Version classiqueVersion mobile

Le défini et l’inépuisable

 | 
Claude-Pierre Perez

Première partie. L’arbre tordu

L’arbre tordu

Texte intégral

  • 35 "An Introduction to some prose poems by Claudel", p. 326.

1C'est à propos de Connaissance de l'Est que B.-P. Howells parle d'influences (de Mallarmé, de Rimbaud, de Saint Thomas) "encore imparfaitement coordonnées"35. Mais est-il possible de coordonner des influences aussi disparates ? Et s'agit-il seulement de la disparate des influences ? On pourrait invoquer ici l'autorité de Maurice Blanchot :

  • 36 M. Blanchot, "L'autre Claudel", p. 406. J. Guitton dans "Claudel et Heidegger" signale lui aussi " (...)

À la diversité insaisissable de Gide, on s'est plu, et Gide d'abord, à opposer le bloc massif, l'être sans jointures et presque sans parties qui à tout moment aurait fait de Claudel une violence stationnaire et un déchaînement immobile. Lui-même aimait-il cette image ? Il n'en est pas de plus pittoresque, ni de plus fausse. Ce qui frappe au contraire, c'est, en lui, une discordance essentielle, le heurt puissant, contenu, mal contenu, de mouvements sans harmonie, un mélange formidable de besoins contraires, d'exigences opposées, de qualités dépareillées et d'aptitudes inconciliables36.

2Toutes choses égales d'ailleurs, c'est également le diagnostic rendu, en 1927, par un graphologue anonyme :

C'est un esprit dont les éléments ne sont pas harmonieusement coordonnés ; il a quelque chose de déconcertant : des lettres communes et des tracés glorieux. C'est un signe de goût discordant Le caractère se ressent de ce défaut d'harmonie (cité in J, I, p. 784).

3Claudel, qui cite ce portrait graphologique, l'approuve sans les réserves qu'on aurait pu attendre :

Ce n'est pas si bête. Ce qu'on peut dire aussi, c'est que je n'ai pas encore achevé l'harmonisation de tous les éléments disparates dont je suis composé (ibid.).

  • 37 Voir Jean-Paul Weber "Le thème de l'Arbre-Homme dans CE", in Genèse de l'Œuvre poétique.

4Si l'harmonisation n’était pas achevée en 1927 (Claudel avait 59 ans), il est permis de penser qu'en 1895 elle était seulement entamée... Et de fait, il existe, dans Connaissance de l'Est, une métaphore de cette disharmonie intérieure : on ne s'étonnera pas, sachant que l'arbre est, chez Claudel, très souvent une image de l'homme37, qu'entre tant de figures possibles, il ait choisi celle de l'arbre tordu. Ce motif se rencontre au moins à trois reprises dans le volume ; dans Jardins d’abord :

Du milieu de ces rocailles s'élevait un pin noir et tors ; la minceur de sa tige, la couleur de ses houppes hérissées, la violente dislocation de ses axes, la disproportion de cet arbre unique avec le pays fictif qu'il domine, - tel qu'un dragon qui, fusant de la terre comme une fumée, se bat dans le vent et la nuée - mettaient ce lieu hors de tout, le constituaient grotesque et fantastique (p. 101).

5puis dans "Tombes, Rumeurs" :

le grand banyan (...) comme un Atlas, s'affermissant puissamment sur ses axes tordus (p. 123).

6enfin, plus longuement, dans "Le Pin", qui décrit les pins japonais soutenant "leur lutte contre les Puissances de l'air" :

agriffé de toutes ses racines au sol pierreux, l'arbre invincible se tord, se retourne sur lui-même (p. 249).

7Commentant des images analogues rencontrées dans les poèmes de Verhaeren, G. Bachelard écrit en citant Charles Baudouin :

  • 38 G. Bachelard : La Terre et les Rêveries de la Volonté, p. 66.

L'arbre était d'abord (dans une des premières œuvres de Verhaeren, Les Flamandes) ce qu'il est communément au dire des analystes : un des symboles de l'instinct brut. Mais voici que cet instinct s'acharne contre lui-même, se "noue" avec lui-même, comme dans un corps à corps, se "tord", si l'on peut dire, entre ses propres bras. Les arbres vont désormais (dans l'œuvre poétique de Verhaeren) apparaître noués et tordus. Ils sont la sensualité qui se vainc elle-même - victoire qui est encore une volupté. Ils s'identifient avec les moines qui ont "tordu” en eux la nature, entre des mains crispées de volonté fervente38.

8Voici un diagnostic qu'on pourrait, sans invraisemblance, appliquer tout net à Claudel (qui s'est identifié, lui aussi, et plus que d'autres, à ces moines). Mais peut-être est-il trop précis. Posons simplement pour l'instant que cet arbre tors est à l'image d'un homme divisé contre lui-même, et d'une entreprise poétique où s'affrontent et se composent plusieurs influences contraires, plusieurs projets qui semblent difficilement conciliables.

Notes

35 "An Introduction to some prose poems by Claudel", p. 326.

36 M. Blanchot, "L'autre Claudel", p. 406. J. Guitton dans "Claudel et Heidegger" signale lui aussi "les multiples dualités de Claudel" (Profils parallèles, p. 469).

37 Voir Jean-Paul Weber "Le thème de l'Arbre-Homme dans CE", in Genèse de l'Œuvre poétique.

38 G. Bachelard : La Terre et les Rêveries de la Volonté, p. 66.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search