Version classiqueVersion mobile

Fins de vie plurielles

 | 
Sarah Carvallo

Introduction générale

Fins de vie plurielles

Sarah Carvallo

Résumé

Dans le contexte de la démocratie, la signification de la fin de vie fait l’objet de discussions irréductibles, au sens où elle ne peut trouver de définition simple ni définitive, mais appelle un débat autour des conditions concrètes d’existence et de soin, que fabriquent la médecine et le droit contemporains. Comment faire cohabiter des techniques d’allongement du vieillissement, des pratiques de réanimation invasives, le critère de la mort cérébrale, le besoin d’organes à prélever pour les greffer, la loi, la déontologie médicale qui, en France, interdisent au médecin de tuer, la pluralité des attentes des citoyens, le risque d’une absurdité de la mort, les possibilités d’euthanasie ou de suicide assisté dans des pays voisins ? Est-ce que la dépénalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté aiderait à mieux accompagner les patients en fin de vie, ou est-ce qu’au contraire, elle ouvrirait le risque de l’absurde en entrant en conflit et en contradiction avec les principes de la médecine et de la démocratie ? La fin de vie pose une question de civilisation, qui déborde largement les seules situations de fin de vie et embarque le sens global de la médecine et du soin, en tant qu’ils incarnent un projet de modernité thérapeutique et qu’ils structurent fortement les relations entre l’individu et la société.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’année 2019 a été marquée par la mort de Vincent Lambert. À la suite d’un accident de voiture en 2008, il se trouve tétraplégique et en état de coma ; en 2011, il est diagnostiqué dans un état de conscience minimale par le Coma Science Group de Liège sans espoir d’amélioration, puis en 2018, dans un état végétatif chronique irréversible ; dans le contexte de conflits familiaux sur la décision d’arrêt des soins, son cas devient une affaire publique, compliquant la prise de décision médicale ; les soins sont arrêtés le 2 juillet 2019 et il meurt neuf jours plus tard. Une question essentielle fut alors posée : Vincent Lambert était-il en fin de vie, pour que la législation et les protocoles concernant la fin de vie lui soient appliqués ? Quels sont les critères nécessaires et suffisants permettant de caractériser une situation de fin de vie ? De fait, 2019 fut la fin de sa vie et on lui appliqua, en l’adaptant, la loi dite Claeys Leonetti du 2 février 2016 sur la sédation profonde et ...

Auteur

Professeure en philosophie des sciences, spécialisée en épistémologie et philosophie de la médecine. Elle est responsable de l’axe 3 du laboratoire Logiques de l’Agir consacré aux Humanités médicales, environnementales et numériques. Elle coordonne l’action Humanités médicales à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement en Franche Comté.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search