Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

3. Pluralité et pluralisme

Au-delà du discours, face à la fin de vie

Normativités et singularité

Jean-Marc Mouillie

Résumé

La réflexion éthique invite à comprendre la relation de solidarité qu’est le soin dans un horizon de tolérance où nul ne peut prétendre savoir et dire ce que doit être la vie humaine, comment il faut vivre et mourir. Cette exigence démocratique et relationnelle fait reconnaître qu’il n’y a pas « la » fin de vie, mais uniquement « des » fins de vie, uniquement un « nous pluriel » et des situations singulières. Comment articuler cette reconnaissance des singularités à la recherche d’une entente normative immanente au soin ? Qu’est-il permis de dire, selon quel mandat collectif, pour orienter les décisions en fin de vie relativement à la pluralité des existants ? Cette question est celle du titre de la parole : qui peut parler, au nom de quoi, de la fin de vie de l’autre ? Quel lien de solidarité le respect du pluralisme moral peut-il ici concevoir, partager, et garantir ? La critériologie de la réflexion éthique ne pouvant emprunter ni à la démonstration scientifique, ni à la convention légale, ni aux rapports d’autorité, ni à l’émotivisme, c’est à la lumière des exigences normatives du soin qu’elle se tourne vers la discussion et les attentions créatrices d’entente. Réinscrire la fin d’une vie dans le lien des vivants ne signifie pas sortir des normes, ce qui est illusoire, mais les ouvrir à l’ordre du préférable partageable.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mort pensée et parlée, la mort imaginée et représentée, la mort objet de rites, de règles, de normes, de défenses psychiques, n’est pas la mort dont l’événement, au delà du discours, se rapproche cycliquement de notre existence lorsqu’elle frappe ceux que nous connaissons, puis vient un jour happer notre propre vie. Ce qui met la mort dans l’horizon de l’existence autant que l’existence dans l’horizon de la mort est le fait de la mort. J’en ai l’expérience à partir de la mort d’autrui et, secondairement, de celle des êtres vivants. La mort que je vois se produire confronte au caractère fragile et éphémère de l’existence, à la disparition de l’autre, et m’annonce, progressivement, dès la petite enfance, son caractère universel pour les vivants et l’inéluctabilité de la mienne2. Mais la mort est une pensée qui tourne court. Vladimir Jankélévitch marque le problème : « Il n’y a rien à savoir dans la mort (…) rien à penser sur la mort », l’esprit qui se tourne vers elle est vide car ...

Auteur

Maître de conférences HDR en philosophie, université d’Angers, Faculté de Santé, Centre International d’Étude de la Philosophie Française Contemporaine, République des savoirs (USR 3608, ENS-CNRS-Collège de France).
Adresse électronique :

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search