Version classiqueVersion mobile

Genèse des seuils

 | 
Elodie Bouygues
, 
France Marchal-Ninosque

Première partie. Genèse des paratextes

Au seuil de l’Histoire de ma vie : la préface en trois versions des mémoires de Casanova (1791, 1794, 1797)

Françoise Tilkin

Texte intégral

  • 1  Casanova, Histoire de ma vie, Gérard Lahouati et Marie-Françoise Luna (éd.), Paris, Gallimard, col (...)
  • 2  Gérard Lahouati, « Le long travail », dans Brouillons des Lumières, Genesis, n° 34, 2012, p. 102-1 (...)

1Casanova – c’est une des versions de la Préface qui le dit1 – s’est déterminé à écrire l’Histoire de ma vie « dans l’année 1790 » avec, semble-t-il, le projet de la donner au public. La rédaction est en cours à l’automne, elle se poursuit en 1792. En avril 1793, il parle de son travail au passé. De l’été 1794 à mars 1795, encouragé par le prince de Ligne, il a revu son texte, toujours en vue d’une publication, qui n’aboutira pas. Il reprendra encore son manuscrit en 1797-1798 avec une fois encore l’espoir de le publier. Il n’interrompra son long travail que peu avant sa mort, qui survient le 4 juin 17982. On sait que le manuscrit de l’Histoire de ma vie ne porte que jusqu’en 1774 et que sa publication, qui a une très riche histoire, a été posthume.

  • 3  Le Livre, 8ème année, p. 35-44.
  • 4  Les Mémoires de J. Casanova de Seingalt, écrits par lui-même, Raoul Vèze (éd.), Paris, Éditions de (...)
  • 5  Archives régionales d’État de Prague (Státní oblastní archiv v Praze) : U-21-4 (voir illustration (...)
  • 6  « Je suis, actuellement que j’écris cette préface, dans le mois de juin 1794 », p. 1121.
  • 7  Helmut Watzlawick, « La genèse des mémoires de Casanova en trois dates, trois préfaces et trois ti (...)
  • 8  Dresde, Walther, p. 38-45, en ligne sur le site du Groupe d’Études lignistes de Bruxelles : http:/ (...)
  • 9  « Dans cette année 1797, à l’âge de soixante et douze ans, où je peux dire vixi » (p. 6).

2Nous avons la chance de disposer d’états de la Préface datant de chacune des phases de la rédaction ou de la mise au point de l’Histoire de ma vie. Le premier date de 1791 (« Mon histoire est celle d’un célibataire, qui dans cette année 1791 », p. 1112). Une partie du manuscrit conservé aux Archives de Prague sous la cote U29-7 a été perdue, mais heureusement après l’édition de la Préface publiée en 1887 par Octave Uzanne3 et reprise en 1924 dans l’édition de la Sirène4 : si le manuscrit est incomplet, nous n’avons donc rien perdu du texte préfaciel. On a aussi la chance qu’un des rares brouillons conservés de l’Histoire de ma vie concerne le tout début de cette préface5. Il est daté de 1791. Un deuxième état de la Préface, de 17946, a été repéré assez récemment par Helmut Watzlawick7 dans le 29ème volume des Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires du prince de Ligne publiés en 18078. L’éditeur du texte de Casanova est le prince lui-même qui avoue avoir tronqué le texte. Mais ne lui a-t-il pas fait subir d’autres interventions ? On l’ignore. Il reste que cette préface incomplète, récrite peut-être, pour laquelle nous n’avons pas de manuscrit, est le premier fragment de l’Histoire de ma vie qui a été publié. Le troisième état de la Préface, daté de 17979, est celui qui accompagne le manuscrit de l’Histoire de ma vie entré à la BnF en février 2010. Il est disponible sur Gallica : NAF 28604 (1-10). C’est la version la plus connue, non seulement à cause de sa diffusion sur le web, mais parce qu’elle figure dans toutes les éditions complètes de l’Histoire de ma vie jusqu’à ce jour.

3Le dossier de la Préface de l’Histoire de ma vie comporte donc trois pièces, d’inégale longueur : la préface de 1791 compte trois cent soixante lignes, celle de 1797, un peu raccourcie, deux cent quatre-vingt-six seulement. La préface de 1794, tronquée par le prince de Ligne, est bien plus courte : cent vingt-huit lignes. Cette évaluation des masses ne donne pas une idée juste du travail accompli qui est une récriture complexe. La comparaison systématique du texte de 1797 avec ceux de 1794 et de 1791 montre que tout le premier essai a été recyclé et parfois même réutilisé textuellement. Il n’y a pas eu suppression massive d’arguments, mais de 1791 à 1797, les commentaires philosophico-religieux ont été allégés et quelquefois élagués. Paradoxalement, c’est la dernière préface, abrégée, de 1797, qui porte des ajouts, parfois assez longs (voir p. 7-8, tout le passage sur les tempéraments de Casanova qui ne figurait pas dans le texte de 1791).

4Ce retravail important a concerné le titre de l’œuvre, qui a été changé, mais aussi le texte préfaciel dont tant le plan que la lettre ont été modifiés. Dès 1794 est abandonnée la répartition du texte en trois sections, « Glose au titre », « Glose à ma devise » et « Préface », qu’on observait en 1791. Intervient aussi un réagencement énergique des arguments. Quant à la lettre du texte, elle montre des retouches nombreuses et significatives. Toutes ces modifications ont fait que la préface de 1797 dit bien autre chose que celle de 1791. À plusieurs égards, le texte de 1794 prépare les changements importants de 1797. Souvent, l’expression y est plus franche, voire hardie – ce qui a pu motiver la censure du prince de Ligne. L’importance que Casanova accorde à sa préface est manifestée par la drastique remise au point qu’il lui a imposée chaque fois qu’il a repris son travail d’écriture. D’ailleurs, dans la dernière version, il déclare : « La préface est à un ouvrage ce que l’affiche est à une comédie. On doit la lire. » (p. 12)

  • 10  Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 200 et 200-232 pour les fonctions de la préface.

5La Préface de l’Histoire de ma vie, en tous ses états, a pour fonction essentielle d’obtenir pour le livre qu’elle accompagne une lecture et une bonne lecture10. Il ne sera pas possible ici d’envisager dans son évolution l’ensemble de cette captatio benevolentiæ, mais seulement quelques changements importants qui concernent directement l’aspect autobiographique de l’œuvre. La question devient donc : comment Casanova-préfacier s’y prend-il pour faire lire et bien lire son œuvre autobiographique ?

  • 11  Du moins les six premiers livres.
  • 12  Morihiko Koshi, Les Images de soi chez Rousseau, Paris, Classique, Garnier, 2011, « Introduction » (...)

6Comme tout préfacier qui présente lui-même son livre, Casanova ne peut opérer une « captation » que par une valorisation indirecte de l’œuvre ou de son auteur, lorsqu’il évoque le sujet ou son traitement, déclare ses intentions ou situe son lecteur pour le guider dans sa lecture, etc. Or, ces missions de Casanova-préfacier sont rendues difficiles par le caractère autobiographique de l’œuvre, qui même après la publication, en 1782 et en 1789, des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, que Casanova connaissait11, relève encore de l’expérimentation. Comment gérer l’épaisseur du « je » ? Dans une préface signée par l’auteur de sa biographie, le « je » peut référer au préfacier, à l’auteur de l’œuvre, à l’homme qu’est cet auteur au moment où il écrit sa préface, à l’homme qu’il a été dans le passé, qui correspond, dans la sphère de son récit, au « je narré » ou héros de l’histoire existant face à un « je narrant », alias le narrateur, que l’on ne confondra pas avec l’auteur. De plus, les images attachées à ces « je » dans la Préface ne viennent pas seules. D’où cette autre question pour le préfacier : comment gérer, si possible à son avantage et à l’avantage de l’œuvre, le potentiel d’images toutes faites suscitées en tant qu’homme et en tant qu’auteur12 ?

Comment peut-on être autobiographe ?

  • 13  Voir Jean-Christophe Igalens, Casanova : l’écrivain en ses fictions, Paris, Classiques Garnier, co (...)

7Le premier mouvement, au sens musical du terme, de la dernière préface (§§ 1-6, p. 3-4) met en scène la position de l’autobiographe. Le début est très ferme : le préfacier installe d’emblée un face à face avec le lecteur pour revendiquer sa responsabilité morale et sa liberté, et pour communiquer ses opinions philosophico-religieuses : « je suis […] chrétien fortifié par la philosophie » (§ 1, p. 3). Le deuxième paragraphe développe la pensée qui a permis d’investir cette figure de chrétien-philosophe susceptible de garantir une orthodoxie suffisante. L’astuce – si c’en est une – est de fonder ces affirmations sur une conviction ou une croyance : « je suis sûr d’avoir mérité ou démérité, […] par conséquent, je suis libre » et « je crois à l’existence d’un Dieu » (p. 3). Ainsi, la conviction d’être responsable des actions accomplies suffit à prouver la liberté, l’activité de la prière prouve la Providence et, de là, Dieu13. Suivent trois paragraphes qui apportent des nuances sur la liberté et la foi avant que soit abordé dans un long paragraphe (§ 6, p. 4) le « système » manifesté dans l’œuvre. Le préfacier définit le lecteur : c’est celui « qui aime à penser ». Lui-même, par son discours, se pose en penseur, activant ainsi tout à la fois son image d’homme de lettres et de philosophe. Tout ce premier mouvement de la préface de 1797 figure aussi, avec des différences importantes, dans le texte de 1791. Casanova a regroupé et rendu avec plus de concision ses remarques sur la liberté et la responsabilité qui apparaissaient dans la « Glose à la devise » (§ 1, p. 1111-1112). La profession de foi venait plus loin dans la section « Préface » (§ 2, p. 1112- 1113), comme d’ailleurs l’énoncé de son système, qui intervenait plus loin encore dans un bloc de trois paragraphes qui a été élagué et condensé (§§ 17, 18, 19, p. 1117-1118). La mise en correspondance avec les états antérieurs de la préface permettra d’apercevoir, avec leurs conséquences, deux acquis de 1797. Le premier est l’association – qui par anachronisme pourrait nous paraître très naturelle – entre l’être présent, le chrétien-philosophe qui se dit responsable et libre, et l’être du passé qui a prié, mérité et démérité. Le second acquis concerne l’assomption morale, énoncée d’un ton neutre et objectif, de ce passé. Nous comparerons d’abord le début des deux préfaces ; ensuite la profession de foi et enfin la description du « système » de Casanova.

8Pour trouver son objet, le début d’une préface, seuil parmi les seuils, a son importance que nous nous proposons de scruter. En 1791, avant d’arriver à une troisième partie appelée « Préface », il fallait passer par une « Glose au titre » et une « Glose à ma devise » d’une lenteur analytique qui montrait toute la difficulté d’entrer en matière. C’est qu’alors l’objet du titre, et donc du texte, l’« existence », échappait au préfacier qui ne parvenait à l’approcher qu’au prix d’un long prolégomène philosophico-religieux présent dans les deux premières parties du texte préfaciel. Encore le problème de la durée de l’existence n’est-il que la partie émergée de l’iceberg : la difficulté, plus fondamentale, touche à la possibilité d’écrire sur soi. Comment faire l’histoire de sa vie si l’identité personnelle n’est pas une évidence ? Si l’on doit encore chercher à savoir ce qui fait d’un être une personne ? Cette difficulté apparaît encore plus clairement dans le brouillon qui se rapporte au tout début de cette première préface de 1791. Là, il n’est pas question de gloser le titre, mais de savoir par où commencer un récit de soi. Casanova avait d’abord écrit : « S’il est vrai que je suis une partie de l’immense univers il ne me sera donc pas possible d’écrire le commencement de mon histoire, car mon existence n’a pas eu un commencement ; ainsi il m’est impossible d’en ». Mais il s’est corrigé avant de rejeter le passage. Un deuxième essai suit après une ligne horizontale :

  • 14  Dans l’interligne ; « de mon » biffé.

Je suis une partie de l’immense univers, et par conséquent j’ai toujours existé. Étant sûr que je suis indestructible, je suis fou si je ne me crois pas incréé ; ainsi il m’est impossible d’écrire l’histoire du14 commencement de mon existence, car en qualité de matière elle ne peut pas en avoir eu un. (U-1-4_01)

9La solution qui se présente à lui par déduction (« J’écris donc », note Casanova) est de repartir de sa position alors qu’il fait l’« histoire de [s]on existence » :

  • 15  Entre « l’individu » et « dans lequel », « qui me » biffé.

J’écris donc l’histoire de mon existence en qualité de témoin, et de registrateur de tout ce qui est arrivé jusqu’à ce jour à l’individu dans lequel15 je me trouve enveloppé. (U-1-4_01)

  • 16  Il sera plus loin « fidèle historien » et était « historien » dans la préface de 1791 : « Quand je (...)

10L’individualisation qui s’accomplit intervient au prix d’une distanciation entre le préfacier confondu avec l’écrivain-témoin-registrateur16 et l’homme lui-même, dans sa version présente et passée. Ce deuxième essai ne parvient pas à une solution : « Cette mienne existence doit avoir eu un commencement, et c’est là que je dois en commencer l’histoire. »

11C’est le troisième essai qui sera le bon, grâce à la mémoire qui assure la connexion entre le « je » historien dans le présent et « l’individu qui [l’a] enveloppé » dans le passé. L’existence dure de l’apparition de la mémoire à la mort :

  • 17  « Guidé par la raison » ajouté dans l’interligne.

Quand je dis donc d’écrire l’histoire de mon existence je ne peux entendre que de la partie de mon existence qui commence à l’époque dans laquelle l’individu qui m’enveloppe a commencé à penser guidé par la raison17. […] Il se peut qu’avant cette époque ma matière ait pensé, mais en qualité de fidèle historien je ne peux en rien dire, car ma mémoire n’y étant pas présente je ne peux en rien savoir. L’écrivain donc de ces mémoires est ma mémoire, qui certainement ne peut parler d’elle avant sa propre naissance. Elle est née que mon individu avait l’âge de huit ans et quatre mois, et elle en est sûre, puisqu’elle s’en souvient. (U-1-4_01)

12Ce passage, proche de la « Glose au titre », est recyclé dans la préface de 1797, mais il n’y intervient plus dans une position stratégique (§ 14, p. 6-7). S’il s’agit toujours du moyen de délimiter l’existence (§§ 13, 14, p. 6-7), la question ne peut plus être ressentie comme une entrave à l’écriture autobiographique.

13La profession de foi proprement dite qui, en 1797, apparaît dès le deuxième paragraphe, intervenait plus loin en 1791, dans la partie intitulée « Préface » (§ 5, p. 1112-1113). Au contraire de celle de 1797, elle se concentre sur les convictions actuelles de Casanova, et la liaison de l’être présent avec l’être passé (« la prière mentale, qu’il a trouvée toujours consolante ») n’apparaît que très incidemment. En outre, on ne lui demande pas de fonder la croyance :

Cet homme, qui aspire à porter dignement le respectable nom de monothéiste, est sûr de l’action jamais discontinuée de la providence d’un DIEU infini, tout-puissant, et incompréhensible, auteur de toutes les formes, et maître de la nature. Il sait que Dieu n’est pas matière, et qu’il n’a rien de commun avec elle, quoiqu’il soit partout comme elle ; mais il ne sait pas davantage. Il lui rend hommage en l’adorant, et il l’adore dans tous les moments, où il lui adresse la prière mentale, qu’il a trouvée toujours consolante. Il croit qu’on ne peut adorer DIEU qu’en le priant, qu’on ne peut le prier qu’en l’adorant, et qu’on ne peut le remercier qu’étant juste. Il pense par conséquent que l’homme ne peut ni adorer, ni prier, ni remercier l’être des êtres qu’en se faisant aimer de toutes ses créatures. Tel est le partage du juste, et le philosophe qui cherche le bonheur ailleurs se trompe.

14La quasi-absence de liaison entre l’être présent et l’être passé s’accompagne de l’usage de la troisième personne qui tient à distance du préfacier qui dit « je » cet homme dont il énonce les convictions qui sont aussi les siennes. La distanciation qui était de mise dans le brouillon de la préface n’a disparu ni dans la mise au net de la préface de 1791 ni dans la préface de 1794. On peut lire en 1791 :

Mon histoire est celle d’un célibataire, qui dans cette année 1791 a soixante et six ans, et dont l’affaire principale fut celle de cultiver les plaisirs de ses sens : il n’en a pas eu de plus importante. […] Cet homme prévoit aujourd’hui sa fin imminente ; et en est fort fâché quand il y pense […]. Cet homme écrit son histoire pour s’amuser, pour renouveler les plaisirs qu’il a eus […]. (§§ 4, 5, 6, p. 1112-1113)

15Cette troisième personne a disparu dans la préface de 1797. Le préfacier dans ces passages peut enfin dire « je » et se réconcilier avec lui-même.

  • 18  « Il [le destin] conduit celui qui consent et traîne celui qui résiste », d’après Sénèque, p. 1110 (...)
  • 19  « Il n’est point sage celui qui ne l’est pas pour lui-même », d’après Cicéron, p. CIII, note A.

16On a vu que l’énoncé du « système » clôt le premier mouvement de la préface de 1797 alors qu’en 1791 il courait sur trois paragraphes situés bien plus loin dans la partie intitulée « Préface ». Ce qui est dit du système en 1791 accuse la fonction didactique de l’œuvre. « Mon histoire est une école de morale », disait Casanova (p. 1117). En 1797, son propos s’est restreint. Si les égarements ont conservé leur valeur didactique de repoussoir, l’école de morale ne sert plus qu’à un usage personnel : « Mes infortunes également que mes bonheurs m’ont démontré que dans ce monde tant physique que moral le bien sort du mal, comme du bien le mal. » (p. 4) Voilà qui renvoie au changement de devise. En 1797, ce n’est plus Volontem ducit, nolentem trahit qui accompagne le titre18, mais Necquiquam sapit qui sibi non sapit19. S’il n’y a plus de section « Glose à ma devise », une glose de la devise vient quand même boucler le texte préfaciel en soulignant et en expliquant le nouveau choix – l’apprentissage est devenu une affaire personnelle : « Je me suis vu avec plaisir en état d’être l’écolier de moi-même » (p. 14). En 1791, la devise, Volontem ducit, nolentem trahit, mettait encore en évidence ce qui déterminait l’homme. Dans la préface de 1797, une « astuce » permet de concilier la liberté de l’homme et ce qui le détermine, envisagé seulement, par prudence peut-être, sous l’angle de la Providence. L’abandon de la devise s’imposait. Toutefois, Casanova a préféré en changer. On peut se demander pourquoi.

17Deux exercices de comparaison permettent de proposer une réponse. Comparons d’abord les états de 1791 (1) et de 1797 (2) :

(1)… je me suis toujours cru libre dans l’action, et par conséquent je suis sûr que si j’ai démérité dans le mal, je dois avoir mérité dans le bien. (« Glose à ma devise », p. 1111)
(2) Je commence par déclarer à mon lecteur que dans tout ce que j’ai fait de bon ou de mauvais dans toute ma vie, je suis sûr d’avoir mérité ou démérité, et que par conséquent je dois me croire libre. (p. 3)

18En 1791 (1), le bien accompli est offert en rachat du mal. En 1797 (2), bien et mal sont placés sur pied d’égalité.

19Pour le second exercice, il suffit de lire ce passage de 1791 en constatant qu’il a disparu de la présentation du « système » en 1797 :

C’est pourquoi je rejette le triste, et avilissant repentir. Il me rendrait ingrat à une providence toute divine, qui par sa bénédiction changea en bonne toute la mauvaise influence que ma conduite devait avoir sur ma vie. (§ 19, p. 1117-1118 ; cf. 1797, § 6, p. 4)

20En 1797, tout est devenu simple et évident. L’œuvre n’a plus besoin d’être « une école de morale » pour intéresser, l’homme n’a plus besoin de racheter le mal par le bien, ni de justifier son absence de repentir par une acceptation, disons optimiste au sens philosophique du terme, des desseins, qu’on sait incompréhensibles, de la Providence. La glose de la nouvelle devise à la fin de préface de 1797 montre bien le chemin parcouru :

Pour ce qui me regarde, me reconnaissant toujours pour la cause principale de tous les malheurs qui me sont arrivés, je me suis vu avec plaisir en état d’être l’écolier de moi-même, et en devoir d’aimer mon précepteur. (p. 14)

  • 20  L’amour de soi intervient déjà dans la préface de 1791, mais d’une manière plus incidente et dans (...)

21L’homme qui s’est assuré de sa liberté n’est pas seulement un homme qui a relié son être présent et son être passé pour devenir une personne, c’est encore un homme qui s’est réconcilié avec son passé. Il ne plaide plus pour en être justifié, au sens religieux du terme, il ne juge plus utile d’expliquer l’absence d’un repentir nécessaire à une absolution20. Une nouvelle perception, apaisée, de la responsabilité est entrée en jeu.

Que peut être un autobiographe ?

22En 1791, Casanova a soixante-six ans. Il vit à Dux (Duchcov) dans le château du comte de Waldstein dont il devenu le bibliothécaire en 1785, quand, exilé de sa patrie vénitienne pour la deuxième fois – et cette fois définitivement –, il a voulu retrouver une situation stable à un âge où il ne pouvait plus être tenté par la carrière d’aventurier qu’il avait embrassée, à l’échelle européenne, après sa fameuse évasion des Plombs en 1756. S’il signe son récit « Casanova de Seingalt », il n’est pas gentilhomme et n’est donc pas, selon les usages du temps, pleinement habilité à donner des mémoires. S’il écrit en français, il est Italien, mais la vie d’aventures lui a fait pratiquer et perfectionner le français, qui est alors la langue des élites européennes. C’est d’ailleurs un homme instruit et assez policé, puisqu’il a côtoyé un sénateur vénitien qui lui a permis de vivre un temps la vie d’un fils de famille.

  • 21  Roger Chartier, « L’Homme de lettres au XVIIIe siècle », http://www.canalu.tv/video/les_amphis_de_ (...)

23Des épisodes de sa vie d’aventurier l’ont doté d’une relative célébrité. Sa réputation, d’abord mondaine, s’est élargie grâce à la publication de deux récits, en 1780 et en 1787. Le premier de ces récits, Il duello, raconte un duel qui avait fait du bruit : celui qui, pour une affaire de femmes, avait opposé Casanova à un Polonais, le général Branicki. Le second, Histoire de ma fuite, livre le récit de son évasion de la prison vénitienne, qu’il a tant de fois fait oralement. Mais Casanova, « bel esprit », est aussi un peu reconnu en tant qu’« homme de lettres », selon la définition de Voltaire dans l’Encyclopédie : il est un mondain brillant, mais aussi un homme de lecture, d’étude et de cabinet, capable de se situer sur plusieurs terrains du savoir21. Ses ouvrages montrent cette érudition diversifiée. Citons la Confutazione della storia del governo veneto d’Amelot de la Houssaye (1769) et l’Istoria delle turbolenze della Polonia (1774), ouvrages historiques ; Lana caprina. Epistola di un licantropo (1772), texte lié à l’actualité « médicale » (il s’agissait des femmes et de mesurer l’influence de leur utérus) ; et dans le domaine « littéraire » : Dell’Iliade di Omero, tradotta in ottava rima, une adaptation en vers italiens de l’Iliade (1775- 1778), Scrutinio del libro Eloges de M. de Voltaire par différens auteurs (1779), Icosameron, un roman philosophique (1788). D’ailleurs, il écrit plus qu’il ne publie, et ses positions rationalistes font de lui un philosophe, au sens où l’entend l’Encyclopédie. Son emploi de bibliothécaire à Dux est une sinécure qui permet à Casanova de s’investir dans les lettres, ce à quoi il s’emploie depuis longtemps déjà.

  • 22  L’Histoire de ma vie a donc au total porté quatre titres. Voir p. 1110 pour celui de 1791 (Histoir (...)

24Ex-aventurier, Italien en phase avec la langue française, homme de lettres et philosophe, Casanova est tout cela quand il prend la plume pour préfacer l’Histoire de ma vie. En 1791 comme en 1797, le préfacier tient souvent un discours de lettré et de philosophe. Mais il est aussi question d’« égarements », de « tromperies », de plaisirs des sens : c’est convoquer l’image de l’aventurier dans ses différentes natures. Le choix de la langue française est discuté : Casanova l’Italien justifie l’emploi d’une langue qui n’est pas la sienne. Mais entre les versions on observe des divergences significatives. Deux facettes de la représentation préalable de Casanova méritent une attention particulière, parce qu’elles n’ont pas la même distribution. L’historien qui se profilait en 1791 a disparu en 1797. Le conteur mondain qui se fait voir en 1797 ne figure guère dans la préface de 1791. Pourquoi ? En 1797, la figure de l’historien n’a plus lieu d’être. On l’a vu, ce qui la faisait apparaître était une difficulté à concevoir l’identité personnelle et, partant, la relation de l’autobiographe à son objet. Dès 1794, elle n’est plus présente. Il en reste un vestige dans le titre qui était : Mémoires de ma vie écrits par moi-même à Dux en Bohême. « Mémoires » désigne en effet un écrit historique. Le titre de 1797, Histoire de ma vie jusqu’à l’an 1797 (on a aussi, avant le premier chapitre, Histoire de Jacques Casanova de Seingalt vénitien écrite par lui-même à Dux, en Bohême), qui est un mixte des intitulés de 1791 et de 1794, montre encore le terme « histoire », mais sans le soutien de la figure de l’historien, le rapport du terme avec la discipline historique perd de son évidence22.

  • 23  Giacomo Casanova, Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise qu’on appelle les Pl (...)
  • 24  La Préface de l’Histoire de ma vie, dans son état de 1797, comme dans celui de 1791, tente de prév (...)
  • 25  Le « maître d’hôtel » doit faire face à un départ : 1791, § 6, p. 1113 ; 1794, § 11, p. 1124 ; 179 (...)
  • 26  Il apparaît aussi dans la version de 1791 : § 11, p. 1115.
  • 27  Voir aussi 1791, § 12, p. 23, p. 1118-1119 ; 1794, § 8.

25L’apparition du conteur mondain peut sans doute être rapprochée de la réconciliation intervenue entre l’homme présent qui raconte sa vie et cet homme qu’il était, objet de son récit. En effet, dans l’avant-propos de l’Histoire de ma fuite, le préfacier écrit : « … je crois, avant que d’entrer en matière, devoir prévenir le lecteur sur un article où il pourrait s’aviser d’exercer sa critique. On ne veut pas que les auteurs parlent beaucoup d’eux-mêmes, et dans l’histoire que je vais écrire je parle de moi à tout moment. Je le prie donc de m’accorder cette permission ». Ce qui pourrait faire problème, ce serait que l’autobiographe se « fasse des éloges »23. On voit la difficulté : comment penser un récit de soi qui ne serait pas complaisant ?24 Un modèle se profile qui permet d’éviter cet écueil : celui de la confession. En 1791 comme en 1794 et 1797, faire le récit de sa vie est pensé en rapport avec une « reddition de compte » qui peut faire songer à une confession25. Dans la préface de 1797, on voit que ce sont les premiers aveux (« je fus toute ma vie la victime de mes sens ; je me suis plu à m’égarer […] », § 7, p. 4-5) convoquant l’image de libertin et d’aventurier de Casanova qui permettent de tenir à distance une « impudente jactance ». Toutefois, il est précisé que le terme « confession »26 ne convient pas parfaitement au « caractère » de l’œuvre. Le préfacier avertit le lecteur que le « style » des « narrations » sera en décalage complet avec ce qui peut être attendu d’une confession (1797, § 7, p. 5). C’est qu’à se confesser, on risque de tomber de Charybde en Scylla. La difficulté change : comment penser un récit de soi qui n’engendre pas le mépris du lecteur ?27 En 1797, Casanova a trouvé la solution. Elle est, me semble-t-il, directement liée à l’assomption morale qui s’est fait jour et à la réconciliation qui l’accompagne. En effet, les premiers aveux, déjà mentionnés, de l’aventurier s’accompagnent d’une adresse au lecteur qui est invité à rire avec l’auteur, qui se confond maintenant avec le narrateur (« vous verrez que j’en ris »), des « fredaines » racontées. Une connivence s’établit entre l’auteur-narrateur et un lecteur dont l’image peut dès lors se constituer dans le reflet de celui qui est à la fois un libertin (« Pour ce qui regarde les femmes […] », p. 5), un homme d’esprit (« Tromper un sot enfin est un exploit digne d’un homme d’esprit », p. 5), un mondain (« toutes les fois que je me vois en société avec eux », p. 5). En 1791, le lecteur était encore placé dans une position de confesseur ; en 1797, il devient un alter ego (§§ 7-8).

  • 28  Cf. 1791, § 7, p. 1113-1114, pour noter la position de défense adoptée face à la critique.
  • 29  L’œuvre peut intéresser par sa « matière », confondue avec la vie (« ma vie est ma matière, ma mat (...)
  • 30  Du moins en apparence ?

26C’est ce changement de position qui semble permettre de convoquer l’image de conteur mondain qui a valu l’intégration de Casanova dans la bonne société de son temps. Une comparaison des paragraphes 9-15 que la préface de 1797 dédie au projet de l’œuvre avec leurs correspondants en 1791 permet de relever beaucoup de similitudes, mais aussi quelques différences qui permettent d’affirmer qu’en 1797 le rapport avec le public est plus défini. En effet, si dans les deux versions, c’est un double public qui est envisagé – d’un côté un petit cercle, connu, de l’autre, un grand cercle, inconnu –, la préface de 1797 décrit plus précisément ce petit cercle : c’est celui de « la bonne compagnie qui m’écoute, qui m’a toujours donné des marques d’amitié, et que j’ai toujours fréquentée » (§ 12, p. 6). Tout lecteur de la préface se voit donc intégré dans le petit cercle et échappe à celui des « profanes » qui est rejeté. Il fait désormais partie des initiés, de ceux-là mêmes qui, en 1797, sont dit tolérants et véritablement vertueux, parce qu’ils sont capables d’apprécier sans s’alarmer les peintures détaillées des aventures amoureuses (1797, §§ 35-37, p. 12)28. Ce double rapprochement de l’autobiographe avec le conteur mondain, et des lecteurs avec « la bonne compagnie » semble permettre de préciser quelque peu l’image d’une œuvre qui, en 1797 comme en 1791, se voit surtout définie par la négative. Elle n’est pas vraiment une confession. Les préfaces de 1791 et de 1797 nous disent encore à l’unisson qu’elle n’est ni « l’histoire d’un illustre » ni « un roman ». Et l’opération d’écriture s’est en quelque sorte évanouie, sans doute parce qu’elle est conçue comme remémoration29. Comment dès lors percevoir le style de l’autobiographie ? La préface de 1797 n’y parvient pas beaucoup plus que celle de 1791, mais en manifestant le souci du style ou de sa qualité, elle lui fait néanmoins une place plus nette qu’en 1791. Que peut-il être ce style sinon celui qui assure le succès d’un conteur mondain ? Un art de rire et de faire rire ; un art aussi de peindre « en détail les aventures amoureuses » – un art de raconter soumis à la fois aux règles de la morale30 et de la mondanité…

  • 31  À ce sujet, voir Jean-Christophe Igalens, Casanova. L’Écrivain en ses fictions, op. cit., p. 322 s (...)

27La comparaison des préfaces a montré la mise en place laborieuse de la position de surplomb que le préfacier-auteur-narrateur autobiographe doit entretenir par rapport à son être du passé dont il a fait le héros de son récit. En 1797, le préfacier est parvenu à manier tous les avatars du « je ». Cette mise en place a signifié l’abandon de l’image de l’historien alors même que le geste d’écriture de l’autobiographe peut se dégager de celui d’une confession par la réconciliation qui s’est opérée entre celui qui l’accomplit et lui-même dans le passé. Apparaît alors la figure du conteur. Tous ces changements permettent une captatio benevolentiæ plus efficace basée sur la figuration plus nette, sinon de l’œuvre elle-même, du moins du lecteur et de la lecture. Notre comparaison montre aussi qu’avec le dossier des préfaces de l’Histoire de ma vie, nous tenons des pièces importantes d’un autre dossier : celui des conditions de légitimité du récit autobiographique31.

Notes

1  Casanova, Histoire de ma vie, Gérard Lahouati et Marie-Françoise Luna (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2013, p. 1121. Les indications de pages données sans autre précision renvoient à cette édition.

2  Gérard Lahouati, « Le long travail », dans Brouillons des Lumières, Genesis, n° 34, 2012, p. 102-104.

3  Le Livre, 8ème année, p. 35-44.

4  Les Mémoires de J. Casanova de Seingalt, écrits par lui-même, Raoul Vèze (éd.), Paris, Éditions de la Sirène, 1924-1935, t. 1, p. 260-268. Pour les ébauches ou les fragments relatifs à cette préface, voir p. 268-271.

5  Archives régionales d’État de Prague (Státní oblastní archiv v Praze) : U-21-4 (voir illustration et Les Mémoires de J. Casanova de Seingalt, écrits par lui-même, t. 1, p. 268-270).

6  « Je suis, actuellement que j’écris cette préface, dans le mois de juin 1794 », p. 1121.

7  Helmut Watzlawick, « La genèse des mémoires de Casanova en trois dates, trois préfaces et trois titres », dans Recherches et travaux, n° 61, 2002, p. 11-22.

8  Dresde, Walther, p. 38-45, en ligne sur le site du Groupe d’Études lignistes de Bruxelles : http://www.chjdeligne-integral-34melanges.be/htm/textes.html(consulté le 1er juin 2013).

9  « Dans cette année 1797, à l’âge de soixante et douze ans, où je peux dire vixi » (p. 6).

10  Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 200 et 200-232 pour les fonctions de la préface.

11  Du moins les six premiers livres.

12  Morihiko Koshi, Les Images de soi chez Rousseau, Paris, Classique, Garnier, 2011, « Introduction », p. 15-16, 23-24, 26-27.

13  Voir Jean-Christophe Igalens, Casanova : l’écrivain en ses fictions, Paris, Classiques Garnier, coll. « L’Europe des Lumières », 2011, p. 214.

14  Dans l’interligne ; « de mon » biffé.

15  Entre « l’individu » et « dans lequel », « qui me » biffé.

16  Il sera plus loin « fidèle historien » et était « historien » dans la préface de 1791 : « Quand je m’annonce comme historien de mon existence » (« Glose au titre », p. 1110).

17  « Guidé par la raison » ajouté dans l’interligne.

18  « Il [le destin] conduit celui qui consent et traîne celui qui résiste », d’après Sénèque, p. 1110, note A.

19  « Il n’est point sage celui qui ne l’est pas pour lui-même », d’après Cicéron, p. CIII, note A.

20  L’amour de soi intervient déjà dans la préface de 1791, mais d’une manière plus incidente et dans un contexte différent (§§ 11 et 12, p. 1115-1116 ; cf. 1797, § 7, p. 5 et § 34, p. 12).

21  Roger Chartier, « L’Homme de lettres au XVIIIe siècle », http://www.canalu.tv/video/les_amphis_de_france_5/l_homme_de_lettres_au_xviiieme_siecle.26 2 (consulté le 1er juin 2013).

22  L’Histoire de ma vie a donc au total porté quatre titres. Voir p. 1110 pour celui de 1791 (Histoire de mon existence) ; p. 1121, pour celui de 1794 ; en 1797, p. 1 pour celui de la page de titre et p. 17 pour celui qui figure sur la première page du premier chapitre du livre 1.

23  Giacomo Casanova, Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise qu’on appelle les Plombs, Paris, Allia, 2007, p. 11.

24  La Préface de l’Histoire de ma vie, dans son état de 1797, comme dans celui de 1791, tente de prévenir une accusation de complaisance (1797, § 7 : « Par cette raison… jactance », p. 5 ; 1791, § 11, p. 1115).

25  Le « maître d’hôtel » doit faire face à un départ : 1791, § 6, p. 1113 ; 1794, § 11, p. 1124 ; 1797, § 13, p. 6.

26  Il apparaît aussi dans la version de 1791 : § 11, p. 1115.

27  Voir aussi 1791, § 12, p. 23, p. 1118-1119 ; 1794, § 8.

28  Cf. 1791, § 7, p. 1113-1114, pour noter la position de défense adoptée face à la critique.

29  L’œuvre peut intéresser par sa « matière », confondue avec la vie (« ma vie est ma matière, ma matière est ma vie », cf. Montaigne), dans la mesure même où cette vie n’avait pas été conçue pour être écrite (1797, § 11, p. 6 ; cf. 1791, § 17, p. 1117).

30  Du moins en apparence ?

31  À ce sujet, voir Jean-Christophe Igalens, Casanova. L’Écrivain en ses fictions, op. cit., p. 322 surtout.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search