Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 9. Difformité et corps monastique : l’intégrité dans l’ordre de Cîteaux au xviie siècle

Bertrand Marceau

Texte intégral

  • 1  La Bible. Traduction œcuménique, Paris, Cerf-Société biblique française, 1989, p. 1561.

« La justice de l’homme intègre rend droite sa conduite »
(Proverbes, 11, 5)1.

  • 2  Michel (André), Histoire des conciles d’après les documents originaux, t. X, première partie : Les (...)
  • 3  Marceau (Bertrand), « Entre droit cistercien, droit canonique et droit de l’État : la juridiction (...)
  • 4  Décrets du chapitre général de l’ordre, Cîteaux, 21-24 mai 1601, édités par Canivez (Joseph-Marie) (...)

1Fidèle à ses traditions médiévales et soumis dans le même temps aux décrets du concile de Trente (1545-1563)2, l’ordre de Cîteaux est à l’époque moderne l’objet d’une profonde réforme monastique, dont le contrôle est assuré par les supérieurs cisterciens. Dans une période postérieure au beau xvie siècle et à l’éclatement du christianisme occidental, la séquence chronologique est délicate pour le gouvernement de l’ordre, qui est dirigé essentiellement par l’abbé général de Cîteaux, par les quatre premiers pères de La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond, par les abbés des monastères les plus importants de l’ordre, et par les vicaires généraux3. Ces années sont délicates car les premiers essais d’application du décret tridentin de regularibus de décembre 1563 sont partiellement infructueux dans l’ordre. Dans le contexte des guerres de religion ayant affecté le royaume de France (1562-1598), la conjonction des troubles financiers et des pillages produit à la fin du xvie siècle une crise de gouvernement de l’ordre. La pacification henricienne à compter de la paix de Vervins en mai 1598 apporte les conditions d’une restauration du pouvoir des supérieurs cisterciens en général et de l’abbé de Cîteaux en particulier. Cette restauration se traduit en mai 1601 par la réunion à Cîteaux du chapitre général de l’ordre, qui est le plus important de l’Ancien Régime à la fois par le nombre de religieux cisterciens français, comtois, aragonais, suisses, germaniques, flamands, bohêmes ou autrichiens présents à Cîteaux, et par l’ampleur du travail législatif, qui sert de fil conducteur à la législation cistercienne pour tout le xviie siècle4.

  • 5  Henneau (Marie-Élisabeth), « Visites régulières au xviie siècle : des indices révélateurs d’une re (...)
  • 6  Fort i Cogul (Eufemià), « Viatge a Poblet i a Santes Creus de l’abat general del Císter i algunes (...)
  • 7  Grüger (Heinrich), « Die Visitation des Generalabtes Nicolas Boucherat in Schlesien (1616) », dans (...)
  • 8  Ou encore : « La difformité constitue en droit canonique une irrégularité, c’est-à-dire une incapa (...)
  • 9  Le code canonique de 1983 ne fait plus apparaître, dans l’article 3 du livre 4 sur la fonction de (...)
  • 10  Les nouveaux statuts de réforme, qui reprennent largement ceux de l’abbé de Cluny Jean de Bourbon (...)
  • 11  Archives nationales (ci-après Arch. nat.), L 748, n° 19. Mémoire contre les frères convers de l’or (...)

2Dans ce cadre, l’abbé général de Cîteaux, les premiers pères de l’ordre et les vicaires généraux inspectent les abbayes au cours de visites régulières, qui sont des visites de juridiction et pas seulement des visites de charité. Ces inspections sont dans le chef et dans les membres, tam in capite quam in membris selon la formule en usage5. Au cours de visites ponctuelles ou de vastes tournées d’inspection, l’abbé de Cîteaux visite, par exemple, les abbayes de la couronne d’Aragon en 1603-16046, ou les abbayes du Saint Empire romain germanique en 1616, allant jusqu’en Silésie, aujourd’hui à la frontière germano-polonaise7. Lors de leur passage, les visiteurs vérifient scrupuleusement la conformité du corps des moines profès avec les statuts et règles de l’ordre en particulier, et avec le droit canonique en général. De manière classique, il est ainsi interdit de recevoir en religion des sujets difformes : « La difformité est un vice de conformation qui empêche de remplir avec décence le ministère de l’autel8 », pour reprendre les termes du droit canonique ancien et constant jusqu’au xxe siècle9. En conformité avec ce droit, qui définit précisément les irrégularités (empêchements perpétuels) afin d’écarter de la réception des ordres notamment les difformes, la communauté monastique est en effet la somme des profès individuels et leur intégrité physique reflète celle du monastère. Par comparaison, on trouve la même interdiction de réception des difformes dans l’ordre de Cluny, selon, par exemple, les statuts des chapitres généraux approuvés par le roi de France Henri IV en août 160110. Plus généralement, dans l’ordre de Saint-Benoît, le refus de la difformité s’étend même aux frères convers, qui sont assimilés à des êtres inutiles : dans un mémoire rédigé au xviie siècle, les convers sont décrits comme sans utilité et dégénérés une ou deux années après leur profession, introduisant l’oisiveté et la fainéantise dans la congrégation : « Il ne faut que reflechir sur la plainte ordinaire des superieurs que les monasteres sont remplis de gens infirmes ou inutiles », qui ne célèbrent pas l’office divin et qui sont indécents11.

  • 12  Par exemple, dans le Pèlerinage de l’âme du moine et prieur cistercien Deguileville ou Degullevill (...)
  • 13  Falkenstein (Ludwig), La papauté et les abbayes françaises aux xie et xiie siècles. Exemption et p (...)

3C’est au moment de l’intégration des novices que se joue une part majeure du processus de vérification, à laquelle s’emploie le père abbé en visite. L’intégrité du corps du postulant doit d’abord être pensée dans le sens de la vocation cistercienne. Face à la bigarrure, l’ordre de Cîteaux considère les déformations et difformités comme des effets du péché12 et promeut dans chaque abbaye l’uniformité des pratiques, afin de disposer les corps par certaines privations physiques à la réfection spirituelle. Suite à un examen qui appartient à l’abbé et non à l’évêque en raison de l’exemption de l’ordinaire13, le jeune profès est ensuite incorporé à la communauté, conjuguant obéissance et stabilité à l’intérieur d’un corps uni. L’insistance sur l’intégrité du corps peut donc être interrogée dans les discours et dans les pratiques cisterciennes au xviie siècle, dans le grand siècle de la Réforme catholique. Comment les cisterciens articulent-ils corps physique et corps monastique au milieu de la concurrence du siècle des saints ? En premier lieu sera examiné le discours touchant l’intégrité des moines cisterciens, parce que le dispositif normatif est sans doute le plus simple en apparence, en deuxième lieu la rhétorique de la difformité, qui est son opposé complémentaire, et enfin l’étude des cas attestés de difformes dans les abbayes. Ces cas ne sont peut-être que des hapax isolés, mais ils méritent d’être relevés, notamment le cas d’un difforme dit monstrueux dans la communauté de Clairvaux. En nuançant l’impact des normes dans la réalité de la vie conventuelle, cela permettra d’esquisser le sens de cette contradiction dans la réforme post-tridentine d’un ordre médiéval.

Typologie de l’intégrité : des personnes aux institutions

  • 14  Pour un exemple dans cette dernière langue, voir la lettre du prince Maurice de Savoie à Innocent (...)

4Marquées par un rapport dialectique, avec intégrité pour le sens positif et difformité pour le sens négatif, les occurrences de ces deux termes sont nombreuses, en latin et dans les différentes langues vernaculaires comme le français ou l’italien14. Cet emploi est polysémique : si l’on définit l’intégrité comme la totalité au sens étymologique du terme, désignant ce qui est intact, complet, entier ou solide, à l’instar de la définition de l’Académie française, son emploi désigne et qualifie à la fois des personnes (l’intégrité au sens physique, moral et spirituel), des institutions (l’intégrité du saint ordre de Cîteaux en tant que religion, ainsi que des processus socio-politiques qui règlent les rapports entre les individus et les institutions). À l’inverse, la rhétorique de l’intégrité comprend son opposé, qui est la difformité.

  • 15  Ménologe cistercien, par un moine de Thymadeuc, Saint-Brieuc, René Prud’homme, 1898, p. 2 ; Lebeau (...)
  • 16  Sur les conditions de constitution de l’uniformité cistercienne suivant les intentions primitives (...)

5Dès l’abord, le vocabulaire de l’intégrité est récurrent et sans ambiguïté, désignant la capacité à la fois physique et morale de l’impétrant. Son origine dans l’ordre est ancienne et remonte au Moyen Âge comme Ralf Lützelschwab a pu le montrer, notamment dans les statuts des chapitres généraux. Dans le ménologe cistercien en usage sous l’Ancien Régime, on trouve, par exemple, Thibaut de Sens, abbé de Cîteaux mort en janvier 1293 ou 1294, que l’on dit bienheureux en raison de sa parfaite intégrité15. Ce topos est partagé par l’ensemble des supérieurs de l’ordre de Cîteaux. Au fondement de l’ordre se trouve en effet la notion d’uniformité, dont Jean-Baptiste Auberger a montré qu’elle constituait une aspiration partiellement mythique dès la fondation même de Cîteaux en 1098 puis de Clairvaux en 1115, entre la voie d’Étienne Harding et la voie de Bernard de Clairvaux16. Afin de conserver l’unité de l’ordre et son uniformité, les supérieurs ont donc opéré un contrôle strict de la conformité physique, morale et spirituelle des profès de l’ordre.

  • 17  Voir par comparaison l’approche prosopographique fondant une histoire politique et sociale du grou (...)
  • 18  ASV, Arch. Concist., Processus Consist. 18, fol. 208r. Lettre de Louis XIII à Grégoire XV, Paris, (...)
  • 19  ASV, Arch. Concist., Processus Consist. 49, fol. 881v, lettre de Louis XIV à Innocent X, Paris, 9  (...)
  • 20  Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 4, n° 15, brevet de Louis XIII pour la coadjutorerie de Claude Briffau (...)

6Dans le processus de nomination aux bénéfices ecclésiastiques, qui est connu notamment par les archives de la consistoriale au Vatican et qui permet sinon une analyse exhaustive, du moins une approche sérielle17, se trouvent maints exemples. Écrivant en janvier 1623 au souverain pontife à propos de la vacance du monastère cistercien de Bonnaigue, au diocèse de Limoges, le roi de France nomme à l’abbaye Jean de Peyrissac, profès du lieu, car c’est un « personnage doué de beaucoup de probité et intégrité, doctrine, zellé à l’honneur et service de Dieu, et autres recommandables qualitez18 ». Dans ce type de source, la rhétorique répétitive se retrouve presque mot à mot, par exemple, pour l’abbaye cistercienne de Villeneuve, au diocèse de Nantes, à laquelle le roi de France nomme en mars 1648 Denis Largentier, prêtre et docteur en théologie de la Faculté de Paris, prieur des Rosiers, religieux profès de Clairvaux, dont son oncle est abbé moderne, « sur l’asseurance qui nous a esté donnée de ses integrités de vie, bonnes mœurs […], suffisance, capacités et autres vertus et louables qualitez qui sont en sa personne19 ». Le discours de l’autorité royale appliqué aux cisterciens et adressé au souverain pontife comprend un topos de l’intégrité comme vertu constitutive de tout supérieur régulier. Les séries de la consistoriale ne sont pas seules et la même rhétorique se retrouve dans les brevets royaux. Mais il y a lieu de parler de rhétorique car on sait par ailleurs que certains religieux qualifiés d’intègres sont en réalité plus proches de la pierre tombale dans la salle capitulaire de leur abbaye que du pupitre de la même salle capitulaire. L’exemple du cistercien Claude Masson, abbé de Morimond (1593-1620), au diocèse de Langres, à qui l’on donne un coadjuteur une année avant sa mort, est à cet égard probant. Lorsque le roi consent à l’élection d’un coadjuteur avec future succession en la personne du neveu de l’abbé caduc, il précise dans son brevet royal le « temoignage qui luy a rendu en la piete, doctrine, integrite de vye et suffisance de frere Claude Macon [sic] abbé de Morimond […], qui ne luy permettent plus de pouvoir vacquer aux fonctions de sadite charge20 ».

  • 21  Arch. dép. Aube, 3 H 272, fol. 3v, copie mutilée de la commission de Claude Largentier, Clairvaux, (...)
  • 22  Arch. dép. Nord, 28 H 98, lettre de Claude Vaussin a Michel Dailliet, abbé de Vaucelles, Cîteaux, (...)
  • 23  Arch. nat., L 747, n° 138, lettre de Gaspard Lascaris de Vintimille, évêque de Carpentras et vice- (...)

7Avec la capacité, la dextérité dans le maniement des affaires, la suffisance et le zèle, l’intégrité est l’une des qualités fondamentales du bon religieux. Quand l’abbé de Clairvaux a besoin en janvier 1642 d’un religieux pour informer de l’état spirituel et temporel désastreux de l’abbaye de Reigny, au diocèse d’Auxerre, il choisit Claude de La Rue, docteur en théologie, « sur la connessance que nous avons de vostre integrité, capacité, dexterité, suffisance, et du zele que vous avez pour l’honneur de Dieu et le bien de nostre ordre21 ». Alors que l’abbé de Cîteaux consulte ses co-abbés flamands sur le religieux qu’il doit nommer comme vicaire général de l’ordre en Flandre, province stratégique de l’ordre sous domination espagnole, son recours à l’abbé de Vaucelles, au diocèse de Cambrai, est explicité par un éloge appuyé de celui qui vit intégralement la religion cistercienne : « Vous avés toujours vescu avec une telle reputation d’integrité que l’on croit qu’il ne vous faut que proposer le bien pour vous le faire approuver22 ». Cette qualité est reçue au-delà des monastères, et notamment par l’ordinaire. En 1676, critiquant les immixtions de deux religieux fauteurs de troubles auprès des moniales cisterciennes de Sainte-Madeleine de Carpentras, l’évêque du lieu loue au contraire le P. Jean Tedenat, « parce qu’il s’y est comporté et comporte avec toute l’integrité que je puis desirer et que vous pouvez souhaiter23 », dans un portrait du religieux juste et raisonnable accepté par le clergé séculier comme régulier.

  • 24  Texte cité par Canivez (Joseph-Marie), « Beaupré-sur-la-Lys », Dictionnaire d’histoire et de géogr (...)
  • 25  Christin (Olivier), « À quoi sert de voter aux xvie-xviiie siècles ? », Actes de la recherche en s (...)
  • 26  Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 3247, fol. 36r-v, lettre de Denis Maillet, prieur de Clairvaux, (...)

8Par une métaphore qui permet d’échelonner les différents registres de représentation, l’intégrité des religieux qualifie peu à peu les institutions cisterciennes, formant au xviie siècle un dispositif discursif indispensable pour légitimer l’existence et défendre les droits des monastères de l’ordre. D’un point de vue institutionnel, l’intégrité est double, désignant à la fois celle de chaque convent pris séparément, et celle de l’ordre dans son ensemble. La norme séculaire a produit une échelle multi-scalaire de l’intégrité dans l’ordre de Cîteaux, de l’intégrité de chaque moine jusqu’à celle de l’ordre en entier en passant par celle de chaque convent. Dans les actes de la pratique, le champ sémantique de l’intégrité est régulièrement utilisé pour qualifier la bonne ou mauvaise tenue du convent. Lorsqu’en 1520 l’abbé de Loos effectue la visite canonique des moniales de Beaupré-sur-la-Lys, au diocèse de Thérouanne, il relève dans sa charte de visite la façon religieuse dont on vit dans le monastère, l’absence de scandale, mais aussi le manque d’ardeur : le convent ne connaît plus « la si grande rigueur et ardeur de son intégrité » d’autrefois24. À l’intérieur de l’ordre, l’intégrité s’étend aux procédés et aux rapports qui règlent les différentes opérations institutionnelles délicates, notamment les élections et les nominations aux différentes charges. Le processus électoral, dont on sait qu’il est partiellement à l’origine des modes de scrutin politique ensuite laïcisés25, ne peut être ainsi garanti que par une probité intègre. Lorsque les moines de Clairvaux veulent convaincre le cardinal-protecteur de l’ordre de la bonne élection du coadjuteur de leur monastère, ils envoient un abbé fidèle qui a pour mission de « particulariser avec quelle integrité & sincerité tous avons procedé à ladicte eslection, que nous avons jugé beaucoup plus à propos & plus necessaire pour le bien et conservation de cette maison26 ».

  • 27  Voir plus largement Dinet (Dominique), « L’évolution de l’institution de la commende dans l’espace (...)
  • 28  Canivez (Joseph-Marie), Statuta capitulorum, op. cit., t. VI, p. 712, n° 12.
  • 29  ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati 10, fol. 91r-v, lettre de Lupin Le Myre, abbé de Clairvaux, à (...)

9Au-delà de chaque abbaye et des rapports institutionnels entre les autorités internes et externes à l’ordre, l’intégrité qualifie enfin l’ordre. En mai 1533, par exemple, le chapitre général aborde la question de la commende, qui a décapité une partie du gouvernement cistercien en confiant à des clercs séculiers l’abbatiat de nombreux monastères cisterciens dans le royaume de France comme dans les Péninsules italienne et ibérique27. Par un décret spécifique, le chapitre général députe ainsi l’abbé de Cîteaux et l’abbé de Chaalis pour exposer au roi de France François Ier les atteintes que la commende inflige à l’intégrité de l’ordre en ne respectant pas ses libertés et privilèges28. L’intégrité peut se comprendre ici dans un sens plus fort que la simple question institutionnelle. C’est la religion cistercienne dans son entier qui est menacée dans son intégrité : religionis integritati selon les termes d’une lettre de l’abbé de Clairvaux au pape en 157329. L’étude du vocabulaire plastique de l’intégrité serait incomplète toutefois si l’on ne mentionnait pas son opposé dialectique, à savoir la difformité.

La difformité chez les réguliers

  • 30  « Réel et virtuel ne s’opposent pas, il n’y a pas rupture entre le corps de chair et le corps imag (...)
  • 31  Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 44, copies de chartes de visite de Preuilly, 1632, fol. 4r.
  • 32  « On appelle déformés ceux qui s’opposent aux réformes et que l’époque désigne déjà par un terme p (...)
  • 33  Zakar (Polycarpe), Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu (...)
  • 34  Marceau (Bertrand), « Anciens moines contre nouveaux abstinents : l’abbaye de Clairvaux en 1624 », (...)
  • 35  « Pour ce le present registre n’est que pour ladite année 1624 jusques au 19e octobre audit an, et (...)
  • 36  Sur la parenté entre l’univers monastique et l’institution carcérale, mise en évidence par Erwin G (...)

10En miroir de la rhétorique de l’intégrité se développe la critique de la difformité. Cette dernière a aussi un sens vaste, du physique au spirituel. Au-delà de l’absence de particularités physiologiques, et au-delà de l’insistance sur l’uniformité de l’habit, c’est tout le corps du moine qui doit offrir dans un même convent un ensemble uni, sans disparité, sans hiatus visible30. Visitant l’abbaye de Preuilly, au diocèse de Sens, l’abbé de Morimond recommande ainsi en novembre 1616 : « Tous les religieux se serviront des cousturier, cordonnier, barbier, appoticaire et medecin ordinaires, pour esviter les particularitez et difformitez31 ». En effet, dans le vocabulaire général de la réforme monastique, le réformé est un déformé, pour paraphraser les termes de Jean-Marie Le Gall sur la réforme des moines du grand Bassin parisien à la charnière des xve et xvie siècles32. Dans l’ordre de Cîteaux en particulier, la querelle se transforme au début des années 1620 en guerre des observances entre, d’une part, la commune observance, qui suit les anciennes coutumes et les mitigations en tolérant notamment l’usage de viande, et, d’autre part, l’étroite observance, qui prohibe sévèrement la consommation de chair et prône un retour au travail manuel33. À Clairvaux, qui est l’un des lieux centraux de ces oppositions, un conflit éclate en octobre 1624 après la mort de l’abbé Denis Largentier, entre les partisans des deux observances pour la succession34. En effet, les deux principaux candidats appartiennent aux deux observances rivales et la maîtrise du siège de Clairvaux est décisive dans les grands équilibres de pouvoirs dans l’ordre. Pour les anciens de la commune observance, « les troubles » qui ont eu lieu jusqu’en 1625 sont le fait des « difformez », c’est-à-dire les déformés35. Ces religieux sont, à titre individuel ou collectif, considérés comme des religieux mal timbrés, dissonants, infirmes, qu’il faut reprendre doucement, admonester paternellement, puis punir patiemment si le discole continue à se montrer rebelle, et enfin en cas d’obstination dans la difformité condamner, d’abord à des peines légères et enfin jusqu’à la prison, qui forme l’une des institutions centrales de l’ordre36.

  • 37  Bibliothèque nationale de France (ci-après Bnf, fr. 3813, fol. 45r-49v. Copie du mémoire et instru (...)
  • 38  Ibid., fol. 48r.

11Conçue comme l’opposé de l’intégrité, la difformité constitue dans la rhétorique des acteurs un repoussoir. Dans le mémoire adressé en 1601 à l’ambassadeur de France à Rome pour défendre l’ordre de Cîteaux contre les empiétements des évêques, qui supportent mal l’exemption de l’ordinaire à l’heure du renforcement post-tridentin de l’autorité épiscopale, et contre la pression du roi de Castille, qui n’apprécie pas que les monastères cisterciens de la Péninsule ibérique soient soumis à un supérieur français, les conseillers d’Henri IV reprennent des idées émanant directement des autorités cisterciennes. Ainsi sont critiqués les évêques qui « ne sont versez en cette discipline, façon monastique et reguliere, [et qui] ne pourroient entretenir ladicte union et conformité qui doibt estre tous les monasteres d’un mesme ordre, pour le regard de la reigle, statuz, police, discipline, vye, mœurs, jeunes, oraisons, divin service, et toutes choses appartenants à la relligion. […] D’où s’en suivroit une trop grande difformité et ung bigarrement scandaleux entre les monasteres d’une mesme profession, et enfin la dissolution de tout l’ordre37 ». À l’échelle d’un moine comme à l’échelle de l’ordre, les réguliers construisent la promotion de l’unité et proscrivent la difformité. Pour les conseillers du roi de France, qui ont repris ces conceptions par intérêt politique à soutenir un chef d’ordre monastique, la difformité dans l’ordre de saint Bernard va bien au-delà d’une simple déchirure de la tunique monastique. Ce serait une « chose très mauvaise, de laquelle outre la difformité et bigarrement cy-dessuz allegué, s’ensuivroit mesme la dissolution et rupture de l’union chrestienne et catholique, et le retranchement et diminution de l’authorité du Saint-Siege38 ». Le discours sur l’intégrité et la difformité, qui forment le socle de la rhétorique des supérieurs monastiques et des autorités politico-religieuses supérieures à l’ordre, est donc remarquablement constant. L’examen de la réalité des cas de la pratique rencontrés dans les archives permet toutefois de montrer la résistance du réel aux injonctions normatives, y compris dans les plus grandes abbayes de l’ordre.

Les cas de difformités

12Dans l’ensemble, trois types de difformités contraires à l’intégrité peuvent se distinguer. Il se trouve d’abord les infirmités dues au vieillissement naturel ou à la caducité d’un prélat, dont le corps se déforme peu à peu. Ce cas est très répandu, particulièrement pour les abbayes majeures de l’ordre, où l’abbé, le prieur, le cellérier, l’économe ou même le maître des novices ne sont pas toujours de première jeunesse du fait de l’accession parfois tardive aux charges les plus hautes dans l’ordre. Toutefois, on laissera ici de côté cette catégorie, car le vocabulaire de l’intégrité est en l’occurrence délaissé au profit des termes de caducité, comme s’il ne fallait pas condamner celui qui inévitablement est condamné à dépérir. Le deuxième type de difformité est ensuite le cas de l’infirme d’esprit ; le troisième est enfin celui de l’infirme de corps.

  • 39  « Il est évident que si la difformité survient après la réception du sacerdoce on sera plus large (...)
  • 40  Bergin (Joseph), Cardinal de La Rochefoucauld : Leadership and Reform in the French Church, Londre (...)
  • 41  Lekai (Louis), « Cardinal Richelieu as Abbot of Cîteaux », The Catholic Historical Review, t. 42, (...)
  • 42  Le procès-verbal est rédigé par Thibaut Bilbaudet, prêtre, chanoine et trésorier de Saint-Étienne (...)

13Dans une tension classique entre la norme générale et son aménagement pratique, l’infirme d’esprit n’est pas un moine dont le manque d’intégrité pose un grand problème à la sanior pars du monastère. Du fait de difformité dont l’apparition est généralement postérieure à la profession, les moines font preuve d’une grande souplesse, conformément aux principes du droit canonique39. Il en est ainsi lorsqu’en mai 1645 Claude Vaussin est élu abbé de Cîteaux pour la seconde fois. Le contexte est pourtant difficile, après un déchirement de l’ordre pendant la réforme conduite par deux cardinaux majeurs du xviie siècle. Grâce à une commission du souverain pontife, le cardinal de La Rochefoucauld a d’abord tenté de réformer l’ordre de l’extérieur de 1622 à 163540 ; l’échec global de son action conduit le cardinal de Richelieu à reprendre le même processus de réforme, mais de l’intérieur de l’ordre, en se faisant élire abbé de Cîteaux en novembre 1635, ce qu’il demeure jusqu’à sa mort le 4 décembre 164241. Les années 1642-1645 sont donc marquées par une bataille âpre qui a pour enjeu essentiel la restauration du pouvoir abbatial régulier après la réforme cardinalice et l’abbatiat singulier de Richelieu, qui a réussi à s’imposer en raison de sa puissance de principal ministre de Louis XIII. En mai 1645, l’élection de Vaussin, qui est profès de Clairvaux puis prieur claustral de diverses abbayes cisterciennes, est marquée par une forte tension, puisque chaque voix d’électeur peut compter. Le 10 mai 1645 se tient dans le définitoire de l’abbaye de Cîteaux le scrutin en présence d’un notaire apostolique. Après la messe du Saint-Esprit sur le grand autel de l’église de Cîteaux, les cinquante-trois religieux de la communauté, qui ont voix active, entrent en la manière accoutumée au définitoire. Le procès-verbal mentionne un seul absent, qui a envoyé sa procuration car il était en voyage dans la ville de Metz. Le même procès-verbal mentionne « Bernard Bourguignon, lequel quoyque present en l’abbaye n’a point esté convoqué, à cause de son infirmité d’esprit, ainsi que tous l’ont rapporté42 ». Cette occurrence bien attestée prouve la présence tranquille d’un faible d’esprit, qui appartient à la communauté sans être compté dans le convent.

  • 43  Profès de Clairvaux dès 1622, signataire de la déclaration pour l’étroite observance la même année (...)
  • 44  La qualification de monstre renvoie aux aberrations dans l’ordre naturel, aberrations qui d’abord (...)
  • 45  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1, copie collationnée à l’original de l’ordonnance de Jean Petit, abb (...)

14Plus frappante encore est la présence dans le cloître d’infirmes de corps. Un cas au moins est documenté dans une ordonnance de Jean Petit, abbé de Cîteaux (1670-1690), qu’il rend le 14 juillet 1674 et dans laquelle il vise notamment un difforme reçu à Clairvaux. Cet enfant de bonne famille, qui témoigne avoir vocation, n’a pas tous les avantages de la nature et le cas est rapidement l’objet d’un procès. Sur ce qui lui a été représenté par ses vénérables confrères les religieux de Clairvaux, qui sont six religieux prêtres profès de Clairvaux considérés comme discoles par leur père en religion Pierre Henry, abbé de Clairvaux (1654- 1676) et opposant de J. Petit, l’abbé de Cîteaux est informé précisément de la situation de Clairvaux. Or, il déclare avoir appris que le grand âge et les fréquentes maladies de l’abbé de Clairvaux43 ont pour conséquence l’impuissance à diriger son monastère, les préjudices notables causés à la régularité, la dissipation du temporel (la somme de la dette atteint 80 000 livres et obère les capacités du monastère), et donc la menace de la ruine et désolation de l’ensemble. Mais le procès n’est pas encore complet avant que ne soit évoqué le cas de Jean Berthelier, postulant reçu au noviciat le 14 février 1674. Selon l’ordonnance, « mesme depuis peu il a esté admis un novice avec une difformité sy monstrueuse44 que non seulement il ne peut estre jamais capable de rendre aucun service audict monastere, mais encore n’y peut estre qu’à une très grande charge et dans une contravention continuelle aux observances regulieres, ne pouvant mesme se descouvrir pendant la messe et dans le moment de l’elevation du très saint sacrement, ce qui avoit obligé un nombre considerable desdits religieux lors de la prise d’habit de s’opposer à sa vesture sans qu’on aye voulu y differer45 ». C’est pourquoi l’abbé de Cîteaux rend inhibitions et défenses très expresses de recevoir aucun novice à Clairvaux, sous peine de nullité et des censures de l’ordre, sauf ceux qui ont déjà l’habit, et pourvu qu’ils n’aient aucune difformité.

  • 46  Lc 14, 12-14 : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni (...)
  • 47  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1. Copie de la requête de P. Henry, abbé de Clairvaux, adressée à Lou (...)
  • 48  Sur les causes et les premiers développements des oppositions, jusqu’au conflit majeur du xve sièc (...)
  • 49  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1. Copie de la requête de P. Henry, abbé de Clairvaux, adressée à Lou (...)
  • 50  Sur l’obéissance et la légitimation de l’autorité dans la vie religieuse, voir Melville (Gert), «  (...)

15Contre cette ordonnance qui se fonde sur un droit d’une grande clarté, l’abbé de Clairvaux proteste en se fondant sur la parabole de l’Évangile de Luc, où les boiteux et les estropiés sont conviés au festin dans la perspective eschatologique de la parousie et du jugement dernier46. S’adressant par requête au roi Louis XIV, P. Henry se pourvoit contre l’ordonnance de l’abbé de Cîteaux, qu’il critique vertement pour toutes les entreprises entamées depuis 1672. L’abbé de Clairvaux indique ainsi sa réponse au sujet du difforme : « Il s’est presenté dans l’abbaye de Clervaux [sic] un enfant de famille, qui a tesmoigné avoir vocation pour s’y faire religieux ; il est vray qu’il n’a pas tous les advantages de la nature que l’on pourroit souhaitter, mais le suppliant s’estant souvenu de ce qui est enseigné par la verité mesme dans l’Évangile, que l’espoux manda à son festin les boiteux & les estropiés, pour monstrer que l’on ne doit jamais esloigner de l’entrée de la religion ceux qui peuvent avoir lesdictes difformités naturelles, le fait proposer dans le chapitre. Il a esté examiné comme la reigle le prescrit47 » et a été reçu par la plus saine partie de la communauté, au terme d’un examen qui pose la question de la capacité personnelle de celui qui se présente au noviciat. D’après l’abbé de Clairvaux, seuls quelques religieux discoles ont prétexté ce fait pour favoriser le parti de l’abbé de Cîteaux, qui ne cherche qu’à s’agrandir et les a donc écoutés favorablement. Dans un contexte de tension personnelle entre les deux abbés, qui reproduisent et font perdurer une rivalité durable quoique non systématique entre Cîteaux et Clairvaux48, P. Henry se défend sur tous les points, parfois avec ironie : J. Petit ainsi « a raison de trouver à redire que le suppliant reçoit & entretien [sic] un grand nombre de religieux, pendant que luy n’en a pas dans l’abbaye de Cisteaux la moitié du nombre qui est requis par la fondation49 ». P. Henry demande donc que l’ordonnance de J. Petit soit déclarée abusive comme rendue sans connaissance de cause par un juge notoirement incompétent, suspect et récusable. Mais il s’appuie surtout sur l’Écriture et non sur le droit canonique. La référence néotestamentaire dessine ainsi un appui ferme sur la tradition christique, qui a valeur non seulement de modèle narratologique dans la vie du religieux, puisque le moine suit le chemin de l’obéissance à son père-abbé comme le Christ a suivi l’obéissance au Père usque ad mortem50, mais qui fonde aussi une légitimité antérieure chronologiquement aux codifications du droit canonique et à leur intégration dans la législation monastique en général et cistercienne en particulier.

  • 51  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1, copie du procès-verbal de l’incident à la porte de Clairvaux entre (...)
  • 52  Voir la pièce imprimée et intitulée Sommaire des moyens d’abus de dom Pierre Henry, abbé de Clairv (...)

16Si le jugement du cas n’a finalement pas été retrouvé, on peut supposer toutefois que l’abbé de Cîteaux a été impuissant à appliquer la législation traditionnelle hostile aux difformes. En effet, il se présente à la porte de l’abbaye de Clairvaux le 24 décembre 1674, six mois après son ordonnance, alors que le contentieux juridique est encore en cours, afin d’effectuer la visite régulière selon les droits et les devoirs de sa charge, qu’il possède en tant que père immédiat, fondateur de l’abbaye en 1115 par Bernard de Fontaines envoyé de Cîteaux. Informé, l’abbé de Clairvaux interdit à tous les fermiers à trois lieues à la ronde de recevoir l’abbé de Cîteaux, de lui donner le couvert ou même le secours51. Au cœur de l’hiver, J. Petit est obligé de repartir vers Bar-sur-Aube, ville distante de 4 lieues (soit un peu moins de 15 kilomètres), sans avoir l’occasion d’effectuer son inspection ni de faire sortir le difforme de la vie conventuelle. Consécutive à cet échec, la nouvelle ordonnance de J. Petit suscite alors un développement nouveau de la procédure, avec plusieurs moyens d’appel comme d’abus formés ensuite par P. Henry52.

  • 53  Arrest du conseil d’Estat du roy, Sa Majesté y estant. Du 24 aoust 1675. Pour le maintien des droi (...)

17Sans juger sur le fond, le roi opte pour un apaisement et permet à l’abbé de Clairvaux et à ses religieux de se retirer devant J. Petit pour être relevé de l’excommunication ad cautelam, ce qui est signifié le 23 avril 1675. Si l’absolution n’est pas faite sous huitaine, ils peuvent être relevés alors par l’abbé de La Ferté Pierre Bouchu, qui se trouve être un ennemi de J. Petit, dont il avait convoité le siège lors de l’élection abbatiale de juin 1670. Le 24 avril 1675, ils sont relevés de leur excommunication par J. Petit, qui obtempère et n’évoque plus l’affaire des religieux discoles, des problèmes financiers ni du difforme. Après le rappel de tous les actes et oppositions, le roi rend un arrêt à Versailles le 24 août 1675 et statue que les deux ordonnances de J. Petit sont abusives et que le décret du chapitre général de 1623 sur la visite de La Ferté, Pontigny, Claivaux et Morimond n’a pas été respecté53. Avéré en dépit des dispositions normatives, ce type de cas permet de supposer la libéralité avec laquelle l’incapacité personnelle de celui qui se présente au noviciat est jugée par le père abbé, qui a décidé ici de son intégration dans le convent de Clairvaux.

Conclusion

  • 54  Blanchard et Hardier, Mémoire signifié pour les religieux, prieur & convent de Savigny, ordre de C (...)

18En théorie se dégage ainsi le sens de l’uniformité cistercienne : un corps dénué d’infirmité représentant un ordre uni, une même profession pour une même prière, une même liturgie pour une même rédemption. Cette métaphore du corps uni se fonde sur une tradition juridique ancienne, qui est utilisée dans la plupart des procès de l’Ancien Régime et qui se poursuit jusqu’à la Révolution française. Pour défendre les dîmes de l’abbaye de Savigny, au diocèse d’Avranches, deux conseils laïcs écrivent ainsi en 1734 : « Il est incontestable qu’[e]n général, un abbé n’est que le chef de son monastère, il ne forme avec ses religieux qu’un corps, qui ne peut, ni ne doit se diviser. Or le chef ne peut agir sans les membres, ni les membres sans le chef ; ainsi dans tout ce qui peut porter préjudice au corps entier, les membres doivent concourir avec le chef, & le chef ne peut rien faire d’util [sic] sans consulter & avoir le consentement des membres54 ». Mais la permanence de cette rhétorique ne doit pas abuser sur la réalité de la présence de difformes plus ou moins gravement atteints dans les convents.

  • 55  Sur la place de la difformité chez Bernard de Clairvaux et dans l’art monastique médiéval, notamme (...)
  • 56  Lachal (René-Claude), « Infirmes et infirmités dans des proverbes italiens », Ethnologie française(...)

19De la tension entre norme et pratique, on ne déduira pas de généralité au sein de l’ordre de Cîteaux dans son entier, car les cas rencontrés forment un corpus trop partiel, en raison du caractère aléatoire de l’occurrence de la difformité dans les archives. Toutefois, la seule existence de ces cas, qui ne sont pas des hapax, permet de contribuer à définir le sens du convent dans le cadre du gouvernement monastique. Le fait différant du droit, plusieurs visites mettent en exergue la tension entre norme interdisant et pratique tolérant la difformité. Au-delà des cas particuliers, l’intégrité du corps est l’illustration de l’intégrité de l’âme, et l’intégrité physique des moines est un reflet de l’intégrité spirituelle du convent un et indivisible assemblé pour l’Opus Dei. Malgré ce schéma sans doute majoritaire, la présence de la difformité est suffisamment attestée pour montrer la permanence d’une autre voie, visible dans les abbayes importantes de l’ordre comme Cîteaux ou Clairvaux. Cette autre voie fait place au défaut d’intégrité en se fondant sur le modèle christologique et bernardin. En effet l’évangile de Luc rapporte la guérison par Jésus d’une femme possédée par le diable et rendue infirme par la domination diabolique (Lc 13, 10-13) ; et par imitation de nombreuses vies de saints reprennent ce topos, comme Bernard de Clairvaux de passage à Milan guérissant une vieille femme qui était possédée par le diable et que le malin avait rendu aveugle, sourde et muette. La présence de la difformité peut alors servir de fondement théologique et de rappel pratique à la nécessité de la sublimation et de la conversion, à l’instar de la sculpture médiévale55. Il semble, comme les proverbes sur l’infirmité très répandus dans la langue italienne, bien au-delà de la proportion réelle d’infirmes présents dans la société56, que le discours sur l’intégrité n’empêche pas l’accueil des infirmes le cas échéant, parce qu’il n’abolit pas la nécessité théologique de la difformité dans l’économie du salut.

Notes

1  La Bible. Traduction œcuménique, Paris, Cerf-Société biblique française, 1989, p. 1561.

2  Michel (André), Histoire des conciles d’après les documents originaux, t. X, première partie : Les décrets du concile de Trente, Paris, Letouzey et Ané, 1938, p. 600-610. Sur la genèse du décret De reformatione. Tit. de regularibus & monialibus du 3 décembre 1563, voir Jedin (Hubert), « Zur Vorgeschichte der Regularenreform Trid. sess. XXV », dans Id., Kirche des Glaubens, Kirche des Geschichte, t. II, Fribourg, Herder, 1966, p. 360-397.

3  Marceau (Bertrand), « Entre droit cistercien, droit canonique et droit de l’État : la juridiction de l’abbé de Cîteaux au xviie siècle », dans Arabeyre (Patrick) et Basdevant (Brigitte), Les clercs et les princes. Doctrines et pratiques de l’autorité ecclésiastique à l’époque moderne, Paris, École des Chartes, 2013, p. 227-239.

4  Décrets du chapitre général de l’ordre, Cîteaux, 21-24 mai 1601, édités par Canivez (Joseph-Marie), Statuta Capitulorum generalium ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, t. VII, Louvain, Bureaux de la Revue d’histoire ecclésiastique, 1939, p. 193-250. Le chapitre précédent avait été tenu en avril 1584.

5  Henneau (Marie-Élisabeth), « Visites régulières au xviie siècle : des indices révélateurs d’une relecture cistercienne au sein d’un réseau d’influences diverses », dans Bouter (Nicole) (éd, ) Unanimité et diversité cisterciennes. Filiations, réseaux, relectures du xiie au xviie siècle. Actes du 4e colloque international du CERCOR (Dijon, 23-25 septembre 1998), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2000, p. 613-627.

6  Fort i Cogul (Eufemià), « Viatge a Poblet i a Santes Creus de l’abat general del Císter i algunes notícies que s’hi relacionen », Miscellanea populetana (Scriptorum Populeti), t. 1, 1966, p. 433-446.

7  Grüger (Heinrich), « Die Visitation des Generalabtes Nicolas Boucherat in Schlesien (1616) », dans Chauvin (Benoît) (éd.), Mélanges à la mémoire du père Anselme Dimier, t. II, Histoire cistercienne, Vol. 3n Ordre, moines, Pupillin, Chez l’auteur, 1984, p. 92-114.

8  Ou encore : « La difformité constitue en droit canonique une irrégularité, c’est-à-dire une incapacité de recevoir les ordres si elle existe avant l’ordination, ou de les exercer si elle ne survient qu’après. Tel est le cas des nains, des bègues, de ceux qui ont un œil exorbitant, qui ne peuvent se tenir debout sans le secours d’une canne, de ceux à qui manquent le nez ou les oreilles », etc. Naz (Raoul), « Difformité », dans Dictionnaire de droit canonique contenant tous les termes du droit canonique avec un sommaire de l’histoire et des institutions et de l’état actuel de la discipline, t. IV, Paris, Letouzey et Ané, 1949, col. 1225-1226.

9  Le code canonique de 1983 ne fait plus apparaître, dans l’article 3 du livre 4 sur la fonction de sanctification de l’Église, la difformité dans les irrégularités et autres empêchements, Code de droit canonique. Texte officiel et traduction française par la Société internationale de droit canonique et de législations religieuses comparées, Paris, Centurion-Cerf-Tardy, 1984, p. 183-185.

10  Les nouveaux statuts de réforme, qui reprennent largement ceux de l’abbé de Cluny Jean de Bourbon (1456-1480), sont proposés par son lointain successeur à Cluny Claude de Guise (1575-1612) et approuvés par le chapitre général en avril 1600. Au milieu de la réforme de l’ordre, qui comprend aussi bien le chant des heures de l’office divin, la limitation des procès sans autorisation des supérieurs majeurs, que la liste des cas réservés, se trouve l’interdiction de recevoir en religion des sujets difformes. Charvin (Gaston), « L’abbaye et l’ordre de Cluny de la fin du xve au début du xviie siècle (1485-1630) », Revue Mabillon, t. 44, 1954, p. 110.

11  Archives nationales (ci-après Arch. nat.), L 748, n° 19. Mémoire contre les frères convers de l’ordre de Saint-Benoît, xviie siècle, fol. 3r. Selon cette source, qui est interne à l’ordre, l’introduction des convers se fait au préjudice de la paix dans les monastères, de la règle de saint Benoît et des lois de l’Église.

12  Par exemple, dans le Pèlerinage de l’âme du moine et prieur cistercien Deguileville ou Degulleville, dont le succès est grand jusqu’à la fin du xvie siècle. Galmin (Stanley Leman), « On the Sources of Guillaume de Deguileville’s Pèlerinage de l’âme », Publications of the Modern Language Association of America, t. 25, n° 2, 1910, p. 280.

13  Falkenstein (Ludwig), La papauté et les abbayes françaises aux xie et xiie siècles. Exemption et protection apostolique, Paris, Honoré Champion, 1997.

14  Pour un exemple dans cette dernière langue, voir la lettre du prince Maurice de Savoie à Innocent X, Turin, 19 octobre 1648, nella causa del monaco riformato di S. Bernardo, soit un religieux bernardin réformé, quello affare da persona disappassionata et d’ogni integrità. Archivio Segreto Vaticano [ci-après ASV], Segr. Stato, Principi 70, fol. 131r.

15  Ménologe cistercien, par un moine de Thymadeuc, Saint-Brieuc, René Prud’homme, 1898, p. 2 ; Lebeau (Marcel), Chronologie de l’histoire de Cîteaux, Dijon, Centre régional de documentation pédagogique de l’Académie de Dijon, 1987, p. 24.

16  Sur les conditions de constitution de l’uniformité cistercienne suivant les intentions primitives des moines de Cîteaux et la relecture d’inspiration bernardine à Clairvaux, voir Auberger (Jean-Baptiste), L’unanimité cistercienne primitive : mythe ou réalité ?, Achel, Sine Parvulos, 1986.

17  Voir par comparaison l’approche prosopographique fondant une histoire politique et sociale du groupe épiscopal français au temps des premiers Bourbons, Bergin (Joseph), The Making of the French Episcopate, 1589-1661, New Haven-Londres, Yale University Press, 1996.

18  ASV, Arch. Concist., Processus Consist. 18, fol. 208r. Lettre de Louis XIII à Grégoire XV, Paris, 31 janvier 1623. Sur cette abbaye de moyenne importance, voir Lemaître (Jean-Loup), Bonnaigue, une abbaye cistercienne au pays d’Ussel, Ussel, Musée du pays d’Ussel, 1993.

19  ASV, Arch. Concist., Processus Consist. 49, fol. 881v, lettre de Louis XIV à Innocent X, Paris, 9 mars 1648.

20  Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 4, n° 15, brevet de Louis XIII pour la coadjutorerie de Claude Briffault, Paris, 22 avril 1619, fol. 1r.

21  Arch. dép. Aube, 3 H 272, fol. 3v, copie mutilée de la commission de Claude Largentier, Clairvaux, 11 janvier 1642.

22  Arch. dép. Nord, 28 H 98, lettre de Claude Vaussin a Michel Dailliet, abbé de Vaucelles, Cîteaux, 3 avril 1654, fol. 1v.

23  Arch. nat., L 747, n° 138, lettre de Gaspard Lascaris de Vintimille, évêque de Carpentras et vice-légat d’Avignon, à J. Petit, abbé de Cîteaux, Carpentras, 29 juin 1676, fol. 1r.

24  Texte cité par Canivez (Joseph-Marie), « Beaupré-sur-la-Lys », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. VII, Paris, Letouzey et Ané, 1934, col. 236.

25  Christin (Olivier), « À quoi sert de voter aux xvie-xviiie siècles ? », Actes de la recherche en sciences sociales, t. 140, 2001, p. 21-30.

26  Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 3247, fol. 36r-v, lettre de Denis Maillet, prieur de Clairvaux, et de Vauthereau, secrétaire de Clairvaux, au cardinal de La Rochefoucauld, protecteur de l’ordre de Cîteaux, Clairvaux, 19 février 1621.

27  Voir plus largement Dinet (Dominique), « L’évolution de l’institution de la commende dans l’espace religieux des xviie et xviiie siècles », dans Constable (Gilles) et Rouche (Michel) (éd.), Auctoritas. Mélanges offerts au professeur Olivier Guillot, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2006, p. 727-739.

28  Canivez (Joseph-Marie), Statuta capitulorum, op. cit., t. VI, p. 712, n° 12.

29  ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati 10, fol. 91r-v, lettre de Lupin Le Myre, abbé de Clairvaux, à Grégoire XIII, Clairvaux, 1er juin 1573.

30  « Réel et virtuel ne s’opposent pas, il n’y a pas rupture entre le corps de chair et le corps imaginaire », selon les termes de Despeux (Catherine), « Le corps, champ spatio-temporel, souche d’identité », L’homme, 36e année, n° 137, p. 114.

31  Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 44, copies de chartes de visite de Preuilly, 1632, fol. 4r.

32  « On appelle déformés ceux qui s’opposent aux réformes et que l’époque désigne déjà par un terme péjoratif ». Le Gall (Jean-Marie), Les moines au temps des réformes. France (1480-1560), Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 596.

33  Zakar (Polycarpe), Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’au généralat du cardinal de Richelieu (1606-1635), Rome, Editiones cistercienses, 1966.

34  Marceau (Bertrand), « Anciens moines contre nouveaux abstinents : l’abbaye de Clairvaux en 1624 », dans Roullet (Antoine), Spina (Olivier), et Szczech (Nathalie) (éd.), Trouver sa place. Individus et communautés dans l’Europe moderne, Madrid, Casa de Velázquez, 2011, p. 87-100.

35  « Pour ce le present registre n’est que pour ladite année 1624 jusques au 19e octobre audit an, et pour les troubles que les difformez ont causé à dom Claude Largentier coadjuteur, il n’y a point eu de registres jusques en septembre 1626, que ledit coadjuteur print possession, avec ses bulles de Rome ». Arch. dép. Aube, 3 H 269, folio de garde.

36  Sur la parenté entre l’univers monastique et l’institution carcérale, mise en évidence par Erwin Goffman et discutée par l’historiographie récente, voir Heullant-Donat (Isabelle), Claustre (Julie) et Lusset (Élisabeth), Enfermements : le cloître et la prison, vie -xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

37  Bibliothèque nationale de France (ci-après Bnf, fr. 3813, fol. 45r-49v. Copie du mémoire et instructions pour Philippe de Béthune, ambassadeur de France à Rome, en faveur de l’ordre de Cîteaux, [Paris], [août 1601].

38  Ibid., fol. 48r.

39  « Il est évident que si la difformité survient après la réception du sacerdoce on sera plus large pour en fixer les conséquences. C’est ainsi que les intéressés pourront être privés seulement de l’exercice de leurs fonctions en public ». Naz (Raoul), op. cit., col. 1226.

40  Bergin (Joseph), Cardinal de La Rochefoucauld : Leadership and Reform in the French Church, Londres-New Haven, Yale University Press, 1987. Le cardinal représente lui-même une forme d’intégrité extérieure à l’ordre, nécessaire quand celui-ci est menacé. Cette intégrité console les moines menacés, qui reçoivent ainsi « la misericorde de Dieu sur nostre pauvre ordre, puisqu’il vous a choisy pour par vostre pieuse et prudente integrité consoler et confirmer ceulx qui souspirent en la devotion de nostre premier institution », BSG, ms. 3247, fol. 42r. Lettre autographe de Denis Largentier, abbé de Clairvaux, au cardinal de La Rochefoucauld, Dole, 17 septembre 1622.

41  Lekai (Louis), « Cardinal Richelieu as Abbot of Cîteaux », The Catholic Historical Review, t. 42, n° 2, juillet 1956, p. 137-156.

42  Le procès-verbal est rédigé par Thibaut Bilbaudet, prêtre, chanoine et trésorier de Saint-Étienne de Dijon, immatriculé selon l’édit du roi à Langres, Dijon et Chalon-sur-Saône. Sont présents comme témoins Thomas Chaudot, prêtre, bachelier en théologie et chanoine de la Sainte-Chapelle du roi de Dijon ; Jean Gevreau, docteur en médecine ; l’honorable Michel Petit, marchand de Dijon ; et Martin Dazenne, receveur de l’abbaye de Cîteaux. Ce texte est reproduit l’année même de sa rédaction dans la Sentence de nos seigneurs l’archevesque de Sens, & evesques d’Uzes & d’Auxerre, pour l’ordre de Cisteaux, s.l., [1645], p. 22, dans l’exemplaire conservé aux Arch. nat., G8 701.

43  Profès de Clairvaux dès 1622, signataire de la déclaration pour l’étroite observance la même année et encore en 1625, Pierre Henry est d’abord maître des novices de Clairvaux, puis prieur de Larrivour, prieur de Boulancourt et enfin prieur de Clairvaux jusqu’en 1654, date de son élection comme abbé de Clairvaux. Ayant rompu avec l’étroite observance au profit de la commune observance, il occupe des fonctions importantes dans l’ordre, comme celle de définiteur du chapitre général en 1672 en tant que chef de filiation.

44  La qualification de monstre renvoie aux aberrations dans l’ordre naturel, aberrations qui d’abord sont l’objet de classifications nombreuses à la Renaissance, puis deviennent sous la plume des physiciens anglais et français les contre-exemples du développement embryonnaire normal. Park (Katharine) et Daston (Lorraine J.), « The Study of Monsters in Sixteenth- and Seventeenth Century France and England », Past & Present, t. 92, 1981, p. 20-54.

45  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1, copie collationnée à l’original de l’ordonnance de Jean Petit, abbé de Cîteaux, Collège de Paris, 14 juillet 1674, fol. 1r. J. Petit défend aussi de faire aucune coupe de bois ni d’emprunter aucune somme de deniers.

46  Lc 14, 12-14 : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins, sinon eux aussi t’inviteront en retour, et cela te sera rendu. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles, et tu seras heureux parce qu’ils n’ont pas de quoi te rendre : en effet, cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

47  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1. Copie de la requête de P. Henry, abbé de Clairvaux, adressée à Louis XIV, [été 1674], fol. 2v-3r.

48  Sur les causes et les premiers développements des oppositions, jusqu’au conflit majeur du xve siècle entre Jean de Cirey et Pierre Virey, voir la synthèse d’Igliozzi (Sergio), I maggiori dissidi fra Cîteaux e Clairvaux (dal XIII secolo alla bolla di Innocenzo VIII del 1489). Contributi storici, Abbazia de Piona (Como), 1976. Pour l’époque moderne, les imprimés nombreux auxquels cette lutte a donné naissance ont été recensés par Lekai (Louis), « Catalogue des pamphlets des xviie et xviiie siècles concernant la lutte entre les abbés de Cîteaux et les quatre premiers pères de l’ordre », Analecta Cisterciensia, t. 25, 1969, p. 107-128.

49  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1. Copie de la requête de P. Henry, abbé de Clairvaux, adressée à Louis XIV, [été 1674], fol. 4r. En juin 1670, les religieux profès de Cîteaux étaient soixante-treize (le prieur, quarante-sept prêtres et vingt-cinq non-prêtres), soit un nombre largement supérieur aux douze moines, sur le modèle apostolique, nécessaires à une fondation.

50  Sur l’obéissance et la légitimation de l’autorité dans la vie religieuse, voir Melville (Gert), « Les fondements spirituels et juridiques de l’autorité dans la vita religiosa médiévale : approche comparative », dans Cottier (Jean-François), Hurel (Daniel-Odon) et Tock (Benoît-Michel) (dir.), Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, p. 13-25.

51  Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1, copie du procès-verbal de l’incident à la porte de Clairvaux entre l’abbé de Cîteaux et l’abbé de Clairvaux, Clairvaux, 24 décembre 1674, fol. 1r.

52  Voir la pièce imprimée et intitulée Sommaire des moyens d’abus de dom Pierre Henry, abbé de Clairvaux, l’un des premiers peres & superieurs majeurs de l’ordre de Cisteaux, visiteur & reformateur de l’abbaye de Cisteaux ; contre dom Iean Petit abbé de Cisteaux, intimé, s.l., [1675], 8 p., Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1. L’abbé de Clairvaux appelle comme d’abus des deux ordonnances de J. Petit, celle de juillet et celle de décembre 1674 suivant divers moyens. L’un de ces derniers touchant la première ordonnance « consiste dans la precipitation avec laquelle l’abbé de Cisteaux a decerné son ordonnance sur la simple requeste de six religieux discoles, sans communiquer leurs plaintes à l’abbé de Clairvaux, qui auroit pu en faire voir les suppositions, & contre les constitutions de l’ordre, qui deffendent aux religieux d’ecrire à leurs superieurs ny de leur adresser des lettres hors le temps de leur visite » (ibid., p. 2).

53  Arrest du conseil d’Estat du roy, Sa Majesté y estant. Du 24 aoust 1675. Pour le maintien des droits & de l’autorité de l’abbé de Clairvaux & des autres premiers peres, chefs & superieurs majeurs de l’ordre de Cisteaux ; contre les entreprises de dom Iean Petit abbé de Cisteaux. Par lequel arrest Sa Majesté a declaré nulles & abusives les ordonnances rendues par ledit abbé de Cisteaux des 14 juillet & 24 decembre 1674, Paris, Imprimerie Jacques Langlois fils, 1675, 14 p. Imprimé conservé aux Arch. dép. Aube, 3 H 142, n° 1.

54  Blanchard et Hardier, Mémoire signifié pour les religieux, prieur & convent de Savigny, ordre de Cîteaux, filiation de Clairvaux, demandeurs & défendeurs. Contre Me Alexandre Barbanchon ; curé de Moidray, défendeur & demandeur, [Paris], De l’imprimerie de la veuve d’André Knapen, 1734, p. 7. Exemplaire de la BnF, Fol-FM-15530.

55  Sur la place de la difformité chez Bernard de Clairvaux et dans l’art monastique médiéval, notamment les abbayes bénédictines du sud de la France et du nord de l’Espagne, lire Dale (Thomas E.A.), « Monsters, Corporal Deformities and Phantasms in the Cloister of St-Michel-de-Cuxa », The Art Bulletin, t. 83, n° 3, septembre 2001, p. 402-436.

56  Lachal (René-Claude), « Infirmes et infirmités dans des proverbes italiens », Ethnologie française, t. II, n° 1-2, 1972, p. 67-96.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search