St-Esprit de Besançon.

213 ADD, 53 J XVI 2. Cet inventaire ne mentionne plus que 38 livres en français et en latin, la plupart très vieux et de peu de valeur.

214 Il existait alors trois sortes de missels : un missel qui ne contenait que les collectes, les préfaces et le canon. Le prêtre n'avait pas besoin du reste qui était chanté ou récité par les autres ministres ou par le chœur. Dans le second il ne manquait que les évangiles et les épîtres qui étaient chantées ou récitées par le sous-diacre et le diacre. Le troisième était complet et s'appelait missel plénier.

215 Nicolas de Lyre, exégète français (La Neuve-Lyre, Normandie, 1270, Paris 1349). Entré chez les franciscains à Verneuil vers 1301, il devient professeur d'exégèse à Paris et provincial de Bourgogne en 1325. Il commente les institutions hébraïques de l'Ancien Testament en utilisant le texte hébreu et les commentaires juifs et latins. Les ms. 31 et 32 de la BMBes. sont des commentaires des livres d'Isaïe, de Jérémie et d'Ezéchiel, de Josué, de Judith, de Ruth, d'Esther et de Job. Ils datent tous deux du milieu du xve siècle ; le premier a été écrit au couvent de Dole par le franciscain Pierre Dambonnay.

216 AHSal., A 1, fondation du St-Sépulcre de Salins, 1431. Le légendaire contient la vie des saints : BMSal., ms. 4, légende dorée de Jacques de Voragine (xive siècle, 211fos)

217 ADHS, G 81, fondation de l'hôpital de Vesoul, 1443.

218 Hasenohr (G.), "Vie culturelle et spirituelle des hôpitaux bourguignons...", Publication du Centre Européen d'Etudes Bourguignonnes, no°31, 1991, p. 92-99.

219 Prost (B.), Notes et documents pour servir l'histoire de la médecine en Franche-Comté. Il n'est pas évident que cette donation ait été effectuée en faveur d'un hôpital bisontin.

220 Bultot (R.), Hasenohr (G.), Pierre Crapillet...

221 AHSal., II 1. Comptes de Jean Vauchard. Brocard, “L'hôpital...”, p. 275 et suiv.

222 AHSal., B 2, 1438.

223 BMBes., ms. 253, traduction française d'un ouvrage de Henri Suso ou de Souabe réalisée en 1389 par un cordelier à Neuchâteau en Lorraine (171 feuillets sans illuminure).

224 Pierre Crapillet, d'Annoire, fut recteur du St-Esprit de Gray avant de devenir gouverneur de l'établissement de Dijon, ADD, 53 J I 4a. Il appartient à une famille qui au xve siècle a déjà donné plusieurs dignitaires à l’Eglise de Besançon ; Guillaume Crapillet, docteur en droit civil et droit canonique, fut professeur à l'Université de Dole.

225 Jean Crapillet étudia à la faculté des arts de Paris. Devenu franciscain, il intervint dans les discussions scolastiques et écrivit une Expositio septem psalmorum penitentialium.

226 AHSal., B 7. Martin Gruard fut recteur de 1431 à 1439. Le 3ème acte de fondation de 1455 le présente comme étant le deuxième recteur.

227 AHSal., B 7, 1455.

228 BMSal., ms. 45. Ouvrage de médecine des xve et xvie siècles, dont on ne sait s'il a appartenu au St-Sépulcre ; il provient du fonds des capucins de Salins et renferme des préceptes de Nicolas l'Antidotaire (f° 6), diverses formules médicales et des recettes pour la préparation d’huile (f° 78), des procédés pour différents onguents et collyres (f° 116) et des références à l'école de Salerne.

229 BMSal., ms 11. « Pour garir de raiche male. Prenez la grainne qu'il vient sur ung bois que l'on nomme savegnon [Saviniere : sabine, espèce de genévrier] et en faictes pouldre, et prenez vin blanc et mectez sur le feu, et quant il sera chault, mectez de ladicte pouldre deans ledit vin, en telle quantitey qu'il soit come oignemens, et de ce oignemens, mectez en ung drap linge pour le asseoir sur ladite raiche et faicte cela trois ou quatre fois et il sera gary. Probatum est. »

230 BMSal., ms 10. « Recette contre les vers. Prenez VII ou VIH fuilles de avanpechier et cinq ou six fuilles d’aloingne [alnoi : aulne] et demi treze de mort a vers, et le tier d'ung trezel de morré [vin de mûre, hydromel] ; et destramper en lec de chievre et faictes boire. »

231 BMSal., ms 10, f° 4. Recette écrite de la main de Jean Perrot.

232 Pierrette : noyau de fruit. Nasturi : il s'agit du cresson alénois. Cette plante à odeur fétide et à saveur piquante se cultive très facilement. On l'emploie comme condiment. Nigelle : de la famille des renonculacées, elle croît surtout sur les terrains calcaires. Ses graines, d'une odeur forte, fournissent le condiment connu en Europe sous le nom de « poivrette ». Staphisaigre : nom usuel d'un delphinium très toxique appelé encore « herbe aux poux » ; cette plante, appartenant à la famille des renonculacées, est utilisée comme insecticide. Ellébore : plante de la famille des renonculacées, dont il existe de nombreuses variétés (parmi lesquelles helleborus niger ou rose de Noël). Son rhizome contient un purgatif drastique et un vermifuge énergique. On l'utilise également pour faire éternuer et vomir. L'ellébore est considérée aussi comme guérissant de la folie.

233 Parer : peler.

234 BMSal., ms 11. Cette recette a été copiée de la main de Jean Perrot sur la dernière page d'un volume où ce chapelain transcrivait des textes relatifs à la pensée des franciscains de Pise (1451).

235 « Lorsque ces humeurs sont déréglées, l'homme est malade », comme l'affirme le théoricien de la médecine Raymond Lulle.

236 Dioscoride, médecin militaire de l'empereur Claude (41-54) qui collectionna plus de huit cents plantes pour confectionner des remèdes. L'œuvre de Dioscoride a été reprise ensuite partiellement par Galien. Pline l’Ancien (23-79) considère que les étudiants en médecine doivent passer plus de temps à rechercher les plantes qu’à écouter les cours de leurs professeurs. Galien (v 131-201), médecin philosophe originaire de Pergame ; son œuvre a connu un succès considérable au Moyen-Age. Elle porte essentiellement sur Les propriétés des médicaments simples.

237 Raymond Lulle (vers 1235-1315), philosophe et théologien espagnol, s'intéressa à la médecine fondée sur les théories grecques et enseignée au Moyen-Age dans les écoles de Salerne et de Montpellier. C'est dans cette ville qu'il écrit ses Principes de médecine qui comportent un rappel de la théorie des quatre éléments mise au point par Aristote. Son ouvrage insiste sur le déséquilibre des humeurs à l'origine de la maladie. Au concile de Vienne, en 1311, il propose qu'un manuel de médecine soit établi, fondant la guérison non sur la discussion scolastique, mais sur l'étude des lois régissant le corps humain.

238 Lulle (Raymond), Principes de médecine, trad., introd. et note par A. Llinares.

239 BMBes., ms 468, début du xve siècle, ayant appartenu à Jacques Bonvalot. Autre remède contre la peste, présentée aussi comme un venin, un poison : « Contre l'impidemie. Prenez du remort de tormentine ou suchet de la grande scabieuse et faicte de l'eaul chascun par soy ou tout ensamble, est bon contre tous venins, mais que elle soit prinse avant que le venin viengne au cuer. »

240 Thériaque : électuaire opiacé, contenant aussi des pulpes et des sirops à base de sucre et de miel. On l'utilisait autrefois comme antidote. A Venise, sa préparation était accompagnée de réjouissances publiques. Au xviie siècle encore, le collège de pharmacie de Paris accompagnait sa préparation d'un cérémonial.

241 BMSal., ms 10. « Faictes inllez et boivent une foiz la sepmainne du tryaicle (thériaque) en eau de remort [scabieuse] et ung pout de vin aigre. Nota que ceste recette est bonne contre l'impidemie »

242 A titre de comparaison avec ces recettes médicales, voir le contenu de la bibliothèque d'un médecin : Ferrari (H.-M.), Une chaire de médecine au xve  siècle, p. 83-93 ; les livres de médecine possédés par le monastère de Guadalupe au début du xve siècle sont présentés dans Beaujouan (G.), Poulle-Drieux (Y.), Dureau-Lapeyssonnie J.N., Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen-Age, p. 380 et suiv.

243 BMSal., ms. 12. « Pour gary des fievres. Prenez de l’uye qui vient sus les toy et en faites le verjus comme le quar d'un verre et il metez a trone (poids) de miecrous (de médiocre grandeur) et ung pol de vin agre, et mallé touz ensemble et puis le matin que l'urn et levez, boire a jungs, et apres ce que l'a buz, jungnez 1111 heures, et dedans III jour il sera gari. » (En marge du manuscrit où Pierre Bon rédigea des commentaires sur les Dix commandements.) Verjus : suc acide tiré des raisins qui ne sont pas encore mûrs.

244 Jean Perrot possède un livre sur la physique d'Aristote (1476).

245 Larchet (J.-C.), Théologie de la maladie, p. 115-116.

246 Extrait de saint Basile, Larchet (J.-C.), Théologie de la maladie, p. 25 et suiv.

247 BMSal., ms. 475, traité de médecine traduit de l'arabe en latin, d'écriture italienne. Sur le premier feuillet, on peut lire un texte de six lignes en hébreux.

248 BMSal., ms 10, de la main de Jean Perrot.

249 Epître aux romains, 5-18.

250 Jean Perrot rapporte ici des paroles à prononcer au moment de l'Extrême-Onction.

251 BMBes., ms 138, acheté vers 1480 par l'archevêque Charles de Neuchâtel. Au f° 134, on peut lire une prière qui commence ainsi : « Exorcizo te immundissime spiritus... ». En lettres rouges il est écrit : « Exorcismus olei pro infirmis et pro populo... »

252 La désignation des livres d'exorcisme par « heandes », « ayandes », « andes » ou « zeandes » pourrait-elle être de quelque rapport avec saint Oyand, quatrième abbé de Condat, qui possédait une grande puissance pour chasser les démons ? Il est en effet remarquable de noter que le nom propre Oyand revêt d'autres formes très variées : Oyan, Oyant, Ouyan, Eugende ou encore Heand. Cette dernière appellation impose nécessairement un rapprochement susceptible de proposer l'hypothèse suivante : les livres d’exorcisme porteraient le nom de ce saint, dont les puissances malignes reconnaissaient elles-mêmes la force et la supériorité. Martine (F.), Vie des Pères du Jura, introduction, p. 12. Il n'est cependant pas exclu que l'adjectif grec εξαντε signifiant hors de danger, libéré du mal, soit à l'origine de cette appellation zeandes. Le dictionnaire Grec-Anglais Liddell-Scott atteste même pour ce mot le sens de hors de soi, fou. Pourrait-il s’appliquer pour des possédés ? En ancien français, l'exorcisme se dit : « exorcization ».

253 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1455.

254 ADD, 53 J III 1, inventaire de 1456.

255 ADD, 53 J1 3b, inventaire de 1342.

256 ADD, 53 J XVI 14, inventaire de l'hôpital de Gray (1439).

257 ADD, 53 JI 11, inventaires de 1360 et 1395.

258 AHSal., A 1, fondation du St-Sépulcre, 1431.

259 Dictionnaire des Antiquités Chrétiennes, article exorcisme.

260 L’officiant s'est au préalable préparé par le jeûne et la prière.

261 Prière de saint Cyprien.

262 La liturgie du baptême fait partie des exorcismes ordinaires. Dictionnaire de Théologie catholique.

263 La pratique des exorcismes de possédés est fréquente dans les débuts de l'Eglise.

264 AMBes., BB 2. F° 110, Jehan dit Loys « convaincu d'avoir appartenu a l'ordre des Tullepins de Paris et que il estoit sodomite, heretes, vadois, ypocrites, desterreux de mors pour en composer podre a décevoir les fernes » a été brûlé le 17 sept. 1384. F° 112, Henriette de Crans a été condamnée à être brûlée vive le 13 mars 1434 ; « laquelle auxi par pluseurs foiz a montez sur une remesse (balai), alant subitement de lieu en aultre, pour ointures et oingnemens fait des oz d'enffans, desquelx elle oingnoit ladite remesse... » F° 112 v°, le 18 mars 1434, Vuillemin Boban est brûlé pour hérésie et sortilèges. « Par pluseurs foiz, il a appelez le dyable, lequel il nommoit Courtois, liquel dyable... li ensoingnoit les choses perdues, auquel dyable Courtois lidit Vuillemin a fait homaige... »

265 L'idée de complot existe déjà en 1321 avec les lépreux, en 1348 avec les juifs. Elle se poursuit ensuite avec les sorciers.

266 « De faire plusieurs sortilaiges comme garir malaides par invocation de dyables. »

267 La profanation de la Croix peut être accompagnée de la profanation de l'hostie.

268 BMSal., ms. 12, f° 233. Il est intéressant de noter les coïncidences de dates entre les écrits de Pierre Bon concernant les sorciers, les condamnations de Besançon (1434) et l'exposé de Johannes Nider au concile de Bâle en 1436.

269 ADD, 53 J XXXVI. Oudot Calot, de Cromary, fonde en 1536 une messe pour le protéger des démons « estant sur terre et en l'air » : « Jhesus Maria. Je soubsigné fonde parpetuellement une messe du Sainct Esperit que se dira et selebrera chascun an le grant Jeudi Sainct, en l'aultel de l'eglise du Sainct Esperit de Besancon par le maistre administrateur et gouverneur de ladite eglise. En célébrant icelle, y aura deux lumières de cires en sierges ; a laquelle, le selebrateur d'icelle participera pour ung tier, aussy ung tier les oyans presens, l'aultre tier a la bonne intencion de moy ledit fondateur, asscavoir que ledit celebrateur ayt en souvenance en son memento, de la Passion de Jhesus Nostre Rédempteur, aussy de la Vierge Marie, sainct Jehan ; par leurs mérité, plaise preserver noz aymes, corps et biens des diables estant sur terre et en l'air. Pour laquelle fondacion, je promect payer chascun an audit maistre, trois gros monnoie pour seurtir du payement. Je luy oblige en forme de droit, tous et singuliers mes biens meubles et immeubles estans assis et situés au lieu de Cromary. Soubz mon soing manuel, cy mis le vingt septiesme de mars mil cinq cens trente six. O. Calot. »

270 Delumeau (J.), Rassurer et protéger, p. 40 ; p. 41, il montre que l'exorcisme de vin se retrouve en France « dans les rituels de Genève-Annecy (1612), Besançon (1619), Chartres (1627, 1639, 1640), Orléans (1642), Meaux (1645), Chalon-sur-Saône (1653), Clermont (1656), Lyon (1692), Boulogne (1750) ».

271 Aux hospices de Beaune, les religieuses allumaient un cierge près du Christ de Pitié, lorsqu'un malade entrait en agonie. Quarré (P.), “Le Christ de Pitié de l'hôtel-Dieu de Beaune”, Archéologia, no°49, 1972, p. 32-36.

272 Raifort : la racine du raifort renferme de la myrosine et du myronate de potassium, donnant naissance, par leur action réciproque au contact de l’eau, à une huile volatile analogue à celle de moutarde, et à laquelle elle doit ses propriétés antiscorbutiques. Rue : plante herbacée rustique à odeur forte, au goût acre et amer. Absinthe : plante très amère et très odorante que l'on trouve sur les terrains vagues, les sables et les rocailles. Les pétales de rose rouge, dite de Provins, rosa gallica, sont astringents par leurs tanins et servent à préparer le miel rosat. Ceux de la rose cent-feuilles servent à la préparation de l'eau de rose.

273 L'exorcisme contre les insectes, les vers, les mouches... est encore pratiqué au xviiie s. dans le diocèse de Besançon.

274 Cité dans Delumeau (J.). Rassurer et protéger, p. 37 et suiv.

275 ADD, Ms 133.

276 Ginzburg (C.), Le sabbat des sorcières, p. 45.

277 Beaumanoir (P.), Coutumes de Beauvaisis, t. II, p. 327, art. 1619.

278 Dessevrer : séparer.

279 Foreville (R.), Latran I, II, III et Latran IV. La législation relative aux lépreux des décrets de Latran III (19 mars 1179) est rapportée à la p. 221.

280 AMBes., GG 430.

281 Besançon-la Vèze, Dole, Arbois, Salins, Montbéliard, Gray et Gy...

282 La chapelle de la maladière de Luxeuil mesurait 4 toises sur 3, soit 8 m sur 6. Desgranges (B.), Luxeuil pas à pas, p. 209.

283 Ce type de couverture est vérifié pour tous les établissements.

284 AMBes., DD 90, f° 268, 1506. « Pour quinze feuilles de fer blanc pour couvrir le fietre du cloucher » appelé par ailleurs « petit cloucher dessus l’eglise ou cloucherot ».

285 Histoire des hôpitaux en France, sous la dir. de Jean Imbert, p. 42 : les maladières étaient souvent peintes en rouge. La chapelle de la léproserie de Strasbourg était bâtie en briques rouges ou peintes de cette couleur. On appelait cette maladière « Hof zur roten Kirche » (Cour ou ferme de l'église rouge). Son règlement s'intitulait : « Buch und Ordnung der gute Lüte des hoffes zur rotenkirchen zu Strassburg » (Livre et règlement concernant les bonnes gens de la cour de l'église rouge à Strasbourg). Article Lèpre, Encyclopédie de l'Alsace, vol. 8, p. 4711. Dans le diocèse de Besançon, une seule mention de la couleur rouge apparaît à travers les sources.

286 AMBes., DD 90, f° 268, 1506.

287 AMBes., DD 89, réparations de la maladière.

288 AMDol., cote 959, comptes de 1481, 1482, 1483. « Des ornemens de l’até de la chappelle de ladite malaidiere, assavoir trois touailles d'atel, une chassible de camelot, une abe, ung amit, ung corporal, festoie et le manipule et une paix ; le tout pour le prix de trois frans. »

289 Ce missel appartenait à la léproserie de Dole avant 1479.

290 AMDol., cote 959, comptes des années 1481, 1482, 1483, 1488. « A un paintre que paintura Monsieur Sainct Ladre et Nostre Dame a ladite malaidiere en feglise d'illec. » (1488) Le musée de Besançon conserve une statue de saint Jean-Baptiste du xve siècle, en bois, provenant de la léproserie de la Vèze. Les maladières d’Ornans et de Grozon abritaient des statues de la Vierge, et la seconde une statue de saint Eloi. « Pour une boite de cuiz pour ladite malaidiere pour mectre les cytes pour chanté. » (1488)

291 Stouff (L.), Cartulaire... d'Arbois, p. 108-1 12.

292 AHSal., E 7, 1564. « Les manans et habitans du bourg dessoubz dudit Salins ont... laissé ruyné la chappelle de ladite maladiere de maniere qu'il est... quasi impossible de pouvoir célébrer messe. Il n'y a aucuns ornemens ou habitz d'aultez, calypse d'estaing, chasuble ou aultre. Supplie tres humblement auxdits habitans et a leurs eschevins, gouverneur et syndique... de refaire ladite chappelle. »

293 Ces trois expressions concernent la léproserie de la Vèze. La dernière est relevée dans BMBes., BB 11, f° 157 v°, 1525.

294 AMDol., cote 959, comptes de 1481 et 1492-93.

295 AHSal., E 6.

296 AMBes., GG 430, comptes de la réfection de la maladière de la Vèze, 1413.

297 AMArb., fonds de l'hôpital, CC 179, reconstruction de la maladière d’Arbois, 1525, f° 2. Toise de roi = 1,9 m ; toise le comte = 2,5 m ; toise de Besançon = 2,8 m.

298 Le pied de Besançon = 31 cm environ ; de Bourgogne = 33 cm environ ; le comte = 35 cm environ ; de roi = 32 cm environ.

299 AMArb., fonds de l'hôpital, CC 179, reconstruction de la maladière, 1525, f° 2 v°. Chaque chambre aménagée pour les lépreux ressemblerait à une pièce de 5 m sur 5.

300 AMMbl., CC 64, comptes, f° 18 v°, 1478.

301 Soilé : mélangé de seigle.

302 AMMbl., CC 63, comptes, f° 6, 1456.

303 AMBes., GG 430.

304 AMArb., CC 179, f° 6. « Pour achat de quarante six livres de fert mises et empliees tant es six pasmelles por les trois portes, aultres six pasmelles por les trois fenestres et por six verroux. Item, por trois serrures et trois clez mises esdites portes. »

305 AMDol., cote 959, comptes de 1494-1495.

306 AMBes., DD 91, f° 105, 1525.

307 AMDol., cote 959, comptes de 1494. Fardel : paquet.

308 AMBes., BB 7, P 320 v°, ordonnance du 4 août 1467. Il n'existe d'ailleurs pas de règle fixe pour l'accueil des lépreux. L’entrée en léproserie n'est pas nécessairement gratuite, les riches paient et les pauvres sont assistés. A Besançon, la municipalité prend en charge l'examen médical des démunis, les gens aisés doivent en acquitter le montant.

309 ADHS, 311 E, suppl. 262.

310 Chevecier : oreiller, traversin.

311 Paellete : petite poêle.

312 Paule, pele, palete : petite pelle.

313 Besse : bêche.

314 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 47, le constate aussi dans le pays de Vaud.

315 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Le gerdin appartenant a ycelle, deux jornaux de terre devant et darriers ladite maladerie... pour leurs usaiges et a leurs proffis, tant comme ils demorroient et seraient residans en ycelle. »

316 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Et sera tenu maintenir icelle en bonne et convenable estat de toutes reparacions et maintenemens. »

317 Aujourd'hui encore en Inde, les léproseries se développent à l'abri de hauts murs qui isolent les gens sains des malades. Dans la direction opposée au village, l'enceinte est percée de multiples trous pour permettre la communication entre les lépreux et leur famille (témoignage du docteur Grulet, CHU de Reims).

318 ADHS, 282 E, suppl. 106. « A Guillame Gaudin... pour ses peines et salaires d'avoir reffaict le mur devers la ville. »

319 BMB, DD 90, f° 418, 1514.

320 AMDol., cote 959, comptes de 1488, 1489, 1490 et 1494.

321 Borrador ! (P.). Mourir au Monde, p. 40.

322 Une statue intégrée aujourd'hui dans le mur de la cure de la Vèze pourrait-elle provenir de cette croix aujourd'hui détruite ?

323 AMBes., DD 90, 1511, f° 344.

324 ADD, G 49.

325 AMBes., DD 90, 1511, f° 313. « Noté que Girard Voilley de Colombié lez l'Isle, tixerant, citien de Besançon, gendre de feu Mathey Masson, jaidis tixerant citien dudit Besançon, et de Girarde sa femme, fuct jectié ladre en ladite Veze ensuyvant l'ordonnance de sainete Eglise et de mesdits seigneurs par le vicaire de sainct Pierre de Besançon, comme lors parrochien d'icelle... »

326 AHSal., E 22.

327 AMArb., hôpital, A 11, 1498.

328 AMBes., DD 90. Humbert Merceret, beau-frère de la lépreuse Marguerite Thomas.

329 AMBes., DD 90. « ... refait les portes des chambres de Jehan Seemont, la fille Pierre Vernier... [et] fait certains chalitz esdits malades. »

330 ADD, 1 Fi. non classé, extrait d'une carte du xviiie siècle, Atlas forestier. Ce dessin tardif présente un ensemble de trois bâtiments enclos où l'on distingue nettement une chapelle de très petite dimension.

331 AMBes., GG 430. « Hat receu ledit Huguenin Lechin du Ravet, bouchier, pour des langues de beuf, pour ung an encommancant a la feste de Penthecoste mil CCCC et quinze et fenissant l'an revoluz mil CCCC et saze pour ce qu'il n'y avoit nulx malaide en ladite Veze, pour ce vingt sols. »

332 AMDol., cote 639. A noter que la léproserie de Dole dispose de quatre chambres.

333 Borradori (P.), Mourir au Monde, Lausanne, 1992. p. 19.

334 A chaque lit d’hôpital correspond un espace d'environ 20 m2. Peut-on envisager une relation avec celui réservé aux ladres ?

Table des illustrations

Légende 9.— Les hôpitaux de Salins dans la deuxième moitié du XVe siècle.1— hôp.St-Bernard2— hôp.de Bracon3— hôpital...4—... et infirmerie du St-Sépulcre
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende 10.— Les hôpitaux de Besançon aux xive et xve siècles
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 11.— L'hôpital du Saint-Esprit de Dole d'après une gravure de 1668
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 12.— L'hôpital Saint-Jacques de Besançon d'après le plan de 1575
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende 13.— La ville de Salins dans la Cosmographie de Munster, 1544
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 14.— Détail des bâtiments du St-Sépulcre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 15.— Plan des salines, du Saint-Sépulcre et de ses dépendances »64
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende 16.— Le St-Sépulcre d'après le tableau de N. Richard (1628).le cimetière est situé de l'autre côté de la furieuse, au-delà du pont que l'on voit en bas à droite de la vue d'ensemble.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende 1 : Castel de Laule :— rez-de-chaussée : le « poille », la chambre du recteur, diverses pièces appelées « cabinets »— étage : trois chambres spacieuses plus une.2 : Cellier et pressoir ?3 : « Poile » et grande salle au rez-de-chaussée, à l'étage, chambre des « coriaux » ?4 : Cuisine et chambre au rez-de-chaussée, à l'étage 4 chambres pour 3 chapelains et un clerc.5 : Grande salle des pauvres17.— Le Saint-Sépulcre d'après le tableau de Nicolas Richard et l’inventaire de 1572. (AHSal, K 1).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende 18.— Le Saint-Esprit d'après le plan de 157596
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende 19.— La chapelle du Saint-Esprit et les ruines du porche (1840)(d'après G. Coindre, Mon vieux Besançon)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende 20.— Galerie du Saint-Esprit
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende 21.— La salle des pauvres d'après le projet du xve siècle.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 23.— Le Saint-Esprit de Besançon, façade Est (d'après G. Goindre. Mon vieux Besançon...)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende 23.— Extrait du MS 9, folio 110, écrit en forme de rébus de la main de Jean Perrot
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende 24.— Dernier feuillet du volume contenant les extraits de la Physique d'Aristote209.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende en bas : route de Besançon25.— Maladière de Séchin330.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Nous Ponssot Brachotel et Marguerite femme Estevenin Thomas malaidez de la Veze certiffions a noz tres honnorés seigneurs messires le recteurs et gouverneurs de la cité de Besançon, que honnorable homme Guillaume d'Orchans tresorrier de ladite cité a baillié et délivré à Jehan Vannel de la Loye, platrisseur, citoyen de Besançon, la somme de dix huitz gros viez monnoie pour ses peinnes, labours et sallaires de avoir reffait lez contrefeugz, aitres, et replaitrir lez trois cheminees de la malaisiere de la Veze...26.— Travaux à la léproserie de la Vèze
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4047/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search