Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 13. Altérée ou désintégrée ?

L’intégrité des gendarmes européens en guerre

Jonas Campion et Emmanuel Chevet

Texte intégral

  • 1  Sur les gendarmeries, pour des perspectives historiques et sociologiques, voir les indispensables (...)

1La gendarmerie est une police nationale, militaire, en charge de missions administratives, judiciaires et prévôtales1. C’est une institution qui, par ses fonctions et son identité, est l’incarnation d’une série de valeurs professionnelles comme l’intégrité, la probité ou la légalité. Trois concepts qui ont un sens commun, entendu presque. Ils ont également un sens philosophique. Mais ils ont aussi – le mot intégrité en tête – une dimension spécifiquement « gendarmique ». Ce constat appelle de nouvelles interrogations. En termes policiers, ces réalités recouvrent-elles des réalités différentes par-delà les frontières ? Leur signification est-elle stable dans le temps ? Autant d’aspects d’une réalité professionnelle, que nous éclairons dans cette contribution, au prisme d’une approche commune des gendarmeries belge, française et néerlandaise autour d’une période charnière et paroxystique de leur histoire, la Seconde Guerre mondiale.

2Constitutive de l’institution gendarmique, l’intégrité est également portée par ses membres. Puisqu’incarnant à la fois l’État et la Nation, les gendarmes sont scrutés par tous, dans une logique de transparence de la chose publique face au public. Quelle que soit l’époque, le gendarme doit être intègre, tant dans son action publique que dans sa vie privée, dit le corps à ses hommes. Le gendarme doit dégager l’image du parfait soldat de la loi, « à cheval sur le règlement », incorruptible, irréprochable. À un point tel que la mise en cause de ces exigences est pointée du doigt en interne.

3Du rapport particulier de l’institution et de ses membres à l’intégrité, découlent plusieurs idées à discuter. Première idée : puisque tout gendarme se doit d’être intègre, cette qualité relèverait par conséquent de la normalité. Seconde idée : puisque l’intégrité est la norme, elle déboucherait sur l’unité entre les gendarmes. Ils agiraient d’un bloc, sans dissension, sans contradiction entre eux. Il en découle l’image d’une seule institution, monolithique dans son action et ses intérêts.

  • 2  À ce sujet, Grandière (Marcel), « Introduction. La notion de stéréotype », dans Grandière (Marcel) (...)
  • 3  Sur les relations entre les gendarmes, les populations et les autorités, nous renvoyons aux travau (...)

4À bien des égards, l’intégrité du gendarme est une construction qui aboutit à une représentation idéale de la gendarmerie, nécessaire à la légitimité de l’exercice de fonctions de police2. L’intégrité est nécessaire au droit de punir. Cette nécessité se construit par rapport aux populations contrôlées, par rapport aux autorités servies, mais aussi par rapport aux gendarmes eux-mêmes. Ils doivent avoir le sentiment de l’importance de leurs missions ; de leurs qualités pour les mener à terme ; et de manière plus générale, de leur caractère d’élite3.

5L’incarnation de l’intégrité des gendarmes, dans leurs pratiques quotidiennes, se fait selon des modalités diverses dans le temps et l’espace ; elle varie également selon des nécessités et des stratégies propres aux gendarmes et à leurs autorités. Malgré un discours mettant à la fois l’accent sur la permanence et l’inaltérabilité de cette valeur, sa signification est profondément historique. Aux accommodements raisonnables dans le quotidien, et qui donnent à voir un tout autre gendarme – un homme ordinaire, plus faillible –, se greffent en période de troubles les conséquences d’un brouillage des normes sociales, par rapport au droit, à la violence, ou aux règles du vivre-ensemble. Or, si le gendarme venait à ne plus être intègre, ou à ne plus le paraître, c’est l’institution elle-même – donc la légitimité du maintien de l’ordre qu’elle exerce – qui pourrait vaciller. Et au final, le service de l’État ?

6La Seconde Guerre mondiale et ses suites constituent une période charnière pour sonder la relation des gendarmes aux vertus constitutives de l’intégrité, permettant par là de la définir. La guerre multiplie les facteurs centrifuges et les causes de désintégration au sein des gendarmeries. La défaite, puis l’Occupation et enfin la Libération, sont autant de périodes qui interrogent l’exercice de fonctions policières, démontrant les variations géographiques, chronologiques et professionnelles de l’intégrité, telle qu’elle est vécue dans un microcosme policier.

I. L’intégrité comme « totalité » ? Une unicité institutionnelle sous pression

  • 4  Administration militaire allemande en France et en Belgique, administration civile aux Pays-Bas. A (...)

7Le service gendarmique de l’État ne peut souffrir de pluralité ou de doute. Pour remplir ses missions et affirmer son emprise sur les populations contrôlées, le corps doit être perçu comme une institution unifiée, offrant une réponse monolithique aux enjeux de l’ordre. En Europe occidentale, les défaites de 1940, et les occupations allemandes qui en découlent, ébranlent largement cet état de fait. Malgré la diversité des situations vécues (en termes de régimes d’occupation, de nature du pouvoir national4, mais aussi de situations socioéconomiques ou militaires entre 1940 et 1944), les gendarmeries redécouvrent de manière uniforme, en territoires occupés, les enjeux politiques de leurs fonctions. Ce constat met rapidement sous pression cette intégrité/unicité institutionnelle.

En territoires occupés

  • 5  Sur les réformes au sein des gendarmeries en guerre, voir Campion (Jonas), Les gendarmes belges, f (...)

8L’occupation allemande est marquée par deux dynamiques désintégratoires au sein des gendarmeries européennes. D’abord, elle représente une désintégration institutionnelle. Les corps souffrent de réformes, de la multiplication d’unités spécialisées, de la mise en œuvre de logiques politiques en leur sein (aux unités traditionnelles, se rajoutent des unités « politisées » ou de circonstance) ; de l’éclatement territorial (comme avec la multiplication des zones aux statuts particuliers sur le territoire français, entraînant autant de statuts pour les unités de la gendarmerie) ; de la transformation des rattachements institutionnels (aux Pays-Bas, la police est unifiée à partir de 1940 sous l’égide du ministère de la Justice ; en Belgique, la gendarmerie est démilitarisée et rattachée au ministère de l’Intérieur, tandis qu’en France, elle dépend à partir de 1942 du Chef du Gouvernement)5.

  • 6  Sur ce plan, voir Chevet (Emmanuel), Gendarmerie et maquis sous l’Occupation, 1943-1944, doctorat (...)

9C’est un phénomène progressif, dont le paroxysme est atteint en 1944. En France, avec le débarquement de Normandie, le plan « maintien de l’ordre » est mis en œuvre par le régime de Vichy au sein de la gendarmerie : il consiste à regrouper la majorité des effectifs au sein de certaines résidences, pour en permettre tout à la fois une meilleure protection et une meilleure surveillance des effectifs. Dans les faits, ce plan de regroupement accélère la désintégration de l’arme, puisque suite aux consignes concomitantes du Gouvernement provisoire de la République française [GPRF] appelant à l’insurrection nationale, un large mouvement de désertions s’observe à travers les unités. Il atteint en moyenne près de 10 % des effectifs6.

10Ensuite, l’état d’occupation doit également être vu comme un facteur de désintégration humaine : à l’issue de la guerre, le profil « unique » du gendarme d’avant-guerre n’existe plus. Le creuset gendarmique se pluralise. Quatre causes majeures expliquent cette situation particulière.

  • 7  Arch. nat., F60 501, note du général d’armée Huntziger, commandant en chef des forces terrestres à (...)
  • 8  « Il est indispensable pour le succès de notre action que nous fassions entrer des hommes sûrs à l (...)

11Premièrement, l’épuration des rangs menée dès 1940, qu’elle soit anti-républicaine ou anti-belgicaine, qu’elle vise à exclure les gendarmes juifs ou franc-maçons, pose les bases d’une reconfiguration du profil des gendarmes7. Deuxièmement, l’Occupation se caractérise, pour combler les vacances ou augmenter les effectifs, par des engagements massifs. Ceux-ci sont marqués par la volonté de politisation des nouveaux personnels. En Belgique, par exemple, les partis collaborateurs poussent leurs membres à s’engager en vue de noyauter l’institution et en faire un outil dans la conquête du pouvoir. À la Libération, 20 % des gendarmes engagés durant la guerre sont catalogués « Ordre Nouveau8 ». Si l’ampleur réelle de cette politisation doit être nuancée, ses effets moraux ne peuvent être négligés : elle entraîne une méfiance entre gendarmes, mais aussi envers ceux-ci.

  • 9  Campion (Jonas), Les gendarmes, op. cit., p. 49-59.

12Troisièmement, les motivations des nouvelles recrues sont également socio-économiques : servir comme gendarme garantit des moyens de subsistance dans une période difficile et offre une protection relative contre le travail obligatoire. Il en découle un afflux de jeunes recrues, n’ayant pu, du fait de la défaite de 1940, acquérir une expérience et un esprit militaire préalables à l’entrée en service. Enfin, la transformation des hiérarchies renforce la désintégration humaine. Au sein des cadres des gendarmeries, se multiplient des mises à pied, des nominations politiques, des transferts venant de l’armée (comme en Belgique ou aux Pays-Bas)9. La conjonction de ces facteurs débouche sur des conflits de profils entre anciens gendarmes, nouveaux engagés, militants, militaires transférés et le désir politique de renouveler le profil et l’esprit de ces institutions.

13Au final, au moins deux modèles d’intégrité cohabitent et sont en conflit autour des gendarmeries durant l’Occupation. Cette période constitue bien un moment de tensions, de risques en termes policiers. Une perte de sens s’observe, dans chaque pays occupé, au sein de l’institution gendarmerie : elle n’est plus une, et n’est plus dans l’illusion a-historique de sa permanence au cœur de l’État.

En territoires libérés

  • 10  Vincennes, Service historique de la Défense-département gendarmerie, 1D1 23, R/4 légion Lille, not (...)

14Entre l’été 1944 et le printemps 1945, la France, la Belgique et les Pays-Bas sont progressivement libérés. Cette période cruciale est à son tour marquée par deux facteurs de tensions quant à l’intégrité gendarmique. Les gendarmeries doivent se légitimer et faire face à la concurrence de l’ordre, pour restaurer leur droit au monopole de la violence (risque de mise sous tutelle par les alliés, concurrence d’une résistance à encadrer et désarmer, etc.). Au sein de chaque gendarmerie, la situation est critique sur le plan structurel et sur celui des moyens humains et matériels. Comme le dit le commandant de la légion de Lille, en novembre 1944, les gendarmes ont « besoin d’armes et d’hommages10 ».

  • 11  « Arrêté du 01/11/1944 portant création d’une direction de la gendarmerie », Mémorial de la gendar (...)

15En territoires libérés, il s’agit d’abord de dépolitiser les réformes de l’Occupation et de refonder la cohésion institutionnelle. Ainsi, en France, le rattachement direct de l’arme au chef du gouvernement, instauré en 1942, est une des premières mesures à être annulée par le GPRF. Une direction de la gendarmerie dépendant du ministre de la Guerre avait été instaurée à Londres. Au début du mois de septembre 1944, dans une optique de mobilisation générale des moyens militaires, la direction londonienne est remplacée par un commandement de la gen darmerie et de la garde républicaine, dépendant directement de l’état-major général de la Guerre. Par ce biais, la réunification de la gendarmerie et de la garde est ainsi affirmée avec force11.

  • 12  À ce sujet, voir Campion (Jonas), De Rijkswacht (1918-1957) : De Belgische Gendarmerie tussen evol (...)

16Après leur dépolitisation, certaines réformes de l’Occupation font l’objet ensuite d’une réappropriation pour des motifs professionnels. Il s’agit de s’adapter aux nouvelles conditions de l’après-guerre. Par conséquent, au fur et à mesure de ces réformes, on observe l’apparition progressive d’une nouvelle unité professionnelle, qui sous-tend une nouvelle intégrité structurelle. Le processus ne se fait pas sans mal. Le rôle et l’organisation de l’institution gendarmerie vont faire débat12. Ainsi, aux Pays-Bas, les échanges portent sur l’opportunité de lui confier des missions de police civile. En Belgique, les débats portent sur sa militarité et son rattachement hiérarchique.

  • 13  Voir notamment, selon le commandant du corps, la nécessaire hausse des punitions, à la fin des ann (...)

17Le second enjeu de l’intégrité touche aux personnels. À la Libération, il y a des pénuries d’effectifs, face aux missions qui augmentent et aux difficultés de restauration de l’État. Les priorités sont de combler les vacances et les pertes, de reprendre le contrôle sur les gendarmes passés dans la clandestinité, de récupérer les hommes engagés dans les combats, mais aussi de répondre aux choix gouvernementaux d’augmenter les effectifs disponibles. Pour restaurer et favoriser l’unité interne, le profil des nouvelles recrues, la formation de celles-ci, et la restauration de la discipline interne constituent les priorités des autorités en place. La seconde moitié des années 1940 est une période où la discipline est réaffirmée, parfois de manière « conflictuelle »13, tout comme le nécessaire devoir de fermeté des gendarmes.

18De l’avant à l’après-guerre, ce survol des gendarmeries sous tension illustre à suffisance que l’intégrité se définit, au sein des armes, tant aux plans institutionnels qu’humains, comme une nécessaire unicité. L’intégrité institutionnelle est d’abord une mise en avant d’une cohérence institutionnelle, présentée comme inaltérable. Or les occupations subies mettent à mal cette cohérence, au nom de facteurs politiques, fonctionnels, ou de circonstances. Comme l’illustrent les priorités de la Libération, c’est une situation dangereuse pour les corps, nécessitant une reprise de contrôle pour doter les institutions des moyens humains, matériels et structurels nécessaires à leurs missions.

II. L’intégrité comme « moralité »

  • 14  Voir Campion (Jonas), Chevet (Emmanuel), « Quand (dés) obéir rime avec trahir : pratiques professi (...)

19Fort de ce premier constat, il est maintenant nécessaire de réfléchir, en termes d’identités professionnelles, aux caractéristiques de l’intégrité gendarmique, et d’éclairer l’impact de la guerre sur celle-ci14. Quelqu’un d’intègre, c’est une personne à la fois droite et incorruptible : pour schématiser, elle incarne le bien sans céder au mal. Et les convictions de cette personne se retrouvent toujours dans ses actes.

  • 15  Sur ces valeurs, voir l’image véhiculée, en France, par la presse professionnelle dès l’avant-guer (...)

20Quand on sait que les gendarmes vont collaborer avec l’occupant – au sens professionnel du terme –, qu’ils vont participer activement aux arrestations de communistes, juifs, réfractaires et maquisards tout au long de l’Occupation, ou tout simplement interdire aux gens de pouvoir se ravitailler un minimum, il semble difficile de dire d’eux qu’ils furent alors intègres. Et pourtant : l’intégrité du gendarme repose sur des valeurs caractéristiques, propres au corps : obéissance aux ordres, aux chefs et à la loi (légalisme), fidélité à la Patrie et à l’ordre, honneur, indépendance15. S’il n’est plus fidèle à ces valeurs, s’il n’obéit plus, le gendarme n’est plus intègre.

Désobéir, c’est trahir

  • 16  Selon le droit international (Convention de la Haye de 1907) et le droit national (consignes d’ava (...)

21Puisqu’il y a état d’occupation, et obligation de collaborer avec l’occupant16, en Belgique, aux Pays-Bas ou en France, dans les faits, dès 1940, désobéir c’est trahir. Trahir à la fois l’État, mais aussi l’institution, sa culture, ses chefs et même ses collègues. C’est aller à l’encontre de son métier donc de sa propre identité. Désobéir, ce serait donc perdre son intégrité de gendarme.

22Mais obéir, n’est-ce pas aller à l’encontre du service de la Nation, de la Patrie et du Peuple ? La réponse est difficile. Selon le pays, désobéir ce n’est pas trahir de la même manière. D’un côté, il faut distinguer la Belgique et les Pays-Bas et de l’autre, la France de Vichy. La nature des régimes politiques nationaux en place n’est pas la même : la France de Vichy constitue un régime politique, à l’opposé des instances administratives en place en Belgique ou aux Pays-Bas. Ensuite, il faut scinder la France selon ses zones. Rien qu’en considérant la zone libre et la zone occupée, l’on soulève une question originale : la désobéissance en zone libre – où il y a un régime national sans occupant avant fin 1942 – ne constituerait-elle pas la perte d’intégrité la plus radicale dans les gendarmeries européennes ?

23Parallèlement, il faut s’interroger sur la perception qu’ont les populations des gendarmes : étant au contact de l’occupant, parfois quotidiennement dans certaines missions, comment ne pas comprendre que la perception de l’intégrité des gendarmes vole littéralement en éclat dans l’opinion publique sous l’Occupation ? Par-delà les frontières, au fur et à mesure du conflit, le gendarme est vu comme un « collabo », comme « un mauvais gendarme ». Il paraît tout sauf intègre, bien qu’il ne fasse qu’obéir et respecter la loi. C’est le dilemme du gendarme, qui peut vite devenir un drame : celui du service de l’État ou de la Nation, en période de crise.

Obéir, c’est quand même trahir

  • 17  Mouraz (Bernard) (dir), Gendarmes résistants, du refus aux combats de la Libération (1940-1945), V (...)

24Au fur et à mesure du conflit, les gendarmes se sentent mal perçus, critiqués et menacés. Ils hésitent de plus en plus à remplir leur mission. Il y aurait donc une prise de conscience par les gendarmes des enjeux de la période. Ce qui est chose vraie. Mais certains historiens s’essayent à lui trouver une chronologie trop simpliste. Certains prétendent même que cette prise de conscience ferait soudainement suite à une période d’obéissance : il y aurait donc « inconscience » avant ? Surtout ces historiens considèrent que c’est seulement et seulement si la « morale » le réprouve, que la conscience prend le relais de l’obéissance17.

25Une telle perception a permis à toute une historiographie sur la gendarmerie des années noires de postuler qu’il y eut durant cette période, d’une part, les résistants qui écoutèrent leur conscience (et qui furent donc intègres) et, d’autre part, les collaborateurs, peu nombreux nous dit-on, qui obéirent en faisant preuve d’un zèle illégitime. Dans cette optique, le couple conscience/obéissance est symétrique à celui de résistance/collaboration. Un tel couplage est abusif puisqu’il est évident que la trahison elle-même hésite sur son camp. Sous l’Occupation, l’intégrité du gendarme est en porte-à-faux ! À La Libération, l’institution en redéfinit les limites acceptables, non sans mal.

Ne pas désobéir, c’était trahir. Obéir, ce n’était pourtant pas trahir.

  • 18  Sur cette crise, Bergère (Marc), « La crise d’identité de la gendarmerie à la Libération : l’exemp (...)

26Il est possible de résumer les discours tenus après-guerre, par les gendarmeries envers leurs membres par une formule un peu osée qui serait : « vous auriez dû savoir ce qu’il fallait faire ». Dans cette logique, ceux qui ne l’ont pas fait – ceux qui n’ont pas résisté, qui n’ont pas désobéi – vont servir d’exutoires et d’effigies expiatoires aux corps en recherche de légitimité, lors du rétablissement étatique. Par ce biais, il s’agit également de maintenir ou rétablir tant bien que mal, l’intégrité institutionnelle au sein de corps sous pression18.

  • 19  Sur l’épuration des gendarmeries (procédures, enjeux et bilans), voir Campion (Jonas), Les gendarm (...)

27Deux temporalités doivent être observées dans ce processus de redéfinition de l’intégrité individuelle et institutionnelle. Sur un temps court, lors de l’ouverture des procédures épuratoires19, l’institution gendarmerie met en avant l’idée selon laquelle un gendarme intègre aurait dû désobéir durant l’Occupation. Il s’agit là d’une réalité commune aux cas belge, français et néerlandais, malgré les expériences vécues. C’est donc bien une position défensive, destinée à assurer dans l’urgence l’action policière dans les territoires libérés.

28Au sein des armes, le choc est profond mais loin d’être durable. Car apparaît rapidement une seconde temporalité, ancrée dans la durée, qui nuance fortement ces premiers griefs. In fine, les sanctions prononcées sont loin de suivre l’idée que servir, c’était perdre son intégrité. Au côté d’une minorité de traîtres dument identifiée, dénoncée et châtiée, le discours de l’institution affirme désormais que ceux qui ont obéi n’ont pas vraiment perdu leur intégrité. Au contraire, sont maintenant considérés comme immoraux les gendarmes ayant privilégié le point de vue individuel et le plan personnel, au détriment de la collectivité.

  • 20  Une commission d’épuration émet l’avis suivant à propos d’un des gendarmes concernés : l’élève off (...)
  • 21  Exemple parmi tant d’autres, le sous-lieutenant Guitonneau, de la brigade de Rennes (Ille-et-Vilai (...)

29En Belgique, des élèves-officiers qui, durant l’Occupation, avaient refusé de signer une déclaration de fidélité à l’autorité collaboratrice, et qui pour cela furent félicités juste après la Libération, seront des années après pointés du doigt en interne pour avoir joué une carte personnelle, contraire à la solidarité institutionnelle20 ! En France, les gendarmes qui ont été « trop » résistants sont mis au ban… S’ils sont passés très tôt aux maquis, s’ils y ont obtenu un grade élevé ou s’ils ont été membres clés de réseaux de résistance, ces gendarmes voient parfois leur carrière ralentir : ils sont mutés, ou rapidement mis à la retraite21, car l’institution s’en méfie. On craint qu’ils aient perdu leur indépendance auprès des populations, et le risque existe donc qu’ils ne soient plus perçus comme intègres. L’intégrité tant morale que professionnelle de ces hommes est clairement mise en doute par l’institution, bien qu’ils aient été d’une intégrité morale « citoyenne » irréprochable pour l’époque. Paradoxe de la période s’il en est.

III. Gendarmeries en guerre : désintégrées ou réintégrées ?

30L’intégrité est un mot qui prend plusieurs sens. Concernant les gendarmeries en guerre, entre 1939 et 1945, nous avons ici interrogé deux facettes principales d’un phénomène unique : l’intégrité physique (« totalité » institutionnelle) et l’intégrité morale (en tant que « valeur », à la fois portée par des institutions et leurs membres). Ces deux facettes sont constitutives des enjeux professionnels des gendarmes en guerre, qu’ils soient Français, Belges ou Néerlandais.

31En termes gendarmiques, l’intégrité physique défend la nécessité d’unité institutionnelle, inscrite sur le long terme et ancrée dans le service de l’État. La gendarmerie sert de tous temps, de manière uniforme et immédiate, tous les pouvoirs en place. Elle est de ce fait dans une illusion a-politique. Cette intégrité physique est une réalité (notamment réglementaire) mais aussi une construction, une logique d’image nécessaire pour donner une cohérence à l’action de la gendarmerie. La guerre – et plus généralement les périodes de crises institutionnelles ou de régime – fait voler en éclat cet équilibre : enjeu de et du pouvoir, l’institution est menacée dans son unité, sa légitimité et son autorité. Elle court également le risque de voir ses valeurs fondatrices se désintégrer.

32C’est la difficile gestion de l’intégrité morale qui est ainsi mise en lumière. Elle s’ancre dans l’idée que la gendarmerie est constituée de manière uniforme – et presque interchangeable – d’hommes (aujourd’hui on ajoutera, et de femmes) irréprochables, intouchables, à la morale noble. Elle affirme que les gendarmes sont au service absolu de la loi (de facto considérée comme juste). Sauf qu’à chaque période de crise – la Seconde Guerre mondiale en est le parangon – chaque gendarme souffre, soupèse sa conscience, est face à un dilemme quasi universel quant à son service ; alors il s’adapte et adapte son intégrité à son action. Il peut se placer ainsi à contre-courant de l’intégrité physique du groupe proche (la brigade), comme de l’ensemble de son institution, ou même de l’État qu’il sert.

33Ce hiatus entraîne des réactions hiérarchiques, qui varient dans le temps. En juin 1943, devant le vent d’indiscipline qui souffle dans les rangs, le chef de la gendarmerie française affirme :

  • 22  Arch. nat, GPRF, Quatrième et Cinquième République. De Gaulle avant 1959, sous-série 3 AG, n° 346, (...)

« Chef responsable de la Gendarmerie Nationale, j’appelle à mon tour l’attention de tous, officiers, gradés et gendarmes sur le devoir qui s’impose, plus impérieux que jamais, d’une soumission absolue aux ordres du Chef du Gouvernement et d’une exécution totale et sans arrière pensée de ses décisions. L’heure n’est pas de ‘scruter sa conscience’, le service de la gendarmerie ne saurait dans les jours présents s’accommoder de tiédeur ou de réticence22. ».

34Guère plus d’un an après, c’est tout l’inverse qui est édicté : tous ceux qui n’ont pas scruté leur conscience ne méritent plus d’être gendarmes. Le constat est sans appel. L’intégrité morale du gendarme se situe au carrefour d’une définition que portent à la fois l’institution, l’individu, la communauté nationale. Elle se situe autant sur une logique professionnelle que personnelle, autant de registres qui ne s’accordent pas nécessairement entre eux. De 1943 à 1945, l’intégrité morale a changé de camp mais les discours répondent à la même nécessité : sauvegarder et pérenniser l’institution.

35Au final, intégrités physique et morale sont indissociables. L’intégrité est fonction de temporalité, de lieux et fonction d’individus. Ainsi cette intégrité est si fluctuante, si changeante, que l’on en vient à observer qu’elle se désintègre aussi vite qu’elle peut être réintégrée. Se pose alors la problématique – que soulève avec acuité l’exemple des gendarmeries européennes autour de la Seconde Guerre mondiale – de savoir si ce concept est objectivable. Ou si, finalement, il n’est pas qu’un point de vue purement subjectif : ici de l’institution, là point de vue du gendarme qui sert, ici encore des gens qui côtoient donc les gendarmes et, même, le point de vue de l’historien qui étudie « ce tout petit monde ».

Notes

1  Sur les gendarmeries, pour des perspectives historiques et sociologiques, voir les indispensables Luc (Jean-Noël) (dir.), Gendarmerie, État et Société au xixe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2002 et Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2010 ; Houte (Arnaud-Dominique), Le métier de gendarme au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, ainsi que Emsley (Clive), Gendarmes and the State in Nineteenth-Century Europe, Oxford, Oxford University Press, 1999. Se reporter enfin à Dieu (François), La gendarmerie, secrets d’un corps, Bruxelles, Complexe, 2002.

2  À ce sujet, Grandière (Marcel), « Introduction. La notion de stéréotype », dans Grandière (Marcel), Molin (Michel) (dir.), Le stéréotype, outil de régulation sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 7- 12.

3  Sur les relations entre les gendarmes, les populations et les autorités, nous renvoyons aux travaux de Luc (Jean-Noël) (dir.), Gendarmerie, op. cit., et Emsley (Clive), Gendarmes and the State, op. cit.

4  Administration militaire allemande en France et en Belgique, administration civile aux Pays-Bas. Autorités administratives « indigènes » dotées de pouvoirs politiques plus ou moins définis en Belgique et aux Pays-Bas, face au régime politique de l’État français.

5  Sur les réformes au sein des gendarmeries en guerre, voir Campion (Jonas), Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille, 2011 ; Fijnaut (Cyrille), Meershoek (Guus), Smeets (Jos), Van der Wal (Ronald), « The Impact of the Occupation on the Dutch Police », dans Fijnaut (Cyrille) (dir.), The Impact of World War II on Policing in North West Europe, Tilburg, Leuven University Press, 2004, p. 91-132 et Majerus (Benoît), Rousseaux (Xavier), « The impact of the war on Belgian police system », dans Fijnaut (Cyrille) (dir.), op. cit., p. 43-89.

6  Sur ce plan, voir Chevet (Emmanuel), Gendarmerie et maquis sous l’Occupation, 1943-1944, doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2011.

7  Arch. nat., F60 501, note du général d’armée Huntziger, commandant en chef des forces terrestres à l’amiral Darland, 26 septembre 1941.

8  « Il est indispensable pour le succès de notre action que nous fassions entrer des hommes sûrs à la gendarmerie et nous avons pris la décision de mettre tout en œuvre pour provoquer suffisamment de candidatures rexistes pour que le prochain contingent au centre d’instruction de Vottem soit d’une homogénéité parfaite », écrit en octobre 1942, le chef politique du parti collaborateur Rex dans une circulaire aux militants (circulaire de José Streel à tous les militants du cadre politique, 20 octobre 1942, Bruxelles, Centre d’études guerres et sociétés contemporaines [CEGES], Archives Rex, AA166, n° 228).

9  Campion (Jonas), Les gendarmes, op. cit., p. 49-59.

10  Vincennes, Service historique de la Défense-département gendarmerie, 1D1 23, R/4 légion Lille, note n° 13/4, rapport du colonel Demougin sur l’état d’esprit du personnel, 6 novembre 1944.

11  « Arrêté du 01/11/1944 portant création d’une direction de la gendarmerie », Mémorial de la gendarmerie, fascicule de la Libération, p. 58-59.

12  À ce sujet, voir Campion (Jonas), De Rijkswacht (1918-1957) : De Belgische Gendarmerie tussen evolutie en revolutie, Buren, Stichting Vrienden van het Museum der Koninklijke Marechaussee, 2013, p. 28-31.

13  Voir notamment, selon le commandant du corps, la nécessaire hausse des punitions, à la fin des années quarante, pour affirmer la discipline au sein de la gendarmerie belge, suite aux mauvaises habitudes prises durant l’Occupation. Annales parlementaires. Sénat de Belgique, session ordinaire 1949-1950, 23 février 1950, p. 500 sq.

14  Voir Campion (Jonas), Chevet (Emmanuel), « Quand (dés) obéir rime avec trahir : pratiques professionnelles des gendarmes ‘occupés’ durant la Seconde Guerre mondiale », dans Javeau (Claude), Schehr (Sébastien) (dir.), La trahison : de l’adultère au crime politique, Paris, Berg International, 2010, p. 96-108.

15  Sur ces valeurs, voir l’image véhiculée, en France, par la presse professionnelle dès l’avant-guerre. Piernas (Aude), « ’Un exemple, un modèle, un guide’ ? Le gendarme des années 30 d’après la Revue de la gendarmerie », Sociétés & Représentations, n° 16, septembre 2003, dans Luc (Jean-Noël) (dir.), Figures de gendarmes, p. 53-64.

16  Selon le droit international (Convention de la Haye de 1907) et le droit national (consignes d’avant-guerre pour les fonctionnaires et agents publics). Se reporter à la deuxième section de I. Service des armées en campagne ; droits au commandement des officiers étrangers. II. Convention internationale de Genève. Déclaration de Saint-Pétersbourg. Actes de La Haye. III. Historique des corps. IV. Dispositions diverses. Volume mis à jour à la date du 1er mars 1913, Paris, Charles-Lavauzelle, 1913 et plus particulièrement les articles 42 à 56 de ce texte. Pour une analyse de ce texte et de ses conséquences, voir notamment Van Goethem (Herman), « La convention de La Haye, la collaboration administrative en Belgique et la persécution des Juifs à Anvers 1940-1942 », Cahiers d’histoire du temps présent, n° 17, novembre 2006, p. 117-197.

17  Mouraz (Bernard) (dir), Gendarmes résistants, du refus aux combats de la Libération (1940-1945), Vincennes, Service, historique de la Défense, 2006 et Alary (Éric), L’histoire de la gendarmerie. De la Renaissance au troisième millénaire, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 164-166.

18  Sur cette crise, Bergère (Marc), « La crise d’identité de la gendarmerie à la Libération : l’exemple de la quatrième légion », dans Ébel (Édouard) (chef d’escadron) La gendarmerie, de l’Entre-deux-guerres aux années soixante, Revue de la gendarmerie nationale, Hors-série Histoire n° 3, 2002, p. 67-79 et « Le poids de l’Occupation sur l’état d’esprit des gendarmes au lendemain de la libération », dans La gendarmerie, les gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale, Force publique. Revue de la société nationale histoire et patrimoine de la gendarmerie, n° 2, février 2007, p. 168-169.

19  Sur l’épuration des gendarmeries (procédures, enjeux et bilans), voir Campion (Jonas), Les gendarmes belges, français, op. cit., p. 115-247.

20  Une commission d’épuration émet l’avis suivant à propos d’un des gendarmes concernés : l’élève officier a « cru devoir, sans autre information, refuser la confiance à ses chefs et [a] montré qu’il ne possédait pas suffisamment cet esprit de discipline qui fait l’honneur de la carrière militaire », menaçant ainsi le caractère belge de la gendarmerie. Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 536/40, avis en cause du capitaine-commandant A., 21 août 1946. Sur cet incident, Soquet (Alain), La gendarmerie belge sous l’Occupation : 1940-1944, mémoire de licence en histoire sous la dir. de J. Gotovitch, Université libre de Bruxelles, 1997, p. 82-88.

21  Exemple parmi tant d’autres, le sous-lieutenant Guitonneau, de la brigade de Rennes (Ille-et-Vilaine) est changé de résidence parce qu’un incident l’a opposé à un ancien de ses subordonnés en octobre 1944 ; subordonné devenu lieutenant FFI. Depuis Service historique de la Défense-département gendarmerie, 20 733, Rapport du lieutenant-colonel Gauduchon, n° 13/4 PO, 23 octobre 1944. En Isère, plusieurs gendarmes sont mutés « dans l’intérêt du service » à la suite d’une « perte d’indépendance » dans l’exercice de leurs missions, ibid., 16 012, Rapport du commandant de la section de Grenoble (Isère), n° 4/4, 15/4, 1er octobre et novembre 1944.

22  Arch. nat, GPRF, Quatrième et Cinquième République. De Gaulle avant 1959, sous-série 3 AG, n° 346, document « la gendarmerie ne doit pas scruter sa conscience ». Copie d’un ordre du 9 juin 1943, 27 juillet 1943.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search