Version classiqueVersion mobile

Dedans dehors

 | 
Karolina Katsika

Dedans dehors Mise en scène de la fenêtre

La fenêtre ou l’effet de jeu dans Le Roman de Tristan de Béroul

Teodoro Patera

Texte intégral

Le retour de la fenêtre

  • 1  Philippe Hamon, Du descriptif, Paris, Hachette, 1996.
  • 2  Ibid., p. 174.
  • 3  Ibid., p. 175 n.
  • 4  Chantal Connochie-Bourgne (dir.), Par la fenêtre. Études de littérature et de civilisation médiéva (...)
  • 5  Danièle James-Raoul, « À la fenêtre : approche d’un topos textuel dans les romans entre 1150 et 12 (...)

1Philippe Hamon, dans son Du descriptif1, consacre à la fenêtre médiévale quelques lignes d’une note de bas de page, où il cite comme exemple le Lai de Lanval de Marie de France pour suggérer de quelle façon la fenêtre peut avec peine être envisagée à cette époque comme « thématisation du pouvoir-voir du personnage »2, comme lieu privilégié d’une ouverture du texte au temps – temps suspendu – de la description : « Dans la littérature du Moyen Âge […] le regard permis par une fenêtre, à peu près toujours, sert à amener un changement narratif décisif, et non une description »3. Dans la préface aux actes du colloque Par la fenestre organisé par le Centre Universitaire d’Études et de Recherches Médiévales d’Aix en 20024, Danièle James-Raoul essaie de nuancer la distance supposée par Philippe Hamon entre la littérature médiévale et la littérature moderne à l’égard de la fenêtre. Ce critique, qui a passé en revue un corpus de textes romanesques écrits entre 1150 et 1250, a dégagé des caractères typologiques relatifs au thème de la fenêtre qui l’ont conduite à la conclusion que « amener un personnage à la fenêtre dans le récit médiéval se fait pour les mêmes raisons que celles que l’on observe dans le récit romanesque moderne »5, tout en précisant, bien sûr, que le roman médiéval n’avait pas encore attaché à ce thème l’importance qu’on lui réservera ensuite.

  • 6  Les extraits du roman et les traductions sont tirés de l’édition Pléiade : Béroul, Tristan et Yseu (...)
  • 7  Du volume Par la fenestre, je signale dès à présent des contributions desquelles mon propos a tiré (...)
  • 8  Voir Richard N. Illingworth, « Thematic duplication in Beroul’s Tristran », in Zeitschrift Für Rom (...)
  • 9  « En effet le roman de Béroul cultive un paradoxe, sans en donner jamais de façon explicite la sol (...)

2Cela dit, dans le cas du Roman de Tristan de Béroul6, l’assertion de Philippe Hamon est tout à fait pertinente et, du moins dans ce qui nous est parvenu de cette œuvre, la fenêtre est étroitement liée à l’action. L’apparition d’une fenêtre dans chacun des trois épisodes que je présenterai a déjà fait l’objet d’un certain nombre d’analyses critiques7, mais je me propose ici d’entreprendre un parcours qui vise l’ensemble de ces trois fenêtres, en lisant le retour de la fenêtre à la lumière d’un élément structurant particulièrement notre texte et amplement étudié, celui de la répétition et de la mémoire du texte8. Je tenterai ainsi de déceler dans la fenêtre l’un signe par le truchement desquels le récit prend charge d’une signification plutôt problématique qui le traverse et qui a retenu considérablement l’attention de la critique, à savoir la présence d’un narrateur qui, contre toute vision morale de l’époque, prend le parti des amants adultères et qui fait prendre à Dieu même le parti des deux protagonistes9.

Sauter par la fenêtre : ruse ou Providence ?

3L’union de Tristan et Yseut a été découverte par le nain Frocin et Marc condamne ainsi les deux amants au bûcher. Amené au supplice par des gardes, Tristan parvient à persuader ceux-ci de lui accorder une dernière prière dans une chapelle située le long du chemin, construite sur un escarpement rocheux surplombant la mer. Si un écureuil sautait de là, nous dit le narrateur, il n’en sortirait pas vivant. Dans l’abside se trouve une verrine, un vitrail, de couleur pourpre :

Tristan ses meneors apele :
« Seignors, vez ci une chapele :
Por Deu, quar m’i laisiez entrer.
Pres est mes termes de finer :
Preerai Deu qu’il merci ait
De moi, quar trop li ai forfait.
Seignors, n’i a que ceste entree ;
A chascun voi tenir s’espee.
Vos savez bien ne pus issir,
Par vos m’en estuet revertir ;
Et quant je Dé proié avrai,
A vos eisinc lors revendrai ».
Or l’a l’un d’eus dit a son per :
« Bien le poon laisier aller ».
Les lïans sachent, il entre enz.
Tristan ne vait pas conme lenz,
Triés l’autel vint a la fenestre,
A soi l’en traist a sa main destre,
Par l’overture s’en saut hors.
Mex veut sallir que ja ses cors
Soit ars, voiant tel aünee.
Seignors, une grant pierre lee
Out u mileu de cel rochier :
Tristan i saut mot de legier.
Li vens le fiert entre les dras,
Quil defent qu’il ne chie a tas.
Encore claiment Corneualan
Cele pierre le Saut Tristan.
(v. 927-954)

[Tristan s’adresse aux hommes de son escorte : « Seigneurs, voici une chapelle. Pour Dieu, laissez-moi y entrer. J’approche du terme de ma vie. Je prierai Dieu qu’il ait pitié de moi, car je suis coupable envers lui de trop d’offenses. Seigneurs, il n’y a que cette entrée ; je vois que chacun d’entre vous a une épée. Vous savez bien que je ne peux sortir sans repasser parmi vous. Quand j’aurai prié Dieu, je reviendrai donc vers vous ». Alors l’un d’eux dit à son compagnon : « Nous pouvons bien le laisser aller ». Les gardes lui ôtent ses liens, et il entre dans la chapelle. Tristan ne perd pas son temps. Il se dirige vers la fenêtre, derrière l’autel ; il la tire à lui de sa main droite et saute de l’autre côté par l’ouverture. Il préfère sauter plutôt que d’être brûlé sous les yeux de la foule. Seigneurs, il y avait une large corniche qui coupait la pente rocheuse. Tristan y atterrit en souplesse : le vent, s’engouffrant dans ses vêtements, l’empêche de s’écraser en bas. Les gens de Cornouailles appellent encore cette pierre le Saut-Tristan.]

  • 10  Brent A. Pitts, « The Path of Memory : Imagination and Repetition in Béroul’s ‘Roman de Tristan’ » (...)
  • 11  E. Jane Burns, « La répétition et la mémoire du texte », in Bruno Roy et Paul Zumthor (dir.), Jeux (...)

4La fenêtre de la chapelle amènera Tristan vers la forêt du Morois, signalant ainsi une barrière entre le monde de la cour et l’espace sauvage où les deux amants embrasseront une vie aspre et dure. L’épisode du Saut de la chapelle montre bien de quelle façon Béroul travaille sur le retour d’un système d’images, ce qui a fait définir son œuvre comme un « roman de la mémoire »10. En premier lieu, le saut renvoie au saut accompli par Tristan, dans l’épisode immédiatement précédent (v. 643 s.), entre son lit et celui de la reine, afin d’éviter de laisser ses traces sur la farine que le nain Frocin avait répandue sur le sol ; de plus, le chien de Tristan, en suivant les traces de son maître, réalisera le même saut par la fenêtre de la chapelle et rejoindra à son tour la forêt du Morois (v. 1437 s.). A l’instar de Jane Burns qui a soigneusement décrit le fonctionnement de la répétition et de la mémoire dans le texte médiéval, nous dirons qu’il est ici question de « répéter le contenu déjà présenté tout en le variant », d’où il découle que « le développement linéaire du récit s’atténue devant un processus plus cumulatif. Et le sens qui en résulte est moins logique qu’analogique »11.

  • 12  Voir Jean Frappier, « Structure et sens du ‘Tristan’ : version commune, version courtoise (suite e (...)
  • 13  Voir Étienne Dussol, « À propos du Tristan de Béroul : du mensonge des hommes au silence de Dieu » (...)

5Mais cet épisode, en plus de cet élément, permet également de discerner deux extrêmes sémantiques qui parcourent le roman de Béroul et qui peuvent donner lieu aisément au relevé d’une certaine contradiction. L’atmosphère miraculeuse est évidente : un saut formidable par la fenêtre d’une chapelle, le vent qui s’engouffre dans les vêtements de Tristan et son geste exceptionnel qui donne même le nom au lieu de l’événement. Les critiques y ont vu souvent une trace de la Providence, de la Grâce, de la rédemption12 ; la fenêtre témoignerait ainsi de la présence d’un Dieu qui, bien que silencieux13, montre toute sa bienveillance au protagoniste. Du reste, le narrateur s’était soucié, en introduisant l’épisode, de préciser cette bienveillance :

Oez, seignors, de Damledé,
Conment il est plains de pité ;
Ne vieat pas mort de pecheor.
Receü out le cri, le plor
Que faisoient la povre gent
Por ceus qui eirent a torment.
(v. 909-914)
[Ecoutez, seigneurs, et sachez combien Dieu est plein de miséricorde. Il ne veut pas la mort du pécheur. Il avait entendu les clameurs, les plaintes du pauvre peuple ému par le supplice qui attendait Tristan et Yseut.]

  • 14  Sur cet aspect, on renvoie à Massimo Bonafin, « Le maschere del trickster (Tristano e Renart) », i (...)
  • 15  Voir Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle, op. ci (...)
  • 16  Barbara N. Sargent-Baur, « La dimension morale dans le ‘Roman de Tristan’ de Béroul », in Cahiers (...)
  • 17  Tristan et Yseut, op. cit., p. 1205.
  • 18  Peter S. Noble, Beroul’s ‘Tristan’ and the Folie de Berne, London, Grant & Cutler, 1982, p. 56.
  • 19  Gioia Paradisi, « L’amore di Tristano e Isotta secondo Béroul (e un’ipotesi sul filtro) », in Béro (...)

6Cependant, on ne peut pas négliger l’autre axe sémantique, qui apparaît antithétique par rapport au discours religieux : celui de la ruse. Le saut de Tristan s’inscrit dans le système de l’action du personnage trickster, polytropos, personnage démesuré toujours prêt à renverser la situation à son avantage par le mensonge14. Plus précisément, cela s’inscrit dans toute une série de configurations spatiales de la ruse qui sont présentes dans le texte, où les protagonistes manipulent les lieux prévus par le scénario dans le but soit de se défendre des ennemis soit de se rencontrer incognito et réaliser ainsi leurs ébats amoureux15. L’attitude de deux protagonistes « inapprivoisés et inapprivoisables »16, comme les définit Barbara N. Sargent-Baur, attitude qui semble éloigner notre texte de toute vision morale, a amené certains critiques à réduire l’importance de la présence du dieu chrétien chez Béroul. Pour Daniel Poirion, par exemple, dans ce roman « Dieu intervient comme le principe du merveilleux qui se substitue à la magie de contes païens »17 ; d’après Peter S. Noble les références à Dieu ne relèvent souvent que de certaines formules stéréotypées18, et pour Gioia Paradisi il faudrait envisager une conception du sacré différente de celle chrétienne et qui était sans doute plus prégnante dans les stades anciens de la légende19.

  • 20  Voir les travaux de Jacques Ribard, « Pour une interprétation théologique du Tristan de Béroul », (...)
  • 21  Eugène Vinaver, À la recherche d’une poétique médiévale, Paris, Nizet, 1970, p. 195.

7Ces thèses sont tout à fait pertinentes et évidemment bien plus satisfaisantes que la thèse théologique, qui voit dans l’histoire de Tristan et Yseut un parcours de rédemption20. En effet, on a de la peine à déceler dans le manuscrit de Béroul une vision éthique et théologique. Cependant, j’aimerais m’extraire de cette logique des alternatives et tenter une sorte de trajet de la juxtaposition, de voie moyenne qui, au lieu de se pencher sur la profondeur idéologique ou anti-idéologique du texte, s’en tient à sa surface hybride et ambiguë pour déceler ce qu’Eugène Vinaver dans son étude À la recherche d’une poétique médiévale appelait le « tourment de la contradiction »21, dispositif à la fois formel et sémantique que, alléguait-il, la littérature moderne à partir du milieu du xixe siècle se vantera d’avoir créé mais qui constitue un trait capital de la poétique médiévale et du mouvement polycentrique qui la caractérise. Les épisodes où, chez Béroul, apparaît une fenêtre, semblent, à mon sens, se prêter d’une manière particulière à une réflexion sur cette dualité, sur cette souplesse qui vise une coexistence des opposés.

Le « brief » par la fenêtre

  • 22  Voir Yasmina Foehr-Janssens, « Une poétique de la peur chez Béroul ? », in Textuel, 2012, p. 43-57

8Les deux amants sont en exil dans la forêt du Morois. L’effet du philtre terminé, ils décident d’arrêter leur vie sauvage et de retourner dans la société. L’ermite Ogrin rédige pour eux une lettre où ils demandent à Marc de les accueillir à la cour, lettre que Tristan apportera en dépit du risque que cela comporte, eu égard au ban que le roi a fait proclamer contre son neveu. Une fois la nuit tombée, dans une atmosphère de peur évoquée d’une manière très suggestive22, Tristan parvient jusqu’à la fenêtre de la chambre du roi :

Mot par est mis Tristan en fort.
A la fenestre ou li rois dort
En est venu, souef l’apele,
N’avoit son de crïer harele.
Li rois s’esvelle et dit après :
« Qui es, qui a tel eure ves ?
As-tu besoin ? Di moi ton non.
— Sire, Tristan m’apele l’on.
Un brief aport, sil met ci jus
El fenestrier de cest enclus.
Longuement n’os a vos parler,
Le brief vos lais, n’os plus ester ».
Tristan s’en torne, li rois saut,
Par trois foiz l’apela en haut :
« Por Deu, beaus niés, ton oncle atent ! ». Li rois le brief a sa main prent.
v. 2459-2474

[La peur envahit Tristan. Parvenu à la fenêtre de la chambre où dort le roi, il l’appelle doucement (ce n’est pas le moment d’alerter tout le monde par des cris). Le roi s’éveille et demande aussitôt : « Qui es-tu pour venir à une heure pareille ? As-tu une affaire urgente ? Dis-moi ton nom ! — Sire, on m’appelle Tristan. J’apporte une lettre ; je la mets ici sur le rebord de la fenêtre intérieure. Je n’ose pas vous parler plus longtemps. Je vous laisse la lettre, je n’ose pas rester ». Tristan s’en va, le roi bondit ; à trois reprises il l’appelle en criant. « Par Dieu, cher neveu, attends ton oncle ! ». Le roi met la main sur la lettre.]

  • 23  Pour Danielle Buschinger « c’est parce qu’Ogrin voit en Tristan le protégé de Dieu qu’il prête son (...)

9Cette scène à la fenêtre, tout comme la précédente, se déroule sous le signe de la protection divine. Le brief a été écrit par un ermite, un homme religieux. Ogrin, qui souligne particulièrement le signifié du saut de la chapelle comme preuve du soutien divin, est persuadé que Tristan est un protégé de Dieu23. L’épisode de la lettre par la fenêtre ne fera que le conforter dans cette conviction. Pendant que Tristan apportait sa lettre à Marc, Ogrin priait en sa faveur :

Enz sont entré. Ogrins prioit Au roi celeste quant qu’il pot Tristan defende d’enconbrier Et Governal, son escuier.
Qant il le vit, es le vos lié :
Son criator a gracïé.
v. 2483-2488

[Les voilà entrés. Ogrin priait du mieux qu’il pouvait le Roi des cieux pour lui demander de ramener Tristan et son écuyer Governal sans encombre. Leur vue le remplit de joie et il rend grâce au Créateur.]

  • 24  Brent A. Pitts, « Writing and Remembering in Béroul’s ‘Roman de Tristan’ : The Role of Origin in t (...)

10En outre, ce passage du brief par la fenêtre introduit un nouveau jeu de la mémoire qui engendrera une possibilité de prolifération pour le récit. La lettre, qu’un chapelain lira pour Marc et ses barons (v. 2552 s.), comporte en fait un mouvement métadiégétique, un repli du récit sur soi-même ; elle contient toute la carrière héroïque de Tristan, du combat contre le Morholt jusqu’à certains événements plus récents, y compris la fuite miraculeuse par la fenêtre de la chapelle : « In Ogrin’s letter we see the image of the Tristan legend itself »24. Le jeu de la mémoire, qui fait resurgir le passé héroïque de Tristan, persuadera Marc de pardonner les amants, permettant ainsi une évolution du récit. Ce geste du récit qui, en se citant, parvient à étendre ses limites s’inscrit préalablement dans une action qui passe par une fenêtre, action envisagée par Dieu avec bienveillance.

Ouverture diégétique, ouverture idéologique : leffet de jeu

  • 25  Plus précisément, par un pertus, une petite ouverture. Le manuscrit parle d’une « fenestre » ainsi (...)
  • 26  Sur le rapport entre vision et jouissance dans ce passage on renvoie à Francis Gingras, « Par mi u (...)

11Une fenêtre est le véritable protagoniste du dernier épisode prévu par le manuscrit de Béroul (v. 4268 s.). Un espion met au courant les barons félons du fait que, lorsque Marc va à la chasse, Tristan va voir secrètement la reine dans sa chambre et que, par la fenêtre de celle-ci25, ils pourraient assister à la scène de leurs plaisirs. La perversion du regard des barons félons et le châtiment qui s’ensuit constituent le centre thématique de ce passage du manuscrit. L’espion décrit minutieusement l’engin qui permettra la jouissance scopique26 :

L’un de vos trois i aut matin :
Par la fraite du nuef jardin
Voist belement tresque au pertus.
Fors la fenestre n’i a nus :
Faites une longue brochete,
A un coutel, bien agüete ;
Poigniez le drap de la cortine
O la broche poignant d’espine.
La cortine souavet sache
Au pertuset (c’on ne l’estache),
Que tu voies la dedenz cler,
Qant il venra a lui parler.
v. 4319-4330

[Que l’un de vous trois y aille de bon matin. En passant par la brèche dans le mur du nouveau jardin, qu’il aille avec précaution jusqu’à l’embrasure. Il n’y a pas d’autre ouverture. Taillez une longue perche avec un couteau pour en faire un crochet bien pointu. Vous piquerez le tissu du rideau avec le crochet pointu comme une épine. Il n’y aura qu’à tirer doucement le rideau qui masque l’ouverture, car on ne l’attache pas, pour bien voir Tristan à l’intérieur, quand il viendra parler à la reine.]

12La fenêtre est présentée comme un authentique dispositif de cadrage qui permettra à Godoïne, l’un des barons félons, de fixer l’essence coupable de l’union des deux amants. La fonction de cadrage est bien thématisée dans le texte :

Goudoïne fu acoruz
Et fu ainz que Tristan venuz.
La cortine ot dedenz percie ;
Vit la chanbre, qui fu jonchie,
Tot vit quant que dedenz avoit,
Home fors Perinis ne voit.
Brengain i vint, la damoisele,
Ou out pignié Yseut la bele :
Le pieigne avoit encor o soi.
Le fel qui fu a la paroi
Garda, si vit Tristan entrer,
Qui tint un arc d’aubor anter.
v. 4411-4422

[Godoïne était arrivé en courant avant Tristan. Ayant percé le rideau, il voyait la chambre dont le sol était bien tapissé de feuilles. Il pouvait voir tout ce qui se trouvait à l’intérieur, mais il n’y avait pas d’autre homme que Périnis. Brengain, la suivante de la belle Yseut, était venu la peigner. Elle avait encore le peigne à la main. Le traitre qui les observait de derrière le mur vit entrer Tristan, son arc en bon bois de cytise à la main.]

13Si, à la différence des autres, cette fenêtre relève de la vision, elle n’est pas néanmoins exempte de la logique de l’action. Iseut s’aperçoit de la présence du félon et invite Tristan à tendre son arc :

Contre le jor, par la cortine,
Vit la teste de Godoïne :
« Ha ! Dex, vrai roi, tant riche trait
Ai d’arc et de seete fait :
Consentez moi qu’a cest ne falle !
Un des trois feus de Cornoualle
Voi, a grant tort, par la defors.
Dex, qui le tuen santisme cors
Por le pueple meïs a mort,
Lai moi venjance avoir du tort
Que cil felon muevent vers moi ! ».
v. 4461-4471

[A contre-jour, à travers le rideau, il a vu la tête de Godoïne. « Ah ! Dieu, vrai Roi, j’ai tiré tant de fois avec succès à l’arc et à la flèche ! Accordez-moi de ne pas manquer ce coup-ci. Je vois un des trois traîtres de Cornouailles, là dehors, et ce n’est pas sa place. Dieu qui a sacrifié Ton corps très saint pour ton peuple, laisse-moi tirer vengeance du tort que ces traîtres cherchent à me faire. »]

  • 27  Voir Jean Subrenat, Une fenêtre à l’aurore (Tristan de Béroul, v. 4267-4485).
  • 28  Ibid., p. 429.

14La flèche tirée par la fenêtre pénètre dans l’œil de Godoïne qui n’a même pas le temps de dire « Bleciez sui ! Dex ! confession » (v. 4485). Il a été avancé que cet épisode, le dernier que le manuscrit nous ait transmis, pouvait constituer la véritable clôture du roman de Béroul27. Sa corrélation avec le premier épisode du manuscrit, celui du rendez-vous épié par le roi Marc dans le jardin (v. 1-319), montrerait une composition cohérente du récit qui ferait penser à une vision optimiste, un achèvement qui bouleverse le beau conte d’amour et de mort de la version de Thomas d’Angleterre. Cette dernière fenêtre serait une « ouverture sur un futur que Béroul refusait de détailler, le laissant sereinement à notre rêve »28. Cette hypothèse est sans doute un peu hardie, mais je trouve cependant qu’elle a le mérite de mettre en valeur la notion d’ouverture en tant que trait primordial de l’art de Béroul.

  • 29  Cesare Segre, « Personaggi, analisi del racconto e comicità nel romanzo di Tristano », in Pilar Lo (...)

15En réalité, non seulement cette dernière mais toutes les fenêtres que nous avons rencontrées dans cette lecture relèvent de l’idée d’ouverture diégétique. Le saut de la chapelle annule la condamnation de deux amants au bûcher, la lettre passée par la fenêtre met fin à l’exil dans la forêt qui avait épuisé son potentiel diégétique, et par cette dernière fenêtre Tristan et Yseut évitent une condamnation à mort certaine et se libèrent d’un ennemi dangereux. L’image de la fenêtre intervient là où le récit parvient à un point qui risque d’arrêter sa prolifération. Elle est un support au mécanisme de la ruse qui diffère continuellement la mort des amants, mécanisme à la base de ce que Cesare Segre appelle une « schidionata potenzialmente infinita »29, une ouverture sans bornes de l’univers diégétique qui oppose à l’écriture des ennemis, visant à fixer une histoire d’adultère, l’écriture ouverte des amants qui détourne la clôture par le biais de l’action rusée dont la fenêtre constitue une sorte de concrétisation iconique. De plus, si la dernière fenêtre rappelle l’épisode du rendez-vous dans le jardin, il n’en reste pas moins que les trois fenêtres sont vecteurs d’une série de rappels internes qui font du récit un système cohérent. Il semble donc que la fenêtre dans le récit devienne une fenêtre du récit, qui ouvre constamment, à travers un mouvement double et même contradictoire, d’un côté sur un repli du récit sur son passé, d’un autre côté sur un futur diégétique, sur des nouvelles possibilités pour le récit.

  • 30  Eugène Vinaver, À la recherche d’une poétique médiévale, op. cit., p. 85.
  • 31  Ibid., p. 74.
  • 32  Ibid., p. 82.

16La fenêtre chez Béroul relève ainsi de ce que Vinaver, dans l’étude citée précédemment, considérait être un trait capital de la poétique médiévale, le contexte thématique. Le texte médiéval demande à son auditeur-lecteur une mémoire non seulement verticale, liant ce qui suit à ce qui précède, mais également un mouvement horizontal se basant sur un complexe de thèmes et motifs toujours présent et parallèle au « système de successivité dans l’agencement des épisodes »30. À la linéarité, au « culte de l’harmonieux et du continu »31 qui s’imposera avec la modernité au moins jusqu’à la deuxième moitié du xixe siècle, le texte médiéval préfère une « esthétique du miroir »32, un jeu de subtiles variations sur des images qui pilotent la lecture.

  • 33  Voir ibid., p. 73-74.
  • 34  Youri M. Lotman, La structure du texte artistique, Paris, Gallimard, 1973, p. 114.
  • 35  Ibid., p. 110.

17En outre, cette absence des notions d’unité et de centre ne se borne pas, pour Vinaver, à constituer un principe d’organisation formelle. L’absence d’unité formelle entraîne l’absence d’une unité idéologique, l’absence de la notion de contradiction33. Parcourir les étapes à la fenêtre nous a permis de déceler également cette décentralisation idéologique. A l’instar des deux premiers cas, le dernier épisode prévoit la présence divine, il est scellé par l’approbation de Dieu, comme le témoigne la prière de Tristan avant le décrochement. Dans les trois épisodes passés en revue se réunissent deux axes sémantiques du roman apparemment en contradiction, la ruse et la bienveillance de Dieu, le trait antihéroïque du personnage et l’appui que la divinité lui fournit. La ruse et Dieu sont deux moteurs du récit, un moteur immanent et un moteur transcendant entre lesquels s’instaure une tension, un jeu de contrastes qui n’aboutit jamais à une solution dialectique mais qui demeure pur mouvement entre extrêmes. Comme le dit Youri M. Lotman dans La structure du texte artistique, il est presque impossible d’imposer au modèle artistique une « détermination strictement monosémique de la signification »34, puisque l’art « possède une série de traits communs avec le comportement ludique »35. Cet effet de jeu, cette impossibilité à signifier univoquement me semblent des marques primordiales d’un roman qui mériterait moins d’être interrogé sur l’idéologie qu’il véhicule que d’être considéré comme un véritable roman de la flexibilité.

Bibliographie

Bibliographie

Béroul, Tristan et Yseut. Texte établi, traduit, présenté et annoté par Daniel Poirion, in Tristan et Yseut : les premières versions européennes, dir. Christiane Marchello-Nizia, Paris, Gallimard, coll : Bibliothèque de La Pléiade.

Bonafin Massimo, « Le maschere del trickster (Tristano e Renart) », in Masca, maschera, masque, mask. Testi e iconografia nelle culture medievali : L’immagine riflessa, no 9, 1-2, 2000.

Boutet Dominique, « Vérité et responsabilité dans le Tristan de Béroul », in Textuel, 2012.

Burns E. Jane, « La répétition et la mémoire du texte », in Bruno Roy et Paul Zumthor (dir.), Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1985.

Chiron Pascale et Pomel Fabienne, « Le Jeu de la réversibilité dans le Tristan de Béroul », in Tristan et Yseut, un thème éternel dans la culture mondiale, Actes du 30e Congrès du Cercle de Travail sur la Littérature allemande du Moyen Âge, Mont-Saint-Michel (27 sept-1 oct. 1995), Wodan no 57, Reineke-Verlag Greifswald, 1996, p. 83-94.

Chocheyras Jacques, « Sur le dernier épisode du Tristan de Béroul », in Cahiers de Civilisation Médiévale, 47, 187, 2004.

— « Souffrance physique, souffrance psychique dans le Tristan de Béroul », in Chocheyras, Réalité et imaginaire dans le Tristan de Béroul, Paris, Champion, 2011.

Connochie-Bourgne Chantal (dir.), Par la fenêtre. Études de littérature et de civilisation médiévales, PUP, Senefiance, no 49, 2003.

Buschinger Danielle, « Le rôle de l’ermite chez Béroul, Eilhart et les dérivés du Tristrant allemand », in Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales : Senefiance, 5, 1978.

Étienne Dussol, « À propos du Tristan de Béroul : du mensonge des hommes au silence de Dieu », in Hommage Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, vol. 2.

Foehr-Janssens Yasmina, « Une poétique de la peur chez Béroul ? », in Textuel, 2012, p. 43-57.

Franceschini Barbara, « Ephémeros. Per un’analisi dei caratteri nel Tristano di Thomas e di Béroul », in Cultura Neolatina, no 61, 2001.

Frappier Jean, « Structure et sens du Tristan : version commune, version courtoise (suite et fin) », in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 6, 24, 1963.

Giddey Jean-Luc, « Le haut et le bas dans le Tristan de Béroul », in Tristania, no 10, 1- 2, 1984, p. 17-26.

Grigoriu Brînduşa, « Tristan devant la verrine : matérialités de la grâce », in Stéphanie Diane Daussy, Catalina Gîrbea, Brînduşa Grigoriu, Anca Oroveanu et Mihaela Voicu (dir.), Matérialité et immatérialité dans l’Église au Moyen Âge, Actes du colloque, Bucarest, les 22 et 23 octobre 2010, Bucureşti, Editura Universităţii, 2012.

Hamon Philippe, Du descriptif, Paris, Hachette, 1996.

Illingworth Richard N., « Thematic duplication in Beroul’s Tristran », in Zeitschrift Für Romanische Philologie, no 101, 1985, p. 12-27.

Lotman Youri M., La structure du texte artistique, Paris, Gallimard, 1973.

Machta Insaf, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle, Paris, Champion. 2010.

Maddox Donald, « L’auto-réécriture béroulienne et ses fonctions », in Medioevo Romanzo, no 25, 2001, p. 181-90.

Noble Peter S., Beroul’s Tristan and the Folie de Berne, London, Grant & Cutler, 1982.

Paradisi Gioia, « L’amore di Tristano e Isotta secondo Béroul (e un’ipotesi sul filtro) », in Béroul, Tristano e Isotta, a cura di Gioia Paradisi, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2013.

Pitts Brent A., « Writing and Remembering in Béroul’s’Roman de Tristan : The Role of Origin in the Second Hermit Episode », in Tristania, no 13, 1-2, 1987, p. 1-18.

— « The Path of Memory : Imagination and Repetition in Béroul’s Roman de Tristan », in Romance Quarterly, no 37, 1990.

Ribard Jacques, Pour une interprétation théologique du Tristan de Béroul, in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 28, 110, 1985.

— « Quelques réflexions sur l’amour tristanien », in Jacques Ribard, Du mythique au mystique. La littérature médiévale et ses symboles, Paris, Champion, 1995.

Saly Antoinette, « Images récurrentes dans le Tristan de Béroul », in Image, structure et sens. Études arthuriennes : Senefiance, no 34, 1994, p. 135-148.

Sargent-Baur Barbara N., « La dimension morale dans le Roman de Tristan de Béroul », in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 31, 121, 1988.

Segre Cesare, « Personaggi, analisi del racconto e comicità nel romanzo di Tristano », in Pilar Lorenzo Gradin (dir.), Los caminos del personaje en la narrativa medieval, Firenze, Edizioni del galluzzo, 2006.

Vàrvaro Alberto, Il ‘Roman de Tristan di Béroul, Turin, Bottega d’Erasmo, 1963, p. 74-88.

Vinaver Eugène, À la recherche d’une poétique médiévale, Paris, Nizet, 1970.

Notes

1  Philippe Hamon, Du descriptif, Paris, Hachette, 1996.

2  Ibid., p. 174.

3  Ibid., p. 175 n.

4  Chantal Connochie-Bourgne (dir.), Par la fenêtre. Études de littérature et de civilisation médiévales : PUP Senefiance, no 49, 2003.

5  Danièle James-Raoul, « À la fenêtre : approche d’un topos textuel dans les romans entre 1150 et 1250 », in Par la fenestre. Études de littérature et de civilisation médiévales, op. cit., p. 9-22, à p. 10.

6  Les extraits du roman et les traductions sont tirés de l’édition Pléiade : Béroul, Tristan et Yseut. Texte établi, traduit, présenté et annoté par Daniel Poirion, in Tristan et Yseut : les premières versions européennes, dir. Christiane Marchello-Nizia, Paris, Gallimard, coll : Bibliothèque de La Pléiade, 422, p. 3-121 et 1127-1208.

7  Du volume Par la fenestre, je signale dès à présent des contributions desquelles mon propos a tiré le plus grand profit : Anne Berthelot, « Des fenêtres sur l’autre monde », p. 33-42 ; Françoise Clier-Colombani, « Des fenêtres ouvertes sur l’imaginaire », p. 67-86 ; Alain Corbellari, « Des fenêtres ouvertes sur la mémoire : du Tristan de Béroul à Ysaÿe le Triste », p. 105-28 ; Francis Gingras, « Par mi une estreite fenestre - L’espace d’une vision et les cadres du désir dans le récit français du xiie siècle », p. 167-80 ; Jean Subrenat, « Une fenêtre à l’aurore (Tristan de Béroul, v. 4267-4485) », p. 423-32.

8  Voir Richard N. Illingworth, « Thematic duplication in Beroul’s Tristran », in Zeitschrift Für Romanische Philologie, no 101, 1985, p. 12-27 ; Brent A. Pitts, « Writing and Remembering in Béroul’s’Roman de Tristan : The Role of Origin in the Second Hermit Episode », in Tristania, no 13, 1-2, 1987, p. 1-18 ; Antoinette Saly, « Images récurrentes dans le ‘Tristan’ de Béroul », in Image, structure et sens. Études arthuriennes : Senefiance, no 34, 1994, p. 135-148 ; Pascale Chiron et Fabienne Pomel, « Le Jeu de la réversibilité dans le ‘Tristan’ de Béroul », in Tristan et Yseut, un thème éternel dans la culture mondiale, Actes du 30e Congrès du Cercle de Travail sur la Littérature allemande du Moyen Âge, Mont-Saint-Michel (27 sept-1 oct. 1995), Wodan no 57, Reineke-Verlag Greifswald, 1996, p. 83-94 ; Donald Maddox, « L’auto-réécriture béroulienne et ses fonctions », in Medioevo Romanzo, no 25, 2001, p. 181-90.

9  « En effet le roman de Béroul cultive un paradoxe, sans en donner jamais de façon explicite la solution : ces deux héros manipulateurs, qui ont consommé régulièrement l’adultère, ne cessent même lorsqu’ils sont pris en flagrant délit, et conservent la sympathie du narrateur, du peuple, et de Dieu même » (Dominique Boutet, « Vérité et responsabilité dans le ‘Tristan’ de Béroul », in Textuel, 2012, p. 11-23, p. 16). Sur la vision du narrateur dans le roman de Béroul on renvoie à Alberto Vàrvaro, Il ‘Roman de Tristan’ di Béroul, Turin, Bottega d’Erasmo, 1963, p. 74-88.

10  Brent A. Pitts, « The Path of Memory : Imagination and Repetition in Béroul’s ‘Roman de Tristan’ », in Romance Quarterly, no 37, 1990, p. 3-17 : « In a real sense, the Tristan is a romance of memory. Not only does the narrator show characters remembering, in a special way he stimulates the listener’s memory as well » (p. 4).

11  E. Jane Burns, « La répétition et la mémoire du texte », in Bruno Roy et Paul Zumthor (dir.), Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1985, p. 65-71, à p. 68.

12  Voir Jean Frappier, « Structure et sens du ‘Tristan’ : version commune, version courtoise (suite et fin) », in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 6, 24, 1963, p. 441-454, en particulier à p. 449 ; Jacques Chocheyras, « Souffrance physique, souffrance psychique dans le ‘Tristan’ de Béroul », in Chocheyras, Réalité et imaginaire dans le ‘Tristan’ de Béroul, Paris, Champion, 2011, p. 81-90, en particulier à p. 82 ; Brînduşa Grigoriu, « Tristan devant la verrine : matérialités de la grâce », in Stéphanie Diane Daussy, Catalina Gîrbea, Brînduşa Grigoriu, Anca Oroveanu et Mihaela Voicu (dir.), Matérialité et immatérialité dans l’Église au Moyen Âge, Actes du colloque, Bucarest, les 22 et 23 octobre 2010, Bucureşti, Editura Universităţii, 2012, p. 155-162.

13  Voir Étienne Dussol, « À propos du Tristan de Béroul : du mensonge des hommes au silence de Dieu », in Hommage Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, vol. 2, p. 525-33.

14  Sur cet aspect, on renvoie à Massimo Bonafin, « Le maschere del trickster (Tristano e Renart) », in Masca, maschera, masque, mask. Testi e iconografia nelle culture medievali : L’immagine riflessa, n° 9, 1-2, 2000, p. 181-96 ; Barbara Franceschini, « Ephémeros. Per un’analisi dei caratteri nel Tristano di Thomas e di Béroul », in Cultura Neolatina, n° 61, 2001, p. 275-99 ; Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle, Paris, Champion. 2010.

15  Voir Insaf Machta, Poétique de la ruse dans les récits tristaniens français du XIIe siècle, op. cit., p. 23-46, où l’auteur se propose une « approche spatiale de la ruse » (p. 33). Voir également Jean-Luc Giddey, « Le haut et le bas dans le ‘Tristan’ de Béroul », in Tristania, no 10, 1-2, 1984, p. 17-26. Ce critique, en décrivant l’importance des notations spatiales dans le façonnement du personnage et justement à propos de ces deux sauts, définit Tristan comme « au-delà et au-dessus des menaces du bas monde » (p. 21).

16  Barbara N. Sargent-Baur, « La dimension morale dans le ‘Roman de Tristan’ de Béroul », in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 31, 121, 1988, p. 49-56, à p. 55.

17  Tristan et Yseut, op. cit., p. 1205.

18  Peter S. Noble, Beroul’s ‘Tristan’ and the Folie de Berne, London, Grant & Cutler, 1982, p. 56.

19  Gioia Paradisi, « L’amore di Tristano e Isotta secondo Béroul (e un’ipotesi sul filtro) », in Béroul, Tristano e Isotta, a cura di Gioia Paradisi, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2013, p. 5-46, à p. 12.

20  Voir les travaux de Jacques Ribard, « Pour une interprétation théologique du Tristan de Béroul », in Cahiers de Civilisation Médiévale, no 28, 110, 1985, p. 235-42 et « Quelques réflexions sur l’amour tristanien » in Ribard, Du mythique au mystique. La littérature médiévale et ses symboles, Paris, Champion, 1995, p. 143-56.

21  Eugène Vinaver, À la recherche d’une poétique médiévale, Paris, Nizet, 1970, p. 195.

22  Voir Yasmina Foehr-Janssens, « Une poétique de la peur chez Béroul ? », in Textuel, 2012, p. 43-57.

23  Pour Danielle Buschinger « c’est parce qu’Ogrin voit en Tristan le protégé de Dieu qu’il prête son soutien aux amants » (Danielle Buschinger, « Le rôle de l’ermite chez Béroul, Eilhart et les dérivés du Tristrant allemand », in Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales : Senefiance, 5, 1978, p. 267-80, à p. 270).

24  Brent A. Pitts, « Writing and Remembering in Béroul’s ‘Roman de Tristan’ : The Role of Origin in the Second Hermit Episode », op. cit., p. 9.

25  Plus précisément, par un pertus, une petite ouverture. Le manuscrit parle d’une « fenestre » ainsi que de cette ouverture apparemment plus petite qu’une fenêtre normale et on ne voit pas très bien la différence entre les deux. Sur la question voir Tristan et Yseut, p. 1206 et Jacques Chocheyras, « Sur le dernier épisode du Tristan de Béroul », Cahiers de Civilisation Médiévale, 47, 187, 2004, p. 271-77.

26  Sur le rapport entre vision et jouissance dans ce passage on renvoie à Francis Gingras, « Par mi une estreite fenestre – L’espace d’une vision et les cadres du désir dans le récit français du xiie siècle », in Par la fenêtre. Études de littérature et de civilisation médiévales, op. cit., p. 171-173.

27  Voir Jean Subrenat, Une fenêtre à l’aurore (Tristan de Béroul, v. 4267-4485).

28  Ibid., p. 429.

29  Cesare Segre, « Personaggi, analisi del racconto e comicità nel romanzo di Tristano », in Pilar Lorenzo Gradin (dir.), Los caminos del personaje en la narrativa medieval, Firenze, Edizioni del galluzzo, 2006, p. 3-18, à p. 9.

30  Eugène Vinaver, À la recherche d’une poétique médiévale, op. cit., p. 85.

31  Ibid., p. 74.

32  Ibid., p. 82.

33  Voir ibid., p. 73-74.

34  Youri M. Lotman, La structure du texte artistique, Paris, Gallimard, 1973, p. 114.

35  Ibid., p. 110.

Auteur

Universität Göttingen

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search