Version classiqueVersion mobile

Les combats d’Octave Mirbeau

 | 
Pierre Michel

Chronologie Mirbellienne

Texte intégral

1848

1Le 16 février, naissance à Trévières (Calvados) d'Octave-Marie-Henri Mirbeau. Son père, Ladislas-François Mirbeau (1815-1900), est officier de santé et sera par la suite adjoint au maire de Rémalard et conseiller d'arrondissement. Sa mère, Eugénie Dubosq, née en 1825, est tréviéroise ; elle semble avoir tendrement aimé ses trois enfants (outre Octave, deux filles, Marie et Berthe). Ses deux grands-pères sont notaires, l'un à Trévières, l'autre à Rémalard (Orne)

1849

2En septembre, la famille Mirbeau vient s'installer dans le Perche, à Rémalard (Orne), où réside la branche paternelle : Ladislas vient recueillir l'héritage de son père.

1854-1858

3Scolarité primaire chez les sœurs de l'Éducation chrétienne de Rémalard. Nombreuses lectures, notamment de livres d'aventures.

1859-1862

4Le 12 octobre 1859, Octave entre comme pensionnaire au collège Saint-François-Xavier de Vannes, fleuron des jésuites, ces "pétrisseurs" et "pourrisseurs d'âmes". Il y reçoit une forte éducation classique, mais il est fort malheureux et n'a que de mauvais résultats : forme de résistance à l'oppression, expliquera-t-il plus tard. Il y passe quatre années d'"enfer", qu'il évoquera sous les couleurs les plus noires dans Sébastien Roch.

1863

5Le 9 juin, il est chassé du collège précipitamment, dans des conditions plus que suspectes - officiellement à cause de ses mauvaises notes... Dans Sébastien Roch, le personnage éponyme est violé par son maître d'études, le père de Kern, qui l'accuse d'entretenir des amitiés particulières avec son condisciple Bolorec. Tout laisse à penser qu'il sa dû se passer quelque chose du même genre avec le maître d'études d'Octave, Stanislas Du Lac (1835-1909), qui fera une belle carrière de prédicateur, sera à la tête de la résistance des jésuites expulsés par la République en 1880, et deviendra le confesseur du haut État-Major et l'âme damnée des anti-dreyfusards pendant l’Affaire.

1864

6Il poursuit ses études, médiocres, à la pension Saint-Vincent de Rennes. Il y écrit La Mort des enfants d'Édouard (publié par Pierre Michel, en annexe des Lettres à Alfred Bansard des Bois).

1865

7Il prépare son baccalauréat à la pension Delangle à Caen (qu'il peindra dans "Mon pantalon", Combats pour l'enfant, sous le nom de pension Tampon). L'atmosphère y est familiale. Échoue une première fois le 28 août. Nouvel échec en novembre.

1866

8Le 7 mars, il obtient enfin son baccalauréat ès lettres devant la faculté de Caen. Après avoir songé à faire des études médicales sur les instances de son père, il se résigne à faire son droit. Il s'inscrit le 14 novembre à la faculté de Droit de Paris. Vive amitié pour un petit-fils de médecin, Alfred Bansard des Bois, futur député de l'Orne, avec lequel il échange une correspondance savoureuse et émouvante (la première lettre retrouvée date de 1862).

1867

9Travaille dans l'étude rémalardaise de Me Alexandre Robbe, le notaire qui a succédé au grand-père Mirbeau. Voltairien et révolté, il s'ennuie prodigieusement à Rémalard, dans un milieu étouffant propice à la névrose. Il rêve de Paris, où il fait de brefs passages, et caresse "une autre ambition". Il échoue à son examen de droit, faute d'avoir travaillé.

1868-1869

10Il mène à Paris une vie de plaisirs. Il fréquente les théâtres, les lorettes, et la bohème littéraire. Il s'endette et doit rentrer penaud au paternel logis. En février 1869, pour avoir tiré un mauvais numéro, il est condamné à faire son service militaire ; mais son père lui paye sans doute un remplaçant. En novembre, il regrette la trahison des députés républicains qui, le 26 octobre, n'ont pas saisi l'occasion de renverser l'Empire. En décembre, la mort dans l'âme, il se résigne à embrasser la carrière de notaire.

1870

11En janvier, il réintègre le "cercueil notarial" de Me Robbe, où il se morfond lamentablement. Le 8 juillet, mort inattendue de sa mère, à l'âge de 45 ans : "Elle est morte de nous", écrit-il à Alfred Bansard, plein de bonnes résolutions. Après la déclaration de guerre à la Prusse, le 19 juillet, il est mobilisé dans la garde mobile de l'Orne. Le 27 septembre, il est nommé lieutenant. Il participe à la débâcle des armées de la Loire, qu'il évoquera dans le chapitre II du Calvaire et dans le dernier chapitre de Sébastien Roch. Il assiste à des scènes atroces qui lui inspireront plusieurs de ses Contes cruels. Le 14 décembre, malade, il va se faire soigner au Mans, puis à Alençon.

1871

12Séjour dans différents hôpitaux militaires pendant l'hiver. Retour à Rémalard le 31 mars. Peut-être retourne-t-il à l'étude du notaire. Probablement à Rémalard pendant la Commune. À une date indéterminée, il est accusé de désertion pour avoir été longtemps malade pendant la guerre.

1872

13Le 29 janvier, témoin au mariage de sa sœur Berthe, à Rémalard. Embauché comme secrétaire particulier de l'ancien député bonapartiste de Mortagne-Rémalard, Henri Dugué de la Fauconnerie, il le suit à Paris et entre au quotidien officiel du parti bonapartiste L'Ordre de Paris, dont Dugué a pris la direction. Il y tient la rubrique anonyme des échos de théâtre. En septembre, il est lavé de tout soupçon de désertion, sans avoir été traduit devant un conseil de guerre.

1873

14Secrétaire de Dugué, il écrit ses articles, ses lettres publiques et rédige de plus en plus souvent les éditoriaux politiques anonymes de L'Ordre. Il entame ainsi une longue période de prostitution politique. Plus tard, il dira qu'il a été "bonapartiste révolutionnaire" : de fait, il fait de la doctrine de l'Appel au peuple une lecture de gauche, se réclame des "immortels principes de la Révolution française" et défend les intérêts des classes laborieuses. Il mène une vigoureuse campagne contre la tentative de restauration monarchique (projet de "fusion", qui échoue, des légitimistes et des orléanistes)

1874

15Dans L'Ordre, il poursuit ses attaques contre les orléanistes, le centre-gauche et les gambettistes. En mars, assiste aux grandes cérémonies données à Camden-Place à l'occasion de la majorité du prince impérial. En mai-juin, il fait un ébouriffant compte rendu du Salon pour le compte d'un certain Émile Hervet : il éreinte Bouguereau, Bonnat et Carolus-Duran, ridiculise "les élucubrations peintes empâtées de bonnes intentions", et loue la peinture "à la va-te-faire-fiche" de Manet, qui jette les bourgeois "dans des rages incommensurables". Il rédige pour Dugué de la Fauconnerie une brochure, Les Calomnies contre l'Empire, diffusée en septembre à 650.000 exemplaires, et qui contribue à l’indéniable succès de la propagande bonapartiste. Au début de l’automne, participe dans l'Orne à la campagne de Dugué pour les élections cantonales.

1875

16Rédige toujours les éditoriaux politiques de L'Ordre. Le 19 avril, joue le rôle du mari dans la pochade obscène de Maupassant, À la feuille de rose. En mai-juin, nouveau compte rendu du Salon, où il éreinte les peintres académiques - notamment Cabanel - et louange Corot et Puvis de Chavannes. Rédige une nouvelle brochure signée Dugué et largement diffusée, à partir du 29 mai, Si l'Empire revenait. Le 19 octobre, signe son premier article officiel dans L'Ordre, où il est chargé de la chronique dramatique. Il fréquente la bohème littéraire : milieu de La République des Lettres de Catulle Mendès, à laquelle il collabore sans doute anonymement, et jeunes naturalistes comme Guy de Maupassant, Léon Hennique et Paul Alexis. Il habite alors au 52 de la rue de Douai.

1876

17Début janvier, dans L'Ordre, trois importants articles sur les frères Goncourt. En février, accompagne Dugué dans l'Orne et le seconde dans sa campagne électorale des législatives ; il dirige son journal de campagne, Le Bonhomme percheron ; Dugué est élu député le 5 mars, au deuxième tour, et abandonne la direction de L'Ordre ;. En mai-juin, nouveau compte rendu du Salon, toujours signé Émile Hervet : nouvel éloge de Puvis de Chavannes, nouvel éreintement de Cabanel ; vive critique du système des jurys ; réclame "des réformes fondamentales". En juillet, perd la chronique dramatique de L’Ordre. À partir du 10 octobre, est chargé de la "Chronique de Paris" ; il y défend notamment Richard Wagner. Vie parisienne intense.

1877

18Premières difficultés avec la nouvelle direction de L'Ordre, qu'il doit quitter officiellement en février. Mais il y publie tout de même, fin mars, sous pseudonyme, deux importants articles, qui font scandale, sur La Fille Élisa d'Edmond de Goncourt, où il préconise une "révolution" dans les esprits, grâce à la littérature, afin de parvenir au "socialisme". Le 16 avril, Mirbeau est présent chez Trapp pour rendre hommage à Flaubert, Goncourt et Zola, aux côtés de Maupassant, Huysmans, Céard, Alexis et Hennique. Après le coup de force de Mac Mahon, le 16 mai, à la faveur de ses liens d'amitié avec les leaders bonapartistes, il est nommé chef de cabinet du nouveau préfet de l'Ariège, Lasserre. À Foix, il travaille pour le compte du baron de Saint-Paul, l'homme fort du département, et ami personnel très influent de Mac Mahon, et il collabore anonymement au quotidien bonapartiste du baron, L'Ariégeois. Saint-Paul est réélu député le 14 octobre, mais les républicains l'emportent nationalement et reviennent au pouvoir : Mac Mahon se soumet. Le 15 décembre, Mirbeau doit démissionner en même temps que Lasserre.

1878

19Après un voyage à Madrid, où il assiste au mariage d'Alphonse XII, il prend, fin janvier, la rédaction en chef de L'Ariégeois. Il y publie des éditoriaux politiques et y participe à des querelles clochemerlesques avec les républicains locaux : il a notamment deux procès en diffamation avec un professeur d'histoire, Irénée Chausson, et un duel avorté avec un journaliste, Jules Grégoire. Invalidé, Saint-Paul est battu le 7 juillet, lors d'une élection partielle, et meurt peu après, le 25 novembre. Mirbeau n'a plus rien à faire à Foix.

1879

20Il quitte officiellement L'Ariégeois fin janvier. Il gagne Paris, probablement après avoir voyagé en Espagne ou en Italie. Il est engagé comme secrétaire particulier d'Arthur Meyer, ancien bonapartiste converti au légitimisme, qui prend la direction du Gaulois, quotidien mondain, en septembre. Mirbeau entre donc au Gaulois. Il est envoyé en reportage en Espagne en novembre, pour rendre compte du deuxième mariage d'Alphonse XII et des catastrophiques inondations qui ont ravagé la région de Murcie.

1880-1881

21Collabore anonymement au Gaulois, où il tient, avec quelques collaborateurs tout aussi anonymes, une rubrique quotidienne signée Tout-Paris, "La Journée parisienne" (anthologie à paraître en 1995) : il y est à l'affût du scoop et s'introduit dans tous les milieux de la capitale, y accumulant des observations ; il rédige notamment une douzaine de chroniques philosémitiques. Du 12 juin au 29 octobre 1880, il fait paraître sous son nom une série d'articles d'ethnographie parisienne, Paris déshabillé (publié en 1991). Sous le pseudonyme de Daniel René, il donne des articles de polémique politique à Paris-Journal, où il mène également campagne contre la réforme du Salon par Edmond Turquet. Éphémère collaboration à L'Illustration pendant l'hiver 1881. Il fréquente aussi la Bourse, et travaille pour le compte d'Edmond Joubert, vice-président de Paribas. Commence à faire le "nègre" : il est probablement l'auteur d'Expiation, court roman paru sans nom d'auteur chez Calmann-Lévy. Début d'une liaison dispendieuse et dévastatrice avec une femme de petite vertu, Judith Vimmer (la Juliette du Calvaire), qui habite rue de Prony.

1882

22Perd probablement des plumes dans le krach de l'Union Générale, fin janvier. Fait paraître dans Le Gaulois une série de Petits poèmes parisiens sous le pseudonyme de Gardéniac (publiés par nos soins en 1994). En mars-avril, voyage probable en Hongrie avec Joubert. Signe ses premiers "contes cruels" dans Paris-Journal, notamment "Un Raté", confession voilée. Puis il quitte Le Gaulois et Paris-Journal pour entrer au prestigieux Figaro de Francis Magnard, le 21 août. Mais il en est chassé fin octobre, après un pamphlet à scandale contre la cabotinocratie, révélatrice d'une société où tout marche à rebours du bon sens et de la justice. Publie un beau roman, L'Écuyère sous le pseudonyme d'Alain Bauquenne, et, semble-t-il, Marthe de Thiennes, sous celui de Forsan.

1883

23Rédacteur en chef de Paris-Midi Paris-Minuit, biquotidien d'informations rapides, qui vit du 15 janvier au 18 avril. Puis, après un voyage en Alsace, il devient rédacteur en chef d'un pamphlet hebdomadaire, Les Grimaces, commandité par Edmond Joubert et les frères de Mourgues, gros imprimeurs, dont le 1er numéro sort le 21 juillet. Il s'attaque à la main mise des opportunistes sur la France, fait le procès de l'affairisme républicain et attaque vigoureusement la finance juive ; ses articles antisémites lui laisseront un profond sentiment de culpabilité. Il publie, sous pseudonyme, un nouveau roman, La Maréchale (préfacé par Alphonse Daudet), et deux recueils de contes et nouvelles, Noces parisiennes et Ménages parisiens. Début d'une longue amitié avec Paul Hervieu, son complice des Grimaces. Duels, notamment avec Paul Bonnetain, le 18 décembre, à l'occasion du scandale des Mémoires de Sarah Barnum, pamphlet hautement diffamatoire pour Sarah Bernhardt, dont Mirbeau s'improvise le défenseur. Fin décembre, miné par son amour dévastateur pour Judith qui le trompe d'abondance, il la fuit au fin fond de la Bretagne, à Audieme.

1884

24En son absence, Les Grimaces disparaissent (le dernier numéro paraît le 12 janvier). Mirbeau passe sept mois à Audierne, où Judith vient le relancer. Il y reprend peu à peu goût à la vie, et y écrit La Belle Madame Le Vassart, admirable roman qui entend rivaliser avec La Curée de Zola, dont il prend le contre-pied. Retour à Paris fin juin, avec la ferme volonté, difficile à mettre en œuvre, d'entamer sa "rédemption" par le verbe. Il rentre au Gaulois sous le pseudonyme d'Henry Lys, et collabore à L'Événement radical sous celui de Montrevêche. En juillet, randonnée de Marlotte à Bourbon l'Archambault, évoquée dans Sac au dos (publié en 1991). En août, il couvre le congrès de Versailles pour Le Gaulois. Le 3 octobre, il entame sa collaboration à La France de Charles Lalou, où il fait paraître ses Notes sur l'art (anthologie parue en 1989). Publie, sous le pseudonyme de Forsan, Les Incertitudes de Livia. Début de sa liaison avec une ancienne actrice enrichie dans la galanterie, Alice Regnault, qui l'entraîne dans sa querelle avec Gyp (cf. notre article sur "l'affaire Gyp"). Le 29 décembre, duel avec Catulle Mendès, qu'il a diffamé dans un article consternant, où il attaquait également Gyp et approuvait les poursuites contre Louis Desprez (à qui il présentera ses excuses trois mois plus tard).

1885

25Le 14 janvier, Mirbeau fait, dans La France, son mea culpa pour l'antisémitisme des Grimaces. Poursuit sa collaboration à L'Événement, mais sous le masque bien commode du Diable (anthologie à paraître en 1995). Fait paraître dans Le Gaulois d'étonnantes Lettres de l'Inde, signées Nirvana et écrites pour le compte de l'opportuniste François Deloncle (publiées par nos soins en 1991). Publie plusieurs volumes comme "nègre" : Jean Marcellin, Dans la vieille rue, Amours cocasses, savoureux et étincelant recueil de nouvelles (à paraître en 1995), et probablement Jean Méronde, roman sur l'art, signé Jeanne Mairet (pseudonyme de la femme de Charles Bigot). Début de son amitié pour ses "dieux" Rodin et Monet, en faveur de qui il entame un combat de longue haleine, qui sera couronné de succès. En mai, important "Salon" dans La France (il le publie en brochure en juin) ; rupture avec Le Gaulois après un article sur l'Opéra de Paris. Vers la mi-juin, Octave et Alice se mettent au vert au Rouvray, près de Laigle (Orne), où ils reçoivent Rodin. Il commence à y travailler au Calvaire. Mais il est perturbé par l'affaire Gyp : il est en effet accusé d'avoir tenté de revolvériser la comtesse de Martel, qui l'a diffamé dans un roman à clefs et à scandale, Le Druide ; il bénéficiera d'un non-lieu. Découvre avec enthousiasme Kropotkine et surtout Léon Tolstoï, qui sera dorénavant son seul maître ; il décide de consacrer désormais sa vie au Beau et au Juste et adopte des positions de plus en plus nettement anarchisantes. Le 4 octobre, début de sa collaboration au Matin d'Alfred Edward. Le 27 novembre, parution chez Laurent, dans l'indifférence générale, des Lettres de ma chaumière, recueil de 21 contes pré-publiés dans la presse. Retour en décembre à Paris, rue Lamennais.

1886

26Début janvier, premier dîner des Bons Cosaques, dîner littéraire et artistique fondé par Mirbeau, Hervieu et Raffaëlli, et qui durera deux ans. Amitié avec Félicien Rops. Publie ses deux derniers romans "nègres" : Une Folie et La Duchesse Ghislaine. Rupture avec Le Matin en février ; interrompt sa collaboration à L'Événement ; retour éphémère au Gaulois. Nouveau "Salon" dans La France ; il y révèle Constantin Meunier et Maxime Maufra. Le 4 mai, début de sa collaboration au Gil Blas, où il publie surtout des "contes cruels". L'ambition du général Boulanger l'inquiète. À partir de la fin juillet, long séjour à Noirmoutier, où il reçoit Monet et achève Le Calvaire. Prépublié dans la Nouvelle revue de Juliette Adam à partir du 15 septembre, mais amputé du chapitre II, le volume paraît chez Ollendorff le 23 novembre ; il remporte un succès inouï et scandalise les revanchards et les bégueules. Désormais, Mirbeau est clairement classé à l'extrême gauche. Retour à Paris en décembre. Fait la connaissance de Sacher-Masoch.

1887

27Grâce aux ventes du Calvaire, il commence à payer ses dettes. Le 31 mars, est introduit par Monet aux dîners impressionnistes du Café Riche. Le 16 mai, organise un banquet en l'honneur de Charles Lamoureux, pour protester contre les manifestations des nationalistes qui ont interrompu les représentations de Lohengrin. Le 25 mai, honteusement, il épouse Alice Régnault au bureau d'état-civil de Westminster. Après quelques jours à Belle-Ile, ils s'installent à Kérisper, près d’Auray, où Octave commence à travailler à L'Abbé Jules, fortement influencé par la "révélation" de L'Idiot. Fait sa rentrée au Figaro en novembre. L'Abbé Jules commence à paraître dans le Gil Blas le 24 décembre.

1888

28En janvier, manque de se brouiller avec Rodin lorsque le sculpteur est décoré. Début de deux longues amitiés : avec Gustave Geffroy et Stéphane Mallarmé, auquel il voue "un culte". Le 13 mars, publication de L'Abbé Jules chez Ollendorff ; enthousiasme de Mallarmé, de Taine, de Banville et de Maupassant. Le 27 avril, doit fuir Kérisper à cause de la malaria ; retour fin mai. En juin, enquête à scandale sur l'épidémie de typhoïde qui sévit à Lorient (il en tirera le sujet de L'Épidémie). Le 9 août, violent article contre Zola, candidat à l'Académie, accusé de trahir tous ses idéaux de jeunesse. En septembre, installation provisoire à Paris, square du Ranelagh. Absurdement accusé par des lettres anonymes d'avoir participé au trafic des décorations (troisième acte de l'affaire Gyp), il a la justice aux trousses pendant des mois, avant de bénéficier d'un non-lieu le 3 novembre. Le même jour, début de sa collaboration à L'Écho de Paris. Séjour sur la Côte d'Azur (à Menton). Le 28 novembre, appel à la grève des électeurs dans Le Figaro, diffusé en brochure à 300.000 exemplaires par les groupes anarchistes. Le 18 décembre, "monte" spécialement à Paris pour soutenir Edmond de Goncourt dans la bataille qu'il livre contre le vieux théâtre, à l'occasion de la première de Germinie Lacerteux.

1889

29Critique du boulangisme. Pousse Monet et Rodin à organiser une exposition commune, qui ouvre le 21 juin et qu'il promeut à grands sons de trompe. Visite l'Exposition Universelle, où il voit les signes annonciateurs de grandes crises. Le 31 mai, installation à Levallois-Perret, au 26 de la rue Rivay, dans un immeuble appartenant à Alice. Mais il ne peut y travailler à cause du bruit. Après avoir longtemps cherché une résidence à la campagne, jette son dévolu sur une maison située aux Damps, près de Pont de l'Arche, dans l'Eure. Longue installation, qui occupe tout le mois d'août et lui interdit d'écrire. La Révolte, hebomadaire libertaire de Jean Grave, reproduit de plus en plus souvent ses articles du Figaro ou de L'Écho de Paris. Travaille à Sébastien Roch, où il évoque son adolescence au collège des jésuites de Vannes. Aide Monet à organiser la souscription pour l'achat de l'Olympia de Manet, offert à l'État.

1890

30Passe l'hiver à Nice, puis à Menton. Achève péniblement Sébastien Roch, qui est pré-publié dans L'Écho de Paris à partir du 15 janvier et paraît fin avril chez Charpentier. Le sujet, sulfureux à souhait - le viol d'un adolescent par un jésuite - suscite une gêne très générale et entraîne une véritable conspiration du silence. Rodin réalise le buste de Mirbeau. Le 14 juillet, paraît "Jean Tartas", qui marque le ralliement public à l'anarchisme. Le 24 août, article tonitruant dans Le Figaro, qui suffit à lancer du jour au lendemain un poète flamand inconnu, Maurice Maeterlinck. Le 22 septembre, début d'une série de Dialogues tristes dans L'Écho de Paris ; certains se ressentent de l'influence de Maeterlinck.

1891

31Suite des Dialogues tristes. Attaque le protectionnisme de Méline et plaide pour les droits des enfants. En février, deux articles sur Gauguin permettent au peintre de vendre ses toiles un bon prix et de partir pour Tahiti. En mars, découverte de Van Gogh, auquel il consacre un important article, et dont il achète, pour 600 francs, au père Tanguy, les Iris et les Tournesols (qui seront revendus 540 millions de francs en 1987 !). En mai, prend la défense de Remy de Gourmont, chassé de la Bibliothèque Nationale à cause de son article "Le Joujou patriotisme". Début d'une grave crise morale. Alice tente en vain de le forcer à travailler. Le 20 octobre, commence la prépublication, dans L'Écho de Paris, de la première version du Journal d'une femme de chambre, mais, dégoûté, il ne la publie pas en volume. Crise conjugale doublée d'un sentiment d'impuissance.

1892

32Fervente amitié pour Camille Pissarro, à qui il voue un culte, et qui peint quatre toiles du jardin des Damps. Engagement aux côtés des anarchistes lors des premiers attentats. Le 1er mai, article "absolutoire" sur Ravachol dans L'Endehors de Zo d'Axa. En mai, couvre le Salon du Champ-de-Mars pour Le Figaro. À l’automne, début de sa collaboration au Journal de Fernand Xau, nouveau quotidien de grande diffusion, sous le pseudonyme de Jean Maure ; il y restera dix ans et y fournira désormais un article hebdomadaire grassement rémunéré (350 francs). À partir du 20 septembre, publication, dans L'Écho de Paris, d'un extraordinaire roman impressionniste et pré-existentialiste, Dans le ciel, que Mirbeau ne recueille pas en volume (publié par nos soins en 1989). Amitié avec Marcel Schwob, qui lui fait découvrir Paul Claudel.

1893

33Fin de la parution de Dans le ciel. Toujours aussi mal dans sa peau, Mirbeau décide de se rapprocher de Paris et s'installe à Carrières-sous-Poissy, en février. Il préface La Société mourante et l'anarchie de Jean Grave, après l'avoir fait lanterner pendant dix-huit mois, et développe dans ses articles les thèses anarchistes. En mai, couvre les Salons pour le compte du Journal ; proclame le "génie" de Camille Claudel. Le 21 juin, assiste au grand banquet en l'honneur de Zola et se réconcilie avec lui. Le 1er juillet, brouille absurde avec Pissarro, à cause de la neurasthénie d'Alice ; il fait tout son possible pour rentrer en grâce, mais sans réussir à vaincre la méfiance du peintre. En décembre, s'insurge contre l'expulsion d'Alexandre Cohen. Commence à travailler à ce qui deviendra Le Jardin des supplices (la première ébauche d'En mission paraît en septembre dans L'Écho de Paris).

1894

34En janvier, publication, chez Charpentier, des Contes de la chaumière, version corrigée et raccourcie (14 contes au lieu de 21) des Lettres de ma chaumière ; début de la collaboration officielle au Journal. Le 20 février, dernier article dans L'Écho de Paris. S'engage à fond dans la défense des intellectuels anarchistes : Jean Grave, Sébastien Faure, Félix Fénéon, Laurent Tailhade. Craint d'être arrêté dans le cadre des "lois scélérates", qu'il ne cesse de stigmatiser. En mai, deux brefs voyages à Londres à la prière du milliardaire Astor, qui lui demande de "lyncher" les peintres anglais dans la Pall mall gazette. Dénonce la course aux armements. Défend le pédagogue libertaire Paul Robin, révoqué par Georges Leygues à la suite d'une campagne diffamatoire des cléricaux. Le 28 novembre, rencontre Cézanne à Giverny. À l'automne, paroxysme de sa crise conjugale : il se venge de sa femme dans Mémoires pour un avocat (recueilli dans ses Contes cruels) et Vieux ménages, pièce en un acte créée à la Bodinière le 20 décembre.

1895

35Début de son amitié avec Georges Clemenceau. Participe aux banquets en l’honneur de Puvis de Chavannes et d'Edmond de Goncourt. Prend la défense d'Oscar Wilde condamné au hard labour. Ridiculise les peintres préraphaélites. Dénonce l'autocratie tsariste et l'alliance franco-russe. Publie en feuilleton une nouvelle version, beaucoup plus étoffée, d'En mission, qui constituera par la suite la première partie du Jardin des supplices. En décembre, loue un "pied-au-ciel" au 42 avenue de l'Alma et y donne des réceptions une fois par semaine. Le 15 décembre, important article sur les Expositions Universelles dans la Revue des deux mondes de Ferdinand Brunetière, dont le rapproche une commune hostilité au scientisme. Campagne contre les médecins militaires responsables de la mort de Max Lebaudy. Commence à travailler aux Mauvais bergers.

1896

36Amitié pour Georges Rodenbach - qui le reçoit à Bruges en août. Nouvelle campagne contre les préraphaélites et les "peintres de l'âme". Attaque le général Galliéni et les parlementaires, responsables de l'intervention française à Madagascar. En juillet, mort d'Edmond de Goncourt : dans son testament il désigne Mirbeau parmi les huit membres fondateurs de son académie posthume. En octobre, croisière avec Monet, du Havre à Cherbourg, à l'occasion de la visite du tsar. En décembre, apologie de César Franck et vive critique de Charles Gounod, qui fait scandale.

1897

37Premiers doutes sur l'innocence d'Alfred Dreyfus. Le 14 février, début de la publication de ce qui deviendra la deuxième partie du Jardin des supplices. Le 13 juin, important article sur Léon Bloy. En août, cure de trois semaines à Luchon, où il situera le cadre des 21 jours d'un neurasthénique. Le 1er octobre, installation dans un vaste appartement parisien, au 3 boulevard Delessert. Le 30 octobre, lecture des Mauvais bergers à Sarah Bernhardt, qui est enthousiasmée. Série de dialogues satiriques, Chez l'illustre écrivain. Le 28 novembre, premier article en faveur de Dreyfus, dans Le Journal, qui refusera dorénavant toute chronique révisionniste. Le 15 décembre, première de la tragédie prolétarienne Les Mauvais bergers, au théâtre de la Renaissance, avec Sarah Bernhardt et Lucien Guitry. Retentissant succès les premiers jours ; mais la pièce doit être retirée de l'affiche après trente-huit représentations. Mirbeau s’en prend à tous les mauvais bergers, au patronat, au gouvernement et aux politiciens de tous bords, y compris les députés socialistes, ce qui lui vaut des attaques de Jaurès.

1898

38Quoique interdit de dreyfusisme au Journal, Mirbeau multiplie les interventions en faveur de Dreyfus et de Zola : il lance une deuxième pétition dans L'Aurore le 16 janvier, il accompagne et protège Zola pendant son procès, en février, et, en avril, il prend l'initiative d'un livre d'hommage à Zola. Le 14 mai, création de L'Épidémie au théâtre Antoine. À partir du 2 août, commence une active collaboration à L'Aurore dreyfusiste (articles recueillis dans L'Affaire Dreyfus, 1991). Le 8 août, paye de sa poche l'amende de 7.555 francs à laquelle Zola a été condamné. Le 23 août, obtient de Joseph Reinach qu'il avance 40.000 francs à Zola pour lui permettre de payer les dommages à verser au "triolet" de pseudo-graphologues du procès Dreyfus, que Mirbeau voue à la risée publique. Le 11 septembre, obsèques de Mallarmé. Le 11 octobre, il s'oppose à la saisie des meubles de Zola, rue de Bruxelles. Le 23 octobre, signe l'appel à la mobilisation du Comité de coalition révolutionnaire, aux côtés de Sébastien Faure, Émile Pouget, Charles Malato et Aristide Briand. Il participe à de nombreux meetings, à Paris et en province : celui de Toulouse, le 22 décembre, se révèle un véritable "guet-apens" qui aurait pu très mal tourner. Se lie d'amitié avec Mathieu Dreyfus, Joseph Reinach et le colonel Picquart ; se rapproche de Jaurès. Reste en liaison avec Zola exilé en Angleterre. Début de la publication des Mémoires de mon ami dans Le Journal (recueilli dans ses Contes cruels). Le 28 décembre, obsèques de Rodenbach.

1899

39Poursuite de sa collaboration à L'Aurore. Début février, va passer trois jours en Angleterre avec Zola. Apporte son soutien au Journal du peuple de Sébastien Faure. Nombreux meetings dreyfusistes. Le 14 mars, témoigne au procès de l'antimilitariste Urbain Gohier, qui est acquitté. Le 15 mai, obsèques d'Henry Becque. Le 10 juin, grand banquet en l’honneur de Picquart. Le 13 juin, parution chez Fasquelle du Jardin des supplices. À partir du 5 août, il est à Rennes, avec Bernard Lazare et Séverine, pour assister au deuxième procès de Dreyfus, dont il suit les péripéties avec une indignation croissante. Le 9 septembre, il est révolté par le verdict inique : l'innocent est condamné pour haute trahison "avec circonstances atténuantes", par cinq voix contre deux... En octobre, voyage en Suisse et en Autriche. À partir de novembre, il mène bataille, avec Georges Bourdon et Romain Rolland, pour un Théâtre Populaire, mais se heurte à l'inertie de Georges Leygues, ministre de l'Instruction publique, qui devient sa tête de Turc préférée. En novembre-décembre, campagne écologique contre les dangers de l'épandage. Le 23 décembre, lit Les Mauvais bergers dans une université populaire.

1900

40À partir du 15 janvier, prépublication - incomplète - du Journal d'une femme de chambre dans La Revue blanche dreyfusiste. Le 7 avril, première réunion de l'Académie Goncourt ; fait élire Élémir Bourges. Le 10 juillet, parution du Journal d'une femme de chambre chez Fasquelle. La presse est gênée ; beaucoup de gens n'y voient que des "cochonneries" ; mais le livre se vend bien. N'ayant plus de maison de campagne, après la vente de la maison de Carrières, il loue une résidence d'été à Honfleur et y reçoit beaucoup d'amis. Le 10 octobre, mort de Ladislas Mirbeau. Du 18 novembre au 23 décembre, dans Le Journal, importante campagne néo-malthusienne sur le thème de la dépopulation ; il s'oppose vigoureusement à la propagande nataliste dominante. En décembre, s'installe à Cannes.

1901

41Hiver sur la Côte d'Azur. Avec les encouragements de Jules Claretie, il y travaille avec entrain à une grande comédie de caractères et de mœurs destinée à la Comédie-Française, Les Affaires sont les affaires. Le 24 mai, la pièce n'est reçue qu'"à corrections" par le comité de lecture, malgré le soutien officiel de l'administrateur, qui semble avoir joué double jeu ; Mirbeau part en claquant la porte. Le scandale aboutira en octobre à la suppression du comité de lecture, dont Mirbeau demandait l'abolition depuis 1885, et à l'acceptation des Affaires par Claretie, désormais seul maître à bord. Subventionne Les Temps nouveaux de Jean Grave. Achat de sa première automobile. Le 25 mai, création de sa farce Les Amants au théâtre du Grand Guignol. Préface Un An de caserne d'Eugène Montfort. En août, parution des 21 jours d'un neurasthénique. Été très perturbé à Veneux-Nadon (Seine-et-Marne), où il reçoit Alfred Jarry : crise d'appendicite, accident d'Alice, longue agonie de son fidèle chien Dingo. En octobre, envoie 300 francs à Laurent Tailhade, condamné à la prison pour appel au tsaricide. En novembre, retour à Paris et installation dans un luxueux appartement, sis au 68 de l'avenue du Bois. Le 19 novembre, reprise de Vieux ménages au Grand Guignol. Intervient avec succès pour faire réintégrer dans l'armée le général Geslin de Bourgogne, son ancien condisciple de Vannes, pourtant anti-dreyfusard...

1902

42Le 19 février, création du Portefeuille au théâtre Renaissance-Gémier. Avril-mai : mène bataille en faveur de Pelléas et Mélisande de Debussy. Le 31 mai, numéro de L'Assiette au beurre entièrement réalisé par Mirbeau. En juin, rupture avec Le Journal d'Eugène Letellier, qui lui a refusé un article ; il s’ensuivra un procès, que Mirbeau gagnera. Fausse rentrée à L'Aurore. Le 2 juin, création de Scrupules au Grand-Guignol. Le 15 juin, publication, chez Vollard, d'une édition de grand luxe du Jardin des supplices, illustrée par Rodin. Découverte de Maillol. En août, voyage en voiture à travers la France. À l'automne, passe quelques semaines à Bray-Lu (Seine-et-Oise). Quoique malade, accourt à Paris pour veiller Zola, mort asphyxié, et participer à ses obsèques, le 5 octobre. Actif au sein de la commission chargée d’édifier un monument à Zola ; propose en vain de le confier à Aristide Maillol (cf. Sur la statue de Zola, 1989). Le 14 novembre, lecture privée des Affaires aux comédiens.

1903

43Le 6 janvier, lecture officielle des Affaires. Le 20 avril, première des Affaires sont les affaires, qui remporte un éclatant succès, en France, puis dans toute l'Europe, et même en Amérique. Été à Sainte-Geneviève-par-Vernon, dans l'Eure. Début octobre, Mirbeau assiste à la première de son chef-d'œuvre à Berlin, puis à Vienne. Le 15 novembre, obsèques de Pissarro. Il fait partie du jury Goncourt qui, le 21 décembre, attribue le premier prix Goncourt : à défaut de son candidat préféré, Charles-Louis Philippe, qui ne peut, statutairement, être choisi, vote pour John-Antoine Nau. Collaboration sans lendemain au Canard sauvage et à L'Auto d'Henri Desgrange.

1904

44Interminable procès en Russie, à cause de cinq traductions "pirates" des Affaires sont les affaires ; il est débouté et perd tout droit sur son œuvre... Le 1er février, création d'une farce, Interview, au Grand-Guignol. Participe activement à la commission Becque. Souffre pendant plus de six mois d'abominables maux de tête. Le 25 mars, Alice achète le "château" de Cormeilles-en-Vexin, vaste hôtel du 18e siècle. Le 24 avril, Mirbeau commence à collaborer à L'Humanité de Jaurès. S'attaque au militarisme, à l'autocratie tsariste et participe au combat pour la séparation des Églises et de l'État. Fin juillet, voyage en auto. En novembre, il quitte L'Humanité, "tout est sacrifié à la politique". Commence à travailler au Foyer. Aide très efficacement les fils Pissarro à vendre un bon prix les toiles de Cézanne héritées de leur père. Pour le prix Goncourt, vote en faveur d'Émile Guillaumin. En décembre, séjour à Berne pour soigner la neurasthénie d'Alice.

1905

45Retour à Paris vers le 5 janvier. À l'occasion de la répression de la révolution russe, il est très actif dans le soutien politique et financier apporté au peuple russe et participe à plusieurs meetings de solidarité. Fin janvier, prend l'initiative d'une pétition, couronnée de succès, pour exiger la libération de Maxime Gorki. Participe, avec Anatole France, à la fondation de la Société des amis du peuple russe. Le 1er avril, important article sur Maillol dans La Revue. Au printemps, voyages en voiture à travers la Belgique et la Hollande, puis en Allemagne. À son retour, le 1er juin, subit une perquisition à la suite d'un attentat contre le roi d'Espagne. En juillet, participe à la commission du monument à Blanqui, attribué à Maillol. En août, cure à Pougues. Travaille à La 628-E 8. Publication de Dans l'antichambre, illustré par Edgar Chahine. Crise d'arthrite. En décembre, pour le prix Goncourt, vote en faveur de Jules Huret.

1906

46Achève Le Foyer, pièce subversive, écrite avec l'aide de Thadée Natanson, où il dénonce la charité-business et la corruption des politiciens. En juin, séjour à Vichy. Le 17 juillet, lecture de la pièce à Claretie, qui, épouvanté, refuse une semaine plus tard de la monter à la Comédie-Française. Fin août, Lucien Guitry l'accepte pour la Renaissance, mais renvoie la création à plus tard pour satisfaire le caprice d'une actrice, et Mirbeau reprend son manuscrit le 21 octobre, sans exiger les indemnités auxquelles il a droit. En décembre, après une nouvelle lecture, Claretie reçoit la pièce, amputée de l'acte II, mais avec l'espoir qu'elle sera dûment amendée et édulcorée. Le 14 décembre, vote pour Charles-Louis Philippe.

1907

47Projet, non réalisé, d'une brève étude sur Pissarro. En mars, maladie d'Alice ; Octave est très inquiet. Intervient auprès d'Aristide Briand en faveur de Léautaud. De mai à juillet, série d'articles dans Le Matin contre le mandarinat médical et le scandale des hôpitaux. En juillet, envoie de l'argent à Alfred Jarry. Cure à Contrexéville. Fin octobre, impose l'élection de Jules Renard à l'Académie Goncourt, en jetant sa démission dans la balance. Sollicité, refuse d'assurer la chronique dramatique du nouveau quotidien théâtral, Comœdia ; il n'y publie, le 25 octobre, qu'un seul article à scandale, qui lui vaut une violente querelle avec le requin de la scène Henry Bernstein. Le 3 novembre, obsèques de Jarry. En novembre, publication de La 628-E 8, le premier "roman automobile", où Marinetti salue les prémices du futurisme. Scandale des Belges, qui se jugent outragés. Polémique autour du chapitre sur "La Mort de Balzac" : à la prière de la fille de Mme Hanska, Mirbeau accepte de supprimer in extremis le chapitre litigieux (publié par nos soins en 1989). Le 5 décembre, à contre-cœur, vote pour Moselly au second tour du prix Goncourt.

1908

48À partir du 5 février, répétitions du Foyer, dans un climat de plus en plus hostile. Le 4 mars, Claretie arrête les répétitions, n'ayant pas obtenu de Mirbeau les aménagements exigés. Au terme d'un procès qui tient en haleine toute la France pendant des semaines, et qui divise la presse et le gouvernement Clemenceau, Mirbeau et son collaborateur Thadée Natanson obtiennent satisfaction, le 20 mai, mais renoncent généreusement aux indemnités auxquelles ils ont droit. En juillet, nouvelle cure à Contrexéville. Puis séjour en Forêt-Noire. Grave hémoptysie, suivie d'une longue et lente convalescence. Le 3 décembre, pour le prix Goncourt, vote par correspondance, et sans connaître son identité, en faveur de Valery Larbaud, qui signe "un riche amateur". Le 7 décembre, première du Foyer, qui divise la presse et les spectateurs en deux camps ; succès très honorable, quoique moindre que celui des Affaires.

1909

49Pendant l'hiver, tournée du Foyer en province ; scandale, incidents, manifestations des cléricaux et de l'Action Française, interdiction de la pièce dans certaines villes (notamment Angers, où elle finit cependant par être donnée). Le 10 février, obsèques de Catulle Mendès. Mirbeau achète un terrain à Triel et y fait construire la maison de ses rêves. Travaille à Dingo. Nouvelle cure à Contrexéville. De plus en plus souvent malade (phlébite). Le 8 décembre, vote pour Marius et Ary Leblond. En décembre, découvre avec enthousiasme le manuscrit d'une couturière inconnue, Marguerite Audoux, qui lui est recommandée par Francis Jourdain.

1910

50En janvier, préface le catalogue de l'exposition Vallotton. Pendant l'hiver, collaboration, peu durable, à Paris-Journal. Impose à Rouché la publication de Marie-Claire, de Marguerite Audoux, dans La Grande Revue, en mai ; case le volume chez Fasquelle, en écrit la préface, et organise sa promotion ; énorme succès de ventes, à partir de novembre ; à défaut du prix Goncourt souhaité par Mirbeau, le roman obtient le prix Fémina. Le 15 octobre, Mirbeau s'en prend vigoureusement à son ancien camarade Aristide Briand, qui réprime sévérement et illégalement la grève des cheminots. C'est probablement vers cette époque qu'il rédige L'Amour de la femme vénale (publié par nos soins en 1994), brève étude de la prostitution d'une étonnante modernité, dont nous ne connaissons que la traduction bulgare...

1911-1912

51De plus en plus malade et incapable d'écrire, il se dit "fichu". C'est le jeune Léon Werth, le plus fidèle disciple du vieux maître, qui doit achever Dingo. En septembre 1911, il organise la protestation contre l'arrestation d'Apollinaire dans l'affaire du vol de la Joconde. Le 6 février 1912, prend la défense de l'antimilitariste Gustave Hervé et en profite pour dénoncer une fois de plus les républicains qui trahissent tous leurs engagements. Préface le catalogue des Venise de Monet. Vend à Bernheim, pour 90.000 francs les Iris et les Tournesols de Van Gogh. Pied à terre rue de Longchamp. Pour le prix Goncourt, soutient en vain Neel Doff en 1911 et Charles Vildrac en 1912.

1913

52Préface le catalogue de l'exposition Renoir. Le 2 mai, publication de Dingo chez Fasquelle, après une prépublication dans Le Journal du 20 février au 8 avril ; le chapitre "Dingo chez Claretie" a été supprimé (publié par nos soins en 1994, dans le no 1 des Cahiers Octave Mirbeau). Le grand écrivain est de plus en plus isolé à Triel, où il ne reçoit que peu de visites : Francis Jourdain, Léon Werth, Marguerite Audoux, George Besson et Sacha Guitry, notamment. En décembre, se bat jusqu'au treizième tour de scrutin, mais en vain, pour faire obtenir le prix Goncourt à La Maison blanche de Léon Werth, qu'il préface.

1914-1916

53Préface le catalogue de l'exposition Cézanne chez Bernheim. Désespéré par la déclaration de guerre, qui ruine toutes ses illusions sur l'amitié franco-allemande, Mirbeau est obsédé par la mort de centaines de milliers de Sébastien Roch. Il accuse les marchands de canons Krupp et Schneider d'être les fauteurs de guerre. Écœuré par le bellicisme ambiant, il choisit de se taire. Il décline rapidement, et son affaiblissement physique et mental frappe ses rares visiteurs (Monet et Geffroy entre autres). Amitié avec ses jeunes voisins, les écrivains égyptiens Albert Adès et Albert Josipovici, dont il préface le chef-d'œuvre, Goha le simple. Alice, elle, est très active et s'épanouit dans l'organisation du soutien aux soldats du front et aux blessés... Le 28 juillet 1915, appel "À nos soldats", où il plaide pour la réconciliation franco-allemande au lendemain de la victoire. Le 24 novembre 1915, installation rue Ampère. Sent son cerveau se vider ; pense à la mort comme s'il était déjà mort.

1917

54Le 16 février, mort de Mirbeau au 1 de la rue Beaujon, où il s'est installé le 30 octobre 1916, à proximité de son médecin traitant, le professeur Albert Robin. Le 19 février, Le Petit Parisien détesté publie son prétendu "Testament politique" aux accents patriotards à vomir de dégoût. Il s'agit d'un "faux patriotique" concocté par le renégat Gustave Hervé à la demande de la veuve abusive. Les amis fidèles, scandalisés, protestent, lors des obsèques, et dans les semaines qui suivent, contre cette trahison posthume, Léon Werth, George Besson, Francis Jourdain, Georges Pioch, notamment. Mais ils n'ont aucun moyen de s'exprimer dans la presse, soumise à la censure, et de rétablir publiquement la vérité. Cela ne contribuera pas peu à brouiller l'image de notre justicier.

1918-1928

55Alice publie chez Flammarion quatorze volumes d'œuvres posthumes : La Vache tachetée, La Pipe de cidre, Chez l'illustre écrivain, Un Homme sensible, Un Gentilhomme, Les Mémoires de mon ami, Les Souvenirs d'un pauvre diable, Le Petit gardeur de vaches, Des artistes (2 vol.), Gens de théâtre, Les Écrivains (2 vol.), Les Grimaces et quelques autres chroniques. Mais elle ne publie ni les articles anarchistes, ni les chroniques de L'Aurore, ni celles de L'Humanité... En 1919, elle vend la bibliothèque et les autographes d'Octave, ainsi que sa très riche collection de tableaux et de sculptures : dispersion extrêmement dommageable de documents et d'œuvres d'art exceptionnels, totalement contraire aux vœux de l'écrivain...

1931

56Le 12 juillet, mort d'Alice Regnault, épouse Mirbeau. Elle lègue ses biens à l'Académie des Sciences, que Mirbeau a constamment tympanisée...

1938

57Reprise du Foyer au Théâtre du Peuple.

1965-1966

58Publication du premier travail universitaire sur Mirbeau, signé par un Américain, Martin Schwarz. Dépôt, à la Sorbonne, du premier sujet de thèse d'État consacrée à L'Œuvre d'Octave Mirbeau.

1977

59Publication d'un certain nombre de romans, par Hubert Juin, dans la collection 10/18. Mirbeau commence à sortir du purgatoire.

1988-1995

60Redécouverte de Mirbeau : publication d'une trentaine de volumes d'inédits (dont nombre de textes publiés sous divers pseudonymes et complètement insoupçonnés) ; parution de sa première et monumentale biographie ; organisation de deux colloques internationaux, dont les Actes sont publiés ; fondation d'une Société Octave Mirbeau ; parution du premier des Cahiers Octave Mirbeau ; constitution d'un fonds Mirbeau à Angers ; début de la publication de sa Correspondance générale, prévue en huit volumes. Et ce n'est pas fini : devrait paraître prochainement la première édition critique de la totalité de son œuvre romanesque et théâtrale ; un nouveau colloque devrait avoir lieu en 1996 ; les mémoires de maîtrise ou de D. E. A. et les thèses françaises ou étrangères sur Mirbeau commencent à se multiplier...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search