Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et événement

 | 
Jacques Guilhaumou

Chapitre III. De l’événement discursif au récit d’événement1

Texte intégral

  • 1 Seule la partie sur l’événement « Mort de Marat » (1987a, 1998c) a fait l’objet d’une publication p (...)

1L’événementialité engendre le sens : cette affirmation nous a permis de nous interroger sur le caractère immanent de l’événement. Mais il reste à rendre compte, dans sa description même, de sa forme achevée.

  • 2 La première étude en ce domaine est celle de D. Maldidier et R. Robin sur l’événement Charléty de m (...)
  • 3 Ainsi, dans un texte émanant du mouvement social actuel et circulant sur le web, intitulé « Invento (...)

2À vrai dire, l’analyse de discours en France s’est surtout penchée sur la dimension créative de l’événement2, sans véritablement s’interroger sur son incidence en matière de totalisation au terme d’une vaste narration. Les chercheurs allemands sont les plus avancés en ce domaine : l’étude exemplaire de Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (1990) sur le 14 juillet 1789 est là pour en témoigner. Ici le terme d’« événement » apparaît à proximité du syntagme « Prise de la Bastille » dès les premiers récits. Il s’agit alors pour les chercheurs allemands de développer une approche de « l’événement total » là où se dessine une Bastille d’abord située à l’horizon du despotisme d’Ancien régime, puis inscrite dans un événement narré, le 14 juillet, enfin prise dans un univers symbolique tant passé que présent avec la remémorisation de « la prise de la Bastille » jusqu’à nos jours3.

3L’analyse de discours peut-elle rivaliser avec une telle entreprise, ou tout du moins proposer une approche complémentaire, c’est-à-dire d’abord centrée sur la dimension proprement linguistique de l’événement, sans pour autant négliger ses aspects pragmatiquement et narratifs ?

4En examinant présentement la progression, dans un ordre raisonné, de trois déclinaisons de l’événement – l’événement linguistique, l’événement discursif et le récit d’événement – nous nous efforçons, une fois de plus d’emprunter la voie de la synthèse discursive.

A– L’abord de l’événement discursif en analyse de discours

L’attesté au premier plan

5Nous nous sommes d’abord intéressé, du côté de l’événement linguistique, à des problèmes d’échelle du concret à l’abstrait, de norme référentielle de langue, de typification historique de sujets et d’objets cognitifs, etc. Il en est tout autrement du champ de l’événement discursif où nous n’allons considérer, dans la perspective ouverte par Michel Foucault (1969), que la simple inscription de ce qui est dit comme élément attesté de l’énoncé.

  • 4 Voir Guilhaumou, Maldidier, Robin (1994).

6Nous évoluons désormais dans l’univers de l’énoncé attesté, tout particulièrement au sein de la lecture d’archives4. Nous sortons du monde des noms et de leur référent pour entrer dans l’univers de la réflexivité du discours, des ressources propres des sujets d’énonciation impliqués dans l’événement. Nous nous intéressons prioritairement aux sujets, objets et concepts comme autant de fonctions dérivées de l’énoncé. De fait « si les énoncés se distinguent des mots, phrases ou propositions, c’est parce qu’ils comprennent en soi, comme leurs « dérivées », et les fonctions de sujet, et les fonctions d’objet, et les fonctions de concepts […] Au système des mots, phrases et propositions, qui procède par constante intrinsèque et variable extrinsèque, s’oppose donc la multiplicité des énoncés, qui procède par variation inhérente et par variable intrinsèque » (Deleuze, 1986, 18).

7Dans l’énoncé d’archive, éléments descriptifs et données réflexives sont indissociables. Décrire l’itinéraire d’un sujet, l’organisation d’un objet et la formation d’un concept au sein d’un dispositif événementiel, c’est rendre compte, dans le même temps, de leur dimension interprétative. La description des énoncés attestés dans leur dispersion archivistique permet d’accéder à la compréhension du sens advenu, sans passer par la description sémantique de phrases selon un ordre distributionnel constant, donc associé à un savoir déjà-là. C’est aussi une manière de contredire l’idée selon laquelle seule la connaissance de la forme logique des phrases permettrait de désigner un événement (Davidson, 1993). En effet, pour sa part, Davidson, en appréhendant par exemple la phrase d’action dans sa forme logique, considère « que les verbes d’action – les verbes qui disent ‘ ce que quelqu’un a fait’ » –, doivent être considérés comme contenant une place, qui peut être occupée par des termes singuliers ou par des variables, qu’ils ne semblent pas contenir » (id., p. 166). Dans la perspective ouverte par Michel Foucault, il en est tout autrement : s’il y a bien, au sein de la multiplicité des énoncés, des places vides en des points singuliers, elles ne relèvent pas d’une forme phrastique à remplir par une variable extrinsèque, mais de sujets, d’objets et de concepts qui viennent s’y installer au titre du mode d’individuation propre à l’événement, donc sur un plan d’immanence.

  • 5 Ainsi « l’attestation qu’il en est bien ainsi de soi rejaillit sur l’analyse elle– même et le met à (...)

8Par ailleurs, l’archive n’est pas un simple matériau où l’on puise de manière référentielle des faits, elle participe plutôt d’un geste de lecture où s’actualisent des configurations signifiantes, des dispositifs significatifs d’énoncés attestés. À vrai dire l’archive d’une époque n’est jamais descriptible dans sa totalité, elle se donne à lire par fragments : sa description est toujours ouverte, même si la phrase historiographique s’efforce de la clore. Si elle est donc attestée comme matériau empirique, substrat réel, elle l’est encore plus par le fait de l’articulation de la réflexion à l’analyse, de la relation de ce quelque chose en devenir dont l’existence est attestée par les sujets parlants. La notion d’attestation, procède alors d’un véritable « engagement ontologique » dans la mesure où elle rend compte de « l’être– vrai de la médiation de la réflexion par l’analyse qui, à titre premier, est attesté » (Ricœur, 1990, 348). Elle donne un tour réaliste à la description d’énoncé, en évitant de présupposer l’existence d’un contexte externe et préalable à l’énoncé. Elle rend compte plus largement de l’effectivité de l’agir humain dans le monde, de sa dimension auto-constitutive du réel. Elle témoigne donc bien de façon ontologique de l’être – vrai au sein même du faire effectif5.

9Par exemple, la figure du Tiers-État en 1789, associée au réseau verbal de la demande dans les Cahiers de doléances, est médiatrice dans un engagement ontologique. Elle l’est en effet par l’attestation même de son existence sociale dominante dans le réseau de production, dont Sieyès s’est fait le célèbre interprète dans Qu’est-ce que le Tiers-État ? en affirmant d’emblée que le Tiers – État n’est rien dans l’ordre politique alors qu’il est tout dans l’ordre social, ce qui le légitime pour demander de « devenir quelque chose », ce quelque chose associée à sa parole nationale qui va le faire exister, le mettre au centre de la Nation enfin libre. Ainsi, au plus loin des usages référentiels du langage, l’énoncé peut aussi rendre compte de la vérité de l’être. Nous y reviendrons de manière plus approfondie à propos de l’articulation de l’événement discursif au récit d’événement et à l’authenticité du témoignage qui lui est inhérent.

  • 6 Nous aborderons l’intérêt d’un critique de l’antinaturalisme en analyse de discours dans un prochai (...)

10En conséquence, la dualité texte – contexte n’est guère pertinente dans l’analyse de l’événement discursif. En effet, le geste configurant, au regard de la multiplicité des énoncés, n’opère pas une mise en relation entre des faits textuels internalisés et des contextes externalisés, il permet, par la lecture d’archive, de concrétiser l’existence discursive de possibles inhérents au substrat humain, par exemple le désir de liberté, d’émancipation, voire de données naturelles6. Ainsi Une fois inséré, par la lecture d’archives, dans une configuration signifiante, l’énoncé est à lui – même son propre contexte. Il s’agit là d’ailleurs d’un donné communément observable auprès des membres d’une société, si l’on prend en compte leur capacité interprétative. Les individus-membres d’une société, pris dans des rapports intersubjectifs de communication, utilisent le langage naturel comme contexte, ressource et thème interprétatifs, donnant par là même un sens à leur acte par la médiation d’un discours à forte valeur réflexive. Il s’agit ici de prendre en compte « ce dont les gens sont capables » (Boltanski, 1990).

La situation hors champ

11Du mot de « situation » qui renvoie ordinairement à une position spatio – temporelle, on a fait un désignateur soit des circonstances, soit d’un espace homogène au sein d’une totalité déterminée. De ce fait, l’événement n’est guère plus réductible à la situation qu’au contexte. La situation – qu’il s’agisse d’un élément pris séparément du monde réel et perçu comme un « moment génétique de la réalité » au sein du temps réel de l’histoire humaine ou plus simplement d’une situation dite d’énonciation investie dans un « lieu de sens » (Esquenazi, 1997) – peut être à la fois genèse du réel et espace sémantique sans pour autant disposer d’une dynamique propre qui les lie. La notion de situation demeure donc largement fonctionnelle, elle ne participe pas d’une interrogation sur le substrat réel de l’événement – on pourrait parler d’événement-substrat dans l’usage générique que nous faisons par moment du terme d’événement – et la dynamique expressive qui s’ensuit dans la part respective de l’événement linguistique et de l’événement discursif que nous essayons de distinguer analytiquement.

12Le recours à la notion de situation nous donne donc tout au plus une idée vague d’un contexte élargi à un morceau de l’espace discursif suffisamment important pour pouvoir caractériser l’usage de signes. Ainsi en est– il par exemple dans les divers travaux récents sur le discours médiatique où il importe certes de définir un « niveau situationnel » (Charaudeau, 1997) pour désigner des données externes qui pèsent comme autant de contraintes sur le propos médiatique.

  • 7 Roland Eluerd (2000) développe une conception de l’usage en lexicologie en lien direct avec le souc (...)

13Qui plus est, l’usage de cette notion présuppose un ordre descriptif et ne peut donc nous introduire au processus de formation d’un tel ordre. Bref l’abord du discours en terme de situation s’en tient trop strictement à des problèmes d’usages, étendus jusqu’à leur généralisation au sein d’une théorie des signes. Si la recherche des usages en discours est de première importance dans le programme descriptif du sociolinguiste (Tournier, 1998), il n’en reste pas moins qu’elle se réduit parfois à des considérations limitées sur diverses modalités d’emploi des mots soit à divers niveaux du vocabulaire, soit dans des affrontements prédéfinis7. En passant par des corpus homogénéisés, elle élude l’hétérogénéité des énoncés constitutive de l’événement discursif ; elle rend superflue la lecture d’archives, se limitant en effet aux éléments textuels adéquats à la constitution du corpus.

14À vrai dire, nous pouvons considérer qu’il ne peut y avoir d’événement consécutif au seul usage situé d’un signe dans la mesure où l’événement discursif ne procède pas d’un enchaînement causal à une occurrence qui le précéderait. De même une situation historique n’engendre pas nécessairement un événement. Une chaîne d’événements d’abord linguistiques, puis discursifs à l’exemple de « l’invention » de l’Assemblée Nationale en 1789 déjà évoquée – si elle dispose d’un événement – substrat, donc d’une part initiale d’abstraction ancrée dans un réel (la nomination inédite de l’Assemblée Nationale) – n’a rien de causale et de linéaire. Les maillons de la chaîne ne sont pas tous déterminés causalement, et si certains le sont, c’est plus souvent au titre d’éléments naturels que de faits historiques qu’ils le sont.

15Si l’on admet que tout événement a un site singularisable dans une situation historique, il faut immédiatement ajouter que sa présentation, sa manière discursive d’être lui est immanente, donc s’avère irréductible à la situation historique. Le cas de la Révolution française est là en effet pour démontrer que le dénombrement des événements qui s’y déroulent ne suffit pas à déterminer leur intelligibilité. Encore faut – il décrire comment le signifiant de l’événement Révolution française « atteste lui–même qu’il est un terme de l’événement qu’il est » (Badiou, 1988, 200), en quoi il est donc immanent à la multiplicité des faits qui le dénomment, et en d’autres termes dans quelle mesure il se présente de lui-même au regard du spectateur qui en juge. De même, le couple consensus / dissensus, souvent mis en œuvre dans le chassé-croisé actuel entre discours médiatique et discours politique au regard d’un retour périodique du vote-sanction des Français, perd de son intelligibilité s’il est appliqué au point de vue restreint d’un usage singularisé comme événement langagier par sa seule situation. Il ne peut pas vraiment rendre compte d’un dispositif de subjectivation en discours où se constituent, dans l’intervalle d’une vie à une autre, les formes du litige constitutives de l’effectivité de l’agir humain (Rancière, 1995).

  • 8 Le néologisme deleuzien de reterritorialisation, ajouté à la fonction de sujet, objet et concept ac (...)

16En fin de compte, la notion de situation, certes ouverte à la description des usages en discours, fait l’économie des possibles de l’événement, de sa part en devenir par le fait de son immanence. Nous souhaitons donc quitter au plus vite l’espace de description des usages dans une situation donnée, pour nous interroger sur les limites internes d’un discours en perpétuel mouvement au titre du déplacement, dans l’événement, de sujets délocalisés, d’objets reconfigurés et de concepts reterritorialisés8.

Décrire une intrigue au sein d’un trajet thématique

17Considérons enfin que la caractérisation de la dynamique de l’énoncé au sein même de l’archive ouvre toutes grandes les portes à la description de l’événement comme acte à la fois constituant et configurant (Ricœur, 1983). La question de l’action, qui trouvera son achèvement dans le récit d’événement comme nous le verrons plus tard, se traduit d’abord par la mise en intrigue des énoncés. De fait, une mise en intrigue, se déployant tout au long d'un trajet thématique, acquiert une portée globale, précise sa signification au moment où émerge une expression (ou plusieurs) susceptible(s) de résumer l'intelligibilité du processus décrit, et dont il nous importe peu de connaître le degré d'originalité lexicale. De telles expressions à valeur d'arguments, issues de la capacité critique des membres de la société, de leurs jugements pratiques signifie la clôture temporaire d'un processus de configuration constitutif de la mise en intrigue. Tout du moins, il nous faut considérer qu’une mise en intrigue peut s’achever dans sa narration par les spectateurs. Nous y reviendrons.

18Plus avant, l'espace « rare » de l'énoncé réflexif, c'est-à-dire le lieu précis où se déploient les arguments majeurs, ne prend sens qu'au sein d'une dispersion d'énoncés hétérogènes, qui autorise une grande variété de règles de passage d'un énoncé à l'autre. Telle ou telle expression attestée donne sens à un trajet discursif, régule un champ discursif par son voisinage immédiat avec une vaste émission d'énoncés. Ce qui compte alors, c'est la régularité énonciative d'un énoncé situé à proximité d'un autre. À l'encontre de toute interrogation sur le référent ou l'originalité lexicale d'un énoncé, sa régularité est une ressource inédite, une richesse incomparable manifestant les règles de fonctionnement du trajet thématique où il s'actualise. Une telle régularité se situe au plus loin d’un univers régulateur de normes, de principes latents d’application d’une règle, elle ne concerne que l’effectivement dit, là où les énoncés singuliers se distribuent et se placent. Elle n’est pas plus une régularité de propositions syntaxiques ou de phrases historiographiques : elle est plutôt variation et passage inhérents à l’énoncé circulant d’une configuration à l’autre.

19Avec la description d’une intrigue au sein d'un trajet thématique, nous nous situons dans de multiples réseaux d'énoncés, articulés chronologiquement autour d'actes configurants. La description de configurations d’énoncés au sein d’un trajet thématique et sous la forme d’une intrigue se trouve ainsi au cœur du dispositif expérimental de l'analyse de l’événement discursif. C'est à chacune des étapes de tel ou tel trajet thématique que l'événement discursif, en tant qu'acte configurant dans un espace public, peut être catégorisé sous une description productrice de jugements et d'arguments. À distance du continuum de référence normé par des sujets cognitifs, les acteurs/spectateurs de l’événement discursif, sujets d’énonciation tendanciellement délocalisés, inscrivent l’intrigue dans un espace et une temporalité propres, par exemple l’espace public délibératif de la Révolution française rythmé par les journées insurrectionnelles. L’événement discursif procède donc bien de la singularité du processus inédit de constitution du sujet d’énonciation, ou plus précisément de l’inscription des sujets dans des singularités vides de sens mais pleines de possibles. Ainsi la figure en 1789 de l’individu-nation, présentée à propos de Sieyès dans le chapitre IX, n’a rien d’une masse indifférenciée, elle est la résultante de libertés individuelles convoquées par la médiation unitaire d’un nouvel acteur collectif, le Tiers-État.

20Si l’événement discursif peut ainsi s’appréhender dans le moment d’émergence de formes singulières d’énonciation, il peut se déployer en son sein des événements d’énonciation où « l’émergence de l’instance de parole singulière sur le support discursif en continuum est dans une situation d’advenue imprévisible » (Fenoglio, 1997, 42). Mais ces événements d’énonciation relèvent plus de « glissements » dans la linéarité du discours vers des failles, des espaces vacillants, des lieux de rupture, etc., que de la corrélation de l’énoncé avec ses sujets, ses objets et ses concepts au sein d’une historicité particulière.

  • 9 Notons ici le lien avec la perspective kantienne sur le rôle du spectateur dans l’événement révolut (...)

21Tout cela ne se fait pas bien sûr au regard d’une masse indifférenciée, dans la mesure où le sujet d’énonciation mis en valeur par l’événement discursif n’est pas un sujet déjà constitué. Ce sujet tendanciellement délocalisé ne peut se confondre avec l’acteur pris dans son rôle de représentation, et souvent qualifié après coup de dominant. Il est aussi un spectateur « imprévisible » et « désintéressé » au départ de l’action, donc propre à juger de l’événement, et par là même à en communiquer l’attention et la sympathie à d’autres spectateurs. Ainsi se forme un sens commun de l’événement9. Apte à appréhender l’ensemble de la scène discursive, le spectateur participe de l’achèvement narratif de l’événement discursif, de sa réalisation pleine et entière. Spectateur-juge, il ouvre la compréhension de l’événement à la communauté élargie des hommes. Si, du point de vue de l’événement discursif, spectateurs se disent toujours au pluriel, il n’en reste pas moins que le spectateur en tant que tel est omniprésent dans les critères méthodologiques de l’analyse discursive de l’événement que nous proposons.

B– Lévénement discursif et la réalité empirique de la langue

Evénement linguistique et événement discursif

22Dans la perspective phénoménologique que nous associons à notre démarche, l’événement n’est interprétable que depuis son propre horizon de sens. Il n’est perceptible que dans le moment même de son surgissement. Il introduit dans le continuum du monde les possibilités démultipliées d’une production de sens irréductible à un contexte « externe ». Il est l’origine même du sens, il fait sens. Ainsi ce qu’il en est de l’événement nous renvoie certes à un substrat réel, mais qu’il convient de ne pas penser comme une simple réalité-support, qui serait le fond du phénomène. Il importe plutôt de le concevoir dans les termes d’un sensible singulier, d’un individu séparé, mais non coupé de la part commune, abstraite de son identité discursive prise dans l’intersubjectivité.

23La temporalité de l’événement s’annonce ainsi sous son propre horizon d’intelligibilité (Romano, 1999) : sa successivité n’est perceptible que dans et par le fait du langage pris dans sa dynamique identitaire. Alors l’événement, dans son appréhension empirique, est d’abord ce lieu où s’identifie quelqu’un, un sujet parlant, et quelque chose, un sensible singulier, sans pour autant désigner un contenu préétabli dans la mesure où ce quelqu’un et ce quelque chose se mesurent à l’aune de l’événement lui-même. De telles réalités expressives de l’événement s’inscrivent dans la langue empirique, au regard d’un empirisme radical qui ne cède le pas à aucune transcendance.

24De l’événement linguistique à l’événement discursif, nous passons alors du repérage référentiel de ce quelque chose/quelqu’un producteur de sens par lequel l’événement advient, au titre d’un questionnement ontologique, à ce qui est advenu dans l’événement par le fait de la multiplicité et de l’hétérogénéité des énoncés, et de leurs fonctions spécifiques (sujet/objet/concept) dans un espace topologique.

25Par sa contribution majeure à la caractérisation de l’événement-substrat, la dynamique référentielle instaure des règles « vides », au sens où elle ne fournit pas un contenu préalable mais explicite, par la médiation de sujets cognitifs, les principes d’application de la règle, sa dimension régulatrice dans l’ordre des possibles. Ainsi en est-il avec la détermination référentielle de la langue commune, au moment de la mise en place des nouvelles normes de la « Langue Française » au sein du Dictionnaire monolingue de l’Académie, comme nous l’avons montré dans le chapitre précédent.

26De son côté, le processus discursif décrit au sein d’une multiplicité d’énoncés, qui tend à caractériser un événement discursif, instaure des places « vides » en des points singuliers, donc non localisés à l’avance, pour ce qui vient un moment y fonctionner comme sujet, objet ou concept. Tel est le cas de l’événement « prise de la Bastille » qui, de la simple mention des volontaires de la Bastille à l’objet commémoratif pris dans sa symbolique réitérative, constitue un des événements discursifs fondateurs de la République.

27D’un cas à l’autre, le lien à l’événement-substrat, au sensible singulier demeure essentiel dans la mesure où la singularité fait loi, l’existence de représentation préalable est bannie. Mais c’est surtout à propos du statut de l’objet extérieur, du réel lui-même que la différence est fortement perceptible entre l’événement linguistique comme typification et l’événement discursif comme configuration.

  • 10 Nous précisons plus avant l’apport d’Umberto Eco dans la postface.

28L’événement linguistique s’inscrit au sein d’un continuum d’espace / temps, donc participe de sa segmentation dans les limites posées par l’existence de la langue empirique à toute interprétation (ce quelque chose de plus assigné à l’objet exprimé par un nom) et représentation discursives suscitées par le quelque chose et le quelqu’un, véritables archétypes cognitifs du signe. De telles limites, expressions de la résistance du réel, équivalent à ces « lignes de tendance » dont parle Umberto Eco (1999) pour marquer la résistance du réel10. Elles nous renvoient à des blocs de réalité qui ne laissent d’espaces vides qu’au titre de l’inscription possible de sujets en leur sein. C’est sans doute l’existence de tel sujet donné, par exemple le sujet politique de la langue au sein de l’hyperlangue des hommes des Lumières qui interdit de penser de façon séparée les ressources de l’acteur/auteur et les analyses du chercheur, dans la mesure aussi abstraite, « scientifique » soit-elle, elles relèvent toujours de l’événement-substrat qui les rend possible.

29Cependant, avec l’événement discursif, nous prenons un temps nos distances avec « les lignes de segmentations dures » de ce continuum pour entrer dans un espace de lignes moins visibles, qui traversent en quelque sorte des blocs de réalité par toutes sortes de détours. Nous franchissons ainsi le seuil discursif : il est désormais question de la créativité de l’agir, de l’émergence de devenirs sans préexistence aucune. Les blocs de réalité prennent de plus en plus l’apparence de blocs de devenir, le continuum naturel semble se scinder en « bouts de nature » sous la pression de l’expressivité de l’agir humain. À ce titre, ce qui est déterminant au niveau des possibles, dans l’ordre du référent linguistique de l’événement, n’est que régulateur au niveau du concret discursif. La part de liberté du sujet agissant prend de l’ampleur. La réflexivité du langage, c’est-à-dire sa capacité à produire lui-même ses ressources interprétatives, constitue alors le propre de l’événement discursif. Nous considérons que nous pouvons désormais emprunter des lignes de fuite et de fêlure où la résistance des états de choses diminue, l’exigence humaine de liberté s’amplifie au point de transmuter la réalité dans des « blocs de devenir », des « conjugaisons de flux » et des « contenus d’intensité » (Deleuze, 1996, 151).

La question de la réalité

30Dans la perspective référentielle où s’inscrit l’événement linguistique, le découpage en schèmes cognitifs se justifie par l’existence d’un réel externe, motivation même de ce découpage et ligne de résistance à tout décrochage du référent. La perspective discursive qui préside à la description de l’événement discursif est différente : elle se situe sur un plan d’immanence, elle est d’ordre performatif. Selon la célèbre formule de Benveniste (1966, 273), « L’énoncé performatif est événement parce qu’il crée l’événement », en première approche le faire de l’énoncé est son dire. La performativité du discours dont il est question dans la description des ressources propres des énoncés dissoudrait-il alors le réel dans son existence même ?

31Au regard de la caractérisation antérieure du réel d’un événement-substrat, donc de la singularité et de l’individuation originaire de l’événement. Il faut entrer dans un débat sur la notion même de réalité au regard de l’événement discursif.

32La discussion sur le rapport à la réalité évite d’abord de s’en tenir au simple constat d’un contexte social externe au discours lui-même. Faut-il d’abord considérer, d’un point de vue herméneutique, que le contexte est l’une des ressources du texte lui-même et ne justifie pas de le caractériser en tant que réel à part ? Ou faut-il s’en tenir, d’un point de vue réaliste, à la distinction entre l’énoncé et le fait énoncé, étant entendu qu’il ne s’agit pas d’un fait naturel, mais d’un fait institutionnel ? Searle (1998) a longuement argumenté autour de la seconde interrogation pour conclure que la vérité des énoncés ne leur est pas intrinsèque, mais est dépendante de la manière dont existent les choses dans le monde, indépendamment donc des énoncés. En énonçant le fait que, ou en s’inscrivant dans l’ordre du ce que, une réalité externe au contenu défini est présupposée de manière ontologique en arrière plan de tout énoncé, à l’encontre de la perspective empiriste où le réel n’est qu’une réalité perçue, et rien de plus. Une telle prise en considération, hors de nos représentations discursives, de l’état des choses pose problème dans toute approche autoconstitutive d’une dynamique événementielle sur la base de configurations d’énoncés attestés qui s’efforcent justement de situer l’événement dans un ordre immanent, donc en devenir et distinct de l’état des choses.

Un point de vue historique sur la langue

33Une autre question concerne le partage empirique entre événement linguistique et événement discursif du point de vue historique. À vrai dire, ce partage ne va pas de soi, surtout s’il brouille la tentative justifiée de mettre sur pied une micro-histoire des événements linguistiques.

34Du point de vue de l'historien du discours, les sujets d’énonciation producteurs d’énoncés significatifs dans une conjoncture historique déterminée disposent d'une capacité réflexive inédite, de jugements formulés à partir d'arguments énoncés dans des événements discursifs. Une telle faculté de jugement constitue le support des ressources réflexives disponibles dans les configurations d'énoncés constitutives des événements. Nous sommes ici dans une problématique de l'énoncé, concrétisée par un travail configurationnel sur la base d'une lecture d'archives, nous l'avons déjà vu. Ainsi, l'historien du discours s'intéresse actuellement de très près aux capacités interprétatives des membres d'une société, à la manière dont les acteurs eux-mêmes se chargent d'accomplir un effort d'interprétation au sein de l'action. Bien sûr, il ne s'agit pas de sacraliser des formulations individuelles, donc limitées. Mais notre objectif est plutôt de prendre au sérieux les arguments invoqués dans l'intercommunication.

35Le problème se pose alors, pour l’historien des idées linguistiques engagé dans la recherche d’un nouveau protocole d’accord avec l’historien de métier (Guilhaumou, 1996), de l’attitude à adopter pour caractériser, dans les chaînes événementielles, des événements proprement linguistiques où se déploient des sujets disposant de capacités et d'outils linguistiques spécifiques. Au premier abord, le recours à la notion d'événement, pour caractériser des faits de langue, correspond à la volonté de valoriser la part novatrice, en particulier au plan théorique, de la conscience linguistique des sujets parlants au sein de la réflexivité généralisée des discours. Mais en introduisant d’emblée un point de vue référentiel au sein d’un continuum discursif où des sujets cognitifs découpent le réel de la langue pour produire des événements linguistiques, nous avons modifié singulièrement cette vision un peu courte de la conscience linguistique.

36Reste en effet que, sur le plan de la description empirique et historique en matière d'hyperlangue, il convient de rendre compte non seulement d’une telle conscience linguistique, mais aussi de capacités linguistiques sans cesse enrichies, et matérialisées par la variation du contenu d' outils linguistiques tels que les dictionnaires et les grammaires. Conscience linguistique, capacités linguistiques et outils linguistiques structurent l'espace/temps propre à l'horizon socialement régulateur de la langue : c'est l'essentiel des données empiriques de l'hyperlangue au premier abord. Nous pouvons alors considérer qu'une telle « préstructuration historique » de la langue se renouvelle en permanence dans des événements linguistiques, coextensifs aux événements de discours, où la singularité de l'action s'ouvre ou non à l'innovation linguistique.

37Il est alors possible de décrire, à un moment donné, un état d'hyperlangue comme un espace régulateur de faits linguistiques, qui laisse une marge d'indétermination dans le fonctionnement même de la langue concrète, et le lien qu'elle noue soit avec le dispositif abstrait, et formel, de la langue-objet des linguistes, soit avec l'expérimentation langagière proprement dite. Si la description d’un état d'hyperlangue tend à donner une vision unifiée des faits de langue, la dynamique empirique de l'hyperlangue demeure cependant inscrite dans un univers d’interprétants, de médiateurs, de sujets cognitifs qui, par leur découpage d’un réel extérieur à la langue objectivement décrite, circonscrivent les conditions de possibilité de l’événement aussi bien linguistique que discursif.

  • 11 En d’autres termes, une philosophie de l’événement, et plus particulièrement de la Révolution franç (...)

38La prise en compte initiale de l’empiricité nous incite à ne pas faire l’économie des faits de la langue empirique, et de leur construction référentielle dans la dynamique d’une construction sociale du réel. Nous avons ainsi situé l’événement linguistique au fondement du savoir. Cependant la prise en charge de l’historicité nous oblige également à penser la différence entre événements linguistiques et événements discursifs en termes de phénomènes historiques. Nous entrons là dans un vaste programme de recherche qui nécessite de faire avancer nos analyses discursives à partir de la description d’un matériau historique. Certes notre réflexion se veut philosophique pour une grande part, y compris dans l’abord de la question du langage. Mais elle accorde une place essentielle aux données empiriques, qu’il s’agissent d’énoncés d’archive ou de résultats d’enquêtes. Le travail sur les énoncés attestés, qui jalonne notre parcours intellectuel, rappelle sans cesse qu’il ne peut y avoir d’abord philosophique du cours des choses en position seconde et réfléchie, mais que la description de l’événement configuré fait partie intégrante du jugement porté sur les actions passées et présentes des hommes11. La totalisation de l’événement est à ce prix.

39C’est pourquoi nous ne pouvons pas plus nous en tenir à considérer seulement d’une part le sujet par qui advient l’événement, le sujet cognitif, d’autre part le sujet advenu dans l’énonciation de l’événement, du protagoniste au porte-parole. Nous devons également prendre en compte le sujet historique porteur d’émancipation, donc en quête d’autonomie.. Une des premières conditions de la mise en place d’un tel programme historique est donc l’abord de la narration individuelle et/ou collective, plus précisément du récit d’événement, troisième volet de notre tryptique méthodologique.

C– Le récit d’événement, une narration achevée

40De quelle manière l’événement procède-t-il de l’agir humain et de ses ressources advenues et à venir ? Cette question concerne tout autant la part prospective d’une humanité en devenir que la part d’émancipation du passé. Cependant nous nous limiterons ici à l’aspect du récit d’événement qui définit le futur proche de chaque génération échue, le futur passé (Koselleck, 1990). Entre les expériences vécues et les attentes des hommes agissants et souffrants, la thématisation du temps historique en adéquation avec soi-même introduit le devenir dans le cours des actions humaines. Nous entrons ainsi dans le monde des inventions de perspective, là où l’événement existe par la puissance de raconter qui se déploie en lui-même. Le regard perspectiviste nous permet d’investiguer un champ d’expérience émancipateur, d’appréhender une prise narrative sur une ligne d’horizon où le droit naturel des égaux à l’autonomie s’affirme (Faye, 1990). L’événement narré produit des réserves de sens sur la base d’un besoin d’historicité. Le pli et le dépli de la narration introduit à l’histoire pensée. Au-delà de l’événement historique, ou plutôt historiographique, saisi dans son effectuation au sein d’état de choses, l’événement narré est d’abord pur devenir, plus précisément expérimentation de la pensée dans l’actuel, c’est-à-dire dans ce que nous sommes en train de devenir, notre devenir– autre (Deleuze, Guattari, 1991). Ainsi notre attention se déplace vers qui est là où le sujet narrateur participe de son extension propre, atteint son achèvement en construisant du lien, en refusant toute expérience séparée.

La plénitude du récit

41Adoptant la perspective arendtienne, il est alors possible de considérer que le sens n’arrive à la plénitude que dans la narration de vie, et en son sein le récit d’événement. L’action devient ainsi en fin de parcours, et sur le modèle du récit de vie, une action narrée par un spectateur qui témoigne de son authenticité, de sa vérité. Lorsqu’Hannah Arendt nous propose une série de Vies politiques (1974) – titre particulièrement significatif –, elle souhaite nous présenter le spectacle de vies exemplaires par leur manière de spécifier l’intervalle spécifique entre un homme, son œuvre et ses semblables d’une part, et leur façon de concrétiser un lien de l’action à la pensée témoignant du mouvement de la liberté humaine d’autre part. Figures plutôt marginales dans le contexte de leur époque (Rosa Luxembourg, Bertold Brecht, Walter Benjamin, pour ne citer que les plus connus de nos jours), elles manifestent cependant un sens inédit de l’avenir. Et Hannah Arendt d’ajouter :

42« Que nous ayons, même dans les plus sombres des temps, le droit d’attendre quelque illumination et qu’une telle illumination puisse fort bien venir moins des théories et des concepts que de la lumière vacillante, incertaine et souvent faible que des hommes et des femmes, dans leur vie et leur œuvre, font briller dans presque n’importe quelles circonstances et répandent sur l’espace de temps qui leur est donné sur terre, telle est l’intime conviction qui constitue le fond sur lequel les silhouettes qui suivent furent dessinées » (1974, p. 10).

43Le rôle du récit à visée biographique consiste donc bien à rendre l’histoire vraie au-delà du temps empiriquement défini. La question n’est plus ce que je suis, quel est ce quelque chose et/ou ce quelqu’un donnant sens à ma vie, mais qui je suis lorsque ma vie, y compris après ma mort physique, construit son identité au contact de l’existence plurielle de moi-même et des autres.

44Reste que le récit d’événement est souvent absent là où la vérité n’est pas présente, au sein d’un vie ordinaire, sans que les hommes aveuglés par la normalisation ne s’en inquiètent :

45« Le point central est que 'l’achèvement' qu’assurément tout événement accompli doit avoir dans les consciences de ceux à qui il revient de raconter l’histoire et de transmettre son sens, leur échappa ; et sans cet achèvement de la pensée après l’acte, sans l’articulation accomplie du souvenir, il ne restait tout simplement aucune histoire qui pût être racontée » (Arendt, 1972, p. 15).

  • 12 Sur ce point, voir notre ouvrage (1998a), en particulier la fin du chapitre IV.

46Le récit d’événement relance alors l’action infinie de l’interprétation, permet une ouverture maximale des narrations, assimile action et pensée, associe l’acte et la révélation, rend mémorable la vie de l’héroïne et du héros. Il nous introduit à l’agir politique vrai, au sens où l’action politique est rapportée au jugement d’un spectateur désintéressé sur la dimension universelle de l’événement singulier, à l’exemple de Kant jugeant de l’enthousiasme de la Révolution française12.

47En effet, l’effectivité du récit d’événement, plus spécifiquement du cours d’action qu’il décrit, est d’autant plus grande qu’elle révèle la capacité d’autonomie, la volonté d’indépendance d’un sujet, le plus souvent collectif et devenu agissant au sein de la narration. Dans un récit du devenir sur la base de la vie comme action pensée, le verbe d’action joue un rôle essentiel. Un verbe actif exprimant la manière de penser de l’homme qui existe par l’union du « je veux » et « j’agis ». Ici le qui témoigne de l’authenticité de l’action d’une pensée en mouvement, d’un faire penser équivalent à un faire arriver. Certes nous sommes déjà loin de ce quelqu’un qui permet au sens d’advenir dans l’événement linguistique, voire de l’univers autoconstitué de ce qui est advenu au sein de l’événement discursif, mais nous en sommes quand même assez près pour concevoir que l’intrigue venue du fond des temps s’y achève par la présence d’un sujet émancipé disposant pleinement de son intelligence narrative.

48De la tranche de vie du récit individuel à l’entrecroisement de diverses narrations dans le récit collectif, le récit d’événement est avant tout prospectif. Il s’appréhende dans les formes de l’action, c’est-à-dire dans des jugements universalisables des actes de la vie de chacun par leur association aux autres. Il se traduit dans des œuvres où chacun peut faire l’expérience de la dualité entre soi-même et la pluralité du monde commun, du « deux-en-un » (Arendt). Il est récit en acte, et concentre donc en lui aussi bien la dimension cognitive du moi que de sa réalité performative, sa dimension pragmatique. Mais il tient son efficience d’un statut propre, d’une synthèse inédite entre l’action et la pensée.

  • 13 Sur l’importance actuelle de la co-construction en analyse de discours, voir notre intervention dan (...)

49Au titre de la multiplicité des actes singuliers ayant valeur d’œuvres, le récit d’événement est omniprésent dans le cours des actions. Il définit à la fois les formes singulières de ces actions et leur dimension universalisante ; il les rend visibles, lisibles, communicables. C’est dire que tout un chacun (acteur, protagoniste, spectateur, etc.) participe au récit d’événement, le co-construit13. Nullement réductible à la valeur référentielle d’un savoir ou à l’effectivité d’un dire, il dispose de sa propre efficience dans un monde de vie où se confrontent le Moi et le langage hors toute réification des choses, donc à l’écart de la transformation ordinaire des valeurs en produits.

La vérité du récit

50Nous pouvons alors affirmer que le récit d’événement, sous sa forme singulière et/ou collective, est la forme historique d’expérimentation du réel la plus achevée dans le cours de l’humanité. Il s’y thématise, dans son parcours, des formes sociales particulières qui donnent une consistance universelle à une narration de vie, y compris dans son devenir héroïque. Les ressources ainsi dégagées de toute contraintes biologiques sont autant de disponibilités auprès des hommes pour de nouvelles expériences de vie. Le récit d’événement produit des réserves de sens dont les hommes peuvent profiter pour agir.

51Forme accomplie de la mise en intrigue prise dans le spectacle de l’événement narré, le récit d’événement nous ouvre à une connaissance élargie des identités humaines par le fait d’une événementialisation pleine et entière de l’événement. Du lien social, de l’accord social s’y créent par l’autoconstitution d’un sens commun en devenir sur la base du témoignage et du souvenir.

52En fin de compte, la visée du récit d’événement est double.

53D’un point de vue méthodologique, l’analyse d’un récit d’événement se conclut par une recherche de perspectives nouvelles dans le regard croisé des autres, s’autorise alors d’une interrogation plurielle où chaque acteur, ou spectateur, apporte sa part d’élucidation de la relation de l’événement aux identités politiques et aux thématiques sociales, aux divers régimes d’historicité, à la pluralité des espaces émergents, etc.

54D’un point de vue ontologique, la dimension « vraie » du récit d’événement ne renvoie pas vraiment à une essence de l’activité humaine, n’induit pas la recherche d’un fondement, mais rappelle l’éternel recommencement de l’expérience humaine, son aptitude à poser les ultimes jalons d’un chemin qui le mène à l’émancipation. Elle se manifeste par l’inscription de la volonté dans l’agir humain par la (re)naissance sans fin du corps humain. Le qui renaît sans cesse, y compris après la mort, parce que son retour est irréversible de même que le cours de sa vie est imprévisible, donc toujours ouvert à la possibilité de la création ex nihilo.

55Il s’agit bien d’en finir avec le tableau lugubre d’une humanité malheureuse qui suscite l’abandon de l’énergie politique et justifie l’engrenage de la culpabilité du temps vécu. Le récit d’événement éclaire singulièrement cette marche funèbre, en la sublimant si l’on peut dire. Il rend co-extensive l’expérience de la temporalité et l’expérimentation de la vie. Les hommes entre eux se délient du malheur passé, et dévoilent ensemble un qui « vital », déclencheur de processus discursifs nouveaux et imprévisibles, mais soutenus par la recherche du bonheur.

56Dans les termes du linguiste, c’est-à-dire en tant que genre discursif (Adam, 1991), le récit est conçu comme une succession de micro-événements qui se déroulent le long d’un axe temporel. Le récit d’événement dispose alors d’une unité thématique autour d’une succession d’éléments de contenu, et d’une unité d’action autour d’un actant principal. Cependant notre interrogation présente s’intéresse moins à une telle fonctionnalité du récit qu’au problème de l’achèvement d’un parcours individuel et/ou collectif dans un événement narré.

  • 14 Sur cette réflexion collective, voir Pelen (1999b).
  • 15 Sur la question de l’héroïsation, voir Centlivres, Fabre et Zonabend (1998) et le numéro spécial de (...)

57C’est ainsi que notre approche du récit d’événement participe de manière générale d’une réflexion sur « la production du récit collectif »14. Il s’agit alors de considérer un parcours événementiel en tenant compte à la fois de sa logique séquentielle et de sa dimension configurante, d’y inscrire le récit biographique à l’horizon d’un partage spécifique du récit collectif. Plus spécifiquement, nous présentons le cas de la mort de Marat, exemplaire d’une narration biographique héroïsée15.

D– L’événement « Mort de Marat »

1- Description de l’événement discursif

  • 16 Voir la description des caractéristiques générales de la fabrication du héros dans l’ouvrage précit (...)
  • 17 Nous avons présenté le récit de cet événement dans 1793. La mort de Marat (1989b). Mais notre étude (...)

58Avec l’événement « Mort de Marat », nous entrons dans un exemple particulièrement significatif de l’universalisation héroïque autour d’une personnalité historique. Ici le héros n’est pas vraiment devenu glorieux par sa mort, puisqu’il demeure, au terme d’un trajet que nous allons décrire et qui s’apparente au récit d’événement, vivant par son image et son nom, voire continue à agir par l’intermédiaire de sa représentation héroïque16. Nous commencerons donc par décrire, certes de façon succincte, la configuration globale de l’événement17 avant d’en venir à l’analyse linguistique proprement dite du moment central de l’événement, le récit de la pompe funèbre.

59Marat est assassiné par Charlotte Corday le 13 juillet en fin d'après-midi. Nous constatons d’abord, dans la mise en place de l'annonce de cet assassinat d'un représentant du peuple, et du premier rapport sur cet événement le soir même par Hébert, dirigeant de la Commune de Paris, une volonté des autorités constituées d'empêcher tout mouvement punitif, de différer la volonté immédiate de vengeance exprimée plus particulièrement par les citoyennes qui entourent le domicile de Marat. L'accent est donc mis sur l'affliction, sur la sensation de douleur que doit éprouver tout citoyen devant cet assassinat, comme en témoigne une poésie placardée sur la porte du domicile de Marat. Par là même se constitue un mouvement de sympathie autour du « corps ensanglanté » de Marat, qui prend valeur de sens commun dans la mesure où il est progressivement partagé par tous. À ce sentiment partagé d'affliction s'associe immédiatement un désir de vengeance qui constitue la dynamique, la force sous-tendant cette sympathie, lui donne son mouvement.

60Cependant l’appel du souverain, par la voix des sections à la Convention nationale le 14 juillet et sur la base d’un tel désir de vengeance, à présenter la mort de Marat dans un tableau aux contours nets s’avère d'abord un échec, consécutif à la putréfaction accélérée du corps de Marat sous l’effet des grandes chaleurs.

61Dans l'immédiat, cet échec se manifeste par un sentiment de stupeur face au corps ensanglanté de Marat et à la marque grandissante, par l’élargissement, de la blessure putréfiée, de la terreur exercée par les ennemis du peuple, et suscite donc un arrêt momentané de la dynamique positive nécessaire à la reconstitution de l'intégrité de ce corps associé étroitement, avant son démembrement, à des représentations symboliques constitutives du corps de la république

62Un désir de terreur, donc de retournement de la terreur de l’autre est alors formulé dans les adresses des sections parisiennes à la Convention nationale, mais demeure « présenté négativement » par le seul fait de la référence, ineffaçable dans l’immédiat, à l’ennemi mortel par son inscription sur le corps même de Marat. En renvoyant d'emblée à la peur de l'ennemi, à la terreur qu'il exerce en permanence sur les amis du peuple, le désir de terreur est d'abord sans objet, sans forme : il renvoie à de l'illimité, voire à de l'innommable dans le champ du sensible. Ce n'est qu'au terme d’un mouvement du sublime que ce désir trouvera son expression adéquate dans l'espace des moyens de salut public, tout en subsumant dans une totalité l'ensemble de ses moyens par sa capacité inédite à résister à la terreur de l'autre, à la retourner contre elle-même. Ainsi pourra commencer le trajet vers la mise à l’ordre du jour de la terreur.

63Quant au tableau de la mort de Marat demandé par les sectionnaires parisiens, David ne peut le mettre en place à cause des progrès très rapides de la putréfaction sur le corps du représentant du peuple. Il a été d'abord question de restituer immédiatement l'intégrité de Marat dans une représentation picturale apte à limiter la forme d'un objet construite selon des règles précises et délimitées par analogie avec l'art ; il a été ainsi fait appel aux critères de la beauté naturelle au sein d'une esthétique du tableau. Mais l’élaboration d’une telle œuvre demande du temps et ne permet donc pas une solution immédiate au problème initial de la putréfaction. En effet, David se trouve confronté à un objet informe qui ne peut tenir debout, saisissable seulement de façon abstraite dans sa dimension d'illimité tant la présence transgressive de l'autre est ineffaçable. Seul le mouvement du sublime, en produisant un tableau analogue à un mouvement rhétorique propre à redonner la parole à Marat, permettra à David de mener à bien et plus tardivement son projet pictural.

64De fait, le constat de cet échec, les résistances qu'il suscite, et le nécessaire mouvement vers l'illimité qu'il crée rendent possible l'apparition d'une émotion sublime.

65Pour appréhender une telle dynamique du sublime, il nous faut donc prendre en compte les données attestées suivantes :

  1. la situation initiale d'échec et la dynamique de dépassement suscité par la volonté de résistance à l'échec ;

    • 18 Notons, à ce propos qu'en associant étroitement son jugement singulier sur l'assassinat à son affli (...)

    la présence d'un principe sensitif, la douleur, l'affliction qui permet de poser les bases à priori d'une intercommunication, d'un passage de l'affect singulier à la rationalité universelle18.

  2. une présentation dynamique de la force, basée sur le désir de vengeance, du mouvement qui entraîne les spectateurs dans l'événement et leur confère un rôle essentiel. La traduction de ce désir par le souverain dans l'appel à la terreur équivaut alors à la quête d'une force hors-nature, foncièrement rationnelle, à défaut de pouvoir la représenter positivement lié à un objet sensible déterminé ;

  3. la possibilité d'une synthèse sublime de données hétérogènes, l'attrait et l'effroi face au corps de Marat, tout à fait perceptibles dans la coexistence d'éléments paradoxaux au cours de l'exposition funèbre, caractéristique générale à vrai dire de l’héroïsation.

66Une fois toutes ces conditions remplies, l'émotion sublime se met en place, par un mouvement rhétorique, au cours de l'exposition funèbre, le 15 juillet dans l’église des Cordeliers, du corps de Marat sur un lit recouvert d’un drap blanc pour cacher sa blessure et sa décomposition avancée. Mais c'est surtout avec le mouvement des citoyennes et des citoyens parisiens autour de la présentation du corps de Marat pendant la pompe funèbre, le 16 juillet, que la synthèse sublime est effective au vu des éléments paroxystiques attestés, et mieux encore avec l'effroi suscité par la perte continue de l’intégrité du corps de Marat, de son démembrement au sens propre avec les progrès fulgurants de la putréfaction. Ne faut-il pas rappeler que ce phénomène physique le rend tout vert, couleur qui n’est autre que le signe de ralliement des ennemis de la République, donc proscrite par les autorités constituées sur les habits des citoyens !

  • 19 Pour une vue d'ensemble du rôle des femmes dans la mort de Marat, voir l'ouvrage de Dominique Godin (...)

67La putréfaction grandissante du corps de Marat oblige donc les patriotes à démultiplier les formes de résistance à cette présence transgressive de la terreur de l'autre. Ce sont les femmes qui s'avèrent les plus aptes à aller aux limites, à se situer, sur le plan émotionnel, au-delà de cette situation paroxystique, à la dépasser symboliquement. Certes elles sont soutenues par la parole des orateurs, mais elles n'en demeurent pas moins le vecteur principal du sentiment d'enthousiasme qui s'empare des spectateurs face au corps de Marat19. Un enthousiasme naît d'un mouvement tumultueux et qui permet de dépasser la présentation négative du désir de terreur, d'atteindre une forme nouvelle, sur la base du sentiment commun de douleur.

68Il importe de préciser que ce mouvement d'enthousiasme constitué autour du corps de Marat, équivalent à un « état d'esprit sublime », est avant tout un « mouvement de l'esprit » au sens kantien, une tension affectuelle forte qui permet de libérer « l'esprit de Marat » de son corps gangrené par la terreur de l'autre en promouvant sa renaissance au sein même de « l'esprit de tous les spectateurs » qui, en tant que participants à la pompe funèbre, deviennent des protagonistes de l'événement.

69L'inhumation clôt, au terme de la pompe funèbre, le mouvement sublime par le retour à un sentiment de joie enthousiaste qui contraste avec le caractère lugubre de la pompe funèbre, et surtout par l'apparition tant attendue de la beauté naturelle de Marat, dans une sorte de panthéonisation naturelle.

70Un sentiment positif d'intensification de la vie, prenant appui sur la parole d'un Marat qui n'avait pu d'emblée s'exprimer, peut enfin s'épancher. C'est ainsi qu'émerge l'expression qui convient à la disposition d'esprit des spectateurs, « Marat n'est pas mort » (voir ci-après).

  • 20 Sur le droit de dénonciation, en particulier pendant l'été 1793, et son lien à la mise à l’ordre du (...)

71Le mouvement du sublime confère également une dimension de totalité à l'événement. C'est ainsi qu'un tout, le corps de la république réunifié après son démembrement momentané, se constitue autour de Marat (« le souverain qui t'entoure.. »), et permet à la parole de Marat de renaître, de donner son premier contenu effectif au désir de terreur par l'extension à tous du droit de dénonciation, et la possibilité conjointe pour chacun de désigner les moyens de salut public20.

  • 21 Nous avons présenté d’un point de vue discursif le trajet de la mise à l’ordre du jour de la terreu (...)

72Puis la nomination révolutionnaire, spécifiée par l'adéquation des mots aux choses, donc par une présentation positive des objets de salut public, reprend son cours, le moment sublime s'estompe. Il n'en demeure pas moins que le mouvement du sublime a permis l'émergence, sur la base d'un principe commun, de « l'union des cœurs », d'un esprit créateur, dynamisé par une force populaire et apte à mettre en place une conjoncture inédite. C'est à partir d'une telle solution esthétique à l'expérience de l'événement que le mouvement de mise à l'ordre du jour de la terreur est impulsé : de nouvelles possibilités se mettent en place pour le mouvement révolutionnaire de l’an II21.

2- Analyse de discours du récit de la pompe funèbre de Marat

73À la sortie du jardin des Cordeliers, après la cérémonie d'inhumation du corps de Marat, au milieu de la nuit, un citoyen prononce donc une dernière oraison funèbre qu'il conclut par la phrase suivante : « Citoyens, Marat, le grand Marat n'est point mort ; il vit dans tous les cœurs des ardents républicains ». Ainsi « la mort de Marat » se clôt par un acte de réfutation « Marat n'est pas mort ».

74La description linguistique du déroulement de la pompe funèbre permet alors de reconstituer le cheminement discursif vers cette expression adéquate à la dynamique de l’événement. Nous nous intéressons donc maintenant aux éléments linguistiques qui constituent le récit d’événement proprement dit.

  • 22 La presse révolutionnaire est consultable à la Bibliothèque Nationale de France.

75La quasi-totalité de la presse parisienne rend compte du déroulement de la pompe funèbre22. Mais, de fait, trois récits servent de modèles à l'ensemble de la presse :

  1. Détail de la pompe funèbre qui a eu lieu hier, 16 juillet, pour les obsèques de Marat » (Le Scrutateur Universel du 17 juillet).

  2. Paris le 17 juillet… Hier, on fit les obsèques de Marat… » (Courrier de l'Égalité du 18 juillet).

  3. Commune de Paris du 17 juillet – Rapport des obsèques de Marat du 16 juillet au soir » (Feuille de Salut public du 19 Juillet).

  • 23 « Du spectacle au meurtre de l’événement : Charléty (mai 1968) », dans Guilhaumou, Maldidier, Robin (...)

76Pour étudier linguistiquement ces textes, nous disposons de la méthode élaborée par Denise Maldidier et Régine Robin à propos de la manifestation de Charléty en mai 196823.

77La première étape de cette manière d’analyser le récit d'événement prend appui sur la reconstitution de la trame historique « réelle » de l'événement. Au terme de la description textuelle, cinq séquences temporelles caractérisent les étapes de la pompe funèbre :

  • HO : formation et départ du cortège (18h-19h) ;

  • H1 : marche du cortège à travers les rues de Paris (19h-23h30) ;

  • H2 : arrivée du cortège sur la place du Théâtre-Français et entrée du cortège dans le jardin des Cordeliers (23h30-24h) ;

  • H3 : cérémonie autour du corps de Marat déposé dans le jardin des Cordeliers ;

  • H4 : L'inhumation du corps de Marat (vers 1 h du matin) ;

  • H5 : sortie du jardin des Cordeliers et dernière oraison funèbre (vers 2 h du matin).

78Ces séquences temporelles, réparties sur un axe chronologique, apparaissent dans chacun des trois récits de presse constitutifs du corpus selon des modalités différentes. La comparaison entre le déroulement chronologique de la pompe funèbre et son déroulement narratif, d’un récit à l’autre, nécessite un découpage préalable des textes du corpus en segments de récit selon une typologie répartie sur quatre niveaux de segmentation : segment narratif, segment descriptif, segment du jugement et segment de scène dialoguée. Ce découpage aboutit à la constitution de trois tableaux, présentés en annexe de ce chapitre, et restituant les délimitations des segments de récit, la nature formelle de chaque segment, l’élément de contenu associé à chaque segment et la correspondance chronologique du dit segment. On peut ainsi mesurer d'un seul coup d'œil, et d'un récit à l'autre, les ellipses de contenu. Mais c'est surtout l'évaluation de la place et du poids respectifs des descriptions, narrations, jugements et récits de paroles qui retient notre attention. Enfin, notre lecture des tableaux s'attache avant tout aux effets discursifs induits, d'un récit à l'autre, par les modes de présentation du corps de Marat dans le fil du récit.

79Les premières lignes du récit de la pompe funèbre dans le Scrutateur Universel et le Courrier de l'égalité présentent, après segmentation, une certaine similitude (voir les annexes 1 et 2). Dans les deux cas est mis en place, si l'on peut dire, l'exorde du récit. D'abord, la narration du départ du cortège est associée au rappel de la présence du corps de Marat dans l’église des Cordeliers ; puis, la trame, à la fois descriptive et narrative, se déroule autour du thème du trajet du cortège. Un tel résumé de l'événement se termine par la mention de l'acte d'inhumation. Cependant, on notera une différence, dès cet exorde, entre les récits du Scrutateur Universel et du Courrier de l'Égalité. Le premier récit mentionne d'entrée de jeu la mise en acte par les députés de la Convention du décret qui donne à la pompe funèbre son caractère officiel : les législateurs ont décidé qu'ils se rendraient « en corps » aux funérailles de Marat, ils s'y rendent, nous dit-on, « en masse ». À l'inverse, le second récit désigne des actants divers et imprécis (« la foule », « on », « les amis du défunt »), laissant ainsi présager la focalisation de la suite du récit sur le thème du désordre.

80La partie centrale du récit reproduit par le Scrutateur Universel est très descriptive. Le titre (Détail…) le laissait prévoir. Mais il s'agit d'une description ordonnée, hiérarchisée. Le corps de Marat, et les attributs symboliques qui l'entourent, sont situés au centre d'un cortège ordonné selon les normes institutionnelles de la pompe funèbre révolutionnaire. Les forces armées encadrent le cortège. Marat est finalement installé au sein du Temple de la Nature où corps constitués, armés et souverains de la république se trouvent tous réunis. Dans ce récit statique, l'événement est identifié à sa version préalable, c'est-à-dire à l'ordre de la marche et au descriptif des détails de la cérémonie qui sont établis, en prévision de l'événement, par les législateurs, et plus particulièrement David. C'est pourquoi nous qualifions cette première lecture de la pompe funèbre d'institutionnelle. En faisant coïncider ce que devrait être la pompe funèbre et ce qu'elle a été, elle donne à voir la vérité initiale de l'événement. Grâce à un décret de la Convention, l’ordre de la marche du cortège et les détails de la pompe funèbre sont déjà là avant l'expérience de l'événement. L'effet discursif issu d'un tel apriorisme est bien sûr un effet de vérité, un effet d'autorité issu de la mise en scène de la légitimité institutionnelle.

81À l'inverse, jugements et évaluations polémiques dominent le récit du Courrier de l'Égalité. La description de la « réalité » de la présence de femmes et de sectionnaires armés d'une part, puis de « l'évidence » de l'absence d'un grand nombre de députés et de corps constitués d'autre part confère une valeur « objective » au jugement inaugural sur le caractère désordonné de la pompe funèbre. Nous sommes là devant une modalité bien connue de présentation de la réalité : la description sert de bien-fondé au jugement, elle induit un effet d'objectivité. À l'évidente confusion qui règne dans le cortège succède le spectacle du corps de Marat. Le journaliste s'étend longuement sur les actions menées, essentiellement l'application d'aromates, en vue d'annihiler l'odeur de la putréfaction. À ce propos, il introduit, par le biais d'un récit de paroles, un effet de scène autour du corps de Marat. Sous nos yeux, le spectacle de la putréfaction de Marat est mis en mouvement, c'est un procès-spectacle.

82À l'énoncé descriptif « la putréfaction l'avait rendu tout vert » succèdent les énoncés qui mettent en acte la putréfaction de Marat. Des jugements hypothétiques (« Il est à craindre… On s'attendait à… ») instaurent une atmosphère « objective » autour d'un événement qui n'a pas eu lieu ! Le présage de l'union du corps de Marat et de la nature est ici signe d'une catastrophe désirée par le journaliste modéré, peut-être le naufrage de la République jacobine.

83Les deux segments narratifs qui encadrent, au début du rapport des obsèques de Marat élaboré par la Commune de Paris et repris par la Feuille de Salut Public, la présentation d'ensemble du cortège (« La dépouille mortelle de Marat a été portée… Le corps de Marat a été déposé ») restituent une temporalité identique à celle des deux précédents récits du Scrutateur Universel et du Courrier de l’Égalité, mais les segments descriptifs qui font le lien entre ces deux narrations ne mettent pas en place une description narrativisée du trajet du cortège. La place centrale des segments de jugement donne au « récit » inaugural du cortège (voir le tableau en annexe 3) une tonalité de commentaire.

84Le rédacteur du rapport commente en effet la marche du cortège à l'aide de deux assertions métadiscursives : « Cette pompe n'avait rien que… Il n'est rien arrivé de particulier ». Ces assertions ne sont pas la dénégation de la réalité, elles sont un renvoi vers le réel de l'événement, la présence du peuple en masse (« Le peuple était rassemblé… Le peuple suivait… »). Du point de vue du peuple lui-même, il ne se passe rien du côté du corps de Marat pendant la marche du cortège. Illusions descriptives issues d'un ordre posé a priori et illusions objectives construites sur le « constat » d'un désordre sont ici exclues d'emblée. Le corps de Marat n'existe autrement qu'au terme de sa fusion avec le peuple. L'énoncé qui clôt le commentaire initial sur la pompe funèbre (« Le corps de Marat a été déposé sous des arbres, dont les feuilles tremblotantes réfléchissaient et multipliaient une douce lumière ») marque la première étape, par le recours aux propriétés de la nature, du processus d'identification entre le nom de Marat et le peuple.

85À cette description pittoresque stéréotypée, succède un récit de paroles totalement absent des autres textes du corpus. Le rapport de la Commune de Paris porte essentiellement sur le moment de l'inhumation, c'est-à-dire relate deux séquences temporelles, l'une (H3) totalement négligée par les deux autres récits de presse, l'autre (H4) réduite au simple fait de l'inhumation dans ces mêmes récits. Les oraisons funèbres, centrées autour de l'acte de réfutation « Marat n'est pas mort », sont prononcées pendant ces deux séquences. Ainsi la mise en valeur des récits de parole pendant l'inhumation s'associe directement à l’expression terminale de la configuration de l'événement. Le rapport de la Commune de Paris restitue le mouvement d'esprit du peuple parisien qui donne sens à l'événement, confère à l'assertion négative « Marat n'est pas mort » le statut de catégorie interprétative et finale de l’événement.

*

86Temps du récit, temps de l’événement : la temporalité est bien l’élément spécifique du récit d’événement, d’autant que son appréhension pleine et entière passe nécessairement par la narration de l’événement.

87C’est pourquoi il importe avant tout, si l’on veut comprendre le temps de l’événement, d’opérer une « mise en intrigue » sur la base d’une configuration spécifique d’archives. À suivre encore les expressions bien connues de Paul Ricœur (1983), il s’agit de prendre en considération « l’acte configurant » d’un événement discursif, puis d’unifier les séquences temporelles découpées en son sein dans une « totalité signifiante ». Travail discursif que nous venons d’effectuer sur l’événement de la « Mort de Marat », de son advenant dans un mouvement vers le sublime à sa réalité séquentielle dans le temps de la pompe funèbre. La totalité dont il est question ici nous renvoie à une « synthèse de l’hétérogène », à la combinaison d’éléments paradoxaux, dans le cas présent l’abject (la putréfaction du corps de Marat) et le sublime (l’héroïsation du nom de Marat).

88En d’autres termes, à résonance plus phénoménologique (Romano, 1999), la temporalité du récit d’événement, en tant que récit collectif, est attestée dans l’expérience même de l’événement par l’humanité agissante et souffrante, c’est-à-dire au cours de ce moment où le mouvement fait advenir l’événement en nous comme une expérience singulière, unique, créatrice. Ainsi, la description du récit de la pompe funèbre de Marat ne peut se résumer à l’étude comparative des comptes rendus de presse. Elle doit être située dans l’échappée majeure de cet événement, la mouvement vers le sublime qui permet véritablement l’héroïsation de Marat mort, mais encore vivant par sa présence active dans la suite des événements associés à la mise à l’ordre du jour de la Terreur.

89En fin de compte le récit d’événement appréhendé dans la totalité de son expérimentation forge un avenir, ouvre des possibles, constitue des réserves de sens disponibles, y compris pour les générations suivantes. Nous sommes dans l’espace de « l’événementialité de l’événement », où le récit collectif se ressource en permanence. Ainsi nous pouvons affirmer in fine « qu’il est toujours possible de rouvrir les archives du passé, que tout événement, sous ce rapport, reste perpétuellement réinterprétrable en droit, et par suite, en instance de son propre sens » (Romano, 1999, 216).

90Cependant le problème de la temporalisation de l’histoire outrepasse notre questionnement présent sur le temps du récit d’événement. C’est pourquoi nous nous proposons maintenant d’aborder de façon plus étendue la temporalité spécifique des Temps Modernes, certes dans les limites d’un concept associé au « mouvement » et à « l’histoire », le progrès.

Annexes

ANNEXES

Annexe 1 – Tableau des éléments du récit du Scrutateur Universel

Annexe 1 – Tableau des éléments du récit du Scrutateur Universel

Annexe 2 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité

Annexe 2 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité

Annexe 3 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité (Rapport de la Commune de Paris)

Annexe 3 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité (Rapport de la Commune de Paris)

Notes

1 Seule la partie sur l’événement « Mort de Marat » (1987a, 1998c) a fait l’objet d’une publication préalable.

2 La première étude en ce domaine est celle de D. Maldidier et R. Robin sur l’événement Charléty de mai 1968. Elle a été republiée dans Guilhaumou, Maldidier, Robin (1994).

3 Ainsi, dans un texte émanant du mouvement social actuel et circulant sur le web, intitulé « Inventons un nouvel espoir social » et rédigé par Khelil Belheine et Farid Zeroulou, nous pouvons lire : « Par nos marches, nous avons essayé de permettre aux fractions dominées, ‘ aux vaincus de l’histoire’, de prendre la parole comme a été prise la Bastille, en 1789 ».

4 Voir Guilhaumou, Maldidier, Robin (1994).

5 Ainsi « l’attestation qu’il en est bien ainsi de soi rejaillit sur l’analyse elle– même et le met à l’abri de l’accusation selon laquelle elle se bornerait, en raison de sa constitution linguistique, à expliciter les idiomes de telle ou telle langue naturelle, ou pire les fausses évidences du sens commun » (Ricœur, 1990, 349).

6 Nous aborderons l’intérêt d’un critique de l’antinaturalisme en analyse de discours dans un prochain travail. Voir déjà en matière d’heuristique d’une position naturaliste dans le geste de l’interprète Dennett (1990).

7 Roland Eluerd (2000) développe une conception de l’usage en lexicologie en lien direct avec le souci d’exhaustivité en lecture d’archives, et rompt ainsi avec une pratique lexicologique simplifiée, tout en ouvrant des perspectives fructueuses d’échange avec les expériences des historiens du discours. Voir la Postface.

8 Le néologisme deleuzien de reterritorialisation, ajouté à la fonction de sujet, objet et concept accordé à l’événement, dans la lignée de Foucault, introduit une ligne de fuite dans la multiplicité des énoncés qui induit des connexions inédites, et parfois par le seul fait du hasard. Voir notre analyse du devenir de la notion de formation discursive en analyse de discours (Guilhaumou, 2005a).

9 Notons ici le lien avec la perspective kantienne sur le rôle du spectateur dans l’événement révolutionnaire. Voir Guilhaumou (1998a).

10 Nous précisons plus avant l’apport d’Umberto Eco dans la postface.

11 En d’autres termes, une philosophie de l’événement, et plus particulièrement de la Révolution française, ne consiste pas dans le redoublement du récit historien par un récit plus exaltant pour l’esprit, mais précise le pourquoi de l’heuristique d’une version de l’événement sur une autre, à partir d’un travail d’archives (Descombes, 1989, p. 50). Cf. la conclusion générale.

12 Sur ce point, voir notre ouvrage (1998a), en particulier la fin du chapitre IV.

13 Sur l’importance actuelle de la co-construction en analyse de discours, voir notre intervention dans Guilhaumou, Mesini, Pelen (2004).

14 Sur cette réflexion collective, voir Pelen (1999b).

15 Sur la question de l’héroïsation, voir Centlivres, Fabre et Zonabend (1998) et le numéro spécial de revue Cheiron, sous la responsabilité de Mozarelli (1985) auquel nous avons collaboré sur la base de notre travail relatif à « la Mort de Marat » présenté ci– après.

16 Voir la description des caractéristiques générales de la fabrication du héros dans l’ouvrage précité, La fabrique du héros.

17 Nous avons présenté le récit de cet événement dans 1793. La mort de Marat (1989b). Mais notre étude de référence, en matière d'appréhension générale de cet événement, demeure notre contribution à l'ouvrage collectif sur La mort de Marat, J. C. Bonnet dir. (1986).

18 Notons, à ce propos qu'en associant étroitement son jugement singulier sur l'assassinat à son affliction, le spectateur de l'événement insère son jugement dans un espace commun avec les autres spectateurs, lui conférant ainsi une dimension universelle. Nous sommes donc dans un espace de sens commun qui n'est pas dénué de référence à la culture politique. De fait, la sensation partagée de douleur retrouve un lieu commun de la politique, la culture des droits de l'homme dans la mesure où l'assassinat de Marat est d'abord un atteinte à l'intégrité du corps de la république, et à son fondement, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

19 Pour une vue d'ensemble du rôle des femmes dans la mort de Marat, voir l'ouvrage de Dominique Godineau (1988).

20 Sur le droit de dénonciation, en particulier pendant l'été 1793, et son lien à la mise à l’ordre du jour de la terreur, voir notre étude (1994b).

21 Nous avons présenté d’un point de vue discursif le trajet de la mise à l’ordre du jour de la terreur inauguré par « la Mort de Marat » dans « La terreur à l’ordre du jour (juillet 1793 – mars 1794) », (1987).

22 La presse révolutionnaire est consultable à la Bibliothèque Nationale de France.

23 « Du spectacle au meurtre de l’événement : Charléty (mai 1968) », dans Guilhaumou, Maldidier, Robin (1994).

Table des illustrations

Titre Annexe 1 – Tableau des éléments du récit du Scrutateur Universel
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Annexe 2 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Annexe 3 – Tableau des éléments du récit du Courrier de l’Égalité (Rapport de la Commune de Paris)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540