Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 5. L’intégrité ou l’absolutisation de la vertu et du vice chez les chroniqueurs bourguignons : le cas de Georges Chastelain1

Renat Aseynov

Texte intégral

  • 1  Cet article a été préparé dans le cadre du projet de recherche N° 13-01- 00101a de la Fondation de (...)
  • 1  Voir par exemple, Krynen (Jacques), « Naturel. Essai sur l`argument de la Nature dans la pensée po (...)
  • 2  Malinine (Yuri), La pensée politique et sociale en France à la fin du Moyen Âge, Saint-Petersbourg (...)
  • 3  Guenée (Bernard), Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans 23 novembre 1407, Paris, (...)
  • 4  Voir, par exemple : Blanchard (Joël), Commynes l’Européen. L’invention du politique, Genève, Droz, (...)
  • 5  Ici et tout au long de cet article nous donnons entre parenthèses l`indication du volume (en chiff (...)
  • 6  « Faits du Grand Alexandre », traduit du moyen français par O. Collet, dans Régnier-Bohler (Daniel (...)

1À la fin du Moyen Âge, malgré le succès certain des idées naturalistes et rationnelles1 et la sécularisation de la pensée politique, celle-ci reste néanmoins éthique et fondée sur la morale chrétienne dont les catégories déterminent le sens de l’existence humaine, les rapports sociaux et politiques2. Cette pensée traditionnelle est fondée sur le bien et le mal, Dieu et le diable, la vertu et le vice. Chaque vertu s’oppose à un vice, par exemple la libéralité à l’avarice, l’humilité à l’orgueil, etc.3. La présence des vertus devait aider l’homme à atteindre le salut de l’âme – ce but principal de l’existence humaine. Dans les œuvres des intelleсtuels français et bourguignons du xve siècle, le refus de prendre en compte une voie moyenne plus complexe (sauf chez de rares auteurs comme Philippe de Commynes, qui l’ont tenté, mais parfois en vain, comme nous le verrons4) aboutit à une caractérisation morale absolue. Aussi peut-on remarquer beaucoup de personnages bons et mauvais, vertueux et vicieux dans les productions littéraires de la fin du Moyen Âge. L’homme vertueux était supposé avoir toutes les vertus possibles, qui le préservaient des vices ; aucun de ceux-ci ne pouvait pénétrer dans l’âme, au risque d’y entraîner les autres. On comparait souvent l’âme à une forteresse, parce qu’il suffisait d’un petit passage pour la prendre, ou à un navire susceptible de sombrer à cause d’une petite brèche. On peut, en outre, remarquer que bien des auteurs opèrent une certaine gradation des vices, mettant l’accent sur le plus grave, source des autres. L’historien officiel de la maison bourguignonne, Georges Chastelain, répète ainsi maintes fois que l’avarice est mère de tous vices et de toutes énormités (V, 168, 3635). Cette avarice ne peut exister seule, elle est suivie par les autres vices : « Maudite avarice, qui est mère souveraine de tous grans maux, et qui oncques en cœur d’homme ne fut seule et sans avoir detestable compagnie, assez pour perdre un monde » (V, 363). Avarice ou les autres vices peuvent alors éclipser les vertus possibles. Chastelain donne l’exemple d’Alexandre le Grand : « Aristote escolant Alexandre le grand roy, pour le faire clair en vertus, sur tous vices luy blasme cestuy veuillant dire que toutes vertus par iceluy seul s’estragnent en l’homme, et par seul celuy il se noircit et défait en renommée » (V, 168). Vasque de Lucène, qui a traduit pour le duc de Bourgogne les Faits et gestes d’Alexandre, voit dans l’orgueil du souverain macédonien une faute fatale qui a provoqué son échec final6.

  • 7  Basin (Thomas), Histoire de Louis XI, éd. Charles Samaran, 3 vol., Paris, 1963-1972, t.. III, p. 3 (...)
  • 8  Par exemple : Guenée (Bernard), Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin (...)
  • 9  La Marche (Olivier de), Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Renouard/H. L (...)
  • 10  Krynen (Jacques), Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Ét (...)
  • 11  Krynen (Jacques), L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France XIIIe-xve siècle, Paris (...)

2Les idées naturalistes ont contribué à la révision des vertus et des vices humains, et même à la justification de certains péchés, comme l’amour physique. Sans toutefois qu’ait été écartée l’idée de l’intégrité morale de l’homme dans la conscience des peuples, comme dans la pensée des intelleсtuels de la fin du Moyen Âge. Thomas Basin indique, par exemple, que les vertus sont liées et que si l’âme comporte une vertu, elle est pleine de toutes les autres ; si l’homme est, en revanche, privé d’une vertu, toutes les autres lui font également défaut7. Voilà ce que dit Basin du roi Louis XI, et nous connaissons bien son attitude négative envers ce roi8. Mais ces mots témoignent aussi du fait que l’idée de l’intégrité morale était courante. Les chroniqueurs bourguignons du xve siècle partageaient entièrement cette opinion. On peut citer, en premier lieu, Georges Chastelain, qui, dans son Advertissement au duc Charles, écrit au nouveau duc de Bourgogne Charles le Téméraire que le prince doit avoir toutes les vertus : « Quelle chose doncques appelerons-nous devoir en toy, ne à quoy tu es oblige, ne de quelles vertus dirons-nous qu’il te convient user en acquitant ta nature ? Je responds certes que non d’une vertu, ne de deux, ne de trois, ne de telles, mais de toutes les plus hautes et les plus dignes et les plus glorieuses […] » (VII, 311). Il ajoute que « les uns sont blancs et les autres sont noirs ; les uns obscurs et les autres bien clairs » (VII, 319), le blanc symbolisant la vertu et le noir le vice. Dans le Temple de Bocace, on lit, en outre, que l’homme doué de libre arbitre peut choisir le bien ou le mal, la voie de salut ou de perdition (VII, 140). Un autre écrivain bourguignon, le célèbre mémorialiste Olivier de La Marche, dans l’introduction de ses Mémoires, décrit Charles le Téméraire comme un prince vertueux, non, dit-il, parce que le duc a été son maître, mais parce qu’il a été tel en réalité : « je diz verité et que tel l’ay congneu. Car vices apparans de luy ne vindrent oncques à ma congnoissance9 ». Dans les théories politiques de la fin du Moyen Âge, l’idée de l’intégrité morale se manifestait en effet particulièrement à travers l’image du prince qui, selon les intellectuels du temps, devait réunir en lui toutes les vertus10. Il était nécessaire au prince d’être vertueux sous peine de devenir tyran, autre opposition propre à la pensée politique médiévale. Les auteurs des miroirs des princes ont constamment utilisé cet argument hérité d’Aristote11.

  • 12  Dans son Histoire de la Toison d`or, Guillaume Fillastre indique, en outre, que personne ne peut a (...)
  • 13  Par exemple : Chastelain (Georges), Chronique : les fragments du Livre IV révélés par l’Additional (...)
  • 14  Molinet (Jean), Chronique, 3 vol., éd. Georges. Doutrepont et Omer Jodogne, Bruxelles, Palais des (...)
  • 15  Bartier (John), « Un discours du chancelier Hugonet aux États Généraux de 1473 », Bulletin de la C (...)

3La complexité de la nature humaine n’a néanmoins pas échappé à Basin, à Chastelain ou aux autres écrivains français de la fin du Moyen Âge. Ils étaient bien conscients que l’homme était loin de l’intégrité morale qu’ils exigaient12. Chastelain qui souligne parfois qu’il est impossible de trouver un homme parfait dans ce monde13. Dans la Déclaration de tous les hauts faits et glorieuses adventures du duc Philippe de Bourgogne, il écrit que Philippe le Bon avait quelques vices, parce que « nul si parfait, fors Dieu » (VII, 223). Dans sa chronique, l’indiciaire déclare, en outre : « […] le feroie meilleur que homme et de plus haute condition, tout parfait, sans vices, qui point ne se trouve au monde » (V, 369). Il est évident que l’intégrité morale était l’un des moyens permettant de caractériser tel ou tel prince, et Chastelain ou d’autres écrivains l’ont utilisée pour qualifier leur attitude envers eux. Le meilleur exemple est Louis XI chez Thomas Basin. Comme on l’a dit, ce roi est présenté comme l’incarnation des vices et il n’a aucune vertu. Cette affirmation est reprise chez les chroniqueurs bourguignons. Le roi Louis XI mérite à leurs yeux les surnoms de « regnart », « universelle araigne », « homme bestial », « homme non homme », Jean Molinet le comparant pour finir à l’Antéchrist14. Il existe de nombreuses raisons, notamment politiques, de le présenter comme un homme pervers et comme un tyran – ce que nous pouvons remarquer dans un discours du chancelier Guillaume Hugonet15.

  • 16  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, historiographe de Philippe le Bon et C (...)
  • 17  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 131- 132.

4Dans les chroniques bourguignonnes, nombreux sont les personnages dotés de cette intégrité morale, soit positive, soit négative. Le plus souvent, cette caractéristique est utilisée par les chroniqueurs dans le cas des ducs de Bourgogne ou des rois de France. Les images contradictoires de ces princes – Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Charles VII ou Louis XI – dans les chroniques bourguignonnes, en particulier dans les œuvres de Georges Chastelain et de Jean Molinet, sont étudiées par de nombreux chercheurs16, qui ont montré que ce n’était pas seulement le devoir de célébrer le prince qui déterminait le travail d’un chroniqueur bourguignon. Les images des ducs de Bourgogne ne sont pas toujours aussi positives qu’on peut le supposer dans le cas des chroniques officielles. Même si Jean-Claude Delclos a justement souligné que le duc de Bourgogne est toujours supérieur au roi de France, quoique ce roi soit représenté comme prince vertueux17, les portraits des ducs chez Chastelain, par exemple, ne sont pas tout à fait positifs, et leurs défauts le forcent parfois à nuancer son idée de l’intégrité morale de l’homme.

  • 18  Voir en dernier lieu : Doudet (Estelle), « “La condicion de l’hystoriographe” : enquête sur une fi (...)
  • 19  Sur le problème des couleurs de l`éloge ou du blâme chez les grands rhétoriqueurs, voir Cornilliat (...)
  • 20  Doudet (Estelle), « La condicion de l`hystoriographe… », art. cit., p. 553.
  • 21  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 58.
  • 22  Chastelain (Georges), Chronique, p. 315-317. Voir encore : Doudet (Estelle), Poétique de Georges C (...)
  • 23  La Marche (Olivier de), op. cit., t. III, p. 312-319.

5En tant que grand rhétoriqueur, Chastelain a une vision spécifique des devoirs de l’historien officiel18. Pour lui, l’historien est un juge qui doit juger tout homme et ses actions selon des qualités morales. Aussi doit-il louer ou blâmer pour conserver à la postérité la mémoire de cet individu. L’histoire, définie à la suite de Cicéron comme magistra vitae, doit fournir des exemples de vie vertueuse. L’œuvre d’un historien officiel construit une mémoire collective pour une certaine communauté. Dans l’espace dominé par les ducs de Bourgogne, c’est la chronique de Chastelain qui joue ce rôle. L’indiciaire bourguignon est bien conscient de cette particularité et la souligne en disant que les exploits des nobles chevaliers restent perpétuellement dans la mémoire des générations postérieures grâces aux travaux des chroniqueurs (II, 364). De la même manière, les mauvais faits sont conservés pour toujours. Autrement dit, l’immortalité que donne l’histoire à chaque homme ne peut être neutre19. Et c’est avant tout l’historien qui la donne20. De ce point de vue, il est très intéressant de noter qu’aux princes sont donnés des surnoms conformément à leurs faits et surtout à leurs qualités morales. En ce qui concerne les princes français, on peut se rappeler Jean le Bon, Charles le Mauvais, etc. Les auteurs bourguignons allaient plus loin. Ils pensaient que l’une des fonctions principales du surnom était de doter le prince d’une immortalité. Olivier de La Marche écrit ainsi à Philippe le Beau : « selon les vertus ou vices, sont surnommez vulgairement les princes, et que teles seront vos euvres, tel sera vostre nom21 ». L’auteur – La Marche, Chastelain, Molinet ou les autres – a donc pour mission d’inventer des surnoms pour les princes contemporains en s’appuyant sur leur propre vision de chacun. Chastelain le démontre en ce qui concerne l’invention du surnom de Charles VII22 et de Philippe le Bon (II, 149-151), de même qu’Olivier de La Marche, concernant les surnoms de Maximilien de Habsbourg et de Philippe le Beau23.

  • 24  Voir : Small (Graeme), op. cit., p. 182-183.
  • 25  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 107-110, 113.
  • 26  Ibid., t. III, p. 185.
  • 27  Molinet (Jean), Chroniques, op. cit., vol. II, p. 590.
  • 28  Molinet (Jean), Faictz et dictz, éd. Noël Dupire, Paris, 1936-1939, vol. I, p. 56.

6Mais les surnoms des ducs de Bourgogne inspirés par leurs vertus et inventés par les auteurs bourguignons ne poursuivent pas seulement le but de rendre immortels leurs noms. Ils servent d’autres objectifs. On connaît bien le rêve d’une couronne royale qu’avait au moins le dernier duc de Bourgogne. Dans son Advertissement au duc Charles, Chastelain indique au jeune duc qu’il n’est pas suffisant de porter le titre de roi – « c’est povre titre », puisque les tyrans et les princes vicieux s’en servent (VII, 312). « Prince princiant » est un titre digne, mérité par les bonnes mœurs, les nobles faits et la glorieuse renommée. De ce fait, le duc Charles, éclairé par ses propres vertus et celles de ses ancêtres, surpasse bien des rois, bien qu’il n’ait pas le titre royal. L’idée est omniprésente dans ce traité, Chastelain affirmant à de multiples reprises que « non les sceptres et les couronnes dignifient les roys, ne leur robe de pourpre ; mais leurs vertus et leurs nobles mœurs les glorifient et les font dignes de couronne » (VII, 327). Est-ce un moyen de prouver que le roi Louis XI n’est pas digne de porter la couronne de France ? Dans sa Chronique, le même auteur note qu’« est venu le temps maintenant que la royale dignité françoise est descendue sur homme bestial, et que la plus digne couronne et la plus sainte de la terre est assise sur cheveux d’un homme non homme » (V, 141)24. Il semble que dans l’Advertissement au duc Charles, écrit en 1467, Chastelain expose une conception selon laquelle le duc de Bourgogne doit compenser les défauts et vices du roi de France par ses propres vertus : « Si l’empereur fault, le très-chrestien roy le recœuvre, et si faute y a en celuy, autre de son sang ou de son thrône le restore. Le royal sphere ne peut périr pour un corps rétrograde » (VII, 323). Il est probable qu’aux yeux du chroniqueur, c’est la mission du duc de Bourgogne, issu de la maison royale de France, que de sauver le royaume tombé entre les mains d’un « homme bestial ». Dans la pensée politique médiévale et surtout chez les auteurs bourguignons, se trouve souvent l’idée selon laquelle l’homme peut accéder au trône royal grâce à ses vertus. Olivier de La Marche, par exemple, indique dans son introduction qu’un homme ne peut devenir le roi que par la volonté divine et grâce à ses mérites personnels, même s’il est un bâtard et qu’il y a un roi légitime. Dans le dernier cas, ce roi est vicieux ou tyran, et sa déposition est un châtiment divin25. Chastelain accuse à plusieurs reprises Louis XI de tyrannie (par exemple, V, 144-145). Guillaume Hugonet fait de même dans son discours, comme nous l’avons vu plus haut ; Olivier de La Marche le sous-entend dans certaines scènes des travaux d’Hercule au cours des festivités du mariage de Charles le Téméraire et Marguerite d’York26. Par ailleurs, il est évident que l’historien officiel tente de tempérer les grandes prétentions du nouveau duc, qu’on connaissait bien même au début de son règne. Pour soutenir cette affirmation, on peut citer non seulement l’œuvre de Vasque de Lucène déjà mentionnée, mais l’Aultre prologue de la Chronique de Jean Molinet, où le successeur de Chastelain déclare que les rois ne peuvent pas toujours porter la pesanteur de leur titre et perdent leur royaumes diminués au statut des duchés ou comtés. Ces duchés ou comtés, néanmoins, prospèrent plus que sous le sceptre royal27. L’essentiel, ce sont les mœurs des princes qui, selon Molinet, doivent être vertueuses comme celles des ducs de Bourgogne. Il est probable que les deux auteurs conseillent au duc Charles de se contenter du titre ducal orné des vertus. Ce titre à lui seul peut l’aider à surpasser tous les autres rois et l’empereur. Grâce aux vertus, Philippe le Bon était ainsi digne d’une couronne royale, mais il l’a refusée (VII, 220). En revanche, selon Molinet, il a reçu au Paradis le sceptre et la couronne de laurier, en prince égal à César et Charlemagne28. Symbole du prince vertueux, la couronne peut sans doute être perçue aussi comme une allusion au pouvoir impérial. Charles le Téméraire ne l’a-t-il pas compris, lorsqu’il a commandé à Giovanni di Candida le célèbre médaillon orné de son portrait à la couronne de laurier ?

  • 29  Aux ouvrages cités à la note 7, on peut ajouter : Devaux (Jean), « La fin du Téméraire… ou la mémo (...)
  • 30  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 144.

7Revenons aux ducs de Bourgogne vus par Chastelain. De prime abord, fidèle serviteur de la dynastie bourguignonne, Chastelain représente les ducs comme des princes vertueux. Mais un regard attentif permet de nuancer cette caractéristique, comme le montrent des recherches récentes29. Ce n’est pas dans la chronique, mais dans de petits traités « de circonstance » que l’auteur donne en quelques mots aux trois ducs – Philippe le Hardi, Jean sans Peur et Philippe le Bon – les caractéristiques les plus exemplaires. Dans l’Avertissement au duc Charles, le personnage de « Congnoissance de toy mesme » présente à Charles le Téméraire ses aïeux, les ducs de la maison de Valois. Tout est clair avec Philippe le Hardi, fondateur de la dynastie. Selon Chastelain, il « portoit le throne de France, dont il estoit pillier, sus ses espaules » (VII, 290-291). Sa hardiesse lui a donné son surnom et « toutes autres vertus y estoient à comble portion » (VII, 290). Jean sans Peur est un personnage plus ambigu. Chastelain indique que ce prince « avoit peu de vices » (VII, 291), alors qu’il n’en nomme aucun quand il parle de Philippe le Hardi ou Philippe le Bon dans le même traité. Pourtant, dans la Chronique, le duc Jean est représenté comme un prince vertueux. Malgré la peinture apocalyptique de la situation dans le royaume de France que décrit Chastelain après l’assassinat du régent, ce sont les Armagnacs et la victime – Louis d’Orléans –, et non Jean sans Peur, qui apparaissent coupables. Toujours selon l’indiciaire bourguignon, même la mort de Jean sans Peur ne constitue pas le châtiment de ses péchés. Chastelain suit la tradition en disant que la volonté divine est inconnue aux hommes ; c’est pourquoi l’on ne doit pas voir toujours en la mort d’une personne le châtiment divin, puisqu’en réalité Dieu peut avoir eu l’intention de renforcer par cette épreuve sa foi afin de sauver son âme (I, 23-30). Pour le certifier, l’historien mentionne des exemples de princes chrétiens morts aux cours des batailles contre des Infidèles, c’est-à-dire en accomplissant des faits pieux, agréables à Dieu. Olivier de La Marche lui aussi retient cette idée еt prie Philippe le Beau de ne pas voir dans le désastre et la mort de Charles le Téméraire les conséquences de ses péchés : « Monseigneur, ce grant trabuchement advenu à la fin de vostre grant pere, le duc Charles, ne le prenez ou reputez à ses defaultes ou peciez, car le voloir ou permission de Dieu nous est chose incongneue30 ».

8Comment peut-on expliquer alors les mots de Chastelain envers Jean sans Peur dans l’Advertissement au duc Charles ? Il semble qu’il faille d’abord comparer les portraits des deux derniers ducs.

  • 31  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 131- 132 ; Small (Graeme) (...)
  • 32  Ibid., p. 245-248.
  • 33  Cf. Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 289-290.
  • 34  Guillaume Fillastre d. J., op. cit., p. 299, 300.

9Selon Chastelain, Philippe le Bon est un prince idéal31. Dans sa Chronique où il lui donne les surnoms de « bon », « auguste » et autres, Philippe est plein de vertus. Mais, dans la Déclaration de tous les hauts faits et glorieuses adventures du duc Philippe de Bourgogne, le portrait est plus nuancé. Chastelain indique les vices ducaux : il « alloit tard à messe et hors de heure » (VII, 225), « négligent estoit et nonchalant de toutes affaires, ce qui tournoit à grand playe à ses pays et subjects, en fait de justice, en fait de finances, en fait de marchandises et en fait de diverses iniquités » (VII, 225), « avoit aussi en luy le vice de la chair ; estoit durement lubrique et fraisle en cest endroit » (VII, 226), « ne regarda point également ses nobles homes en leur dignité et prix ; par espécial en ses vieux jours donnoit aux moins dignes, et aux mieux vaillant telles fois points ; et souffroit l’approche des moins utiles en reboutement de сeux à fruit » (VII, 226). Graeme Small a montré que la destination de ce traité expliquait ce traitement32, le destinataire étant Charles le Téméraire et les vices du père faisant valoir les vertus du fils33. D’autre part, tous ces vices étaient bien connus à la cour de Bourgogne. On peut supposer que Chastelain n’a pas trahi son ancien maître et ne s’est pas représenté comme un flatteur. Pourtant, Guillaume Fillastre dans ses écrits sur la Toison d’or a essayé de nier les mots de Chastelain34. Dans l’Advertissement au duc Charles, en revanche, Philippe le Bon est celui en qui « Dieu a doublé et mis en un les bénédictions de ses deux pères passés » (VII, 291), et il n’y a pas de trace de ses vices.

  • 35  Voir aussi : Dufournet (Jean), « Charles le Téméraire vu par les historiens bourguignons », Cinq-c (...)
  • 36  J.-Cl. Delclos a bien montré ces convictions et les douleurs de Chastelain quand il a compris que (...)
  • 37  Ibid, p. 205 ; Small (Graeme), op. cit., p. 191.

10Quant à Charles le Téméraire, Chastelain et les autres chroniqueurs bourguignons sont loin de l’idéaliser, bien qu’il soit leur maître35. L’une des causes en est ses relations avec le roi de France et plus particulièrement sa position envers le royaume, sa déclaration qu’il est Portugais et non Français (par exemple, V, 453), ses tentatives de se proclamer un seigneur souverain, etc36. Pour Chastelain, la Bourgogne est une partie du royaume et les ducs appartiennent à la maison royale française : dans l’Advertissement au duc Charles, les trois prédécesseurs du Téméraire sont, selon l’indiciaire, des princes français, les « pilliers » du trône de France. Même Jean sans Peur est représenté comme un ultime rempart contre l’invasion anglaise (I, 137). Toute autre union que française paraît alors contre-nature (par exemple, V, 419)37. Dans tous les cas, le chroniqueur affirme que les alliances avec l’ennemi (c’est-à-dire le roi d’Angleterre) ont été provoquées par l’hostilité de la partie française. À la fin de sa chronique, Chastelain, déçu par Louis XI et Charles le Téméraire, est très pessimiste envers tous les princes, qui lui semblent pleins de vices : « Tous grans princes coustumièrement sont à mal donnés aujourd’hui […] retirent leurs yeux de arrière de Dieu […] sont moindres et plus obscurs en bonnes moeurs et vertus » (V, 476). Et le résultat est que « l’intégrité de la chose publique durement blessée et malmise » (V, 477).

11Si nous revenons au jugement de l’historien officiel envers le duc Jean sans Peur, nous pouvons voir que, comme dans le cas de Charles le Téméraire, Chastelain, bien qu’il ne le dise pas, le tient aussi bien que son adversaire Louis d’Orléans responsable de la situation en France au début du xve siècle. La même accusation est lancée contre le duc Charles, coupable avec Louis XI de mettre en péril l’intégrité de « la chose publique » dans le royaume français.

  • 38  Voir Gaucher (Élisabeth), « Le “Livre des Faits de Jacques de Lalaing. Textes et image », Le Moyen (...)
  • 39  Sur ce personnage voir : Bouchard (Hélène), Philippe Pot, grand sénéchal de Bourgogne (1428-1493), (...)
  • 40  Bouchard (Hélène), op. cit., p. 25 ; Caron (Marie-Thérèse), La noblesse dans le duché de Bourgogne (...)
  • 41  Small (Graeme), op. cit., p. 76-77 ; Doudet (Estelle), Poétique de George Chastelain, op. cit., p. (...)
  • 42  Bouchard (Hélène), op. cit., p. 27 ; Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, o (...)

12Il est évident que les deux ducs de Bourgogne et les deux rois de France ne peuvent correspondre à l’intégrité vertueuse, leurs portraits étant plus ou moins nuancés. Seul Philippe le Bon en approche dans la Chronique de Chastelain. Si nous essayons d’y trouver un personnage idéal, qui représente cette intégrité morale, tel apparaît, par exemple, Jacques de Lalaing, le chevalier parfait de la littérature bourguignonne38. Mais il existe d’autres cas, à commencer par Philippe Pot, seigneur de La Roche39. Chaque fois qu’il apparaît dans la Chronique, il est loué par Chastelain : « beau langaigier estoit et de bon sens » (III, 20), « estoit sage » (III, 21). Le duc Philippe le Bon avait confiance en ce chevalier (III, 19), il l’aimait (III, 275) et lui « avoit donné des privautés beaucoup entour sa personne » (III, 20). Philippe Pot a accompli pour le duc de nombreuses missions diplomatiques, parfois très délicates. Il a contribué, par exemple, à la conclusion du mariage entre Charles de Charolais et Isabelle de Bourbon (III, 19-24). Il a été envoyé auprès de Philippe le Bon au moment du conflit survenu entre ce dernier et son fils, au mois de janvier 1457 (III, 279). Le seigneur de La Roche, selon Chastelain, a beaucoup fait pour réconcilier les deux hommes. Chastelain écrit que « Philippe Pot qui plus y fit tout seul que tous сеux de son sang, princes, ducs et contes » (III, 287), « conduit jusques icy, lui seul aussi avoit ceste matière en bouche devant tout autre, et n’y pouvoit nulluy riens que lui seul » (III, 289). Philippe Pot est ainsi devenu l’un des conseillers les plus proches de Philippe le Bon vieillissant et a atteint, en septembre 1465, l’office de premier chambellan40. La Chronique témoigne aussi de relations privilégiées entre Chastelain et Philippe Pot41. D’une part, le seigneur de La Roche était une source d’informations précieuse pour l’historien officiel42 ; celui-ci dit à plusieurs reprises que Philippe Pot lui a transmis telle ou telle information (par exemple, III, 279 ; IV, 355). De ces entretiens témoigne l’extrait suivant de la Chronique : Chastelain y aperçoit Philippe Pot parlant à Antoine de Croy : « Sy les regardai moult intentivement […], ymaginant en moi-mesme ce de quoy devisoient, et comme si j’eusse esté le tiers homme avecques eux deux ; car, autresfois, et assez souvent, ledit de La Roche et moi avions tenu largement devises du fait de celuy de Croy » (V, 155).

  • 43  L’épisode est décrit dans : Huizinga (Johan), L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 2006, p. 75.
  • 44  Voir aussi : Small (Graeme), op. cit., p. 183, note 117.
  • 45  Par exemple : Caron (Marie-Thérèse), op. cit., p. 15, 533
  • 46  Voir Paravicini (Werner), « Le temps retrouvé ? Philippe le Bon à Paris en 1461 », dans Paravicini (...)

13Il semble, d’autre part, que Chastelain et Philippe Pot aient eu la même opinion sur les relations entre la France et la Bourgogne et sur le respect dû au pouvoir royal. On peut citer au moins deux exemples de la Chronique pour le prouver. Pendant le séjour de Marguerite d’Anjou, la reine d’Angleterre, et de son fils à la cour de Bourgogne, le comte de Charolais a refusé de se laver dans le même bassin que la reine43. Ce geste a provoqué des débats parmi les nobles pour savoir si le comte avait bien fait en respectant l’honneur féodal. Chastelain et Philippe Pot l’ont tous deux jugé louable parce que « la dignité royale emporte hautesse sur statut ducal », et que le comte « fust non fils de roy, ni héritier de couronne, sy estoit-il seul et unique héritier de multitude de terres dont plusieurs valent royaumes » (V, 313-314). L’autre exemple est le discours du duc Charles aux ambassadeurs du roi de France et son accueil par les Bourguignons. Charles le Téméraire déclara : « Entre nous Portugalois, avons une coustume devers nous, que quand ceux que nous avons tenus à nos amis, se font amis à nos ennemis, nous les commandons à tous les cent mille diables d’enfer » (V, 453). Il est fort probable que parmi ceux qui ont jugé les mots de Charles le Téméraire offensants pour le roi de France se trouvait le seigneur de La Roche, d’autant plus qu’il s’était déclaré favorable au respect de la dignité royale dans le cas de la reine d’Angleterre. Chastelain écrit : « Et sembloient à ceux qui deuil y prenoient, qu’à luy-mesme il se fit grand blasme en telles paroles, considéré encore qu’il estoit subjet du roy, et honoré et paré des armes des fleurs-de-lys […] » (V, 453-454). Et aussi : « quand il se nommoit Portugalois, fut murmure aussi d’aucuns de ses propres gens, pour ce que tacitement contempnant le nom de France dont il estoit […] eux tous estoient en affection devers France, non pas vers Angleterre. Fut faite murmure aussy entre les plus sages, et qui beaucoup vu avoient […]. Sy luy fut imputé à merveilleuse relation de Cœur mal louable, et par espécial pour ce que c’estoit envers un roy de France, son souverain et le plus grand de la terre […] » (V, 454). On a déjà fait mention des idées de Chastelain concernant les rapports entre la France et la Bourgogne et de son respect envers la couronne française44. Quant au seigneur de La Roche, on peut aussi supposer acquise sa fidélité au royaume et au roi de France, son suzerain, – un cas commun chez les nobles du duché de Bourgogne45. Il est probable que Louis XI voulait le voir à son service. Chastelain fait allusion aux relations privilégiées entre le roi et le noble bourguignon lors du banquet de Reims en l’honneur du nouveau roi : « Tout au long de son diner parla à messire Philippe Pot, soy tenant derrière luy ; et y eut longues et diverses devises entre eux deux » (IV, 61) ; ce dernier n’a néanmoins reçu aucune nomination aux offices royaux, contrairement à certains membres de l’entourage ducal46.

  • 47  Sur l’attitude de Chastelain envers la famille de Croÿ, voir Thiry (Claude), « Les Croÿ face aux i (...)

14Chastelain admire les actions de Philippe Pot au moment du conflit entre Philippe le Bon et son fils Charles de Charolais. La Roche a essayé de les réconcilier, tandis que d’autres en profitaient pour s’élever à la cour. Parmi eux se trouvait le seigneur de Croÿ, qui a contribué à la cession des villes de la Somme à Louis XI. L’indiciaire consacre plus de dix pages de sa chronique à l’accusation d’Antoine de Croÿ par la bouche de Philippe Pot47. Rien d’étonnant, puisque, selon Chastelain, La Roche incarne le serviteur fidèle qui n’a pas abusé de sa position pour s’enrichir. Sans doute Philippe Pot est-il un exemple du conseiller idéal dans la Chronique.

  • 48  Cf. Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 450-463.
  • 49  Ibid., p. 450, passim.
  • 50  Commynes (Philippe de), Mémoires, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 5-8.
  • 51  Par exemple, Molinet (Jean). Chroniques, t. I, p. 164.
  • 52  Voir l’épisode de l’enlèvement de la duchesse de Savoie : La Marche (Olivier de), op. cit., t. III (...)

15L’autre qualité louée par l’indiciaire est sans doute l’éloquence de Philippe Pot. Chastelain décrit maintes fois les épisodes où se manifeste le talent de « beau langaigier » du seigneur de La Roche. Chez « l’orateur Georges », la maîtrise de la parole est l’une des qualités les plus importantes de l’homme48 et une composante essentielle de l’intégrité morale. Philippe le Bon apparaît ainsi comme l’étalon du « beau langaigier » (par exemple, VII, 221)49. La parole tranquille du duc, qui « n’avoit […] nuls vils mots en usage, nulles injures envers autruy », est souvent comparée au discours de Charles le Téméraire, plein d’émotion et parfois d’injures envers le roi de France et ses propres serviteurs fidèles, même si dans la Déclaration Chastelain indique qu’il est « sage et discret en son parler » (VII, 229). L’épisode liminaire des Mémoires de Philippe de Commynes en est l’exemple le plus célèbre50 ; de même, la critique de la rudesse de la parole ducale, ouverte chez Jean Molinet51 et latente chez Olivier de La Marche52, prouve son importance pour la caractérisation de l’individu. Philippe Pot, cette « bouche de Cicéron » dans la chronique de Chastelain, manifeste des qualités d’orateur, avec un éclat particulier dans ses discours à Philippe le Bon et à Antoine de Croÿ.

  • 53  Cette épitaphe se trouve au tombeau de Philippe Pot (musée du Louvre, Paris) et est reproduite par (...)
  • 54  Ibid., p. 821-823.

16Chastelain, mort en 1475, n’a pas vu les événements qui ont suivi le désastre de Nancy en 1477, ni les défections de nombreux nobles, y compris celle du seigneur de La Roche. Il est difficile d’affirmer que ce dernier ait agi volontairement. Si l’on en croit son épitaphe, il « fut forcé de soy retirer » à Tournai, où le roi l’a fait chercher53. Demeurent les soupçons de l’entourage de Marie de Bourgogne envers Philippe Pot. Son frère Guyot Pot, qui a reçu la soumission d’Arras, pourrait avoir été cause de cette décision54.

  • 55  Sur ce personnage voir : Paravicini (Werner), « “Acquérir sa grâce pour le temps advenir” ». Les h (...)
  • 56  Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 458.

17Si Chastelain voyait dans le personnage de Philippe Pot un conseiller idéal, il lui fallait montrer aux lecteurs une autre image de l’intégrité – l’intégrité vicieuse. Il semble que c’est, par exemple, Jean Coustain qui la personnifie. Ce premier valet de chambre du duc Philippe le Bon est l’antithèse de Philippe Pot et l’incarnation des vices55 : un homme de basse condition, que « fortune dérisoirement avoit monté » (4, 234), « homme brutal et de gros et rude entendement et affaire » (4, 235), « rude de corps et mal agréable en paroles » (4, 236). Coustain s’est élevé grâce à la confiance de Philippe le Bon et l’a utilisée à son profit. Contrairement à Pot, Coustain est caractérisé non seulement par son infériorité sociale, mais encore par sa rudesse de parole (« langue bourguignotte56 »). Il est l’exemple de l’homme « intégral », mais cette intégrité est vicieuse. Chastelain écrit de lui : « N’avoit vertu une seule en luy, par quoy il soit de mémoire, mais vices, rudesses et descognoissemens par déturpation voyable. Estoit luxurieux outre-bord, glout en vin et viandes, rude et gros en conscience, indocte et sans lettres, irrévérend aux bons, de nulle vertu tenant compte ; et si à aucuns portoit amitié ou faveur, sy n’avançoit-il que méchantes personne de semblable qualité à luy et nuls autres » (IV, 237). Même son entourage témoigne de sa corruption. Sa femme se comporte de la même façon, écrit Chastelain. L’indiciaire souligne en outre l’intimité de Coustain avec les Croÿ, et son rôle dans la dégradation de la situation. Coustain avait peur de perdre sa position à la cour après l’avènement du nouveau duc et a décidé d’empoisonner Charles de Charolais. Accusé de ce crime, il a été exécuté.

18Ces deux exemples n’épuisent pas le problème de l’utilisation de la notion d’intégrité morale qui pouvait être employée dans des sens très différents. L’œuvre de Georges Chastelain le montre bien, qui réfléchit non seulement sur l’intégrité morale, mais aussi sur celle du monde ou du royaume de France. Il exige du prince d’être idéalement intégral dans ses vertus bien qu’il sache cela impossible. L’intégrité morale est devenue sans doute un topos, un moyen pour l’auteur d’exprimer ses idées, ses attitudes envers les événements, les hommes et l’un des traits importants de l’historiographie de la fin du Moyen Âge, marquée par la prise de position de l’auteur. Chez les Grands Rhéteurs, cette prise de position se manifeste dans le jugement de l’histoire qui trahit une conception particulière de l’objectivité de l’historien et de ses fonctions. Le cas de Chastelain en est l’un des meilleurs exemples.

Notes

1  Voir par exemple, Krynen (Jacques), « Naturel. Essai sur l`argument de la Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen Âge », Journal des savants, 1982, p. 169-190.

2  Malinine (Yuri), La pensée politique et sociale en France à la fin du Moyen Âge, Saint-Petersbourg, Presses universitaires, 2000, p. 20-27 [en russe : Малинин Ю. П. Общественно-политическая мысль позднесре-дневековой Франции XIV-XV вв. СПб., 2000].

3  Guenée (Bernard), Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992, p. 63.

4  Voir, par exemple : Blanchard (Joël), Commynes l’Européen. L’invention du politique, Genève, Droz, 1996, p. 326-333, passim ; Malinine (Yuri), op. cit., p. 79-86.

5  Ici et tout au long de cet article nous donnons entre parenthèses l`indication du volume (en chiffres romains) et celle de la page (en chiffres arabes) de l’édition de J. Kervyn de Lettenhove : Chastelain (Georges), Oeuvres, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1865, vol. I-VIII, Slatkine reprints, 1970.

6  « Faits du Grand Alexandre », traduit du moyen français par O. Collet, dans Régnier-Bohler (Danielle) (dir.), Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, Paris, R. Laffont, 1995, p. 597. Sur la perception d’Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne, voir Blondeau (Chrystèle), Un conquérant pour quatre ducs. Alexandre le Grand à la cour de Bourgogne, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques et Institut national d’histoire de l’art, 2009.

7  Basin (Thomas), Histoire de Louis XI, éd. Charles Samaran, 3 vol., Paris, 1963-1972, t.. III, p. 310.

8  Par exemple : Guenée (Bernard), Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 301-435, passim ; Contamine (Philippe), « Charles le Téméraire vu par un adversaire de Louis XI, Thomas Basin » ; Id, Des pouvoirs en France 1300-1500, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1992, p. 75-85.

9  La Marche (Olivier de), Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Renouard/H. Loones, 1883-1888, t. I., p. 122.

10  Krynen (Jacques), Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude de la littérature politique du temps, Paris, Editions A. et J. Picard, 1981, p. 70-71.

11  Krynen (Jacques), L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France XIIIe-xve siècle, Paris, Gallimard, 1993, p. 206.

12  Dans son Histoire de la Toison d`or, Guillaume Fillastre indique, en outre, que personne ne peut avoir que des vertus ; ce n`est pas le sort des créatures humaines : Guillaume Fillastre d. J., Ausgewählte Werke, hg. M. Prietzel, Ostfildern, Thorbecke, 2003, p. 298.

13  Par exemple : Chastelain (Georges), Chronique : les fragments du Livre IV révélés par l’Additional manuscript 54156 de la British Library, éd. Delclos (Jean-Claude), Genève, Droz, 1991, p. 322.

14  Molinet (Jean), Chronique, 3 vol., éd. Georges. Doutrepont et Omer Jodogne, Bruxelles, Palais des Académies, 1935-1937, vol. I, p. 537- 538.

15  Bartier (John), « Un discours du chancelier Hugonet aux États Généraux de 1473 », Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. 107, 1942, p. 140-149.

16  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, historiographe de Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Genève, Droz, 1980 ; Devaux (Jean), Jean Molinet, indiciaire bourguignon, Paris, Honoré Champion, 1996 ; Small (Graeme), George Chastelain and the Shaping of Valois Burgundy. Political and Historical Culture at Court in the Fifteenth Century, Woodbridge, Boydell and Brewer, 1997 ; Doudet (Estelle), Poétique de George Chastelain (1415-1475). Un cristal mucié en un coffre, Paris, Honoré Champion, 2005.

17  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 131- 132.

18  Voir en dernier lieu : Doudet (Estelle), « “La condicion de l’hystoriographe” : enquête sur une figure et un statut dans l’œuvre de George Chastelain », Le Moyen Âge, t. 112/3-4, 2006, p. 545-556. Voir aussi : Ead., Poétique de George Chastelain, op. cit., p. 246, passim ; Delclos (Jean-Claude), « “Je donques, George Chastellain…” : de l’histoire commandée au jugement personnel », Revue des langues romanes, t. 97, 1993, p. 75-91.

19  Sur le problème des couleurs de l`éloge ou du blâme chez les grands rhétoriqueurs, voir Cornilliat (François), « Or ne mens ». Couleurs de l’Éloge et du Blâme chez les « Grands Rhétoriqueurs », Paris, Honoré Champion, 1994.

20  Doudet (Estelle), « La condicion de l`hystoriographe… », art. cit., p. 553.

21  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 58.

22  Chastelain (Georges), Chronique, p. 315-317. Voir encore : Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 77-78.

23  La Marche (Olivier de), op. cit., t. III, p. 312-319.

24  Voir : Small (Graeme), op. cit., p. 182-183.

25  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 107-110, 113.

26  Ibid., t. III, p. 185.

27  Molinet (Jean), Chroniques, op. cit., vol. II, p. 590.

28  Molinet (Jean), Faictz et dictz, éd. Noël Dupire, Paris, 1936-1939, vol. I, p. 56.

29  Aux ouvrages cités à la note 7, on peut ajouter : Devaux (Jean), « La fin du Téméraire… ou la mémoire d’un prince ternie par l’un des siens », Le Moyen Âge, t. 95, 1989, p. 105-128 ; Zingel (Michael), Frankreich, das Reich und Burgund im Urteil der burgundischen Historiographie des 15. Jahrunderts, Sigmaringen, Thorbecke, 1995.

30  La Marche (Olivier de), op. cit., t. I, p. 144.

31  Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 131- 132 ; Small (Graeme), op. cit., p. 172. Voir aussi l`interprétation que donne G. Small de l`image de Philippe le Bon dans l’œuvre de Chastelain : ibid., p. 172-190.

32  Ibid., p. 245-248.

33  Cf. Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 289-290.

34  Guillaume Fillastre d. J., op. cit., p. 299, 300.

35  Voir aussi : Dufournet (Jean), « Charles le Téméraire vu par les historiens bourguignons », Cinq-centième anniversaire de la bataille de Nancy (1477), Nancy, 1979, p. 65-81.

36  J.-Cl. Delclos a bien montré ces convictions et les douleurs de Chastelain quand il a compris que l’alliance franco-bourguignonne était presque impossible sous le nouveau roi et le nouveau duc, voir : Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 203-243.

37  Ibid, p. 205 ; Small (Graeme), op. cit., p. 191.

38  Voir Gaucher (Élisabeth), « Le “Livre des Faits de Jacques de Lalaing. Textes et image », Le Moyen Âge, t. 95, 1989, p. 503-518 ; Ead., La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (xiiie-xve siècles), Paris, Honoré Champion, 1994.

39  Sur ce personnage voir : Bouchard (Hélène), Philippe Pot, grand sénéchal de Bourgogne (1428-1493), thèse de l`École des Chartes, 1949 (Bibliothèque municipale de Dijon, ms. 2659) ; Leguai (André), « Philippe Pot et les États généraux de 1484 », Mémoires de l`Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 136, 1997-1998, p. 271-284 ; Id., « Philippe Pot, seigneur de La Roche-Nolay et de Châteauneuf », dans De Smedt (Raphaël) (dir.), Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’or au xve siècle, Francfort-sur-le Main, Peter Lang, 2001, p. 146-148 ; Vaivre (Jean-Bernard de), « Un primitif tiré de l`oubli : le panneau de Philippe Pot de Notre-Dame de Dijon », Comptes-rendus des séances de l`Académie des inscription et belles-lettres, 149e année, n° 2, 2005, p. 811-858.

40  Bouchard (Hélène), op. cit., p. 25 ; Caron (Marie-Thérèse), La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, Presses universitaires, 1987, p. 134-135 ; Leguai (André), art. cit., p. 273.

41  Small (Graeme), op. cit., p. 76-77 ; Doudet (Estelle), Poétique de George Chastelain, op. cit., p. 454.

42  Bouchard (Hélène), op. cit., p. 27 ; Delclos (Jean-Claude), Le témoignage de Georges Chastelain, op. cit., p. 37-38.

43  L’épisode est décrit dans : Huizinga (Johan), L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 2006, p. 75.

44  Voir aussi : Small (Graeme), op. cit., p. 183, note 117.

45  Par exemple : Caron (Marie-Thérèse), op. cit., p. 15, 533

46  Voir Paravicini (Werner), « Le temps retrouvé ? Philippe le Bon à Paris en 1461 », dans Paravicini (Werner), Schnerb (Bertrand) (éd.), Paris, capitale des ducs de Bourgogne, Ostfildern, Thorbecke, 2007, p. 439-441.

47  Sur l’attitude de Chastelain envers la famille de Croÿ, voir Thiry (Claude), « Les Croÿ face aux indiciaires bourguignons : Georges Chastelain, Jean Molinet », dans Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble. Hommage à Jean Dufournet, Paris, Honoré Champion, 1993, t. III, p. 1363-1380.

48  Cf. Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 450-463.

49  Ibid., p. 450, passim.

50  Commynes (Philippe de), Mémoires, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 5-8.

51  Par exemple, Molinet (Jean). Chroniques, t. I, p. 164.

52  Voir l’épisode de l’enlèvement de la duchesse de Savoie : La Marche (Olivier de), op. cit., t. III, p. 234.

53  Cette épitaphe se trouve au tombeau de Philippe Pot (musée du Louvre, Paris) et est reproduite par J.-B. de Vaivre : Vaivre (Jean-Bernard de), op. cit., p. 843-844.

54  Ibid., p. 821-823.

55  Sur ce personnage voir : Paravicini (Werner), « “Acquérir sa grâce pour le temps advenir” ». Les hommes de Charles le Téméraire, prince héritier (1433-1467) », dans Marchandisse (Alain) et Kupper (Jean-Louis) (éd.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Liège, Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège, 2003, p. 363-364, 376-377 ; Paravicini (Werner), « Le temps retrouvé ? Philippe le Bon à Paris en 1461… », art. cit., p. 440.

56  Doudet (Estelle), Poétique de Georges Chastelain, op. cit., p. 458.

Notes de fin

1  Cet article a été préparé dans le cadre du projet de recherche N° 13-01- 00101a de la Fondation des sciences humaines de Russie. Nous remercions Estelle Doudet (Université de Lille III) qui a relu cet article pour ses précieuses remarques et corrections.

Auteur

† Université d’État Lomonossov, Moscou

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search