Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Première partie : les lieux de la parole soignante

Emprunts de mots, écriture de soi

Un groupe d’écriture avec des détenus originaires des pays de l’est de l’Europe

Florence Cabot et Aurore Gribos

Résumé

Dans le contexte carcéral, la demande de soins psychiques faite par les personnes détenues issues de l’étranger est avant tout celle d’un soutien. Comment accueillir et penser la prise en charge de ces personnes isolées ? Comment dépasser la barrière de la langue sans nier la singularité de chacun ? Quel travail thérapeutique est possible ?

L’expérience présentée a consisté à mettre en place un groupe d’écriture constitué de personnes détenues originaires de pays de l’est de l’Europe. La proposition a émergé de l’hypothèse que, malgré les différences culturelles et les antagonismes potentiels entre les membres pressentis, les processus groupaux pourraient favoriser la réduction de l’écart entre le sentiment d’isolement et le sentiment d’appartenance à un collectif pour réanimer la vie psychique individuelle. L’écriture a été envisagée comme médiatrice, c’est-à-dire comme un tiers proposant les ressources nécessaires pour créer une circulation entre le groupal et le subjectif, faire émerger et mettre au travail la question de l’attachement.

Texte intégral

  • 1  Pathologies de l’agir : classées parmi les états-limites, les pathologies de l’agir sont caractéri (...)
  • 2  Selon les théories développées par Didier Anzieu (1974) ou encore René Kaës (1993), les membres d’ (...)

1Les enjeux thérapeutiques d’un groupe d’écriture en milieu carcéral peuvent être envisagés avec de multiples perspectives. Par exemple, ils peuvent tourner autour de l’écriture en elle-même. Ils peuvent également s’appuyer sur les différentes problématiques et pathologies psychiques (addictions, psychoses, pathologies dites « de l’agir »)1, ou encore prendre en compte les difficultés sociales. Ils peuvent aussi miser sur les processus groupaux2. Dans ce cas, l’écriture est utilisée comme une médiation et un facilitateur pour la vie du groupe et pour l’expression individuelle.

2Le contexte carcéral, la situation d’enfermement ou de privation de liberté, ainsi que le climat spécifique inhérent à ce contexte auront toujours un impact sur le vécu des patients et leur prise en charge, quelle que soit l’approche première. L’incarcération peut, dans certains cas, engendrer un effondrement ou un anéantissement (ou mort) psychique momentané ou durable. Ces difficultés peuvent encore s’accroître lorsque les détenus sont étrangers, débarqués fraîchement en France, et qu’ils ne parlent pas notre langue.

3Entre la perte de repère et d’identité, l’éloignement familial et l’isolement, la demande de soin psychique revêt parfois un caractère d’urgence, générant un sentiment d’impuissance chez les soignants amenés à lutter contre leur propre impression d’étrangeté. Pour permettre à une parole d’émerger, éviter le mutisme, l’isolation, le repli sur soi ou sur la communauté, les soignants que nous sommes doivent repenser, réinventer les modes d’organisation et d’intervention.

4L’expérience présentée ici a consisté à mettre en place un groupe d’écriture constitué de personnes détenues originaires de pays de l’est de l’Europe. La proposition a émergé de l’hypothèse que, malgré les différences culturelles et les antagonismes potentiels entre les membres pressentis pour composer ce groupe, les processus groupaux pourraient nous aider à réduire l’écart entre le sentiment d’isolement et le sentiment d’appartenance à un collectif pour remettre en jeu la vie psychique individuelle. L’écriture a été envisagée comme médiatrice, c’est-à-dire comme un tiers proposant les ressources nécessaires pour remplir un objectif.

5Nous décrirons cette expérience singulière et observerons comment cette médiation de l’écriture a pris une place centrale. Nous illustrerons notre propos à travers une vignette clinique. Monsieur E., rencontré à l’occasion de cette expérience collective, a été ensuite suivi individuellement jusqu’à sa sortie et son expulsion vers son pays d’origine. Nous verrons comment ce va et vient entre le groupe et l’individuel a pu faire émerger et travailler la question de l’attachement.

1. cadre dintervention

1.1. un entremêlement de cadres

6Exercer son activité de psychologue en maison d’arrêt, c’est d’abord inscrire sa démarche dans un entremêlement de cadres. Sans ce préalable, la prise en charge psychologique et thérapeutique, sans cesse mise à mal par les contraintes pénitentiaires et judiciaires, n’aurait pas de sens.

7Dans une Maison d’Arrêt, la population pénale et les situations rencontrées sont nombreuses et hétérogènes. Addictions, psychoses, pathologies dites de l’agir, le spectre psychopathologique rencontré est large, tandis que les faits commis vont du simple délit au crime le plus grave.

  • 3  Une fois jugées, si les personnes sont condamnées à une peine courte (entre 1 mois et 3 ans enviro (...)

8Les personnes sont soit jugées, soit en attente de jugement3.

9Quelle que soit la durée de la peine ou celle du mandat de dépôt (présententiel), la temporalité est toujours complexe en prison : attente d’un transfèrement dont il est impossible de connaître la date à l’avance (les détenus sont informés la veille ou, dans certains cas, le jour même), projet de sortie avec bracelet électronique, attente d’une semi-liberté ou d’une formation, projet de réinsertion, obligations pénales à l’extérieur (par exemple, obligation de soins) ; et pour les personnes non encore jugées : étapes d’instruction, rencontres avec le juge, expertises, confrontations, etc.

10Le règlement et les règles internes au milieu carcéral, les horaires, le rythme des promenades, du travail, l’heure de la “gamelle”, les rendez-vous avec l’assistante sociale ou le CIP (Conseiller d’Insertion de Probation), les activités culturelles ou sportives, les relations interpersonnelles entre détenus, mais aussi entre détenus et surveillants, la promiscuité et les différences culturelles viendront encore complexifier et marquer un profond changement dans la vie de la personne. À cela s’ajoutent les conséquences des affaires et de l’incarcération sur la vie familiale : éloignement, conflits, abandons, séparations, souffrance liée aux manques, sentiments du manquement aux devoirs parentaux, etc.

  • 4  Séparation du monde interne en deux parties qui ne peuvent pas se rejoindre. Dans le cas du déni, (...)
  • 5  Déplacement des affects du sujet sur son entourage ou sur le thérapeute. Ces affects renvoient la (...)
  • 6  Transfert des sentiments et des vécus traumatisants, négatifs, voire menaçants, sur autrui.

11Ainsi, dans cet espace clos, penser est souvent une source de danger. Afin d’éviter une souffrance psychique insupportable, les personnes détenues ont généralement recours à des aménagements défensifs visant à protéger leur intégrité psychique. Ces mécanismes de défense généralement archaïques, comme le déni ou le clivage4, seront à l’origine de transferts5 affectifs, projections6 et confusions de toutes sortes, ce qui n’est pas sans compliquer l’accès et l’offre de soins.

12Si la nature des faits commis et leurs origines ont toute leur importance et peuvent constituer à eux seuls un sujet d’investigation personnelle dans un travail thérapeutique, être incarcéré est toujours une expérience singulière. D’autres facteurs viennent encore influencer et déterminer l’état psychique de la personne et sa prise en charge. La clinique qui en découle est exigeante et vaste. Elle pourra ainsi couvrir les champs de la subjectivité et de la personnalité du patient, de traumatismes anciens ou récents, des faits commis, du vécu d’enfermement, du choc carcéral, des échéances judiciaires, des situations socioculturelles, des relations familiales, etc.

13Tous ces éléments, combinés ou isolés, sont le plus souvent à l’origine d’une demande de soutien ou de suivi thérapeutique de la part des détenus. Moins fréquemment, mais suffisamment pour que nous le signalions, les faits eux-mêmes ou leur répétition peuvent provoquer chez les détenus un besoin de “comprendre”. Ils viennent alors interroger directement et chercher des réponses sur leur propre fonctionnement psychique et leur histoire.

1.2. lunité de Soins de la Maison d’Arrêt (usma), le cadre de soins

14Aux cadres pénitentiaire et judiciaire vient s’ajouter un troisième : le cadre de soins, qui s’inscrit par la présence de l’hôpital au sein de la prison.

15L’USMA se situe dans un quartier réservé où le lien avec le milieu carcéral est assuré par une surveillante dont la fonction est de gérer les flux des détenus appelés par les soignants. Une fois passée la porte de l’USMA, ces détenus deviennent les patients d’un service hospitalier où ils bénéficieront de soins appropriés : infirmiers, psychologiques, psychiatriques, de médecines générale et spécialisée (dentiste, dermatologue, pneumologue…).

16Pour les acteurs du soin, comme pour les détenus, tout cela participe d’une temporalité particulière et d’un entremêlement de langages et de cultures.

17Pour penser et créer des dispositifs de soins, il nous faut faire avec ce contexte que nous subissons également (cadre malmené, horaires des rendez-vous non respectés, accès contrôlés, portes à franchir, patients non appelés, détenus transférés…). Ce n’est qu’en élaborant une réflexion commune autour de cette complexité que nous pouvons faire exister un espace de soin préservé, pour qu’une parole puisse s’y dire, qu’une alliance thérapeutique puisse se tisser.

1.3. personnes détenues originaires des pays de l’Est de l’Europe : une demande spécifique

18Ceux que nous avons regroupés sous l’appellation « détenus originaires des pays de l’Est de l’Europe » sont des personnes issues de pays tels que Bosnie, Roumanie, Albanie, Russie, Géorgie.

19Pour la plupart, ils sont assez jeunes, entre 20 et 30 ans, parfois arrêtés en famille ou en groupe. Il peut s’agir d’une première affaire ou d’une récidive. Sauf quelques exceptions, leurs peines sont de courtes ou moyennes durées.

20Tous sont venus tenter leur chance en France ou cherchaient à la traverser. Peu résident dans le pays depuis plus de cinq ans.

21Ils sont généralement isolés, éloignés de leur famille ou en rupture, sans nouvelles depuis plusieurs mois.

22Les demandes des détenus nous parviennent via des “petits mots” lus chaque matin en équipe.

Fig. 1 : Exemple de « petit mot »

Fig. 1 : Exemple de « petit mot »

23Concernant cette population, ces mots sont écrits soit de la main même de la personne, dans un français fragile mais compréhensible, soit par une tierce personne (surveillant ou codétenu). Le motif de la demande est la plupart du temps inscrit : besoin de soutien, besoin de parler, besoin de comprendre ou de faire le point. Il n’est pas exclu que la demande massive qui nous parvient à des périodes données soit le fruit d’un bouche à oreille motivé par le fait qu’une démarche auprès d’un psychologue peut favoriser l’octroi de remises de peine ou influencer favorablement une décision judiciaire suite à une demande de mise en liberté.

24Quoi qu’il en soit – demande stratégique ou demande authentique –, les premiers entretiens révèlent immanquablement, comme pour la plupart des autres détenus, des états dépressifs, de la solitude, des phobies, des risques suicidaires, une perte d’identité, des conflits dans le pays d’origine ou familiaux…

1.4. la question du langage

25Sauf pour quelques exceptions, le psychologue reçoit seul les patients. La parole est bien sûr l’outil principal des entretiens. Outre le français, l’anglais et l’espagnol sont pratiqués. Pour les détenus étrangers ne parlant aucune de ces trois langues, nous devons faire autrement. Voici quelques brefs exemples de prises en charge individuelles :

  • 7  Arbre généalogique (systémique) présentant l’environnement familial du sujet et permettant de mett (...)

26Monsieur T. est kosovar, vivant en France depuis quelques mois. Il connaît un peu le français mais le choc carcéral a fait disparaître momentanément ses quelques acquis. Les premiers entretiens sont difficiles et douloureux, illustrant la fragmentation psychique dans laquelle se trouve le patient. Cependant, le travail de contenance n’est pas freiné par la barrière de la langue. Dans ce début de prise en charge, c’est le langage non verbal qui tient le rôle principal. La gestuelle, les dessins ou encore les tracés d’un génogramme7 permettent de renouer avec des éléments familiaux qui dissipent peu à peu l’aspect traumatique de l’arrestation. Une fois cet état de choc traité, le langage se réouvre. Nous remontons peu à peu le fil de l’affaire pour en soulever les aspects transculturels et faire émerger une prise de conscience par rapport aux faits dont il est accusé et à leurs conséquences.

27Monsieur N. est roumain et ne parle pas un mot de français. Il a été arrêté trois jours après son arrivée en France. Pour lui aussi, l’arrestation est traumatique, voire incompréhensible. Nous aurons un entretien par semaine, puis un entretien tous les 15 jours pendant 4 mois. Grâce aux consonances des deux langues, nous trouvons une forme de langage commun. Les entretiens sont très animés. La feuille de notes devient un outil de médiation sur lequel le patient exprime ses émotions et retrace son histoire.

28Monsieur B. est géorgien. Il est isolé et se dit anéanti. Il est demandeur d’asile mais les premiers mois d’errance en France l’ont conduit en prison. Depuis le départ clandestin de son pays, il ne peut donner et n’a aucune nouvelle de sa famille (femme et enfants) restée en Géorgie. La situation très complexe et dramatique de Monsieur B. nécessite une thérapie de soutien au long cours. Il fait l’objet d’un suivi régulier pendant 23 mois. La fréquence des rendez-vous s’adapte aux besoins du patient et correspond aux différents temps judiciaires et aux échéances administratives ; mais la distance entre deux séances ne dépasse jamais 6 semaines. La perte identitaire est telle que, malgré les cours de français suivis en prison, nous faisons ensemble le choix de continuer à faire appel à un interprète. Monsieur B. reste ainsi en contact avec sa langue. Il est également inscrit un temps à l’atelier d’art-thérapie. Malgré ses dispositions et sa sensibilité artistique, il abandonne cette activité car il dit s’y sentir « trop seul avec lui-même ».

29Comment accueillir et penser la prise en charge de ces personnes isolées ? Quel travail peut-on faire avec des détenus non francophones ? Comment dépasser la barrière de la langue sans nier la singularité de chacun et proposer des suivis individuels ? Quand les langues s’emmêlent (s’en mêlent), qu’est-ce qu’il reste ? Quel travail thérapeutique est possible ?

30Autant de questions qui ont émergé des rencontres avec ces détenus dont nous ne partageons pas la langue. Tout en reconnaissant ses limites, mais dans le souci de sa mission de service public, l’équipe exprime la volonté de ne pas les laisser à l’abandon, de leur permettre un accès aux soins psychiques sans discrimination.

  • 8  Dans le cadre de la lutte contre l’indigence, un revenu minimum est attribué aux personnes repérée (...)

31Cette volonté est d’autant plus déterminée qu’elle s’accompagne d’une prise de conscience de certaines situations alarmantes : absence d’information quant à l’évolution de l’affaire judiciaire, moyens de se défendre très limités voire inexistants, impossibilité de dialogue avec les surveillants, pas d’accès au minimum (revenu d’indigence8, papier toilette, produits d’hygiène, etc.).

2. la formation du groupe et les ateliers décriture

2.1. pourquoi un groupe d’écriture ?

32Dans cette période de prise de conscience, il nous a semblé évident que la formation d’un groupe allait pouvoir ouvrir et faciliter les espaces individuels de parole. Cependant, dans cet élan enthousiaste, nous avons dans un premier temps minimisé les différences culturelles, les clivages et les antagonismes possibles. Nous sommes partis de l’idée simpliste qu’être issu de l’Est de l’Europe constituait un point de repère pour chacun et une reconnaissance possible au sein du groupe constitué.

33Nous proposons régulièrement des ateliers d’écriture aux détenus. Une à deux fois par an, nous procédons à une communication, accueillons les personnes intéressées et composons les groupes que nous réunissons sur un minimum de 10 séances. La durée de l’atelier varie en fonction de la période et de leur disponibilité.

34Ces groupes comptent 7 à 10 personnes, thérapeutes inclus.

35Dans une première phase, l’individu a la possibilité de déposer ses angoisses dans le cadre collectif. Ceci facilitera une adhésion au groupe dans lequel il pourra se reconnaître. Afin de bénéficier de cette reconnaissance, il devra laisser une part de subjectivité hors du groupe. Le groupe connaîtra ainsi un moment d’illusion groupale (Anzieu, 1984), sorte de phase idéologique où le groupe fera l’objet de représentations et de projections de la part de ses membres. Cependant, dès lors que les individualités trouveront une place plus confortable, à la faveur de mouvements intersubjectifs, le groupe pourra à nouveau subir les influences de l’extérieur. Il connaîtra alors de nouvelles transformations. C’est ainsi que René Kaës (1976) a développé son concept d’appareil psychique groupal, reconnaissant ainsi au groupe une vie psychique propre en prise aux mouvements transférentiels en son sein et aux interactions avec l’extérieur.

36Dans un cadre thérapeutique, le groupe sera toujours pensé et géré dans le but d’offrir à chacun la possibilité d’un étayage qui favorisera l’émergence ou le développement d’une parole propre.

37Dans ces groupes à médiation, l’écriture – en plus d’être le dénominateur commun – intervient en seconde ligne et crée souvent la surprise chez les participants. Elle rappelle le sujet à des souvenirs ou à des sensations, au désir, aux liens avec son environnement ou encore à des ressources insoupçonnées. Soutenues par le groupe et encouragées par les thérapeutes, les ressources réparatrices sont mobilisées. Agissant sous l’influence d’une intimité profonde, le sujet écrit depuis une partie authentique de lui-même, ni détenue, ni voleuse ou délinquante, ni réductible à une pathologie psychiatrique ou à des troubles de la personnalité. Cela va lui permettre d’avoir un autre rapport à sa souffrance. La chose écrite peut prendre la valeur d’une chose de vie, une chose à dire et à vivre. Elle permet au sujet écrivant de prendre en compte sa propre intériorité, une partie de Soi non reconnue jusqu’alors.

2.2. Méthode de travail

  • 9  Méthodes cliniques permettant au patient de s’exprimer à partir, soit d’un document qui lui est pr (...)
  • 10  Voir Ancelin Schützenberger A. 1997, Aïe, mes aïeux !, Paris : Desclée de Brouwer, coll. La Méridi (...)
  • 11  Méthode mise au point par Pierre Babin, Alain Baptiste et Claire Belisle, avec l’utilisation de ph (...)

38Notre méthode habituelle s’apparente à une méthode projective9, inspirée de plusieurs formes d’exercices allant du simple jeu littéraire à la réalisation d’arbres généalogiques10, en passant par des échanges verbaux ou encore l’utilisation du photolangage11. Les exercices proposés alternent jeux littéraires collectifs et écriture individuelle.

39Le cadre (lieu, horaire, règlement intérieur) et le « couple thérapeutique » sont les garants de l’équilibre du groupe, des ressources qui lui seront propres et de son identité. Ainsi le recrutement peut être défini comme une pré-reconnaissance et aura un premier effet de transmission des psychologues vers les sujets.

  • 12  Dans la théorie psychanalytique, la pulsion épistémophilique renvoie au désir de savoir, à la curi (...)
  • 13  La capacité de rêverie maternelle, définie par Bion (1979 [1962]), va permettre à la mère d’accomp (...)
  • 14  Stade du miroir : phase de développement de l’enfant décrite notamment par Lacan (1949). Située en (...)

40Dans les séances comme dans leur préparation, la pulsion épistémophilique12 et les ressources créatives du couple thérapeutique seront déterminantes : sa capacité de rêverie13 et d’invention libèrera celle du groupe et sera finalement un moyen mis à la disposition de chaque sujet pour qu’il puisse mettre en commun quelque chose de sa propre intimité. Se reconnaître à travers l’autre est le point de départ de toute différenciation et individuation (Simondon, 1989). Ce processus, qui fait fonction de miroir14, est particulièrement à l’œuvre dans les groupes.

41Pour tous les ateliers que nous avons mis en place, nous avons adopté un principe fondamental : les thérapeutes écrivent, échangent, lisent leurs propres textes, s’entremêlant ainsi à la « polyphonie » et à la complexité du groupe. Grâce à cette place particulière dans le dispositif et aux processus d’identification qui en découlent, le groupe dont nous parlons s’est laissé contenir et « embarquer ».

2.3. Adaptation

42Jusque-là, nous avions toujours fixé un même objectif à ces ateliers thérapeutiques : l’écriture d’un autoportrait comme production finale – la consigne, sur les deux dernières séances, étant : Écrire son autoportrait en trois parties : Qui j’ai été (d’où je viens), Qui je suis (ici et maintenant), Qui je serai (le futur).

43Nos habitudes ont trouvé leurs limites avec le groupe dont il est question ici. Dès le début, nous avons été mises devant une urgence : opposer aux différences, aux divergences, aux antagonismes exprimés dès les premiers instants, la possibilité de faire exister du collectif – sans quoi le groupe n’aurait pu survivre au-delà des trois premières séances. Nous relevons régulièrement des éléments importants au niveau de la dynamique groupale : certains conflits éclatent, en lien parfois avec l’attachement aux thérapeutes ; un patient ne vient plus. Après des débuts enthousiasmants, nous nous questionnons sur notre capacité à sécuriser le groupe. Les attaques du cadre sont fréquentes. L’hostilité entre détenus se manifeste par des commentaires ou des apartés dont le sens nous échappe souvent, des éclats de rire au moment d’une lecture, des interruptions, des absences, des colères, des prises à partie ou encore des tentatives d’utiliser et de diviser les thérapeutes au cours des entretiens individuels. La défiance entre les participants met à mal le thème de l’autoportrait, qui doit être contourné. Il nous faut rapidement faire le deuil de l’introspection et de l’intimité. La capacité d’adaptation et l’écoute des thérapeutes sont donc particulièrement mises à l’épreuve. Notre disponibilité et notre permanence, tout autant que les temps périphériques (debriefing, temps d’équipe, supervision), sont déterminants car ils nous font tenir l’essentiel : le maintien du cadre, quoi qu’il arrive.

44Ici plus qu’ailleurs, pas d’écriture individuelle possible sans réussir à répondre à la nécessité de faire groupe. La question de l’appartenance que nous pensions préalablement acquise s’avère fragile et nous devons sans cesse mettre nos efforts sur le collectif. Nous sentons également que les entretiens individuels que nous poursuivons avec certains – suivis en place avant l’existence du groupe – permettent de reprendre des événements ou d’évoquer des impressions.

  • 15  Construction psychique permettant au sujet de se détacher du réel pour accéder à une fonction symb (...)

45Finalement, “faire groupe” se révèle être le destin de l’atelier. Grâce à ces efforts, quelque chose tient bon. La fiction est de mise, les thèmes abordés viennent relayer ce qui se joue au sein du groupe. Un processus de fantasmatisation15 s’opère qui fait passer les conflits et les antagonismes dans la fiction. C’est ainsi que nous pouvons joliment qualifier cette aventure « d’itinerrance »…

3. Au fil du groupe et de lécriture

46Chaque séance comprend un temps de parole ou de jeu collectif, un temps de consigne, un temps d’écriture individuelle puis un temps de lecture où chacun lit son texte tel qu’il l’a écrit. Le temps de lecture est généralement long du fait de la traduction, des échanges, des apartés. C’est un moment à la fois fort et éprouvant pour nous qui devons rester disponibles aux écrits tout en étant vigilantes sur le cadre.

47Comme dit plus haut, au regard des deux premières séances, nous décidons de ne pas suivre la trame habituelle. C’est ainsi que la formule est prononcée à l’ouverture de la troisième séance : « Nous allons laisser l’atelier voguer ».

48Le traitement de la question de la langue s’improvise, s’adapte. Nous faisons « avec les moyens du bord ». L’espagnol, parfois l’anglais, deviennent des points d’appui mais ne sont pas parlés par tous. En tout, ce sont huit langues qui seront utilisées pour permettre à l’ensemble des participants de communiquer entre eux : français, roumain, serbe, croate, italien, espagnol, anglais et même arabe.

49La consigne est écrite au tableau puis reprise et traduite par des participants jusqu’à ce qu’elle soit comprise par tous. Par exemple :

Inventaire : inventario, inventory, inventario, liste, lista, list.
Les lieux où j’ai dormi : Lugares donde durmió, Places where I slept, Luogi dove dormiro.

50La séance 4 (baptisée « liberté ») est déterminante. Elle amène concrètement l’idée commune de travailler sur la question du trajet. C’est à ce moment que nous prenons les chemins de traverse par rapport aux ateliers d’écriture précédents. Après avoir posé des cartes géographiques sur une table, nous remontons le cours du Doubs, puis du Danube.

51« Et si on partait en Croisière ?! ». La proposition émane de Monsieur E. – et nous le prenons au mot. Nous arrivons dès la séance suivante avec la consigne : « Vous êtes en croisière sur un bateau et vous faites escale dans un port. Vous écrivez une carte postale à quelqu’un qui vous est cher ».

52La suite retracera les étapes de cette aventure collective. Les séances suivantes nous permettront de poursuivre notre voyage imaginaire : « Un passager s’est égaré » ; « Nous découvrons une terre inconnue » ; « Sur le chemin du retour » ; etc. Autant de propositions qui nous permettront de faire émerger des formes d’expression et de mettre au travail des problématiques de conflits, de perte, d’abandon, d’errance, d’éloignement, de solitude… Les séances sont systématiquement ponctuées par un temps d’écriture collective. Ce temps qui clôture la séance se concrétise sur une grande feuille fixée au mur. Chacun choisit une phrase de son texte et la note au marqueur sur la feuille. Exemple : La découverte d’un nouveau monde…

« J’aperçois une grotte, je rentre dedans. Des centaines de chauves-souris volent en même temps. J’ai peur sur le coup mais c’est beau à voir dans leur milieu naturel. Je ferme les yeux. I inchide ochii. Un train siffle et s’éloigne. Je comprends qu’il emporte mon amour loin de moi. Je crie “Mon amour !” I sforăie. Mais je ne sais pas si quelqu’un m’entend. Mon cri s’éteint dans la nuit. Côte o dotă aparente la sunt Înselătoare. « S’ils m’oublient ? Et alors ? Je sais ce que j’ai traversé avec eux.” Prietenul la nevoie se cunoąste. » (Texte collectif du 22/07/13, dernière séance).

4. illustration clinique

4.1. l’évolution de Monsieur E. au sein du groupe

53Monsieur E. est roumain. Il a 28 ans. S’il prend d’emblée une place particulière dans le groupe, ce n’est qu’au fil des séances, et non sans difficultés, qu’une parole singulière pourra advenir pour lui. Dès la première séance, il s’est montré très (trop ?) à l’aise au sein du groupe. Il rit beaucoup, y retrouve Monsieur T. Tous deux réalisent qu’ils se connaissent. Ils viennent de la même ville et c’est ainsi que nous allons commencer à découvrir leur pays, la Roumanie.

54Monsieur E. nous sera d’une aide précieuse dans les premières séances : il prend spontanément la place de traducteur, parfois de manière excessive, traduisant chaque texte mot à mot lorsque nous lui demandons de résumer, ajoutant quelques explications lorsque nous ressentons une certaine connivence à la lecture des textes dans la langue. Il semble vivre les textes à chaque lecture. Il est également un élément moteur, proposant des thèmes. Il nous donne l’impression de “naviguer” par rapport à la dynamique du groupe. Il prend part aux conflits, ne respecte pas toujours les règles proposées (éclat de rire à la lecture du texte d’un autre patient). Il semble « comme un poisson dans l’eau » mais nous constatons que son attitude vient masquer ses difficultés à écrire, à parler de lui, de son histoire.

55Au fil des séances, les autres commencent à se passer de lui. Même Monsieur T., qui ne parle pas français, un peu anglais, arrive à se faire comprendre seul. Chacun peut, à travers les sonorités, la mélodie des mots, des phrases, l’accent, l’intonation, mais aussi grâce aux liens tissés au sein du groupe, nous faire sentir, nous donner à entendre quelque chose de son texte, l’idée générale.

56Monsieur E. se rapproche de Monsieur H. – que l’écriture met également en difficulté. Il s’emporte quelque peu devant le caractère intime, personnel des exercices proposés, arguant du fait qu’il ne souhaite pas « penser à l’extérieur », ne veut pas parler de sa vie au dehors. Il ne reconnaît cependant pas que cela puisse être pénible, éprouvant pour lui, s’en défend lorsque nous le lui suggérons. À plusieurs reprises, il reste comme en suspens. Il écrit quelques mots, déchire sa feuille, rature son texte. Il fait tout cela avec grand bruit, soupire et tente de distraire les autres. Ce temps d’écriture, moment de face à face avec soi, de solitude, semble le mettre en difficulté. Il est toujours à la limite par rapport au cadre. Il l’éprouve.

57Les mouvements dans le groupe font bouger les lignes et déloge Monsieur E. de sa place centrale, ce qui le contraint à reprendre une place de “simple participant”. C’est ce qui lui permettra de s’ouvrir. Il finira par nous lire ses propres textes. Dans celui écrit lors de la dernière séance, il y est question de lui, de sa vie, de sa famille, de ses sentiments. Après toutes ces tentatives, il se risque à cette parole. Est-ce la lecture des textes, de chaque texte, mot à mot, phrase après phrase, séance après séance, qui lui a offert cette possibilité ? Y a-t-il pris appui ? A-t-il eu besoin de mettre le groupe, de nous (thérapeutes) mettre à l’épreuve pour y déposer quelque chose ?

58Sa relation au groupe n’en reste pas moins complexe. Il est le seul détenu que nous n’avons pas pu rencontrer individuellement après la dernière séance, ce qui le laisse à la périphérie du vécu de groupe. En effet, une dernière rencontre, programmée dès le début, fait partie du dispositif. Elle est l’occasion d’un bilan avec les personnes, hors du groupe. Elle permet d’échanger avec chacun et de recueillir les sentiments après coup ou des choses qui n’ont pas pu s’exprimer en groupe. Pour les thérapeutes, elle offre la possibilité de proposer une interprétation de la présence de la personne dans le groupe, de la place qu’elle y a occupée, de son rapport à l’écriture, des contenus des textes, etc. Les textes personnels sont restitués à ce moment-là. Enfin, ce dernier entretien avec le “couple thérapeutique” ouvre des perspectives, donne des orientations, ponctue la séparation d’avec le couple parental.

59N’ayant pas pu restituer ses textes à Monsieur E., il n’a pas été possible d’évoquer cette expérience avec lui dans le cadre dessiné pour le groupe. Ceci n’est pas sans résonner avec ce qui se déroule pour lui dans un travail de psychothérapie individuelle dont il fait la demande a posteriori. C’est en effet dans une relation duelle que cette restitution pourra avoir lieu.

4.2. l’écho dans les entretiens individuels : le récit d’une « itinerrance »…

60Monsieur E. fait la demande de suivi après le groupe. Il est vu en entretiens individuels pendant quelques semaines par une des deux psychologues qui ont animé le groupe. Il sera ensuite libéré et expulsé dans son pays d’origine.

61Il s’empare tout de suite de l’espace individuel de parole et, contrairement à ce que nous avions pu percevoir au moment du groupe, peut facilement évoquer son histoire, ses ressentis, faire des liens entre les différents événements de sa vie. Les entretiens sont structurés, Monsieur E. montre de bonnes capacités d’analyse de sa situation. À travers les entretiens, il remonte le fil de son étonnant et très riche parcours, comme s’il remontait le temps – et comme si cela faisait écho à ce qui a été travaillé dans le groupe : les circonstances de son arrivée en France, son itinéraire, l’engrenage et l’urgence qui lui ont fait commettre des délits, son arrestation, l’impossibilité à trouver un emploi dans son pays, ses expériences professionnelles, ses études, ses voyages, sa vie de famille, les difficultés et les séparations…

62Son rire retentit parfois dans le bureau, comme dans les ateliers. À d’autres moments, il s’effondre, surtout à l’évocation de son enfant resté dans son pays. Il peut dire avec humour que « ses humeurs sont aussi changeantes que la vie ». Il parle des étapes franchies comme « d’îlots perdus dans la brume ».

63À la séance suivante, la thérapeute lui présente une image où on voit une chaîne de sommets de volcans émergeant d’une brume épaisse. Les pieds des volcans sont noyés dans la brume. La thérapeute lui dit : « Cette image m’a fait penser à ce que vous disiez la dernière fois ». Il fait alors le lien avec la vie de son propre père : son engagement politique, ses longues absences, ses retours impromptus, l’incertitude de son attachement à ses enfants… Il dira finalement : « Il est temps que les îlots soient reliés entre eux ». Ce sera le dernier entretien avant sa sortie.

5. discussion

64Loin de l’envisager comme un processus littéraire, l’écriture est comme un terrain de jeu où il est possible de laisser des traces sans chercher à mettre du sens. Elle est ainsi à lire telle qu’elle est livrée par le sujet – à l’état brut. Il s’agit pour les co-thérapeutes de prendre le mot à la lettre.

65Les travaux de Pommier (1993), Kristeva (1988), Brun & Chouvier (2011, 2013), et bien d’autres encore, nous ont montré qu’écrire répond à un besoin du corps, une urgence émanant directement de la psyché empreinte des désirs archaïques inconscients. L’acte d’écrire permet à ces désirs bruts de passer par des voies sécurisantes et apaisantes qui peuvent aboutir au plaisir de penser. Écrire est une démarche vers l’autre à qui on donne un bout de soi.

66L’écriture est une émanation de la psyché. Dans un groupe d’écriture, le sujet écrit avec ses groupes internes, des plus intimes ou secrets, aux plus sociaux (Chidiac, 2010). « L’objectif [d’un groupe d’écriture] n’est pas uniquement d’obtenir la clarté des émotions et des pensées mais en le devenant, les émotions et les pensées peuvent alors s’élaborer pour sortir de la répétition traumatique et ainsi tendre vers la créativité » (Chidiac, 2010 : 38).

67Le plaisir de penser et de la création est un levier de l’élaboration psychique. C’est en cela que cette pratique en groupe de l’écriture est thérapeutique. Elle permettra une ouverture sur le psychisme, une restauration de l’estime de soi et ouvrira le chemin à une pulsion d’investigation qui va donner « l’impulsion, le courage et la possibilité d’aller vers cette reconstruction psychique » (Chidiac, 2010 : 39).

68Écrire pour soi permet au sujet de rassembler des bouts éparpillés de lui-même que le groupe peut accueillir et contenir. L’individu peut ainsi prendre place au sein de la collectivité et se vivre comme sujet. Dans les groupes tels que nous les concevons, l’implication des psychologues est déterminante. Depuis la phase de recrutement qui aura un premier effet de transmission des psychologues vers les sujets, jusqu’à la restitution individuelle dont la fonction est encore d’ouvrir et non de fermer sur un vécu de séparation.

69L’écriture d’un itinéraire imaginaire a été ici porteuse. Elle restaure ou exprime des potentialités enfouies passant par l’expression d’un corps en mouvement. Lorsque l’histoire du sujet, le vécu familial, groupal ou sociétal et l’existence même du sujet sont mis à mal, ces groupes constitués en prison permettent aux individus de retrouver de l’intersubjectivité en toute sécurité. Le sujet peut ainsi lever ses défenses et faire émerger un bout de sa propre parole.

conclusion

70Dans cette expérience singulière, que nous avons tenté de relater, nous pouvons affirmer que la capacité à laisser bousculer nos propres aprioris a été déterminante pour la réussite du groupe. À travers le thème du voyage collectif, loin de ce que nous pensions, ce n’est pas l’aspect culturel qui a fait corps commun mais plutôt la possibilité de recoller collectivement des morceaux de vies perdues, des bouts de chemins chaotiques, de trajets improbables et clandestins. C’est cette aventure commune, d’une réalité déplacée vers une fiction collective, qui, bon an mal an, a permis le questionnement individuel, la saisie de la nécessité d’une cohérence, l’expression d’une prise de conscience, le début d’une réparation.

71Ouvrir à un regard sur soi, sur le monde extérieur, c’est ce que nous, soignants, tentons de soutenir dans ce lieu d’enfermement qu’est la Maison d’Arrêt. Parfois, l’entretien individuel ne peut se faire ou ne suffit pas. À nous alors d’inventer d’autres espaces d’invitation à une parole. Véritable découverte pour beaucoup, plongée dans l’inconnu, prise de risque, cette démarche ne s’effectue pas toujours sans violence pour celui qui l’entreprend. Ce dispositif de soins qu’est l’atelier d’écriture, par la construction d’un langage commun, a ouvert à certains le chemin d’une investigation personnelle ouvrant la voie à un changement possible.

72Ainsi, pour Monsieur E., l’atelier écriture a permis de dépasser le frein que pouvait représenter pour nous, pour lui, la “barrière” de la langue. Derrière des apparences de leader, le lien à l’autre s’avère très fragile, voire menaçant en termes d’effondrement, de destruction, de perte, de rupture de l’attachement… Monsieur E. rejoue inconsciemment dans le groupe ce qui ne peut s’exprimer, qui reste au plus profond de lui et qui pourtant semble être à l’origine de son errance. C’est ainsi que l’image des îlots fait émerger une pensée sur soi, favorisant la prise de conscience des ruptures et de la solitude et surtout le désir de vivre autrement le lien avec les autres.

Bibliographie

Références

Anzieu D. 1984, L’imaginaire groupal, Paris : Dunod, coll. Psychismes.

Anzieu D. 1995, Le Moi Peau, Paris : Dunod.

Anzieu D. 1999 [1974], Le Groupe et l’Inconscient. L’imaginaire groupal, Paris : Dunod.

Anzieu D. & Martin J.-Y. 1986, La dynamique des groupes restreints, Paris : Presses Universitaires de France.

Anzieu D. (dir.) 2003, Les Enveloppes psychiques, Paris : Dunod.

Balier C. 1988, Psychanalyse des comportements violents, Paris : Presses Universitaires de France.

Balier C. 2005, La violence en abyme, Paris : Presses Universitaires de France.

Bergeretj. 1984, La violence fondamentale, Paris : Dunod.

Bion W. 1979 [1962], Aux sources de l’expérience, Paris : Presses Universitaires de France.

Brun A., Chouvier B. (dir.) 2011, Les enjeux psychopathologiques de l’acte créateur, Bruxelles : De Boeck.

Brun A., Chouvier B. (dir.) 2013, L’archaïque. Création et psychanalyse, Paris : Armand Colin.

Cadoux B. 1999, Écriture de la psychose, Paris : Aubier.

Chiantaretto J.-F. 2002, Écriture de Soi et narcissisme, Toulouse : Erès, coll. Actualités de la psychanalyse.

Chiantaretto J.-F. 2011, Trouver en Soi la force d’exister, clinique et écriture, Paris : Campagne-Première.

Chidiac N. 2010, Ateliers d’écriture thérapeutiques, Paris : Masson.

Kaës R. 1976, L’appareil psychique groupal, Paris : Dunod.

Kaës R. 1993, Le groupe et le sujet du groupe, Paris : Seuil.

Kaës R. 2009, Les alliances inconscientes, Paris : Dunod.

Kaës R. 2010, « Le sujet, le lien et le groupe. Groupalité psychique et alliances inconscientes », Cahiers de psychologie clinique, 1/2010, no 34, 13-40.

Kristeva J. 1988, Étrangers à nous-mêmes, Paris : Fayard.

Lacan J. 1949, « Le Stade du miroir comme formateur de la fonction du Je : telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique », Revue française de psychanalyse, oct. 49, 449-455.

Marc E. & Bonnal C. 2014, Le groupe thérapeutique. Approche intégrative, Paris : Dunod.

Pommier G. 1993, Naissance et renaissance de l’écriture, Paris : Presses Universitaires de France.

Simondon G. 1989, L’individuation psychique et collective, Paris : Aubier.

Winnicott D. W. 2012 [1958], La capacité d’être seul, Paris : Payot & Rivages.

Notes

1  Pathologies de l’agir : classées parmi les états-limites, les pathologies de l’agir sont caractérisés par des passages à l’acte définis comme de véritables courts-circuits psychiques entraînant des actes impulsifs et/ou violents. Selon Claude Balier (1988), lorsque la mise en pensée d’un affect ou d’un ressenti d’angoisse est impossible ou quand le sujet se trouve confronté à la menace de disparaître, de ne plus exister, il peut avoir recours à un acte afin de soulager la tension ou l’angoisse qui le débordent.

2  Selon les théories développées par Didier Anzieu (1974) ou encore René Kaës (1993), les membres d’un groupe cherchent dans un premier temps à réduire l’écart entre eux en trouvant un accord implicite pour une mise en commun. Cette mise en commun nécessaire pour que le groupe existe appauvrit l’individualité au point d’assujettir chaque membre à tenir la place qui lui est assignée dans le groupe. Chaque membre s’assignant lui-même à cette règle. Les processus groupaux aidant, et si le groupe est suffisamment contenu, la subjectivité individuée peut à un moment ré-émerger. Le groupe peut alors vivre lui-même des transformations.

3  Une fois jugées, si les personnes sont condamnées à une peine courte (entre 1 mois et 3 ans environ), elles pourront accomplir leur peine au sein de la même Maison d’Arrêt. En revanche, si la condamnation est plus longue (au-delà de 3 ou 4 ans), les personnes seront réorientées après jugement dans un établissement plus adapté, Centre de Détention ou Maison Centrale selon la durée. La destination du transfert peut également être déterminée par la nature du délit ou du crime commis.

4  Séparation du monde interne en deux parties qui ne peuvent pas se rejoindre. Dans le cas du déni, une de ces deux parties peut être totalement inconsciente et non accessible au sujet.

5  Déplacement des affects du sujet sur son entourage ou sur le thérapeute. Ces affects renvoient la plupart du temps à des sentiments et au vécu infantile.

6  Transfert des sentiments et des vécus traumatisants, négatifs, voire menaçants, sur autrui.

7  Arbre généalogique (systémique) présentant l’environnement familial du sujet et permettant de mettre à jour les enjeux relationnels familiaux.

8  Dans le cadre de la lutte contre l’indigence, un revenu minimum est attribué aux personnes repérées par le personnel pénitentiaire.

9  Méthodes cliniques permettant au patient de s’exprimer à partir, soit d’un document qui lui est présenté, soit d’une production personnelle.

10  Voir Ancelin Schützenberger A. 1997, Aïe, mes aïeux !, Paris : Desclée de Brouwer, coll. La Méridienne.

11  Méthode mise au point par Pierre Babin, Alain Baptiste et Claire Belisle, avec l’utilisation de photographies comme incitation à l’expression orale. Cf. Belisle C. 2014, Le photolangage, Communiquer en groupe avec des photographies : présentation de la méthode, Lyon : Éditions du Chalet.

12  Dans la théorie psychanalytique, la pulsion épistémophilique renvoie au désir de savoir, à la curiosité vis-à-vis du monde environnant.

13  La capacité de rêverie maternelle, définie par Bion (1979 [1962]), va permettre à la mère d’accompagner les premières impressions sensorielles du bébé en supportant les éléments bruts que sont les cris et les pleurs et en leur attribuant une valeur signifiante.

14  Stade du miroir : phase de développement de l’enfant décrite notamment par Lacan (1949). Située entre six et dix-huit mois, elle a pour fonction de séparer psychiquement l’enfant de sa mère ou de son environnement proche. L’enfant peut alors se reconnaître comme un être différencié et accepter l’existence de l’autre.

15  Construction psychique permettant au sujet de se détacher du réel pour accéder à une fonction symbolique (cf. Winnicott, 2012 [1958]).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Exemple de « petit mot »
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteurs

Psychologue clinicienne, Centre Hospitalier de Novillars, Doubs
Psychologue clinicienne et art-thérapeute. Elle exerce à la Maison d’arrêt de Besançon depuis 2012 où elle a mené plusieurs projets de groupe d’écriture. Elle tient par ailleurs une permanence à l’AAVI (Association d’Aide aux Victimes d’Infraction) de Besançon et a une activité en libéral. Formée aux problématiques de violences, notamment dans le milieu familial, elle mène une recherche sur le lien entre le fraternel et la criminalité.

Psychologue clinicienne à la Maison d’arrêt de Besançon
Psychologue clinicienne au centre hospitalier de Novillars (Doubs), où elle intervient en services de psychiatrie adultes. De 2011 à 2016, elle a travaillé à la Maison d’Arrêt de Besançon. C’est dans ce cadre qu’elle a participé au projet de groupe d’écriture qui fait l’objet d’un des chapitres de cet ouvrage. Dans l’exercice de ses fonctions, elle s’appuie sur les concepts issus de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle, courants qui ont fortement marqué l’évolution de la psychiatrie.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search