Version classiqueVersion mobile

Emmêler & démêler la parole

 | 
Katja Ploog
, 
Sophie Mariani-Rousset
, 
Séverine Equoy-Hutin

Première partie : les lieux de la parole soignante

Présentation

La relation de soin dans son contexte : un jeu de miroirs

Ecaterina Bulea Bronckart

Texte intégral

1. introduction

1Tout en s’inscrivant dans la visée générale de l’ouvrage qui consiste à appréhender la relation de soin dans ses dimensions communicationnelle et linguistique, les contributions réunies dans cette première partie fournissent un ensemble d’éclairages portant plus particulièrement sur les rapports étroits qui s’instaurent entre la relation de soin et le contexte dans lequel celle-ci s’accomplit, sur la configuration ou la reconfiguration de « ce qui fait soin » à un moment donné, dans une situation donnée, et sur la manière dont cette (re)configuration implique, permet, suscite, requiert, ou encore agence une parole susceptible de produire à son tour des effets sur les personnes ou sur les situations concernées.

2La richesse de ces éclairages s’enracine sans nul doute dans la pluralité des champs disciplinaires sollicités : la psychologie, la sociologie, la linguistique, la sémiologie ou encore les sciences de l’information et de la communication ; cette richesse s’alimente en outre d’options méthodologiques différentes et d’une expression puisant dans des formats discursifs divers ; mais elle découle aussi de la diversité des situations professionnelles dont il est question, diversité qui attire d’emblée l’attention sur l’extensibilité du phénomène « relation de soin » et sur l’élasticité sémantique de la notion éponyme. Ainsi, Valérie Boucherat-Hue et Adeline Hulin analysent le mode d’intervention du psychologue clinicien en foyer d’hébergement pour adultes présentant un handicap mental, institution éducative a priori dépourvue de visée soignante ; Christine Fèvre-Pernet observe la manière dont les maladies rares et l’errance diagnostique à laquelle celles-ci donnent lieu déconstruisent la relation « traditionnelle » médecin-patient ; Jérôme Thomas se place sur le terrain des services d’accueil des urgences, pour interroger la construction de la prise en charge par les médecins de personnes en situation de détresse psycho-sociale ; Hiroko Noda aborde la prise en charge des personnes âgées dans le cadre d’institutions spécialisées et interroge les ressorts communicatifs de la transgression, par les aides-soignantes, de certaines règles institutionnelles régissant cette prise en charge ; Nicolas Couégnas et Antoine Collin s’attèlent à décrire les modalités langagières de mise en œuvre de l’activité des thérapeutes dans le cadre de séances de thérapies brèves sous hypnose ; enfin Aurore Gribos et Florence Cabot se centrent sur l’établissement de la relation clinique en milieu carcéral et sur les circonstances particulières de l’exercice du métier de psychologue dans ce milieu.

3Cette variété de situations de soin qui émaille les articles rencontre, sans pour autant s’y superposer, celle des témoignages composant les « zooms » présents dans l’ouvrage : l’analyse de la relation médecin-patient entrecroise le témoignage de Louis Jeannin, relatant l’intervention d’un médecin chef de service auprès de patients atteints d’affections respiratoires sévères, dans une unité de réanimation d’un service hospitalier et universitaire ; les réflexions sur la « prise en charge » et sur la signification même de cette expression entrent en résonnance avec la contribution de Joël Fiardet et Annie Quantin, centrée sur une approche compréhensive non répressive de l’accompagnement de personnes confrontées à des conduites addictives dans le cadre d’un service spécialisé ; enfin, les approches de la relation psychothérapeutique trouvent des échos dans l’analyse de Paul Boissenin, qui focalise également sur les conditions (dans tous les sens de ce terme) de l’établissement de la relation thérapeutique en milieu carcéral.

4Compte tenu de cette variété de situations et d’approches disciplinaires, le propos de notre introduction ne peut qu’être humble et réaliste. En évitant, autant que faire se peut, d’aplatir les analyses et les témoignages des auteurs, nous tenterons d’engager quelques réflexions à caractère problématisant, issues de la lecture, forcément personnelle, de la (sous)- totalité que constitue cette partie de l’ouvrage. Nous ne visons donc pas à en proposer une synthèse, ni à « ordonner » les textes en une série de résumés de présentation, mais souhaiterions dégager quelques-uns des thèmes forts qui nous semblent traverser les contributions par-delà leur spécificité, et qui constituent autant de pistes d’un travail à poursuivre.

5Organisées en trois sections, nos réflexions sont structurées autour de la relation de soin elle-même et de sa définition (section 1), des lieux et temps de la relation soignante (section 2) et des conditions et dispositifs au sein desquels se déploie la parole (section 3). Soulignons cependant le caractère quelque peu artificiel de cette structuration puisque soin, contexte du soin et parole demandent à être envisagés – comme le suggère l’image métaphorique présente dans notre titre – dans un rapport de co-construction au plan phénoménal et de co-instanciation aux plans méthodologique et interprétatif : un « jeu de miroirs ».

2. de ce qui « fait soin »

6Qu’est-ce que le « soin » ? Lorsque l’on cherche une définition de cette notion dans la littérature scientifique, on ne peut qu’être interpelé (voire déçu, selon les cas) par l’extrême difficulté d’en trouver une. On se tourne alors vers d’autres types de ressources, parmi lesquelles les trois suivantes offrent des repères utiles :

7− Les dictionnaires de langue, qui fournissent des définitions générales du terme « soin/soins » en tant qu’unité lexicale, ou tel qu’il fonctionne dans une communauté linguistique : selon Le Robert par exemple, les soins consistent en « actes par lesquels on veille au bien-être (…) ; actions par lesquelles on conserve ou on rétablit la santé ».

  • 3  Disponible sur le site de l’OMS : http://www.who.int/topics/primary_health_care/alma_ata_declarati (...)

8− Certains textes officiels émanant notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui, définissant la santé non seulement comme l’absence de maladie ou d’infirmité mais aussi comme un droit humain, mettent en avant les responsabilités politiques en matière de promotion de la santé et d’accès au soin et fournissent des éléments de définition de ces derniers au travers de la mention de leurs contenus. Ainsi, la Déclaration d’Alma-Ata sur les soins de santé primaire (1978)3, document phare en la matière, stipule que « tout être humain a le droit et le devoir de participer individuellement et collectivement à la planification et à la mise en œuvre des soins de santé qui lui sont destinés » (paragraphe IV), les soins de santé primaire comprenant dans cette perspective les éléments suivants :

9Une éducation concernant les problèmes de santé qui se posent ainsi que les méthodes de prévention et de lutte qui leur sont applicables, la promotion de bonnes conditions alimentaires et nutritionnelles, un approvisionnement suffisant en eau saine et des mesures d’assainissement de base, la protection maternelle et infantile y compris la planification familiale, la vaccination contre les grandes maladies infectieuses, la prévention et le contrôle des endémies locales, le traitement des maladies et lésions courantes et la fourniture de médicaments essentiels (paragraphe VII).

  • 4  Nous ne pouvons analyser ici les raisons pour lesquelles c’est le travail infirmier (ou la profess (...)

10− Des documents ayant trait à l’organisation du travail et à la formation d’un corps circonscrit de soignants, en particulier le corps des infirmières et infirmiers4. Dans les documents orientant la formation de ce corps professionnel en Suisse par exemple, mais aussi dans ceux relatifs à la même formation au Québec, on peut trouver des définitions des « soins infirmiers » étiquetées comme telles, définitions qui mettent l’accent sur les fonctions et/ou les composantes de ces soins : l’évaluation de l’état de santé d’une personne, le développement et le maintien de la santé, la prévention des risques pour la santé, l’administration de traitements et le soutien aux personnes durant leur traitement, l’atteinte des meilleurs résultats possibles dans les traitements, le maintien de la qualité de vie, etc. (cf. Dallaire, 2008 ; Brideau & Dallaire, 2010).

11L’intérêt de ces définitions est qu’elles attirent l’attention sur la très grande diversité des objets des soins, somatiques ou non, et sur les différents angles de saisie de ceux-ci. Cet ouvrage en constitue d’ailleurs un excellent aperçu, l’objet du soin pouvant être le corps, une partie ou une fonction du corps, un état psychologique plus ou moins aisément étiquetable (conduite suicidaire ou addictive, phobie, état dépressif, mais aussi solitude, perte d’identité, précarité, etc.), ou encore le « bien-être » de l’individu. Mais malgré leur indiscutable pertinence, ces définitions du « soin » relèvent cependant soit d’une saisie linguistique de sens commun du terme (au même titre que de tout autre terme de la langue), soit d’une saisie politico-institutionnelle à valeur censément universelle, soit encore d’une saisie spécialisée et ce faisant partielle car liée à la caractérisation d’une profession soignante spécifique. Aucune de ces définitions n’offre donc une approche théorique générale de ce que serait ce phénomène praxéologique et relationnel désignée par le mot « soin ».

  • 5  Dans un ensemble de travaux antérieurs (cf. Bulea Bronckart, 2009 ; 2014), nous avons eu l’occasio (...)

12L’absence de ce type d’approche dans les diverses ressources sollicitées se reflète également dans les contributions réunies dans cette partie du volume : quelle que soit la discipline de référence des auteurs, quelle que soit la méthodologie employée, on n’y trouvera pas non plus de définition du « soin », pas plus que de discussion ou de problématisation à ce sujet, comme si l’usage de ce terme et son application aux situations par ailleurs très finement analysées ne nécessitaient pas de justification de ce point de vue. Loin de constituer une critique facile, cette remarque nous permet de pointer une sorte de paradoxe, dont les ressorts sont parfaitement perceptibles à la lecture des contributions : envisagé tantôt comme activité sociale, tantôt comme pratique professionnelle, comme métier, comme domaine de formation, comme geste technique, comme relation, comme interaction, etc., le « soin » charrie des approches théoriques et méthodologiques relatives à ces autres notions (en particulier aux notions d’« activité », de « relation sociale » et d’« interaction », voir notamment Cosnier, Grosjean & Lacoste, 1993 ; Grosjean & Lacoste, 1999), ce qui lui confère l’allure d’une entité fortement théorisée ; mais en même temps, en raison du caractère non spécifique, multidimensionnel et hétérogène de cette théorisation, le « soin » préserve les caractéristiques d’une notion aux contours flous et permissifs ; et en même temps encore, il est sans cesse soumis à des reconfigurations, des redéfinitions, cette fois spécifiques et explicites, mais ceci dans le cadre d’un processus qui reste avant tout d’ordre socioprofessionnel, politique et juridique. Le « soin » se présente de ce fait comme une entité à la fois évidente et vague, stable et mouvante, linguistiquement désignée et sémantiquement toujours reconstruite, en d’autres termes comme l’objet d’un permanent processus d’interprétation, pris en charge aussi bien par des personnes que par des institutions ou par des organisations5. Cette dimension interprétative du soin, considérée à des échelles variables, devient condition de son objectivation, ce dont les textes réunis dans cette partie du volume se font l’écho en en fournissant au moins deux indices.

  • 6  Ces questions sont illustrées « en creux » dans le cas « Ariane » analysé dans le texte de Valérie (...)

13Le premier concerne la fragilité de la conception binaire du soin, mettant en scène deux protagonistes, souvent deux individus en coprésence, et exprimée par la formule « soignant-soigné ». Si ce schéma dual demeure valide pour décrire certains épisodes circonscrits ou certaines situations, comme les thérapies sous hypnose [ « l’hypnose est une approche sensible construite à partir d’une rencontre bien réelle entre deux individus », écrivent Nicolas Couégnas et Antoine Collin], d’autres situations de soins se caractérisent par l’inscription de cette relation binaire dans un cadre collectif faisant intervenir une constellation d’acteurs et d’institutions, des équipes pluridisciplinaires agissant dans le cadre de dispositifs intra et parfois inter-institutionnels. Le schéma dual laisse alors place à de véritables listes de protagonistes entre lesquels se tissent des rapports collaboratifs complexes : patient, famille, proches, médecins, infirmières, aides-soignantes, psychologues, psychomotriciens, assistants sociaux, etc., comme en témoignent notamment les contributions de Valérie Boucherat-Hue et Adeline Hulin, de Jérôme Thomas, de Louis Jeannin ou de Paul Boissenin. Quelle peut encore être la validité du schéma « soignant-soigné » ? Ce schéma ne peut être candidat à une modélisation de la relation de soin autrement qu’en considérant que ces termes recouvrent de manière générique et mouvante des places et des rôles qui sont certes prédéfinis par les institutions, mais qui se co-instancient au fil du soin (quelle place donner a priori à la famille ou aux proches et que veut dire « proche » ? À partir de quel moment certains soignants soignent-ils ?)6. Ces places et rôles sont dès lors interprétés comme relevant du « soignant » ou du « soigné » dans le cadre d’une dynamique d’actions et de rapports partiellement imprévisible.

  • 7  À ce sujet, voir aussi l’étude de Gradoux (2015) qui montre la co-élaboration d’asymétries co-occu (...)

14Le second indice a trait à la remise en question de la conception asymétrique du soin, et surtout d’une lecture de cette asymétrie à sens unique : soignant = expert versus patient = non expert. Plusieurs aspects de ce schéma traditionnel sont bousculés, invalidés empiriquement, comme le montrent en particulier les contributions de Christine Fèvre-Pernet et de Jérôme Thomas. Se centrant sur le cas des maladies orphelines, la première contribution montre des situations d’inversion de cette asymétrie, où le patient devient l’expert de sa maladie face à un médecin ou à un corps médical qui peinent à établir un diagnostic. La déconstruction de la figure de l’expert médical en même temps que la construction d’une figure de « patient expert » sont ici largement facilitées par les moyens actuels de communication (en l’occurrence par les forums présents sur le web), qui médiatisent ainsi la réinterprétation des rôles et des savoirs des protagonistes. Mais la fragilisation de cette asymétrie est attestable aussi dans d’autres cadres d’interactions, comme l’accueil aux urgences de personnes en détresse socio-psychique analysé dans la seconde contribution évoquée, où l’élaboration du discours permet à certains patients de se soustraire à la réitération de formes discursives normées attendues par les structures médicales et à l’assujettissement qui en découle. Comme le remarque Jérôme Thomas, ce processus n’est cependant possible qu’à la condition que le médecin sorte à son tour du cadre normé de quête de la vérité qui est censément le sien ; ce qui met en évidence le caractère interprétatif et co-élaboré d’un (autre) sens donné à la relation de soin même7.

15Le « soin » se détache ainsi du schéma traditionnel pour se redéfinir en termes à la fois collectifs et d’expertises plurielles potentiellement redistribuées. Il serait néanmoins inexact et irréaliste de penser que le type de relation traditionnelle, caractérisée par l’asymétrie en termes de connaissance et de pouvoir, aurait été totalement « neutralisé » et remplacé par un type de relation à caractère collaboratif et égalitaire (voir à ce sujet Bigoni & Marchand, 2012 ; Pierron, 2007). En réalité, ce qui ressort aussi bien de la littérature que des contributions à cet ouvrage c’est le fait que le « soin » résiste à une conceptualisation sous forme de modèle unique, quel que soit ce modèle, pour se concrétiser en une pluralité de configurations qui « font soin » pour les acteurs et les organisations ; configurations de parois en coprésence, voire en confrontation.

3. lieux et temps de la relation de soin

16Conjugués aux paramètres actantiels impliqués dans les configurations de soins, les deux autres paramètres contextuels incontournables que sont l’espace et le temps sont thématisés dans les textes composant cette partie du volume sous l’angle de deux de leurs caractéristiques majeures :

  • la pluridimensionnalité, espace et temps du soin ayant des dimensions physiques, sociales, institutionnelles, mais aussi subjectives et/ou psychologiques, ces dimensions pouvant en outre prendre la forme d’enchevêtrements complexes, voire être en tension ;

  • l’élasticité, espace et temps du soin se caractérisant par la variabilité et l’extensibilité des durées et des lieux, et par une forme de graduation de ces coordonnées allant du circonscrit au diffus.

  • 8  Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

17La plupart des contributions font ainsi état de l’ancrage des soins dans des lieux dont les caractéristiques physiques et institutionnelles fournissent un premier repérage sous la forme d’une localisation circonscrite : une unité sanitaire d’une maison d’arrêt, une unité de réanimation d’un centre hospitalier universitaire, un foyer d’hébergement pour adultes handicapés mentaux, un EHPAD8, un service d’accueil des urgences, un service d’addictologie situé dans un hôpital, etc. Cette localisation est essentielle en ce qu’elle peut conférer ou ôter à certains actes – en particulier à ceux dont la proximité avec la vie courante est importante, comme adresser des paroles affectueuses à une personne âgée (voir le texte de Hiroko Noda) – le statut de « soin ». Mais les espaces du soin ne s’y réduisent pas pour autant. Dans certains cas, en raison d’un processus de migration topologique plus ou moins ample et plus ou moins diffus, avec des conséquences sur la teneur du soin ou sur ses protagonistes : comme il ressort du témoignage de Louis Jeannin par exemple, le soin à apporter à une personne souffrant d’une affection respiratoire peut se déplacer depuis la chambre d’une unité hospitalière spécialisée vers le couloir de l’hôpital, puis vers le cabinet du médecin traitant, puis vers (et avec) une ambulance, puis vers le domicile du patient, selon une trajectoire sociale qui fait ressortir au fur et à mesure les dilemmes moraux auxquels sont confrontés les soignants et qui génère en retour des redéfinitions du soin et des remises en question de la manière de communiquer à propos d’une « affection respiratoire ». Dans d’autres cas, en raison d’un processus de construction topologique, consistant notamment en l’élaboration d’espaces et/ou lieux psychiques, plus ou moins durables ou plus ou moins éphémères, mais qui deviennent le théâtre de reconstruction psychologique, étant de ce fait consubstantiels au soin. Ces lieux peuvent être de l’ordre de la transe hypnotique, comme le montrent Nicolas Couégnas et Antoine Collin : si la transe hypnotique correspond bien à un état de conscience présentant « une signature neuronale particulière », elle peut être analysée en termes de « scènes actantielles » faisant intervenir des localisations et des zones ou parties du corps. Mais ces lieux peuvent être symboliques, comme le montre Jérôme Thomas dans son analyse de l’« hôpital » construit par Justine et dévoilé lors de son séjour aux urgences, ou encore imaginaires, construits dans le cadre de récits, comme le « nouveau monde » découvert par Monsieur E., patient auquel est consacrée la vignette clinique d’Aurore Gribos et Florence Cabot.

18Ces lieux multiples entrent en résonnance avec des temporalités enchevêtrées. Car s’il est toujours possible de mesurer la durée d’une interaction en face-à-face en unités conventionnelles (minutes, heures, etc.), le soin implique au moins deux ordres de ramifications temporelles supplémentaires. Le premier concerne les moments et les durées associés à la migration topologique que nous évoquions plus haut, de même que les enchaînements plus ou moins étalés dans le temps de gestes et d’actes administrés à un patient par divers soignants en lien avec sa pathologie. Le second ordre de ramifications temporelles, que nous soulignerons davantage car celui-ci nous semble à la fois moins documenté dans la littérature mais fortement accentué dans les textes ici rassemblés, a trait à l’ensemble de représentations rétroactives et proactives qu’un épisode de soins ramène ou fait ressurgir, suscite ou fait surgir. Il s’agit là d’une temporalité à caractère socio-psychologique, parfois diffuse, hypothétique, difficile à quantifier, mais qui joue souvent un rôle nodal dans le présent de la relation de soins qui l’encadre. C’est ce qu’illustre l’analyse du cas d’Ariane proposée par Valérie Boucherat-Hue et Adeline Hulin, patiente dont « l’histoire clinique complexe » (relevant en elle-même du premier type de temporalité) résonne sans cesse sous forme de représentations, d’abord fragmentaires et orientées dans les décisions prises par certains médecins ou psychiatres, puis sous la forme du « regard plus neutre » et « global » qu’une nouvelle psychologue clinicienne arrive à poser, avec l’effet de reconsidérer des décisions thérapeutiques antérieurement prises ; c’est ce qu’illustrent les récits des patients atteints de maladies orphelines en quête d’un diagnostic que rapporte Christine Fèvre-Pernet, ainsi que les phénomènes d’intertextualité et de reformulation que l’auteure examine ; et c’est ce qu’illustrent les zooms de Paul Boissenin et de Louis Jeannin, montrant la ré-émergence, parfois violente, de questions identitaires ancrées dans le passé, ou la projection dans une temporalité future chronologiquement certaine d’un état dont les ingrédients concrets prennent forme malgré des zones de flou qui peuvent demeurer.

19Les contributions mentionnées posent de la sorte un problème méthodologique central, en l’occurrence celui des conditions d’identification des bornes temporelles du soin : dans quelle mesure et à quelles conditions le soin fait-il l’objet de délimitation, ou d’individuation sur la base des critères de « début » et de « fin » ? Qu’est-ce qui fait « unité » et « unité d’analyse » dans le domaine du soin ? La réponse à cette question s’avère complexe et semble faire appel, une fois encore, à des processus interprétatifs faisant se chevaucher des délimitations multiples ; processus interprétatifs qui ne sont évidemment pas sans lien avec les conditions et les dispositifs d’émergence de la parole.

4. Faire émerger la parole : conditions et dispositifs

20Comment, dans quel cadre, à quelles conditions émerge et se déploie la parole liée aux soins, voire la parole-soin ? Étant donné la thématique de l’ouvrage, le traitement de cette question est extrêmement riche et varié, allant de la description des circonstances dans lesquelles a lieu la production verbale, orale ou écrite, à l’analyse linguistique de certains des mécanismes à l’œuvre, en passant par l’examen des facteurs susceptibles de favoriser, ou, au contraire, de bloquer l’activité langagière et ses effets. Nous nous limiterons donc à souligner trois aspects que les textes réunis dans cette partie du volume abordent d’une manière qui renouvelle indiscutablement les réflexions en ce domaine.

21Le premier concerne la question du rôle du langage dans l’accès au soin. Cette problématique traverse toutes les contributions, ce qui permet que soient abordées plusieurs de ses facettes :

  • la parole comme formulation de la demande de soins, que cette dernière soit hautement normée et pré-formatée, comme c’est le cas en milieu carcéral (demande écrite spécifiant la date, le nom, le motif de la consultation, le destinataire de la demande : médecin, infirmier, psychologue, dentiste, etc., voir les articles de Paul Boissenin et d’Aurore Gribos et Florence Cabot), qu’elle soit recueillie sous sa forme la plus authentique possible, comme c’est le cas dans certaines structures d’accueil (voir les contributions de Jérôme Thomas, de Joël Fiardet, ou encore de Louis Jeannin), ou qu’elle soit contrariée, voire niée, comme il ressort du paradoxal silence d’Ariane (voir la contribution de Valérie Boucherat-Hue et Adeline Hulin) ;

  • la parole comme induction dans le cas de la thérapie sous hypnose (voir l’article de Nicolas Couégnas et Antoine Collin) ;

  • la parole comme entrée dans une communauté de patients-experts dans le cas des forums « Maladies Rares » (voir le texte de Christine Fèvre-Pernet) ;

  • etc.

22Le deuxième aspect concerne la polyphonie de la relation de soin. L’importance de la circulation de la parole et le caractère co-construit de celle-ci ressortent fortement de plusieurs textes, tout comme il ressort la nécessité de « démêler » les voix énonciatives et les contenus discursifs que ces dernières (ap) portent.

23Le troisième aspect – par le commentaire duquel il nous semble opportun de clôturer cette introduction – a trait à la mise en place de dispositifs souples et à la recherche de dispositifs originaux favorisant la parole notamment chez les « soignés ». C’est peut-être le domaine le plus richement documenté par les contributions à cet ouvrage que celui de la médiatisation de la parole dans le but de réenclencher une dynamique des significations, plusieurs cadres, conditions et instruments mis en place étant minutieusement décrits et analysés, la pluralité et la variété des facteurs sous-jacents laissant en même temps penser que les ressources en ce domaine sont loin d’être épuisées (mais pourraient-elles jamais l’être ?). Ainsi, considérant les urgences comme un « laboratoire des usages de la parole », Jérôme Thomas montre que dans les conditions où le médecin parvient à mettre en œuvre une écoute flottante à la place de la logique de vérité et d’étiquetage caractéristique du « tri » qui s’opère de manière prédominante en ce lieu, les patients parviennent à exprimer une vérité subjective permettant de manière plus efficace l’engagement de ces derniers dans les démarches de soins. Christine Fèvre-Pernet met en évidence la manière dont les forums qui prennent place sur le web permettent que la parole des patients se manifeste « comme en état d’urgence (…), avec moins de retenue », conduisant à l’instauration d’une instance collective d’abord énonciative, ensuite sociale qui s’instaure et se reconnaît au travers de ses participants en position d’expert. Paul Boissenin illustre le rôle des rencontres régulières entre un patient en maison d’arrêt et le psychologue, aboutissant à la mise en place d’un dispositif intra et interinstitutionnel impliquant plusieurs instances : réunion sanitaire hebdomadaire, réunion clinique hebdomadaire, commission de prévention du suicide bimensuelle, séance de psychothérapie – construction mobilisant plusieurs voix et permettant de la sorte un travail de réélaboration de l’expérience du patient. Aurore Gribos et Florence Cabot dévoilent les raisons et les conditions de la création de dispositifs originaux, pouvant fonctionner dans le contexte carcéral compte tenu de sa complexité, dispositifs aidant à faire face aux situations de non-maîtrise de la langue par des détenus non francophones. Dans ces situations où les « langues s’emmêlent (s’en mêlent) », les auteures décrivent le processus de mise en œuvre d’ateliers d’écriture permissifs à l’expression de soi, mais permissifs également à leur propre évolution. Soutenant que « le patient ne se résume pas à un corps malade », et étant à la recherche non seulement du « comment » mais aussi du « pourquoi » une défaillance respiratoire sévère est arrivée, Louis Jeannin rapporte la mise en œuvre d’un dispositif où la visite du médecin se réalise en présence d’une psychologue, apparemment « une blouse blanche parmi d’autres », mais qui arrivera à libérer la parole de M., ce qui l’aidera à « libérer son souffle ». Enfin, Joël Fiardet propose aux personnes confrontées à des conduites addictives une « Escale » (nom donné au Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues) permettant à ces personnes d’être accueillies sans jugement, « sans condition, là où ils sont ».

24Laissons maintenant la parole aux auteurs et à toutes les voix que leurs écrits orchestrent pour nous aider à poursuivre la réflexion, « sans condition, là où nous sommes ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bigoni C. & Marchand P. 2012, « Le soin relationnel, un modèle à questionner », Soins, no 766, 16-19.

Brideau G. & Dallaire C. 2010, « Les “superinfirmières”, une solution miracle pour le futur de la profession infirmière ? », L’infirmière clinicienne, vol. 7, no 2, 36-41.

Bulea Bronckart E. 2009, « Le soin infirmier : du texte au signe et du signe au-delà du texte ». In : Canelas-Trevisi S., Guernier M.-C., Sales Cordeiro G. & Simon D.-L. (dir.), Langage, objets enseignés et travail enseignant, Grenoble : Ellug, 33-46.

Bulea Bronckart E. 2014, Langage, interprétation de l’agir et développement, Sarrebruck : Presses Académiques Francophones.

Cosnier J., Grosjean M. & Lacoste M. (dir.) 1993, Soins et communication. Approche interactionniste des relations de soins, Lyon : ARCI, Presses Universitaires de Lyon.

Dallaire C. (dir.) 2008, Le savoir infirmier : au cœur de la discipline et de la profession, Montréal : Gaëtan Morin.

Gradoux X. 2015, « Expertises partagées en médecine générale : orientations épistémiques vers le symptôme et le diagnostic », Cahiers de l’ILSL, no 42, 11-31.

Grosjean M. & Lacoste M. 1999, Communication et intelligence collective. Le travail à l’hôpital, Paris : Presses Universitaires de France.

Marquet J., Marquis N., Hubert N. (dir.) 2013, Corps soignant, corps soigné. Les soins infirmiers : de la formation à la profession, Louvain-la-Neuve : Academia L’Harmattan.

Pierron J.-P. 2007, « Une nouvelle figure du patient ? Les transformations contemporaines de la relation de soins », Sciences sociales et santé, vol. 25, no 2, 43-66.

Spitzer A., Khune N., Perrenoud B. & Camus D. 2008, Les soins infirmiers en Europe/ Nursing in Europe, Genève : Éditions Médecine et Hygiène.

Notes

3  Disponible sur le site de l’OMS : http://www.who.int/topics/primary_health_care/alma_ata_declaration/fr/

4  Nous ne pouvons analyser ici les raisons pour lesquelles c’est le travail infirmier (ou la profession infirmière) qui a constitué et constitue encore le lieu privilégié de définition des soins. Bornons-nous à remarquer que ces raisons sont liées à l’identité professionnelle de ce corps de métier, qui conduit à ce qu’une question comme « Infirmière, est-ce une “profession”, un “travail” ou une “compétence” ? » soit indissolublement liée à cette autre : « Le “soin” dont il est question est-il plus proche du care ou du cure ? En quoi est-il “infirmier” (…) ? » (Marquet, Marquis & Hubert, 2013 : 17 ; voir plus largement les études de réunions dans le volume, de même que Spitzer, Kuhne, Perrenoud & Camus, 2008).

5  Dans un ensemble de travaux antérieurs (cf. Bulea Bronckart, 2009 ; 2014), nous avons eu l’occasion d’analyser du point de vue technique les formats discursifs (les « figures d’action ») qui sous-tendent et permettent le déploiement de ce processus interprétatif.

6  Ces questions sont illustrées « en creux » dans le cas « Ariane » analysé dans le texte de Valérie Boucherat-Hue & Adeline Hulin, où le dialogue de sourds entre protagonistes et institutions laisse progressivement s’installer des juxtapositions de rapports binaires conduisant justement à une impasse thérapeutique. La sortie de cette impasse est possible lors de la relance du dialogue, de la co-instanciation des rôles et de la co-construction de sens dans le cadre de l’équipe pluridisciplinaire. Quant à la question de ce que signifie « proche », elle est particulièrement présente dans l’analyse de la transgression par les aides-soignantes des règles de non-attachement aux personnes âgées, analysée par Hiroko Noda.

7  À ce sujet, voir aussi l’étude de Gradoux (2015) qui montre la co-élaboration d’asymétries co-occurrentes dans le rapport entre médecin et patient, les expertises se répartissant dans l’interaction selon le domaine de savoir dont il est question : le domaine de savoir concernant le diagnostic est le terrain du médecin, alors que le domaine de savoir ayant trait aux symptômes est celui du patient.

8  Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Auteur

Maître-assistante en sciences de l’éducation à l’université de Genève
Docteure en sciences de l’éducation de l’université de Genève où elle enseigne les théories du langage et la didactique de la grammaire. Ses recherches s’inscrivent dans l’approche interactionniste socio-discursive et portent sur les propriétés dynamiques de l’activité langagière, sur le rapport entre langage, interprétation de l’agir et formation, ainsi que sur les principes et les modalités de l’enseignement grammatical.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search