Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

1. La condition médicale de la fin de vie

Quelle santé et quelle autonomie à la fin de la vie ?

Ressources philosophiques pour une approche plurielle de la santé

Agathe Camus

Résumé

Ce chapitre s’intéresse aux prises en charges hospitalières qui adviennent à la fin de la vie, au cours desquelles des décisions médicales sont prises, et les personnes âgées et très âgées souvent catégorisées à l’aune de normes de santé et d’autonomie dont il s’agit de questionner le sens et la portée. Pour ce faire, il s’appuie sur un matériau empirique récolté lors d’observations de terrain en service hospitalier de médecine interne et déploie une interrogation philosophique qui s’attache à penser des formes de santé et d’autonomie(s) qui demeurent malgré la fragilité, la dépendance et la maladie. S’appuyant, en outre, sur la mise en dialogue des conceptions des états de santé et de maladie de Georges Canguilhem et de Kurt Goldstein, il fait émerger une proposition conceptuelle : celle de penser une forme de « latitude de vie » qui demeure malgré la fragilité et/ou la pathologie.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec le vieillissement des populations, la part des maladies chroniques liées à l’avancée en âge, des maladies dégénératives telles que les cancers, des maladies cardiovasculaires ou encore des maladies neurodégénératives augmente. Il n’est pas rare, en outre, que les personnes âgées et très âgées2 présentent plusieurs maladies simultanées – on parle alors de situations de polypathologie ou de multimorbidité3. Dans ce contexte, la fin de la vie – que l’on distingue ici de la « fin de vie » entendue au sens clinique du terme4, s’avère être une période de l’existence marquée par une médicalisation croissante et, bien souvent, par des hospitalisations à répétition. Dans le cadre de ce chapitre, nous nous intéresserons spécifiquement aux prises en charges hospitalières qui adviennent à la fin de la vie, à l’occasion d’épisodes de crise ou de pathologies intercurrentes, dans le contexte d’états pathologiques chroniques. Lors de ces prises en charge, des décisions médicales sont prises, e...

Auteur

Docteure en philosophie de la médecine de l’Université de Paris et post-doctorante en éthique et en philosophie à l’ENS de Lyon, au laboratoire Triangle (UMR 5206). Ses recherches concernent notamment les parcours de soin et les prises en charges médicales, mais aussi l’expérience vécue et l’aspiration à vivre une vie « ordinaire » dans le contexte d’« états pathologiques chroniques » (maladies chroniques ; polypathologies et fragilité gériatrique ; séquelles de cancers pédiatriques). Elles s’inscrivent dans une approche de philosophie empirique ou « de terrain » et reposent sur des collaborations avec des services hospitaliers, des équipes de recherche médicale, ainsi que sur des enquêtes qualitatives menées auprès de patients chroniques. Elle est également chargée de cours auprès d’étudiants en santé (médecine, pharmacie).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search