Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 7. Intégrité et prudence politique dans El oráculo manual o arte de prudencia de Baltasar Gracián (1646)

Sylvain André

Texte intégral

Hombre de entereza. Siempre de parte de la razón, con tal tesón de su propósito, que ni la passión vulgar, ni la violencia tirana le obliguen jamás a pisar la raya de la razón. Pero, ¿quién será este Fenis de la equidad ?, que tiene pocos finos la entereza. Celébranla muchos, mas no por su casa ; síguenla otros hasta el peligro ; en él los falsos la niegan, los políticos la dissimulan. No repara ella en encontrarse con la amistad, con el poder, y aun con la propia conveniencia, y aquí es el aprieto del desconocerla. Abstrahen los astutos con metafísica plausible por no agraviar, o la razón superior, o la de estado ; pero el constante varón juzga por especie de traición el dissimulo ; préciase más de la temeridad que de la sagacidad ; hállase donde la verdad se halla ; y si dexa los sugetos, no es por variedad suya, sino dellos en dexarla primero.

« L’homme intègre. Toujours du côté de la raison, avec telle constance que ni la passion vulgaire ni la violence tyrannique n’obligent jamais à la fouler aux pieds. Mais qui peut être ce phénix d’équité ? Car l’intégrité a peu de dévots. Beaucoup la louent, sans la faire maîtresse chez eux. D’autres la soutiennent jusqu’à se mettre en danger ; mais, face au péril, les faux amis la renient et les politiques l’ignorent. Elle, au contraire, n’hésite pas à s’opposer aux amis, au pouvoir et même à son propre intérêt et court le risque d’être incomprise. Les astucieux, par une subtilité plausible, distinguent des cas et cherchent à faire accorder leur conscience et leur raison d’État. Mais l’homme de bien juge ces accommodements pour sorte de trahison et se flatte plus d’être constant que d’être habile. Il se trouve toujours aux côtés de la vérité et, s’il abandonne parfois les gens ce n’est pas par inconstance, mais parce qu’ils l’ont d’abord abandonnée. »

  • 1 Nous citerons, pour le texte espagnol, l’édition de Emilio Blanco : Gracián (Baltasar), Oráculo ma (...)
  • 2 Pour de plus amples détails biographiques sur Baltasar Gracián, voir l’introduction de l’édition es (...)

1 Intégrité et prudence. Y a-t-il dans les termes mêmes de cet énoncé une antinomie ? La prudence entendue aux xvie et xviie siècles comme puissance de la raison au service d’une lecture pragmatique de la société ou de la politique semble en effet peu conciliable avec la notion même d’intégrité. Pourtant, le fait est que parmi les quelque 300 aphorismes contenus dans Oráculo manual o arte de Prudencia, rédigé en 1647, on en trouve un dont l’intitulé est : Hombre de entereza1. Mais encore faut-il savoir ce qu’un auteur du xviie siècle entend par intégrité. En outre, faut-il comprendre cet aphorisme, ce conseil de Gracián comme exhortatif ou prohibitif ? Est-il une case blanche ou noire sur le grand échiquier de ce manuel de poche de l’homme de cour où Lorenzo Gracián, avatar du jésuite Baltasar Gracián2, offre au lecteur les clefs du succès social ? Les choses ne sont donc pas aussi évidentes qu’elles le paraissent : l’homme intègre, nous indique-t-il, est visiblement admirable et admiré, mais l’intégrité peu recommandée et au vrai peu suivie.

  • 3 Il serait illusoire de prétendre citer ici l’immense bibliographie sur El Oráculo manual. Les quelq (...)
  • 4 Gracián (Baltasar), Art et figures…, op. cit., p. 8.

2L’apparente contradiction que suppose la juxtaposition du concept de prudence avec celui d’intégrité, à une époque où ce dernier terme n’est pas spécialement en vogue ni dans la littérature politique ni d’ailleurs dans la documentation administrative et bureaucratique, peut-elle se résoudre en un conseil utile pour triompher à la cour ? La question mérite d’autant plus que l’on s’y arrête qu’aucun spécialiste de notre auteur ne semble s’y référer3. Parmi les milliers de pages consacrées à la classification et à la mise en ordre thématique des conseils prodigués à l’homme de cour et, pour paraphraser Benito Pelegrin, à l’« homme tout court4 », jamais à notre connaissance n’est cité cet aphorisme. Pourtant, il ne s’agit nullement d’un point secondaire. Sans doute ces quelques lignes sont-elles moins ironiques et, en tous cas dans la lettre, moins empreintes de subtilité que le reste de l’œuvre. Peut-être aussi y trouve-t-on un plus grand sérieux, un jeu plus ténu, moins subtil sur les nuances, sur l’ombre et la lumière. Mais s’il en est bien ainsi, L’homme intègre pourrait être un cas limite, une de ces brusques frontières où tout un art de réussir revient sur ses propres concepts et se met à douter, donnant aux contours souvent poreux de cette véritable philosophie de vie des traits plus nets.

  • 5 Foucault (Michel), Sécurité, territoire, population : Cours au Collège de France (1977-1978), Paris (...)
  • 6 Sur les rapports entre figures de style et pensée chez Gracián : Gracián y Morales (Baltasar) et P (...)

3Cela vient à n’en pas douter du fait que l’intégrité porte en soi, simultanément, la thèse émise par Gracián et son antithèse. D’une part, l’integritas est bien sûr ce qui est entier, complet, ce à quoi il ne manque rien et dont la nature même n’est pas viciée. En termes politiques, on songe à ce qu’écrivait Palazzo en 1606 d’un « État qui reste en état5 ». C’est-à-dire qu’il y a dans ce terme quelque chose de statique, d’immobile, mais aussi l’idée d’un objet qui est sa propre finalité, dont la finalité est d’assurer sa propre permanence. En l’occurrence, l’intégrité de l’État repose sur la conservación, concept récurrent quoique chargé de multiples sens et maintes fois interprété depuis Machiavel. Mais si la question est bel et bien de maintenir intègre, intacte une monarchie, il faut aussi associer à ce vocable la notion de aumento. Sous Philippe II et tout au long du xviie siècle, les deux termes, conservación et aumento, sont parfaitement indissociables et constituent pour ainsi dire le syntagme majeur, la profession de foi de la monarchie hispanique. Comment cette notion s’applique-t-elle lorsqu’il s’agit non plus de gouverner mais de se gouverner ? Quelle est cette « entièreté » de l’homme en société ? Bien entendu, c’est d’abord le fait de ne pas tomber en disgrâce, de ne pas perdre la confiance précédemment acquise, de ne pas ternir l’image que l’on véhicule de soi-même. L’homme intègre doit donc avoir pour objectif premier de le rester. Toutefois, derrière cette dernière question de l’apparence se profile une question essentielle dans l’ensemble de l’œuvre de Gracián – mais peut-être plus particulièrement dans Oráculo manual – et qui apparaîtra ici en filigrane : le rapport entre l’être et l’image, entre la personne et le personnage, entre ombre et lumière, entre vérité et mensonge. Ces couples antinomiques si chers au style et à la pensée de Gracián – un style et une pensée qui s’imbriquent, s’enrichissent et se définissent mutuellement – ne peuvent être marginalisés lorsqu’est posée cette épineuse question de l’intégrité6. Disons pour l’instant que, de ce point de vue-là, la définition de l’intégrité rejoint sans trop de difficulté celle de raison et éventuellement de prudence en ce sens que la raison est l’outil absolu permettant conservación et aumento ou, pour ce qui est du gouvernement de soi-même, du triomphe social.

4Mais l’intégrité véhicule aussi, chez Gracián et probablement dès le xvie siècle, la notion de constance. Le terme est employé dans l’aphorisme et de fait, c’est de lui que découle la contradiction initiale. Comment, dans une société – non seulement politique, mais dans la société de cour et dans les relations humaines, encore une fois, « tout court » – ouvertement définie depuis Machiavel à travers le concept de mutabilité, la constance peut-elle être un atout ? Au cœur du xviie siècle il y a déjà bien longtemps que l’homme n’est plus blanc ou noir, nécessairement vertueux ou malin, mais qu’une myriade de nuances reflète les actions humaines, qu’il s’agisse de celles de gouvernants ou de simples sujets. Et derrière chaque subtilité chromatique se cache un intérêt particulier, une fin particulière qui pousse chacun à agir. L’autre devient ainsi un être complexe, nuancé, dont l’action peut ne pas apparaître compréhensible à l’observateur, du moins au premier abord. Dès lors, il s’agit de déchiffrer les intentions que chacun cache, maquille, déforme, tout en se gardant de dévoiler les siennes propres. Mais s’il en est bien ainsi, comme l’enseigne Gracián, quelle est cette intégrité, cette constance capable d’affronter des mensonges qui ont l’apparence de vérités et des vérités qui occultent des mensonges ? Et que signifie être constant ? Si l’on entend par là toujours adopter la même méthodologie, les mêmes moyens, alors la constance tôt ou tard sera brisée par de plus habiles dissimulateurs. En revanche, si la constance est entendue comme persistance vers un but, alors elle sera utile et même essentielle puisqu’elle garantira l’emploi des meilleurs moyens afin d’accéder au but visé. L’intégrité comme constance dans la poursuite de son propre succès peut ainsi être envisagée comme un gage de réussite.

  • 7 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 201. « Sans mentir, ne pas dire toutes les vérité (...)

5Reste pour finir la question qu’à l’évidence pose l’intégrité, en tant qu’unité de l’être et permanence dans cette unité : la vérité. Et l’on sait ce que Gracián dit de la vérité dans un célèbre aphorisme : Sin mentir no dezir todas las verdades7 (181). À un mensonge encore largement tenu pour vil notre auteur oppose volontiers une vérité relative. Mais une vérité relative peut-elle tenir dans quelque cadre moral ? Ou, pour le dire autrement, une éthique du relativisme peut-elle faire sens, est-elle tolérable en plein cœur du siècle baroque ? Pour Gracián, elle est, en tout état de cause, le fondement de l’action humaine, le point de départ, la prémisse que l’on ne peut éluder. C’est donc ici qu’apparaît l’insurmontable dichotomie, l’imparable contradiction : dans cette vérité qui est à tout prix pourchassée par l’homme de bien, cette vérité employée comme guide absolu de l’homme intègre, dans cette vérité monolithique qui, aux yeux de Gracián, n’existe pas. La souhaite-t-on, l’appelle-t-on de ses vœux, le commerce avec les hommes l’invalide aussitôt. Toute la question est donc là : jusqu’où peut-on être intègre avant de se mettre soi-même en danger ? Ou, si l’on veut : l’intégrité mènet-elle nécessairement à la désintégration de ses propres intérêts ?

Raison, passion et constance

  • 8 Gracián (Baltasar), Hombre, « Toujours du côté de la raison, avec telle constance que ni la passion (...)

« Siempre de parte de la razón, con tal tesón de su propósito, que ni la passión vulgar, ni la violencia tirana le obliguen jamás a pisar la raya de la razón8. »

  • 9 Voir parmi tant et tant d’exemples celui que nous offre, pour l’Espagne du temps, l’ouvrage de Cabr (...)

6Ces quelques mots, les premiers de l’aphorisme, ne laissent guère de doute : l’homme intègre est un homme raisonnable. Or, quel plus grand conseil nous donne Gracián, tout au long de son manuel, que celui de n’agir que conformément à la raison ? De fait, raison et prudence sont à l’époque quasiment synonymes. Être prudent, c’est avant tout savoir et, sachant, agir précautionneusement. La raison se réfère donc en l’occurrence, et de façon générale chez notre auteur, à la science et à la connaissance. En ce sens, la raison qui est ici celle de l’homme intègre fait très largement écho à la notion en vogue dans la littérature politique des xvie et xviie siècles, notamment dans son rapport avec l’historicité9. C’est-à-dire de l’histoire comme réserve d’exemples propres à forger la prudence politique.

  • 10 Voir particulièrement : Egido [A.], Humanidades y dignidad del hombre en Baltasar Gracián, Salamanc (...)
  • 11 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 150-151. « Culture et parure ».
  • 12 Ibid. « L’homme naît barbare ; il rachète sa bestialité par la culture. C’est la culture qui fait l (...)
  • 13 Sur cet ouvrage et sur cette question en particulier, voir : Egido (Aurora), , op. cit., p. 141 sq.(...)

7Il y a donc chez l’homme intègre un savoir, une connaissance que la raison même l’oblige à acquérir et à faire valoir. Cela ne doit d’ailleurs pas nous surprendre compte tenu de l’importance accordée par Gracián à la culture et à la puissance intellectuelle de l’homme10. Dans l’aphorisme intitulé Cultura, y aliño11 (87), Gracián met l’accent sur cette conquête du savoir par l’homme-nature afin de devenir un homme-social : Nace bárbaro el hombre, redímese de bestia cultivándose. Haze personas la cultura, y más quanto mayor12. Cette notion de rédemption par la culture, le raffinement et l’élégance et le combat contre l’animalité, la bestialité et le pur instinct est une pensée fondatrice de l’œuvre de Gracián que l’on retrouve sous sa forme la plus aboutie dans El Criticón13. En effet, dans cet ouvrage, chaque étape de la vie de l’homme est marquée par une nouvelle lutte menée par l’esprit afin d’échapper à sa condition primaire, et que symbolise l’aide portée par Critilo à Andrenio.

  • 14 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 105. « Ne jamais se passionner. […] Il n’est plus (...)

8Or, cette condition initiale de l’être humain, c’est-à-dire de l’homme non encore civilisé, se manifeste principalement à travers la passion, l’affect, le sentiment. Et si la raison est si essentielle afin de triompher en société c’est avant tout en ce qu’elle permet de contenir les passions, de les enfermer dans le domaine d’une nature brute et brutale. De cette manière, si l’homme intègre est un homme qui n’est jamais en proie aux passions, il semblerait le mieux doté pour réussir. De la même façon, Gracián insiste en de multiples occasions sur la nécessité de fuir les passions. Ainsi, dans un autre aphorisme intitulé Hombre inapasionable (8), Gracián écrit : No ai mayor señorío que el de sí mismo, de sus afectos, que llega a ser triunfo del alvedrío14. Il ne fait donc aucun doute qu’une volonté toujours maîtresse de soi-même est un fondement de l’intégrité. Si l’État, pour reprendre l’analogie politique, cessait de choisir pour lui-même et par lui-même les conditions et les moyens de sa propre perpétuation, cela signifierait alors qu’il serait assujetti à une autre puissance. Le libre arbitre, rendu possible par l’usage de la raison, est donc l’essence même de l’intégrité.

  • 15 Ibid., p. 254-255. « Ne pas agir sous la passion. Dès qu’on sent que l’émotion nous gagne, il faut (...)

9Pourtant, dans un autre aphorisme intitulé : Nunca obrar apasionado (287), la mise en garde est plus subtile : En conociéndose alterado, toque a retirar la cordura, porque no acabe de encendérsele la sangre15, écrit Gracián. Autrement dit le fait qu’il ne faut surtout pas agir lorsqu’on est pris de passion et même qu’il faille la fuir absolument ne signifie aucunement que ce danger puisse être toujours évité. En réalité, notre écrivain de la désillusion sait très bien que la passion est inhérente au cœur humain. Mais ce constat le conduit fatalement à cet autre aphorisme : Arte en el apassionarse (155). La passion n’étant pas absolument évitable, il faut la contrôler, la maîtriser. Gracián, en bon maître de casuistique, envisage naturellement la possibilité que l’homme cède à la passion, ou plutôt : entre en passion. « Entrer », c’est le terme qui est employé dans la langue et non pas « se laisser aller » ou « succomber » car cela supposerait effectivement un glissement vers l’irrationnel. En « entrant en passion », l’homme conserve la maîtrise de son libre-arbitre.

  • 16 Ibid., p. 187. « Art de mener sa passion. Que la prudente réflexion prévienne la vulgarité de l’imp (...)

Arte en el apassionarse. Si es possible, prevenga la prudente reflexión la vulgaridad del ímpetu. No le será dificultoso al que fuere prudente. El primer passo de apassionarse es advertir que se apassiona, que es entrar con señorío del afecto, tanteando la necessidad hasta tal punto de enojo, y no más. Con esta superior reflexa entre y salga en una ira. Sepa parar bien, y a su tiempo, que lo más dificultoso del correr está en el parar. Gran prueva de juizio conservarse cuerdo en los trances de locura. Todo excesso de passión degenera de lo racional; pero con esta magistral atención nunca atropellará la razón, ni pisará los términos de la sindéresis. Para saber hazer mal a una passión es menester ir siempre con la rienda en la atención, y será el primer cuerdo a cavallo, si no el último16.

  • 17 Ibid. Dans le texte : conservarse cuerdo en los trances de locura.

10Gracián parle littéralement de « rester sage dans les coups de folie17 », autrement dit de garder raison même en proie à sa propre passion, de prendre de la distance par rapport à des inclinations, des spontanéités inéluctables. En étant toujours attentif, on prévient la passion et c’est finalement la raison qui sort victorieuse du combat. La prudence est saine et sauve. Ainsi, l’homme intègre, tellement raisonnable qu’il ne connaît jamais la passion, aurait donc un avantage considérable sur ses adversaires. Il serait même en cela encore plus sage que les prudents capables de dompter leurs passions. Seulement, cela est-il vraiment crédible ? Un homme « a-passionné » peut-il seulement exister ? Ne s’agit-il pas d’un être factice, d’un être théorique sans existence concrète ? Toute la subtilité de Gracián est ici à l’œuvre. On pourrait tout d’abord douter que Gracián ait cru à l’existence d’un être absolument et toujours dénué de passion. Car c’est bien ce que signifie notre aphorisme 29 lorsqu’il stipule en substance que l’homme intègre ne franchit jamais la ligne de la raison. Or, même si sa raison, ne pouvant se soustraire à la condition humaine, venait à céder, en se rendant maître de sa propre faiblesse l’homme intègre le demeure. À la rigueur, l’art gracianesque du clair-obscur et de la casuistique semblerait ainsi donner à l’intégrité la possibilité de son triomphe et permettre à l’homme intègre, plus qu’à tout autre, d’être prudent.

11Pourtant, si, d’un côté, l’homme intègre est plus que tout autre capable de vaincre ses passions au moyen de ses qualités de discernement, il n’en demeure pas moins qu’à l’inverse sa constance mise au service de la raison n’est pas forcément une valeur absolue. En ce sens, il semblerait que constance et raison soient un duo idéal permettant de combattre avec acharnement la passion sans pour autant assurer le triomphe personnel. De sorte que si la raison, en tant que savoir, en tant que prudence, en tant que sagesse, se voit défendue avec constance par l’homme intègre, ne peut-on dès lors renverser la proposition énoncée tantôt et, au lieu de voir dans la raison la condition de l’intégrité, envisager plutôt que l’intégrité soit une garantie que l’homme se maintiendra, perpétuera sa propre unité, son « entièreté » dans et par la raison ? La raison est en fin de compte tout ce que possède l’homme intègre. Mais peut-il la conserver ?

12Ici donc l’interprétation du concept d’intégrité n’est pas si nette qu’il y paraît et là où l’on penserait trouver un atout majeur, une qualité essentielle, on voit la possibilité d’un défaut, d’une certaine imperfection. Si l’homme intègre semble, au moins dans un premier temps, un homme prudent, cette prudence permet-elle pour autant de rester intègre ou, si l’on veut, la position d’homme intègre, en tant qu’être toujours raisonnable, jamais passionné, est-elle tenable en toute circonstance ? Il serait bon d’être intègre, semble dire Gracián, seulement… Seulement les autres le sont-ils ? Voilà la question.

  • 18 Gracián (Baltasar), Hombre… « Mais qui peut être ce phénix d’équité ? Car l’intégrité a peu de dévo (...)

Pero, ¿quién será este Fenis de la equidad?, que tiene pocos finos la entereza. Celébranla muchos, mas no por su casa18?

13Peut-on pécher par excès de raison ? C’est en substance la question que semble introduire le jésuite. Ce « phénix d’équité », cet être raisonnable au point d’incarner la justice – non pas du point de vue du droit mais du point de vue de la vérité –, de la constance, de l’égal traitement de l’autre est-il vraiment humain ? Bien sûr la question est rhétorique : non, l’homme intègre, en ce sens, n’existe pas. Et si l’homme intègre n’existe pas, ce n’est pas tant parce que la raison devrait nécessairement, tôt ou tard, être mise en échec, ce n’est pas non plus parce que la passion n’est pas évitable, ce n’est pas, enfin, parce que la connaissance et la culture sont insuffisantes à assurer le succès, mais pour la simple et bonne raison que l’intégrité est dangereuse pour elle-même. En d’autres termes, le problème n’est peut-être pas tant que l’intégrité pourrait s’avérer insuffisante, incapable de conduire à la réussite, mais qu’elle aille elle-même, de son propre chef, contre ses intérêts.

14Cette étonnante contradiction donne évidemment lieu à ce que l’intégrité soit admirée, reconnue, digne de louange mais en même temps fuie, évitée, laissée à d’autres. Comment peut-on saluer une qualité et ne point vouloir la faire sienne si elle ne comporte pas un sérieux désavantage ? C’est donc d’une admiration mêlée de crainte qu’il s’agit, comme on admire et l’on craint une divinité, un être supérieur ou particulièrement puissant, comme devant un phénix. Dès lors, comment l’homme raisonnable par antonomase peut-il devenir un homme dangereux pour lui-même ? Voilà la question qu’il faut à présent examiner.

L’intégrité : force et faiblesse de l’homme de cour

  • 19 Ibid., « [L’intégrité] n’hésite pas à s’opposer aux amis, au pouvoir et même à son propre intérêt e (...)

15L’intégrité, nous dit Gracián, no repara […] en encontrarse con la amistad, con el poder, y aun con la propia conveniencia, y aquí es el aprieto del desconocerla19. À première vue, une telle assertion paraît assez négative. L’affrontement direct n’est pas vraiment le conseil que donnerait Gracián lequel privilégie largement le consensus, la mesure, la médiation. Pourtant ces oppositions ne sont pas nécessairement mauvaises et, surtout, ne contredisent pas les autres préceptes de l’ouvrage aussi strictement que l’on pourrait le penser.

  • 20 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 163-164. « Avoir des amis ».
  • 21 Ibid. « La plus grande et la meilleure part de ce que nous avons dépend des autres. »

16L’amitié est décrite dans Oráculo manual à travers deux aphorismes assez complémentaires. Le premier, intitulé Tener amigos20 (111) souligne l’importance de l’amitié en insistant sur la nécessité et sur le bénéfice du service rendu, ce qui implique deux conséquences : la première est que l’on ne peut rien faire seul et qu’il faut trouver des alliés pour affronter la société des hommes ; la seconde est que l’amitié revêt par la force des choses un caractère utilitaire. Depende lo más y lo mejor que tenemos de los otros21, indique sentencieusement Gracián, en guise de synthèse de ces deux aspects. Aussi, conclut-il, il faut quotidiennement acquérir de nouveaux amis et même en laisser certains atteindre la sphère de son intimité. En d’autres termes, s’opposer, affronter, combattre un ami, c’est-à-dire courir le risque de le perdre, semble assez maladroit pour qui veut réussir. Mais, comme toujours, les choses ne sont pas si tranchées et le second aphorisme (156) consacré aux catégories d’amitiés vient introduire une nouvelle subtilité. Ainsi :

  • 22 Ibid., p. 187-188. « Amis par choix. Ils le doivent être après l’examen du discernement et l’épreuv (...)

Amigos de elección. Que lo han de ser a examen de la discreción y a prueva de la fortuna, graduados no sólo de la voluntad, sino del entendimiento […] Ai amistades legítimas y otras adulterinas: éstas para la delectación, aquéllas para la fecundidad de aciertos […] Más aprovecha un buen entendimiento de un amigo que muchas buenas voluntades de otros […] Aya, pues, elección, y no suerte22.

  • 23 Ibid., p. 148-149. « Savoir utiliser ses ennemis. Au sage, l’ennemi, plus qu’au sot son ami, parfoi (...)

17Si, comme Gracián l’indique ici, l’amitié est affaire de raison, qui mieux que l’homme intègre pour choisir ses amis ? Si l’amitié ne doit point être le fruit du hasard ou des relations mais bel et bien le résultat du calcul et du discernement, c’est du calcul et du discernement que devrait également procéder la rupture d’une amitié. Si l’amitié vraie est l’amitié utile, à quoi bon la faire perdurer lorsqu’elle cesse de l’être ? Si l’homme intègre choisit un ami au moyen de son jugement, par l’exercice de la raison, pourquoi choisir d’en refouler une autre après que la raison eut établi son inutilité serait-il moins raisonnable ? Il semblerait une fois encore que la question de la constance soit à l’œuvre dans cette nouvelle contradiction. Car cela signifierait alors que l’homme intègre, ayant stratégiquement choisi un ami, se verrait, au nom de la constance qui est la sienne, prisonnier de cette amitié. Autrement dit, raisonnable dans l’action première, dans le choix, dans le commencement de la stratégie, l’homme intègre deviendrait alors gauche, faible et maladroit dans la poursuite de ses fins ? En tout état de cause, si l’amitié est nécessaire pour triompher à la cour, il doit aussi l’être à certains moments de s’en défaire. D’autant plus que les ennemis sont aussi d’une grande utilité, comme le précise l’aphorisme 84, Saber usar de los enemigos : Al varón sabio más le aprovechan sus enemigos que al necio sus amigos23. Si l’on suit ce précepte de Gracián, on peut conclure sans trop prendre de risque que l’homme raisonnable fera montre d’une grande habileté si, d’un ami inutile, il se fait un utile ennemi.

18Il n’est donc pas si évident que s’opposer à l’amitié soit par nature une erreur ou une maladresse. Tout le problème serait plutôt de déterminer la raison pour laquelle on prend le risque de perdre une amitié : si c’est pour une raison utilitaire ou par soumission à la constance, si c’est pour une raison humaine ou pour une raison de fidélité, pour une raison de l’âme, autrement dit pour une raison divine. Il semblerait que l’on touche ici à la question de la morale, d’une morale dédoublée. La constance faisant fi des intentions humaines devient une constance pour elle-même, d’inspiration divine, que seule peut justifier une divine finalité. Le problème serait ainsi beaucoup plus profond qu’il n’y paraît car si la constance en amitié est une vertu chrétienne, alors l’homme vertueux cesse d’être raisonnable au sens que Gracián donne à la raison, c’est-à-dire celui de la prudence. L’homme intègre cesse donc de l’être tel qu’il nous a été défini jusqu’ici. Ou plutôt : il cesse d’être prudent au nom d’une intégrité à tout prix. Sa fidélité, par constance, par vertu, met en danger les conquêtes antérieures de sa raison. Une fracture commence donc ici à apparaître et l’unité de l’homme intègre commence à se fragmenter. Car ce dernier, par essence raisonnable, toujours victorieux de la passion semble s’enfermer soudain dans une constance qui n’est plus qu’entêtement à ne pas se dédire. Il refuse de rompre ce qui avait pris la forme d’un engagement, d’une parole, d’un consentement mutuel, afin de donner la preuve de l’immutabilité de son comportement et de son action. Derrière sa constance, il y a la durabilité et l’immobilité. Toutefois, si en amitié un tel comportement est certes erratique aux yeux de Gracián, il ne semble pas nécessairement présenter un danger imminent. Il n’en est pas de même dans d’autres situations où ce rejet du changement, de la rupture et de l’adaptation peut porter préjudice à l’homme intègre.

  • 24 Gracián (Baltasar), Hombre…

19Ainsi nous dit Gracián, l’homme intègre ne redoute pas non plus d’affronter le pouvoir et même ses propres intérêts24. Ici la rupture est consommée, comment un homme sage peut-il aller contre ses propres intérêts et surtout au nom de quoi ? L’homme est raisonnable et prudent tant qu’il ne perd pas de vue ses objectifs, qu’il dissimule ses intentions et protège ses fins. L’homme qui pousse sa constance jusqu’à mettre en danger ses propres intérêts doit aussitôt cesser d’être considéré comme prudent. Autrement dit, la raison et la constance de l’homme intègre ne sont des atouts pour triompher à la cour et de façon générale en politique, que jusqu’à un certain point. L’intégrité n’est pas mauvaise en soi, elle a seulement, comme toutes choses, des limites à ne pas franchir. Au-delà de ces limites, on s’expose au danger et le bon sens oblige à renoncer ou à courir à l’échec.

  • 25 Ibid., « [certains] soutiennent [l’intégrité] jusqu’à se mettre en danger ; mais face au péril les (...)

20De quoi il résulte que certains ne sont intègres qu’à demi. En ce sens, dit Gracián, certains [la] siguen […] hasta el peligro ; en él los falsos amigos la niegan, los políticos la dissimulan25. S’il peut donc s’avérer salutaire d’être intègre, il pourrait l’être plus encore de savoir cesser de l’être. C’est à partir de ce point, lorsque le danger est, pour ainsi dire, flairé qu’il faut quitter l’intégrité et feindre pour ne pas perdre ses amis, éluder pour ne pas se retrouver nu face au pouvoir et mentir pour mettre à l’abri ses propres intérêts.

21L’intégrité est donc paradoxalement une force et une faiblesse, comme elle est paradoxalement raisonnable et déraisonnable à la fois. Mais qu’est-ce qui empêche l’intégrité de suivre le chemin de la raison ? Qu’est-ce qui la pousse à dévier, à abandonner une stratégie qu’elle avait si bien commencée ? Au nom de quoi l’homme intègre accepte-t-il de se diriger droit vers l’échec, vers la chute, vers la désintégration ?

Raison divine et raison d’État

  • 26 Ibid., « Les astucieux, par une subtilité plausible, distinguent des cas et cherchent à faire accor (...)

Abstrahen los astutos con metafísica plausible por no agraviar, o la razón superior, o la de estado; pero el constante varón juzga por especie de traición el dissimulo; préciase más de la tenacidad que de la sagacidad26.

22La figure opposée à l’homme intègre est celle de l’« astucieux », lequel accepte de ne rien laisser de côté, ni les intérêts terrestres, cette « raison d’État » que mentionne Gracián, ni les préceptes de l’éthique chrétienne qu’il nomme « raison supérieure ». Là où l’homme intègre refuse d’allier raison d’État et raison supérieure, raison humaine et raison divine, les astucieux – entendons : les hommes prudents, ceux que la raison rend prudents – cherchent à ne rien négliger. Pour le premier, il s’agit de conserver la vertu dans la sphère des exigences divines, pour les seconds, le danger qui plane sur leurs intérêts est le seul paramètre à prendre en compte. De sorte que l’homme intègre condamne sans hésiter ceux qui se parent d’habileté, ceux qui trahissent, dissimulent et font usage de toute la finesse d’esprit de laquelle ils sont capables. Mais il les condamne, cet homme de bien, cet homme intègre, au nom de la ténacité et du refus catégorique de se faire une boussole de cette « métaphysique plausible » qui n’est autre qu’un art de la probabilité et de la mesure. La hiérarchie entre vertu chrétienne et intérêt terrestre doit être maintenue, et ce qui est vil et bas dans le comportement humain doit être dénigré au profit de ce qui est pur et céleste. Mais sur lequel, de l’astucieux et de l’homme de bien, le choix de Gracián se porte-t-il ? Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : sur celui qui saura le mieux servir ses propres intérêts.

  • 27 Gracián (Baltasar), Oráculo manual, op. cit., p. 111, 201, 217, 107, 173. « User de variations dans (...)
  • 28 Ibid., p. 260-261. Le dernier aphorisme de l’ouvrage s’intitule : En una palabra, santo. « En résum (...)

23Voilà donc une façon un peu détournée de condamner l’homme intègre. On est sans aucun doute astucieux de vouloir accorder la raison humaine et la raison divine et de tâcher ainsi de poursuivre son but avec raison et prudence ; mais on sera tout de même homme de bien de ne le point souhaiter. Dans ce dernier cas, la question est alors de savoir quel en sera le prix ? Depuis plus d’un siècle, c’est de cela et de cela seulement qu’il s’agit. L’attitude désabusée – desengañada, pour reprendre un des mots emblématiques du baroque espagnol – que, selon Gracián, doit adopter quiconque veut triompher dans la société des hommes consiste à toujours agir de la façon la plus adéquate, c’est-à-dire de la façon la plus humaine. Et la façon la plus humaine de parvenir à ses fins sera, si la situation l’impose, indépendante des principes éthiques du christianisme. C’est ce que l’ensemble des aphorismes de l’ouvrage tendent par ailleurs à démontrer. Variar de tenor en el obrar (17), Sin mentir no decir todas las verdades (181), Saber jugar de la verdad (210), Obrar de intención, ya segunda, ya primera (13), Hazer y hazer parecer (130)27 etc. Mais agir de cette façon signifie-t-il abandonner pour autant toute conscience ? Évidemment, non. Les astucieux cherchent toujours à ne pas trahir la raison divine, mais ils reconnaissent aussi les limites de cette façon d’agir. Le fait que Gracián décrive un art d’agir en société, un art de frayer un chemin à ses propres intérêts n’induit nullement qu’il n’y ait pas d’existence intérieure véritable, ni que toute profondeur d’âme soit exclue. La grandeur et l’élévation de l’être ne sont pas incompatibles avec l’usage du paraître. Après tout, ne s’agit-il pas d’être saint28 ?

  • 29 Sur l’impact de la pensée de Ignace de Loyola et de la Compagnie de Jésus sur Oráculo manual, voir (...)

24Mais ces astucieux, ces habiles, ces dissimulateurs qui s’efforcent de ne pas exclure leur conscience de leurs stratégies humaines, de concilier sainteté et intérêts, ne sont-ils pas à l’image de Gracián lui-même ? Quant à cette subtilité plausible, cette casuistique acharnée, elle n’est autre que son propre instrument, l’instrument d’Ignace de Loyola29. Distinguer des cas revient à nuancer, à envisager des possibilités qui ne soient ni blanches ni noires, mais de tous les tons de gris ; des options qui ne soient ni seulement humainement raisonnables ni seulement des raisons du divin, offrent à l’homme une sainte prudence, voire une prudence de la sainteté. Si cet aphorisme sur l’intégrité est un cas limite, c’est parce qu’il nous conduit à la racine de la préoccupation intellectuelle de Gracián : être à la fois Baltasar et Lorenzo.

25Refuser ce grand écart, décider que cette dichotomie doit en rester une, c’est cela être intègre. Voilà à quoi mène l’intégrité observée jusque dans ses derniers retranchements. Ainsi, l’homme raisonnable par excellence possèderait le profil type du courtisan capable de réussir et poursuivrait sans doute jusqu’au bout le chemin du succès, n’était cette erreur qu’il commet à l’intersection de deux raisons de s’orienter vers celle qui n’est pas de la sphère humaine, celle qui servira le moins bien ses intérêts terrestres. Ce qu’il juge comme une trahison n’est autre qu’une trahison de lui-même, de ses propres intérêts. Et, pour finir, il pense que la seule constance est de choisir la voie d’une vertu chrétienne où les choses sont ce qu’elles paraissent, alors qu’il pourrait tout aussi bien être constant en choisissant l’autre voie, celle qui admet qu’il y ait, dans la société des hommes, le visible et le sous-jacent. Car après tout, Gracián aussi en appelle à la constance par la mise en œuvre d’artifices toujours variés et toujours tournés vers le même but : la réussite, la conservación et si possible l’aumento de sa propre situation, de sa maison, de son industrie exigent une constante révision des moyens pour y parvenir. Tout comme chaque instrument dans la fosse est une possibilité de plus, un enrichissement, tant qu’il sert la même mélodie, les moyens humains doivent constamment réinventer leur partition dans la grande symphonie du monde et de la société, mais où les anges n’ont pas leur place.

  • 30 Gracián (Baltasar) et Blanco (E.), Oráculo manual, op. cit., p. 237. « Il faut user des moyens huma (...)

26Autrement dit, les véritables empêchements de l’intégrité ne sont ni la raison en tant que telle, ni la constance pour ce qu’elle est, mais le choix de la mauvaise raison comme fil conducteur et, par conséquent, l’usage de la constance à de mauvaises fins. D’ailleurs, ce n’est pas qu’il y ait une bonne ou une mauvaise raison, c’est qu’elles servent chacune des calculs distincts, comme deux théorèmes ont chacun leur finalité et des cas spécifiques à résoudre. Et sans doute est-ce Gracián qui a le mieux exprimé cette profonde rupture dans un aphorisme incisif, le seul qu’il ne fit suivre d’aucun commentaire, comme si tout son enseignement y était contenu : Hanse de procurar los medios humanos como si no huviesse divinos, y los divinos como si no huviesse humanos30 (251). L’homme intègre commet l’erreur de croire qu’il n’y a qu’une sorte de moyens quelles que soient les fins.

27Finalement, Gracián achève ce portrait de l’homme intègre en notant que sa persévérance n’est dans le fond que désir de se maintenir aux côtés de la vérité :

  • 31 Gracián (Baltasar), Hombre…, « Il se trouve [l’homme de bien] toujours aux côtés de la vérité et, s (...)

Hállase [el constante varón] donde la verdad se halla; y si dexa los sugetos, no es por variedad suya, sino dellos en dexarla primero31.

28Voilà donc ce dont il s’agit. La vérité. Autrement dit de la justice divine de laquelle les hommes dans leur imperfection doivent s’inspirer pour agir. Une vérité qui ne souffre d’autre raison que celle de la conscience, qui ne connaît ni la subtilité, ni l’exception, ni la casuistique, cette vérité qui est une, entière et immaculée. L’homme intègre ne peut l’être que s’il reste fidèle à la vérité qui est elle-même infractionnable et ne tolère aucune trahison. Si, pour l’homme intègre, on s’écarte de la vérité de Dieu par le biais de la raison, alors la raison est une trahison. Pour Gracián, si au nom de la vérité divine on se met en danger devant les hommes, il faut s’en remettre à d’autres vérités. L’homme intègre refuse de reculer devant le danger, alors que l’homme raisonnable, l’homme véritablement prudent, ne pouvant être intègre que par et pour lui-même et pour ses intérêts ne le sera tout à fait qu’en cessant de l’être au bon moment.

  • 32 Ribadeneyra (Pedro de), Tratado de la religion y virtudes que debe tener el principe christiano, pa (...)
  • 33 Nous ne pouvons malheureusement pas, dans le cadre du présent travail, développer trop longuement c (...)

29Si l’on transpose une fois encore la question sur le plan de la prudence politique, on se rend rapidement compte que cette question de l’intégrité porte en elle-même tous les éléments du débat. Lorsque le père Pedro de Ribadeneyra oppose à la toute fin du xvie siècle la vraie raison d’État à la fausse, lorsqu’il accepte la dissimulation mais refuse le mensonge, que fait-il, sinon élaborer une « casuistique subtile »32 ? Tout en se réclamant de la vérité, il n’a d’autres choix que de louvoyer afin d’élaborer un moyen terme entre raison divine et raison d’État de l’individu33. Et lorsqu’on récupère en Espagne et en Europe, dès la fin du xvie siècle puis tout au long du xviie siècle, l’héritage de l’historien romain Tacite afin de frayer une nouvelle voie à la pensée politique, que fait-on sinon s’évertuer à trouver une « métaphysique plausible » ? On a beau à cette époque en Europe combattre avec plus ou moins de véhémence les idées de Machiavel, le fait est que l’on ne peut plus revenir en arrière et que toute la pensée politique qui suit, qu’elle traite du pouvoir ou du gouvernement, de la souveraineté ou de la gouvernementalité, qu’il s’agisse de gouverner ou de se gouverner, doit bon gré mal gré accepter la mutabilité de l’action humaine et la primauté des intérêts et des causalités terrestres sur les intérêts divins. Que l’on s’oppose à Machiavel ou pas, que Machiavel lui-même ait été le concepteur de la raison d’État ou pas, le fait demeure que c’est cette raison-là dont traitent les penseurs politiques en Europe à partir de la seconde moitié du xvie siècle. De telle sorte qu’agir selon cette raison humaine dont les outils sont humains n’est plus vraiment un sujet de débat au temps de Gracián. L’homme intègre jusqu’aux limites de ses propres forces n’est déjà plus à cette époque qu’un homme dépassé par les exigences du temps.

30Revenons donc à notre questionnement initial : l’intégrité et la prudence s’opposent-elles ? D’un certain point de vue, elles sembleraient plutôt être des voies parallèles puisqu’elles se fondent sur les mêmes caractéristiques que sont la raison et la constance : toutes deux refusent de succomber à la passion, prônent le savoir, la connaissance, l’intelligence par opposition à la bêtise et la brutalité ; l’une et l’autre s’appuient sur le jugement, le discernement et placent au-dessus de tout l’usage de l’esprit ; toutes deux, enfin, sont déterminées par les fins qu’elles se donnent. Et l’on pourrait dire, à la rigueur, que les fins de l’homme intègre et de l’homme prudent sont semblables : être toujours des hommes de bien, capables d’exercer leur pouvoir sur la cour ou du moins une certaine influence, se maintenir dans la lumière de la reconnaissance et de manière générale assouvir leurs ambitions. Mais ces finalités n’ont que l’apparence de la similitude. Car, si pour l’homme prudent, il n’est de finalité que dans l’utile, pour l’homme intègre il n’est de finalité que dans le bien ; si la prudence accepte la variabilité, la mutabilité des comportements et des choses humaines, l’intégrité pour sa part n’accorde de valeur directrice qu’à l’unité, à l’immutabilité. L’homme prudent sait que les apparences ne sont pas des vérités, l’homme intègre n’envisage pas que ce qu’il voit puisse ne pas être et moins encore d’agir en dehors de ce qu’il sait être vrai. En fin de compte, n’étaient l’idée de trahison de sa propre conscience et l’affrontement constant entre vérité absolue et vérité relative qui en découle, on pourrait croire identiques l’homme intègre et l’homme prudent.

31Ainsi, intégrité et prudence politique ne sont inconciliables, selon les définitions que nous en donne Gracián, que dans le cadre d’une certaine subtilité. Leur opposition n’est pas aussi franche dans la réalité de leurs procédés qu’elle l’est au premier abord en termes de résultat. De fait, leurs résultats seront rigoureusement toujours les mêmes tant que l’homme intègre ne tombe pas face à un choix qu’il ne veut pas faire ou sur un ambitieux plus habile. Quoi qu’il en soit, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intégrité n’est absolument pas condamnée en bloc et l’homme intègre n’est en rien raillé par le jésuite : sa loyauté sans faille à la raison est plutôt admirée, sa fidélité en amitié serait plutôt en son honneur et l’image de l’homme de bien, vivant et agissant dans et pour la vérité, n’apparaît en rien tournée en dérision. Au contraire, n’y a-t-il pas une sorte de regret chez Gracián que ces qualités soient insuffisantes pour triompher dans la société des hommes ? Mais Gracián, nous l’avons dit, n’est pas dupe et agit en homme désabusé. Et le fait est que tout homme de bien qu’il est, l’homme intègre ne peut gagner la partie s’il refuse les règles du jeu. Il n’a donc rien du sot, de l’ingénu qu’en maintes occasions Gracián nous décrit dans Oráculo manual. Il n’a rien non plus de l’ignorant. Il porte simplement en lui-même les limites de sa propre action. Et tôt ou tard, il succombera aux mains de ceux qui croient aux vérités et non à la vérité, qui observent incrédules les apparences sans leur donner le gage de la vérité.

32À terme, la désintégration de l’homme intègre n’est donc pas évitable. Ce qu’il construit tout d’abord par prudence, dans les limites de la raison, se heurte fatalement à l’inconstance, voire à l’inconsistance, des choses et s’achemine inéluctablement vers la destruction. Ce qui le rend fort aujourd’hui, le desservira demain. Sa recherche de la vérité, son inusable soif de savoir et de raison, son rejet des passions humaines sont autant de qualités qui finissent par devenir des défauts. En effet, pour Gracián, qualités et défauts ne sont pas des valeurs absolues, mais se mesurent à l’aune de situations concrètes, à l’intérieur d’une savante casuistique. S’il est vrai que les défauts de grossièreté, d’ignorance, de bêtise seront rarement des qualités, il peut en revanche arriver que la raison, la constance, la prudence et avec elles toutes les vertus chrétiennes deviennent circonstanciellement des défauts. Les secondes ne valent alors pas plus que les premières. Ainsi, la profonde incapacité de l’homme intègre à triompher à la cour ne tient donc, en ultime analyse, qu’à son refus de dissimuler son être véritable et à son obstination de toujours se montrer dans son « entièreté ». Dans son désir de toujours apparaître face aux hommes tel qu’il est, il pense le monde à l’image de sa propre vertu et ne s’aperçoit pas que, ce faisant, il devient la victime de ceux qui, sachant maquiller leurs imperfections, lui donneront à voir, mais pour un temps seulement, son propre reflet. Il prendra alors l’image pour l’objet, le paraître pour l’être, le faux pour le vrai et restera jusqu’à la désillusion le jouet des illusions.

Notes

1 Nous citerons, pour le texte espagnol, l’édition de Emilio Blanco : Gracián (Baltasar), Oráculo manual y arte de prudencia, Madrid, Cátedra, 2000. Et, sauf indication contraire, nous nous en remettons pour la traduction à l’édition française de Benito Pelegrin : Gracián (Baltasar), Art et figures du succès : oracle manuel, Paris, Éd. Points, 2012. Nous faisons suivre chaque aphorisme du numéro par lequel le citent ces deux ouvrages. L’aphorisme qui est l’objet du présent travail, intitulé Hombre de entereza, L’homme intègre, est l’aphorisme numéro 29. Dorénavant : Hombre…

2 Pour de plus amples détails biographiques sur Baltasar Gracián, voir l’introduction de l’édition espagnole de Benito Pelegrin : Gracián y Morales (Baltasar), Oráculo manual y arte de prudencia, Zaragoza, Guara, 1983, p. 11-19. Dans sa note antibiographique, Pelegrin insiste sur la volonté de Gracián de publier sans la licence de la Compagnie de Jésus et d’utiliser à cette fin un pseudonyme.

3 Il serait illusoire de prétendre citer ici l’immense bibliographie sur El Oráculo manual. Les quelques ouvrages qui suivent constituent une simple orientation. Cantarino Suñer (María Elena), De la razón de estado a la razón de estado del individuo : tratados politico-morales de Baltasar Gracián (1637- 1647), Valencia, Universitat de València, Servei de Publicacions, 1996 ; Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit. ; Id., Traités politiques, esthétiques, éthiques, Paris, Éditions du Seuil, 2005 ; Moraleja Juárez (Alfonso), Baltasar Gracián : forma política y contenido ético, Madrid, UAM Ediciones, 1999 ; Gracián y su época actas, ponencias y comunicaciones, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1986 ; Senabre (Ricardo), Gracián y « El Criticón », Salamanca, Universidad de Salamanca, 1979.

4 Gracián (Baltasar), Art et figures…, op. cit., p. 8.

5 Foucault (Michel), Sécurité, territoire, population : Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard, Seuil, 2004, leçon du 15 mars 1978.

6 Sur les rapports entre figures de style et pensée chez Gracián : Gracián y Morales (Baltasar) et Pelegrín (Benito), Oráculo manual y arte de prudencia, op. cit., p. 65-69.

7 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 201. « Sans mentir, ne pas dire toutes les vérités ».

8 Gracián (Baltasar), Hombre, « Toujours du côté de la raison, avec telle constance que ni la passion vulgaire ni la violence tyrannique n’obligent jamais à la fouler aux pieds. »

9 Voir parmi tant et tant d’exemples celui que nous offre, pour l’Espagne du temps, l’ouvrage de Cabrera de Córdoba, chroniqueur à la cour de Philippe II puis de Philippe III : Cabrera de Córdoba (Luis), De historia para entenderla y escribirla, Madrid, Instituto de Estudios Políticos, 1948.

10 Voir particulièrement : Egido [A.], Humanidades y dignidad del hombre en Baltasar Gracián, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2001.

11 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 150-151. « Culture et parure ».

12 Ibid. « L’homme naît barbare ; il rachète sa bestialité par la culture. C’est la culture qui fait les personnes, et d’autant plus qu’elle est grande. »

13 Sur cet ouvrage et sur cette question en particulier, voir : Egido (Aurora), , op. cit., p. 141 sq.. Ainsi que l’introduction de Santos Alonso à l’édition espagnole : Gracián (Baltasar), El criticón, Madrid, Cátedra, 1993.

14 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 105. « Ne jamais se passionner. […] Il n’est plus grand empire que celui de soi-même et de ses affections, triomphe singulier de notre libre arbitre. »

15 Ibid., p. 254-255. « Ne pas agir sous la passion. Dès qu’on sent que l’émotion nous gagne, il faut sonner la prudente retraite pour éviter que le sang ne s’enflamme encore plus. »

16 Ibid., p. 187. « Art de mener sa passion. Que la prudente réflexion prévienne la vulgarité de l’impulsion ; cela ne sera pas difficile à l’homme prudent. La première chose, quand on se passionne, c’est de sentir que l’on se passionne, c’est commencer par se maîtriser pour mesurer les limites qu’il ne faut pas dépasser dans son courroux ; avec cette supérieure réflexion, commencez et terminez une colère. Sachez bien vous arrêter, et à temps, car le plus difficile est de s’arrêter. Grande preuve de jugement : garder la tête froide dans les affaires chaudes. Tout excès de passion dégénère du raisonnable, mais, par cette magistrale attention, vous ne heurterez jamais la raison ni passerez les bornes du bon sens. Pour savoir dompter une passion, il faut toujours avoir en main la bride de la vigilance. Vous serez ainsi le premier sage, sinon le dernier, à monter sans risque sur ses grands chevaux. »

17 Ibid. Dans le texte : conservarse cuerdo en los trances de locura.

18 Gracián (Baltasar), Hombre… « Mais qui peut être ce phénix d’équité ? Car l’intégrité a peu de dévots. Beaucoup la louent, sans la faire maîtresse chez eux. »

19 Ibid., « [L’intégrité] n’hésite pas à s’opposer aux amis, au pouvoir et même à son propre intérêt et court le risque d’être incomprise. »

20 Gracián (Baltasar), Oráculo manual…, op. cit., p. 163-164. « Avoir des amis ».

21 Ibid. « La plus grande et la meilleure part de ce que nous avons dépend des autres. »

22 Ibid., p. 187-188. « Amis par choix. Ils le doivent être après l’examen du discernement et l’épreuve de la fortune ; le suffrage du goût ne suffit pas s’ils ne remportent aussi celui de la raison […] Il y a des amitiés légitimes, d’autres adultérines : celles-ci pour le plaisir, celles-là pour la fécondité des résultats […]. Le bon accord d’un seul ami profite plus souvent que la sympathie de beaucoup d’autres […]. Les amis, affaire de choix, non de hasard. »

23 Ibid., p. 148-149. « Savoir utiliser ses ennemis. Au sage, l’ennemi, plus qu’au sot son ami, parfois peut être utile. »

24 Gracián (Baltasar), Hombre…

25 Ibid., « [certains] soutiennent [l’intégrité] jusqu’à se mettre en danger ; mais face au péril les faux amis la renient et les politiques l’ignorent. »

26 Ibid., « Les astucieux, par une subtilité plausible, distinguent des cas et cherchent à faire accorder leur conscience et leur raison d’État. Mais l’homme de bien juge ces accomodements pour sorte de trahison et se flatte plus d’être constant que d’être habile. »

27 Gracián (Baltasar), Oráculo manual, op. cit., p. 111, 201, 217, 107, 173. « User de variations dans l’exécution », « Sans mentir, ne pas dire toutes les vérités », « Savoir jouer de la vérité », « Agir par intention, tantôt seconde, tantôt première », « Faire et faire paraître ».

28 Ibid., p. 260-261. Le dernier aphorisme de l’ouvrage s’intitule : En una palabra, santo. « En résumé, être saint, car c’est tout dire en un seul mot. »

29 Sur l’impact de la pensée de Ignace de Loyola et de la Compagnie de Jésus sur Oráculo manual, voir l’édition espagnole de Pelegrin : Gracián (Baltasar), Oráculo manual, op. cit., p. 32 sq. « Ce pragmatisme et cette faculté d’adaptation sont fondamentaux pour la Compagnie. Son plus grand soin se porte sur l’efficacité immédiate et sur le rejet des abstractions théoriques qui ne débouchent pas sur des réalisations concrètes : mieux vaut l’expérience que la science. » (p. 32) C’est nous qui traduisons.

30 Gracián (Baltasar) et Blanco (E.), Oráculo manual, op. cit., p. 237. « Il faut user des moyens humains comme s’il n’y en avait pas de divins et des divins comme s’il n’y en avait pas d’humains. »

31 Gracián (Baltasar), Hombre…, « Il se trouve [l’homme de bien] toujours aux côtés de la vérité et, s’il abandonne parfois les gens, ce n’est pas par inconstance, mais parce qu’ils l’ont d’abord abandonnée. »

32 Ribadeneyra (Pedro de), Tratado de la religion y virtudes que debe tener el principe christiano, para gobernar y conservar sus estados : Contra lo que Nicolas Maquiavelo, y los politicos en este tiempo enseñan, Madrid, Oficina de Pantaleon Aznar, 1788.

33 Nous ne pouvons malheureusement pas, dans le cadre du présent travail, développer trop longuement cette question. Nous renvoyons donc, pour ce qui concerne les voies empruntées par la littérature politique du temps, à la brève orientation bibliographique (sources et études) qui suit. Sources : Alamos de Barrientos (Baltasar), Aforismos al Tácito español, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1987 ; Saavedra Fajardo (Diego de), Idea de un principe politico Christiano. Representada en cien empresas por Don Diego Saavedra Fajardo, Monaco, En la emprenta de Nicolao Enrico, 1640 ; Furio Ceriol (Fadrique), El concejo y consejeros del principe y otras obras, Valencia, Institución Alfonso el Magnánimo, Diputación Provincial de Valencia, 1952. Études : Zarka (Yves-Charles), Raison et déraison d’État : théoriciens et théories de la raison d’État aux xvie et xviie siècles, Paris, Presses universitaires de France, 1994 ; Joucla-Ruau (André), Le Tacitisme de Saavedra Fajardo, Paris, Éditions hispaniques, 1977 ; Lazzeri (Christian) et Reynié (Dominique), La raison d’État : politique et rationalité, Le pouvoir de la raison d’État, Paris, Presses universitaires de France, 1992 ; Fernández-Santamaría, J. A., Razón de estado y política en el pensamiento español del barroco : 1595-1640, Madrid, Centro de estudios constitucionales, 1986.

Auteur

Aix-Marseille Université (AMU). École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velazquez)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search