Version classiqueVersion mobile

Genèse des seuils

 | 
Elodie Bouygues
, 
France Marchal-Ninosque

Première partie. Genèse des paratextes

Fonction de l’épigraphe dans les discours de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon au xviiiesiècle

Julie Lablanche

Texte intégral

  • 1  On y repère variations typographiques, calligraphie, présence d’ornements et motifs…
  • 2  Si la question du soin et de la lisibilité concerne la copie toute entière, la qualité formelle ré (...)
  • 3  La terminologie est de Gérard Genette, qui précise que l’épigraphe peut aussi clore un texte : « U (...)
  • 4  Comme ses homologues, l’académie comtoise, pour assurer l’égalité intellectuelle entre les candida (...)
  • 5  Elles ne sont pas toujours reportées sur le registre de l’Académie. Certains auteurs font pourtant (...)
  • 6  G. Genette, op. cit., p. 11, 153, 156.

1À Besançon est fondée, en 1752, une Académie des sciences, belles-lettres et arts qui anime la vie intellectuelle de la province comtoise jusqu’en 1789. De cette activité témoigne le fonds d’archives de la compagnie, déposé à la Bibliothèque d’étude et de conservation de la ville. On n’en étudiera ici qu’un échantillon réduit, mais riche et cohérent, formé des discours qui ont brigué le prix d’éloquence de l’Académie entre 1753 et 1788. Ces discours – près de cinq cent soixante, disséminés dans trente-sept volumes – portent sur vingt-neuf sujets différents et présentent des seuils intéressants, qui conjuguent unité et variété, tant pour le fond que pour la forme. Sur le plan matériel, le degré d’élaboration qu’il convient d’apporter aux seuils est laissé à l’appréciation des candidats, ce qui explique une certaine disparité dans les pratiques : plusieurs seuils sont l’objet d’un soin particulier, peut-être dû aux services de copistes professionnels1, quand d’autres sont, à l’inverse, très peu élaborés2. Cependant, malgré cette diversité, l’épigraphe, liminaire ou terminale3, est un trait commun aux seuils de la plupart des discours, car elle assume un rôle précis dans le cadre du concours académique : celui d’une devise servant à anonymer les copies4. Plusieurs candidats multiplient même les épigraphes5. Uniformité des usages, mais diversité des attaques : c’est ce double aspect qu’on se propose d’explorer ici, en s’attachant successivement aux épigraphés, aux épigrapheurs et aux liens entre texte et péritexte6. On pourra ainsi contribuer à mettre en lumière la pratique des candidats et la présence de l’éloquence littéraire en terre franc-comtoise, à la veille de la Révolution.

Les épigraphés

  • 7  Ibid., p. 148-149.
  • 8  Traduction : « Car c’est du trop-plein du cœur que la bouche parle », Évangile selon Matthieu.
  • 9  Traduction : « Les peuples sont heureux quand un seul les gouverne », Iliade.
  • 10  Un seul candidat ressent le besoin de traduire son épigraphe, tirée des Proverbes, en 1763.
  • 11  Essai sur la critique.
  • 12  Sermones fideles.
  • 13  L’Anti-Lucrèce.

2Les épigraphes constituent un indicateur de la culture des candidats, à partir duquel on peut tenter de définir leur bibliothèque génétique et qui nous plonge au cœur d’une langue et d’une culture. Comme le rappelle Genette, l’épigraphe au XVIIIe siècle est surtout allographe et latine7. Les prétendants au prix de l’Académie de Besançon se conforment à cet usage. Ils n’exploitent le corpus grec qu’avec parcimonie : dans l’ensemble de ce corpus de cinq cent soixante discours d’éloquence, la langue grecque est représentée par deux citations, l’une biblique8, l’autre homérique, transcrite en alphabet latin et traduite en français9. Quand d’autres auteurs grecs sont cités (Platon ou Diogène Laërce), c’est via le latin, qui pour sa part n’est traduit que de manière exceptionnelle10 : la précaution est superflue pour une langue commune aux érudits et étudiée dans les collèges. Les épigraphes révèlent des candidats nourris de poésie, d’histoire ou d’éloquence antiques : Horace, Ovide, Virgile, mais aussi Tacite, Tite-Live, Plutarque, Cicéron et Quintilien sont amplement mobilisés. La Vulgate est un autre vivier de citations, mais certains concurrents cherchent aussi des devises néolatines chez des auteurs européens comme Pope11, Bacon12 ou le cardinal de Polignac13, grandes figures modernes qui ont rejoint le panthéon littéraire.

  • 14  Plusieurs accompagnent une citation latine. On trouve parfois deux épigraphes latines sur la même (...)
  • 15  Un record est établi cette année-là avec près de 63 % d’épigraphes en français. Par la suite, la p (...)
  • 16  Le Voyage sentimental de Sterne en 1788 (« Je suis très persuadé que si j’étais destiné à faire un (...)
  • 17  « Ô enfants des hommes, que la vertu soit toujours devant vos yeux, et représentez-la si belle qu’ (...)
  • 18  « Ecco il rio che mortagli perigli in se contiene, ed esser cauti molto a noi conviene » (« Voici (...)
  • 19  « E son fermo d’amare il tempo e l’hora che vil cura mi levar d’intorno ; e più colei lo cui bel v (...)
  • 20  « Quando un emula l’invita, la virtu si fa maggior, qual di face a face si radoppia lo splendor » (...)
  • 21  « Whence are thy beams, o sun, thy everlasting light ? » (« D’où viennent tes rayons, ô soleil, ta (...)
  • 22  Les vers sont attribués à Ossian par le candidat, qui est dupe de la célèbre mystification orchest (...)
  • 23  Art poétique et Satires.
  • 24  Fables.
  • 25  Maximes.
  • 26  Pensées.
  • 27  Odes surtout, mais aussi Épîtres et Épigrammes.
  • 28  Épîtres.
  • 29  Mérope, Alzire, Nanine, L’Indiscret, Essai sur la poésie épique, Poème de la loi naturelle, Stance (...)
  • 30  Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale et de la politique.
  • 31  Lettre à d’Alembert, Du contrat social, Discours sur le rétablissement des sciences et des arts.
  • 32  De l’esprit des lois.
  • 33  Épître au peuple, Essai sur les femmes.
  • 34  Comédie de L’Égoïsme.
  • 35  Des candidats isolés sollicitent d’autres auteurs modernes ou contemporains : Corneille (Cinna), R (...)

3Les épigraphes latines représentent 72 % du corpus mais les épigraphes en langues modernes ne sont pas totalement absentes. Un peu plus d’une centaine sont en français14. Si la concurrence livrée au latin paraît modeste, elle s’affirme à partir de 1776 ; deux ans plus tard, le nombre des épigraphes françaises dépasse même celui des citations latines15. Mais le français dissimule parfois un autre idiome, car les candidats ne se soucient pas de présenter les épigraphes modernes dans leur langue-source. Sont ainsi traduits l’anglais de Laurence Sterne et de Pope16, ou le persan du poète Saadi17. On ne trouve en fait que cinq citations originales sans traduction : elles sont extraites du Tasse18 et de Pétrarque19 – références déjà traditionnelles au XVIIIe siècle – ainsi que de Métastase20 et James Mac Pherson21 – ce qui n’étonne pas, car l’italien et l’anglais sont langues usuelles pour les lettrés de ce siècle cosmopolite22. Les principales sources des épigraphes françaises restent cependant la Bible et les auteurs français des XVIIe-XVIIIe siècles, dont les modèles les plus prestigieux sont cités par plusieurs candidats : Boileau23, La Fontaine24, La Rochefoucauld25, Pascal26. Ils sont rejoints par des plumes contemporaines, poètes en vogue (Jean-Baptiste Rousseau27, le cardinal de Bernis28), polygraphes (Voltaire29), penseurs (l’abbé Mably30, Jean-Jacques Rousseau31, Montesquieu32, Thomas33), dramaturges dont l’œuvre a marqué l’actualité avant de tomber dans l’oubli (Jean-François de Cailhava d’Estendoux34)35. Parmi les épigraphés se glissent peu d’intrus : ils sont en effet pour la plupart passés à la postérité. Il faut noter que c’est une prise de risque évidente pour un candidat de choisir de citer un auteur encore vivant, surtout quand il s’agit d’un auteur capable (ou coupable) de susciter des polémiques et de diviser l’opinion, comme Rousseau et Voltaire. Le seuil dit alors un choix esthétique, moral et politique : l’entrée dans le texte peut être à soi seule une entrée en polémique.

  • 36  « Pour moi, je ne vois pas ce que pourrait le travail sans une veine fertile, ni un génie qui ne s (...)
  • 37  « Feuilletez nuit et jour les modèles grecs », Art poétique.
  • 38  « Il y a un milieu en tout, il y a des bornes fixées au-delà et en-deçà desquelles rien n’est bien (...)
  • 39  « Sans mœurs, à quoi servent de vaines lois ? », Odes.

4Latines ou françaises, plusieurs épigraphes reviennent régulièrement sur les copies et permettent d’établir un palmarès dans lequel Horace et Voltaire arrivent en tête. Horace est en effet la référence la plus courante parmi les épigraphes latines. À cet égard, les copies comtoises reflètent bien la moyenne nationale. Quelques citations de l’Art poétique, des Satires et des Odes émergent tout spécialement. De 1753 à 1788, le passage fameux : « Ego nec studium sine divite vena / nec rude quid prosit video ingenium »36 ouvre onze copies, dont quatre d’origine comtoise. La célèbre injonction « Exemplaria graeca nocturna versate manu versate diurna »37, est sollicitée à six reprises la même année 1764. Se classent ensuite ex-aequo l’éloge du juste milieu (« Est modus in rebus, sunt certi denique fines quos ultra, citraque nequit »38) et celui des mœurs (« Quid vanae proficiunt leges ? »39). Toutes ces citations se rencontrent chez des Comtois, comme l’abbé Bergier, futur confesseur des filles de Louis XV.

  • 40  Sont cités : Mérope en 1762 ; L’Indiscret en 1766 ; Alzire en 1767 ; le Poème sur la loi naturelle(...)
  • 41  Spécialement les Odes.
  • 42  De J.-B. Rousseau, sont cités : les Épîtres, les Odes, les Épigrammes. De Boileau : les Satires, l (...)
  • 43  Fables.
  • 44  De l’Esprit des lois. Le même extrait est cité deux fois en 1782 : « La religion chrétienne, qui n (...)
  • 45  Lettre à d’Alembert sur les spectacles, Du contrat social, Discours sur les sciences et les arts.

5La contribution des Comtois aux épigraphes françaises est en revanche moins affirmée. Sur l’ensemble des épigraphes françaises, c’est Voltaire qui recueille le plus de succès : de 1760 à 1788, il est cité dix fois, surtout pour son œuvre dramatique40 (il eût été imprudent pour un candidat au concours de placer son texte sous le patronage de Voltaire polémiste). Il devance Jean-Baptiste Rousseau et Boileau, cités six fois chacun. J.-B. Rousseau41, très apprécié jusqu’aux années 1760, est ensuite délaissé. Boileau résiste mieux, dont l’Art poétique et les Satires marquent toute la période42. Avec les passages bibliques, La Fontaine43, Montesquieu44 et Jean-Jacques Rousseau45 se classent ex-aequo à la troisième place, mais la Bible (dans sa traduction française) est plutôt convoquée dans les premières décennies des concours (1753-1766), et les trois écrivains dans les dernières années.

  • 46  G. Genette, op.cit., p. 154.
  • 47  Même quand la source est très célèbre, comme la Genèse par exemple.
  • 48  Du simple nom de l’auteur et du titre, aux numéros des livres, tomes, chants ou chapitres, pages o (...)
  • 49  Lauréat régulier de l’Académie de Besançon, en éloquence, histoire et arts.
  • 50  « Nous nous réjouissons qu’il ait existé, et tant que cette cité sera debout, elle s’en félicitera (...)
  • 51  Un autre auteur, anonyme, offre plutôt l’exemple d’une déformation involontaire. Il choisit la dev (...)

6Qu’en est-il de l’exactitude des citations et de leur attribution au seuil des discours d’éloquence ? Genette rappelle qu’en la matière, « les usages […] sont très variables », mais que le cas « le plus fréquent […] consiste à nommer l’auteur sans préciser la référence »46, ce qui suppose une commune culture permettant au public d’identifier la source. Cependant, de l’absence totale de références à leur scrupuleuse notation47, tout un éventail de possibles se déploie. En Franche-Comté, la tendance semble être à la rigueur : sur quatre-vingt-deux copies comtoises identifiées, 21 % ne donnent que le nom de l’auteur, mais 67 % poussent la précision plus avant48 ; à peine 12 % s’abstiennent de toute référence. Absente/présente, complète/lacunaire, la référence peut aussi être erronée. L’approximation concerne parfois jusqu’à la citation elle-même, car l’imprégnation autorise l’appropriation, la déformation involontaire ou assumée. Le P. Prudent de Faucogney49, qui tente sa chance au concours de 1770, en offre un exemple. L’épigraphe de son Éloge de l’amiral Jean de Vienne est un passage du De amicitia de Cicéron (« Quem tamen esse natum et nos gaudemus, et haec civitas dum erit laetabitur »)50 où provincia remplace civitas. L’épigraphe s’adapte ainsi au plus juste aux réalités comtoises, ce qui engage à y voir une transposition consciente51.

Les épigrapheurs

7Les seuils des discours permettent de cerner la culture des candidats au prix de Besançon et de conclure à leur pratique très représentative de ce qui se fait à l’âge classique. Ils suggèrent aussi d’autres questions : est-il possible de déceler une influence de la catégorie professionnelle des candidats sur le choix de l’épigraphe ? Ou encore une convergence entre épigrapheurs et épigraphés ?

  • 52  La plupart du temps, les discours restent anonymes. Dans le cas contraire, la profession de leur a (...)
  • 53  Certaines copies viennent aussi de Suisse.
  • 54  Les ecclésiastiques non enseignants fournissent à eux seuls près de 50 % du contingent des candida (...)
  • 55  On classe les étudiants en fonction de leur discipline : ils étoffent ainsi les rangs des juristes (...)
  • 56  L’Art poétique domine (huit épigraphes, chez les abbés Bergier, Rouhier et Dupré, chez le P. Prude (...)
  • 57  Métamorphoses et Pontiques.

8Évaluer l’influence éventuelle de la catégorie professionnelle des candidats sur le choix de l’épigraphe exige de restreindre le corpus aux copies qui, tout à la fois, présentent une épigraphe, précisent le métier de l’auteur52 et indiquent son origine géographique (ce dernier critère permettant de comparer usage comtois et usage national53). Les Comtois dont on connaît le métier se répartissent en cinq catégories socio-professionnelles. La plus importante54 est celle des hommes d’Église, enseignants ou non. Viennent ensuite les hommes de loi, les administrateurs, les militaires et les scientifiques55. Choisissant Horace ou Virgile, militaires et scientifiques semblent marqués par la culture latine. Horace a aussi la faveur des ecclésiastiques56 qui subissent par ailleurs l’influence de la littérature sacrée et d’auteurs chrétiens et moraux, tels que le cardinal de Polignac ou l’abbé Mably. Leurs collègues chargés d’enseignement citent plutôt Sénèque, Quintilien et Cicéron. Plus étonnant, Cicéron transcende toutes les catégories professionnelles, à l’exception de celle qu’il a illustrée : les juristes lui préfèrent Ovide au seuil de leur copie57.

9Professeurs, administrateurs et scientifiques comtois utilisent exclusivement des épigraphes latines. Les religieux non-enseignants s’ouvrent un peu au français : l’ancien curé de Lons-le-Saunier est lecteur de Mably, l’abbé Bergier cite Jean-Baptiste Rousseau. De leur côté, juristes et militaires mêlent références latines, françaises et italiennes : Lonchamp, étudiant en droit, cite le Thémistocle de Métastase ; le marquis de Marnésia, J.-B. Rousseau, mais également l’Encyclopédie. Il est vrai que se séparer du confort de la référence à un maître latin incontesté relève alors d’une authentique audace.

  • 58  Il est deux catégories de candidats dont on ignore si elles sont représentées dans la province : l (...)

10Les tendances comtoises reflètent-elles les tendances nationales ? La comparaison des unes aux autres révèle chez les ecclésiastiques comtois un éclectisme moins affirmé que chez leurs confrères, qui, tout en appréciant aussi Horace, Ovide, Cicéron, Sénèque et la Bible, citent également Platon et Juvénal, La Fontaine, Boileau, Montesquieu, Jean-Jacques Rousseau et le chevalier de Laurès – toutes références que les Comtois écartent. Toujours au plan national, les copies de professeurs portent les noms de Florus et de Bacon, en plus de celui d’Horace et de citations religieuses. Ces dernières ouvrent aussi les discours de plusieurs avocats. Enfin les militaires se partagent entre culture biblique et références théâtrales (L’Égoïsme, comédie de Cailhava d’Estendoux, Les Rivaux amis de Forgeot), au lieu de puiser dans le répertoire poétique (latin ou français), comme le font leurs collègues en Franche-Comté58.

Texte et péritexte

  • 59  G. Genette, op. cit., p. 160.

11S’il existe des points de convergence entre le métier des candidats et les épigraphes, l’influence majeure qui s’exerce est celle du discours lui-même. L’épigraphe n’est jamais choisie au hasard. « Signal de culture [et] mot de passe d’intellectualité », selon Genette, elle démontre l’aptitude du candidat à se mouvoir avec aisance et discernement dans un répertoire d’auteurs, d’œuvres et de citations. Très souvent, elle assume la fonction de « commentaire du texte, dont elle précise ou souligne indirectement la signification »59. Synthèse de l’idée défendue dans le discours, elle parle en même temps des goûts esthétiques, voire idéologiques, du candidat : elle est un seuil capital et déterminant, qui révèle et réveille.

  • 60  Ibid., p. 161.
  • 61  Quelques épigraphes, néanmoins, n’entretiennent qu’un lien assez lointain avec les sujets donnés p (...)
  • 62  « La prospérité découvre les vices des hommes importants, et l’adversité leurs vertus », Sermones (...)
  • 63  Pour le sujet sur Les Funestes effets de l’égoïsme, un candidat retrouve le sens du sujet, sous un (...)
  • 64  Autres exemples : un candidat, pour un discours sur « Les progrès des Modernes [qui] ne dispensent (...)
  • 65  « L’iniquité de l’homme vient de la femme. »
  • 66  Ainsi, le P. Prudent, qui se présente en 1774 et 1775 sur un même sujet, remanie son discours mais (...)

12La plupart des candidats cherchent une « pertinence sémantique »60 entre leur épigraphe et le sujet qu’ils traitent61. Dans un cas extrême, la proximité confine à l’identité. En 1765, l’Académie met au programme la réflexion suivante : La prospérité découvre les vices, l’adversité les vertus. Un candidat inscrit sur sa copie le passage de Francis Bacon qui selon toute apparence avait inspiré les académiciens dans le choix du sujet : « Fortuna prospera potissimum vitia hominum indicat, adversa virtutes »62 : l’épigraphe est alors un signe de reconnaissance adressé par un lecteur à d’autres lecteurs de la même œuvre. Cet exemple de quasi-réduplication est le plus frappant du corpus ; le plus souvent, le rapport sujet/épigraphe est toutefois moins littéral63. Souvent, c’est comme un germe de réponse à la question de l’Académie que peut se lire l’épigraphe. Lorsqu’il s’agit de déterminer « Quelle a été sur notre siècle l’influence de la philosophie », un candidat cite ainsi le Poème sur la loi naturelle de Voltaire : « Enfin grâce en nos jours à la philosophie, /Qui de l’Europe au moins éclaire une partie, /Les mortels plus instruits en sont moins inhumains »64. Sans aller jusque-là, l’épigraphe fournit parfois un indice de la tonalité générale du discours. Les devises des copies traitant de « l’éducation des femmes » sont ainsi d’inspiration plus ou moins féministe, de la citation de Thomas (« Dans cet état la société serait moins active peut-être, mais l’intérieur des familles serait plus doux ») à celle de l’Ecclésiaste (A muliere iniquitas viri65). Aux yeux des candidats, l’épigraphe n’est pas, en tout cas, un simple trait distinctif de leur copie, déconnecté du texte et interchangeable ; c’est un fragment qui fait sens, qui est conçu comme étroitement associé au discours66.

  • 67  Manuscrits 29 et 37.
  • 68  Les concurrents sont ancrés dans cette province qu’ils glorifient à travers les grands hommes qu’e (...)

13C’est éminemment le cas pour les épigraphes des copies d’éloges de concours, comme le montrent les éloges de Granvelle et de Jean de Vienne67. Ces dix-huit discours comtois68 présentent des épigraphes latines dont l’indéniable « pertinence sémantique » se décline de plusieurs manières. L’épigraphe se fait esquisse, maxime, promesse ou célébration : au seuil du texte se dit le texte. Là encore, on ne donnera que quelques exemples emblématiques.

  • 69  « Né pour le bonheur public, rien d’abject ne souille ses désirs », Sénèque, Dialogues. De la cons (...)
  • 70  « Aucun ennemi ne se serait offert impunément à ses yeux », Virgile, Énéide.
  • 71  « Il est beau, il est doux de mourir pour la patrie », Horace, Odes.
  • 72  « La vertu plaît quoique vaincue », autographe.
  • 73  « Jamais le vrai courage ne descend aux rives du Styx », Sénèque, Hercule sur l’Œta.
  • 74  « Le héros ignoré diffère peu du lâche enseveli », Horace, Odes.
  • 75  « Mépriser la gloire, c’est mépriser les vertus », [sans doute] Tacite, Annales.
  • 76  « Ne luira-t-il jamais ce jour où je pourrai célébrer tes exploits ? », Virgile, Bucoliques.

14Certaines épigraphes esquissent d’emblée le portrait du grand homme qu’il s’agit de louer : des phrases comme « Bono publico natus et sibi et aliis salutaris nihil humile concupiscet »69 et « Non illi quisquam se impune tulisset obvius armato »70, s’appliquent sans difficulté à Jean de Vienne ou à Granvelle. D’autres énoncent les valeurs que le grand homme incarne et auxquelles le public est supposé adhérer, comme « Dulce et decorum pro patria mori »71 ou « Sic virtus et victa placet »72, maximes qui rappellent la dimension éducative du genre épidictique. Certaines, comme « Numquam stygias fertur ad umbras inclyta virtus »73, formulent une promesse d’immortalité ; le discours se charge ensuite de démontrer que la promesse n’est pas vaine : la littérature confère au grand homme l’immortalité que lui valent ses vertus. De la célébration de l’individu, on glisse alors vers celle du genre qui permet de conserver sa mémoire intacte. Affirmer : « Paulum sepultae distat inertiae celata virtus »74 ou « Comtempta fama virtutes contemnentur »75, c’est mettre en avant le caractère à la fois juste et profitable de l’éloge, qui rétablit la hiérarchie des mérites et promeut la vertu. Enfin, des candidats affichent leur volonté et leur impatience à remplir le rôle dont ils se sentent investis, questionnant : « En erit umquam ille dies, mihi cum liceat tua dicere facta ? »76 Sous toutes ces déclinaisons, l’épigraphe semble n’être qu’un fragment détaché du discours : le péritexte pourrait aisément intégrer le texte.

  • 77  En 1753, sur le sujet : « L’assiduité au travail peut-elle procurer à la société autant d’avantage (...)

15Les épigraphes du fonds étudié renseignent sur les usages et les pratiques entourant les pièces d’éloquence dans les lieux de l’institution littéraire en France et en Franche-Comté. Que certains sujets inspirent à différents candidats la même épigraphe pose question : est-ce l’indice d’une culture un peu étriquée, réduite à quelques références majeures, un fonds culturel vide de substance à force de prêter ses traits ? Ou bien le signe de la préoccupation de ne pas manquer telle citation attendue, même au détriment de l’originalité ? Toujours est-il que la multiplication des mêmes épigraphes aurait pu entraîner (si elle ne l’a pas fait) de légères confusions au moment où les jurés devaient identifier les auteurs des copies77. Il semble finalement que ces discours d’éloquence, discours rhétoriques pourtant ornés, voire outrés, n’aient pas prêté à de trop grandes prises de risque au moment du seuil qu’est l’épigraphe. Si l’éloquence a connu un regain au XVIIIe siècle, grâce aux académies, elle est, en même temps, très codifiée par l’institution : c’est à cette question de la nature de l’institution littéraire au XVIIIe siècle, à la fois aiguillon et frein à l’éloquence, qu’invite l’analyse des épigraphes des pièces de concours envoyées à Besançon.

Notes

1  On y repère variations typographiques, calligraphie, présence d’ornements et motifs…

2  Si la question du soin et de la lisibilité concerne la copie toute entière, la qualité formelle réservée au seuil participe d’une première mise en valeur d’un discours qui se veut d’apparat : elle annonce et rehausse d’entrée l’art rhétorique que va déployer le candidat.

3  La terminologie est de Gérard Genette, qui précise que l’épigraphe peut aussi clore un texte : « Un autre emplacement possible […] est la fin du livre : dernière ligne du texte, séparée par un blanc […] » (Seuils, Éd. du Seuil, 2002, p. 152). Dans le cas des copies du fonds de l’Académie, on s’interroge parfois sur le statut d’épigraphe d’une citation placée en clôture de discours. En effet, il n’y a pas toujours de démarcation nette avec le texte, de « blanc », notamment parce que les candidats, arrivés à la fin d’une page, essaient d’utiliser toute la place disponible pour éviter d’en entamer une nouvelle. A-t-on alors affaire à un péritexte insuffisamment séparé du texte, ou à une citation conçue comme appartenant au texte ?

4  Comme ses homologues, l’académie comtoise, pour assurer l’égalité intellectuelle entre les candidats, leur demande de « ne [mettre] point leurs noms à leurs ouvrages, mais une marque ou un paraphe avec telle devise ou sentence qu’il leur plaira, [et de la répéter] au-dessus d’un billet cacheté dans lequel ils écriront leurs noms et leurs adresses ». Quand il reçoit les discours, le secrétaire perpétuel les cote, paraphe et inscrit leurs devises « sur un registre à ce destiné », Règlement pour la discipline intérieure de la compagnie arrêté à la séance du 21 mai 1753, articles 19-21, ms. 1, p. 72-73 v°.

5  Elles ne sont pas toujours reportées sur le registre de l’Académie. Certains auteurs font pourtant de ces épigraphes multiples autant de devises (et d’entrées dans leur texte) ; mais d’autres distinguent entre devise usuelle et simple épigraphe. Le secrétaire de l’Académie relève parfois l’une pour l’autre sur son registre.

6  G. Genette, op. cit., p. 11, 153, 156.

7  Ibid., p. 148-149.

8  Traduction : « Car c’est du trop-plein du cœur que la bouche parle », Évangile selon Matthieu.

9  Traduction : « Les peuples sont heureux quand un seul les gouverne », Iliade.

10  Un seul candidat ressent le besoin de traduire son épigraphe, tirée des Proverbes, en 1763.

11  Essai sur la critique.

12  Sermones fideles.

13  L’Anti-Lucrèce.

14  Plusieurs accompagnent une citation latine. On trouve parfois deux épigraphes latines sur la même copie, plus rarement deux épigraphes françaises.

15  Un record est établi cette année-là avec près de 63 % d’épigraphes en français. Par la suite, la proportion décline à nouveau, pour rester malgré tout supérieure à ce qu’elle était entre 1750 et 1775. On ne redescend jamais en-dessous de la barre des 10 %.

16  Le Voyage sentimental de Sterne en 1788 (« Je suis très persuadé que si j’étais destiné à faire une action basse, c’est qu’auparavant j’aurais cessé d’aimer et que je ne la ferais que dans l’intervalle d’une passion à l’autre ») et l’Essai sur l’homme de Pope en 1776 (« Et la honte et l’honneur sont dans les mains des hommes », traduction de l’abbé du Resnel).

17  « Ô enfants des hommes, que la vertu soit toujours devant vos yeux, et représentez-la si belle qu’il vous soit impossible de ne pas l’aimer, surtout ne vous occupez point de ses préceptes sans songer à ses effets ».

18  « Ecco il rio che mortagli perigli in se contiene, ed esser cauti molto a noi conviene » (« Voici le ruisseau qui recèle des périls mortels, et il convient que nous soyons très prudents »), La Jérusalem délivrée.

19  « E son fermo d’amare il tempo e l’hora che vil cura mi levar d’intorno ; e più colei lo cui bel viso adorno, di ben far col suo esempio m’inamora » (« Et je suis déterminé à aimer le temps et l’heure qui m’ont débarrassé de vil souci, et bien plus celle dont le beau visage me rend à son exemple amoureux de bien faire »), Canzoniere, 85.

20  « Quando un emula l’invita, la virtu si fa maggior, qual di face a face si radoppia lo splendor » (« Quand un rival y engage, la vertu se fait plus grande ; face à face, l’éclat est redoublé »), cité au seuil de deux discours.

21  « Whence are thy beams, o sun, thy everlasting light ? » (« D’où viennent tes rayons, ô soleil, ta lumière éternelle ? »), Œuvres d’Ossian.

22  Les vers sont attribués à Ossian par le candidat, qui est dupe de la célèbre mystification orchestrée par James Mac Pherson.

23  Art poétique et Satires.

24  Fables.

25  Maximes.

26  Pensées.

27  Odes surtout, mais aussi Épîtres et Épigrammes.

28  Épîtres.

29  Mérope, Alzire, Nanine, L’Indiscret, Essai sur la poésie épique, Poème de la loi naturelle, Stances, Discours : De l’envie.

30  Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale et de la politique.

31  Lettre à d’Alembert, Du contrat social, Discours sur le rétablissement des sciences et des arts.

32  De l’esprit des lois.

33  Épître au peuple, Essai sur les femmes.

34  Comédie de L’Égoïsme.

35  Des candidats isolés sollicitent d’autres auteurs modernes ou contemporains : Corneille (Cinna), Racine (Esther), La Bruyère (Les Caractères), Ninon de Lenclos (Lettres) ; Bernardin de Saint-Pierre (Études de la nature), Destouches (Le Philosophe marié), Dorat (Ma philosophie), l’Encyclopédie, Forgeot (Les Rivaux amis), Gresset (Édouard III), le chevalier de Laurès (Ode sur le rétablissement du Parlement), Palissot (Les Philosophes), Vauvenargues (Réflexions et maximes).

36  « Pour moi, je ne vois pas ce que pourrait le travail sans une veine fertile, ni un génie qui ne serait pas dégrossi », Art poétique.

37  « Feuilletez nuit et jour les modèles grecs », Art poétique.

38  « Il y a un milieu en tout, il y a des bornes fixées au-delà et en-deçà desquelles rien n’est bien », Satires.

39  « Sans mœurs, à quoi servent de vaines lois ? », Odes.

40  Sont cités : Mérope en 1762 ; L’Indiscret en 1766 ; Alzire en 1767 ; le Poème sur la loi naturelle en 1772 ; Nanine en 1777-1778 (l’extrait suivant est sollicité à trois reprises : « Le ciel fit les femmes / Pour corriger le levain de nos âmes, / Pour adoucir nos chagrins, nos humeurs, / Pour nous calmer, pour nous rendre meilleurs ») ; De l’envie en 1785 ; l’Essai sur la poésie épique en 1787 ; les Stances en 1788.

41  Spécialement les Odes.

42  De J.-B. Rousseau, sont cités : les Épîtres, les Odes, les Épigrammes. De Boileau : les Satires, l’Art poétique.

43  Fables.

44  De l’Esprit des lois. Le même extrait est cité deux fois en 1782 : « La religion chrétienne, qui ne semble avoir d’objet que la félicité de l’autre vie, fait encore notre bonheur en celle-ci ».

45  Lettre à d’Alembert sur les spectacles, Du contrat social, Discours sur les sciences et les arts.

46  G. Genette, op.cit., p. 154.

47  Même quand la source est très célèbre, comme la Genèse par exemple.

48  Du simple nom de l’auteur et du titre, aux numéros des livres, tomes, chants ou chapitres, pages ou vers sollicités.

49  Lauréat régulier de l’Académie de Besançon, en éloquence, histoire et arts.

50  « Nous nous réjouissons qu’il ait existé, et tant que cette cité sera debout, elle s’en félicitera ».

51  Un autre auteur, anonyme, offre plutôt l’exemple d’une déformation involontaire. Il choisit la devise : Contempta fama virtutes contemnuntur (« mépriser la gloire, c’est mépriser les vertus »), qu’il attribue à Virgile. Il s’agit plus vraisemblablement d’une reformulation de Tacite (« nam contemptu famae contemni virtutes », « par le mépris de la gloire les vertus sont méprisées », Annales), signalant un souvenir un peu lointain du texte originel.

52  La plupart du temps, les discours restent anonymes. Dans le cas contraire, la profession de leur auteur n’est pas toujours indiquée.

53  Certaines copies viennent aussi de Suisse.

54  Les ecclésiastiques non enseignants fournissent à eux seuls près de 50 % du contingent des candidats comtois identifiés.

55  On classe les étudiants en fonction de leur discipline : ils étoffent ainsi les rangs des juristes, des religieux et des scientifiques.

56  L’Art poétique domine (huit épigraphes, chez les abbés Bergier, Rouhier et Dupré, chez le P. Prudent, chez Dom Couderet, Durey d’Harnoncourt, Morel, étudiant en théologie), puis les Odes (chez les abbés Bergier, Pellier, le P. Prudent, le mousquetaire Huot de Charmoille), les Épîtres (chez l’abbé Bergier encore, chez le capucin Joly, le chanoine Jolicard, l’avocat Renaud), et enfin les Satires (chez l’abbé Macherey).

57  Métamorphoses et Pontiques.

58  Il est deux catégories de candidats dont on ignore si elles sont représentées dans la province : les hommes de lettres (qui citent Virgile, Tacite ou optent pour des devises françaises) et les femmes (Charlotte de Bermann, Clémence de Villers, Manon Phlipon, future Mme Roland, et Mme de Charrière). Seule Mme de Charrière use d’une épigraphe latine (Fuerunt et erunt), et seule Clémence de Villers nomme ses sources (La Bruyère et Thomas).

59  G. Genette, op. cit., p. 160.

60  Ibid., p. 161.

61  Quelques épigraphes, néanmoins, n’entretiennent qu’un lien assez lointain avec les sujets donnés par l’Académie. C’est le cas lorsque Bernardin de Saint-Pierre, en tête de sa copie sur L’Éducation des femmes, inscrit « Dieu et le roi » ; ou bien quand un certain M. de Rey, « Américain vivant à Paris », affirme que « Des épis de blé valent mieux que des lauriers » pour un discours consacré au rôle du Respect des mœurs dans le bonheur des États. Sur le même sujet, un autre candidat reprend à son compte le vers de La Fontaine : « J’aurai du moins l’honneur de l’avoir entrepris », qui renseigne davantage sur l’état d’esprit de l’auteur qu’il n’éclaire le discours. Un anonyme qui tente sa chance sur Les vertus patriotiques livre en guise d’épigraphe une bribe de portrait rimé : « D’un quart de siècle à peine ai-je achevé le cours, /Au commerce en naissant l’on consacra mes jours ».

62  « La prospérité découvre les vices des hommes importants, et l’adversité leurs vertus », Sermones fideles.

63  Pour le sujet sur Les Funestes effets de l’égoïsme, un candidat retrouve le sens du sujet, sous une forme plus étoffée, dans une citation d’Estendoux : « L’égoïsme affreux que poursuit ma colère, /De tout temps enfanta les malheurs de la terre ».

64  Autres exemples : un candidat, pour un discours sur « Les progrès des Modernes [qui] ne dispensent pas de l’usage des Anciens » invoque l’autorité de Pline le Jeune : « Sum ex iis qui mirer antiquos ; non tamen, ut quidam temporum nostrorum ingenia despicio, neque enim lassa et effoeta natura, ut nihil jam laudabile parit » (« Je suis de ceux qui admirent les anciens ; cependant je ne méprise pas les modernes, car je ne peux croire que la nature, épuisée et devenue stérile, ne produise rien de bon »). Ou encore l’épigraphe « Labor improbus omnia vincit » (« Un travail acharné vient à bout de tout »), récurrente dans les copies comparant les avantages de l’assiduité au travail et de la supériorité des talents.

65  « L’iniquité de l’homme vient de la femme. »

66  Ainsi, le P. Prudent, qui se présente en 1774 et 1775 sur un même sujet, remanie son discours mais conserve la même épigraphe.

67  Manuscrits 29 et 37.

68  Les concurrents sont ancrés dans cette province qu’ils glorifient à travers les grands hommes qu’elle a produits.

69  « Né pour le bonheur public, rien d’abject ne souille ses désirs », Sénèque, Dialogues. De la constance du sage.

70  « Aucun ennemi ne se serait offert impunément à ses yeux », Virgile, Énéide.

71  « Il est beau, il est doux de mourir pour la patrie », Horace, Odes.

72  « La vertu plaît quoique vaincue », autographe.

73  « Jamais le vrai courage ne descend aux rives du Styx », Sénèque, Hercule sur l’Œta.

74  « Le héros ignoré diffère peu du lâche enseveli », Horace, Odes.

75  « Mépriser la gloire, c’est mépriser les vertus », [sans doute] Tacite, Annales.

76  « Ne luira-t-il jamais ce jour où je pourrai célébrer tes exploits ? », Virgile, Bucoliques.

77  En 1753, sur le sujet : « L’assiduité au travail peut-elle procurer à la société autant d’avantage que la supériorité des talents », quatre copies citent le « Ego nec studium » d’Horace ; en 1764, sur « Les progrès des Modernes ne dispensent pas de l’usage des Anciens », six copies reprennent le « Nocturna versate manu » ; et en 1776, sur « Combien le respect pour les mœurs contribue au bonheur d’un État ? », « Quid vanae proficiunt leges ? » ouvre trois copies.

Auteur

Université de Bourgogne-Franche-Comté

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search