Version classiqueVersion mobile

Le défini et l’inépuisable

 | 
Claude-Pierre Perez

Troisième partie. À l’écoute d’Anima

À l’écoute d’Anima

Texte intégral

  • 317 Voir J., I, p. 999. La métaphore du marteau-pilon, qui est célèbre, figure dans le Journal d'A. Gi (...)

1Ce que l'on appelle un grand écrivain est un écrivain qui a une légende. Quelques métaphores ont beaucoup contribué à celle de Claudel : "marteau-pilon", "rouleau convertisseur", ou encore "gorille catholique", selon le mot d'un journaliste italien que le gorille en question cite dans son journal, au printemps 1932, non, peut-être, sans une sorte de secrète satisfaction317.

2Car il ne fait guère de doute que Claudel (goût de la provocation ? souci de se protéger contre des curiosités plus avisées et plus gênantes ?) n'a pas seulement subi cette légende ; il n'a rien fait pour la discréditer ; il s'est plu à la nourrir :

Une armure quand on en a pris l’habitude devient aussi confortable qu'une robe de chambre (J., I, p. 880).

3note-t-il en 1929. Il reste que, sous l'armure, existe un corps souple et sensible, et qu'on ne peut fréquenter bien longtemps Claudel sans que saute aux yeux la fausseté des formules - au demeurant parfois réjouissantes - que nous citions un peu plus haut : imagine-t-on un gorille - et même un gorille catholique - écrivant les poèmes impondérables des Cent Phrases, pour ne rien dire de Connaissance de l'Est ? Sans même mentionner les œuvres, la simple lecture du Journal nous confronte sans cesse à des propositions qui sont autant de démentis opposés à cette thématique de la massivité et de l'écrasement. Voyez ces consignes, par exemple :

Congédier le poids (J., I, p. 485).
Il faut parler haut pour qu’on vous entende, il faut parler bas pour qu'on vous écoute (J., II, p. 462).

4Voyez l'éloge de la Hollande qu'il faut écouter, dit-il, "à cause des sous-entendus" (J., II, p. 74), ou bien ces réserves à l'endroit de Péguy parce que "non seulement il écrit tout haut, mais il écrit à tue-tête" (J., II, p. 436). Or, s'il y a des écrivains qui ne savent pas écrire à voix basse, peut-être y a-t-il aussi des lecteurs qui ont l'oreille un peu dure, et qui, abusés par une certaine brutalité foncière de Claudel, n'ont pas su se rendre attentifs à ces sous-entendus, ni écouter, sous le tonnerre qu'il aime à faire retentir, le murmure de l’allusion : Claudel a construit, consciemment et explicitement, toute une esthétique autour de ce mot ; nous voudrions montrer, dans les chapitres qui suivent, non seulement que ce livre où se déploie, mieux que dans aucun autre, ce que nous avons appelé une poétique des solides, est comme peu d'autres sensible à la sollicitation du vide ; que ces poèmes qui sont un chant d'amour et de désir à la Création et au "monde entier des choses", n'en poursuivent pas moins, simultanément, leur "liquidation" ; et que cette entreprise définie par son titre même comme une entreprise de connaissance s'accommode paradoxalement d'un éloge de la "délectable ignorance".

Notes

317 Voir J., I, p. 999. La métaphore du marteau-pilon, qui est célèbre, figure dans le Journal d'A. Gide à la date du 1er décembre 1905 (p. 185 de l'édition de la Pléiade) ; Gide venait de rencontrer Claudel chez Arthur Fontaine.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search