Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Contributeurs et contributrices

Texte intégral

1Isabelle Astier s’interroge sur le salariat, les effets de statuts sur toute une gamme de travailleurs afin de mieux saisir le continuum protecteur du chômage, de la retraite, des droits sociaux. Au lieu de séparer travail, emploi, activité, il s’agit de tenir d’une même main cet ensemble afin de déchiffrer comment l’individualisation fait son œuvre à travers plusieurs décennies d’évolution de la condition salariale et du droit. L’auteure s’intéresse notamment aux effets induits sur la mobilité (géographique, professionnelle, sociales) et l’agencement des temps, aux processus de conversion et de reclassement des salariés ou encore aux effets des conditions de travail sur la santé. Elle co-dirige le projet Dydiatep (« Dynamiques territoriales et dialogue social. Pour une approche combinée du travail, de l’emploi et des parcours professionnels ») soutenu par le Conseil régional de Picardie.

2Paul Boissenin est psychologue clinicien depuis 1990. Il a exercé pendant douze ans dans un Centre éducatif et à la Protection Judiciaire de la Jeunesse puis dans un service d’ORL-Audiophonologie. Il exerce actuellement en libéral et au CHRU de Besançon, en unité sanitaire de maison d’arrêt et au Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (CRIAVS de Franche-Comté). Docteur en psychologie depuis 2015, son champ de recherche couvre les questions liées à l’enfermement à partir des références psychanalytiques et phénoménologiques.

3Valérie Boucherat-Hue est psychanalyste et psychologue clinicienne auprès de jeunes adultes et grands adolescents en souffrance identitaires et narcissiques. Maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches en psychopathologie clinique, et directrice de recherches, elle s’intéresse aux troubles graves du fonctionnement psychique, en particulier ceux qui engagent le corps et ses atteintes, et leur propose un travail en relaxation psychosomatique (méthode Ajuriaguerra), car elle est spécialisée dans les psychothérapies psychanalytiques à médiation corporelle et sensoripsychique.

4Isabelle Boudart, orthophoniste, travaille actuellement au CMPP de Besançon, au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Elle est sensible à la question du plurilinguisme des familles qui viennent consulter pour les difficultés langagières de leur enfant. Docteure en sciences du langage, elle a travaillé sur les contacts de langues en Mauritanie. Enfin, elle est chargée de cours à l’université de Lettres et Sciences Humaines et à l’école d’orthophonie de Besançon.

5Ecaterina Bulea Bronckart est docteure en sciences de l’éducation de l’université de Genève où elle enseigne les théories du langage et la didactique de la grammaire. Ses recherches s’inscrivent dans l’approche interactionniste socio-discursive et portent sur les propriétés dynamiques de l’activité langagière, sur le rapport entre langage, interprétation de l’agir et formation, ainsi que sur les principes et les modalités de l’enseignement grammatical.

6Florence Cabot est psychologue clinicienne et art-thérapeute. Elle exerce à la Maison d’arrêt de Besançon depuis 2012 où elle a mené plusieurs projets de groupe d’écriture. Elle tient par ailleurs une permanence à l’AAVI (Association d’Aide aux Victimes d’Infraction) de Besançon et a une activité en libéral. Formée aux problématiques de violences, notamment dans le milieu familial, elle mène une recherche sur le lien entre le fraternel et la criminalité.

7Alexandra Caria effectue ses recherches en analyse conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique : elles portent sur les interactions médicales, notamment en consultation Alzheimer. Après une étude sociolinguistique sur les pratiques d’orientation et d’information des usagers commanditée par la SNCF, elle travaille actuellement dans le cadre d’un projet scientifique sur les échanges Homme-machine, ici un serious game destiné à l’adaptation au changement climatique et à la prévention des risques naturels et industriels.

8Antoine Collin est infirmier en Santé mentale au CH Esquirol de Limoges. Spécialisé en Hypnose et Thérapies Brèves Stratégiques, il est formateur/superviseur et enseignant au sein du DU « Hypnose et thérapies brèves stratégiques » de la Faculté de Médecine de Limoges. Il travaille sur les entretiens motivationnels et le changement ainsi que sur les contes et les métaphores thérapeutiques (cf. l’article « S’il vous plait… Dessine-moi un mouton ! ou un infirmier en psychiatrie » dans Hypnose et Thérapies Brèves, 16/2010).

9Nicolas Couégnas est enseignant-chercheur (MCF HDR) en sciences du langage et directeur adjoint du Centre de Recherches Sémiotiques de l’université de Limoges. Il coordonne l’ANR « Cultures émergentes et médiations sémiotiques ». Ses travaux portent sur les médiations sémiotiques (Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité) et sur la rencontre entre sémiotique et anthropologie (Dossier « Sémiotique et anthropologie des modernes », Actes Sémiotiques).

10Sonia De Martino, linguiste, ingénieure de recherche au Centre Ressources Autisme (PACA, hôpital Sainte-Marguerite), a développé depuis 2007 des ateliers de pragmatique auprès d’enfants et d’adolescents ayant un TSA (Trouble de Spectre de l’Autisme selon le DSM 5). Elle est impliquée actuellement dans un dispositif de prise en charge écologique des relations langagières entre professionnels et personnes TSA (développement d’un programme théorique et pratique à destination des professionnels et potentiellement des parents).

11Séverine Equoy Hutin est enseignante-chercheure en sciences de l’information et de la communication au laboratoire ELLIADD (université de Bourgogne Franche-Comté). Elle mène des travaux notamment dans le champ de la communication au travail et s’intéresse plus particulièrement aux pratiques d’écritures professionnelles sous l’angle de l’argumentation-action dans le discours (écriture de soi, de l’autre et construction de la relation aidant-aidé/soignant-soigné dans l’expertise professionnelle). Elle adopte une perspective sémiodiscursive et communicationnelle et se réfère notamment aux travaux conduits par le réseau interdisciplinaire Langage et Travail.

12Christine Fèvre-Pernet est docteure en sciences du langage et diplômée de l’EN Louis-Lumière section photographie. En tant que maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, elle développe les approches et méthodologies de recherche de l’analyse de discours et de la linguistique sur corpus.

13Joël Fiardet travaille aujourd’hui comme formateur dans un réseau d’addictologie, après trente-trois années d’activité dans le champ social et médico-social, comme éducateur puis comme chef de service. Il s’est orienté vers le travail social après une première carrière comme ouvrier dans l’industrie. Il découvre l’école de Palo Alto une fois devenu animateur en foyer de jeunes travailleurs, et comprend la pertinence auprès des divers publics en grande difficulté qu’il accompagne, d’une approche éducative basée sur les interactions ; une formation complémentaire à l’institut Grégory Bateson de Liège le forme aux psychothérapies systémiques, qui appréhendent les problèmes de l’individu par leur manifestation dans le présent, pour puiser les solutions dans le contexte de sa vie actuelle. Depuis, J. Fiardet s’est employé à appliquer cette approche dans le domaine des addictions.

14Céline Foucault est diplômée en psychologie clinique et pathologique et d’un master en recherche de l’université de Montpellier « liens sociaux-liens symboliques ». Après avoir travaillé dans le cadre d’associations d’insertion et d’animation, elle se consacre depuis 2002 à ses fonctions de clinicienne dans l’association Promo-soins à Toulon et dans un cadre libéral. Elle intervient aussi en analyse des pratiques professionnelles auprès de professionnels du social. La psychanalyse Lacanienne constitue sa principale référence théorique.

15Daniel Francon est médecin anesthésiste-réanimateur dans un hôpital spécialisé dans la prise en charge des maladies cancéreuses, où l’annonce au patient et à ses aidants d’un événement grave indésirable ou d’une mauvaise nouvelle demeure une épreuve fréquente et malgré tout pénible à la fois pour le soigné que pour l’annonceur. C’est ce constat qui a incité D. Francon et son équipe à mettre en place dans le cadre de l’amélioration de la qualité des soins, un enseignement spécifique soutenu par la Direction et le service de formation de l’Institut Paoli-Calmettes. Son accès a été étendu aux Cadres Infirmiers pour permettre d’harmoniser les pratiques à tous les niveaux de la prise en charge.

16Aurore Gribos est psychologue clinicienne au centre hospitalier de Novillars (Doubs), où elle intervient en services de psychiatrie adultes. De 2011 à 2016, elle a travaillé à la Maison d’Arrêt de Besançon. C’est dans ce cadre qu’elle a participé au projet de groupe d’écriture qui fait l’objet d’un des chapitres de cet ouvrage. Dans l’exercice de ses fonctions, elle s’appuie sur les concepts issus de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle, courants qui ont fortement marqué l’évolution de la psychiatrie.

17Lætitia Grosjean est docteure en sciences du langage au Laboratoire ELLIADD. Elle développe des approches visant à étudier les processus communicationnels à l’œuvre dans les institutions sociales et culturelles et s’intéresse particulièrement à la co-construction du sens et des discours en interne (avec les publics/usagers) et en externe (avec les médias notamment).

18Elisabeth Gülich est professeure émérite de linguistique générale et de linguistique française à l’université de Bielefeld (Allemagne). Ses publications sont consacrées à différents thèmes dans les domaines du français parlé, de la linguistique textuelle, de l’analyse narrative et de l’analyse conversationnelle. Ses intérêts actuels s’inscrivent dans le cadre de recherches pluridisciplinaires et portent sur la communication médicale, notamment sur les entretiens entre médecins et patients.

19Sabrina Hezlaoui-Hamelin est docteure en sciences du langage. Ses travaux s’insèrent dans les recherches sur les mobilités et migrations académiques et en sociolinguistique de la migration des contacts de langues. À partir d’une approche qualitative et compréhensive, son objectif est de déterminer l’impact de ces histoires migratoires sur les représentations sociales, sociolinguistiques, de soi et les constructions identitaires d’étudiants en situation de migration académique.

20Laurence Huet est auteure de théâtre, fictions et documentaires radiophoniques (France Culture, France Inter, RFI). Elle recueille ambiances sonores et voix mises à l’écart, qu’elle compose et donne à écouter en guêt. Dans ce même esprit d’écoute entière, formée à l’ayurveda par le Dr. Partap Chauhan (Inde), elle est praticienne en massages, à Promo Soins Toulon et en ville. Autre écriture, holistique, du toucher.

21Adeline Hulin est psychologue clinicienne, docteure en psychopathologie et psychanalyse. Sa pensée s’inscrit dans une clinique d’orientation psychodynamique incluant les référents théoriques psychopathologique, psychanalytique et psychosomatique. Ses expériences cliniques auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes, et ses travaux de recherche l’amènent à penser le symptôme somatique comme un élément nécessaire dans le développement psycho-affectif des patients porteurs d’une pathologie chronique, dans une continuité des travaux en psychosomatique.

22Louis Jeannin est ancien interne et chef de clinique des hôpitaux de Paris de 1961 à 1975. Agrégé en pneumologie en 1976, il est chef du service de pneumologie et de réanimation respiratoire 1977-1998 aux hôpitaux de Dijon et promu Professeur de 1re Classe en 1990. Il est membre du CA du Comité National Contre les Maladies Respiratoires (CNMR). En retraite depuis 1998, il crée le Réseau Prévention Tabac de Côte-d’Or (www.rpt21.fr). Actif dans la lutte contre le tabagisme, il s’engage pour la prise en charge des populations précaires, la formation des professionnels de santé et la prévention en milieu enseignement.

23Jean-François Laé travaille sur les récits qu’on lui donne, des échanges ou par écrit, dans des archives ou à travers des correspondances. La démarche consiste à faire sentir les petites dramaturgies et les savoirs pratiques mobilisés. D’où sa vive attention vers les gestes ordinaires, les postures du corps, les échanges économiques ou les réseaux de parenté. Il réalise une ethnographie en somme des exercices du pouvoir. Entre M. Foucault et E. Goffman, cette sociologie narrative ratisse d’un côté vers des procédés historiques : large quadrillage des concepts du droit, application de l’ordre réglementaire, désindividuali-sation du pouvoir ; de l’autre côté, un regard sur les procédés pratiques – les circulations dans les institutions, les espaces de replis des professionnels, les jeux d’échange pour tenir les gens.

24Sophie Mariani-Rousset est enseignante-chercheure en psychologie au laboratoire ELLIADD (université de Bourgogne Franche-Comté). Elle croise les concepts au regard de différents champs de recherche. Partant de la psychologie sociale, l’auteure s’intéresse à ce qui constitue l’individuation : comment le sujet, en fonction de son histoire et en relation avec son environnement, définit son espace personnel, se situe, se repère, trouve sa place dans l’existence. Les terrains et domaines disciplinaires sont ainsi variés : anthropologie, sciences du langage, psychologie clinique, géographie…

25Noémie Marignier est docteure en sciences du langage. Ses travaux de recherche, croisant les perspectives de l’analyse du discours et des études de genre, portent sur l’articulation entre corps, sexe, sexualité et discours. Elle a soutenu en 2016 une thèse en analyse du discours intitulée Les matérialités discursives du sexe. La construction et la déstabilisation des évidences du genre dans les discours sur les sexes atypiques.

26Hiroko Noda est maître de conférences au département d’études japonaises à l’université Jean-Moulin à Lyon. Docteure en Sciences du langage (2011), elle est également titulaire d’une licence ès lettres (spécialité : psychologie) de l’université Waseda (Tokyo, 1998), et d’un master en sociologie, « Enjeux et pratiques de développement dans les pays du Sud » de l’université de Strasbourg (2013).

27Line Pedersen, docteure en sociologie, est actuellement lectrice en sociologie de travail social et politiques sociales à l’université de Fribourg. À partir d’une posture à la fois compréhensive et critique, son travail de recherche porte sur la construction de la « sortie » des addictions au regard des contraintes morales, sociales et institutionnelles en élargissant ses questionnements à différents thèmes dont la transmission du savoir, le rapport savoir-pouvoir, les interactions de soin et d’entraide.

28Katja Ploog est professeure de linguistique ; le fil conducteur de ses recherches constitue l’hétérogénéité du discours, du point de vue des ressources linguistiques et langagières investies par les locuteurs. Plus récemment, elle s’est intéressée à l’émergence du discours en interaction, en développant une approche séquentielle de la syntaxe, inspirée à la fois de l’ethnométhodologie et des grammaires des constructions.

29François Poinso, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille, dirige le service hospitalo-universitaire de Psychiatrie de l’Enfant à l’hôpital Sainte-Marguerite, et le Centre Ressources Autisme PACA. Il est l’auteur de livres et d’articles dans les champs de la périnatalité et des troubles autistiques.

30Philippe Reichenbach est d’abord titulaire d’un BTS en microtechniques obtenu en 1989, mais délaisse la conception d’interfaces homme/ machine selon les lois Asimov pour s’intéresser rapidement aux interactions hommes/hommes selon Pavlov, Bateson et Piaget. Il débute une formation à l’IRTS de Franche-Comté pour obtenir un Diplôme d’Éducateur Spécialisé en 2006. Après cinq années auprès d’adolescents au sein d’internats éducatifs, il rejoint l’équipe de L’Escale en 2001, où il accompagne des personnes en difficulté avec des conduites addictives.

31Véronique Rey est professeure en sciences du langage et l’auteure d’ouvrages concernant la transmission du langage et les dysfonctionnements langagiers. Ses travaux portent actuellement sur la fonction patrimoniale du langage et sur les dysfonctionnements langagiers. Elle est co-auteure d’un ouvrage paru en 2017 « voix et gestes professionnels ». Elle est co-responsable également d’une formation Rédacteur Professionnel au sein du Master MEEF à l’Espe d’Aix-Marseille.

32Christina Romain est maître de conférences en sciences du langage et travaille à la compréhension et à la description de la violence verbale en milieu scolaire ainsi qu’aux liens existants entre la (co-) construction de la relation interdiscursive et la gestion de la montée en tension violente dans l’interaction. Elle est l’auteure d’ouvrages concernant la transmission du langage et la violence verbale en milieu scolaire et en milieu institutionnel.

33Jorane Saubesty s’est intéressée à la dimension visuelle des interactions en face à face, très tôt dans sa formation linguistique. Après avoir étudié l’organisation des gestes manuels dans l’espace, elle s’intéresse à l’organisation globale de l’interaction et au rôle des gestes dans cette organisation. Son travail peut se voir à travers deux questions : comment s’organisent les différents éléments linguistiques, et plus particulièrement les éléments corporels, entre eux ? Quel est l’impact de la méthodologie sur les résultats ?

34Marion Tellier étudie, depuis 2002, la gestuelle pédagogique des enseignants en croisant deux disciplines : la didactique des langues et les études gestuelles. Ainsi, elle observe comment le geste participe à l’agir professoral en utilisant une approche méthodologique mixte (expérimentale et écologique). Ses questionnements principaux sont : comment le geste devient une pratique professionnelle ? Quel est l’impact du geste de l’enseignant sur l’apprentissage des langues ? Comment la gestuelle peut-elle être abordée en formation de formateurs ?

35Jérôme Thomas est enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent principalement sur la relation médicale en situation de crise, à partir d’enquêtes ethnographiques. En privilégiant une perspective interdisciplinaire, qui articule psychanalyse, anthropologie de la médecine et sociologie de la santé, il analyse les effets politiques et subjectifs de la relation clinique en milieu institutionnel. Ses travaux plus récents tentent de mener une analyse psychanalytique du numérique, notamment en enquêtant sur le statut du désir implicitement contenu dans la gouvernementalité algorithmique.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search