Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et événement

 | 
Jacques Guilhaumou

Postface

La connexion empirique entre la réalité et le discours. Sujet, cognition, langage (Sieyès)1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette postface a été publiée dans la revue électronique marges-linguistique (...)
  • 2 Notre ouvrage (2002), précise le contexte intellectuel de ce trajet singulier.

1Dans une ultime réflexion, nous nous aventurons, non sans risque, dans un débat sur la nature des faits linguistiques à partir de publications récentes qui mettent en valeur « un retour à Saussure » et aussi d’autres ouvrages récents posant aux linguistes des questions autres. Cette ultime démarche nous permet ainsi de préciser l’enjeu cognitif de notre recherche avancée sur Sieyès et l’ordre de la langue2 dans la lignée des réflexions du présent ouvrage.

  • 3 Voir Guilhaumou, Maldidier, Robin, 1994.

2Par ailleurs, nous souhaitons ainsi associer, et de manière consubstantielle, à la réflexion linguistique la question ontologique de la formation de la langue et le problème du statut linguistique de la description herméneutique du langage. Notre pari personnel d’historien linguiste est d’intégrer, dans un trajet de réflexion linguistique, tant une part particulièrement abstraite sur la métaphysique du langage, qu’une dimension empirique, historique et concrète sans négliger pour autant la matérialité propre de la langue abordée dans nos travaux antérieurs3.

  • 4 Ce n’est donc pas un hasard si l’expression d’« événements linguistiques » est présente dans la réc (...)

3Nous prenons comme point de départ le récent « retour à Saussure », et ce qu’il révèle des limites explicatives d’une approche rationaliste usuelle du fait de langue au sein même de « la linguistique » qualifiée ici dans sa typification générique, et non dans ses études concrètes. Mais notre objectif demeure la caractérisation d’un fait linguistique sur le versant, généralement éloigné des préoccupations des linguistes, d’une histoire sémantique des concepts étendue à l’histoire des événements linguistiques4. Nous souhaitons donc approfondir, en matière de phénomènes linguistiques, la présentation que nous venons de faire d’une histoire langagière des concepts désormais associée au champ de la recherche française en histoire linguistique.

A- Le « retour à Saussure »5

Un bonheur de sources

  • 6 Voir Claudine Normand (2000).

4Le « retour à Saussure » mêle désormais de façon inextricable le rappel des idées de Saussure6 connues depuis la première édition du Cours de linguistique générale (CLG) en 1915 par Charles Bally et Albert Sechehaye, et l’apport de textes manuscrits longtemps inédits, mais désormais disponibles (Saussure, 2002) grâce aux travaux pionniers de Rudolf Engler et Simon Bouquet dans un volume intitulé Écrits de linguistique générale (ELG).

  • 7 Et de surcroît ceux de Sieyès (Fauré éd., 1999).

5Il convient d’abord d’écarter l’idée que la publication de manuscrits inédits relève généralement d’un simple exercice philologique à valeur de complément, voire de correction, aux écrits antérieurement publiés. Les manuscrits de Saussure7 ne s’inscrivent pas dans la lignée d’une pensée « achevée », et connue depuis le Cours de linguistique générale. Selon l’heureuse expression de François Rastier (2002), dans sa contribution au récent Cahiers de l’Herne sur Saussure, la lecture des écrits saussuriens posthumes suppose « une herméneutique de l’esquisse manuscrite » qui nous ouvre à la connaissance d’un corpus d’énoncés ayant valeur d’états possibles d’une pensée d’un égal intérêt et non réductibles à une théorie « finale ». Il n’en reste pas moins qu’une lecture de l’ensemble du Cours de linguistique générale, soit dans sa cohérence propre, soit en matière d’ontologie du signe, et présentement dans une perspective nominaliste avec André Huglo (2002), s’avère tout aussi indispensable.

6Dans cet ensemble de textes saussuriens, particulièrement enchevêtré, il n’est pas sans intérêt de distinguer, ainsi que le fait Simon Bouquet (1997), trois champs de savoir : en premier lieu une réflexion sur les principes, les conditions de possibilité d’une science de la langue, sous la modalité d’une épistémologie de la grammaire comparée ; en second lieu une réflexion prospective sur une discipline à venir, sous la forme d’un pari épistémologique relatif à l’importance de la linguistique ; en troisième lieu, une réflexion sur le fait même de la signification linguistique dans la perspective d’une métaphysique du langage.

7L’apport le plus original de cette réflexion sur la pensée de Saussure nous semble provenir essentiellement de la mise à jour d’une relation nouvelle entre l’épistémologie de la linguistique et sa métaphysique propre. À condition bien sûr d’en finir avec toute approche substantialiste du sujet parlant, donc avec toute considération dualiste sur le lien entre la pensée et le langage et aussi avec tout lien représentationnel entre la langue comme système de signes et « les rapports véritables entre les choses ». Nous pouvons alors suivre, avec un grand bonheur de lecture, la façon dont Saussure montre que « la langue s’avance et se meut à l’aide de la formidable marche de ses catégories négatives, véritablement dégagées de tout fait concret » (ELG, 76).

8Précisons plus avant ce qu’il en est, pour Saussure, du fait qu’un signe n’est limité que négativement, par la présence même d’autres signes.

Le caractère social de la langue

9Après avoir écrit que « la langue est formée par un certain nombre d’objets extérieurs que l’esprit utilise comme signes » (ELG, 213), ce linguiste rend compte de ce qu’il en est de la double existence du signe, présent à la fois dans l’esprit et dans la vie matérielle :

  • D’une part, le signe existe, hors de l’historicité des formes, par association faite par l’esprit avec une idée, sans pour autant correspondre à une unité mentale, à un terme déterminé a priori dans son contenu. Du point de vue de l’existence mécanique des signes, Saussure peut ainsi affirmer qu'« il n’y a rien de commun, dans l’esprit, entre un signe et ce qu’il signifie » (ELG, 20). Cette première existence du signe renvoie à « la faculté de notre esprit de s’attacher à un terme en soi nul » (ELG, 109).

  • D’autre part, le signe, appréhendé dans son déploiement historique, est tout autant dénué de signification a priori parce qu’il n’est pas délimité en soi. Si « toute chose matérielle est pour nous un signe » (ELG, 115), donc si « le langage existe hors de nous et de l’esprit » (ELG, 64), l’objet matériel n’existe pas, pour le linguiste, comme une chose en soi. Le signe est partie d’une somme de signes, il n’est, dans cette seconde existence matérielle, que la résultante de différences, et d’oppositions.

10Dans les deux cas, la présentation des signes est purement négative : il n’y a pas d'« êtres linguistiques donnés en soi », donc de termes positifs, mais que des différences entre les signes issues de la combinaison de la forme et du sens perçu. Saussure en conclut que « la langue ne s’alimente dans son essence que d’oppositions, d’un ensemble de valeurs parfaitement négatives » (ELG, 71).

11D’autre formules, en particulier « la langue est sociale, ou bien n’existe pas » (ELG, 298), « la langue court entre les hommes, elle est sociale » (ELG, 94), et une note courte, mais fort suggestive sur le discours (ELG, 275) nous interpelle de façon concomitante sur le langage comme institution humaine, mais d’un genre particulier : il s’agit en effet d'« une institution pure sans analogue » (ELG, 211), par son absence de fondation sur un principe final inscrit dans l’ordre naturel des choses et son lien à un principe « primitif » et unique condensé dans l’expression « la langue est un système de signes », par « le pur fait négatif de l’opposition des valeurs » (ELG, 77).

12Ainsi, Saussure situe le surgissement individuel dans le circuit de la parole, du fait que « toute la langue entre d’abord dans notre esprit par le discursif ». Il parle alors de « langue discursive », donc de ce qui la caractérise, le discursif (ELG, 117-118). Il aborde ainsi la sphère du langage où règne « le tourbillon des signes » dans l’histoire, donc singularise ce qui la constitue, le lien social. Dans la langue, le discursif et le social ne sont pas des réalités distinctes : ils sont deux manières de caractériser la même chose, le système de signes constitutif de la langue. Le signe existe à la fois dans notre esprit et par le lien social du fait même de la constitution de la langue.

13Le fait social de la langue existe, un donné linguistique est attesté dans la combinaison sociale de la diversité mécanique des idées et de la diversité organique des signes (ELG, 51). Ce qui importe donc, en matière d’identité linguistique, c’est l’appréhension conjointe de la diversité et de l’unité de la langue, dans son déploiement historique, c’est-à-dire l’association d’éléments hétérogènes, par l’union d’une diversité de faits de langue dans un fait linguistique complexe (ELG, 18). Certes les signes sont abandonnés à leur vie matérielle, sociale, faute de connexité naturelle entre un terme et une idée. Mais du chaos de la diversité des signes et des idées, de l’accidentalité des faits linguistiques sort, par le seul fait du rapport, l’identité sociale de la langue. La langue fait lien social : l’ordre de la langue et l’ordre social sont les deux faces d’une même réalité.

14De l’approche de la langue en tant qu’institution sociale ressort en fin de compte l’existence d’événements linguistiques, selon la propre expression de Saussure, qu’il définit de la façon suivante : « Toute langue a en elle-même une histoire qui se déroule perpétuellement, qui est faite d’une succession d’événements linguistiques, lesquels n’ont point eu de retentissement au-dehors et n’ont jamais été inscrits par le célèbre burin de l’histoire » (ELG, 150).

Une perspective nominaliste

15Alors, la spécificité de l’espace/temps de l’intercommunication humaine, marquée par le caractère empirique de la langue, consiste dans la présence en son sein de singularités événementielles sous la double conjonction de l’existence de quelque chose, la langue, et du dit de quelqu’un, le sujet parlant. Cette événementialisation « originaire » de la langue relève d’un « ensemble vide » de significations, mais qui désigne ce qui peut être dit dans le discours, donc pose ses conditions de possibilité. Ainsi il convient de particulariser « les événements de langue », qui n’ont d’autre effet que de modifier un état de langue – nous disons plutôt un état d’hyperlangue en référence à l’espace/temps de communication – et non « les systèmes de la langue » élaborés par le linguiste. Ces événements ont la particularité de constituer les éléments de la langue empirique dans un espace/temps de communication, mais pour autant, ils ne réalisent que des éléments « isolés » de la langue, des singularités distinctes des actes de discours qu’elles engendrent. Ainsi Saussure précise, dans sa note sur le discours, que « la langue ne fait préalablement que réaliser des concepts isolés, qui attendent d’être mis en rapport entre eux pour qu’il y ait signification de pensée » (ELG, 275) : le discours est alors ce lieu où l’individu humain peut et doit donner une signification, dans son rapport à un autre individu, à ce quelque chose qui existe au sein des unités « primitives » de la langue.

16La lecture nominaliste du Cours de linguistique générale, proposée par André Huglo (2002), précise ce qu’il en est d’un tel renouvellement saussurien de la perspective ontologique sur la signification linguistique. Soucieux de montrer la relation, au sein de la « théorie » saussurienne, entre une conception essentiellement négative de la valeur linguistique et une théorie de la référence, André Huglo fait un long détour par la théorie ockhamiste du signe. Certes Saussure ne conserve pas le nominisme naturaliste d’Ockham, mais il n’en rejette pas pour autant une approche nominaliste du signe et de ce qu’il signifie, dans son souci très philosophique d’articuler l’épistémologie de la linguistique et la métaphysique du langage, par une sorte de requalification de la métaphysique au contact de la connaissance scientifique de la langue.

17Le point de vue nominaliste considère en effet l’existence des seules entités individuelles : il évite ainsi la confusion entre les êtres du discours et les êtres-objets et introduit de même un principe d’économie des signes, base d’une réflexion critique sur la multiplication d’entités sans nécessité, soit de manière substantialiste, soit de manière dualiste. Saussure en retient l’existence des seules entités concrètes de la langue, signes à double face (signifiant/signifié) construits et reconstruits en permanence par les sujets parlants. D’une part « ce qu’on nomme signifié d’un signe n’est qu’une façon de parler, une manière particulière et arbitraire de signifier, et de pouvoir supposer personnellement pour quelque chose de non linguistique » (Huglo, 2002, 297), d’autre part « le signifiant n’est pas une entité réellement distincte de la phonie, mais d’une certaine façon de l’entendre, en se focalisant sur certains traits déterminés de celle-ci, en fonction d’une tradition arbitraire » (id., 317).

18Ainsi le rapport signifiant/signifié est (re)construit en permanence par les manières de parler des sujets de la langue tant dans la production des signes que dans leur interprétation. Saussure insiste bien sur le principe nominaliste de distinction entre les unités discernables de la langue : « les signes n’ont d’autre mission, essence, que d’être distincts » (ELG, 263). Il considère donc que tout terme de la langue tient lieu de quelque chose qui n’est pas de l’ordre du discours, mais sans préjuger de quelle sorte de chose il s’agit, seul le discours pouvant donner une signification à cette chose.

19D’une certaine manière, la dé-ontologisation de la linguistique, marquée par l’insistance saussurienne sur la valeur différentielle des signes, s’accompagne d’une ré-ontologisation, de nature foncièrement nominaliste, qui requalifie ainsi la métaphysique du langage au plus près de l’épistémologie de la linguistique. Nous sommes ici fort éloigné de la figure structuraliste de Saussure.

B- La réalité de la langue empirique

Les limites du rationalisme « linguistique »

20Dans la perspective structuraliste d’obédience saussurienne, la langue devient objet de connaissance si elle fait système par la délimitation d’unités linguistiques : la linguistique est une science qui ne retient comme propriétés descriptibles que des propriétés différentielles. La langue demeure bien sûr un fait social, plus précisément « un produit social de la faculté du langage » (Saussure). Mais elle n’est pas vraiment prise en compte dans son ordre externe, c’est-à-dire en tant qu’ensemble de singularités linguistiques où se déploient les moyens par lesquels les hommes d’une communauté donnée se comprennent. C’est pourquoi le linguiste structuraliste n’accordait pas une importante suffisante à la matière historique des objets linguistiques

21Mettant souvent entre parenthèse le lien immédiat de la langue au monde, la relation directe du discours à la réalité, ce linguiste s’intéressait d’abord à la langue comme système de signes, à son ordre interne. Il constituait donc un observatoire autonome de la langue lui permettant de conférer le statut de fait linguistique à une unité syntaxique, lexicale, sémantique, sémiologique. Il n’abordait le fait discursif « brut » que par homologie avec le fait linguistique « construit ». En résumé, le langage est considéré, de ce point de vue structuraliste, seulement comme un fait brut manifestant l’existence d’êtres parlants, donc situé hors de l’objet de « la linguistique ». Le linguiste s’en tient alors « au fait que ce que parle un être parlant mérite le nom de langue » (Milner, 1989, 44) dans la mesure où les langues ne sont l’objet de « la linguistique » qu’en tant qu’elles sont descriptibles en terme de propriétés différentielles, donc rationnelles.

22Un tel rationalisme « linguistique » présente le danger d’introduire l’idée d’un caractère transcendental des langues naturelles, ce qui revient à affirmer l’existence d’universaux substantiels en matière de langue (Auroux, 1998, 124). Ce risque existe aussi dans un domaine de la linguistique, la lexicologie, pourtant confronté en permanence aux usages empiriques.

23Prenons le cas du lexicologue. Alain Rey, dans son étude devenue classique sur « Révolution ». Histoire d’un mot, précise que « le signe lexical est un objet transcendant et transitoire, spécifique dans sa transcendance par rapport à toute mise en discours » (1989, p. 11). Il s’agit de construire une position d’observateur au sein des langues naturelles dans le but d’établir le statut lexicologique du mot, c’est-à-dire sa réalité comme fait lexical. Le linguiste parle alors d’unité lexicale pour désigner un ensemble de propriétés phonologiques, morphologiques, syntaxiques, sémantiques et pragmatiques (Collinot, Mazière, 1999). Ainsi les mots-occurrences, c’est-à-dire les formes signifiantes, peuvent être l’objet d’un inventaire, et donc rendre compte de structures stables et valides du vocabulaire. Amplifiant cette perspective, tout en la nuançant, Roland Eluerd (2000) parle du mot comme d’« un complexe de faits » pour cerner son statut lexicologique : faits certes systématisables, mais ne pouvant être décrits que dans des pratiques, des transactions et des négociations, ajoute-t-il. Cependant il met en garde le lexicologue à l’encontre d’une rationalisation systématique des faits de lexique, qui risquerait de transformer les unités lexicales trop strictement délimitées en universaux substantiels. À ce titre, l’unité lexicale en tant que fait linguistique n’est pas postulée, mais construite dans la mesure où le mot se met lui-même en usage selon diverses déclinaisons pragmatiques : le domaine d’usage, l’unité d’usage, les pratiques signifiantes de l’usage, etc. De même le potentiel lexical d’une langue à un moment donné procède des ressources du langage lui-même, et n’est donc pas la résultante d’un sens prédictible d’une unité lexicale définie a priori.

24Le travail du linguiste-lexicologue consiste donc ici à inventorier les mots sur la base de propriétés identifiables, c’est-à-dire en leur donnant une juste place dans la description de la langue. C’est généralement dans ce cadre rationaliste que le fait linguistique est caractérisé : il est rapporté à des unités linguistiques qui n’existent que dans leurs relations, leurs valeurs et leurs différences. Faut-il donc vraiment considérer que le fait en langue n’existe qu’une fois que le fonctionnement de la langue a été décrit par le linguiste comme un système de signes, et qu’il en est de même, par homologie, pour le fait de discours ?

L’héritage analytique…

25Nous souhaitons montrer que la description des formes de l’écriture lexicographique peut procéder, à une époque donnée, d’un sujet (politique) de la langue, donc identifiable dans une historicité déterminée. Il s’agit présentement de Sieyès néologue dans les années 1780, inventeur des notions de « socialisme » et de « sociologie » en français, porteur de l’expression fondatrice de la démocratie moderne, « L’Assemblée nationale ». Sieyès se définit comme le spectateur-philosophe de ce que doit être la meilleure des sociétés possibles : il prépare le terrain à l’avènement de la figure du législateur et de sa « langue propre » (Guilhaumou, 2002b). À ce titre, il dispose de deux instruments linguaux, le tableau analytique et l’invention colingue.

26La passion analytique de Sieyès, partagée avec nombre de ses contemporains, l’amène à préférer la surface de la feuille à la linéarité de l’écriture lorsqu’il présente son analyse sous la forme d’un tableau, c’est-à-dire selon une construction systématique de divisions, avec leur effet de cohérence propre. Ainsi en est-il de la première apparition en français de sociologie et socialisme dans un tableau de divisions de mots où Sieyès s’efforce de circonscrire ce qu’il en est de l’art social (Branca, Guilhaumou, 2003). Quant au colinguisme (Balibar, 1993), il permet de suivre, ici essentiellement du latin vers le français, comment la charge sémantique des mots se modifie et s’accroît quand ils passent d’un espace de communication à un autre, se mettant alors à prendre un sens nouveau. Ainsi en est-il sur une base co-lingue franco-anglo-latine du nouveau signifiant révolutionnaire d’Assemblée nationale (Balibar, 1985) mis en place au cours des événements majeurs de 1789 (Guilhaumou, 1998b).

27La permanence de l’exercice néologique chez Sieyès au moment où il invente en 1789 « la nouvelle langue politique » est donc un autre exemple de l’existence du langage sous forme d’événements, donc sur la part décisive des singularités de l’expérience humaine dans la formation de la langue française. Nous revenons donc une fois encore à notre choix empiriste, de nature foncièrement historique, en matière d’appréhension des faits linguistiques. Perspective que nous précisons présentement autour du problème de la « connexion empirique entre la réalité et le discours », formule empruntée à l’histoire langagière des concepts, et plus particulièrement à Koselleck (1997).

  • 8 Ce « rationalisme minimum », selon l’expression de Sylvain Auroux (1998, 125), se différencie d’un (...)

28Bien sûr, Il n’est pas question de contester le bien-fondé scientifique de la rationalité de « la linguistique » exprimée à travers des assertions générales, rationnelles, sur la langue8. Mais ces assertions se limitent, de notre point de vue, à la simple intentionnalité du linguiste, à son désir de produire des objets notionnels adéquats à sa conception du fait en linguistique. Elles ne peuvent être étendues, donc assimilées à la production d’une faculté universelle et sociale du langage.

… du côté de la langue empirique

29En effet, il importe de circonscrire prioritairement une réalité incontournable, la langue empirique pour pouvoir appréhender les faits linguistiques dans leur dimension empirique, cognitive et historique. L’existence de la langue empirique renvoie à des blocs de réalité, au sein du continuum de l’espace-temps, irréductibles à un seul système de propositions générales ; elle procède d’éléments linguistiques appréhendables dans leurs relations spatio-temporelles, c’est-à-dire déterminées par un espace d’intercommunication. La langue empirique est bien un ensemble de concepts empiriques au sens kantien (voir ci-après), une série de schèmes de l’abstraction appliqués aux données sensibles, donc aptes à produire des figures du sujet de la langue dans l’activité même de l’imagination. Elle est aussi une configuration de concepts-mots, de réalités abstraites, mais déterminées par des pratiques langagières historiquement attestées. En son sein, d’un bloc de réalité à l’autre, il est affaire de comparaison, de réflexion, d’abstraction, de figuration, etc. sur la base du matériel empirique disponible. En d’autres termes, la langue empirique est composée d’états et de sujets cognitifs fixant le possible en langue et donnant des instructions qui permettent aux sujets de la communication discursive de s’identifier au sein de telle ou telle pratique langagière. Les figures successives du spectateur-philosophe, de l’écrivain patriote, du législateur-philosophe et du philosophe analyste que nous allons voir se déployer dans le trajet de Sieyès, certes sous la constance de son nom propre, attestent, par leur présence, d’une diversité expressive au sein de la quête unitaire d’une « langue bien faite » (Condillac), qu’il s’agisse de la langue abstraite de l’observateur-philosophe, de la langue métaphorique de l’écrivain patriote, de la langue propre du législateur et enfin de la langue analytique du métaphysicien politique. Ces variations de « la langue bien faite » sont autant d’éléments de la langue empirique imposés au 18e siècle contre « l’abus des mots » au titre du contrôle sémiotique de l’expérience humaine.

30La réalité de la langue empirique répond à la question qu’est-ce qui existe en matière de langage ? La réponse est formulable de la façon suivante : « le langage c’est un ordre de réalités qui a des propriétés propres et irréductibles » (Auroux 1998, 115) Il n’existe donc pas un ordre séparé du langage, et encore moins une faculté humaine spécifique pour le langage : « le monde fait partie de la définition du langage » donc « le langage appartient irréductiblement à l’ordre des réalités » (ibid., 294). D’où notre reformulation de la question : comment le langage est-il connecté au monde ? Qu’en est-il de la connexion empirique entre la réalité et le discours ? C’est ainsi que nous pouvons identifier, dans certaines portions de l’espace/temps constitutif de cet ordre de la réalité extérieure, des sujets dotés de certaines capacités linguistiques développés à l’aide de divers outils linguistiques. À ce titre, l’intercommunication humaine remplit l’espace/temps de toutes sortes d’objets linguistiques, et prioritairement des sujets de la langue. Le linguiste stricto sensu les situe généralement dans un état de langue, et s’efforce alors, de son observatoire, de les appréhender comme des faits en langue. Il n’en reste pas moins que ces sujets/objets de la langue empirique apparaissent d’abord comme des événements irréductibles à une représentation ordonnée de l’état des choses sous la forme d’un classement de faits. Ontologiquement, il existe une réalité hors des représentations linguistiques (Searle, 1998). À ce titre, la langue participe de la même réalité que tout objet inscrit dans l’espace/temps, tout en régulant ce qui permet la communication entre les hommes.

31C’est donc dans la connexion empirique entre la réalité et le discours que se mettent en place les données fondatrices de la langue. En d’autres termes, la langue participe, nous semble-t-il, d’un ordre des réalités d’essence historique et empirique. La connaissance de la langue ne peut échapper à sa dimension ontologique (dans l’activité de l’homme, quelque chose de nature historique et empirique nous pousse à produire des signes) et à son fondement matérialiste (le monde sensible, la vie, la réalité sont autant de données matérielles qui infléchissent en permanence le cours de l’activité langagière). Ainsi, nous pouvons parcourir plusieurs lignes de connexion empirique entre la réalité et le discours, en nous appuyant sur l’apport de plusieurs travaux récents.

C- La redescription ontologique du fait linguistique : de Sieyès à Humboldt

Le schématisme en position ontologique

32L’abord des faits linguistiques dans la perspective de la langue empirique pose la question, au-delà du problème de la matérialité du langage, de leur dimension ontologique. À ce titre, l’ouvrage d’Umberto Eco (1999) sur Kant et l’ornithorynque est d’un apport particulièrement précieux. Dans ce livre de sémiotique discursive, il est question de l’univers comme d’un continuum. À l’intérieur de ce continuum s’activent des états issus d’opérations relatives à la multiplicité de l’être, à sa réalité ontologique : états cognitifs constituant en quelque sorte des blocs résistants à toute tentative de segmenter le continuum à l’aide d’un seul système rationnel de propositions générales. Ainsi des instructions d’essence empirique, historique et ontologique délimitent les possibles, constituent une chaîne d’interprétants prise dans l’intercommunication humaine.

33À ce titre, Eco s’intéresse aux types cognitifs et aux contenus nucléaires qui inscrivent dans cet espace/temps des modalités de reconnaissance et des règles d’inférence du processus médiateur de construction conceptuelle des données perceptives à l’aide de signes. La démarche sémiotique de l’auteur se décompose alors en plusieurs étapes : à l’expérience perceptive inaugurale succède une relation de l’objet particulier à une image générale, donc un type cognitif appréhendé dans le cadre du schématisme kantien. Puis la chaîne d’interprétants détermine un contenu nucléaire, c’est-à-dire la signification sociale de l’objet interprété.

34Ainsi Eco peut-il distinguer les instructions qui permettent d’identifier un référent de l’acte de référence proprement dit. Dans cet acte d’identification, un élément du contenu nucléaire, exprimé par exemple à l’aide d’un mot, prouve l’existence d’un type cognitif, s’avère donc une interprétation d’une modalité procédurale de ce type cognitif. Avant toute expression d’un contenu, aussi primitif soit-il, il convient donc de s’intéresser à la manière de nommer et de se référer avec succès à l’aide de types cognitifs intersubjectivement partagés, pour lesquels il n’est pas important de savoir ce qu’ils sont et où ils sont, mais il importe plutôt de dire qui ils sont.

35Nous sommes alors immergés dans l’univers des types et des contenus spécifiques d’un quelque chose qui produit le sens avant toute détermination d’un signifié. De cette caractérisation initiale des états cognitifs du continuum avant toute articulation significative résulte une attention première à « l’horizon infini de ce qui est », donc à « tout ce qu’on peut faire l’expérience, tout ce qu’on peut dire, qu’on peut penser », bref à l’horizon régulateur des possibles inscrits dans la pluralité même de l’être.

36Reprenant la théorie kantienne du schématisme (Makowiak, 2000), Eco précise que c’est l’imagination qui permet à l’entendement de produire un concept à partir de l’intuition sensible. Le propre du schème consiste dans la formation du général par le particulier sans passer par une règle déjà posée. Il relève alors d’un jugement réfléchissant où la règle apparaît dans le seul fait de subsumer le général par le particulier, certes sous la condition a priori de l’existence intersubjective d’un sens commun. Déterminer les règles qui président à la connaissance de l’unité du divers consiste alors dans l’art de présenter le particulier dans l’universel de la loi par le seul fait de sa réflexivité.

37Dans les termes du sémioticien, le schème est alors l’élément médiateur par excellence entre le jugement perceptif et la faculté de connaître. Dispositif cognitif en appui sur la diversité de l’expérience sensible, il fournit des instructions susceptibles de négocier en permanence la traduction de cette expérience dans des concepts. Associé à la capacité synthétique de la faculté d’imagination, il se présente sous forme d’états régulateurs, donc aptes à ouvrir la connaissance à l’ensemble des possibles. Il met en évidence les relations spatio-temporelles susceptibles d’accueillir une forme, la rapporter à un type dynamique, en identifier la position référentielle dans la production du signe avant toute détermination stable d’un signifié. Bref, le schème exhibe quelque chose/quelqu’un qui produit le sens sur la base d’une réalité motivée, qu’il s’agisse d’un besoin de vérité et/ou de besoins sociaux, donc incontournable.

Le « nom de Sieyès »

38Nous pouvons alors associer la réflexion d’Umberto Eco à l’analyse du nom propre de Sieyès (Guilhaumou, 2000b). Nous nous retrouvons ainsi, en 1794, à la jonction d’une autobiographie publiée à la troisième personne (la Notice sur la Vie de Sieyès), donc sous couvert de l’anonymat, et de figures d’interprétants (l’observateur-philosophe, le législateur, l’écrivain patriote, le philosophe analyste) qui parcourent ses manuscrits personnels.

  • 9 Nous n’entrons pas ici dans le débat sur la pertinence de la position de Kripke, telle qu’il a été (...)

39De fait, en entamant ce « récit purement historique » par un acte de baptême – « Emmanuel-Joseph Sieyès est né à Fréjus, département du Var, le 3 mai 1748 » – la Notice nous confronte d’emblée à un nom propre, Sieyès, désignateur rigide pour l’ensemble des mondes où il évolue au cours de son existence. Si nous suivons le linguiste Kripke (1982), le nom propre n’est pas déterminé a priori par des traits singularisants, des propriétés identifiantes qui lui donneraient une signification préalable : il est initialement, en quelque sorte, « vide de sens ». Développer une ontologie de la référence équivaut alors à définir le référent d’un nom propre, quelle que soit la description qu’on lui assigne, par rapport à quelqu’un baptisé à un moment donné et qui, en deçà des propriétés qu’on lui assigne, restera ce quelqu’un9.

40Dans cette perspective, nous considérons que le nom propre Sieyès est d’abord intelligible comme fait linguistique par un acte d’identification et de reconnaissance, avant même que son signifié déploie son contenu social à partir d’une série d’expressions attestées dans le fil du discours. Qui plus est, par l’association de son archive personnelle, la signification terminale du « nom de Sieyès » se construit certes au-delà de l’acte de référence associé à sa désignation rigide, mais aussi en deçà de sa description dans un récit, là où la présence de figures cognitives atteste du trajet de sa référence externe à sa narration interne.

41Ainsi, du référent cognitif au contenu social, un ensemble de figures d’interprétants médiatise le signe du nom propre, le fait passer de son identification perceptive, empirique à sa reconnaissance abstraite au sein de l’interaction sociale. S’il est convenu de définir l’univers de l’interprétant d’un signe (Pierce, 1978) comme le lieu où se déploient les effets propres des signes, il importe aussi de considérer que l’interprétant ajoute à la valeur référentielle inaugurale du nom propre, son acte de baptême, quelque chose ou quelqu’un qui en autorise la reconnaissance, un type issu de son dictionnaire personnel. Mais de quelle nature langagière est ce type ? À quel interprétant renvoie-t-il ?

Vers une sémiotique cognitive….

42C’est là où intervient l’archive personnelle de Sieyès en cours de publication (Fauré éd., 1999). Nous y trouvons, à chaque étape du trajet de sa vie politique, une figure archétypale, un sujet cognitif à valeur d’interprétant qui donne au nom propre Sieyès une dimension référentielle forte avant même son déploiement dans le récit de sa conduite politique. Ainsi existe-t-il toujours, dans le trajet narratif, un quelqu’un à qui ce nom propre s’identifie, donc qui précède la description même du Sieyès impliqué dans le cours des choses, un quelqu’un qui produit les effets discursifs associés au signe propre de Sieyès. Ce quelqu’un tient sa constance de sa capacité à médiatiser en permanence l’appréhension abstraite de la donnée sensible. Il permet donc la construction d’un schème interprétatif, d’une règle régulatrice des possibles là où Sieyès s’efforce de penser un objet encore inconnu avant 1789, « la science politique », et dont les effets seront considérables à partir de 1789 avec la formation de « la nouvelle langue politique » dans « l’histoire de la révolution ».

43Une telle production référentielle du sens, qui ne se confond pas avec les usages du signifié Sieyès décrit au sein de sa Vie politique, dans la mesure où elle prend sa source dans « l’externalité de la référence » (Auroux, 1998), est fondamentale pour comprendre la correction perpétuelle de la présentation du nom propre de Sieyès au fil de sa narration biographique. Nous pouvons la rapporter à une « fonction de nomination propre » (Bosredon, 1997) garante du maintien des valeurs référentielles du nom propre Sieyès au sein du processus discursif attesté dans sa Vie politique.

  • 10 Nous précisons ci-après le trajet historique de ces sujets cognitifs.

44En fin de compte, quelle que soit la description assignée au nom de Sieyès dans le trajet narratif, ce nom propre se réfère toujours à un quelqu’un à la fois externe à la narration et irréductible à l’acte de baptême en tant qu’acte inaugural de référence. Il procède donc, dans l’univers référentiel, de plusieurs sujets cognitifs qui se positionnent d’un intervalle à l’autre d’un trajet discursif, et nous fournissent ainsi les instructions nécessaires à la compréhension de la manière dont « le nom de Sieyès » est négocié au terme de la narration10.

45Nous nous orientons donc vers la reconnaissance d’une fonction cognitive du langage, certes à visée anthropologique. Nous nous autorisons ainsi d’une sémiotique cognitive héritée de la théorie condillacienne du langage au sein de sa théorie de la connaissance (Rousseau, 1986), et reformulée dans les termes du schématisme kantien, compte tenu qu’il n’existe pas vraiment de théorie kantienne explicite du langage. Il s’agit alors de préserver, dans le questionnement linguistique, le lien entre le langage et le monde en considérant les solutions proposées à la compréhension de la constitution linguistique du monde au sein du trajet de l’empirisme à l’idéalisme, tant dans la culture allemande (Formigari, 1994) que dans la culture française au 18ème siècle.

  • 11 Normand, 2000, 63. Cet apport de Saussure fait débat si l’on considère que poser une entité linguis (...)
  • 12 L’apport de Condillac s’avère ici fondamental comme nous l’avons montré dans notre intervention au (...)

46Par là même, nous prenons nos distances avec la rupture gnoséologique introduite par le principe saussurien de l’arbitraire du signe, si l’on considère qu’il écarte « le sujet parlant dans ses particularités comme dans sa volonté de signifier »11. Avant de considérer l’institution artificielle des signes, et dans le but de mesurer leur portée anthropologique, nous considérons d’abord l’ancrage des signes dans l’agencement objectif du monde, ce que le 18ème siècle appelle « l’ordre de la nature ». À ce titre, le contrôle sémiotique de l’expérience humaine (Formigari, 1993) introduit, par la quête d’une « langue bien faite », un trajet normatif et génétique du mot à l’idée par le fait de l’analogie radicale entre le mot et la sensation qui le produit12.

… au service d’une vision du monde

47C’est là, en matière de rencontre entre l’homme et le monde sur le terrain du langage, autre formulation possible de la connexion empirique entre la réalité et le discours, que nous accordons, à l’égal de Jürgen Trabant (1999), une position inaugurale au projet anthropologico-linguistique de Wilhelm von Humboldt.

  • 13 Humboldt cité par Trabant (1999), p. 33.
  • 14 Ibid., p. 37.

48Pouvoir de relier l’entendement et la sensibilité, le langage est central dans le mécanisme de schématisation qui permet de donner une forme à l’expérience sensible, donc à permettre la production d’une connaissance par l’entendement. Le langage est ainsi une sorte de « médium sensible », « à la fois œuvre de l’homme et expression du monde »13. Il est « l’organe qui donne forme à la pensée »14. Au-delà de sa fonction de communication, le langage est donc le moyen privilégié de constitution de soi et du monde. Il produit la pensée, met en valeur sa dimension réflexive.

  • 15 Voir le très utile glossaire de Denis Thouard dans Humboldt (2000).

49Pour Humboldt, « toute pensée, toute construction intellectuelle est d’abord rendue possible par le langage » précise Denis Thouard dans la présentation de son édition bilingue de textes linguistiques d’Humboldt (2000), dont le plus connu est celui Sur le caractère national des langues. Cette traduction en français de quelques textes importants d’Humboldt permet d’approcher « une pensée en activité dans une langue de travail » et dans ses termes mêmes15.

  • 16 Humboldt (2000), p. 95.

50S’inscrivant dans une perspective critique de l’arbitraire du signe, déployée de l’humanisme à Condillac en passant par l’empirisme, Humboldt s’interroge en permanence sur la part que prend le langage à la constitution des représentations, donc sur sa fonction cognitive. Ainsi le langage ne sert pas uniquement, dans une perspective analytique, à désigner ce qui est pensé. Il est aussi et surtout un outil synthétique majeur, le moyen privilégié de constitution de la pensée. Humboldt énonce ainsi la nécessaire réciprocité du mot et de la pensée dans l’association intime entre l’unité du mot et l’unité du concept lorsqu’il considère que « le mot transforme le concept en un individu du monde des pensées »16.

  • 17 La proximité de la présente réflexion métaphysique d’Humboldt avec celle de Sieyès, est à souligner (...)
  • 18 Humboldt (2000), p. 101.
  • 19 C’est là où se situe la jonction la plus nette entre Humboldt et Sieyès, d’autant plus qu’Humboldt (...)

51L’altérité du mot-pensée se constitue alors de la façon suivante : la pensée devient objet en se projetant hors du moi, et ainsi se différencie de la force subjective, mais ce nouveau contenu de réalité fait aussi vite retour dans le moi sous la forme du mot17. L’union de la pensée et du mot s’achève dans le concept d’individualité. En d’autres termes, la linguistique doit prendre prioritairement en compte le fait que « l’homme ne peut s’approcher du domaine purement objectif du langage que selon son mode de connaître et de sentir, donc par une voie subjective »18. Conférer d’emblée au mot une valeur pragmatique, à l’exemple de Condillac, c’est alors mettre l’accent sur une manière individuelle d’être issue de la « force de conscience de soi » et d’une « expression du moi », donc fortement marquée par la présence du Je performatif. De l’objectivation du lien entre sensibilité et entendement ainsi achevé par le fait du langage à l’individualisation des langues, donc à leur comparaison, le passage obligé est bien celui de la description du caractère individuel et national de telle ou telle langue. L’anthropologie comparée des langues, proposée par Humboldt, nous mène ainsi, sur la base d’un penchant à la sociabilité, de la capacité linguistique de l’individu à celle de la nation19.

  • 20 Ibid., p 81.
  • 21 Cité par Trabant (1999) dans la note 7 p. 72.

52Précisons que le caractère d’une structure linguistique est ici l’effet des transformations historiques induites par les locuteurs dans leur usage de la langue. La langue actualisant en permanence la pensée, le mot achevant le concept, la variation constante des usages agit dans la langue elle-même de la façon suivante : « Ce que l’usage bien adapté à sa fin emprunte au domaine des concepts agit en retour sur eux en les enrichissant et en leur donnant forme »20. Humboldt s’intéresse donc à l’achèvement des langues dans le discours, c’est-à-dire à leur « usage approprié » contre le linguiste qui « s’occupe uniquement de l’organisme des langues », donc « les considère uniquement comme l’instrument d’un usage possible »21.

  • 22 Humboldt (2000), p. 180-182.

53L’insistance d’Humboldt sur la nature langagière de la pensée fait des langues empiriques un espace de découverte de la vérité des concepts mais relève aussi d’un refus de dissocier le transcendantal et l’empirique (ou l’historique). En accordant une place centrale au langage dans une histoire des représentations, aux langues comme « visions du monde »22, Humboldt achève en quelque sorte le processus kantien de schématisation sur un plan sémiotique. En effet, dans le mécanisme de schématisation qui permet de donner une forme dans l’entendement à l’expérience sensible, le schème est un concept qui se temporalise au sein de l’imagination. La centralité du langage comme organe de la pensée tient alors au fait que c’est le mot qui donne la forme achevée de ce concept. C’est bien l’imagination déployée dans le langage qui ouvre à l’inconnu, ainsi que le montre Jürgen Trabant (1999) dans la comparaison avec Vico. À l’encontre du penseur italien qui considère l’imagination comme une simple forme de la mémoire, Humboldt associe étroitement image et signe, corps et esprit dans la synthèse du mot et du concept, au point de reconnaître dans la production du mot ce que la linguistique moderne a appelé la double articulation, c’est-à-dire le caractère à la fois indissociable et discernable de l’expression et du contenu.

  • 23 Voir Guilhaumou (1996b) sur le trajet, à propos de Sieyès, de « la métaphysique du langage » au « m (...)
  • 24 Sur l’importance d’Humboldt dans la formulation du lien de la langue au monde objectif, voir Haberm (...)

54En fin de compte, l’importance de Sieyès et d’Humboldt tient au fait qu’ils associent, chacun à leur manière, la fonction cognitive du langage aux pratiques langagières de l’entente communicative. En premier lieu, ces deux observateurs-philosophes accordent un rôle prépondérant à la langue dans la mesure où ils dégagent une précompréhension du monde, intersubjectivement partagée par la communauté linguistique et exprimée dans les concepts de « monde lingual » pour Sieyès23, et de « vision du monde » pour Humboldt. Puis ils considèrent cet arrière-plan comme le cadre dans lequel se développent les interprétations des événements, ainsi reliés au monde. À ce titre, la nation procède d’un monde vécu structuré par le langage24. Dans le processus de construction de la langue nationale, dont Sieyès est l’un des principaux protagonistes (Guilhaumou, 1998), les fonctions cognitives et expressives du langage sont indissociables. L’approche cognitive fonde le projet herméneutique de la traductibilité réciproque entre les langues et les discours.

D- Une dimension herméneutique : la réflexivité de la langue et du discours

La part de l’interprète dans l’histoire sémantique

55Qu’en est-il de façon plus précise de la compréhension discursive du monde vécu, de son déploiement narratif à l’horizon de l’intercommunication humaine ? Nous quittons ainsi le point de vue de l’observateur-philosophe sur les objets de la langue empirique pour entrer dans la perspective herméneutique de l’interprète qui s’efforce de comprendre le sens des actes de discours dans le contexte de leur effectuation. Le récent ouvrage de Jean Starobinski sur Action et réaction. Vie et aventure d’un couple (1999) peut nous introduire à une telle compréhension du contexte langagier de vie où se nouent la croyance et l’expérience, les attentes et les raisons pratiques, le discours et la réalité.

56Dans ce livre de sémantique historique, il est question d’un couple embrayeur de la compréhension du monde vécu, du rapport de l’individu au monde. En effet, le couple action/réaction circule d’un discours interprétatif à l’autre en constituant des sous-ensembles aisément reconnaissables. Nous pouvons ainsi, sur la base de telles unités lexicales « mobiles », embrayer la compréhension d’une science, d’une œuvre, d’un système philosophique, etc. à travers sa manière d’objectiver la relation de l’homme à la réalité dans le discours lui-même. Il s’agit ainsi de s’interroger sur le statut discursif de notions qui font signe vers le mouvement, les émotions et les pulsions en les objectivant à l’intérieur d’un savoir. Ces notions permettent en effet de donner consistance à l’expérience vécue en l’objectivant dans un discours interprétatif, en introduisant à sa compréhension mutuelle. Elles marquent au départ l’opération discursive du fait matériel de l’activité humaine, puis circulent d’un savoir à l’autre. Il est donc quasi-impossible de les fixer dans une analyse lexicologique stabilisée par un métadiscours lexical. L’appréhension discursive de la force vitale « d’une action et d’une réaction merveilleuse entre la parole et la pensée » confère à ses termes instrumentaux, dont l’un d’entre eux « réaction » allait vite courir une aventure séparée, une dimension pratique et hétéronomique plus aisément saisissable par une histoire sémantique des concepts.

57L’histoire conceptuelle aujourd’hui, et R. Koselleck en première ligne, considère en effet que l’étude des conditions langagières de formation des concepts ouvre à la connaissance des faits historiques. Certes les faits réels « dépassent » leurs conditions de possibilité langagières, mais ils ne peuvent s’en affranchir totalement, surtout dans leur objectivation par un savoir. La connexion empirique ainsi établi entre l’action et le discours s’avère donc fondamentale pour comprendre la réalité du fait discursif : elle situe l’ensemble des faits connus dans un même monde, au sein d’un continuum certes traversé par des trajets complexes de l’objet référé au mot, mais insécables en une part de croyance langagière et une part de science du langage.

  • 25 Adam Ferguson, 1783/1992, 135.

58Remarquons que le couple action/réaction apparaît, dans l’ouvrage de Starobinski, comme un sous-ensemble du discours sur l’histoire et le progrès dont Koselleck (1990) a montré l’accès à une dimension réflexive au cours de la période historique du Sattelzeit (1750-1850). Nous renvoyons donc le lecteur à la manière dont nous avons caractérisé, dans le chapitre IV du présent ouvrage, le moment historico-discursif où la notion-concept de progrès est intégrée, par la pensée réflexive des Lumières, dans une histoire pragmatique de l’homme. Nous souhaitons ainsi marquer une différence entre la construction usuelle du fait discursif, c’est-à-dire son appréhension dans des relations internes au sein d’un corpus défini (par exemple la notion de progrès chez Condorcet, dont la fréquence relative est maximale par rapport aux auteurs de son époque) et une démarche d’histoire sémantique. Dans le second cas, la démarche herméneutique d’orientation plus langagière que linguistique prend en compte le principe intersubjectif de sympathie pour montrer que « toutes les langues abondent en expressions qui signifient quelque chose dans les actions humaines, qui n’ont aucun rapport avec ce qu’elles ont d’heureux et de fâcheux »25 à partir du moment où les hommes s’assemblent, se considèrent comme des semblables à l’intérieur de la société civile en formation au 18e siècle. Ainsi le couple bonheur/malheur fait obstacle au progrès de la raison humaine et doit laisser place à la multitude des expressions susceptibles à la fois de répondre aux besoins humains et de rendre compte de la meilleure des sociétés possibles, y compris par le biais de l’invention néologique déjà abordée dans le cas de Sieyès.

Le fait de langue….

59Le versant linguistique de cette diversité d’expressions est particulièrement bien exemplifié par les « Considérations sur l’origine et la formation des langues » d’Adam Smith (1970), publiées en annexe de sa Théorie des sentiments moraux (1759). Dans une perspective anthropologique, la sympathie, en tant qu’opérateur entre les émotions et les passions des individus agissants, permet enfin d’envisager une faculté régulatrice (et non rationnelle a priori) universelle du langage. Les éléments de la langue (« les parties du discours »), en concrétisant l’expression de la construction empirique des conditions de l’action par les moyens de la sympathie régulatrice, sont ici autant d’opérateurs diversifiés de généralisation. Sur la base d’une quête de « la détermination des noms propres pour désigner chaque objet en particulier », l’invention des noms suscite déjà « une grande généralisation et une grande abstraction ». Quant aux verbes, ils permettent aux hommes de « diviser tous les faits en un grand nombre de parties métaphysiques ». Mais c’est le pronom personnel, et surtout le mot I (je) qui s’avère en adéquation avec l’idée la plus abstraite et la plus métaphysique : « Il peut être regardé à la fois comme ce que les logiciens appellent un mot propre et un mot commun ; et il réunit, dans sa signification, les qualités, contradictoires en apparence, d’une individualité précise et d’une généralisation très étendue » (1759/1970, p. 333).

60Dans une telle perspective d’histoire des idées linguistiques, la question du fait linguistique se complique. Non dissocié de son fondement ontologique et de sa réalité empirique, bref de sa vie propre, le fait linguistique est à fois unique et multiple en la personne de l’individu parlant. Nul doute que le linguiste est là pour recenser des faits de langue, et surtout pour permettre l’opération de ces faits à partir d’une observation bien située. Un rationalisme minimum, basé sur des assertions générales, y suffit. Mais, s’il s’en tient à cette attitude positive, le linguiste risque de passer à côté des ressources réflexives de la langue attestée dans la connexion empirique entre la réalité et le discours. Il peut en effet manquer l’ancrage de la langue empirique dans la réalité de l’intercommunication humaine. Indiquer l’existence d’un fait linguistique, ce n’est pas seulement le situer dans un faisceau de relations, donc en apprécier sa valeur. Mais c’est aussi reconstituer le cheminement ontologique, empirique et historique qui permet à l’individu de qualifier l’existence d’un fait de langue, de le désigner comme tel à l’aide de ses propres ressources interprétatives.

… dans sa dimension réaliste

  • 26 Voir sur ce point l’article collectif Branca-Rosoff, Collinot, Guilhaumou, Mazière (1995).
  • 27 Voir le cas du manuscrit de Sieyès, le Grand cahier métaphysique, où se précise sa métaphysique du (...)
  • 28 Voir l’exemple de « Du pain et X » (Guilhaumou, Maldidier, Robin, 1994) au sein du trajet thématiqu (...)

61Nous avons toujours eu le souci de confronter le linguiste à un observateur historien soucieux de décrire empiriquement et historiquement les capacités réflexives de sujets dotés d’outils et d’objets linguistiques26 Cette confrontation se fait sur la base d’un travail d’archives, qui valorise des systèmes conceptuels enfouis dans des textes manuscrits inédits27 et configure des trajets propices à situer la matérialité de la langue dans la discursivité de l’archive28 Cependant, quelque part, nous nous contentions, dans cette confrontation certes fructueuse, d’une instrumentalisation du processus interprétatif dans notre écriture commune avec les linguistes. Maintenant nous souhaitons aller plus loin dans la prise en compte par le linguiste d’une dimension herméneutique du langage, que nous avons par ailleurs toujours revendiquée.

62L’observateur linguiste appréhendé dans des figures historiques successives, s’il ne peut éviter de rencontrer les modalités linguistiques d’instrumentation du corps propre et son environnement à l’aide d’outils linguistiques (le dictionnaire et la grammaire), est tout autant confronté à la question herméneutique.

  • 29 « Si les énoncés se distinguent des mots, phrases ou propositions, c’est parce qu’ils comprennent e (...)

63En d’autres termes, l’interrogation sur le fait discursif/linguistique ne peut être dissociée, nous semble-t-il, d’une réflexion sur « l’engagement ontologique de l’attestation » (Ricœur, 1990) qui enrichit la conception de l’énoncé développée par Michel Foucault (1969). Un énoncé est pleinement attesté dans la mesure où il permet l’articulation de la réflexion sur l’analyse. Il opère ainsi une médiation entre le fait attesté en premier et sa dimension réflexive « seconde ». C’est son côté réaliste, donc connecté au réel tout en conservant ses ressources propres d’intelligibilité. Ainsi, l’énoncé ne se confond pas avec un fait construit en langue, par exemple le mot. Il intègre, en effet, dans ses ressources même, une forte capacité à produire des objets, des sujets des concepts29. Plus précisément, du fait discursif, il rend compte dans la mesure où il permet de cerner, avec d’autres énoncés, une formation discursive à une époque donnée. Mais il permet d’accéder plus à des singularités, des trajets diversifiés, des configurations complexes qu’à des unités stabilisées le temps de l’analyse linguistique.

64L’énoncé ainsi défini est-il encore un fait de discours ? Sans doute si nous acceptons de considérer que le langage est, au-delà de toute instrumentation, à la disposition du locuteur sans médiation autre que sa réalité attestée. Nous pouvons ainsi en interpréter les manifestations discursives à partir de ses seules ressources réflexives au sein des cours d’action, des processus discursifs où il se déploie. Que faut-il entendre alors par la réflexivité du langage ? :

  • 30 Collinot, Mazière (1998), p. 197.

65« C’est parce que la langue a cette propriété de parler d’elle-même en utilisant ses propres termes qu’elle offre au discours la possibilité de se construire avec d’autres discours et de se tenir à distance de lui-même. Le discours est ainsi porteur de ses propres ressources interprétatives. Il ne cache rien, il ne dit rien d’autre que le fait d’avoir été dit une fois et, par là, il signifie par le seul fait de son énonciation »30.

  • 31 C’est pourquoi l’analyse discursive sur les énoncés d’archive accorde une grande importance au poin (...)

66Dans cette perspective, les unités linguistiques ne sont plus seulement des données en langue aux propriétés rationnellement caractérisables, elles participent aussi d’accomplissements performatifs, de trajets thématiques, de processus discursifs dont la description empirique et historique procède de la prise en considération de leurs ressources interprétatives déployées dans des cours d’action31.

E- Sieyès dans tous ses états

Le spectateur-philosophe

67Nous nous en tiendrons finalement au cas de Sieyès, dont nous reprenons maintenant le fil dans une perspective plus globalisante. Nous souhaitons en effet préciser de manière plus détaillée les modalités discursives de développement des figures d’interprétants, déjà désignées dans la présentation du positionnement cognitif de Sieyès. Ainsi l’approche herméneutique s’associe aux démarches cognitive et analytique pour aboutir à une narration achevée des événements linguistiques qui jalonnent son trajet personnel de vie.

68Médiateurs entre l’expérience sensible et le savoir abstrait, les sujets cognitifs dénommés par Sieyès sous des figures explicites évoluent de part en part dans l’univers « lingual ». Confrontés d’emblée à la langue empirique, qualifiée d’abord de « langue concrète », ils favorisent ensuite la reconnaissance initiale de « la langue abstraite », de sa nécessité, puis l’identification ultérieure de ses traductions, d’abord dans « la langue politique », puis dans « la langue analytique », pour aboutir enfin à la production du concept de « monde lingual ».

69La première de ces figures n’est autre que le spectateur philosophe apte à appréhender la formation du moi à l’aide d’une « langue abstraite » et à mener cette première manifestation de la future « langue analytique » jusqu’à son ultime développement, alors que le moi lui-même est pris initialement dans l’absence de réflexivité de ses premières impressions sensibles. Ainsi cet observateur philosophe de « l’ordre du moi » peut découvrir les principes permettant à l’homme d’exercer autant d’actes de liberté qu’il le souhaite dans la mesure où cet observateur expérimenté lui en formule le but. Ces principes, repris du philosophe Helvétius, peuvent être formulés en « peu de mots ». Principes de la morale, ils se précisent à partir de « l’obligation naturelle de se réunir en société » sur la base de l’intérêt humain et sa détermination dans les rapports interhumains. S’appuyant sur une exigence réelle, le besoin de vérité – « l’amour du vrai et du juste » dans les termes de Sieyès –, le métaphysicien non seulement énonce les principes, mais en donne les règles d’application sur la base d’instruments cognitifs, repris de la méthode analytique condillacienne. Il formule donc une série d’instructions analytiques qui président à la production du sens de l’événement.

L’écrivain patriote

70Cependant le spectateur-philosophe n’a pas de raison d’être en soi, de même que « l’ordre du moi » ne constitue pas une entité isolée. Il travaille de concert avec un autre sujet cognitif, le législateur. Adepte de « l’art social », le législateur part des besoins réels de l’homme, fournit les moyens d’en obtenir la jouissance pleine et entière dans la mesure où il en connaît le but, l’épanouissement du bonheur dans la meilleure des sociétés possibles. Il est en quelque sorte l’inventeur de « la science politique » susceptible de permettre la mise en place d’un nouvel « ordre social ».

71Avec l’avènement révolutionnaire du « nouvel ordre des choses », les moyens du couple métaphysicien/législateur ne suffisent plus à légitimer « la nouvelle langue politique ». Le découpage du réel des besoins humains de « l’ordre du moi » à « l’ordre pratique » que le travail complémentaire du métaphysicien et du législateur propose ne suscite pas d’emblée une dynamique discursive créatrice de nouvelles nominations, de nouveaux concepts. Une autre figure intermédiaire, certes éphémère, se concrétise alors, dans l’activité éditoriale même de Sieyès à la fin des années 1780, celle de l’écrivain patriote. Ce sujet cognitif, capable de maîtriser la dimension métaphorique de la langue comme le montrent ses célèbres écrits, et tout particulièrement Qu’est-ce que le Tiers-État ? (1789), commence par « dire la vérité », c’est-à-dire n’hésite pas à promouvoir des notions qualifiées de métaphysiques au départ (pouvoir constituant, Constitution, Déclaration des droits, etc.), mais qui deviennent très vite « le sens commun » de la nouvelle politique. Réalisée donc pratiquement, par la médiation de la langue politique, cette vérité est bien sûr fondée sur « les principes de la science morale et politique » énoncés par ses précurseurs. La figure de l’écrivain patriote donne ainsi consistance, dans la matière même du langage, à la complémentarité du métaphysicien et du législateur et permet alors d’imposer sur la scène politique la prestigieuse figure du législateur-philosophe.

Le législateur identifié par le nom d’« Assemblée nationale »

  • 32 Voir Branca-Rosoff, Guilhaumou (2003).

72À vrai dire, le seul fait d’énoncer les principes d’une « langue abstraite » apte à régler la production des éléments de la langue politique, d’en fixer les instruments analytiques ne permet pas de la traduire immédiatement dans la « langue propre » du législateur. Dès la fin des années 1780, l’effort de Sieyès porte donc sur la production du sens des mots dans des événements linguistiques. Il s’agit au départ d’une simple activité néologique en prise sur la naissance d’une opinion publique républicaine, donc avant même l’avènement de la radicalité de 1789. C’est ainsi que Sieyès invente les notions de « sociologie », pour désigner l’étude des rapports sociaux, et de « socialisme », équivalent éphémère d’« art social »32.

73Cependant il revient à la figure du législateur de présider à l’événement linguistique majeur, l’invention de notion d’« Assemblée Nationale » d’un point de vue co-lingue. Ainsi le 15 juin le député Sieyès propose le titre d’« Assemblée des représentants connus et vérifiés de la Nation française ». Sa motion, le 16 juin en faveur de l’expression simplifiée d’Assemblée Nationale est retenue : cette expression acquiert alors une dimension fortement performative en tant que sujet d’un acte déclaratif de la toute puissance de la Nation française. De fait Sieyès crée le nom propre de l’institution majeure du système représentatif français par une transformation colingue entre des mots français déjà associés « assemblée nationale », des mots anglais « House of Commons » et latin (« communis »). Le récit des événements d’assemblée des 15, 16 et 17 juin, avec en son centre ce phénomène co-lingue exceptionnel (Balibar, 1985), permet alors de comprendre comment le corps des représentants de la Nation française s’est mis en activité instituante pour la première fois dans l’histoire de France.

74La nomination de l’élément central du système politique représentatif par l’expression d’Assemblée Nationale résulte bien de la quête médiatrice de sujets cognitifs, de leur dynamique référentielle propre, de l’effectivité de leurs jugements aptes à formuler la science politique. Elle enclenche toute une série d’événements d’assemblée. Mais elle n’est pas indépendante, au plan des matériaux empiriques, d’une vaste configuration d’énoncés spécifique de la naissance du « tout de la nation » (Sieyès), d’un événement d’assemblée à l’autre. L’antécédence ontologique de l’événement linguistique sur l’événement discursif, donc sa dimension régulatrice de l’univers des possibles ne préjuge pas des déterminations concrètes de l’événement discursif. La connaissance empirique de la portée de la création de « l’Assemblée nationale » en tant qu’événement linguistique inaugural de la création de « la langue nationale » nécessite donc une description la plus large possible des événements discursifs qui nous introduisent à la nouvelle dynamique discursive d’assemblée (Guilhaumou, 1998b).

Le philosophe analyste….

75Au cours des deux premières années de la Révolution française, la figure du législateur-philosophe ne s’impose pas aussi facilement que Sieyès l’aurait souhaité. Elle se heurte, dans sa volonté d’achever la mutation politique en cours par l’établissement d’un « ordre représentatif » à la calomnie de ceux qui « prirent le nom de révolutionnaires », en l’occurrence les jacobins.

76Nous entrons une nouvelle fois dans la « Vie politique » écrite par Sieyès lui-même à la troisième personne.

77D’après ce récit de vie, le bon déroulement de l’intrigue politique mise en place au cours des événements majeurs de 1789 tourne court. Peu à peu, les travaux du législateur (Sieyès est membre de l’Assemblée Constituante, puis, après une pause pendant l’Assemblée législative, de la Convention) s’épuisent. Au législateur succède le « spectateur interdit » d’un « horrible tableau », celui du « langage corrompu » des jacobins au pouvoir.

78Cependant l’événement narré de sa « Vie politique » témoigne d’un acte de résistance à l’appel au malheur (« Rien n’est révolutionnaire comme le malheur » disent les jacobins). Le « nom de Sieyès » est toujours présent pour faire valoir la constance de l’influence de la raison, l’importance des principes de l’art social, le caractère exclusif de l’amour de la vérité.

79Certes, la « Vie politique » de Sieyès nous fait part de la forclusion progressive de « l’histoire de la Révolution » connue dès 1789, donc de l’apparition d’un non-événement, la Terreur, moment où le récit majeur, celui des événements d’assemblée, tourne court.

80Mais le maintien du « nom connu dans la Révolution » de Sieyès est à double face : d’un côté, le plus voyant, il le condamne à devenir un « étranger » dans la politique révolutionnaire, puis un suspect, un « ennemi » du pouvoir en place sur un versant plus porteur d’avenir, il le prédestine à incarner, une fois la chute de Robespierre acquise, la figure rénovée d’un législateur-philosophe enfin détenteur de sa « langue propre », d’une langue non corrompue par les excès de la multitude.

81Sieyès prépare ainsi l’achèvement de son trajet intellectuel énoncé au sein de ses discours programmatiques de l’An III. Cependant c’est une fois de plus dans ses manuscrits personnels qu’apparaît un nouveau sujet cognitif, le philosophe analyste, qualifié aussitôt de « véritable métaphysicien politique ». Sujet synthétique, il est à la fois le métaphysicien analyste, le législateur philosophe et le possesseur d’une « langue propre », « la langue analytique ». Figure par excellence de la résistance du réel de la politique, le philosophe analyste marque par sa présence le fait que Sieyès a toujours considéré pouvoir disposer d’une prise narrative sur l’événement d’assemblée, même si ses propositions de l’An III, jugées trop métaphysiques par ses collègues, ne sont jamais considérées à part entière lorsqu’elles ne sont pas tout simplement rejetées.

82La « Vie politique » de Sieyès se présente donc bien comme une ultime tentative de penser l’achèvement de son projet politique, et de son agir effectif au sein de l’événement jugé majeur de la période révolutionnaire, l’événement d’assemblée. Elle parachève, en dépit des malheurs du temps, le mouvement d’ensemble vers la liberté humaine que Sieyès assimile à son projet analytique.

83C’est bien en fin de parcours de « la conduite constante, uniforme et rectiligne de Sieyès dans tout le cours de la Révolution » que la figure du législateur dans ce qu’elle doit être, impartiale et équitable, (une sorte de « juge d’équité naturelle » précisera Sieyès ailleurs) se constitue en référence au sujet régulateur et dynamique constitué par le philosophe analyste. Cet ultime sujet cognitif au sein d’un parcours plein de ressources trouve en effet sa raison d’être dans une exigence analytique qui permet à des hommes rares d’ouvrir et de frayer un chemin aisé en vue de « la conquête de la vérité ». Il procède donc de la synthèse du pur besoin de vérité exprimé par le spectateur philosophe et du constant surplus de besoins sociaux énoncé par le législateur dans la loi. Qui plus est, la présence attesté dans l’archive inédite de cet ultime sujet cognitif nous entraîne bien au-delà du terme (1794) de ce « récit de vie ».

… confronté à la créativité linguistique

  • 33 Voir notre étude sur Sieyès et les philosophes allemands (1999a).

84Nous pouvons aller en effet encore plus loin, là où se dessine un cheminement conceptuel au sein d’un débat avec les Idéologues d’une part, les philosophes allemands adeptes de Fichte et Kant d’autre part, pendant le Directoire33 donc et jusqu’à la production, en 1798, du concept central de « la métaphysique du langage » de Sieyès, celui de « monde lingual ». Un monde qui « décuple, centuple à l’infini notre capacité intellectuelle », subsume donc, sous ce concept, l’ensemble des événements « heureux » que Sieyès a connu dans sa vie.

85« Le nom de Sieyès » associé tant à sa parole, ses travaux, son action qu’à sa pensée et son esprit, nous entraîne, certes grâce à des matériaux empiriques divers et abondants, dans la compréhension d’une vie présentée tout le long d’un trajet où se succèdent événements linguistiques, événements discursifs d’assemblée et récit de vie, compréhension étendue jusqu’à sa réalisation la plus complète et la meilleure possible, donc en conformité avec la posture herméneutique adoptée.

  • 34 Voir notre discussion avec Sylvain Auroux sur ce point dans « À propos du livre de Sylvain Auroux, (...)

86La position herméneutique permet d’aborder la créativité linguistique comme une capacité à produire des archétypes cognitifs et leurs effets de sens sans avoir nécessairement recours à une expérimentation savante, donc par la seule description des ressources réflexives du langage en acte34. Puis elle ouvre le chemin à la saisie de l’événementialité sur le mode de la donation linguistique : d’une part ce qui est donné ne peut être séparé de ce qui est dit, tout en étant distinct ; d’autre part ce qui est dit est attesté par le seul fait d’être dit. Au terme de notre réflexion sur le fait discursif comme fait linguistique, il nous importe donc de souligner qu’il est essentiel, pour l’historien du discours, de distinguer le fait linguistique issu de la démarche rationnelle du linguiste qui cherche à donner un statut objectif à la langue, de l’événement linguistique irréductible à sa « situation de communication » tout en demeurant connecté empiriquement au réel.

87D’un point de vue sémantique, s’intéresser exclusivement au sens des mots dans le déploiement de leurs structures lexicales, syntaxiques et sémantiques nous semble manquer la compréhension pleine et entière des phénomènes langagiers. Il nous importe donc au premier chef de bien distinguer les archétypes d’une langue commune des effets de sens qu’ils produisent. En d’autres termes, proches de Humboldt, la langue empirique confère type, figure, empreinte à la pensée avant même sa détermination par des mots qui lui donne sens, et lui confère par là même une singularité événementielle originaire qui interdit d’elle-même toute prédétermination d’un état de langue. Nous nous situons ainsi, dès l’activité originaire de l’homme dans le monde, dans une dynamique, une force de la langue, ce que Henri Meschonnic appelle le rythme de la langue : « Le rythme ne peut advenir que par un sujet spécifique, capable d’une subjectivation généralisée du discours, un sujet qui s’invente comme sujet par et dans cette subjectivation même. Ce sujet n’est autre que cette subjectivation (à ne plus confondre avec l’auteur), il est le continu en acte d’un corps dans le langage » (2000, 14).

  • 35 Voir le chapitre I.

88Ainsi, la redescription ontologique de l’émergence d’un fait de langue devient désormais une part intégrante de la démarche de l’historien linguiste. Par un apparent paradoxe, elle met particulièrement bien en valeur l’apport d’une anthropologie linguistique. L’ouvrage de Mark Bevir, dont nous avons présenté les thèses critiques sur l’histoire anglophone des concepts35, nous a par ailleurs permis de mettre en évidence l’importance du récent « tournant anthropologique » en matière d’histoire du discours. La tâche à venir de l’historien du discours s’avère donc d’autant plus importante qu’elle permet désormais de lier, sur une base linguistique étendue, l’analyse de discours à l’histoire langagière des concepts au titre d’une réflexion aussi large que possible sur la connexion empirique entre la réalité et le discours.

Notes

1 Une première version de cette postface a été publiée dans la revue électronique marges-linguistiques.com, No 1.

2 Notre ouvrage (2002), précise le contexte intellectuel de ce trajet singulier.

3 Voir Guilhaumou, Maldidier, Robin, 1994.

4 Ce n’est donc pas un hasard si l’expression d’« événements linguistiques » est présente dans la récente publication de manuscrits inédits de Saussure (2002). Voir ci-après.

5 La réflexion présente s’appuie principalement sur la publication récente des manuscrits de Saussure sous le titre Écrits de linguistique générale (2002) et l’ouvrage de Pierre-André Huglo (2002) sur le nominalisme de Saussure, tout en faisant référence au Cours de linguistique générale. Mais elle n’ignore pas pour autant la manière dont est conçu « le retour à Saussure » par ceux qui considèrent que le Cours « fonctionne, depuis sa publication, comme une œuvre à la fois comprise et mécomprise » (Milner, 2002, p. 17), quelle que soit l’importance des manuscrits.

6 Voir Claudine Normand (2000).

7 Et de surcroît ceux de Sieyès (Fauré éd., 1999).

8 Ce « rationalisme minimum », selon l’expression de Sylvain Auroux (1998, 125), se différencie d’un « rationalisme maximum » qui demeure largement indifférent à l’interaction sociale.

9 Nous n’entrons pas ici dans le débat sur la pertinence de la position de Kripke, telle qu’il a été mené dans la revue Sigma, No 3, 1978 et le colloque sur Les noms abstraits, publié par les Presses Universitaires du Septentrion en 1996.

10 Nous précisons ci-après le trajet historique de ces sujets cognitifs.

11 Normand, 2000, 63. Cet apport de Saussure fait débat si l’on considère que poser une entité linguistique extérieure à l’acteur social, et non au sujet énonciateur, n’exclut pas que l’on développe une approche du sujet parlant dans ses particularités énonciatives. Il n’en reste pas moins que, dans le trajet de l’acteur social historiquement défini au sujet énonciateur construit par le linguiste, une part de la réflexivité des ressources interprétatives de l’acteur perd sa qualité langagière propre pour devenir un simple élément contextuel.

12 L’apport de Condillac s’avère ici fondamental comme nous l’avons montré dans notre intervention au colloque Condillac de janvier 2003 à l’ENS-LSH de Lyon, en cours de publication sous la responsabilité d’Aliénor Bertrand, sous le titre, « Le travail de l’esprit politique. De Condillac au nominalisme politique de Sieyès ».

13 Humboldt cité par Trabant (1999), p. 33.

14 Ibid., p. 37.

15 Voir le très utile glossaire de Denis Thouard dans Humboldt (2000).

16 Humboldt (2000), p. 95.

17 La proximité de la présente réflexion métaphysique d’Humboldt avec celle de Sieyès, est à souligner. Voir en particulier notre étude sur « Sieyès et le moi » (2001c).

18 Humboldt (2000), p. 101.

19 C’est là où se situe la jonction la plus nette entre Humboldt et Sieyès, d’autant plus qu’Humboldt s’est confronté directement à Sieyès en 1798 au cours de discussions métaphysiques dont il rend compte dans son Journal de Paris. Voir sur ce point notre étude sur « Humboldt et l’intelligence politique des Français : autour de Sieyès » (2003b).

20 Ibid., p 81.

21 Cité par Trabant (1999) dans la note 7 p. 72.

22 Humboldt (2000), p. 180-182.

23 Voir Guilhaumou (1996b) sur le trajet, à propos de Sieyès, de « la métaphysique du langage » au « monde lingual ».

24 Sur l’importance d’Humboldt dans la formulation du lien de la langue au monde objectif, voir Habermas (2001).

25 Adam Ferguson, 1783/1992, 135.

26 Voir sur ce point l’article collectif Branca-Rosoff, Collinot, Guilhaumou, Mazière (1995).

27 Voir le cas du manuscrit de Sieyès, le Grand cahier métaphysique, où se précise sa métaphysique du langage, dans notre édition critique publiée dans Fauré éd. (1999).

28 Voir l’exemple de « Du pain et X » (Guilhaumou, Maldidier, Robin, 1994) au sein du trajet thématique « Subsistances, pain, bled(s), grains » (Guilhaumou 2000c).

29 « Si les énoncés se distinguent des mots, phrases ou propositions, c’est parce qu’ils comprennent en soi, comme leurs ‘dérivées’ et les fonctions de sujet, et les fonctions d’objet, et les fonctions de concept », Gilles Deleuze (1986, p. 18) à propos de Michel Foucault, « nouvel archiviste ».

30 Collinot, Mazière (1998), p. 197.

31 C’est pourquoi l’analyse discursive sur les énoncés d’archive accorde une grande importance au point de vue ethnométhodologique sur la description des langages naturelles.

32 Voir Branca-Rosoff, Guilhaumou (2003).

33 Voir notre étude sur Sieyès et les philosophes allemands (1999a).

34 Voir notre discussion avec Sylvain Auroux sur ce point dans « À propos du livre de Sylvain Auroux, La raison, le langage et les normes », Langage & Société No 93, septembre 2000, en particulier pages 129-130.

35 Voir le chapitre I.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540