Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Seconde partie : la parole comme lieu du soin

Démêler les souvenirs du patient en consultation Alzheimer

Alexandra Ortiz Caria

Résumé

En consultation Alzheimer, le médecin évalue le patient notamment par sa capacité à (se) rappeler l’actualité notable ou récente, référence supposée partagée. Dans la perspective de l’Analyse de Conversation nous décrivons le travail collaboratif et continu de choix lexicaux et de sélections thématiques accompli. Si le patient reconnait l’existence d’événements, il présente des difficultés à les dire et donc à produire la « bonne » réponse. Quand démêler des souvenirs sur un thème affecte le patient, privilégiant ses besoins socio-émotionnels, le médecin interrompt le test sinon il persévère dans son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques. Il propose alors une amorce, puis des relances thématiques simplifiées jusqu’à la tentative référentielle indiquant par un dispositif de reconnaissance le thème attendu. Ces réparations prolongent la temporalité du test tout en en complexifiant l’organisation et donne un éclairage du travail d’ajustement mutuel réalisé.

Entrées d'index

Mots clés :

références communes

Texte intégral

1Pathologie neurodégénérative, la maladie d’Alzheimer est généralement identifiée lorsqu’une détérioration des fonctions cognitives entraîne des difficultés à (se) rappeler les faits récents (Anaes, 2000). Identifier des troubles de la mémoire épisodique en primo-consultation ou en évaluer l’aggravation lors d’un suivi annuel se mesure alors par une série de tests cognitivo-mnésiques dont l’une des épreuves consiste à rapporter des événements vus récemment à la télévision. Le rappel d’un thème de l’actualité française ou internationale supposé connu de tous n’est cependant pas une entreprise aisée pour celui qui souffre de troubles mnésiques et le médecin est souvent amené à le guider pour produire la « bonne » réponse. Dans la perspective de l’Analyse de Conversation d’inspiration ethnométhodologique (AC), nous décrirons les procédures mises en œuvre pour démêler les souvenirs du patient en consultation gériatrique et nous verrons que l’organisation et la temporalité du test varient en fonction de contingences liées au patient.

1. S’engager dans une conversation à partir dun thème, le prolonger et en changer

2Lorsqu’il interroge le patient sur ce qu’il sait de l’actualité française ou internationale, le médecin présuppose que tous deux disposent des mêmes informations faisant référence aux événements médiatisés du moment. Plus généralement, engager une conversation ordinaire sur un thème implique que les locuteurs aménagent leurs échanges à partir de références culturelles et sociales communes qui facilitent l’intercompréhension. Ces bases référentielles (re)négociables et (re)négociées tout au long de la conversation à-toutes-fins-pratiques permettent aux locuteurs d’initier, de développer un thème ou d’en changer au moyen de procédures transitionnelles.

1.1. des références communes pour engager le thème de la conversation

  • 1  Sacks et Schegloff (1979) ont montré que les locuteurs avaient une tendance à la minimisation pour (...)

3Bien que les locuteurs aient à leur disposition une multitude de références, ils ne les mobilisent pas toutes.1

  • 2  Nous dirons que le locuteur s’oriente vers le « schéma du destinataire », expression proposée par (...)

4Suivant un principe de minimisation, les locuteurs sélectionnent en effet certains référents censés pouvoir être reconnus par leur(s) interlocuteur(s) pour faire sens (Sacks & Schegloff, 1979). La pertinence de se référer à quelqu’un ou quelque chose d’une certaine façon repose ainsi sur ce que les locuteurs sont supposés savoir, sur ce que chacun croit savoir de l’autre, sur ce qu’ils savent réellement ainsi que sur les connaissances qu’ils manifestent ou pas au cours de l’interaction. S’ajustant à l’interlocuteur, le locuteur produit des « énoncés conversationnels […] construits spécifiquement de manière à ce qu’il soit compris par un destinataire précis, dans un contexte précis » (de Fornel, 1988 : 101).2

  • 3  Ainsi, le locuteur sélectionne, parmi d’autres possibles, un référent en particulier, projeté comm (...)

5Produire de tels énoncés à partir de références supposées communes et désignés désormais par « dispositif de reconnaissance »3 (Dr), permet aux interlocuteurs d’initier et de développer ensemble un thème dans une compréhension mutuelle. Cette intercompréhension peut être mise à mal quand l’interlocuteur ne reconnaît pas le Dr mobilisé par le locuteur, retardant, voire empêchant la conversation de se poursuivre sur ce thème. Ce problème peut être résolu par deux procédures de réparation.

1.2. des procédures de réparation pour poursuivre la conversation sur un thème spécifique

6Ne les restreignant pas à des opérations de remplacement qui tendent à corriger une erreur ou une méprise, Schegloff et al. (1977) décrivent les procédures de réparation comme traitant des problèmes récurrents dans l’élaboration d’un tour, le transfert des tours de parole, la capacité auditive à entendre l’énoncé d’un locuteur ou encore dans l’interprétation du message délivré. Constituant des ressources utiles pour résoudre des problèmes interactionnels rencontrés par les locuteurs, ces procédures engendreraient du trouble dans l’interaction, si elles n’étaient accomplies.

  • 4  Par « tentative référentielle » nous désignons des situations interactionnelles caractérisées par (...)

7Pour réduire son incertitude par exemple face à l’emploi d’un Dr supposé faire sens mais dont il doute, le locuteur peut interroger son interlocuteur sur l’usage d’un référent prononcé selon une prosodie spécifique. Nous désignerons dorénavant par « tentative référentielle »4, ce référent achevé par une intonation montante ou questionnante et suivi d’une courte pause (Schegloff, 2007). Le silence qui suit est l’occasion pour l’interlocuteur de confirmer qu’il sait de qui ou de quoi le locuteur parle et permet de reprendre le cours de la conversation. Si l’incompréhension subsiste, le locuteur peut recourir à autant de tentatives référentielles que nécessaire avant de revenir au thème initial.

  • 5  Voir Mehan (1979) pour une définition détaillée de la notion d’« extended sequence ».

8Outre les tentatives référentielles pour lever d’éventuelles ou de réelles ambiguïtés à propos de ce dont ils parlent, les locuteurs peuvent aussi produire des incitations à développer un thème particulier donnant lieu à une « séquence prolongée » (Mehan, 1979, notre traduction)5. Comme en contexte scolaire et bien que les objectifs poursuivis diffèrent, en situation de test, le médecin donne des indices susceptibles d’aider le patient à répondre. Ces procédures de réparation peuvent prendre la forme d’amorces lorsqu’elles invitent le patient à développer un thème sans le mentionner ou de relances thématiques quand elles le guident vers la « bonne » réponse, c’est-à-dire une réponse centrée sur un thème précisé par le médecin.

1.3. des procédures transitionnelles pour changer le thème de la conversation

9Ainsi, en consultation Alzheimer, lorsque le patient ne parvient pas à se remémorer un événement, le médecin ne clôture pas l’activité de test et met en œuvre des procédures de réparation visant à initier ou poursuivre un thème d’actualité. Toutefois, selon les fins poursuivies le médecin interrompt cette épreuve mnésique plus ou moins tardivement en fonction de contingences liées au patient en abordant un autre thème. La transition peut s’opérer de manière continue « au fil de la conversation » sans que les locuteurs ne formulent l’action de transition qu’ils sont en train d’effectuer (mouvement thématique par transition progressive). Le passage d’un thème à un autre peut également être produit de façon discontinue et alors soit les locuteurs clôturent explicitement le thème avant d’en débuter un autre (mouvement thématique avec frontière) ; soit ils « passent du coq à l’âne » quand le nouveau thème n’est pas lié au précédent mais qu’aucune procédure de clôture n’a été effectuée (saut thématique par transitions séquentiellement non liées) (Schegloff & Sacks, 1973). Comme nous allons le voir, le médecin privilégie cette dernière option pour initier et clôturer le test.

2. traiter un thème dactualité pour tester la mémoire

  • 6  Les enregistrements audio-visuels ont été produits après autorisation signée par les participants (...)
  • 7 Conventions de transcription en annexe.
  • 8 L’AC désigne par « multimodal » les expressions et manifestations non verbales comme les gestes, le (...)

10Les séquences que nous analysons sont extraites d’un corpus de consultations gériatriques enregistrées dans un hôpital parisien en 2008 durant plusieurs mois. Deux caméras placées visiblement dans la salle de consultation ont permis de filmer le médecin assis en face du patient et de son accompagnant, généralement un proche avec lequel il partage son quotidien.6 Ces entretiens cliniques ont fait l’objet de transcriptions7 verbales et multimodales8 qui nous ont permis d’identifier des phénomènes interactionnels récurrents parmi lesquels démêler les souvenirs du patient.

11Comprendre ce phénomène nécessite d’abord de décrire la manière dont le médecin pose la première question de l’épreuve et comment le patient y répond pertinemment sans toutefois produire la « bonne » réponse. Cette séquence a pour effet de retarder le développement d’un thème relatif à l’actualité par l’ouverture d’une séquence prolongée.

2.1. une question pour engager la conversation sur un thème d’actualité

12Les séquences sélectionnées ci-dessous débutent lorsque le médecin demande au patient de (se) rappeler l’actualité récente (Ex.2) et/ou notable (Ex.1, Ex.3 et Ex.4).

Extrait 1

145

doc

=qu’est-ce qu’i` y a comme heu : comme nouvelles qui vous aient

pat

>>regarde docteur-->148

146

marqué ces derniers temps

147

pat

°°je°°

148

(1.0 + *1.9)

pat

- ->*regarde dans le vide-->151

Extrait 2

201

doc

[ouais : qu’est-ce qu’i` y a aux informations en c` mo*ment

pat

>>regarde docteur----------------------------------->*reg. en l’air

202

(0.9)*

pat

- ----*

Extrait 3

195

doc

[au : ssi (0.3) qu’est-ce qu’i : ` y a aux informations en c` moment

pat

>>regarde docteur-->197

196

(0.8)

197

doc

qui vous a p-* qui a pu vous marquer :

pat

- -reg. doc* regarde dans vide-->>

198

(1.2)

Extrait 4

335

doc

[qu’est-ce qui` y A comme Nouve]lles qui vous*

pat

>>regarde docteur---------------------------->*

336

*aient frappée ces derniers temps*

pat

*…… regarde dans le vide, , , , , , *

337

* (1.0)

pat

*reg. vers le bas-->>

  • 9 Jefferson (1991) définit par « contour prosodique en forme de liste », l’énumération d’items achevé (...)
  • 10 Pour des raisons de lisibilité, nous n’avons que rarement reporté la transcription des regards du m (...)

13Selon le cas, la question du médecin survient lorsque le patient vient d’achever son tour de parole (Ex. 1) et plus souvent pendant qu’il est en train de parler (Ex. 2 à Ex. 4). Le tour de parole du médecin présente une forme syntaxique interrogative dont l’intonation neutre réduit l’effet de liste habituel en situation de test standardisé9. Le caractère de conversation ordinaire que cette prosodie confère à la question est renforcé par l’absence de séquence de transition qui annoncerait le début du test. Ainsi, sans en thématiser l’initiation (saut thématique), le médecin s’engage dans cette activité par une question qui conduit le patient à des types de réponse différents. Lorsque la demande concerne l’actualité récente, de multiples réponses sont possibles vu les nombreux événements qui se produisent chaque jour en France et dans le monde alors que, lorsqu’elle porte sur l’actualité notable, le patient est sollicité pour rappeler un fait qui d’après lui présente de l’importance. Si au début de ce tour de parole, patient et médecin se regardent l’un l’autre, le patient se détourne progressivement du médecin pour lever les yeux en l’air, les baisser ou regarder dans le vide. Par ces actions qui l’extraient de la conversation, il manifeste une orientation introspective c’est-à-dire centrée sur lui-même et ses propres connaissances pour produire une réponse. Le patient montre alors multimodalement son alignement à la requête du médecin avant de lui répondre verbalement10.

2.2. une réponse pertinente qui n’est pas la « bonne » réponse

14À l’instar des deux autres cas, les extraits 2 et 4 montrent qu’à l’issue d’une pause (respectivement L202 et L337), les patients ne parviennent pas à se remémorer un événement entraînant l’ouverture d’une séquence prolongée.

Extrait 2

  • 11 RVH signifie que le patient « regarde vers le haut »

202

(0.9)*

pat

11
rvh 11*

203

pat

*°ah je n` saurais vous dire°

pat

*regarde docteur-->>

204

(1.2)

205

doc

i` y a pas des cho : : : ses i` y a pas : : :

15En reconnaissant l’existence d’événements récents (L203), le patient valide la pertinence de la question du médecin mais, n’étant pas en mesure de les rappeler, il ne produit pas la « bonne » réponse.

16En situation ordinaire, dire son ignorance constitue pour un locuteur, une ressource à-toutes-fins-pratiques censée interrompre le développement d’un quelconque thème de conversation étant donné l’absence de références partageables. De fait, ici, en redirigeant son regard vers le médecin et en laissant un long silence s’installer (L204), le patient manifeste la fin de son orientation introspective en même temps qu’il rend la parole au médecin.

17Ce dernier maintient pourtant ses attentes thématiques et produit une amorce qui prolonge à-toutes-fins-diagnostiques l’activité de test propre à son agenda clinique (L205).

18Dans le cas suivant, reformuler la question du médecin conduit la patiente à retarder la production d’une réponse qui satisferait les attentes du médecin tout en contribuant au maintien thématique.

Extrait 4

337

* (1.0)

pat

*reg. vers le bas-->>

338

pat

a`ors cette fois : qu’est-ce qu’i` y a

339

(2.8)

340

pat

non cette fois j’ai regardé :

341

(1.1)

342

pat

ah mais oui j’ai oublié

343

(2.6)

344

pat

i` y a eu des trucs qui m’ont intéressée

345

* (1.5) *

pat

*fait une moue*

346

doc

qu` étaient quoi qu` étaient en : politique françai : :se

19La patiente, les yeux baissés, conserve une orientation introspective et initie son tour par l’adverbe « alors » suivi d’une locution adverbiale de temps qui assurent la transition avec ce qui vient d’être dit et marquent son engagement à rappeler un événement notable (L338).

20Après une longue pause (L339), la patiente énonce le raisonnement qu’elle est en train de mener et (se) confirme être en capacité de rappeler un fait d’actualité vu à la télévision (L340). L’allongement syllabique à l’achèvement de ce tour ainsi que le maintien de son orientation introspective lui permettent de conserver la parole et, après une nouvelle pause longue (L341), la conduisent à constater finalement qu’elle est confrontée à un problème de remémoration (L342). La longue pause suivante (L343) n’est pas interprétée comme un abandon de la recherche par le médecin qui reste en position d’attente. De fait, la patiente reprend la parole et confirme son intérêt pour des événements non identifiés et qu’elle désigne à-toutes-fins-pratiques par « des trucs » (L344). La moue de la bouche qu’elle effectue sur la pause (L345) renouvelle multimodalement son embarras à répondre à la question du médecin qui prolonge alors la séquence en évoquant la politique française comme Dr et première relance thématique (L346).

21En tentant de se rappeler ce qui l’avait marqué dans l’actualité, la patiente a reconnu la pertinence de la question qui présupposait l’existence d’événements notables, comme dans l’extrait 2. Elle a de plus montré qu’elle s’orientait vers la production d’une « bonne » réponse sans toutefois y parvenir.

3. Approfondir un thème dactualité en fonction de contingences liées au patient

22L’analyse des extraits 1 et 3 permet de décrire les options qui s’offrent au médecin lorsque le patient ne parvient pas à produire la « bonne » réponse : répondre aux besoins socio-émotionnels du patient ou maintenir son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques. En fonction de contingences liées au patient, la persévérance du médecin à poursuivre l’une ou l’autre de ces finalités a des effets sur l’organisation et la temporalité du test.

3.1. Répondre aux besoins socio-émotionnels du patient

23Le patient de l’extrait suivant (Ex.1) a déjà montré une certaine sensibilité en consultation quand le médecin initie l’activité de test.

Extrait 1

  • 12 RVB signifie que le patient « regarde vers le bas ».

145

doc

=qu’est-ce qu’i` y a comme heu : comme nouvelles qui vous aient

pat

>>regarde docteur-->148

146

marqué ces derniers temps

147

pat

°°je°°

148

(1.0 + *1.9)

pat

- ->*regarde dans le vide-->151

149

pat

faut que je tou- je cherche j : ` sais qu’est-ce j` que j` veux

150

dire mais j’y arriv`rai pas là

151

doc

i` y a pas *forcément des choses importantes* hein c’est : :

pat

- ->*regarde docteur---------------->* reg. dans le vide

152

on : : : n’est pas [obligé de : : :

pat

- ----------regarde vers le haut--

153

pat

[non c’est c` qui* c’est c` qui s` passe* oui oui

pat

12
- -regarde vers le haut* regarde docteur------* RVB 12->156

154

(0.4)

155

pat

.h : :

156

(1.2) *

pat

RVB-->*

157

pat

*dans l` Mon : de avec tous ces t* : ueries ces* tous tous ces

pat

*regarde docteur-->162

pat

*tend bras droit vers la droite*plisse mains*A/R bras dr.torse/ext-

158

pat

[trucs lÀ : heu*%

159

doc

[ouais : ouais *%

pat

- -------------*

160

(0.8)

161

doc

ouais

162

(1.5)

163

pat

*moi ça m’ésas*père*

pat

*reg. ds vide *reg. doc-->>

pat

*mains en supination*

164

(0.8)

165

doc

% ça vous % touche\=

doc

% hoche tête %

166

pat

=°°°oui°°°

167

(0.4)

168

doc

qu’est-ce que vous avez fait comme tier

  • 13  Le caractère temporaire de cette incapacité est mis en exergue par l’emploi de l’adverbe « là ».

24De même que dans les extraits précédents, le patient après avoir essayé de répondre immédiatement, laisse un long silence s’installer (L148) au cours duquel il rompt le canal visuel qui le lie au médecin et s’isole, signe d’une orientation introspective. Continuant à regarder dans le vide, il tente alors de produire une nouvelle réponse (L149-150) mais, manifestement troublé, (troncatures, redémarrages, allongements syllabiques, incomplétudes syntaxiques), explicite le raisonnement qu’il est en train de mener avant de se dire incapable13 de développer un thème d’actualité.

25De la part du médecin qui minimise ses attentes (L151-152), l’incapacité du patient à mentionner un thème en particulier n’est pas attribuée à son ignorance mais à une difficulté de rapporter une information majeure. L’amorce en allongement syllabique encourage en effet le patient à persévérer dans la recherche d’un thème par l’emploi d’un syntagme adverbial qui élargit le champ des réponses acceptables à des informations mineures « i` y a pas forcément des choses imporTANtes » (L151). Ce lexique de la permission est repris dans la suite du tour au cours duquel, par l’usage du pronom indéfini « on », le médecin établit également une relation de collaboration avec le patient « on : : : n’est pas obligé de : : : » (L152). Le va-et-vient visuel opéré par le patient manifeste ici son orientation introspective en même temps qu’il préserve sa relation avec le médecin auquel il confirme en clôture avoir compris ses attentes minimisées (L153).

26La production de la « bonne » réponse est encore reportée par une courte pause (L154) et une longue inspiration (L155) qui permet au patient de garder la parole avant qu’un long silence ne s’installe encore (L156). Regardant à nouveau le médecin en position d’attente, le patient reprend finalement la parole et initie sa réponse par un syntagme prépositionnel « dans l`Monde ». Situant géographiquement les événements qu’il mentionne ensuite par des références vagues, le patient rapporte ce qui l’a interpellé (L157-158). La répétition de l’indéfini « tous » fait référence à une masse d’information disponibles relatives à des « tueries », référent généralisé in fine par « ces trucs-là » et souligne la difficulté du patient à sélectionner un Dr en particulier. Les variations de ton, les allongements syllabiques et les répétitions révèlent de plus l’émotion qui agite le patient, renforcée par une gestuelle co-verbale référentiellement riche. L’emploi de gestes déictiques (mouvement latéral du bras droit, index pointé) accompagne l’évocation verbale de la distance éloignée des événements auxquels le patient fait référence. Son trouble est aussi mis en évidence par des gestes iconiques : le mouvement de plissage symétrique des mains illustre la tension des événements dont il manifeste le rejet en projetant son bras droit depuis son torse vers l’avant.

27Ici aussi, le patient reconnaît la pertinence de la question du médecin en confirmant l’existence d’événements marquants. Les ratifications du médecin en clôture de ce tour indiquent de plus que le patient a produit la « bonne » réponse (L159) en même temps qu’elles l’encouragent à poursuivre sur ce thème.

28Cette incitation, renouvelée après une pause (L160-161), n’est pas saisie comment telle par le patient. En continuité thématique avec ce qu’il vient de dire, le patient opère en effet une transition progressive et s’oriente vers une conversation où il exprime son sentiment vis-à-vis des événements violents évoqués. Rompant le canal visuel qui le liait au médecin et après une longue pause (L162) le patient dit ainsi son exaspération (L163), gestuellement iconisée par un mouvement de supination (paumes des mains vers le haut et doigts légèrement repliés). Après une pause assez longue (L164), le médecin s’aligne collaborativement au nouveau thème de la conversation et ratifie ce désarroi (L165). Achevant ce tour par une intonation descendante, le médecin par un hochement de tête accentue le caractère constatif, confirmé minimalement et à voix basse par le patient, indices prosodiques de son émoi (L166). Après une courte pause (L167), le médecin, par un saut thématique, se désengage de cette conversation éprouvante pour le patient et l’interroge sur sa carrière professionnelle (L168).

29Dans ce cas, le médecin, qui ne revient pas sur le thème initial et le développement de la « bonne » réponse, privilégie les besoins socio-émotionnels du patient troublé et interrompt l’activité de test, au contraire de l’extrait suivant.

3.2. Maintenir son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques

30Dans ce dernier extrait (Ex.3) le médecin, maintenant son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques, mobilise plusieurs Dr pour démêler les souvenirs du patient et le guider vers la « bonne » réponse.

Extrait 3

195

doc

[au : ssi (0.3) qu’est-ce qu’i : ` y a aux informations en c` moment

pat

>>regarde docteur-->197

196

(0.8)

197

doc

qui vous a p- *qui a pu vous marquer :

pat

reg. doc --> *regarde ds le vide->199

198

(1.2)

199

pat

oh ((souffle))* (0.4) *<i` y a pas grand* chose hein/ ((en

pat

reg. ds vide *reg.acc*regarde ds le vide*… reg. acc-->201

200

riant)) > mimi=

201

Acc

=. h : : : c’est pas à moi qu’on parle hein*

pat

- -------------reg acc, , , , , , , , , , , , , , , , , *

202

* (1.2 * + * 0.4) *

pat

*reg.doc* *reg.acc*

pat

*grimace*

203

doc

ben j` sais pas : : * i` y a eu toujours d[es : :

pat

- -reg. acc, , , , , , , * reg. doc------------->208

204

pat

[mmh

205

(0.4)

206

doc

des gue : : : [rres des cri : : ses des choses comme ça : &

207

pat

[des guerres ah oui des : des trucs comme ça oui

31Bien qu’ayant manifesté son orientation vers la production d’une réponse, le patient exprime rapidement qu’aucun événement notable ne l’a marqué (L199-200). Demander à son épouse de confirmer ensuite cette affirmation dévoile cependant l’embarras du patient à produire seul sa réponse mais au-delà qu’il reste néanmoins en mesure d’évaluer les connaissances dont il dispose et celles qu’il ne possède pas ou plus. En sollicitant son épouse, le patient ne reconnaît donc que partiellement la pertinence de la question du médecin qui soulignait pourtant l’existence de faits notables susceptibles d’être rapportés.

32Le refus de l’accompagnante d’aider le patient (L201) est ratifié multimodalement par ce dernier qui grimace en regardant le médecin, créant une relation de connivence entre eux (L202). Alors que sur la longue pause, le patient regarde son épouse dans une sorte de contrôle visuel, le médecin reprend la parole.

33Exprimant une certaine ignorance, le médecin poursuit son tour en faisant appel au « bon sens » par une tournure présentative au passé composé qui affirme l’existence d’événements rapportables et l’emploi de l’adverbe de temps « i` y a eu toujours des : : » (L203). Ce tour dont les allongements syllabiques confèrent un caractère d’amorce est interrompu lorsque le patient confirme minimalement l’affirmation du médecin (L204).

34Après une courte pause (L205) que le patient n’a pas saisie comme l’occasion de prolonger son propos, le médecin transforme l’amorce en relance thématique et complète son tour en mentionnant deux Dr qu’il résume par la suite à-toutes-fins-pratiques par « des choses comme ça » (L206). Produits en allongement syllabique donnant un effet de liste, ces référents évoquent des faits génériques (les guerres, les crises) dont reconnaître l’existence constitue une nouvelle fois une preuve de « bon sens ». C’est de cette façon que le patient semble l’interpréter en répétant le premier Dr qu’il résume à son tour par « des trucs comme ça » (L207), confirmant comprendre ce à quoi fait référence le médecin.

35Sur la base de ces références communes, le médecin propose alors une seconde relance thématique simplifiée en restreignant le champ des réponses possibles (Mehan, 1979) et invite le patient à approfondir le thème de la guerre (L208 ci-dessous).

Extrait 3 (suite)

  • 14 RVB signifie que le patient « regarde dans le vide ».

208

doc

& qu’est-ce qu’i`y a : comme heu : : (0.2) comme guerre* en c` moment

pat

14
- -reg. doc*… RDV 14---->

209

(0.7)

210

pat

ah ben j` crois je sais* (0.3) ((rit)) j’ai *r`gardé le

pat

- -reg. dans vide, , , *..regarde vers bas, , *..reg. doc-->221

211

(0.8)

212

pat

* ((siffle))*

pat

* pianote *

213

(0.9)

214

pat

ça s’en va ça

36Manifestant une orientation introspective en regardant dans le vide et après une pause assez longue (L209), le patient tente alors, par trois formes verbales qui font état de niveaux de connaissance différents « je crois »« je sais »« j’ai regardé » (L210), de répondre à la question avant d’interrompre son tour et de rediriger son regard vers le médecin. Après une nouvelle pause assez longue (L211), le patient émet un sifflement gestuellement associé à un pianotement de la main droite qui iconise l’éloignement de sa mémoire (L212) ; geste qu’il explicite après une longue pause (L213) « ça s’en va ça » (L214).

37Le médecin persévère pourtant et après une courte pause (L215 ci-dessous), propose comme Dr minimal une tentative référentielle par un syntagme prépositionnel de lieu « en : en au moyen orient/ (0.3) » (L216).

Extrait 3 (suite)

215

(0.4)

216

doc

en : en au moyen orient/

217

(0.3)

218

pat

oui : i` y av- i` y a pas là i` y a pas longtemps là[ : : enfin &

219

doc

[ouais

220

pat

& i` sont :

221

(1.2)

38Le patient confirme alors reconnaître l’événement auquel le médecin fait référence et tente de prolonger la conversation sur ce thème (L218 et L220). Pourtant encouragé par le médecin à poursuivre dans ce sens (L219), le patient n’achève pas son tour et un long silence s’installe (L221).

Extrait 3 (suite)

222

pat

*[°°mais mais c’est°°°

223

doc

*[c’est t- c’est terminé/ ou i` y a *t[oujours des combats :

pat

*……… .baisse la tête, , , , , , , , , , , *regarde docteur---->228

224

pat

[oui

225

(0.6)

226

pat

j` crois qu’i` y avait : toujours d- des combats : =

227

doc

=ouais c’est ça °ça continue°

  • 15 On renvoie ici à l’organisation des échanges typiquement observé dans les interactions en classe et (...)

39Ce silence est rompu en même temps par le patient qui tente de reprendre la parole (L222) et par le médecin qui relance le thème par une question alternative de type oui/non et assure un maintien thématique (L223). Au cours de ce tour de parole, le patient baisse lentement la tête manifestant une orientation introspective puis redirige son regard vers le médecin sur la proposition alternative qu’il ratifie (L224). Le patient atteste ainsi se souvenir que les combats au Moyen-Orient se poursuivent (L224) puis après une pause (L225) réitère son assertion dans un tour plus développé (L226). Ici, le marqueur d’opinion (« j` crois ») associé à une tournure d’existence à l’imparfait en allongement syllabique (« i` y avait : ») révèle cependant que le patient n’est pas sûr de sa réponse. Cette information validée par le médecin dans un troisième tour évaluatif indique néanmoins que ses attentes ont été satisfaites et que le patient a produit la « bonne 15 réponse » (L227)15.

40Après une pause assez longue (L228 ci-dessous), le médecin invite le patient à poursuivre le test, et reprend la première amorce dont la combinaison des conjonctions « et sinon » marque la transition et l’initiation d’un nouveau thème.

Extrait 3 (suite)

228

(0.9)

229

doc

et sinon j` sais pas : : dans dans l` monde entier qu’est-ce qu’i` y

230

a eu comme é % véne*ments : : heu :

doc

% regarde dossier-->232

pat

- -reg. doc*reg. dossier-->232

231

(0.4)

232

doc

j` sais pas* : : moi : des : :

pat

reg. doss*..reg. doc-->236

41Renouvelant une position d’ignorance, le médecin suppose cependant que d’autres événements rapportables d’envergure internationale se sont produits (L229-230), par l’emploi du syntagme prépositionnel « dans l`monde entier » et la tournure d’existence au passé composé « i` y a eu ».

42Comme le médecin en clôture de ce tour, le patient regarde le dossier médical : il ne semble pas saisir l’amorce et la pause qui suit (L231) comme une invitation à développer un thème. Reprenant alors la parole, le médecin, toujours focalisé sur le dossier médical du patient, réitère sa position d’ignorance dans un tour en forme d’amorce syntaxiquement inachevée (L232).

Extrait 3 (suite)

233

(0.5)

234

doc

des c % rises (.) des : : des histoi : res d’ARgent des choses comme ça :

doc

% se tourne et range dossier sur table d’examen----------->241

235

(0.5)

236

doc

non : :

237

(0.6)

238

pat

°°°°oh * j` sais pas `fin : : (bon) °°°°*

pat

reg doc*…… regarde acc, , , , , , , , , , , *

43Le médecin transforme cette amorce en relance thématique après une pause (L233) lorsqu’il propose deux Dr précis tout en maintenant son engagement multimodalement dans l’activité administrative. Se déplaçant pour ranger le dossier médical sur la table d’examen à sa gauche, le médecin évoque alors la « crise des subprimes » dans un tour comportant allongements syllabiques, haussement de la voix et intensification en clôture « des crises (.) des : : des histoi : res d’ARgent » (L234).

44Cette relance thématique, simplification de l’amorce en ce qu’elle la précise, n’est pas ratifiée par le patient dont l’absence de réponse pourrait s’expliquer par le fait qu’il ne reconnaît pas l’événement auquel fait référence le médecin. À la demande du médecin exprimée après une pause assez courte (L235), par un adverbe de négation en allongement syllabique (L236), le patient, après une pause (L237), confirme de manière hésitante son ignorance tout en cherchant visuellement le soutien de son épouse (L238). Faire appel à celle-ci indique une nouvelle fois que le patient, capable d’évaluer l’état de ses connaissances, considère son épouse comme une source de connaissance susceptible de l’aider à interagir comme un locuteur « compétent » (Goodwin, 1979).

45Simplifiant davantage encore la relance thématique précédente par une tentative référentielle, le médecin propose toutefois un ultime Dr qui indique ses attentes : « la bourse/ (0.8) » (L239).

Extrait 3 (suite)

239

doc

*la bourse/

pat

*… reg. doc-->239

240

(0.8)

241

pat

°°la % *bourse/ non°°

doc

- --> % reg. pat-------

pat

*reg. acc--➔241

242

(0.5)%

doc

, , , , , %

243

pat

*% on joue pas à la bourse a*lors : : = %

pat

*regarde accompagnante-----*… reg. doc-->>

doc

% regarde dossier s/ table----------%

244

doc

% =d’accord (0.3) [donc heu : :

doc

%……… revient vers bureau avec dossier et le consulte-->>

245

pat

[hhh (.) hhhhh

246

(0.9)

247

doc

non : parce que i` a y eu quand mê[me heu :

248

pat

[ouais ouais oui

249

(0.8)

250

doc

des cho : : ses là ces derniers temps

251

(1.4)

252

doc

le moral comment ça va/

46Après une pause assez longue (L240), le patient qui se tourne progressivement vers son épouse répète la tentative référentielle qu’il complète par un adverbe de négation confirmant ne pas reconnaître ce référent (L241) alors que le médecin redirigeant son regard vers le patient semble se réengager pleinement dans l’activité de test. Regardant à nouveau le médecin après une pause (L242), le patient produit alors un tour humoristique (L243). User d’humour dans ces circonstances constitue une ressource transitionnelle mobilisée à-toutes-fins-pratiques par le patient qui lui permet d’éviter de répondre lorsque dire son ignorance ne suffit pas à interrompre le test et de se désengager de cette situation inconfortable par des échanges moins formels (Sacks, 1992).

47Ratifiant cette déclaration, le médecin qui retourne vers son bureau avec un nouveau dossier qu’il consulte – on comprend que le précédent n’était pas le bon – semble également s’orienter vers la clôture de l’activité (L244) tandis que le patient rit (L245).

48Après une pause assez longue, le médecin toujours focalisé sur le dossier médical du patient persévère toutefois (L247). Dévoilant sa position informée par une tournure présentative, il renforce la pertinence de sa question et l’incontestabilité de l’existence d’un événement par l’emploi de la locution adverbiale « quand même ». Ratifiant la déclaration du médecin qui s’interrompt, le patient ne prolonge pour autant pas le thème. Après une longue pause (L249), le médecin complète finalement son tour (L250) et abandonne l’activité de test sur un long silence (L251) avant d’opérer un saut thématique (L252).

49Si la « bonne » réponse du patient au premier thème (la guerre au Moyen-Orient) arrive tardivement, le second thème (la crise bancaire) en revanche ne trouve pas de résolution satisfaisante : le patient échoue à produire la « bonne » réponse. Echec mnésique ne signifie cependant pas échec de l’interaction, ni du test dont la finalité est d’évaluer la progression des troubles mnésiques chez ce patient fortement touché par la maladie d’Alzheimer. Confronté à la résistance du patient qui ne reconnaît pas l’existence d’événements notables et use d’humour invalidant la pertinence de ce thème, le médecin, par sa persévérance, montre qu’il s’oriente ici vers son agenda clinique à-toutes-fins-diagnostiques.

4. conclusion

50En consultation, constituer en thème ce qui se passe à la télévision, c’est-à-dire faire appel à des références communes concernant des événements d’actualité médiatisés et comprendre de quoi ou de qui on parle, relève d’un travail collaboratif et continu de choix lexicaux et de sélections thématiques tout autant que cela révèle de la part du médecin la présupposition d’expériences communes et d’interconnaissances. Nous avons vu que généralement, les patients reconnaissent la pertinence de la question initiale du médecin qui suppose l’existence d’événements notables ou récents mais ils ne produisent pas ou pas immédiatement la « bonne » réponse c’est-à-dire, celle centrée sur les attentes thématiques du médecin. L’absence d’une « bonne » réponse immédiatement produite après la question initiale du médecin amène à interroger la manière dont celui-ci formule sa demande. La question posée autrement favoriserait-elle une adéquation plus rapide de la réponse attendue ?

51Par ailleurs, lorsque le patient développe un thème qui l’affecte, le médecin tend à privilégier les besoins socio-émotionnels du patient et interrompt le déroulement du test alors qu’il persévère quand le patient dit ne pas avoir relevé d’information notable. Procédant alors de manière ordonnée, le médecin propose d’abord une amorce qui ne précise pas le développement d’un thème, avant de produire des relances thématiques progressivement simplifiées jusqu’à la tentative référentielle qui indique par un ou des Dr le thème attendu. Cette hiérarchisation « en entonnoir » prolonge ainsi la temporalité du test et en complexifie l’organisation. Ceci dit, la résistance du patient, à reconnaître l’existence d’événements notables, qui ne peut faire l’économie d’une explication médicale, ne révèle-telle pas également une incapacité du patient à reconnaître les procédures de réparation comme des indices pour produire la « bonne » réponse et persister dans l’exercice ?

52Au-delà, l’absence de procédure de transition pour circonscrire le test n’engendre-t-elle pas dès le début l’activité un problème de reconnaissance de cette épreuve mnésique en tant que telle ?

53Si ces questions demeurent, notre analyse donne d’ores et déjà un aperçu de la manière dont les souvenirs des patients sont démêlés en consultation et des tensions qui peuvent traverser ce moment, et constitue un éclairage du travail d’ajustement continu que le médecin met en œuvre auprès de ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer.

Annexe : conventions de transcriptions verbale16 et multimodale17

  • 16  http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/2013_Conv_ICOR_250313.pdf
  • 17  http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/convention_transcription_multimodale.pdf

Bibliographie

Références

Agence Nationale d’Accréditation et d’Évaluation en Santé (ANAES) 2000, « Recommandations pratiques pour le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ».

de Fornel M. 1988, « Constructions disloquées, mouvement thématique et organisation préférentielle dans la conversation », Langue française, 78, 101-123.

Goodwin C. 1979, « The Interactive Construction of a Sentence in Natural Conversation ». In : Psathas G. (dir.), Interactional competence, New York : Irvington Publishers, 97-121.

Jefferson G. 1991, « List construction as a task and resource ». In : Psathas G. (dir.), Interactional competence, New York : Irvington Publishers, 63-92.

Mehan H. 1979, Learning lessons : Social organization in the classroom, Cambridge : Harvard University Press.

Sacks H. 1992, Lectures on Conversation, vol. 1, Oxford : Blackwell.

Sacks H. & Schegloff E. A. 1979, « Two Preferences in the Organization of Reference to Persons in Conversation and Their Interaction ». In : Psathas G. (dir.), Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, New York : Irvington Publishers, 15-21.

Schegloff E. A. & Sacks H. 1973, « Opening Up Closings », Semiotica, VIII/4, 289-327.

Schegloff E. A. Sacks H. & Jefferson G. 1977, « The Preference for Self-Correction in the Organization of Repair in Conversation », Language, 53 (2), 361-382.

Schegloff E. A. 2007, Sequence organization in interaction : Vol. 1 : A primer in conversation analysis, Cambridge : Cambridge University Press.

Notes

1  Sacks et Schegloff (1979) ont montré que les locuteurs avaient une tendance à la minimisation pour faire référence à une personne, c’est-à-dire à la désigner par une forme référentielle simple comme le prénom ou le nom de famille.

2  Nous dirons que le locuteur s’oriente vers le « schéma du destinataire », expression proposée par de Fornel (1988) pour traduire la notion de recipient design développée par Sacks et Schegloff (1979).

3  Ainsi, le locuteur sélectionne, parmi d’autres possibles, un référent en particulier, projeté comme reconnaissable pour son interlocuteur et qui rend possible l’identification de ce (lui) dont on parle (recognitionals) facilitant en cela les échanges conversationnels (Sacks & Schegloff, 1979).

4  Par « tentative référentielle » nous désignons des situations interactionnelles caractérisées par des marqueurs d’incertitude visant la gestion, l’établissement et la vérification de références communes et que Schegloff nomme try-markers (2007 : 238)

5  Voir Mehan (1979) pour une définition détaillée de la notion d’« extended sequence ».

6  Les enregistrements audio-visuels ont été produits après autorisation signée par les participants et renouvelée en fin de consultation

7 Conventions de transcription en annexe.

8 L’AC désigne par « multimodal » les expressions et manifestations non verbales comme les gestes, les regards, les mimiques du visage ou encore les postures du corps et les déplacements des individus dans l’espace susceptibles de faire sens dans et pour l’interaction.

9 Jefferson (1991) définit par « contour prosodique en forme de liste », l’énumération d’items achevée sur une montée intonative. Cette forme prosodique est fréquente lors de tests où le praticien pose une succession de questions puis coche les cases correspondant aux réponses du patient.

10 Pour des raisons de lisibilité, nous n’avons que rarement reporté la transcription des regards du médecin généralement dirigés vers les patients, ni ceux du proche qui accompagne le patient et reste à ce moment en retrait de l’interaction.

11 RVH signifie que le patient « regarde vers le haut »

12 RVB signifie que le patient « regarde vers le bas ».

13  Le caractère temporaire de cette incapacité est mis en exergue par l’emploi de l’adverbe « là ».

14 RVB signifie que le patient « regarde dans le vide ».

15 On renvoie ici à l’organisation des échanges typiquement observé dans les interactions en classe et à la production d’un troisième tour qui qualifie positivement ou négativement la réponse de l’élève (Mehan, 1979).

16  http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/2013_Conv_ICOR_250313.pdf

17  http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/convention_transcription_multimodale.pdf

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40032/img-1.png
Fichier image/png, 33k

Auteur

Doctorante en sciences du langage au Centre de Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique, Institut Marcel-Mauss, EHESS, UMR 8178 CNRS

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search