Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

3. Pluralité et pluralisme

Enjeux anthropologiques du suicide médicalisé1

Anna C. Zielinska

Résumé

Le suicide va devenir avec le temps un moyen de plus en plus répandu pour s’approprier (en tant qu’individu et en tant que communauté) la fin de vie, tant dans le contexte des dernières étapes des maladies somatiques que, plus rarement, à des étapes plus étendues dans le temps de souffrance psychique. Et puisqu’il sera parfois inévitable, nous devons apprendre à l’accompagner et vivre avec l’idée qu’il se produira à un moment. Le déni du désir du suicide est délétère à la fois pour les derniers moments de la relation avec la personne qui le cherche, et pour la construction du travail de deuil – Amour de Haneke devrait alors servir de rappel constant.

Ce chapitre vise à examiner la multiplicité des contextes du suicide. Il sera d’abord question de quelques distinctions conceptuelles et historiques. Deux mythes seront ensuite traités : celui du suicide comme marquant le moment de lucidité extrême et celui qui le présente comme incarnant l’individualisme démesuré. Le texte se terminera par une réflexion sur la mort venant des personnes souffrant des troubles psychiatriques, et une invitation à développer un espace conceptuel pour penser et discuter le désir de mourir.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pluralité des suicides

La mort volontaire et auto-administrée, le suicide, est une notion qui couvre tellement de réalités différentes que nous devons nous habituer à l’apprivoiser. Elle peut concerner des situations tragiques et infiniment destructives, mais elle peut se référer aussi à des moments de paix et de libération. Elle ressemble en cela à une autre notion typiquement humaine et à potentiel très divers, l’amour. L’amour c’est tantôt une source de sens dans la vie de quelqu’un, tantôt une addiction ravageuse, et encore : parfois son absence ou l’incapacité de le ressentir rendent la vie dépourvue de sens.

De toute évidence, la plupart des suicides sont un signe de détresse, la manifestation d’un mal insupportable que l’entourage de la personne et la personne elle-même ont échoué à contenir. Ce n’est toutefois pas la seule vision de la fin de vie auto-infligée que l’on doit avoir, la tradition philosophique et littéraire montre bien d’autres pistes interprétatives. Le suicide...

Auteur

Maitresse de conférences à l’Université de Lorraine depuis 2017, membre des Archives Henri-Poincaré - Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST) et enseignante à Sciences Po Paris. Elle travaille sur la philosophie morale, la philosophie du droit et philosophie politique. Elle a publié notamment Textes-clés de métaéthique (Vrin 2013), ainsi que nombre d’articles consacrés à des questions de la philosophie du droit, philosophie politique, de l’éthique et de la politique dans le domaine du biomédical, et sur les limites épistémologiques et normatives de la bioéthique en tant que discipline. Ses recherches récentes portent sur la construction de la confiance dans des institutions biomédicales dans le contexte des normativités complexes qui interviennent sur ce champ, et en 2019 elle a co-organisé un colloque sur le suicide à l’Université de Tel Aviv. Elle mène un projet de longue durée sur l’intuitionnisme britannique, tant du point de vue de son histoire que de ses versions contemporaines.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search