Version classiqueVersion mobile

Genèse des seuils

 | 
Elodie Bouygues
, 
France Marchal-Ninosque

Troisième partie. L’édition des seuils, une autre genèse

Paradoxes heuristiques d’une gestation « à ciel ouvert » : nom d’éditeur et noms d’auteurs au Sourire qui mord (1975-1986)

Dominique Perrin

Texte intégral

1Comme l’ensemble des seuils textuels, le péritexte fondamental que constituent le nom d’éditeur et le nom d’auteur n’est pas sans histoire. Dans une majorité de cas cependant, les gestes et procédures qui peuvent le modifier relèvent de l’histoire éditoriale, dont ils constituent un matériau privilégié, bien qu’hétérogène : les processus de réélaboration qui peuvent affecter le texte d’une enseigne éditoriale ont par exemple peu de choses à voir avec la variabilité des éditeurs pour une œuvre donnée, tandis que le nom d’auteur ne connaît a priori que des variations limitées.

2Qu’en est-il, pourtant, de la genèse de ces péritextes ? Le nom d’auteur s’avère en fait susceptible de variations au stade de l’avant-texte, notamment en cas de tâtonnements et de réélaborations touchant au pseudonymat ou à l’anonymat. Que le nom d’éditeur lui-même connaisse également une forme observable et consistante de pré-histoire apparaît en principe beaucoup plus rare et peu probable. Que les noms d’auteur et d’éditeur varient conjointement et substantiellement au stade de l’avant-texte, voici enfin ce qui s’envisage difficilement, leur association constituant dans l’univers de l’imprimé la marque même du passage des textes à l’existence publique. C’est pourtant à l’exemple d’une telle genèse que le renouveau de la littérature de jeunesse permet d’assister dans le contexte français des années 1970. On analysera ici à titre d’hapax significatif le paratexte éditorial des premiers albums d’une maison aujourd’hui entrée dans l’histoire culturelle – celle de la littérature et de l’édition « pour la jeunesse » –, et par là celle de l’art, des idées et des mentalités. Intégrée aujourd’hui de plein droit à la grande histoire de l’édition, l’enseigne du Sourire qui mord naît entre 1974 et 1976 d’un collectif citoyen et militant réunissant une cinquantaine de personnes de formations variées – lettres, psychologie, linguistique, journalisme, arts plastiques – sans connaissance experte du monde éditorial, désireuses d’agir, dans le cadre des luttes politiques caractéristiques de l’époque, sur le « front » de la culture, précisément de la culture d’enfance. Dans l’histoire d’une telle structure, la création, la fabrication et la diffusion coopératives précèdent la dénomination et l’institutionnalisation éditoriales ; les producteurs ne se définissent pas d’abord comme auteurs et éditeurs, mais comme acteurs engagés d’une politique culturelle à hauteur de leurs aspirations.

  • 1 L’ensemble des documents cités et décrits ici figure dans le Fonds d’archives « Christian Bruel » d (...)

3L’histoire tumultueuse du Sourire qui mord nous prive de la quasi totalité de ses archives avant-textuelles, à l’exception d’un synopsis original de l’album fondateur Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. C’est de fait, paradoxalement, sur des objets publiés que le regard se posera ici. De la première production de la maison à sa normalisation relative, on assiste en effet ici à l’improbable, voire, en droit, à l’inobservable : la gestation, processuelle et tâtonnante, d’un péritexte a priori toujours « déjà-là », celui du nom d’éditeur et des noms d’auteur. Genèse « à ciel ouvert », lisible en d’autres termes sur des objets publiés à tout le moins particuliers : d’un tirage à un autre, leurs seuils éditoriaux manifestent une évolutivité questionnante, aux antipodes des attributs de stabilité de l’objet édité. Cette labilité apparaît solidaire d’un système de production coopératif et autogéré, présentant deux caractéristiques déterminantes. D’une part, il est quasi artisanal – pour une diffusion pourtant socialement signifiante ; d’autre part, le succès qu’il rencontre permet une politique de retirages fréquents qui constituent autant de rééditions au regard de la donnée suivante : si les œuvres, pas plus que leurs titres, ne « bougent » au cours de ce processus, le péritexte éditorial présente, lui, la mutabilité caractéristique de l’avant-texte. Les retirages donnent ici à lire, autrement dit, les moments d’une genèse aux étapes inversées : du processus effectif de production-diffusion vers celui de l’institutionnalisation d’une enseigne éditoriale, et d’une redéfinition partielle de la fonction auteur1.

Première genèse du syntagme « Le Sourire qui mord » (1975-1978)

4Si les deux albums inauguraux du Sourire qui mord – Histoire de Julie…, Qui pleure ? – font date dans l’histoire de la culture d’enfance par leur ambition et la singularité de leurs moyens, leurs premières de couverture constituent en elles-mêmes des objets remarquables. Vierges de tout péritexte éditorial hormis leur titre et la vignette qui en constitue le complément iconique, elles fonctionnent en miroir avec des quatrièmes de couverture intégralement blanches. Sur le plan politico-épistémique qui importe à leurs concepteurs, cette nudité matérialise une conception bien définie de la littérature adressée à la jeunesse, et de la littérature tout court. Cette dernière apparaît conçue comme espace de rencontre entre textes – ici plus précisément iconotextes – et lecteurs, sans interposition de considérations socio-normées d’autorité, de prestige et d’expertise – les producteurs des albums considérés réfutant au demeurant largement la valeur des valeurs en cours.

Qui pleure ?, Christian Bruel, Anne Bozellec, Le Sourire qui mord, Paris, 1977. Première page de couverture. (Fonds Christian Bruel) Tous documents reproduits avec l’aimable autorisation de Christian Bruel et de la Bibliothèque Clermont Université.

Qui pleure ?, Christian Bruel, Anne Bozellec, Le Sourire qui mord, Paris, 1977. Première page de couverture. (Fonds Christian Bruel) Tous documents reproduits avec l’aimable autorisation de Christian Bruel et de la Bibliothèque Clermont Université.
  • 2 L’enseigne connaît de nombreuses variantes textuelles : « IM-MEDIA », « IMMEDIA », « IM MEDIA », «  (...)
  • 3 La première édition d’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon est imprimée et diffusée fin  (...)

5Sur un plan historique, l’absence de noms d’auteur et de noms d’éditeur renvoie au contexte atypique d’un processus de création, fabrication et diffusion sans auteurs et éditeurs institués. Une mention discrète en coin gauche inférieur de seconde de couverture d’Histoire de Julie réfère à l’enseigne d’« IM-MEDIA »2, jeune et éphémère agence d’information cofondée par Christian Bruel, directeur à venir du Sourire qui mord ; à côté d’un dépôt légal tardivement enregistré, le copyright est attribué aux deux auteurs3.

6Cependant, sous un titre en grands caractères et une nouvelle épure illustrative, la page de titre intérieure présente, en colonne alignée à gauche, les mentions suivantes, décisives : « les livres du sourire qui mord », « collectif pour un autre merveilleux ». En regard, en colonne alignée à droite et dans les mêmes petits caractères intégralement minuscules, sont crédités deux auteurs : « christian bruel », « anne bozellec ». Dans l’ordre physique et symbolique de la lecture, ces noms d’auteurs – présentés sans indication de statut sinon leur ordre d’apparition, l’auteur-texte y précédant l’auteur-image – apparaissent secondes par rapport aux mentions collectives auxquelles elles font face.

  • 4 Pour une présentation approfondie de l’histoire de la maison et de la documentation disponible, voi (...)

7Ces intitulés collectifs annoncent le nom de la maison à venir ; ils se situent, à ce stade inaugural, à mi-chemin entre nom d’éditeur, nom de collection et nom de collectif – termes dont ils rappellent la parenté étymologique, liée à la désignation de la pluralité cohérente. Ils témoignent de la genèse d’une activité éditoriale dans l’engrenage de l’urgence d’un projet : offrir au jeune public, pour Noël 1975, d’autres histoires – d’autres récits – d’autres textes et d’autres images, entretenant d’autres liens, porteurs d’autres représentations – bref d’autres livres4.

8L’histoire retracée par Christian Bruel est la suivante, et ses étapes importent à l’analyse proposée ici :

  • 5 Nathalie Beau, Éliane Meynial, « Rencontre avec Christian Bruel », La Revue des livres pour enfants(...)

Nous sommes dans la mouvance militante de l’après 68. J’étais un transfuge de l’université et, en compagnie de Patrick Fillioud et de Pierre Jacquin, nous fondons Im-média, une agence de presse de « contre-information » dont les trois activités principales sont : Le Cri des murs, un journal en affiches, publication militante diffusée par abonnement dans les comités d’entreprises, Radio-Assifa, un magazine sonore en arabe dupliqué en cassettes, et un projet « jeunesse » resté informel.
J’ai quitté l’agence pour donner corps à ce projet en créant un groupe de réflexion sur la littérature de jeunesse baptisé « Collectif pour un autre merveilleux » où se retrouvent universitaires, enseignants, journalistes, psychologues, artistes qui analysent les contenus de la production pour la jeunesse des années 60-70.
Une scission interviendra assez rapidement : les uns, majoritaires, souhaitaient voir les enfants eux-mêmes créer leurs livres, les autres dont j’étais, moins nombreux, attendaient des adultes créateurs qu’ils investissent pleinement ce champ culturel sans condescendance ni démagogie. Trente-deux personnes nous contactent suite à la publication d’un manifeste dans Libération et parmi elle, l’illustratrice Anne Bozellec, de retour de Colombie où elle a beaucoup travaillé dans le domaine du livre. […] Sans aucune connaissance du monde de l’édition et de la distribution, nous faisons imprimer Julie, en 1975, sous la marque « collectif pour un autre merveilleux-Immédia » et, en un an, il se vend plus de 5 000 exemplaires, moins en librairie (distribution artisanale) que par correspondance au sein de réseaux militants et associatifs (par le biais d’un bulletin de liaison d’abord de huit pages puis de seize avec un bon de commande joint à chaque livre). […]
Le second livre, Qui pleure ?, paraît en 1977. C’est le premier album en quadrichromie d’une structure éditoriale qui publiera un livre par an les six premières années, puis deux ou trois : la production annuelle ne dépassera jamais cinq nouveautés durant les deux décennies d’existence du Sourire qui mord.5

9On voit ici quel projet de mise en cause des spécialisations professionnelles et des rôles sociaux accompagne la production des ouvrages aux faces externes sans noms d’auteurs et d’éditeur décrits ici. La discrétion de ces mentions sur les seuils internes des albums renvoie a priori à leur absence de contenu symbolique à ce stade, dans l’esprit même de producteurs qui se perçoivent comme citoyens expérimentateurs, et prennent part de façon coopérative aux activités de production.

  • 6 Sur les débuts paradoxaux de la maison et ce qu’ils révèlent de l’état d’esprit du collectif produc (...)

10Les éditions du Sourire qui mord sont administrativement créées dans la dynamique de la publication d’Histoire de Julie6. Il faut donc attendre la seconde édition de l’album, la même année 1976, pour voir la mention « les livres du sourire qui mord » se substituer à celle d’« IMMEDIA » en coin extérieur de seconde de couverture, et la cinquième édition, en 1980, pour voir associée au copyright des albums l’enseigne « le sourire qui mord » (en minuscules) en place des noms d’auteurs.

Enjeux systémiques de lépitexte explicatif et militant (1975- 1980)

11Mais si la marginalité institutionnelle affichée par ces couvertures témoigne d’une forme de prudence et de retrait, elle affirme dans le même temps une forme de représentativité sociale, et se veut stimulante et modélisante. Dès le premier album et jusqu’au sixième en 1980, elle va de pair en effet avec un important épitexte explicatif et argumentatif, défini comme « Bulletin de liaison ». Ce dernier constitue le paratexte éditorial le plus objectivement stabilisé des premiers albums du Sourire qui mord : substantiel, central, présent dès le premier tirage d’Histoire de Julie, il tire sa fermeté et son développement du « manifeste » publié en 1975 par le « Collectif pour un autre merveilleux » dans les pages du quotidien Libération.

12De 1976 à 1980, le « Bulletin » accompagne ainsi chaque album sous la forme d’un encart volant en noir et blanc de huit à seize pages. Il explique la démarche politique, artistique et économique du « Sourire qui mord », présente sa production et les moyens de l’acquérir et de la promouvoir ; il engage enfin à la prise d’initiative citoyenne dans le domaine de la culture d’enfance. À l’absence de péritexte éditorial sur les seuils externes des ouvrages correspond donc le développement d’un épitexte abondant, rédigé à la première personne du pluriel : le « nous » énonciateur y inclut les producteurs des albums, d’un bout à l’autre de la chaîne de travail, mais tend également à se faire l’expression de la société civile. L’ensemble milite pour une vision globale du processus de production du livre, et met notamment en lumière les enjeux névralgiques des fonctions de diffusion.

  • 7 Nous soulignons.

13Le péritexte éditorial en gestation des premiers albums du Sourire qui mord s’associe donc à un épitexte militant à la structure stable, sur fond d’absence symbolique des noms d’auteur et d’éditeur sur les faces externes du livre. Dès lors, de la seconde à la cinquième édition d’Histoire de Julie, et jusqu’au sixième album de la maison en 1980, les mentions éditoriales légales font face, en coin extérieur de seconde de couverture, à un texte d’adresse au double sens énonciatif et pragmatique du terme. Le collectif producteur y prend langue avec un destinataire à la fois individuel et collectif, avant de transmettre ses coordonnées postales : « Chaque livre du "Sourire qui mord" est accompagné d’un bulletin de neuf pages qui présente notre démarche. Au cas où ce bulletin aurait glissé hors du livre, nous pouvons vous le faire parvenir. »7 En contraste avec les caractères intégralement minuscules des mentions de page de titre intérieure, la double majuscule attribuée ici à la jeune enseigne désigne l’épitexte comme l’espace stratégique d’une auto-institution collective du « Sourire qui mord » comme éditeur-énonciateur.

Genèses parallèles du logo, de lenseigne éditoriale et dun premier nom de collection dans lépitexte explicatif et militant (1975-1980)

  • 8 Par commodité, nous désignerons désormais ce document sous le nom de Manifeste.

14Épitexte inaugural, le manifeste « Pour un autre merveilleux » paru dans Libération en 1975 connaît également une diffusion sous forme de plaquette en 19768. Sa page de titre annonce d’emblée :

  • 9 Nous respectons la disposition du document original, comme dans l’ensemble des citations péritextue (...)

15UNE COLLECTION DE LIVRES DIFFÉRENTS POUR LES ENFANTS POUR UN AUTRE MERVEILLEUX9

16Comme dans le péritexte éditorial du premier tirage d’Histoire de Julie, la mention « Les livres du Sourire qui mord » n’apparaît que de façon relativement discrète, en coin gauche de la page de titre. Elle est assortie de la mention « Édité par IM. MEDIA », en petits caractères sous un dessin-logo en trichromie puissamment évocateur, sans intégration de texte à ce stade. Hormis le passage de la couleur au noir et blanc, ce dessin s’avérera stable tout au long de l’histoire de la maison. Il figure une tête d’enfant de sexe indéterminé, aux cheveux bouffant vers le haut à la manière d’un nuage – pointant les prérogatives de l’imaginaire, du désir et de l’aspiration à modifier le monde. L’expression plutôt espiègle de l’enfant renvoie au caractère oxymorique de l’enseigne « Le Sourire qui mord » et pointe une conception ni simplifiée ni idéalisée de la psyché enfantine. Le bas du dessin renvoie à la notion d’ancrage dans le réel, et d’enracinement de la pratique littéraire dans des réalités vécues.

17Un titre d’accroche intérieur au Manifeste revendique à nouveau clairement « UNE COLLECTION EN RUPTURE » (en lettres capitales). Et de fait, il ne s’agit pas tant ici d’une confusion entre enseigne éditoriale, nom de collection et collectif producteur que d’une unité revendiquée. La première partie du Manifeste se termine ainsi :

C’est ainsi qu’est né en avril 1975 le « Collectif pour un Autre
Merveilleux ».
À force de cerner ce que nous ne voulions plus donner à lire aux enfants, à force de discussions sur l’accès au livre et le rôle de la littérature enfantine, l’idée nous est venue de faire ces livres que nous ne trouvions pas !

La rencontre avec le Centre d’Information IM MEDIA a donné sa dimension complète à notre démarche :
Créer une collection en rupture, c’était bien sûr
subvertir les contenus mais aussi prendre à bras-le-corps le problème de la diffusion et changer la façon de produire des livres.

  • 10 Nous soulignons les éléments significatifs en italiques.

Créer la possibilité d’une alternative, ce n’était pas prendre le contre-pied de ce
qui existait, c’était aussi faire un autre livre, un livre
qui sorte de son ghetto, un livre d’intervention
à la fois pour les enfants et pour les adultes, un livre
qui ne fasse plus l’innocent.
juillet 197610 

18L’angle d’attaque génétique adopté ici sur un document aux enjeux péri- et épi-textuels enchâssés permet de saisir l’esprit et les étapes d’un projet affiché dans chaque titre de la plaquette : « une collection de livres différents », « un autre merveilleux », « une collection en rupture ». Le syntagme « le sourire qui mord » n’est donc nullement mis en relief dans ce texte fondateur, dédié à l’affirmation d’une volonté éditoriale qui mérite dès ce stade le nom de « politique ». Celle-ci repose sur la volonté de créer une « collection » – c’est le « mot-clé » du texte – au sens le plus fort du terme, par opposition à une structure économique trouvant sa vocation principale dans la commercialisation de livres.

« Bulletins de liaison » N° 1 à 4 (1976-1980) : différenciation et stabilisation de lenseigne éditoriale et dun premier nom de collection

« Bulletin de liaison n° 4 », Le Sourire qui mord, Paris, sans date (diffusion 1979).

« Bulletin de liaison n° 4 », Le Sourire qui mord, Paris, sans date (diffusion 1979).

19Dès sa première livraison en 1976, le « Bulletin de liaison » présente plusieurs niveaux de seuils externes et internes, où se donnent à lire d’autres étapes génétiques du péritexte éditorial, touchant à sa textualisation, à sa typographie et à sa spatialisation – et par là à son statut symbolique le plus global. Dévolue à un péritexte d’annonce et d’accroche, la page de couverture de chaque Bulletin est l’un des principaux théâtres de ce processus. Le dessin-logo en grand format y occupe une place centrale, mais les segments verbaux qui l’encadrent et s’y intègrent visuellement et symboliquement connaissent des variations incessantes, orientées vers la définition de l’enseigne éditoriale et l’émergence d’un premier nom de collection. Au sein des Bulletins, les références au « sourire qui mord » présentent également des formes et des fonctions évolutives, selon un processus d’élaboration dont on retrouve notamment la marque dans l’évolution des adresses institutionnelles données « pour tout contact » et « pour tout règlement ».

20La page de couverture du « Bulletin n° 1 » affiche ainsi en 1976 le dessin-logo présent sur la plaquette du Manifeste, encadré par trois segments textuels. En haut apparaît la mention : « une collection de livres différents » (en minuscules), en bas l’indication pragmatique « bulletin de liaison », en colonne droite la mention : « LES LIVRES DU SOURIRE QUI MORD » (en lettres capitales). Une page de titre intérieure reprend les titres phares du Manifeste : « UNE COLLECTION DE LIVRES DIFFÉRENTS POUR LES ENFANTS » (en petites lettres capitales), puis : « POUR UN AUTRE MERVEILLEUX » (en lettres capitales et grands caractères gras). Au sein du Bulletin, le lecteur se voit renvoyé « pour tout contact avec le collectif » à l’agence « IM MÉDIA », tandis qu’en corps de texte apparaît comme dans le Manifeste la mention décisive : « une autre collection de livres pour enfants ». La dernière page du Bulletin contractualise enfin, toujours à l’ordre d’« IM MÉDIA », l’achat de « livres du Sourire qui mord ».

21La page de couverture du « Bulletin n° 2 » – associé en 1977 à Qui pleure, deuxième album de la maison – est visuellement proche de la précédente ; cependant la mention surplombante « une collection de livres différents » y disparaît au profit d’une mention pragmatique : « Bulletin n° 2 » (également en minuscules). Ce changement oriente désormais nettement l’intitulé phare reproduit en colonne droite – « LES LIVRES DU SOURIRE QUI MORD » (en lettres capitales) – vers son statut à venir d’enseigne éditoriale.

22En dernière page de l’encart, le lecteur se voit cette fois-ci renvoyé « pour tous contacts » à

Les Livres du
Sourire qui mord
SARL
Capital de 20 000 Frs – R.C. en cours
Correspondance : IM. MEDIA

23Maintenant dégagée de la référence provisoire à l’agence IM MEDIA, la dénomination proposée refuse encore exemplairement de distinguer enseigne éditoriale et nom de collection : la typographie foncée consacre l’autonomisation de l’enseigne, tandis que la structure génitive du syntagme la réfute. Les règlements sont demandés « à l’ordre du Sourire qui mord » – structure éditoriale en cours d’inscription au Registre du Commerce (« R.C. »), comme l’indiquent les mentions reproduites ci-dessus.

24L’institutionnalisation de l’enseigne éditoriale est désormais engagée ; mais l’attraction de la notion de collection demeure extrêmement vivace, comme l’atteste la fin de la première partie explicative du document – qui revisite et synthétise celle du Bulletin précédent mais aussi du Manifeste : « À force de discussions, de recherches, d’enquêtes, l’idée s’est imposée : créer un collectif en rupture, c’est-à-dire faire des livres différents. […] C’est dans cet esprit qu’est née la Collection du Sourire qui mord. » Le contrat d’abonnement propose à ce stade l’achat de « six livres différents du Sourire qui mord ». Le jeu sur le mot « différent » apparaît ici des plus significatifs : il renvoie à la « différence » esthétique définitoire d’une « collection » – mais aussi par contrecoup, et encore virtuellement à ce stade, d’une maison d’édition porteuse à terme de plusieurs collections singulières. Mais il renvoie dans le même temps à la dynamique prospective que permet le succès des deux premiers albums, qui autorise la programmation de pas moins de huit albums « différents », au sens de « distincts », préachetables sur engagement de l’éditeur.

25La page de couverture du « Bulletin n° 3 » – associé en 1978 à Lison et l’eau dormante, troisième album de la maison – est stable par rapport à la précédente. La première page de texte consacre cependant l’autonomisation progressive de l’enseigne éditoriale à venir avec la typographie suivante, où se détache avec une emphase nouvelle le nom de la maison :

les livres du
SOURIRE QUI MORD

26Cependant le lecteur continue à être renvoyé « pour tous contacts » à

LES LIVRES DU SOURIRE QUI MORD
Édition - diffusion

27La genèse très processuelle de l’enseigne éditoriale confirme donc à l’envi les conclusions tirées précédemment quant à la philosophie de la maison : la production et la diffusion de « livres "différents" » y prime sur toute politique d’efficacité commerciale ou de prestige symbolique.

  • 11 Cet intitulé connaîtra une variante touchant au nombre du dernier substantif : « des livres à propo (...)

28La page de couverture du « Bulletin n° 4 » – associé à La Manginoire, quatrième album de la maison – présente enfin en 1979 une évolution déterminante. Le dessin-logo y est cette fois très lisiblement surplombé de la mention « le sourire qui mord » (en caractères minuscules gras de grande taille). La mention pragmatique « BULLETIN DE LIAISON N° 4 » se trouve quant à elle renvoyée dans une inscription relativement discrète en marge droite de la page, hors de l’espace symbolique du logo-dessin. Enfin, une nouvelle mention fait une apparition remarquable en bas du dessin : « des livres à propos d’enfances »11 (en caractères minuscules gras de taille moyenne) : un nom de collection est né, clarifiant par contrecoup le statut de l’enseigne éditoriale : « le sourire qui mord ».

29Le copyright et la raison sociale réfèrent à ce stade final respectivement à « Sourire qui mord » et « Le Sourire qui mord », tandis que la référence postale garde fidèlement mémoire de l’ancienne unité de l’enseigne éditoriale, du collectif producteur et de la collection, avec la mention

les livres du
SOURIRE QUI MORD

301980 est précisément l’année de création de la seconde collection historique de la maison, intitulée « Plaisirs » : il fait peu de doute que le projet esthétique distinct qu’elle suppose a contribué efficacement à l’autonomisation définitive du nom d’éditeur comme de celui de la collection princeps. De maquette, de forme et de contenu profondément différents des « romans en images » que constituent les huit premiers albums « À propos d’enfances », elle témoignera à sa manière propre de la ligne caractéristique du Sourire qui mord en tant que maison d’édition aux collections multiples.

Stabilisation du nom déditeur et de son espace symbolique sur les seuils externes des ouvrages (1976-1980)

31Parallèlement à ces phénomènes visibles sur le théâtre de l’épitexte, il faut attendre le troisième album de la maison pour assister à la remontée et à la stabilisation du nom d’éditeur sur les seuils externes des ouvrages. Toujours sans noms d’auteurs et sans aucune majuscule, les premières pages de couverture de Lison et l’Eau dormante et de La Manginoire portent en 1978 et 1979 la mention : « les livres du sourire qui mord » (en caractères gras minuscules). Cette première référence éditoriale, en petits caractères centrés en bas de page, hésite, comme on l’a vu parallèlement dans l’épitexte, entre nom de collection et nom d’éditeur. En coin inférieur gauche de la quatrième de couverture apparaît également le dessin-logo de la maison, avec la seule mention : « dans la même collection » assortie de la liste des titres des deux précédents albums.

  • 12 Association partielle qui consacrera notamment la disparition du dessin-logo – mais dont l’histoire (...)

32Le cinquième album de la maison consacre en 1980 une nouvelle évolution remarquable : la réduction de la structure génitive du syntagme récurrent « les livres du sourire qui mord » à ce qui constitue désormais clairement un nom d’éditeur, imprimé en italiques. Le bas de couverture du Cheval dans l’arbre porte la mention « le sourire qui mord » (en caractères gras minuscules) – intitulé qui ne variera plus jusqu’à l’association de la maison avec Gallimard en 198612. La quatrième de couverture consacre également le stade le plus élaboré du logo de la maison : le cadre supérieur du dessin y est remplacé par la mention en italiques et caractères gras « le sourire qui mord », tandis que les nuages figurant dans la partie haute de l’image intègrent le tout jeune nom de collection, en petites cursives italiques, « des livres à propos d’enfances ». On assiste ici comme dans l’épitexte à l’apparition du premier nom de collection du Sourire qui mord, par différenciation avec une enseigne éditoriale aux fonctions clarifiées.

Stabilisation spatiale et textuelle des noms dauteurs (1976- 1986)

33Le quatrième tirage d’Histoire de Julie et le second de Qui pleure consacrent quant à eux en 1978 une étape fondamentale dans la définition du statut symbolique mais aussi du nombre des noms d’auteurs. Si ces derniers, comme ceux de l’éditeur, sont toujours significativement absents des seuils externes des deux albums, leurs pages de titre intérieures sont le théâtre d’un événement génétique original : un troisième nom d’auteur apparaît aux côtés des deux crédités jusqu’alors.

34L’énoncé réélaboré se présente comme dans les ouvrages précédents en colonne alignée à droite sous le titre de l’ouvrage en grands caractères :

christian bruel
anne bozellec
avec la collaboration
de annie galland [sic]

35Contre les usages dominants dans l’aire occidentale, on assiste bien ici à la genèse d’une fonction « auteur » radicalement plurielle, spécifique à l’album comme forme et mode de création. Quel rôle joue Annie Galland dans Histoire de Julie et dans Qui pleure ?, et pourquoi n’est-il reconnu qu’avec plusieurs années de délai ? Il semble qu’il ait relevé de l’élaboration scénaristique, et n’ait à ce titre fait l’objet d’une reconnaissance pratique, et du coup épistémologique, que de façon différée – probablement liée à la publication contemporaine, cette fois d’emblée référée au même trio d’auteurs, de Lison et l’Eau dormante. On sait que l’album a pour spécificité forte d’associer deux mediums radicalement hétérogènes, et donc potentiellement deux types distincts d’auteurs. Mais on découvre plus précisément ici, et cet enseignement nous semble précieux, que la création iconotextuelle implique l’intervention auctoriale de talents et d’expertises structurellement multiples, non directement objectivables dans le produit fini – la création cinématographique constituant ici la structure anthropologique collective de référence plutôt que la création littéraire.

36Observer les mutations du paratexte éditorial caractéristiques des commencements du Sourire qui mord permet ainsi de réinterroger les modèles individualistes majoritairement utilisés pour penser la production littéraire. Notons à titre d’élargissement final que la dernière réédition d’Histoire de Julie en 2008, sous l’égide de Christian Bruel devenu directeur des éditions Être, voit finalement apparaître en première de couverture les trois noms de ses auteurs sous une forme en miroir riche d’enseignements sur la structure complexe du travail créateur :

Christian Bruel I Annie Galland
Anne Bozellec

37Datons enfin – car il faut bien qu’elle ait eu lieu, au terme de dix années de recherches et de résistances – l’apparition des noms d’auteurs sur la première de couverture des albums du Sourire qui mord. Cette normalisation intervient à partir de l’association, à la fois contraignante et légitimante, avec Gallimard Jeunesse et son directeur Pierre Marchand pour la diffusion en 1986. Elle termine la genèse « à ciel ouvert » du péritexte éditorial considéré comme espace symbolique sur la surface externe des albums. Cette institutionnalisation des noms d’auteurs se voit parachevée par le passage ultérieur rapide des caractères intégralement minuscules aux lettres capitales, pour les rééditions des sept premiers albums comme pour la publication du dernier titre, Venise n’est pas trop loin. Il aura donc fallu en tout dix ans, soit la durée de vie d’une collection pionnière, pour que s’élabore la mémorable enseigne éditoriale du Sourire qui mord (1976-1980), et que s’institutionnalise définitivement le statut de ses exigeants auteurs (1976-1986).

Notes

1 L’ensemble des documents cités et décrits ici figure dans le Fonds d’archives « Christian Bruel » de la BCU de l’Université de Clermont-Ferrand, que nous remercions vivement pour sa collaboration.

2 L’enseigne connaît de nombreuses variantes textuelles : « IM-MEDIA », « IMMEDIA », « IM MEDIA », « IM. MEDIA », « IM. MEDIA » – auxquelles s’ajoutent des variations d’accents et de typographie (majuscules ou minuscules).

3 La première édition d’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon est imprimée et diffusée fin 1975, mais son dépôt légal est du 4e trimestre 1976.

4 Pour une présentation approfondie de l’histoire de la maison et de la documentation disponible, voir l’ouvrage Christian Bruel auteur et éditeur, une politique de l’album. Du Sourire qui mord à Être éditions (dir. Dominique Perrin, Anne-Marie Mercier, Éditions du Cercle de la Librairie, 2014).

5 Nathalie Beau, Éliane Meynial, « Rencontre avec Christian Bruel », La Revue des livres pour enfants, n° 212, octobre 2003, p. 66-67.

6 Sur les débuts paradoxaux de la maison et ce qu’ils révèlent de l’état d’esprit du collectif producteur, voir la suite du témoignage cité plus haut : « Avant même la création officielle de ce qui deviendra les éditions Le Sourire qui mord, en 1976 (le "collectif pour un autre merveilleux" s’étant éteint), nous recevons un courrier de la commission chargée des publications destinées à la jeunesse : Julie, un livre "morbide", "triste" et "pornographique", est en infraction avec plusieurs articles de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ! Loi dont nous ignorions tout. », ibid., p. 67.

7 Nous soulignons.

8 Par commodité, nous désignerons désormais ce document sous le nom de Manifeste.

9 Nous respectons la disposition du document original, comme dans l’ensemble des citations péritextuelles détachées qui suivent.

10 Nous soulignons les éléments significatifs en italiques.

11 Cet intitulé connaîtra une variante touchant au nombre du dernier substantif : « des livres à propos d’enfance ».

12 Association partielle qui consacrera notamment la disparition du dessin-logo – mais dont l’histoire paratextuelle relève quant à elle expressément de l’histoire éditoriale.

Table des illustrations

Titre Qui pleure ?, Christian Bruel, Anne Bozellec, Le Sourire qui mord, Paris, 1977. Première page de couverture. (Fonds Christian Bruel) Tous documents reproduits avec l’aimable autorisation de Christian Bruel et de la Bibliothèque Clermont Université.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre « Bulletin de liaison n° 4 », Le Sourire qui mord, Paris, sans date (diffusion 1979).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search