Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Introduction

Texte intégral

1Au moment où, en considérant la misère et la maladie, la Chrétienté s'interroge à la suite des ordres mendiants sur la vertu de l'aumône pour conduire au salut, les œuvres caritatives échappent progressivement aux monastères et aux chapitres au profit des laïcs. A leur tour, au xiiie — surtout dans la deuxième moitié — et encore aux xive et xve siècles, ils dotent et fondent des léproseries, mais aussi des hôpitaux et des hospices pour voyageurs. Ces abris temporaires pour tous ceux qui cherchent un secours, ouverts en théorie à toutes les détresses, accueillent les passants et les déshérités, mais ils reçoivent aussi les vieillards, les enfants, les malades, les infirmes, les blessés et les pèlerins. Ils s'intéressent aux captifs, aux femmes enceintes, aux veuves privées de soutien familial. Enfin, ils offrent les derniers secours de la religion aux mourants. Destinés à toutes les formes d'affliction, ils donnent encore, outre le gîte et le couvert, la pitié et la compassion que doivent ressentir tous les bons chrétiens envers des « faibles » et des « humbles ».

  • 1 Locatelli (R.), Sur les chemins de la perfection, p. 458.
  • 2 Les indications fournies par les titres de fondation et les premières mentions laissent supposer u (...)

2Le diocèse de Besançon n'échappe pas à ces courants de charité active, mais ainsi que le signale R. Locatelli1 «ceux-ci se teintent de certaines particularités ; le nombre très restreint de villes, l'urbanisation tardive, la présence d'une voie internationale reliant l'Italie à la Champagne et à la Flandre, la situation par rapport à l'axe Rhin-Rhône, tous ces facteurs conjugués confèrent à son histoire hospitalière des traits d'originalité ». Chronologiquement déjà, ces mouvements y affirment un décalage avec d'autres régions plus précoces, et ce, malgré le vif succès rencontré par l’Ordre du Saint-Esprit dès le début du xiiie siècle2 ; cet héritage pèse lourdement sur l'assistance des xive et xve siècles.

  • 3 Richard (M.), Histoire des diocèses de Besançon et de St-Claude, t. 1, p. 455.

3Dans le diocèse, le mouvement hospitalier éclôt, première singularité, dans une terre traditionnelle de monachisme, dans la mouvance d’une présence cistercienne affirmée et dans le sillage d'une action canoniale décisive, riche en œuvres de miséricorde. Le réveil de la charité évangélique, sensible déjà à l'époque grégorienne, incite prioritairement à prendre des mesures en faveur des indigents ; aussi dès le début du xiie siècle, la collégiale Saint-Paul organise un réseau de petits hôpitaux ruraux pour desservir les environs de Besançon : Geneuille, sur la route de Vesoul et Naisey. C'est encore aux chanoines réguliers de Montbenoît que le sire de Joux confie vers 1140, ses droits sur l'hôpital Saint-Pierre de Pontarlier. L'hôpital Sainte-Brigide, fonde avant 1160 par le chapitre de la cathédrale Saint-Jean, accueille quant à lui des familiers. Par ailleurs, certaines maisons, comme l'abbaye de Goailles créée au début du xiiie siècle, attirent des malades souhaitant guérir d'hydrophobie3.

  • 4 Une copie de la bulle du pape Lucius III, autorisant le chapitre de la Madeleine de Besançon à éri (...)
  • 5 Les archives du St-Esprit de Besançon, cote 53 J, conservent de nombreuses mentions de cette maiso (...)
  • 6 Restauré au xie siècle par un archidiacre d'Aoste Bernard dit de Menthon, puis confié à des chanoi (...)
  • 7 AHSal., F 21 (1394). Dès le xive siècle, les recteurs de St-Bernard n'exercent plus l’hospitalité (...)
  • 8 ADD, II B 576.
  • 9 Divers documents mentionnent à Salins trois établissements au xve siècle — Bracon, St-Bernard et l (...)

4Mais l'action canoniale s'attache surtout à l'accueil des passants : des hospices sont implantés le long d'itinéraires routiers joignant la France à l'Italie via le Grand-Saint-Bernard, du col de Jougne vers la Champagne, par les deux voies principales passant par Besançon ou Salins. En 1182, la collégiale de la Madeleine fonde dans le quartier Battant, l'hôpital Saint-Jacques aux Arènes, dans le but d'héberger les pèlerins se rendant à Rome où Saint-Jacques de Compostene4. Au xiiie siècle, un semblable établissement est installé sur la route Besançon-Pontarlier : il s'agit de l'hôpital Saint-Denis du Grosbois5. Une autre maison, celle des chanoines de Saint-Bernard de Montjoux6, joue un rôle essentiel dans l'assistance aux passants ; elle essaime dans l'ensemble du diocèse de Besançon, où divers établissements dits justement de Montjoux constituent de nombreux relais : tel est, installé à proximité du château comtal de Dole, le cas d'Eclans qui se développe cependant très peu, concurrencé sans doute par l'hôpital Notre Dame d'Arans et par le Saint-Esprit établi « oultre le pont ». En revanche, la maison dite « hôpital Saint-Bernard » de Salins continue son existence au-delà du xve siècle, multipliant d'ailleurs les débats et les querelles avec la municipalité du Bourg-Dessous où elle est implantée7. La tradition attribue avec une relative vraisemblance la fondation de cet établissement à Renaud III, et son existence est attestée dès 1177. A Salins encore, au-delà du quartier de Chantave, existe une autre possession de Montjoux appelée « grange de Saint Fer-reol». Son rôle d'assistance dans une période antérieure est mentionné dans une enquête de 15848. Néanmoins, les archives des xive et xve siècles restent muettes et il est vraisemblable qu'à cette époque l'hospitalité ne s'y exerce déjà plus9.

  • 10 Prost (B.) et Bougenot (S.), Cartulaire de Hugues de Chalón, p. 272, no 401. « Nous Othes, cuens pa (...)
  • 11 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 3, p. 1313.

5Le rayonnement des chanoines du Grand-Saint-Bernard est tel, qu'en 1282, Othon IV choisit de faire desservir son hôpital de Jougne10 par des religieux de cet ordre. C'est également vers le fin du xiiie siècle qu’apparaît un hospice de Montjoux à Besançon. Son caractère modeste semblerait expliquer le peu de renseignements qu'il a laissés11.

1. — Implantation des principales maisons de Saint-Jean de Jérusalem

  • 12 ADHS, H 1059. « Inventaire général des titres et papiers concernant les possessions et privilèges (...)
  • 13 Cette maison est attestée en 1235 : on mentionne frère Benoît, recteur de St-Jean de Jérusalem, AD (...)

6Les maisons de Saint-Jean de Jérusalem s'ajoutent à ce tissu hospitalier le long des grands axes de circulation ; la pénétration de l'ordre se fait cette fois par les vallées de la Saône et de l’Ognon, près des routes qui, depuis Gray convergent vers Besançon. Au milieu du xiie siècle, Montseugny12 et Autoreille figurent parmi leurs possessions et, à la fin de ce siècle, d'autres hôpitaux de cet ordre voient le jour : au nord du diocèse d'abord — à proximité de Faverney, à Villedieu-en-Fontenette— puis à Arbois, où l'implantation près de Salins, offre l'avantage d'une localisation sur une voie de passage, dans une région riche et peuplée. Une maison est encore attestée à Besançon, derrière l'église Saint-Pierre13 ; cependant la documentation fait cruellement défaut sur l'histoire et l’origine de cet établissement. Comme pour les templiers, les johannites s'écartent progressivement de leur vocation caritative pour établir, selon l'expression de R. Locatelli, « des agences de recrutement et de financement ».

  • 14 Des maisons dédiées à saint Antoine, protecteur des malades atteints de gangrène ou d'érésipèle, o (...)
  • 15 Les ADD conservent quelques documents relatifs aux hôpitaux St-Antoine : 147 H, Commanderie d’Aumo (...)
  • 16 L'hôpital St-Antoine de Lons-le-Saunier est présenté comme « gasté » en 1583 dans l’enquête menée (...)
  • 17 BMBes., ms. 1859. « Messieurs [les échevins de Besançon], desirans pourveoir ad ce, ont advisé que (...)
  • 18 ADD, II B 574. C’est un édifice de petite taille composé d'une chambre meublée de deux lits et de (...)

7L'ordre de Saint-Antoine, plus proche du message évangélique, reste en revanche fidèle à sa vocation première ; sa propagation tardive dans le diocèse, en dehors de la maison d’Aumonières, s'accentue vers le milieu du xiiie siècle ; son rayonnement, contrairement à ce qu'affirmaient les érudits du xixe siècle14 demeure limité. Trois commanderies Saint-Antoine seulement sont attestées par les sources : Lons-le-Saunier, Ruffey-sur-Seille et Besançon15. Celle de Lons-le-Saunier se voit citer en 1257 dans le testament d'Isabelle de Courtenay16 quand celle de Besançon est présentée comme ruinée en 1565. « Aucun povre n'y est receu selon l'intencion des fondateurs. »17 L'hôpital de Ruffey18 lui, est encore mentionné dans une enquête de la fin du xvie siècle.

  • 19 Jocelyn, fils d'un baron viennois est, selon la légende, guéri en recourant à l'intercession de st (...)

8La maison d'Aumonières fait donc figure d'exception : fondée dans les environs de Champlitte, vraisemblablement par les seigneurs de Fouvent, sous le pontificat de Calixte II, installée à deux kilomètres environ de Pierrecourt, elle se situe dans une vallée traversée par l'antique voie romaine conduisant de Segobodium (Seveux) à Langres ; sa création se comprend difficilement : problématique en effet, est de la rattacher uniquement à une progression du « Mal des Ardents », maladie appelée aussi « Feu Saint Antoine » ou « Feu Sacré » et dont les victimes, empoisonnées par l'ergot de seigle, voient leurs membres devenir noirs et secs, comme s'ils avaient été brûlés. Plus plausible est l'hypothèse de l'archevêque Guy de Vienne, fils du comte Guillaume le Grand, qui conserve durant son épiscopat des contacts multiples avec sa province, facilitant ainsi les relations avec le Dauphiné. Or, c'est là que l'ordre de Saint-Antoine voit le jour, vers l'an 1093, au temps d'Urbain II19.

  • 20 Au siècle dernier, selon Marnotte (P.), Mémoire sur l'ancienne commanderie d'Aumonières..., la com (...)

9Aux xive et xve siècles, Aumonières demeure un établissement d'importance20 ; il finit même par être propriétaire de 383 journaux sur Aumonières, 262 sur Pierrecourt et 254 sur Margilly, soit un total de 1258journaux sans compter les granges de Rougemont sur le territoire de Champlitte, de Creusot sur le finage de Courtesoul et de Mont-Saint-Martin dans la seigneurie de Magny. En 1457, il acquiert encore de J. de Vergy et de Marguerite Guyon son épouse, des droits de haute, moyenne et basse justice sur la seigneurie de Courtesoul.

2. — Hôpitaux et léproseries en Franche-Comté aux xive et xve siècles.

10Cependant la diffusion, somme toute restreinte des Antonins, n'en révèle pas moins l'intérêt des laïcs pour les ordres hospitaliers ; l'essor de l'ordre du Saint-Esprit, appelé dans le diocèse à un rayonnement considérable, illustre de façon frappante cette sollicitude.

  • 21 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit.
  • 22 Guy serait le quatrième fils de Guillem VII et de Mathilde de Bourgogne.
  • 23 Innocent III reconnaît à Guy, la qualité de fondateur et de premier maître de l'hôpital du lieu ; (...)
  • 24 ADD, 53 J, fonds du St-Esprit.
  • 25 Castan (A.), “Notice sur l'hôpital du St-Esprit...”, Annuaire du Doubs, 1864, p. 162.
  • 26 ADD, 53 JI 4a, cartulaire de Gray. Gauthier (J.), Notice historique sur l'hôpital du St-Esprit de (...)
  • 27 ADD, 53 J XXXIV. Eudes, seigneur de Chaussin, et son épouse Pétronille cèdent leur hôpital à celui (...)
  • 28 L'hôtel-Dieu dolois, situé à proximité de la voie romaine de Dole à Salins est mentionné pour la p (...)
  • 29 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 368.
  • 30 En 1303, Huguenin, seigneur de Châtillon-Guyotte obtient deux messes chantées dans la chapelle, co (...)
  • 31 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, Paris, p. 402.
  • 32 Brune (abbé). Histoire... du St-Esprit, Paris, p. 175.
  • 33 Chevalier (F.-F.), Mémoires historiques sur... Poligny, 1797, t. II, p. 138.
  • 34 ADD, 53 J I 9a.
  • 35 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 175 et 377.

11Fondé à la fin du xiie siècle par Guy de Montpellier21 — que la tradition rattache à la puissante famille des Guillem22 — l'ordre du Saint-Esprit connaît une propagation quasi immédiate, grâce en particulier à l'appui d'innocent III23. Très rapidement, le Saint-Esprit de Montpellier inspire la création de nouvelles maisons, dont Dijon et Besançon. Cet établissement, fondé vers 1207 par Jean seigneur de Montferrand, connaît un très vif succès et devient même le siège habituel des visiteurs généraux, garants du maintien et du respect de la règle. Après 1235, à la lumière des archives conservées24, il fait déjà figure d'hôpital de première importance, contrôlant très vite d'autres maisons du diocèse, voire de diocèses voisins. Son influence grandit notamment pendant la période 1238-1240 ; il y fait preuve d'un dynamisme éclatant, suscitant l'adhésion et l'enthousiasme de laïcs qui lui octroient immédiatement appuis et privilèges ; les comtes de Bourgogne, imités en cela par la noblesse, la bourgeoisie et les petits artisans, participent dans un même transport aux œuvre de miséricorde25. Les exemples abondent : dès 1238, Girard d'Arc laisse pour établir un hôpital, une maison à Gray, près du pont sur la Saône sur la route de Langres et à proximité d'une des portes de la ville26 ; un an plus tard en 1239, le seigneur Eudes de Chaussin et Pétronille son épouse fondent un établissement qu'ils disposent en faveur des frères de Besançon27. Dans le même temps l’hôpital de Dole, construit vers 1134 « oultre le pont », est cédé au Saint-Esprit et soumis lui aussi à la maison de Besançon28. Celle-ci établit par ailleurs dans un de ses domaines, un asile temporaire aux Longeaux29 avant de le doter d'une chapelle vers 130330. Au delà du diocèse, son influence s'étend en Lorraine où il favorise encore l'érection des maisons de Toul (1238) et de Vaucouleurs (1270) : celle de Toul, selon les indications de l'abbé Brune, devrait sa naissance à Némeric Barat, échevin de la ville, qui aurait demandé au recteur du Saint-Esprit de Besançon, des religieux pour la gouverner. En revanche, l'hôtel-Dieu de Vaucouleurs, fondé en 1164 par Hugues Le Blanc, est confié aux frères du Saint-Esprit de Rome en 1270 par Jeoffroy de Joinville et ce sont les frères de Besançon qui peuplent cet hôpital31. La multiplication des succursales, y compris en Suisse romande, revient le plus souvent à l'initiative de seigneurs, parfois de communes et, en quelques endroits, de l'ordre lui-même. Poligny, selon l'abbé Brune, « doit apparemment aux comtes de Bourgogne sa colonie de frères »32. Cet hôtel-Dieu, considéré comme la fille aînée de Besançon doit être un des premiers fondés. Son titre le plus ancien reste une dotation de 1245 faite aux frères et aux pauvres de l'hôpital33. Vers les mêmes dates, en 1240, l'hôpital de Neuchâteau prospère grâce aux libéralités du duc Mathieu de Lorraine qui lui octroie tout le profit des foires récemment établies le jour de la Saint-Michel34. Ses bâtiments, commencés en 1234 sont terminés trente ans plus tard, comme en fait foi une inscription gravée sur le tympan de la porte35.

  • 36 ADD, 53 JI 12. Frère Jean, convers de l'hôpital du St-Esprit de Besançon, au nom de Messire Pierre (...)
  • 37 ADD, 53 J I 1.
  • 38 ADD, 53 J XI 11. Pour l'hôpital de St-Julien, dont nous possédons l'acte de fondation, Jean de Cha (...)
  • 39 « Nous avons fait édifier et construire dans nos villes de Rochefort, Monnet, Orgelet, St-Julien e (...)
  • 40 D'après un extrait de la fondation : ADJ, 134 H. Cité également par Brune (abbé), Histoire... du S (...)
  • 41 Celui-ci ne jouit encore d’aucun revenu quand Ponce II d'Arlay, chevalier, et Guiette de Groson sa (...)
  • 42 ADJ, 126 H 1. Béatrice de Vienne lui octroie cent sous de rente assignés sur des terres situées à (...)
  • 43 ADJ, 126 H 1.
  • 44 Fils de Renaut d'Arlay, un des fondateurs. Après avoir élu sa sépulture à l'hôpital, Oudet donne 1 (...)

12La vitalité de la maison mère de Besançon, sa force d'expansion et son charisme ne se démentent pas au début du xive siècle. Ainsi en 1312, Renaud dit Sauvet, chanoine de Neuchâtel oultre Joux, administrateur de l'hôpital du lieu, remet l'établissement dont il a la charge entre les mains du délégué du recteur de Besançon, frère Pierre36. En 1301, Jean de Chalon-Auxerre donne au Saint-Esprit, cinq de ses hôpitaux : Rochefort, Monnet37, Saint-Julien38 Orgelet et Arinthod39. Ces deux derniers sont rebâtis « de nouvel » en l'honneur de Notre Dame ; le comte leur assure une rente annuelle de 30 livres estevenantes, leur octroie les « deniers de Dieu perçus dans ces deux villes, les jours de foire et marchés ainsi que divers cens et leur abandonne enfin des droits d'usage et d’affouage dans ses forêts40 En outre, il défend à tous ses sujets de n'attaquer ni les personnes ni les biens de sa fondation, de ne faire ni « moleste ni injure », afin que les religieux puissent vaquer à leur travaux et « librement et continuellement servir aux povres de Jesus Christ ». Toujours en 1301, Jean de Chalon-Arlay, frère cadet du comte d'Auxerre, institue l'hôpital d'Arlay qui prospère seulement après 133841, date à laquelle Béatrice de Vienne le prend sous sa protection42. En 1343, son fils Jean de Chalon-Arlay, désirant lui aussi accroître l'hospitalité, offre à l'établissement 30 livres estevenantes de rente à prendre sur les salines de Salins43. En 1360, Oudet d'Arlay, damoiseau, désire y être inhumé44.

  • 45 La règle de l'ordre est particulièrement bien décrite par l'abbé Brune qui a consulté un manuscrit (...)
  • 46 AHSal., A 1, 1431. Au St-Sépulcre, comme au St-Esprit de Besançon, les excommuniés doivent céder l (...)

13Ainsi, la règle de Gui de Montpellier45 séduit. Au-delà des siècles et encore au xve, elle exerce une influence profonde dans le diocèse, même sur des créations hospitalières n'appartenant pas à l'ordre. Encore en 1431, Jean de Montaigu affirme au long de quelques articles, pour le Saint-Sépulcre de Salins, s'inspirer des ordonnances du Saint-Esprit de Besançon46. Elles offrent par le moyen d'une charité active adressée à toutes les infortunes, de mériter d'entrer dans le Royaume et d'être considéré comme juste.

14Si importants et fondamentaux soient-ils, le rayonnement et l'impact du Saint-Esprit ne peuvent à eux seuls expliquer l'assistance soutenue et les fondations hospitalières encore nombreuses aux xive et xve siècles. Le caractère urbain de certains bourgs, tel Belfort, s'affirme ; les léproseries et les hôpitaux apparaissent de plus en plus aux yeux des contemporains comme des structures indispensables pour porter remède aux maux fréquents de la société d'alors : maladie, sous-alimentation et mendicité. Se pose également de façon cruciale, surtout après 1360, le problème de leur réelle efficacité devant la multiplication des indigents et l'irrésistible montée de la misère perceptible dans les actes. Sur ce point, les localisations hospitalières, la taille des établissements, leur mobilier ou leur patrimoine permettraient une ébauche de réponse.

15De plus, les hôpitaux souhaitent-ils encore véritablement recevoir des pauvres déclassés, des « méchants mendiants », des coquins qui, comme les lépreux, apparaissent au xve siècle dans nos sources comme des êtres menaçants pour l'ordre public et la paix sociale ? Les documents présentent en effet au xve siècle des laïcs, plus soucieux d'efficacité et de sécurité que de philanthropie ; ils envisagent d'ailleurs volontiers une attribution sélective des secours : les pauvres ne pouvant gagner leur vie sont reçus dans les hôpitaux, alors que les autres, « les mendiants valides » sont l'objet de mépris et rejetés. Certains miséreux jugés rebelles et mauvais chrétiens, méritent-ils seulement d'être secourus ? La question est posée avec insistance au xve siècle par des donateurs ou fondateurs d'hôpitaux, et ce d'autant plus vivement que les établissements hospitaliers — ruinés par les guerres, victimes parfois de détournements de fonds, administrés quelquefois par un personnel douteux ou incompétent — ne peuvent jouer le rôle auquels ils sont destinés. Les municipalités interviennent de plus en plus fréquemment et réclament que l'accueil soit maintenu lorsqu'il est défaillant. L'aide aux pauvres devient un thème politique autant que religieux.

16Cette évolution sensible dans le diocèse de Besançon, ce passage de la compassion envers les pauvres passants au mépris et à la condescendance envers les mendiants, ce changement d'attitude face au problème de l'indigence, ne doivent cependant pas masquer le maintien d'une tradition évangélique où la pauvreté est considérée comme un état qui conduit au salut. En fait l'ambiguïté subsiste, particulièrement visible chez les lépreux : leur souffrance est vécue à la fois comme une sublimation et une profonde déchéance.

Notes

1 Locatelli (R.), Sur les chemins de la perfection, p. 458.

2 Les indications fournies par les titres de fondation et les premières mentions laissent supposer une prolifération d'hôpitaux et de léproseries assez tardive, entre 1250 et 1350. Le décalage avec le mouvement caritatif qui s'affirme dans d'autres régions, assez caractéristique, ne peut être impute uniquement aux aléas documentaires. Voir le recensement des hôpitaux et léproseries. Brocard . Etablissements..., I, p. 7-50.

3 Richard (M.), Histoire des diocèses de Besançon et de St-Claude, t. 1, p. 455.

4 Une copie de la bulle du pape Lucius III, autorisant le chapitre de la Madeleine de Besançon à ériger un hôpital pour recevoir les pèlerins (1182) : ADD, 53 J AA 1.

5 Les archives du St-Esprit de Besançon, cote 53 J, conservent de nombreuses mentions de cette maison, donnée au St-Esprit en même temps que St-Jacques des Arènes en 1436.

6 Restauré au xie siècle par un archidiacre d'Aoste Bernard dit de Menthon, puis confié à des chanoines réguliers de saint Augustin, l’hospice du Grand-St-Bernard, dédié à saint Nicolas, situé à 2500 mètres d’altitude dans le diocèse de Sion, est rapidement favorisé par les comtes de Maurienne qui souhaitent une plus grande fréquentation des routes du Valay. Il connaît par la suite une période d'extension et s'implante vigoureusement en Bourgogne. « Les bâtiments se dressent directement au bord de la route, encastrés dans la falaise rocheuse abrupte. Des éléments datant d’époques différentes sont rigoureusement fondus dans une unité monolithique, adaptée à la rudesse de la montagne. L'étroitesse du terrain contraignit à construire en longueur. Seul un léger échelonnement des différentes parties marque les articulations du bâtiment principal. De celui-ci, se détache l'église qui fait un net saillant vers l'est. La construction primitive de St-Bernard avait un plan rectangulaire et mesurait à peu près 18 m x 13,5 m. Elle abritait, au rez-de-chaussée, les cuisines, un réfectoire, une salle pour les pèlerins et une galerie de communication, à l'étage supérieur, un dortoir, une salle de séjour et la chapelle des moines. » Dankwart Leistikow, Dix siècles d'architecture hospitalière..., p. 50.

7 AHSal., F 21 (1394). Dès le xive siècle, les recteurs de St-Bernard n'exercent plus l’hospitalité voulue et entrent en conflit ouvert avec les échevins du Bourg-Dessous.

8 ADD, II B 576.

9 Divers documents mentionnent à Salins trois établissements au xve siècle — Bracon, St-Bernard et le St-Sépulcre — mais pas l'hôpital de St-Ferréol.

10 Prost (B.) et Bougenot (S.), Cartulaire de Hugues de Chalón, p. 272, no 401. « Nous Othes, cuens palatins de Bourgoigne et sire de Salins, faisons savoir a touz... que, comme nostre amez uncle messires Jehans de Chalon, sire d’Allay, ait volunté de fonderer de edifier un ospital ou finaige de Joigne, en l’enour dou baron monsignour saint Bernart de Montjeu... »

11 Fiétier (R.), La cité de Besançon..., t. 3, p. 1313.

12 ADHS, H 1059. « Inventaire général des titres et papiers concernant les possessions et privilèges des commanderies de Sales et Montseugny (vers 1780). Il comprend 65 articles rangés sans ordre apparent ; les pièces analysées vont des années 1078 à 1778. »

13 Cette maison est attestée en 1235 : on mentionne frère Benoît, recteur de St-Jean de Jérusalem, ADD, 1 H 9, fol. 377. Elle semble pourtant dater d’une époque antérieure à 1208 : Locatelli (R.), Sur les chemins de la perfection..., p. 445.

14 Des maisons dédiées à saint Antoine, protecteur des malades atteints de gangrène ou d'érésipèle, ont souvent été confondues avec des commanderies de l'ordre de St-Antoine. Rousset (A.), Dictionnaire des communes... du Jura, a perpétué cette tradition déjà sensible dans Richard (M.), Histoire des diocèses de Besançon et de St-Claude.

15 Les ADD conservent quelques documents relatifs aux hôpitaux St-Antoine : 147 H, Commanderie d’Aumonières, 148 H, Commanderie de Besançon, 149 H, Commanderie de Bourbonne. 150 H, Commanderie de Ruffey. Les renseignements qu'ils procurent sont en général tardifs et postérieurs au xvie siècle.

16 L'hôpital St-Antoine de Lons-le-Saunier est présenté comme « gasté » en 1583 dans l’enquête menée par Philibert David. ADD, II B 574.

17 BMBes., ms. 1859. « Messieurs [les échevins de Besançon], desirans pourveoir ad ce, ont advisé que l’on l'en communiquera avec les sieurs de Sainct Pol, de Bellefontaine et commandeur de Sainct Anthoine pour y prendre une bonne resolution... estant donné que les pouvres ne sont receus. » (Début xvie siècle.)

18 ADD, II B 574. C’est un édifice de petite taille composé d'une chambre meublée de deux lits et de quelques couchettes, appelé encore Commanderie par les contemporains. On y accueille les pauvres passants, mais surtout les infirmes. Des témoins rapportent en 1583, « que a d'aulcungs pour l’infirmité ou ils estoyent constitués, l'on leurs coppoyt la jambe et aultres, le bras ; que attendant la guerizon ou ce qui plaist a Dieu disposé desdits infirmes, ledit hospitallier est accoustumé les nourrir et entretenir ».

19 Jocelyn, fils d'un baron viennois est, selon la légende, guéri en recourant à l'intercession de st Antoine. Suite à ce miracle et à une apparition du saint en songe, il se consacre avec son père au soulagement des pauvres malades. Sur les Antonins, voir les études de Maillet-Guy (L.), “les origines de St-Antoine”. Revue Mabillon, 61, 1926.

20 Au siècle dernier, selon Marnotte (P.), Mémoire sur l'ancienne commanderie d'Aumonières..., la commanderie, largement reconstruite au cours du xve siècle, présentait des ruines intéressantes, montrant l'existence antérieure de vastes constructions : bâtiments conventuels, église, hôpital, maison des fermiers, métairies, granges. Le portail de l'église se dressait sur le bord de l'antique voie romaine et le clocher était engagé dans une des faces latérales du chœur. Derrière cet édifice, se situaient les bâtiments de la commanderie, et au-delà, l'hôpital (c'est-à-dire la salle des pauvres) et sa chapelle, qui en 1852 étaient devenus des habitations paysannes. L’hôtel-Dieu devait avoir 10 m de large pour une longueur de 26 m, y compris la chapelle située à son extrémité. Celle-ci avait conservé une fenêtre ogivale de 2,75 m de haut dans un mur de 90 cm d’épaisseur (cette fenêtre date de la fin du xve siècle et fut, selon Marnotte, maçonnée après les destructions probables de 1472 et 1474). L'église conservait des statues de saint Antoine ; l’une d'elle existait déjà en 1446 : l'ermite était représenté assis, tenant dans une main un bâton et de l'autre soulageant un malade. Sur l’ensemble du site d'Aumonières, Marnotte a retrouvé de nombreuses traces du signe du Tau, symbole de l'ordre.

21 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit.

22 Guy serait le quatrième fils de Guillem VII et de Mathilde de Bourgogne.

23 Innocent III reconnaît à Guy, la qualité de fondateur et de premier maître de l'hôpital du lieu ; en 1198, il recommande cet établissement nouveau à la sollicitude de tous les évêques. Là, selon la teneur de sa bulle, les sept œuvres de miséricorde sont accomplies par le biais d'une large hospitalité ; « On donne à manger à ceux qui ont faim, à boire à ceux qui ont soif ; on reçoit les étrangers et on prend soin des malades ; on délivre les captifs, recueille les enfants et ensevelit les morts. » Pour satisfaire à ce dernier engagement enfin, il accorde au St-Esprit, sans préjudicier aux droits des églises voisines, le pouvoir d'ériger des chapelles et des cimetières.

24 ADD, 53 J, fonds du St-Esprit.

25 Castan (A.), “Notice sur l'hôpital du St-Esprit...”, Annuaire du Doubs, 1864, p. 162.

26 ADD, 53 JI 4a, cartulaire de Gray. Gauthier (J.), Notice historique sur l'hôpital du St-Esprit de Gray ; Mercier (A.-C.), Le cartulaire de l'hôpital du St-Esprit de Gray.

27 ADD, 53 J XXXIV. Eudes, seigneur de Chaussin, et son épouse Pétronille cèdent leur hôpital à celui du St-Esprit de Besançon. Ils émettent une réserve : si le cimetière de la localité est déplacé hors les murs, l’établissement doit y être transféré. Castan (BMBes., ms. 1859) évoque la fondation de Chaussin et s'appuie sur un mémoire du St-Esprit du lieu, rédigé vers 1767 par l'administrateur de l'hôpital. Rousset (A.), Dictionnaire... du Jura, art. Chaussin, t. 1, p. 500.

28 L'hôtel-Dieu dolois, situé à proximité de la voie romaine de Dole à Salins est mentionné pour la première fois dans une bulle d’Alexandre VI : l'« hôpital du St-Esprit du pont de Dole ». Il aurait été fondé vers 1134 par Rainaud, comte de Bourgogne.

29 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 368.

30 En 1303, Huguenin, seigneur de Châtillon-Guyotte obtient deux messes chantées dans la chapelle, contre les droits d’usage, pâturage et affouage dans ses bois de Châtillon.

31 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, Paris, p. 402.

32 Brune (abbé). Histoire... du St-Esprit, Paris, p. 175.

33 Chevalier (F.-F.), Mémoires historiques sur... Poligny, 1797, t. II, p. 138.

34 ADD, 53 J I 9a.

35 Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 175 et 377.

36 ADD, 53 JI 12. Frère Jean, convers de l'hôpital du St-Esprit de Besançon, au nom de Messire Pierre, recteur de cette maison, reconnaît avoir reçu de messire Renaut dit Sauvet, chanoine de Neuchâtel, recteur de l’hôpital de la ville, les meubles et immeubles déclarés dans l’acte, y compris les aumônes ajoutées par le recteur. L’hôpital possède cinq lits garnis, cinq coussins et une couverture de plume, deux chaudières, un coffre. Dans la chapelle, un calice d’argent quatre nappes d'autel, un vêtement garni. En 1380, un autre acte rappelle la dépendance existant entre l'hôpital de Neuchâtel et celui de Besançon. Le maître du St-Esprit et les bourgeois de la ville passent un traité au sujet de la construction d'un nouvel hôpital entre la ville et l'enceinte ; cet établissement demeurera sous la dépendance de celui de Besançon.

37 ADD, 53 J I 1.

38 ADD, 53 J XI 11. Pour l'hôpital de St-Julien, dont nous possédons l'acte de fondation, Jean de Chalon-Auxerre affirme : « Avons fondé certain hospital à l'honneur du Sainct Esperit, de la glorieuse Vierge Marie, pour le salut de mon ame et pour le salut aussi des ames de nous ancesseurs et successeurs en nostre ville de Sainct Julien... lequel hospital, nous mettons et submectons pour nous et nos successeurs a l'hospital du Sainct Esperit de Besançon, tellement que ledit recteur... soit tenu de mectre et constituer audit hospital de Sainct Julien, un prebstre portant l'habit de l'ordre... »

39 « Nous avons fait édifier et construire dans nos villes de Rochefort, Monnet, Orgelet, St-Julien et Arinthod... un hôpital.... » Certains sont déjà cités dans le testament d’Isabelle de Courtenay. Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit, p. 437.

40 D'après un extrait de la fondation : ADJ, 134 H. Cité également par Brune (abbé), Histoire... du St-Esprit.

41 Celui-ci ne jouit encore d’aucun revenu quand Ponce II d'Arlay, chevalier, et Guiette de Groson sa femme le dotent et l'installent dans leur maison et leur enclos situé près de la porte d'Aval. Leurs fils, Perrenet et Renaud, terminent leur œuvre en 1327 en abandonnant à cet établissement une maison et une vigne, mais surtout, en le remettant dans la dépendance de l'hôpital du St-Esprit de Besançon. Lettres de fondation de la maison du St-Esprit d'Arlay (12 mai 1327), ADJ, 126 H 1. Abry d'Arcier (B.), “Histoire... d'Arlay...”, p. 378.

42 ADJ, 126 H 1. Béatrice de Vienne lui octroie cent sous de rente assignés sur des terres situées à proximité de l'hôpital « pour les euvres de miséricorde qui se font et se feront a l'aide de Dieu et des bonnes gens ou temps advenir ». Elle prend d'ailleurs soin d’agrandir le patrimoine qui jouxte les locaux de l'hôpital.

43 ADJ, 126 H 1.

44 Fils de Renaut d'Arlay, un des fondateurs. Après avoir élu sa sépulture à l'hôpital, Oudet donne 15 livres pour son luminaire, 15 sous par an pour chanter son anniversaire et lègue enfin tous ses biens à son frère Jean, à condition que ce dernier respecte l'intégralité des clauses pieuses et caritatives insérées dans son testament. ADJ, 126 H 1, testament d'Oudet de Arlay. Voir aussi Abry d'Arcier (B.), “Histoire du Bourg d'Arlay...”, Société d'Emulation du Jura, 1881, p. 247-402.

45 La règle de l'ordre est particulièrement bien décrite par l'abbé Brune qui a consulté un manuscrit des archives de l'hôpital du St-Esprit à Rome. Brune (abbé), Histoire...du St-Esprit, p. 62.

46 AHSal., A 1, 1431. Au St-Sépulcre, comme au St-Esprit de Besançon, les excommuniés doivent céder leurs biens s'ils veulent être reçus à l'hôpital ; les pauvres doivent être confessés et recevoir les sacrements à l'entrée à l'hôpital.

Table des illustrations

Légende 1. — Implantation des principales maisons de Saint-Jean de Jérusalem
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende 2. — Hôpitaux et léproseries en Franche-Comté aux xive et xve siècles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search