Version classiqueVersion mobile

Le défini et l’inépuisable

 | 
Claude-Pierre Perez

Deuxième partie. L’intelligence et la volonté

L’intelligence et la volonté

Texte intégral

  • 215 Voir ci-dessus note 141.

1Nous avons tenté, dans les chapitres précédents, de rendre compte de la diversité de ce livre, et de présenter un tableau des divisions dont le poète qui l'écrit nous a paru assailli. Cependant, il est temps de le rappeler, Connaissance de l'Est n'est pas seulement le produit de ces divisions : il n'existerait pas sans elles, mais pas davantage sans une aspiration puissante, efficace, vers l'unité. De même que le drame dont nous avons parlé n'empêche ni la jouissance, ni la jubilation, de même disparates et diversités ne découragent pas chez Claudel un puissant appétit d'harmonie et de cohérence. Même s'il lui est arrivé, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, de revendiquer haut et fort ses contradictions, il ne renonce pas à l'espoir de les réduire, et de parvenir à "l'harmonisation" intérieure dont rêve le Journal de 1927, ou à l'accord, à la composition du tout dans toutes ses parties que mentionnent différents poèmes, en différentes occasions215. À cet égard, le théâtre chinois, non moins divers que cohérent, peut procurer une sorte de modèle :

L'empereur pleure sur son royaume, la princesse injustement accusée fuit chez les monstres et les sauvages, les armées défilent, les combats se livrent, les années et les distances d'un geste s'effacent, les débats s'engagent devant les vieillards, les dieux descendent, le démon surgit d'un pot. Mais jamais, comme engagé dans l'exécution d'un chant ou d'une multiple danse, aucun des personnages pas plus que de cela qui le vêt, ne sort du rythme et de la mélopée générale qui mesure les distances et règle les évolutions ("Théâtre", p. 119).

2Or, dans cette recherche de la composition, dans cet effort vers une unité conflictuelle ou, si l'on ose dire, fédérale, Claudel paraît très puissamment armé. Armé, d'abord par les ressources de ce qu'il nomme la volonté, qui est une vertu active et combative, une sorte de vis bellica, dans l'exercice de laquelle cet esprit qui définit la jouissance "cela que je possède sous moi" trouve une intense délectation : la volonté, en ce sens, est loin d'être uniquement une instance de contrôle ; chez ce violent qui retrouve dans le combat, dans l'affrontement avec le monde, le sentiment de son unité, elle participe à l'évidence du principe de plaisir. Armé, ensuite, par les ressources d'une intelligence qui s'appuie notamment sur la notion de forme pour remettre de l'ordre dans le chaos des apparences, et produit des définitions qui sont autant de cadres imposés au désordre, autant de "grilles" qui viennent conférer du sens au réel. "Qu'est-ce que ça veut dire ?", demande Claudel après son maître Mallarmé. Et cette quête du sens se distingue mal d'une quête de l'unité tant il est vrai que le "principe" que Claudel cherche dans les choses est un principe fédérateur qui lui donne le moyen de ressaisir la diversité. On prendra garde toutefois à ne pas abuser d'une formule peut-être trop souvent citée, et, d'ailleurs, moins limpide qu’il n'y paraît : il n'est pas assuré, en dernière analyse, que cette question marque uniquement, comme on a voulu le croire, la prééminence alléguée de l'intelligence et de la raison occidentales, dans un livre forcément sensible, quand ce ne serait qu'en raison de l'objet qu'il s'est choisi, aux tentations subtiles de l'Orient.

Notes

215 Voir ci-dessus note 141.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search