Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Seconde partie : la parole comme lieu du soin

L’interaction de soin à la croisée des regards : quand la sociologie et les sciences du langage se rencontrent

Lætitia Grosjean, Sabrina Hezlaoui-Hamelin et Line Pedersen

Résumé

Cette contribution s’inscrit dans le cadre du projet pluridisciplinaire « Parole émergée » initié en 2012 à l’université de Franche-Comté en collaboration avec L’Escale, un CSAPA en Haute-Saône. Son objectif, en analysant des enregistrements d’échanges entre usager et soignants et les traces écrites internes des professionnels, est de rechercher les marques discursives et interactionnelles d’une (re)construction identitaire des usagers de substances psychoactives. Par l’étude d’interactions verbales, il s’agit ici de montrer la grande complémentarité de la sociologie et des sciences du langage pour comprendre et analyser les relations de soins. Ainsi, après une présentation du projet, l’article propose une analyse discursive d’une interaction verbale permettant d’étudier la négociation et l’émergence du sujet dans l’échange, ensuite une analyse sociologique des modalités d’engagement dans l’interaction. Ces deux pans d’analyses permettent enfin de conclure que la collaboration entre la sociologie et les sciences du langage permet la saisie d’un phénomène envisagé à tous ses niveaux d’analyse (micro, meso et macro).

Texte intégral

1. introduction

  • 1  Sous la responsabilité de Katja Ploog, alors à l’université de Franche-Comté (ELLIADD).

1Le projet « Parole émergée », conduit de 2012 à 2015 à l’Université Bourgogne-Franche-Comté1, est une recherche-action visant à saisir (documenter, décrire, analyser) le processus de construction identitaire qui se déroule au fil des interactions de soin en structure pluridisciplinaire. La relation soignants-soigné y est particulièrement complexe en ce que les structures de ce type proposent des parcours de soin à plusieurs voix, où l’usager rencontre plusieurs acteurs professionnels sur une durée qui peut être longue (plusieurs années) et à intervalles très variables. L’équipe des chercheures associées autour de ce terrain est résolument pluridisciplinaire, faisant intervenir linguistique, analyse de discours, psychologie, sociolinguistique et sociologie. Le recueil de données est mené en collaboration étroite avec la structure d’accueil, L’Escale, un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) à Vesoul en Haute-Saône. Le projet s’inscrit dans la problématique des identités discursives : par-delà les compétences structurelles et communicatives, tout locuteur possède un profil interactionnel qui, dans le cas des usagers de substances psycho-actives, est altéré par cet usage. Notre investigation est motivée par l’hypothèse que l’usager construit/élabore son identité sociale spécifique, circonstanciée dans cette relation de soin, au fil des échanges avec les professionnels : il s’agit alors de s’interroger sur les contenus clés autour desquels l’élaboration de l’identité est amorcée ; sur les étapes de cette élaboration, dont il convient d’appréhender dans quelle mesure elles sont généralisables. Dans un contexte de partenariat soignant-soigné revendiqué par les professionnels, il s’agit en outre d’établir comment ces derniers participent à la construction identitaire de l’usager : notamment, quels sont les ressources langagières utilisées par les professionnels pour soutenir l’usager dans ce processus de construction identitaire ? Quels supports et quels types d’échanges les professionnels mettent-ils en œuvre pour garantir la cohésion de cette approche qu’on peut qualifier de « fragmentaire » ?

2Nous illustrerons, sur la base d’un extrait d’interaction, nos approches respectives en nous interrogeant sur les intersections existantes et de leur opportunité pour la saisie du phénomène, en particulier en apportant des éléments de réponse aux questions suivantes : quelle place est accordée à chacun(e) dans l’interaction et comment ces places sont-elles appropriées, négociées, ajustées, contournées en fonction des représentations du soin, de la relation de soin et des statuts formels de chacun ? Comment ces assignations sont-elles acceptées, réappropriées ou contestées par ceux et celles qui en font l’objet ? Plus précisément, quel renouveau ce croisement peut-il apporter dans la compréhension de la manière de catégoriser l’autre ? Il apparaitra que ces questions permettent de nourrir le dialogue entre sciences du langage et sociologie.

2. terrain et données détude

  • 2  Voir aussi les zooms de Joël Fiardet et de Philippe Reichenbach dans le présent volume.
  • 3  Cf. références en fin d’article.

3La structure d’accueil pour nos observations est le CSAPA L’Escale, une structure pluridisciplinaire ayant pour mission la prise en charge psychologique, médicale et socio-éducative de l’usager de substances psychoactives par des traitements de substitution et un accompagnement à l’insertion sociale2. Le corpus d’étude3 est composé d’enregistrements d’échanges soignant-soigné, de traces écrites internes ainsi que d’entretiens avec les acteurs professionnels sur les usagers et concernant leurs pratiques d’échange avec les usagers.

4Nous avons choisi un extrait qui nous semble pertinent afin d’étudier les négociations et ajustements des manières de s’identifier et identifier l’autre, ainsi que les critères moraux qui sous-tendent ces catégorisations :

3. Analyse discursive de linteraction entre soignant-soigné

5Avant de présenter notre analyse de l’extrait ci-dessus, nous détaillerons quelques éléments théoriques relatifs à l’interaction.

3.1. la relation sociale et la relation interlocutive4

  • 4  Pour la rédaction de cette partie théorique, nous nous sommes référées aux travaux de Vion (1996, (...)

6D’après Vion, analyser des interactions verbales nécessite d’établir, avant tout, une distinction entre deux relations qui sont en interrelation constante, à savoir la relation sociale et la relation interlocutive. La première « correspond à la reconnaissance, par les sujets, du cadre dans lequel se déroulent leurs échanges, de la façon qu’ils ont de se positionner l’un vis-à-vis de l’autre et de conduire leurs activités langagières » (Vion, 1996, §1). Selon l’auteur, cette relation est à la fois extérieure et subordonnée au langage. Extérieure au langage parce qu’elle est observable au niveau de la manière de gérer le discours : la circulation de la parole et sa verbalisation ; subordonnée car elle se construit à partir de la mise en place de contenus qui déterminent, en outre, l’attitude des locuteurs par rapport à ces derniers. Par exemple, le choix du lexique par le sujet lui permet de se positionner en tant qu’expert ou non, et de ce fait d’initier le positionnement de son interlocuteur ; en sciences du langage, la relation sociale relève de la sociolinguistique. En revanche, la relation interlocutive, qui concerne la linguistique (structurelle), est « construite dans et par l’activité langagière » (Vion, 1996 : §2). Selon Vion, « en fonction du postulat selon lequel les interlocuteurs laissent des traces de leur présence et de leurs activités au sein des messages qu’ils échangent (théories de l’énonciation) et du concept d’accountability des ethnométhodologues, les sujets sont amenés à construire un ordre qui n’est ni isomorphe, ni subordonné à celui impliqué par la relation sociale. Ces deux ordres ne sont cependant pas autonomes : ils dépendent l’un de l’autre sans jamais se trouver, l’un vis-à-vis de l’autre, dans une relation unidirectionnelle de subordination. Une telle attitude conduit à postuler que, si l’ordre social préexiste à toute interaction particulière, la mise en œuvre de la relation sociale, dans la mesure où elle s’articule à une relation interlocutive, entraîne une production et non une simple reproduction du social » (1996 : §2). De ce fait, il est nécessaire pour l’analyse d’une interaction de prendre en compte les deux relations, sociale et interlocutive : nous postulons que les sujets, en communiquant, doivent gérer en même temps des places institutionnelles (sociales) et discursives.

7Dans un premier temps, nous devons déterminer le cadre interactionnel. Il ne suffit pas d’indiquer les positions des interlocuteurs (la relation sociale), mais aussi « comment la gestion du discours dessine des rapports de place entre les sujets et comment ceux-ci “définissent” le cadre social dans lequel ils communiquent » (Vion, 1996, §5). Vion postule que les sujets possèdent une typologie implicite qui leur permet de reconnaître le cadre de la situation interactionnelle dans laquelle ils se trouvent. Le sens que prennent les interactions et les échanges est déterminé par l’association de cette situation de rencontre à un ensemble de types d’interaction.

8Le cadre social de la rencontre documentée est une consultation dans laquelle l’infirmière délivre à l’usager son traitement de méthadone quotidien. Nous verrons plus loin que lors de cette rencontre différents thèmes de discussion surgissent tout au long de l’extrait.

9Dans ce qui suit, nous étudierons deux phénomènes, à savoir : la négociation et l’émergence du sujet dans l’interaction.

3.2. la négociation dans l’interaction

10Si, dans le langage courant, la négociation renvoie aux interactions commerciales ou diplomatiques dans lesquelles la situation de départ est définie par des participants en désaccord (effectif ou potentiel) sur un sujet donné, avec comme objectif principal de parvenir à un accord (Traverso, 1996, 1999), l’approche interactionniste défend une conception de la négociation qui en décrit plusieurs aspects conversationnels : comme co-construction (Bange, 1992), comme mode de résolution de désaccords (Kerbrat-Orecchioni, 1984), et comme principe général de la structuration du discours (Roulet, 1987). Nous adopterons ici la conception de Kerbrat-Orecchioni qui considère que la négociation a pour fonction de dépasser un désaccord. La négociation est perçue comme un ensemble de procédés par lesquels les participants construisent la situation dans laquelle ils sont engagés. Ces procédés de co-construction sont mis en œuvre de façon spontanément consensuelle ; et, pour ceux où l’accord n’est pas présupposé, leur mise en œuvre « nécessite au contraire l’intervention de procédures de transaction, ou de négociation » (Kerbrat-Orecchioni, 1984 : 225).

11Dans notre extrait, c’est l’infirmière qui se trouve à l’initiative de la négociation. Se rendant compte que l’usager n’a pas honoré son rendez-vous au centre (CMP), elle déploie des tentatives variées pour convaincre l’usager d’appeler le centre pour s’excuser (interventions 5-7). Mais l’usager justifie son comportement par un problème d’accès au téléphone et l’échange prend alors une autre orientation, sur un incident antérieur, lié à la facture de téléphone (interventions 10-22), dont les deux interlocuteurs ont connaissance. L’infirmière réoriente la conversation vers le sujet de départ (appeler le CMP) mais l’usager entame à nouveau un autre sujet (intervention 24), son mal-être. L’infirmière, sans pour autant ignorer cette intervention, lui propose d’appeler de son bureau « ouais mais ça peut ++ si tu veux les appeler hein tu peux appeler d’ici ma foi c’est une proposition » (intervention 27). Encore une fois, elle ne réussit pas à atteindre son objectif et l’usager reformule à nouveau sa situation critique du fait de son oubli d’appeler (interventions 28-30) déjà évoqué au début de l’échange (intervention 10). L’infirmière saisit cette occasion pour l’inciter à aller les voir pour son mal-être et, en même temps, en profiter pour s’excuser (interventions 31-34). Ici, l’usager semble manifester son accord pour aller les voir (intervention 32). Ne parvenant pas échanger sur la question avec l’usager, l’infirmière abandonne et introduit un nouveau sujet : le week-end de l’usager (intervention 39). Finalement cette négociation ne semble pas atteindre ses objectifs. Si l’on schématise l’interaction, nous observons cinq sujets différents qui s’entremêlent : 1/appeler le CMP, 2/problème de téléphone, 3/l’usager a mal, 4/l’état psychique de l’usager et 5/le week-end. Le premier sujet est soutenu par l’infirmière au centre de l’interaction et les autres gravitent tout autour de ce dernier.

3.3. l’émergence de soi dans l’interaction de soin/avec autrui

  • 5  Issu de l’analyse du corpus de S. Mariani-Rousset.

12Nous proposons à présent d’étudier l’émergence du sujet dans le discours. Pour cela, nous avons tout d’abord relevé dans cet extrait tous les mots/phrases ou pronoms utilisés par l’usager et qui renvoient soit à lui-même soit aux autres5. Nous avons relevé l’utilisation de « il » (2 fois) à propos de la personne à qui il a prêté le téléphone (interventions 16, 18), « les » (1 fois) qui renvoie aux professionnels du CMP (intervention 35) et à la fin de l’échange en parlant de ses parents « chez mes parents ». Par ailleurs, on note l’utilisation, par l’usager, du pronom personnel « je », 25 fois, « moi » 1 fois, « mes » 1 fois et « m’ » 1 fois. L’infirmière, quant à elle, en essayant d’établir un lien avec l’usager, ne fait recours à « je » que 2 fois contre 34 fois en utilisant « tu » ou « t’ ».

Je / me

Tu, t’, toi…

L’infirmière

2

34

L’usager

28

0

13Les indicateurs de personnes Je-Tu dominent l’interaction. Selon Martin Buber (1969), celui qui dit Tu s’offre à une relation, le Tu se donne et se reçoit. Dans cette interaction, l’usager reçoit le Tu et y répond par un Je. La répartition Je-Tu semble donc coïncider avec le cadre interactif de l’entretien supposant une complémentarité et une dynamique de questions-réponses. La forte présence du Tu chez l’infirmière montre son implication professionnelle dans la relation de soin, elle y joue le rôle d’une présence tournée vers l’autre pour favoriser l’émergence de sa parole et de sa responsabilité. Elle dépasse le cadre de la stricte consultation médicale pour orienter l’usager dans ses démarches. Pour ce faire, elle interroge, propose, suggère, et devient moteur d’un retour vers soi pour l’usager. Celui-ci, face aux sollicitations de l’infirmière, semble cependant rester sur le thème de « la psychologue » (intervention 2) du tout début de l’interaction – l’inclinant à penser son état –, et non du thème de l’appel concret que l’infirmière souhaite voir se réaliser. En effet, avant de téléphoner et de prendre un nouveau rendez-vous avec la psychologue, l’usager n’est-il pas dans cet échange en train de se convaincre ou de prendre conscience qu’il a réellement besoin de la voir ? Les éléments discursifs « je suis dans une merde » (intervention 10), « j’ai mal » (intervention 24), « je suis en train de péter les plombs » (intervention 28) et « là j’en ai plus que ras la casquette » (intervention 38) élaborent verbalement son état psychologique. Il se parle à lui-même, se réfléchit hic et nunc grâce à la présence de l’infirmière, il se dit même qu’il va « finir par faire une connerie ». L’infirmière en gardant son objectif (le convaincre d’appeler) nous semble donc, malgré elle, favoriser l’émergence d’une conscience de son mal-être et, de fait, des raisons de s’engager à voir/à appeler une psychologue. Ainsi, la négociation n’est-elle pas ici, avant tout chose, celle qu’il mène avec lui-même avant de se décider à appeler pour honorer cette fois le rendez-vous ? Pour mieux interpréter cette interaction et le profil communicationnel de cet usager, il sera utile d’analyser d’autres interactions entre lui et cette infirmière, et avec d’autres professionnels.

4. Analyse sociologique des modalités dengagement dans linteraction

4.1. les cadres d’expérience : les modalités d’engagement dans l’interaction de soin

14Pour analyser les interactions de soin d’un point de vue sociologique, nous mobilisons des concepts opératoires du paradigme interactionniste, et notamment la notion de cadres d’expérience de Goffman (1974) qui renvoie à des « opérations de cadrage qui organisent la configuration et la signification des activités » (Cefai & Gardella, 2012 : 236). Le cadre primaire, c’est-à-dire la compréhension « littérale » des activités accomplies qu’ont les acteurs y participant, semble dans un premier temps aisé à définir : une interaction de soin entre une soignante et un soigné, dont l’objectif principal est d’administrer (l’infirmière) et de prendre (l’usager) le traitement de méthadone. Dans le cadre du soin, l’infirmière fait régulièrement le point sur ce traitement avec le patient (posologie, effets secondaires, le rythme des rendez-vous nécessaires pour la distribution et la prise des médicaments). Parfois les rendez-vous avec l’infirmière peuvent aussi consister en un petit bilan de santé (poids, rythme de sommeil, repas, tests urinaires pour faire le point sur les consommations). Dans ce cadre primaire, le déroulement de l’interaction va alors de soi. Néanmoins, on peut observer, de manière globale dans l’extrait comme dans les autres données à notre disposition, une transformation du cours des choses, autrement dit une modalisation de l’activité observable par les réitérations des demandes ou des thématiques de l’échange verbal, ainsi que les détournements de la situation. Il convient alors de s’intéresser aux événements, gestes et paroles qui participent à cette transformation pour ressaisir les cadres secondaires qui en procèdent. Quelles sont les différentes modalités d’engagement des acteurs dans l’expérience de l’interaction ?

  • 6  6Fassin (2006) analyse ce registre compassionnel devenu dominant dans l’action publique en matière (...)

15Nous proposons une typologie de quatre modalités d’engagement selon les rôles et les places négociées et ajustées dans l’interaction. Premièrement, l’interaction se passe entre des professionnels ayant une formation spécifique et proposant des soins spécifiques (la posologie, signes de manques, etc.) et des patients à qui on prodigue le soin. On pourrait dire que leurs activités obéissent à une convention renvoyant aux compétences professionnelles (ici paramédicales) et engagent des savoirs plus ou moins formels. Deuxièmement, les usagers sont aussi des ayant-droits, donc des citoyens face à qui les professionnels agissent comme des agents d’un service (distribution gratuite et anonyme de la méthadone, mais aussi la mise à disposition du téléphone par exemple pour des démarches administratives entre autres). Troisièmement, cet extrait (et bien d’autres) font apparaître que les professionnels agissent aussi en « écoutants » face aux usagers « souffrants », qui se dévoilent partiellement et peuvent raconter des fragments de leurs histoires de vie, en ce sens qu’ils parlent, ou qu’ils soient incités à parler, de leurs émotions, de leurs souffrances, de leurs joies6. Enfin, et quatrièmement, on peut noter une modalité d’engagement qui relève d’une rencontre « ordinaire » entre deux sujets recourant aux rituels et codes en vigueur d’une interaction entre deux « personnes privées » (parler de la météo, « tu as passé un bon week-end », « bonne journée », etc.). Cela donne le tableau suivant :

Situation

p02

u29

Soin/professionnel

Soignante

Patient

Service public

Agent

Usager

Récit de soi/dévoilement des émotions

Écoutant

Souffrant

Rencontre de deux individus

Sujet social

Sujet social

16Les cadres de l’expérience sont vulnérables, en ce sens que les interactants sont toujours exposés au doute et à l’échec ; les « conditions de félicité » (Goffman, 1987) nécessaires à la réussite de l’interaction ne sont donc pas remplies, comme on peut l’apercevoir à certains endroits dans l’extrait – par exemple par le fait que l’infirmière cherche une solution au rendez-vous raté de l’usager dans un centre médico-psychologique, pratique (convenir d’un nouveau rendez-vous) et morale (s’excuser auprès du personnel), alors que l’usager revient sur ce qui le « trouble ». Nous pouvons rapprocher cette analyse à l’idée de transgression du contrat de communication (Charaudeau, 1995). Le contrat de communication est défini comme l’ensemble des conditions permettant l’identification réciproque et regroupe pour ce faire : la reconnaissance des identités, des finalités, du propos et des circonstances de l’acte. Si la transgression est l’action de dépasser des limites imposées (loi, règles, obligations), c’est aussi une remise en cause des règles mêmes, de la légitimité d’un système, familial ou sociétal, établi et censé aller de soi (Estellon 2005, Seguin 2012, Morel 2003).

17Néanmoins, ces « distorsions de la communication » peuvent avoir un rôle analytique important (Cefai & Gardella, 2012 : 240), en ce sens qu’elles font apparaître ce qui est requis pour le maintien d’un cadre. L’infirmière, en effet, a travaillé à faire émerger des réponses ou des choix quant aux propositions et aux contraintes de la structure, en mettant en œuvre des stratégies verbales particulières (recadrage, répétition, reformulation). Qu’est-ce que cela nous apprend sur les stratégies éthiques et les « bonnes pratiques » professionnelles que les soignants tentent de suivre pour mener à bien l’interaction ? Nous pouvons déjà en identifier certaines : proposer sans imposer le soin et l’accompagnement à l’usager (« ma foi c’est une proposition »), solliciter l’avis de l’usager (« qu’en penses-tu ? »), mais aussi écouter sans toutefois effectuer des tâches pour lesquelles ils ne sont pas formés en ce sens que l’infirmière tente d’orienter le patient vers le centre médico-psychologique : « ce serait peut-être mieux d’aller les voir et puis euh + peut être qu’en urgence tu pourras peut-être la voir ou voir quelqu’un +++ »), et finit par imposer un tout autre sujet de conversation (« tu es allé chez tes parents ce week-end ? »). Plus que des transgressions du contrat de communication, il est question d’une pluralité du « soi professionnel » (Laforgue, 2009) leur permettant d’orienter leur action à partir d’un horizon d’attentes pluriel. Toutefois, on peut se demander si cette « hybridation » ne résulterait pas d’injonctions paradoxales, en ce sens que le professionnel prend en charge un aspect jugé problématique de l’expérience de l’usager, et en délaisse d’autres faisant pourtant partie de l’horizon d’attentes de l’usager. Peut-on dire qu’il s’agit d’un double bind (Watzlawick etal., 1972), c’est-à-dire que les acteurs institutionnels n’obéissent pas seulement aux contraintes d’ordre interactionnel, mais aussi aux injonctions politiques d’ordre institutionnel ?

4.2. Échelle de grandeurs : l’économie morale du traitement institutionnel

  • 7  C’est à la fois « imposé » par la loi de 2002 sur l’autonomie des patients, et par la politique de (...)
  • 8  Il s’agit ici du récit de leurs expériences avec les produits, afin de « mieux comprendre » pourqu (...)
  • 9  Un texte phare dans ce contexte serait la loi du 2 janvier 2002 sur la reconnaissance de droit aux (...)

18L’accompagnement et le soin dans les centres de soin, et à l’Escale, présentent la particularité de devoir simultanément considérer les usagers comme autonomes, capables de se définir et savoir ce qu’ils veulent7, et de devoir les accompagner vers cette autonomie. On peut effectivement observer la construction d’un registre discursif « expérientiel » dans la prise en charge des addictions (Pedersen, 2015). Ce registre met l’accent sur la prise en compte de « l’éprouver8 » et sur le postulat que « l’usager est le principal expert de lui-même ». On peut supposer que ce registre traduit une évolution dans les textes encadrant les institutions de soin et qui visent, en théorie, à conforter la démocratie sanitaire et à définir les normes des « bonnes pratiques » professionnelles (Drulhe, 2008)9. Même s’il ne faut certainement pas être dupe de la rhétorique professionnelle, dans les CSAPA comme dans d’autres dispositifs de prise en charge des populations dites vulnérables, il convient de prendre en compte les changements que les mots et les textes peuvent produire (Fassin, 2004). Ainsi, un ajustement de l’ethos professionnel semble empiriquement constatable, en ce sens que nous observons non seulement un discours de l’approche expérientielle comme une valeur centrale, mais aussi l’engagement dans une posture d’écoute et d’empathie des professionnels.

  • 10  Les formes de contraintes que nous avons pu observer dans les centres de soin sont spatiales (l’at (...)
  • 11  Certains exemples mentionnés ici et certains d’autres qui suivent proviennent d’autres transcripti (...)
  • 12  Cité par Laforgue, 2009 : § 21.

19Néanmoins, plutôt que d’y voir un abandon complet par les professionnels de l’addictologie de toute forme de contraintes10 – même peu visibles et non-violentes, pour adopter un modèle institutionnel démocratique dans son fonctionnement, symétrique dans ses relations de soin et d’accompagnement, ainsi qu’amoral (au sens d’une absence de jugements moraux) dans son approche –, il semble pertinent d’explorer l’hybridité des formes de travail orienté vers autrui. Plusieurs sociologues distinguent un travail « sur » et « avec » autrui dans les dispositifs sanitaires et sociaux de prise en charge des « populations vulnérables » (Dubet, 2002 ; Astier, 2007 ; Laforgue, 2009). Laforgue (2009) a prolongé cette réflexion en distinguant quatre types de travail institutionnel, fondés chacun sur des schèmes spécifiques : outre le « travail sur autrui » et le « travail avec autrui », les institutions publiques contemporaines intègrent des formes de « travail pour autrui » et de « travail sans autrui ». On peut d’abord observer une forme de « travail avec autrui » consistant non plus à normaliser mais à « accompagner » l’usager, qui est la forme valorisée par l’institution, par exemple en observant comment les professionnels sollicitent l’avis de l’usager à plusieurs endroits (« si tu veux tu veux appeler d’ici t’excuser ? », « qu’est-ce que tu en penses ? », « est-ce que vous souhaitez que je vous accompagne »11). Le professionnel semble ici soucieux de développer une relation plus symétrique en essayant de « rechercher dans la personne elle-même les propres ressources de son dépassement » (Ion, 2005 : 712), ce qui fait écho à l’objectif de l’autonomisation des usagers (l’idée d’empowerment).

20Tout en traitant l’usager avec sollicitude, le professionnel oriente cependant son action à partir d’un horizon d’attentes normatives prédéfinies, en ce sens qu’une certaine normalisation est visée, ce qui peut se voir à travers certaines injonctions, parfois sous forme de suggestions :

- « tu t’excuseras pour la psychologue et le médecin et que t’as vraiment beaucoup de mal à […] »
- « tu ferais bien de revoir un médecin hein une bonne fois pour toutes »
- « n’en parlez pas trop non plus aux autres [de son traitement] vous savez jamais hein ce dont ils ils souffrent ou ce qu’ils peuvent avoir envie ».

21En conséquence, nous proposons d’insérer deux colonnes supplémentaires à notre tableau selon le schème des relations dans l’interaction et la

22forme du travail institutionnel :

  • 13  Ce concept est développé par l’historien Edward Thompson (1971) et repris entre autres dans les tr (...)
  • 14  Non pas une dépendance aux produits, mais en tant que personnes insérées dans des relations d’inte (...)

23Tous les acteurs sociaux mobilisent une économie morale13, afin de classer et hiérarchiser les personnes en fonction d’attributs attendus ou des défauts à corriger (déviances) selon des critères moraux (Lézé, 2013). Nous entendons ici l’économie morale comme « la production, la circulation et l’appropriation des valeurs et des affects dans un espace social donné » (Fassin et al., 2013). Dans ce système de « normes et d’obligations » (Thompson, 1971) permettant d’orienter les jugements et les actions, c’est le registre de « l’autonomie » et de la « responsabilité » qui « filtre » entre les « bons » et les « mauvais » patients ou usagers (Fernandez & Lézé, 2011). Nous pouvons ainsi poser l’hypothèse que les professionnels se réfèrent à ce que certains sociologues (Boltanski & Thévenot, 1991) appellent une « échelle de grandeur », c’est-à-dire qu’ils attribuent des états de « petit » ou de « grand » en fonction de leur degré d’autonomie ou au contraire de dépendance14. Les ordres des grandeurs sont des sortes d’échelles de « valeur » que les acteurs mobilisent pour juger, qualifier, justifier l’attribution des états à des personnes et des choses selon la variété des situations. L’accord sur l’ordre de grandeur suppose un accord plus fondamental sur un principe d’équivalence par rapport auquel peut être établie la grandeur relative des êtres en présence (l’exemple d’ordre dans lequel servir les personnes au cours du repas, Nachi, 2006). Ces états de grandeur attribués aux usagers en interaction (et pouvant donc changer en fonction des situations, des moments, et des personnes) se situent entre « victime » d’une certaine situation sociale et « responsable » de son parcours de soin :

« après voilà votre traitement vous l’avez c’est vous qui êtes responsable du traitement de de A à Z, vous le perdez vous en cassez un bout euh et cetera ça c’est votre problème oui oui c’est comme ça que ça fonctionne » (Propos d’un travailleur social à un usager qui veut recommencer un traitement de substitution)

24Évidemment les usagers n’intériorisent pas passivement l’attribution d’une identité morale (Lézé, 2013) ; mais, en réagissant à ces catégorisations, ils peuvent chercher à faire valider une certaine identité comme cet usager à propos de ses démarches de reconnaissance de son « handicap » : « tu sais je veux pas être je veux pas être menteur mais j’ai tout à y gagner [à être travailleur handicapé] ». L’usager cherche ici à montrer qu’il assume cette démarche et peut-être aussi pour montrer sa lucidité par rapport à celle-ci. Ils peuvent aussi, au contraire, vouloir disqualifier une identité comme dans l’extrait choisi : « si c’était que des trous de mémoire ». On pourrait ici poser l’hypothèse qu’il cherche à disqualifier l’identité de quelqu’un qui oublie (possiblement à cause des produits psychotropes), pour plutôt mettre en avant qu’il va mal au niveau psychique.

25L’identité, qui se construit aussi au cours des interactions de soins, n’est donc pas figée, et les « stratégies narratives » des usagers (dont il est difficile d’évaluer le degré de conscience ou de « calcul ») permettent de leur reconnaître une capacité de s’adapter aux éventuelles contraintes institutionnelles, voire de les détourner. Ce serait par cette capacité qu’une personne « assistée » et dite vulnérable peut reprendre la main sur le monde social et sur son histoire individuelle (Fassin, 2000).

5. conclusion

26Nous pouvons constater la mobilisation et l’utilisation de deux échelles d’analyse différentes. Du côté des sciences du langage vont s’observer les phénomènes discursifs à une échelle « micro » : autrement dit la dynamique de l’étayage de l’identité discursive et de la mobilité langagière, par les stratégies discursives.

27Du côté de la sociologie, l’analyse se situe au niveau « meso », c’est-à-dire que l’attention se concentre sur la gestion des rapports de place entre les interlocuteurs. Nous posons que les mécanismes d’adaptation et les jeux de négociation « dans lesquels la part de la normalisation subie et du détournement tactique [sont] toujours difficile à établir » (Fassin, 2000 : 956), élaborés au cours des interactions de soin (répétées et sur une durée conséquente), engagent l’individu dans une présentation de lui-même et participent à la construction de son moi social, voire moral.

28On peut dire qu’il y a une réelle continuité conceptuelle et méthodologique entre la sociologie et la sociolinguistique, et il convient d’insister sur la complémentarité de nos regards pour comprendre les différents niveaux d’organisation micro et meso de la relation de soin. En effet, les usagers ne produisent pas un récit de vie au sens habituel : c’est l’assemblage des bribes de discours, produites dans une temporalité distendue, qui fournit une sorte de biographie fragmentée à travers la construction plurielle qui s’opère tout au long du parcours de soin et des interactions soignants-soigné (Goffman, 1973). Nous rejoignons ici Ricœur qui décrit la « transformation d’une multiplicité d’événements ponctuels et hétérogènes en “une histoire”, cohérente et signifiante » (1983 : 127), et Guilhaumou (2004) qui évoque la « reconstruction discursive » du monde. Ce sera l’un des objets de la suite du projet que d’analyser dans quelle mesure les interactions de soin et la circulation du discours entre acteurs institutionnels participent à la construction d’une biographie cohérente et signifiante.

Bibliographie

Références

Astier I. & Duvoux N. 2006, La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris : L’Harmattan, coll. Logiques Sociales.

Astier I. 2007, Les nouvelles règles du social, Paris : Presses Universitaires de France.

Bange P. 1992, Analyse conversationnelle et théorie de l’action, Paris : Hatier-Crédif.

Bateson G. & Ruesch J. 1988, Communication et société, Paris : Seuil.

Boltanski L. & Thevenot L. 1991, De la justification : Les économies de la grandeur, Paris : Gallimard.

Buber M. 1969, Je et Tu, traduit de l’allemand par G. Bianquis, Paris : Éditions Aubier.

Cefaï D. & Gardella E. 2012, « Comment analyser une situation selon le dernier Goffman ? De Frame Analysis à Forms of Talk ». In : Cefaï D. & Perreau L. (dir.), Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris : Presses Universitaires de France.

Charaudeau P. 1995, « Une analyse sémiolinguistique du discours », Langages, 117, 96-111.

Drulhe M. 2008, « Le travail émotionnel à l’épreuve de la transformation du système de soins ». In : Fernandez F., Lézé S. & Marche H. (dir.), Le langage social des émotions, Paris : Economica.

Dubet F. 2002, Le déclin de l’institution, Paris : Seuil.

Estellon V. 2005, « Éloge de la transgression », Champ psy, 2/2005 (no 38), 149-166.

Fassin D. 2000, « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 55e année, no 5, 955-981.

Fassin D. 2004, Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, Paris : La Découverte.

Fassin D. 2006, « Souffrir par le social, gouverner par l’écoute. Une configuration sémantique de l’action publique », Politix, 2006/1 no 73, 137-157.

Fassin D. 2009, « Les économies morales revisitées », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 64e année, no 6, 1237-1266.

Fassin D., Mazouz S., Makaremi C., Kobelinsky C., Fischer N., Fernandez F., Eideliman J.- S., Coutant I., Bouagga Y. & Roux S. 2013, Juger, réprimer, accompagner : essai sur la morale de l’État, Paris : Seuil.

Fernandez F. & Lézé S. 2011, « Finding the moral heart of carceral treatment : Mental health care in a French prison », Social science & medicine, 72 (9), 1563- 1569.

Goffman E. 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Tome I : La présentation de soi, Paris : Éditions de Minuit.

Goffman E. 1974, Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, New York : Harper [trad. fr. (1991) : Joseph I., Dartevelle M. & Joseph P. (dir.), Les cadres de l’expérience, Paris : Éditions de Minuit].

Goffman E. 1987, Façons de parler, Paris : Éditions de Minuit.

Guilhaumou J. 2004, « Où va l’analyse de discours ? Autour de la notion de formation discursive », Texto !. URL : http://www.revue-texto.net/Inedits/Guilhaumou_AD.html, consulté le 03/02/2016.

Ion J. 2005, Le travail social en débat[s], Paris : La Découverte.

Kerbrat-Orecchioni C, 1984. « Les négociations conversationnelles », Verbum VII, 2- 3, 223-243.

Laforgue D. 2009, « Pour une sociologie des institutions publiques contemporaines », Socio-logos [En ligne], 4, mis en ligne le 23 septembre 2009. URL : https://journals.openedition.org/socio-logos/2317

Lézé S. 2013, « L’attribution des identités morales : perspective anthropologique sur les catégorisations de la personne », Psychiatrie Française, 43 (4), 95-100.

Morel G. 2003, « Transgression et identification dans le passage à l’acte », Savoirs et clinique, 2/2003, no 3, 19-26.

Nachi M. 2006, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris : Armand Colin.

Pedersen L. 2015, Expertises et addictions. Trajectoires de déprise à l’épreuve des groupes d’entraide et des centres de soin en addictologie (CSAPA), Thèse de doctorat inédite, Université de Franche-Comté.

Ricœur P. 1983, Temps et Récit. Tome I : L’intrigue et le récit historique, Paris : Seuil.

Roulet E. 1987, L’articulation du discours en français contemporain, Berne : Peter Lang.

Seguin T. 2012, « Transgression et société », Les cahiers psychologie politique, no 20.

Traverso V. 1996, La Conversation familière, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Traverso V. 1999, « Négociation et argumentation dans la conversation familière ». In : Plantin C. (dir.), numéro spécial de la Revue Escritos, Mexique, 51-89.

Thompson E. P. 1971, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past & Present (50).

Vion R. 1996, « L’analyse des interactions verbales », Les Carnets du Cediscor, 19- 32. URL : http://cediscor.revues.org/349, consulté le 15/02/2016.

Vion R. 1999, « Pour une approche relationnelle des interactions verbales et des discours », Langage et société, no 87 : Types, modes et genres de discours, 95- 114.

Watzlawick P. , Helwick-Beavin J. & Jackson D. 1972, Une logique de la communication, Paris : Seuil.

Corpus

Ploog K., Equoy Hutin S. & Mariani-Rousset S. 2014, Parole émergée. Corpus d’interactions de soin en structure pluridisciplinaire, Besançon : Université de Franche-Comté.

Notes

1  Sous la responsabilité de Katja Ploog, alors à l’université de Franche-Comté (ELLIADD).

2  Voir aussi les zooms de Joël Fiardet et de Philippe Reichenbach dans le présent volume.

3  Cf. références en fin d’article.

4  Pour la rédaction de cette partie théorique, nous nous sommes référées aux travaux de Vion (1996, 1999).

5  Issu de l’analyse du corpus de S. Mariani-Rousset.

6  6Fassin (2006) analyse ce registre compassionnel devenu dominant dans l’action publique en matière de toxicomanie à partir des années 1990.

7  C’est à la fois « imposé » par la loi de 2002 sur l’autonomie des patients, et par la politique de réduction des risques qui vise à considérer que l’usager des drogues est capable de choisir s’il veut consommer ou pas.

8  Il s’agit ici du récit de leurs expériences avec les produits, afin de « mieux comprendre » pourquoi ils consomment ou continuent de consommer (« si on ne comprend pas ça on ne comprend rien ») et pour mieux « orienter le traitement » (les citations entre guillemets sont les propos d’un médecin interrogé sur l’approche expérientielle).

9  Un texte phare dans ce contexte serait la loi du 2 janvier 2002 sur la reconnaissance de droit aux usagers des institutions sociales et médico-sociales.

10  Les formes de contraintes que nous avons pu observer dans les centres de soin sont spatiales (l’attention faite pour que les usagers ne se rencontrent pas en leur faisant attendre dans des salles séparées), temporelles (en faisant venir les plus précaires et les moins « stabilisés » chercher leur traitement quotidiennement) et thérapeutiques (la distribution et la gestion des traitements de substitution sont soumises aux textes juridiques sur les stupéfiants).

11  Certains exemples mentionnés ici et certains d’autres qui suivent proviennent d’autres transcriptions que l’extrait choisi pour cet article, mises à notre disposition par les auteures du corpus (Université de Franche-Comté).

12  Cité par Laforgue, 2009 : § 21.

13  Ce concept est développé par l’historien Edward Thompson (1971) et repris entre autres dans les travaux de Didier Fassin (2009 : 2013).

14  Non pas une dépendance aux produits, mais en tant que personnes insérées dans des relations d’interdépendance, que ce soit des relations d’aide professionnelle (L’Escale), économique et sanitaire (de l’État) ou d’affection/sociabilité (la famille, etc.).

Auteurs

Docteure en sciences du langage de l’université de Franche-Comté, ATER en sciences de l’information et de la communication, université de la Réunion, Laboratoire sur les Espaces créoles et francophones, LCF
Docteure en sciences du langage au Laboratoire ELLIADD. Elle développe des approches visant à étudier les processus communicationnels à l’œuvre dans les institutions sociales et culturelles et s’intéresse particulièrement à la co-construction du sens et des discours en interne (avec les publics/usagers) et en externe (avec les médias notamment).

Docteure en sciences du langage de l’université de Franche-Comté, chercheure associée à ELLIADD EA 4661 de l’université Bourgogne Franche-Comté
Docteure en sciences du langage. Ses travaux s’insèrent dans les recherches sur les mobilités et migrations académiques et en sociolinguistique de la migration des contacts de langues. À partir d’une approche qualitative et compréhensive, son objectif est de déterminer l’impact de ces histoires migratoires sur les représentations sociales, sociolinguistiques, de soi et les constructions identitaires d’étudiants en situation de migration académique.

Docteure en sociologie, lectrice à université de Fribourg, chercheure associée au LaSA-UFC de l’université Bourgogne Franche-Comté
Docteure en sociologie, est actuellement lectrice en sociologie de travail social et politiques sociales à l’université de Fribourg. À partir d’une posture à la fois compréhensive et critique, son travail de recherche porte sur la construction de la « sortie » des addictions au regard des contraintes morales, sociales et institutionnelles en élargissant ses questionnements à différents thèmes dont la transmission du savoir, le rapport savoir-pouvoir, les interactions de soin et d’entraide.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search