Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et événement

 | 
Jacques Guilhaumou

Chapitre II. L’histoire des événements linguistiques. Le cas de « La Langue Française » au 18e siècle

Texte intégral

  • 1 Picoche, Marchello-Nizia (1991), Chaurand (1999).

1L’histoire de la langue française, du moins dans ses synthèses les plus récentes1 s’efforce d’établir la cohérence sur le long terme de variations lexicales, morphologiques et syntaxiques. Ainsi le diachronicien de la langue française s’intéresse à des strates systématiques successives qui renvoient à des structures linguistiques solidaires, donc internes à la langue.

  • 2 Ainsi le renouvellement de problématique proposé dans les années 1970 par Certeau, Julia, Recel (1 (...)

2Historien de la langue française, Ferdinand Brunot (1967-1985), l’est sans nul doute, mais à sa manière. Proche des historiens professionnels, « il suit le fil des événements qui constituent les réseaux de langage de la politique ou de l’économie » (Chevalier, 1994). Plus sensible à l’histoire externe de la langue qu’à son histoire interne, il ouvre largement le vaste chantier de l’histoire sociale de la langue. Ferdinand Brunot a rassemblé ainsi des matériaux considérables, certes centrés sur l’histoire des mots et de leurs variations, et les a rapportés aux déterminations politiques et économiques de la société française. Ces matériaux sont toujours utilisables2.

  • 3 Voir l’ouvrage, en hommage à Renée Balibar, intitulée L’institution des langues (Editions de la MS (...)

3Renée Balibar (1974, 1985) devait, par la suite, enrichir une telle perspective historiciste par l’insistance sur la dimension institutionnelle de l’histoire sociale de la langue française3. Elle attire en effet l’attention du chercheur sur le fait suivant : le moment fort de l’institution de la langue française comme « langue nationale », sa totalisation en tant que « français national » pendant la Révolution française par la médiation de projets (les décrets sur la langue nationale) et de pratiques (l’apprentissage de français dans les appareils politiques démocratiques, des municipalités aux sociétés populaires) est indissociable d’un « partage des langues ». Depuis longtemps, la complexité d’un tel partage des langues attestée dans la société civile avait été occultée par des considérations exclusives sur les rapports inégalitaires entre l’idiome français et les idiomes non-français.

  • 4 Voir l’ouvrage classique de J. Habermas (1978), et plus particulièrement la préface à la 17e éditi (...)

4Désormais, la prise en compte d’abord de l’apparition de mœurs inédites (Salaün, 1996) dans le cadre de la formation historique de la sphère bourgeoise au 18ème siècle4, puis de la multiplicité des événements de parole et de l’instauration de nouvelles institutions pendant l’époque révolutionnaire (Guilhaumou 1989, Schlieben-Lange, 1995) permet de baliser l’ensemble d’un espace de communication réciproque où l’usage de la raison, du jugement et de l’argument s’inscrit à l’horizon de l’échange entre langues insti tuantes. Il n’est plus seulement question des rapports entre « langue française » et « langues régionales », mais il devient possible de décrire les liens complexes entre la « langue concrète » et la « langue abstraite », la « langue commune » et « la langue philosophique », « l’usage civil » de la « langue de la conversation » et la « langue de la politique » en tant que « langue propre » des législateurs et « langue du peuple » des porte-parole républicains, « l’abus du langage » et « la langue bien faite », etc.

  • 5 L’expression d’événements linguistiques est déjà attestée dans les manuscrits inédits de Saussure (...)

5Nous considérons alors l’historicité des états d’équilibre et d’échange de la langue empirique, constituée d’éléments empiriques déployés dans l’espace/temps de l’intercommunication, ce que nous pouvons appeler, dans la lignée des travaux des historiens des idées linguistiques et plus particulièrement de Sylvain Auroux (1989-2000, 1998), un état d’hyperlangue. Ainsi, dans le continuum de l’espace/temps se singularise des institutions de la langue, des événements linguistiques5, des sujets disposant de capacités linguistiques et d’objets artefactuels, tels que des dictionnaires et des grammaires, susceptibles d’étendre et de systématiser les ressources de ces sujets de la langue. L’hyperlangue n’est autre que cet espace-temps ainsi structuré par les manifestations de la langue empirique : elle se définit comme une « réalité ultime qui englobe et situe toute réalisation linguistique et limite concrètement toute innovation » (Auroux, 1998, 115). L’événement linguistique intervient alors dans l’hyper-langue pour en favoriser la dynamique novatrice. À ce titre, sa connaissance ouvre à la totalité d’un processus de compréhension qui relève ainsi en amont d’une réflexion sur l’événementialité de la langue empirique, et en aval d’un déploiement narratif du récit de la langue française constitutif de l’imaginaire linguistique associant l’identité de la langue à l’identité nationale..

A- L’événementialité de la langue empirique

« Le lien entre langage et événement n’a pas le caractère arbitraire et superficiel qui serait celui d’une simple superposition ou projection de significations linguistiques sur des événements non-linguistiques » (Petit, 1991, 13).

Le statut cognitif de l’événement

6Notre point de départ s’origine dans l’affirmation que les données empiriques n’ont pas de contenu préexistant à leur émergence perceptive. Ainsi, dans la perspective empiriste de Hume (Malherbe, 1992), ni aucune transcendance, ni aucun a priori ne président à l’impression originaire des sens, à la perception initiale des objets extérieurs. Si rien ne précède l’impression, seul au départ se distingue de l’extérieur un être perçu, et rien de plus. Nous récusons donc d’emblée, dans la présente recherche, l’hypothèse rationaliste d’un principe pensant situé à l’origine de la nature humaine. Un tel refus d’un donné chosifié, construit d’avance, nous introduit donc au principe de l’immanence radicale. À ce titre, le donné est tout ce qui advient à l’homme, ce à quoi il a affaire en permanence. Son impression sensible à l’intérieur de l’homme relève alors de l’événement :

7« Si les choses sont ‘ données’, il n’y a pas à proprement parler de 'choses' dans le monde, mais rien que des 'événements'. Le monde lui-même intervient à travers des événements […] Il y a d’abord cette événementialité qui est celle du sensible et c’est sur ce sol que nous pouvons déployer nos activités de formation catégoriale, qui nous permettent de produire des objectivités de type supérieur » (Benoist, 1996, 629 et 639).

8En affirmant la toute puissance de l’événementialité du sensible, y compris dans l’activité catégoriale engendrée par l’imagination, autre mode d’existence du sensible, nous introduisons d’emblée l’événement à la fois comme moment inaugural « vide de sens » et « pur » advenir.

  • 6 Nous nous inscrivons ici dans la perspective du schématisme kantien. Voir à ce propos la Postface.

9L’impression s’associe à l’idée par le biais de l’image, étant entendu que ni l’impression, ni l’idée ne sont représentables a priori. Le nécessaire travail d’abstraction et de conceptualisation, une fois les impressions effacées de la conscience, relève alors d’une production de l’imagination. Les intuitions sensibles se déploient dans des concepts au sein d’un espace/temps par la médiation de schèmes6 intermédiaires obligés entre les intuitions et les idées dans la mesure où ils rendent représentables sous forme de processus l’expérience sensible et son concept en les présentant dans le temps et l’espace.

10Un pas de plus consiste à affirmer que l’espace/temps est structuré par la langue empirique : il est l’espace/temps de l’intercommunication humaine. De l’événementialité, il est donc question ici sur le mode de la donation linguistique : ce qui est donné ne peut être séparé de ce qui est dit, ce qui est dit a une existence pour nous, est donné par le seul fait d’être dit. Ainsi, à partir du monde des possibilités langagières se concrétise, par le biais de la langue abstraite issue de la langue empirique, la possibilité infinie de connaître des objets encore inconnus.

11De l’existence incontournable de la langue empirique, retenons également que le langage existe d’abord, d’un point de vue empirique, sous la forme de singularités événementielles, mais qu’il acquiert sa stabilité dans leur identification au sein de schèmes fondateurs d’une langue jugée commune par ses utilisateurs. Quelque chose existe, quelqu’un parle au sein d’une événementialité originaire elle-même « vide de sens », mais juge de l’appartenance de chacun à une communauté de langue. Ici l’événementialité est ce qui rend possible la créativité de l’acte, sa dimension pragmatique, étant entendu que ce qui est originairement dit est chargé de l’événementialité de son propre surgissement, d’une singularité en constant renouvellement et distincte de la signification ultime de l’acte.

12Ainsi, incitant le philosophe à prêter enfin attention à « l’expérience de l’être-là (Dasein) », Heidegger (1970) nous confronte à « l’événement fondamental », à l’advenir inaugural de tout homme en fonction d’une interrogation sur les conditions de possibilité d’une existence humaine rationnelle. Une telle quête de refondation exige « un nouveau soin de langage », nécessite « un retour au contenu originaire de la langue qui nous est propre ». À ce titre, les conditions de possibilité du devenir humain sont autant de conditions langagières : tout commence et se termine par un événement en langage, même s’il existe, dans le parcours de l’existence humaine, une réalité hors du langage (Koselleck, 1997).

13Nous portons donc notre attention sur des éléments cognitifs producteurs de sens au sein d’un continuum où l’événement est attesté en des points singuliers particulièrement significatifs. Ces véritables éléments constituants de la production du sens forment autant de schèmes intermédiaires entre les données de la langue empirique et les catégories de la langue abstraite. Ces schèmes sont garants du statut cognitif de l’événement, de son rôle au sein de la production des connaissances dans la mesure où ils fournissent les règles, les principes et les exemples d’application de catégories abstraites au concret de l’intuition sensible. Ils établissent des relations spatio-temporelles permettant de conceptualiser le réel dont on fait l’expérience en tant que continuum segmentable (Eco, 1999, 86). Ils rendent compte de la manière dont s’associent des jugements à des concepts, « jugements qui serviront de principes à toute connaissance du divers » (Deleuze, 1967, 24). Ils peuvent alors être identifiés dans l’activité de sujets cognitifs et la présence d’objets cognitifs au sein d’événements linguistiques.

L’événement linguistique

14Considérant premièrement que tout donné procède d’une événementialité, en second lieu que la donation linguistique est première du point vue empirique adopté, nous pouvons maintenant nous intéresser au déploiement de la pluralité initiale de l’être en des points singuliers qualifiés d’événements linguistiques. Ces événements fondateurs en langue s’inscrivent dans des processus de schématisation par le fait d’un art humain permettant de trouver le général dans le seul fait de la particularité du donné, sans préalable aucun en matière de contenu. Nous les abordons alors en tant que procès en langue, tout en les inscrivant dans l’hyperlangue, ce « paquet d’éléments empiriques » (Auroux) où se côtoient des objets, des outils, des institutions, cet espace/temps où se déploient ces éléments de la langue empirique comme conditions de la novation, ou non, en langue.

15Au même titre que les philosophes du langage au 18e siècle, et Condillac en premier lieu, proposent, face à « l’abus des mots », un « contrôle sémiotique de l’expérience humaine » (Formigari, 1993), nous parlons d’un processus de schématisation sémiotique pour qualifier, dans l’événement linguistique, l’apparition de types, objets et thèmes cognitifs susceptibles de jouer un rôle régulateur, par leur singularité même, dans le champ de l’événement discursif au sens large.

  • 7 Voir l’exemple du référent sémiotique du « nom de Sieyès » présenté à la fin de la Postface.

16Notre approche de l’événementialité en langue relève donc aussi, au-delà du principe d’immanence radicale de la langue empirique, d’une ontologie de la référence au sens où les actes référentiels constitutifs de l’événement linguistique sont autant d’actes d’identification et de reconnaissance sans présupposition aucune des énoncés qui leur donnent un contenu discursif7. En d’autres termes, l’approche de l’événement linguistique ne nécessite pas la connaissance préalable de l’événement discursif, comme si le premier n’était que la part de conscience linguistique du second.

17A contrario, l’événement linguistique se situe dans un espace/temps fondateur d’actes de langage régulateurs de l’événement discursif. Il se matérialise en effet dans :

  1. des sujets disposant de capacités linguistiques propres, appelons les sujets cognitifs ;
  2. des objets linguistiques, plus particulièrement, dans le contexte de la grammatisation moderne et contemporaine, des outils linguistiques tels que les Dictionnaires et les Grammaires ;
  3. une diversité de jugements de ces sujets déployés dans ces outils adéquats à la traduction abstraite de la langue empirique, jugements généralisants sur les faits de langue que l’on peut regrouper sous le label de « conscience linguistique ».

18Une telle tripartition est certes commode, mais n’a rien de définitive. Elle précise seulement ce qu’il en est concrètement de la matière du langage dans l’événement linguistique. Elle peut permettre de fixer dans un état d’hyperlangue la dynamique, inhérente à l’événement linguistique, de ce quelque chose ou de ce quelqu’un producteurs de sens, donc par qui le monde advient et se manifeste dans des événements singuliers à valeur universelle.

  • 8 Ce point est développé dans la postface.

19Co-extensif à la matière du langage dans son ensemble, l’événement linguistique émerge en des points singuliers d’un flux continu, se concrétise temporairement dans un état d’hyperlangue sans pour autant renoncer à sa dynamique propre. Régulateur des possibles dans l’univers discursif, il est aussi le lieu de résistance, en tant que producteur de schèmes issus de la langue empirique, à toute tentative « structuraliste » de décrire la langue comme un objet de connaissance à part, c’est-à-dire hors de sa formation historique dans le mouvement du concret à l’abstrait, du particulier au général, de la particularité du sensible à la généralité de la catégorisation8.

20Nous sommes donc, avec l’événement linguistique, dans la dynamique d’un référent producteur de données en langue, ainsi au 18e siècle d’abord à travers l’apparition du dictionnaire monolingue, sous le label initial de Dictionnaire de la langue française avant de devenir le Dictionnaire de l’Académie française (Collinot, Mazière, 1997), puis sur la base de l’émergence d’un sujet de la langue (Auroux, 1986), et, au terme de la Révolution française, d’une conscience de l’adéquation entre la langue et la politique au sein d’un espace délibératif (Guilhaumou, 1989). Il s’agit alors de prendre en compte, dans un premier temps, la volonté explicite des contemporains de rationaliser l’usage des mots, au titre d’une recherche de la juste adéquation des mots et des choses, donc de la lutte contre « l’abus des mots ». Puis il convient de préciser en second lieu quels sont ce quelque chose et ce quelqu’un qui peuvent permettre de produire une telle adéquation par les normes de langue qu’ils introduisent dans le flux de la communication humaine.

21Plus largement, l’événement linguistique est impliqué en priorité dans l’invention de la langue commune : de la fixation de sa nomenclature, dès la fin du XVIIe siècle, dans les premiers Dictionnaires monolingues de la « langue française » à son apprentissage public généralisé au cours de la Révolution française sous le label de « langue nationale ». Facteur dynamique de l’espace/temps d’intercompréhension et d’intercommunication entre les individus, il joue un rôle essentiel dans le processus de généralisation linguistique permettant la reconnaissance des contenus discursifs qui président à la formation de l’identité de la nation française.

B- L’événementialisation de « La Langue Française »

1- La formation historique de la langue française au 17e siècle

De la dimension publique du « bon usage »…

22Dès le Moyen-Âge, la langue des rois se veut au-dessus des dialectes : de « roman », elle devient le « françois » (Lusignan, 2004). Ainsi les expressions « langue française » et « notre langue » relèvent, jusqu’au 16e siècle et au début du 17e siècle, d’un niveau de généralité qui renvoie conjointement à la langue française du droit de la chancellerie royale et à une langue virtuelle qui se veut « la langue vulgaire » du peuple, c'est-à-dire des trois ordres de la société, selon des modalités essentiellement politiques. Il ne s’agit donc pas, à travers la promotion de la langue française, de désigner le réel d’une langue, bien délimitée géographiquement, mais de faire porter l’attention sur « l’inclusion théorique d’un langage sous tel ou tel nom ». Et Hélène Merlin-Kajman d’en conclure : « C’est donc la nature et la délimitation de la puissance publique nommée par ce nom qui est en jeu » (2003, 84).

23La « langue vulgaire » est ainsi promue au rang de langue publique du roi, à l’encontre d’une prétendue langue de cour, par le fait même de la progression de l’idée de « public », constituant ainsi une fiction juridique aux contours plutôt flous du fait de son caractère d’idéalité. En effet, il n’a jamais existé de langue de cour sous le nom de « langue française ». L’éthique de la cour, de nature foncièrement hiérarchique, est en rupture avec les nouvelles formes de sociabilité qui introduisent, par le biais de la conversation, de la réciprocité et de l’échange, conditions nécessaires à la formation du nom de « langue française ».

24Désormais le peuple est détenteur de l’usage. Le roi n’est donc pas censé distribuer, en tant que garant de la loi, la langue au peuple en corps, mais parmi des particuliers qui forment un public : son pouvoir symbolique est limité du côté de la langue. La langue française s’inscrit ainsi dans un espace de civilité où s’imposent des discussions sur l’excellence du français, et la nécessité de le « fixer » au regard des besoins mondains de la Cour et de la Ville (Mazière, 1998). La preuve en est la querelle des Lettres, autour du purisme de la langue, au début du 17e siècle. À côté du glaive du monarque, la langue nous introduit dans un espace purifié des virtualités guerrières, elle n’a pour armes que l’éloquence, à condition, pour les puristes, de susciter une diminution énergétique du langage, par la dissociation de l’élocution et de l’invention. Mais, d’un côté comme de l’autre, il importe d’investir les mots dans une activité publique et non immédiatement politique. À partir de là, la question du « bon usage » s’inscrit dans un rapport essentiellement public entre la langue et la nation françaises. Fiction juridique au départ, le « bon usage » est dissocié du pouvoir monarchique ; il se constitue alors comme pouvoir souverain en tant que tel, prend valeur de principe primitif sous la définition de l’usage comme « législateur des langues » proposée par Vaugelas, avant de s’attacher, avec le Dictionnaire de l’Académie, un contenu significatif par la détermination de la « langue commune ».

25De la période classico-baroque de la promotion puriste de la langue française, il faut donc retenir, plus qu’un purisme visant à fixer l’usage, des pratiques linguistiques d’observation et de régularisation de la langue sur la nouvelle scène de la civilité. Ainsi, « en investissant les mots bien au-delà de ce que les 'choses' royales exigeaient, le purisme a élaboré une éthique civile pour l’espace conversationnel, espace de vie et espace de langue, intermédiaire entre sphère domestique et sphère publique » (Merlin-Kajman, 2003,171). Le 18e siècle est introduit par le fait qu’« être en conversation, c’était paraître sur cette scène dont le commun s’assumait comme une tâche plus que comme une substance, sous une forme à peine politique, c’est-à-dire aussi quasi-politique » (id., 173). Ainsi se prépare l’avènement du sujet politique de la langue, comme puissance refondatrice autonome. Mais non sans quelques infléchissements dans la relation de la scène publique des particuliers en conversation au monde empirique de l’expérience humaine.

26En fin de compte, la dimension mystique de la langue une fois détachée du corps royal, la multiplication des espaces culturels de sociabilité (les concours, les cercles, les académies, etc.) mettent sur le devant de la scène publique les vertus de la conversation, à l’initiative individuelle des lettrés. Certes, nous demeurons dans la cadre de la Cité : le nouveau corps de langage proposé par le public lettré renoue avec une mystique de la communauté urbaine, lui fournit une nouvelle légitimité. Mais, dans la lignée de l’humanisme civique se met en place un véritable « humanisme linguistique » qui imprègne l’individu d’un langage construit au sein même du circuit social des échanges civiques.

… à l’avènement d’un nouveau « corps de langage »

27Ainsi à partir de la figure du poète au 17e siècle, qui a fait le choix de la langue française, dont l’itinéraire socio-intellectuel a été dressé par Isabelle Luciani (2001), nous pouvons fournir un portrait d’un individu complet, c’est-à-dire présente dans toute son amplitude, de son rôle social à son positionnement ontologique :

  • par la désignation des vertus qui habite tout citoyen, à l’exemple de Bernard dont le poète dit « Vous estes des vertus l’Architype plus beau » (id., 254) ;
  • par son lien intime à la Cité, sur le modèle des esprits éveillés : « Quand je vois ces esprits, des plus beaux de la France,/Retournez dans le corps de leur belle Cité » (id., 229) ;
  • par la désignation de l’essence même de l’homme dans l’exercice de la raison : « Est homme vrayement de nom et d’effect,/Car c’est la cognoissance et la raison qui fait/Les hommes accomplis, et la philosophie./Par ses sçavants discours leur ames deifie » (id., 148)

28En matière de langue française, le juriste Jean Bodin convient lui-même que le droit sur la langue ne relève pas des droits de souveraineté royale, (Spitz, 1998). Ainsi « la souveraineté de l’usage est devenue une souveraineté de particuliers qui forment à eux tous le public » (Merlin-Kajman, 2003, 137). À la fin du 17e siècle, la promotion du nom commun purement conventionnel, y compris « le nom éternel des rois », sous l’égide des particuliers composant le public, marque le passage au nominalisme dans la quête du bon usage, anticipant ainsi la résonance nominaliste du "nom éternel de la nation" à la fin du 18e siècle.

29Corps autonome de langage, la langue française a acquis son indépendance, dans le public, vis-à-vis de l’autorité royale. Hélène Merlin peut ainsi conclure sur le 17e siècle dans les termes suivants :

30« Parler, c’est aussi représenter la France, participer de la souveraineté du nom français dont l’étymologie voulait dire libre […] Ainsi toute 'royale' qu’elle soit – langue du roi, louant le roi de plus en plus à mesure qu’on avance dans le siècle – et même si chaque texte pris dans l’évidence de ses 'choses' parle pour lui, la langue française parle pourtant contre le roi : sujet supérieur aux sujets parlants, elle les parle, ou les articule, dans une forme qui n’est pas une forme monarchique absolutiste » (1994b, 393).

31Ainsi en présentant, dans la suite de notre propos, la mise en perspective de « la langue commune » à l’initiative de la souveraineté monarchique, avec le Dictionnaire de l’Académie de 1694, nous demeurons dans un tel horizon d’indépendance de la langue. L’Académie, à mi-distance des choses et du public, dépend du roi dans l’administration des ‘choses’ de la langue, mais elle demeure à l’écoute du public du côté des mots et de leur bon usage. En effet, elle délibère sur « la langue commune » c’est-à-dire à partir des témoignages de la conversation orale et de l’échange écrit.

2- La mise en commun de la langue française

L’éveil d’une conscience linguistique

32Au 17e siècle, la langue française est bien langue royale au titre du rôle mystique de la personne royale à la tête du corps politique. Mais elle renvoie, à travers les ordonnances diffusées dans tout le royaume, à une grande diversité d’idiomes. La langue française est une réalité virtuelle. Qui plus est, écrire en français, comme le font les poètes, équivaut à inventer la langue française au moment même où elle est conçue. À ce titre, les lettrés constituent un public de langue française qui favorise sa production comme corps autonome, d’autant plus qu’ils règlent leur usage des mots dans le lien établi avec la « la langue vulgaire ». Il revient donc à l’usage de normer la langue française, et non au roi. Même l’Académie royale, si elle doit rendre compte des choses, par exemple le Dictionnaire dont elle s’occupe, peut délibérer sur son contenu lexical, donc reste autonome en ce domaine.

33Ainsi, l’existence d’un public est attestée dans le Royaume de France, et plus particulièrement au sein de la République des lettres et des arts. Il s’agit alors de la constitution d’une entité transcendante par rapport aux individus, donc de la mise en position ontologique d’une personne morale qui permet à chacun de faire l’apprentissage de l’usage public de la justification. Héritier de l’humanisme civique, le public tient ici sa légitimité non seulement de la conception de la langue française, mais aussi de la sociabilité humaine, c’est-à-dire du principe naturel de l’homme sociable. « L’homme est né pour la société » précise ainsi les premiers dictionnaires monolingues. La société relève, pour sa part, d’un simple contrat entre individus dans le but de mettre quelque chose en commun. Elle est avant tout la société civile, indistincte, dans la perspective lockienne, de la société politique, d’autant plus que le corps souverain du roi, en tant que corps politique « absolu », occupe le champ politique. Par ailleurs, la qualification du français comme langue dominante par sa simplicité et sa clarté se fait par un simulacre de combat contre des langues déjà formées, sur une valeur de contre-modèle et permet, par l’éveil d’une conscience linguistique, l’institution d’un corps homogène de la langue.

34Du côté de la langue des lettrés, le choix linguistique d’écrire en français s’avère de plus en plus fréquent au sein d’une ambiance urbaine plurilingue (le français, le latin et l’idiome local), il favorise la formation d’une « communauté des idiomes » autour du français. Ainsi, les poètes en quête d’ascension sociale participent aussi de cette communauté en s’efforçant de faire coïncider leur propre langue avec la langue française. À ce titre, ils interviennent dans la mise en place de la langue française par la production de normes linguistiques : en se disant « gallicus », ils favorisent le sentiment d’appartenance à un même communauté de langage (Luciani, 2001).

35À la fin du 17e siècle, la langue et l’esprit de conversation des hommes de lettres deviennent un modèle social : clarté de la langue française et sociabilité humaine vont de pair dans la glorification d’un génie propre de la langue française à suivre l’ordre naturel des mots (Sermain, 2001). Du côté du roi et de la cour, le souci de faire de la langue française un élément d’unité autour de la personne royale, par la production d’un « corps autonome de langage », ne suscite pas une dictature linguistique, mais introduit un choix institué de la langue avec la création de L’Académie Française en charge d’établir un observatoire de la langue dans le but d’élaborer des outils linguistiques, et tout particulièrement un Dictionnaire monolingue.

L’entreprise académique

36Cette entreprise étatique aboutit avec la publication du premier Dictionnaire de l’Académie en 1694 qui consacre la formation de l’unité de la langue française autour de la personne du roi en fondant en permanence la langue française sur une rationalisation de la langue commune (Préface : « L’Académie a donné la Définition de tous les mots communs de la langue dont les idées sont fort simples »). L’événement linguistique relève ici du fait que les Académiciens fondent un usage de la langue française, « la langue commune », en le qualifiant de « La Langue Française » (Collinot, Mazière, 1997). La société met en commun la langue qui lui est propre. Ainsi s’instaure un premier lien unitaire entre la société et la langue.

37Cependant il demeure, dans l’univers des outils linguistiques, une distance théorique entre ce travail de rationalisation d’une description lexicale de l’intérieur de l’idiome français, via le Dictionnaire monolingue, et le rapport abstrait langue/pensée tel qu’il a été mis en place dans la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. D’un côté, l’attitude du grammairien du 17e siècle consiste essentiellement dans une démarche abstraite basée sur les principes de la pensée humaine, qui fait de la langue une expression de la logique de l’esprit humain. De l’autre côté, les Académiciens puisent empiriquement dans les usages de la vie civile, c’est-à-dire « dans le commerce ordinaire des honnêtes gens, des orateurs et poètes » pour multiplier les définitions « commune » des mots, et donner ainsi l’image de l’excellence de la langue française parlée par les sujets du roi au nom d’une systématicité à la fois régulière et raisonnée. Il s’agit bien ici de normaliser la langue française pour en faire un instrument efficace de la monarchie.

38Certes les deux univers, grammatical et lexical, ne sont pas totalement étanches à toute influence réciproque. C’est dans la Grammaire générale que les Académiciens trouvent la manière de traiter systématiquement des parties du discours. Mais, au sein du Dictionnaire monolingue, la mise en place systématique d’une métalangue de l’usage dans le texte de chaque entrée lexicale, puis la prise en compte des aléas de l’usage dans la promotion de la collocation comme unité de sens de la langue nous introduisent à un domaine linguistique spécifique. Nous sommes ainsi confronté à un choix instituant de la langue qui ne lui confère un caractère rationnel qu’au titre de ses usages empiriques. Ce choix se voulait exclusif de la littérature, en écartant les écrivains de la formation de la conscience linguistique de la langue française.

39Mais, en se situant exclusivement du côté des fonctionnements linguistiques sur une base attestée, les Académiciens sous-estimaient le travail logique de l’esprit, laissant ainsi le champ libre aux hommes de lettres pour réitérer la relation étroite entre la nature commune de l’esprit humain et la volonté sociale d’échange. Le trésor commun constitué par la littérature demeure donc toujours un recours à la fin du 17e siècle, et le demeurera, dans la recherche d’une sujet de la langue au sein d’une société civile en gestation.

40Au départ donc l’identification de la langue française à une « langue commune » procède de la formation du Dictionnaire monolingue avec la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694). Ce Dictionnaire suscite la construction d’« un état de la langue française ». L’événement linguistique n’est autre que la nomination, avec majuscules, de « La Langue Française » comme référent incontournable d’un corps de savoir et de prescriptions sur la langue jugée adéquate à l’expression discursive du corps du roi. Ainsi la parole royale, mise en scène dans la présentation du Dictionnaire au roi (« Vous la parlez et elle parle de Vous »), devient un lieu d’adéquation de la langue française à la langue commune, hors de toute idée de dictature linguistique. En effet, le principe d’une langue pour un royaume s’impose par un transfert de la maîtrise de la langue du roi au « bon usage », même si le roi demeure garant symbolique de la langue du Royaume (Fogel, 1989).

  • 9 D’après la thèse à paraître de Chantal Wionet sur Pragmatique et lexicographie : le traitement du (...)

41Alors se construit la narration d’un mouvement fictif d’une « langue restreinte », la langue de cour, à « une langue étendue », la langue de la sphère bourgeoise répandue peu à peu dans le public. L’usage n’est plus seulement réglé par « la façon de parler de la plus saine partie de la cour » (Vaugelas). « Tyran des langues », il l’emporte en autorité sur les souverains en tant que constituant de la « langue commune », qui se concrétise désormais dans une série d’événements discursifs normés par une « langue de la raison » adéquat à l’enrichissement des savoirs et des pratiques. L’autorité religieuse, représentée ici par le Dictionnaire universel dit de Trévoux doit aussi tenir compte de l’hétérogénéité de la « langue commune », et donc ne peut désigner la norme d’un sens catholique romain pour tel ou tel terme que dans un dialogisme constant avec les voix discordantes sur une parole divine qui ne s’impose plus à partir d’universaux, donc ne renvoie plus aux seuls mots d’un ordre divin9. Ce Dictionnaire, d’une édition à l’autre (trois volumes en 1704, huit volumes en 1771), devient ainsi une habile machine de guerre contre les jansénistes et les encyclopédistes. La deuxième édition en cinq volumes (1721) paraît de fait en pleine querelle janséniste. Désormais les questions de doctrine religieuse sont accessibles à des clercs mieux formés et à toute une élite laïque, noble et officière, constituant ainsi une culture critique qui s’élargit aussi au monde de la boutique et de l’artisanat par la prédication des curés et la pastorale des œuvres (Roche, 1993). Ainsi les critères de la raison et du jugement, basés sur « l’idée que le raisonnement public se fait de lui-même » (Habermas, 1978, 39), s’imposent avant même que la grande entreprise de l’Encyclopédie se mette en place.

3- L’avènement d’une conscience linguistique de la diversité de la langue française

« L’abus des mots » (Locke)

  • 10 Essai philosophique concernant l’entendement humain où l’on montre quelle est l’étendue de nos con (...)

42Père spirituel des Lumières, John Locke est le premier grand théoricien d’un tel « règne de la critique » (Koselleck, 1979). En effet, dans son Essai sur l’entendement humain10, entamé en 1670, il introduit une instance purement morale de jugement qui démarque un acte de jugement pour les citoyens à l’intérieur même de l’État absolutiste. Il réfléchit aussi sur une conséquence inéluctable de cette expansion publique du jugement, « l’abus des mots ».

431729, c’est l’année où paraît la nouvelle édition de la traduction française de l’Essai sur l’entendement humain, revue par Locke lui-même. Dans quelle mesure Locke problématise-t-il la question de l’abus des mots, désormais située au centre du débat critique ?

  • 11 Ibid., chapitre II du Livre III, De la signification des mots, p. 324.
  • 12 Ibid. chapitre IX du Livre III, De l’imperfection des mots, p. 385.

44D’emblée Locke précise – et c’est là un point fondamental – que le lien entre les mots et les idées dont ils sont les signes constitue « une institution arbitraire en vertu de laquelle un tel mot a été fait volontairement le signe d’une telle idée »11. C’est pourquoi confusion et obscurité s’attachent souvent à « l’usage des mots ». D’une part, les hommes croient que les mots sont des signes d’idées présentes à l’esprit d’autres hommes, d’autre part, ils sont tout aussi convaincus que leurs paroles signifient la réalité des choses. Par ailleurs, la grande difficulté de passer de « l’usage civil » des mots, nécessaire pour communiquer ses pensées aux autres dans le commerce et la conversation, à « l’usage philosophique » visant à « donner des notions précises aux choses »12 ajoute à la confusion dans les débats.

  • 13 Ibid. chapitre X du Livre III, De l’abus des mots, p. 409.

45Cependant « l’abus des mots » se situe au-delà de cette obscurité quasi-naturelle du langage commun : il relève en effet de « fautes et négligences volontaires ». Deux extrêmes encadrent la gradation de « l’abus des mots » : d’un côté, l’usage de mots comme signes d’aucune chose précise, nous dirions sans référent explicite, de l’autre côté le fait de mettre des mots à la place des choses au point de considérer, à tort, qu’il existe une liaison nécessaire entre des mots et des choses. L’absence de chose derrière le mot s’inverse donc dans la tentative de mettre le mot à la place de la chose. Bref, tout usage de mots qui ne respecte pas « la fin du langage », c’est-à-dire 1 o« faire connaître nos idées aux autres », 2 o« le faire avec autant de fidélité et de promptitude qu’il est possible », 3 o« faire entrer dans l’esprit par ce moyen la connaissance des choses »13 est bien un abus.

La pratique des nuances

46À vrai dire, la réception de l’Essai en France s’apparente à un véritable événement linguistique, dans la mesure où cet ouvrage philosophique majeur introduit non seulement une présence linguistique dans les débats littéraires (Nye, 2000), mais joue aussi un rôle majeur dans la formation de l’intertextualité langagière des Lumières (Spillner, 1997).

47En effet, les années 1730 marquent en France l’émergence d’une « prise de conscience » linguistique dans un contexte plutôt littéraire au départ. Nous sommes au moment où la revendication par les littéraires, et Marivaux au premier plan, d’un maximum de créativité, d’expressivité au détriment des conventions héritées suscite toute une réflexion sur la richesse des « nuances » de la langue française. Il s’agit alors de trouver dans le langage, selon les expressions du Chevalier de Mézé, « ce qu’il y a de meilleur à dire », c’est-à-dire « je ne sais quelles nuances qui dépendent de se connaître en ce qui sied le mieux en fait d’expression ». Au risque d’une réaction à l’encontre des dangers d’obscurité de l’expression et de dilution du sens des mots qui vaut à Marivaux le classement parmi « les nouveaux précieux » (Nye, 2000).

48Ce n’est pas un hasard si des théoriciens du langage interviennent à ce moment-là dans le débat littéraire pour proposer un équilibre entre l’emphase expressive et la contrainte de l’usage. Il s’agit essentiellement de Girard, dans ses Synonymes français (1737), Dumarsais dans son Traité des tropes (1730) et Olivet dans son Traité de la prosodie française (1736). Chacun de ses linguistes associe l’idéal de la clarté de la langue française à la pratique des nuances, y compris dans les inflexions de la voix. La diversité de la valeur des mots, la richesse du langage figuratif, l’expressivité sensible de l’accent oratoire sont liées à des contraintes sémiotiques, tant sous la forme d’un système « interne » de valeurs dans la liaison entre mots que dans l’affirmation « externe » d’une position de juge à l’encontre de l’arbitraire du signe.

49L’événement linguistique procède alors d’une manière propre de dissocier l’imitation des conventions héritées et de les rattacher à la représentation des nuances de la langue. Quelque chose de contestable dans sa formulation même, « la loi des nuances » de la langue française, devient un élément stable dans la reconnaissance de la di-versité de la pratique littéraire à condition de le rapporter à une véritable « loi sémiotique », le nécessaire contrôle de la diversité expressive de l’expérience humaine par l’unité du langage.

50L’événement linguistique donne ici consistance, par le caractère parfaitement rationnel de ses propositions sémiotiques, à la croyance en l’importance des nuances de la langue française, sans susciter de graves dilemmes. Il relève ainsi de la capacité des individus à agencer une diversité d’expérience, donc à sortir de la tradition, tout en surmontant les dilemmes suscités par les nouvelles croyances, compte tenu de l’importance accordée au contrôle sémiotique de l’expérience humaine. Il est conjointement le produit d’une interaction entre les croyances et d’une norme sémiotique.

51Une telle évolution historique du référent empirique de la langue est enfin perceptible jusqu’au point où certains auteurs classiques innovent dans les formes lorsqu’ils pensent répéter la tradition. Ainsi est-il de l’usage que fait Batteux du mot « nuances », dès Les Beaux-Arts réduits à un même principe (1746) par son effet d’annonce d’un changement de la pratique littéraire. Chez ce théoricien du classicisme, donc fort éloigné des Lumières, une évolution référentielle est sensible à un double titre. Non seulement il typifie les genres littéraires, par refus de leur dispersion, sous la catégorie de « littérature » et non plus de « belles-lettres », instituant ainsi un nouveau système d’évaluation rationnelle d’un art imitatif de la nature. Mais il prend aussi en compte le mode de lecture des textes littéraires en y associant les mots de « goût », « sentiment », « imagination », etc. (S. Branca éd., 1990). Il institue ainsi des règles de production d’un discours littéraire en cours de normalisation sur la base d’une appréhension fortement « sensualiste » de la langue empirique.

L’héritage sémiotique lockien

  • 14 L’Essai de Locke est encore publié en latin au 18e siècle. Sur l’Idée dans l’Europe des Lumières, (...)

52Qui plus est, là où le débat sur les « nuances » de la langue marque une certaine anxiété sur la manière de traiter des idées, en particulier anciennes, une connexion avec des préoccupations plus européennes s’avère attestée. Ainsi le mot Idée d’origine française (de Descartes à Malebranche) opère ici un retour terminologique remarqué par le fait d’un colinguisme latin-anglais-français14. À la différence du Begriff allemand qui objectivise la pensée et ses opérations, l’Idée, sans pour autant supplanter le concept, ouvre largement la réflexion à la créativité de la pensée, à sa dynamique dans une perspective empiriste. De fait, Locke introduit, dès la fin de sa Préface, une transition décisive entre l’usage commun de l’expression « Idées claires et distinctes » et la quête analytique de « l’Idée déterminée » dans le cheminement de « l’Idée simple » à « l’Idée complexe ». Il précise alors :

  • 15 Essai, op. cit, Préface, p. XXXVII.

53« Je sais qu’il n’y a point de Langue assez fertile pour exprimer par certains mots particuliers toute cette variété d’idées qui entrent dans les discours et les raisonnements des Hommes. Mais cela n’empêche pas que lorsqu’un Homme emploie un mot dans un discours, il ne puisse avoir dans l’esprit une idée déterminée dont il le fasse signe, et à laquelle il devrait tenir constamment attaché toutes les fois qu’il le fait entrer dans le discours »15.

54Avoir une « idée déterminée » d’une « variété d’idées », tel est l’énoncé du nouveau fondement de vérité en langue dans le débat d’idées.

55La position de Locke, là encore, ne pouvait que séduire les linguistes des Lumières par le fait qu’elle introduit, au-delà de la complexité déjà mise en avant de son analyse de « l’abus des mots », une rupture radicale dans l’approche du signe, au moment où se fait jour la volonté de distinguer la vérité du préjugé. Il s’agit alors d’instaurer un espace public sémiotiquement autorégulé, de manière à permettre l’auto-institution du social.

56La rupture lockienne se fait ici par l’accent mis, nous l’avons vu, sur « l’institution arbitraire » d’un mot pour désigner le signe d’une idée. Une telle approche de l’arbitraire du signe rompt avec le fait de considérer un lien conventionnel entre les mots et les idées, via les signes, d’ordre naturel ou non (Formigari, 1992). Désormais, il convient d’aborder la relation de l’idée à la chose hors de toute logique naturelle pré-établie, donc en référence à un signe-institution arbitraire. Nous quittons ainsi l’espace de la simple « communication entre les idiomes » pour entrer dans un epace/temps de communication, sorte de continuum dans lequel se déploie le tissu de l’expérience humaine sur la base de classe d’objets qu’il convient de nommer pour les connaître.

57Le choix du signe arbitraire relève alors d’un acte de langage effectué au sein du nouvel espace communicatif, qui tend à devenir commun. À la nomenclature conventionnelle des objets conçus pour l’éternité se substitue des choix d’objets, sur la base d’un acte de nomination, en fonction des expériences historiques et culturelles, donc de manière empirique.

58La question sémiotique est alors la suivante : comment déterminer le nom de ces objets de manière à en avoir une idée déterminée, donc stable ? Comment employer un mot dans le discours de manière à entrer dans ce discours avec dans l’esprit une idée déterminée qui fasse signe vers ce mot ?

59Les grammairiens-philosophes des Lumières vont complexifier, radicaliser un tel héritage sémiotique lockien au point de l’inscrire dans une sorte de chaîne empirique de la pensée, légitimant ainsi l’idée de connexion empirique entre la réalité et le discours dont nous souhaitons préciser maintenant la signification en portant toujours notre attention sur son contexte.

C- Le contrôle sémiotique : de l’encyclopédie à Sieyès

1- Le retour du « bel esprit »

« La faction satirique » des « calottins »

60L’approche modératrice et raisonnée de l’usage souverain, productrice d’une « langue de la raison » conforme à l’usage public du raisonnement au sein de la nouvelle sphère publique bourgeoise, demeure un type idéal. Les Académiciens sont, très tôt dans le dix-huitième siècle, la cible privilégiée des « calottins ». Réunis dans un « Régiment de la Calotte », où il s’agit de se distinguer par l’extravagance des discours et des actions, les calottins réhabilitent, contre une langue française associée à la rationalisation de la langue commune, le « bel esprit » par l’emploi de la satire contre l’Académie, « législateur de mots » (De Baecque, 2000). La multiplication des parodies permet alors au calottin de pratiquer « l’art légitime du néologisme », de se poser comme « inventeur de mots ». Ainsi se met en place une « comicocratie aristocratique » qui recense toutes les expressions comiques et risibles des « beaux esprits » à l’encontre des nouvelles normes linguistiques édictées par l’Académie au nom du roi.

61Même si les calottins tombent en disgrâce auprès du roi vers 1750, alors que ces nobles voulaient occuper la place de « fou du roi », l’Académie, juge de la langue, ne peut empêcher la prolifération de « discours incompréhensibles » où les mots et les choses n’ont plus aucun lien, donc perdent leur sens. En effet, une controverse éclate entre les partisans du « bel esprit » et les philosophes adeptes de « l’esprit sérieux ». Une « faction satyrique » prend la suite des calottins en multipliant les bons mots, en cultivant l’art de la saillie et de la répartie à l’encontre des partisans de la langue philosophique. Il s’agit de cultiver l’équivoque des mots, en particulier le calembour, pour mieux dénoncer « l’esprit systématique qui asservit le style aux faux airs de la raison ».

62Une « adroite équivoque » détourne ainsi « le sens des mots » au point d’enfoncer les portes de l’Encyclopédie. Diderot se considère en effet obligé, vu l’ampleur du phénomène, de demander, pour son Supplément de 1776, un article sur le « Kalembour » au maître du genre, le marquis de Bièvre, qui en donne la définition suivante : « C’est l’abus que l’on fait d’un mot susceptible de plusieurs interprétations ». Ce personnage badin se veut le défenseur du « style français » contre les philosophes. « L’art des railleries » passe par des jeux d’esprits fondés sur les mots à double sens comme dans le passage de l’expression métaphorique « claire et unie comme une glace », à sa parodie de goût douteux, « …comme une glace à la crème » !

63Ainsi « l’abus des mots » devient-il constitutif de la prédominance de l’usage. Au sein de l’espace public, les petits-maîtres persifleurs se multiplient : ils pratiquent avec un grand succès le néologisme, s’écartant ainsi au maximum de l’idéal d’une langue française rationalisée et associée au mouvement des Lumières. Un « entortillage » de la pensée se met en place par « une jonction téméraire des mots » (Bourguinat, 1998).

Distinguer les « gens d’esprit » parmi les « beaux esprits »

  • 16 Voir la récente édition critique de Carole Dornier, avec introduction et notes, Paris, Champion 20 (...)
  • 17 Ibid., p. 188.
  • 18 Ibid., p. 197, 127 et 150.

64Il revient tout particulièrement à Charles Duclos, dans ses Considérations sur les mœurs de ce siècle16, édité une première fois en 1751, de s’insurger contre de telles manières aristocratiques et contraires à l’utilité sociale, qui finissent par faire prévaloir « la manie du bel esprit » dans l’espace mondain (Lilti, 2005) à l’encontre du travail de réflexion des « gens d’esprit ». Cet auteur fort apprécié de ses contemporains en vient même, dans la réédition revue et augmentée de son ouvrage en 1767, à considérer que « les gens d’esprit forment l’opinion publique qui tôt ou tard subjugue ou renverse toute espèce de despotisme »17. Cependant, la condition majeure de l’existence d’un tel mérite public des hommes de lettres, « qui se sont nourris de la lecture réfléchie des ouvrages » tient à un « sentiment intérieur qu’on appelle 'la conscience' » et qui « parle à tous les hommes qui ne se sont pas, à force de dépravation, rendus indignes de l’entendre ». Et c’est bien à ce titre que l’on peut parler d’« un terme nouveau, mais qui a un sens juste »18.

  • 19 Sylvain Auroux (1986), après avoir affirmé que « du point de vue empirique, le langage existe d’ab (...)

65Ainsi, l’élite des Lumières prend conscience de la nécessité de définir à la fois un sujet politique de la langue19 et la nature sémiotique du contrôle supérieur de l’expérience humaine qu’il doit exercer. Cet effort pour régulariser l’usage de la langue française s’exerce sous l’emprise de deux figures « linguistiques » successives, d’une part les grammairiens-philosophes, d’autre part les médiateurs-linguistes.

2- Le nouvel ordre analytique des grammairiens-philosophes

Une avancée méthodologique

66En premier lieu donc, il revient aux grammairiens-philosophes de poser la nécessaire association entre les notions d’usage et d’analogie. Les Encyclopédistes partent de l’arbitraire du signe pour considérer qu’un mot est devenu le signe d’une idée par le seul usage (Auroux, 1979). Une telle prise en compte de l’arbitraire des langues, signe de leur imperfection, s’accompagne de l’hypothèse du langage-traduction – le langage n’ajoute rien à la pensée – en conséquence de quoi c’est seulement le juste maniement de l’analogie qui permet de rendre compte de la vérité de la pensée. Selon la méthode analytique systématisée par Condillac, il ne peut donc y avoir de « langue bien faite » que dans la conformité de l’usage, toujours aussi important au titre de la prédominance de l’expérience, à l’analogie du langage.

  • 20 Il conviendrait d’explorer plus avant la thématique du langage d’action, comme l’a fait Sonia Rose (...)

67L’héritage de la sémiotique lockienne se complexifie : certes le signe linguistique est arbitraire, et de même la connexion de l’idée au mot, mais il n’en existe pas moins, dans « la langue bien faite » propre à constituer des idées complexes, un trajet normatif et génétique du mot à l’idée par le fait de l’analogie radicale entre le mot et la sensation qui le produit. Ainsi Condillac considère qu’il convient de restituer en permanence l’analogie entre « le langage d’action », première expression langagière naturelle et la langue analytique20. À ce titre, la langue abstraite du philosophe est pour l’homme une « seconde nature » : elle permet, par sa connexion à la réalité, de penser vrai.

  • 21 Nous explorons ici la dimension historique et rétrospective de cette connexion empirique entre la (...)

68La volonté de contrôle sémiotique de l’expérience humaine des hommes des Lumières se précise ainsi dans l’idée de connexion empirique entre le discours et la réalité21. Contre l’abus des mots, le seul recours s’avère, au titre de la créativité linguistique énoncée dans l’empirisme, la capacité à penser l’adéquation des mots et des idées à partir d’un travail réflexif et créatif sur la langue commune, c’est-à-dire sur sa valeur de langage ordinaire et sa connexion avec la dimension intersubjective du sens commun.

69Plus avant, les articles relatifs à la langue dans l’Encyclopédie définissent le domaine de conceptualisation d’une telle avancée méthodologique.

70Désormais, il est question d’un « ordre de mots », et plus largement d’un ordre analytique de la langue qui procède fondamentalement de « l’analyse de la pensée ». C’est ainsi que toute langue est déterminée par « un ordre fixe de relation entre les idées » qualifié d’ordre analytique. Le philosophe qui s’intéresse à la Grammaire Générale part alors d’une précepte fondamental : « Il faut observer tout ce qui appartient à l’ordre analytique dont la connaissance seule peut rendre la langue intelligible » (article Inversion). Il s’agit alors d’instaurer la primauté de l’ordre analytique dans le mécanisme de la connaissance humaine, là où s’opère la connexion entre les idées et les mots.

71Ordre fondamental, l’ordre analytique s’appréhende dans sa plénitude à condition d’en cerner l’existence et d’en saisir la plénitude. Il existe d’abord en tant que « prototype invariable », « règle commune de tous les idiomes », « symbole invariable » : c’est un archétype cognitif. D’autant plus qu’il prend appui sur un énoncé constitutif de la langue empirique, « les hommes qui parlent un même langage s’entendent entre eux », sur la base du postulat du « lien universel de la communicabilité de toutes les langues et du commerce de la pensée ».

72À partir d’un tel fondement intercommunicatif, l’ordre analytique est défini dans ses 100 occurrences du corpus « langue », de l’article inversion (35 occ.) à l’article langue (17 occ.), en passant par les articles grammaire, hyperbate, indéclinable, infinitif, interrogatif, mot, méthode, nom, pronom, proposition, régime et transpositif. Il est l’ordre de la construction analytique des idées, lié avec l’ordre de la corrélation mutuelle des mots qualifié plus spécifiquement d’ordre de l’énonciation. Ainsi il obéit d’abord aux règles de la syntaxe : il est l’ordre grammatical. À ce titre, l’observation des rapports analytiques entre les idées, puis entre les mots relève de la manière dont les idées apparaissent à l’esprit, c’est-à-dire selon une construction naturelle, simple et usuelle. L’ordre analytique est un ordre naturel qui doit servir de base à la syntaxe.

73L’ordre analytique, en tant que concept empirique, schème cognitif de la réalité empirique devient la mesure de toute réalité linguistique : « il faut ramener la syntaxe, la phrase, le verbe, etc. à l’ordre analytique, il faut les soumettre, les assujettir, les disposer, les régler à (selon) l’ordre analytique ».

74De même, compte tenu du fait que les mots doivent se ranger dans l’ordre selon lequel les idées se présentent à l’esprit, il importe d’analyser l’ordre successif des rapports qui fixent leur liaison. Si l’ordre de mots prend en compte « l’idée singulière qui caractérise le sens propre d’un mot », sa relation aux circonstances, il met aussi en évidence, au-delà des caractères différentiels des langues, leurs principes communs dans la mesure où « une même idée caractérise les différentes espèces de mots dans toutes les langues ». C’est dire aussi que du mot qui se présente en premier dans l’ordre analytique ressort l’idée principale de la signification d’une chaîne de mots, alors que l’ordre résultant ensuite de la succession des idées partielles permet enfin de ranger les mots selon l’ordre successif de leurs rapports.

75Précisons enfin que la succession analytique des idées et des mots qui les représentent tend à conférer la prééminence aux langues analogues comme le français, où la syntaxe est immédiatement soumise à l’ordre analytique alors que la succession des mots dans le discours suit la gradation analytique des idées.

La communicabilité des pensées et des mots

76Dans la perspective d’un tel ordre analytique, l’usage n’apparaît plus comme une donnée arbitrairement imposé aux faits de langue, le fameux « tyran des langues ». « Législateur nécessaire et exclusif de la langue », il s’ordonne selon le caractère propre de la langue. C’est ainsi que la langue est définie comme « la totalité des usages propres à une nation pour exprimer ses pensées par la voix », donc qu’il existe une langue là où les mots sont considérés relativement à la société où ils sont en usage. Plus largement, l’usage, le mécanisme, l’analogie, le génie de telle ou telle langue ne sont pas un obstacle à sa constitution comme langue analytique, donc bien faite. Si l’on en détermine au préalable les caractères, établissant ainsi l’étendue de leurs droits sur la langue. Ils apparaissent comme autant d’effets nécessaires, dans l’ordre analytique, par le lien raisonné qu’ils opèrent avec la langue d’une société particulière et à sa façon de parler, son idiotisme. Il est alors tout à fait normal d’adapter les lois générales d’une langue à son génie propre, aux règles et aux principes de son mécanisme.

77De l’archétype cognitif à l’effet discursif, l’ordre analytique ouvre la possibilité d’une monde de la langue, à la fois générique et analogique, c’est-à-dire où les éléments de la langue empirique sont conceptualisés sans perte de signification dans le passage de l’ordre du concret à l’ordre de l’abstraction : un élément de la Grammaire Générale, aussi abstrait soit-il, n’existe que dans son extension empirique, c’est-à-dire dans ses co-référenciations liées aux usages, aux analogies et aux mécanismes de la langue, voire à son génie propre qui la dirige secrètement.

78Alors l’expression des pensées par la parole peut s’ordonner, au titre d’une telle prise en compte de la sociabilité humaine dans l’analyse de la langue, selon un art, défini comme « l’art d’assujettir les mots à une analogie naturelle ». Le grammairien devient législateur par sa capacité à appréhender la totalité des usages issus des besoins humains de réciprocité et à les normer. Ici, la communicabilité, ou communication réciproque, entre les hommes constitue à la fois le fondement et la finalité de la langue, alors que la parole, la voix en constituent les moyens mis naturellement à la disposition des hommes. L’art du grammairien-philosophe sert de modèle à l’art social du législateur : il produit un maximum d’effets linguistiques, en l’occurrence une langue faite pour une communication universelle, avec le moyen le plus simple, la parole.

79En fin de compte, l’Encyclopédie pose, contre l’abus des mots, le lien nécessaire et logique entre la donnée fondatrice de la communicabilité des pensées et des mots d’une part, la tradition historique des usages d’autre part. Il les lie même jusqu’à l’indistinction au point de confondre la réalité empirique de la langue et son existence historique.

  • 22 Sur le trajet de Sieyès, de la métaphysique du langage à l’invention de la langue politique, voir (...)

80La porte est désormais ouverte pour une traduction événementielle permanente du lien entre l’institution conventionnelle de la langue et l’établissement de la société civile. En effet, le modèle analytique de l’historicité et de l’empiricité de la langue ainsi proposé peut s’étendre jusqu’à l’invention d’une nouvelle langue politique à l’exemple de Sieyès écrivant, dans l’esprit de l’Encyclopédie, que « la réforme de la langue est, avec celle de la socialité, les deux grands besoins de l’homme dans l’époque où nous sommes »22.

81C’est en ce sens que nous comprenons l’intervention, en second lieu et plus près de la Révolution française, de médiateurs-linguistes qui posent les conditions de passage de l’ordre analytique de la langue à sa traduction empirique au sein de la société civile.

3- Une nouvelle génération de médiateurs-linguistes à la veille de la Révolution française

« Savoir bien parler » dans l’espace public (Féraud)

  • 23 Voir également les actes du colloque, Autour de Féraud : la lexicographie en France de 1762 à 1835 (...)

82Féraud, avec son Dictionnaire critique, publié en 1787-1788, est l’un des mieux étudiés (Branca-Rosoff, 1995, 1996a) de ces médiateurs23. Si cet abbé prend en compte les outils linguistiques de la grammatisation alors disponibles, à vrai dire plus la dernière version du Dictionnaire de l’Académie que la Grammaire Générale, il ne s’en tient pas à « l’analogie philosophique des termes » du grammairien Beauzée, donc à la logique analytique au sens strict. Il mène plutôt à son terme, avec d’autres médiateurs, le lien analytique de l’empiricité de la langue à son historicité par la prise en compte des fluctuations les plus immédiates de la langue commune.

83L’espace-temps de la communication situé au fondement de l’ordre analytique se traduit ainsi dans un espace interciviliste sur la base d’un ordre pratique qui impose une visibilité maximale du travail de langue. L’autorité de l’Académicien est déchue. Dans l’attente de la prédominance des lois du législateur-philosophe, c’est l’avis du publiciste qui compte. Plus largement, Féraud implique le lecteur dans son geste critique : il prend en compte sa capacité réflexive de sujet agissant au sein du débat d’opinion.

84Il s’en explique lui-même dans les termes suivants :

  • 24 Préface du Dictionnaire critique, p. iij. Cité par Branca (1995), p. 39.

85« L’Académie, qui ne cite personne, qui propose des exemples de son chef, et décide d’autorité, veut nous apprendre ce qu’on doit dire, mais ne nous enseigne pas pourquoi on doit le dire »24.

86Ce pourquoi nous renvoie bien aux réflexions d’énonciateurs légitimes au sein d’un espace de discussion critique. Ainsi le bon usage n’est plus normé, sur la base d’une langue commune fixée à un moment précis, par l’autorité de l’Académicien. Tout est affaire désormais d’ajustement, de négociation du bon usage selon les pratiques langagières des locuteurs pris en compte à la fois source d’exemples et réserve de lecteurs, et qui se situent sur les frontières mouvantes de la langue commune. Ici précise Sonia Branca, « l’imposition d’une norme lexicographique se fait dans une relation dialogique où le lexicographe intervient comme un médiateur » qui « privilégie une représentation simple de la norme comme émanation des pratiques langagières des locuteurs et du débat permanent des citoyens » (1995, 39, 43).

  • 25 Ce dictionnaire est désormais consultable dans sa version électronique sur le site du G.E.H.L.F

87D’un article à l’autre de son Dictionnaire critique25, Féraud préfère désormais définir les termes à l’aide d’expressions puisées dans les variations attestées de la langue commune, associant ainsi définition, exemples et collocations, plutôt que de s’en tenir, comme l’Académie, à une seule définition en accord avec la rationalité du sens commun. Lorsqu’il en vient aux termes assimilation, assimiler, il insiste sur leur passage récent dans « le discours ordinaire ». De même, avec le cas précis de la nominalisation, Féraud ne s’en tient pas à l’orientation strictement analytique des Encyclopédistes, Beauzée en l’occurrence, qui associe la construction du discours à la construction des idées ; il examine les noms dérivés du point de vue de la construction du discours dans les emplois qu’il a rencontrés, par exemple chez le publiciste Linguet. En généralisant les propositions dominantes des sujets actifs de la société civile sur le bon usage de tel ou tel terme qui tend à flotter dangereusement, il cherche à s’assurer l’adhésion de lecteurs qui réfléchissent eux-mêmes sur l’emploi correct ou non d’un terme.

88En fin de compte le travail de Féraud, s’il est essentiellement déployé du descriptif vers le normatif, ne doit pas être conçu dans une perspective de rupture avec le travail de l’esprit analytique. Tout au contraire, il en est la manifestation exemplaire de son extension empirique, dans la mesure où il rend visible le travail concret d’un langue analogue, la langue française, donc naturellement inscrite dans l’ordre analytique.

89S’intéresser au « savoir bien parler » dans l’espace public, c’est proposer, à partir d’une réflexion demeurée empiriste, des modalités pratiques de contrôle sémiotique de la société civile. Nous passons ainsi de l’ordre des connaissances théoriques au terrain même de la communication sociale, à l’ordre pratique, voire éthique (Formigari, 1993).

Le travail de la langue (Sieyès)

  • 26 Voir sur ce point notre édition du Grand cahier métaphysique dans Fauré éd. (1999).

90Ce n’est pas un hasard si Sieyès, dans le secret de ses manuscrits postérieurs à la Révolution française, associe alors son intense activité néologique, qui nous vaut l’invention spectaculaire des mots de sociologie et socialisme (Branca-Rosoff, Guilhaumou, 1998), à une réflexion sur le rôle de l’éloquence pratique dans l’adhésion des futurs citoyens aux principes fondateurs de la nation française. Il ne suffit plus de promouvoir une rhétorique raisonnée, c’est-à-dire apte à tenir compte de la juste analogie entre les mots et les choses. Il convient tout autant de favoriser une éloquence pratique en appui « sur l’imagination qui réalise et le sentiment qui prend part ». L’observateur-philosophe a mis un terme provisoire à son analyse de la métaphysique du langage au moment où il énonce le nécessaire passage de l’ordre des connaissances à l’ordre pratique26. En 1788-1789, il laisse la place à « l’écrivain patriote » et à sa capacité de formation du sens commun de la nouvelle politique à partir d’expressions fondatrices, dont l’une d’entre elles, « Assemblée Nationale », signifie l’événement linguistique majeur de la fin du siècle des Lumières.

91À vrai dire, la première manifestation visible de l’impact langagier des interventions de l’Abbé Sieyès consiste dans la rencontre, énoncée dès les questions initiales de son ouvrage à succès de 1789, Qu’est-ce que le Tiers-État ?, entre l’apparition d’un sens propre de la Nation française et la force expressive de la demande des citoyens libres au titre d’une unité de mesure commune, d’un tiers commun, le Tiers-État :

92« Le plan de cet écrit est assez simple ? Nous avons trois questions à nous faire :

  1. Qu’est-ce que le Tiers-État ? Tout.
  2. Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien
  3. Que demande-t-il ? À devenir quelque chose. »27.
  • 28 Pour plus de précisions sur ce point, voir le chapitre II, « La naissance de la nation » de notre (...)

93L’opération linguistique dont le terme est l’équivalence entre le Tiers-État et le Tout de la Nation associe donc le sens propre du lieu commun des Citoyens, la Nation, au sens figuré de l’expression de l’énergie citoyenne, l’acte de demande28. Elle permet d’énoncer le devenir archétypique (« devenir quelque chose ») de la Nation en marquant la toute puissance d’un sujet empiriquement dominant dans l’ordre des travaux de la société civile, le Tiers-État. Quelque chose existe, la nation, quelqu’un parle, le Tiers-État, à travers la voix de ses représentants, de l’écrivain patriote au député. Ainsi se précise le pourquoi de ce qui est dit dans la convergence entre l’inventivité discursive – l’apparition de nouveaux termes politiques – et la force expressive des citoyens exprimée dans l’acte de demande.

  • 29 Les citations de Rousseau sont extraites de L’Émile, dans l’édition de la Pléiade chez Gallimard, (...)

94Après avoir « transporté le moi dans l’unité commune », étant entendu que « pour être quelque chose, pour être soi-même et toujours un, il faut agir comme on parle » (Rousseau), il suffit d’attendre « le moment pour les Citoyens patriotes de devenir une Nation » (Sieyès)29. L’effet de concentration par la force des signes s’avère ici d’autant plus considérable que l’événement est désigné dans son impact langagier, avant même que nous puissions en évaluer les effets discursifs pendant les événements de 1789.

  • 30 Nous y revenons dans la Postface.

95La réflexion inaugurale sur l’abus des mots, et son corollaire, l’adéquation nécessaire des mots au réel par le jeu de l’analogie, s’intègre donc dans un espace de débat critique où la question du pouvoir des mots est désormais mise au premier plan. Le lien entre la fonction référentielle et la réalité expressive du langage est enfin perçu dans leur différenciation même. La possibilité d’une certaine autonomie de la fonction énonciative apparaît alors sur le terrain du travail réel de la langue, même si l’ordre du possible demeure dans l’horizon des archétypes analytiques. Un nouvel observatoire en langage se précise sur la base d’une position énonciative critique au sein même des pratiques langagières et d’une volonté de juger du vrai et du faux par des moyens pratiques étendus jusqu’à l’intervention directe dans le mouvement révolutionnaire. Mais nous abordons là un tout autre moment de l’histoire des événements linguistiques, le moment révolutionnaire, avec la multiplication des figures du sujets politique de la langue (l’écrivain patriote, mais aussi le grammairien patriote, le porte-parole, le législateur, etc.), même si nous venons, avec le cas exemplaire de Sieyès30, d’en préciser succinctement les conditions de possibilité.

La mise en perspective du moment révolutionnaire

  • 31 Sur ce point, voir le Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815) dont les objectifs sont (...)

96Si nous soutenons, avec d’autres linguistes, que le langage, appréhendé dans une perspective empirique, existe d’abord sous forme d’événements, la Révolution française apparaît alors comme un moment crucial dans l’histoire de la pensée linguistique et de sa mise en acte. Certes nous avons insisté sur l’importance d’une conception politique de la langue mise en place par les philosophes des Lumières au nom de la détermination du bon usage. Mais pour autant l’événement révolutionnaire ne se contente pas de multiplier les faits de conscience linguistique, ne serait-ce que sous la forme d’une politique linguistique nationale. Une micro-histoire des événements linguistiques au cours de la décennie révolutionnaire s’impose : elle met d’abord l’accent sur les ressources interprétatives d’une pluralité de faits langagiers au sein même d’une unité construite autour de la mise en place progressive d’un projet d’uniformisation linguistique. Plus largement, l’individuation poltique de la langue se traduit qualitativement par l’apparition d’une « nouvelle langue politique » qui forge son caractère propre non seulement sous l’effet des transformations historiques des usages socio-politiques31, mais aussi par un travail réflexif des formes de « la langue nationale » au sein d’événements linguistiques.

97Législateurs-philosophes, écrivains et publicistes patriotes construisent ainsi un espace intersubjectif de communication discursive particulièrement propice à l’innovation linguistique. Les initiatives du grammairien patriote Urbain Domergue en 1791, de la publication d’une Journal de langue française à la formation de la Société des amateurs de la langue française, concrétisent un tel changement linguistique sur la base du mot d ‘ ordre, « mettre la langue à la hauteur de la Constitution ». En permanence, des débats d’assemblée avec la définition des mots comme enjeu, des luttes de mots dans la presse, des réflexions sur la langue politique dans les ouvrages enfin des interrogations sur l’adéquation des dictionnaires et des grammaires au nouvel ordre de choses confèrent une forte dimension réflexive et historique aux phénomènes linguistiques.

  • 32 L’insertion du récit de cet événement dans la narration de la « langue française » a été effectuée (...)

98Du point de vue de l’événement linguistique, tout commence en 1789 avec la nomination de l’expression archétypique de la représentation politique moderne, « Assemblée nationale ». Fort de son avancée antérieure dans l’opération linguistique qui fixe le sens propre de la Nation, incarnant alors la toute puissance de la figure de « l’écrivain patriote », Sieyès joue alors un rôle majeur dans l’invention co-lingue de la notion d’« Assemblée Nationale »32. C’est lui qui propose le titre d’« Assemblée des représentants connus et vérifiés de la Nation française » le 15 juin, et qui la réitère, le lendemain, en soutenant un député inconnu dans sa reprise d’une ex-pression utilisée par lui-même dans Qu’est-ce que le Tiers-État ?, celle d’« Assemblée Nationale ». Ainsi s’impose, par une nomination archétypique, la puissance perfomative de la parole des représentants à l’encontre de la parole royale et s’enclenche par là même un récit national dont Le Moniteur fixera la postérité.

  • 33 Voir à ce propos le chapitre II de notre ouvrage (1998b).
  • 34 Cette dynamique interlocutive d’assemblée est désormais mieux connue depuis les travaux de Sophie (...)

99Nous ne décrirons pas cet événement plus avant dans la mesure où nous avons déjà exploré son espace configurationnel dans nos publications récentes sur le vaste chantier de l’histoire des événements linguistiques pendant la Révolution française33. Retenons seulement ici l’importance de cet événement dans le déclenchement du récit de la langue nationale. Nous sommes bien dans l’antécédence ontologique de l’événement linguistique sur l’événement discursif. Il est en effet question de la primauté ontologique de la nomination archétypique d’une expression devenue commune et centrale de la nouvelle langue politique, « Assemblée Nationale » sur le récit national mis en place par le discours d’assemblée au cours de ses premières semaines d’existence. L’élucidation de la portée de la création de « l’Assemblée nationale » en tant qu’événement linguistique fondateur du récit national constitue donc un préalable à une description configurationnelle des événements discursifs qui nous introduisent à la nouvelle dynamique discursive d’assemblée34, si l’on souhaite bien sûr conserver une perspective d’analyse de discours.

100Rappelons que le trajet que nous avons parcouru commence par le récit de la présentation du Dictionnaire de l’Académie devant le roi le 24 août 1694, au moment même où le compliment de l’Académicien associe étroitement le travail effectué sur l’explication des termes à l’usage royal de la langue : « Notre ouvrage […] découvre les délicatesses que vous doit une langue qui se perfectionne autant de fois que vous la parlez ou qu’elle parle de Vous » (Mercure Galant). Le processus de formation de « La Langue Française » s’inscrit ainsi, dès le début du 18e siècle, dans l’intercivilité et la rationalisation des usages communs, sous l’égide de la figure royale. Le récit fondateur de la langue politique au sein de l’Assemblée Nationale les 15 et 16 juin 1789 marque la rupture de cette relation linguistique entre le roi et le peuple, effective avec le serment du Jeu de Paume du 20 juin et la séance royale du 23 juin. À la « beauté » de la parole du roi se substitue le style simple et coupé, porteur d’un effet d’objectivité et d’authenticité, des législateurs, en particulier Mirabeau (Balibar, 1985). Qui plus est, la construction de la phrase elle-même procède d’un effort de rationalisation par comparaison avec le modèle latin et introduit ainsi une expression universelle de la langue française, une fois établi par un processus colingue l’expression d’« Assemblée Nationale ». Désormais les législateurs détiennent, au titre de l’expérience révolutionnaire, une capacité abstraite d’établir le juste rapport entre les mots, les propositions et les phrases, donc peuvent construire ce que Sieyès appelle leur « langue propre ».

101Une histoire des événements linguistiques ouvre donc la possibilité d’un récit de la langue en permettant d’appréhender historiquement le devenir de la langue française, de sa création continuée jusqu’à son achèvement narratif.

Notes

1 Picoche, Marchello-Nizia (1991), Chaurand (1999).

2 Ainsi le renouvellement de problématique proposé dans les années 1970 par Certeau, Julia, Recel (1975) amplifie, au plan archivistique, l’analyse de matériaux déjà signalés par Brunot.

3 Voir l’ouvrage, en hommage à Renée Balibar, intitulée L’institution des langues (Editions de la MSH, 2001), sous la direction de Sonia Branca, où nous présentons les liens étroits entre notre itinéraire de recherche et les travaux pionniers de Renée Balibar.

4 Voir l’ouvrage classique de J. Habermas (1978), et plus particulièrement la préface à la 17e édition allemande (Suhrkamp, 1990).

5 L’expression d’événements linguistiques est déjà attestée dans les manuscrits inédits de Saussure (2002, 150, 221), mais dans un contexte particulier que nous précisons dans la partie sur « le retour à Saussure » de la Postface.

6 Nous nous inscrivons ici dans la perspective du schématisme kantien. Voir à ce propos la Postface.

7 Voir l’exemple du référent sémiotique du « nom de Sieyès » présenté à la fin de la Postface.

8 Ce point est développé dans la postface.

9 D’après la thèse à paraître de Chantal Wionet sur Pragmatique et lexicographie : le traitement du vocabulaire religieux dans la deuxième édition du Dictionnaire dit de Trévoux (1721), dir. Sonia Branca, Université d’Aix Marseille I. Voir du même auteure (1998) son analyse du partage des langues au sein de ce Dictionnaire.

10 Essai philosophique concernant l’entendement humain où l’on montre quelle est l’étendue de nos connaissances certaines, et la manière dont nous y parvenons par M. Locke, traduit de l’anglais par M. Coste, cinquième édition revue et corrigée, 1755, Réédition Vrin, 1998.

11 Ibid., chapitre II du Livre III, De la signification des mots, p. 324.

12 Ibid. chapitre IX du Livre III, De l’imperfection des mots, p. 385.

13 Ibid. chapitre X du Livre III, De l’abus des mots, p. 409.

14 L’Essai de Locke est encore publié en latin au 18e siècle. Sur l’Idée dans l’Europe des Lumières, voir la contribution en ce domaine d’Ulrich Ricken dans Delon dir. (1997).

15 Essai, op. cit, Préface, p. XXXVII.

16 Voir la récente édition critique de Carole Dornier, avec introduction et notes, Paris, Champion 2005.

17 Ibid., p. 188.

18 Ibid., p. 197, 127 et 150.

19 Sylvain Auroux (1986), après avoir affirmé que « du point de vue empirique, le langage existe d’abord sous forme d’événements, de singularités », étudie les variations du sujet politique de la langue dans sa relation à l’usage et en conclut que la conception politique de la langue est une constante de la tradition des Lumières, Révolution française incluse.

20 Il conviendrait d’explorer plus avant la thématique du langage d’action, comme l’a fait Sonia Rosenfeld (2001). Cependant, une telle exploration nous entraînerait sur la voie de la « rupture nominaliste » de Condillac, dans sa Grammaire de 1775, par rapport à sa première conception du langage d’action. Cette rupture permet à l’observateur-philosophe, par exemple Sieyès au cours des années qui précèdent la Révolution française, de caractériser le langage d’action par rapport au travail de l’esprit de chaque individu jugeant de l’expérience par une affirmation du type « je veux », « j’agis », et non plus sur la base d’une représentation naturelle de l’origine de la langue. Nous avons précisé ce point dans notre étude sur le nominalisme politique de Sieyès (2003).

21 Nous explorons ici la dimension historique et rétrospective de cette connexion empirique entre la réalité et le discours, avant d’en préciser, dans la postface, les enjeux dans les travaux actuels des linguistes.

22 Sur le trajet de Sieyès, de la métaphysique du langage à l’invention de la langue politique, voir notre ouvrage sur Sieyès et l’ordre de la langue (2002). Nous y revenons également dans la postface.

23 Voir également les actes du colloque, Autour de Féraud : la lexicographie en France de 1762 à 1835, Paris, Editions de l’ENS Fontenay, 1986.

24 Préface du Dictionnaire critique, p. iij. Cité par Branca (1995), p. 39.

25 Ce dictionnaire est désormais consultable dans sa version électronique sur le site du G.E.H.L.F

26 Voir sur ce point notre édition du Grand cahier métaphysique dans Fauré éd. (1999).

27 Qu’est-ce que le Tiers-État ?, Œuvres, tome 1, Paris, reprint Edhis, 1989, p. 1.

28 Pour plus de précisions sur ce point, voir le chapitre II, « La naissance de la nation » de notre ouvrage 1998b.

29 Les citations de Rousseau sont extraites de L’Émile, dans l’édition de la Pléiade chez Gallimard, pages 244 et 250. La citation de Sieyès provient des Vues sur les moyens d’exécution dont les représentants de la France pourront disposer en 1789, Œuvres, tome 1, reprint Edhis, p. 4. Sur cette conception rousseauiste de la force des signes, voir le chapitre II de Markovits (1986).

30 Nous y revenons dans la Postface.

31 Sur ce point, voir le Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815) dont les objectifs sont précisés dans le chapitre 1 de cet ouvrage.

32 L’insertion du récit de cet événement dans la narration de la « langue française » a été effectuée, pour la première fois, par Balibar (1995), p. 114 svtes.

33 Voir à ce propos le chapitre II de notre ouvrage (1998b).

34 Cette dynamique interlocutive d’assemblée est désormais mieux connue depuis les travaux de Sophie Wahnich. Son ouvrage sur L’étranger dans le discours de la Révolution française (1997) met tout particulièrement en évidence un anti-événement linguistique, si l’on peut dire, énoncé par Barère dans son rapport du 7 prairial an II contre le gouvernement et le peuple anglais. En dévoilant de l'identité tyrannique du peuple anglais, Barère rend compte du travail de perversion de la langue du droit effectué par « l'astucieux langage des anglais », véritable crime linguistique qui risque de bloquer l’entreprise de novation d’établissement du français national.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540