Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Première partie. Les établissements hospitaliers

Chapitre 1. Topographie hospitalière et charitable

Texte intégral

1En 1426, l'hôpital du Saint-Esprit de Poligny quitte son ancien site et vient s'installer dans la ville, à l’abri des murailles. Quelques vingt ans plus tard, en 1446, Philippe le Bon juge le nouvel emplacement mauvais et indigne d'un établissement de cette nature ; il ordonne donc le retour de l'hôtel-Dieu à sa localisation primitive, parce que, affirme-t-il :

  • 1 ADD, 53 J 1 5, copie xviiie siècle.

« ... en ladite maison, n’ait fors seulement le pouvoir d'icelle sans y avoir cour, jardin, place, riviere ny autre chose convenable et necessaire pour hospital et nécessités des pauvres... »1

2En fait, le duc de Bourgogne exprime une réalité ressentie très fortement à son époque : un hôpital ou établissement d'hospitalité ne peut exister véritablement qu'en des lieux particuliers chosis avec soin, traditionnels et favorables à l'accueil, endroits dont il convient maintenant de préciser les critères de choix.

I. Près des rivières

  • 2 Affolter (E.), Bouvard (A.), Voisin (J.-C.) : Atlas des villes de Franche-Comté, les bourgs castrau (...)

3Dans la grande majorité des cas, les hôpitaux du diocèse de Besançon sont construits, si possible, à proximité de cours d'eau, comme en témoigne déjà une étude menée sur le département de Haute-Saône : 70 % des établissements recensés se sont installés dans la proximité d'une rivière2.

4Cette situation, nullement spécifique au diocèse de Besançon, est habituelle pour tous les hôpitaux du Moyen-Age. L'emplacement près d'un cours d'eau semble même si nécessaire, si « convenable » pour reprendre l'expression de Philippe le Bon à propos du Saint-Esprit de Poligny, qu'il lui paraît inenvisageable d'édifier une maison-Dieu dans un autre endroit. Un siècle plus tôt, Mahaut d'Artois raisonne de la même manière et l'affirme très clairement dans son acte de fondation de l'hôpital de Bracon en 1327.

  • 3 ADD, B 2067.

« Nous avons regardé — écrit-elle — selon le conseil de gens prudens et scaiges, une place soubz Bracon, convenable a fayre et construire ung hospital, laquelle a esté propre et apte a ce fayre, a cause du neuve nommé Furieuse qui place au plus près dudit lieu... »3

  • 4 D. Leistikow, Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe, p. 21.

5Un tel choix de localisation s'inspire sans doute d’habitudes de construction en vigueur chez les cisterciens qui se sont consacrés tout particulièrement à l'édification d'hôpitaux monastiques, séparés des bâtiments claustraux, et placés de préférence à proximité de points d'eau élargis parfois pour recevoir les égouts4

Avantages et inconvénients de ce choix

  • 5 AHSal., EE 3.

6La préoccupation d'hygiène et du rejet des eaux usées semble encore motiver prioritairement Jean de Montaigu dans la localisation en 1431, de son hôpital du Saint-Sépulcre près de la Furieuse à Salins ; au moment de sa fondation, il obtient de Philippe le Bon la possibilité de construire un conduit allant jusqu'à la Furieuse et passant sous une place de la grande saline appelée « Salle », « pour l'aisance et nécessité dudit hospital »5.

7La présence d’une rivière à proximité d'un établissement offre en outre bien d'autres avantages pour répondre aux besoins du nettoyage ou à ceux de l’acheminement des vivres et du bois. Cette dernière raison, sans doute, motive en 1351 le Saint-Esprit pour solliciter l'autorisation de Guillaume de Saint-Quentin, d'aménager un quai sur le Doubs, derrière les locaux de l'hôpital :

  • 6 Racheau : souche.
  • 7 ADD, 53 J XVII 1.

« Faire mures et raiche6 de quatre piedz de large ou de espax par devant le mur deanz la riviere de Doubz, per derriers les maisons dudit hospital... faire piles et pilers de pierre... et par dessus ycelx, édifice de pierre... »7.

  • 8 AMBes., BB 41, f° 168 v°.

8Obligatoire pour l'hygiène donc, la rivière contribue paradoxalement à entretenir parfois l'insalubrité des locaux en favorisant l'humidité. En 1589, les gouverneurs de la ville de Besançon jugent très malsains les locaux du Saint-Esprit, « ...pour estre en une voste sans cheminee, subject aux inondations des caves et plusieurs aultres incommoditez, telment » que les pauvres « ne porroient estre pis... » et qu'ils seraient « sanz comparaison beaucoup mieulx logez avec plus de commodité pour leur santé a Saint Jaques »8.

9L'installation près d'un point d'eau vaut aussi pour les léproseries : les malades, isolés, souvent infirmes doivent déjà pouvoir se ravitailler facilement.

Un point d'eau différent pour les ladres

  • 9 On peut noter que depuis l'époque romaine, la ville de Besançon est approvisionnée en eau par la s (...)
  • 10 Abry d'Arcier (P.-C.-B.) : “Histoire du Bourg d'Arlay...’’, Mémoires de la Société d'Emulation du J (...)

10Un autre souci prédomine pourtant : défense est faite à cette catégorie de malades d'utiliser les mêmes fontaines ou sources que les gens sains, tant la peur de l'infection est forte ; omniprésente dans les statuts des maladières, elle véhicule la pensée commune que boire à la même eau qu'un lépreux favorise la transmission de la maladie9. A Arbois d'ailleurs, il leur est interdit de s'abreuver sans faire usage de leurs ustensiles personnels. A Arlay, il est prohibé « de ne laver mains, pieds, robes, draps, linges aux fontaines communales, mais en la rivière qui descend de l'hôpital Saint-Martin »10.

  • 11 Borradori (P.), Mourir au monde..., p. 16.

11Piera Borradori observe le même phénomène dans le Pays de Vaud11. Des léproseries sont situées à proximité d'un lac à Rolle, Vidy ou Colovray, près d'une fontaine à Yverdon, près d'une source à Epesses ou à Gimel. Mais il n'est pas exclu que cette localisation ne réponde pas à un but thérapeutique.

  • 12 Vegliante (G.), “Les cultes populaires liés à l'eau dans... la vallée du Drugeon”, Publications du (...)
  • 13 Au Moyen-Age, les lépreux se rendant en pèlerinage en Palestine, fréquentent les sources chaudes d (...)
  • 14 Ces informations ont été communiquées par le docteur Hervé Grulet, CHU de Reims.

12En effet, selon la tradition populaire, l'installation d'une léproserie près d'une source se justifie aussi par la recherche d'une eau aux vertus curatives. Des récits ne rapportent-ils pas en effet que, pour se guérir, les lépreux de Vuillecin se baignent12 dans un étang voisin, dont les eaux très froides sont légèrement sulfurées13 ? Notons que dans le thermalisme actuel, les bains sulfurés sont prescrits pour soulager ou soigner certaines affections dermatologiques grâce à leur action sédative et cicatrisante. Par cette pratique de l'immersion, les ladres pouvaient trouver au Moyen-Age un soulagement à leurs maux, en raison de l'assèchement de leurs lésions suintantes14.

  • 15 Dans l’Ancien Testament, le terme sara'at, que l'on traduit généralement par lépreux, dérive de la (...)
  • 16 Ancien Testament, 2. Rois. 5 ; Grégoire de Tours, L'histoire des rois francs, décrit ainsi le bapt (...)

13Toutefois, cette thérapeutique s'apparente aussi et surtout à un rite de purification et renvoie à la conception de la lèpre comme allégorie du péché et de la corruption de l'âme. Le lépreux, dans la Bible, est un être impur, frappé par Dieu15, qui trouve parfois la guérison après une immersion dans l'eau. Naamân est ainsi délivré de sa maladie en se plongeant dans le Jourdain16.

  • 17 BMBes., ms Dunand, 31, f° 314 r° et v°.

14Des légendes ou des récits hagiographiques sur le rôle essentiel de l'eau dans la guérison de la lèpre, se diffusent d'ailleurs en Europe au Moyen-Age. On regarde comme certain depuis le vie siècle, la guérison miraculeuse de trois lépreux par saint Amateur, avec de l'eau du Jourdain que l'évêque d'Autun aurait fait apporter17. On raconte encore que l'empereur Constantin, devenu ladre après des persécutions contre les chrétiens, se fit baptiser après un songe et retrouva la santé.

15Les légendes, la vision de la lèpre, l'idée du rachat et de la guérison par une eau purificatrice laissent à penser que peut-être, l'isolement d'une maladrerie près d'une source ou d'un cours d'eau concrétise une convergence entre les conceptions sanitaires et médicales et la pensée religieuse du temps.

  • 18 Borradori (P.), Mourir au monde, p. 16.

16Cependant, si une source ou une rivière offre une condition favorable pour installer hôpitaux et léproseries, une route présente également de multiples avantages. En 1461, signale Piera Borradori, une commission estime que le site de Vidy est plus approprié que celui d'Epesses car, en tant que lieu de passage fréquenté, il permet la collecte d'aumônes importantes18.

II. A proximité des voies de communication

17La simple observation des cartes (cf. p. 11 et 30) permet de constater que les maladreries se localisent souvent à proximité d'une route.

Les léproseries

18Tel est l’emplacement de la maladière de Dole sur le chemin de Villette et de la Loye, ou encore celui de la léproserie d'Ornans près de la route de Besançon. Le site des maladreries d'Arbois et de Bolandoz présente les mêmes caractéristiques. Au contraire, une localisation éloignée des routes, de mauvais chemins, déclenchent des plaintes amères ainsi qu'en témoigne cette supplique de Claude Bernadet de Salins, « povre femme actainte de lespre devant se rendre a Pontamougeard » en 1549.

  • 19 AHSal., E 22.

« Consideré que le lieu de Pontamougeard est distant dudit Salins de plus de deux lieues, en lieu de montagne et de maulvais chemins, qu'est chose mal propre et impossible a la pouvre suppliante aller et venir pour fere sa queste pour la sustentation de son corps jusqu'à la fin de ses jours. »19

  • 20 AMBes., DD 90, f° 418, 1514 : « Je, Jehan Juliot, ymageur, citien de Besançon, congnois et confess (...)

19Profitant ainsi d'une situation géographique près d'une route fréquentée, les ladres peuvent quérir dons et aumônes et d'ailleurs, il est d'usage de placer à proximité de leurs léproseries, des boîtes à collectes pour susciter la charité des passants. A la Vèze, maladière de Besançon, située à six kilomètres au sud-ouest de la ville sur la seule voie menant au plateau, les gouverneurs de la cité se conforment à cette habitude ; ils font planter une croix de pierre et placer deux troncs comme l'indique un reçu de 1514, afin que l'on donne « pour Dieu et povres malades de lepre »20.

20Contrôlant les vallées, les ponts, les gués, les hôpitaux aussi jalonnent les routes comtoises très fréquentées. Le monde hospitalier, et ce n'est pas original, est lié très étroitement à celui des échanges et des pèlerinages.

21La localisation explique la fonction : l'hôtel-Dieu est un lieu d'accueil avant d'être un centre de soins.

Les hôpitaux

22Des sites traditionnels de ponts et de gués.

23Ces implantations demeurent fidèles aux habitudes en vigueur dans le haut Moyen-Age ainsi que le prouve cette admonition générale de Charlemagne (789) :

  • 21 Christophe (P.), Les pauvres et la pauvreté des origines au XV, p. 68.

« Qu'il y ait en divers endroits des hospices pour les voyageurs, des lieux d’accueil pour les pauvres... car le Seigneur dira, lors de la rémunération du Grand Jour : j’étais un hôte, et vous m'avez accueilli »21

  • 22 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 124 ; Gauthier (J.) : Notice historique sur l'hôpital du (...)

24De nombreuses maisons d’accueil choisissent, conformément à la coutume, des sites de pont et de gué. Citons par exemple les hôpitaux de Chissey-sur-Loue, Gray et Dole. L'hôtel-Dieu de Gray est placé sur les bords de la Saône, à proximité d'une porte de la ville, entre la rue du pont, la maison du garde-pêche et les murailles22. Celui de Dole se trouve « oultre le pont », dans la direction d'Azans ; or justement, cet ouvrage permet de relier la ville aux péages de la Loue, à Salins ainsi qu'au sud du Jura. Pourtant, plus symptomatique est l'installation dans les vallées.

25Occupation des vallées.

  • 23 Bur (M.), “Les relations entre la Champagne et la Franche-Comté (xe, xiiie siècles)”, Mém.de la soc (...)

26Bien avant l'apparition du commerce franco-italien qui transite par Jougne, la Franche-Comté s'affirme comme une terre de passage pour les grands pèlerinages de la Chrétienté médiévale : Rome, Jérusalem23 et Saint-Jacques de Compostene. L'implantation de gîtes pour pèlerins le long de la vallée de la Saône, de la vallée de la Loue ou encore de la vallée du Doubs s'impose. C'est ainsi que s'explique, vers 1182, la fondation de l'hôpital Saint-Jacques des Arènes de Besançon, dans le quartier de Battant. Le pape Lucius III en justifie ainsi la nécessité :

  • 24 Extrait de Locatelli (R.), De la Réforme grégorienne à la monarchie pontificale., t. II, p. 912.

« Votre église comprend une grande paroisse traversée par une voie publique, et comme elle n'a pas d'hôpital pour les gens de passage, vous avez décidé de réserver une maison pour l'accueil des voyageurs, afin que ceux qui vont à Rome ou partent pour Jérusalem y reçoivent les secours de la charité. »24

27Au xiiie, puis au xive siècle, l'essor du commerce stimule encore le mouvement hospitalier. Les caravaniers, les marchands, les facteurs, les négociants empruntent des itinéraires déjà aménagés par les romains et utilisent comme gîtes d'étape, les établissements religieux localisés le long des principales routes joignant la Champagne à l'Italie.

« A elle seule — signalent V. Chomel et J. Ebersolt — la répartition des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem, des hôpitaux du Saint-Esprit, de Saint-Bernard de Montjoux, de Saint-Antoine du Viennois, pourrait montrer le rôle de ces ordres dans les relations de la Franche-Comté avec les régions et les pays voisins. »

  • 25 Chomel (V.), Ebersolt (J.). Cinq siècles de circulation..., p. 53, 56, 57.
  • 26 Schaedlin (F.), “La commanderie St-Antoine à Froideval...”, Rev. d'Alsace, 1931 p. 285.

28L'ordre du Saint-Esprit, par exemple, domine toutes les voies de communication vers le sillon rhodanien. Sur les grands axes, se rencontrent presque tous les hôpitaux créés en si grand nombre aux xiiie et xive siècles : Chalamont, Jougne, Bracon. L'ordre de Saint-Bernard de Montjoux possède des établissements à Eclans, sur la route de Pontarlier à Dijon (xiie siècle) et à Salins25. La commanderie de Froideval est prospère au xive et au début du xve siècle, quand les marchands italiens passent par le sud de l'Alsace pour se rendre dans les Flandres26. Enfin, pendant tout le xive siècle, le commerce international venu de Flandre traverse la Comté, de Saint-Jean-de-Losne à Jougne, via Salins et Pontarlier. Cette route est jalonnée d'hôpitaux, surtout aux péages et aux cols.

29A proximité des péages et des cols : Jougne et la Faucille

  • 27 ADCO, B 308. « ... ait et preigne li diz Hugues nostre fiz... li terretoires de Cernans devers Sal (...)
  • 28 « Tout est là : les hospices entendent être, à la fois des maisons d'accueil pour les routiers de (...)
  • 29 L'itinéraire employé par Ogier d'Anglure pour revenir de Jérusalem et jalonné par les péages des s (...)

30Dès 1288, le commerce lainier entre la Flandre et l'Italie transite par Jougne. Les péages se multiplient et les seigneurs tentent de protéger des routes qui sont loin d'être sûres : un col, une forêt abritent souvent bandits et pillards quand les habitants du pays, les chanoines ou encore les féodaux, considèrent volontiers les marchands comme « sources de profit ». Les exemples abondent : en 1299, deux marchands milanais sont saisis, dépouillés dans le val de Travers et jetés en prison par le comte Rodolphe. En 1311, Willemet de Costain, bourgeois de Neuchâtel, est dévalisé par un chanoine de Besançon, près de Pontarlier. En 1354, Jean de Neuchâtel détrousse des marchands italiens près de son château de Vuillafans. Une nécessité s'impose donc : les pieds poudreux doivent trouver de proche en proche des étapes avec gîte et entrepôt pour eux et leurs marchandises. Ils les rencontrent, entre autres, près des péages. Leur énumération sur faxe Saint-Jean-de-Losne-Pontarlier en témoigne ; elle permet de trouver les implantations hospitalières : péage de Dole et Saint-Esprit du lieu — péage d'Augerans, hôpital de la Loye — péage de Salins, hôpital Saint-Bernard puis celui de Bracon dès 1327. Au-delà de Salins, après avoir traversé la forêt de la Joux et abordé celle de Levier, les marchands et passants rencontrent sur leur itinéraire le péage de Chalamont, ainsi qu'un hôtel-Dieu mentionné d’ailleurs en 1262 par Jean de Chalon l’Antique27. Le toponyme « les hôpitaux » atteste encore à cet endroit de la présence d'un lieu d'accueil, par ailleurs très proche d'une voie encore visible sous la forme d'une tranchée à ornières à Boujailles. Enfin, après deux journées, les voyageurs trouvent à Pontarlier ou dans sa proximité, un établissement pour les accueillir : l'hôpital Saint-Pierre28. En sens inverse, quand on vient d'Orbe, on emprunte la cluse de Jougne (808 m) et on peut s'arrêter aux Hôpitaux29.

31Ainsi, sur un parcours de 120 à 130 km, les marchands trouvent ainsi un péage tous les 20 km et un hospice routier ou hôtel-Dieu tous les 20 à 30 km.

32L’existence de péages et d’hôpitaux illustre un souci permanent de lutter contre le brigandage endémique et l'insécurité. Aussi le pape Nicolas IV ne ménage pas ses éloges à Jean Ier de Chalon-Arlay, lorsqu'il lui écrit :

  • 30 Cité dans Chomel (V.) et Ebersolt (J.), Cinq siècles de circulation..., p. 51.

« Comme tu as ardemment désiré faire cesser les périls auxquels étaient exposés les marchands et voyageurs passant et repassant près de ton château sur le territoire de Jougne par la Via strata, tu as fait assurer à tes frais par escorte, la sécurité de ces voyageurs et la police de la route. »30

  • 31 Prost (B.) et Bougenot (S.), Cartulaire de Hugues de Chalon, p. 392, no 271.

33Othon, comte palatin de Bourgogne et sire de Salins, se place dans cette même perspective lorsqu'il donne en décembre 1282 à son oncle Jean de Chalon-Arlay, l'autorisation d'acquérir cent livrées de terre sur ses fiefs ou arrière-fiefs pour construire un hôpital à Jougne31. C'est dire si les fondations hospitalières sont une composante de la politique comtale.

  • 32 Rousset, Dictionnaire des communes... du Jura, art. Mijoux, t. 4, p. 348.
  • 33 ADD, II B, 576. Orgelet et Chilly-le-Vignoble sont pourvus d'un hôpital de petite taille : 4 lits (...)
  • 34 AHSal., H 7. Cet hôpital est fondé par Jean de Montaigu à la moitié du xve siècle. Il a une capaci (...)

34Plus tard, au xve siècle, la nécessité d'établir une liaison aussi directe que possible entre Saint-Jean-de-Losne et Genève infléchit le courant commercial vers le sud, vers le col de la Faucille, sur une ligne traversant le Jura, en diagonale du nord-ouest au sud-est. Déjà, en 1334, les sires de Gex avaient fait construire à la Joux, un petit hôpital dédié à saint Jacques et à saint Christophe et offrant une capacité d’accueil de 4 lits aux passants32. Des témoignages échelonnés de 1402 à 1431 permettent en outre de restituer avec précision les itinéraires empruntés par les marchands, dans leurs allées et venues entre plaine de Saône et Genève. Ils mettent en évidence que tous les lieux traversés possèdent des infrastructures hospitalières. Ainsi, des marchands, en 1402, franchissent de Gex à Saint-Claude, les haut plis du Jura oriental pour rejoindre à Moirans la voie romaine des plateaux ; ils traversent ensuite l'Ain par le bac du Pont de la Pile et poursuivent en direction de Lons-le-Saunier par la Tour-du-Meix, Orgelet et Chilly-le-Vignoble33. En 1453, Jean de Montaigu crée justement l'hôpital de Montaigu, à proximité de Lons-le-Saunier34.

3.— Structures hospitalières aux xiiie et xive siècles.

  • 35 Chaque étape correspond environ à 40 km. Chomel (V.) et Ebersolt (J.), Cinq siècles de circulation (...)

35Une variante du trajet précédemment cité relie Orgelet à la Bresse par Saint-Laurent-la-Roche. En 1403, Jean Tarteret, habitant de Dijon, affirme s'être rendu aux foires de Genève en allant « sur le chemin avec plusieurs autres marchands, de Chalon à Louhans, de Louhans à Orgelet, d'Orgelet à Saint-Claude et de Saint-Claude en allant le droit chemin, à Genève... »35. Chaque étape mentionnée dans cette déclaration correspond à une implantation hospitalière.

36Les échanges commerciaux ne sont pas les seuls responsables du passage par le col de la Faucille et de la mise ne place au xve siècle d'un réseau hospitalier sur la voie Chalon-sur-Saône-Genève : la célébrité des reliques des saints de Condat y contribue aussi grandement. Les pèlerinages à l'abbaye Saint-Oyend de Joux attirent de très hauts personnages : Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Louis XI, Anne de Bretagne et Marguerite de Flandre. On connaît l'itinéraire de cette dernière ; on sait qu'elle se fit transporter « en char branslant », en empruntant la route jalonnée d'édifices hospitaliers situés à Dole, Poligny, Orgelet et Moirans-en Montagne.

37De tous temps, trois voies ont été empruntées pour accéder à Saint-Claude : au nord depuis Salins, au sud depuis Nantua par Izernore, à l'ouest depuis Lons-le-Saunier. Mais à l'est de la vallée de la Bienne, les plissements de la chaîne du Colomby de Gex constituent une barrière continue et quasi-infranchissable.

4.— Liaisons de Genève à Saint-Jean-de-Losne.

  • 36 L'accueil de nuit est attesté pour l'hôpital de Poligny.

38Echelonnés à des distances qui correspondent souvent à une journée de marche, établis près de points d’eau, de gués, de ponts, dans des lieux hostiles et des milieux naturels contraignants, aux carrefours de routes ou sur les cols, les hospices routiers offrent un havre salutaire en cas d’incident de parcours ; cependant les hôpitaux sont également très répandus aux abords des villes dont les portes ferment dès la tombée de la nuit. Ainsi, d’étape en étape, les passants, pèlerins ou autres, peuvent trouver des gîtes de jour et de nuit36 Pour cette raison, les établissements hospitaliers sont le plus souvent situés extra-muros.

III. Localisation extra-muros et évolution intra-muros

Les hôpitaux et les maladreries

  • 37 Affolter (E.), Bouvard (A.), Voisin (J.-C.) : Atlas des villes de Franche-Comté... la Haute-Saône, (...)

39Les hôpitaux occupent souvent et traditionnellement des sites de porte : tel est le cas pour Champlitte, Fouvent, Gray, Jussey et Marnay. Parfois, ils sont édifiés plus loin, relégués dans les faubourgs, comme ceux de Saint-Loup ou Pesmes37. Dans l'ensemble du diocèse, plus d'une vingtaine d'établissements sont répertoriés sur ce type d'implantation qui répond parfaitement aux nécessités d'accueil évoquées plus haut.

  • 38 Gui Armenier, originaire de Chaussin et prieur du monastère de St-Oyand-de-Joux, achète une maison (...)

lieu

dédicace

situation

évolution

Arbois

N.-Dame

hors ville

après 1373, en ville

Arlay

St-Esprit

hors les murs

Auxonne

hors ville

après 1420, en ville

Champlitte

hors ville

en ville au xve s.

Chaussin

St-Esprit

hors ville

évolution38

Dole

St-Esprit

site de pont

Faucogney

St-Nicolas

hors les murs

Fouvent

St-Esprit

hors les murs

Gray

St-Esprit

près de la porte

Jussey

hors les murs

Lons

St-Esprit

hors ville

Marnay

hors ville

Montbéliard

hors ville

après 1450, en ville

Montbozon

St-Sébastien

hors ville

fondé en 1452.

Pesmes

St-Denis

ville basse

Poligny

St-Esprit

hors ville

après 1426, en ville

St-Julien

St-Esprit

hors les murs

St-Loup/Semouse

St-Nicolas

faubourg

Ste-Agnès

St-Louis

hors ville

Salins St-Sépulcre

Infirmerie

hors ville

construite en 1438 pour les pestiférés

Salins St-Sépulcre

hôpital

en ville

Sellières

St-Esprit

hors ville, site de pont

Vesoul

hors ville

après 1442, en ville (St-Valentin)

Villersexel

hors ville

  • 39 « en certaine place, dessus le fleuve de Furieuse, près le cymetiere de ladite maison sise et cont (...)

40Pourtant, aux xve et xvie siècles, cette localisation hors-les-murs répond aussi à des besoins nouveaux. La fréquence des épidémies de peste et la peur qu'elles inspirent font envisager précisément dans ces endroits, la construction d'infirmeries pour contagieux. L'exemple de Salins est à cet égard révélateur quand, en 1438, Jean de Montaigu fait édifier en dehors des remparts, « certain demicille d'infirmerie »39, pour accueillir les malades de peste, afin de protéger la population saine.

  • 40 AMArb., fonds de l'hôpital, AA 11, 11 mars 1498, reconstruction de la maladière.

41Le but avoué d'isoler les pestiférés s'avère aussi nécessaire, que de reléguer les ladres, « pour raison que ladicte maladie est contagieuse... »40.

42En effet, l'angoisse face à la lèpre conduit partout à une implantation identique des maladières. Invariablement, les léproseries comtoises se situent très nettement hors des lieux habités par la population saine. Plus d'un kilomètre sépare les maladières de Dole, d'Arbois, d'Arlay, de Bolandoz ou encore d'Ornans de la localité. En revanche, celles de Besançon, de Salins Bourg-Dessus et de Salins Bourg-Dessous sont beaucoup plus éloignées : 6 km pour la première, 11 km pour la seconde puis 3 à 5 km pour la dernière.

5.— Villages envoyant leurs lépreux à la maladière d'Arbois

  • 41 Voir le tableau A, p. 331.

43Eloignées, les maladreries sont souvent reléguées aux limites des territoires, jusqu'à cinq ou six kilomètres comme les Breux par rapport à Salins ou la Vèze par rapport à Besançon41.

Aux limites du territoire

  • 42 AMBes., DD 88 à 92. La majeure partie des sources concernant cette léproserie provient d'un procès (...)
  • 43 Humbert de Cuisel, sire de Clairvaux indique en janvier 1305, les limites de l'application de ses (...)
  • 44 Comme celle de Poligny, la léproserie de Nyon se trouvait également en limite de territoire. L'évê (...)
  • 45 « Les bornes et les termes de cette franchise nous mettons et ordinons et declairons en ceste mani (...)
  • 46 Voir le tableau A, p. 331.

44Ce site de limite peut se vérifier, entre autres, pour les léproseries de la Vèze42, de Salins, d'Arlay, de Clairvaux43, de Nozeroy et de Poligny44. La charte de franchises de cette dernière localité indique, en 1288, que la maladière est construite aux confins et aux bornes du territoire communal45. L'implantation éloignée montre à quel point la lèpre effraie. Dès que l'occasion se présente, on utilise les barrières naturelles, les marais (la Vèze, Vuillecin), voire un relief élevé pour mieux isoler les malades46.

A l'abri des reliefs et des vents dominants

  • 47 AMBes., GG 430. « ...par des chemins extrêmement scabreux et difficiles, surtout en tems d'hivers, (...)
  • 48 Altitude de Besançon au pont Battant : 245 m. Altitude de la léproserie en bordure des marais de S (...)

45A Besançon, les lépreux accèdent à la maladière de la Vèze, distante de la ville de 6 km, par des chemins escarpés47. Elle en est en outre séparée par deux barres de relief, le mont des Buis et le Bois de la Côte, où les altitudes moyennes varient entre 450 et 493 m48.

6.— Localisation de la léproserie de la Vèze

  • 49 AMBes., GG 430.

« L'eloignement qu'il y a, soit de ce lieu a la ville de Besançon ou a Saône, et les mauvais chemins qui se trouvent tant d'un côté que de l'autre, pris égard aux montées qui se trouvent de Besançon a la Vèze et au marais qui est entre la Vèze et ledit Saône, dangereux par rapport aux eaux, ou sont peries en dernier lieu quatre personnes dont il en a enterré trois... »49

  • 50 Arnaud de Villeneuve évoque surtout la voie aérienne comme origine de la contamination. Voir Béria (...)
  • 51 ADHS, 311 E suppl. 262. « ... au regard des grandes chaleurs imminentes et prouchaines pendant les (...)

46On est loin de la relégation à « un jet de pierre de la ville » pour obéir à la double exigence de protéger la population saine et de laisser sous ses yeux des malades susceptibles de développer en elle les sentiments chrétiens de pitié et de miséricorde. En fait, la seule crainte d'une contamination aérienne50 surtout en période de forte chaleur, conduit à l'éloignement des ladres. Les échevins de Luxeuil ne raisonnent pas autrement en relégant une lépreuse dans un « lieu convenable »51.

  • 52 Bériac (F.), Histoire des lépreux.... p. 184. Voir tableau A, p. 331.

47Quel est ce lieu convenable évoqué par les échevins de Luxeuil ? Selon Florence Colette et Françoise Bériac, il pourrait s'agir d'un endroit à l'abri des vents dominants. Dans une enquête menée dans le diocèse de Bourges, Florence Colette a constaté en effet, qu'un tiers des léproseries se situe au nord des villes ou des bourgs ; elle obtient le même pourcentage au nord-est et à l'est. Les emplacements les moins fréquents seraient ouest et sud qui correspondent aux vents dominants. Il semblerait qu'une distance assez importante pourrait compenser cette exposition relativement rare52.

7.— Localisation de la léproserie de Dole

  • 53 Abry d'Arcter, “Histoire... d'Arlay...”, Mém. de la soc. d'émul. du Jura, 1882, p. 129.

48Ces constatations évoquées pour les localisations des maladières du diocèse de Bourges n'apparaissent pas aussi nettement pour celles du diocèse de Besançon. Les contraintes topographiques de la région sont autres ; néanmoins, on ne saurait négliger cette peur de l'air corrompu pour expliquer l'implantation des léproseries. Elle transparaît si bien dans le choix du site de la Vèze et dans les statuts d'Arlay. Là, il est interdit « de cheminer par le milieu des charrières et au-dessus du vent et des gens sains53. »

  • 54 L’éloignement des lépreux du monde se trouve en divers passages de la Bible. Ainsi, l’impiété d’Oz (...)

49Le choix d'endroits reculés ne doit malgré tout pas faire oublier une autre réalité, la proximité des routes : les malades peuvent circuler et approcher des villes pour quérir leurs aumônes. En fait, l'implantation des léproseries dans des zones de confins éloignées des bourgs, mais proches des voies de communication, permet de mieux sentir et cerner le comportement des gens sains envers les ladres, comportement toujours ambivalent, comme l'image du lépreux d'ailleurs54.

50D'un côté, le ladre est un être qu’il faut secourir par des aumônes offertes sur le bord des routes, d'un autre, c'est un homme qu'il faut reléguer et éloigner le plus possible pour protéger la population de son contact ; il est marqué par Dieu dans le corps et dans l’âme et doit faire loin, sa pénitence sur terre.

  • 55 ADD, G 49, règlement pour l'isolement des lépreux.

« Tu feras ta penitence en ce monde et combien que tu soyes separé de l'Eglise et de la compagnie des sains, pourtant tu n’es pas separé de la grâce de Dieu, ne aussi des biens que l’on faict en nostre mere Saincte Eglise. »55

  • 56 Sur le complot des lépreux de 1321, voir Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 141 ; Borradori (...)

51Pourtant, et malgré le soutien de l’Eglise, les lépreux sont parfois persécutés avec acharnement et suspectés de vouloir empoisonner les bons chrétiens56.

52Si les léproseries restent invariablement implantées extra-muros, la tendance s'inverse aux xive, xve et xvie siècles pour l’installation des hôpitaux : ils occupent de plus en plus un site intra-muros.

Evolution intra-muros

  • 57 Humbrecht (L.), Mémoire historique sur les hôpitaux de Belfort, p. 1.
  • 58 Plan de Belfort dans Himly (F.J.), Atlas des villes médiévales d'Alsace, p. 51. A la fin du xve et (...)

53Cette inversion de tendance, constatée dans quelques bourgs de Haute-Saône comme Champlitte, Gy et Vesoul, se vérifie également pour d’autres localités du diocèse : Belvoir, Montbéliard, Auxonne, Belfort, Lons-le-Saunier, Nozeroy, Salins, Poligny, Arbois. En ce qui concerne Belfort, l'érection de l’hôpital fondé par Jeanne de Montbéliard en 1349, coïncide chronologiquement avec une modification de l’urbanisme belfortain : la population, massée initialement dans les quartiers Est, a tendance à gagner la partie basse de la ville, située à l’Ouest vers la Savoureuse57 ; or, l’établissement est précisément implanté en cet endroit. Il est construit dans « la fermeté » de Belfort, jouxte l’enceinte primitive près de la Grand-Porte et donne sur une seconde muraille édifiée peu avant, en 1342, en même temps que la Tour des Bourgeois58.

  • 59 Villèle (B. de), Belfort à la fin du Moyen-Age, t. 2. Il existait des liens très étroits entre l'hô (...)
  • 60 ADTB, 1 G 76, Fondation de l'hôpital de Poules, extraits et copies de 1701 et 1722.

54Son site paraît avoir été choisi avec soin ; son implantation, à la fois excentrée et dans la ville, se veut dans un quartier en plein essor. Contemporaine de la décision comtale d’établir en 1342 un chapitre dans la collégiale59, elle plaide en faveur de motivations visant à doter Belfort de structures propres à lui conférer un caractère urbain. Malheureusement, la copie de l’acte de fondation reste muette sur ce point ; elle fait uniquement état des sentiments pieux et religieux qui animent Jeanne de Montbéliard (décédée en 1350) pour la construction de son établissement60.

  • 61 L'hôpital Sainte-Barbe a été fondé au xve siècle par des marchands.
  • 62 L'hôtel de ville occupe l'ancien site des étuves depuis 1425.

55L'édification de l'hôpital a immanquablement eu des répercussions sur l'installation de la population dans la partie basse de la cité. Au cours de la deuxième moitié du xive siècle et au xve siècle, les Belfortains continuent à abandonner les anciens quartiers de la ville haute au profit de ceux qui jouxtent la Savoureuse. Au xve siècle, l'hôpital Sainte-Barbe61, le moulin banal, l’hôpital des Poules, le marché aux poissons et l'hôtel de ville62, sont situés dans le même quartier, le long des murailles.

  • 63 Bizouard (abbé J. Th.), Histoire de l'hôpital d'Auxonne
  • 64 ADD, 53 J I 5.

56En d'autres lieux, dans une période à peine postérieure, la guerre et les crises expliquent ce nouveau choix de localisation hospitalière : ainsi en 1374, l'hôpital d'Auxonne est érigé au faubourg Pantesson, entre la maladière et la ville. Incendié complètement en 1418, il est reconstruit en 1420, grâce aux largesses d'un auxonnois, près de l'église, à l'angle nord-ouest de la rue du bourg63. Coïncidence de date, en 1426, Jean Chousat, conseiller de Bourgogne et pardessus de la saline de Salins, vend pour 400 écus au recteur du Saint-Esprit de Poligny, une maison à l’intérieur de l'enceinte pour y installer les nouveaux locaux de l'hôpital64. Dans cette même période, en 1431, Jean de Montaigu établit son hôpital du Saint-Sépulcre à l'intérieur de Salins.

8.— Plan de Belfort d'après l'Atlas des villes médiévales d'Alsace

  • 65 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 98.

57En réalité, l'installation d'hôpitaux dans ces nouveaux sites coïncide à la fois, avec la période qui suit l'avènement de Philippe le Bon (1419) et avec celle, tragique, annoncée par le traité d'Arras (1435) quand « des bandes d'aventuriers profitant de l’apaisement momentané des hostilités surgissent tout-à-coup après le traité d'Arras et se déchaînent sur notre sol, mettant successivement au pillage la Bourgogne, l'Alsace et la Lorraine »65. La ville de Montbéliard est prise dans l'état de guerre latent qui sévit entre Bourgogne et Habsbourg, entre 1420 et 1432, à propos de l'Alsace du sud. Elle n'est pas épargnée non plus par le passage des grandes compagnies que la fin de la guerre de Cent Ans laisse sans emploi. La région est envahie par une première troupe en 1439, dévastée par un raid lorrain en 1441. Le futur Louis XI et ses troupes entrent à Montbéliard et l'occupe de 1444 à 1445. L’hôpital fondé au xiiie siècle est détruit ; les bourgeois le réinstallent en ville vers 1450.

  • 66 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4. « Marguerite, fille de roy de France, contesse de Flandre, d’Arto (...)
  • 67 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4.
  • 68 « Dans la Grant Rue, devant la maison Guillaume de Pupillin, tochant au portal et es murs dudit bo (...)

58Mais déjà, au siècle précédent, Arbois a connu une situation analogue. En janvier 1364, Marguerite de France donne une maison pour y établir un nouvel hôpital, consécutivement à la destruction du précédent par les habitants de la ville menacés par les grandes compagnies66. Certes, la maison qu’elle concède est toujours « assize au dehors des murs et forteresse d’Arbois... delez la rue qui vat jusque la riviere de Cuisance »67, mais, en 1373, Nicole et Guillaume d’Estavayer installent définitivement l’établissement dans la ville, dans la Grant-Rue, à proximité de l’enceinte et de la porte68.

  • 69 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 87.

59Cette nouvelle implantation cherche à rendre à l’établissement hospitalier sa fonction d’accueil au moment où, après 1360, la misère est à son comble. Les dévastations des domaines agricoles sont le lot courant : les maux que subissent les paysans vont du simple vol à la destruction de leurs biens. Certains d’entre eux cherchent même un salut à leur condition en s'enrôlant dans les bandes, pillant et ruinant le pays à leur tour69. Marguerite de France utilise tous les moyens en son pouvoir pour enrayer la propagation de l'insécurité : elle fait « enforcir de murs » certaines villes comme Dole, mais elle pense aussi à favoriser l'hospitalité, comme le montre l'exemple d'Arbois.

  • 70 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4.

« Pour le proffit de nostre dite ville et pour la seurté d'icelle... et a ce que les povres impotans et mandians puissent estre receus, habergés et soustenus en ladite ville. »70

60A n'en pas douter — le rapprochement et la confrontation de ces divers documents le prouvent — les changements de localisation hospitalière dans la décennie 1360-1370, et dans la période postérieure à 1420, sont à mettre en relation avec les guerres et les ravages que connaît la Comté.

61Cette situation vécue en Comté n'a rien d'original. Partout, et dans le même temps comme à Toulouse, à Quimper ou à Gonesse, la présence d'établissements installés aux abords des villes pour accueillir passants et pèlerins est ressentie comme dangereuse : une présence trop immédiate des remparts risque d'entraver la défense urbaine, et, dans l'éventualité d'un siège, leur occupation peut fournir à l’ennemi, approvisionnement et points d'appuis.

62Pourtant, ces nouvelles localisations ne font pas l'unanimité auprès des contemporains qui considèrent parfois comme un meilleur emplacement l'ancien site extramuros ; l'installation hospitalière au sein d'un bourg fait en effet redouter la propagation d'épidémies. Philippe le Bon le craint en 1446 à propos du Saint-Esprit de Poligny.

  • 71 ADD, 53 J I 5.

« Par temps de chaleur — écrit-il — si pourraient ensuir grandes maladies, infections d'une mortalité et plusieurs autres inconveniens, attendu que ladite maison est au milieu de nostre dit bourg, lequel est petit et étroit et auquel n'a pas deux cent feux »71.

  • 72 AMBes., BB 23, f° 200, 1537. Il faut « retirer les pouvres de l'hospital a la tiellerie de Valenti (...)
  • 73 AMBes., BB 23, f° 90v°, 1537. Ils ne « pourraient aller par la ville et s'il y a personne que ne l (...)

63Un siècle plus tard, les mêmes raisons conduisent les gouverneurs de la cité de Besançon à ordonner au maître du Saint-Esprit de loger les pauvres hors de la ville, à Valentin72. Mieux, ils menacent de chasser les résidents de l’hôpital, religieux ou non, au cas où ils circuleraient dans les rues73.

  • 74 ADD, 53 JI 5. « ... en temps de guerre, par le fait et moyen d'espies (espion) et explorateurs qui (...)

64Mais, selon Philippe le Bon en 1446, un autre danger, plus grave encore, guette les villes et les bourgs où sont édifiés des établissements intra-muros : de faux pauvres risquent, sous prétexte d'aide et d’assistance, de pénétrer à l'intérieur des remparts, avec l’intention mauvaise de livrer la cité aux mains des ennemis74.

  • 75 ADD, 53 J I 5. Philippe le Bon estime qu’une bonne localisation hospitalière ne peut exister que e (...)

65Le choix d'un site hospitalier répond donc à des critères précis, variés et parfois contradictoires ; il suscite controverses et débats passionnés qui interpellent jusqu'au duc de Bourgogne. Cependant, les désaccords qu'il provoque reflètent une réflexion plus profonde sur la conception de l’assistance et la vision du pauvre75, tant il est vrai que la nouvelle tendance à construire ou à réédifier des hôpitaux en ville occasionne diverses répercussions sur l'évolution de l'hospitalité : naturellement, l'accueil des passants s'en trouve limité.

  • 76 Mollat (M.), “La notion de pauvreté au Moyen-Age...”, Rev. d'histoire de l'Eglise de France, t. LII (...)
  • 77 Rapp (F.), “L'Eglise et les pauvres à la fin du Moyen-Age : l'exemple de Geiler de Kaisersberg”, Re (...)
  • 78 Proverbes, 6-9-11 ; 12-11 ; 13-3.
  • 79 Proverbes, 18-32.
  • 80 Ps. 109-10.
  • 81 Eustache Deschamps (poète français, vers 1346-1406), fut bailli à Senlis à partir de 1373. Dans so (...)

66Mais à l'inverse, une nouvelle représentation du nécessiteux ne génère-t-elle pas aussi l'installation des hôtels-Dieu à l'intérieur des remparts ? Son image s'altère au moment où la misère prolifère ; méprisé, le pauvre l'est déjà dans la littérature du xiiie siècle ; Jean de Meung écrit dans Le Roman de la Rose : « Que soit maudite l'heure où fut conçu le pauvre ». Les miniatures du xive siècle, ainsi que l'indique M. Mollat, « le représentent ensuite invariablement tête basse, isolé, vêtu de haillons qui le découvrent avec impudeur »76. Dans ses sermons, le prédicateur Jean Geiler de Kaisersberg à la fin du xve siècle, exprime son irrésistible méfiance envers les mendiants. Mieux, il demande à ses auditeurs de ne pas prendre comme modèles, ces êtres d'exception que furent saint François et saint Dominique. Il n'éprouve aucune sympathie pour les « méchants mendiants », les mauvais pauvres et considère qu'une aumône faite à « un être de cette espèce nuit à celui qui donne autant qu'à celui qui reçoit »77. La pauvreté est un mal qui trouve, selon la tradition biblique, ses racines dans la paresse78, dans le gaspillage et l'abus de boisson79. Dans les Psaumes, la mendicité fait l'objet d’une malédiction80. La rupture paraît donc complète avec le discours des Béatitudes. On distingue désormais les vrais des faux pauvres. « Les feignans estre malade », les paysans valides mais sans travail, les faux mendiants ne doivent recevoir aucune aide. Eustache Deschamps81 dit à leur propos sans complaisance : « ils passeront la nuit à préparer des mixtures faites de sang, d'herbe, de sable et de suif dont ils s'enduiront le corps afin d'éveiller la pitié et la peur ». Il recommande même aux fonctionnaires royaux : « Advisez y, baillis et senechaulx ; prenez, pandez, et ce sera bien fet. »

  • 82 ADTB, 1 G 76, copie de 1722. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 17.
  • 83 Du Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis. Référence à pule attestée dans l' (...)
  • 84 Il est d'ailleurs intéressant de noter que le terme pouleusetez attesté selon F. Godefroy à Salins (...)
  • 85 Il faudrait voir dans le mot poule, une altération de populus. Ainsi F. Godefroy signale poeplus p (...)

67Seuls les bons pauvres, « ceulx meritans par maladie, vieillesse ou aultre », sont dignes d'être secourus, parce qu'ils sont dans l'incapacité de travailler. C’est dans cet esprit que, le 2 mai 1349, Jeanne de Montbéliard fonde son hôpital de Belfort, communément appelé « hôpital des Poules », dans « la fermeté de la ville ». Elle le destine uniquement « a dix pauvres nécessiteux et hors d'etat de travailler... et oultre lesdis pauvres, deux honnestes personnes robustes, homme et femme, qui les assisteront et soulageront dans leurs besoin et nécessité sans autre domestique »82. Ces dix pauvres ne bénéficient sans doute pas toujours de la considération voulue et de l'amour que tout bon chrétien se doit de porter à son prochain. La curieuse appellation « d'hôpital des Poules » semble en témoigner. Ainsi, le terme « Pule », attesté dans le sens de peuple83 a donné naissance au mot « pulent », signifiant « puant » ou « dégoûtant ». De là, on peut comprendre l'expression « hôpital des Poules »84 comme « hôpital du peuple ou de la populace » avec tout le mépris dont il est pos sible de charger cette formule85.

  • 86 AMBes., BB 14, 1531. Jean Daniel, citoyen de Besançon, est condamné à une amende de 10 livres pour (...)
  • 87 Briod (A.), L'Assistance des pauvres..., p. 83.

68Les pauvres, surtout les passants et les étrangers, de plus en plus assimilés à des gueux, deviennent objets de méfiance86. En 1550, l'ordonnance des pauvres de la ville de Lausanne distingue entre « estrangiers et survenans et pouvres residens de la ville » ; les premiers sont reçus à l'hôpital, seulement s'ils en sont trouvés dignes, alors que les seconds bénéficient d'aumônes87.

  • 88 AHSal., T 11. Il s'agit ici de l'hôpital du St-Sépulcre de Salins. Philippe le Bon lui accorde, po (...)

69Néanmoins il ne faudrait pas voir un fléchissement de l'assistance à la fin du Moyen-Age. L'implantation des hôpitaux dans les villes traduit une évolution dans la vision de la bienfaisance, un secours qui devient plus sélectif et qui s'adresse davantage à des pauvres connus qu'à des passants. L'aide aux miséreux est plus que jamais une nécessité sociale car « souventeffois », écrit Philippe le Bon en 1461, « pluseurs desdits povres mourroient aux champs et par les rues, de fein, de froid et autrement, ce n'estoit la reception que l'on fait d'eulx, jour et nuit audit hospital et hostel Dieu »88.

  • 89 Les Testaments de l'Officialité de Besançon, publiés par Ulysse Robert, font ressortir également l (...)
  • 90 Dauzat (A.), Rostaing (C.), Dictionnaire... des noms de lieux..., précisent que Lazer, nom d'un vil (...)
  • 91 Dauzat (A.), Rostaing (C.), Dictionnaire... des noms de lieux...
  • 92 Pégorier (A.), Glossaire des termes dialectaux.

70Toutes les observations, contenues dans ce chapitre et concernant les localisations hospitalières, reposent sur un échantillon significatif mais restreint d'établissements, uniquement connus par des archives ou quelques rares vestiges. Il a été en effet impossible de tenir compte des multiples toponymes qui auraient pu, tout autant, indiquer l'emplacement d'un hôpital ou d'une léproserie, qu'une quelconque de leurs dépendances. Néanmoins, dans le cas des petits hôpitaux et de la plupart des léproseries, les toponymes, très nombreux, apportent des informations utiles en l’absence d'autres sources : ils permettent d’émettre l'hypothèse de l'existence d’un réseau très dense de ces maisons. En effet, presque toutes les zones de relief peu élevé sont, d'après ces indications, recouvertes d'un tissu de maladières, plus compact encore dans le sud du Jura89. Au contraire, le Haut-Jura comme les hauts plateaux du département du Doubs se caractérisent par une absence quasi-totale de ces établissements. On recense dans cette région, plus particulièrement dans les environs de Montbenoît et Pontarlier, quelques rares toponymes comme « Ladère », « Lezeret », « Laziret »90 ou « en Malade ». Le mot « maladière » ou « malatière » reste cependant le terme le plus usité, comme partout en Bourgogne, Lyonnais, Dauphiné ou Savoie91. « Maladrerie », utilisé dans une moindre mesure, est plus fréquemment employé dans le centre, la Normandie et l'ouest92.

71Liste de toponymes recensés.

72Maladière : Ceffia (39). Cernon (39), Charchilla (39), Chaussin (39), Chavéria (39), Courlans (39), Cousance (39), Cuse-et-Adrisans (25), Mallerey (39), Maynal (39), Montarlot-les-Champlitte (70), Le Pasquier (39), Luxeuil (70), Pont-du-Navoy (39), Ray-sur-Saône (70), Rothonay (39), Sellières (39), Saint-Antoine (25), Thoirette (39), Vincelle (39).

73Ladère, Maladère : Maison-du-Bois (25) ladère, Montussaint (25) maladère.

74Maladrerie, ladrerie : Boussière (25), Gigny (39) Bois de la Ladrerie, la Loye (39), Soye (25), Clairvaux-les-Lacs (39).

75Maletière, malatière, malletières, Mettière, Mulatière : Accolans (25), Allondans (25), Bornay (39), Bournois (25), Cubry (25), Glamondans (25), les Longeville (25), Nods (25), Novillard (90), Orchamps (39) Mulatière, mention d'une maison des malades, Orsans (25), Pirey (25), Pontarlier (25), Rang (25), Soye (25).

76Malandrier : Etival (39).

77la Malate : Arçon (25), Besançon (25), Chaux-Champagny (39) le grand et le petit Malaton, Naisey (25), Sombacour (25).

78Malade Malaude : la Barre (39), Monteplain (39), Ougney-Douvot (25), Ranchot (39), Vuillecin (25)

79Lezeret, Laziret, Leseret, Saint-Lazare : Arc-sous-Cicon (25), la Chaux (25), Gilley (25), Montflovin (25), la Rivière-Drageon (25) Saint-Lazare.

  • 93 De l'hébreu lazar, Eléazar qui signifie « Dieu aide ».
  • 94 Luc 16, 19-31. Le thème du pauvre Lazare illustre de nombreux manuscrits et inspire la sculpture m (...)
  • 95 Il s'agit de Lazare de Béthanie, mentionné dans les Evangiles de Jean. Ami de Jésus, il fut ressus (...)

80Tous ces lieux-dits rappellent les endroits où sont relégués les lépreux au Moyen-Age, hommes atteints du « Mal Ladre », d'où le mot « maladrerie » et par altération avec le terme « malade », « maladière ». En effet, les « malades », « malates » ou « malaudes » sont placés sous la protection de saint Lazare93 ou saint Ladre, le mendiant couvert d'ulcères de la parabole du bon Pauvre et du mauvais Riche94 ; le Moyen-Age a fait de ce personnage, un saint, par le jeu d'une assimilation avec saint Lazare, le frère de Marthe et Marie95.

81Si la densité du réseau hospitalier, confortée par les nombreux toponymes, éclaire la conception de l'assistance, plus encore l'étude de la dimension des salles et l'inventaire du nombre de lits, accompagnés de détails sur la configuration des pièces, donnent une idée de l'hospitalité offerte en permettant une approche sérieuse de la capacité d'accueil.

Notes

1 ADD, 53 J 1 5, copie xviiie siècle.

2 Affolter (E.), Bouvard (A.), Voisin (J.-C.) : Atlas des villes de Franche-Comté, les bourgs castraux de la Haute-Saône, p. 51. Voir le tableau dans Brocard, Etablissements..., 1, p. 105.

3 ADD, B 2067.

4 D. Leistikow, Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe, p. 21.

5 AHSal., EE 3.

6 Racheau : souche.

7 ADD, 53 J XVII 1.

8 AMBes., BB 41, f° 168 v°.

9 On peut noter que depuis l'époque romaine, la ville de Besançon est approvisionnée en eau par la source d'Arcier, laquelle, sait-on maintenant, est alimentée plus particulièrement par des circulations souterraines en provenance des marais de Saône, au bord desquels est justement située la léproserie de la Vèze. Les Bisontins consommaient donc, sans le savoir, des rejets d'eau de la maladière, il est vrai, fortement dilués !

10 Abry d'Arcier (P.-C.-B.) : “Histoire du Bourg d'Arlay...’’, Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, 1882, p. 129.

11 Borradori (P.), Mourir au monde..., p. 16.

12 Vegliante (G.), “Les cultes populaires liés à l'eau dans... la vallée du Drugeon”, Publications du CUER, no 2, 1978. Il n'existe pas à proprement parler de sources sulfureuses en Franche-Comté ; cependant, selon les indications du professeur Chauve de l'Université de Besançon, les marais, lorsqu'ils renferment des matières en décomposition, sont susceptibles de contenir des composés sulfureux.

13 Au Moyen-Age, les lépreux se rendant en pèlerinage en Palestine, fréquentent les sources chaudes de Livias (Maraval (P.), Lieux saints et pèlerinages d'Orient, p. 282) ; ils recherchent à la fois les vertus des eaux sulfurées et du bitume. « Civitas Leviada trans lordanen habens de Hiericho milia XII ; in ipsa Leviada Moyses lapidem de virga percussit et fluxerunt aquae ; inde maior aqua exiit, quae ipsa Leviada omnem inrigat ; ibi habet dactalum Nicolaum maiorem, ibi et Moyses de saeculo transivit, et ibi aquas calidas sunt, ubi Moyses lavit, et in ipsas aquas calidas leprosi curantur. » (Theodosius, “De situ Terrae Sanctae”, Itinera Hierosolymitana, p. 145.) « Est ibi fons, aqua dulcissima, quae pro catarticum bibitur et sanat multos languores, non longe a mare salinarum, in qua etiam et Iordanis ingreditur subtus Sodoma et Gomurra, ad cuius litus sulphur et bitumen colligitur. In qua mare mense Iulio et Augusto et medio Septembrio tota die iacent leprosi ; ad vesperum lavant in illas termas Moysi et aliquotiens, quem vult deus, mundatur. » (Antonini Placenti, Itinera Hierosolymitana, p. 165-166.) « Là, se trouve une source d'eau très douce dont on boit pour se purifier, elle soigne très bien les maladies. Située non loin de la Mer Morte... on recueille sur ses bords, du soufre et du bitume. Dans cette mer, aux mois de juillet, août et à la mi-septembre, les lépreux se baignent tout un jour. Vers le soir, ils se lavent aux thermes de Moïse et quelquefois, celui que Dieu élit est purifié. »

14 Ces informations ont été communiquées par le docteur Hervé Grulet, CHU de Reims.

15 Dans l’Ancien Testament, le terme sara'at, que l'on traduit généralement par lépreux, dérive de la racine sarat qui signifie « frappé par Dieu ». Dici, encyclop. de la Bible.

16 Ancien Testament, 2. Rois. 5 ; Grégoire de Tours, L'histoire des rois francs, décrit ainsi le baptême de Clovis : « Le roi demande le premier à recevoir le baptême... Il s'avance, nouveau Constantin, vers le bain sacré pour se laver de la lèpre ancienne qui le couvrait, et faire disparaître dans cette eau salutaire toutes les taches dont il était souillé... ». Arnoult (C.), Histoire de la sorcellerie en Occident, p. 151, souligne l'apparence diabolique que confère la maladie aux lépreux. Elle indique comment Guy de Chauliac parle de leur regard fixe « et horrible en manière de la bête Satan ». Chez eux, « le nez devient camus, les lèvres grosses... et semblables aux satyres ».

17 BMBes., ms Dunand, 31, f° 314 r° et v°.

18 Borradori (P.), Mourir au monde, p. 16.

19 AHSal., E 22.

20 AMBes., DD 90, f° 418, 1514 : « Je, Jehan Juliot, ymageur, citien de Besançon, congnois et confesse avoir eu et receu de noble homme Pierre de Chaffoy, trésorier de ladite cité, pour mes peines et labeurs d'avoir fait les deux ymages, a savoir deux sainctz ladres de bois sur deux troncz tous neufz, pour planter devant la maladiere de la Veze, appartenans a ladite cité et banlieu d'icelle, pour mestre les asmones deans, que les passane devant ladite maladiere donront pour Dieu et povres malades de lepre. »

21 Christophe (P.), Les pauvres et la pauvreté des origines au XV, p. 68.

22 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 124 ; Gauthier (J.) : Notice historique sur l'hôpital du St-Esprit de Gray.

23 Bur (M.), “Les relations entre la Champagne et la Franche-Comté (xe, xiiie siècles)”, Mém.de la soc. pour l'histoire du droit..., 38e fasc., 1981, pages 131 à 141 : « En 1096, le comte Etienne-Henri quitte Coulommiers pour Jérusalem avec 2000 hommes, dont 250 à 300 hommes montés ; il traverse le vicus de Pontarlier en compagnie de Robert Courteheuse et de Robert, comte de Flandre... Sans doute ont-ils emprunté la route Langres-Besançon-Nods-Pontarlier-Jougne, itinéraire aménagé par les romains. »

24 Extrait de Locatelli (R.), De la Réforme grégorienne à la monarchie pontificale., t. II, p. 912.

25 Chomel (V.), Ebersolt (J.). Cinq siècles de circulation..., p. 53, 56, 57.

26 Schaedlin (F.), “La commanderie St-Antoine à Froideval...”, Rev. d'Alsace, 1931 p. 285.

27 ADCO, B 308. « ... ait et preigne li diz Hugues nostre fiz... li terretoires de Cernans devers Salins... dois la Froide Fonteine qui est entre l'ospital de Chalamont et Vilers. » cité par Philipon (E.), “Les parlers de la Comté de Bourgogne”, Romania, p. 524.

28 « Tout est là : les hospices entendent être, à la fois des maisons d'accueil pour les routiers de Dieu, des hôpitaux bien entendu gratuits, où pauvres et malades recevront soins et attentions, des centres de secours ; grâce à eux, les voyageurs morts d'épuisement le long de la route... jouiront d’une sépulture en terre bénite... » Oursel (R.), Les pèlerins du Moyen-Age, Paris, 1963, p. 65.

29 L'itinéraire employé par Ogier d'Anglure pour revenir de Jérusalem et jalonné par les péages des sires de Salins : Jougne, Pontarlier, Chalamont, Salins, La Loye, St-Jean-de-Losne. Bur (M.), “Les relations entre Champagne et Franche-Comté”, Mém. de la soc. pour l'histoire du droit...38e fasc., 1981, pages 131 à 141.

30 Cité dans Chomel (V.) et Ebersolt (J.), Cinq siècles de circulation..., p. 51.

31 Prost (B.) et Bougenot (S.), Cartulaire de Hugues de Chalon, p. 392, no 271.

32 Rousset, Dictionnaire des communes... du Jura, art. Mijoux, t. 4, p. 348.

33 ADD, II B, 576. Orgelet et Chilly-le-Vignoble sont pourvus d'un hôpital de petite taille : 4 lits pour Chilly.

34 AHSal., H 7. Cet hôpital est fondé par Jean de Montaigu à la moitié du xve siècle. Il a une capacité d'accueil de 6 lits et il est destiné, entre autre, à recevoir les passants.

35 Chaque étape correspond environ à 40 km. Chomel (V.) et Ebersolt (J.), Cinq siècles de circulations..., p. 57 et suiv.

36 L'accueil de nuit est attesté pour l'hôpital de Poligny.

37 Affolter (E.), Bouvard (A.), Voisin (J.-C.) : Atlas des villes de Franche-Comté... la Haute-Saône, p. 51.

38 Gui Armenier, originaire de Chaussin et prieur du monastère de St-Oyand-de-Joux, achète une maison située à l'intérieur de la ville et la donne à l'hôpital, afin d'héberger les pauvres qui ne pourraient se rendre à l'hôpital situé en dehors de Chaussin. BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan établies à partir d'un mémoire manuscrit du xve siècle qui rappelle des événements antérieurs de cinquante ans.

39 « en certaine place, dessus le fleuve de Furieuse, près le cymetiere de ladite maison sise et contigue près la grand saulnerie... certain demicille d'infermerie... » AHSal., B 2, 2e fondation du St-Sépulcre. Brocard, “L’hôpital...”, p. 63. Cette infirmerie construite par Jean de Montaigu est située à l'emplacement de l’hôpital actuel. Malgré cette construction, des loges pour pestiférés furent installées en d'autres endroits de Salins, dont St-Nicolas. En 1534, la saline contribua à la construction de maisons de pierre au lieu-dit "sur Belyme" pour abriter ces malades (ADD, B 192).

40 AMArb., fonds de l'hôpital, AA 11, 11 mars 1498, reconstruction de la maladière.

41 Voir le tableau A, p. 331.

42 AMBes., DD 88 à 92. La majeure partie des sources concernant cette léproserie provient d'un procès sur les limites contestées du territoire de Besançon. La ville prouvait, au début du xvie siècle, par divers actes joints à la procédure, que de toute ancienneté, une léproserie avait été édifiée à cet endroit, sur les confins de son territoire communal.

43 Humbert de Cuisel, sire de Clairvaux indique en janvier 1305, les limites de l'application de ses franchises : « Item li terme des banz de la ville sunt cils : li maladeri li fontana de Bienna li viez rafors et li chanon dou champ monseigneur Perron Recheignon, quant on en va vers Coigni. » Mém, et doc. inédits..., t. 4, p. 465.

44 Comme celle de Poligny, la léproserie de Nyon se trouvait également en limite de territoire. L'évêque de Lausanne déclare en 1246 qu'Humbert, son frère, seigneur de Cossonay, tient en fief de l’archevêque de Besançon, la ville de Nyon "depuis la fontaine du milieu du chêne jusqu'à la maladerie ». Dunod (F.-I.), Histoire de l'Eglise... de Besançon, t. 1, p. 116-117.

45 « Les bornes et les termes de cette franchise nous mettons et ordinons et declairons en ceste maniere : c'est assavoir dez la planche du Pérou qui est sur le biez du Limantet jusqu'à la voie Poire, et toute la voie Poire jusqu'en la maladerie de Poligny, ensi comme elle yroit tout droit a la ligne, et dez la maladerie tant qu'au Boiegeon de Vie qui moine vers Plaine... » Chevalier (F.-F.), Mém. historiques sur... Poligny, t. II, p. 555.

46 Voir le tableau A, p. 331.

47 AMBes., GG 430. « ...par des chemins extrêmement scabreux et difficiles, surtout en tems d'hivers, dans les tems de neige et de glace, qu'il s'y trouve deux montées tres rapides, la première depuis l’hermitage de Saint Leonard jusqu'au village de Morre et la seconde depuis ledit lieu de Morre jusqu'au dessus de la coste dudit Morre... »

48 Altitude de Besançon au pont Battant : 245 m. Altitude de la léproserie en bordure des marais de Saône : 385 m.

49 AMBes., GG 430.

50 Arnaud de Villeneuve évoque surtout la voie aérienne comme origine de la contamination. Voir Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 151 et suiv.

51 ADHS, 311 E suppl. 262. « ... au regard des grandes chaleurs imminentes et prouchaines pendant les six mois... supplient les preudhommes... pour éviter plus grande contagion et dangé pernicieux » de reléguer une lépreuse, dans une « maison distante et remote [écartée] des maisons des sains,... en lieu convenable, ou elle... s'abstiendrait de la conversation des sains... »

52 Bériac (F.), Histoire des lépreux.... p. 184. Voir tableau A, p. 331.

53 Abry d'Arcter, “Histoire... d'Arlay...”, Mém. de la soc. d'émul. du Jura, 1882, p. 129.

54 L’éloignement des lépreux du monde se trouve en divers passages de la Bible. Ainsi, l’impiété d’Ozias fut à l’origine de sa lèpre. Les prêtres l’expulsèrent loin « et lui-même sortit promptement car Yahvé l'avait frappé. Le roi Ozias fut lépreux jusqu'au jour de sa mort, et il habita, lépreux, dans une maison isolée, car il était exclu de la Maison de Yahvé ». Chron. 26-21.

55 ADD, G 49, règlement pour l'isolement des lépreux.

56 Sur le complot des lépreux de 1321, voir Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 141 ; Borradori (P.), Mourir au monde, p. 84 et suiv. ; Ginzburg (C.), Le sabbat des sorcières, p. 43 et suiv.

57 Humbrecht (L.), Mémoire historique sur les hôpitaux de Belfort, p. 1.

58 Plan de Belfort dans Himly (F.J.), Atlas des villes médiévales d'Alsace, p. 51. A la fin du xve et au début du xvie siècle, la population belfortaine est estimée à 600 habitants. La charte de franchise a été accordée en 1307 par Renaud de Montbéliard.

59 Villèle (B. de), Belfort à la fin du Moyen-Age, t. 2. Il existait des liens très étroits entre l'hôpital et la collégiale ; le chapelain de l'hôpital doit être chanoine à Belfort.

60 ADTB, 1 G 76, Fondation de l'hôpital de Poules, extraits et copies de 1701 et 1722.

61 L'hôpital Sainte-Barbe a été fondé au xve siècle par des marchands.

62 L'hôtel de ville occupe l'ancien site des étuves depuis 1425.

63 Bizouard (abbé J. Th.), Histoire de l'hôpital d'Auxonne

64 ADD, 53 J I 5.

65 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 98.

66 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4. « Marguerite, fille de roy de France, contesse de Flandre, d’Artois et de Bourgogne... scavoir faisons... pour les doutes des compagnons et autres ennemis qui a presens sont en nostre conté de Bourgogne, et pour cause de la seurté de nostre ville d'Arbois,... le capitaine et les habitans dudit lieu ayant fait abatre et demoly la maison Dieu ou hospital qui estoit assise près ladite ville... » Voir Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 112. Pidoux de La Maduère (A.), Le vieil Arbois, signale que le premier hôpital de la ville a été établi dans le quartier actuel de la Bourre, vers l'entrée du château et de la ville.

67 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4.

68 « Dans la Grant Rue, devant la maison Guillaume de Pupillin, tochant au portal et es murs dudit bourg d'une part et au chemin communal. » AMArb., fonds de l'hôpital, A 5, copie vidimée de 1409 d’un acte du 30 août 1373. Voir Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 132.

69 Gresser (P.), La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, p. 87.

70 AMArb., fonds de l'hôpital, A 4.

71 ADD, 53 J I 5.

72 AMBes., BB 23, f° 200, 1537. Il faut « retirer les pouvres de l'hospital a la tiellerie de Valentin pour éviter le dangier de peste et les biens traictés et norriz ; aussi... mecter ung portier a la porte. » Cette ordonnance est à rapprocher d’une autre concernant la peste : « Il a esté conclud... que ceulx ou celles qu'ilz seraient frappez ou malades de peste n’ayent a aller et venir... hampter les lieux publicques... a peine d'estre pugnis au corps. »

73 AMBes., BB 23, f° 90v°, 1537. Ils ne « pourraient aller par la ville et s'il y a personne que ne le vueille a veoir. »

74 ADD, 53 JI 5. « ... en temps de guerre, par le fait et moyen d'espies (espion) et explorateurs qui en habit dissimulé et sous ombre de pauvres, pourraient se retraire audit hospital, feignant estre malade et indigens, pourraient iceluy nostre bourg designé (il s'agit de Poligny) estre trahi et délivré es mains de nos ennemis et adversaires, qui serait notre tres grant dommage et la destruction et la désolation totale de notre bourg dessusdit et de tout le pays a l'environ, si par nous n'y estoit... remedié convenablement. »

75 ADD, 53 J I 5. Philippe le Bon estime qu’une bonne localisation hospitalière ne peut exister que extra-muros. Dans un établissement intra-muros, affirme-t-il, "les pauvres miserables personnes ceux y retrayans et qui tant de nuit que de jour y peuvent arriver, que celle qui est assise et enclose en iceluy nostre bourg est enfermee, a laquelle lesdis pauvres ne peuvent arriver de nuit. »

76 Mollat (M.), “La notion de pauvreté au Moyen-Age...”, Rev. d'histoire de l'Eglise de France, t. LII, no 149, 1966, p. 6-25.

77 Rapp (F.), “L'Eglise et les pauvres à la fin du Moyen-Age : l'exemple de Geiler de Kaisersberg”, Revue d'histoire de l'Eglise de France, t. LII, no 149, 1966, p. 40-41.

78 Proverbes, 6-9-11 ; 12-11 ; 13-3.

79 Proverbes, 18-32.

80 Ps. 109-10.

81 Eustache Deschamps (poète français, vers 1346-1406), fut bailli à Senlis à partir de 1373. Dans son œuvre, il se lamenta souvent sur les malheurs des temps.

82 ADTB, 1 G 76, copie de 1722. Brocard, Etablissements..., ann., II, p. 17.

83 Du Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis. Référence à pule attestée dans l'index.

84 Il est d'ailleurs intéressant de noter que le terme pouleusetez attesté selon F. Godefroy à Salins, signifie « état de celui qui est pouilleux ».

85 Il faudrait voir dans le mot poule, une altération de populus. Ainsi F. Godefroy signale poeplus pour populeux, puplier, publier pour peupler, peuploy pour populace, populas pour bas-peuple.

86 AMBes., BB 14, 1531. Jean Daniel, citoyen de Besançon, est condamné à une amende de 10 livres pour « avoir laissé entrer en la cité pouvres et malades estrangers ».

87 Briod (A.), L'Assistance des pauvres..., p. 83.

88 AHSal., T 11. Il s'agit ici de l'hôpital du St-Sépulcre de Salins. Philippe le Bon lui accorde, pour chauffer les pauvres, le droit de prendre les cendres non complètement consumées, rejetées par la saline. Voir Brocard, “L'hôpital...”, p. 147 et suiv.

89 Les Testaments de l'Officialité de Besançon, publiés par Ulysse Robert, font ressortir également l'importance du nombre des léproseries dans le sud du Jura.

90 Dauzat (A.), Rostaing (C.), Dictionnaire... des noms de lieux..., précisent que Lazer, nom d'un village des Hautes-Alpes, vient de Lazare, protecteur des lépreux.

91 Dauzat (A.), Rostaing (C.), Dictionnaire... des noms de lieux...

92 Pégorier (A.), Glossaire des termes dialectaux.

93 De l'hébreu lazar, Eléazar qui signifie « Dieu aide ».

94 Luc 16, 19-31. Le thème du pauvre Lazare illustre de nombreux manuscrits et inspire la sculpture monumentale à partir du xie siècle. La statuaire française des xiie et xiiie siècles a souvent représenté cette parabole (chapiteau du portail St-Lazare, cathédrale d'Autun, xiie siècle ; bas-relief du portail de l'église St-Pierre de Moissac, xiie siècle).

95 Il s'agit de Lazare de Béthanie, mentionné dans les Evangiles de Jean. Ami de Jésus, il fut ressuscité (Jean 11, 1-44) et fut pendant 6 jours son commensal dans la maison de Simon le lépreux.

Table des illustrations

Légende 3.— Structures hospitalières aux xiiie et xive siècles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende 4.— Liaisons de Genève à Saint-Jean-de-Losne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende 5.— Villages envoyant leurs lépreux à la maladière d'Arbois
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 6.— Localisation de la léproserie de la Vèze
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 7.— Localisation de la léproserie de Dole
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende 8.— Plan de Belfort d'après l'Atlas des villes médiévales d'Alsace
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4041/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search