Version classiqueVersion mobile

Beucler à l’affiche !

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Bruno Curatolo

Le titre comme mode d’affichage

Bruno Curatolo

Texte intégral

  • 1  « Appendices », Œuvres diverses, cité par Le Grand Robert de la langue française, t. 6, 2001, p. 1 (...)

Les titres des livres sont souvent d’effrontés imposteurs. Qui n’a eu à maudire leurs mensongères annonces et cet art de bateleur qui promet, pour ainsi dire, sur l’enseigne d’un ouvrage ce que l’on ne trouvera pas dedans.
Balzac1

  • 2  Toutes nos sources documentaires proviennent des catalogues de la BnF, sauf mention contraire.

1Tout auteur – de livres, de films, de chansons, d’émissions de radio – sait que l’élection d’un titre est primordiale pour la promotion de son œuvre : bien choisi, il peut parfois dissimuler une production médiocre, mal choisi, il peut à rebours ruiner une création de premier plan et, dans le meilleur des cas, un bon titre coïncide avec la réussite artistique. Il y a comme un génie du titre, susceptible d’assurer la publicité la plus efficace d’un texte narratif – c’est le domaine auquel nous nous limiterons – et le porter « à l’affiche », à savoir, pour l’époque d’avant le règne de la télévision et de l’Internet, de figurer dans les annonces des éditeurs, les journaux littéraires, les étals des libraires… comme accroche du lecteur. André Beucler, son abondante activité dans différents genres l’a montré, était doué pour inventer des intitulés dignes de lui garantir une « littépub » même si, hélas, la gloire n’a pas été toujours au rendez-vous. Nous avons donc pris le parti de comparer certains des titres donnés à ses fictions à ceux qui, depuis le début du vingtième siècle jusqu’à la date de leur parution, ont pu présenter un air de ressemblance, voire de similitude exacte avec eux2.

  • 3  On trouvera, en annexe, la liste des titres parus.
  • 4  Voir Aude Leblond, Sur un monde en ruine. Esthétique du roman-fleuve, Paris, Champion, 2015 et not (...)
  • 5  On trouve trois exceptions, Frédéric Mistral (1904), Henri Bergson (1927) et Saint-John Perse (196 (...)

2Dans le cadre de cette étude, nous ne pourrons évoquer que les romans, même si Beucler s’est brillamment illustré dans le genre de la nouvelle3, la narration étendue étant considérée comme la plus noble à l’époque où Beucler publie, seule capable de procurer à un écrivain son ampleur véritable et, encore, pour des entreprises au long cours4 : pour les Français, le Nobel attribué à Romain Rolland (1915), Anatole France (1921), Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952) et, tout récemment, à Patrick Modiano (2014), en passant par Camus, Sartre, Simon, Le Clézio, le prouve5 ; quant au prix Goncourt, suivi du Renaudot, du Femina, du Médicis…, il ne récompense que des romanciers. Et c’est ainsi que Beucler devint grand, son premier opus, La Ville anonyme (1925) lui donnant chez Gallimard une aura peu répandue sur des auteurs de 27 ans. Suivront onze romans, chez différents éditeurs, dont nous examinerons successivement l’originalité des titres.

  • 6  Nous ne retenons que le syntagme/article-substantif-adjectif/. Voici le détail bibliographique des (...)
  • 7  Et on pense, bien sûr, au célèbre Corbeau (1943) d’Henri-Georges Clouzot dont le producteur, avec (...)
  • 8  On se rappelle que Wim Wenders en a donné une image angoissante dans son film de 1984, Paris, Texa (...)
  • 9  Voir notre article « Le fantastique politique dans le roman des années vingt. Autour de La Cavaliè (...)
  • 10  Cette image est récurrente chez Aragon – exact contemporain de Beucler, rappelons-le, à une année (...)
  • 11  Voir, par exemple, le chapitre « Les Prisonnières » dans L’Apprentissage de la ville de Luc Dietri (...)
  • 12  Voir, par exemple, Matthieu Letourneux, Le roman d’aventures. 1870-1930, Presses Universitaires de (...)

3À l’orée de la carrière, on trouve donc La Ville anonyme que seule l’épithète distingue de précédentes « enseignes », comme dit Balzac : de 1904 à 1925, on répertorie, entre autres, La Ville lumière (Camille Mauclair), La Ville charnelle (Marinetti), La Ville inconnue (Paul Adam), La Ville enchantée (Margaret Oliphant), La Ville éphémère (Jacques Sindral), La Ville impériale (Paul Zifferer), La Ville morte (Gaston Choquet), La Ville rouge (Georges Gaudy), La Ville assassinée (Fernand Mysor)6, dont les qualificatifs sonnent de façon plus ou moins énigmatique mais sans égaler, reconnaissons-le, celui de Beucler. Que cache ainsi l’adjectif « anonyme » qui, par définition, sert de masque, comme pour ces lettres qui abondent dans les romans policiers7 ? Une ville sans nom ne peut relever que d’une aberration dans l’organisation civile : les pionniers, par exemple ceux qui ont colonisé les contrées désertiques du Nouveau Monde pour y chercher du pétrole ou de l’or, ont eu pour premier souci de donner aux trois baraques promises à former une cité un nom, souvent emprunté à leur lieu d’origine, tel ce Paris au Texas8. Et il est vrai que cette « politique-fiction9 » de Beucler, après une révolution à l’échelle européenne, dresse un décor chaotique où le monde est devenu un « bordel10 », symbolisé par l’établissement tenu par Mme Angèle, unique centre d’attraction. Nul n’ignore que, dans ce genre d’endroit, l’identité doit être dissimulée11. L’anonymat est un puissant éveilleur de curiosité chez le lecteur, le spectateur, l’homme de la rue, tout simplement, et le journalisme ne se prive pas d’en user, voire d’en abuser, en se servant d’initiales à la place d’un patronyme. Cependant, l’éditeur a pris le soin de modérer l’accent fantastique d’un intitulé étrange en concluant le prière d’insérer par cette phrase : « L’auteur, dans une forme précise et pittoresque, a cherché à obtenir une déformation subjective et sociale du réel sans toutefois passer les limites d’une certaine vraisemblance romanesque. » Car La Ville anonyme aurait bien pu s’inscrire dans la lignée des récits d’aventures, d’anticipation et autres transgressions de la réalité, dont le succès ne se dément pas depuis le milieu du XIXe siècle12, ce qui n’est pas le cas. Nous verrons d’autres occurrences où les prières d’insérer – aujourd’hui les quatrièmes de couverture – contribuent à décrypter un titre.

  • 13  Jean-François Brieu a intitulé sa biographie du comédien, Jean Gabin, gueule d’amour, Paris, A. Mi (...)
  • 14  Le DVD du film restauré est sorti en 2016.
  • 15  Anne Armandy, Gueule d’amour, Paris, Œuvre dactylographiée, 1925 ; Paris, Librairie Baudinière, 19 (...)
  • 16  Il existe un titre comparable d’Étienne de Riche, Le Sergent Belle-gueule, « dramatique roman d’av (...)
  • 17  Paroles de R. Lermenier, musique de Ch. Pillon.
  • 18  Le premier a été porté à l’écran, sous le titre Bubù, par Mauro Bolognini (1971), le second, intit (...)
  • 19  Bruxelles, Roland Kluger Music.
  • 20  La Marque jeune, Villetaneuse, Vogue.
  • 21  Gueule d’amour EP, Paris, Polygram.
  • 22  Gueule d’amour, Paris, X-Ray Pop.
  • 23  Version du classique américain des années 1950 « Cry me a river » ; Canoë rose, Paris, Chappell, 1 (...)
  • 24  Illustrations, Mélanie Grandgirard ; texte, Orianne Lallemand, Casterman, 2007.
  • 25  Dessin, Delphine Priet-Mahéo ; scénario, Aurélien Ducoudray ; postface, Sophie Delaporte, Antony, (...)
  • 26  Gueule d’amour : un conte poétique, Sylvie Castéra-Saglier, illustré par l’auteur, Saint-Denis, Éd (...)
  • 27  Pour aller de chez lui à la ville, le narrateur emprunte un chemin, où il retrouve son ancien cama (...)

4Le deuxième ouvrage paraît dès l’année suivante, toujours chez Gallimard, ce fameux Gueule d’amour, dont le retentissement sera beaucoup plus éclatant grâce à l’adaptation cinématographique de Jean Grémillon, en 1937, avec Jean Gabin13 et Mireille Balin14 ; mais c’est tout de même onze plus tard et, avant cela, le roman avait reçu un accueil très favorable de la critique : force est de reconnaître que le titre ne pouvait passer inaperçu et que Beucler avait réuni bien des ingrédients pour séduire le public. Ce titre est le surnom donné à un beau gosse qui, dans son uniforme seyant de spahi, conquiert toutes les femmes qu’il veut : le romancier l’a-t-il inventé ? En littérature, le dépôt légal ne conserve qu’un texte dactylographié éponyme datant de 1925 mais paru seulement en 192715; il est évident que notre auteur ne pouvait le connaître avant de créer son personnage16. Côté film, il n’y a rien et, pour la musique, un seul morceau pourrait servir de préfigure, « La Noce à gueule d’amour17 ! » en 1907 : on ne peut guère parler de plagiat… Il faudrait plutôt y reconnaître une mode littéraire, née avec le siècle, où apparaissent en héros des « mauvais garçons » – ce que n’est absolument pas Lucien Bourrache – dont le commerce avec la gent féminine réussit plus ou moins heureusement : on pense à Bubu-de-Montparnasse (1901) de Charles-Louis Philippe ou à Jésus-la-Caille18 (1914) de Francis Carco. Ce sont des titres évidemment accrocheurs, autant que Gueule d’amour dont la postérité trouvera sa fortune dans la chanson et la littérature de jeunesse : en 1984, Plastic Bertrand, pour qui ça planait déjà, entonne « Gueule d’amour19 » pendant que Scarlet lui fait écho20, sur un air différent mais avec le même titre ; en 1988, c’est Lizzy Mercier Descloux qui le rhabille, morceau et album compris21 ; enfin, en 2003, Jil Kaplan propose une variante, « Ma gueule d’amour22 », au moment où « Pleurer des rivières23 », interprété par Viktor Lazlo, avec son incipit, « Adieu gueule d’amour », devenait un tube. Du côté des livres, ont été successivement publiés Gueule d’amour, dont l’héroïne est une fillette jouant aux princesses24 ; sous le même titre, l’histoire raconte l’amitié entre une « gueule cassée » de la Grande Guerre et un colosse africain, rejetés par la société25 ; enfin un « conte poétique26 », le tout nous entraînant bien loin du roman de Beucler qui, rappelons-le, se déroule, contrairement au film, dans une atmosphère sinistre et le plus souvent nocturne, dans la banlieue industrielle d’une ville « anonyme » inspirée par Montbéliard que l’auteur connaissait depuis son enfance27.

  • 28  Traduction de Louis Postif, Crès, 1926.
  • 29  « […] je connais un pays neuf où les enchantements naissent à chaque instant. […] Sans être insitu (...)
  • 30  Successivement, « Dans le pays du rêve », sérénade pour violoncelle solo de Gaston Lemaire (1925)  (...)

5En 1927, c’est Le Pays neuf, toujours chez Gallimard, dont nous n’avons trouvé aucun équivalent syntaxique exact, hormis Le Pays natal d’Henry Bordeaux (Fayard, 1925), mais seulement des titres approchants, Au pays d’amour de Guy de Beaufort (Ferenczi, 1926) ou En pays lointain de Jack London (1899)28, les deux confondus pouvant évoquer la terra incognita promise par le Philosophe au naïf M. Visse29 ; le cinéma ne propose que le syntagme « Au pays de… », comme Au pays des tulipes de Gérard Bourgeois (1910), Au pays noir de Léonce Perret (1911) ou encore Au pays des lits clos de Maurice Mariaud (1913) et la musique, des airs qui pourraient accompagner le voyage imaginé par Beucler, « Dans le pays du rêve », « Au Pays bleu », « Au joli pays d’amour », « Pays sans nom30 ». Sauf erreur ou omission, l’enseigne de notre forgeur de fictions reste donc original. Parus la même année – la plus prolifique pour Beucler romancier –, mais chez d’autres éditeurs, La Belle de banlieue et L’Amour automatique se présentent aux aussi comme des inventions titulaires à forte aimantation.

  • 31  Allégorie du livre qui, telle la flèche tirée par l’animal fabuleux, doit toucher à tout coup son (...)
  • 32  André Beucler fit sa connaissance par l’entremise de Léon-Paul Fargue ; il lui rend hommage dans u (...)
  • 33  Pour être tout à fait précis, il faut quand même citer La Maison de banlieue de Léon Guillot de Sa (...)
  • 34  Il existe aussi La Belle de New York de Paul Gavault (1867-1951), opérette en 2 actes et 4 tableau (...)
  • 35  Successivement : Paul-Louis Garnier (1879-1916), Amanda belle de nuit, roman, Paris, P. Ollendorf, (...)
  • 36  Non seulement Carbuccia (1891-1975) fut le fondateur de l’hebdomadaire Gringoire, nationaliste et (...)
  • 37  Charles Poyer, Contribution à la pathologie du sommeil. Le sommeil automatique, Paris, 1914 ; Gabr (...)
  • 38  « La Cocotte automatique ! », chansonnette, paroles de Disle et Joullot, musique d’Émile Spencer, (...)
  • 39  « L’amour automatique », musique, paroles et interprétation de José Salcy, 1970 ; « L’amour automa (...)

6Le premier est publié chez le remarquable libraire-éditeur Simon Kra qui, à partir de 1920, prend pour emblème le fameux Sagittaire31, dessiné par Jean-Gabriel Daragnès32, et en adopte le nom pour sa maison : les Éditions du Sagittaire, dont le principal acteur est Léon Pierre-Quint, vont rapidement promouvoir des auteurs pour la plupart jeunes et audacieux. L’année où Beucler donne sa Belle, figurent à ses côtés Emmanuel Bove (Un soir chez Blutel), René Crevel (Babylone), Robert Desnos (La Liberté ou l’Amour), Michel Leiris (Le Point Cardinal), Philippe Soupault (Le Nègre)… Autant dire que c’est une génération qui naît, dans sa diversité et son inventivité, à l’instar de ce titre, La Belle de banlieue, dont on peine à trouver un équivalent : si le substantif ou l’adjectif « belle » est répandu, le syntagme « belle de » l’est beaucoup moins et le mot « banlieue » n’appartient qu’au domaine géographique ou sociologique33. En cherchant bien, on déniche quand même le roman Amanda belle de nuit de Paul-Louis Garnier (1911), deux pièces de théâtre34, La Belle de Haguenau de Jean Variot (1922) et La Belle de mai de Georges Villard (1924), pour arriver à la célèbre Belle de jour du grand ami de Beucler, Joseph Kessel, juste un an après35. Le livre lancé par le Sagittaire avait ainsi toutes les chances de toucher le lecteur en plein imaginaire tout autant que L’Amour automatique, confié aux Éditions de France, aux antipodes de celles créées par Kra – le directeur en était Horace de Carbuccia36 –, pour une collection consacrée aux espoirs de la littérature, « Les Maîtres de demain », dont l’existence fut assez éphémère. Le titre choisi par Beucler avait en effet de quoi intriguer : le terme « automatique » n’a de sens que pour les scientifiques ou les psychologues37 et on ne le trouve jamais associé à « amour » ; quelques rengaines38 proposaient « La Cocotte automatique ! » ou « Marcheuse automatique ! » et il faut attendre plusieurs décennies pour que des chansons d’inspiration hétérogène39 plagient, très certainement sans le savoir, la trouvaille de notre romancier. Trouvaille chargée d’une promesse bien décevante d’ailleurs puisque l’expérience amoureuse vécue par le héros, Pierre Gasparin, est bien moins automatique que son mauvais génie, Raoul Fourche, le lui avait fait croire et le récit s’achève sur un échec complet.

Couverture originale (Paris, Éditions du Sagittaire, 1927).

Couverture originale (Paris, Éditions du Sagittaire, 1927).

Croquis du romancier (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).

Croquis du romancier (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).

Couverture originale (1927).

Couverture originale (1927).
  • 40  Voir notre article « André Beucler, de Gontcharov à Dostoïevski », Tangence (Université du Québec) (...)
  • 41  Légendes et vieilles coutumes par M. Let la méon de Vesly, Rouen, 1892-1912 ; on peut y ajouter l’ (...)
  • 42  La Malora (1954), trad. de l’italien par Monique Baccelli, Paris, Denoël, 1988, rééd. Paris, Cambo (...)
  • 43  Premier titre de la série Fulù ; trad. Anne-Marie Meunier, Grenoble, Glénat, 1989.
  • 44  L’une figurant dans Noël en famille [différents artistes] de Stylly Dean, Creative Touch, 2012, l’ (...)

7Enfin, pour clore cette première période de production romanesque, Gallimard reprend « son » auteur pour mettre en librairie Le Mauvais Sort (1928), le plus dostoïevskien des récits de Beucler40, dont le titre laisse évidemment envisager une « histoire qui finit mal », comme les aime souvent un lectorat qui ne prise pas les bluettes : la malchance, le hasard contraire, le ratage, sentimental autant que social, sont des ingrédients largement mis à contribution dans les années 1920-1940 par des romanciers qui font du anti-héros la figure de proue d’une littérature grise sinon noire. C’est le Bardamu de Céline qui connut une notoriété durable mais il ne faut pas oublier le Salavin de Duhamel, les personnages de Bove, ceux de Jean Meckert (L’Homme au marteau, 1943) et voir dans le Meursault de Camus la victime passive d’une roue qui tourne à l’envers, à l’ombre du légendaire Bartleby de Melville. Le syntagme « mauvais sort » ne se rencontre, avant 1930, que dans un vieux conte, « Le Rat et le mauvais sort41 », l’intitulé contemporain le plus approchant étant La Revanche du sort de Claude Alesca (Les Éditions modernes, 1928), « roman d’amour inédit » et, cette fois encore, il faut attendre longtemps pour rencontrer l’expression dans les catalogues, la traduction d’un ouvrage de Beppe Fenoglio42, la bande dessinée argentine de Carlos Trillo et Edouardo Risso43 ainsi que deux titres de chansons, sans grande conséquence sur la composition musicale44. La curiosité du lecteur ne pouvait être qu’attisée par le prière d’insérer :

Les personnages du Mauvais Sort sont avant tout des êtres vrais, et leur humanité, aussi bien que les situations amères, ardentes et désolées qu’elle fait naître, accusent douloureusement la destinée tragique d’un jeune homme que son intransigeante sincérité et sa lâcheté devant la vie amènent tout doucement et avec certitude à commettre un crime pour échapper à sa propre nature. L’intrigue du livre est en quelque sorte intérieure, et l’aventure de Philippe Bohême, le personnage de premier plan, est l’histoire d’une sensibilité.

8Le lancement des futurs succès « crépusculaires » de Julien Green

9– Épaves, 1932 –, ou de Simenon – Les Fiançailles de M. Hire, 1933 –, aurait pu reprendre des formules voisines…

  • 45  Pierre Bost, Porte-Malheur, Paris, Gallimard, 1932 ; rééd. Paris, Le Dilettante, 2009, avec une pr (...)
  • 46  Les retrouvailles se feront dans les années quatre-vingt avec les deux volumes de mémoires.
  • 47  Voir, dans ce volume, l’article de François Ouellet.
  • 48  Natif de Besançon, rappelons-le ; une rue porte son nom, près du lycée où Beucler a fait ses étude (...)
  • 49  « Contente-toi donc d’une liaison banale […] À moins, bien entendu, que par un de ces bonheurs qui (...)

10Ce titre en forme de « porte-malheur », néologisme qui servira à l’ami Bost un peu plus tard45, semble avoir marqué un coup d’arrêt dans l’inspiration romanesque de Beucler – il n’écrit plus que des nouvelles et de nombreux articles – puisque près d’une décennie va s’écouler jusqu’à la parution de La Fleur qui chante, le dernier d’ailleurs paru chez Gallimard, en 193946. On a coutume de dire que cette année-là n’était pas la bonne pour l’accueil réservé aux livres, et c’est vrai de L’Âge d’homme, que Michel Leiris sortit de l’ombre en 1946, toujours rue Sébastien-Bottin, comme de Tropismes, publié par Denoël et que Nathalie Sarraute remettra, pour une seconde chance, aux Éditions de Minuit en 1957, la firme du Nouveau Roman ; mais c’est faux du Mur, qui suivait La Nausée d’un an, Sartre ayant atteint une solide notoriété avant la guerre. Toujours est-il que notre Fleur s’est bien fanée et n’a jamais repris vie en librairie : pourtant le titre en est beau, même si Beucler n’a pas inventé l’expression47, émanant d’un romantisme, de Novalis à Nodier48, qui a sublimé une poésie amoureuse dont les racines plongent dans le Moyen Âge, à l’image de cette Blancheflor qui, pour Perceval, se substitue au Graal sacré. Dans le récit, c’est Fernand Gravoir, le vieux critique lettré, qui raille son cadet François Granvelle49 en employant ce cliché et on ne tentera pas, cette fois, d’en chercher des équivalents, ni dans la littérature ni ailleurs.

  • 50  Voir F. Laurent & B. Mousli, op. cit., p. 297 et sq ; voir également Alain Paire, Chronique des Ca (...)
  • 51  Georges Bernanos, La Joie, Paris, Plon, 1929.
  • 52  Si nous avons placé en exergue une citation de Balzac, c’est que Beucler lui rend hommage à plusie (...)
  • 53  « Une bête de joie, disait-il, une bête de joie, voilà ce que c’est ! » (p. 77).
  • 54  Précisons que ce patronyme est très proche de Ladurée, le célèbre pâtissier dont la boutique fut d (...)

11On s’attardera plus volontiers sur La Bête de joie que l’écrivain confie, en 1942, aux Éditions du Sagittaire repliées à Marseille sous la direction de Léon Pierre-Quint et sous l’aile protectrice des Cahiers du Sud, l’inestimable revue de Jean Ballard50. Peut-être est-ce un hasard mais ce nouveau titre fait écho, quoique plus agressivement, à La Belle de banlieue née quinze ans plus tôt à la même enseigne : l’érotisme en fait l’attrait car cette « joie », on s’en doute, n’a rien de commun avec celle que Bernanos avait insufflée à son héroïne martyre51. Cependant, comme son ténébreux aîné, Beucler fait se combattre le Bien et le Mal sans merci dans ce récit où le bénitier sent le soufre en des scènes de la vie provinciale52, relevant parfois, il faut l’avouer, du tragi-comique. Le prière d’insérer lève habilement le voile : « La bête de joie ! Tel est le prestigieux surnom dont fut gratifiée par un médecin de campagne ennemi de l’inconnaissable, une vieille demoiselle qui se mourait de timidité parmi les siens53. C’est aussi le récit d’une aberration collective provoquée par la malice et la sottise dans un village où l’on est plus occupé de ses voisins que de soi-même. » Il faut dire que la pieuse paroissienne s’appelle Esther Ladorée54, ce qui situe le drame entre le jansénisme racinien et le vaudeville de la Belle Époque, entre la Bête biblique et la bête de scène, si l’on ose dire. Beucler eut encore une belle inspiration avec ce titre qui n’a guère de concurrent dans la littérature : ne se croisent que La Bête au bois dormant d’Albert Robida (1904), La Bête féroce de Jules Mary (1909) ou Le Règne de la bête d’Adolphe Retté (1924) ; le cinéma est à peine plus fécond : La Bête traquée de René Le Somptier (1922), La Bête errante de Marco de Gastyne (1931), La Bête aux sept manteaux de Jean de Limur (1936), tous trois bien oubliés, au contraire de La Bête humaine de Jean Renoir (1938) qui entraîne de spectateur dans l’univers zolien, assez éloigné du style beuclérien, à moins d’y lire un composite de La Terre (1887) et du Rêve (1888)…

  • 55  Dirigée par Francis Esménard, descendant du fondateur, c’est aujourd’hui une des dernières maisons (...)
  • 56  Jacques Feyder avait donné un titre analogue, mais plus humoristique, à son film, Biscot se trompe (...)
  • 57  Adapté au cinéma sous le même titre par Maurice Cloche en 1941, scénario et dialogue de Roger Vitr (...)
  • 58  Voir l’article d’Alexis Buffet « Luc Durtain (1881-1959) » dans Nuit Blanche (Québec), no 145, hiv (...)
  • 59  Extrait d’un prière d’insérer dactylographié, sans doute par Beucler lui-même ; nous ne disposons (...)
  • 60  Voir notre article « André Beucler et Jean Giraudoux. Une histoire composite de l’entre-deux-guerr (...)

12Point d’autre roman pendant l’Occupation – on sait que l’écrivain se tenait à distance de la Capitale – et il faut attendre 1947 pour que paraisse le titre dans doute le plus insolite de la série : 29 bis, Troisième étage, entré au catalogue d’Albin Michel55, éditeur déjà bien installé sur la place parisienne depuis 1900, ayant à son actif, entre autres, des œuvres de Pierre Benoit, Roland Dorgelès ou Henri Pourrat. Autant qu’on puisse en juger, le terme « étage » est récurrent dans le registre policier – Tragédie au 7e étage de Lucien Farnay (1939), L’homme du 7e étage de Claude Ascain (1943), Le Mort s’est trompé d’étage d’Hélène de Bauclas56 (1946) –, plus rarement au théâtre – Sixième étage d’Alfred Gehri (193757) – mais c’est sans doute dans le récit d’anticipation de Luc Durtain, Quarantième étage (1927), qu’il a eu le plus de retentissement58 ; cependant, le titre le plus proche du nôtre est Le Roman d’une pièce (6e étage) d’Alfred Gehri, paru par coïncidence cette même année 47 chez l’éditeur suisse Pierre Cailler. Ce « 29 bis », le lecteur l’ignore avant d’avoir ouvert le volume, est le numéro d’une chambre d’hôtel, particulièrement propice à une analyse psychologique de ses hôtes successifs d’autant plus que c’est elle-même « qui s’exprime à la première personne, comme une caméra59 » : ne serait-ce pas à un Beucler nouveau romancier que nous avons affaire ? Dix ans plus tard, Alain Robbe-Grillet ou Marguerite Duras, entre stylo et objectif, utiliseront une technique similaire afin de déposséder le sujet au bénéfice des « choses », comme dira Perec. Toutefois, l’auteur de cet audacieux récit reste attaché à la magie urbaine chère à son ami Fargue : « L’hôtel à Paris, n’est pas uniquement et sèchement un lieu terne, sans mémoire, où l’on ne fait que passer, toute sensibilité cessante. Ce n’est pas le prolongement d’un voyage. C’est une patrie d’adoption. C’est la poésie du fil des jours dans la grosse horloge hospitalière. » (p. 102-103) À ce tournant de sa carrière – il a 49 ans –, Beucler cherche du neuf au pays de l’écriture, à la trace du Giraudoux romancier dont il a si fidèlement suivi la voie60.

  • 61  Paroles de Pierre Cornéglia, musique de Georges Picquet (1913).
  • 62  Paroles d’André Chenal, musique de Paul Maurice (1914).

13C’est encore Albin Michel qui lui donne l’opportunité de proposer, en 1954, une nouvelle manière avec Le Carnet de vengeance, écho lointain de ce Carnet de rêves, sorti en 1927 chez Darantiere, aux Éditions du Raisin, à l’époque où Beucler pouvait se sentir proche des Surréalistes, Aragon soulevant de son côté Une vague de rêves (1924) ; mais ici, il s’agit plutôt d’un cauchemar vécu par un jeune adolescent ayant trouvé le carnet intime de son père sitôt après sa mort et dans lequel il lit « un titre unique, vengeances, tracé en petits caractères d’imprimerie » (p. 62) comme chapeau à des notations fort disparates. Ce mot terrible ne peut provoquer, chez le lecteur en abyme de ces pages confidentielles, que des frissons semblables à ceux suscités par le roman Cruelle vengeance de Marie Du Campfranc (1931) ou la pièce du Douanier Rousseau – oui, le peintre – La vengeance de l’orpheline russe, représentée en 1948 au Théâtre de l’Œuvre, à laquelle Beucler, s’il l’a vue, n’a pas pu rester indifférent ; au cinéma, se sont succédé Vengeance diabolique de Charles Maudru (1916), La Vengeance de Georges Durand (1922), Revenge (Vengeance) de l’Américain Edwin Carewe (1928) et Chaude vengeance (1930), dont l’auteur est malheureusement inconnu ; la chanson n’est pas en reste avec, par exemple, « Vengeance d’enfant61 » ou « Vengeance de mère ! », épisode historique62… Bref, notre écrivain a donné dans le sensationnel que son « patron », Gaston Gallimard, avait mis à la mode, en 1928, avec l’hebdomadaire Détective, dirigé par les frères Kessel, Joseph et Georges, où ni Mauriac ni Gide ne dédaignèrent de figurer aux côtés de Mac Orlan, Simenon ou Carco ; le récit s’achève sur un spectaculaire accident d’automobile – comme La Fleur qui chante – sans qu’on sache si le héros, recouvert de « couches de gaze et de coton hydrophile » (p. 266), sortira défiguré, le mauvais sort l’ayant poursuivi des années durant. Au-delà de son « enseigne » tentatrice, il faut souligner qu’il s’agit là d’un des plus beaux romans de Beucler, au plan de la sensibilité comme de la narration.

  • 63  Roger Martin du Gard écrit à Beucler, le 30 septembre 1956 : « Charmante. Votre meilleur livre, ne (...)
  • 64  Un des deux exergues lui est emprunté, l’autre à Edmond About.
  • 65  Petite recension : « Charmante » valse pour piano, E. Bianchi (1905) ; « Ô ma Charmante ! », poési (...)
  • 66  La quatrième de couverture ajoute : « Ténébrus est né de l’imagination d’André Beucler en 1967 ; i (...)
  • 67  Étaient connues pour le moins, au début du siècle, La belle ténébreuse de Jules Mary (Fayard frère (...)

14Deux années après, en 1956 donc, Beucler signe son avant-dernier roman chez Grasset, son cinquième éditeur pour cet aspect de sa production, en renouant avec l’inspiration amoureuse, certainement sa veine préférée63, incarnée par Charmante, héroïne « populaire et fatale, mais d’une grâce ensorcelante qui agit, comme l’indique le titre du livre, sur les destinées de ceux qui l’approchent », selon la quatrième de couverture qui insiste, par ailleurs, sur le rôle central de Paris, non pas celui « de la grande parade touristique et des manifestations publicitaires de toute nature, mais celui, plus intime, plus sage, plus mystérieux aussi, où l’on jouit de tous les accidents de la capitale et d’un quartier, en leur prêtant, comme dit Balzac, un intérêt de plus que celui dont ils abondent déjà. » Paris, Balzac encore64, une fille d’Ève, tous les ingrédients beuclériens sont réunis sous un intitulé séduisant mais, pour le coup, peu original : on ne compte plus les occurrences du vocable dans la littérature de l’époque depuis Ma Charmante de Claire et Line Droze (1938), Charmante ennemie de Jean des Chaises (1946) à la double Charmante Valentine, l’une de Michel Davet (1948), l’autre de Laura Mirandol (1955) ; les airs de musique abondent aussi, de « Charmante » tout court à « Manuela, ma charmante », plus exotique65. Rien de bien original donc, presque un hapax dans notre corpus, le nom servant, entre attribut et allusion, de portrait en silhouette tel qu’on l’appréciait dans le genre galant depuis le XVIIIe siècle ; c’est à croire que l’auteur tenait en réserve une source secrète qu’il révèle en 1968 – nouveau printemps – avec ce mystérieux Ténébrus, promu par Robert Laffont au rang des Fantômas et autres Arsène Lupin puisque, sous ce pseudonyme se dissimule un « petit-fils de communard et poète libertaire qui s’est juré d’ébranler, par des méthodes inédites, l’édifice social66 », mais plus gentleman que criminel. La description en est donnée, sous forme de coupure de presse, aux pages 62-64, le héros s’étant introduit au domicile du ministre de l’Intérieur pour l’obliger, « revolver en main, à lui remettre des documents secrets » et parodie allègrement le genre feuilletonesque fin-de-siècle. Si Beucler avait bien pris le vent de l’ère qu’il vivait à soixante-dix ans, il ne faut toutefois pas oublier que « Ténébrus » lui permettait de renouer avec le vert paradis de sa jeunesse, le surnom de La Belle de banlieue étant « Ténébreuse67 » (p. 10-11), premier titre du texte lors de sa parution en 1924 dans La Revue de Bourgogne et première publication, datée avec certitude, de l’écrivain en herbe. Ainsi se boucla l’orbe romanesque d’un polygraphe dont la verve le disputait à l’inventivité.

Réédition en recueil (Nantes, Le Passeur-Cecofop, 1994).

Réédition en recueil (Nantes, Le Passeur-Cecofop, 1994).

Croquis de l’écrivain (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).

Croquis de l’écrivain (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).
  • 68  Dans la même collection, figuraient, entre autres, des textes de Paul Valéry, Fernand Fleuret, Mar (...)
  • 69  « Ce titre “militaire” m’a d’abord hérissé les cheveux ! Mais la promenade nonchalante du coupe-pa (...)
  • 70  Histoire naturelle, ch. « Des Veuves ».
  • 71  Dans La Bête de joie, Esther Ladorée, s’enfonçant dans la forêt enneigée où elle va mourir, a cett (...)
  • 72  Voir L’Oiseau du mois, Paris, Le Dilettante, 1995 et Bestiaire, Paris, Arléa, 2002 ainsi que notre (...)
  • 73  Blaise Cendrars avait signé dans Aujourd’hui, en 1931, un texte intitulé « Publicité = Poésie » (Œ (...)

15Néanmoins, nous ne pouvons terminer sans évoquer trois recueils de nouvelles qui parurent du vivant de Beucler, Jacquot et l’Oncle de Marseille, en 1926, comprenant « Jacquot » et « Le 8 », dans la collection « Une œuvre, un portrait » chez Gallimard, le portrait étant de Jean Cocteau68 ; À droite par quatre, chez Émile Paul en 193069, qui alignent, évidemment, quatre textes, « Le Professeur de tout », « Le Maire de Mouillecul et son fils aîné », « L’Admiratrice » et « Une Délivrance », le titre le plus singulier étant sans conteste le deuxième – la satire vise encore une fois le milieu provincial –, même si le nom du bourg est attesté sous la forme de « Mouille-Cul » en Gironde… Cependant, c’est dans Trois oiseaux (Grasset, 1957) que se lisent les intitulés les plus remarquables, notamment le premier, « La Veuve en feu », et le dernier, « L’Oiseau nacré », l’intermédiaire, « L’Effraie », paraissant plus banal. « La Veuve en feu » est le surnom d’une ancienne artiste de music-hall « à cause de son corsage qui était rouge par devant, et tout le reste noir, les cheveux, la robe, les bas » mais, ajoute le témoin de cette époque révolue, « il paraît que la veuve en feu c’est un oiseau du cap de Bonne Espérance, qui aurait une plaque rouge sur la poitrine » (p. 76), ce qui prouve que Beucler connaissait son Buffon par cœur : « Tout est noir dans cet oiseau, et d’un beau noir velouté, à l’exception de la seule plaque rouge qu’il a sur la poitrine, et qui paraît comme un charbon ardent. […] Cette veuve se trouve au cap de Bonne Espérance70. » L’auteur était à bonne école d’érudition entre Fargue et Giraudoux, de fantaisie également car « L’Oiseau nacré71 » est de pure invention, le savant fou déclarant aux gendarmes venus le quérir : « […] il a les pattes robustes du geai, la queue du diamant mirabilis, l’œil de l’eurylaime, la huppe du frégilupus, mais mobile, la rapidité du roitelet, la patience de l’hédypnine, la taille de l’orthonyx, l’ouïe de la pie bleue, la finesse du hiérax… » (p. 244) Si Beucler ne publia jamais de vers, force est de lui reconnaître la vertu d’un poète en prose, aussi doué dans le registre animalier, réel ou imaginaire, que furent ses contemporains capitaux, Alexandre Vialatte en tête72. Et on peut toujours rêver que, s’il avait suivi la vocation initiale qui le fit « monter » à Paris, il eût fait une carrière d’excellent affichiste, combinant dessins et slogans afin d’illustrer au mieux la publicité littéraire73.

Liste des nouvelles publiées par André Beucler

?

« Viol à Munich »

Parution non identifiée (Éditions nationales ?)

?

« Berlin la nuit »

Parution non identifiée

1924

« Ténébreuse »
Repris sous le titre La Belle de banlieue
(Kra, 1927)

La Revue de Bourgogne

1924 (15 janvier) (15 juillet)

« Le 8 »
« Jacquot et l’oncle de Marseille »
Repris dans Jacquot et l’oncle de Marseille
(NRF, 1926) et dans Entrée du Désordre
(Phébus, 1995)

La Revue de Bourgogne

1925

« La vie urbaine » « Éloge de la rengaine »

Les Cahiers du mois

1925

« Entrée du désordre » Remanié pour
Trois oiseaux (Grasset, 1957) sous le titre « L’oiseau nacré ». Repris dans Entrée du
Désordre (Phébus, 1995)

Les Cahiers du mois

1925

« Jacquot »
Repris dans Jacquot et l’oncle de Marseille
(NRF, 1926)

Les Cahiers du mois

1925

« Un nouvel amour »
Publié en volume au Sans Pareil (juillet
1927) Repris dans La Fiancée rebelle (Le
Passeur, 1994)

La NRF (1er juillet)

1925

« Visite à une entreprise de féerie »

Commerce, Cahier V

1925

« Le Maire de Mouillecul et son fils aîné »
Repris dans À droite par quatre
(Émile Paul, 1930)

La Revue européenne (1er
décembre)

1926

« L’Admiratrice »
Repris dans À droite par quatre (Émile
Paul, 1930) et dans Entrée du Désordre
(Phébus, 1995)

Les Nouvelles littéraires
(17 et 24 juin)

1926

« Conte de fée »

Les Nouvelles littéraires
(9 octobre)

1926

« La Russe »
Repris dans La Fiancée rebelle (Le Passeur,
1994) sous le titre L’Etrangère

La Revue hebdomadaire
(12 juin)

(c. 1927)

« Derrière le mur »

Parution non identifiée

(c. 1927)

« Les invités »

Parution non identifiée

1927 (juin)

« La délivrance »
Repris sous le titre « Une délivrance » dans
À droite par quatre (Émile Paul, 1930) et dans Entrée du Désordre (Phébus, 1995)

Revue de Paris

1927

« Sept francs cinquante la ligne »
(Prépublication du
Pays neuf)

Les Œuvres libres (mars)

1927

« Paysage de Nickel »

Les Feuilles libres (juin)

1927

« Wilhelmine »
Repris dans le volume collectif D’Ariane à
Zoé
(Librairie de France, 1930)

La Revue de Genève (août)

1928

« Retard des trains »
Repris dans Entrée du Désordre (Phébus,
1995)

Chroniques, coll. « Le
Roseau d’or » (Plon)

1928

« Un rêve »

Les Marges (juillet-septembre)

(c. 1929)

« L’escroc »

Parution non identifiée

1929 (août)

« Anniversaire »

Candide

1930

« La Veuve en feu »
Remanié pour Trois oiseaux (Grasset,
1957)

Candide (?)

1930

« Le mari »

L’Intransigeant

1930 (juin)

« Une rencontre »

Candide

1930 (septembre)

« C’est un rêve »

Nord magazine

1930 ?

« Le professeur de tout »
Repris dans À droite par quatre (Émile
Paul, 1930)

?

1931

« Une confidence »

Les Nouvelles littéraires

1931

« L’exemplaire 233 » (suite aux aventures de Jacquot)

La Revue nouvelle (15 mai)

1931 (juin)

« Cinquante centimes » Repris dans
Composite (Ocia, 1946)

Les Nouvelles littéraires

1932

« Poste restante »

Marianne

1932

« Le silence »

Candide

1932 (juillet)

« Côte d’Azur – Pullman express »

Candide

1935

« Tola ou la Nouvelle Pologne »

Premier recueil de la
Fondation Blumenthal

1935 (mai)

« Troisième voiture »

La Revue de Paris

1935 (décembre)

« Le Trésor »

Candide

1936 (janvier)

« L’amant »

Vendredi

1936 (septembre)

« Fleur d’horreur »
Repris dans La Fiancée rebelle
Le Passeur, 1994)

Candide

1938 (février)

« Vacances avec l’espion »

Vu

1938 (juin)

« Crime en hispano »

L’Intransigeant

1938 ?

« L’affaire Rosita » Remanié en 1939 pour
C’est la vie.
Repris dans Trois oiseaux (Grasset, 1957) sous le titre « L’Effraie »

L’Intransigeant (?)

1946

« La Fiancée rebelle »
Repris dans le volume éponyme (Le Passeur, 1994)

Paru dans le volume collectif Alternance
(Éditions le Gerbier,
1946)

1950 (décembre)

« Paris Bethléem »

Les Nouvelles littéraires

1963 (août)

« Un couple devant un frigidaire »

Le Figaro littéraire

1964 (Noël)

« Qui êtes-vous ? »

Fraternité évangélique

1966 (juillet)

« Cherchez la femme »

Arts

Bibliographie des romans

1925

La Ville anonyme

Gallimard ; rééd. « L’Imaginaire », no 389, 1998

1926

Gueule d’amour

Gallimard ; rééd. « folio », no 3860, 2003

1927

Le Pays neuf

Gallimard

1927

La Belle de banlieue

Simon Kra

1927

L’Amour automatique

Aux Éditions de France, coll. « les maîtres de demain »

1928

Le Mauvais Sort

Gallimard ; rééd. Le Castor Astral, 1995

1939

La Fleur qui chante

Gallimard

1942

La Bête de joie

Éditions du Sagittaire (Marseille)

1947

29 bis, Troisième étage

Albin Michel, coll. « la nef »

1954

Le Carnet de vengeance

Albin Michel

1956

Charmante

Grasset

1968

Ténébrus

Robert Laffont

Notes

1  « Appendices », Œuvres diverses, cité par Le Grand Robert de la langue française, t. 6, 2001, p. 1248. Nous essaierons de lui donner tort.

2  Toutes nos sources documentaires proviennent des catalogues de la BnF, sauf mention contraire.

3  On trouvera, en annexe, la liste des titres parus.

4  Voir Aude Leblond, Sur un monde en ruine. Esthétique du roman-fleuve, Paris, Champion, 2015 et notre article. « Tout raté : petite anthologie des cycles romanesques inauthentiques ou inachevés (1900-1970) », Du Tout. Tout, totalité, totalisation dans la littérature, Bruno Curatolo & Brigitte Denker-Bercoff, Éditions Universitaires de Dijon, « Écritures », 2015, p. 47-63.

5  On trouve trois exceptions, Frédéric Mistral (1904), Henri Bergson (1927) et Saint-John Perse (1960) ; Beckett a été couronné en tant qu’Irlandais (1969) et Gao Xingjian (2000) comme Français mais le prix prenait également en compte son œuvre écrite en mandarin.

6  Nous ne retenons que le syntagme/article-substantif-adjectif/. Voici le détail bibliographique des titres cités : La Ville lumière, roman contemporain/Camille Mauclair (1872-1945)/P. Ollendorff, 1904 ; La Ville charnelle/Filippo Tommaso Marinetti (1876-1944)/E. Sansot, 1908 ; La Ville inconnue/Paul Adam (1862- 1920)/P. Ollendorff, 1911 ; La Ville enchantée, roman/Margaret Oliphant (1828- 1897)/traduit de l’anglais par Henri Bremond/introduction par Maurice Barrès/Émile Paul, 1911 ; La Ville éphémère, roman/Jacques Sindral (1899-1983)/ Grasset, 1922 ; La Ville impériale, roman/Paul Zifferer (1879-1929)/préface et traduction de Marcel Dunan/Plon, 1924 ; La Ville morte/Gaston Choquet (1888- ?)/Éd. de la Collection d’aventures, 1924 ; La Ville rouge/Georges Gaudy (1895-1987)/Nouvelle librairie nationale, 1925 ; La Ville assassinée, roman/ Fernand Mysor (18..-1931)/Baudinière, 1925. On trouve également une chanson, « La ville blanche », poème de H. Darsay, musique de F. de La Tombelle (1912).

7  Et on pense, bien sûr, au célèbre Corbeau (1943) d’Henri-Georges Clouzot dont le producteur, avec René Montis, n’était autre que Raoul Ploquin qui avait été celui de Gueule d’amour, six ans plus tôt.

8  On se rappelle que Wim Wenders en a donné une image angoissante dans son film de 1984, Paris, Texas. Mais l’une des meilleures évocations cinématographiques de cette folie colonisatrice est celle de Paul Thomas Anderson, There will be blood (2007).

9  Voir notre article « Le fantastique politique dans le roman des années vingt. Autour de La Cavalière Elsa », Roman 20-50, dossier « Pierre Mac Orlan », Philippe Blondeau dir., no 47, juin 2009, p. 29-40.

10  Cette image est récurrente chez Aragon – exact contemporain de Beucler, rappelons-le, à une année près –, telle qu’on la trouve dans ses vers : « Le bordel n’est pas fini/Partout naissent les Babylone » (« Cantate à André Masson », Écrits sur l’art moderne, Flammarion, 1981, p. 363) et ainsi résumée par Philippe Forest : « Le “bordel” est à Aragon une métaphore d’un monde où tout se défait et s’accomplit pourtant à la faveur d’une flamboyante apocalypse. Mais il est également une métaphore du roman retournant contre lui-même toutes ses ressources de désordre. » (Aragon, Gallimard, 2015, p. 220).

11  Voir, par exemple, le chapitre « Les Prisonnières » dans L’Apprentissage de la ville de Luc Dietrich (Paris, Denoël, 1942 ; rééd. Cognac, Le Temps qu’il fait, 2016) ou « À Saunis » dans L’Empire des livres de Pierre Bourgeade (Paris, Gallimard, 1989).

12  Voir, par exemple, Matthieu Letourneux, Le roman d’aventures. 1870-1930, Presses Universitaires de Limoges, 2010.

13  Jean-François Brieu a intitulé sa biographie du comédien, Jean Gabin, gueule d’amour, Paris, A. Michel, 2001.

14  Le DVD du film restauré est sorti en 2016.

15  Anne Armandy, Gueule d’amour, Paris, Œuvre dactylographiée, 1925 ; Paris, Librairie Baudinière, 1927. Il paraît que l’auteur aurait voulu faire un procès à Beucler, mais en vain.

16  Il existe un titre comparable d’Étienne de Riche, Le Sergent Belle-gueule, « dramatique roman d’aventures et d’amour », Paris, éditions S. E. T., 1927.

17  Paroles de R. Lermenier, musique de Ch. Pillon.

18  Le premier a été porté à l’écran, sous le titre Bubù, par Mauro Bolognini (1971), le second, intitulé M’sieur la Caille, par André Pergament (1955).

19  Bruxelles, Roland Kluger Music.

20  La Marque jeune, Villetaneuse, Vogue.

21  Gueule d’amour EP, Paris, Polygram.

22  Gueule d’amour, Paris, X-Ray Pop.

23  Version du classique américain des années 1950 « Cry me a river » ; Canoë rose, Paris, Chappell, 1987.

24  Illustrations, Mélanie Grandgirard ; texte, Orianne Lallemand, Casterman, 2007.

25  Dessin, Delphine Priet-Mahéo ; scénario, Aurélien Ducoudray ; postface, Sophie Delaporte, Antony, La Boîte à bulles, 2012.

26  Gueule d’amour : un conte poétique, Sylvie Castéra-Saglier, illustré par l’auteur, Saint-Denis, Édilivre, 2014..

27  Pour aller de chez lui à la ville, le narrateur emprunte un chemin, où il retrouve son ancien camarade de régiment, qui va de Bondeval, berceau de la famille Beucler, à Montbéliard. Il a été retracé, à travers bois, il y a quelques années et baptisé « Sentier André Beucler ».

28  Traduction de Louis Postif, Crès, 1926.

29  « […] je connais un pays neuf où les enchantements naissent à chaque instant. […] Sans être insitué absolument, il l’est géographiquement et c’est un plaisir ardent que de l’imaginer dans la saveur d’une épure. » (p. 201-202).

30  Successivement, « Dans le pays du rêve », sérénade pour violoncelle solo de Gaston Lemaire (1925) ; « Au Pays bleu », fox-trot hésitation, paroles de Maurice Frot, musique d’Édouard Jacovacci ; chant et piano (1926) ; « Au joli pays d’amour », pour orchestre, avec piano conducteur de Francis Popy (1926) ; « Pays sans nom », poésie d’Édouard Schneider, musique de Louis Aubert ; chant et piano (1926).

31  Allégorie du livre qui, telle la flèche tirée par l’animal fabuleux, doit toucher à tout coup son public ; voir François Laurent & Béatrice Mousli, Les Éditions du Sagittaire, 1919-1979, Paris, IMEC, 2003, p. 25-26.

32  André Beucler fit sa connaissance par l’entremise de Léon-Paul Fargue ; il lui rend hommage dans un texte figurant au catalogue de l’exposition Jean-Gabriel Daragnès (1886-1950) : un artiste du livre à Montmartre, Musées de Sens/Éditions du Linteau, 2007, p. 16-17. On y voit également des photographies prises par Serge Beucler, le fils aîné de l’écrivain.

33  Pour être tout à fait précis, il faut quand même citer La Maison de banlieue de Léon Guillot de Saix (1885- 1964), comédie en 2 actes, en vers, d’après la nouvelle de René Bazin (1853-1932), 1923.

34  Il existe aussi La Belle de New York de Paul Gavault (1867-1951), opérette en 2 actes et 4 tableaux, adaptée de l’anglais, Paris, P. -V. Stock, 1904.

35  Successivement : Paul-Louis Garnier (1879-1916), Amanda belle de nuit, roman, Paris, P. Ollendorf, 1911 ; Jean Variot (1881-1962), La Belle de Haguenau, comédie légendaire en 4 tableaux, Paris, Stock, 1922 ; Georges Villard (18..-1927), La Belle de mai, monologue, Paris, A. Lesot, 1924 ; Joseph Kessel (1898-1979), Belle de jour, Gallimard, 1928. L’adaptation de ce dernier par Luis Buñuel, avec Catherine Deneuve, est sortie sur les écrans en 1967.

36  Non seulement Carbuccia (1891-1975) fut le fondateur de l’hebdomadaire Gringoire, nationaliste et xénophobe, mais le siège de ses éditions était avenue Rapp (7e) alors que celles du Juif Simon Kra, obligé de se cacher sous l’Occupation, se situaient rue Blanche (9e) ; de plus, le premier tenait, entre les deux guerres, un brillant salon, avenue Foch, fréquenté par de célèbres écrivains.

37  Charles Poyer, Contribution à la pathologie du sommeil. Le sommeil automatique, Paris, 1914 ; Gabriel Delanne, Recherches sur la médiumnité, études de travaux des savants, l’écriture automatique des hystériques, l’écriture mécanique des médiums, preuves absolues de nos communications avec le monde des esprits, Éditions de la B.P. S., 1923 ; Charles Richet, « La Danse automatique », Revue métapsychique, Janvier-Février 1925.

38  « La Cocotte automatique ! », chansonnette, paroles de Disle et Joullot, musique d’Émile Spencer, 1900 ; « Marcheuse automatique ! », chansonnette, paroles de Gaston Hennequin, musique d’Emmanuel Zamor fils, 1904.

39  « L’amour automatique », musique, paroles et interprétation de José Salcy, 1970 ; « L’amour automatique » dans l’album Jésus dit bonne route aux grands de Den-Isa, 2010…

40  Voir notre article « André Beucler, de Gontcharov à Dostoïevski », Tangence (Université du Québec), « Dostoïevski et le roman russe dans l’entre-deux-guerres », dossier préparé par François Ouellet, hiver 2008, no 86, p. 20-43.

41  Légendes et vieilles coutumes par M. Let la méon de Vesly, Rouen, 1892-1912 ; on peut y ajouter l’incipit de « La cloche du bonheur » [ « Le mauvais sort s’est mis sur votre route »], chanté par Maguy Delhéry, paroles de Louis Lemarchand ; musique de A. Mauprey, Paris, Éd. du Music-hall, 1925.

42  La Malora (1954), trad. de l’italien par Monique Baccelli, Paris, Denoël, 1988, rééd. Paris, Cambourakis, 2013.

43  Premier titre de la série Fulù ; trad. Anne-Marie Meunier, Grenoble, Glénat, 1989.

44  L’une figurant dans Noël en famille [différents artistes] de Stylly Dean, Creative Touch, 2012, l’autre dans Des mots sur des notes de Philippe Cauvin, 2015.

45  Pierre Bost, Porte-Malheur, Paris, Gallimard, 1932 ; rééd. Paris, Le Dilettante, 2009, avec une préface de François Ouellet.

46  Les retrouvailles se feront dans les années quatre-vingt avec les deux volumes de mémoires.

47  Voir, dans ce volume, l’article de François Ouellet.

48  Natif de Besançon, rappelons-le ; une rue porte son nom, près du lycée où Beucler a fait ses études secondaires.

49  « Contente-toi donc d’une liaison banale […] À moins, bien entendu, que par un de ces bonheurs qui n’arrivent qu’aux poètes, tu n’aies découvert la fleur qui chante ! » (p. 120).

50  Voir F. Laurent & B. Mousli, op. cit., p. 297 et sq ; voir également Alain Paire, Chronique des Cahiers du Sud, Paris, IMEC, 1993, p. 270-272.

51  Georges Bernanos, La Joie, Paris, Plon, 1929.

52  Si nous avons placé en exergue une citation de Balzac, c’est que Beucler lui rend hommage à plusieurs reprises, ainsi dans 29 bis, Troisième étage : « Lisez Balzac, par exemple ; c’est excellent contre le cafard ; tout y est ! » (p. 114).

53  « Une bête de joie, disait-il, une bête de joie, voilà ce que c’est ! » (p. 77).

54  Précisons que ce patronyme est très proche de Ladurée, le célèbre pâtissier dont la boutique fut décorée par l’affichiste Jules Chéret au début du Second Empire ; ce fut l’un des premiers salons de thé parisiens, autrement dit, un lieu propice à la tentation : la gourmandise fait partie des péchés capitaux, ne l’oublions pas.

55  Dirigée par Francis Esménard, descendant du fondateur, c’est aujourd’hui une des dernières maisons d’édition familiales avec Gallimard.

56  Jacques Feyder avait donné un titre analogue, mais plus humoristique, à son film, Biscot se trompe d’étage (1916).

57  Adapté au cinéma sous le même titre par Maurice Cloche en 1941, scénario et dialogue de Roger Vitrac, avec Pierre Brasseur dans le rôle principal.

58  Voir l’article d’Alexis Buffet « Luc Durtain (1881-1959) » dans Nuit Blanche (Québec), no 145, hiver 2017, p. 42-45.

59  Extrait d’un prière d’insérer dactylographié, sans doute par Beucler lui-même ; nous ne disposons pas de l’original imprimé.

60  Voir notre article « André Beucler et Jean Giraudoux. Une histoire composite de l’entre-deux-guerres littéraire », Les Écrivains auteurs de l’histoire littéraire, B. Curatolo dir., Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 91- 107.

61  Paroles de Pierre Cornéglia, musique de Georges Picquet (1913).

62  Paroles d’André Chenal, musique de Paul Maurice (1914).

63  Roger Martin du Gard écrit à Beucler, le 30 septembre 1956 : « Charmante. Votre meilleur livre, ne croyez-vous pas ? Livre sans précédent, d’une séduction si neuve, si personnelle, d’une inspiration si originale, qu’il ne s’apparente, me semble-t-il à rien de connu. Je reste envoûté, obsédé par l’hallucinante évocation de Pauline… » (Archives André Beucler).

64  Un des deux exergues lui est emprunté, l’autre à Edmond About.

65  Petite recension : « Charmante » valse pour piano, E. Bianchi (1905) ; « Ô ma Charmante ! », poésie de Victor Hugo, musique de C. Guglielmi (1914) ; « Charmante », valse lente, pour violon, violoncelle, contrebasse, avec piano conducteur de Rose Lanzone (1927) ; « Charmante », valse, pour orchestre de Buridant (1927) ; « Charmante soirée », de l’opérette filmée Tante Aurélie, paroles de H. Diamant-Berger, musique de Jean Lenoir, chant et piano (1931) ; « Manuela, ma charmante », pour piano de Germaine Raynal (1935) ; « Charmante », scottish pour piano de Joseph Rico (1942) ; « Charmante », valse, orchestre avec piano conducteur, musique de Armand Rondot (1950).

66  La quatrième de couverture ajoute : « Ténébrus est né de l’imagination d’André Beucler en 1967 ; il apparaît sur la scène littéraire en 1968, l’année de la grande contestation : le vraisemblable, aujourd’hui, peut quelquefois être vrai. »

67  Étaient connues pour le moins, au début du siècle, La belle ténébreuse de Jules Mary (Fayard frères, 1901) et deux valses intitulées « Ténébreuse ! », l’une de L. Blache (1907), l’autre de G. Traversini (1909).

68  Dans la même collection, figuraient, entre autres, des textes de Paul Valéry, Fernand Fleuret, Marcel Jouhandeau, Francis Ponge…

69  « Ce titre “militaire” m’a d’abord hérissé les cheveux ! Mais la promenade nonchalante du coupe-papier à travers les pages m’a vite rassuré et rendu impatient de savoir où cette fois votre imprévisible et déconcertante fantaisie nous emmène ? » (Lettre de R. Martin du Gard à Beucler datée du 23 mai 1930).

70  Histoire naturelle, ch. « Des Veuves ».

71  Dans La Bête de joie, Esther Ladorée, s’enfonçant dans la forêt enneigée où elle va mourir, a cette vision : « Dieu ! C’était là enfin le printemps séraphique, gazouillant d’oiseaux nacrés, de papillons d’ivoire, qu’elle avait autrefois pressentis dans ses prières. » (p. 161-162).

72  Voir L’Oiseau du mois, Paris, Le Dilettante, 1995 et Bestiaire, Paris, Arléa, 2002 ainsi que notre article « La voix de l’espèce : Roland Cailleux, Paul Claudel, Francis Ponge, Alexandre Vialatte » dans Alain Romestaing & Alain Schaffner (éds), Histoires naturelles des animaux, XXe-XXIe siècles, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016, p. 115-129.

73  Blaise Cendrars avait signé dans Aujourd’hui, en 1931, un texte intitulé « Publicité = Poésie » (Œuvres complètes, Paris, Denoël, 2001-2006, vol. 11, p. 115). Nous remercions Christine Le Quellec Cottier d’avoir porté à notre connaissance cette référence.

Table des illustrations

Titre Couverture originale (Paris, Éditions du Sagittaire, 1927).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Croquis du romancier (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Couverture originale (1927).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Réédition en recueil (Nantes, Le Passeur-Cecofop, 1994).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Croquis de l’écrivain (carte postale éditée par l’Association A. Beucler en 2004).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39685/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Auteur

Université de Bourgogne – Franche-Comté
Professeur émérite de littérature française à l’Université de Bourgogne – Franche-Comté, a publié de nombreux articles et une vingtaine d’essais ou recueils sur les diverses formes narratives au vingtième siècle, l’histoire des revues, le dialogue entre philosophie et littérature. Il est également l’éditeur scientifique de correspondances d’écrivains contemporains. Parmi ses ouvrages récents : Dictionnaire des revues littéraires au vingtième siècle. Domaine français (Paris, Champion, 2014), Du Tout. Tout, totalité, totalisation dans la littérature. Mélanges offerts au Professeur Jacques Poirier, avec Brigitte Denker-Bercoff (Éditions Universitaires de Dijon, 2015), Marcel Arland, lecteur, éditeur, écrivain, avec Yvon Houssais (Éditions Universitaires de Dijon, 2015).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search