Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

1. La condition médicale de la fin de vie

Formes et problèmes de la fin de vie en médecine de transplantation

Martin Dumont

Résumé

Cet article entend, après avoir analysé les tensions de la notion elle-même, montrer comment les questions les plus vives de la fin de vie et de son accompagnement médical trouvent écho dans la médecine de transplantation. Les réponses apportées aux dilemmes soulevés par la pratique des transplantations peuvent même permettre de répondre à ces interrogations d’ordre plus général quant à la fin de vie. La médicalisation de la fin de vie nous impose premièrement de penser à l’avance à notre mort, expérience difficile, pour anticiper les choix à faire. Par ailleurs, comment peut-on vivre le temps qu’il reste à vivre quand l’annonce d’une fin inéluctable nous est faite ? Et enfin, comment porter ces questions et choix avec nos proches ? Face à toutes ces questions épineuses les choix opérés pour la médecine de transplantation peuvent suggérer des pistes, personnelles comme collectives.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’objet de cet article sera de décrire certains problèmes saillants de la fin de vie et leurs échos dans la médecine de transplantation. La transplantation n’est pas de prime abord directement concernée par la question de la fin de vie : le prélèvement a plutôt lieu dans des situations (traumatismes, accidents vasculaires cérébraux) qui excluent le fait de vivre une « fin de vie » durable et correspondent à un décès soudain ; sauf à identifier l’état de « mort cérébrale » avec une « fin de vie » plutôt qu’une mort réelle, ce qui est contestable à nos yeux. Pourtant, les soins médicaux qui ont permis l’apparition de « fins de vie » au vingtième siècle, comme la réanimation, sont ceux qui ont également permis le prélèvement postmortem en transplantation ; et nous voudrions montrer que certaines des questions soulevées par la fin de vie aujourd’hui sont susceptibles de trouver des échos – et même des éléments de réponse – dans le champ des transplantations. On développera ainsi premièrement u...

Auteur

Maître de conférences en philosophie de la santé et de la médecine à l’université Paris Est Créteil, rattaché au laboratoire LIS (Lettres Idées Savoirs). Il est responsable de la Chaire de philosophie à l’Hôtel Dieu (ENS / AP-HP) et membre du comité éditorial de la collection Questions de soin. Il travaille sur l’éthique et l’épistémologie des transplantations ainsi qu’en philosophie du soin. Il est l’auteur de L’annonce au malade, PUF, 2015.
Adresse électronique : .

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search