Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Seconde partie : la parole comme lieu du soin

Paroles de soignant

Emmêlage créatif et démêlage clinique : enjeux d’un documentaire de création radiophonique en milieu de précarité

Laurence Huet, Céline Foucault et Martine Timsit-Berthier

Texte intégral

1. Enjeux et construction du projet

1Bien des discours (administratif, financiers, sanitaires, sociologiques, sécuritaires) s’entremêlent au sujet des personnes en situation de précarité. Ils ont souvent pour objectifs de répondre à des questions précises, posées dans le cadre d’un appel d’offres et supposent la compétence des destinataires. Ces discours maintiennent une position d’extériorité par rapport à la population dont ils parlent en utilisant la 3e personne du singulier et négligent l’approche de la subjectivité individuelle.

2Bien des documentaires cinématographiques et radiophoniques traitant de la Précarité et destinés au « Grand Public » mettent l’accent sur la multitude des manques et des déficits observés chez ces personnes, qualifiées de « sans domicile fixe », sans travail, sans famille, sans liens sociaux, « sans papiers », « sans voix » ! (Rullac, 2010). Ils laissent à penser qu’il y a homogénéité et permanence dans ce qui se présente au regard ou à l’écoute et méconnaissent ce qu’il y a de complexe, de paradoxal et de créatif chez ces personnes.

3Le documentaire de création radiophonique que nous avons réalisé, se situe délibérément à contre-courant de ces différentes approches. Élaboré sur le terrain, dans le cadre d’une structure associative médico-sociale (PromoSoins-Siloé, Toulon), qui reçoit une population de personnes « précaires », il est centré sur la subjectivité, singulière et multiple, des personnes accueillies. La question de sa faisabilité ne s’est posée qu’au fur et à mesure de sa réalisation et il est clair que notre projet n’était pas indexé à l’anticipation d’une réussite. Pour comprendre son élaboration, il faut préciser qu’au fil des années, notre travail quotidien a révélé l’inadéquation avec notre pratique de bien des notions et traitements utilisés en psychiatrie et, dans le but de mieux aider nos patients, nous avons recherché à la fois de nouveaux concepts et des modes de soins originaux. Ainsi, nous avons pris conscience que, dans l’approche clinique de cette population, les paroles des patients, leurs confidences ne peuvent pas être considérées seulement dans leur valeur instrumentale, comme la traduction de symptômes, mais qu’elles témoignent aussi d’un « don » qui peut permettre la construction d’un lien social. Nous avons eu recours à un concept développé en anthropologie et en ethnologie, celui de « paroles précieuses » qui est susceptible de rentrer en résonance avec notre vécu en instaurant entre nous une certaine réciprocité (Godelier, 1996 ; Métreaux, 2011).

4Par ailleurs, l’état de tension de certains demandeurs d’asile et les difficultés de communication due à une mauvaise compréhension de la langue française nous ont conduits, en 2011, à demander l’intervention de Laurence Huet praticienne en Âyurveda (ou « connaissance de la vie » née en Inde il y a plus de 5000 ans), qui est venue régulièrement, de façon bénévole, proposer une forme d’apaisement par le biais de massages. La double compétence de l’une d’entre nous, Laurence Huet également auteure de documentaires et fictions radiophoniques, a fait émerger progressivement l’idée de construire une œuvre audio à partir de paroles enregistrées auprès de quelques consultants de Promo soins. Tout d’abord, à l’occasion des 20 ans de l’Association, Laurence Huet a enregistré des témoignages d’accueillis, puis le projet s’est précisé et, après quelques essais et tâtonnements, une proposition de communication originale a été choisie : un échange entre un massage ayurvédique de la tête à vertu relaxante et un entretien enregistré de « paroles précieuses » faisant appel à l’imaginaire de ces personnes et à leur capacité de se projeter dans l’avenir.

5L’objectif était la création d’une œuvre audiophonique. Les enjeux de cette expérience étaient multiples :

  • Les personnes qui se sont portées volontaires pour participer à cette aventure ont été nombreuses et enthousiastes. Pour elles, il s’agissait de vivre une expérience originale : pouvoir s’exprimer librement, au gré de leurs émotions et de leur imagination et non plus de répondre aux questions standardisées infligées dans un entretien médical ou social. La présence du micro et du système d’enregistrement garantissait à la fois la valeur et l’authenticité de ce qu’elles disaient. Pour certains, la perspective d’une diffusion publique importait.
  • Pour nous, cliniciennes et professionnelles du soin psychiatrique, il s’agissait de mettre en valeur les capacités d’expression et les potentialités créatrices de nos patients et d’élargir la notion de soin à celle d’un « prendre soin » (cf. care, Zielinsky, 2010), d’en passer par le corps pour renouer avec la parole. Nous référant à Benasayag et Schmit (2003), nous avons souhaité introduire l’idée de « l’utilité de l’inutile » car nous pensons qu’il est nécessaire de ne pas envisager les relations de soins sous le seul angle utilitaire que notre société tente de nous faire adopter. Notre objectif était aussi de questionner la représentation que les personnes en situation de précarité suscitent auprès du « grand public » ou des personnes dites socialement bien insérées.
  • L’objectif de l’auteure-masseuse était de tenter de démocratiser le massage ayurvédique, d’explorer les effets du massage cervicocrânien sur la verbalisation et de donner la parole à des personnes habituellement exclues des réseaux culturels. Elle souhaitait aussi partager son émotion et son émerveillement avec les auditeurs par l’intermédiaire d’une création artistique originale en procédant à un emmêlage créatif de « paroles précieuses » qui l’avaient touchée. Elle souhaitait donner à entendre autre chose de ces personnes que ce qu’il est habituel d’entendre.

2. historique et description : lemmêlage créatif

6Cette expérience s’est déroulée de février 2013 à février 2014. 36 personnes ont été massées et enregistrées ; soit 50 heures d’enregistrement, à partir desquelles 45 minutes ont été sélectionnées (concernant 13 hommes et 7 femmes).

  • 1 URL : http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-de-la-creation-les-diseuses-et-diseurs- de-bon (...)

7Le documentaire a été monté et mixé au mois de Mars 2014 à la maison de la Radio en collaboration avec Véronique Lamendour. « Les diseurs et diseuses de bonne aventure » a été diffusée par France Culture, dans le cadre des Ateliers de la création, le 30 avril 2014 de 23h à minuit1.

8De façon pratique, l’expérience s’est déroulée dans la salle de réunion du dispensaire, où était aménagée pour l’occasion une petite cabane faite de tissus et bambous créant ainsi un espace « intimiste ».

9Laurence Huet a invité les personnes, les unes après les autres, à entrer et prendre place dans cette petite cabane. Elle a massé en silence la tête d’un sujet, pendant une dizaine de minutes. Ce massage accompli, elle a posé la question suivante : « Si vous étiez diseur ou diseuse de votre propre bonne aventure, quelle serait-elle ? ». Les sujets ont été ainsi invités à s’exprimer durant une dizaine de minutes et leurs paroles ont été enregistrées. Il n’y a pas eu de dialogue à proprement parler. Le sujet seul a eu la parole. La rencontre corporelle induite par le massage, de même que la proximité des corps, dans la petite cabane de bambou a permis un accordage empathique immédiat, qui a engendré une rencontre intersubjective intense et une relation qui transcende de façon implicite la séparation entre soi et l’autre. La relation semble s’être établie dans un premier temps, sur le mode fusionnel. Dans un deuxième temps, une certaine distance s’est installée.

10Chaque personne massée s’est exprimée sur le ton de la confidence et sous forme de monologue, énoncé à la 1ère personne du singulier. Ces monologues ont des contenus divers : bribes de souvenirs ou d’introspection, récit d’un épisode de vie traumatisante, expression d’un désir sexuel ou affectif, vœu, rêve hallucinatoire. L’évènement mental de chacun a été enregistré au moment même de son émergence verbale et n’a suscité aucune interprétation, aucun commentaire.

11L’auteure a construit le documentaire avec des extraits de ces monologues, en emmêlant des segments de 2 à 3 minutes suivant une trame inspirée de l’Âyurveda. Elle a employé la métaphore de la colonne vertébrale, déroulée du coccyx au sommet du crâne et a disposé les paroles choisies suivant la symbolique des vertèbres et des chakras. Le documentaire s’ouvre et se clôt sur une citation de Hermès Trismégiste (fondateur mythique de l’alchimie) : « Ce qui est en bas égale ce qui est en haut et ce qui est en haut égale ce qui est en bas, pour accomplir le miracle d’une seule chose ».

12Le ton général de la production a un caractère assez solennel, mais il porte aussi à la quiétude avec des silences et des ponctuations par des sons d’harmonica et de cymbales indiennes. Le tout évoque une spiritualité tant hindouiste que chrétienne.

3. Réactions à lécoute

13Avec l’objectif d’enrichir nos pratiques et de procéder à un démêlage clinique, nous avons organisé des écoutes publiques de cette création avec le personnel de l’association et les personnes ayant participé à cette expérience.

14Les professionnels du champ médico-social qui ont écouté l’émission ont tous été surpris et pour certains déconcertés par cette œuvre. On peut dire que le démêlage clinique de cet emmêlage créatif a été assez mal ressenti. Certes, le caractère apaisant, créatif, parfois poétique de cette création a été reconnu mais sa construction, jugée comme trop intellectuelle ou trop mystique, n’a pas été pas appréciée. Le choix des paroles a été jugé trop intime ou trop cru. Ainsi, les professionnels ont pensé que ce document risquait de porter préjudice à leurs patients dans la mesure où certains propos, diffusés dans l’espace public, pouvaient renforcer la mauvaise représentation que l’on avait de cette population. Ils ont également craint un effet négatif de ce documentaire sur la santé mentale des personnes enregistrées.

15Par ailleurs, certains soignants se sont sentis quelque peu dépossédés de discours dont ils s’imaginaient être plus ou moins dépositaires en entendant des paroles qui leur étaient familières s’inscrire dans un contexte tout à fait autre. Enfin, ils ont trouvé regrettable que les personnes n’aient en rien participé à la création du documentaire et se soient contentées de fournir un « matériel sonore » travaillé de façon indépendante. Cependant, dans l’après-coup, nous avons conscience que le fait de ne pas nous être mêlées à cette composition, a permis d’introduire une approche artistique singulière, dégagée de toute censure « clinique ».

16Les personnes enregistrées qui sont venues assister à la retransmission du documentaire radio ont eu un tout autre vécu. Après une écoute effectuée dans un parfait silence, les auditeurs, de façon unanime et spontanée, ont applaudi et ont remercié l’auteure de son travail. L’audition a paru provoquer un réel état de détente. Les personnes ont été touchées par l’aspect esthétique et solennel de l’œuvre et elles se sont senties valorisées et fières de leur participation. La construction ne les a nullement troublées et elles ont apprécié la spiritualité qui s’en dégageait. Certains ont comparé l’émission à une pièce de théâtre, d’autres à un scénario, avec une impression de distanciation vis-à-vis de l’œuvre : « On dirait que ce n’est pas nous-mêmes qui avons parlé ». « On ne se reconnaît pas vraiment quand on s’entend parler ».

17Les différentes personnes se sont retrouvées dans la diversité des témoignages : « Toutes ces voix, c’est notre vie, c’est l’être humain » a déclaré l’une d’elles. Une autre a reconnu qu’il lui avait fallu du courage pour dire ce qu’elle pensait mais qu’elle était fière du résultat. « Maintenant, les gens vont nous regarder d’une autre façon ».

18Quant aux auditeurs habituels de France culture, il est difficile de connaître leurs réactions. Ceux qui ont éteint la radio au cours de l’émission ne se sont pas manifestés. Les quelques retours obtenus directement ou sur le site de France Culture sont dans l’ensemble très élogieux. En voilà un, par exemple, qui entre en résonance avec la thématique du colloque : « J’ai écouté les diseuses et les diseurs ! Je me suis régalée ! C’est très beau vraiment, l’humain et le divin enchevêtrés… Merci pour ce partage ! »

19Comment comprendre le contraste entre la réticence des professionnels et l’enthousiasme des personnes enregistrées ?

20Les soignants ont rapporté chaque séquence de monologue à l’histoire et la pathologie particulière des personnes dont ils reconnaissaient la voix. Les mots qu’ils ont entendus avaient surtout une valeur instrumentale et se réduisaient à leur valeur d’usage dans le contexte clinique qui était le leur.

21Ils n’ont pas pu aller au-delà de chaque cas clinique et n’ont pas saisi le message global que l’auteure voulait faire passer. Bien au contraire, ils se sont montrés plutôt réticents vis-à-vis du côté « spirituel » et exotique du discours et irrité d’entendre des paroles qui leur étaient familières, dans leur pratique professionnelle, emmêlées à un référent culturel très éloigné de leur cadre de pensée. Ils ont mal accueilli ce « Jeu de langage » éclairé par un cadre de description inhabituel qui semblait remettre en question leurs propres références. Ils n’ont pas, de prime abord, perçu ce travail comme une modalité de soin à partir d’une démarche artistique. Enfin, ils ont craint que l’émission n’altère encore davantage la représentation de ce public précaire auprès des auditeurs de France Culture. Les professionnels du champ médico-social n’ont-ils alors pas projeté leur malaise sur leurs patients ?

22En revanche, en ne reconnaissant pas toujours la voix des autres et même parfois leur propre voix, les participants ont eu accès d’emblée au sens général de l’œuvre et au message qu’il apportait. Ils ont eu un sentiment de justesse et d’adéquation entre les mots qu’ils entendaient et leur ressenti, à un niveau implicite et infra cognitif. Pour eux, cet emmêlage de mots, appartenant à des personnes différentes, a formé une création composite certes, mais homogène où chacun s’est reconnu. Ils ont eu un sentiment de justesse et d’adéquation entre les mots qu’ils entendaient et leur ressenti, à un niveau implicite et infra cognitif. Ces mots se sont détachés du monde auquel ils appartenaient et se sont imposés comme dignes d’attention par eux-mêmes. Ce détachement a ouvert une nouvelle perspective avec une autre manière d’ordonner le monde. Le sens qui en a émergé, bien qu’il n’ait pas été co-construit avec l’auteure, a suscité leur adhésion.

23Les participants ont fait une expérience originale qui en a fait des « partenaires » de l’auteure de fiction radiophonique. La solennité du ton de l’émission à laquelle ils avaient pris part leur donnait une place entière et respectable dans la société.

4. Ébauche dinterprétation : le démêlage clinique

24Cette expérience nous a amené à revisiter la relation de soin à partir de valeurs étrangères au monde de la médecine et de la psychologie. « Soigner, avant même que ce soit dans un sens médical, c’est nourrir l’autre d’humanité », nous indique Barrier (2010 : 94).

25La relation qui s’est établie entre Laurence Huet et les différentes personnes enregistrées a été brève mais intense, sans doute grâce au massage de la tête qui a engendré un accordage empathique immédiat. Il est intéressant de souligner que le massage n’a été que très peu évoqué par les participants. Seuls deux participants en disent quelque chose, l’un d’entre eux en indique le bien être qu’il procure lors de l’enregistrement, un autre exprimera que le massage y est pour quelque chose dans sa prise de parole, et que sans lui, elle n’aurait pas exprimé les même choses.

26Cette relation s’est instaurée dans le cadre d’une création artistique. Certes, avec chaque personne la rencontre a été éphémère mais, il y a eu un effet de groupe grâce à la création d’un objet sonore innovant, emmêlant les paroles des différents participants. La relation a pu se déployer dans le temps par l’intermédiaire du caractère reproductible de l’œuvre radiophonique. Ainsi, c’est moins l’objet lui-même qui est thérapeutique que le processus qu’il permet d’engendrer, et parmi les soignants et parmi les participants.

27Chez les soignants, la communication a été momentanément relancée sur un thème étrange aux soucis habituels de l’équipe et a permis l’installation d’une complicité provisoire. L’expression nous a paru plus libre, parce qu’il s’agissait de partager son ressenti sur un documentaire créatif, et non sur la relation de soin. Les propos ont porté sur les paroles entendues et sur la structuration du documentaire, comme le ferait un spectateur interviewé à l’issue d’une représentation.

28Chez les participants, elle a été l’occasion d’une aventure commune pour arriver, en tant que groupe, à mieux se connaître, à se sentir connu et connaissable.

29Une telle expérience nous donne la possibilité de penser autrement et d’envisager des expériences relationnelles originales inspirées par les nouvelles potentialités médiatiques. Elle nous donne l’opportunité de sortir d’une vision étriquée du soin qui se réduirait seulement à des protocoles et d’articuler soin et approche créative. Nous avons introduit une autre logique que celle des gestionnaires, pour lesquels les projets doivent « être utiles », c’est-à-dire directement liés à des appels d’offres et à des subventions. Dans le cadre de ce travail, le retour n’a pas été immédiat ni surtout monnayable. La création artistique est un acte gratuit, dénué de toute fonction précise et éloignée de toute aspiration au profit. Elle se révèle « comme une forme de résistance, d’antidote à cette barbarie de l’utilité qui a fini par corrompre nos relations sociales et nos sentiments les plus intimes » (Ondine, 2014 : 7).

30L’auteure nous a aidés à participer à une œuvre qui se situe à côté des normes et des valeurs de la culture dominante rationnelle, scientifique et rentable. Ce documentaire n’apporte pas d’informations sur la précarité, il ne reproduit pas seulement des paroles enregistrées mais, comme l’exprime Seguin (2012), il donne lieu à une reconstruction de ces paroles, c’est à dire, une « destruction créatrice » qui les a sorties de leur contexte, et dans le même temps métamorphosées et ouvertes aux interprétations. Cette création a permis d’élargir le champ des possibles dans la mesure où elle a donné vie à une œuvre de « contre-culture institutionnelle ». Elle a introduit une autre approche du soin, qui mêle corps, parole et art. Par son caractère unique, elle amène à interroger la place laissée à l’originalité dans notre société qui tente plutôt de standardiser les pratiques de soin.

31Nous nous sommes risquées, avec « du particulier, du hors norme », à faire entendre publiquement la parole des personnes que nous entendons, en principe, dans un espace privé. Cela nous renvoie à la notion « d’extimité » telle que l’a définie Tisseron (2011 : 84) : « Le désir de rendre visibles certains aspects de soi jusque là considérés comme relevant de l’intimité… le désir de se montrer pour exister ». Ce concept « d’extimité » est d’ailleurs constitutif de la personne humaine et nécessaire à son développement psychique – notamment à une bonne image de soi.

32Notre expérience a été très certainement rendue possible parce que notre projet concernait le secteur associatif et qu’il était à l’initiative majoritairement de bénévoles. Et l’on doit reconnaître que ce travail a permis de progresser, d’avancer, pour ne pas sombrer dans la répétition, dans le mortifère qui émane de nos expériences et pratiques professionnelles. Il a constitué une aventure porteuse de pulsions de vie, puisqu’il a été créatif et ouvert à la communication et à la réflexion.

33Dans une société qui ne cesse de nous objectiver, c’est la subjectivité de chacun que nous avons sollicitée et mise à l’épreuve de la communication. À contre courant de bien des œuvres consacrées à la précarité, ce documentaire nous semble être le témoignage de la relation de soin, dans son humanité, dans l’accueil de la différence et de la singularité de chacun. Comme le dit Barrier (2010 : 94) « L’acte de soin est immédiatement éthique, en ce qu’il est un acte ouvert à l’autre, il établit ou maintien le lien d’humanité ». Ainsi se trouve condenser l’acte de soin sous diverses formes, social, somatique et mental, et tous ces registres se mêlent pour se mettre à l’épreuve de la communication et de la transmission et faire face au « malaise dans la civilisation » (Freud, 1929).

Bibliographie

Références

Barrier P. 2010. La blessure et la force. La relation de soins à l’épreuve de l’auto normativité. Paris : Presses Universitaires de France.

Benasayag M. & Schmit G. 2003 [2006]. Les passions tristes. Paris : La Découverte.

Freud S. 2010. Malaise dans la civilisation. Paris : Petite Bibliothèque Payot.

Godelier M. 1996. L’énigme du don. Paris : Fayard.

Métraux J.-C. 2011. La migration comme métaphore. Paris : La Dispute.

Ondine N. 2014. L’utilité de l’inutile. Manifeste. Clamecy : Les Belles Lettres.

Rullac St. 2010. « Le misérabilisme dans l’action sociale : un racisme d’État contemporain. L’exemple de la prise en charge des SDF depuis 1992 », Nouvelles pratiques sociales, 2/22, 176-185.

Seguin Th. 2012. « Transgression et société : le bon usage de l’anatomique », Les cahiers de psychologie politique, no 20. URL : http://lodel. irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1985

Tisseron S. 2011. « Intimité et extimité », Communications, Cultures du numérique, no 88, 83-91.

Zielinsky A. 2010. « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin. » Études. Revue de culture contemporaine, 12/413, 631-641.

Notes

1 URL : http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-de-la-creation-les-diseuses-et-diseurs- de-bonne-aventure-2014-04-30

Auteurs

Auteure de fictions et documentaires radiophoniques et masseuse

Psychologue clinicienne à l’association PromoSoins-Siloé de Toulon
Diplômée en psychologie clinique et pathologique et d’un master en recherche de l’université de Montpellier « liens sociaux-liens symboliques ». Après avoir travaillé dans le cadre d’associations d’insertion et d’animation, elle se consacre depuis 2002 à ses fonctions de clinicienne dans l’association Promo-soins à Toulon et dans un cadre libéral. Elle intervient aussi en analyse des pratiques professionnelles auprès de professionnels du social. La psychanalyse Lacanienne constitue sa principale référence théorique.

Neuro-psychiatre au centre hospitalier de Toulon-La Seyne

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search