Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Première partie : les lieux de la parole soignante

Des paroles influentes : l’efficacité sémiotique des thérapies brèves sous hypnose

Antoine Collin et Nicolas Couégnas

Résumé

À partir d’un corpus d’une cinquantaine de séances de thérapies brèves sous hypnose (CHU de Limoges), est proposée une modélisation des séances, qui tente de rendre compte de la dynamique hypnothérapeutique. Cette modélisation est le fruit de la collaboration entre un soignant, praticien et enseignant en hypnose, et un sémioticien. L’enjeu est à la fois de comprendre précisément cette dynamique où l’hypnose est au service du soin, et de proposer à partir de l’analyse des discours produits pendant les séances un modèle utilisable par les praticiens. La théorie des quatre SAS (Scènes actantielles des Séances) qui en résulte, et constitue le cœur de ce modèle, s’inspire de la notion d’efficacité symbolique, et en propose une reformulation à visée pratique. Elle ouvre un espace de discussion entre praticiens de la santé et chercheurs en sciences humaines et sociales, nécessaire pour appréhender l’émergence actuelle des thérapies complémentaires, où les composantes symboliques et communicationnelles jouent un rôle essentiel.

Texte intégral

1. introduction

  • 1  Comme en témoigne la multiplication des articles, livres et sites internet consacrés à l’hypnose.
  • 2  Le développement rapide tant dans les hôpitaux que dans les cabinets libéraux n’est pas encore val (...)

1L’hypnose à visée clinique pose aux disciplines relevant des sciences du langage et des sciences humaines plusieurs questions théoriques, qui viennent globalement de la fonction inhabituelle, au moins pour la linguistique, de la parole dans la dynamique hypnotique. Ces questions ne sont évidemment pas nouvelles, au moins en anthropologie structurale et médicale, mais le succès populaire1 et médical2 de l’hypnose, renforcé par les validations de l’imagerie scientifique (Suarez 2013), leur donnent un regain d’actualité évident et un poids social nouveau.

  • 3  Question déjà posée, dans une perspective pratique par Melchior, 1998.

2Les interrogations empruntent au moins deux grandes directions, plus ou moins interdépendantes, qui posent avec force le problème du poids des discours dans la relation de soin. D’une part, si l’on s’accorde sur le fait que c’est bien pour partie la parole qui produit la transe hypnotique, on doit alors logiquement se demander quelle rhétorique, quelles formes discursives particulières sont susceptibles de générer cet état de conscience spécifique support de l’acte thérapeutique3. Et d’autre part, pour ce qui concerne la phase thérapeutique elle-même, il faut tenter de décrire, en général, et de caractériser, en particulier, les modalités langagières et plus largement sémiologiques qui transforment la parole de l’hypnothérapeute en une parole qui influence pour soigner.

3Les analyses qui suivent ne prétendent évidemment pas expliciter les mécanismes psychologiques responsables de l’efficience thérapeutique dont on crédite les psychothérapies sous hypnose, mais reconstruire la scène discursive implicitement mobilisée par les thérapeutes. En d’autres termes, c’est la composante langagière du point de vue des hypnothérapeutes qui est ici soumise à l’analyse ; en ajoutant néanmoins que cette scène discursive symbolique, dans la mesure où elle assure un cadre thérapeutique relativement efficace, peut prétendre à une bonne part d’adéquation avec la réalité des phénomènes qui se produisent pendant la thérapie. On voit ainsi se dessiner un rôle particulier pour le chercheur en sciences du langage, à la fois observateur et prescripteur éventuel, puisque la grille d’analyse produite est supposée apporter des éléments qui seront susceptibles de transformer en partie le scénario/protocole d’une séance.

  • 4  « Thérapie complémentaire » nous semble le meilleur car il évite l’appellation tout à fait injusti (...)

4Les thérapeutes assument pleinement le fait que les séances sont des formes de transes à part entière, dotées d’une visée spécifique (thérapeutique), à l’instar des cures chamaniques bien décrites par les anthropologues. Il apparaît donc relativement légitime de partir, au moins à titre d’hypothèse, du concept d’efficacité symbolique forgé par Lévi-Strauss pour aborder ce corpus, et d’essayer de rendre compte de la manière dont l’efficacité symbolique est susceptible de nous dire quelque chose de l’efficience thérapeutique des cures sous hypnose. Car c’est évidemment de cela qu’il s’agit, in fine. Immanquablement, le sujet des thérapies complémentaires, terme préféré à celui de médecines alternatives par l’Académie Nationale de Médecine en 20134, fait surgir celui de placebo. Or, nonobostant le fait que les études récentes ont montré que l’hypnose ne relevait pas de l’effet placebo, le qualificatif de placebo n’est de toute façon pas synonyme d’invalidation pour cause d’inefficacité. Il signifie au contraire qu’il est impossible d’expliquer dans l’état actuel des connaissances les mécanismes exploités par telle ou telle thérapie pour produire ses effets curatifs. La situation est un peu différente pour l’hypnothérapie, mais sans que cela change réellement la nature de la question à résoudre. La transe hypnotique correspondant à un état de conscience à présent identifié, avec une signature neuronale particulière, il est tout à fait envisageable de tenter d’expliquer les bénéfices de l’accompagnement hypnotique à partir de la connaissance des mécanismes neuronaux ; mais une partie de la question résiste cependant. Pour que la séance soit réussie, il faut bien que l’hypnothérapeute induise une transe hypnotique et que, pendant celle-ci, il parvienne à agir sur le corps du patient par l’intermédiaire du discours. Se repose donc avec tout autant de force le problème fondamental du passage de la composante symbolique à la réalité des effets produits dans l’esprit et le corps des patients, que l’on propose de reformuler, à titre de problème, comme une égalité entre efficacité symbolique et efficience thérapeutique.

5Nous abordons ces questions à partir d’un corpus d’enregistrements d’une cinquantaine de séances de thérapies brèves sous hypnose, qui ont eu lieu pendant l’année 2013 au sein de l’hôpital Esquirol de Limoges. Il faut noter que l’accès à ces séances a été grandement facilité par le fait que ces praticiens de l’hypnothérapie participent tous au diplôme universitaire d’« Hypnose et thérapies brèves stratégiques et solutionnistes » (DU HTBSS) de l’université de médecine de Limoges, et sont donc familiers et demandeurs de recherches institutionnelles en science de la vie et en sciences humaines sur leur pratique médicale et pédagogique. C’est d’ailleurs cette double pratique qui a dessiné les limites institutionnelles du corpus.

6La perspective d’analyse suivie est sémiotique et relève plus spécifiquement du projet anthropo-sémiotique. Cette perspective sémiotique trouve sa pertinence par la nature même des énoncés à traiter, à savoir des unités discursives, où se déploie une logique transphrastique, narrative et actantielle.

7Notre sol théorique est celui de la sémiotique française, développée par Greimas, puis après Greimas par les différents membres de l’École de Paris, dont Jacques Fontanille. Dans le vaste corpus théorique de la sémiotique, les catégories que nous avons exploitées sont essentiellement celles d’actant, d’expression et de contenu, et de structure narrative. Ces catégories fondamentales de la sémiotique sont suffisamment générales pour être transversales et partagées par les sciences du langage ; en outre, elles s’avèrent tout à fait opératoires pour rendre compte du corpus choisi et de la problématique traitée. Ne sont donc pas ou peu convoquées ici des recherches plus spécialisées, telle celles d’Ivan Darrault en psycho-sémiotique (1993), inspirées par la théorie des instances énonçantes de Jean-Claude Coquet. La psycho-sémiotique, restée relativement marginale, présente le très grand intérêt de dessiner une nouvelle forme de psychothérapie, où le thérapeute travaille avec le patient à partir des possibilités offertes à celui-ci de s’inscrire dans son propre discours. Cependant l’enjeu de notre propre travail n’est pas de proposer une autre forme de thérapie, mais bien de rendre compte d’une forme particulière de thérapie, pratiquée sous hypnose. Ne sont pas non plus mobilisées les recherches de Jacques Fontanille sur la sémiotique du corps (2004), qui consistent pour partie en une appropriation sémiotique des propositions de Didier Anzieu. D’une part, parce que ces recherches reposent également sur des hypothèses psychologiques spécifiques, et d’autre part, parce que la visée de Fontanille est avant tout théorique, sans souci particulier de telle ou telle application thérapeutique. Notre objet part d’un cadre thérapeutique particulier, dont nous souhaitons caractériser la dimension sémiotique explicite, épisémiotique, dans la perspective d’une collaboration interdisciplinaire.

2. hypnose et thérapies : le cas des thérapies stratégiques brèves sous hypnose

8Hypnos, le dieu grec du sommeil, est le gardien de la nuit, celui qui reste éveillé, pendant que Le Monde est endormi, pour panser les plaies du corps et de l’esprit. Le sanctuaire d’Asclépios, dieu grec de la médecine, à Epidaure, est un haut lieu de la médecine grecque. On y pratique la médecine par les songes : les pèlerins, après un rituel qui mêle savamment suggestion et mise en scène, attendent le rêve salvateur qui les guérira de leurs maux. Les plus chanceux bénéficient pendant leur « sommeil » d’une apparition du dieu ; en touchant la partie malade du corps, celui-ci la guéfredrit. À l’instar des grecs s’en remettant à Hypnos, les populations du monde entier recourent à des transes, qu’elles soient divinatoires, sacrées, ou de guérison. Lorsqu’un membre de la communauté est malade, le chaman, qui tient le double rôle de prêtre et de guérisseur, organise une cérémonie dont les points d’orgue sont le plus souvent des prières, des chants ou des danses. La danse permet de plonger les participants en transe. L’idée de ces transes est en général de saturer et ainsi de modifier la conscience du sujet afin de l’amener à ouvrir ses perceptions. Dans ces cultures, la transe est avant tout une porte vers le monde des esprits. Par la cérémonie de guérison et la transe, elles communiquent avec les divinités de la nature et ainsi retisse le lien rompu entre le malade, la nature et le monde des esprits, rupture supposée être la source du mal. Selon les cultures, la transe peut être individualisée (que cela soit le chaman ou le malade) ou collective. Les transes traditionnelles réalisent par la danse, la musique, les rythmes répétitifs… ce que l’hypnose se propose de réaliser par la parole.

9L’hypnose est une approche sensible construite à partir d’une rencontre bien réelle entre deux individus. Ce n’est pas uniquement un état de conscience particulier mais un événement de langage qui passe de l’un à l’autre et un processus dynamique.

10La transe hypnotique correspond à ce que l’on désigne en neuroscience comme un état de conscience modifié, et qui correspond effectivement à une activité cognitive tout à fait spécifique. Du point de vue phénoménal, elle se caractérise par une sensation de relaxation mentale, par une attention concentrée et focalisée, par l’absence de jugement ou de censure (acceptation « au pied de la lettre »), et enfin par une suspension d’orientation de lieu ou de temps et des réponses automatiques permettant l’incorporation des suggestions hypnotiques. On peut rappeler synthétiquement le protocole d’une séance à visée thérapeutique pour indiquer quand et comment le thérapeute exploite la transe hypnotique dans le processus thérapeutique :

Fig. 1 : Protocole de base d’une séance hypnose, d’après C. Virot et F. Bernard, 2010

Fig. 1 : Protocole de base d’une séance hypnose, d’après C. Virot et F. Bernard, 2010

11Pour ce qui concerne spécifiquement le processus hypnotique, on peut distinguer trois phases principales :

  • l’induction : une série de suggestions afin de guider d’un état de conscience de veille, à un état de conscience modifié : C’est une phase d’absorption de grande focalisation interne ou externe ;

  • la dissociation : développe un phénomène de distinction : corps/ parties du corps ; corps/esprit ; conscient/inconscient ; symptômes/ corps ; souvenirs/émotions… C’est une phase de prise de distance. La transe hypnotique offre une grande suggestibilité ;

  • la dynamique hypnotique : c’est la phase thérapeutique où le sujet utilise les suggestions qui lui sont apportées. C’est une phase d’apprentissage. Pour cela l’hypnothérapeute utilise le « langage du non conscient » : confusion, séquences d’acceptations, truismes, associations thérapeutiques, métaphores, contes.

3. de lefficacité symbolique à lefficacité physio-sémiotique

12Le concept d’efficacité symbolique est exploité par Lévi-Strauss dans la partie intitulée Magie et Religion de son ouvrage fondateur Anthropologie structurale (1958) où il fait l’objet d’un chapitre à part entière. Rappelons brièvement que dans ce chapitre l’anthropologue se penche sur une longue incantation chamanique cunas, destinée à résoudre un cas d’accouchement difficile. Situation rare chez les indiens Cunas, rappelle Lévi-Strauss, car l’accouchement se fait normalement sans aide extérieure ; le chaman intervient donc de manière exceptionnelle, pour les cas particulièrement difficiles. L’incantation, qui court sur dix-huit pages, narre la longue lutte que mène le chaman contre Muu, et sa cohorte d’animaux magiques et dangereux, pour que la patiente retrouve l’intégrité de son purba (âme, double) utérin. Le chaman parvient au terme de l’incantation à faire accoucher la malade dans de bonnes conditions, grâce à sa capacité à transformer le problème physique de l’indienne en un récit mythique d’affrontement. Et l’on ne peut résister au plaisir de citer ici un court passage, où s’exprime l’extraordinaire profusion figurative du discours du chaman :

Oncle Alligator, qui se meut ça et là, avec ses yeux protubérants, son corps sinueux et tacheté, en s’accroupissant et agitant la queue ; Oncle Alligator Tiikwalele, au corps luisant, qui remue ses luisantes nageoires, dont les nageoires envahissent la place, repoussent tout, entraînent tout ; Neleki (k) kirpananele, la Pieuvre, dont les tentacules gluantes sortent et rentrent alternativement ; et bien d’autres encore : Celui dont le chapeau-est-mou, Celui-dont-le-chapeau-est-rouge, Celui-dont-le-chapeau-est-multicolore, etc ; et les animaux gardiens : le Tigre noir, l’Animal-rouge, etc..
Lévi-Strauss, 1990 [1949] : 224

13De manière synthétique, on peut dire avec Lévi-Strauss que l’ensemble du récit transforme le non-sens de la souffrance de la malade en une lutte signifiante, qui aboutit à la disparition de la souffrance. Le cœur de l’efficacité de l’incantation, et tout le talent du chaman réside donc dans un processus de sémiotisation de la douleur : le passage du non-sens de la souffrance, qui laisse la patiente démunie, à son intégration dans un discours signifiant. Le discours chamanique semble donc faire preuve d’une étonnante efficacité thérapeutique puisqu’il paraît à lui seul, par sa seule profération, mettre fin à la souffrance. L’anthropologue tente d’expliquer les rouages, assez mystérieux, de l’efficacité symbolique, de la manière suivante :

« il s’agirait chaque fois d’induire une transformation organique consistant essentiellement en une réorganisation structurale, en amenant le malade à vivre intensément un mythe, tantôt reçu, tantôt produit, et dont la structure serait, à l’étage du psychisme inconscient, analogue à celle dont on voudrait déterminer la formation à l’étage du corps »
Lévi Strauss, 1990 [1949] : 231

14L’efficacité symbolique s’expliquerait donc, pour l’anthropologue, par le fait que l’organique, la psyché inconsciente et la pensée (récit mythique) auraient des structures homologues, cette homologie permettant d’agir sur l’une par l’intermédiaire de l’autre. La pensée mythique étant nécessaire car elle est essentiellement un discours de médiation, qui permet de résoudre, d’absorber la tension entre éléments contradictoires, entre état pathologique et non pathologique par exemple, et s’offre ainsi comme un dispositif susceptible d’intégrer le dysfonctionnement dans une scène narrative. Le sociologue David Le Breton dans un article intitulé « De l’efficacité symbolique » a repris et nuancé le concept anthropologique. Le Breton affirme que :

« si le symbole (le mot, le rite, la prière, le geste…) agit avec tant d’efficacité alors qu’il paraît de prime abord à nos yeux (mais aux nôtres seulement, pas aux yeux des Cunas) différents par nature de l’objet sur lequel il s’applique (la chair, la souffrance, la maladie…), c’est qu’il vient se diluer comme l’eau se mêle à l’eau au sein d’un corps qui est lui-même une matière de symbole »
Le Breton, 1991 : 92-107

15Il n’y a donc, ajoute le sociologue, aucune rupture, aucune contradiction entre les deux termes de l’intervention que médiatise le chaman. D’où l’expression proposée par Le Breton d’efficacité physio-sémantique, introduite pour tenter de dépasser le dualisme psycho/somatique, que ne parvient pas à éviter le modèle explicatif de Lévi-Strauss. L’efficacité symbolique repose à la fois sur l’homologie structurelle entre organique et psyché, et sur le travail de médiation du récit mythique. Alors que dans le cas de l’efficacité physio-sémantique, le corps est déjà sémantisé, il a déjà un sens symbolique : explication sans doute de ce que Lévi-Strauss nomme l’induction, c’est-à-dire la capacité du discours à agir sur le corps. Nous proposons d’étendre le concept en lui donnant le nom d’efficacité physiosémiotique. Cette extension n’est évidemment pas sans conséquences théoriques et pratiques. L’efficacité y demeure dépendante de la médiation symbolique opérée par le discours mythique. Mais le corps y devient, par hypothèse, d’emblée sémiotisé : il n’est pas simplement sémantisé mais porteur d’une syntagmatique, d’une narrativité intrinsèque. Autrement dit, il n’y aurait pas dans cette perspective une simple intégration du corps et de ses dysfonctionnements dans les rets de la narrativité, et de sa capacité à mettre en scène des transformations, mais une propension du corps à se reconnaître et à se mouler dans une narrativité qui rend les transformations effectives. Ce qui n’est après tout qu’un prolongement des propositions lévi-straussiennes. Si l’homologie permet l’induction, ce n’est pas de l’extérieur, en raison d’un écho, d’une parenté structurelle plus ou moins métaphorique, mais bien parce que le corps organique est déjà culturel et narratif. Sans spéculer plus longuement sur ce que peut signifier une telle option théorique, nous voulons simplement montrer, dans les limites de cette recherche, que le discours des hypnothérapeutes prend appui implicitement sur un dispositif de ce type.

4. les quatre SAS (scènes actantielles des séances) de lhypnothérapie

16Les discours élaborés par les hypnothérapeutes dans le temps du soin sous hypnose offrent un exemple assez saisissant de la manière dont peut opérer l’efficacité symbolique dans sa reformulation physiosémiotique. L’analyse du corpus montre que chaque séance, quel que soit le thérapeute et indépendamment du patient et de ses maux, paraît reposer invariablement sur quatre scènes actantielles bien spécifiques. Le concept de scène actantielle, qui vient de la sémiotique narrative (Greimas et Courtès, 1979), signifie que derrière la multiplicité des acteurs qui apparaissent au fil des paroles des thérapeutes on retrouve systématiquement les mêmes types de rôles, et que certains de ces rôles, ou actants, sont toujours associés, créant ainsi une sorte de scène actantielle dans l’espace du discours. Dans les sections suivantes, nous présenterons un modèle de séance d’hypnose développé à partir de notre pratique clinique qui tisse ensemble quatre de ces scènes actantielles :

  • une scène actantielle intersubjective, prévisible, occupée par le face à face thérapeute /patient ;

  • une scène actantielle physio-sémiotique ;

  • une scène actantielle symbolique ;

  • une scène actantielle psycho-sémiotique.

17Ces quatre niveaux, qui spécifient la logique actantielle, établissent en quelque sorte les quatre SAS (Scènes Actantielles d’une Séance) de l’hypnose médicale, par lesquels transite nécessairement un patient pendant une séance. Les sas, si l’on admet le jeu de mot sur l’acronyme, marque ainsi les différents degrés ou moments qui balisent la transe hypnotique.

4.1. premier SAS : l’interaction thérapeute/patient

18C’est la scène qui englobe toutes les autres, et les rend possibles. C’est en même temps la plus prévisible dans le présent contexte. Chacun joue le rôle attendu de lui dans ce contexte discursif : le praticien endosse son statut professionnel de soignant et le patient s’accepte comme patient, défini en partie par les maux qui justifient sa présence en ce lieu. Le rôle thématique du thérapeute, et en miroir celui du patient, évoluent pendant la séance. On peut distinguer tout d’abord 1) l’entretien préalable à l’hypnose proprement dite, qui relève du style conversationnel, puis 2) l’induction de l’hypnose par la rhétorique appropriée : ton de la voix adouci, ralentissement du débit, accentuation de certains mots, mélodie des phrases ; suggestion (« imaginez que vous êtes dans les bois »), description des sensations « concentrez vous sur ce que vous sentez, dans votre pied, qui s’alourdit » ; modalisation de l’ordre du possible (« vous sentirez peut-être que…), et enfin 3) des incises éventuelles, de l’ordre du commentaire, qui réembrayent sur le rôle thérapeute/patient initial, mais pendant le temps de l’hypnose.

4.2. Second SAS : la scène physio-sémiotique

19Cette seconde scène actantielle joue sur la rencontre entre un sujet en position d’observateur d’un objet identifiable comme corps médiateur : Sujetobservateur/Ocorps médiateur. Dans les discours des thérapeutes, de très nombreuses occurrences expriment cette relation actantielle tout à fait essentielle, et sans doute la plus originale du dispositif décrit, tels que : la respiration, le flux sanguin, les mains, les neurones, les hormones, la température du corps, etc. Tous ces éléments ont en commun au moins trois éléments définitoires :

  • ils mobilisent une partie du corps, ou une activité du corps, plus ou moins « conscientisable », ou susceptible de faire l’objet d’une représentation mentale plus ou moins fidèle ou supposée directe. Ainsi le sujet n’aura sans doute aucun mal à centrer son attention sur les sensations associées à la respiration, ou à la température de telle ou telle zone du corps, alors que la perception de l’activité neuronale ou hormonale peut sembler une pure reconstruction. Mais il importe peu : l’essentiel est que le sujet puisse se construire une représentation associée à des perceptions de la zone du corps et de l’activité qui s’y déroule ;

  • ils sont le support d’une transformation, d’une dynamique corporelle : dans tous les cas, l’élément corporel n’est jamais statique mais toujours vecteur de dynamique, support d’action et producteur de transformation : les mains sont susceptibles de se joindre, la température de s’élever, les neurones d’acheminer le stimulus, etc. C’est, on l’aura compris, la traduction langagière de la narrativité intrinsèque attribuée par hypothèse au corps humain ;

  • enfin, la transformation corporelle peut être convertie en termes de contenus « psychiques », de valeurs ; la transformation corporelle devenant le plan d’expression d’un plan du contenu différent. C’est à ce stade que l’on peut parler d’un début de sémiotisation du corps. Et c’est au regard des transformations psychiques espérées, que la narrativité intrinsèque du corps prend sens.

20On peut en prendre pour exemple prototypique le discours associé à la respiration par l’un des thérapeutes, celle-ci étant l’un des objets médiateurs que l’on retrouve assez souvent dans cette phase du processus :

  • 5  Propos tenus par Antoine Collin, lors d’une séance de thérapie brève sous hypnose ; séance enregis (...)

« c’est fabuleux la respiration, c’est extraordinaire, ça permet à chaque mouvement respiratoire de faire entrer de l’air, de l’oxygène, qui va apporter dans tout le corps qui va diffuser, depuis les poumons, dans tout le corps, jusqu’au bout des doigts, jusqu’au bout des doigts de pieds, jusqu’au bout des cheveux, dans tout le corps, dans toutes les cellules, qui va apporter de la vie, des éléments nécessaires pour la construction, pour la réparation, .., et chaque expiration vient rejeter tous ces éléments dont n’ a pas besoin, tous ces micro-déchets, inutiles, dont on a plus besoin, chaque inspiration et chaque expiration plusieurs fois par minutes vous permet de changer, on y prête même plus attention »5.

21Le savoir-faire du thérapeute consiste dans sa capacité à sensibiliser le patient à cette narrativité corporelle, en instaurant et en solidarisant un plan de l’expression (signifiant) et un plan du contenu (signifié), autrement dit en créant des signes spécifiques. Ce que nous résumons dans le tableau suivant.

Fig. 2 : Signes construits à partir du thème de la respiration

Fig. 2 : Signes construits à partir du thème de la respiration

22Tous les autres éléments mentionnés (fig. 3) fonctionnent de la sorte, la liste n’étant bien sûr pas close des organes et fonctions corporelles susceptibles d’entrer dans une fonction sémiotique (solidarisation d’un plan du contenu et d’un plan de l’expression). À titre indicatif, et faute de pouvoir développer ici chacun des éléments participant à la scène physiosémiotique, le tableau suivant établit les correspondances entre plan de l’expression et plan du contenu associables à chacun des actants corporels rencontrés.

Fig. 3 : Quelques signes physio-sémiotiques

Actant corporel

Action corporelle (plan d’expression)

potentiel sémiotique (plan du contenu)

La respiration

Inspiration, expiration

- Parcourt, remplit le corps
- Changement, amélioration

Les mains

Séparation, jonction

Association, dissociation de contenus contraires : réunion du conscient et de l’inconscient par exemple

La peau

Délimité l’enveloppe corporelle, surface d’échange et d’inscription

Sécurité, limite du corps propre, la personne

Les hormones

Régulation, échange

Émotions, contrôle

Les neurones

Information, échange

Savoir, contrôle

  • 6  Psychologue clinicienne, thérapeute familiale et hypnothérapeute, intervenante DU Paris VI, Bordea (...)

23Chacun de ces éléments est extrait d’une séance particulière et demanderait des développements. À titre d’exemple, la jonction des deux mains du patient est exploitée par Ana Luco6, lors d’une séance de formation au sein du diplôme HTBSS de l’université de médecine de Limoges ; le rôle du patient étant joué par une personne participant à la formation. La thérapeute demande au patient de tendre les mains devant lui, puis lui suggère, sous hypnose, de réunir ces deux mains. La réunion n’est pas immédiate et l’on ressent à la vision de la vidéo l’abandon progressif du patient, jusqu’à ce que les mains se joignent fermement. Et dans son discours, l’hypnothérapeute passe sans cesse de l’un à l’autre plan, associant l’acte physique à une performance psychologique, du type réunion de l’inconscient du conscient, en réponse sans doute à une interrogation du sujet en position de patient sur sa capacité à gérer ; la jonction des mains devient donc le plan de l’expression du contenu visé. Et il en va de même dans tous les cas.

24Il faut enfin préciser que la scène physio-sémiotique joue un double rôle. Elle participe tout d’abord à la phase d’induction, la concentration demandée au sujet sur telle ou telle partie de son corps, soumis à des transformations plus ou moins ténues, créant la dissociation hypnotique. Puis elle permet la mise en route de la phase thérapeutique proprement dite, en inscrivant dans le corps du sujet la possibilité du changement et de l’auto-réparation.

4.3. troisième SAS : la scène symbolique

25Le SAS suivant est plus attendu dans une séance de psychothérapie puisqu’il consiste à proposer au sujet la création d’objets symboliques. Cette création est en général une co-construction car c’est le thérapeute qui énonce et demande au patient de se représenter mentalement la scène. Quoi qu’il en soit, cette scène consacre la relation : Snarration/ Osymbolique. Le sujet de la narration étant soit en position d’énonciateur soit d’acteur percevant la scène construite.

26On rencontre un certain nombre de ces objets dans les discours, chaque thérapeute ayant manifestement ses figures et préférences en la matière. On peut citer notamment la figure de l’apprentissage réussi, fréquemment utilisée par les thérapeutes rencontrés, ou la figure du lieu agréable, que le patient doit imaginer et construire mentalement, ou des figures beaucoup plus spécifiques, reprenant le cas échéant des éléments apparus dans le discours du patient lors des entretiens précédant la phase d’hypnose. C’est le cas par exemple de la séance d’hypnose du « chat qui danse », qui reprend un élément jouant un rôle central dans un rêve rapporté par le patient. Ou encore, mais plus rarement pour ce que nous avons pu collecter, des scènes symboliques très élaborées, telle que l’histoire des quatre énergies (le guérisseur, le moine, le couple d’amoureux et le roi), élaborée par l’un des thérapeutes.

27La narration impliquant des objets symboliques semble un passage presque obligatoire de toute séance de thérapie brève sous hypnose. Ils sont supposés générer une efficacité symbolique, qui repose sur leur homologie structurelle partielle avec les troubles du patient, et sur leur pouvoir de médiation, de résolution des tensions. Dans ce cas, à l’inverse de la situation exploitée par la scène physio-sémiotique, le discours part d’un contenu, l’objet symbolique mis en circulation par le discours, pour viser un plan d’expression psycho-somatique potentiel. La figure 4 rend compte synthétiquement des quelques cas les plus significatifs.

Fig. 4 : Formes symboliques

Fig. 4 : Formes symboliques

28Au-delà de la répartition éventuellement discutable en un plan du contenu, relevant d’axiologies stéréotypées et collectives et un plan de l’expression, correspondant à la traduction individuelle et psycho-somatique de ces valeurs, ce qui compte sur cette nouvelle scène c’est l’établissement de deux plans distincts dans le discours, l’un valant pour l’autre par homologation. La distribution opérée dans le tableau présente en outre l’intérêt d’être superposable à celle de la scène physio-sémiotique, et d’indiquer ainsi que le mouvement de la scène symbolique se fait à l’inverse du mouvement accompli dans le SAS précédent.

4.4. quatrième SAS : la scène psycho-sémiotique

29Enfin, pour que le processus thérapeutique puisse opérer, à la fois pendant le temps de la séance et de manière durable, le patient doit en passer par un dernier SAS : il doit participer au sein du discours à une scène que l’on peut qualifier de psycho-sémiotique. Cette scène convoque respectivement, dans les termes de la sémiotique narrative, un Sujet en position de Destinateur Judicateur, et un Destinataire Sujet. Ce qui signifie simplement qu’une instance du discours, un actant, est en position d’évaluation et de rétribution (le judicateur) d’un sujet (le destinataire). Dans les discours qui nous occupent, le rôle est tenu par un inconscient réparateur, qui constitue en quelque sorte l’instance de la personne susceptible de jouer le rôle d’auto-réparation ; ce qui donne la relation : [Destinateur judicateur inconscient, réparateur]/[Destinataire sujet la personne]. Ce qui paraît intéressant, et justifie d’y reconnaître l’instance du Destinataire judicateur, c’est que ce rôle paraît devoir être nécessairement nommé par les thérapeutes, et désigné comme l’instance psychique qui autorise et rend possible la réparation. Cet actant se matérialise dans les discours par un nombre semble-t-il assez réduit d’acteurs, désignés par des formules très proches :

  • « votre partie profonde aura fait ce qu’elle a à faire pour vous harmoniser, remettre de l’équilibre là où c’est nécessaire, changer ce qu’il y a à changer elle va remettre en place tout ce qu’il y a à remettre en place »

  • « votre partie profonde et sage de votre esprit non conscient va continuer à faire ce qu’elle a à faire dans les heures, les minutes qui viennent »

  • « tu prends soin de toi de ton corps pendant qu’à un autre niveau ta partie sage continue à harmoniser ce qu’il y a à harmoniser »

  • « cette part de sagesse en toi continue à faire tout son travail, de programmation, d’amélioration, de réglage subtils des circuits, qui contrôlent, coordonnent qui te permettent d’apprendre et de réagir d’une façon de plus en plus approprié, tous ces circuits qui contrôlent aussi les émotions sans avoir besoin du tout de penser juste en profitant comme ça, d’une façon, tout à fait, en sécurité, d’une façon bénéfique »

  • Le roi, dans l’histoire des quatre énergies, qui se distingue notablement des autres désignations mais joue un rôle identique de législateur psycho-somatique, responsable de la capacité d’auto-réparation.

30Dans tous les cas, cette instance est à la fois bien évidemment interne au sujet, puisqu’elle est une propriété du corps lui-même, et en même temps en position de destinateur transcendant : le patient n’a, hors de l’hypnose pas de prise directe sur sa propre capacité d’auto-réparation, et ne peut au mieux que lui faire confiance.

5. Conclusion

31Chaque scène est essentielle non pas en tant que telle, mais par le rôle qu’elle joue au sein de l’ensemble de l’espace hypnotique et les relations qu’elle noue avec les autres. C’est d’ailleurs tout l’intérêt du modèle des SAS que d’appréhender les différentes séquences d’une séance d’hypnothérapie au sein d’un système global, d’une économie générale, où chaque phase s’éclaire de sa relation aux autres. Ainsi par exemple le SAS 2 et le SAS 3, et leur orientation inverse, deviennent la source d’une dynamique circulaire propice au changement et à son pouvoir thérapeutique. Sans épuiser l’ensemble des relations possibles certaines apparaissent comme fondamentales pour la réussite d’une psychothérapie sous hypnose. Le dernier schéma (fig. 5) représente, en guise de conclusion, ces relations privilégiées et l’espace dynamique qu’elles construisent.

Fig. 5 : Relations et dynamique de l’espace hypnothérapeutique

Fig. 5 : Relations et dynamique de l’espace hypnothérapeutique

32La première relation s’établit entre la scène intersubjective (SAS 1) et la scène physio-sémiotique, toutes deux participant à l’induction de l’hypnose chez le patient. Mais cette relation entre les deux SAS fait un peu plus que cela : elle connecte ensemble ce qui vaudra pour plan de l’expression et pour plan du contenu dans les SAS 2 et 3. En d’autres termes, c’est elle qui sémiotise le corps. L’apport très particulier de l ‘hypnose dans la thérapie intervient sans nul doute dès ce stade : n’était cette connexion particulière, cette facilitation de l’accès au corps par l’intermédiaire du discours, la pratique thérapeutique pourrait paraître se passer de la phase d’hypnose. C’est donc cette facilitation de la connexion permise par la transe, en une relation qui solidarise les deux plans de l’expression (somatique) et du contenu (psychique) qui traduirait la spécificité des psychothérapies sous hypnose.

33La seconde relation est contractée par les SAS 2 et 3. Conformément à ce qui a été proposé au cours de l’analyse, le corps possède une narrativité intrinsèque qui rend possible l’action thérapeutique à partir de manipulations symboliques narratives. Autrement dit, le niveau physio-sémiotique (SAS 2) ouvre la possibilité d’une efficacité du niveau symbolique (SAS 3). Mais il serait très certainement illusoire d’affirmer que le chemin ne se fait que dans ce sens ; symétriquement, le corps peut être pensé comme narratif en raison de l’existence du symbolique. Sans trancher donc véritablement sur l’antériorité de l’un sur l’autre, il faut se contenter d’enregistrer l’interdépendance, toute sémiotique, entre les deux mouvements qui se dessinent à partir de chacun des deux plans. Enfin, dans le dispositif construit par les hypnothérapeutes, alors que le niveau physio-sémiotique a ouvert sur la possibilité d’une efficacité symbolique, le niveau psycho-sémiotique autorise le retour effectif du symbolique vers le physiologique. Ainsi se boucle et s’autonomise, dans cette logique actantielle, l’espace thérapeutique de l’hypnose.

34L’intérêt du modèle des quatre SAS, que nous avons élaboré à partir du corpus des séances, réside d’abord pour nous dans la discussion ouverte avec les hypnothérapeutes. Si l’analyse a été conduite à partir des seuls éléments produits « en acte » par le discours des thérapeutes, le résultat obtenu, avec la distribution et l’interaction entre quatre grandes scènes actantielles, propose une économie conceptuelle pour ce type de soin, qui n’est pour le moment pas assumée en tant que telle par les soignants. Elle a donc d’abord valeur de proposition, et pourrait servir de modèle pour les séances, chaque SAS étant exploité plus spécifiquement pour son potentiel symbolique.

35L’univers décrit, et son analyse sémiotique, présentent en outre pour nous le mérite d’ouvrir un chemin où l’efficience thérapeutique, qui ne connaît que la vérité des corps, peut être appréhendée en partie à partir de catégories strictement discursives.

Bibliographie

Références

Badir S. 2014, Épistémologie sémiotique. La théorie du langage de Louis Hjelmslev, Paris : Honoré Champion.

Bontoux D., Couturier D. & Menkès C.-J. 2013 (au nom d’un groupe de travail de la commission XV*), Les thérapies complémentaires, leur place parmi les ressources de soins, Paris, Académie nationale de médecine, Rapport du 5 mars 2013.

Bellet P. 2002, L’hypnose, Paris : Odile Jacob.

Darrault-Harris D. & Klein J.-P. 1993, Pour une psychiatrie de l’ellipse, Paris : Presses Universitaires de France.

Erickson M. H. 2010, L’hypnose thérapeutique, Quatre conférences, Issy-les-Moulineaux, Éd. ESF.

Erickson M. H. 2009. L’intégrale des articles de Milton Erickson sur l’hypnose : Tome 1, De la nature de l’hypnose et de la suggestion, Bruxelles : Éd. Satas.

Erickson M. H & Rosen S. 1998, Ma voix t’accompagnera, M.H. Erickson raconte, Paris, Éd. Hommes et Groupes.

Erickson M. H. & Rossi E. 2006, Traité pratique de l’Hypnose, Paris : Éd. Grancher.

Faymonville M. E, Maquet P. & Laureys S. 2005, « Comment l’hypnose agit sur le cerveau », La recherche, 392.

Fontanille J. 1999, Sémiotique du discours, Paris : Presses Universitaires de France.

Fontanille J. 2004, Soma et sema, figures du corps, Paris, Mainsonneuve & Larose.

Greimas A. J. & Courtes J. 1979, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris : Hachette.

Laplantine F. 1986, Anthropologie de la maladie, Paris : Payot.

Le Breton D. 1991, « Corps et anthropologie : de l’efficacité symbolique », Diogène, 153, Paris : Gallimard, 92-107.

Lévi-Strauss C. 1990 [1958], « L’efficacité symbolique », Anthropologie structurale, Paris : Presses Pocket.

Melchior T. 1998, Créer le réel, hypnose et thérapie, Paris : Seuil.

Michaux D., Halfon Y. & Wood C. 2007, Manuel d’hypnose pour les professions de santé, Paris : Maloine.

Suarez B. 2013, « Qu’est-ce que l’hypnose ? », Cerveau & psycho, 58, 28-35.

Virot C. & Bernard F. 2010, Hypnose, douleurs aiguës et anesthésie, Paris : Arnette.

Notes

1  Comme en témoigne la multiplication des articles, livres et sites internet consacrés à l’hypnose.

2  Le développement rapide tant dans les hôpitaux que dans les cabinets libéraux n’est pas encore validé par une reconnaissance officielle par l’ordre des médecins. Depuis la création en 2000 du 1er DU à La Salpetrière, une dizaine de DU supportés par les facultés de médecines ont vu le jour. L’Académie nationale de médecine dans son rapport du 5 Mars 2013 (« Les thérapies complémentaires ») donne une place, encore à développer, à l’hypnose médicale.

3  Question déjà posée, dans une perspective pratique par Melchior, 1998.

4  « Thérapie complémentaire » nous semble le meilleur car il évite l’appellation tout à fait injustifiée de « médecines » et implique que ces pratiques ne sont que de possibles compléments aux moyens de traitement qu’offre la médecine proprement dite, à laquelle elles ne sauraient se comparer ni se substituer (Bontoux D., Couturier D., Menkès C.-J., 2013).

5  Propos tenus par Antoine Collin, lors d’une séance de thérapie brève sous hypnose ; séance enregistrée en 2014.

6  Psychologue clinicienne, thérapeute familiale et hypnothérapeute, intervenante DU Paris VI, Bordeaux et Limoges, vice-présidente de la Société Française d’Hypnose.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Protocole de base d’une séance hypnose, d’après C. Virot et F. Bernard, 2010
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 2 : Signes construits à partir du thème de la respiration
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 4 : Formes symboliques
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 5 : Relations et dynamique de l’espace hypnothérapeutique
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39907/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteurs

Infirmier en santé mentale, université de Limoges
Infirmier en Santé mentale au CH Esquirol de Limoges. Spécialisé en Hypnose et Thérapies Brèves Stratégiques, il est formateur/superviseur et enseignant au sein du DU « Hypnose et thérapies brèves stratégiques » de la Faculté de Médecine de Limoges. Il travaille sur les entretiens motivationnels et le changement ainsi que sur les contes et les métaphores thérapeutiques (cf. l’article « S’il vous plait… Dessine-moi un mouton ! ou un infirmier en psychiatrie » dans Hypnose et Thérapies Brèves, 16/2010).

Enseignant-chercheur en sémiotique, université de Limoges
Enseignant-chercheur (MCF HDR) en sciences du langage et directeur adjoint du Centre de Recherches Sémiotiques de l’université de Limoges. Il coordonne l’ANR « Cultures émergentes et médiations sémiotiques ». Ses travaux portent sur les médiations sémiotiques (Du genre à l’œuvre. Une dynamique sémiotique de la textualité) et sur la rencontre entre sémiotique et anthropologie (Dossier « Sémiotique et anthropologie des modernes », Actes Sémiotiques).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search