Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Résumés des contributions

Texte intégral

1« circulez, y’a rien à voir ! »… ou quand le discours institutionnel se fige dans une relation de soin pathogène (valérie boucherat-hue, Adeline hulin)

2Ariane, âgée de 45 ans, est en foyer d’hébergement depuis 7 ans. Sa vie est marquée par des relations complexes et parfois étranges. L’équipe éducative rencontre des difficultés de communication et des moments d’errance diagnostique face au « cas clinique » d’Ariane. Écartelée entre une étiquette diagnostique de déficit intellectuel et une représentation psychanalytique d’hystérie, l’équipe éducative est perplexe, d’autant plus qu’au décès de sa grand-mère, Ariane entre dans un deuil pathologique qui s’associe à l’apparition de symptômes somatiques. De même, les discours entre les institutions – d’hébergement et de soins – et les équipes – éducatives et médicales – débouchent sur des paradoxes qui entravent la pensée et des clivages de fonctionnement générant une communication difficile entre eux. Cependant, suite à un travail mené par la psychologue du service sur le déni institutionnel concernant la pathologie d’Ariane, une circulation des émotions puis une amorce de réflexion commune fera de nouveau surface en retissant des liens. La parole apparaît ici comme opérateur de changements, où un nouvel accompagnement est proposé à Ariane par les équipes, permettant à cette dernière d’amorcer un travail sur sa souffrance psychique.

3 Mots-clés : transfert institutionnel, handicap, déni institutionnel, paradoxe, psychopathologie

4 l’errance diagnostique en question dans les forums « Maladies Rares » : de la déconstruction de la figure de l’expert médical à la construction d’une expertise patient (christine Fèvre-pernet)

5Nous observons dans notre contribution, au travers de la circulation de la parole dans les forums « Maladies Rares », comment l’errance diagnostique est vécue et perçue par les malades et comment elle remet en question le rapport au corps médical. Plus précisément, on assiste à une redistribution des rôles et à la création d’une figure d’expert (le « patient expert ») qui tire sa légitimité non plus d’un rôle social donné mais d’une somme d’expériences partagées. C’est à partir d’un corpus textuel, exploité de manière semi-automatique, que l’on s’attache à décrire comment s’opère la mise à distance de la figure de l’expert « médical » et comment se construit la communauté d’expert « patients ».

6 Mots clés : errance diagnostique, forums maladies rares, figure de l’expert médical, co-expertise patient, analyse de discours

7 vérité et gouvernementalité médicale dans l’accueil de la détresse socio-psychique aux urgences de l’hôpital général (Jérôme thomas)

8Cette contribution vise à rendre compte des modalités chaotiques selon lesquelles se construit la relation de soin lors de la prise en charge de détresse socio-psychique aux urgences de l’hôpital. Alors que les urgences hospitalières sont avant tout un dispositif de tri et de normalisation qui abrase l’expression des sujets qui y ont recours, elles sont aussi traversées par une incertitude fondamentale qui provient de la bizarrerie et de l’imprévisibilité des demandes des patients en crise qui déjouent toujours les attentes institutionnelles en termes de formulation des symptômes. L’article montre comment, en fonction de différents critères, la clinique qui se déploie aux urgences fait de ce lieu de soin tantôt un espace de gouvernementalité et d’assujettissement, tantôt un espace de subjectivation et d’émancipation. À partir d’une enquête ethnographique dans plusieurs services d’urgences, l’article étudie les différentes formes de la communication à l’œuvre dans la relation de soin qui s’instaure dans le contexte de la crise et de l’urgence. En conclusion, l’article fait l’hypothèse que toute forme de subjectivation ouverte par la crise ne peut paradoxalement se passer de dispositifs d’assujettissement sur lesquels prendre appui pour les subvertir ou du moins les assouplir. C’est l’idée de flottance de l’urgence.

9 Mots clés : urgence, psychiatrie, gouvernementalité, clinique, subjectivation

10 la transgression du contrat de communication dans la relation de soin en ehpad (hiroko Noda)

11Cet article vise à interroger la transgression du contrat de communication dans l’interaction de soin au sein d’Établissement d’Hébergement pour les Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). Les aides-soignantes (AS) sont amenées à s’ajuster à la capacité communicationnelle de chaque résident. Mais cet ajustement peut entraîner la transgression du contrat de communication. Une étude de terrain effectuée dans des EHPAD a montré que certaines AS ont employé « discrètement » des expressions affectueuses telles que ma chérie aux résidents, tout en sachant que leur emploi est interdit par l’établissement. Dans ce cas, les AS transgressent les règles en pensant au bien du résident. Par ailleurs, la transgression peut se manifester par une certaine forme de violence verbale et/ou physique. Ces cas de transgression du contrat de communication font apparaître la complexité des relations entre les AS et les résidents, ainsi que leur vulnérabilité.

12 Mots clés : transgression, relation de soin en EHPAD, travail des aides-soignantes, contrat de communication, norme

13 des paroles influentes. l’efficacité sémiotique des thérapies brèves sous hypnose (Antoine collin, Nicolas couégnas)

14À partir d’un corpus d’une cinquantaine de séances de thérapies brèves sous hypnose (CHU de Limoges), est proposée une modélisation des séances, qui tente de rendre compte de la dynamique hypnothérapeutique. Cette modélisation est le fruit de la collaboration entre un soignant, praticien et enseignant en hypnose, et un sémioticien. L’enjeu est à la fois de comprendre précisément cette dynamique où l’hypnose est au service du soin, et de proposer à partir de l’analyse des discours produits pendant les séances un modèle utilisable par les praticiens. La théorie des quatre SAS (Scènes actantielles des Séances) qui en résulte, et constitue le cœur de ce modèle, s’inspire de la notion d’efficacité symbolique, et en propose une reformulation à visée pratique. Elle ouvre un espace de discussion entre praticiens de la santé et chercheurs en sciences humaines et sociales, nécessaire pour appréhender l’émergence actuelle des thérapies complémentaires, où les composantes symboliques et communicationnelles jouent un rôle essentiel.

15 Mots clés : thérapies brèves, hypnose, efficacité symbolique, sémiotique, discours médical

16Emprunts de mots, écriture de soi. Récit d’un groupe d’écriture réunissant des détenus originaires des pays de l’Est de l’Europe (Aurore Gribos, Florence cabot)

17Dans le contexte carcéral, la demande de soins psychiques faite par les personnes détenues issues de l’étranger est avant tout celle d’un soutien. Comment accueillir et penser la prise en charge de ces personnes isolées ? Comment dépasser la barrière de la langue sans nier la singularité de chacun ? Quel travail thérapeutique est possible ?

18L’expérience présentée a consisté à mettre en place un groupe d’écriture constitué de personnes détenues originaires de pays de l’est de l’Europe. La proposition a émergé de l’hypothèse que, malgré les différences culturelles et les antagonismes potentiels entre les membres pressentis, les processus groupaux pourraient favoriser la réduction de l’écart entre le sentiment d’isolement et le sentiment d’appartenance à un collectif pour réanimer la vie psychique individuelle. L’écriture a été envisagée comme médiatrice, c’est-à-dire comme un tiers proposant les ressources nécessaires pour créer une circulation entre le groupal et le subjectif, faire émerger et mettre au travail la question de l’attachement.

19 Mots-clés : contexte carcéral, soin psychique, atelier d’écriture, appartenance

20Analyser la parole pour établir un diagnostic : perspectives du travail pluridisciplinaire entre médecins et linguistes (Elisabeth Gülich)

21Cet article fait partie de recherches effectuées par des neurologues et des linguistes. Le point de départ est une observation qu’un neurologue fait dans son travail clinique au cours d’entretiens avec des patients souffrant de crises épileptiques ou non épileptiques : il découvre des différences considérables entre leurs descriptions des crises et formule l’hypothèse qu’il y aurait un rapport entre le type de crise et le type de description. Tandis que l’attention des médecins porte normalement sur le contenu de ce que disent les patients, il s’agit ici d’observer comment ils le disent. La formulation est jugée pertinente pour l’élaboration d’un diagnostic. Comme l’examen médical des patients vise tout d’abord à déterminer si leurs crises sont épileptiques ou d’origine psychogène, l’objectif pratique de ces recherches est de développer une méthode supplémentaire pour contribuer au diagnostic différentiel. Le cas étudié ici est un exemple concret qui illustre le travail effectué par une équipe pluridisciplinaire et montre comment l’analyse linguistique peut servir aux médecins à mieux comprendre la parole du patient et sa valeur diagnostique.

22 Mots clés : analyse conversationnelle, récit de maladie, diagnostic médical, épilepsie, angoisse

23 la fonction patrimoniale du langage : de la relation de soin à la remédiation des troubles de la pragmatique chez des adolescents avec t.E.d. sans di (Sonia deMartino, véronique Rey, christina Romain, François poinso)

24Un travail pluridisciplinaire (praticiens hospitaliers et linguistes) a été conduit en milieu hospitalier, pendant un an, auprès de patients qui présentent un Trouble Envahissant du Développement (TED) sans Déficience Intellectuelle (D.I.) ou un syndrome d’Asperger. L’équipe s’est questionnée sur la remédiation des troubles de la pragmatique auprès de cette population : Comment aider ces jeunes à élaborer un discours ? Comment améliorer voire créer une dynamique interactionnelle ? Nous avons proposé une nouvelle fonction du langage, la fonction patrimoniale du langage. Cette fonction permet la transmission ritualisée d’une technique langagière qui allie gestes vocaux, sons et sens. Les situations relationnelles de soin et leur mise en place ont été intégrées dans une dynamique de prise en charge, au sein d’un atelier de pragmatique, en employant la fonction patrimoniale du langage.

25 Mots clés : langage, fonction patrimoniale du langage, troubles pragmatiques, autisme, Asperger

26 l’annonce d’une mauvaise nouvelle à un patient : méthodologie de l’analyse multimodale d’un corpus de formation (Jorane Saubesty, Marion tellier, daniel Francon)

27À travers notre étude, nous proposons une analyse linguistique des interactions patient/médecin en situation de formation à l’annonce d’événement indésirable grave (EIG). Nous nous plaçons dans le cadre de la linguistique interactionnelle, laquelle a pour objectif d’étudier les structures et les usages de la langue, en interaction et dans son environnement naturel (Selting et Couper-Kuhlen, 2001 : 1). Nous adoptons également une perspective multimodale, à savoir que nous considérons la parole comme un tout composé de vocalisations, de gesticulations, d’expressions faciales, etc. (McNeill, 1992). Partant du constat de Lausberg et Sloetjes (2009) selon lequel la méthodologie employée pour la catégorisation gestuelle, notamment, n’est souvent pas clairement définie et reste opaque, nous souhaitons exposer le schéma d’annotation utilisé dans notre étude de façon claire et précise. Ce schéma s’articule autour de deux notions interactionnelles que sont les séquences de réparation et les feedbacks et des différentes modalités langagières.

28 Mots clés : Schéma d’annotation, formation des médecins, analyse linguistique, multimodalité

29 démêler les souvenirs du patient en consultation Alzheimer (Alexandra ortiz caria)

30En consultation Alzheimer, le médecin évalue le patient notamment par sa capacité à (se) rappeler l’actualité notable ou récente, référence supposée partagée. Dans la perspective de l’Analyse de Conversation nous décrivons le travail collaboratif et continu de choix lexicaux et de sélections thématiques accompli. Si le patient reconnait l’existence d’événements, il présente des difficultés à les dire et donc à produire la « bonne » réponse. Quand démêler des souvenirs sur un thème affecte le patient, privilégiant ses besoins socio-émotionnels, le médecin interrompt le test sinon il persévère dans son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques. Il propose alors une amorce, puis des relances thématiques simplifiées jusqu’à la tentative référentielle indiquant par un dispositif de reconnaissance le thème attendu. Ces réparations prolongent la temporalité du test tout en en complexifiant l’organisation et donne un éclairage du travail d’ajustement mutuel réalisé.

31 Mots clés : références communes, procédure de réparation, test mnésique, analyse de conversation, consultation Alzheimer

32 l’interaction de soin à la croisée des regards : quand la sociologie et les sciences du langage se rencontrent (lætitia Grosjean, Sabrina hezlaoui-hamelin, line pedersen)

33Cette contribution s’inscrit dans le cadre du projet pluridisciplinaire « Parole émergée » initié en 2012 à l’université de Franche-Comté en collaboration avec L’Escale, un CSAPA en Haute-Saône. Son objectif, en analysant des enregistrements d’échanges entre usager et soignants et les traces écrites internes des professionnels, est de rechercher les marques discursives et interactionnelles d’une (re)construction identitaire des usagers de substances psychoactives. Par l’étude d’interactions verbales, il s’agit ici de montrer la grande complémentarité de la sociologie et des sciences du langage pour comprendre et analyser les relations de soins. Ainsi, après une présentation du projet, l’article propose une analyse discursive d’une interaction verbale permettant d’étudier la négociation et l’émergence du sujet dans l’échange, ensuite une analyse sociologique des modalités d’engagement dans l’interaction. Ces deux pans d’analyses permettent enfin de conclure que la collaboration entre la sociologie et les sciences du langage permet la saisie d’un phénomène envisagé à tous ses niveaux d’analyse (micro, meso et macro).

34 Mots clés : interaction de soin, négociation, construction identitaire, transgression, travail institutionnel

35Négociations du soin entre médecins et parents d’enfants intersexes : les discours rapportés dans les dossiers médicaux (Noémie Marignier)

36Ce chapitre propose de mener une analyse des discours rapportés dans les dossiers médicaux d’enfants intersexes. On s’intéressera aux différentes manières dont les soignants retranscrivent leurs interactions avec les parents d’enfants intersexes. On montrera que les situations de désaccord entre soignants et parents, retranscrites au discours direct avec beaucoup plus de précision que les situations d’accord (prenant généralement la forme du discours narrativisé), contraignent les soignants à produire des discours explicites sur leurs choix thérapeutiques. La fonction d’information du dossier médical vis-à-vis de l’équipe soignante est alors doublée d’une fonction de justification des actes à accomplir et de délimitation de la place des différents acteurs du soin. Le dossier médical devient le lieu d’inscription de la réflexion des soignants, laissant apparaître leurs subjectivités et leurs représentations.

37 Mots-clés : discours rapportés, intersexuation, réflexivité, dossiers médicaux

38 un coup de cuillère de trop ? le travail des récits aux prud’hommes (isabelle Astier, Jean-François laé)

39Comment aider une personne âgée à se nourrir alors qu’elle ne le souhaite pas ? Faut-il la laisser tranquille et combien de temps ou convient-il de l’obliger ? Comment interroger les pratiques quotidiennes d’aide, penser ce dilemme et les désaccords entre le personnel d’un EHPAD ? Les pages qui suivent explorent le procès au prud’homme de Mme Fumet, aide médicale, soit une accumulation hétérogène de regards, d’écrits, de règlements, de témoignages, de discours, de cahiers de liaison, de textes qui forment un scénario afin d’entrer dans le droit. Notre choix théorique consiste à superposer les récits contradictoires, soit une sociologie narrative qui prend en charge les forces opposées pour rendre compte des relations de pouvoir dont elles sont l’objet. Ce faisant, les concepts de « vulnérabilité », « dignité », « harcèlement », « maltraitance » changent suivant les récits, les situations et les contextes. La jurisprudence procède de cette même méthode : démêler cet emmêlement.

40 Mots clés : sociologie narrative, jurisprudence, droit social, relation d’aide

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search