Version classiqueVersion mobile

Dedans dehors

 | 
Karolina Katsika

Fonctions de la fenêtre

Les fonctions structurales de la fenêtre dans Le Mont Damion d’André Dhôtel

Pierre-Antoine Navarette

Texte intégral

Introduction

1Les études sémiotiques et littéraires sur la fenêtre ont montré que celle-ci, loin d’être cantonnée à une simple fonction décorative ou supplétive, pouvait assumer des fonctions symboliques et métaphoriques caractéristiques. Dans Du Descriptif, Philippe Hamon la décrit comme un topos fondamental qui ventile des aires logiquement reliées entre elles, qui se trouvent être valorisées par l’axiologie et polarisées. Sur le plan sémiotique, cela revient à dire que la fenêtre participe au principe de contrariété et de complémentarité des valeurs en jouant le rôle de frontière. On notera donc l’importance du topos de la fenêtre qui serait un objet discriminateur permettant la forte mise en relation du /dedans/ et du /dehors/, et opérerait, dans la dynamique syntagmatique, comme un « technème » spécifique. Nous citons Philippe Hamon à ce sujet :

  • 1 Philippe Hamon, Du Descriptif, Paris, Hacette, 1993, p. 212.

La fenêtre, comme objet discriminateur (ici vs ailleurs, dedans vs dehors, etc.) serait donc rapprochable de ces « zoèmes » particuliers, « opérateurs binaires » privilégiés, que leurs caractéristiques anatomiques « réelles » […] rendent particulièrement aptes à fonctionner de ses Mythologiques. […] On pourrait donc bien parler de « technème », pour paraphraser Cl. Lévi-Strauss, à propos de la fenêtre1.

  • 2 Denis Bertrand, L’Espace et le sens, Éditions Hadès, coll. Actes sémiotiques, 1985, p. 166.

2La problématique est alors de savoir si la fenêtre endosse plusieurs fonctions structurales, auquel cas il s’agira de savoir comment celles-ci se complètent, se combinent et interagissent ou bien de savoir si elles s’excluent, se rejettent et se trouvent hermétiques les unes aux autres. Nous étudierons précisément ces perspectives sémiotiques dans Le Mont Damion d’André Dhôtel, roman publié en 1964, dans la mesure où celui-ci est, pour paraphraser Denis Bertrand dans L’Espace et le sens au sujet du Germinal de Zola, « un grand roman de l’espace »2. L’œuvre dhôtelienne semblait ainsi être un lieu d’investigation privilégié pour mener à une sémiotique de la fenêtre dans une perspective structurale. Chez Dhôtel, la fenêtre semble donc être un topos fondamental qui, en tant que catégorie de l’espace architectural, joue un rôle sémiotique à plusieurs niveaux : en profondeur d’abord, la fenêtre s’érige en frontière déterminante entre deux mondes polarisés chargés de valeurs axiologiques élémentaires. Il s’agira ici de comprendre comment fonctionne la frontière et quelles opérations sémiotiques elle permet d’engendrer. Deuxièmement, en surface, la fenêtre s’impose comme mode privilégié d’accès à la connaissance. Accoudé à la fenêtre, l’actant-sujet enfant Fabien opte pour une observation fine de la réalité du dehors et appréhende l’inconnu. Nous entendons ici développer la fonction d’ouverture sur la cognition relative à la fenêtre, qui passe par un mouvement permanent entre le dedans sécurisant et l’inconnu sauvage où le sujet découvre ce qu’il porte en lui, au-dedans. Troisièmement, à partir de la dialectique du dedans et du dehors, la fenêtre joue alors le rôle d’espace du devenir : l’actant-sujet Fabien s’y construit une identité en estimant le rôle qu’il pourrait jouer dans l’histoire des hommes : de sujet passif, il devient alors sujet actif. Enfin, il se projette aussi, en miroir, dans une relation amoureuse avec l’autre, le sujet féminin Christine : nous tenterons ici d’analyser la manière dont se construit l’espace identitaire et dont se forgent les représentations entre les deux sujets principaux.

La fenêtre en tant que frontière axiologique et ouverture cognitive

Premiers fragments textuels étudiés

  • 3 André Dhôtel, Le Mont Damion, Éditions Phébus, coll. Libretto, 2006, p. 44.
  • 4 Ibid., p. 47.
  • 5 Ibid., p. 48-51.

En une semaine, Fabien eut oublié le loup. Aucun événement ne pouvait laisser dans sa tête ni dans cœur une marque durable. De loin en loin, il se disait qu’il avait oublié le loup. Un soir, comme il se tenait à la fenêtre de sa chambre, pour respirer l’air des étoiles, il entendit une chanson rauque et mesurée qu’on aurait pu confondre avec le bruit d’une de ces pompes qu’il y a dans chaque cour de Vauche et dont on se sert encore, bien que l’adduction d’eau soit établie. Mais Fabien ne pouvait se tromper : c’était la voix du loup.
Il enjamba l’appui de la fenêtre, longea le toit de la remise, et il écouta de nouveau. Le loup se tenait dans le jardin, et tendait le museau vers la maison. La lune éclairait vaguement son corps avec la belle crinière. Fabien hésita à descendre de son toit. Le loup, qui avait perçu sa présence, s’était élancé silencieusement.
Que veux-tu ? demanda Fabien.
Le loup s’assit et attendit en le regardant d’un air paisible ;
Cela ne m’étonnerait pas quand-même que tu sois un chien, murmura Fabien.
Il se laissa descendre le long de la gouttière. Aussitôt qu’il mit pied à terre, l’animal se rapprocha de lui avec une extrême prudence. […]
À ce moment, M. Ficot éternua du fond de sa chambre dont la fenêtre était restée grande ouverte. Le loup bondit avec une brutalité extraordinaire et disparut en un instant vers le fond du jardin. Fabien se retrouva assis au milieu des salades. Il demeura immobile un assez long temps, mais le loup ne revint pas.
Trois soirs de suite, ces entrevues se renouvelèrent. Chaque fois le loup disparaissait avec vivacité, pour avoir entendu quelque bruit que Fabien n’avait même pas remarqué. Le quatrième soir, Fabien attendit en vain à sa fenêtre, mais le lendemain, de bonne heure, il y eut un branle-bas dans maison3.
Il ne dormit pas cette nuit-là. Il resta tout le temps à sa fenêtre, guettant l’ombre du loup dans le jardin. Avant l’aube, il descendit sur le toit de la remise et s’en alla jusque dans les champs derrière les fils barbelés du jardin. Il pensait arrêter le loup. M. Ficot serait sûrement à l’affût à côté du poulailler et il semblait facile d’éviter le pire4.
M. Ficot, fou de colère, tourna le dos et rentra à la maison. Fabien se demandait s’il ne devait pas partir tout de suite à travers champs et regagner Marval comme il pourrait sans bicyclette et sans bagage. Mais il voulait savoir… Il revint vers la maison et s’approcha de la fenêtre.
Fabien n’avait pas à craindre qu’on le surprît à écouter. […]
Fabien, caché sous l’appui de la fenêtre, éprouvait un grand désarroi. Il avait d’abord songé à expliquer comment il avait soigné la bête blessée, comment elle venait le retrouver la nuit. Il ne savait pas que ce loup pouvait être si cruel. Tout de même, en aucun cas, il ne consentirait à prêter son aide pour le traquer. Il ne comprenait pas pourquoi il prenait partie contre des gens qui avaient mille fois raison de vouloir se débarrasser d’une bête dangereuse. Il eut l’idée de s’enfuir à travers champs comme tout à l’heure il l’avait désiré. Il s’esquiva vers le fond du jardin. Mais, arrivé là, il pensa qu’il pouvait gagner sa chambre par le toit de la remise et prendre son bagage, après quoi il descendrait l’escalier et traverserait la cuisine à toute vitesse pour aller chercher son vélo dans la cour. Il sauterait
sur son vélo. On n’aurait pas le temps de l’en empêcher5.

Analyse et développement

3À travers ces premiers fragments textuels, la fenêtre apparaît comme le lieu privilégié de l’observation du dehors constitué par le fond du jardin et, au-delà, par les champs et la forêt. Mais on remarque que le sens visuel, qui devrait être logiquement mobilisé fortement ici, par le biais précisément de l’ouverture de la fenêtre qui, par définition, porte le regard vers l’extérieur, est moins développé que le sens auditif. En effet, la fenêtre permet en premier lieu le passage des sons du dehors vers le dedans et du dedans vers le dehors. Dans un premier temps, l’actant-sujet Fabien entend la voix du loup qui progresse vers le jardin, dans un mouvement centripète. Dans un second temps, le loup entend l’éternuement de M. Ficot, qui représente pour lui une menace, et fuit vers la forêt, dans un mouvement centrifuge.

La frontière

4On peut donc dire que par la fenêtre transitent des mouvements contraires, à travers les fonctions auditives introduites et que le canal privilégié est celui de l’ouïe. Premièrement, par l’intermédiaire du sujet enfant Fabien, sujet sentant et percevant, le loup se rapproche de la maison, dans l’espace du dedans où règnent la sécurité et le monde des adultes. À l’extérieur de cette sphère ou zone proximale, on assiste alors à une rencontre dans le jardin, entre l’enfant qui a franchi la frontière de la fenêtre en passant par les toits de la remise, et la bête, attirée par la présence de l’enfant, laquelle a franchi la frontière entre le jardin et les champs. La fenêtre se manifeste ici comme l’espace de transition pour le sujet enfant entre un monde qu’il redoute et veut fuir, mais qui le rassure, celui de la maison, du dedans, et un monde (champ et forêt) qui l’attire, mais dont il a peur, inconsciemment. Entre topophilie du dedans et topophobie du dehors, entre ces deux mouvements opposés, se joue ici le devenir du sujet enfant Fabien qui tantôt se projette vers le dehors, tantôt se replie vers le dedans. Manifestement, le dehors représente la liberté mais aussi le danger, le chaos, l’inconnu à apprivoiser, c’est-à-dire une zone distale à explorer cognitivement et physiquement, tandis que le dedans représente la sécurité mais aussi l’emprisonnement, c’est-à-dire une zone proximale connue et arpentée en travaillant mécaniquement. Ainsi, la frontière polarise deux mondes réciproques qui tantôt s’opposent, tantôt s’interpénètrent : d’un côté, les sujets adultes du dedans diffusent la valeur sécurité, positive, de l’autre, le sujet enfant Fabien se retrouve dans le chaos, l’insécurité. Dans ces conditions, on peut dire, sur le plan de la signification, que les espaces chargés de valeurs morales coexistent et n’existent que par leur contraire, dans une relation de contrariété mais aussi de complémentarité. Soit les relations suivantes introduites dans les deux schémas récapitulatifs ci-dessous :

Schéma topologique

Schéma topologique

Fenêtre = frontière axiologique

L’ouverture cognitive

5La frontière symbolise en second lieu la possibilité d’accéder à la connaissance, et de développer les capacités cognitives. Tout d’abord, l’actant-sujet enfant Fabien a accès à un monde qu’il observe, dont il étudie le fonctionnement avant l’exploration programmée. Il accède ainsi à une connaissance du vivant, de la nature, d’un domaine qui lui ressemble, distant, sauvage, chaotique, aventureux. Il s’agit d’une projection de soi, d’une zone identitaire ou d’identification qui ne demande qu’à être découverte, approfondie, et qui appelle un rapprochement vers la zone proximale. Ensuite, la fenêtre est aussi l’espace d’inspection du dedans. Là, le sujet Fabien écoute le monde des adultes et prend, à l’abri, des décisions, souvent inconscientes au regard du danger qui s’y associe. Cela correspond à une affirmation de son identité, par l’intermédiaire de cette projection du dehors, et du rejet d’un monde fermé, non réconcilié avec la nature, un monde adulte où émergent des représentations figées et stéréotypées sur les choses naturelles et leurs contours.

6La fenêtre permet donc précisément l’augmentation de la capacité modale du pouvoir faire, et par extension du vouloir faire. Sur le plan sémiotique, cela revient à dire que le sujet Fabien devient potentiellement acteur de l’histoire narrative, dans le sens où, à la fenêtre, il acquiert des compétences qui lui permettront de se projeter a posteriori vers le futur et le lointain, vers la zone distale, en quittant progressivement ses repères construits dans la zone proximale. L’ouverture de la fenêtre fonctionne ainsi comme une intensification des modalités, comme si elle était un espace tremplin, de développement et d’acquisition de compétences, à tel point que le sujet progressivement se transforme, en évoluant du passif intérieur, avec l’observation des lieux dans un premier temps, à l’actif extérieur, avec l’exploration des lieux dans un second temps.

Ouverture et fermeture de la fenêtre : déstabilisation et restauration des valeurs axiologiques

Deuxièmes fragments textuels étudiés

  • 6 Ibid., p. 55.
  • 7 Ibid., p. 59-60.
  • 8 Ibid., p. 60-61.
  • 9 Ibid., p. 64-65.

La chambre de Fabien était sur ce palier. Gantard la lui fit visiter aussitôt. Elle était meublée d’un lit-cage, d’une chaise et d’une petite table. Pas d’armoire. Une fenêtre minuscule donnait sur un terrain situé en contrebas et entouré de noyers qui masquaient toute vue6.
Quand même, il arriva qu’un dimanche (juste avant le 15 août), ni Berthe ni Gantard ne frappa à la porte, comme d’habitude, pour enjoindre au garçon de descendre sans retard au magasin. Ils avaient dû être distraits par un visiteur matinal qui était venu discuter quelque marché. Fabien profita de ce répit inespéré pour s’accouder à sa fenêtre. Il n’avait encore jamais eu l’occasion même de regarder le jardin en contrebas. C’étaient des plates-bandes semées de fleurs auxquelles Gantard et Berthe donnaient parfois leurs soins. Gantard ne se préoccupait guère de cultiver des légumes dont il faisait aussi un abondant commerce. Le jardin était entouré d’arbres élevés qui formaient une vraie barrière. Fabien examina les fleurs, campanules, pensées, glaïeuls, avec intérêt. Comme il pensait aller prendre son travail, il eut l’impression vive qu’on le regardait. C’était le regard d’un chat qui s’avançait le long de la gouttière. Un chat au pelage gris pâle, un animal assez jeune, atrocement maigre. La tête avait une délicatesse charmante, mais les yeux étaient animés d’une telle méchanceté qu’on aurait pu les dire impies. Incomparablement plus aigus que ceux du loup. Fabien eut un mouvement de recul, comme si la bête allait lui sauter au visage. Le chat s’était aplati sur la tôle du toit et attendait. Fabien tira de sa poche une croûte de pain et la lui tendit7.
Depuis lors, chaque soir et chaque matin, Fabien ne manquait pas de guetter le chat, et il lui apporta quelques débris de viande que l’autre lui arrachait toujours avec fureur. Les allures de ce chat présentaient une contradiction un peu terrifiante. Son corps efflanqué avait toute la grâce d’une ardente et insouciante jeunesse, tandis que ses pupilles lançaient un feu cruel, non pas de mauvais aloi ou sournois ou diabolique, simplement d’une minceur féroce, comme si la bête ne pouvait vivre qu’en demeurant toujours en éveil. Fabien songea encore aux regards du loup, qui étaient aussi impitoyables, cependant doués par moments d’une sorte d’indifférence rêveuse et contemplative. Les yeux du chat demeuraient résolument étrangers même aux choses qui l’entouraient. Comment était-il possible que cette bête fût abandonnée ou tout au moins ne trouvât pas de quoi se nourrir dans un village où les détritus ne manquaient guère ? Ou alors pourquoi n’allait-il pas dans les champs, comme certains de ses congénères, qui ne se laissent pas manquer d’oiseaux ?
Un après-midi, Fabien empilait des caisses au fond du hangar. Une chaleur atroce régnait sous les tôles, et il se demandait comment se procurer un peu d’air. Il eut l’idée de déplacer une des planches qui formaient joint entre le mur et le toit de ce hangar mal fichu. Aussitôt le chat se présenta devant l’ouverture. Fabien l’appela. Le chat, non sans une méfiance extrême, s’avança. Fabien s’écarta afin qu’il eût le champ libre, et le chat bondit sur les caisses. Fabien jeta un coup d’œil vers un coin où une demi-douzaine de jambons fumés étaient empilés. Gantard les avait apportés la veille. Le chat s’était élancé vers les jambons par un détour et sur-le-champ il se mit à arracher avec les dents la couenne et la viande. Fabien n’eut pas même l’idée de le chasser. Au contraire, il s’approcha et fit mine de le caresser. L’autre, les griffes accrochées à sa proie, retourna la tête vers le garçon. Il hésitait, ne pouvant tolérer la présence de Fabien, ni renoncer à une aubaine inouïe. Fabien demeura immobile un long temps pendant lequel le chat, de son côté, ne bougea pas d’une ligne, ne quittant jamais du regard son visage. Enfin ce qui se passa fut inexplicable. Le chat se remit à son festin avec un calme nouveau, tandis que Fabien réussissait à lui poser la main sur la tête, rien qu’un instant.
Puis il y eut un remue-ménage du côté du magasin. Le chat fila comme un éclair, par l’ouverture sous le toit. [… ]8
 Pas un simple chat, coupa l’homme. Une bête qui ne peut approcher d’aucune maison de Méry, m’entends-tu bien, qui ne veut pas non plus chasser dans les champs comme tant d’autres, car elle ne cherche que le mal. […]
Fabien était désorienté. […]
 – Ne traîne pas, m’entends-tu ? reprit Gantard en allant fermer la fenêtre. Maintenant, fais ton paquet.
[…]
 – Une bête de l’autre monde, reprenait Berthe.
 – De quel monde ?
 – Je ne sais pas de quel monde. Mais elle n’est pas d’ici ni de nulle part. Personne ne l’a jamais vue dans le village, non personne, m’entends-tu bien ? Gantard et moi nous sommes seuls à la voir. Il n’y a que nous qu’elle veut voler et si elle pouvait nous sauter au visage…9

Analyse et développement

7Ici, la fenêtre ne permet guère à l’actant-sujet Fabien de se projeter dans le lointain comme les arbres et les plantes « masquent toute vue ». Qui plus est, la fenêtre est minuscule et sature le sens visuel, borne celui-ci à une expression déjà limitée. Non seulement le cadre réduit et piège l’espace du dehors, mais en plus les limites de la fenêtre, ajoutées au cumul des arbres, empêchent le regard d’embrasser les choses avec aisance. Il y a donc impossibilité du dedans d’aller vers le dehors. Ce que l’on observe alors, au niveau de la logique narrative mise en place ici, c’est la progression intrusive du lointain, de « l’autre monde » dans le dedans. En effet, on peut dire ici que la fermeture de l’espace devant la fenêtre entraîne une réponse de l’ouverture caractéristique du lointain. En d’autres termes, si le sujet Fabien ne peut progresser vers le dehors, comme il se retrouve maintenu dans d’étroites limites, c’est bien le dehors et le lointain qui viennent à lui par le biais du sujet animal chat sauvage. D’abord, ce dernier s’invite précisément par la fenêtre, frontière entre le dedans et le dehors, puis par l’ouverture dans le hangar, fenêtre improvisée dans un endroit fermé par des planches amovibles que le sujet Fabien déplace pour faire rentrer de l’air frais.

8On peut dire en conséquence que la frontière est violée de l’extérieur, et que la rencontre du sujet enfant Fabien avec le chaos se réalise entre les murs de l’univers symbolisant la sécurité et l’harmonie. Il y a donc une inclusion, une immersion du dehors dans le dedans. Cette pénétration brutale déstabilise ainsi les polarités initiales : d’un côté, le sujet enfant Fabien enfreint les règles de sécurité du monde des adultes mais, de l’autre côté, on constate que le chat sauvage tend à se laisser apprivoiser, comme si l’intérieur influait sur son comportement, comme si l’espace intrinsèquement socialisé et civilisé influait sur sa propre nature. C’est donc par la transgression des règles, par la transgression de l’espace normé par le franchissement de la fenêtre, qu’une réconciliation entre le sauvage et le civilisé est possible, tout simplement parce que le sujet Fabien incarne l’aspect sauvage et qu’il est dans son comportement enfantin de remettre en cause l’ordre des choses.

9Finalement, la fenêtre joue ici le rôle d’ouverture et d’interaction entre les mondes axiologisés : si elle distribue les valeurs de part et d’autre de son espace architectural, elle coordonne et met en relation les êtres et les valeurs prises en charge par la modalité pouvoir-faire. Nous récapitulons ci-dessous les données obtenues au sujet de la fonction de la fenêtre dans le schéma sémiotique ci-dessous :

Schéma topologique

Schéma topologique

Fenêtre ouverte = frontière perméable, interactions

10À titre de comparaison, si la porte est une frontière conventionnelle qui ne permet pas le brassage des codes, qui filtre les allées et venues, la fenêtre laisse place au merveilleux et à l’interaction axiologique de par sa membrane sémiotique souple et perméable. Ainsi, on remarque l’action du sujet adulte Gantard qui incarne les valeurs du dedans et qui décide de fermer la fenêtre pour mettre fin aux interactions déstabilisantes et à l’influence du dehors. Il tente en effet de restaurer les polarités initiales car la perméabilité est vécue comme la possibilité permanente d’intrusion, de violence : par là-même, c’est une vision du monde qui est en jeu, qui introduit la notion de monde sécurisé qui exclue les bêtes, voire la sauvagerie, en préservant des valeurs normées tels que celles comprises dans le travail sans fin.

11Enfin, on note une intensification du pouvoir-faire non subversif en pouvoir-faire transgressif chez le sujet Fabien. Soit le schéma suivant sous la forme d’un carré sémiotique où apparaissent les comportements signifiants successifs du sujet enfant Fabien :

12En d’autres termes, le sujet Fabien suit une logique transformative correspondant à différents états de corps, avec autant d’états d’âme : la logique greimassienne nous apprend ici que d’un côté, celui de la norme, le corps subit une action coercitive puisqu’il est contraint de se tenir droit, de travailler durement ; de l’autre côté, celui de l’anti-norme, le corps suit un mouvement naturel, d’expression libre qui mène le sujet à des actions de transgression ou d’inaction.

La frontière comme miroir sémiotique

Troisièmes fragments textuels

  • 10 Ibid., p. 75.
  • 11 Ibid., p. 80.

Après le repas du soir, quand il fut monté à sa chambre, il fouilla dans son chapeau pour retrouver son image. L’auréole qui provenait du décalage des couleurs rappelait cet éclat qu’il voyait en Christine, mais c’était sûr, la fille du dessin ne ressemblait pas plus à Christine que le chien-loup ne ressemblait au loup. « Voilà, songea le garçon, à quoi peut s’occuper un bon à rien, au lieu de travailler, de se faire bien voir, et de s’établir. » Il s’accouda à la fenêtre. De ce lieu, il voyait la pente du pré qui remontait brusquement, mais la grande maison Alleume était cachée par les feuillages et de hauts murs. Il se dit qu’il désirait ne s’approcher jamais de Christine. La voir, bien sûr, c’était assez merveilleux. En tout cas, qu’elle ne le voie pas, lui, qui était tout ce qu’il y a de plus nul10.
Le soir, Fabien, accoudé à sa fenêtre, regarda vers les feuillages qui cachaient la maison. Pourquoi est-ce que personne ne comprenait que Christine était belle ? Il songea aussi que lui-même et Christine ne se trouvaient pas tellement séparés par leurs conditions (son père était ingénieur), plutôt par sa propre insignifiance. D’abord elle aimait un garçon inconnu que personne ne remplacerait11.

Analyse et développement

13Dans les fragments textuels proposés ci-dessus, la fenêtre ne joue plus le même rôle structural que précédemment. Elle n’est plus ouverture sur le monde extérieur, elle n’est plus frontière axiologique, mais un espace ouvert sur un autre monde intérieur, une maison voisine où se situe l’autre, le sujet féminin. Elle met en relation deux univers semblables, homogènes, par translation. C’est le soir, mais non dans l’inchoativité de cette temporalité, que se déclenche la perception de l’espace maison presque concomitant. La fenêtre est ici tout entière un espace du devenir amoureux chez le sujet Fabien, de la projection amoureuse et en même temps un espace de la non-rencontre, de l’évitement, pour échapper, peut-être à une éventuelle déception et par peur de ne pas convenir totalement à l’autre. Voir sans être vu, utiliser le canal visuel tout en échappant à celui du récepteur, tel semble être la règle perceptive.

14La fenêtre ordonne donc les mouvements perceptifs du sujet, mais aussi les représentations : d’un côté, on constate une idéalisation du sujet féminin Christine (si belle) et une dévalorisation du sujet Fabien (nullité, insignifiance). On peut dire par conséquent que plus le sujet féminin gagne en intensité sur l’échelle esthétique, plus le sujet masculin perd en intensité sur l’échelle axiologique. Ce double mouvement semble être caractéristique de la dernière fonction sémiotique de la fenêtre qui agit donc plutôt ici comme un miroir sans tain de la signification comportementale et mentale, une ouverture sur l’en-soi et sur le non-soi, l’autre féminin. La maison initiale devient le symbole du for intérieur du sujet Fabien, un espace saturé de sens, dénué de potentiel sémiotique tandis que la maison finale, observée, devient le symbole du for intérieur du sujet Christine, avec une optimisation, une intensité du sens où se situe le devenir comportemental pourtant inaccessible.

15Soit le schéma récapitulatif suivant, où apparaissent le mouvement et les valeurs axiologiques et la fonction de la fenêtre :

Fenêtre = miroir sémiotique

Conclusion

16Revenons sur les fonctions structurales de la fenêtre. En premier lieu, elle joue le rôle de frontière. En effet, la fenêtre met en relation un espace normé, bienfaisant et sécurisant, le village, et un espace anti-normé, à la fois malfaisant et synonyme de liberté, l’extra-village. Précisément, c’est par la fenêtre de la maison que l’actant-sujet principal Fabien observe les agissements des bêtes du dehors, de l’autre monde. La fenêtre ouverte, c’est l’irruption du dehors dans le dedans et la projection du dedans vers le dehors qui se réalisent. Fermer la fenêtre, c’est mettre un terme à ces interactions axiologiques et restaurer les cultures humaines et animales dans leur unité. C’est aussi pour le sujet Fabien l’opportunité de projeter une intentionnalité sur l’espace distal qu’il se réalise progressivement en tant qu’individu pensant et agissant. Fermer la fenêtre, c’est alors lui refuser un mode de développement et d’épanouissement personnel en le maintenant dans un espace étroit et fermé où il ne peut échapper au travail sans fin. C’est ainsi mettre fin à la rêverie et à la possibilité d’échapper à la dure réalité du monde des hommes, et conditionner le sujet à ne plus penser que mécaniquement et servilement.

17En second lieu, la fenêtre joue le rôle d’espace ouvert sur la cognition et permet le développement des capacités cognitives. Dans l’espace sécurisé du dedans, la maison, le sujet Fabien cherche à savoir comment fonctionne le monde du dehors et à comprendre les sujets animaux qui représentent majoritairement celui-ci. La fenêtre devient alors un espace cognitif privilégié qui régule les intentions et les actions du sujet Fabien qui se projette vers le lointain, l’espace distal, tantôt ouvert et permettant l’accès aux valeurs du dehors, tantôt non fermé en miroir avec tain sur les valeurs du dedans. Enfin, la fenêtre joue le rôle de miroir sans tain : précisément, par une relation non ouvert, la fenêtre utilise un canal en accentuant soit vers le haut, soit vers le bas les axiologiques respectives aux espaces et aux sujets mis en relation par celle-ci.

18Ainsi, sur le plan sémiotique, tout se passe comme si la fenêtre occupait successivement quatre états liés à sa fonction structurale, dans une tension entre l’ouvert et le fermé, selon la logique d’un carré sémiotique où apparaissent des oppositions élémentaires et une logique transformative. En d’autres termes, le topos de la fenêtre semble se décliner en quatre fonctions sémiotiques interreliées, successives, le tout correspondant à autant d’actions cognitives du sujet percevant Fabien, régulées et organisées ainsi sémiotiquement sur le plan narratif fondamental d’après une spatialisation source – on parlera de dialectique spatiale fondamentale – puis superficiel – on parlera de régulation spatiale superficielle. Soit le schéma suivant :

19Enfin, on peut dire que l’analyse sémiotique que nous avons menée à propos de la fenêtre chez Dhôtel est au service de l’œuvre romanesque dans la mesure où elle nous a permis de mettre en exergue la dimension anagogique du texte, c’est-à-dire ce qui relève de manière apriorique du domaine du caché, de l’invisible. Elle a abouti également à une compréhension plus détaillée de l’œuvre dhôtelienne qui exerce cependant toujours une résistance à l’analyse structurale. C’est dans cette tension, entre la théorie qui veut s’appliquer au texte et le texte lui-même qui retient ses secrets, son mécanisme interne, que la sémiotique littéraire s’exerce, avec pour objectif, toujours, le décryptage, le décodage des formes signifiantes et des langages spatiaux dans le cas présent. La méthode sémiotique et ses concepts transversaux nous a ainsi amené à dégager des principes structuraux générés par l’espace architectural complexe qu’est la fenêtre, à déceler qu’elle était l’articulation logique globale de l’œuvre dhôtelienne qui, au-delà de sa simplicité apparente, révèle après analyse sa grande complexité.

Bibliographie

Bibliographie

Bertrand Denis L’Espace et le sens, Paris, Amsterdam, Hadès-Benjamin, 1985.

Del Lungo Andrea, La Fenêtre, Paris, Seuil, 2014.

Fontanille Jacques, Sémiotique et littérature, Paris, PUF, 1999.

Fontanille Jacques, Sémiotique et discours, Limoges, Pulim, 1998.

Greimas Algirdas Julien, Sémantique structurale, Paris, PUF, 1986.

Hamon Philippe, Du Descriptif, Paris, Hachette, 1993.

Lotman Iouri, La Sémiosphère, traduit du russe par Anka Ledenko (1966), Limoges, Pulim, 1999.

Lotman Iouri, La Structure du texte artistique, (Struktura Khudožestvenogo teksta) traduit du russe par Anne Fournier, Bernard Kreise, Eve Malleret et Joëlle Yong sous la direction d’Henri Meschonnic (1970), Paris, Gallimard, 1973.

Rastier François, Sens et textualité. Paris, Hachette, 1989.

Notes

1 Philippe Hamon, Du Descriptif, Paris, Hacette, 1993, p. 212.

2 Denis Bertrand, L’Espace et le sens, Éditions Hadès, coll. Actes sémiotiques, 1985, p. 166.

3 André Dhôtel, Le Mont Damion, Éditions Phébus, coll. Libretto, 2006, p. 44.

4 Ibid., p. 47.

5 Ibid., p. 48-51.

6 Ibid., p. 55.

7 Ibid., p. 59-60.

8 Ibid., p. 60-61.

9 Ibid., p. 64-65.

10 Ibid., p. 75.

11 Ibid., p. 80.

Table des illustrations

Titre Schéma topologique
Légende Fenêtre = frontière axiologique
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Schéma topologique
Légende Fenêtre ouverte = frontière perméable, interactions
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fenêtre = miroir sémiotique
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/39100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

CeReS, Université de Limoges

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search