Version classiqueVersion mobile

Le défini et l’inépuisable

 | 
Claude-Pierre Perez

Première partie. L’arbre tordu

Chapitre deux. De Saint Thomas à Rimbaud par Renard et Mallarmé

Texte intégral

1Saint Thomas, Mallarmé, Renard, Rimbaud. De quoi s'agit-il ? De chercher des sources ? On se sent un peu embarrassé. Le métier de sourcier n'est plus à la mode ; et (ce qui est plus embarrassant) les critiques qu'on lui a faites paraissent tout à fait convaincantes. Pour le dire en quelques mots : nous savons que la bibliothèque est infinie, et combien il est hasardeux de chercher un modèle à un motif, à une forme, à une coupe de phrase ; nous ne croyons plus au déterminisme simpliste du "post hoc, ergo propter hoc" ; nous savons qu'une critique génétique digne de ce nom devrait tenir compte non seulement du même, de ce qui se répète d'un livre à l'autre, mais aussi, surtout, de ce qui se transforme, des altérations, des perversions, des déplacements, des déguisements - et nous savons aussi qu'une telle tâche est impossible. À quoi bon, alors, ce chapitre ?

2En dépit des apparences, son propos n'est pas d'abord historique. Ce qui nous intéresse ici au premier chef n'est pas le rapport de cause à effet qui peut exister entre Saint Thomas, Mallarmé, Renard, Rimbaud d'un côté, et Paul Claudel de l'autre. Mais d’une part les rapports qui peuvent exister, ou ne pas exister, entre Mallarmé, Renard, et Rimbaud - pour ne rien dire de Saint Thomas : parrainages contradictoires, qui tirent Claudel en des sens divers, et qui témoignent, une fois de plus, du "goût discordant" dont nous avons déjà parlé. D'autre part et surtout, étudier les rapports, explicites, implicites, de Claudel avec ces contemporains capitaux et ce docteur médiéval, c'est nécessairement l'interroger sur son propre projet littéraire : mais c'est l'interroger sans faire a priori l’hypothèse d'une cohérence sur laquelle l'auteur, faisant l'exégèse de ses propres œuvres, n'a que trop mis l’accent ; c'est l'interroger en laissant aux contradictions une possibilité d'apparaître ; c'est se donner peut-être le moyen de discerner dans leur diversité conflictuelle les projets à l'œuvre dans Connaissance, et de mesurer ainsi au plus juste l'envergure de "l'arbre tordu".

1. Saint Thomas

3Nous l'avons rappelé plus haut : l'influence de Saint Thomas a plusieurs fois été mise en doute, et les déclarations de Claudel à ce sujet regardées avec scepticisme. G. Antoine, par exemple, nous l’avons dit, ne semble pas tout à fait convaincu par les affirmations répétées selon lesquelles le jeune consul aurait fait une "étude assidue" des deux Sommes pendant ses "cinq premières années de Chine" (M.I., p. 95). Toutefois, les commentateurs sont ici loin d'être unanimes. Claudel peut à bon droit mentionner dans son journal, en 1943

un gros livre de l'abbé Ernest Friche de Porrentruy, consacré à montrer que toutes [ses] théories philosophiques et artistiques ne sont que le développement de la doctrine de Saint Thomas d’Aquin (J., II, p. 453).

4Et il ajoute, de façon peut-être plus discutable :

  • 89 Le livre de l'abbé Friche s'intitule Études claudéliennes. L'essai de J. Madaule a pour titre "L'ex (...)

Dans Reconnaissances de Jacques Madaule le premier essai est consacré à peu près à la même vue (ibid.)89.

  • 90 Voir à ce sujet E. Friche, op. cit., p. 159 ; et aussi Charles Du Bos : Approximations, Paris, Corr (...)
  • 91 "P.C. et la dangereuse métaphysique du Beau", BSPC no 125, pp. 1-19.

5On pourrait ajouter plusieurs autres noms à ceux-là. Friche, parmi les tenants du thomisme de Claudel, cite Charles Du Bos, R. Fernandez, le P. de Tonquédec et bien entendu J. Maritain90. Plus récemment, P. de Gaulmyn, dans son édition de la correspondance Claudel-Rivière, note que la première édition de ces lettres, en 1926 "a révélé la précision et la rigueur de l'influence de la pensée scolastique sur Claudel" (op. cit., p. 298). Quant à Dominique Millet-Gérard, elle s'est attachée, dans un article qui annonce une étude à venir, et qui s'appuie sur des textes très postérieurs à Connaissance, à étudier les convergences de l'esthétique claudélienne et de la théorie thomiste du Beau91. Mais avant d'entrer dans le détail des arguments, et non sans noter que tous ces auteurs se servent peu, ou pas du tout, du volume qui nous occupe, un rappel historique est nécessaire.

  • 92 Voir par exemple la correspondance P.C.-J. Rivière p. 145. Même affirmation dans les MI, pp. 95 et (...)

6Selon la lettre à l'abbé Friche du 5 février 1928, c'est l'abbé Villiaume, vicaire de Saint Médard, qui, en 1892, a conseillé à Claudel la lecture des Sommes, conseil suivi trois ans plus tard ; ce furent, dira-t-il à diverses reprises, quatre années de lecture à raison de cinq pages par jour92 À l'abbé Friche, il écrit :

  • 93 E. Friche, op. cit., pp. 155-156.

Il est probable que les manuels m'auraient dégoûté de Saint Thomas. Au lieu de cela, quand je m’attaquai à cette lecture - en 1895, après mon départ pour la Chine - j'y trouvai l'intérêt du défrichement en pays vierge. J'appris le langage scolastique comme on apprend l'anglais, par l'usage, et au bout de cent pages, je pouvais suivre cette pensée d'ailleurs merveilleusement limpide. Seuls les commentaires, d'ailleurs assez sobres, placés en bas des pages, me paraissaient obscurs. J'ai ainsi lu et annoté les deux Sommes, terminant ma lecture avant mon retour en France (1899)93

  • 94 Ibid. p. 124.

7À vrai dire, en cette fin de XIXème siècle, l'intérêt pour le christianisme médiéval n'est pas rare dans les milieux littéraires : il pourrait suffire de citer ici Le Latin mystique, de Gourmont (1892), ou La Cathédrale, de Huysmans (1898). Mais le cas de Saint Thomas s'inscrit dans un contexte plus précis : en 1879, en effet, le pape Léon ΧΠΙ a engagé un mouvement de restauration du thomisme ; son encyclique Aeterni Patris Unigenitum est regardée comme "la charte du néo-thomisme officiel de l'église"94. Cette encyclique est suivie en 1880 d'un Motu Proprio destiné à promouvoir une nouvelle édition de Saint Thomas confiée à la Congrégation de la Propagande. Les manuels thomistes (ou présentés comme tels : beaucoup sont inspirés par des commentateurs tardifs) se multiplient alors et diffusent une philosophie qui est, plus que jamais, la doctrine officielle de l'église.

  • 95 P. 45.

8Dans ces conditions, il est permis de penser que le débat sur le thomisme de Claudel a pu être parfois faussé par des considérations partisanes. Certains hommes d'église, notamment, ont pu être tentés d'exagérer l'influence du docteur angélique, ou certains laïcs de la sous-estimer. Quant à Claudel, il est d'autant plus disposé à mettre ce nom en avant qu'il a le sentiment de hisser ainsi son drapeau. Sans bien sûr réduire à cette dimension ses rapports avec Saint Thomas, on ne peut exclure qu'il y ait aussi quelque chose d'une bravade dans la place qu'il fait à cette scolastique dont un Pierre Lasserre, qui dans Les Chapelles littéraires le traite aimablement de "doctrinaire médiéval"95, lui avait lancé le nom au visage.

  • 96 Fr. Varillon et J. Petit, dans leur édition du Journal, signalent dans le texte du Cahier IIa des r (...)
  • 97 MI, p. 146 : "C'est pendant ces cinq ans que j’ai lu et annoté d'un bout à l'autre les deux Sommes (...)

9Ces remarques préliminaires ne doivent pourtant pas faire oublier que Claudel a très continûment pratiqué Saint Thomas. L'index du Journal recense 61 références (des citations, le plus souvent) échelonnées entre janvier 1908 et décembre 1954. Cela fait assurément de l'auteur des Sommes un des auteurs les plus souvent cités, devant Rimbaud ou Virgile. Malheureusement le Journal, commencé en 1904, ne nous instruit pas des lectures des neuf premières années de Chine. Tout au plus permet-il de constater que Saint Thomas n'est pas mentionné une seule fois entre 1904 et 1908 (époque où surabondent les citations de la Bible et de Saint Grégoire, et où l'on rencontre également plusieurs citations d'Aristote) et que son nom apparaît au contraire fréquemment (étroitement associé à celui du Stagirite96) dans le Cahier II a, tenu entre 1908 et 1910. Ceci laisse au moins supposer (contrairement à ce que pourrait donner à penser un fragment des Mémoires improvisés97) qu'une bonne partie des annotations portées sur les cinq volumes de Saint Thomas disparus dans l’incendie de notre ambassade à Tokyo, en 1923, étaient postérieures à 1900.

10Si l'on se tourne vers les "agendas de Chine", qui couvrent les années 1896 à 1899 et que Jacques Houriez a récemment publiés, on constate qu'ils ont gardé très peu de traces de la lecture méthodique dont Claudel a parlé. Le nom de Saint Thomas n'y figure que quatre fois, dans des contextes fort laconiques, entre février et juin 1896. Puis il n'apparaît plus au cours des trois ans et demi qui suivent, alors que le consul mentionne les lectures inspirées par la liturgie, ou même plusieurs ouvrages profanes. Ceci bien sûr ne prouve rien de façon certaine, mais tend pourtant à suggérer que la lecture des Sommes, durant ce premier séjour en Chine, aurait pu être moins continue, moins méthodique qu'il ne l'a indiqué. Certes, il a lu Saint Thomas ; mais G. Antoine a montré que les déclarations de Claudel tendent souvent, et avec constance, à l’élaboration d'un mythe biographique. On ne peut exclure que cette réflexion s'applique à ce qu'il a pu dire, ou écrire, de la façon dont il a lu les Sommes.

11Un examen attentif de Connaissance de l'Est est-il de nature à modifier ce point de vue ? Deux poèmes, et deux seulement, renferment des allusions explicites au docteur angélique et à sa philosophie. Le premier est "Le Sédentaire" (été 1898 ?) :

Et me saisissant d'un livre inépuisable, j'y poursuis l'étude de l'Être, la distinction de la personne et de la substance, des qualités et des prédicaments (p. 281).

12Le second est "Sur la Cervelle" (1899), qui s'achève par une allusion à la théorie scolastique de la forme substantielle, et une mention de l'École. G. Gadoffre, dans son commentaire, insiste surtout sur l'empreinte symboliste, mais Claudel, en 1940 encore, dans le Journal, cite Saint Thomas à propos de ce poème. Sous une coupure de presse relative à "l'activité électrique de l'écorce cérébrale" il écrit :

C'est ce que j'ai dit dans Connaissance de l'Est (1900) et dans l'Art poétique (1904). Et en effet comment supposer un organe inerte ? Agere sequitur esse. Rien n'existe que pour et par une activité (J. II, p. 310).

  • 98 Il est évident que certaines des questions qui tourmentent Claudel ne sont pas étrangères à la prob (...)
  • 99 Voir par exemple J, II, p. 161 (novembre 1936) et la note 5 de J. Petit
  • 100 Voir par exemple J., II, p. 308 (mars-avril 1940). Claudel attribue à Saint Thomas une sentence lat (...)
  • 101 Cette affirmation paraît pour le moins surprenante. Les commentateurs modernes insistent au contrai (...)

13Influence ? Heureuse rencontre ? D'autres sont également possibles, même si elles demeurent moins explicites98. Ces points de tangence doivent toutefois être considérés avec prudence. L'exercice de comparaison est toujours délicat ; il l'est davantage lorsqu'il concerne d'une part un livre de poèmes, de l'autre des traités de théologie, et plus encore quand six siècles séparent les deux œuvres. Formés comme nous le sommes à croire à l'historicité des cultures, il nous est difficile d'imaginer que l'on puisse être d'emblée de plain-pied avec une pensée si lointaine, et qu'une influence puisse s’exercer sans distorsions par-dessus une si longue durée. Claudel et Saint Thomas appartiennent à des univers culturels différents ; or le poète ne lit pas le saint en archéologue scrupuleux, soucieux de préserver l'étrangeté d’une pensée distante, mais en homme qui cherche une nourriture et, partant, n'hésite pas à s’approprier le vieux texte. Ce n'est donc pas lui faire injure que de constater qu'il lui arrive dans le Journal (mais soyons sûrs qu'il ne procédait pas différemment avant 1904) par le biais d'une traduction contestable (il lit ordinairement Saint Thomas en latin99) ou en feignant de confondre le texte et l'un de ses innombrables commentaires100, de le tirer à lui, afin de le faire servir au débat intérieur. On aurait tort d'imaginer Claudel en disciple scrupuleux, soucieux de témoigner à la pensée du maître une fidélité rigoureuse. Π se réserve le droit de n'être pas d'accord, et de le dire avec vigueur : le Journal n'hésite pas à taxer Saint Thomas de "naïveté" pour avoir dit "que le récit de la Bible est fait pour les imbéciles et les ignorants" (J. I, p. 557)101 et Pierre de Gaulmyn rappelle qu'il n'a pas craint parfois de "compléter Thomas d'Aquin". Il cite à ce sujet une lettre à Frizeau du 19 octobre 1904, relative au Traité de la Co-naissance, dans laquelle Claudel indique :

  • 102 In Claudel, les Campagnes épistolaires, p. 117.

[la doctrine de Saint Thomas] sur la connaissance purement intelligible ne me satisfait pas, et j'espère avoir montré comment on pouvait dire que la connaissance même sensible restait en l’âme séparée102.

  • 103 Op. cit., p. 165. Le même livre cite (p. 73) J. Maritain, qui parle de "thomisme poétique" et (p. 1 (...)

14Si thomisme il y a, ce ne saurait donc être, comme l'indique d’ailleurs l'abbé Friche, qu'un "thomisme personnel et original"103.

15On remarquera, du reste, qu'en ce qui concerne Connaissance de l'Est tout au moins, Claudel n'a pas tant insisté sur l'influence de la doctrine que sur celle de la méthode. Saint Thomas, dit-il dans les Mémoires improvisés, lui a "formé l'esprit" (p. 146). Ce qu'il entend par là, sa lettre à l'abbé Friche du 5 février 1928 peut aider à le préciser ; dressant le bilan de sa lecture des Sommes, il écrit :

Ç'a été une merveilleuse nourriture et un merveilleux entraînement pour mon esprit, non seulement du point de vue philosophique, mais du point de vue artistique (...). Rien ne pouvait m’être plus utile que les trois principes que Saint Thomas m'avait appris à appliquer partout : définir, distinguer, déduire. J'avais appris aussi à apprécier l'immense valeur pour la raison elle-même des principes inébranlables que la foi nous fournit et qui sont comme une seconde et transcendante Création superposée à la première. Ces leçons m'ont transformé et se sont incorporées à toute mon activité créatrice. Vous avez donc parfaitement raison de m'appeler un poète thomiste, car les principes thomistes sont mêlés à chacun des mouvements de ma vie artistique (op. cit., pp. 155-156).

  • 104 Umberto Eco, dans son "Éloge de Saint Thomas", (in La Guerre du Faux, pp. 353-366) décrit en termes (...)
  • 105 Article cité p. 730. Il insiste par ailleurs sur le non-systématisme de la pensée du saint, rappell (...)
  • 106 MI, p. 156, et pp. 157-158 dans la bouche de Claudel.

16Les principes, dit Claudel ; et l'on doit surtout relever que, contrairement à la plupart de ses commentateurs, il s'abstient ici de rattacher telle ou telle de ses idées à la doctrine de Saint Thomas, de tracer une équation entre telle proposition des Sommes et telle autre de l'Art poétique. Ce qu'il a appris, c'est une méthode, qui est la méthode rationnelle. Le docteur angélique est celui qui a réhabilité, aux yeux de Claudel, une raison confisquée par les ennemis de l'Église, et notamment par les positivistes renaniens, en montrant qu'il n'y avait pas d'incompatibilité entre la foi et la raison, bien au contraire, et que les procédures rationnelles pouvaient être mises au service de la Révélation104. Dira-t-on que c'est là une vue partiale, trop aristotélicienne, de Saint Thomas, dont certains exégètes contemporains ont une perception très différente ? Le père Hubert, par exemple, dénonce l'habitude qu'on a prise "de lire la Somme avec une attention minutieuse aux 'enchaînements logiques' et à la 'rigueur du système'" des concepts, et n'hésite pas, par contre, à prononcer le mot de "mystique"105. Or, dans les notes prises en 1909 par J. Rivière après une conversation avec Claudel, c'est le nom de Descartes qui survient à l'occasion d'une réflexion sur la philosophie médiévale (la même association se laisse constater à deux reprises, dans les Mémoires106) :

  • 107 Correspondance P.C.-Jacques Rivière, p. 144.

Descartes a mis en roman la métaphysique du Moyen Âge et de l'antiquité. Dans la philosophie du XVIIème siècle, on cesse de sentir les fondations profondes, toute la superstructure permanente sur quoi le Moyen Âge appuyait ses édifices. Au Moyen Âge les pensées s'ajoutaient à un ensemble de vérités, déjà sûres : on avançait. Mais après le Moyen Âge, chacun a tout recommencé pour son compte et en son nom. Chaque philosophe, découvrant une idée qui était depuis longtemps partie intégrante du patrimoine catholique, mais qui avait été oubliée, s'en croyant l'inventeur et perdant la tête, la développait sans restrictions, jusqu'à l'absurdité ; "le monde est plein de vérités chrétiennes devenues folles" (Chesterton)107.

17Et Claudel, évoquant ensuite Saint Thomas ajoutait

C'est plus qu'une cathédrale, c'est une chaîne de montagnes (ibid., p. 145).

  • 108 J, I, p. 713.
  • 109 Segalen, Lettres à P.C., 12 février 1915. Le père Hubert (article cité) insiste au contraire sur le (...)
  • 110 J, I, p. 69.

18Aux yeux d'un poète qui considère le doute comme "l'état le plus pénible pour l'intelligence"108, Saint Thomas figure la certitude (ce "paradis de certitude"109 dont parle une lettre à Segalen) et la solidité ; il est de ceux qui procurent un sol solide à la pensée, qui sont aptes, comme dit le Journal à un autre propos, à "caler nos mouvements désordonnés", à fournir "un certain locus standi"110 ; de ce point de vue, il est possible que le dogmatisme et la force affirmative que l'on sent dans maints poèmes de Connaissance doivent quelque chose à la lecture des Sommes. Interrogé par J. Amrouche, dans les Mémoires improvisés, sur la première des Grandes Odes, Claudel nomme encore Saint Thomas. D y a, dit-il, dans Les Muses,

quelque chose de nouveau (...) que je dois probablement à mon étude et de la Bible et de Saint Thomas, c'est-à-dire la résolution d'arriver à la substance, d'arriver au fait, au substantif, c'est-à-dire de ne pas borner ma poésie à un rôle décoratif, mais à un rôle substantiel, réel, de tâcher de voir les choses telles qu'elles sont dans leurs rapports philosophiques les unes avec les autres (M.I., pp. 194-195).

  • 111 "Notes sur Mallarmé", O. Pr., p. 514.

19Bien qu'il n’ait pas été conçu pour s'appliquer à Connaissance (mais comment éviter, en le lisant, de se souvenir que la plupart des poèmes de Connaissance ont pour titre précisément un substantif ? et comment ne pas penser que Connaissance de l'Est est bien près de Connaissance de l'Etre ?) ce commentaire expose, semble-t-il, très clairement, l'ambition que Saint Thomas a pu susciter (ou raviver) chez Claudel : une ambition qui, convenons-en, n'est pas si éloignée de celle qui s'exprime dans la question mallarméenne, bien qu'elle vienne d'un horizon tout autre, et qu'elle s'énonce dans un vocabulaire qui semble incompatible avec la métaphysique désolée d'Igitur : "substance" est un mot qui ne s'accommode pas du vide où conclut le Mallarmé de Claudel, de cette "absence réelle"111 qui fait le terme de sa quête.

2. Mallarmé

20La présence de Mallarmé dans les coulisses de Connaissance est un des lieux communs de la critique claudélienne. Jacques Rivière, dès 1911 :

  • 112 . Correspondance Fournier-Rivière, p. 300.

L’influence de Mallarmé est sensible, mais uniquement du point de vue de la syntaxe. Si j'avais le temps je développerais ceci que la syntaxe de Mallarmé est un grand effort vers l'expression naturelle et la clarté (...). Et Claudel, qui cherchait à retrouver sous toutes les fragmentations la continuité profonde, s'est naturellement saisi de cette arme112.

21Plus récemment, Gilbert Gadoffre :

  • 113 . CE, "Introduction", p. 17. On peut rappeler que Claudel a parfois paru minimiser cette influence. (...)

Claudel n'hésite pas à voir dans Connaissance de l'Est son "œuvre la plus mallarméenne". Nous verrons que c'est encore plus criant qu'il ne le disait113.

  • 114 . Voir Albert Béguin : "Notes sur Mallarmé et Claudel".

22Entre les deux, Albert Béguin, qui s’employant à opposer systématiquement les deux poètes, abandonne toutefois Connaissance aux tenants de l'influence mallarméenne sur "la méthode et le langage"114 de Claudel.

23Pour ce qui est du "langage", ou de la "syntaxe", comme disait Rivière, on se reportera aux analyses d'Henri Guillemin et de Gilbert Gadoffre ; l'un et l'autre ont relevé, sur un mode volontiers ironique ou réprobateur, de nombreux mallarméismes dans la prose de Connaissance. Henri Guillemin demande par exemple

  • 115 . Le "converti" Paul Claudel, p. 98. Le texte visé, que G. Gadoffre cite lui aussi (avec la même ré (...)

comment ne pas apparier, tristement mais de la façon la plus irrécusable, certains paragraphes de Connaissance de l'Est (la phrase par exemple terrible sur laquelle s'ouvre le texte intitulé "Halte sur le Canal") et les pires contorsions stylistiques non pas même d'"Igitur", mais de son épigone Dujardin115.

  • 116 Claudel et son art d'écrire, p. 100.

24Un certain goût pour l'abscons, certaines complaisances à l'allitération (il cite l'aloès d'"Heures dans le Jardin", "sentinelle de solitude couleur de mer et d’armure") lui paraissent, à bon droit, porter la marque des années 90116. Gilbert Gadoffre n'est pas moins "attristé" par ce qu'il nomme des phrases "pseudo-mallarméennes", ou, plus brutalement, un "magma informe" (CE, p. 27). Il cite, pour exemple, le début de "Portes" :

...mais si, ayant gravi les degrés, au moment que leur main suspend un coup sur le tambour offert au visiteur, ayant perçu comme une voix assombrie par la distance leur nom, (car l'épouse ou le fils de toutes ses forces crie dans l'oreille gauche du mort), ils vainquent tous les deux une fatale langueur jusqu'à s'éloigner d'un et deux battants que disjoint la désirable fissure, l’âme retrouve son corps (...).

  • 117 CE, p. 337. Dans la même page G. Gadoffre estime que l’opposition de la lampe et de la cloche rejoi (...)

25G. Gadoffre s'attache également à relever les emprunts de Claudel à une certaine thématique chère aux symbolistes, citant par exemple "Tempête" ou "Tristesse de l'Eau" (p. 25), ou encore "La Nuit à la Vérandah" (à propos du motif du reflet), ou "La Lampe et la Cloche" (à propos de la lampe, "thème mallarméen par excellence"117).

  • 118 "Connaissance du Riz" in Microlectures, p. 184.

26Suzanne Bernard propose elle aussi des "appariements" (on se reportera à sa thèse pp. 527 et suivantes) signalant notamment "ces phrases volontairement enchevêtrées, riches en incidentes, et parfois - comme chez Mallarmé - construites en profondeur, sur plusieurs étages, pour parvenir à une synthèse plus forte". Jean-Pierre Richard, analysant pour sa part un poème ("Le Riz") où la présence de Mallarmé est beaucoup plus discrète et ne prête plus à l'ironie, y reconnaît néanmoins lui aussi des "procédés mallarméens d'écriture"118.

27Examinons rapidement quelques-uns de ces procédés. Il est commode, pour ce faire, de partir de l'inventaire proposé par Jacques Schérer dans sa Grammaire de Mallarmé. Reprenons quelques-uns des traits signalés par le critique :

281. La substantification des adjectifs. Claudel y recourt de façon parfois surprenante ("le manger dans l'ensommeillé et gourd", in "Vers la Montagne", p. 146 ; "Quelque chose (...) mûrit dans le nul et vaste son nombre" in "La Lampe et la Cloche", p. 334), parfois beaucoup plus anodine ("la polaire", in "Splendeur de la Lune", p. 205), mais il n'abuse pas de cette tournure.

292. L'usage fréquent des participes présents. Connaissance témoigne surabondamment du même choix. Il faudrait ici tout citer. On se contentera de renvoyer à ces phrases de "Halte sur le Canal" ou de "Portes", généralement réprouvées, et citées un peu plus haut.

  • 119 Claudel et son art d'écrire, p. 137.

303. Un goût pour les longs adverbes en-ment. Là aussi, les exemples seraient nombreux ; relevons, au hasard, "doucement" et "vaguement" (p. 90), "vaguement" (encore, p. 91), "obscurément", "complètement" et "purement" (p. 92), "mystérieusement" (p. 98), "singulièrement" (p. 99), "lentement" et "obliquement" (p. 100), "obscurément" (à nouveau, p. 105), etc. On pourra rapprocher ce trait du goût pour "les mots amples, bien articulés, bons au souffle" que signale H. Guillemin119.

314. L'inversion de l'adjectif. Je cite au hasard chez Claudel : "le sacré mot" (p. 139), "de noires îles" (p. 151), "cette basse estrade" (p. 156). Mallarméenne encore la position bizarre de l'adjectif "fœtal" dans la phrase suivante, qui est la première de "Splendeur de la lune" :

À cette clef qui me débarrasse, ouvre à mon aveuglement la porte de laine, à ce départ incoercible, à cette mystérieuse aménité qui m'anime, à cette réunion, fœtal, avec mon cœur à l'explosion muette de ces réponses inexplicables, je comprends que je dors, et je m'éveille (p. 204, je souligne).

32ou dans "Çà et là" :

Tous les modèles de pins sont offerts à mon choix, et selon leur position dans le pot ils expriment l'étendue du territoire que leur taille mesure, proportionnelle (p. 266).

335. Un usage inhabituel des prépositions. Ainsi dans Connaissance : "Le colosse, selon la seconde à ses siècles ajoutée, persévère (...)" ("Le Banyan", p. 143) ; "Le mouvement des lampes par la maison (...)" ("Vers la Montagne", p. 146). Mais, à dire vrai, c'est plutôt la solidité inusitée des conjonctions qui mérite d'être signalée.

34La liste, bien sûr, n'est pas close, et ne pourrait l'être que difficilement. On fera toutefois observer :

  • qu'aucun de ces procédés n'est exclusivement mallarméen ; plusieurs sont des traits d'époque. De plus, leur amplitude est trop restreinte pour que leur addition puisse suffire à définir le caractère d’un style.

  • que l'on a passé sous silence tout ce qui, dans l'inventaire de J. Schérer, ne se retrouve pas dans le recueil de Claudel. On ne saurait soutenir par exemple qu'il privilégie le nom et déprécie le verbe (or, ce privilège est, selon le critique, "le trait le plus saillant de la syntaxe de Mallarmé" (op. cit., p. 105)) ; si Mallarmé répugne à la subordination, il en va tout autrement de Claudel, qui affectionne les conjonctions lourdes et voyantes (voir plus haut l'introduction) ; enfin, s'il existe chez Mallarmé une prédominance du parlé, si l'on "trouve partout" dans ses proses "les traces du ton de la conversation" (op. cit., p. 70), il n'y a rien de tel dans Connaissance, qui préfère souvent l’articulation du style périodique aux "syncopes" et aux "arrêts brusques" (op. cit., p. 67) affectionnés par le maître.

  • 120 Voir à ce sujet les remarques de Suzanne Bernard (p. 527) qui se réfère à J. Schérer : selon elle l (...)

35On se gardera donc de conclure trop vite à partir de traits isolés. Si l'on retrouve en effet dans Connaissance de l'Est certains des traits de style isolés par J. Schérer, on n'y retrouve certainement pas la logique que le critique a cru discerner entre eux. Le goût de Claudel pour les participes présents, par exemple, peut difficilement passer chez lui pour un moyen de déprécier le verbe. Ses phrases bâties en effet sur plusieurs étages120, n'ont pas été construites ainsi afin de retrouver "le ton de la conversation". Si les instruments sont parfois les mêmes, leur emploi peut être tout autre. G. Gadoffre l’indique à propos de "La Lampe et la Cloche” : "Ce poème, l'un des plus mallarméens du recueil par le ton, les images, les adjectifs substantivés, les définitions négatives, permet de voir de plus près à quel point le matériel verbal et conceptuel du Symbolisme peut être manipulé de façon imprévue et porté loin de ses origines et de ses codes, en raison même de l'ambivalence des images et du halo vibratoire qui les entoure" (CE., p. 338). Regardons de plus près, par exemple, ces "définitions négatives" :

Aucune période dans le branle des astres qui ne soit combinée à noue assentiment ni dessein noué par le concert des mondes auquel nous ne soyons intéressés ! Aucune étoile dénoncée par le microscope sur la glace photographique à laquelle je ne sois négatif. L'heure sonne, de par l'action de l'immense ciel illuminé ! De la pendule enfouie au cœur d'une chambre de malade au grand Ange flamboyant qui dans le ciel successivement gagne tous les points prescrits à son vol circulaire, il y a une exacte réponse. Je ne sers pas à computer une autre heure. Je ne l'accuse pas avec une moindre décision (p. 335).

36Apercevant dans l'emploi de telles négations l'un des traits les plus caractéristiques de la syntaxe mallarméenne, Gilbert Gadoffre les désigne comme les instruments principaux de l’entreprise de "volatilisation du concret" (CE, p. 26) que poursuit l'auteur d'Igitur. Or, "on trouve dans Connaissance de l'Est de multiples exemples" de propositions négatives (ibid.). Ira-t-on pourtant jusqu’à soutenir qu'elles sous-tendent la même entreprise ? Il est manifeste que la négation, dans l'exemple ci-dessus, est un moyen paradoxal de rendre plus massive l’affirmation, et plus assuré le dogme. Même chose, un peu plus haut, pour "La Pluie" :

Ce n’est point que de la bruine qui tombe, ce n'est point une pluie languissante et douteuse (...). Il n'est point à craindre que la pluie cesse : cela est copieux, cela est satisfaisant. Altéré, mes frères, à qui cette très merveilleuse rasade ne suffirait pas (p. 197).

37pour "Le Fleuve" :

Point de branches ni d'affluents, la coulée est unique ; nous aurons beau remonter des jours, je n'atteins point la fourche (...) (p. 193).

  • 121 "Claudel, poète de la négation", Europe no 635, p. 130. G. Gadoffre parvient à la même conclusion d (...)

38À lire, ou à relire, ces phrases, on ne peut que souscrire aux conclusions de Michel Autrand qui, au terme d'une étude consacrée à "Claudel, poète de la négation", constate que celle-ci détermine une "intensification de la présence" : "Une positivité inattendue apparaît comme la conséquence, l'exigence même, du mouvement négatif"121.

39Nous voici donc insensiblement amenés de la "syntaxe" à la "méthode" (pour reprendre la distinction d'Albert Béguin). Certes, on peut douter qu'il existe une méthode de Connaissance : douter que les poèmes s'élaborent par un processus méthodique ; douter que ce processus soit unique. Et à supposer que le doute se trouve finalement éconduit et qu'on puisse discerner une méthode dans ce recueil, il se pourrait que tout notre travail n'ait pas d'autre objet que de la décrire : il est donc bien tôt pour prétendre épuiser ce sujet. On se bornera pour l'instant, et en attendant plus ample examen, à considérer que le mot renvoie à la fameuse question que nous avons évoquée plus haut et dont Claudel a clairement indiqué l'influence sur ses proses chinoises :

  • 122 "Une heure avec..." p. 156.

Connaissance de l'Est est mon œuvre la plus mallarméenne (...). Mallarmé, avec son instinct de professeur protestait contre le goût des écrivains de son temps de la description pour la description. Il se plaçait devant la nature, ou plus souvent devant un meuble ou un bibelot avec cette question : Qu'est-ce que ça veut dire ? Cette petite question a transformé toute la littérature française et elle est loin d'avoir épuisé sa vertu122.

40Éloge immense, et peut-être démesuré. Mais l’étude de 1926 sur "La catastrophe d'Igitur" l'affaiblira singulièrement, en prenant soin de signaler (on l'a rarement remarqué) que cette question merveilleuse est demeurée "stérile" entre les mains de Mallarmé "comme le téléphone, la photographie et le kinétoscope, qui n'ont d'abord été que des joujoux" (O. Pr., p. 511). Comment un "joujou" littéraire peut-il se transformer en "découverte immense" ? On cherchera une réponse à cette périlleuse question dans le passage des Mémoires improvisés qui précise la manière (ou l'une des manières...) dont Claudel, pour sa part, entendait la formule :

Je me suis toujours placé devant une chose non pas en essayant de la décrire telle quelle, par l'impression qu'elle faisait sur mes sens ou sur mes dispositions momentanées, mes dispositions sentimentales, mais en essayant de comprendre, de la comprendre, de savoir ce qu'elle veut dire (M.I., p. 79).

  • 123 M. Blanchot : "L'autre Claudel", NRF, septembre 1955, p. 404.

41Congé donné à l'impression ("ce n'est pas un recueil d'impressions" disait-il déjà à F. Lefèvre, p. 156) au momentané, au sentimental ; traites tirées sur l'intelligence et la conscience claire ; choix du savoir contre l'affect, de la réduction eidétique, comme dirait un philosophe, contre le pathos romantique, de l'objet contre le sujet - soit que Claudel obéisse en cela à quelque crainte intime ou besoin de refoulement, soit que cet homme "presque exagérément moderne"123 ait senti le besoin de placer ses poèmes sous le signe de la petite chouette de Pallas, dont le vol, selon le mot fameux de Hegel, accompagne notre crépuscule. Est-ce bien de cette façon que Mallarmé entendait la fameuse question, qui d'ailleurs, rappelons-le, ne figure pas dans ses écrits, ce qui nous autorise à douter qu'il lui ait jamais attribué la position centrale que lui a conférée Claudel dans son commentaire. Quoi qu'il en soit, on se défend mal d'un certain étonnement en voyant Claudel s'en autoriser pour résumer ainsi l'essentiel de la leçon de Mallarmé :

Mallarmé qui était tout le passé fut aussi l'avenir par ce grand principe qu'il nous enseigne : devant toute chose, se demander : qu'est-ce que cela veut dire ? Se placer dans une attitude critique. L'intelligence, source et ressource de la poésie (parmi d'autres) (op. cit., p. 514).

42Leçon surprenante, avouons-le : car si nous pensons, comme Claudel, que Mallarmé peut à bon droit passer pour l'un de ceux qui ont mis en évidence l'utilité de la fonction critique dans le processus d'invention (mais Baudelaire au moins l'avait déjà dit) c'est à une critique des mots, des clichés, des effets de mode, de l'ordre "normal" de la syntaxe, et non des choses que nous songeons. Mais cette surprise n'est rien à côté de celle qui nous guette dès qu’il devient clair que la rue de Rome ne porte pas ce nom pour rien, et que L'"intelligence" est, entre autres choses, un moyen de jeter une passerelle entre le salon d'Igitur et les tomes de la patristique. Le "joujou" symboliste, entre les mains de Claudel, prend soudain la forme d'une Croix, et la question mallarméenne nous prépare insensiblement à la "grammaire" de Saint Thomas :

Et alors, j'ai retrouvé plus tard, dans un texte de l'apôtre Saint Jacques, un passage qui répond exactement à cette question de Mallarmé (...). Et alors, pour répondre à cette question, j'ai trouvé plus tard un grand appui dans la philosophie de Saint Thomas d'Aquin qui a en effet en somme une espèce de grammaire, elle m'a permis d'écouter les choses qui me parlent, et de comprendre en détail les questions qu'elles me posent et auxquelles je suis invité à répondre (M.I., p. 79).

  • 124 Questionneur, Mallarmé ne procure pas de réponse. Cette idée reparaît à diverses reprises, soit que (...)
  • 125 Le "Converti" Paul Claudel, p. 206.

43Mallarmé procure la question ("Après cette question", continuent les Mémoires, "tout le profit que je pouvais tirer de la fréquentation de Mallarmé était inutile") les saints fournissent la réponse124. L'auteur d'Igitur se métamorphose inopinément en précurseur de Saint Thomas, et la question mallarméenne, nous l'avons rappelé en introduction, sert à justifier une description étonnamment rationaliste de Connaissance. Sans entrer pour l’instant plus avant dans le débat, on demandera simplement ce qui subsiste de Mallarmé dans une phrase mallarméenne entendue d'une telle façon. Certes, on peut assimiler la quête claudélienne du sens et la passion mallarméenne pour l'analogie : H. Guillemin signale à diverses reprises le rôle de cette figure, qui, "sur le type du "Banyan" de Connaissance de l'Est tire, tire, de la terre au ciel"125 ; G. Gadoffre, après avoir rappelé "l'insolite facilité d'association" et "le sens des analogies" dont était doué Mallarmé, conclut : "Dans Connaissance de l'Est on retrouve à tous les moments cette clarté mystérieuse et les étapes d'une quête de la signification" (CE, p. 25). Cependant, est-ce bien la même chose que de procurer une analogie et de donner une explication ? Claudel, dans les Mémoires ne mentionne pas l'analogie (découverte selon lui, plus tard, en lisant Saint Bonaventure) à propos des proses chinoises. Il parle par contre de "définition", de "conséquences", de "logique", de "raison". Or c'est si peu la même chose qu'il va jusqu’à dire de l'analogie :

Ça va très loin, parce qu'il n'y a plus de rapport rationnel. Ça échappe à la raison. C'est une espèce d'intuition (MI, p. 156).

44Il y a là, de toute évidence, une difficulté qu'il faudra élucider. Car de deux choses l'une : ou bien la description rationaliste que Claudel donne de son livre dans les Mémoires improvisés est exacte, et dans ce cas il faudra convenir que l'appréciation de l'influence mallarméenne doit être nettement révisée ; ou bien la rationalité et la "logique" à l’œuvre dans les proses chinoises ont été fortement exagérées par l’auteur et l'on peut alors réexaminer les rapports de Claudel et de Mallarmé, en tâchant de les soustraire à l'autorité peut-être excessive que la fameuse question a exercée sur la critique. Mallarmé, dans cette hypothèse, serait bien en effet dissimulé dans Connaissance : mais non pas exactement là où Claudel nous l'a montré. Nous n'en avons pas fini avec lui.

3. Jules Renard

  • 126 CE, p. 17.
  • 127 Ibid. p. 23.

45"On pense moins à Jules Renard", note Gilbert Gadoffre, sitôt mentionné Mallarmé126. Disons que l'on y pensait moins ; car l'argumentaire présenté dans Claudel et l'Univers chinois, et surtout dans l’introduction de l'édition critique, ne permet plus de douter que Renard soit (avec l'auteur d'Igitur) l'un des rois mages penchés sur le berceau de Connaissance. Bel exemple de ce "goût discordant" soupçonné par un graphologue perspicace : Claudel, note Gilbert Gadoffre, s'étonnait "d'être presque seul à pouvoir concilier ces admirations"127.

46Résumons brièvement l'argumentaire du critique. Il s'appuie notamment :

    • 128 Voir notamment CE, p. 18. Le nom de Renard apparaît seulement 8 fois dans le Journal ; la réprobati (...)
    • 129 Lettre à Pottecher du 3 juin 1893, CPC I, p. 103.

    sur divers textes de Claudel, où paraît le nom de Renard. Les deux hommes étaient en relations dès avant le départ du cadet pour les États-Unis. Renard, dans les années 90, est une figure importante du monde littéraire parisien, et Claudel ne lui marchande pas son admiration 128En avril 1896, le consul de France à Fou-tchéou reçoit les Histoires naturelles, envoyées par leur auteur, et confie à son ami Pottecher le plaisir qu'il a tiré de leur lecture129.

  • sur l'examen de quelques poèmes de Connaissance, et tout spécialement des premiers ("les cinquante premières pages", dit-il, p. 19) : "Les textes sur l'aloès, le porc, le banyan, si on les compare aux Histoires naturelles, semblent, à première vue, des pastiches qui seraient supérieurs au modèle" (CE, p. 19). On s'abstiendra de chicaner G. Gadoffre sur la place de "l'aloès", qui est très éloigné des cinquante premières pages : ce texte, l'un des fragments rassemblés sous le titre "Heures dans le Jardin", est l'un des tout derniers de la première partie. On peut, par contre, émettre quelques réserves sur le terme de "pastiche". Non que l'on refuse d'admettre ce que "Le Porc" de Claudel doit au "Cochon" de Renard. G. Gadoffre a très judicieusement recopié côte à côte une phrase de Renard :

Grognon, mais familier comme si nous t'avions gardé ensemble, tu fourres le nez partout et tu marches autant avec lui qu’avec les pattes (cité p. 20).

47et deux phrases de Claudel :

Sans jointure et sans cou, ça fonce en avant comme un soc. Cahotant sur ses quatre jambons trapus, c’est une trompe en marche qui quête (ibid.).

  • 130 "Il ne choisit pas l'herbe fine. Il attaque la première venue et pousse au hasard, devant lui, comm (...)

48On pourrait même ajouter une troisième phrase, tirée du "Cochon et les perles" auquel Claudel a emprunté (textuellement) la comparaison "comme un soc"130. Il demeure que, jusqu'à plus ample informé, ce "Porc" est le seul texte où l'on découvre de semblables menus larcins ; et surtout, le pasticheur ne procède pas, d'ordinaire, ainsi : il cherche à imiter une manière, un ton, une coupe de phrase. Pasticher n'est pas voler, mais mimer. T.-S. Eliot ne disait-il pas que les petits poètes imitent, et que les grands préfèrent voler ? Or, il paraît bien difficile de prétendre que Claudel a tenté d'imiter Renard, tant il est vrai que le ton héroïque de l'aloès ou du banyan est aux antipodes du sarcasme renardien ; et G. Gadoffre en convient d'ailleurs, qui note, pour conclure, que les textes de l'un et de l'autre ont des "sonorités aussi différentes que celles de l'épinette et de l'orgue" (op. cit., p. 23).

  • 131 Op. cit., pp. 19-23. On émettra des réserves quant à la similitude du présent renardien et du claud (...)
  • 132 Respectivement dans "Heures dans le Jardin" et "Novembre".

49Assurément, il est possible de retrouver chez Claudel des traits stylistiques qui sont présents chez Renard : ils font, dit G. Gadoffre, un même usage des démonstratifs, des pronoms personnels, du présent atemporel131. Claudel, qui loue dans sa lettre à Pottecher l'adresse avec laquelle Renard évite les adjectifs de couleur l'imite sur ce point, et l'on peut faire l'hypothèse raisonnable que sans "l'insecte nègre" des Histoires naturelles nous n'aurions pas eu les "fleurs couleur de bouche", le "soir couleur de goyave" ou la "poule couleur de flamme" de Connaissance de l'Est132. Mais n'y a-t-il rien que ces traits épars ? et n'est-il pas possible de rejoindre en amont un point de vue qui les fédérerait, et depuis lequel les deux projets esthétiques se rejoindraient partiellement ? paraîtraient un instant tangents ?

50G. Gadoffre a cru reconnaître chez les deux auteurs "un système commun d'organisation du texte autour d'une définition centrale" (CE, pp. 19-20). Et il poursuit :

Le banyan tire. La définition est séparée par un blanc du reste du poème pour marquer qu'elle régit ses corollaires. Après quoi, nous voyons l'arbre sacré emporter au ciel des paquets de chaînes, travailler au point que les muscles lui sortent de la peau, se tordre, se détendre, présider au destin du village et régulariser la fonction souterraine de l'eau.
Dans Les Grenouilles des Histoires Naturelles, la technique est assez semblable. La grenouille est définie d'emblée comme un ressort, et les phrases qui suivent tirent les conséquences d'une proposition initiale. Les grenouilles exercent leurs ressorts. Elles sautent dans l'herbe (...) elles se posent (...). Elles montent (...) elles crient… (CE, p. 20).

51Toutefois, si l'on rétablit le texte de Renard dans son intégrité, le rapport logique paraît beaucoup moins rigoureux que ne le suggèrent les fragments reproduits ci-dessus :

Par brusques détentes, elles exercent leurs ressorts. Elles sautent de l'herbe comme de lourdes gouttes d'huile frite. Elles se posent, presse-papiers de bronze, sur les larges feuilles du nénuphar.
L'une se gorge d'air. On mettrait un sou par sa bouche, dans la tirelire de son ventre.
Elles montent, comme des soupirs, de la vase (Histoires naturelles, p. 97).

52"Définition centrale" ? "Conséquences" ? La typographie suffit à mettre en doute l'idée d'une consécution logique très rigoureuse. On égrène ces phrases comme un chapelet de perles : chaque proposition, isolée entre deux blancs, propose une nouvelle trouvaille, métaphore ou comparaison. La métaphore initiale (le ressort) ne dispose d'aucun privilège, si ce n'est de venir avant les autres ; les images suivantes (huile frite, presse-papiers, tirelire, soupir) sont sans vrai rapport avec elle. En fait, cette page souscrit à l'esthétique renardienne de l'émiettement, bien mal faite pour plaire à Claudel :

  • 133 Cité in P. Schneider Jules Renard par lui-même, p. 122.

En morceaux, en petits morceaux, en tout petits morceaux133.

  • 134 Ibid p. 123.

Livrons-nous à l'universelle loi de l'éparpillement134.

53Dans une telle esthétique, le "centre" ne peut être le lieu privilégié qu'il est en effet chez Claudel, et il ne saurait y avoir "enchaînement" de corollaires.

54Ce n'est pas dire pour autant que les deux esthétiques ne puissent jamais coïncider. Voici par exemple ce qu'écrit Claudel, le 26 décembre 1930, à Léon Guichard, qui l'interrogeait sur Renard :

J'ai connu Jules Renard tout au début de ma vie littéraire et je m'étais pris pour son talent d'une vive admiration. C’était l'époque des Quillard, des Hérold, des Fontainas, d'Édouard Dujardin et de toute la pâle friperie symbolarde - le règne de la nuance mauve et du crêpe Liberty-Hérold avait vidé les casses de l'imprimeur de â ! J’étais infiniment reconnaissant à Renard, en tant que visuel et en tant que paysan, de sa vision précise et concrète des choses, de ses petits tableaux bien nets qui contrastaient avec la cuisine malpropre des naturalistes (cité in J, I, p. 1366).

  • 135 Voir supra notre Introduction. Citons aussi l'ironique Manifeste du Jammisme, paru en 1897 dans le (...)
  • 136 "La Catastrophe d’Igitur", O. Pr., p. 509. À la page suivante, Claudel assure, à propos de Mallarmé (...)
  • 137 Ibid. p. 512.

55On aperçoit ici nettement en quoi le "côté Mallarmé" et le "côté Jules Renard" s'opposent aux yeux de Claudel. Lui qui a notamment saisi la question mallarméenne comme une arme contre Loti et autres marchands de couleur se sert de Renard, sinon contre Mallarmé, du moins contre sa chapelle. Relevons entre autres le nom "paysan" (nous le retrouverons à propos de Rimbaud) : il dit à demi-mot le plaisir que donne une poésie de plein air - celle que prône également, dans le dernier lustre du siècle, la réaction naturiste de Saint Georges de Bouhélier et Maurice Le Blond135 - et qui ne saurait trouver son bien dans la chambre où Igitur, "parmi le mobilier étouffé et étouffant de l'ère victorienne"136, regarde la fumée de son cigare s'envoler devant les rideaux tirés. Relevons la netteté et la précision, qui sont aux antipodes des brouillards symbolistes et de ce que Claudel nomme l’"élusion" mallarméenne. Si Renard est l'homme du trait acéré, Mallarmé n'est pas, suggère-t-il, sans ressembler à la fumée de ses propres cigares, il est pareil à "une ballerine de l'opéra, avec son écharpe de gaze, elle-même impersonnellement gaze, élusion, et sourire"137.

56Mais on soulignera surtout, dans ces deux phrases, le mot tableau : "de petits tableaux bien nets”. Soulignons-le parce que ce mot, dont on pourrait se servir pour définir le genre adopté par Renard, Claudel l'emploie aussi, nous l'avons noté déjà, à propos de ses propres textes. À Lefèvre, en 1925 :

Il suffit d'un cadre souvent pour que le tableau existe (Une heure avec.... p. 156).

57À Amrouche en 1951 :

Quand je parle du pin, quand je parle du banyan, quand je parle des villes chinoises, ça commence toujours par une espèce de définition intérieure, comportant des conséquences, et avec la place que l'objet occupe au point de vue de la composition dans un ensemble, dans un tableau (M.I. p. 155).

58Et encore, au même, à propos de "Novembre" :

Tout tableau comporte un point lumineux plus intense. C’est ce point lumineux qui est le pivot de la composition (...). Tout tableau que vous faites est un tableau construit comme chez les anciens maîtres, autour d'un point lumineux qui a une intensité particulière, qui répand sa fascination sur tout le reste des éléments (M.I., pp. 158-159).

59Ajoutons à cette liste (qu'on pourrait allonger) le poème "Peinture", qui choisit le kakémono comme métaphore du poème.

  • 138 Ibid. p. 510.

60Or, qu'est-ce qu'un tableau ? Tout d'abord, et sous réserve de corrections ultérieures, la représentation visible de choses visibles. Choisir le tableau, c'est opter pour le sensible (Claudel, dans sa lettre, parle de "vision concrète") ; si Mallarmé dans sa "nuit sans espérance" ne prend "même pas la peine de soulever les rideaux et de regarder par la fenêtre"138, s'il habite "une prison de signes" (ibid.), le tableau exclut une telle réclusion et permet de faire droit à ce grand amour des choses visibles que Claudel, comme Mesa, a toujours avoué. Mais il faut prendre garde également à l'adjectif qui précède le nom dans la lettre à Léon Guichard : "de petits tableaux bien nets". Est-ce Renard qui a suggéré ce découpage du réel en unités de petite taille, placées sous l'étendard d’un unique substantif ? Il existe en tout cas une ressemblance marquée entre les titres de Claudel et ceux de Renard ; non pas une ressemblance verbale ou thématique (cela se produit rarement : "Le Porc", "Le Cochon" ; "Heures dans le jardin", "Au Jardin"...), mais une ressemblance, je dirais, d'amplitude. Certes les titres de Claudel sont sensiblement plus variés, mais lui aussi est amené à proposer une table des matières qui prend les objets un par un, et qui s'apparente peu ou prou à la liste des entrées d'une encyclopédie. "Le Cocotier", "Pagode", "Jardins", "Théâtre", "Le Banyan", "Le Porc", "Le Fleuve"... De ce point de vue, et quoi qu'il ait pu dire, il ne fait pas de doute que Claudel succombe, dans l'organisation de son livre, à "l'universelle loi de l'éparpillement". Il écrit des "pages",

...ce que j'appelle la page, une architecture de lignes contenue et déterminée par un cadre ("La Philosophie du Livre", O. Pr. p. 75).

61La page est un tableau, tout comme un tableau (une toile) est une page. L'œil écoute :

...il ne serait pas juste de dire qu'entre le dehors et nous, le peintre (je parle du peintre en général) ait la prétention de soulever aucun rideau. On pourrait plutôt dire qu'il l’a consolidé aux quatre coins.

62Ici, je ne résiste pas au désir d'interrompre le Claudel de 1935 pour faire entendre celui de 1896 qui commande dans "Peinture" :

Que l'on me fixe par les quatre coins cette pièce de soie (...) (p. 168 ; je souligne).

63Mais reprenons dans L'Œil écoute :

Ça a cessé de flotter, le champ vague de l'œil est devenu une page, un panneau limité et précis

64(vision précise" disait de Renard la lettre à Guichard, tableaux "bien nets"... Un panneau donc "limité et précis")

sur lequel l’artiste projette cette vision en lui d’un ensemble intelligible, une composition en vue d'un effet, quelque chose qui par la relation de ses divers éléments constitue un sens, un spectacle, quelque chose qui vaut la peine du temps que l'on met à le regarder (O.Pr., p. 192).

  • 139 Ibid. p. 512.

65Le choix du tableau procède clairement du refus de l'"élusion". Épinglée par son nom sur une page elle-même solidement fixée, la chose ne saurait échapper : qui pourrait prétendre qu’elle n'existe pas ? qu'elle n’est qu'apparence, "vacance" ou "absence"139 ?

  • 140 L’expression est dans les MI, p. 224 à propos de la première version du Partage.
  • 141 "Jardins", p. 99 ; l'expression figure aussi dans "Ville la Nuit", p. 92.

66Cependant, et indépendamment de Renard, le nom de tableau est également pour Claudel le moyen de dire son désir d'un texte construit. Pas de toile qui ne soit composée, et le désir du tableau est désir d'un texte qui ne soit pas seulement le produit d'un débridement, l'"explosion inconsciente de sentiments intérieurs"140, mais qui, selon une formule récurrente dans l'œuvre de Claudel, et dans Connaissance en particulier, "se compose dans toutes ses parties"141 : ce n'est évidemment pas un hasard si un bon nombre de poèmes tout au long du recueil, mais plus spécialement peut-être dans le début, reviennent obstinément sur le rapport du tout et des parties, sur ce "concert entre les éléments intérieurs par lequel ils s'empêchent réciproquement de passer" ("L'Art religieux", O. Pr., p. 111), sur ces moments où il semble que

tant de forces convergentes se fassent équilibre que l'ensemble acquière avec la dignité du sens, la valeur durable d'un enseignement et d'une parabole (ibid.).

67"D'un enseignement et d'une parabole" ? Nous voici curieusement ramenés en arrière. À quoi sert la composition ? À donner un sens ; à rendre intelligible ; en somme à répondre, une fois encore, à la question de Mallarmé.

68Mallarmé ou Jules Renard, demande G. Gadoffre. Mais il est un point au moins par lequel le côté de chez Mallarmé et le côté de chez Renard communiquent. C'est la part qu’ils font l'un et l'autre à l'intelligence, ou si l'on préfère à animus, à l'esprit :

  • 142 À Pottecher, lettre citée, CPC I, p. 103.

Notre ami fournit un argument psychologique très curieux, car il prouve qu'on voit avec bien autre chose que les deux yeux : il voit, lui, avec son esprit142.

69Quel est cet ami ? Mallarmé, bien sûr ? Erreur, c'est Renard. Et cette rencontre est instructive à double titre : d'une part, elle nous invite à ne pas durcir excessivement, à ne pas systématiser l'opposition entre Renard et Mallarmé : si différents qu'ils soient l’un de l'autre, il subsiste des points de passage et des terrains d'entente ; d'autre part, elle nous invite à considérer avec une attention toute particulière une préoccupation qui trouve moyen de resurgir ainsi à propos de deux auteurs que Claudel, par ailleurs, ne cesse guère d'opposer l'un à l'autre. Renard n'est pas moins que Mallarmé un homme de l’esprit, un homme d'animus. Rimbaud sera-t-il celui d'anima ?

4. Rimbaud

  • 143 Le Génie de Paul Claudel, publié en 1933.
  • 144 CE, pp. 28-29.

70La critique n'a pas manqué d'associer le nom de Rimbaud aux proses de Connaissance de l'Est. Mais, à l'exception de Jacques Madaule dans un livre déjà ancien143, elle l'a fait sans s'attarder et comme par acquit de conscience : Jean-Claude Morisot, dans son Claudel et Rimbaud, s’appuie plus volontiers sur l’œuvre dramatique pour étudier ce qu’il nomme les "transformations" ; et G. Gadoffre, qui consacre deux pages à Rimbaud dans un chapitre intitulé "Jules Renard ou Mallarmé ?" prend soin de rappeler que Claudel lui-même invitait les commentateurs à regarder plutôt du côté de la rue de Rome144.

  • 145 Citons en vrac : le départ vers l'Est, le goût des longues marches, l'ascendance rurale, l'éloignem (...)
  • 146 Positions et Propositions sur le Vers français, O. Pr., p. 37. Claudel se plaisait d'ailleurs à ass (...)

71Les raisons de ces réticences - de cet embarras, peut-être - sautent aux yeux : c'est que toutes les analogies, d'ailleurs relativement nombreuses, que les commentateurs signalent sont trop éparses et ponctuelles, de nature aussi trop diverse, les unes purement verbales, d'autres thématiques, biographiques, psychologiques...145, pour emporter jamais véritablement l'adhésion. Mallarmé offrait une méthode - ou à tout le moins une question ; Rimbaud ne semble autoriser que des rencontres ponctuelles. On peut mettre le doigt sur tels emprunts à Jules Renard, isoler des mallarméismes, on ne trouve guère de "rimbaldismes", à supposer qu'il existe quelque chose qui mérite ce nom : Claudel, pour sa part, ne semble pas l'avoir pensé, lui qui n'a jamais, à proprement parler, isolé chez Rimbaud des traits syntaxiques propres, du type de ceux que Jacques Schérer, par exemple, a répertoriés chez Mallarmé, jamais signalé des "procédés" dont un imitateur pourrait aisément se saisir. S'il lui est arrivé d'assurer que Rimbaud lui avait "enseigné la modulation", c'était façon de dire qu’il avait reconnu dans les proses de la Saison "l'épanouissement de la langue française développant enfin toutes les ressources de sa sonorité"146. Π est symptomatique à cet égard que les Positions et Propositions citent Rimbaud tout de suite après Pascal et Bossuet, pour ne rien dire du Code Pénal : Claudel a toujours confondu la prose rimbaldienne avec la perfection indivisible d'une langue, dont les ressources, dit la "Préface" rédigée en 1912 pour l'édition Berrichon, se trouvent "enfin pleinement utilisées" (O. Pr., p. 519). Voilà qui ne facilite pas les études comparatives.

  • 147 Sur la récurrence de ces motifs chez Rimbaud, voir J.-P. Richard, "Rimbaud ou la Poésie du Devenir" (...)

72Certes, il peut arriver qu'on rencontre dans Connaissance des inflexions très proches de celles des Illuminations. Par-delà les analogies thématiques, parfois étrangement précises (ainsi, ces "égoûts" que le poète d’"Enfance" regarde pareillement par en-dessous, ce marbre, ces "terrasses", ces "quais" qu'affectionnent les proses rimbaldiennes147) c'est bien la voix de Rimbaud que Claudel retrouve dans ces lignes de "Rêves" :

Amarré à l'orifice extérieur de ma cheminée, le canot, presque vertical, m'attend. Ayant fini mon travail, je suis invité à prendre le thé dans l'une de ces îles qui traversent le ciel dans la direction Est-Sud-Ouest. Avec l'entassement de ses constructions, les tons chauds de ses murs de marbre, la localité ressemble à une ville d’Afrique ou d'Italie. Le système des égoûts est parfait, et de la terrasse où nous sommes assis on jouit d'un air salubre et de la vue la plus étendue. Des ouvrages inachevés, quais en ruines, amorces de ponts qui croulent, entourent de toutes parts la Cyclade (p. 209).

  • 148 "Rimbaud recently deserted", in Ex Libris, p. 60.
  • 149 Saint-John Perse : OC, p. 675 (lettre à Rivière du 8 juillet 1910).
  • 150 Cinq Grandes Odes, "La Muse qui est la Grâce", O. Po., p. 268. G. Gadoffre, pour sa part, reconnaît (...)

73Description très proche, on le voit, de celles des Illuminations, par son indifférence au réalisme et son appel au féérique, par l'absence, inhabituelle, de toute intention didactique ou exégétique. Mais en retrouvant les rêves de Rimbaud, Claudel retrouve aussi ses airs, cette "vibration sèche" dont parle Gérard Macé148, comme d'une corde de Stradivarius ; il donne congé à l'ornement, à ces tics fin-de-siècle auxquels il est parfois sujet en même temps qu'à l'enthousiasme qui lui est naturel : on chercherait en vain le "sens du hourra" dans cette description distanciée, parfaitement exempte de marques affectives, et qui se contente de "noter" - comme l'autre aimait à le faire. On ne peut pourtant se dissimuler qu'une telle consonance est tout à fait exceptionnelle : la "divine maigreur" de la "langue cursive"149 qu'écrit Rimbaud est fort éloignée de ce que la phrase claudélienne, dans Connaissance, montre ordinairement de trapu et de lourdement lesté : l'homme aux semelles de vent face au "pataud aux larges pieds"150.

74Faut-il s'en tenir à cette antithèse ? Claudel a souvent insisté sur la nature intime et secrète de son rapport à Rimbaud. À Gide, il écrit en 1911 :

  • 151 Claudel, Gide, Frizeau : Correspondance, p. 187 (lettre du 12 décembre 1911).

Je ne puis jamais entendre parler de Rimbaud sans émotion, j'ai tellement vécu avec lui et me sens tellement uni à lui par les fibres les plus secrètes151 (je souligne).

75À Mallarmé, en 1897 - au moment, donc, de Connaissance :

  • 152 CPC, I. p. 54 (lettre du 26 juillet 1897).

Je puis dire que je dois à Rimbaud tout ce que je suis intellectuellement et moralement, et il y a eu, je crois, peu d'exemples d'un si intime hymen entre deux esprits. Son influence maintenant encore persiste sur moi152.

76À Pottecher, un an plus tôt :

  • 153 Ibid, p. 102 (lettre du 26 février 1896).

Au reste, je ne puis parler de Rimbaud avec sang-froid. Il a eu une telle influence sur moi sous tous les rapports que je me sens par l'esprit et les instincts poétiques lié à lui par des communications si secrètes et si intimes qu'il me semble faire partie de moi-même153.

77Remarquable constance d'un auteur pourtant peu réputé pour la fidélité de ses admirations littéraires : ne peut-on entrer dans ce secret-là, et dans cette intimité ?

*

78Entrer, soit ; mais par où ?

79Par un poème, peut-être : non pas un des poèmes chinois de Connaissance, mais un poème américain, composé au Brésil durant la première guerre mondiale. Ce texte - il s’intitule Consécration - en longs vers assonancés, est une méditation sur l'aventure de Rimbaud et la conversion de Claudel. Le "je" et le "tu" s'y mêlent, sans que l'on puisse être assuré que le second pronom désigne uniquement Rimbaud : preuve évidente d'identification. Mais on s'intéressera surtout à la place qu’occupe tout au long du texte la notion de "choses". Ce nom - pas si répandu, après tout, dans les commentaires de Rimbaud - se rencontre ici à sept reprises en cinq pages, et il occupe une place cruciale dans l’interprétation qui est donnée de l'entreprise rimbaldienne, et qu'on résumera ainsi : Rimbaud (comme Claudel) est épris des "choses visibles" ; il connaît

Le délice qui est associé à leur être et la communication qu'elles contiennent (O. Po., p. 508).

80Il croit à l'existence d'un mot "qui leur est intérieur" (ibid., p. 511). Comme Claudel, il a convoité

La combinaison de notre âme avec les choses créées (ibid., p. 510).

81Ici, l'on pourra s'étonner que Rimbaud ne soit pas l'auteur de Connaissance de l'Est. Mais ce n'est pas tout. Car en même temps qu'il éprouve le "délice" des choses, qu'il les voit toutes prêtes à parler et à nous livrer le mot qu'elles contiennent, il les sent aussi "étrangères", il les perçoit comme "un voile". Leur réalité lui semble équivoque, et même fâcheuse :

Ce qu'on appelle réalité des choses, à force de nous faire anonymes, nous finirons bien par la trouver en défaut, nous finirons bien par la trouver assoupie (p. 508).

82Et pourquoi cette déception, pourquoi ce désir d'endormir la réalité ? Pour atteindre, au-delà, une réalité plus solide et plus réelle : la Substance derrière l'Accident, et l'Être derrière les Étants.

  • 154 Étiemble : Le Mythe de Rimbaud, volume 1, p. 133.

83Laissons (pour l'instant) cette conclusion, où l'on voit poindre le visage d'un "Rimbaud catholicisé"154. Catholicisme mis à part, la mariée peut encore paraître trop belle, et l'entreprise rimbaldienne vraiment trop proche du projet poétique de Connaissance, pour qu'on n'aborde pas ce poème critique sans certaines précautions. Ces précautions prises, on notera :

    • 155 Pierre Brunel : Rimbaud, Projets et Réalisations, p. 300.

    que d'autres commentateurs, qu'on ne saurait soupçonner des mêmes arrière-pensées convertisseuses, confirment sur certains points l'analyse de Claudel : Pierre Brunei par exemple n'a pas craint de recourir au vocabulaire claudélien pour estimer que l’un des projets de Rimbaud fut de "découvrir cette anima des choses"155 ;

    • 156 Confidences à H. Guillemin, rapportées in Le "Converti" Paul Claudel, pp. 24-25.
    • 157 "La Catastrophe d'Igitur", in O. Pr., p. 508.
    • 158 Ibid., p. 509, je souligne. Chaque admiration chez Claudel sécrète, dirait-on, son propre antidote. (...)

    que Claudel n'aurait pu tirer Rimbaud si violemment à lui s'il n'y avait trouvé des prises. C'est assez, semble-t-il, pour qu'on se garde de récuser trop vite une interprétation qui pour être partiale (mais quelle interprétation ne l’est pas ?) n'en témoigne pas moins aussi en faveur de l'intuition critique de Claudel, et de l'intensité du rapport qu'il entretient avec l'auteur de la Saison. En examinant l'usage qu'il fait ici des notions de "choses", ou de "réalité", on songe à certaines confidences jadis recueillies par Henri Guillemin : c'est Rimbaud, dit alors Claudel, qui lui a redonné "le contact avec le réel", la sensation de la "réalité du réel"156. De telles assertions ne contredisent qu’en apparence le texte de Consécration, qui témoigne notamment du désir de trouver "en défaut", ou "assoupie", "ce qu’on appelle la réalité des choses" (O. Po., p. 508) : il est remarquable, en effet, que le nom de Rimbaud se trouve ainsi associé par deux fois, à de longues années d'intervalle, à l'énigme du réel, de la réalité problématique du réel, et aussi (car il ne fait aucun doute que la sensation de la "réalité du réel" est chez Claudel une sensation profondément libidinale) au "délice", très réel, qui est "associé à leur être" (ibid.). Quelle différence avec le Mallarmé de "La Catastrophe d'Igitur", "enfermé", estime Claudel, "dans une prison de signes"157 ! Rimbaud jamais ne fut compté parmi ces poètes chez qui "l'intelligence seule dans une spéculation désintéressée, conservait une ressource d'évasion"158.

84Mais on peut être plus précis. Il suffit pour cela de verser au dossier quelques-uns des textes dans lesquels Claudel s'attache à décrire - avec une permanence de vues qui ne laisse pas d'être remarquable - la vertu principale de l'écriture rimbaldienne. Dans la lettre à Pottecher de 1896, déjà citée, on lit :

Rien d'ailleurs [chez Verlaine] de ces jets soudains, de ces impatiences, de ces cris d'aigle qui caractérisent le génie et que l'on trouve par exemple dans le volume de poésies de Rimbaud que l'on vient de m'envoyer, mêlés d'une façon si dramatique aux rêves et aux balbutiements de l'enfance. La pièce intitulée Paris se repeuple en particulier me semble d’un mouvement, d'un âcre et d’une raideur admirables :
Tu rebois dans la vie effroyable ! Tu sens
Sourdre encore les vers livides dans tes veines C'est un volume informe et chaotique, mais, pour qui sait lire, l’indice d'un tempérament sublime. Les quatrains qui terminent le volume m'ont touché jusqu'à la mœlle des os :
Regret des bras épais et jeunes d'herbe pure !
(CPC I, p. 101).

85Seize ans plus tard, la préface de 1912 emploie les mêmes mots, cite les mêmes textes et les mêmes vers ; la première manière de Rimbaud, dit l'étude

est celle de la violence, du mâle tout pur, du génie aveugle qui se fait jour comme un jet de sang, comme un cri qu'on ne peut retenir en vers d'une force et d'une roideur inouïes :
Corps remagnétisé par les énormes peines,
Tu rebois donc la vie effroyable, tu sens
Sourdre le flux des vers livides en tes veines !
(Paris se repeuple).
Mais, ô Femme, monceau d'entrailles, pitié douce !
(Les sœurs de la charité).
Qu'il est touchant d'assister à cette espèce de mue du génie parmi
des espèces de jurons, de sanglots, de balbutiements ! (O. Pr., p.
516, je souligne).

  • 159 Ex libris, p. 74.
  • 160 "La Catastrophe d'Igitur", op. cit., p. 512.
  • 161 CPC, I, p. 100 (lettre à Pottecher du 26 février 1896).
  • 162 "La Catastrophe d'Igitur", op. cit., p. 508.
  • 163 Ibid. p. 512.

86La convergence des deux textes est tout à fait frappante, et permet d’appréhender assez bien le "spectre", pour emprunter encore une métaphore à G. Macé, que Rimbaud a pu laisser dans l'esprit de Claudel159. Contrairement à Mallarmé, cette "ballerine de l'Opéra"160, contrairement à Verlaine, cette "ouvrière parisienne"161, Rimbaud est aux yeux de Claudel essentiellement masculin ; c'est un "mâle tout pur", qui, au rebours de l'auteur d'Igitur, fasciné par le vide et l'absence, prisonnier de la "sympathie avec la Nuit"162, peut se féliciter que le soleil soit "revenu au ciel", communier avec Claudel dans la joie d’envoyer "par la fenêtre l'ameublement capitonné, les bibelots de bazar et le pallide buste de Pallas"163, partager avec lui cette croyance que "nous sommes faits pour dominer le monde et non le monde pour nous dominer" (ibid.).

87Ici, on peut appeler Jean-Pierre Richard au secours de Claudel - au secours du Rimbaud de Claudel :

  • 164 J.-P. Richard, op. cit., p. 194.

Tel est bien chez Rimbaud le projet essentiel de la création poétique : convertir la nostalgie baudelairienne en un mouvement de conquête, transmuer le passé en avenir, brûler si possible le présent et, à tous les niveaux de l'être, éveiller la future vigueur164.

  • 165 Voir P. Brunel, op. cit., p. 14.
  • 166 Dans la "Préface" de 1912, Claudel distingue chez Rimbaud plusieurs "périodes", ou "manières" (O. P (...)
  • 167 Par exemple in MI, p. 117.

88On a pu contester que ce projet-là fût le seul, ou même qu'il fût "essentiel"165. Mais, quoi qu'il en soit, et même s'il ne s'agit là que d'une des manières de Rimbaud166, on demeure frappé de la convergence entre l'interprétation du critique et celle de Claudel ; et, plus encore, de la convergence du projet ici décrit avec le projet claudélien. Laissons l'aversion pour la nostalgie, ce que Claudel appelait "la banquette arrière"167, sur laquelle nous reviendrons, et qui est une préoccupation contemporaine de Connaissance. Brûler le présent ?

  • 168 Comparer, dans la Saison, ce fragment où l'on reconnaît, outre la thématique, un usage très compara (...)

Soleil, redouble tes flammes, ce n'est pas assez que de brûler, consume : ma douleur serait de ne point souffrir assez. Que rien d'impur ne soit soustrait à la fournaise et d'aveugle au supplice de la lumière ! ("Ardeur", p. 215)168.

89Éveiller la future vigueur ?

Je prévois que le soleil se lèvera et qu'il me faut me préparer à en soutenir la force. Ô lumière ! noie toutes les choses transitoires au sein de ton abîme. Vienne midi, et il me sera donné de considérer ton règne, Été, et de consommer, consolidé dans ma joie, le jour - assis parmi la paix de toute la terre, dans la solitude céréale ("La Descente", p. 222).

  • 169 J.-P. Richard, op. cit., p. 214.

90Lorsque Jean-Pierre Richard, dans un autre passage, décrit l'aptitude de Rimbaud à "solliciter tous les présages, si obscurs soient-ils, de la Vigueur future"169, comment ne pas songer au Signe de "Salutation" ?

Et la journée tout entière n'épuisera point ma salutation. À l’heure sombre où, par la forêt d’orangers, le cortège nuptial armé de torches flamboyantes conduit la chaise de l'époux, au-dessus du cercle farouche de montagnes fumantes de tout mon être vers le Signe rouge que je vois s'élève l'applaudissement et l'acclamation. Je salue le seuil, l'évidence brutale de l'espoir, la récompense de l'homme incompromis ; je lève les mains vers l'ostension de la couleur virile ! ("Salutation", p. 289).

  • 170 Saint-John Perse : "Silence pour Claudel", in O.C., Pléiade, p. 484.

91Surgit toutefois une difficulté. C'est que si l'on aperçoit bien la sympathie que peut éveiller chez Claudel l'appétit rimbaldien de conquête, si l'on comprend qu'il ait pu se sentir frère de qui s’employait à récuser la nostalgie pour mieux éveiller la "future vigueur", on ne voit guère comment l'esthétique du jaillissement violent, de l'éruption, de l'épanchement brutal peut s'accommoder d'un livre nourri, nous dit-on, d'Aristote et de Saint Thomas. Le "rationalisme” de Connaissance à nouveau nous met au rouet : si la pensée de Claudel s'élève "au cric de la raison"170, comment s'accorde-telle avec une esthétique du cri et de la parole jaculatoire ?

92Dont acte. Voici cependant "La Source" :

Et je découvre dans un creux la source. Comme le grain hors du furieux blutoir, l'eau de dessous la terre éclate à saut et à bouillons. La corruption absorbe ; ce qui est pur seul, l'original et l'immédiat jaillit Née de la rosée du ciel, recueillie dans quelque profonde matrice, l’eau vierge de vive force s'ouvre issue comme un cri. Heureux de qui une parole nouvelle jaillit avec violence ! que ma bouche soit pareille à celle de cette source toujours pleine, qui naît là d’une naissance perpétuelle toute seule, insoucieuse de servir aux travaux des hommes et de ces bas lieux où, nappe épandue, mélangée comme une salive à la boue, elle nourrira la vaste moisson stagnante (p. 297).

  • 171 Il est piquant de retrouver dans la bouche de Claudel, à propos de ses propres œuvres (et notamment (...)
  • 172 J. Amrouche, in MI, p. 161.
  • 173 Amrouche, ibid.

93Texte particulièrement précieux parce que, comme plusieurs poèmes du recueil, c'est un texte programmatique, un texte qui formule un projet d’écriture : or quelques-uns de ses mots clés (jaillit, cri, force) sont les mêmes qui ont servi, en 1896, à décrire le génie de Rimbaud. Les vertus que Claudel convoite sont celles précisément qu'il a vantées chez son aîné. En même temps qu’il dessine un certain visage de Rimbaud, le commentaire des Poésies nous renseigne sur un certain désir de l'écrivain Claudel, sur un projet d'écriture qui est à l'œuvre dans Connaissance171, même s'il ne décrit pas, bien sûr, tout le projet de Connaissance, même si Claudel, se glosant lui-même dans les Mémoires improvisés, a omis (censuré ?) cet aspect de son œuvre, pour exagérer, au contraire, son appétit de rationalité. Accréditant de tout le poids de son autorité l'hypothèse exégétique, négligeant la violence sous-jacente à cet "inventaire raisonnable"172, et la "force du jet" sous la prétendue "patience"173 d'Animus, il s'est ainsi trouvé conduit à gauchir très sensiblement la tonalité d'un recueil beaucoup plus complexe et divers qu'il ne l'a dit.

94La proximité de Rimbaud, dans le fragment cité de "La Source", ne tient pas seulement, du reste, au mode de surgissement, mais à la qualité de ce qui surgit et que Claudel résume dans la notion de pureté. Faut-il rappeler que ce mot, tout au long de la vie de Claudel, a toujours été associé par lui au nom de l'auteur des Illuminations ? Déjà la lettre à Pottecher cite un vers de "Mémoire" (mais c’est le poème tout entier qui est construit autour de l’isotopie du pur et de l'impur) :

Regret des bras épais et jeunes d’herbe pure !

95Près de cinquante ans plus tard, le "Dernier salut à Arthur Rimbaud" de 1942, affirme que le "grand Vagabond" nous apporte "le message de la pureté édénique" (O. Pr., p. 523). Et quand il écrit à Marie Romain Rolland :

Quant à moi le jour de Noël, c'est cette idée poignante de la pureté, de l'innocence, de la simplicité parfaite qui m'a converti pour toujours,

96il ajoute en marge :

  • 174 Cité in G. Antoine, Paul Claudel ou l'Enfer du Génie, p. 67.

Il y a de beaux textes à ce sujet dans La Saison en Enfer de Rimbaud174.

97On s'est parfois indigné de l'"annexion" de Rimbaud par Claudel ; et certaines prières :

  • 175 Un poète regarde la Croix, in OC, tome XIX, p. 421.

Il est juste que je Vous prie pour Arthur Rimbaud sans qui mes yeux ne se seraient pas ouverts à Votre visage175.

98ont fait - font encore - grincer quelques dents. On se contentera de faire deux observations :

    • 176 G. Antoine, op. cit., p. 79.
    • 177 Positions et Propositions... op. cit., p. 45.

    Sans nécessairement faire sien le Rimbaud de Claudel, on voudra bien considérer qu'il y a dans de tels propos infiniment plus qu'une tentative d'"annexion". Claudel ne ment pas quand il associe la lecture de Rimbaud à sa propre conversion. Il est tout de même stupéfiant que lorsqu'il entreprend, rude entreprise ! de convertir la protestante Agnès Meyer, le premier conseil qu'il lui donne soit justement de lire Rimbaud176 ! Incapacité à sortir de soi, à concevoir l'altérité d'autrui ? N'importe : Claudel n'aurait pas donné ce conseil s'il ne l'avait cru efficace, si la corrélation entre les Illuminations et l'aventure survenue près du pilier de Notre-Dame n'avait été qu'un pieux mensonge. La foi lui est trop nécessaire, Rimbaud lui est trop nécessaire, pour qu'il puisse convenir de leur éventuelle incompatibilité ; et les disharmonies, les discordes qui l'habitent sont trop violentes pour qu'il ne tente pas - fût-ce au prix d'une partielle surdité - de réconcilier ces inconciliables. Séparer Rimbaud de Dieu, c'est consentir au divorce de la Muse et de la Grâce, de la foi et de la vocation poétique, c'est-à-dire ruiner l'édifice qui, aux yeux de Claudel, légitime la poésie, la laisser en état de ne produire plus guère que des "bibelots d’étagères, projets de pendule, souvenirs de Dieppe, tabatières à musique"177. C'est demander beaucoup à l'objectivité critique que d'être capable de ruiner des raisons d'être.

    • 178 MI, pp. 145-146.

    Connaissance de l'Est est à bien des égards le livre, secret, d'une conversion ; il est contemporain d'une période où Claudel, tout en songeant à entrer au cloître, poursuit son "évangélisation" intérieure, continue l'œuvre "d'instruction et de catéchèse"178 commencée à Paris et en Amérique. Il serait, dans ces conditions, tout à fait singulier que Rimbaud, régulièrement associé par Claudel au souvenir de sa conversion, n'y soit pas mêlé. Le "message de la pureté édénique" qu'il a cru reconnaître dans les écrits du mauvais garçon de Charleville est aussi celui qu'il souhaite délivrer. Je veux bien que les mots puissent avoir diverses valeurs ; il reste que lorsqu'on entend un des meilleurs critiques de Rimbaud assurer à son propos :

Le monde de demain sera (...) sans équivoque : pour loi, il aura l'amour, mesure parfaite et réinventée, et pour milieu l'éternité (J.-P. Richard, op. cit., p. 225).

99on se souvient d’"Ardeur", de "La Descente", de "Salutation", et l'on se sent moins porté à entonner, après tant d'autres, le refrain bien connu de la mauvaise foi claudélienne qu'à s'interroger sur la façon dont un certain vocabulaire d'origine incontestablement religieuse a pu s'insinuer dans les esthétiques fin-de-siècle les plus ouvertement anti-catholiques. On souscrira ici au jugement de P. Brunel, décrivant à propos de Rimbaud la "tension d'une imagination et d'une écriture engagées dans un jeu périlleux avec ce qu'elles refusaient le plus" :

Rimbaud le païen, le nègre, le mal christianisé parti en guerre
contre le christianisme se sait cerné par le christianisme. Parce
qu'il a voulu écrire contre l'Évangile, et même pour cela récrire
l’Évangile, il sent venir à chaque instant sous sa plume le langage
évangélique (op. cit., p. 221).

100Que Claudel ait négligé (étouffé) le premier terme de ce paradoxe est hors de doute. Il a, par contre, pleinement exploité le second. Il est légitime de lui en faire reproche. Mais on peut également choisir de saisir l'occasion qui nous est ici procurée de saisir sur le vif les connivences qui existent entre la conversion de Claudel et les métaphysiques idéalistes du XIXème siècle finissant.

  • 179 Dans une conférence faite à Brangues en juillet 1989, Richard Berchan a étudié la peur qu'éveille a (...)

101Avons-nous ainsi pénétré, comme nous le souhaitions en commençant, dans l'intimité d'une relation que Claudel disait secrète ? Du moins espérons-nous avoir montré qu'il s'agit, entre Claudel et Rimbaud, de beaucoup plus que d'une influence : d’une véritable consanguinité. Consanguinité imaginaire sans doute (mais quelle consanguinité littéraire ne l'est pas ?) et fallacieuse, il se peut bien, puisqu'enfin Claudel s'arrange un peu vite des blasphèmes de son aîné. Mais fallacieuse en partie seulement. Mallarmé a pu éblouir Claudel, influer sur son écriture, voire lui souffler une "méthode" ; Renard a pu le séduire, lui indiquer la solution de certains problèmes techniques. Rimbaud est tout autre chose : un autre soi-même, comme un Claudel maigre qu'il admire, et envie, non sans considérer avec quelque effroi son destin179. Il est peu contestable que cette identification repose sur plusieurs quiproquos ; c'est la règle, en matière d'identification : mais qui ne sait qu'il existe des quiproquos salutaires, comme des lucidités mortelles ?

*

  • 180 M. Blanchot, "L'autre Claudel", p. 404.
  • 181 "Notes sur Mallarmé", O. Pr., p. 513.
  • 182 "La Catastrophe d'Igitur", O. Pr., p. 508.

102Arbre tordu, disions-nous. Et qu'avons-nous vu ? Un homme "presque exagérément moderne"180 qui cherche, et trouve, sa nourriture chez un docteur médiéval ; un "paysan" séduit par "la fleur suprême de Paris" et "le résumé exquis d'une race urbaine"181, un poète épris de "logique" et de "raison", mais se donnant furieusement à une figure (l'analogie) qui, de son propre aveu, "échappe à la raison" ; un auteur attentif à composer ses "tableaux", sans pour autant cesser d'attendre le jaillissement d'une parole qui, "de vive force", s'ouvrirait "issue comme un cri" ; un esprit assez rare pour goûter à la fois le réalisme de Renard, son esthétique du trait, et la délicieuse "élusion" mallarméenne ; un catholique, enfin, saluant pour ses maîtres un poète, Rimbaud, dont il feint de ne pas entendre les blasphèmes, et un écrivain, Mallarmé, qui trouve son "climat spirituel" dans "le silence de la lumière"182, mais dont les questions, assure-t-il, trouvent une réponse chez Saint Thomas...

103On peut, bien entendu, ironiser sur ces contradictions (mais l'ironie est déplacée) ou tenter d'en limiter la portée en rappelant, ce qui est exact, que ces noms très divers peuvent parfois servir à désigner des aspirations voisines : nous l'avons signalé à propos de Renard et de Mallarmé, voire de Mallarmé et de Saint Thomas, et il est vrai que ces rencontres, lorsqu’elles concernent, par exemple, l'intelligibilité du visible, trahissent une des lignes de force de l'esthétique claudélienne. Mais ces convergences, quelles qu'elles soient, ne suffisent pas à résoudre des antinomies que le besoin claudélien de méthode, qu'elle soit thomiste ou mallarméenne, dénonce avant d'aider, peut-être, à les résorber. Elles ne suffisent pas, surtout, à éteindre la souffrance qui naît de ces contradictions. Celles-ci, en effet, ne doivent pas être décrites en termes uniquement intellectuels ou logiques : elles sont aussi profondément affectives. La torsion ne va pas sans douleur, et ce que l'analyste, aujourd'hui, sereinement range côte à côte, ou face à face, ne peut pas être sans rapport avec ce que Claudel a lui-même nommé un "drame".

Notes

89 Le livre de l'abbé Friche s'intitule Études claudéliennes. L'essai de J. Madaule a pour titre "L'exigence de Dieu dans l'œuvre de P.C." ; Saint Thomas n’y est guère mentionné.

90 Voir à ce sujet E. Friche, op. cit., p. 159 ; et aussi Charles Du Bos : Approximations, Paris, Correa, 1932 ; J. de Tonquédec : L'Œuvre de P.C., Paris, Beauchesne, 1917 ; J. Maritain : "Un Génie catholique", in La Vie intellectuelle, 10 juillet 1936. Le Père Varillon se montre plus nuancé. Dans son Claudel (Desclée de Brouwer, "Les Écrivains devant Dieu", 1967) il concède que la scolastique "consolide les assises rationnelles de sa foi, sans pour autant, comme on l'a trop dit, comme il nous a lui-même trop encouragés à le dire, ruiner tout ce qui, notamment dans la conception de l'espace et du temps, préfigure Bergson, Heidegger, Merleau-Ponty et même Marcel Proust" (p. 59).

91 "P.C. et la dangereuse métaphysique du Beau", BSPC no 125, pp. 1-19.

92 Voir par exemple la correspondance P.C.-J. Rivière p. 145. Même affirmation dans les MI, pp. 95 et 146.

93 E. Friche, op. cit., pp. 155-156.

94 Ibid. p. 124.

95 P. 45.

96 Fr. Varillon et J. Petit, dans leur édition du Journal, signalent dans le texte du Cahier IIa des résumés d'Aristote. Ils supposent qu'à cette date Claudel lit des fragments de la Physique, du De Anima, et de la Métaphysique, dans les notes d'une Somme. Voir J. I, note 9 de la page 140.

97 MI, p. 146 : "C'est pendant ces cinq ans que j’ai lu et annoté d'un bout à l'autre les deux Sommes de Saint Thomas".

98 Il est évident que certaines des questions qui tourmentent Claudel ne sont pas étrangères à la problématique de Saint Thomas et que, dans les réponses qu'il leur apporte, ou tente de leur apporter, la lecture des Sommes a joué un rôle : on pense notamment à la question, si importante dans CE, de la réalité et/ou de l'irréalité du monde extérieur (de ce que la scolastique nomme "universitas creaturarum"). Mais c'est une question qui a tourmenté plus d'un philosophe, et qui est d’actualité dans une fin de siècle si bien convertie à l'idéalisme que les élèves de rhétorique, dit drôlement un chroniqueur, rentrent chez eux annoncer "à leurs parents ébahis que le monde n'existe pas". Dans un tel contexte, le thomisme est pour Claudel un allié : il lui procure des munitions.

99 Voir par exemple J, II, p. 161 (novembre 1936) et la note 5 de J. Petit

100 Voir par exemple J., II, p. 308 (mars-avril 1940). Claudel attribue à Saint Thomas une sentence latine "Ratio pulchri consistit in quadam consonantia diversorum" où il est évidemment tentant de reconnaître sa propre théorie de l'accord. Mais la note 4 nous apprend que cette phrase est en fait d’un de ces commentateurs que Claudel affecte par ailleurs de dédaigner.

101 Cette affirmation paraît pour le moins surprenante. Les commentateurs modernes insistent au contraire sur la fréquence des citations bibliques chez Saint Thomas qui, comme beaucoup d’hommes du XIIIème siècle, connaissait la Bible par cœur (voir à ce sujet J.-G. Bougerai : "Saint Thomas d'Aquin et Saint Bonaventure, frères amis", in 1274, année charnière (ouvrage collectif), pp. 748 et suivantes). Relativisant l'influence d'Aristote, ils aperçoivent chez lui "une pensée fondamentalement biblique" (Martin Hubert : "L'humour de Saint Thomas en face de la scolastique", in 1274..., p. 736). Claudel, pour sa part, regrettait (devant J. Guitton) que Saint Thomas, contrairement à Saint Bernard, n'ait "pas le sens de la Bible" (voir "Claudel et Heidegger", in Profils parallèles, p. 465). C'est en fait sa colère contre les interprètes "littéralistes" de la Bible qui reparaît ici, saint Thomas étant de ceux qui promeuvent le sens littéral et historique de l'Écriture.

102 In Claudel, les Campagnes épistolaires, p. 117.

103 Op. cit., p. 165. Le même livre cite (p. 73) J. Maritain, qui parle de "thomisme poétique" et (p. 171) R. Grosche, qui fait de Claudel le "thomiste le plus original de notre temps".

104 Umberto Eco, dans son "Éloge de Saint Thomas", (in La Guerre du Faux, pp. 353-366) décrit en termes comparables l’apport du grand théologien : "Il a voulu dire que la foi n’est pas en désaccord avec la raison, et que donc on pouvait encore s'accorder le luxe de raisonner en sortant de l'univers de l'hallucination" (p. 362).

105 Article cité p. 730. Il insiste par ailleurs sur le non-systématisme de la pensée du saint, rappelle "l'affirmation indéniable de l'article 10 de la question 1 de la pars (scandale de tous les temps et pour tous les modernes)" qui met en droit d’envisager "une pluralité de sens littéraux de l’Écriture" (p. 728) et conclut : "Ce qui a (je pèse mes mots) le moins de poids dans la pensée de Saint Thomas, c'est Aristote" (p. 736).

106 MI, p. 156, et pp. 157-158 dans la bouche de Claudel.

107 Correspondance P.C.-Jacques Rivière, p. 144.

108 J, I, p. 713.

109 Segalen, Lettres à P.C., 12 février 1915. Le père Hubert (article cité) insiste au contraire sur le non-systématisme de la pensée du saint.

110 J, I, p. 69.

111 "Notes sur Mallarmé", O. Pr., p. 514.

112 . Correspondance Fournier-Rivière, p. 300.

113 . CE, "Introduction", p. 17. On peut rappeler que Claudel a parfois paru minimiser cette influence. Dans son 17ème entretien avec Amrouche, entretien entièrement consacré à Connaissance, il assure que, dès les premiers mois à Shanghai, l'"importance nourricière" du maître de la rue de Rome n'était plus qu'un souvenir : "Là, maintenant, Mallarmé était devenu un écrivain, mon Dieu, que j'aimais, un homme pour qui j'ai toujours eu beaucoup de sympathie, mais enfin sans importance particulière" (M.I., p. 154).

114 . Voir Albert Béguin : "Notes sur Mallarmé et Claudel".

115 . Le "converti" Paul Claudel, p. 98. Le texte visé, que G. Gadoffre cite lui aussi (avec la même réprobation) est le suivant : "Mais, dépassant le point où de leur lointain village chassés par le désir de manger, le Vieux et la Vieille, sur le radeau que fait la porte de la maison guidés par le canard familier, connurent à l'aspect de ces eaux où il semblait que l'on eût lavé du riz, qu'ils pénétraient dans une région d'opulence, poussant au travers de ce canal large et rectiligne, que limite la muraille rude et haute par où la cité est enclose avec son peuple, à ce lieu où l’arche exagérée d'un pont encadre avec le soir sur le profond paysage la tour crénelée de la porte, nous assujettissons notre barque par le dépôt dans l'herbe des tombes d'une pierre carrée, comparable à l'apport obscur de l'épitaphe" ("Halte sur le Canal", p. 242). Le même critique dans Claudel et son art d'écrire, cite encore comme exemple du "jargon post-mallarméen" un extrait de "Considération de la Cité" ("Monument par le soir..." (p. 98)), et comme "exemple daté et signé de prose symboliste" la phrase sur le repli "cochléaire" de l'allée de "Heures dans le Jardin".

116 Claudel et son art d'écrire, p. 100.

117 CE, p. 337. Dans la même page G. Gadoffre estime que l’opposition de la lampe et de la cloche rejoint celle de la lampe et de la pendule proposée par Mallarmé dans la "2ème Lettre sur l'Exposition internationale de Londres".

118 "Connaissance du Riz" in Microlectures, p. 184.

119 Claudel et son art d'écrire, p. 137.

120 Voir à ce sujet les remarques de Suzanne Bernard (p. 527) qui se réfère à J. Schérer : selon elle la complexité de la phrase mime la complexité du monde dont elle propose une "synthèse".

121 "Claudel, poète de la négation", Europe no 635, p. 130. G. Gadoffre parvient à la même conclusion dans un article postérieur à son édition critique "Claudel et Mallarmé", in Symbolism and modem literature, 1978.

122 "Une heure avec..." p. 156.

123 M. Blanchot : "L'autre Claudel", NRF, septembre 1955, p. 404.

124 Questionneur, Mallarmé ne procure pas de réponse. Cette idée reparaît à diverses reprises, soit que Claudel précise que la fameuse question "pour lui d'ailleurs comportait non pas une réponse, non pas une explication, mais une authentification par le moyen de cette abréviation incantatoire qu'est le Vers..." (O. Pr., "La Catastrophe d'Igitur, p. 511), soit que l'absence de réponse soit donnée comme la conséquence d’une impuissance à répondre, résultant elle-même de l'ignorance de Dieu : "Mallarmé n'était pas chrétien. Il avait devant les yeux un monde qui ne se justifiait pas en droit, privé de sa raison d'être, incapable de répondre à la question : pourquoi ?" (J., II, p. 801).

125 Le "Converti" Paul Claudel, p. 206.

126 CE, p. 17.

127 Ibid. p. 23.

128 Voir notamment CE, p. 18. Le nom de Renard apparaît seulement 8 fois dans le Journal ; la réprobation morale et idéologique n'a jamais tout à fait ruiné une admiration littéraire qui s'exprime encore (sur le mode léger, il est vrai) en mai-juin 1944 : "Le Journal de J. Renard est plein de choses charmantes" (J. Π, p. 485).

129 Lettre à Pottecher du 3 juin 1893, CPC I, p. 103.

130 "Il ne choisit pas l'herbe fine. Il attaque la première venue et pousse au hasard, devant lui, comme un soc (...) son nez infatigable" (Histoires naturelles, p. 77).

131 Op. cit., pp. 19-23. On émettra des réserves quant à la similitude du présent renardien et du claudélien. Sur ce sujet voir plus bas, 2ème partie, chapitre 6.

132 Respectivement dans "Heures dans le Jardin" et "Novembre".

133 Cité in P. Schneider Jules Renard par lui-même, p. 122.

134 Ibid p. 123.

135 Voir supra notre Introduction. Citons aussi l'ironique Manifeste du Jammisme, paru en 1897 dans le Mercure de France, et selon lequel "Toutes choses sont bonnes à décrire lorsqu'elles sont naturelles" ; le livre de Claudel se rattache ainsi à la fois au symbolisme et à ceux qui le contestent ou s'en écartent.

136 "La Catastrophe d’Igitur", O. Pr., p. 509. À la page suivante, Claudel assure, à propos de Mallarmé, que "l'inexorable nuit du dehors fait de lui pour toujours un homme d'intérieur". C'est Claudel qui souligne.

137 Ibid. p. 512.

138 Ibid. p. 510.

139 Ibid. p. 512.

140 L’expression est dans les MI, p. 224 à propos de la première version du Partage.

141 "Jardins", p. 99 ; l'expression figure aussi dans "Ville la Nuit", p. 92.

142 À Pottecher, lettre citée, CPC I, p. 103.

143 Le Génie de Paul Claudel, publié en 1933.

144 CE, pp. 28-29.

145 Citons en vrac : le départ vers l'Est, le goût des longues marches, l'ascendance rurale, l'éloignement pour la "société des femmes" (ce dernier trait signalé par Claudel dans les MI, p. 30), une commune prédilection pour l’aube, un commun désir d'être consumé, une horreur partagée à se trouver les mains ballantes et sans emploi, etc. On notera, plus modestement, qu'Illuminations partage au moins un titre avec le recueil de Claudel : deux des proses de Rimbaud, en effet, s'intitulent "Villes" (une troisième réemploie le même nom au singulier), comme ce poème qui confronte Londres, Paris et Boston aux cités chinoises. Et les entassements de constructions qu'on aperçoit dans "Considération de la cité”, ou dans certains fragments de "Rêves" ne sont pas sans affinités avec ceux qu'élèvent chez Rimbaud, "Les Ponts", "Métropolitain", ou "Promontoire". On songe notamment, devant cette Jérusalem de nuages, à la conclusion des Ponts : "Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie".

146 Positions et Propositions sur le Vers français, O. Pr., p. 37. Claudel se plaisait d'ailleurs à assurer que Rimbaud n'était pas un écrivain. Voir par exemple la lettre du 13 juin 1911 à P. Berrichon citée in O. Pr., p. 1469 : "Ce ne fut pas un écrivain ni un homme de lettres, il appartient à un plan différent”. Henri Bouillier (Victor Segalen, p. 140) rapporte des propos identiques tenus à Segalen en juin 1909 ; voir aussi "Un dernier salut à A.R. "O. Pr., p. 522.

147 Sur la récurrence de ces motifs chez Rimbaud, voir J.-P. Richard, "Rimbaud ou la Poésie du Devenir", in Poésie et Profondeur, p. 243. Le canot aérien du consul nous remet en mémoire ce fragment de la Saison : "Quelquefois je vois au ciel des plages sans fin couvertes de blanches nations en joie. Un grand vaisseau d'or, au-dessus de moi, agite ses pavillons multicolores sous les brises du matin" (p. 116).

148 "Rimbaud recently deserted", in Ex Libris, p. 60.

149 Saint-John Perse : OC, p. 675 (lettre à Rivière du 8 juillet 1910).

150 Cinq Grandes Odes, "La Muse qui est la Grâce", O. Po., p. 268. G. Gadoffre, pour sa part, reconnaît l’ombre de Rimbaud dans "La Descente" : "La présence de Rimbaud", écrit-il, "est rarement aussi visible" (CE, p. 223).

151 Claudel, Gide, Frizeau : Correspondance, p. 187 (lettre du 12 décembre 1911).

152 CPC, I. p. 54 (lettre du 26 juillet 1897).

153 Ibid, p. 102 (lettre du 26 février 1896).

154 Étiemble : Le Mythe de Rimbaud, volume 1, p. 133.

155 Pierre Brunel : Rimbaud, Projets et Réalisations, p. 300.

156 Confidences à H. Guillemin, rapportées in Le "Converti" Paul Claudel, pp. 24-25.

157 "La Catastrophe d'Igitur", in O. Pr., p. 508.

158 Ibid., p. 509, je souligne. Chaque admiration chez Claudel sécrète, dirait-on, son propre antidote. Mallarmé avait été autrefois utile à Claudel pour récuser le naturalisme ; les Illuminations lui ont servi à secouer le "matérialisme inouï" d'un "monde abruti" (O. Pr., p. 523), mais elles sont également une arme contre l'allié d'hier, ce Mallarmé tout adonné à la "complaisance au malheur", à l'"amère communion entre les ténèbres et cette infortune d'être un homme" que "La Catastrophe d'Igitur" dénonce chez lui comme chez Poe et Baudelaire (O. Pr., p. 508).

159 Ex libris, p. 74.

160 "La Catastrophe d'Igitur", op. cit., p. 512.

161 CPC, I, p. 100 (lettre à Pottecher du 26 février 1896).

162 "La Catastrophe d'Igitur", op. cit., p. 508.

163 Ibid. p. 512.

164 J.-P. Richard, op. cit., p. 194.

165 Voir P. Brunel, op. cit., p. 14.

166 Dans la "Préface" de 1912, Claudel distingue chez Rimbaud plusieurs "périodes", ou "manières" (O. Pr., p. 516).

167 Par exemple in MI, p. 117.

168 Comparer, dans la Saison, ce fragment où l'on reconnaît, outre la thématique, un usage très comparable du vocatif et de l'impératif :
"...les yeux fermés, je m'offrais au soleil, dieu de feu.
"Général, s'il reste un vieux canon sur tes remparts en ruines, bombarde - nous avec les blocs de terre sèche. Aux glaces des magasins splendides ! dans les salons ! Fais manger sa poussière à la ville. Oxyde les gargouilles. Emplis les boudoirs de poudre de rubis brûlante..."
Oh ! le moucheron enivré à la pissotière de l'auberge, amoureux de la bourrache, et que dissout un rayon !" (Pléiade, p. 109).
Ce texte peut également être rapproché d’un fragment du "Sédentaire" où l’on retrouve le verbe (dissoudre) que l'on vient de lire chez Rimbaud :
"Ah, s'il est enviable de se dissoudre dans l'étreinte flamboyante, enlevé dans le tourbillon du souffle véhément, combien plus beau le supplice d'un esprit dévoré par la lumière !" (p. 280).
Reste bien sûr à savoir si l'on voudra se montrer plus sensible aux similitudes ou aux différences : il y a loin du moucheron rimbaldien voletant dans la pissotière à l'éblouissante apothéose dont s'enivre le lyrisme claudélien. Le ton de Claudel n'est pas ici celui de Rimbaud.

169 J.-P. Richard, op. cit., p. 214.

170 Saint-John Perse : "Silence pour Claudel", in O.C., Pléiade, p. 484.

171 Il est piquant de retrouver dans la bouche de Claudel, à propos de ses propres œuvres (et notamment de ses œuvres de jeunesse, de celles qui correspondent à sa propre première manière) des jugements assez comparables. Ainsi la première version du Partage de Midi, n'est-elle qu'une "explosion inconsciente de [ses] sentiments intérieurs" (M.I., p. 224) : jaillissement, là encore, "cris d'aigle" mêlés de balbutiements. Mais il est plus singulier d'entendre Mallarmé appliquer à La Ville cette même métaphore qui devait servir pour Rimbaud : "J'admire comme cela sourd et la force du jet" (CPC, I, 41). Et il est remarquable qu'un critique aussi attentif que Gabriel Bounoure, dans une très belle étude qui relit Connaissance à la lumière de L'oiseau noir (in NRF, tome CCXVII, 1931, pp. 630-640) choisisse, sans citer le nom de Rimbaud, justement les deux adjectifs dont Claudel avait fait usage, en évoquant l’"attaque roide et mâle de la chose par le mot" qui caractérise à ses yeux le style de L'oiseau noir et de Connaissance.

172 J. Amrouche, in MI, p. 161.

173 Amrouche, ibid.

174 Cité in G. Antoine, Paul Claudel ou l'Enfer du Génie, p. 67.

175 Un poète regarde la Croix, in OC, tome XIX, p. 421.

176 G. Antoine, op. cit., p. 79.

177 Positions et Propositions... op. cit., p. 45.

178 MI, pp. 145-146.

179 Dans une conférence faite à Brangues en juillet 1989, Richard Berchan a étudié la peur qu'éveille aussi, chez Claudel, le destin de Rimbaud.

180 M. Blanchot, "L'autre Claudel", p. 404.

181 "Notes sur Mallarmé", O. Pr., p. 513.

182 "La Catastrophe d'Igitur", O. Pr., p. 508.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search