Version classiqueVersion mobile

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes

 | 
Michelle Bubenicek
, 
Dominique Le Page
, 
Bruno Lemesle

Chapitre 3. Le dilemme cistercien. moines blancs comme évêques et cardinaux aux xive et xve siècles ou l’intégrité en question

Ralf Lützelschwab

Texte intégral

  • 1  Ce groupe illustre comprend à côté d’Æelred Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint Thierry et Gu (...)
  • 2  […] quoniam cuculla monachum non facit sed uirtus, studendum est nobis, ut tanquam de cognatione n (...)
  • 3  Aelred, Sermo CXLVI, p. 396-397. Il mentionne 1. timor Domini ; 2. propriae voluntatis abiectio ; (...)
  • 4  Aelred, Sermo CXLVI, p. 397. Il mentionne 1. peccatorum oblivio ; 2. superbiae gradus, in verbis e (...)
  • 5  Ibid., p. 399 : Et qui cuncta per religionem delinquere videntur in speculo, ampliora per ambition (...)
  • 6  À ne pas confondre avec Pierre de Tarentaise (II), lui aussi cistercien, qui fut archevêque de Tar (...)

1Lorsque le cistercien anglais Ælred de Rievaulx (1110 – 1167), un des « quatre évangélistes de Cîteaux1 », prêcha devant ses moines lors de la fête de saint Benoît, il saisit l’opportunité pour leur inculquer une chose : la vie au sein du monastère ne peut se déployer qu’après avoir rompu avec le monde. Ælred est bien clair là-dessus : ce n’est pas la cuculle qui fait le moine, mais ses vertus2. À ce moment-là, il avait déjà énuméré les éléments clefs de la vie monastique en faisant allusion aux douze degrés d’humilité utilisés par Benoît dans sa Règle3. Ces douze degrés d’humilité, il les mit en opposition – procédé bien connu dans ce genre de sermons – avec les douze degrés d’orgueil4. Et il n’y a pas l’ombre d’un doute qu’Ælred eut l’intention de condamner une ambition, vestige d’une vie de jadis, qui cherche les honneurs dans le cloître, expression du désir néfaste d’accumuler des dignités que l’on n’avait pas dans le monde5. Bien que Ælred dans ce passage vise des offices au sein du monastère, les conclusions que l’on peut en tirer vont plus loin et sont d’une plus grande envergure : si des officia monastiques ou des biens ecclésiastiques – des offices convoités, non acceptés – sont intimement liés au fléau de l’ambition, portant atteinte à l’essentiel de l’existence monastique, comment évaluer l’intégration des représentants de l’ordre dans la hiérarchie ecclésiastique, dont le développement avait commencé en 1124 lorsque l’abbé de La Ferté, Pierre, fut élu archevêque de Tarentaise6 ?

  • 7  Caesarius von Heisterbach, Dialogus miraculorum. Dialog über die Wunder (Fontes Christiani, 86/1-5 (...)

2Quelques décennies plus tard – les cisterciens étaient bien présents au sein de l’épiscopat – Césaire de Heisterbach (1180- 1240) raconta une histoire remarquable dans sa grande collection d’exempla nommée Dialogus miraculorum : un moine de Clairvaux – Césaire ne donne pas son nom – est élu évêque. Malgré l’ordre de son abbé et de l’évêque du lieu, il n’accepte pas cette élection : peu après il meurt. Quelques jours plus tard, il apparaît à un autre moine dans une vision. Celui-ci lui demande s’il va subir les conséquences de son refus (de illa inoboedientia). La réponse du moine décédé est sans appel : « Non ! » Et il ajoute : « Si j’avais obéi et si j’avais accepté cet évêché, j’aurais été damné pour toujours ! » (Si obediens fuissem, et Episcopatum illum suscepissem, damnatus essem aeternaliter). Le lecteur commence assez vite à se poser des questions sur l’image qu’un moine de Clairvaux se faisait de l’épiscopat. Mais l’exemplum ne finit pas là : il suit encore un verbum valde terribile qui consiste en cette phrase remarquable : « L’Église est arrivée à un point tel qu’elle n’est digne d’être dirigée que par des évêques dépravés » (Ad hoc iam devenit status Ecclesiae, ut non sit digna regi, nisi a reprobis Episcopis)7. Rien de moins désirable qu’un évêché.

3Autrement dit : l’état dépravé de l’Église se reflète dans l’état abject de ses serviteurs les plus éminents, c’est-à-dire les évêques. Pour un cistercien, prenant sa vocation monastique au sérieux, un transfert à la tête d’un évêché n’est ni pensable ni négociable.

  • 8  Arnulf de Bohéries, Speculum monachorum, Migne (Jean-Paul), Patrologia latina, t. 184, c. 1175 – 1 (...)
  • 9  Bohl (Cornelius), Geistlicher Raum. Räumliche Sprachbilder als Träger spiritueller Erfahrung, darg (...)

4On retrouve ce cri d’alarme chez Arnulf de Bohéries dans son Speculum monachorum : « Si le moine veut garder son intégrité il devrait fuir tous les gens assumant des positions de pouvoir », ce qui veut dire que pour sauvegarder l’intégrité personnelle du moine, celui-ci avait tout intérêt à fuir la compagnie d’hommes de pouvoir8. Dans les milieux monastiques, il y avait bien évidemment l’idée que le pouvoir a tendance à corrompre l’homme, l’assujettissant à une déformation de caractère – une déformation qui, elle, pouvait menacer toute existence monastique9.

  • 10  Migne, Patrologia latina 179, col. 935.
  • 11  Statuts de Cluny de 1205/6 : Quoniam alia est legitimi ordinis rectitudo, alia ex necessitate ordi (...)
  • 12  Des travaux sur le charisme régulier font légion, Andenna (Giancarlo), Breitenstein (Mirko), Melvi (...)

5Cette intégrité monastique se trouve citée expressis verbis dans une lettre pontificale du xiie siècle : Lucius II (1144 – 1145) y sollicite une communauté de prémontrés ut autem tam in praelatis quam in subditis vestri ordinis integritas inviolabiliter observetur10, ce qui montre que l’intégrité de l’ordre devrait être garantie par des textes normatifs. Cela devient plus évident en prenant en compte la législation clunisienne où l’on peut lire qu’il est juste que l’intégrité de l’ordre (integritas ordinis) soit maintenue par une bonne législation11. À côté d’une intégrité personnelle, il existait selon toute apparence une intégrité collective englobant des ordres entiers. Et cette intégrité se distinguait du pur charisme par son orientation vers le droit12.

  • 13  Antonius de Butrio, Super secunda primi Decretalium Commentarii, Venise, 1578 (Turin, 1967), X.1.3 (...)

6Le bon mot qui depuis le xiiie siècle a été intégré dans les vastes collections de droit canonique est bien connu : Sicut piscis sine aqua caret vita, ita sine monasterio monachus (Comme le poisson sans eau ne peut pas (sur) vivre, de même le moine sans monastère)13. En d’autres termes : avoir des contacts avec le monde de « dehors » serait pernicieux pour le bien-être de chaque moine, encore pire : chaque moine s’adonnant à cette sorte de contact serait – spiritualiter au moins – condamné à mort.

7Mais que se passait-il si des cisterciens parvenaient à des positions de pouvoir, s’ils assumaient des tâches au sommet de l’échelle ecclésiastique, faisant carrière au sein de la curie pontificale, du collège cardinalice ou bien d’un évêché ? Ce chemin menait-il inévitablement à la destruction de cette intégrité monastique évoquée par Arnulf de Bohéries ? Est-ce qu’ils étaient condamnés à périr spirituellement ? Ou existait-il des possibilités de combiner vocation monastique et carrière ecclésiastique ?

8Dans les pages qui suivent, le phénomène des cardinaux et évêques cisterciens sera traité sous différents angles. Après un regard sur les champs sémantiques dans lesquels le mot integritas peut apparaître suivront quelques remarques d’ordre statistique : sur cet arrière-fond, un exemple classique de cardinal cistercien du xive siècle sera présenté. La conclusion tente de répondre à la question de déterminer si intégrité monastique et existence cardinalice/épiscopale sont compatibles.

Integritas dans les textes du Moyen Âge tardif

  • 14  p.e. Guido of Monte Rochen, Handbook for Curates. A late medieval manual on pastoral ministry, tra (...)
  • 15  Breitenstein (Mirko), « Consulo tibi speculum monachorum. Geschichte und Rezeption eines pseudo-be (...)
  • 16  Dans l’ouvrage de référence sur les termes historiques de base (Geschichtliche Grundbegriffe) le l (...)

9Les occurrences médiévales de ce mot sont rares, alors que celui-ci est présent de façon surprenante dans nos discours contemporains. Et surtout il faut se méfier des traductions modernes : il n’est pas évident du tout que le mot latin integritas soit toujours traduit par integrity ou « intégrité ». Et vice versa : le fait de trouver integrity/intégrité dans la traduction d’un texte médiéval ne devrait jamais faire croire que derrière se cache le latin integritas. Bien au contraire : dans beaucoup de cas, le texte latin dispose d’un honor/honestas, tandis que l’on cherche integritas en vain14. Le texte d’Arnulf de Bohéries cité plus haut n’est pas une exception à la règle : il n’opère pas avec le mot integritas mais avec honestas15. La question se pose donc : honor/honestas – est-il l’équivalent de integritas ou est-ce qu’il reflète juste une partie de ce que integritas peut représenter16 ?

  • 17  Blaise (Albert), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, Brepols, 1954, p. 46 (...)
  • 18  The Liber Elegantiarum by Joan Esteve. A Catalan-Latin Dictionary at the Crossroads of Fifteenth-C (...)
  • 19  Liber Elegantiarum, n. 5280, p. 131.

10Un coup d’œil dans un des dictionnaires, en l’occurrence le Dictionnaire latin-français d’Albert Blaise, montre clairement que le terme integritas a de multiples significations. Blaise en donne trois : de l’état de ce qui n’est pas endommagé à l’intégrité physique, c’est-à-dire la virginité en passant par l’intégrité de la foi, l’orthodoxie17. C’est de ce dernier aspect dont cet article s’occupera avant tout. L’intégrité de la foi est intimement liée à un comportement qui suit les règles d’une vita christiana. C’est dans ce sens que le Liber elegantiarum compilé par Joan Esteve de Valence en Espagne et imprimé en 1489 à Venise s’exprime18. Ce vaste dictionnaire catalan-latin ne dispose pas du lemme integritas, mais bien de l’adjectif integer dont le synonyme serait incorruptus, mais dans un sens très précis : Incorruptus, id est incorruptus iudex, non venalis19.

  • 20  Summa Britonis sive Guillelmi Britonis Expositiones vocabulorum Biblie, éd. Lloyd W. et Bernardine (...)
  • 21  Osberno, Derivazioni, éd. Paola Busdraghi, Maria Chiabó, Andrea Dessì Fulghieri et al., 2 vol., Sp (...)
  • 22  Une édition critique de cet ouvrage dont l’importance pour le Moyen Âge tardif ne peut pas être su (...)
  • 23  Uguccione da Pisa, Derivationes, éd. Enzo Cecchini, Firenze, Sismel, 2004 (Edizione nazionale dei (...)

11« Et » la lexicographie latine médiévale ? A-t-elle quelque chose à nous apprendre ? Que la Summa Britonis, écrite par le franciscain Guillelmus Brito au milieu du xiiie siècle, ne s’exprime pas là-dessus n’a rien d’étonnant : elle ne contient que des explications de mots qui se trouvent dans la Bible – avec une seule occurrence biblique le terme est à négliger20. Les Derivationes d’Osberne de Gloucester (1123-1200) disposent d’un lemme, integer, énumérant toutes les dérivations qui en découlent – integre, integritas, integritudo, etc. – mais, étant donné le caractère purement grammatical de cet ouvrage, il n’offre pas d’explications supplémentaires quant à la signification des mots21. Cela change avec le Catholicon de Giovanni Balbo († 1298) – largement dépendant d’Osbern de Gloucester – où dès le début l’on donne le synonyme incorruptus pour l’adjectif integer. Le verbe integrare est expliqué par un : integrum facere, novare. En d’autres termes : si l’on agit de façon intègre, on contribue non seulement à l’« incorruption » d’une chose mais aussi à son renouvellement22. La même chose s’était déjà trouvée dans les Derivationes de Huguccio de Pise (1130-1210)23.

  • 24  Rouse (Richard H.), Rouse (Marie A.), « Biblical Distinctions in the Thirteenth Century », Archive (...)
  • 25  William of Ramsey, Distinctiones super Cantica, Prague, Bibliothèque nationale, NK XXXIII E 51, f. (...)

12Parmi les distinctiones médiévales, outil de travail qui énumère en ordre alphabétique des lemmata utiles pour les prédicateurs, l’occurrence du mot integritas est également rare24. Dans ses Distinctiones super Cantica, Guillaume de Ramsey († v. 1200) traite rapidement (sous le vocable ortus, c’est-à-dire « jardin ») l’aspect d’intégrité. Décrivant la fontaine par laquelle le jardin planté par Dieu et symbolisant l’Église est irrigué – ortus dicitur ecclesia a Deo plantatus –, Guillaume souligne l’importance de différentes « émissions » (emissiones) dont la deuxième consiste en la fidei integritas25.

  • 26  La Règle de Saint Benoît (Sources chrétiennes, 181-187), éd. Adalbert de Vogüé, 7 vol., Paris, Édi (...)
  • 27  Et ce qui vaut pour Marie vaut aussi pour l’homme, p. e. Yves de Chartres, Decreti pars septima, c (...)
  • 28  Thomas d’Aquin, II Sententiarum, d. 20, q. 1, a. 2, l. 1, p. 32 : Ad perfectionem virginitatis duo (...)

13Le texte de base de la vie cistercienne reste la Règle de saint Benoît, dans laquelle on cherche integritas en vain26. Une recherche dans les textes historiographiques et hagiographiques s’est avérée plus fructueuse tout en révélant la connotation positive du mot. On le trouve très souvent associé à des mots comme puritas, probitas, sanitas, veritas, perfectio, bonum nomen, fama, ordo. Bien sûr aucun texte sur la Vierge Marie ne s’abstient d’évoquer l’integritas corporis de la Mère de Dieu27. Il peut s’ensuivre un élargissement du regard centré sur la virginité non seulement corporelle, mais aussi spirituelle. Thomas d’Aquin a souligné que pour toucher à la perfection virginale il faut avoir à la fois integritas carnis et integritas mentis. Mais les deux éléments n’avaient pas la même valeur : tandis que l’integritas carnis était essentielle pour conserver la virginité, l’integritas mentis était largement honorabilius, plus précieuse28.

  • 29  Yves de Chartres, Decreti pars quinta, PL 161, cap. 105, col. 359D.
  • 30  Ibid. : Nam totius familiae Domini status et ordo nutabit, si quod requiritur in corpore, non inve (...)

14Yves de Chartres († 1115) dit dans son Decretum (et de même beaucoup d’auteurs postérieurs se servant de son ouvrage) : Integritas enim praesidentium salus est subditorum. L’intégrité de ceux qui président constitue le salut de leurs subordonnés29. Et il continue : le statut et l’ordre de toute la famille de Dieu chancelleraient si l’on ne trouvait pas in capite ce que l’on exige in corpore30. Cela veut dire que chez ceux qui servent au sein de l’Église, surtout ceux ayant des responsabilités, l’intégrité corporelle et spirituelle forme un tout – et la qualité du travail dépend de l’envergure de ces deux formes d’intégrité. Ce point n’est pas sans signification pour évaluer le travail d’évêques cisterciens avec leur integritas mentis particulière – une intégrité spirituelle aux relents monastiques.

  • 31  Tit. 2,7 : In omnibus te ipsum praebe exemplum bonorum operum in doctrina, integritatem, gravitate (...)
  • 32  Hervaeus Burgidalensis, In Epistolam ad Titum, PL 181, 1493C : […] et in integritate, ut integrita (...)

15L’intégrité d’un personnage est soumise à de multiples assauts : selon le cistercien Hervaeus Burgidalensis, dans son commentaire sur la lettre paulienne à Titus (qui se prête particulièrement bien à une recherche sur integritas, parce que c’est là que l’on trouve la seule occurrence biblique de ce terme31), il y a les louanges des hommes, il y a la corruption monétaire et aliae res, qui sont un danger pour l’intégrité « incorrompue » de l’esprit (incorruptum mentis integritatem)32. Et ce sont exactement ces fléaux auxquels tous les gens de pouvoir sont exposés : flatteries, ambition, avarice.

  • 33  Mahn (Jean-Berthold), Le pape Benoît XII et les Cisterciens, Paris, Champion, 1949 ; Schimmelpfenn (...)
  • 34  Benoît XII, Lettres secrètes et curiales (France), éd. Georges Daumet, Rome, École française de Ro (...)
  • 35  Ibid., n. 304 (23 juin 1337) : Les deux cardinaux Pedro Gomez et Bertrand de Montfavès sont délégu (...)
  • 36  Benoît XII, Lettres secrètes et curiales (autres que la France), éd. Jean-Marie Vidal, Rome, École (...)

16Un autre genre de source est susceptible d’élargir notre regard, à savoir les lettres pontificales, et parmi elles tout particulièrement les lettres de Benoît XII qui de 1334 à 1342 fut le deuxième (et jusqu’à ce jour dernier) cistercien veillant sur la Chrétienté33. Dans ses lettres secrètes, Benoît XII apparaît comme promoteur d’une integritas pacis avec le roi de France34, comme défenseur de l’integritas libertatis de l’Église35 ou bien comme berger se souciant de l’integritas fame du roi d’Angleterre36.

  • 37  Ibid., n. 2767 (1340.05.07) : […] Et nichilominus omnia per ipsum quocumque tempore dicta, predict (...)

17Cette integritas fame apparaît une deuxième fois : dans un court texte qui se trouve dans les registres pontificaux, mais qui porte plutôt le caractère d’un testament spirituel, Benoît XII – deux ans avant sa mort – révoque solennellement tout ce qu’il aurait pu dire contre l’orthodoxie et soumet dicta, predicta et scripta ac integritatem fame sue à la correction par le Saint-Siège et ses successeurs37. L’intégrité de sa réputation dépend donc de tout ce qu’il a fait, de tout ce qu’il a dit oraliter ou par écrit.

18On l’avait déjà vu aux xiie et xiiie siècles avec la lettre de Lucius II ou la législation clunisienne : il existait deux formes d’intégrité, l’individuelle d’un côté, la collective de l’autre.

Les chiffres

1. Les cardinaux cisterciens

  • 38  Abréviations : CE = cardinal-évêque ; CP = cardinal-prêtre ; CD = cardinal-diacre ; Willi = Willi (...)

19La répartition des cardinaux issus de l’ordre cistercien pendant le Moyen Âge sous les différents pontificats est très inégale38.

20Innocent II (14 février 1130 – 24 septembre 1143) – cinquante cardinaux

  • 39  Pour la personnalité de Willi, Hilpisch (Georg), Dr. Dominicus Willi, S. Ord. Cisterc., Bischof v. (...)

21Martinus, O. Cist., CP S. Stefano (avant 23 janvier 1133-après 19 mai 1142) (Willi, n. 3139 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 472)

22Balduinus, O.Cist., CP S. Maria in Trastevere (avant 16 avril 1137), archevêque Pise (après 12 avril 1138-1145) (Willi, n. 5 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 472)

23Stephanus, O.Cist., CE Palestrina (avant 1er janvier 1140-après 28 mars 1144) (Willi, n. 40 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 473)

  • 40  Cardinalat douteux.

24Bernardus ?40, O.Cist., CD inc. diac. (ca. 1140), pape Eugène III (1145-1153) (Willi, n. 1 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 473)

25Eugène III (15 février 1145-7 août 1153) – vingt cardinaux, cinq créations

264ème création : 1151

27Henricus, O.Cist., CP SS. Nereo e Achilleo (1151-1166) (Willi, n. 14 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 475)

285ème création : 1152

29Hugo, O.Cist., CE Ostia (1152-1158) (Willi, n. 18 ; Dendorfer/ Lützelschwab, p. 475)

30Bernhardus, O.Cist., CD SS. Cosma e Damiano (1152-1153) (Willi, n. 6 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 475)

31Alexandre III (7 septembre-30 août 1181) – trente et un cardinaux, huit créations

324ème création : 1169/1170

33Odo, O.Cist., CE Tusculum (1170-1171) (Willi, n. 34 ; Dendorfer/ Lützelschwab, p. 476)

348ème création : 1179

35Henry de Marcy, O.Cist., CE Albano (1179-1188) (Willi, n. 15 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 477)

36Clément III (19 décembre 1187-30 mars 1191) – vingt-quatre cardinaux, deux créations

371ère création : 1188

38Jordanus de Ceccano, O.Cist., CP S. Pudenziana (1188-1206) (Willi, n. 29 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 478)

39Innocent III (8 janvier 1198-16 juillet 1216) – trente cardinaux, cinq créations

401ère création : 1198

41Gerardus, O.Cist., CD S. Nicola in Carcere Tulliano (1198), CP S. Marcello (1199) (Willi, n. 11 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 479)

422ème création : 1200

43Guido de Paredo, O.Cist., KB Preneste (1200-1204, puis archevêque Reims, 1206) (Willi, n. 12 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 479)

446ème création : 1213

45Stephanus de Ceccano, O.Cist., KP SS. XII Apostoli (1213-1226) (Willi, n. 41 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 480)

46Honorius III (18 juillet 1216-18 mars 1227) – six cardinaux, trois créations

472ème création : 1219

48Konrad de Urach, O. Cist., CE Porto e S. Rufina (1219-1227) (Willi, n. 30 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 480)

49Niccolò da Chiaromonte, O. Cist., CE Tusculum (1219-1227) (Willi, n. 33 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 480)

50Grégoire IX (19 mars 1227-22 août 1241) – dix cardinaux, quatre créations

513ème création : 1231

52Giacomo da Pecorara, O. Cist., CE Palestrina (1231-1244) (Willi, n. 20 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 480)

53Innocent IV (25 juin 1243-7 décembre 1254) – quinze cardinaux, deux créations

541ère création : 1244.05.28

55Johannes de Toledo (cardinalis albus), O. Cist., CP S. Lorenzo in Lucina (1244-1261), CE Porto e S. Rufina (1261-1275) (Willi, n. 23 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 481)

56Urbain IV (29 août 1261 – 2 octobre 1264) – quatorze cardinaux, deux créations

572ème création : mai 1262

58Guido, O. Cist., CP S. Lorenzo in Lucina (1262-1272) (Willi, n. 13 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 482)

59Célestin V (5 juillet 1294-13 décembre 1294[abdication] – † 19 mai 1296) – treize cardinaux, trois créations

602ème création : 18 septembre 1294

61Simon de Beaulieu, O.Cist., CE Palestrina (1294-1297) (Willi, o.n. ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 483)

62Robert, O. Cist., CP S. Pudenziana (1294-1305) (Willi, n. 38 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 484)

63Clément V (5 juin 1305-20 avril 1314) – vingt-quatre cardinaux, trois créations

642ème création : 18-19 décembre 1310

65Arnaud Nouvel, O. Cist., CP S. Prisca (1310-1317) (Willi, n. 4 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 485)

66Jean XXII (7 août 1316 – 4 décembre 1334) – vingt-huit cardinaux, six créations

674ème création : 18 décembre 1327

68Jacques Fournier, O. Cist., CP S. Prisca (1327), pape Benoît XII (1334-1342) (Willi, n. 2 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 486)

69Benoît XII (16 décembre 1334-25 avril 1342) – sept cardinaux, une création

701ère création : 18 décembre 1338

71Guillaume Court, O. Cist., CP SS. Quattro Coronati (1338), CE Tusculum (1350-1361) (Willi, n. 44 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 487)

72Grégoire XI (30 décembre 1370-27 mars 1378) – vingt-trois cardinaux, deux créations

732ème création : 20 décembre 1376

74Jean de Bussière, O.Cist., CP sine titulo (1375-1376) (Willi, n. 24 ; Dendorfer/Lützelschwab, p. 489)

75Jusqu’en 1503, c’est-à-dire jusqu’à la fin du pontificat d’Alexandre VI le 18 août 1503, on compte donc vingt-quatre cardinaux issus de l’ordre cistercien.

76Les xiie et xiiie siècles sont particulièrement bien représentés avec respectivement onze et neuf cardinaux. Le nombre élevé des cardinaux cisterciens ne peut pas étonner étant donné que ces deux siècles correspondent plus ou moins à l’âge d’or (ou bien d’argent) de l’ordre – âge de réforme dans lequel les papes ont utilisé les services des cisterciens.

77Sous cet angle, les deux siècles du Moyen Âge tardif sont beaucoup moins importants : au xive siècle, quatre cardinaux cisterciens seulement profitent des créations cardinalices, tandis qu’au xve siècle, aucun cistercien ne réussit à s’infiltrer dans le Sacré Collège. Un dernier chiffre : pendant la papauté d’Avignon, sur un total de 134 cardinaux créés par sept papes différents (Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V, Grégoire XI), les cisterciens portant la pourpre ne représentent qu’un peu plus de 5 % (5,36 %).

2. Les évêques cisterciens

78En ce qui concerne les évêques, il est impossible pour le moment du moins de donner une statistique aussi fiable que celle sur les cardinaux à cause de multiples problèmes d’ordre méthodologique. La raison en est assez simple : on ne dispose pas d’ouvrages qui à l’instar des Fasti Ecclesiae Gallicanae et d’autres entreprises prosopographiques récentes pourraient nous renseigner d’une façon univoque sur le nombre des évêques cisterciens pour la totalité des diocèses d’Europe.

  • 41  Pacaut (Marcel), « Les évêques “cisterciens” et l’expansion de l’ordre de Cîteaux en France au xii(...)
  • 42  Dimier (Anselme), « Les premiers cisterciens étaient-ils ennemis des études ? », Studia Monastica, (...)

79Pour les trois siècles du xiiie jusqu’au xve siècle, on compte à peu près 120 évêques cisterciens dont la plus grande partie appartient au xiiie siècle41. Dans son énumération à réviser, A. Dimier donna les noms de quatre-vingt-treize cisterciens du xiiie siècle élus à la tête d’un évêché, voire d’un archevêché, ou nommés cardinaux42.

80Pour le xive siècle, c’est-à-dire pour la période avignonnaise de la papauté, il n’y a plus que vingt-sept cisterciens à la tête des diocèses, nombre qui se réduit encore d’une manière significative au siècle suivant.

81En règle générale, ces évêques ne sont pas titulaires de diocèses riches et influents, bien au contraire. On les trouve assez souvent en périphérie, par exemple en Irlande ou en Grèce. Beaucoup parmi eux – surtout dans l’Empire – agissent en tant qu’auxiliaires disposant par conséquent d’un diocèse in partibus infidelium. Il n’y a pas d’évêchés dans lesquels des cisterciens – à l’instar de quelques diocèses qui étaient dans les mains des franciscains – se seraient succédé. Et la majorité des évêques cisterciens n’a pas suivi un cursus honorum qui les aurait catapultés d’un évêché pauvre dans un diocèse riche et influent.

82Bref : des cardinaux ou bien des évêques cisterciens sont, à l’exception du xiiie siècle, un phénomène assez limité dans l’histoire de l’Église. Ce phénomène, qui ne devrait pas exister du tout, provoque pour cela un certain étonnement étant donné le modus vivendi des cisterciens qui – au moins dans l’idéal – fuient le monde pour rechercher Dieu dans un monastère. Pauvreté, obédience et conversatio morum sont les trois piliers d’une vie qui est à l’encontre de toute ambition séculière. À ces trois éléments s’ajoute la stabilitas loci. On ne trouve pas Dieu à la Curie ou à la tête d’un diocèse.

83Mais il y a des personnalités qui font exception à la règle. En se focalisant sur une de ces personnalités – le cardinal Guillaume Court – on va analyser les contradictions, entre vœux monastiques et existence cardinalice, auxquelles peut être confronté un cistercien au sein de la Curie.

Le cardinal Guillaume Court

84Le regard suivant sur les cardinaux et évêques cisterciens portera sur leur modus vivendi, leur vocation monastique, leur foi et sur le transfert de tous ces éléments dans la sphère extra monasterium. On quitte donc les terres arides des champs sémantiques et des statistiques tout en s’approchant d’un personnage grâce auquel on peut montrer à quelles difficultés des cisterciens haut placés pouvaient se heurter, à quel point leur integritas mentis, corporis et fame était en danger.

  • 43  Lützelschwab (Ralf), « Cardinalis albus – On the Career of the Cistercian Monk Guillaume Court (†1 (...)
  • 44  Lützelschwab (Ralf), « Die Kardinäle des Avignonesischen Papsttums (1305 – 1378). Kreaturen des Pa (...)

85Il s’agit d’un homme qui a été créé cardinal en 1338 et qui, jusqu’à sa mort en 1361, était le prototype d’un purpuratus de deuxième rang43. Il n’appartenait certainement pas à ce groupe restreint et exclusif des cardinaux majeurs, qui par leur influence, leur richesse et leur position de pouvoir (il ne faut pas oublier leur longévité) dominaient le Sacré Collège pendant le xive siècle. L’existence de ces cardinaux majeurs qui se succédèrent tout au long de la papauté d’Avignon – ne pensons qu’à Napoleone Orsini, Élie Talleyrand de Périgord, Gui de Boulogne ou Egidio Albornoz – est une des caractéristiques marquantes de cette période44.

86Guillaume Court n’appartenait pas à une famille de la haute noblesse. Il prononça ses vœux dans l’abbaye cistercienne de Boulbonne, poursuivit ses études de théologie à Paris et agit assez tôt en tant que théologien dans des commissions pontificales. Il se fit remarquer à la Curie : en 1337, on lui conféra l’évêché de Nîmes, quelques mois après celui d’Albi. Un an plus tard, Benoît XII l’éleva au rang de cardinal-prêtre du titre SS. Quattro Coronati. Ses premières années à la Curie en tant que cardinal furent consacrées une fois de plus au travail dans des commissions où en tant que théologien il constitua une exception – la grande majorité de ses collègues avaient étudié le droit canonique.

87Il atteignit l’apogée du cursus honorum lorsqu’en 1342 le pape Clément VI lui conféra une légation. En 1348 – Guillaume eut la chance de survivre aux affres de la peste, hasard biologique favorisant son ascension au sein d’un collège cardinalice qui, lui, dut pleurer la perte d’un tiers de ses membres – il fut nommé trésorier du Collège cardinalice, et, en 1350, il fut élevé à la dignité de cardinal-évêque de Tusculum. On pourrait dire à juste titre : une belle carrière pour un cistercien.

  • 45  Dykmans (Marc) (éd.), Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, 4 vol., Rome-Br (...)
  • 46  Emeis (Dieter), « Peter IV., Johann I. und Martin von Aragon und ihre Kardinäle », Gesammelte Aufs (...)
  • 47  King (Peter), The Finances of the Cistercian Order in the Fourteenth Century, Kalamazoo, Cistercia (...)

88Oui, sans doute. Notre cardinalis albus – il gardait ses habits blancs, d’où ce nom45 – disposa d’un revenu considérable dû en grande partie aux riches prébendes en Espagne46, dû aussi aux contributions annuelles du chapitre général des cisterciens où l’on veillait à soutenir « son » cardinal47. Ce fut lui qui bénéficia du plus important soutien financier. Mais ceci ne fut pas un acte gratuit de générosité – loin de là. La tâche incombant au cardinal fut évidente : influencer les décisions pontificales, agir en faveur des intérêts de l’ordre, contribuer à son épanouissement, surtout économique.

  • 48  Dykmans (Marc), « Les palais cardinalices d’Avignon. Un supplément du xive siècle aux listes du do (...)
  • 49  Aliquot (Hervé), Montfavet, Le Pontet, Sorgues, Avignon. Les palais gothiques aux xive et xve sièc (...)
  • 50  Canivez (Joseph-Marie), Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum (...)

89On est tenté de douter de temps en temps des priorités fixées par Guillaume : son train de vie correspondait plus ou moins à ce que l’on peut attendre d’un haut prélat avignonnais. Il disposait d’une livrée à Avignon48 et il avait en plus une résidence d’été aux environs49. En effet, il y avait des existences plus modestes à la Curie. Toutefois, sous Benoît XII, c’est-à-dire pendant la première phase de sa carrière à la Curie, Guillaume répondit sans aucun doute aux demandes du chapitre général : les commissions dont il fut membre traitèrent très souvent des questions monastiques. Il eut et la volonté et les moyens d’intervenir en faveur de l’ordre50. Ceci changea avec la poursuite de son cursus honorum, surtout lorsqu’il s’approcha de l’apogée convoité de chaque existence cardinalice à Avignon : la prise en charge d’une légation. La pourpre commença à couvrir l’habit blanc.

  • 51  Pour les sermons de Clément VI, Mollat (Guillaume), « L’Œuvre oratoire de Clément VI », Archives d (...)

90Ce qui est exceptionnel dans le cas de Guillaume, c’est que l’on possède deux sermons de Clément VI dans lesquels il commémore les événements centraux de la vie du cardinal : un sermon prêché en 1343 lors du retour de Guillaume en Curie après une légation et un autre à l’occasion de son élévation à la dignité épiscopale en 135051.

  • 52  Le texte, basé sur Prov 25 : 13 : Sicut frigus nivis in die messis, ita legatus fidelis ei qui mis (...)
  • 53  Quelle différence si l’on regarde les éloges dont le cardinal Nicolò Albergat fut couvert par Mart (...)
  • 54  Rehberg (Karl-Siegbert), « Der Fehltritt als Heuristik bedrohter Integrität. Über Mikroverletzunge (...)

91Surtout dans celui de 1343, Sicut frigis nivis, on peut constater un certain malaise de la part du pape en ce qui concerne les capacités diplomatiques de son légat52. Agir effectivement dans des commissions et travailler tout seul loin d’Avignon étaient visiblement deux choses différentes. Pendant sa légation, des lettres diffamatoires furent adressées au pape dans lesquelles différentes personnes se plaignirent de la conduite du cardinal. La situation devint insupportable : la demande du cardinal de se faire remplacer lui évita une éventuelle démission forcée. Bien sûr, dans son sermon Clément VI préserve les apparences – en surface, il n’y a que peu d’indications qui permettent de voir que cette légation ne fut pas un succès. Mais Guillaume Court avait échoué. En effet : après 1343, il n’agit jamais plus en tant que légat pontifical53. Il avait transgressé un certain nombre de règles de conduite – écrites et non écrites, mais généralement acceptées. Ses actions devinrent un danger potentiel non seulement pour lui, mais aussi pour la papauté. Et même si les « faux pas » du cardinal ne furent pas sanctionnés immédiatement, il ne fut plus invité à participer aux commissions et fut de ce fait exclu des cercles dans lesquelles des décisions importantes étaient prises : il perdit une partie de son intégrité. Cette perte est symbolisée par l’exclusion des cercles de pouvoir. Même si ces faux pas ne sont pas considérés comme « incompatibles avec l’ordre », mais comme de simples fautes d’application, les conséquences sont comparables à celles des transgressions pures et simples54.

  • 55  Ce sermon est édité dans Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Clemens VI », p. 416-424.
  • 56  Baumgarten (Paul Maria), Untersuchungen und Urkunden über die Camera Collegii Cardinalium für die (...)
  • 57  Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Clemens VI », 421 : Verum est, quod ibi venendo de episcopatu Nem (...)
  • 58  Omne bonum, la première grande encyclopédie médiévale avec un ordre alphabétique (troisième quart (...)

92Dans le sermon de 1350, Super montem excelsum ascende, Clément VI commémora sa nouvelle dignité de cardinal-évêque55. Mais ce surplus de dignité ne correspondit pas à un surplus de pouvoir réel. Guillaume Court avait été limogé. Ce qui est intéressant, cependant, c’est la remarque du pape disant que Guillaume était aimé de tous ses confrères parce qu’il avait le contrôle de la caisse du Sacré Collège, distribuant des sommes dues à chaque cardinal56. Une tâche bien extraordinaire pour un cistercien ! Il se trouve une deuxième indication d’ordre financier dans ce texte : lorsque le pape passe en revue le cursus honorum du cardinal il mentionne les différents évêchés occupés par celui-ci, dont Albi. Cet évêché était particulièrement convoité à cause des rémunérations opulentes qu’il offrait57. Ambition, amor habendi, mala fama – dans la personne de Guillaume Court semblent converger tous les éléments qui peuvent contribuer à la perte de l’integritas58.

  • 59  Mahn (Jean-Berthold), Le pape Benoît XII et les Cisterciens, Paris, Champion, 1949, p. 50-76 ; Kwa (...)
  • 60  Oberste (Jörg), Die Zisterzienser, Stuttgart, Kohlhammer, 2014, p. 145- 147. En 1183 le chapitre g (...)

93Une dernière chose est à retenir : l’engagement du cardinal en faveur du collège de saint Bernard, la maison d’études des cisterciens à Paris59. Appartenant à un ordre dans lequel on avait très tôt supprimé la memoria individuelle par une memoria collective, Guillaume ne put pas être sûr si la commémoration post mortem de sa personne correspondrait vraiment à sa position au sein de l’ordre et de l’Église60. C’est pour cela que le collège reçut non seulement des sommes considérables du vivant du cardinal, mais aussi après sa mort. Guillaume établit une messe commémorative annuelle et finança des bourses pour seize étudiants. Au moins à Paris sa memoria fut garantie.

Conclusion

94Existe-t-il une intégrité régulière qui irait à l’encontre d’une intégrité séculière ? Et beaucoup plus important : existe-t-il des moyens pour sauvegarder ces différentes formes d’intégrité dans d’autres milieux ?

  • 61  Thomas v. Aquin, Quaestiones disputatae de Malo, q. 2, art. 9, resp. a. a. 12, l. 1 : […] dicendum (...)

95Pour répondre à ces questions il faut quand même essayer de définir ce qui se cache derrière la notion « d’intégrité monastique/régulière ». Bien sûr, il y a l’integritas carnis, la virginité ou bien la chasteté où que nos cisterciens cardinaux/évêques respectent normalement assez bien. C’est autre chose pour l’integritas mentis : la recherche de Dieu dans la solitude et la tranquillité n’était point réalisable dans la sphère du clergé séculier. Le remplacement d’un modus vivendi – la vie monastique – par un autre – la vie tourmentée à la tête de la machinerie pontificale ou à la tête d’un évêché – était pernicieux pour l’integritas mentis. Ce transfert ouvrait de plus la voie à une perte d’integritas fame. Thomas d’Aquin avait bien dit qu’après avoir péché on perd l’intégrité du bien, mais non pas tout le bien – et ceci est bien vrai pour la réputation aussi61. On peut perdre l’intégrité de la réputation sans cependant perdre toute réputation – mais ce n’est que la réputation dans son intégrité (integritas fame) qui permet aux gens d’agir comme de véritables exemples pour les autres (pensons au dictum d’Yves de Chartres sur le salut des subordonnés qui relève de l’intégrité des prélats).

96Dans le cas de Guillaume Court il y a deux points à retenir : à cause de son échec comme légat, l’intégrité de sa réputation fut largement atteinte. Cela veut dire concrètement qu’il était désormais privé de la possibilité de marquer la Realpolitik pontificale de son empreinte. Il avait échoué, certes, mais on lui trouva autre chose au sein du système dont il faisait partie depuis longtemps et dans lequel il avait fait naufrage. Après quelques années d’une certaine tranquillité on lui redonna des tâches et des dignités aux relents de réhabilitation – mais cela n’entraîna pas le retour en scène de la grande politique. Guillaume Court qui, suivant la législation cistercienne resta toujours membre de l’ordre, s’était largement détaché des idéaux qui l’avaient guidé vers le cloître. Si l’enveloppe extérieure ne trouve pas de correspondance à l’intérieur, l’habit blanc est un signe dénué de toute signification. Guillaume Court était sans doute très doué, mais il n’était pas fait pour une existence monastique. La pauvreté au milieu des richesses, l’humilité au milieu des flatteries – il y a bien des moyens pour garder l’integritas mentis dans un milieu étranger et diamétralement opposé à celui d’où on vient. Guillaume succombait aux tentations décrites par des auteurs cisterciens avant lui – tentations qui entraînaient la perte partielle de son integritas mentis. Les statuts des Chapitres généraux décriaient ces dangers dès le début de l’ordre – et ils avaient raison.

  • 62  Hieronymus, Epistulae 1-79, éd. Isidor Hilsberg, Wien, Leipzig, Verlag der Österreichischen Akadem (...)
  • 63  Goffredus de Trano, Summa super titulis decretalium, Lyon 1519 (réimp. Aalen 1992), fol. 155 : Mon (...)
  • 64  Regula Benedicti, prologus, 45 : Constituenda est ergo nobis dominici scola servitii, La Règle de (...)
  • 65  Vita Prima Sancti Bernardi Claraevallis Abbatis. Liber primus, éd. Paul Verdeyen SJ, accedunt libr (...)
  • 66  Newman (Martha G.), The Boundaries of Charity. Cistercian Culture and Ecclesiastical Reform (1098- (...)

97Non omnes episcopi sunt episcopi ! : ce que Jérôme dans une de ses lettres résumait en quelques mots fait partie d’une plus grande problématique – celui de l’existence de prélats issus du milieu régulier62. Le grand canoniste Geoffroy de Trano (1200-1245) ne fut pas le premier à souligner que l’essence de la vie régulière tient dans le renoncement à la propriété, dans l’obédience et dans la continence.63 C’étaient les moyens par lesquels les moines, rassemblés en la dominici scola servicii, évoquée par saint Benoît dans sa Règle, se démenèrent pour transformer leur imperfection en perfection64. Mais ce fut Bernard de Clairvaux qui – déclinant personnellement tous les évêchés proposés – ouvrit la voie à une légitimation de ce franchissement : son biographe Guillaume de Saint-Thierry dit clairement que Bernard n’avait pas aspiré aux honneurs, mais avait accepté les responsabilités résultant de ces honneurs65. Bernard reconnut les avantages que la présence des évêques issus de l’ordre même pouvait entraîner : mais ce ne fut pas un évêque (ou bien cardinal) de l’envergure de Guillaume Court qu’il imagina66.

  • 67  Van Moolenbroek (Jaap), « A cistercian saint ? The life and cult of Emanuel Sescalco († 1298), bis (...)

98Le cas du cardinalis albus devait servir comme pars pro toto – et cela non seulement pour le monde cardinalice du xive siècle. Un va-et-vient entre un monde régulier et un monde séculier est non seulement difficile, mais plus ou moins impossible. On ne connaît pas des évêques cisterciens du Moyen Âge tardif ayant été canonisés67.

Notes

1  Ce groupe illustre comprend à côté d’Æelred Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint Thierry et Guerric d’Igny, Squire (Aelred), Aelred of Rievaulx. A study, Kalamazoo, Cistercian Publications, 1981, p. 147-151.

2  […] quoniam cuculla monachum non facit sed uirtus, studendum est nobis, ut tanquam de cognatione nostra egredientes, omnia priora uitia, quae nos quodam cognationis iure sequi contendunt, ab introitu claustri pellamus […], Aelred of Rievaulx, Sermo CXLVI. In festivitate Sancti Benedicti, dans Aelredi Rievallensis Sermones LXXXV – CLXXXII. Collectio Radingnsis, éd. Gaetano Raciti (CCCM II C), Turnhout, Brepols, 2012, p. 395-400, ici 399 ; Dietz (Elias), « Aelred of Rievaulx’s Reading-Cluny Sermons. A Review Article with two samples », Cistercian Studies Quarterly, t. 48, 2013, p. 160- 182. Pour la signification de la cuculla, Walther (Hans), Proverbia sententiaeque latinitatis medii aevi, t. 7, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982, p. 460, n. 35860.

3  Aelred, Sermo CXLVI, p. 396-397. Il mentionne 1. timor Domini ; 2. propriae voluntatis abiectio ; 3. alienate voluntatis electio, id est oboedientia ; 4. omnia aspera et dura amplecti in patientia ; 5. peccatorum confessio ; 6. contemptus mundi ; 7. contemptus sui ; 8. communis regulae observantia ; 9. taciturnitas, id est silentium quod est cultus iustitiae ; 10. mentis severitas ; 11. in verbis et moribus gravitas ; 12. assidua peccatorum memoria.

4  Aelred, Sermo CXLVI, p. 397. Il mentionne 1. peccatorum oblivio ; 2. superbiae gradus, in verbis et moribus levitas ; 3. inepta mentis laetitia ; 4. loquacitas ; 5. singularitas ; 6. amor sui ; 7. amor mundi ; 8. defensio peccatorum ; 9. Impatientia ; 10. inoboedientia ; 11. amor propriae voluntatis ; 12. impudentia.

5  Ibid., p. 399 : Et qui cuncta per religionem delinquere videntur in speculo, ampliora per ambitionem desiderare cognoscuntur in claustro, ut dignitatem, quam in seculo non habebant, in claustro per quondam simulationem inveniant.

6  À ne pas confondre avec Pierre de Tarentaise (II), lui aussi cistercien, qui fut archevêque de Tarentaise de 1141-1174, Locatelli (René), « Un modèle d’évêque au xiie siècle. Pierre II de Tarentaise (1140/41- 1174) », dans Guichard (Pierre) (éd.), Papauté, monachisme et théories politiques. Études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, 2 vol., Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, t. II, p. 717-736.

7  Caesarius von Heisterbach, Dialogus miraculorum. Dialog über die Wunder (Fontes Christiani, 86/1-5), trad. et comm. par Nikolaus Nösges, Horst Schneider, Turnhout, Brepols 2009, p. 468 ; Wagner (Fritz), « Studien zu Caesarius von Heisterbach », Analecta Cisterciensia, t. 29, 1973, p. 79- 95 ; Smirnova (Victoria), « Le Dialogus Miraculorum de Césaire de Heisterbach : le dialogue comme axe d’écriture et de lecture », dans Polo de Beaulieu (Marie-Anne) (dir.), Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, Paris, Champion, 2012, p. 195-218. Cette même histoire se trouve aussi dans la Collectio exemplorum Cisterciensis. In codice Parisiensi 15912 asseruata, éd. et présentation Jacques Berlioz, Marie Anne Polo de Beaulieu (CC Cont. med. 243 = Exempla medii aevi 5) Turnhout, Brepols, 2012, p. 34, n. 120.

8  Arnulf de Bohéries, Speculum monachorum, Migne (Jean-Paul), Patrologia latina, t. 184, c. 1175 – 1178. L’édition critique du texte se trouve chez Breitenstein (Mirko), « Consulo tibi speculum monachorum. Geschichte und Rezeption eines pseudo-bernhardinischen Traktates (mit vorläufiger Edition) », Revue Mabillon, t. 20, 2009, p. 113-150, ici 148. Geneviève Hasenohr a tout à fait raison de souligner que ce petit traité à l’usage des moines cisterciens – seul traité conservé du moine picard – « jouit au Moyen Âge d’une faveur inverse au discrédit qu’il connaît de nos jours », Hasenohr (Geneviève), « Un faux Pierre de Luxembourg, un vrai Arnoul de Bohéries et un Isidore travesti dans la bibliothèque de Marguerite d’York », dans Daelemans (Frank) et Kelders (Ann) (éd.), Miscellanea in memoriam Pierre Cockshaw (1938 – 2008). Aspects de la vie culturelle dans les Pays-Bas Méridionaux (xive-XVIIIe siècle), 2 vol., Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2009, t. I, p. 175-194, ici 177 ; pour le personnage d’Arnulf et son œuvre Palmer (Nigel F.), « Arnulf (Arnoul) von Bohéries OCist », Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, t. 11, 2004, Berlin, New York, de Gruyter, c. 137-138 ; Morson (J.), « Arnulphe de Bohéries », dans Brouette (Émile) (dir.), Dictionnaire des auteurs cisterciens, Rochefort, La Documentation cistercienne, 1975, col. 59 – 60 ; Viller (M.), « Le speculum monachorum et la Dévotion moderne », Revue d’ascétique et mystique, t. 3, 1922, p. 45-56 ; Del Cogliano (Marc), « Cistercian monasticism in the Silver Age. Two texts on practical advice », Cistercian Studies Quarterly, t. 45, 2010, p. 421-452.

9  Bohl (Cornelius), Geistlicher Raum. Räumliche Sprachbilder als Träger spiritueller Erfahrung, dargestellt am Werk, De compositione“des David von Augsburg, Werl, Coelde Verlag, 2000.

10  Migne, Patrologia latina 179, col. 935.

11  Statuts de Cluny de 1205/6 : Quoniam alia est legitimi ordinis rectitudo, alia ex necessitate ordinis dispensativa remissio, justum est ut, necessitate cessante, ordinis integritas inviolabiliter conservetur, quia plerumque antidota que curant egretudinem, cessante morbo, si sumantur impediunt sanitatem, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, éd. Gaston Charvin, 3 vol., Paris, de Boccard, 1965 – 67, ici t. I, n. 5, p. 41 ; t. I, n. 6, p. 53, art. 1.

12  Des travaux sur le charisme régulier font légion, Andenna (Giancarlo), Breitenstein (Mirko), Melville, (Gert) (éd.), Charisma und religiöse Gemeinschaften im Mittelalter. Akten des 3. Internationalen Kongresses des Italienisch-deutschen Zentrums für Vergleichende Ordensgeschichte (Dresden, 10-12. Juni 2004), Münster, LIT-Verlag, 2005.

13  Antonius de Butrio, Super secunda primi Decretalium Commentarii, Venise, 1578 (Turin, 1967), X.1.31.7, fol. 73 n. 1 ; aussi Johannes de Turrecremata, Super decretum Commentaria, Venedig, 1578, C.16 q.1 c.5, fol. 87.

14  p.e. Guido of Monte Rochen, Handbook for Curates. A late medieval manual on pastoral ministry, translated by Anne T. Thayer with an introduction by Anne T. Thayer and Katharine J. Lualdi, Washington, The Catholic University of America Press, 2011, p. 132 : « But other things belong to its solemnity and decorum, […] without which a marriage is true and lawful with respect to validity, although not with respect to integrity ». Dans le texte latin on trouve » : […] sicut sollemnitates predicte sine quibus est matrimonium verum et legitimum quantum ad virtutem quamvis non quantum ad honorem.

15  Breitenstein (Mirko), « Consulo tibi speculum monachorum. Geschichte und Rezeption eines pseudo-bernhardinischen Traktates (mit vorläufiger Edition) », Revue Mabillon, t. 20, 2009, p. 113-150, ici 148 : Salva honestate fugiat omnes homines in potestate positos, maxime seculares.

16  Dans l’ouvrage de référence sur les termes historiques de base (Geschichtliche Grundbegriffe) le lemme integritas (Integrität) fait défaut. Il n’y a qu’une seule mention où le mot est lié au Moyen Âge, et il est à peine surprenant que cette mention se trouve au sein de l’article consacré à la « dignité » (Würde) : integritas bien apparemment fait partie de la dignité humaine, Kandylis (Panajotis), « Art. Würde », dans Brunner (Otto), Conze (Werner), Koselleck (Reinhart) (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, t. 7, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992, 637-677, ici 661.

17  Blaise (Albert), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, Brepols, 1954, p. 460.

18  The Liber Elegantiarum by Joan Esteve. A Catalan-Latin Dictionary at the Crossroads of Fifteenth-Century European Culture, éd. Lluís B. Polanco Roig, Turnhout, Brepols, 2012 (CCCM, Lexica latina Medii Aevi, 5). Une esquisse biographique se trouve p. XL-LIV.

19  Liber Elegantiarum, n. 5280, p. 131.

20  Summa Britonis sive Guillelmi Britonis Expositiones vocabulorum Biblie, éd. Lloyd W. et Bernardine A. Daley, Padova, Antenore, 1975 (Thesaurus Mundi. Bibliotheca Scriptorum Latinorum Mediae et Recentioris Aetatis, 15) ; les remarques lucides sur le personnage et l’œuvre de Brito, ibid., p. XIII-XXIV ; Grondeux (Anne), « Art. Willelmus Brito », dans Stammerjohann (Harro) (éd.), Lexicon Grammaticorum. A bio-bibliographical companion to the history of linguistics, Tübingen, Niemeyer, 22009, p. 1643-1644.

21  Osberno, Derivazioni, éd. Paola Busdraghi, Maria Chiabó, Andrea Dessì Fulghieri et al., 2 vol., Spoleto, Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, 1996 (Biblioteca di Medioevo Latino, 16), ici t. I, p. 339 : Integer comparatur integrior integerrimus, unde integre integrius, integerrime adverbia, et hec integritas tis, et hec integritudo nis, et integro adverbium, unde Iosephus in quinto decimo illud vero integro scio, quod nec bello victum reliqui ; et integro as, quod non est in usu sed inde dicitur integrasco cis, quod componitur reintegrasco cis. Integro componitur reintegro as, et inde verbalia ; Sharpe (Richard), « Art. Osbern of Gloucester », dans Stammerjohann (Harro) (éd.), Lexicon Grammaticorum, op. cit., p. 1102-1103.

22  Une édition critique de cet ouvrage dont l’importance pour le Moyen Âge tardif ne peut pas être surestimée fait défaut. En attendant une nouvelle édition, on est tributaire de l’incunable, publié à Mayence en 1460 et réédité en 1971 : Joannes Balbus, Catholicon, Mainz 1460 (Farnborough 1971), s. pagination : Integer gra grum .i. incorruptus […] Item ab integer integro as avi .are .i. integrum facere novare ; Reynolds (Suzanne), « Art. Giovanni Balbi », dans Stammerjohann (Harro) (éd.) Lexicon Grammaticorum, op. cit., p. 540-541.

23  Uguccione da Pisa, Derivationes, éd. Enzo Cecchini, Firenze, Sismel, 2004 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 11), I 56, p. 612.

24  Rouse (Richard H.), Rouse (Marie A.), « Biblical Distinctions in the Thirteenth Century », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, t. 41, 1974, p. 27-37 ; Bataillon (Louis-Jacques), « Les instruments de travail des prédicateurs au xiiie siècle », La prédication au xiiie siècle en France et Italie. Études et documents, Aldershot, Ashgate, 1993, p. 197-209. Dans les années précédentes, on a traité de temps en temps des aspects particuliers contenus dans les collections de Distinctiones soulignant ainsi la valeur de ce genre littéraire, p. e. Morenzoni (Franco), « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques du XIIIe siècle », dans Berlioz (Jacques), Polo de Beaulieu (Marie-Anne) (éd.), L’animal exemplaire au Moyen Âge (ve-xve siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 171-190 ; Quinto (Riccardo), « Fiumi, mare e laghi moralizzati. Il tema dell’aqua nei repertori di Distinctiones e in alcuni commentari biblici tra XII e XIII secolo », dans. Canzian (Dario), Simonetti (Remy) (éd.), Acque e territorio nel Veneto medievale (Interadria, 16), Rome, Viella, 2012, p. 147-167. Le problème fondamental en traitant des Distinctiones, il est vrai, consiste en la pénurie d’éditions valables. Sous la responsabilité de Marjorie Burghart, Université de Lyon II, une base de données a été conçue qui énumère les collections de Distinctiones tout en présentant des images de manuscrits, d’incunables ou de simples transcriptions (http://distinguo.humanum.fr).

25  William of Ramsey, Distinctiones super Cantica, Prague, Bibliothèque nationale, NK XXXIII E 51, f. 189r : […] Fons propter predicationis fluenta, cuius tot sunt emissiones paradisorum, quot genera meritorum. Prima emissio est humilitas, secunda fidei integritas, tertia spiritualis fecunditas, scilicet discretio, compassio, misericordia, benignitas, bonitas et huiusmodi. Iste quid, nisi paradisi delitie et anime in his permanentes delitie ? ; aussi Leclercq (Jean), « Les Distinctiones super Cantica de Guillaume de Ramsey », Sacris erudiri, t. 10, 1958, p. 329-352.

26  La Règle de Saint Benoît (Sources chrétiennes, 181-187), éd. Adalbert de Vogüé, 7 vol., Paris, Éditions du Cerf, 1972. Ce que l’on trouve, c’est l’adjectif integer, p. e. RB 18,23 : psalterium ex integro numero… psalmorum ; RB 18,25 : septimana integra ; RB 48,15 : quos per ordinem ex integro legant.

27  Et ce qui vaut pour Marie vaut aussi pour l’homme, p. e. Yves de Chartres, Decreti pars septima, c. 120 (se basant sur Ambrosius de Milan), PL 161, col. 571C : Integritas corporis expetenda a nobis est, quam ego pro consilio uadeo, non pro imperio praecipio. Sola est enim virginitas quae suaderi potest, imperari non potest, res magus voti quam praecepti.

28  Thomas d’Aquin, II Sententiarum, d. 20, q. 1, a. 2, l. 1, p. 32 : Ad perfectionem virginitatis duo concurrunt : scilicet integritas carnis cum integritate mentis ; quorum alterum, scilicet integritas mentis, honorabilius est, reliquum virginitati essentialius.

29  Yves de Chartres, Decreti pars quinta, PL 161, cap. 105, col. 359D.

30  Ibid. : Nam totius familiae Domini status et ordo nutabit, si quod requiritur in corpore, non invenitur in capite. Au xve siècle, le fameux prédicateur espagnol Vincent Ferrier persiste à voir dans l’integritas figurae le préréquis pour entrer au paradis, Vincent Ferrier, Distinctiones (s.v. De septem conditionibus requisitis), Lyon, 1523, 12v : Alia que vult poni in paradiso debet habere septem conditiones que requiruntur. Prima est imaginis veritas, secunda est subscriptionis proprietas, tertia materie preciositas, quarta ponderis equalitas, quinta est soni congruitas, sexta figure integritas, et septima est circularis rotunditas, dans Morenzoni (Franco), Hodel (Bernard) (éd.), Mirificus praedicator. À l’occasion du sixième centenaire du passage de saint Vincent Ferrier en pays romand, actes du colloque d’Estavayer-le-Lac (7-9 octobre 2004) (Dissertationes historicae, 32), Rome, Istituto storico domenicano, 2006.

31  Tit. 2,7 : In omnibus te ipsum praebe exemplum bonorum operum in doctrina, integritatem, gravitatem, verbum sanum irreprehensibile ut is qui ex adverso est vereatur nihil habens malum dicere de nobis.

32  Hervaeus Burgidalensis, In Epistolam ad Titum, PL 181, 1493C : […] et in integritate, ut integritas animi tui nec amore laudis hominis corrumpatur, nec acceptatione pecuniarum, nec qualibet alia re, similiterque caeteri exemplo tuo servent incorruptum mentis integritatem.

33  Mahn (Jean-Berthold), Le pape Benoît XII et les Cisterciens, Paris, Champion, 1949 ; Schimmelpfennig (Bernhard), « Zisterzienserideal und Kirchenreform. Benedikt XII. als Reformpapst (1332-1342) », Zisterzienser-Studien, t. III, Berlin, Colloquium, 1976, p. 11-43.

34  Benoît XII, Lettres secrètes et curiales (France), éd. Georges Daumet, Rome, École française de Rome, 1899-1920, n. 169 (Avignon, 1336.04.29).

35  Ibid., n. 304 (23 juin 1337) : Les deux cardinaux Pedro Gomez et Bertrand de Montfavès sont délégués pour protester auprès du roi de France contre les attaques continues visant la liberté de l’Église (contra integritatem libertatis).

36  Benoît XII, Lettres secrètes et curiales (autres que la France), éd. Jean-Marie Vidal, Rome, École française de Rome, 1919-1950, n. 649 (Avignon, 1339.10.12) : Le pape exhorte Édouard III d’Angleterre de s’abstenir du soutien donné à Louis de Bavière : […] penitus te retrahere et totaliter abstinere curares, ut tibi fame integritas et illibata tui generis claritas servarentur.

37  Ibid., n. 2767 (1340.05.07) : […] Et nichilominus omnia per ipsum quocumque tempore dicta, predicta et scripta ac integritatem fame sue sponte, scienter et libere ex nunc sub correctione sancte Sedis Apostolice et successorum suorum supposuit et supponit.

38  Abréviations : CE = cardinal-évêque ; CP = cardinal-prêtre ; CD = cardinal-diacre ; Willi = Willi (Dominicus), Päpste, Kardinäle und Bischöfe aus dem Cistercienser-Orden, Bregenz, Teutsch, 1912 ; Dendorfer/ Lützelschwab = Dendorfer (Jürgen), Lützelschwab (Ralf) (éd.), Geschichte des Kardinalats im Mittelalter, Stuttgart, Hiersemann, (Päpste und Papsttum, 39), 2011.

39  Pour la personnalité de Willi, Hilpisch (Georg), Dr. Dominicus Willi, S. Ord. Cisterc., Bischof v. Limburg. Eine Skizze seines Lebens und Wirkens, zur Feier seiner Bischofsweihe verfasst, Limburg, Limburger Vereinsdruckerei, 1898 ; Gatz (Erwin) (éd.), Die Bischöfe der deutschsprachigen Länder. Ein biographisches Lexikon 1785/1803, Berlin, Duncker & Humblot, 1983, p. 817-818 ; Denter (Thomas), « Dominicus Willi (1844 – 1913) : Zur Ehre Gottes und des Ordens », dans Altermatt (Alberich) (éd.), Zisterzienserinnen und Zisterzienser : Lebensbilder aus dem Zisterzienserorden, Freiburg, Schweiz, Kanisius 1998, p. 145-153. Ses journaux intimes (conservés dans les archives des abbayes de Mehrerau et Marienstatt) restent jusqu’à ce jour non publiés.

40  Cardinalat douteux.

41  Pacaut (Marcel), « Les évêques “cisterciens” et l’expansion de l’ordre de Cîteaux en France au xiie siècle », dans Bériac (Françoise) (éd.), Les prélats, l’Église et la société (xiexve siècles). Hommage à Bernard Guillemain, Talence, Université de Bordeaux, 1994, p. 41-47 ; Alberzoni (Maria Pia), « I vescovi cisterciensi della Lombardia occidentale tra Chiesa romana e mondo comunale », dans Alberzoni (Maria Pia) (éd.), Città, vescovi e papato nella Lombardia dei comuni, Novara, Interlinea, 2001, p. 111- 137, ici 116-132 ; Lipkin (Joel), « The Entrance of the Cistercians into the Church Hierarchy (1098-1227) », dans Elder (Rozanne), Sommerfeldt (John R.) (éd.) The Chimaera of his Age. Studies on Bernard of Clairvaux, Kalamazoo, Cistercian Publications, (Cistercian Studies Series, 63), 1980, p. 62-75. Lipkin compte 151 évêques/archevêques pour la période de 1098-1227, dont vingt deviennent membres de l’Ordre après leur résignation.

42  Dimier (Anselme), « Les premiers cisterciens étaient-ils ennemis des études ? », Studia Monastica, t. 4, 1962, p. 69-92, ici 80-82 ; aussi Id., « Les évêques cisterciens au xiie siècle », dans Chauvin (Benoît) (éd.), Mélanges à la mémoire d’Anselme Dimier, Arbois, Chauvin, 1987, t. II, p. 529-532.

43  Lützelschwab (Ralf), « Cardinalis albus – On the Career of the Cistercian Monk Guillaume Court (†1361) », Cistercian Studies Quarterly, t. 45, 2010, p. 141-167.

44  Lützelschwab (Ralf), « Die Kardinäle des Avignonesischen Papsttums (1305 – 1378). Kreaturen des Papstes, Sachwalter partikularer Interessen und Mäzene », dans Lützelschwab (Ralf), Dendorfer (Jürgen) (éd.), Geschichte des Kardinalats im Mittelalter, Stuttgart, Hiersemann, (Päpste und Papsttum, 39), 2011, p. 225-248.

45  Dykmans (Marc) (éd.), Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, 4 vol., Rome-Bruxelles, Institut historique belge de Rome, 197- 1985, ici t. II, p. 500. Il faut toujours se rendre compte qu’au xive siècle la seule pièce en rouge portée par les cardinaux fut le chapeau. Ceci fut la marque distinctive de leur dignité. Seuls les légats avaient le droit de porter la cappa magna en rouge, Märtl (Claudia), « Zwischen Habitus und Repräsentation. Der kardinalizische Ornat am Ende des Mittelalters », dans Dendorfer (Jürgen), Lützelschwab (Ralf) (éd.), Die Kardinäle des Mittelalters und der Frühen Renaissance, Florence, Sismel, (Millenio Medievale, 95), 2013 p. 265-300.

46  Emeis (Dieter), « Peter IV., Johann I. und Martin von Aragon und ihre Kardinäle », Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, t. 17, 1961, p. 219 ; Vincke (Johannes), « Nikolaus Rosell, O. P., Kardinal von Aragon », Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 14, p. 132.

47  King (Peter), The Finances of the Cistercian Order in the Fourteenth Century, Kalamazoo, Cistercian Publications, 1985, p. 162-163.

48  Dykmans (Marc), « Les palais cardinalices d’Avignon. Un supplément du xive siècle aux listes du docteur Pansier », Mélanges de l’Ecole française de Rome, t. 83, 1971, p. 389-439, ici p. 428.

49  Aliquot (Hervé), Montfavet, Le Pontet, Sorgues, Avignon. Les palais gothiques aux xive et xve siècles, Marguerittes, Équinoxe, 1993, p. 42. Ces biens portent toujours le nom de leur ancien propriétaire : Châteaublanc.

50  Canivez (Joseph-Marie), Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, t. III, Louvain, Collège Erasme, 1935, 1340 : 3 ; id., Statuta, t. III, 1348 : 7 ; pour plus d’exemples Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Cardinalis albus ».

51  Pour les sermons de Clément VI, Mollat (Guillaume), « L’Œuvre oratoire de Clément VI », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, t. 3, 1928, p. 239-274, ici p. 258-261, n. 76 ; Schmitz (Philibert), « Les sermons et discours de Clément VI », Revue bénédictine, t. 41, 1929, p. 15-34, ici p. 31, n. 69 ; Wood (Diana), « The sermon literature of pope Clement VI », dans Baker (Derek) (éd.) The materials, sources and methods of ecclesiastical history, Oxford, Blackwell, 1975, p. 163-172 ; Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Flectat ».

52  Le texte, basé sur Prov 25 : 13 : Sicut frigus nivis in die messis, ita legatus fidelis ei qui misit eum, reste inédit. Le manuscrit de base, contenant toute l’œuvre oratoire de Clément VI, se trouve dans la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 240, fol. 247v – 251r. Des fragments du sermon sont imprimés dans Baluze (Étienne) (éd.), revisé par Guillaume Mollat, Vitae Paparum Avenionensium, Paris, Letouzey, 1927, t. II, p. 367 ; Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Clemens VI », p. 231-244.

53  Quelle différence si l’on regarde les éloges dont le cardinal Nicolò Albergat fut couvert par Martin V après sa légation en 1419. Le pape souligne surtout la vite integritas et le devotionis affectus de son légat, Töth (Paolo), Il beato cardinale Nicolò Albergati e i suoi tempi (1375 – 1444), Acquapendente, La Commerciale, 1934, t. I, p. 346 ; Paolini (Lorenzo), « Niccolò Albergati, reformatore ecclesiastico e diplomatico della pace », dans Terra (Roberto) (éd.), Domus Episcopi. Il Palazzo arcivescovile di Bologna, San Giorgio di Piano, Minerva Edizioni, 2002, p. 199-212.

54  Rehberg (Karl-Siegbert), « Der Fehltritt als Heuristik bedrohter Integrität. Über Mikroverletzungen institutioneller Handlungsordnungen », dans Von Moos (Peter) (éd.), Der Fehltritt. Vergehen und Versehen in der Vormoderne, Köln-Weimar, Wien/Böhlau, 2001, (Norm und Struktur, 15), p. 419-446.

55  Ce sermon est édité dans Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Clemens VI », p. 416-424.

56  Baumgarten (Paul Maria), Untersuchungen und Urkunden über die Camera Collegii Cardinalium für die Zeit von 1295 bis 1437, Leipzig, -Berlin, Giesecke, 1897, p. LIII.

57  Lützelschwab (Ralf), op. cit., « Clemens VI », 421 : Verum est, quod ibi venendo de episcopatu Nemausensi ad episcopatum Albiensem et descendit et ascendit. Descendit, quia in ecclesia Nemausensi habebat in sponsam beatam virginem benedictam, sed in Albia ancillam, scilicet beatam Ceciliam, sed ascendit, quia multo melius est dotata in illis ecclesiis ancilla quam domina.

58  Omne bonum, la première grande encyclopédie médiévale avec un ordre alphabétique (troisième quart du xive siècle), consacre un chapitre aux dangers et aux fautes commises par des abbés cisterciens, cf. : Britis Library, 6 E VI, fol. 23v : Nunc sequitur videre de abbatibus ordinis cisterciensis & de ordinis [sic] sancti Benedicti & de eorum potestate & quid tenentur facere & in quibus communiter delinqunt ut patebit inferius in diversis titulis. Cette enyclopédie avec plus de 1100 folia reste inédite ; Freeman Sandler (Lucy), Omne bonum. A fourteenth-century encyclopedia of Universal Knowledge (British Library MSS Royal 6 E VI – 6 E VII), 2 vol., London, Harvey Miller Publishers, 1996.

59  Mahn (Jean-Berthold), Le pape Benoît XII et les Cisterciens, Paris, Champion, 1949, p. 50-76 ; Kwanten (Edmond), « Le Collège Saint-Bernard à Paris. Sa fondation et ses débuts », Revue d’histoire ecclésiastique, t. 43, 1948, p. 443-472 ; Davis (Michael T.), « Les Cisterciens dans la ville. L’église du collège Saint-Bernard à Paris », Cîteaux, t. 62, 2011, p. 217-240.

60  Oberste (Jörg), Die Zisterzienser, Stuttgart, Kohlhammer, 2014, p. 145- 147. En 1183 le chapitre général avait supprimé toutes les commémorations individuelles en les remplaçant par quatre jours annuels pendant lesquels différents groupes furent commémorés : abbés et évêques (11 janvier) ; moines et bienfaiteurs (17 septembre) ; tous les morts (2 novembre) ; parents et proches de la familia monastique (20 novembre), Stat. 1183/1, dans Canivez (Joseph-Marie) (éd.), Statuta capitulorum, t. I.

61  Thomas v. Aquin, Quaestiones disputatae de Malo, q. 2, art. 9, resp. a. a. 12, l. 1 : […] dicendum, quod in quolibet peccato tollitur integritas boni, sed non totum bonum, Thomas von Aquin, Quaestiones disputatae. Über das Übel I, De malo I, q. 1-7, éd. Stefan Schick, Heidelberg, Meiner 2009 (Regensburger Ausgabe, 11).

62  Hieronymus, Epistulae 1-79, éd. Isidor Hilsberg, Wien, Leipzig, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1910-1918 (CSEL 54), ici ep. 14, 9, p. 57, 14. Les prédicateurs du Moyen Âge pouvaient se servir de ce bon mot en utilisant par exemple le Verbum adbreviatum de Petrus Cantor, Boutry (Monique) (éd.), Petri Cantoris Verbum adbreviatum. Textus prior, Turnhout, Brepols 2012 (CCCM 196 A), p. 48, l. 148/149.

63  Goffredus de Trano, Summa super titulis decretalium, Lyon 1519 (réimp. Aalen 1992), fol. 155 : Monachi et canonici regulares conveniunt inter se in his quae sunt substantialia religionis, ut in abdicatione proprietatis, obedientia et continentia.

64  Regula Benedicti, prologus, 45 : Constituenda est ergo nobis dominici scola servitii, La Règle de Saint Benoît, éd. Adalbert de Vogüé, t. I, Paris, Les éditions du Cerf, 1972, p. 422.

65  Vita Prima Sancti Bernardi Claraevallis Abbatis. Liber primus, éd. Paul Verdeyen SJ, accedunt libri II-V, éd. Paul Verdeyen SJ, Fragmenta Gaufridi, éd. Christine Vande Veire, Turnhout, Brepols, 2011 (CCCM, 89B, Guillelmi A Sancto Theodorico Opera omnia, pars VI), 1,14 ; aussi Casey (Michael), « Towards a methodology for the Vita prima : translating the first life into biography », dans Sommerfeldt (John R.) (éd.), Bernardus Magister, Kalamazoo, Cistercian Publications, p. 55-73.

66  Newman (Martha G.), The Boundaries of Charity. Cistercian Culture and Ecclesiastical Reform (1098-1180), Stanford, Stanford University Press, 1996, p. 141-170 ; Heathcote (Sheila J.), « The Letter collections attributed to Master Transmundus », Analecta Sacri Ordinis Cisterciensis, t. 21, 1965, p. 35-109, 167-238.

67  Van Moolenbroek (Jaap), « A cistercian saint ? The life and cult of Emanuel Sescalco († 1298), bishop of Cremona, but buried in the Abbey of Aduard near Groningen », Cîteaux, t. 62, 2011, p. 187-215.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search