Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

1. La condition médicale de la fin de vie

Les nouvelles figures de la fin de vie et de la mort générées par la médecine moderne dans notre société contemporaine

Régis Aubry

Résumé

Le rapport que notre société moderne entretient avec la question de la fin de la vie et de la mort se modifie. La définition même de la mort a évolué et peut encore changer. La mort a été progressivement exclue du lieu de vie avec, corrélativement, une très forte tendance à l’hospitalisation et donc à la médicalisation de la personne à la fin de sa vie. Notre rapport au temps de la fin de vie et du mourir évolue de façon paradoxale avec d’une part une certaine volonté d’abolir ce temps et d’autre part une médecine qui contribue à générer de nouvelles figures de la fin de vie, de plus en plus longues. Enfin, la médecine peut contribuer à générer des situations complexes avec une altération de la conscience et donc de l’autonomie telles qu’il est difficile de dire si et quand les personnes sont en fin de vie.

Cette réalité modifiée de la fin de la vie change le rapport de l’homme et de notre société à la mort aussi bien qu’à la vie.

Ces évolutions témoignent d’une nécessité de repenser notre rapport aux normes sociales, à la notion de différence et de vulnérabilité. Elles invitent à réinvestir le sens même de la vie ; elles suggèrent la nécessité de refonder la médecine, le système de santé et les politiques de santé.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plusieurs points marquent une évolution dans le rapport que notre société moderne entretient avec la question de la fin de la vie et de la mort.

La définition même de la mort nest étonnamment pas figée.

Jusqu’en 1968, la mort se définissait par des signes progressifs issus de l’arrêt cardiaque. Ces signes sont d’abord des signes négatifs témoignant de l’arrêt de la vie : abolition de la conscience et de la réactivité, absence de la respiration et de la circulation sanguine par l’arrêt de l’activité cardiaque (pas de pouls, pas de bruits du cœur). Les signes « positifs » de la mort apparaissent dans les heures qui suivent l’arrêt de la vie : refroidissement du corps, rigidité cadavérique, lividités déclives, puis dégradation par putréfaction.

Depuis 1968, en France, du fait de la conjugaison des progrès de la réanimation et de la médecine transplantatoire, c’est l’arrêt du fonctionnement du cerveau qui définit la mort de l’homme2 : la destruction irréversible de l’ensemble des fonction...

Auteur

Médecin des hôpitaux, Chef du pôle Autonomie-Handicap au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon. Professeur associé de médecine palliative. Coordinateur de l’axe de recherche « Éthique et progrès médical » du CIC 1431 Inserm. Membre du comité consultatif national d’éthique, chargé du groupe de travail permanent des vulnérabilités. Président de la plateforme nationale de recherche sur la fin de vie.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search