Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 6. Le concept d’intégrité et l’idéologie méritocratique dans la république vénitienne (xvie-xviiie siècle)

Maud Harivel

Texte intégral

  • 1  L’historiographie sur le mythe vénitien est considérable. Je me limiterai donc à mentionner quelqu (...)
  • 2  Les patriciens devaient prêter serment d’élire le meilleur candidat pour la patrie : « voler el mi (...)

1À l’époque moderne était diffusé en Europe le mythe de Venise1, celui d’une république parfaite connue pour sa constitution exemplaire et son harmonie sociale qui lui valut le surnom de Sérénissime. Depuis la fin du xiiie siècle, Venise était effectivement une république de type aristocratique, car seuls les membres du patriciat vénitien conservèrent le droit de participation à la vie politique. Ainsi, tout membre du patriciat vénitien avait automatiquement droit d’accès au Grand Conseil dès l’âge de 25 ans. La république fonctionnait selon le principe d’égalité entre les membres du patriciat. Afin d’assurer la validité de ce principe, les charges politiques étaient limitées à une durée de six mois à deux ans maximum avec l’impossibilité d’être réélu aussitôt à la même charge. Ainsi, le plus grand nombre de patriciens avait théoriquement accès au pouvoir politique grâce à des élections régulières. Seuls le doge – le prince de la ville – et les procurateurs de Saint-Marc étaient élus à vie. Les charges devaient être distribuées selon les mérites de chaque individu ; il était explicitement demandé aux patriciens dans les lois contre la corruption électorale d’élire le patricien « le meilleur, le plus apte et le plus loyal pour la république » sans prendre en considération les liens sociaux qu’ils soient de type familial, amical ou clientélaire2.

  • 3  Dursteler (Eric R.), « Introduction, A brief survey of histories of Venice », dans Dursteler (Eric (...)
  • 4  Maggio (Silvia), Francesco da Molino patrizio veneziano del ‘500 e il suo compendio, thèse de doct (...)

2À l’échelle européenne, le gouvernement vénitien faisait figure d’exception au milieu des puissances monarchiques. À la fois admirée et critiquée, Venise devait justifier son rôle diplomatique sur la scène internationale, son contrôle sur un immense empire qui s’étendit jusqu’en Méditerranée orientale et aux confins de la Lombardie, et tout simplement sa forme singulière de gouvernement. À l’exemple de Florence, une littérature vénitienne décrivant les origines et l’histoire de la ville prit forme au Moyen Âge, d’abord suite à des initiatives individuelles, puis sur la commande du gouvernement lui-même à partir de 15163. La république prit conscience de l’image positive qu’elle devait donner d’elle-même sur la scène internationale et chargea ses patriciens les plus érudits d’en écrire l’histoire. Parfois, ces auteurs étaient les mêmes qui écrivaient d’autres ouvrages à caractère politique. Il existait également plusieurs historiographies non-officielles de Venise rédigées suite à des commandes individuelles de patriciens ou bien sur des initiatives personnelles. Ce sont ces sources, toutes produites par des Vénitiens eux-mêmes patriciens ou proches des cercles patriciens, rédigées en italien ou traduites depuis le latin depuis le xvie siècle jusqu’à la fin de la république en 1797, qui ont été prises en considération dans cet article. À cela s’ajoute le journal d’un patricien de modeste famille, Francesco Da Molino, rédigé entre 1558 et 1598, dans l’objectif de raconter les événements les plus marquants de sa vie et celle de sa république4. Deux autres ouvrages rédigés à l’intention des jeunes patriciens ont été pris en compte. Le choix des œuvres s’est effectué selon la possibilité d’une étude systématique du terme « intégrité », pour un total de seize ouvrages publiés entre le xvie et le xviiie siècle.

  • 5  Colluraffi (Antonino), Il nobile veneto, Venise, Andrea Muschio, 1625.
  • 6  Mandelli (Vittorio) (éd.), Copella politica over esame fatto dal zecchiere statista di cento sogge (...)
  • 7  Il y a aussi un nombre non négligeable de papes.

3Dans cet article, nous examinerons donc comment le concept d’intégrité est perçu et utilisé dans les textes vénitiens et s’il se dégage une évolution de son contenu. La méthode employée est donc entièrement sémasiologique et les résultats seront analysés sous l’optique de l’idéologie méritocratique de la Sérénissime. Le terme intégrité apparaît en majorité aux côtés d’un individu, voire d’un groupe d’individus (tels que les patriciens ou les ancêtres), mais aussi pour désigner une entité abstraite (on retrouve notamment la foi catholique). Nous nous attarderons tout d’abord sur l’intégrité en rapport avec la république vénitienne afin de comprendre quelle image de Venise les Vénitiens voulaient véhiculer en la qualifiant d’intègre. Lors de la recherche des occurrences du terme « intégrité », il est apparu que celui-ci se référait également aux « ancêtres », autrement dit aux fondateurs de la cité. Dans une seconde partie, l’on comparera les valeurs liées aux ancêtres, d’une part, à celles qu’Antonino Colluraffi, un enseignant de rhétorique à Venise, transmit à ses élèves patriciens dans son livre Il nobile veneto5 ; d’autre part, aux portraits de patriciens que l’auteur anonyme de la Copella politica6 nous décrit. La comparaison permettra de comprendre comment les valeurs ancestrales furent transmises et mises en application par les générations successives de patriciens. L’on constatera ensuite que l’intégrité était une qualité estimée indispensable à certaines charges politiques exposées à l’appât du gain ou aux risques de trahison, et qui faisaient partie du cursus honorum menant pour les plus chanceux à la dignité de doge. Enfin, la plus haute charge de l’État, celle de doge, s’avéra au cours de la recherche, être la charge politique la plus liée à des personnes intègres7. Théoriquement, le doge parvenait à cet office après une longue carrière politique exemplaire, afin de prouver qu’il était digne de recevoir cet honneur suprême. Si la méritocratie vénitienne fonctionnait correctement, seul le plus vertueux des patriciens devenait primus inter pares, le premier parmi les pairs.

Le concept d’intégrité et la république vénitienne

  • 8  Ouvrage écrit en latin et traduit en italien en 1576 : Giustiniano (Pietro), Le Historie Venetiane (...)
  • 9  Ibid., p. 111. Stando io adunque in cosi fatto pensiero, e rivolgendomi per la mente diverse città (...)
  • 10  Ibid.
  • 11  Ibid.
  • 12  Finlay (Robert), « The Immortal Republic : The Myth of Venice during the Italian Wars (1494-1530)  (...)
  • 13  Paruta (Paolo), Discorsi politici, Gênes, Giuseppe Pavoni, 1600, p. 214.
  • 14  Cozzi (Gaetano), Il doge Niccolo Contarini. Ricerche nel patriziato veneziano agli inizi del Seice (...)

4Deux historiographes vénitiens appliquèrent à la république le qualificatif d’intégrité. En 1560, Pietro Giustinian publia son Rerum Venetarum ab urbe condita historia8. L’œuvre retrace l’histoire de Venise depuis ses origines jusqu’aux années 1550. Une seule occurrence du terme intégrité a pu être retrouvée dans le texte. Par la bouche du cardinal Niceno dans sa lettre au Sénat en 1468, Pietro Giustinian décrit la Sérénissime comme l’un des lieux les plus sûrs, car elle était gouvernée avec « intégrité et prudence », sous le contrôle de l’équité et des lois9. Bien que son empire soit immense, poursuivait le cardinal, y régnaient la modestie ainsi que « la vertu, la continence, la gravité, la justice et la foi10 ». Personne n’était soumis à la luxure ou à tout autre vice dans cette ville gouvernée par les hommes prudents qui avaient le sens du sacrifice : tous « oubli[aient] leur propre confort […] pour ne procurer que le confort et le bien de la République en toute intégrité11 ». L’époque relatée est celle de l’âge d’or vénitien : Venise est à l’apogée de sa puissance jusqu’à ce que les guerres italiennes fassent prendre conscience à la république qu’une politique expansionniste n’était plus adaptée12. L’ouvrage de Paolo Paruta, Discorsi politici, publié en 1599, refléta ce mode de pensée. Deux générations de citoyens romains y sont comparées. Tandis que les citoyens de la république faisaient preuve d’intégrité de mœurs, de charité et de nombreuses autres vertus, ceux de l’empire s’illustrèrent dans les conquêtes militaires, mais cédèrent à l’ambition, à l’avarice et au luxe immodéré, ce qui les mena à leur perte13. L’œuvre de Paruta pourrait être un clin d’œil au mouvement des giovani et des vecchi qui divisa la classe patricienne entre innovateurs partisans d’une politique plus active sur la scène internationale, et conservateurs peu enclins à un changement de l’ordre établi et supporters d’une politique neutre14.

  • 15  Dursteler (Eric R.), op. cit., p. 5.
  • 16  En 1676, déjà, Amelot de la Houssaye consacra dans son livre sur Venise un chapitre à la décadence (...)
  • 17  Voir l’historiographie sur le mythe en note 1 ; également : Carrithers (David W.), « Not so Virtuo (...)
  • 18  Diedo (Giacomo), Storia della repubblica di venezia dalla sua fondazione sino l’anno MDCCXLVII, t. (...)
  • 19  Ibid., p. 146 : Principe di applaudita integrità, amatore di pace, e custode imperturbabile della (...)

5Comparons maintenant cette intégrité vénitienne à presque deux siècles de distance. La dernière œuvre significative de l’historiographie vénitienne fut les quatre volumes du sénateur Giacomo Diedo, intitulés Storia della Repubblica di Venezia dalla sua fondazione sino l’anno MDCCXLVII et publiés en 175115. Le xviiie siècle vénitien reste gravé dans les mémoires comme l’époque de la décadence16. Venise avait perdu en effet considérablement en prestige : son territoire maritime s’était amoindri comme peau de chagrin par les conquêtes turques, tandis que les idées politiques qu’elle symbolisait étaient attaquées sans cesse plus durement par l’anti-mythe17. Pourtant, on retrouve chez Diedo la même conception de l’intégrité vénitienne. Alors que chez Giustinian, Venise était montrée comme un empire modeste bien qu’immense par sa taille et gouverné par des patriciens prudents et intègres, Diedo affirme que, malgré la perte de territoire que la république a subie au tournant du xive siècle, sa réputation d’intégrité et de prudence n’a jamais été remise en cause ; malgré les afflictions, Venise n’avait aucunement l’intention de devenir odieuse aux hommes, en risquant de le devenir aussi envers Dieu. Ainsi, en 1528, la république rendit au pape les deux places conquises de Cervia et Ravenna18. Les circonstances changeaient et la politique s’y adapta, sans pour autant modifier le caractère interne de la république qui conserva son intégrité : lorsque l’ambassadeur de Cesare s’adressa au Sénat en 1544, il le qualifia « prince d’intégrité applaudie, amateur de paix et gardien imperturbable de la foi donnée »19. Par l’exemple de Venise – et des Romains chez Paruta – les auteurs étudiés nous présentent l’intégrité comme le fruit d’une politique pacifique et prudente, à l’image des qualités des fondateurs de la république.

Héritage et appropriation d’une vertu ancestrale

  • 20  Ibid., p. 337.
  • 21  Maggio (Silvia), op. cit., p 130-131, et aux p. 261-262 du compendio retranscrit : O come mi dolsi (...)
  • 22  Ibid.
  • 23  Ibid.

6Les fondateurs de Venise, désignés généralement par le terme d’« ancêtres » sans précision individuelle d’aucune sorte, apparaissent également à plusieurs reprises sous le qualificatif d’intégrité. L’historiographe du siècle des Lumières, Diedo, estime que Venise vivrait éternellement grâce notamment à l’intégrité des ancêtres20. Un siècle auparavant, le patricien Francesco da Molino et Antonino Colluraffi louaient également la vertu des aïeuls. Francesco da Molino nous rapporte, atterré, qu’en 1585, le Sénat décida de concéder plusieurs privilèges au pape. Molino déplore alors que « l’intégrité vénitienne […] s’était laissée corrompre », alors que les ancêtres avaient payé de leur sang et de leur vie pour que la ville soit « un temple de liberté et de sécurité pour tous les hommes du monde » poursuivis par des princes21. Une telle concession était due, selon lui, à plusieurs nobles du Sénat « qui professaient sainteté et intégrité de vie en apparence22 » et qui applaudissaient à toutes les volontés de Rome. Molino explique que par crainte pour leurs âmes, ces hommes n’osaient pas s’opposer au pape. Si l’intégrité de Venise était mise en cause par leur faute, c’est parce qu’ils étaient incapables de distinguer entre sphère spirituelle et sphère temporelle. Selon Molino, tout bon chrétien et serviteur de la république devait, d’une part, obéir et adorer le pape en matière de foi et de salut de l’âme, et d’autre part, le considérer comme un chef d’État humain soumis aux passions ; il était alors tout à fait légitime de s’opposer à lui si ses actes étaient estimés injustes23. Dans le cas présent, la transmission de l’intégrité des ancêtres échoua complètement.

  • 24  Colluraffi (Antonino), op. cit., p. 107 : « La Giustitia, e l’integrità de’ vostri Antecessori », (...)
  • 25  Ibid., p. 107, Ne’ quali non si vidde mai giudicio senza pietà, né pieté senza rigidezza.
  • 26  Ibid., p. 224.
  • 27  Ibid.
  • 28  Ibid., p. 213 : Di questo dunque consapevole il nostro Nobile e veramenti desideroso, ed amator de (...)

7Colluraffi dédie son manuel Il nobile veneto à quatre de ses jeunes élèves patriciens. À deux reprises, l’intégrité renvoie aux fondateurs de la république. Dans son œuvre, Colluraffi loue leur comportement exemplaire et tente de l’inculquer à ses élèves. Il leur rappelle que seules « la justice et l’intégrité d[es] ancêtres », avaient su préserver cette république, ainsi que ceux qui, par la suite, la gouvernèrent en suivant leur exemple24. Chez les ancêtres, continue Colluraffi, on « ne vit jamais jugement sans piété, ni piété sans rigueur25 ». Cette « médiocrità », c’est-à-dire cette voix du milieu entre rigueur et mansuétude fut tenue en toutes choses par les ancêtres. Il en va de même dans le comportement. Colluraffi nous rapporte le témoignage d’un sénateur intègre et prudent à propos des ancêtres26. Autrefois, les magistrats se rendaient au Sénat non par les rues publiques, mais en gondole, cachés derrière des rideaux. Le précepteur n’invite pas directement ses élèves à suivre cet exemple, mais il leur conseille de ne pas se rendre trop souvent sur les places, ni de saluer les personnes tel un paon lorsqu’ils sont habillés de la veste de haut magistrat27. C’est le même conseil de juste mesure que délivre Colluraffi aux nobles aspirant à une carrière politique. Dans la recherche des dignités publiques, se rendre sur les places publiques afin de se faire connaître était une nécessité. Le précepteur conseille alors aux patriciens de se conduire « à la lumière de l’intégrité et du mérite, non par le moyen de l’argent et des largesses, mais par les actions généreuses et non des dons corrupteurs28 » ; autrement dit, ils devaient trouver le juste comportement entre retenue excessive et obséquiosité exagérée.

  • 29  Doge de Venise de 1675 à 1676.
  • 30  Cela signifie qu’il n’a pas acheté la charge.
  • 31  Mandelli (Vittorio), op. cit. : Luigi Foscarini (fol. 12v du manuscrit ; p. 40 dans le livre), Mar (...)
  • 32  Ibid., Marin Zorzi, fol. 34v, p. 61.
  • 33  Milledonne (Antonio), Dialoghi, 1580, bibliothèque Marciana, cod. it., cl. VII, 709 (8403), fol. 9
  • 34  Lois de 1505 et 1522 : ASV, Consiglio di Dieci, Deliberazioni, Miste, registre 45 (1522), fol. 46  (...)

8La Copella politica est un ouvrage anonyme daté de 1675 qui contient la description d’une centaine de patriciens vénitiens parvenus aux charges les plus prestigieuses lors du dogat de Nicolò Sagredo29. Parmi eux, six ont été retrouvés portant le qualificatif d’intègre. L’un fut procurateur de Saint-Marc par mérite30, le second fut ambassadeur, deux autres se distinguèrent dans les offices maritimes et les deux derniers furent sénateurs. Pour presque chaque patricien, il est précisé la quantité de ses affiliations amicales ou familiales, la richesse personnelle, la « pureté » de ses origines nobles et ses qualités intellectuelles et/ou morales. Tandis que l’ouvrage Il Nobile Veneto nous livre une image idéale des ancêtres, l’intégrité est associée ici à d’autres caractéristiques. On constate ainsi en premier lieu qu’être intègre et avoir de nombreuses adherenze est possible. Par « adhérences » pouvaient aussi bien être désignés des membres de la famille, que des amis ou bien peut-être des clients ou patrons. Chez deux patriciens, il est explicitement mentionné la quantité d’adhérents, tandis que chez un troisième, il est précisé qu’il a une famille nombreuse31. Parmi ces trois patriciens, l’un – Marin Zorzi - a même obtenu ses charges politiques grâce à ses relations et à son intégrité32. Il est assez étonnant que les liens sociaux aillent de pair avec l’intégrité. En effet, Venise était une république qui se prétendait méritocratique et qui répétait dans ses lois contre la corruption électorale que les patriciens devaient élire en toute liberté le meilleur et le plus loyal pour le service public. Pour cette raison, il était interdit aux membres de la même famille d’un des candidats à une charge politique de participer à l’élection de ce dernier33. De même, depuis le début du xvie siècle, les patriciens ne pouvaient plus choisir comme parrain ou marraine de leurs enfants un autre noble vénitien34.

  • 35  Colluraffi (Antonio), op. cit., p. 175, di che non ignari i Carthaginesi stimarono doversi alle di (...)

9On constate ensuite que l’intégrité et la richesse personnelle font bon ménage ; une idée également partagée par Colluraffi. Dans la Copella politica, Marin Zorzi était riche, tandis que Girolamo Grimani avait une fortune moyenne. La même analogie est faite dans le livre de Colluraffi. Selon le précepteur, la fortune est une garantie d’intégrité, car elle permet « d’exercer avec rectitude et intégrité les magistratures »35.

  • 36  Mandelli (Vittorio), op. cit., fol. 48r et v, p. 74 : del piu purgato sangue trovasi in patria.
  • 37  Ibid., È un gran testimonio d’integrità, sì de maggiori sì de’ viventi di questa casa.
  • 38  Ibid., fol. 49-49v et p. 74.
  • 39  Ibid. : Ad ogni modo questo continuo impiego non è prova in lui di gran sufficienza, più tosto di (...)
  • 40  Ibid.
  • 41  Ibid.

10Dans deux cas, enfin, pureté des origines nobles et intégrité ne font presque qu’un. Tandis que Marin Zorzi a de lointaines origines nobles, Girolamo Grimani est, quant à lui, « du plus pur sang que l’on peut retrouver dans la patrie36 ». L’auteur précise que le patricien, par les ancêtres comme par les membres vivants de sa famille, est un « grand témoignage d’intégrité37 ». Ainsi, ce patricien n’était pas enclin à privilégier son intérêt privé, car son âme était égale à la pureté de ses origines. Un patricien ne démontrait cependant aucune de ces trois caractéristiques. La noblesse des origines d’Andrea Corner n’est pas mentionnée, mais on apprend qu’il était né pauvre et avait peu de parents38. Selon l’auteur, après avoir « opprimé l’envie et par mérite d’intégrité », il obtint plusieurs charges politiques et militaires dans l’empire maritime de Venise39. Les offices lui permirent de s’enrichir, mais sans excès. Alors que beaucoup de personnes « de plus grandes facultés ne savent pas résister aux stimuli de l’avarice », il est un des rares à ne pas y avoir succombé40. Rester intègre lorsqu’on n’a ni la richesse minimum, ni liens sociaux, est donc un exercice périlleux que bien peu réussissent. Andrea Corner démontra tout de même par sa « bonté », son « peu d’avidité de s’enrichir » et sa constance dans le régiment de Brescia qui lui aurait permis, selon Colluraffi d’acquérir la dignité de procurateur, qu’il était tout à fait possible d’être une personne intègre41.

  • 42  Ibid., fol. 12v du manuscrit, p. 40 dans le livre : pacco voglioso di guerre et di brighe.
  • 43  Ibid., fol. 34v, p. 40.
  • 44  Ibid., fol. 48-48v, p. 74.
  • 45  Les postes de représentant en terre ferme étaient les plus sensibles aux détournements d’argent et (...)
  • 46  Ibid., fol. 49-49v et p. 74.
  • 47  Ibid., fol. 63v et p. 85.
  • 48  Ibid., fol. 64 et p. 86.

11Dans toutes ces descriptions, ces patriciens professent un manque d’ambition flagrant et se désintéressent de tout profit particulier. Luigi Foscarini fuyait les « guerres et les brigues », il restait modeste malgré ses talents et avait le sens du service public42. Marin Zorzi, patricien d’une moralité constante, n’était pas enclin à privilégier son intérêt particulier43. Girolamo Grimani ne pratiquait pas les offiti, c’est-à-dire qu’il ne cherchait pas à obtenir explicitement de votes44. Le pauvre mais modéré Andrea Corner aurait pu s’enrichir dans le régiment de Brescia45, mais il n’était ni avide de s’enrichir ni tenté par les intérêts particuliers46. L’intérêt privé et les preghiere - les recommandations – effectuées avant et pendant les élections en faveur d’un candidat – laissaient de marbre le sénateur Nicolò Venier dont le frère démontrait la même intégrité47. Tous deux refusèrent même des charges prestigieuses pour se contenter de celle de sénateur. Antonio Trevisan n’avait aucune ambition politique, ce qui lui permit d’être élu à plusieurs reprises dans des charges judiciaires, les offices de juges étant plus sensibles que d’autres aux faveurs et à la corruption48.

  • 49  Ibid., fol. 34v, p. 40.
  • 50  Ibid., fol.48-48v, p. 74.
  • 51  Ibid.

12De ces six descriptions, il se dégage que l’intégrité est considérée comme une qualité morale favorisée par la richesse, les origines nobles et les relations, et qui se manifeste par un manque d’ambition. Au contraire, l’intégrité n’est pas liée aux capacités intellectuelles dans la Copella politica. Luigi Foscarini avait certes des talents qu’il ne démontrait que dans l’exercice des charges politiques, mais Marin Zorzi n’était aucunement doué en éloquence et n’avait pas de capacité non plus49. Girolamo Grimani n’était pas intéressé par les études50. Quant au peu fortuné Andrea Corner, il n’était pas de « grande capacité ». Les capacités intellectuelles n’étaient donc pas nécessaires à l’intégrité, puisque même des personnes bien plus douées que Corner succombèrent à l’avarice51.

13Hériter des valeurs des ancêtres exigeait donc une certaine adaptation à la réalité vécue par les nouvelles générations de patriciens. Ainsi, il n’est pas exigé du jeune patricien qu’il adopte le même comportement rigide que ses ancêtres, mais il doit dans tous les cas rester attentif à ne jamais verser dans l’excès. Quant aux patriciens intègres de la Copella politica, ils surent concilier exigences sociales et intégrité, les liens sociaux devenant même un atout pour garder un comportement intègre. Un patricien déjà bien inséré dans un vaste réseau de clientèles n’avait pas autant besoin de recourir à la corruption électorale pour obtenir des dignités publiques. De même, la richesse devint un avantage pour ne pas céder à l’appât du gain. De ces premières analyses, on peut déduire que l’intégrité est considérée comme une qualité particulièrement indispensable dans certaines charges politiques.

L’intégrité et les charges politiques menant à la dignité de doge

  • 52  Tous ont déjà été cités : trois issus de la Copella politica, le sénateur intègre et prudent qui r (...)

14Dans les ouvrages vénitiens, l’intégrité est liée à plusieurs reprises à certaines charges politiques. On retrouve les offices d’ambassadeur, de représentant au sein de l’empire, de sénateur52, d’officier militaire ou encore d’administrateur de l’argent public. Tous ces offices sont liés à la représentation de la république, soit dans ses territoires-sujets, soit à l’étranger et certaines exigeaient de lourdes dépenses personnelles que seules quelques familles patriciennes pouvaient se permettre. Certains de ces offices faisaient donc partie du cursus honorum des doges qui devaient bénéficier d’une bonne image à l’étranger et de la capacité à prendre en charge les frais de représentation.

  • 53  Diedo (Giacomo), op. cit., p. 183.
  • 54  Maggio (Silvia), op. cit., p. 290 de la thèse ; p. 163 du compendio : Et alle fin d’aprile di ques (...)
  • 55  Ibid.
  • 56  Ibid., p 113-114 du compendio ; p. 248-249 de la thèse.

15À part les sénateurs déjà cités à plusieurs reprises, la seconde catégorie est celle des ambassadeurs. Deux ambassadeurs sont qualifiés d’intègres dans les ouvrages étudiés et à deux autres reprises, l’intégrité est présentée comme une qualité reliée à la charge. Diedo rapporte qu’en 1560, le pape voulut récompenser l’ambassadeur vénitien auprès du pontificat pour sa prudence et son intégrité en lui donnant l’évêché de Vérone53. Colluraffi et Molino nous dévoilent la raison de la nécessité de disposer d’un ambassadeur intègre. Le second raconte dans son journal qu’en 1591, le Conseil des Dix révéla au Sénat que Hierolamo Lippomani, baylo auprès de l’empereur turc, était « rebelle et infidèle à la patrie, et taché par une si solennelle trahison54 ». Les Dix l’enfermèrent en prison et le Sénat envoya à sa place un sénateur chevronné, Lorenzo Bernardo, homme « de beaucoup de prudence et d’intégrité », qui fut autrefois ambassadeur à Constantinople55. Suite à la trahison d’un des patriciens, le Sénat joua la carte de la sécurité avec un noble qui avait déjà fait preuve d’intégrité dans le passé et qui a priori ne devait pas se laisser corrompre par l’ennemi. L’intégrité apparaît donc comme une assurance contre la trahison. Un autre exemple nous est donné par Molino de la crainte de Venise d’être trahie par l’un de ses patriciens. En 1581, l’ambassadeur Giovanni Soranzo à Rome fit savoir que le contenu des conseils secrets de Venise était connu par l’Église. Les parents du patriarche de Venise furent suspectés et arrêtés. Leurs interrogatoires sous la torture ne donnèrent rien et pourtant, l’un des suspects fut privé d’assistance aux conseils secrets pendant un an ce qui, aux yeux de Molino, porta gravement atteinte à son intégrité56. Chez Molino, l’intégrité est signe de fidélité envers la patrie et d’incorruptibilité face à d’éventuelles promesses ou tentations extérieures.

  • 57  Colluraffi (Antonino), op. cit., p. 244.
  • 58  Ibid., p. 248 : E pensi più, come far possi l’opere grandi, che come possi finirle con spese picco (...)

16Chez Colluraffi, le terme est employé deux fois dans le cas des ambassadeurs. Dans le premier cas, l’intégrité fait partie de l’éventail de qualités que devait posséder l’ambassadeur. Celui-ci devait être zélé, prudent, expérimenté, capable, fidèle et d’« intégrité incorrompue » (integrità incorrotta)57. Un tel comportement pouvait être adopté, selon Colluraffi, en gardant toujours à l’esprit la gloire de la république. Les dépenses, par exemple, devaient conjuguer la splendeur à la frugalité grâce à « la modestie du comportement, le désir de la gloire et l’intégrité des mœurs58 ». Dans la description de Colluraffi, l’intégrité commence déjà dans l’auto-représentation du patricien. L’ambassadeur devait démontrer une certaine harmonie, une juste mesure entre retenue et risque d’excès.

  • 59  Da Mosto (Andrea), L’archivio di stato di venezia, t. II, Rome, Biblioteca d’arte editrice, 1940, (...)
  • 60  L’Accademico Imperfetto, Ricordi etici, economici, e politici alla gioventù patricia veneta, Venis (...)
  • 61  Ibid., p. 100 : La moderatione nelle spese sarebbe lodevole, mentre l’adempire le parti della gius (...)
  • 62  Ibid.
  • 63  Ibid., p. 101.
  • 64  Ibid.

17Une troisième catégorie regroupe les représentants de terre ferme ou du Stato da Mar. Ces gouverneurs avaient la charge de représenter la Dominante dans les villes principales de son empire, ce qui signifiait des dépenses non négligeables en frais de représentation. Mais c’était également une occasion de s’enrichir, car les patriciens devaient non seulement gérer les revenus économiques et les impôts locaux, mais aussi rendre justice59. Dans la Copella politica, nous avons vu que certains patriciens revêtirent la charge de représentant en terre ferme. En 1675, un auteur anonyme surnommé l’Accademico Imperfetto publia un manuel de comportement à l’intention des jeunes patriciens qui voulaient faire carrière politique60. Le terme « intégrité » est mentionné à deux reprises dans son ouvrage : lorsqu’il décrit les charges de représentants dans l’empire et à l’étranger. Sa description se rapproche de celle des ambassadeurs dans Colluraffi. L’auteur anonyme conseille aux futurs gouverneurs de modérer les dépenses et de faire preuve de justice, clémence et intégrité, car elles seules apportaient la gloire aux représentants61. L’auteur reconnaissait cependant que les mœurs de ce siècle étaient « corrompues », et qu’il serait donc impossible au représentant de dépenser modestement. L’ambassadeur devait alors faire preuve de magnificence, non dans l’objectif d’une « gloire vaine », mais dans celui du publico decoro62. Chez Colluraffi et l’Accademico Imperfetto, conjuguer faste et intégrité était possible, si l’ambassadeur gardait en ligne de mire la gloire de la république et non la sienne. Quant aux activités judiciaires du gouverneur, l’Accademico Imperfetto préconisait de vérifier que les témoins étaient des personnes d’intégrité, afin de rendre compte de la vérité63. Lorsque le représentant ne pouvait traiter lui-même les affaires judiciaires, il devait les confier à des juges intègres et d’expérience64.

  • 65  Foscarini (Michele), Historia della repubblica veneta, Venise, Lovisa, 1722 (première édition, 169 (...)
  • 66  Ibid., p. 260-261.
  • 67  Diedo (Giacomo), op. cit., p. 178 : Rettore attuale della città noto per integrità di vita, e per (...)
  • 68  Sandi (Vettore), Principi de storia civile della repubblica di Venezia : dall’anno di n.s. 1700 fi (...)
  • 69  Ibid., p. 180 : Considerò quel consesso, che le cariche di assessori destinati a diriger con il co (...)
  • 70  Dalla Colletta (Francesco), I Principi di storia civile di Vettor Sandi, diritto, istituzioni e st (...)

18Dans l’historiographie officielle, plusieurs personnes liées à la gestion des territoires-sujets, de l’argent et de la justice sont décrites. Au tournant du xviiie siècle, Michele Foscarini et Pietro Garzoni respectivement, nous relatent que la république décida très tôt d’envoyer, pendant un laps de temps limité des patriciens avec le titre de sindici inquisitori, afin de vérifier que les gouverneurs dans leurs « jugements ou dans la gestion de l’argent public av[aient] accompli leur devoir de justice et d’intégrité65 ». Garzoni informe également que Giacomo Cornaro fut élu à la charge d’intendant de région dans l’empire parce qu’il avait fait preuve dans plusieurs guerres et dans le commandement de plusieurs îles du Levant d’intégrité et de courage66. Diedo, le dernier historiographe officiel (1751) assimile les qualités propres aux gouverneurs à celles recherchées par l’Église pour la nomination d’un nouvel évêque. En 1559, son choix s’arrêta sur le recteur de Brescia, car il était connu pour son « intégrité de vie et pour sa réputation de singulière prudence67 ». Le recteur démontra également son manque d’ambition, puisqu’il refusa tout d’abord la charge proposée. Enfin, Vettore Sandi, l’un des derniers historiographes vénitiens, nous apprend que les sujets de l’empire étaient soumis à l’avidité des ministres car les emplois étaient « accordés selon l’argent et non selon la pureté de la naissance, l’intégrité des mœurs et le mérite68 ». Il nous retranscrit également la décision du gouvernement vénitien en 1722 de n’accepter que des personnes dont les origines vénitiennes étaient authentiques aux charges d’assesseurs chargés de diriger la justice civile et criminelle dans les villes-sujets. Ces charges requéraient, en effet, selon lui des « personnes de vertu, d’intégrité et de civilité de naissance69 ». Ce récent patricien – petit-fils d’un noble de terre ferme intégré au patriciat vénitien en 168570 – renvoie au discours tenu par la Copella politica, où noblesse de sang et intégrité allaient parfois de pair. Seuls les nobles méritaient de gouverner, tel est le message véhiculé par Sandi et partiellement confirmé par la Copella politica.

  • 71  Foscarini (Michele), op cit., p. 10 ; Sandi (Vettore), Principi de storia civile della repubblica (...)
  • 72  Nani (Battista), Historia della republica veneta, deuxième partie, Bologne, Gioseffo Longhi, 1680, (...)
  • 73  L’intégrité n’est pas une qualité attendue chez un militaire dans l’ouvrage de Nicolò Crasso, Nico (...)

19La dernière catégorie concernée par l’intégrité englobe les officiers militaires. Dans deux citations tirées de Michele Foscarini et Vettore Sandi, intégrité et courage cohabitent. La présence du courage n’étonne pas vraiment dans le cas d’une activité confrontée aux risques et à la mort. Michele Foscarini retranscrit dans son ouvrage la harangue d’Antonio Corraro contre le capitaine général Morosini dont le contenu est mentionné à son tour par Vettore Sandi. Il fut reproché à Morosini d’avoir manqué de courage et d’intégrité dans la défense de Candie et dans la gestion des capitaux publics71. Ces deux mentions plaident plutôt en faveur de l’intégrité comme qualité liée à la gestion de l’argent public. L’hypothèse est renforcée par l’exemple du colonel Capello dépeint par Battista Nani dans sa relation sur la guerre de Candie en 1646. Le général septuagénaire était « aussi digne par l’intégrité d’âme et la probité des mœurs qu’inexpérimenté dans la milice et sur mer, tiède dans les conseils et bien plus lent dans les opérations », si bien qu’il gâcha l’occasion de surprendre les ennemis qui eurent le temps de se préparer à l’affrontement72. Une étude systématique des qualités attendues pour les doges, les hommes de lettres et les hommes de guerre effectuée par Dorit Raines dans l’ouvrage de Nicolo Crasso confirme également cette thèse73. L’intégrité n’était donc pas une valeur intrinsèquement militaire, mais plutôt une qualité nécessaire aux ambassadeurs contre les risques de trahison, comme pour la représentation digne, mais mesurée de la république ; enfin, dans les activités judiciaires et de gestion de l’argent.

Être élu doge : l’apothéose de l’intégrité

  • 74  Marcello (Pietro Domenichi), Vite de’ prencipi di Vinegia, Venise, Francesco Marcolini, 1558, p. 3 (...)
  • 75  Ibid., p. 195 : Huomo illustre d’integrità de animo, et di buoni costumi.
  • 76  Doglioni (Giovanni Nicolò), Historia Venetiana, Venise, Damian Zenaro, 1598, p. 60.

20La république vénitienne reposait sur le principe selon lequel seuls les plus méritants et les plus aptes pour le service public devaient obtenir les charges politiques. Accéder à la charge de doge devait symboliser l’apothéose d’un parcours exemplaire au service de la patrie. Parmi les quarante-sept occurrences concernant des individus, dix se rapportent à des doges. Les Vite de Prencipi di Vinegia de Pietro Marcello est l’ouvrage le plus ancien, où une recherche systématique a été possible. Deux doges y sont décrits comme intègres. Le premier est Pietro Orseolo élu doge au xe siècle. Marcello nous dévoile qu’une fois sa descendance assurée, il fit vœu de chasteté, si bien qu’il « gouverna le principat avec tant d’intégrité qu’il semblait qu’il l’avait accepté [la chasteté] seulement pour être utile à la république74 ». Le second, Pasquale Malipiero, devint doge en 1457, un « homme illustre d’intégrité d’âme et de bonnes mœurs75 ». Chez ce dernier doge, l’intégrité était déjà une de ses qualités avant de parvenir à cette dignité. Le noble de Belluno, Giovanni Nicolò Doglioni, qui livra également en 1597 une histoire vénitienne, attribua à Orseolo Ottone, élu en 1009, les qualités de bonté et d’intégrité de vie, ainsi qu’à son père et son aïeul76.

  • 77  Paruta (Paolo), Historia vinetiana, Venise, Giunti e Baba, 1645, p. 36.
  • 78  Ibid., p. 85 : huomo di singolare prudenza, et integrità.
  • 79  Le doge Francesco Molin : Nani (Battista), Historia della republica veneta, Venise, Gioseffo Longh (...)
  • 80  Diedo (Giacomo), op cit., p. 207.
  • 81  Diedo (Giacomo), Storia delle repubblica di Venezia : dalla sua fondazione sino l’anno MDCCXLVII, (...)

21Dans son histoire vénitienne, Paolo Paruta nous dépeint Pietro Loredano comme un doge doté de beaucoup d’innocence et d’intégrité, bien que de nombreux problèmes soient survenus pendant son règne77. L’intégrité semble certes une garantie que le doge fera régner la justice et œuvrera pour le bien commun, mais elle ne peut rien face aux vicissitudes. Les espoirs furent plus élevés concernant Barbarigo, « homme de singulière prudence et intégrité », élu par un consensus universel lors de la guerre de Chypre78. Tandis que l’innocence de Loredano ne lui évita pas les déboires, la république espérait que la prudence de Barbarigo y remédierait. Chez les historiens Nani et Garzoni, il est explicitement indiqué que certains doges prouvèrent leur intégrité lors de leur carrière politique avant d’atteindre le sommet de l’État79. Diedo, l’ultime historien de la république, souligne le manque d’ambition du doge intègre Pietro Loredan. Ce dernier parvint à cette dignité alors qu’il n’y aspirait pas au contraire de ses quatre concurrents80. Le second doge intègre est Marco Barbarigo élu en 148581. L’intégrité fut cependant peu utile à Barbarigo, tout comme à Loredan, cité à la fois par Paruta et Diedo, car son règne fut marqué par la peste. De tous les doges intègres, un seul – Pietro Orseolo – le devint après son élection au dogat. Tous les autres prouvèrent par leur carrière passée leur intégrité et leur mérite à obtenir une telle charge.

22Selon le mythe vénitien propagé notamment par Contarini et Giannotti, Venise était une ville intègre depuis ses origines, et qui ne connut jamais d’attaques extérieures. Cette intégrité physique se reflétait selon les histoires panégyriques de la cité lagunaire dans l’attitude de son gouvernement face aux puissances étrangères. Venise ne pouvait ni accepter une ingérence extérieure dans sa souveraineté, ni adopter elle-même un tel comportement aussi bien envers les autres États qu’envers ses territoires-sujets. Cette politique se reflète dans l’image qu’elle véhicula au sujet de ses patriciens servant la république. Un ambassadeur vénitien ne pouvait laisser transparaître une humilité trop exagérée envers les cours étrangères. Un représentant dans une ville de l’empire vénitien devait prouver un comportement irréprochable envers les administrés.

23Cette intégrité vénitienne prenait ses sources dans l’œuvre des fondateurs de la république. Aussi bien dans les histoires vénitiennes rédigées autant au xvie siècle qu’au xviiie siècle, ou dans le journal du patricien Molino, les ancêtres fournissaient un modèle de comportement à imiter, et dont les futures générations devaient s’inspirer, afin de se montrer dignes de l’héritage d’une république aussi prestigieuse. L’intégrité des ancêtres était synonyme de modestie, de simplicité et de modération, mais la réalité ne permettait pas toujours un tel comportement. Un représentant devait déployer un certain faste, un patricien devait se rendre sur la place du « Broglio » pour obtenir des charges politiques. La sévérité des ancêtres n’était plus possible, désormais l’intégrité consistait à ne pas verser dans les excès. De Marcello à Paruta ou Diedo, des doges intègres furent élus à la tête de la république, mais désormais, l’intégrité exigeait certaines conditions dont tous les nobles ne disposaient pas. Colluraffi et la Copella politica s’accordaient sur la richesse, garante d’une meilleure résistance à l’appât du gain. Les liens sociaux étaient également un atout pour préserver son intégrité malgré les maximes professées en continu par la législation vénitienne qui préconisaient de choisir, pour occuper une charge politique, le meilleur pour le service public. La noblesse du sang fit également son apparition dans la Copella politica, chez Colluraffi et le nouveau noble Sandi, dans leurs ouvrages rédigés en période d’intégration de nouvelles familles au patriciat vénitien. Face aux attaques de l’anti-mythe, à l’exclusion de la majorité de la population de la sphère politique et même des patriciens les plus pauvres, il fallait justifier l’accès réservé au pouvoir à certains patriciens. L’intégrité resta synonyme de manque d’ambition, de modestie, de désintérêt pour le profit particulier et même de bonté d’âme, mais les conditions qui la favorisaient n’étaient pas à portée de main de tous les patriciens.

Notes

1  L’historiographie sur le mythe vénitien est considérable. Je me limiterai donc à mentionner quelques ouvrages. Les travaux les plus connus sont ceux de Franco Gaeta : Gaeta (Franco), « L’idea di Venezia », dans Arnaldi (Girolamo) (éd.), Storia della cultura veneta, 3/III, Dal primo Quattrocento al Concilio di Trento, Vicence, Pastore Stocchi Manlio Pastore, 1981, p. 565-641. Sur l’idée du républicanisme vénitien : Silvano (Giovanni), La republica de Viniziani, ricerche sul repubblicanesimo veneziano in età moderna, Florence, Leo S. Olschki, 1993. Exemple de reprise du mythe aux Provinces-Unies : Haitsma Mulier (Eco O.G.), The myth of Venice and Dutch republican thought in the seventeenth century, Assen, Van Gorcum, 1980. Et le dernier en date : Fröhlich (Martin), Mysterium Venedig, die Markusrepublik als politisches Argument in der Neuzeit, Bern, Peter Lang, 2010.

2  Les patriciens devaient prêter serment d’élire le meilleur candidat pour la patrie : « voler el mior et piu legal et piu sufficiente per la Republica nostra » : formule tirée de la loi du 5 octobre 1528, et répétée dans plusieurs autres lois. Archivio di Stato di Venezia [ASV], Consiglio dei Dieci, deliberazioni, comune, registre 4, fol. 107-108. Une partie de ces lois ont été regroupées dans le fond de la « compilazione delle leggi » sous la rubrique « ambito », volumes 17 et 18 de l’Archivio di Stato di Venezia.

3  Dursteler (Eric R.), « Introduction, A brief survey of histories of Venice », dans Dursteler (Eric R.) (éd.), A companion to Venetian History, 1400-1797, Leiden, Brill, 2013, p. 3.

4  Maggio (Silvia), Francesco da Molino patrizio veneziano del ‘500 e il suo compendio, thèse de doctorat d’histoire, Université de Trieste, p. 39.

5  Colluraffi (Antonino), Il nobile veneto, Venise, Andrea Muschio, 1625.

6  Mandelli (Vittorio) (éd.), Copella politica over esame fatto dal zecchiere statista di cento soggetti più adoperati nel governo di Vinezia : et con questo si discovrono i talenti, et i geni di cadauno di loro ; tanto nel maneggio della repubblica, quanto nell’inclinazione con principi esteri (1675), Rome, Viella, 2012.

7  Il y a aussi un nombre non négligeable de papes.

8  Ouvrage écrit en latin et traduit en italien en 1576 : Giustiniano (Pietro), Le Historie Venetiane Del Clarissimo S. Pietro Givstiniano, Nobile Venetiano : Nelle quali si contenono tute le cose notabili, occorse dal principio della fondatione della Città, sino all’anno MDLXXV, Venise, Lodovico Avanzo, 1576.

9  Ibid., p. 111. Stando io adunque in cosi fatto pensiero, e rivolgendomi per la mente diverse città d’Italia, mi fermai solo nella vostra Magnificentissima et Illustrissima città, & in quella riposai l’animo mio in tutto e per tutto. Però che, io vedevo primamente, ch’io non potevo elegger luogo piu sicuro, che quello, che si regge con equità, si raffrena con le leggi, e si governa con integrità e prudenza : dove la virtù, la continenza, la gravità, la giustitia e la fede, hanno il loro albergo dove l’Imperio, si come è molto grande, cosi ancora è aggiustato e pieno di modestia : quivi gli animi son liberi nel consigliare, ne son soggetti a libidine o vitio alcuno : solamente gli huomini prudenti hanno in mano il governo del Dominio, i buoni son preferiti à cattivi e tutti finalmente scordatisi de’ proprii commodi, attendon solamente con somma integrità à procurar il commodo et il bene della Republica.

10  Ibid.

11  Ibid.

12  Finlay (Robert), « The Immortal Republic : The Myth of Venice during the Italian Wars (1494-1530) », Sixteenth Century Journal, n° 30, 1999, p. 931-944.

13  Paruta (Paolo), Discorsi politici, Gênes, Giuseppe Pavoni, 1600, p. 214.

14  Cozzi (Gaetano), Il doge Niccolo Contarini. Ricerche nel patriziato veneziano agli inizi del Seicento, Venise, Istituto per la collaborazione culturale, 1958.

15  Dursteler (Eric R.), op. cit., p. 5.

16  En 1676, déjà, Amelot de la Houssaye consacra dans son livre sur Venise un chapitre à la décadence vénitienne : La Houssaye (Amelot de), Histoire du gouvernement de Venise, Paris, Frédéric Léonard, 1676, p. 313-331.

17  Voir l’historiographie sur le mythe en note 1 ; également : Carrithers (David W.), « Not so Virtuous Republics : Montesquieu, Venice, and the Theory of Aristocratic Republicanism », Journal of the History of Ideas, t. 52, 1991, p. 245-268.

18  Diedo (Giacomo), Storia della repubblica di venezia dalla sua fondazione sino l’anno MDCCXLVII, t. II, Venise, Andrea Polenti, 1751, p. 44.

19  Ibid., p. 146 : Principe di applaudita integrità, amatore di pace, e custode imperturbabile della data fede.

20  Ibid., p. 337.

21  Maggio (Silvia), op. cit., p 130-131, et aux p. 261-262 du compendio retranscrit : O come mi dolsi vedendo, che l’integrità venitiana per rispetti di gratificare ad altro s’havesse lasciata corrompere, e masime dove interveniva il sangue e la vita d’un huomo. Come mi parve che degenerassimo dagli antichi progenitori nostri, che volsero che le cità di questo Dominio fossero tempii di libertà e sicurtà per tutti gl’huomini del mondo, come intendevano che fossero vero refuggio de’ perseguitati e massime dalli re et huomeni potenti. Come mi parve che fusse questo il roversio de tanti atti heroici nati da questa santa canitie ; in vero non lo potrei io credere e pur lo vedei dai molti voti, che a tal conclusione si lasciaro persuadere. E perché da me stesso considerava profondamente da che ne venisse la cagione, più volte conclusi che l’esser favoriti dal Maggior Consiglio in questi tempi certi huomini della nobiltà, che professavano santità et integrità di vita in apparenza, ma Dio sa l’intrinsico, e perciò entravano nel Senato, quali sempre aplaudevano quello che voleva Sua Santità, parendoli errore e di perder l’anima a contravenirli, non destinguendo quello che deve ogni buon servitore di questa Republica e bon cristiano, che come Vicario di Nostro Signore in le cose spirituali e concernenti la fede e la salute dell’anime nostre come oracolo vero si deve obbedire et adorare, ma come prencipe nelle temporali crederlo huomo e sottoposto alle passioni come gl’altri, e perciò lecito contrariarli all’attioni non giuste come stimai questa.

22  Ibid.

23  Ibid.

24  Colluraffi (Antonino), op. cit., p. 107 : « La Giustitia, e l’integrità de’ vostri Antecessori », et p. 165-166. Dans un autre extrait (p. 165), l’auteur loue la noblesse et rapproche la gravité des ancêtres à la modestie des jeunes ; il attribue au patriciat vénitien « l’intégrité incorrompue des jugements », parmi diverses qualités (l’integrità incorrotta de’ giudici).

25  Ibid., p. 107, Ne’ quali non si vidde mai giudicio senza pietà, né pieté senza rigidezza.

26  Ibid., p. 224.

27  Ibid.

28  Ibid., p. 213 : Di questo dunque consapevole il nostro Nobile e veramenti desideroso, ed amator della conservatione della sua Repubblica altrimente nell’ambire gli honori, e i Magistrati operi : cammini per la strada, che condue alle dignità co’l lume dell’integrità e del merito, non co’l mezzo de’ danari, e delle largitioni ; con l’attioni generose, non co’ doni corrutrici.

29  Doge de Venise de 1675 à 1676.

30  Cela signifie qu’il n’a pas acheté la charge.

31  Mandelli (Vittorio), op. cit. : Luigi Foscarini (fol. 12v du manuscrit ; p. 40 dans le livre), Marin Zorzi (fol. 34v, p. 40) et Girolamo Grimani (fol. 48- 48v, p. 74).

32  Ibid., Marin Zorzi, fol. 34v, p. 61.

33  Milledonne (Antonio), Dialoghi, 1580, bibliothèque Marciana, cod. it., cl. VII, 709 (8403), fol. 9.

34  Lois de 1505 et 1522 : ASV, Consiglio di Dieci, Deliberazioni, Miste, registre 45 (1522), fol. 46 encre - 102 papier.

35  Colluraffi (Antonio), op. cit., p. 175, di che non ignari i Carthaginesi stimarono doversi alle dignità i più nobili, e i più virtuosi ammovere ; ma che anco maggioranza, e dovitia di fortune havessero : riputando impossibile, che chiunque fosse dalla povertà oppresso, si potesse mai ad essercitar con rettitudine, e d’integrità i magistrati sollevare.

36  Mandelli (Vittorio), op. cit., fol. 48r et v, p. 74 : del piu purgato sangue trovasi in patria.

37  Ibid., È un gran testimonio d’integrità, sì de maggiori sì de’ viventi di questa casa.

38  Ibid., fol. 49-49v et p. 74.

39  Ibid. : Ad ogni modo questo continuo impiego non è prova in lui di gran sufficienza, più tosto di molta bontà di natura et pocca avidità di arricchire. Nato povero et di scarsi parenti, ha più tosto con maniera soave oppresso l’invidia, et con merito d’integrità ottenuto i commandi. Ha migliorato ma non ecceduto in fortune, ed è cosa assai rara che babbi superato la tentation del bisogno, mentre altri in facoltà maggiori non sanno ressistere a stimoli eli avaritia. Ha anco prestato per ultimo il reggimento di Brescia con molta pontualità, onde per giustitia havrebbe·acquistato dritto alla procuratia, alla quale esibitosi non ha sortito favore ; et egli con gran lode di moderanza, scorta la difficoltà, non s’ha proposto di far per incanto camminare i monti, ma ha ceduto alla dimanda. […] Nelle dotti dell’animo lo stimo immune dall’essorcismo.

40  Ibid.

41  Ibid.

42  Ibid., fol. 12v du manuscrit, p. 40 dans le livre : pacco voglioso di guerre et di brighe.

43  Ibid., fol. 34v, p. 40.

44  Ibid., fol. 48-48v, p. 74.

45  Les postes de représentant en terre ferme étaient les plus sensibles aux détournements d’argent et à la justice bafouée, comme nous le verrons dans la partie suivante.

46  Ibid., fol. 49-49v et p. 74.

47  Ibid., fol. 63v et p. 85.

48  Ibid., fol. 64 et p. 86.

49  Ibid., fol. 34v, p. 40.

50  Ibid., fol.48-48v, p. 74.

51  Ibid.

52  Tous ont déjà été cités : trois issus de la Copella politica, le sénateur intègre et prudent qui relate le comportement des ancêtres chez Colluraffi, enfin, le sénateur envoyé à Constantinople à la place de l’ambassadeur-traître dans le journal de Molino. Et bien sûr le Sénat tout entier dans l’ouvrage de Diedo, p. 146.

53  Diedo (Giacomo), op. cit., p. 183.

54  Maggio (Silvia), op. cit., p. 290 de la thèse ; p. 163 du compendio : Et alle fin d’aprile di quest’anno 1591 il Cons (igli) o di Dieci palesò al Senato come Hier (ola) mo Lippamano, bailo all’imperator de Turchi era ribelle, et infedele alla patria e di così solenne tradimento machiato, che havea detto ecc.so Cons (igli) o di Dieci presa la sua retentione825 [lacuna]… non sol negotiasse per il pub (bli) co a quella corte, ma potesse di comissione di esso Cons (igli) o di Dieci far condur prigione il Lippamano onde perciò con somma securezza fu dal Senato espedito Lorenzo Bernardo826 senatore di molta prudenza, et integrità il quale era stato bailo residente in Costantinopoli il reggimento avanti, diede gran materia di discorrer al mondo perché e per dove fusse espedito, né si poté per molti giorni sapere.

55  Ibid.

56  Ibid., p 113-114 du compendio ; p. 248-249 de la thèse.

57  Colluraffi (Antonino), op. cit., p. 244.

58  Ibid., p. 248 : E pensi più, come far possi l’opere grandi, che come possi finirle con spese piccole : ma in guisa, che con la chiarezza dello splendore sia congiunta la coltura della frugalità : e l’uno, e l’altro venga dalla mdoestia del portamento, dal desiderio della gloria, e dall’integrità de’ costumi commendato.

59  Da Mosto (Andrea), L’archivio di stato di venezia, t. II, Rome, Biblioteca d’arte editrice, 1940, p. 4.

60  L’Accademico Imperfetto, Ricordi etici, economici, e politici alla gioventù patricia veneta, Venise, Zaccaria Conzatti, 1674.

61  Ibid., p. 100 : La moderatione nelle spese sarebbe lodevole, mentre l’adempire le parti della giustitia, Clemenza, Integrità, son quegl’addobbi, che danno la vera gloria a Rappresentanti, ma accostumandosi eccessi, seguirà l’uso, quando lo comporteranno le proprie fortune senza farlo però con motivo di vana gloria, ma solo per publico decoro, et accommodarsi a i costumi del secolo corrotto.

62  Ibid.

63  Ibid., p. 101.

64  Ibid.

65  Foscarini (Michele), Historia della repubblica veneta, Venise, Lovisa, 1722 (première édition, 1696), p. 24, E’ antico prudente istituto della republica destinar à certi limitati tempi Magistrato riguardevole di très soggetti con titolo di Sindici Inquisitori con amplissima auttorità dal Maggior Conseglio impartita. Il loro incarico è d’inquirir sopra le attioni de’ Rappresentanti, se ne’ giuditii, o nel maneggio del publico denaro habbino adempite le parti della giustitia, e dell’integrità. Udir i ridocsi di quelli, che dall’autorité de’ potenti risentissero aggravii nella vita, nelle sostanze, e nell’honore ; Garzoni (Pietro), Istoria della repubblica di Venezia in tempo della sacra lega contro maometto IV., e tre suoi successori, gran sultani de’ Turchi, vol. 1, Venise, Manfrè, 1720, p. 676.

66  Ibid., p. 260-261.

67  Diedo (Giacomo), op. cit., p. 178 : Rettore attuale della città noto per integrità di vita, e per fama di singolare prudenza .

68  Sandi (Vettore), Principi de storia civile della repubblica di Venezia : dall’anno di n.s. 1700 fino all’anno 1767, vol. 1, Venise, Sebastian Coletti, 1769, p. 155 : ch’esclamavano le Magistrature sopra le frequenti dilapidazioni del patrimonio pubblico, sopra gli sconcerti nel maneggio della Scrittura nelli offici di amministrazione : reclamavano i sudditi pressati dalla ingordigia de’ ministri difficilmente evitabile, quando gl’impieghi sono accordati al dinaro, non alla purità della niscita, alla integrità del costume, ed al merito.

69  Ibid., p. 180 : Considerò quel consesso, che le cariche di assessori destinati a diriger con il consiglio, e con il voto la giustizia civile, e criminale sopra le città suddite, ricercasero persone di virtù, d’integrità e di civiltà di natali.

70  Dalla Colletta (Francesco), I Principi di storia civile di Vettor Sandi, diritto, istituzioni e storia nella Venezia di metà settecento, Venise, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 1995, p. 19.

71  Foscarini (Michele), op cit., p. 10 ; Sandi (Vettore), Principi de storia civile della repubblica di Venezia dalla sua fondazione sino all’anno di n.s. 1700, partie 3, vol. 1, Venise, Sebastian Coletti, 1756, p. 1052.

72  Nani (Battista), Historia della republica veneta, deuxième partie, Bologne, Gioseffo Longhi, 1680, p. 51 : Ma egli settuagenario, quanto degno per integrità d’animo, e probità di costumi, altrettanto inesperto della militia, e del mare, tepido ne’ consigli, e molto più tardo nell’opere, bench havesse deliberato di farsi incontro a’ nemici, guastando poi con dilationi l’opportunità, lasciò, che sopravenissero in Canea altrettanto solleciti, e pronti.

73  L’intégrité n’est pas une qualité attendue chez un militaire dans l’ouvrage de Nicolò Crasso, Nicolai Crassi iunioris elogia patritiorum venetorum belli pacisque artibus illustrium ; Raines (Dorit), L’invention du mythe aristocratique : l’image de soi du patriciat vénitien au temps de la Sérénissime, Venise, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2006, p. 98.

74  Marcello (Pietro Domenichi), Vite de’ prencipi di Vinegia, Venise, Francesco Marcolini, 1558, p. 39 : In questo mezzo goverò il prencipato con tanta integrità, che pareva, che l’avesse accettato, solo per giovare alla Republica.

75  Ibid., p. 195 : Huomo illustre d’integrità de animo, et di buoni costumi.

76  Doglioni (Giovanni Nicolò), Historia Venetiana, Venise, Damian Zenaro, 1598, p. 60.

77  Paruta (Paolo), Historia vinetiana, Venise, Giunti e Baba, 1645, p. 36.

78  Ibid., p. 85 : huomo di singolare prudenza, et integrità.

79  Le doge Francesco Molin : Nani (Battista), Historia della republica veneta, Venise, Gioseffo Longhi, 1680, p. 185. Le doge Francesco Contarini qui démontra dans les emplois publics et les ambassades une « telle intégrité et innocence que rien ne pouvait le condamner dans les actions ou l’accuser dans les mœurs » : con tale integrità, & innocenza, che niente potevasi condannar nell’attioni, o accusar ne’ costumi : Nani (Battista), Historia della republica veneta, Venise, Combi & La Nou, 1662, p. 311). Chez Pietro Garzoni, le doge Luigi Contarini se distingue par son intégrité : Garzoni (Pietro), op. cit., p. 59.

80  Diedo (Giacomo), op cit., p. 207.

81  Diedo (Giacomo), Storia delle repubblica di Venezia : dalla sua fondazione sino l’anno MDCCXLVII, vol. 1, Venise, Andrea Poletti, 1751, p. 300.

Auteur

Université de Berne, École des hautes études en sciences sociales

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search