Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Première partie : les lieux de la parole soignante

Paroles de soignant

Démêler une parole emmêlée dans la clinique de crise Suicidaire de personnes détenues en maison d’arrêt

Paul Boissenin

Texte intégral

1. introduction

1Notre propos vise à réfléchir à la mise en œuvre de la prévention du suicide dans une maison d’arrêt à partir du cas d’un patient en crise suicidaire. L’enjeu de « démêler la parole » y est crucial, aussi bien à partir de la relation clinique avec le patient qu’avec son environnement intra-carcéral et extra-carcéral.

2La prévention du suicide chez les personnes incarcérées fait l’objet d’une attention quotidienne et continue des soignants. Mais cette préoccupation est évidemment partagée par les acteurs judiciaires et pénitentiaires auxquels s’ajoutent les intervenants sociaux et les proches de la personne détenue comme sa famille et ses amis.

3Cette mobilisation générale et continue s’explique au regard du taux de sur-suicide en milieu carcéral par rapport à la population générale puisqu’on relève environ un suicide tous les trois jours chez les prisonniers en France.

4L’avocat Christophe Moysan écrivait les lignes suivantes sur son blog en mars 2011 à la suite du suicide par pendaison d’un jeune âgé de 17 ans : « Tu n’avais pas 18 ans et tu t’es donné la mort la veille de Noël dans une sombre cellule de la maison d’arrêt (…). “Mort violente en détention” comme on dit en langage administratif. Mais surtout, une claque monumentale à l’institution judiciaire et surtout à ton avocat que j’étais, que je suis encore (…). Je serai toujours ton avocat car je ne conçois pas qu’ainsi observé, cerné, gardé, surveillé, espionné, tu aies pu trouver des draps et le temps de te pendre ». L’État a été condamné ici pour « des dysfonctionnements qui ont conduit à un défaut de surveillance adaptée, constitutif d’une faute de l’administration pénitentiaire de nature à engager la responsabilité de l’État ».

5En pareille circonstance, par-delà la (les) responsabilité(s), il en va toujours d’un échec du vivre en humanité qui affecte les membres de la communauté humaine. L’emmêlement des paroles des uns et des autres contribue à la montée de l’angoisse qui ne trouve plus à se dire et à s’évacuer autrement dans un agir.

6La question reste d’étudier comment cette préoccupation généralisée est effectivement partagée et articulée entre les professionnels, comment un processus multi-joint permet la structuration d’une intervention, comment enfin les deux voies de circulation de l’information – celle entre soignants au sens large et celle entre soignant et soigné – s’articulent dans la contenance.

7C’est que la surveillance pénitentiaire est « cousine germaine avec le soin » (Ciavaldini, 2012 : 23).

8Le travail interinstitutionnel et interprofessionnel constitue un appareil à penser les pensées tel que Bion (1962) l’a théorisé à partir de la relation mère-enfant : l’enfant adresse à sa mère des impensées, des éléments bruts que la mère traite pour les restituer à l’enfant sous une forme symbolisée, compréhensible et assimilable qui renforce le moi du bébé et surtout qui lui « apprend » ce fonctionnement pour son propre travail de pensée, présent et futur.

9Notre hypothèse est que la dynamique entre ces cadres judiciaire, pénitentiaire et sanitaire fait contenance à l’angoisse majeure qu’éprouve la personne détenue en risque suicidaire. Or l’emmêlement de la parole ne permet plus qu’elle remplisse sa fonction de signifiance. L’articulation de ces cadres, quand elle peut être mise en jeu, joue un rôle de désintoxication.

2. présentation du cadre de lintervention

une maison d’arrêt

10Les maisons d’arrêt représentent le plus grand nombre d’établissements pénitentiaires en France et comptent environ 70 % des personnes détenues (45 000 sur 65 000). Elles accueillent trois populations pénales : les personnes en attente de jugement, les personnes condamnées en attente de transfèrement vers un centre pour peine et les condamnés avec un reliquat de peine inférieure à deux ans. Le régime carcéral dit des « portes fermées » y est unique en son genre : la personne est enfermée la nuit et le jour en cellule. Elle n’en sort que pour les mouvements pré-organisés : promenade, parloir, formation, travail, sport ou un soin à l’unité sanitaire.

une unité sanitaire

11Depuis 1994, la prise en charge de la santé des personnes détenues est exercée par des professionnels de santé et des psychologues rattachés au CHRU régional. Cette équipe pluridisciplinaire assure les soins de santé somatique, psychiatrique et psychique.

12Pour accéder à ces soins, la personne détenue fait une demande écrite. Ces petits mots, ramassés tous les jours par les surveillants, sont lus chaque matin à l’unité sanitaire, en présence des membres de l’équipe.

13Un surveillant basé à l’unité sanitaire assure les déplacements des personnes détenues qui deviennent pour nous des patients de l’hôpital.

14En tant que psychologue, nous recevons le patient dans un bureau sous la surveillance discrète du surveillant mais la parole y reste évidemment et éminemment confidentielle.

Retentissement du régime carcéral sur la personne détenue

15L’arrivée à la maison d’arrêt et ce régime de détention vont avoir de multiples incidences sur la vie de la personne, dans son existence même.

  • 1 Circulaire Crim 2000-14F1/11-12-2000.

16C’est d’abord le corps qui est objet de détention : « l’ordonnance de mise en accusation ordonne également prise de corps contre l’accusé. »1 C’est un corps constamment sous surveillance, que la personne dîne, dort, défèque. C’est surtout l’isolement sensoriel qui va perturber le vécu corporel. Près d’un quart des entrants souffrent de vertiges qui persisteront pendant près d’un an (Papet & Lepinçon, 2005). L’odorat est le premier touché Gonin (1991) : 40 % des personnes ont le sentiment après quatre mois d’incarcération de subir une perte olfactive. La vue n’est pas en reste puisqu’en détention le regard se heurte devant soi à un mur, à une porte, à une enceinte, au-dessus de soi à des barbelés si bien que le champ de vision s’en trouve limité.

17Le goût est aussi soumis à la déperdition, même si les cuisiniers peuvent faire des efforts.

18L’impact sensoriel joue encore par les bruits : cris, clefs, appels, gonds, alarmes, pas. Ils prennent une valence particulière puisque la vue n’a plus sa fonction explicative. Dès lors c’est l’interprétation de ces bruits qui prend le pas : des personnes vont éprouver une angoisse à repérer des pas qui s’arrêtent devant leur porte, à entendre des appels au secours, à supporter un tambourinage en plein milieu de la nuit avec des portes en métal qui renvoient l’onde de choc dans les murs bétonnés.

19L’impact de la détention sur le langage est au moins double. Les personnes détenues doivent d’abord se familiariser avec des signifiants inconnus (extraction, greffe, prétoire, confusion de peine, quartier d’isolement, disciplinaire, cantine, semi-liberté, etc.). Ensuite, le temps passé seul en cellule crée un appauvrissement de l’expression langagière : bien des personnes détenues se plaignent de perdre les mots, de ne plus savoir parler. Senon (1998) note que « même si la loi du silence n’a plus cours dans les établissements pénitentiaires, la restriction de la communication verbale et l’importance de la régression dans les comportements individuels comme groupaux peut expliquer la fréquence préoccupante de passages à l’acte que ce soient des auto-agressions ou des violences interindividuelles ». Cette perte des mots augmente l’anxiété quand, après cet esseulement de parfois trois ans en mandat de dépôt, la personne va devoir s’expliquer et s’exprimer devant une cour d’assise remplie en présence de la presse, des membres de la famille, etc.

20La perception de l’espace va être affectée puisque le corps se meut dans un univers toujours contraint.

21La perception du temps va être grandement bouleversée. La lourdeur de chaque procédure, la lenteur de réponses qui viennent rarement, la répétition des tâches entrainent un vécu d’atemporalité au point que les dates et fêtes importantes ne font plus repères temporels.

22Le renouvellement éventuel du mandat de dépôt pendant l’instruction, les auditions, les confrontations, les expertises, l’attente du procès, la condamnation, des aménagements de peine se succèdent à un rythme lent et sans une claire anticipation possible.

23Ajoutons enfin l’appauvrissement des relations qui contribue encore à une rupture avec la vie sociale.

24Pour ces raisons, l’encadrement a une incidence significative sur le taux de suicide. Gayda et Vacola (1984) ont montré que qualité et quantité de cet encadrement font augmenter le taux de tentatives de suicide mais qu’elles font baisser celui des suicides. Ces auteurs mettent en évidence que le taux de suicide double lorsque le ratio de un surveillant pour trois détenus est atteint ou dépassé.

les zones à risque

25L’arrivée en maison d’arrêt est repérée comme un moment particulièrement éprouvant. Elle fait suite à l’arrestation qui peut avoir été réalisée manu militari. Elle vient après le temps de la garde à vue qui est un temps d’incertitude. Pour certaines personnes, le déferrement n’est même pas imaginé si bien que ce premier transfèrement opère comme une bascule vers l’inconnu, comme une déportation.

26Pour faire face au risque majoré de suicide, l’administration pénitentiaire a créé un quartier arrivant où pendant plusieurs jours, la personne se familiarise avec l’incarcération, rencontre le personnel administratif et de la détention, un conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation, un médecin de l’unité sanitaire. Ces entretiens visent à personnaliser l’accueil et à aider la personne à engager des procédures (pour le parloir, le virement de mandat, la demande de téléphone, la cantine) ou des soins.

27Une autre configuration sensible est celle du déferrement au quartier disciplinaire. Les conditions de cette détention particulière, la durée de ce séjour, les privations concourent à en faire une zone à risque majorée.

28D’autres évènements fragilisent encore la vie des personnes détenues. Citons la perte d’un être cher, l’hospitalisation d’un proche, le passage au procès, la mise en liberté qui représente souvent un choc extra carcéral et ce d’autant que les conditions de vie ne sont pas assurées comme dans la « sortie sèche » (sans toit ni moyen, sans personne pour se sentir attendu).

3. les objectifs théoriques de la mission

29La mission du psychologue clinicien dans la Fonction Publique Hospitalière est déclinée dans le décret du 31 janvier 1991. Il stipule que « le psychologue étudie et traite au moyen d’une démarche professionnelle propre, les rapports réciproques entre la vie psychique et les comportements individuels et collectifs. » En maison d’arrêt, le clinicien est donc aux premières loges pour contribuer à la prévention du suicide. Mais il n’est pas seul puisque les acteurs judiciaires, pénitentiaires sont également mobilisés.

30Plusieurs textes contribuent à cette prévention. Les règles pénitentiaires européennes no 39 et 40-1 à 40-5 et 43-3 à 45-2 et en particulier 47- 2, la circulaire du 29 mai 1998 relative à la prévention du suicide en établissement pénitentiaire, celle du 26 avril 2002, le plan d’action du 15 juin 2009 relatif à la prévention du suicide des personnes détenues, l’article 44 de la loi du 24 novembre 2009, la circulaire du 2 août 2011, enfin le guide méthodologique 2012 qui insiste sur « une continuité et une traçabilité dans l’échange d’informations entre les différents services » pour « prendre en compte plus efficacement l’état réel de la personne. »

31Mais dès en amont et en vue de l’incarcération, le juge d’instruction remplit une notice individuelle dans laquelle il peut préciser les éléments permettant de craindre un passage à l’acte suicidaire et faire des recommandations utiles.

32À l’arrivée en maison d’arrêt, il est recommandé d’utiliser systématiquement une grille d’évaluation du potentiel suicidaire lors de l’entretien pénitentiaire d’accueil. Ces éléments sont portés à la connaissance du juge de l’application des peines qui va intervenir sur le cours de la peine privative de liberté.

4. les moyens mis en œuvre

33Les moyens diffèrent selon que l’on se situe dans la lutte préventive, dans la prise en charge pendant la crise ou dans la prise en charge après le suicide ou la tentative. Ils relèvent de la formation initiale et continue des professionnels et par la création d’un environnement sécurisé pour les détenus les plus fragiles. La formation doit améliorer les connaissances par la recherche et prendre en charge les personnels et personnes impactées quand un suicide a eu lieu (codétenu, surveillant et tous autres intervenants).

34À côté de sa mission intrinsèque, le psychologue est invité par le directeur pénitentiaire à participer à une commission pluridisciplinaire unique bimensuelle de prévention du suicide. Les soignants y sont membres de droit. Cette commission rassemble des personnels pénitentiaires de commandement et d’encadrement, de l’unité sanitaire, de l’enseignement, du service d’insertion et de probation, un représentant du culte et un des visiteurs de prison. L’objectif est de partager l’information, de repérer une personne détenue en crise suicidaire afin de mettre collégialement en place une protection. Cette commission est le lieu où sont reprises collectivement toutes les demandes de mise en surveillance spécifique de personnes détenues. En effet, c’est un réseau intranet conjoint entre la gestion pénitentiaire de la détention, le service pénitentiaire de probation et d’insertion et l’unité sanitaire qui permet l’information, dans des délais appropriés, de tous ces acteurs sur la situation précise d’une personne détenue. La mise en surveillance spéciale suppose de la part des personnels pénitentiaires :

  • La mise à jour chaque fois que nécessaire de l’évolution comportementale de la personne détenue.
  • La transmission entre personnels, notamment entre ceux de jour et ceux de nuit, de la liste des détenus sous surveillance et des motifs de mise en surveillance.
  • De renforcer la nature et la fréquence des rondes : au moins toutes les deux heures pour la ronde œilleton.
  • Une surveillance accrue pendant les mouvements (déplacements de la personne détenue hors cellule).

35Côté sanitaire, la préoccupation pour ces patients est renforcée et passe par une mobilisation des différents praticiens (infirmières, médecins, psychologues) dans les entretiens cliniques et dans un travail de réunion d’équipe, au quotidien, hebdomadaire et mensuel.

5. observations, résultats, perspectives

36Mr B. âgé de quarante-cinq ans est incarcéré en mandat de dépôt, poursuivi pour viol sur une jeune fille mineure de quinze ans. Il reconnaît les faits.

37Le risque suicidaire est évoqué d’emblée par le juge dans la notice individuelle qu’il transmet à l’établissement et qui parvient à l’unité sanitaire. Le magistrat signale un homme dans un état de grande fatigue et de perdition psychologique qui risque de porter atteinte à son intégrité physique.

38Suite à l’entretien arrivant, une mise sous surveillance spéciale est recommandée. Elle est activée par les surveillants et le cas de ce patient est évoqué à la commission de prévention du suicide bimensuelle. Mr B. fait une demande d’aide psychologique et nous le rencontrons chaque semaine sur une durée variable et à des jours non spécifiques.

39Après deux mois environ, Mr B. est envoyé par le surveillant à l’unité sanitaire. Le patient traverse une crise suicidaire et le surveillant a été sensible à la douleur qu’éprouve le patient.

40Au cours de l’entretien avec Mr B., au moins trois éléments apparaissent dans la plus grande confusion :

  • Le patient n’a pas compris le discours tenu par le juge sur sa situation pénale et les messages qu’il reçoit de sa famille sont contradictoires. Les discours disparates tenus par ses codétenus le laissent dans le plus grand flou.
  • Mr B. se plaint du cadre de nos rencontres. Il demande à disposer d’un temps accru de séance parce qu’il a désormais « beaucoup de choses importantes à parler ».
  • Enfin, il évoque une communication téléphonique toute récente qui l’a complètement mis à terre quand il s’est entendu dire qu’il allait pouvoir « repartir à zéro ». Il a entendu qu’il était tombé à zéro, c’est-à-dire que toute sa vie passée était réduite au néant et qu’il n’était plus rien, notamment pour ses trois enfants. « J’ai pris un coup mortel au téléphone », confie-t-il.

41Après cet entretien, nous avons modifié le dispositif en posant deux séances par semaine afin que le temps du week-end vécu en creux (absence de parloir et d’activité) soit bordé par ces séances où il a l’assurance de pouvoir venir parler.

42Nous avons pu évoquer cette crise en réunion d’équipe sanitaire. Deux offres de soin supplémentaire ont été proposées à ce patient, sous forme de groupe thérapeutique avec un travail d’écriture et par une thérapie médiatisée avec un animal.

43La situation a été revue en commission de prévention suicide où l’intervenant du Spip a apporté sa contribution sur les liens établis entre Mr B. et sa famille. Il s’en est suivi l’accès pour Mr B. à des activités culturelles qui lui ont permis de développer des qualités artistiques jamais encore mises au jour.

6. discussion

44Cette séance et celles qui suivront ont offert des espaces de démêlage de paroles. Mr B. était pris dans des discours tenus par les autres : les autorités judiciaires et pénitentiaires à son arrivée, les membres de sa famille, les autres détenus. Le travail psychique lui permet de tenir enfin un discours en propre pour penser sa situation et les faits reprochés.

45Cette vignette donne à voir le maillage requis entre acteurs judicaires, pénitentiaires et sanitaires pour qu’à la gravité des faits ne s’ajoute pas une mort par suicide, crise douloureuse pour le patient, épreuve pour les personnels, pour la famille et pour la victime qui, après le préjudice initial subi, perd définitivement la possibilité d’entendre par son agresseur une reconnaissance des faits, des excuses voire une demande de pardon, comme dans la situation présentée.

46À partir d’instances posées (entretiens arrivant, séances de psychothérapies, réunions sanitaires, commission de prévention du suicide bimensuelle), les acteurs ont fait vivre autour de Mr B. et avec lui, une co-construction de cadres par laquelle la question narcissique-identitaire qui réémerge soudainement en lui se déploie non plus dans la mise en acte d’agirs destructeurs mais par un travail de pensée qui fait place à sa parole.

7. Conclusion

47L’art de démêler la parole avec un patient incarcéré en maison d’arrêt suppose, dans l’intérêt d’abord de sa ou de ses victimes, mais aussi pour sa propre existence, qu’un maillage s’opère entre sa détention et les soins qu’il requiert. Quand l’alternative peine ou soin est dépassée, elle fait place à une co-construction dont tous les acteurs professionnels doivent en porter le poids, au quotidien. Cette construction à plusieurs voix ouvre des perspectives souvent insoupçonnées quand un homme, une femme, un adolescent détenu peut accéder à un travail d’élaboration personnelle et que l’affliction n’emporte pas tout avec elle.

Bibliographie

Références

Bion W. R. 1983 (1962), Réflexion faite, Une théorie de l’activité de pensée, Paris : Presses Universitaires de France.

Ciavaldini A. 2012, Prise en charge des délinquants sexuels, Bruxelles : Yapaka.be. l’URL : http://www.yapaka.be/sites/yapaka.be/files/publication/61-delinquant-sexuels-ciavaldini-web-2.pdf

Gayda M. & Vacola G. 1984, « Le suicide en prison », Psychologie médicale, 16, 5, 68-70.

Gonin D. 1991, La santé incarcérée, Paris : L’archipel.

Ministère des Solidarité et de la Santé/Ministère de la justice 2012 : Guide méthodologique de prise en charge sanitaire des personnes placées sous-main de justice, Paris, Éditions Dicom no 12 101.

Papet N. & Lepinçon S. 2005, Le suicide carcéral : Des représentations à l’énigme du sens, Paris : L’Harmattan.

Senon J.-L. 1998, Psychiatrie de liaison en milieu pénitentiaire, Paris : Presses Universitaires de France.

Notes

1 Circulaire Crim 2000-14F1/11-12-2000.

Auteur

Psychologue clinicien, CHRU de Besançon, doctorant en psychologie à l’université de Franche-Comté

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search