Version classiqueVersion mobile

Genèse des seuils

 | 
Elodie Bouygues
, 
France Marchal-Ninosque

Subvertir les seuils et normes de l’autobiographie : Christiane Rochefort, Ma vie revue et corrigée par l’auteur

Catherine Viollet

in memoriam

Texte intégral

  • 1  Christiane Rochefort, Œuvre romanesque, Paris, Grasset et Fasquelle, coll. « Bibliothèque Grasset  (...)
  • 2  Christiane Rochefort, Ma vie revue et corrigée par l’auteur. À partir d’entretiens avec Maurice Ch (...)

1Christiane Rochefort (1917-1998), dont les neufs romans – du Repos du guerrier (1958) à La Porte du fond (1988) – ont été rassemblés en un volume en 20041, est avant tout connue en tant que romancière. Mais elle est également l’auteur d’essais, ainsi que d’une autobiographie quelque peu déconcertante. Paru sous le titre Ma vie revue et corrigée par l’auteur2 (Stock, 1978), cet ouvrage est éminemment paradoxal, tant dans sa conception intellectuelle que dans sa forme matérielle ; il subvertit bien des normes du genre, les brouillant les unes après les autres.

Un objet déroutant

  • 3  « Autobiographie ? Non, c’est un privilège réservé aux importants de ce monde, au soir de leur vie (...)
  • 4  Pour la discussion autour des termes « autofiction » et « roman autobiographique » et leur applica (...)

2Vu de l’extérieur, le livre semble a priori normal : un objet rectangulaire, en trois dimensions, muni d’une couverture portant nom d’auteur, titre, éditeur, rabats et illustrations, avec à l’intérieur un certain nombre de pages imprimées et paginées. Mais ouvrons-le… de préférence par le « seuil » que constituent les dernières pages du volume. Juste avant l’achevé d’imprimer, une seule phrase, en petits caractères, occupe la page : « Ce qui est écrit de l’autre côté est faux ». Or la page précédente porte, de manière parfaitement symétrique, la mention inverse : « Ce qui est écrit de l’autre côté est vrai ». En jouant ainsi avec le paradoxe du menteur, Rochefort conteste de manière humoristique mais radicale le critère d’authenticité, de « sincérité » auquel est censé adhérer tout récit autobiographique. Paradoxe et ironie brouillent ainsi les pistes et les frontières, déstabilisant du même coup la position traditionnelle du lecteur de textes autobiographiques. Stratégie de l’ambiguïté ? Sans doute. Et pourtant nous n’avons pas à faire ici à une forme d’autofiction, à la manière de Serge Doubrovsky ; le seul point commun éventuel entre ces deux écrivains étant sans doute d’avoir confié « le langage d’une aventure [raconter sa vie] à l’aventure du langage »3. Encore moins à un roman autobiographique4 : les matériaux qui constituent Ma vie sont bel et bien tirés, pour l’essentiel, de la vie de l’auteur, donc parfaitement « référentiels » ; on ne trouve, dans ce livre, nulle stratégie de transposition du vécu.

3Penchons-nous, ensuite, sur la table des matières (p. 359), autre important « seuil » d’approche d’un ouvrage, qui précède immédiatement ces mentions et mérite d’être citée intégralement (elle occupe d’ailleurs une seule page) : peut-être nous éclairera-t-elle – ce qui est sa fonction habituelle – sur le contenu de l’ouvrage.

Table des matières

4Première partie

5• Prolégomènes à l’art de survivre dans l’impossible.................................

6Comment je suis née, ai vécu et ne suis pas morte jusqu’à ce jour (9 avril 1978).......................................................................................................

7Comment passer le temps aux profits et pertes sans en gagner................

8• La théorie expérientielle et ses applications à la méditation immanentale......................................................................................................

9b Comment la vie est une aberration de la Nature, et quelle solution adopter................................................................................................................

10• Le dérapport fondamental entre les causes et les inconséquences dans les domaines parascientifiques.......................................................................

11• Récréation.......................................................................................................

12III

13• Navigation précaire dans l’absolu, ou le complexe du scorpion...........

14I. — Comment arriver partout en n’allant nulle part au moyen de la théorie des indifférences passionnées............................................................

15a) Les temps sont-ils venus ? Un système de calcul qui permet d’en douter..................................................................................................................

16Q) Résumé des chapitres précédents.............................................................

  • 5  À propos de la lecture d’un texte de Derrida, elle s’exclame : « Alors, Jacques, le grec ne te suf (...)

17Première étrangeté : nulle pagination face aux sections annoncées, qui, on l’aura compris, ne renvoient en aucune manière au contenu foisonnant du livre... Si cette « table » comporte bien une première partie, la deuxième en revanche n’existe pas ; on passe directement à une troisième, défiant l’usage de la logique et des normes graphiques : en guise de « table des matières », nous sommes devant une parodie fantaisiste qui remet, là encore, largement en question les habitudes du lecteur, le tirant du côté de la dérision. Sont visés, à travers ces pastiches de titres « sérieux », la pédanterie, la prétention intellectuelle du jargon pseudo-scientifique – en particulier celui de la psychologie et de la philosophie, que Christiane Rochefort se fait un plaisir de caricaturer5.

18De fait, s’il souhaite se faire une idée précise du contenu de Ma vie, le lecteur attentif se doit d’établir par ses propres moyens la véritable table des matières – mosaïque d’environ cent quarante éléments de nature passablement hétérogène. Démarche qui n’a au fond rien d’indispensable, mais peut s’avérer utile au cas où l’on souhaite saisir la structure, soigneusement élaborée sous un apparent désordre, d’une œuvre aussi atypique. Car si les matériaux de Ma vie constituent bel et bien, sinon une autobiographie, du moins un autoportrait de l’auteur, ce sera sous la forme éclatée, diffractée d’une image kaléidoscopique, un peu à la manière de la peinture cubiste.

19Un extrait de la table des matières, couvrant une quarantaine de pages du volume (qui en comprend 364), reconstituée par mes soins – non autorisée donc, « pirate » en quelque sorte – donne cependant une idée de la teneur du texte, et de sa composition extrêmement fragmentée :

– Ma vie, quotidienne

159

– « Qui veut des chatons ? » [historiette + dessin]

161

– Chers lecteurs

162

– Quand je suis sur un livre

163

– Proverbe intimiste

165

– « Alors la chemise “Lecteurs”… »

167

– Si j’avais une femme

170

– « Une femme… » [historiette + dessin]

171

– Mon pain quotidien

173

– J’ai déjà donné [+dessins]

176

– Proverbe universel

181

– [dessin maison]

182

– « Des fois me souvenant… »

183

– Un haï ku en passant

185

– … et maintenant, une page d’information [+ affiche]

186

– Proverbe anglo-politique

189

– Mes matins [page vierge]

190

– « Alice se promène… » [texte + dessin]

191

– Mon journal quotidien

193

– Réponse de la bergère

195

– Informations (ma lecture des)

197

– Nos informations

198

– Une page sociale

199

– Nos informations, suite

200

20Notons que Christiane Rochefort a bel et bien établi, pour son propre compte, une table des matières, exacte et précise, soigneusement élaborée ; elle se trouve dans le dossier de genèse, mais a été sciemment éliminée du livre publié.

Parodie des « seuils » introductifs

21Si on feuillette l’ouvrage, par le commencement cette fois : on ne trouve, au début, pas moins de huit textes brefs destinés à introduire le corps du texte, tout aussi parodiques que la prétendue table des matières – une surenchère de « préfaces », « avertissements », et autres « préambules », à savoir :

  • Avertissement, p. 9-14

  • Autres avertissements, p. 17-18

  • Exergue, p. 21

  • En guise de préface, par Maurice Chavardès, p. 23-24

  • Préambule, p. 25-26

  • Introduction, p. 29-31

  • Pré-lude, p. 35-38

  • Point d’ordre, p. 39-40

22Ces différents textes ont, bien entendu, tous leur raison d’être, et fournissent au lecteur des précisions sur la genèse du livre et les choix de l’auteur ; il y est question des différences entre l’oral et l’écrit, et de ce que Christiane Rochefort appelle l’« écrit-parlé ». Dans « En guise de préface », elle laisse la parole à son interviewer, Maurice Chavardès ; la section intitulée « Pré-lude » (mot à mot « avant le jeu ») concerne le choix du titre de l’ouvrage.

23Dès cette première approche, toute matérielle, de Ma vie revue et corrigée par l’auteur, on s’aperçoit que Christiane Rochefort choisit de bouleverser de manière particulièrement inventive la conception classique, les normes et différents seuils de l’objet « livre ». Or fond et forme devant impérativement se correspondre, ce parti pris subversif concernera tout autant la conception proprement textuelle et langagière de l’œuvre. Dans une même logique, la forme conventionnelle du récit autobiographique se verra donc elle aussi bouleversée. En quoi l’histoire du texte, le processus de sa « fabrique » pourraient-ils nous éclairer sur ces transformations ?

Le genre autobiographique en question

  • 6  Transcription dactylographiée inédite de l’entretien Christiane Rochefort/ Maurice Chavardès, Arch (...)

24L’un des paradoxes, et non des moindres, de Ma vie tient au fait que son auteur affirme être, par principe, fondamentalement réfractaire à l’« écriture de soi ». Bien qu’elle ait parfois tenu des journaux personnels, Christiane Rochefort fait partie de ces écrivains qui se refusent obstinément à raconter leur vie dans leur œuvre, à rendre publique leur vie privée. Pour quelles raisons ? Parce que « l’ego, le moi, qui veut occuper le devant de la scène », sont à considérer, de son point de vue, comme autant d’« ennemis du dedans, fort redoutables » ; dans son œuvre souvent prémonitoire, toute à l’écoute de la société, elle cherche précisément à « tuer l’ego, le narcisse, [s]on ennemi »6. Par ailleurs, elle affirme comme une évidence que « sa vie ne l’intéresse pas, puisqu’elle la connaît déjà ».

Au seuil de lœuvre, un entretien raté

  • 7  « Conversations avec… » Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Dutourd – entre autres… Il s’agit, pou (...)
  • 8  Notamment la toute dernière question, destinée à clore une vingtaine d’heures d’entretiens, et qui (...)
  • 9  Ma vie, op. cit., p. 30.
  • 10  Archives privées. Presque tout au long de sa vie (de 1954 à l’année de sa mort, soit durant quaran (...)

25Il est donc important de préciser que ce livre n’est pas, au départ, né d’une initiative de l’auteur. Il doit son existence à une commande : une proposition d’entretien qu’un journaliste, Maurice Chavardès, soumet à Christiane Rochefort (mars 1976) ; tous deux co-signent un contrat avec les éditions Stock, et les entretiens commencent (début janvier 1977). Le volume issu de ces entretiens enregistrés et transcrits est destiné à paraître dans une collection intitulée « Conversations avec...»7. S’engage alors une conversation à bâtons rompus entre journaliste et écrivain, dans le style « confidences ». Souvent banales et conventionnelles, les questions de l’interviewer sont parfois extrêmement maladroites8. Le résultat paraît si désastreux à Christiane Rochefort qu’il lui semble impossible de l’améliorer, et le projet se trouve entièrement remis en cause. L’écrivain se rebelle même face à ce « ressassement du moi-ronron »9, destiné à susciter chez le lecteur une curiosité douteuse, et souhaite justement éviter à tout prix « l’anecdote, la forme superficielle, le flatteur, le trop vite fini » : « Je dois défendre ma manière de parler de ma vie : pas les ragots, pas les anecdotes, mais les choses qui appartiennent à LA vie. Ce qui, sous ma vie, est LA vie. C’est pas comme ça que je vois ma vie », notera-t-elle dans un des cahiers de son Agenda-journal (29.10.78)10.

  • 11  Après avoir fait l’objet de plusieurs maquettes de couverture de la main de l’auteur, cette formul (...)

26Car c’est toute sa conception de la littérature et du métier d’écrivain qui est en jeu. Aux doutes succèdent les réflexions, puis de difficiles négociations, assorties d’une menace de procès – du côté du journaliste comme de l’éditeur. Il faut donc trouver une solution. Elle obtient finalement des éditions Stock un nouveau contrat pour Ma vie, qui sera alors présenté non plus comme « Conversations avec… », mais comme « produit » d’entretiens11 avec Maurice Chavardès.

  • 12  Une des chemises du dossier de genèse porte effectivement le titre « Ma vie synoptique (dossier ba (...)

27Commence alors la rédaction d’une œuvre qui, si elle persiste à s’inscrire dans une perspective autobiographique, se démarquera profondément des stéréotypes du genre : il s’agira avant tout d’inventer une nouvelle forme, de questionner, parodier, subvertir les conventions et les ressorts du contrat autobiographique. Refusant absolument de « raconter sa vie » selon le modèle linéaire et chronologique, Christiane Rochefort va s’employer, tout au contraire, à mettre « du désordre », « du brouillard autour de sa vie ». Ma vie sera un « tableau synoptique »12 de matériaux protéiformes, disparates, inattendus tels que proverbes fantaisistes, recettes de cuisine, listes diverses, jeux de langage, que côtoient d’étranges dessins, litanies, devinettes, poèmes et articles de presse… un patchwork d’ingrédients variés, un puzzle dont chaque élément concerne effectivement la vie de l’auteur, le tout enveloppé d’un humour ravageur et jubilatoire. La variété, l’hétérogénéité des fragments textuels, tant dans leur teneur que dans leur ton, sont elles-mêmes ponctuées de multiples éléments illustratifs, dont certains font l’objet de commentaires : dessins, photos, partition musicale, réclamations de l’administration, plan de maison rêvée, correspondance (lisible ou non), publicités parodiées, coupures de presse...

  • 13  Notamment à Boris Vian, Raymond Queneau, Raymond Roussel, Michel Leiris et – massivement – à Georg (...)

28Ma vie se présente comme une œuvre expérimentale, holistique, ludique, « ouverte » à autrui sous forme de dialogue ou de polyphonie – et « tissée à plusieurs mains », dont des emprunts à d’autres écrivains13. Si elle est effectivement centrée sur la vie de l’auteur, elle intègre nombre d’éléments du contexte socio-culturel de l’époque comme autant de clins d’œil au lecteur – et ce, bien avant Les Années d’Annie Ernaux.

Un lecteur interactif

  • 14  Dans Je me souviens (Paris, Hachette, janvier 1978), Perec laisse lui aussi quelques pages blanche (...)

29Le lecteur, justement : celui de Ma vie revue et corrigée par l’auteur est d’emblée invité à sortir du rôle habituel de consommateur « passif » de la chose imprimée, ou même de simple interlocuteur. La conception globale de l’œuvre lui accorde une place de choix : il est directement sollicité à participer à la rédaction, à devenir, à sa libre initiative, co-auteur du texte. Une double page blanche lui est réservée (p. 61-62), l’invitant à rédiger à la suite de l’auteur « [Sa] propre vie en trente lignes »14. Plus loin, en vis-à-vis d’une série d’anagrammes sur des noms propres, une autre page vierge (p. 145) est également destinée à être complétée et adaptée à son propre nom par le lecteur, invité lui aussi à participer à ce jeu. Le lecteur est donc considéré comme co-écrivain potentiel, digne de collaborer au processus d’écriture, mis en quelque sorte sur un pied d’égalité avec l’auteur – persuadée, quant à elle, que « tout le monde naît avec du talent, […] capacité humaine native comme le pouce opposable » (Ma vie, p. 66).

L’invention des titres

30Le titre, on le sait, relève en principe du paratexte d’une œuvre. Interface entre genèse et réception, parfois matrice du texte, situé entre l’auteur, l’éditeur et le lecteur, clé pour l’interprétation, le titre, par ses implications multiples, occupe une position stratégique, et relève chez certains auteurs d’un long travail de maturation. Il constitue le « seuil » majeur de l’œuvre. Or dans Ma vie revue et corrigée, la genèse paratextuelle non seulement fait partie intégrante de l’œuvre publiée, mais elle est étroitement liée à sa conception globale, y compris matérielle : toute une section intitulée « Pré-lude », « Les titres auxquels vous avez échappé belle » (p. 35-37), est précisément consacrée à la recherche du titre du livre en question. Et si Christiane Rochefort propose au lecteur d’inventer son propre titre, à coller ensuite sur la couverture du volume, ce n’est pas pure plaisanterie.

  • 15  Sur l’analyse détaillée des principes créatifs des liste de titres, voir Catherine Viollet, « Chri (...)

31Cette liste de titres fait d’ailleurs pendant à d’autres listes de jeux de mots, par exemple celle de paires de masculins / féminins (« le chou, la chouette », « le curé, la curée », « le chef, la chèvre »…, p. 62- 63), celles inspirées du domaine gastronomique (« la fondue enchaînée », « le pissenlit téraire », « l’osso bucolique », p. 242-245), ou d’autres figures littéraires (paronymies, parophonies) tout aussi ludiques (p. 289-291). Si ces mêmes principes de créativité (jeux de langage, goût des listes, parodie, assimilation… )15 président à la recherche des titres, cette activité se trouve également liée au domaine des arts plastiques (Duchamp, Dubuffet, mais aussi CoBrA, le « mouvement urbain »…). Christiane Rochefort participe notamment à l’expérience qu’organise son voisin, Pierre Alechinsky, qui invite ses amis et connaissances à proposer des titres pour ses œuvres :

Souvent à des expositions on s’est amusés à donner des titres aux tableaux. Réaliste irréaliste surréaliste abstrait brut sans pedigree, ça marche toujours et c’est drôle et même plus, c’est-à-dire, il y a quelque chose là qu’on ne soupçonnerait pas au premier regard. […] Une fois on a donné des titres à plein de tableaux de Pierre [Alechinsky], et il en a fait un livre Titres et pains perdus. (Ma vie, p. 38)

32Construits à partir de jeux de mots, mots-valise, calembours ou emprunts détournés, les soixante-et-un titres publiés dans Ma vie ne représentent qu’une sélection – certes représentative mais restreinte – de la richesse qu’offrent les cinq feuillets manuscrits couverts de titres potentiels. La soixantaine de titres proposés dans l’ouvrage sont tous construits ou calqués sur des jeux de mots, calembours ou emprunts détournés. À commencer par les titres des œuvres publiées de l’auteur :

  • Le repos de Rochefort [Le Repos du guerrier]

  • Le petit siècle de Rochefort [Les Petits Enfants du siècle]

  • Stances à Christiane [Stances à Sophie]

  • Rochefort au parking [Printemps au parking]

  • C’est bizarre Rochefort [C’est bizarre Rochefort]

  • Rochefort d’abord ! [Les Enfants d’abord]

  • 16  Rappelons que de 1947 à 1968, Christiane Rochefort dirige le bureau du service de presse du Festiv (...)

33ou encore à partir de titres de livres, de poèmes ou de films16 : « À la recherche de Rochefort perdue », « Rochefort sans peine » (allusion à la collection de manuels d’apprentissage de langues), « Christiane va en bateau » (rappel du film de Jacques Rivette Céline et Julie vont en bateau), « Écrits et chuchotements » (film d’Ingmar Bergman, Cris et chuchotements), « Rochefort dans le métro » (Zazie dans le métro, de Raymond Queneau), « Les amulettes dieppoises » (Les Allumettes suédoises, de Robert Sabatier), « La vie derrière soi » (La Vie devant soi, d’Émile Ajar), etc.

  • 17  Titre qui a subi, au cours de la genèse, de légères variations, dont témoignent les nombreuses maq (...)

34Puis viennent des mots – ou expressions-valises – suivant le procédé d’enchaînements phonético-syllabiques, comme dans la litanie enfantine « J’en ai marre/marabout/bout de ficelle... », créés à partir du patronyme, comme « Rochefort des Halles », « Rochefort intérieure », « Rochefort l’honneur ». À ce stade, l’auteur propose au lecteur de poursuivre ce jeu en partant de son propre patronyme. Viennent ensuite des variations construites à partir du syntagme « ma vie » : « Ma vie inconnue », « Ma vie inachevée », « Ma vie préférée »... ou traduisant dans un registre humoristique les réserves de l’auteur vis-à-vis du concept d’autobiographie : « Le vécu et l’écrit », « J’étais une fois », « Je est une autre »... Le dossier manuscrit comporte de très nombreuses listes de ce type, concernant la recherche d’un titre sur la base de divers procédés et jeux de mots. Le choix final, « Ma vie revue et corrigée par l’auteur »17, semble en fin de compte particulièrement sobre, mais traduit parfaitement – indépendamment de l’allusion au rejet de la formule « entretiens » – la distance de « l’auteur » vis-à-vis du geste autobiographique.

35Le dernier titre inscrit dans le dossier de genèse, « La vie de quelqu’une » (où le « e » de « une » est biffé) constitue le plus petit dénominateur commun, la structure lexicale abstraite, le squelette du titre à trouver ; il en dit long sur la méfiance de Rochefort vis-à-vis de l’autobiographie, réduite ici à une forme absolue d’anonymat et d’interchangeabilité. Il est repris plus bas sur le même feuillet, en encadré, sous la forme d’une maquette de couverture en miniature :

QUELQU’UN
----
UNE VIE

36Le but de Christiane Rochefort, à travers cette accumulation de titres potentiels et de procédés génériques variés, n’est pas de plagier l’œuvre d’autres écrivains, mais plutôt de jouer avec les conventions – quitte à se laisser prendre au seul plaisir du jeu –, de questionner à sa manière la notion d’identité (singulière, individuelle, collective), et d’exprimer dans un registre humoristique ses réserves vis-à-vis du discours autobiographique conventionnel. Les divers domaines de référence convoqués, qu’il s’agisse de littérature, d’essais, de films, de chansons, traduisent une réelle complicité avec les lecteurs, un désir de partager certaines valeurs, certains repères socioculturels. Les problèmes que rencontre Christiane Rochefort lorsqu’elle décide de rédiger une autobiographie sont ceux qui se posent à tout autobiographe ; elle accepte finalement de se raconter, mais à sa façon, en refusant de se prendre au sérieux, en rebelle aux conventions, et répond à ce défi par ses propres solutions. La manière inventive dont elle les combine lui permet de réussir ce tour de force de « raconter » sa vie tout en prenant le contre-pied des lois du genre, tout en « partageant » avec ses lecteurs les seuls aspects qu’elle souhaite transmettre.

37Le choix final du titre, Ma vie revue et corrigée par l’auteur, semble particulièrement sobre après un tel parcours ; mais il traduit parfaitement – indépendamment de l’allusion au rejet de la formule « entretiens » – cette distance voulue de « l’auteur » vis-à-vis du geste autobiographique. Il fera l’objet de nombreuses maquettes de couverture, de la main même de l’écrivain, conservées dans le dossier de genèse. Ma vie revue et corrigée par l’auteur s’avère un chef-d’œuvre de virtuosité dans la contestation, la subversion, l’invention, la satire et la dérision. Un portrait décentré, éclaté de l’artiste, aussi pétillant que pudique.

Notes

1  Christiane Rochefort, Œuvre romanesque, Paris, Grasset et Fasquelle, coll. « Bibliothèque Grasset », 2004. Préface et chrono-biographie de Martine Sagaert. Ce volume comprend l’ensemble des romans, à savoir : Le Repos du guerrier (1958), Les Petits Enfants du siècle (1961), Les Stances à Sophie (1963), Une rose pour Morrison (1966), Printemps au Parking (1969), Archaos ou Le Jardin étincelant (1969), Encore heureux qu’on va vers l’été (1975), Quand tu vas chez les femmes (1982), La Porte du fond (1988).

2  Christiane Rochefort, Ma vie revue et corrigée par l’auteur. À partir d’entretiens avec Maurice Chavardès, Paris, Stock, 1978, 364 p.

3  « Autobiographie ? Non, c’est un privilège réservé aux importants de ce monde, au soir de leur vie, et dans un beau style. Fiction, d’événements et de faits strictement réels ; si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure du langage, hors sagesse et hors syntaxe du roman, traditionnel ou nouveau. […] ». C’est en ces termes que Serge Doubrovsky définit, en quatrième de couverture de Fils (Galilée, 1977) le néologisme « autofiction ». Le mode narratif de Doubrovsky respecte cependant certaines normes du genre autobiographique (chronologie du récit, auteur/narrateur unique…), que Christiane Rochefort remet en cause.

4  Pour la discussion autour des termes « autofiction » et « roman autobiographique » et leur application à l’analyse littéraire, voir Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique (Paris, Seuil, coll. « Essais » [1975], 1996), Moi aussi (Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1986), Autofictions & Cie, RITM, n° 6 (Paris, Université Paris-X, 1993), et les ouvrages récents de Philippe Gasparini, Est-il Je ? Roman autobiographique et autofiction (Paris, Seuil, 2004) ; Vincent Colonna, Autofictions… et autres mythomanies littéraires, Paris, Tristram, 2004 ; Laurent Mattiussi, Fictions de l’ipséité. Essai sur l’invention narrative de soi, Genève, Droz, 2004 ; Genèse & Autofiction, Jean-Louis Jeannelle et Catherine Viollet (dir.), Bruxelles, Academia-Bruylant, 2007.

5  À propos de la lecture d’un texte de Derrida, elle s’exclame : « Alors, Jacques, le grec ne te suffit pas, on recourt à l’hébreu ? […] Pourquoi ? Pourquoi ces barbelés de mots impénétrables ? » (Journal de printemps : récit d’un livre, Montréal, Éditions de l’Étincelle, 1977, p. 20).

6  Transcription dactylographiée inédite de l’entretien Christiane Rochefort/ Maurice Chavardès, Archives IMEC, p. 70, non reprise dans Ma vie.

7  « Conversations avec… » Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Dutourd – entre autres… Il s’agit, pour les ouvrages déjà publiés, de conversations assez conventionnelles, qui commencent par le commencement (du genre : « Mon père était dentiste, il avait épousé ma mère à vingt-cinq ans... ») et suivent le déroulement chronologique de la biographie des protagonistes.

8  Notamment la toute dernière question, destinée à clore une vingtaine d’heures d’entretiens, et qui traduit bien le ton et la teneur de l’ensemble : « – Je crois que nous pouvons terminer cet entretien sur une question assez globale et qui convient sans doute à un écrivain : Comment aujourd’hui même comprenez-vous ce que vous faites ? »… Transcription dactylographiée inédite de l’entretien Christiane Rochefort/Maurice Chavardès, Archives IMEC, p. 464, non reprise dans Ma vie.

9  Ma vie, op. cit., p. 30.

10  Archives privées. Presque tout au long de sa vie (de 1954 à l’année de sa mort, soit durant quarante-quatre ans), Christiane Rochefort a tenu des cahiers d’écolier, sorte d’agendas-journaux, au rythme approximatif d’un par trimestre. Ces cahiers constituent une source précieuse de renseignements sur la chronologie de la rédaction des œuvres, et sur le contexte de la création.

11  Après avoir fait l’objet de plusieurs maquettes de couverture de la main de l’auteur, cette formulation – au jeu de mots particulièrement savoureux – disparaîtra cependant de la couverture définitive.

12  Une des chemises du dossier de genèse porte effectivement le titre « Ma vie synoptique (dossier baladeur) ».

13  Notamment à Boris Vian, Raymond Queneau, Raymond Roussel, Michel Leiris et – massivement – à Georges Perec (sous la forme de neuf séries, transformées elles aussi, de « Je me souviens »). Christiane Rochefort invite aussi à participer à l’ouvrage des écrivains et artistes de son entourage proche : Rachel Mizrahi, Amos Kenan, Misha et Ned Burgess… Voir Catherine Viollet, « Christiane Rochefort, autobiographe rebelle », Vies en récit. Formes littéraires et médiatiques de la biographie et de l’autobiographie, Québec, Éditions Nota Bene, 2007, p. 205-228.

14  Dans Je me souviens (Paris, Hachette, janvier 1978), Perec laisse lui aussi quelques pages blanches à la fin de l’ouvrage, afin que le lecteur puisse y inscrire ses propres « Je me souviens ».

15  Sur l’analyse détaillée des principes créatifs des liste de titres, voir Catherine Viollet, « Christiane Rochefort et la petite fabrique des titres », Le Moi et ses modèles. Genèse et transtextualités, Bruxelles, Academia Bruylant, 2009, p. 167-180.

16  Rappelons que de 1947 à 1968, Christiane Rochefort dirige le bureau du service de presse du Festival de Cannes. Elle travaillera également à la Cinémathèque de Paris, et comme critique de cinéma.

17  Titre qui a subi, au cours de la genèse, de légères variations, dont témoignent les nombreuses maquettes de couverture élaborées par l’auteur.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search