Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 8. L’intégrité du Saint-Office

Albrecht Burkardt

Texte intégral

  • 1 Voir Burkardt (Albrecht), art. « Voltaire », dans Prosperi (Adriano) et Tedeschi (John) (dir.), Diz (...)

1Pour bien des hommes des Lumières et d’autres promoteurs de la « légende noire » des Inquisitions méditerranéennes, une interrogation sur les liens positifs entre les procédés du Saint-Office et la notion d’intégrité aurait sans doute trahi d’emblée une volonté apologétique. L’Inquisition et ses pratiques ne pouvaient constituer que l’inverse de l’intègre – au sens moral du terme –, l’institution incarnant l’image même du fanatisme religieux. Ce fanatisme qui, aux yeux d’un Voltaire, était certes le fait d’une « barbarie naturelle à l’homme » (J. Goulemot), mais qui avait trouvé, en Occident, ses pires expressions dans le domaine du religieux : allié qu’il était à l’ignorance et à la superstition, il y débouchait inévitablement sur l’intolérance sanguinaire. L’Inquisition constituait l’apogée de ces orientations : c’était l’« ignorance superstitieuse […] armée de pouvoir », une institution dont les principes inversaient le sens même de la juridiction : « La forme des procédures devint un moyen infaillible de perdre qui on voulait » (Essai sur les mœurs, chap. 140 et 160)1.

  • 2 Pour une synthèse, voir Gilly (Carlos), art. « Leggenda nera dell’Inquisizione spagnola », dans Pro (...)
  • 3 Voir à ce propos les travaux fondateurs de Tedeschi (John), The Prosecution of Heresy. Collected St (...)

2Naturellement, telle n’est pas l’image que les agents du Saint-Office ont retenue eux-mêmes de leurs façons d’agir. Cependant, l’historiographie a, elle aussi, nuancé, dans ces dernières décennies, les idées reçues de la légende noire2. Certes, les tribunaux de la foi ont pu connaître des phases sanguinaires. En règle générale, toutefois, ont prévalu des comportements bien plus modérés – en parfaite harmonie avec ce que prévoyaient les procédures inquisitoriales. On a pu ainsi noter un usage assez prudent de la torture de même qu’un nombre très réduit de condamnations à mort, l’objectif affiché des procès étant la conversion des accusés. Aussi, pour certains délits, on le sait, le bilan inquisitorial est-il bien moins consternant que celui des tribunaux laïcs du nord-ouest de l’Europe : il suffit de penser, pour s’en convaincre, aux persécutions de sorcellerie3.

  • 4 Le constat est net pour la notion d’intégrité : dans la récente somme des quatre volumes du Diziona (...)

3Sous cet angle de vue, il ne semble donc pas inutile de s’intéresser aux façons de concevoir l’activité du Saint-Office au sein même de l’institution, et nous verrons en effet que la notion d’intégrité y est bien présente, particulièrement dans les textes émanant de l’Inquisition romaine, institution qui retiendra principalement notre attention, pour la période phare de ses activités entre le xvie et le xviie siècle. C’est faire, en bonne mesure, un voyage in terra incognita. Si les études inquisitoriales ont connu un renouveau important dans ces dernières décennies, les questions d’autoreprésentation de l’institution n’ont sans doute pas suscité toute l’attention qu’elles mériteraient4.

  • 5 Viroli (Maurizio), From politics to reason of State. The acquisition and transformation of the lang (...)

4 Cela dit, il faudrait également savoir d’où peuvent être « issues » les conceptions en question : sont-elles propres à l’institution considérée ou plus largement partagées à l’époque ? Il s’agira ainsi d’envisager les possibles parentés avec d’autres juridictions et, surtout, avec les avancées de la théorie politique. Cette approche comparative peut sembler d’autant plus intéressante que nous assistons alors, en Italie, à un tournant essentiel dans ce dernier domaine, tournant marqué, au dépit des traditions de l’humanisme républicain, par le développement des théories de la raison d’État5.

5Tentons donc, dans un premier temps, une analyse, certes quelque peu impressionniste – il ne s’agit que d’un premier sondage –, de la place que tient la notion d’intégrité dans ces mêmes théories ; nous verrons par la suite comment, en théorie et en pratique, les choses s’articulent au sein du Saint-Office.

I

  • 6 Ainsi d’un passage du Livre du Courtisan où Castiglione aborde les différents idiomes de l’Italien, (...)

6Le terme d’intégrité (integrità) ne constitue sans doute pas une notion clé des théories politiques de l’époque : dans les sources que nous avons pu consulter, nous n’avons pas trouvé un seul paragraphe qui y soit consacré exclusivement. Le terme est toutefois évoqué de façon récurrente, en particulier dans le domaine de la justice. Employé ici (et surtout) au sens moral, il a néanmoins une signification plus large, l’opposition de « l’intègre » au « corrompu » s’appliquant également à d’autres contextes6.

  • 7 Senellart (Michel), Machiavélisme et raison d’État : xiie-xviiie siècle, suivi d’un choix de textes(...)
  • 8 Machiavel, Œuvres complètes, vol. I, Le Prince et les premiers écrits politiques, éd. Christian Bec (...)
  • 9 Ibid., p. 378 (e paia [le prince], a verderlo et udirlo, tutto pietà, tutto fede, tutto integrità, (...)

7Dans le domaine juridico-politique, l’emploi de la notion n’est pas sans enjeux particuliers. La mise en place des théories de la raison d’État au cours du xvie et pendant la première moitié du xviie siècle est en effet marquée par la volonté de prendre ses distances vis-à-vis du texte qui pourtant en constitue l’une des premières références : le Prince de Machiavel7. L’expression est employée par ce dernier dans l’un des passages les plus célèbres, au début du chapitre XVIII, lorsqu’il décrit les vertus du prince : « Combien il est louable pour un prince de tenir sa parole et de vivre avec droiture [integrità], et non avec ruse, chacun l’entend8 ». Et Machiavel de développer, à partir de là, sa célèbre promotion de l’art du paraître. Le prince, en effet, ne peut pas se permettre de vivre naïvement les vertus. Il ne doit pas moins faire semblant de les posséder, « et de paraître, à le voir et à l’entendre, toute miséricorde, toute bonne foi, toute droiture [integrità], toute humanité, toute religion9 ». Naturellement, nulle part ailleurs, le paraître n’est plus important que dans la sphère religieuse à laquelle la notion d’intégrité est étroitement associée.

  • 10 Voir à ce propos Prosperi (Adriano), Giustizia bendata. Percorsi storici di un immagine, Turin, Ein (...)

8Comme en réponse au texte de Machiavel, les traités consacrés à la raison d’État soulignent eux aussi l’importance cruciale de l’intégrité et de la religion, ainsi que leur lien étroit, pour le bon fonctionnement de l’État. Mais à la différence de l’auteur du Prince, ils insistent sur la nécessité d’une pratique réelle des attitudes en jeu. Si les textes commencent presque toujours par un chapitre, voire un livre entier, consacré à leur sujet principal – en l’occurrence la raison d’État –, ils en viennent tout aussi naturellement, par la suite, aux vertus essentielles du prince et/ou aux valeurs les plus évidemment à respecter par ce dernier s’il veut réussir son règne (ce qui peut aller de pair parfois avec des considérations plus générales sur les raisons du bien-être ou du déclin des États). Or, les vertus évoquées concernent plus ou moins exclusivement les deux terrains de la religion et de la justice, terrains intimement liés entre eux selon l’impératif qui veut que l’ordre céleste et le règne des hommes se trouvent en correspondance harmonieuse10.

9L’on comprend mieux alors les connotations religieuses de l’intégrité, cette attitude la plus éminemment revendiquée afin de rendre possible le règne de la justice. Mais c’est aussi une qualité qui se veut pratique, et les traités s’efforcent ainsi de préciser les conduites à tenir de même que les vices à fuir à ce propos. Il n’est d’ailleurs pas question seulement des vertus du prince ; sont concernées tout autant les attitudes des ministres et magistrats, sujet abordé d’habitude dans une autre partie constitutive des traités.

  • 11 Botero (Giovanni), Raison et gouvernement d’estat en diz livres. Traduicts sur la quatriesme impres (...)
  • 12 Botero (Giovanni), op. cit., p. 36 (« De’ ministri di Giustitia ») : Ma, perché non conviene al pre (...)

10 Ces approches sont bien illustrées par l’ouvrage fondateur de la mouvance, le Della Ragione di stato de Giovanni Botero (1589). Après avoir défini la raison d’État, et réfléchi sur les motifs du maintien et du déclin des États, l’auteur en vient très vite aux vertus du prince et de là, aux éloges de la justice, condition sine qua non pour le « fondement de la paix » (fondamento della pace) et l’établissement de la concorde des peuples (lo stabilimento della concordia de’ popoli)11. Or le premier garant de ce règne est, bien entendu, le prince lui-même. « Mais pource qu’il n’est pas convenable au prince de faire droict, & donner sentence & jugement » – ce dernier ne pouvant pas faire tout –, « il est necessaire qu’il soit pourveu de suffisans officiers, gens de bien, qui fassent justice en son lieu12 ».

  • 13 Ibid. (Deve dunque usare due diligenze, l’una nell’elettione, l’altra nella conservatione degli uff (...)
  • 14 Ibid. (Faccia elettione di gente dotata e di scientia e di pratica necessaria per lo carico che vuo (...)
  • 15 Ibid., p. 38v (venire in cognitione della sofficienza et integrità delle persone ch’egli vorrà prom (...)

11Se pose à partir de là le double défi du bon choix et du contrôle de ce personnel : « Il doit donc user de double diligence ; d’une, en l’élection ; de l’autre, en la conservation des officiers13 ». Quant au premier point, Botero avance deux critères de sélection. D’une part, ces personnes doivent être bien formées – en théorie autant qu’en pratique : « Qu’il fasse élection », explique l’auteur, « de gens douez de scavoir, d’experience nécessaire, pour la charge qu’il veut donner ». D’autre part, il faut qu’il s’agisse d’hommes de bien, c’est-à-dire « de probité » (di bontà incorrotta)14. Avant de choisir, il faut ainsi « cognoistre la suffisance & l’integrité des personnes qu’il voudra avancer à l’administration de la justice, & au gouvernement des peuples15 ».

  • 16 Ibid., p. 42 (bisogna di più usare ogni cautela, acciò che, dopo che saranno promossi, si conservin (...)

12Si l’on a vu que l’intégrité était dotée de connotations religieuses, dans la pratique la notion dénote donc une attitude qui s’oppose principalement (ou sait résister en tout cas) à toutes les formes de corruption. Or, les agents retenus ont beau remplir les critères de sélection évoqués, il faut encore qu’ils s’avèrent à la hauteur de ces exigences une fois mis en possession de leur charge : « il fault bien adviser, à ce qu’estans advancez aux charges, ils se conservent en leur integrité, esloingnez de corruption, car plusieurs, de Colombes, deviennent Corbeaux, et d’agneaux Loups : & n’y a chose qui descouvre mieux l’interieur de l’homme, que le Magistrat, pour ce que luy est donnée la puissance en main ; & celuy est veritablement homme de bien, qui peut faire mal, & ce neantmoins s’en abstient16 ».

  • 17 Voir, à titre d’exemple, les propos de Ludovico Settala, rigoureusement identiques à ceux utilisés (...)

13Comment alors garantir l’intégrité des conduites ? Quant à ce deuxième point, prenons en compte également d’autres ouvrages, rédigés à la suite de Botero. Bien qu’ils puissent s’inspirer, et parfois littéralement17, du père fondateur, ils ne sont pas sans apporter, ici et là, des arguments supplémentaires permettant de nuancer le propos.

  • 18 Voir Mieck (Ilja) (éd.), Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrhundert, Berlin, Colloquium (...)
  • 19 Comme le montre bien A. Nützenadel (ibid., p. 123), la vénalité était particulièrement peu populair (...)
  • 20 Della ragion di stato libri sette, op. cit., p, 58 (livre II, chap. 15) : commetterà questo carico (...)

14 Pour un certain nombre de ces auteurs, le défi en question se pose dès la sélection des agents, c’est-à-dire à propos de leur mode de recrutement. Les candidats en effet ont beau avoir une réputation de mœurs irréprochables, il faut encore que les voies d’accès à la charge elle-même ne les incitent pas à abandonner les bons principes. Or, éviter ce risque, c’est éviter principalement la vénalité des offices. À la fin du xvie siècle, on le sait, nous sommes à la grande époque de cette pratique, et pas seulement en France18. Bien des États italiens étaient également marqués par elle, mais cela, manifestement, à l’encontre de ce que conseillaient les traités théoriques19. L’argument qui, selon leurs auteurs, justifie ce refus ne manque pas de clarté : qui achète peut aussi être acheté. C’est l’argument qu’emploie Lodovico Settala dans ses Della ragion di stato libri sette : puisque le prince ne peut pas s’occuper à lui seul de l’administration de la justice, « il confiera cette charge à des hommes saints, fidèles et qui ne se vendent pas ; et pour cela le Prince doit choisir des personnes adaptées, et ne pas vendre les offices20 ».

  • 21 Cet argument est déjà employé par Botero lui-même (op. cit., p. 37v) : « Loys XII roy de France avo (...)
  • 22 Canonhiero (Pietro Andrea), Dell’ Introduzione alla politica, alla ragion di stato et alla pratica (...)
  • 23 L’Idea del gentil’huomo di republica nel governo politico, ethico ed economico, ovvero il nobile ve (...)

15 La maxime suprême, régulièrement énoncée, de ne pas gérer les charges publiques au nom des intérêts privés (là encore, à l’encontre de ce que laissait craindre la vénalité des offices : la charge ne devait-elle pas, obligatoirement, servir à son détenteur à récupérer les sommes investies à l’achat ?21) doit être respectée par les agents sélectionnés. Dans ses Dell’ Introduzione alla politica, alla ragion di stato et alla pratica del buon governo, libri dieci, de 1614, Pietro Andrea Canonhiero exige ainsi de punir sévèrement « ceux qui privilégient l’utilité privée au dépit de l’utilité publique22 ». On retrouve les mêmes idées dans L’Idea del gentil’huomo di republica nel governo politico, ethico ed economico, ovvero il nobile veneto del cavalier Collurafi (1633) : « Il faut, de plus, le mettre en garde [le magistrat], et cela importe beaucoup, de ne pas marchander avec ceux qui doivent se fier à lui, et qui sont soumis à son gouvernement. Car, au-delà de l’endommagement et du dénigrement de la dignité [de la charge] qui en résulte, il est impossible que traite bien les affaires de l’État celui qui se procure [par le même biais] sa commodité privée ». Et l’auteur de conclure que « personne ne doit être réputé fidèle qui, violenté par l’intérêt, n’est pas marqué par l’amour de servir les autres23 ».

16 À ces attitudes correspond enfin la capacité de ne pas se laisser corrompre par des tiers. Les tentatives de ce type étant manifestement nombreuses, les auteurs n’hésitent pas à dénoncer les pratiques particulièrement en vogue. En filigrane, se dessine ainsi toute une économie des faveurs passant, principalement, par les pots de vin – dons et présents – et par les recommandations de toutes sortes.

  • 24 Botero, (Giovanni), Raison et gouvernement d’estat (Della ragione di Stato, Libro primo, « Del cont (...)
  • 25 Canonhierob (Pietro Andrea), op. cit., p. 551 (hoggidi molto si usa).

17À l’heure du plein épanouissement de l’art des emblèmes, les auteurs ont volontiers recours à des images de ce dernier type pour illustrer l’idéal qu’ils soutiennent. Déjà Botero s’était ainsi référé à Plutarque qui aurait écrit qu’« en la ville de Thebes, l’on dedioit les statues des Iuges, sans mains, & le president du jugement, avec les yeux fichez en terre. Au moyen de quoi l’on vouloit denoter que la justice ne se devoit corrompre ny par presents, ny par prieres & intercessions, ny par faveurs24 ». De façon analogue, Canonhiero fait remarquer que, si la justice est si souvent représentée comme étant aveugle, c’est qu’il ne faut pas la rendre en traitant de façon inégale riches et pauvres – bien à l’encontre de ce qui « est souvent en usage de nos jours25 ». Propos qui n’est pas sans concerner lui aussi l’économie des faveurs, les pauvres étant naturellement moins en mesure que les riches d’en dispenser afin de défendre leurs intérêts.

  • 26 Botero (Giovanni), op. cit., p. 42 (il vietar […] sotto pene gravissime il ricever presenti).

18Reste à savoir comment s’assurer des vertus réclamées – au-delà des sanctions plus ou moins sévères que les auteurs réservent à la transgression des règles de bonne conduite (« de […] leur defendre », par exemple, « sur tres grandes peines, de recevoir presents », comme le réclame Botero26). À l’instar de ce que nous avons vu pour le mode de recrutement des agents, les auteurs ne sont pas sans imaginer un certain nombre de règles de fonctionnement de la juridiction qu’ils jugent aptes à produire les effets désirés, ou en tout cas à y contribuer.

  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid. (Importa anco assai per assicurarsi del buon governo della giustitia che’l prencipe non perme (...)

19Un premier moyen de contrôler les magistrats et « de s’asseurer de leur integrité » (d’assicurarsi della loro integrità) est de les salarier (il salariarli)27. Toujours chez Botero, l’on trouve ensuite l’idée qu’au lieu de miser sur la bonne disposition des agents, il vaut mieux donner un maximum de précision aux lois afin de réduire, par ce biais, l’espace décisionnel des juges : « Il importe aussi beaucoup, pour s’asseurer du bon gouvernement de la justice, que le prince ne permette à ses officiers, tant grands soyent-ils, l’absolue puissance de faire justice, mais les soumette, le plus qu’il peut, à la prescription des loix, se reservant la volonté & l’arbitre : car il est certain & asseuré des lois, mais non pas de l’arbitre & volonté d’autruy, subjette à diverses passions28 ».

  • 29 Voir Botero (Giovanni), op. cit., p. 77-79v, et, entre autres, Stolleis (Michael), "Arcana imperii" (...)
  • 30 Botero (Giovanni), op. cit., p. 78v (i Consiglieri, e gli Ambasciatori, Secretarii, le Spie, soglio (...)
  • 31 L’Idea del gentil’huomo, op. cit., p. 130 (ma in gondola con le tende baße givano in Senato » ; « c (...)

20 Les auteurs peuvent aussi recommander parfois un certain secret des procédures. Il est vrai que les pratiques de ce type concernent surtout les hautes sphères de l’État, couplées plus ou moins immédiatement, en hommage inavoué à Machiavel, à l’art de la dissimulation29. Aussi leurs protagonistes – « Ministres et porteurs des Secrets » – sont-ils « ordinairement », Botero le sait, « les Conseillers, les Ambassadeurs, les Secretaires », ou encore « les Espies30 ». Cependant, dans certains cas, le secret se trouve recommandé aussi dans le domaine de la justice : il s’agit de ne pas s’exposer trop ouvertement à la pression publique. Collurafi rapporte ainsi ce comportement, exemplaire à ses yeux, des hauts magistrats vénitiens qui, afin d’éviter d’attirer sur eux l’attention des foules, à l’instar de ce Senator di molto integrità e prudenza qui a porté la pratique à la connaissance de l’auteur, ne se rendent jamais à leur lieu de travail en passant par les rues les plus peuplées, « mais se rendent en sénat sur une gondole, les rideaux baissés ». Et l’auteur de conclure qu’il ne plaira pas à un tel homme, « en passant souvent par les places publiques, poussé par la vanité, et en exhibant publiquement, tel le paon aux plumes plein d’yeux, l’habit rouge, d’attirer sur lui la bénévolence du vulgaire31 ».

21 Il est vrai que la remarque de Collurafi vise tout d’abord à discréditer les comportements vaniteux, le sérieux exigé par la charge n’étant guère compatible avec des attitudes de ce type. Cependant, qui s’expose aux regards de la foule est facilement soumis aussi à ses envies et ses humeurs : un premier degré sans doute, ou une variante, de l’état d’esprit des personnes susceptibles de céder à la pression des recommandations.

II

22Le renvoi aux secrets des procédures nous fait passer au cas du Saint-Office. Ce dernier a-t-il dû faire face à des vices analogues à ceux que l’on vient de rencontrer, et auxquels est opposée la vertu de l’intégrité ? L’on pourrait penser que non, étant donné que la vénalité des offices – tant combattue par les auteurs abordés – n’était pas pratiquée au sein des tribunaux de la foi, et que le secret était ici le fondement même des procédures. Enfin, pour bien des historiens, la terreur qu’inspiraient les tribunaux d’Inquisition aux contemporains – terreur qui en bonne partie aurait fondé leur efficacité – était précisément due à l’infaillibilité avec laquelle ces mêmes procédures étaient respectées par l’institution et ses acteurs.

  • 32 Dedieu (Jean-Pierre), L’Inquisition, Paris-Montréal, Cerf/Fides, 1987, p. 81-82.

23Le Saint-Office, en effet, à en croire Jean-Pierre Dedieu, « ne se laissait pas manipuler. Devant la justice séculière […], le retrait de la plainte par la victime […], une mise à l’écart temporaire du coupable ou l’intervention d’arbitres choisis permettaient de régler sans drame les conflits […]. Face à l’Inquisition, rien de tel : elle ignore les accommodements ; […] elle ne tient pas compte des arguties, des appels et manœuvres retorses32 ». De telles dispositions ne devaient-elles pas exclure d’avance les problèmes que nous avons vu aborder par les théoriciens de la raison d’État ?

  • 33 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [ACDF], Rerum Variarum 1599-1630, f° 443r ( (...)
  • 34 Ainsi du Schema illustre, et genuinum Sacrae Congregationis Sancti Officii Romani, […] auctore P. M (...)

24 Il n’en est rien. Pour bien fonctionner, le Saint-Office avait naturellement besoin, lui aussi, de pouvoir compter sur des collaborateurs fiables, et agissant dans le même contexte que décrivent les auteurs cités, il était loin de méconnaître les problèmes de corruption. Aussi l’intégrité s’impose-t-elle, là encore, comme une vertu essentielle. Voilà ce qui apparaît clairement dans les manuels d’inquisiteurs qui, du point de vue qui nous intéresse, ne diffèrent donc pas beaucoup des propos que nous venons de rencontrer. À ceci près que les exigences se donnent pour d’autant plus rigoureuses « qu’il s’agit de la cause de Dieu », comme le formule un inquisiteur s’opposant aux pratiques de recommandation33. Aussi les occurrences ne sont-elles pas rares qui inscrivent l’intégrité sinon dans la nature même du tribunal34, du moins parmi les qualités les plus évidemment requises d’un inquisiteur.

  • 35 Sacro arsenale, overo Prattica dell’ officio della S. Inquisitione […], Roma, nella stamp. della Re (...)

25Ainsi du Sacro Arsenale, manuel des plus répandus au xviie siècle, qui aborde dès l’introduction ce dernier sujet, et comme par hasard, une fois soulignée la sainteté de la charge, la vertu qui nous intéresse se trouve classée en toute première position, suivie de près par celle de savoir garder le secret des procédures : « Qui ignore que la charge d’inquisiteur consiste à commander, prohiber, citer, examiner […] absoudre et condamner ? Et puisque la charge que celui-ci exerce, est divine et céleste, il doit par conséquent se montrer le plus intègre dans les procédures juridiques, le plus secret dans l’acheminement des causes, […] mature dans les jugements, […] constant dans l’exécution des sentences, et tout cela à telle fin que, dans toutes ses actions, la dignité du personnage soit toujours accompagnée d’une Angélique pureté de Paradis35 ».

  • 36 Directorium inquisitorum R. P. F. Nicolai Eymerici, […] cum scholiis […] Francisci Pegnae, […], Ven (...)
  • 37 Ibid. (gravia enim sunt fidei negotia, & res, quas tractant, magnae ; & propterea per iudices integ (...)

26Les analogies persistent quant aux critères avancés pour s’assurer du choix d’inquisiteurs de qualité. Le Directorium d’Eymerich – autre manuel de référence, enrichi, à la fin du xvie siècle, par les annotations de Francisco Peña – nous fait retrouver ainsi les deux critères clé rencontrés plus haut à propos de la sélection des magistrats : « suffisance » (la sofficienza exigeant ici une excellente connaissance de l’Écriture, de la théologie et du droit sacré et profane) et « intégrité ». Il est vrai qu’Eymerich met en avant bien plus de qualités encore : « l’inquisiteur doit être de conversation honnête, d’une prudence circonspecte, ferme dans sa constance, un érudit éminent des textes sacrés, & rayonnant de vertus36 ». Mais est-ce un hasard si Peña, dans ses commentaires, n’insiste que sur les deux aspects que nous venons de nommer ? C’est s’adapter à l’air du temps. Et l’auteur de conclure : « graves, en effet, sont les affaires de la foi, et leurs objets importants ; et c’est pour cela qu’elles doivent être traitées par des juges des plus intègres et des plus doctes37 ».

  • 38 Jacobus Simancas, De catholicis institutiionibus liber, ad praecavendas et extirpandas haereses adm (...)
  • 39 Ibid., p. 266.

27 Les auteurs des manuels n’excluaient pas non plus la possibilité qu’une fois en poste, certains inquisiteurs ne se montrent pas à la hauteur des exigences. Les textes ne sont pas loquaces à ce propos. Mais certains auteurs, tel Simancas, abordent le sujet sans détour, en consacrant un paragraphe au danger que représentent les cadeaux pour les juges (3 munera quam sit periculosum iudicibus), d’autres aux peines à prévoir pour les inquisiteurs qui exigent de l’argent (qui pecuniam extorquent), ou acceptent les pots de vin (qui pecuniam accipiunt)38. Les commentaires se réduisent le plus souvent à un renvoi aux auteurs classiques et modernes abordant la question. Il reste que les peines sont clairement énoncées : c’est l’excommunication suivie par la privation de l’inquisiteur de sa charge (convicti autem de hoc crimine, officio privandi sunt) ; pour ceux qui acceptent les pots de vin, s’ajoute la restitution de la somme au double de ce qui a été reçu ( & duplum reddant)39.

  • 40 Ibid., p. 543-545. Le propos est répété dans bien d’autres manuels ; voir par exemple Salelles (Seb (...)

28D’autres auteurs abordent le sujet à propos des raisons justifiant, dans les cas les plus extrêmes, la destitution d’un inquisiteur. Le Directorium en fait connaître, en effet, trois motifs principaux. Outre l’impotentia – qui dénote l’incapacité de l’inquisiteur à exercer sa charge, pour cause de maladie, d’ignorance ou par son âge trop élevé – Eymerich et Peña nomment encore la negligentia et enfin l’iniquitas40.

  • 41 La negligentia étant l’attitude de celui qui aut non exercet, aut debito tempore non exercet quae a (...)
  • 42 Directorium inquisitorum, op. cit., p. 545 (si evidenter […] constiterit quod pecunias extorserit m (...)
  • 43 Ibid., Aliis quoque modis possunt per iniquitatem inquisitores in gravissimo et integerrimo tribuna (...)

29C’est cette dernière attitude qui contredit le plus clairement l’idéal d’intégrité41. L’iniquité, en effet, ne semble pas tant définie ici par le contenu même du jugement que par ce qui en est le motif. C’est ainsi qu’elle se réduit pour l’essentiel à la corruption pécuniaire42. Or les auteurs ont beau indiquer que par le terme pecuniae, ils ne comprennent pas seulement l’argent comptant, ils ne se montrent pas loquaces à l’égard des autres formes revêtues par la corruption43. En analogie avec les enseignements que donnent, à la même époque, les manuels de confesseurs, c’est sans doute afin d’éviter le risque d’éveiller, par des descriptions trop précises, la multiplication de ces vices qu’il s’agit justement de combattre.

  • 44 Biblioteca Apostolica Vaticana [BAV], Barb. lat. 6336, f° 220v-221r. Pour Rebiolo et l’Inquisition (...)

30Nous trouvons l’ensemble de ces critères réemployés, assez fidèlement, dans la pratique. Ainsi des critères de sélection des agents. Lorsqu’en 1628 la Congrégation romaine promeut Girolamo Rebiolo sur le poste d’inquisiteur de Turin, elle justifie sa décision en soulignant précisément les qualités d’integrità et sufficienza de cet agent. Ajoutez la prudenza et destrezza du même personnage, jusqu’alors inquisiteur d’Asti, et voilà résumées les raisons de la bonne opinion qu’on a de lui44.

  • 45 ACDF, Stanza Storica (St. St.), II 1 – g (Elenco editti), p. 354 sq. Pour l’importance du secret de (...)

31Inversement, nous ne sommes pas dépourvus d’exemples illustrant la violation des principes d’intégrité. À commencer par le non-respect du secret des procédures. Ce secret, bien gardé, avait beau avoir des retombées indirectes en renforçant la crainte qu’inspiraient les tribunaux d’Inquisition. En premier lieu, il servait à garantir aux agents du Saint-Office un surplus de liberté d’action, en excluant d’office toute ingérence de la part de tiers, tentatives de corruption comprises. En 1631, la Congrégation va ainsi jusqu’à imposer le secret pour les affaires concernant d’autres congrégations, dont ses agents ont pu avoir vent de par leur activité. La mesure est justifiée, « comme toutes les précédentes », précisément « au nom de l’intégrité et de la liberté d’action » (integritate et libertate)45.

  • 46 Ludwig von Pastor, « Allgemeine Dekrete der römischen Inquisition aus den Jahren 1555-1597 », Histo (...)
  • 47 Lettera circolare a tutti gli Inquisitori datant du 6 octobre 1668 ; une copie de la lettre est con (...)

32Si la volonté d’empêcher la corruption apparaît seulement en filigrane parmi les motifs d’imposer le secret des procédures, elle est parfois saisissable plus directement. Un certain nombre de décrets du Saint-Office s’en prennent en effet à la réception de dons ou cadeaux de la part des inquisiteurs ou de certains de leurs collaborateurs. En 1595, un décret de ce type concerne ainsi les custodes des prisons46. De même, en 1668, la congrégation s’en prend fortement au fait « que sous divers prétextes, et par habitudes mal fondées, quelques inquisiteurs se sont accoutumés de recevoir de l’argent ou des cadeaux de la part de ceux à qui ils confèrent le statut de patentati du Saint-Office ». Et le décret d’ajouter : « ce qui risque de créer des scandales, et de discréditer une charge aussi sacrée47 ».

  • 48 BAV, Barb. lat. 6336, f° 42v (per conservare l’integrità che conviene nel trattare, e conoscere le (...)

33 On est mieux informé sur une autre pratique qu’on a vu classée parmi les voies de la corruption : celle des recommandations. Pratique qui, dès 1628, faisait l’objet d’une interdiction générale de la part de la Congrégation romaine. Le décret était justifié par la violation, inacceptable, du secret des procédures qu’impliquait la pratique en question ; il l’était aussi, et par là même, « afin de conserver l’intégrité qui convient dans le traitement et la connaissance des causes du Saint-Office48 ».

III

  • 49 Voir l’exposé pertinent de ces évolutions par Grüne (Niels), « Anfechtung und Legitimation. Beobach (...)
  • 50 Voir les travaux cités supra, n. 2. Les débats sur la corruption et les façons de l’éviter sont en (...)

34Établir un bilan de l’enquête provisoire que nous venons de présenter, c’est constater tout d’abord l’importance que revêt la notion d’intégrité dans les sources consultées, et plus encore la netteté avec laquelle celles-ci enregistrent comme problématiques les vices auxquels s’oppose la valeur au centre de nos investigations : tout un ensemble de pratiques de corruption à combattre. L’on voit ainsi certaines hypothèses de l’historiographie récente confirmées. Alors que pendant longtemps les historiens avaient tendance à penser que la corruption n’était pas un sujet d’analyse pertinent à l’égard des sociétés d’Ancien Régime, un certain nombre de travaux de ces dernières années ont clairement démontré que ces points de vue étaient mal fondés49. Constat parfaitement corroboré par nos sources, et pour cause. Une littérature cherchant à dégager une sphère autonome d’agissements de l’État, et ses règles – en l’occurrence la littérature consacrée à la raison d’État – ne devait-elle pas forcément réfléchir aux possibles dysfonctionnements de cette même sphère ? Ce qui ne veut pas dire que les positionnements qui en résultent sont une invention de l’époque, « pré-absolutiste », qui nous concerne. Il est plus que probable que les auteurs puisent dans un héritage de longue date, y compris sans doute celui de l’humanisme républicain, fondé à son tour sur les textes des Anciens50.

  • 51 Pour la biographie de Botero, voir Firpo (Luigi), « Botero, Giovanni », Dizionario Biografico degli (...)
  • 52 Il en va autrement pour l’interdiction des recommandations dont la première tentative nette date se (...)
  • 53 Fosi (Irene), La giustizia del papa. Sudditi e tribunali nello Stato pontificio in età moderna, Rom (...)

35A-t-on plus de raisons d’être surpris du fait que les attitudes exigées par les maîtres à penser de la raison d’État étaient si nettement partagées par la Congrégation romaine ? Là encore, il semblerait que non, et non seulement parce que le secret des procédures prôné par l’Inquisition ne signifiait pas que ses agents vivaient en dehors de leur temps… Certes, les théoriciens de la raison d’État tentaient bien de construire un espace « politique » se voulant, sinon explicitement, du moins implicitement, autonome par rapport aux impératifs religieux ; voilà en tout cas le reproche principal qui leur était adressé de la part des acteurs de l’Église. Cependant, Botero et ses suiveurs ne cherchaient-ils pas à concilier la raison d’État avec les exigences de la morale catholique ? Tentative manifestement soutenue par l’Église romaine, le maître d’œuvre résidant en personne à Rome dans les dernières décennies du xvie siècle51. Ce n’est pas réclamer une influence directe de Botero sur les manuels d’Inquisition cités – ces derniers étant antérieurs d’une décennie, grosso modo, à son œuvre52. Bien plutôt, la façon analogue d’envisager la corruption dans les deux champs considérés se doit à des sources et à des expériences communes fournies par la Rome de ces décennies. Comme l’a montré Irene Fosi, les pontificats de la période étaient marqués, en effet, par les tentatives réitérées de réformer la justice, motivées à leur tout par ce renouveau moral et religieux de la Contre-Réforme qui « faisait du mauvais gouvernement et de la corruption […] des désordres moraux et donc des péchés »53.

  • 54 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 484r (l’interesse di stato è molto grande, e pur sappiamo que qu (...)

36Par ces considérations, on n’est pas arrivé au bout des antagonismes entre impératifs religieux et maximes de la raison d’État, pour le sujet qui nous concerne. Botero a eu beau tenter la conciliation théorique, dans la pratique les deux mobiles d’action se trouvaient régulièrement en conflit, particulièrement dans les agissements du Saint-Office. En effet, notamment dans les États italiens indépendants de Rome, les inquisiteurs avaient fréquemment besoin de collaborer avec les autorités civiles pour rendre efficaces les mesures prises. Or ces autorités ne voyaient pas toujours d’un bon œil les actions d’un tribunal sous les ordres d’un autre souverain – fût-ce le pape. D’où de nombreux conflits opposant, au quotidien, les deux partis. Conflits dont les motifs étaient régulièrement dénoncés par les agents du Saint-Office comme émanant de la malfaisante raison d’État (ou d’un « intérêt d’état », comme on peut lire parfois) régnant sur l’esprit des adversaires. En 1628, l’inquisiteur de Casale Monferrato dénonce ainsi un collaborateur des autorités civiles, de fait un adversaire farouche, chez qui « l’intérêt d’état est très grand, et pourtant nous savons que celui-ci rend aveugle54 ».

37Ces antagonismes n’étaient pas sans affecter les notions d’intégrité et de corruption. Naturellement, un agent de l’un des deux camps pouvait paraître parfaitement intègre aux yeux de ceux dont il dépendait ; pour les mêmes raisons, il ne l’était justement pas pour ceux de l’autre camp. Il n’en va guère autrement pour la perception de la corruption. On le sait, tout au moins, pour l’une de ses voies : les recommandations. Les débats autour de l’interdiction de cette pratique par la Congrégation (parmi les inquisiteurs locaux, en dialogue avec la « centrale » romaine) révèlent clairement, en effet, que les autorités civiles et leurs agents ne savaient pas seulement bloquer, occasionnellement, telle ou telle affaire ; bien plus régulièrement sans doute, elles intervenaient directement auprès de l’inquisiteur (ou de l’un de ses collaborateurs) afin d’influencer le déroulement, voire l’issue d’une cause. Pratiques qui tombaient donc parfaitement sous le verdict de 1628, car elles étaient considérées, manifestement, comme une forme de corruption.

  • 55 Waquet (Jean-Claude), De la Corruption : morale et pouvoir à Florence aux xviie et xviiie siècles, (...)
  • 56 Voir, pour le cas de Venise, Nützenadel (Alexander), op. cit., ainsi que la contribution de Maud Ha (...)

38 Les mêmes débats nous apprennent d’ailleurs que les inquisiteurs étaient nombreux à considérer extrêmement délicate la mesure prise, et doutaient de la possibilité de son application efficace. Ce qui nous amène à une troisième réflexion conclusive. En effet, les sources abordées précédemment sont essentiellement de nature normative (qu’il s’agisse de traités, manuels ou édits ponctuels), alors qu’en filigrane, elles montrent l’existence de tout un champ de pratiques abusives et « corrompues » à combattre. Reste à savoir quel succès ont pu avoir les exhortations à faire autrement et les quelques mesures que l’on a vu prises concrètement. Il n’est pas aisé de donner des réponses assurées à ce propos. Certes, l’histoire de la corruption n’en est plus à l’état que Jean-Claude Waquet caractérisait, voici une trentaine d’années, comme rudimentaire ; les études se sont multipliées, notamment depuis la fin des années 199055. Il reste que, pour l’Italie de l’époque qui nous concerne, on est loin de pouvoir dresser un bilan assuré, au-delà du constat que les tentatives n’ont pas manqué de passer des exhortations à un contrôle réel des pratiques de corruption56. Voilà ce que l’on sait également des terrains du Saint-Office. Peut-on aller au-delà ?

39 À vrai dire, ce sont encore les normes elles-mêmes qui peuvent fournir quelques éléments de réponse. Certaines des règles émises sont en effet rappelées à plusieurs reprises. Or ce n’est guère un effet de mode. Il y a bien des chances que la répétition indique le non-respect de la règle lors de la (ou des) première(s) tentative(s) de l’imposer.

  • 57 Voir ACDF, St. St., II 1 – g (Elenco editti), p. 354-366, ainsi que Pastor (Ludwig von), op. cit., (...)
  • 58 Voir la chronologie proposée par Romeo (Giovanni), L’Inquisizione nell’Italia moderna, Rome et Bari (...)

40Il est vrai que peu nombreux sont les exemples qui témoignent du versement de cadeaux et de pots de vin aux inquisiteurs ou à d’autres collaborateurs du Saint-Office. Mais la matière n’a pas fait l’objet d’études systématiques, et les quelques cas dont on dispose nous sont parvenus de façon plus ou moins hasardeuse. Nous sommes mieux informés quant à la violation du secret des procédures. La Congrégation intervient assez fréquemment à ce propos. Entre 1556 et 1668 on a pu compter au moins treize décrets lancés dans ce domaine, et là encore l’enquête n’est pas complète57. Enfin, le verdict de 1628 contre les recommandations n’est pas non plus le premier du genre ; deux autres décrets analogues l’ont précédé depuis la fin du xvie siècle. En outre, il n’est pas forcément rassurant de savoir que nous n’avons pas trouvé d’autres mesures après 1628. Avant d’en conclure au succès final de la norme, il faut voir que le silence postérieur peut aussi être le signe d’un abandon définitif de l’espoir de pouvoir réformer efficacement dans ce domaine, voire d’un oubli de l’urgence même d’une réforme de ce type. Les chercheurs, en effet, ne sont pas rares à penser que, dès le premier tiers du xviie siècle, et comparé au rigorisme des premières décennies de son existence, l’institution inquisitoriale aurait déjà commencé à connaître un certain relâchement58. Il y aurait donc risque que les pratiques de corruption soient loin d’avoir disparu au cours du xviie siècle.

  • 59 Pour l’ébauche d’une typologie, à Burkardt (Albrecht), « La patrie de l’inquisiteur », dans Belissa (...)

41Quoi qu’il en soit de ces évolutions, il est assez clair que l’intégrité d’un inquisiteur n’était pas seulement une question de caractère. Beaucoup dépendait du contexte dans lequel il exerçait sa charge. On peut ainsi supposer, par exemple, que plus un inquisiteur s’établissait dans « son » tribunal, plus il risquait de se « familiariser » avec les populations sur place, à commencer par la sanior pars, et plus il pouvait être tenté de trouver des arrangements avec les membres de celle-ci. Voilà en tout cas ce que semble avoir supposé la Congrégation qui, pour éviter ces effets, avait tendance à faire changer de poste ses agents plus ou moins régulièrement. Mais ces mutations obéissaient aussi à une logique de progression de carrière, et les cas d’inquisiteurs ne sont pas rares qui, « n’avançant » plus, restaient sur leur dernier poste pendant de nombreux années, voire des décennies59.

  • 60 ACDF, St. St., JJ2-a (1), 362r : L’età avanzata del Padre Inquisitore accompagnata da varie infermi (...)
  • 61 Ibid. (à chi piu n’offre).

42De même, un « relâchement » de l’inquisiteur avait des chances particulières de se produire (ou, simplement, à être découvert ?) en fin de carrière, lorsque l’âge avancé rendait sans doute plus faible l’agent, en tous les sens du terme. En 1700, la Congrégation destitua ainsi l’inquisiteur de Crémone, fra Alberto Solimano, et ce tout d’abord, apparemment, pour les motifs d’impotentia et negligentia. L’agent, en effet, affaibli par l’âge, n’exerçait pratiquement plus sa charge60. Néanmoins, ces défauts vont de pair avec d’autres, bien plus graves, le secret des procédures ne se gardant plus, la dignité de « familier » du Saint-Office étant vendue « à qui offre le plus61 ». Ces derniers vices sont-ils un effet secondaire de la sénilité de l’inquisiteur ? Ou serait-on en droit de penser que l’état affaibli de ce dernier permet – en cas de doute –, à ses adversaires de rendre publics des abus existant depuis longtemps, mais que personne n’avait osé dénoncer jusque là ?

  • 62 Pour un développement plus documenté de l’hypothèse, voir Burkardt (Albrecht), « L’Inquisition et l (...)
  • 63 Voir Burkardt (Albrecht), « ’Paese da gente », art. cit., p. 279-282.
  • 64 Voir le portrait du personnage chez Lavenia (Vincenzo), op. cit.

43La question nous amène encore une fois aux conditions d’exercice des agents du Saint-Office. La tâche d’inquisiteur, en effet, exigeait la nécessité de savoir nouer habilement tout un réseau de relations sur place : avec les collaborateurs du Saint-Office, avec les membres du couvent d’accueil, avec l’évêque, avec les élites sociales et les représentants du pouvoir civil ; seul le bon maniement de ces relations menait à un « équilibre de pouvoir » rendant possible le fonctionnement de l’institution62. C’était au talent de chaque inquisiteur d’en arriver là, à des degrés certes variables. Or, les façons d’y parvenir pouvaient exiger parfois une certaine « souplesse ». C’était, par exemple, le sentiment de nombreux inquisiteurs face aux recommandations qu’ils recevaient de la part de la sanior pars, et, notamment, des représentants du pouvoir civil. Recommandations qu’il ne s’agissait pas forcément de suivre, mais qu’il fallait en tout cas honorer en quelque sorte (ne serait-ce qu’en les écoutant) pour éviter ainsi des conflits plus graves. On se doute que des réflexions analogues pouvaient concerner une plus ou moins grande étanchéité du secret des procédures…63. Enfin, de tels raisonnements pouvaient aussi légitimer de véritables abus, de même que ceux-ci pouvaient résulter d’un déséquilibre avancé des rapports de pouvoir, que ce soit en faveur ou au désavantage de l’inquisiteur. Abus qui, selon les cas, pouvaient même trouver l’aval de la Congrégation romaine, si les résultats finaux étaient acceptables. C’est sans doute ce qui se passe dans le cas de Girolamo Rebolio, cet inquisiteur que l’on a vu nommer en 1628 sur le poste d’inquisiteur à Turin pour ses grandes qualités, à commencer par sa sofficienza et son intégrité. Or pendant les longues années que Rebiolo avait passées précédemment sur le poste d’inquisiteur d’Asti, la Congrégation avait reçu de nombreuses plaintes concernant les prétendus abus de pouvoir de l’inquisiteur ; de même, il avait acquis la réputation d’être fort corrompu…64.

IV

44Un inquisiteur corrompu jusqu’à la moëlle, loué par ses supérieurs pour sa parfaite intégrité – ce cas aurait naturellement de quoi ravir tous les partisans de la légende noire ! Et en effet, l’exemple montre bien – si jamais il y avait besoin de le prouver – que le simple emploi du mot ne garantit pas une pratique réelle de la vertu qu’il énonce. Ce n’est pas tout. On a vu que l’usage du terme ne prend sens que parmi les membres d’un groupe reconnaissant un même système normatif. L’intégrité désigne la parfaite fidélité à ce dernier, et donc, dans le cas qui nous concerne, un exercice de la charge respectant méticuleusement les seules règles prévues par les procédures. Aussi ne s’agit-il pas de confondre intégrité et justice – au sens absolu de ce dernier terme.

  • 65 Là encore, il s’agit toutefois de cas exceptionnels. Pour une célèbre affaire de ce genre, voir Con (...)
  • 66 Collurafi, (Antonino), op. cit., p. 70 (« i fulmini cadano con danno di pochi ; ma con timore di tu (...)
  • 67 Canonhiero (Pietro Andrea), op. cit., p. 552 (« la patienzia, la quale molti guidici non voglionon (...)

45Toujours est-il que les procédures auxquelles un inquisiteur intègre était censé se plier scrupuleusement furent d’une assez grande souplesse et d’une relative clémence. De même, l’on sait désormais que ces maximes guidaient largement la pratique des tribunaux comme le révèle le fait que l’on ne connaisse pas de violations criantes de la procédure dans le ressort de l’Inquisition romaine65, à la différence de l’Espagne où un certain nombre de cas sont célèbres. Aussi les mesures prises par la Congrégation afin de préserver l’intégrité de ses agents n’ont-elles pas été, semble-t-il, dépourvues de succès, ou, pour le moins, les transgressions qui ont pu se produire quand même n’ont-elles pas dû se faire, le plus souvent, aux dépens des victimes. Cette relative clémence est, elle aussi d’ailleurs, non sans parenté avec ce qu’exposent les théoriciens de la raison d’État. Collurafi, par exemple, met bien en avant à quel point, chez le bon juge, vont ensemble « équité » et « clémence » car « la foudre endommage peu de personnes, mais fait peur à tout le monde », ce qu’il s’agit d’éviter66. C’est notamment le recours à la peine de mort qui nécessite la plus grande prudence, maxime qui toutefois, dans la pratique, semble loin d’être toujours respectée. Pour éviter les jugements erronés aux conséquences graves, il faut en effet de la « patience, laquelle », ainsi que le précise Canonhiero, « beaucoup de juges ne veulent pas avoir…67 ». Pour le domaine des activités du Saint-Office, nous savons, en revanche, que la peine de mort était très rarement appliquée. Naturellement, on n’a pas là le résultat d’une lecture plus soigneuse des auteurs que l’on vient de citer. Bien plutôt, il faut comprendre que les inquisiteurs étaient aussi des confesseurs pour qui la conversion du pécheur n’avait pas moins d’importance que la punition des péchés. D’où sans doute, tout naturellement, une plus grande prudence. À partir de là, le secret des procédures – lui aussi non sans lien avec la confession – avait sans doute également sa part dans les effets considérés. Il permettait, entre autres, de mieux résister à la pression publique, et ce dès l’origine de tant d’affaires, sous forme de ces recommandations « au négatif », pourtant essentielles pour le fonctionnement des tribunaux, qu’étaient les dénonciations !

Notes

1 Voir Burkardt (Albrecht), art. « Voltaire », dans Prosperi (Adriano) et Tedeschi (John) (dir.), Dizionario storico dell’Inquisizione, 4 vol., Pisa, 2010, vol. III, p. 1703-1705.

2 Pour une synthèse, voir Gilly (Carlos), art. « Leggenda nera dell’Inquisizione spagnola », dans Prosperi (Adriano) et Tedeschi (John) (dir.), Dizionario, op. cit., vol. II, p. 878-880, ainsi que l’ouvrage récent de Pérez (Joseph), La Légende noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009, en particulier p. 106-130.

3 Voir à ce propos les travaux fondateurs de Tedeschi (John), The Prosecution of Heresy. Collected Studies on the Inquisition in Early Modern Italy, Binghamton, 1991.

4 Le constat est net pour la notion d’intégrité : dans la récente somme des quatre volumes du Dizionario storico dell’Inquisizione, op. cit., le terme n’apparaît pas une seule fois dans le sens et le contexte qui nous intéressent ; aucun article ne lui est consacré, et il en va de même, à en juger d’après les titres, de la gigantesque bibliographie qui accompagne le dictionnaire (vol. IV, p. 4-341).

5 Viroli (Maurizio), From politics to reason of State. The acquisition and transformation of the language of politics, 1250-1600, Cambridge, New-York, Victoria, Cambridge University Press, 1992 ; Skinner (Quentin), The foundations of modern political thought, 2 vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1980 (édition française : Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, A. Michel, 2001) ; Stolleis (Michael), Staat und Staatsräson in der frühen Neuzeit. Studien zur Geschichte des öffentlichen Rechts, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1990. Pour le développement plus récent concernant la raison d’État, voir Artemio Enzo Baldini (dir.), La ragion di Stato dopo Meinecke e Croce. Dibattito su recenti pubblicazioni, Genova, Name, 1999 ; Krulic (Brigitte) (éd.), Raison(s) d’État(s) en Europe. Traditions, usages, recompositions, Bern, P. Lang, 2010.

6 Ainsi d’un passage du Livre du Courtisan où Castiglione aborde les différents idiomes de l’Italien, en discutant leur plus ou moins grande proximité avec le latin en concluant : Ho […] piú tosto pigliato l’integro e sincero della patria mia che ‘l corrotto e guasto della aliena, Castiglione (Baldassar), Il libro del Corteggiano, éd. Amadeo Quondam, Milano, Garzanti, 1981, p. 8-9.

7 Senellart (Michel), Machiavélisme et raison d’État : xiie-xviiie siècle, suivi d’un choix de textes, Paris, Presses universitaires de France, 1989 ; Bireley (Robert), The Counter-Reformation prince. Anti-Machiavellianism or Catholic statecraft in Early Modern Europe, Chapel Hill, London, 1990 ; Bonnet (Stéphane), « Botero machiavélien ou l’invention de la raison d’État », Les Études philosophiques, n° 66, 2003-3, p. 315-329.

8 Machiavel, Œuvres complètes, vol. I, Le Prince et les premiers écrits politiques, éd. Christian Bec, p. 375 (Quanto sia laudabile in uno principe mantenere la fede e vivere con integrità e non con astuzia, ciascuno lo intende, ibid., p. 376).

9 Ibid., p. 378 (e paia [le prince], a verderlo et udirlo, tutto pietà, tutto fede, tutto integrità, tutto religione ; ibid., p. 379).

10 Voir à ce propos Prosperi (Adriano), Giustizia bendata. Percorsi storici di un immagine, Turin, Einaudi, 2008, p. 184 : Cosí quello che uno storico ha definito il transfert di sacralità dalla Chiesa allo Stato, finí con l’avere nella giustizia il suo campo fondamentale.

11 Botero (Giovanni), Raison et gouvernement d’estat en diz livres. Traduicts sur la quatriesme impression italienne […] par Gabriel Chappuys, Paris, G. Chaudiere, 1599 (édition bilingue), p. 26v (Livre I, Della Giustitia). Pour l’œuvre de Botero, voir l’étude récente de Descendre (Romain), L’état du monde. Giovanni Botero entre raison d’état et géopolitique, Genève, Droz, 2009.

12 Botero (Giovanni), op. cit., p. 36 (« De’ ministri di Giustitia ») : Ma, perché non conviene al prencipe il far ragione e dar sentenza, è necessario ch’egli si proveda di ministri sofficienti e da bene, i quali suppliscano per lui.

13 Ibid. (Deve dunque usare due diligenze, l’una nell’elettione, l’altra nella conservatione degli ufficiali).

14 Ibid. (Faccia elettione di gente dotata e di scientia e di pratica necessaria per lo carico che vuol dar loro).

15 Ibid., p. 38v (venire in cognitione della sofficienza et integrità delle persone ch’egli vorrà promuovere all’amministratione della giustitia et al governo de’ popoli).

16 Ibid., p. 42 (bisogna di più usare ogni cautela, acciò che, dopo che saranno promossi, si conservino incorrotti, perché molti di colombe diventano corvi e d’agnelli lupi ; e non è cosa che scuopra meglio l’interior dell’uomo, che il magistrato, perché li dà la possanza in mano, e quello è veramente da bene, che può far male e se n’astiene).

17 Voir, à titre d’exemple, les propos de Ludovico Settala, rigoureusement identiques à ceux utilisés par Botero, quant aux critères de sélection des magistrats (livre II, chap. 16) : Faccia elettione di gente, e di scienza, e di prudenza, e di bontà incorrotta (Della ragion di stato libri sette di Lodovico Settala, Milano, Bidelli, 1627, p. 62).

18 Voir Mieck (Ilja) (éd.), Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrhundert, Berlin, Colloquium Verlag, 1984 ; pour Venise et une courte synthèse, voir Alexander Nützenadel, « “Serenissima corrupta”. Geld. Politik und Klientelismus in der späten venezianischen Adelsrepublik », dans Engels (Jens Ivo), Fahrmeir (Andreas), et al. (éd.), Geld, Geschenke, Politik : Korruption im neuzeitlichen Europa, München, Oldenbourg, 2009, p. 121- 139, ici p. 122 sq.).

19 Comme le montre bien A. Nützenadel (ibid., p. 123), la vénalité était particulièrement peu populaire parmi les membres de la petite noblesse, dépourvus, tel à Venise, des moyens financiers pour acquérir des charges qui leur semblaient revenir de par leurs vertus. Il reste que le camp des critiques est bien plus large et comprend aussi – les citations le montreront – des auteurs qui ne se confondent pas avec ce camp d’opposants.

20 Della ragion di stato libri sette, op. cit., p, 58 (livre II, chap. 15) : commetterà questo carico ad huomini santi, fedeli, e che non siano vendevoli, e perciò deve il Principe far scielta de’ tali, e non vender gli offici.

21 Cet argument est déjà employé par Botero lui-même (op. cit., p. 37v) : « Loys XII roy de France avoit coustume de dire que ceux là qui achètent les offices vendent apres beaucoup plus cherement par le menu & detail, ce qu’ils ont acheté en gros, à bon marché ». Et l’auteur de conclure : « En somme, celuy qui vend les offices, veult les officiers larrons » (Luigi XII Rè di Francia soleva dire, che quei, che comprano gli ufficij, vendono poi molto caramente à minuto quel, che hanno comprato à buon mercato in grosso).

22 Canonhiero (Pietro Andrea), Dell’ Introduzione alla politica, alla ragion di stato et alla pratica del buon governo, libri dieci, Anversa, J. Trognesio, 1614, p. 131 (« quelli i quali la privata utilità alla publica antipongono »).

23 L’Idea del gentil’huomo di republica nel governo politico, ethico ed economico, ovvero il nobile veneto del cavalier Collurafi, Venetia : P. Baglioni, 1633, p. 130-131 (Avvertisca di più, ed importa molta, in qualunque modo di non mercantare con coloro i quali sono commessi alla sua fede, e datti al suo governo. Perche, oltre l’avvilimento e denigratione della dignità, che ‘n lui riluce, è impossibile, […] che tratti bene i negotij della Republica, chi negotia il suo commodo privato ; non dovendosi mai riputar fidele, chi viene dall’interesse violentato, non dall’amor persuaso di servire).

24 Botero, (Giovanni), Raison et gouvernement d’estat (Della ragione di Stato, Libro primo, « Del contenere i magistrati in ufficio »), p. 42 ([…] nella città di Tebe, erano dedicate le statue de’ giudici senza mani ; et il presidente del giuditio con gli occhi fissi in terra. Il che dinotava che la giustitia, né per presenti e donativi, né per intercessione, o favori si doveva corrompere). Le passage est tiré des Œuvres morales de Plutarque, plus précisément du Traité d’Isis et d’Osiris. Le motif a été popularisé dans l’Europe de la Renaissance par sa représentation dans les Emblemata d’Andrea Alciati ; pour ce mouvement de réception, voir Groebner (Valentin), Liquid assets, dangerous gifts. Presents and Politics at the end of the Middle Ages, Philadelphia, University of Philadelphia Press, 2002, p. 75-78, ainsi que, sur ce même sujet, et plus généralement pour les usages de l’emblème de la Justice aux yeux bandés, Prosperi (Adriano), Giustizia bendata, op. cit., p. 41-67.

25 Canonhierob (Pietro Andrea), op. cit., p. 551 (hoggidi molto si usa).

26 Botero (Giovanni), op. cit., p. 42 (il vietar […] sotto pene gravissime il ricever presenti).

27 Ibid.

28 Ibid. (Importa anco assai per assicurarsi del buon governo della giustitia che’l prencipe non permetta a’ ministri suoi, per grandi che siano, l’arbitrio e la facoltà assoluta di far ragione, ma li sottometta il più che può alla prescritione delle leggi, reservando l’arbitrio per sé ; perché delle leggi egli è sicuro, ma non dell’arbitrio altrui, soggetto a varie passioni). Le propos est toutefois sujet à débat. D’autres auteurs pensent très bien savoir que les lois ne sont rien sans ceux qui les appliquent, ce qui renvoie de nouveau à la nécessité de miser, essentiellement, sur l’intégrité du personnel (voir, par exemple, Palazzo (Giovanni Antonio), Discorso del governo e della ragion vera di Stato, […] diviso in quattro libri, Venetia, G. A. et G. de’ Franceschi, 1606, p. 257).

29 Voir Botero (Giovanni), op. cit., p. 77-79v, et, entre autres, Stolleis (Michael), "Arcana imperii" und "ratio status" : Bemerkungen zur politischen Theorie des frühen 17. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1980.

30 Botero (Giovanni), op. cit., p. 78v (i Consiglieri, e gli Ambasciatori, Secretarii, le Spie, sogliono essere i ministri ordinarij de’ Secreti).

31 L’Idea del gentil’huomo, op. cit., p. 130 (ma in gondola con le tende baße givano in Senato » ; « col passare, da vanità mosso, allo spesso per le piazze, e col fare, a guisa del Pavone dell’occhiute piume, pubblica mostra della veste rossa, cattare co’ saluti, e con le riverenze l’aure volgari).

32 Dedieu (Jean-Pierre), L’Inquisition, Paris-Montréal, Cerf/Fides, 1987, p. 81-82.

33 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [ACDF], Rerum Variarum 1599-1630, f° 443r (lettre de l’inquisiteur de Crémone à la congrégation, le 2 mars 1628 : che si tratta la causa di Dio).

34 Ainsi du Schema illustre, et genuinum Sacrae Congregationis Sancti Officii Romani, […] auctore P. M. Fr. Francisco a Sancto Augustino Macedo, Patavii, apud Cadorinum, 1676, dont tout un chapitre (p. 34-42) aborde Huiusce Tribunalis Maiestas, Integritas, Auctoritas, l’intégrité étant naturellement rapportée à la justice.

35 Sacro arsenale, overo Prattica dell’ officio della S. Inquisitione […], Roma, nella stamp. della Rev. Cam. Apost., 1705, p. 3 (Chi non sa, l’Offitio dell’Inquisitore esser di commandare, proibire, citare, essaminare […] assolvere, e condannare ? E perche divino, e celeste è il carico, che egli tiene, deve conseguentemente mostrarsi nel procedere giudicialmente integerrimo, nell’incaminar le cause secretissimo […] nel decidere i casi maturo […] nell’eseguire le sentenze constante, e tale alla fine, che in tutte le sue attioni con la dignità del Personaggio accompagni sempre un Angelica purità di Paradiso).

36 Directorium inquisitorum R. P. F. Nicolai Eymerici, […] cum scholiis […] Francisci Pegnae, […], Venetiis, apud M. A. Zalterium, 1607, p. 535 (Inquisitor debet esse conversatione honestus, prudentia circumspectus, constantia firmus, sacra scriptura eminenter eruditus, & virtutibus circumfultus).

37 Ibid. (gravia enim sunt fidei negotia, & res, quas tractant, magnae ; & propterea per iudices integerrimos & doctissimos esse peragenda).

38 Jacobus Simancas, De catholicis institutiionibus liber, ad praecavendas et extirpandas haereses admidum necessarius, Romae, In Aedibus Populi Romani Anno Iubilaei, 1575, p. 258.

39 Ibid., p. 266.

40 Ibid., p. 543-545. Le propos est répété dans bien d’autres manuels ; voir par exemple Salelles (Sebastiàn), SJ, De Materiis tribunalium S. Inquisitionis […], Romae, Ex typographia Io. Petri Colinii, 1651, p. 84.

41 La negligentia étant l’attitude de celui qui aut non exercet, aut debito tempore non exercet quae ad munus suus spectant. Itaque non lodo dico negligentem eum, qui non procedit contra haereticos, verum etiam illum qui non debito tempore procedit (Directorium inquisitorum, p. 544).

42 Directorium inquisitorum, op. cit., p. 545 (si evidenter […] constiterit quod pecunias extorserit modis illicitis).

43 Ibid., Aliis quoque modis possunt per iniquitatem inquisitores in gravissimo et integerrimo tribunali delinquere, quos singulatim tradere non est arti.

44 Biblioteca Apostolica Vaticana [BAV], Barb. lat. 6336, f° 220v-221r. Pour Rebiolo et l’Inquisition d’Asti, voir de Lavenia (Vincenzo), « L’Inquisizione del duca. I domenicani e il Sant’Uffizio in Piemonte nella prima età moderna », dans Longo (Carlo) (éd.), I Domenicani e l’Inquisizione romana, Istituto Storico Domenicano, Roma, 2008, p. 415- 476.

45 ACDF, Stanza Storica (St. St.), II 1 – g (Elenco editti), p. 354 sq. Pour l’importance du secret des procédures inquisitoriales pour le fonctionnement de l’institution, voir A. Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi, 1996, p. 194-210.

46 Ludwig von Pastor, « Allgemeine Dekrete der römischen Inquisition aus den Jahren 1555-1597 », Historisches Jahrbuch, t. 33, 1912, p. 479-549, en particulier p. 533 : les cardinaux statuerunt quod in futurum custodes et subcustodes carcerum s.ti Officii nihil omnino recipiant a carceratis etiam sponte dantibus […].

47 Lettera circolare a tutti gli Inquisitori datant du 6 octobre 1668 ; une copie de la lettre est conservée dans ACDF, St. St., LL5-h, s. p. (che sotto varii pretesi, e mal fondata consuetudine sogliano alcuni Inquisitori ricever moneta, o regali da coloro, à quali conferiscono le patenti del S. Tribunale […] il che […] riesce di scandalo, e discredito d’un ministerio tanto santo) ; pour d’autres exemples de pratiques de ce genre, voir Prosperi (Adriano), Tribunali, op. cit., p. 184.

48 BAV, Barb. lat. 6336, f° 42v (per conservare l’integrità che conviene nel trattare, e conoscere le cause del sant’offitio). Pour ce décret, et les pratiques combattues, voir Burkardt (Albrecht), « ’Paese da gente […] che non giovano parole’ : l’Inquisition romaine face aux pratiques de recommandation », dans Moeglin (Jean-Marie) (dir.), L’intercession du Moyen Âge à l’époque moderne. Fondements et usages d’une pratique sociale, Genève, Droz, 2004, p. 263-312.

49 Voir l’exposé pertinent de ces évolutions par Grüne (Niels), « Anfechtung und Legitimation. Beobachtungen zum Vergleich politischer Korruptionsdebatten in der Frühen Neuzeit », dans Grüne (Niels) et Slanička (Simona) (éd.), Korruption : Historische Annäherungen an eine Grundfigur politischer Kommunikation, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2010, p. 409-425, en particulier p. 409-412, ainsi que l’introduction de l’auteur au même volume (ibid., p. 11-34).

50 Voir les travaux cités supra, n. 2. Les débats sur la corruption et les façons de l’éviter sont en effet déjà bien présents au Moyen Âge ; voir en particulier Slanička (Simona), « ’Acceptio personarum impedit justitiam’. Erziehung zur Korruptionsbekämpfung in mittelalterlichen Fürstenspiegeln », dans Grüne (Niels) et Slanička (Simon), Korruption, op. cit., p. 99-122 ; Isenmann (Moritz), « Rector est raptor. Korruption und ihre Bekämpfung in den italienischen Kommunen des späten Mittelalters », dans Karsten (Arne) et Von Thiessen (Hillard) (ed), Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen, 2006, p. 208-230 ; Groebner (Valentin), Liquid assets, op. cit., passim.

51 Pour la biographie de Botero, voir Firpo (Luigi), « Botero, Giovanni », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. XIII, Rome, Istituto della Enciclopediz Italiana, 1971, p. 352-362..

52 Il en va autrement pour l’interdiction des recommandations dont la première tentative nette date seulement de 1606. Alors que les manuels d’inquisiteurs considérés n’abordent pas la pratique en question, c’est bien le cas – comme l’on a vu – des traités politiques.

53 Fosi (Irene), La giustizia del papa. Sudditi e tribunali nello Stato pontificio in età moderna, Roma-Bari, Laterza, 2007, (faceva del malgoverno e della corruzione […] disordini morali e, quindi, peccati).

54 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 484r (l’interesse di stato è molto grande, e pur sappiamo que questo molte volte accieca). Pour une analyse approfondie de ce cas, voir Burkardt (Albrecht), « L’Inquisition et les autorités locales : Casale Monferrato en 1628 », dans Audisio (Gabriel) (dir.), Inquisition et Pouvoir, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 89-117.

55 Waquet (Jean-Claude), De la Corruption : morale et pouvoir à Florence aux xviie et xviiie siècles, Paris, Fayard, 1984. Voir, pour l’historiographie récente, Groebner (Valentin), Liquid assets, op. cit., ainsi que les ouvrages collectifs Algazi (Gadi), Groebner (Valentin) et Jussen (Bernhard) (éd.), Negotiating the gift : pre-modern figurations of exchange, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003 ; Engels (Jens Ivo), Fahrmeir (Andreas), et al. (éd.), Geld, Geschenke, Politik, op. cit. ; Grüne (Niels) et Slanička (Simona) (éd.) Korruption, op. cit. ; Asch (Ronald G.) (éd.), Integration, Legitimation, Korruption : politische Patronage in Früher Neuzeit und Moderne, Frankfurt am Main etc., P. Lang, 2011 ; Kroeze (Roland), Kerkhoff (Toon) et al. (éd.), Corruption and the rise of modern politics, Journal of modern European history, 11, 1 (2013).

56 Voir, pour le cas de Venise, Nützenadel (Alexander), op. cit., ainsi que la contribution de Maud Harivel dans ce volume.

57 Voir ACDF, St. St., II 1 – g (Elenco editti), p. 354-366, ainsi que Pastor (Ludwig von), op. cit., p. 496, 502 sq., 506 sq., 529.

58 Voir la chronologie proposée par Romeo (Giovanni), L’Inquisizione nell’Italia moderna, Rome et Bari, Laterza, 2002.

59 Pour l’ébauche d’une typologie, à Burkardt (Albrecht), « La patrie de l’inquisiteur », dans Belissa (Marc), Bellavitis (Anna), et al. (dir.), Identités, appartenances, revendications identitaires, Paris, Nolin, 2005, p. 25-42.

60 ACDF, St. St., JJ2-a (1), 362r : L’età avanzata del Padre Inquisitore accompagnata da varie infermità lo fa mancare al debito del Tribunale non amministrando giustitia ne anco a spontanei comparenti (Lettre de l’évêque de Crémone à la Congrégation, le 8 avril 1700).

61 Ibid. (à chi piu n’offre).

62 Pour un développement plus documenté de l’hypothèse, voir Burkardt (Albrecht), « L’Inquisition et les autorités locales », art. cit.

63 Voir Burkardt (Albrecht), « ’Paese da gente », art. cit., p. 279-282.

64 Voir le portrait du personnage chez Lavenia (Vincenzo), op. cit.

65 Là encore, il s’agit toutefois de cas exceptionnels. Pour une célèbre affaire de ce genre, voir Contreras (Jaime), Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle. Soto contre Riquelme, Paris, Aubier, 1997.

66 Collurafi, (Antonino), op. cit., p. 70 (« i fulmini cadano con danno di pochi ; ma con timore di tutti »).

67 Canonhiero (Pietro Andrea), op. cit., p. 552 (« la patienzia, la quale molti guidici non voglionon avere »).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search