Version classiqueVersion mobile

Votre Faust, la création en partage

 | 
Marion Coste

Première partie : Essai

Résumé scène par scène

Texte intégral

1 afin de faciliter la compréhension de ce qui suit, voici une présentation de la scénographie et un résumé du livret scène par scène. Comme voulu par Henri pousseur et michel Butor, les musiciens sont sur scène et répartis en quatre estrades, disposées en arc-de-cercle face au public. Ces estrades ont des roulettes. L’espace qui reste, devant les musiciens, est l’espace de jeu des comédiens. s’y trouve aussi Laurent Cuniot, sur une petite estrade à roulettes. Le décor est composé de la chambre d’Henri pour les scènes qui s’y déroulent, l’appartement de maggy pour les scènes qui se passent dans la rue, un bar, une fontaine de cidre, des tables et des chaises pour les scènes du cabaret, la fontaine pour les scènes de foire. Durant les deux premiers actes, il y a un chanteur par estrade. pour le troisième acte, les estrades sont déplacées : celles qui étaient côté cour se retrouvent côté jardin, et vice-versa. Les chanteurs se rassemblent et se positionnent juste devant les estrades de musiciens. aliénor Dauchez et michael E. Kleine n’ont pas réalisé les panneaux iconographiques voulus par michel Butor et Henri pousseur, qui devaient représenter des gravures de Delacroix. Ils trouvaient la scénographie suffisamment dense ainsi, sans rajouter encore un niveau de références.

2J’ai construit le livret utilisé pour la mise en scène d’aliénor Dauchez à partir des versions de 1977 dans les œuvres complètes, et de 1981, dans la partition d’universal Edition. Dès sa mise en scène en allemand, aliénor Dauchez a renoncé à la variabilité de l’acte II, dans laquelle Henri pousseur et michel Butor avaient prévu que le public puisse intervenir, mais a conservé celle, beaucoup plus importante, de l’acte III. La mise en scène d’aliénor Dauchez est la première qui parvient à faire intervenir le public. Durant un entretien en juin 2015, après la mise en scène allemande, aliénor Dauchez est revenue sur la spécificité de sa mise en scène par rapport aux précédentes :

  • 1 aliénor Dauchez, entretien de juin 2015.

On peut s’enorgueillir, si l’on peut dire, d’être les premiers à avoir vraiment fait participer le public, surtout dans le troisième acte. par le passé, Votre Faust a été mis en scène à milan, puis à Gelsenkirchen et à Bonn. michel Butor nous a raconté celle de Gelsenkirchen : d’après ses souvenirs, c’était le type de mise en scène où on met tout le monde en fauteuil roulant dans un hôpital psychiatrique, ce sont ses mots. Il nous a aussi dit que la production avait répété toutes les versions afin de pouvoir basculer de l’une à l’autre selon les interventions du public. malheureusement, ce dernier n’a pas compris comment intervenir, il est donc resté passif. À Bonn, la metteuse en scène avait décidé par manque de temps de ne préparer qu’une seule version, ce qui, selon ce que m’ont raconté les musiciens de la musikfabrik, n’aurait pas plu à Henri pousseur1.

3Les propos d’aliénor Dauchez suggèrent que la qualité d’une mise en scène de Votre Faust se mesure à sa capacité à impliquer le public dans le jeu. Je verrai qu’en effet, sa mise en scène met la participation du public au cœur de la dynamique scénique.

acte I

4Prologue dans le ciel : uniquement musical.

5Prologue sur le théâtre : Henri (Pierre-Benoist Varoclier) fait une conférence sur la musique nouvelle, se plaint de ne pas avoir le temps de composer de la musique parce qu’il doit faire des conférences pour gagner sa vie. Le directeur (Vincent Schmitt) lui propose alors de le financer pour faire un opéra, à une condition : « Il faut que cela soit un Faust. » Henri hésite.

6La conférence a posé des difficultés de mise en scène, car, si elle est intéressante d’un point de vue théorique (on verra qu’elle est l’occasion de démontrer la continuité qu’il y a entre le langage et la musique pure), elle n’apporte rien sur le plan de l’intrigue. aliénor Dauchez a constaté une sorte de lenteur au début de ce premier acte et a fait le choix, après plusieurs représentations, de faire défiler les musiciens devant pierreBenoist Varoclier en train de faire sa conférence, pour, entre autres raisons, animer la scène.

7Scène 1 : Henri est dans sa chambre, il joue du piano. Son ami Richard (Antoine Sarrazin) vient lui rendre visite. Après qu’il est parti, Henri se remet au piano et montre comment, par des modifications musicales récurrentes, on peut passer d’un style musical médiéval à une série de Webern. Le directeur arrive alors : il poursuit le travail d’Henri. Toute cette scène fait entendre la série de la deuxième cantate de Webern. La longue tirade d’Henri, censée expliquer sa méthode de composition, est tout à fait hermétique, y compris pour un public mélomane. Aliénor Dauchez a utilisé cette difficulté pour montrer qu’Henri est un personnage d’intellectuel coupé de la réalité.

8michel Butor et Henri pousseur créent donc un Faust qui est un personnage du verbe (il fait des conférences), au point de ne plus pouvoir agir (il joue toujours la même chose, ne connaît pas ses voisins). Il semblerait donc qu’avec le pacte, Faust quitte le monde des livres pour se lancer dans l’action, ce qui constitue, de prime abord, une forme de damnation. pourtant, pour Camille Demoulié, le pacte goethéen est ainsi un outil du salut, une ruse du seigneur :

  • 2 Camille Demoulié, « Faust chez les mères ou le désir fou, Goethe, Lenau, nerval, artaud, Freud », d (...)

ayant renoncé au Verbe pour l’action, Faust s’est engagé dans la voie de la perdition, mais grâce au pacte diabolique, son errance est réinscrite dans le procès dialectique du bien et du mal qui fait que le négatif est contraint de réintégrer le positif, et de rendre justice à Dieu.2

9Vivre dans le monde, sortir de son étude, permet à Faust d’intégrer le « procès dialectique du bien et du mal ». méphistophélès est alors la dupe de Dieu. Il déclare, dans le premier Faust de Goethe, être « une partie de cette force/Qui toujours veut le mal et toujours crée le bien » (I, v. 133536). Dans Votre Faust, le directeur est à la fois celui qui pervertit la pureté intellectuelle et musicale d’Henri (le directeur, de façon tout à fait symbolique, déteste la musique de Webern et se met en colère lorsqu’elle est citée) et celui qui permet à Henri d’entrer dans la composition, de ne pas stagner en jouant sans cesse la même chose.

10Ces deux prologues et cette première scène permettent de poser le cadre théorique musical de composition : elles citent abondamment Webern, ce qui situe pousseur dans la continuité de ce musicien, offrent une explication théorique de la façon dont pousseur crée une musique capable d’intégrer des citations de toutes époques, et proposent un dégradé de la parole à la musique et au bruit.

11Scène 2 : Le directeur amène Henri à la foire du port. Ils croisent Maggy (Laetitia Spigarelli), serveuse au cabaret de l’église, qui est au bras de Dick (Antoine Sarrazin), un voyou, et la cantatrice (Éléonore Briganti), qui est payée par le directeur pour travailler avec Henri. Henri et Maggy se promènent tous les deux dans la foire, où est annoncé un spectacle sur le thème de Faust. Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Le directeur propose à Henri de travailler avec la cantatrice.

12Durant cette scène, tous les comédiens sont présents. Cela a été pour aliénor Dauchez l’occasion de créer une sorte de chorégraphie : elle a organisé de façon harmonieuse les déplacements des comédiens parmi les musiciens.

  • 3 Cf. andré Dabezie, article « Faust » dans Dictionnaire des mythes littéraires, op. cit., p. 589 : « (...)

13Le choix de faire se dérouler cette scène dans la foire permet à la fois de faire le lien avec la tradition faustienne, puisqu’on sait que de nombreux Faust ont été joués dans des théâtres de foire3, et de lutter contre l’élitisme culturel, la foire incarnant une forme d’art populaire à laquelle Henri pousseur était très attaché. aliénor Dauchez a fait le choix de généraliser l’espace de la foire à l’ensemble du spectacle, notamment en faisant passer des guirlandes lumineuses au-dessus de la scène et de la salle, et en transformant les estrades des musiciens en baraque de foire.

14Scène 3 : Le directeur et Maggy marchent ensemble dans la rue de Maggy. Le directeur essaie de convaincre Maggy de s’éloigner d’Henri, afin de ne pas perturber celui-ci dans la composition de son opéra. Il tente de soudoyer la jeune fille, qui refuse. Il la menace alors de dévoiler son passé trouble avec Dick, qu’elle semble avoir caché chez elle. Il fait arrêter Maggy par un policier (Antoine Sarrazin) devant Henri.

15pour traduire la violence du directeur, aliénor Dauchez a demandé à Vincent schmitt de faire tourner, avec l’aide de deux techniciens de plateau, la chambre de maggy, petite cabine montée sur roulette. Dans cette scène, l’objet du pacte avec le directeur méphistophélique se complique : si le directeur apparaît comme un personnage mauvais, malhonnête et dangereux, il n’en reste pas moins qu’il semble attacher une grande importance à l’accomplissement artistique d’Henri. Il commence à insinuer qu’avec maggy, il ne parviendra jamais à écrire un opéra. L’opposition binaire entre la bonne maggy et le mauvais directeur est mise à mal.

16Scène 4 : La cantatrice entraîne Henri au cabaret de l’église, afin qu’il rencontre Greta (Laetitia Spigarelli) : c’est la sœur de Maggy et elle est aussi serveuse. Richard vient prévenir Henri que Maggy est très malade et qu’elle souhaite le voir. Henri est séduit par Greta.

17Cette scène a été l’occasion pour la metteuse en scène de donner de la profondeur au personnage de la cantatrice : Éléonore Briganti est seule sur scène assez longtemps avant l’arrivée d’Henri et mime une forme de nostalgie rêveuse qui laisse au spectateur l’occasion d’imaginer son passé.

18Finale : le directeur propose aux spectateurs de voter. Ils doivent choisir si Henri ira à la foire du port avec Maggy, ce qui risquerait d’entraver sa carrière, ou avec Greta, dont l’amour semble moins innocent.

19La division du personnage de marguerite en deux interroge. Il s’agit peut-être pour michel Butor et Henri pousseur de souligner la dimension paneuropéenne du mythe : « maggy » reprend « marguerite », et évoque alors la traduction de nerval ou le Faust de Gounod (connu en allemagne sous le nom de « marguerite ») ; « Greta » rappelle la « Gretchen » allemande, celle de Goethe ou de schubert. La prolifération d’œuvres sur le mythe de Faust dans toute l’Europe a beaucoup intéressé Henri pousseur et michel Butor, parce qu’elle permettait de penser une culture commune et de transcender les frontières. En 1960, au moment du début de la composition, le choix du mythe de Faust prend aussi des allures de réconciliation culturelle, après les séquelles de la seconde Guerre mondiale : Faust a été conçu comme l’incarnation de l’esprit allemand. L’opéra de Ludwig spohr, dont le livret a été conçu par Karl Bernard, agglomère ainsi plusieurs récits et plusieurs influences musicales germaniques, afin de « s’inscrire dans la culture spécifiquement allemande » :

  • 4 Élisabeth Brisson, Faust, Biographie d’un mythe, op. cit., p. 203-204.

soucieux de composer un opéra allemand, Bernard et spohr cherchèrent les motifs et les figures les plus aptes à valoriser leur projet : ainsi, pour s’inscrire dans la culture spécifiquement allemande, ils choisirent la figure de Faust, alors très populaire en Allemagne. Ils privilégièrent non pas le texte de Goethe paru en 1808 mais la version de Klinger (1791) qui faisait de Faust l’inventeur génial de l’imprimerie. Ils installèrent ensuite cette figure, de facto audacieuse si ce n’est révolutionnaire, au centre d’une constellation de personnages et d’intrigues faisant référence à des œuvres allemandes contemporaines4.

  • 5 Cette volonté de réconciliation culturelle est prégnante dans Votre Faust, grâce au mélange des lan (...)

20Faust, devenu l’incarnation de la culture allemande, est alors fortement discrédité après la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le Docteur Faustus de Thomas Mann. La division de Marguerite/Gretchen en deux permettrait alors de faire de ce personnage une sorte de passerelle entre la culture française et la culture allemande5.

  • 6 Anne Ubersfeld, « La revanche de Gretchen : Mon Faust de Paul Valéry », dans Jean-Yves Masson (dir. (...)

21Le personnage de Greta, très différent de la Marguerite goethéenne, élargit les significations du mythe. Il peut faire penser aux autres personnages féminins de divers Faust. Elle rappelle parfois Hélène, incarnation de la beauté classique et quête de Faust dans le second Faust de Goethe : elle est comme elle énigmatique, et fascine par sa beauté, contrairement à Maggy. Aliénor Dauchez a essayé de donner corps à ce rapprochement, faisant de Greta une « femme fatale », comme Hélène qui déclenche la guerre de Troie, symbole de la beauté idéale, de la discorde et de la tentation. Greta pourrait aussi évoquer Lust, le personnage féminin de Mon Faust de Paul Valéry, auquel le titre de Votre Faust fait évidemment écho. Lust, d’après Anne Ubersfeld, incarne la possibilité d’une rencontre avec l’Autre dans l’Amour, condition essentielle de la création et seul moyen de ne pas sombrer dans le Rien : « Contre le Rien obsédant qui fait la matière même du Solitaire, contre la tentation du néant, l’amour est promesse de création6. » Lust est aussi celle qui assume son désir, et déclare son amour à Faust, contrairement à Gretchen. De même Greta est une séductrice, qui assume ses liens avec le directeur, tout en se ménageant, surtout dans le troisième acte, une grande indépendance. Elle est présentée, au moment du vote, comme celle qui permettra à Henri de réaliser son œuvre : ces traits la rapprochent de Lust.

22En tout état de cause, la division du personnage féminin en deux sœurs complexifie le personnage de marguerite, qui n’est plus l’incarnation du Bien : maggy et Greta ne sont pas l’ennemie absolue du diable qu’était la marguerite goethéenne.

23Entracte, durant lequel le public vote.

24Si le public vote pour Maggy, on fera les scènes 1a et 2a. S’il vote pour Greta, on fera les scènes 1b et 2b.

25Ce vote est supervisé par le directeur : c’est lui qui fait le lien entre la communauté humaine, incarnée par les spectateurs, et Henri. On peut voir ici aussi un écho avec la signification du pacte chez Goethe. pour Camille Dumoulié, le pacte inscrit Faust dans la communauté humaine. Le critique insiste sur le fait que dans le Second Faust, Faust se met au service de la communauté, alors qu’avant le pacte il vivait reclus :

  • 7 Ibid., p. 95.

Il a donc fallu que Faust contracte un pacte avec le Diable pour découvrir la valeur du pacte entre les hommes dans l’effort et le travail, et souhaiter mettre, désormais, son action personnelle au service de la « communauté » des hommes7.

26Le critique cite l’un des vers de la fin du Second Faust, qui résonne avec l’idéal démocratique qu’Henri pousseur et michel Butor ont voulu mettre en œuvre dans Votre Faust : le personnage de Goethe dit souhaiter « me tenir sur une terre libre parmi un peuple libre » (II, 11580).

acte ii

27Scène 1a : Maggy est très malade. Elle est avec la cantatrice et le médecin (Antoine Sarrazin). Quand elle apprend qu’Henri arrive, elle se remet.

28Scène 1b : Maggy est très malade. Elle est avec la cantatrice et le médecin. Quand elle apprend qu’Henri ne viendra pas, elle va de plus en plus mal. Il est suggéré qu’elle meurt, mais ce n’est pas dit explicitement.

29Les trois comédiens jouent la scène 1a ou 1b depuis l’espace des musiciens, c’est-à-dire au fond de la scène. Leurs paroles émanent vraiment de la musique, ce qui permet aux spectateurs de mieux accepter le côté très répétitif des dialogues, puisque ces répétitions incessantes sont l’une des conventions des dialogues d’opéra.

30Scène 2a : Henri et Maggy vont à la foire. Ils rencontrent le directeur, qui demande à Maggy d’écrire le livret de l’opéra commandé à Henri. Henri et Maggy assistent à un spectacle de marionnettes qui raconte l’histoire de Faust. Ils prennent conscience du danger représenté par le directeur et décident de fuir. On entend l’Orphée et Eurydice de Gluck sur bandemagnétique.

31Scène 2b. À la foire du port, le directeur dit à Greta d’aller voir le spectacle de marionnettes avec Henri puis de partir en voyage avec lui. Henri et Greta vont ensuite au spectacle de marionnettes, réalisent le danger que représente le directeur et décident de fuir. On ne sait pas à quel point Greta obéit au directeur en partant en voyage, et à quel point elle le craint et le fuit. On entend Don Giovanni de Mozart sur bande magnétique.

  • 8 Dans le Faust de Goethe, Faust rencontre le peuple durant la promenade de pâques. C’est l’occasion (...)

32Le rôle des marionnettistes est difficile à définir : sont-ils les sbires du directeur ? Ou incarnent-ils une forme de théâtre populaire qui suggère, grâce au sous-texte goethéen8, une possible salvation ?

33Ces scènes de foire concentrent une grande partie des citations musicales. Elles sont, d’après Henri pousseur, le centre névralgique de Votre Faust. sur le plan de l’intrigue, elles permettent la prise de conscience par le jeu du théâtre dans le théâtre, et les résonances cultuelles sont ici multiples, de Hamlet de shakespeare à Wozzeck de Berg. La décision de fuir appartient à maggy ou à Greta : Henri, lui, est passif, soumis aux décisions de sa compagne comme il le sera à celles du public. C’est un personnage d’une l’extrême disponibilité, qui se laisse porter par les aléas de l’intrigue.

acte iii

34Chaque scène existe en plusieurs versions, et c’est en fonction des choix des spectateurs que l’une ou l’autre sera jouée.

35Voici le schéma élaboré par Aliénor Dauchez à partir de celui qu’avaient conçu Michel Butor et Henri Pousseur, pour expliquer l’ensemble de l’opéra. On voit que l’acte III se construit en arborescence :

36L’opéra a cinq fins différentes, de la plus moralement positive (J1) à la plus condamnable (J5). si le public a voté pour maggy, au début de l’acte II, on ira d’une scène vers la suivante en montant : on passera de F à G1, à H1, etc. s’il a voté pour Greta, on ira d’une scène vers la suivante en descendant : de F à G2, à H3, à I4 et à J5. mais les spectateurs peuvent intervenir au milieu de chaque scène pour renverser le mouvement général le temps d’un changement de scène. si, par exemple, ils interviennent alors qu’on est en train de faire G1 et qu’on avait voté pour maggy, on passera au milieu de G2, puis on reprendra la tendance ascendante, donc on ira en H2. si on est en I3, et qu’on avait voté pour Greta, qu’on intervient, on passe en I2, puis en J3.

37aliénor Dauchez a fait le choix d’ajouter une possibilité de vote à la fin des scènes I. On peut donc voter au milieu de la scène I et à la fin. Cela permet potentiellement de renverser complètement la tendance du vote : si le public intervient quatre fois, il fera jouer la fin J5 même en ayant voté pour maggy. Les cartes peuvent être totalement rebattues dans ce troisième acte.

38Prologue : le directeur explique les règles d’intervention. Son texte est difficile à comprendre, donc Aliénor Dauchez a fait le choix d’ajouter à ces explications celles du maître du jeu (Thomas Pondevie, par ailleurs assistant à la mise en scène), personnage extérieur à l’intrigue qui aide le public à faire fonctionner le troisième acte.

F : Henri et Maggy/Greta fuient en bateau. Ils rencontrent la cantatrice, qui leur dit que le directeur est présent aussi.
G1 : Henri et Maggy/Greta sont dans le train. Ils se disputent très légèrement à propos de la cantatrice. Maggy/Greta accuse Henri de faire de l’espionnage pour le compte du directeur, qui arrive peu après.
G2 : Henri et Maggy/Greta sont en avion. Ils se disputent un peu plus fortement au sujet de la cantatrice et du directeur.
H1 : Henri est en bateau. Le directeur le rejoint et lui demande où est Maggy/Greta. Henri répond qu’elle est partie rejoindre sa mère malade en avion. Le directeur suggère que les amoureux se sont brouillés, Henri nie. La cantatrice annonce qu’il y a eu un accident d’avion, ce qui doit faire craindre la mort de Maggy/Greta.
H2 : Henri est dans sa chambre. Il est sans nouvelle de Maggy/Greta. Le directeur suggère qu’elle est partie avec un autre et propose à Henri de déménager dans un appartement plus luxueux.
H3 : Henri et le directeur sont en avion, Henri avoue s’être disputé avec Maggy/Greta.
I1 : la cantatrice rejoint Henri dans le train pour lui annoncer que Maggy n’est pas morte et qu’elle désire le revoir, à une condition qu’il doit deviner.
I2 : la cantatrice rejoint Henri dans le train, le directeur arrive avant qu’elle ait pu lui annoncer que Maggy voulait le revoir. Elle le lui annonce, mais très rapidement, et sans pouvoir s’expliquer à cause du directeur.
I3 : Le directeur est avec Dick, le voyou qui était amoureux de Maggy, et ils fomentent un complot pour faire croire à Henri que Maggy est revenue vers Dick. Henri y croit.
I4 : Sur le bateau, le directeur et la cantatrice proposent à Henri, qui est désespéré parce qu’il n’a pas de nouvelles de Maggy, de le débarrasser de la jeune femme.
J1 : Henri et Maggy sont dans la chambre de Maggy, ils décident d’écrire un opéra, à une condition : « il faut que cela ne soit pas un Faust. » Ils sont heureux.
J2 : La cantatrice est avec Henri au cabaret, ils parlent de la mort de Maggy et elle arrive à lui faire comprendre à demi-mot qu’il doit briser son contrat avec le directeur. Henri dit au directeur « Je ne veux pas que cela soit un Faust », le directeur est paralysé et le fantôme de Maggy arrive en robe blanche pour trinquer avec les deux autres.
J3 : Henri et le directeur rencontrent par hasard Maggy dans sa rue. Henri la croyait morte. Elle tente de le convaincre que tout a été manigancé par le directeur. Henri ne la croit pas vraiment mais lui pardonne. Elle lui demande de ne pas écrire un Faust, il refuse, elle le quitte.
J4 : Henri se promène dans la foire avec le directeur et la cantatrice. Le fantôme de Maggy lui apparaît et lui demande de le venger en quittant le directeur et la cantatrice, ce qu’il ne fait pas. Henri déclare haïr Maggy.
J5 : Henri, qui va très mal, rencontre Richard au port. Richard s’inquiète pour lui mais Henri le repousse. Il rencontre ensuite le directeur qui fait mine de ne pas le reconnaître. Henri promet de commencer l’opéra le soir même, le directeur prédit qu’il mourra noyé avant le lendemain.
Après ces fins, le directeur revient sur scène pour inviter Richard à composer un Faust.

39On remarque bien que chaque série de scène (F, G, H, I, J) fonctionne en parallèle : dans les scènes G Henri et sa compagne se disputent plus ou moins gravement, dans les scènes H les deux amoureux sont séparés et Henri se confie plus ou moins au directeur, dans les scènes I Henri est ramené à maggy ou au contraire repoussé définitivement, et dans les scènes J le degré de présence de maggy décline de J1 à J5, et le degré de présence du directeur augmente symétriquement. La construction des ramifications de l’intrigue obéit donc à une structure globale double : ou Henri sera influencé par maggy, ou il le sera par le directeur. Quand l’un des deux personnages perd du terrain dans le cœur d’Henri, l’autre en gagne.

40toute la difficulté de ce troisième acte vient du fait que les scènes ne sont pas données en totalité, ce qui rend la compréhension souvent délicate. aliénor Dauchez a compté sur thomas pondevie, le maître du jeu, pour résumer largement les scènes qui s’étaient écoulées lors de chaque intervention, afin que les spectateurs puissent suivre.

  • 9 Jean-Yves masson (dir.), Faust ou la mélancolie du savoir, op. cit., p. 12.

41Les cinq fins possibles de Votre Faust interrogent le sens du mythe de Faust. michel Butor et Henri pousseur les présentent de la plus heureuse (J1) à la plus malheureuse (J5). Cependant, certains éléments dissonants viennent brouiller cette hiérarchisation : dans J1, Henri semble émettre des doutes sur la réalisation d’un opéra avec maggy, alors que dans J3 et J4, la possibilité qu’Henri écrive un opéra reste entière. De plus, J5 est la fin la plus passionnante, en ce sens qu’elle multiplie les rebondissements. J4 et J5 sont plus denses, sur le plan dramaturgique, puisqu’elles proposent plusieurs personnages et plusieurs dialogues. michel Butor et Henri pousseur s’approprient ainsi l’une des interrogations que soulève le Faust de Goethe : « C’est [Goethe] qui a le mieux analysé le point où se croisent les deux axes de la destinée de Faust : à savoir la question du bonheur. À quel moment Faust pourra-t-il vivre un instant qui le comble ? tel est le seul gain qui vaille qu’on mette en jeu toute une éternité9. » Il ne s’agit pas d’un combat entre le bien et le mal chez l’homme, mais d’une réflexion plus nuancée sur le bonheur, qui ne se confond pas forcément avec la paix bourgeoise qu’incarne J1. Camille Dumoulié insiste sur cette question chez Goethe :

En réalité, Faust n’a jamais voulu le plaisir mais, comme il le dit explicitement lors de sa deuxième rencontre avec méphistophélès, la jouissance la plus douloureuse.

  • 10 Camille Dumoulié, « Faust chez les mères ou le désir fou, Goethe, Lenau, nerval, artaud, Freud », d (...)

tu entends bien, il n’est pas question ici de plaisir.
Je me voue au vertige, à la jouissance la plus douloureuse,
À la haine amoureuse, au dégoût réconfortant. (I, 1765-1767, traduction d’Henri Lichtenberger)10.

  • 11 Jacques Le Rider, Faust, le vertige de la science, op. cit., p. 106.
  • 12 Ibid., p. 112.

42« La haine amoureuse », le « dégoût réconfortant » évoquent facilement J4, le « vertige » peut-être J5. On peut voir aussi dans cette multiplication des fins une façon de ne pas conclure, de ne pas fermer le sens du mythe, qui peut faire écho à la fin ambiguë du second Faust de Goethe : alors que Faust semble s’être damné, il est sauvé par les anges, par la sainte Vierge et par l’âme de marguerite, devenue une pénitente. Cette fin ambiguë a pu être interprétée positivement (« Dans une lecture optimiste, nous sommes tous semblables à Faust et nos fautes ne nous empêchent pas de nous présenter avec confiance à la barre du suprême tribunal11 ») ou au contraire pessimiste (« le climat général de l’œuvre est pessimiste. Il faut s’y résoudre, l’homme restera toujours le compagnon de route de méphisto, mais il ne sera jamais l’amant d’Hélène12 »).

43Revenons rapidement sur les modifications apportées par aliénor Dauchez à l’opéra. Elle a supprimé la dimension aléatoire de l’acte II pour des raisons pratiques. Henri pousseur avait composé deux fois les deux deuxièmes scènes : une version pleine, avec la bande enregistrée de Don Giovanni de mozart ou de l’Orphée et Eurydice de Gluck, et une « ruine » (le mot est d’Henri pousseur) dans laquelle il n’y a plus de bandes enregistrées et l’orchestre ne donne que des bribes des opéras cités. En participant, les spectateurs devaient avoir le pouvoir de passer d’une version à sa ruine. Comme ces citations sont les plus manifestes de l’opéra, parce qu’elles sont longues et très sonores, elles sont à peu près certainement identifiées par le public. sans doute qu’en entendre les ruines aurait permis aux spectateurs de prendre conscience de la façon dont cet opéra retravaille la grande tradition de l’opéra et s’autorise à modifier jusqu’à ces monuments de la tradition.

44Le fait de généraliser l’invitation à Richard par le directeur est aussi une décision d’aliénor Dauchez. Henri pousseur et michel Butor voulaient que le directeur invite Richard si le vote avait été en faveur de maggy, et Henri si le vote avait été en faveur de Greta. Cela aurait encore ajouté de la cohérence à l’œuvre, puisque ainsi le résultat du vote aurait eu une influence jusqu’au bout, et aurait aussi donné l’idée qu’Henri serait débarrassé du directeur s’il avait choisi maggy, quoi qu’il arrive, alors qu’il aurait été poursuivi par ce dernier s’il avait choisi Greta, même en finissant avec maggy. Le choix d’aliénor Dauchez désacralise donc le personnage de maggy, et nous verrons que c’est une volonté assumée par la metteuse en scène, qui a voulu éviter autant que possible le moralisme. aliénor Dauchez voulait aussi que le troisième acte soit l’occasion d’un retournement complet de la pièce : elle souhaitait que le public puisse annuler tout à fait l’effet du vote. Cela permet de maintenir l’intérêt du jeu jusqu’au bout et désacralise, en plus du personnage de maggy, le fait même de voter. Cette façon de généraliser l’ironie et l’indécidable sera, comme j’essaierai de le montrer, au cœur du travail d’aliénor Dauchez sur cet opéra.

Notes

1 aliénor Dauchez, entretien de juin 2015.

2 Camille Demoulié, « Faust chez les mères ou le désir fou, Goethe, Lenau, nerval, artaud, Freud », dans Jean-Yves masson (dir.), Faust ou la mélancolie du savoir, op. cit., p. 95.

3 Cf. andré Dabezie, article « Faust » dans Dictionnaire des mythes littéraires, op. cit., p. 589 : « au xviie et au xviiie siècle, outre les rééditions des récits populaires, Faust connaît en allemagne un large succès sur les tréteaux des foires ou, un peu plus tard, au théâtre des marionnettes. Le schéma de ces pièces dérive de celui de marlowe (ramené sur le continent par des comédiens anglais et progressivement déformé), mais la farce y prend de plus en plus le pas sur le drame. Le rôle le plus important revient souvent à un valet burlesque, nommé Hanswurst, Kasper ou pickelhäring ; le public peut rire à gorge déployée, mais la moralité est sauve : le joyeux loustic, avec son gros bon sens, échappe au diable, tandis que Faust, l’intellectuel, reste empêtré dans cette histoire mi-terrifiante, mi-incroyable, et court immanquablement à sa perte. »

4 Élisabeth Brisson, Faust, Biographie d’un mythe, op. cit., p. 203-204.

5 Cette volonté de réconciliation culturelle est prégnante dans Votre Faust, grâce au mélange des langues allemande, française, italienne, espagnole et latine dans les répliques des musiciens et chanteurs, et grâce aux citations musicales issues des quatre mêmes pays, chaque groupe de quatre musiciens incarnant durant les scènes de foire l’un des quatre pays.

6 Anne Ubersfeld, « La revanche de Gretchen : Mon Faust de Paul Valéry », dans Jean-Yves Masson (dir.), Faust ou la mélancolie du savoir, op. cit., p. 243.

7 Ibid., p. 95.

8 Dans le Faust de Goethe, Faust rencontre le peuple durant la promenade de pâques. C’est l’occasion d’une joie populaire magnifiée par l’auteur : « Vois donc étinceler dans leur bel écrin vert/Ces chaumières, aux derniers feux du crépuscule ! /Et le soleil descend dans le jour accompli : /Il fuit pour engendrer mille formes nouvelles. » (Johann Georg Goethe, Faust I et II, paris, Flammarion, 1984, traduit de l’allemand par Jean malaplate, p. 57).

9 Jean-Yves masson (dir.), Faust ou la mélancolie du savoir, op. cit., p. 12.

10 Camille Dumoulié, « Faust chez les mères ou le désir fou, Goethe, Lenau, nerval, artaud, Freud », dans Jean-Yves masson (dir.), Faust ou la mélancolie du savoir, op. cit., p. 94.

11 Jacques Le Rider, Faust, le vertige de la science, op. cit., p. 106.

12 Ibid., p. 112.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search