Version classiqueVersion mobile

Women and Scotland

 | 
Marie-Odile Pittin-Hedon

Women in Politics and Culture

Un enjeu genré? Les femmes écossaises et l’indépendance

Gilles Leydier

Résumé

The place of women in the political debates about Scottish autonomy is an old and recurrent issue. During the national debate which took place before the referendum on Scottish independence of September 2014, the issue of the attitudes of women towards Scotland’s constitutional future found a new echo in the media, with opinion polls and surveys all reporting a weaker mobilisation of Scottish women in favour of the independence project. The aim of this article in to analyse the gender gap, by questioning its roots and the way this political and social debate has been recently carried on within the media and academic circles.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Woman’s claim of Right Group (eds.), A Woman’s Claim of Right in Scotland, Edinbur (...)
  • 2 Voir par exemple Mege-Revil, Elisabeth, La Représentation politique des femmes en Écosse: dévolutio (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Voir par exemple McMillan, Joyce and Ruth Fox, “Has Devolution delivered for Women?”, in Hansard So (...)

1La place des femmes dans les débats politiques sur l’autonomie de l’Écosse est un thème ancien et récurrent. Si l’on se concentre sur la période récente, plusieurs études ont ainsi mis en évidence le rôle important joué par les femmes écossaises dans le processus débouchant sur la dévolution de 1997, notamment par l’investissement des associations féminines au sein de la Convention constitutionnelle écossaise.1 D’autres travaux ont montré comment la thématique du changement constitutionnel et de la représentation des femmes en politique avaient cheminé de façon parallèle dans les années 1980 et 1990, et le rôle central qu’avait joué le parti travailliste dans la promotion concomitante de ces deux enjeux.2 Ou comment l’émergence d’un féminisme municipal au sein des collectivités locales écossaises avait constitué une alternative au thatchérisme et préparé le changement institutionnel de 1997-1999.3 D’autres études ont également abordé la question de la place des femmes écossaises au sein des nouvelles institutions décentralisées, en s’interrogeant sur l’impact de cette représentation féminine sur les politiques publiques du parlement écossais ou sur la promotion de la cause des femmes au sein de la société écossaise.4

  • 5 Riddoch, Leslie, Independence Vote Split by Gender, The Scotsman, 29/03/13.
  • 6 Ormston, Rachael, Why don’t more Women support Independence? ScotCen Briefing paper, 26/ 04/13.
  • 7 Kenny, Meryl, Engendering the Independence Debate, Scottish Affairs, vol. 23 n° 3, 2014, 323-331.
  • 8 Sturgeon, Nicola, Win about Women and we will win the Referendum, Daily Telegraph, 4/03/14.

2Lors du débat national précédant le référendum sur l’indépendance de septembre 2014, la question de l’attitude des femmes face à l’avenir institutionnel de l’Écosse a trouvé un nouvel écho dans les média, à la lumière des sondages, enquêtes et reportages faisant état d’une moindre mobilisation des femmes écossaises en faveur du projet indépendantiste. Independence vote split by gender, titrait par exemple le Scotsman en mars 2013.5 Why don’t more women support independence? S’interrogeait une enquête du Scot Social Research Center et de Social Attitudes Survey en avril de la même année.6 Dans le Scottish Affairs de l’été 2014, l’universitaire Meryl Kenny appelait la société écossaise à « Engendering the independence debate »7 tandis qu’au même moment Nicola Sturgeon, alors vice-Premier Ministre, affirmait publiquement « Win about women and we will win the referendum »8, ce qui relevait à la fois d’une évidence statistique – les femmes représentent environ 52 % de la population écossaise de plus de 16 ans, c’est-à-dire de l’électorat en âge de voter lors du référendum – et du constat de l’existence d’un incontestable écart entre les sexes sur le thème de l’indépendance.

3Le but de cet article est de questionner ce gender gap, en s’interrogeant sur ses racines et sur la façon avec laquelle ce débat à la fois politique et sociétal est aujourd’hui conduit en Écosse dans les média et les milieux académiques.

Un gender gap persistant

  • 9 Scottish Social Attitudes Survey, 2014.

4Depuis que les Écossais sont sondés régulièrement sur leurs préférences en matière d’avenir constitutionnel, un différentiel persistant a été enregistré dans les réponses données par les hommes et les femmes écossaises sur l’objectif politique de l’indépendance. Ainsi depuis l’instauration de la dévolution en 1999, ce différentiel a varié entre trois points (en 2003 et 2010) et dix points (en 2002 et 2007), et été en moyenne de 6/7 points.9

  • 10 Voir par exemple Lord Ashcroft’s Scottish Referendum Poll, 2014.

5Le jour du référendum l’écart entre les deux sexes a correspondu à la fourchette basse de cet écart: on estime en effet que 44 % des femmes écossaises ont voté « oui » à l’indépendance contre 47 % des hommes – soit un écart de trois points – l’écart le plus grand se situant dans les catégories de la population les plus aisées AB (+6 %).10 Ce résultat a confirmé une nouvelle fois que le camp du « oui » à l’indépendance connaissait des difficultés d’attractivité spécifiques auprès de l’électorat féminin, et certaines limites à « capturer l’imaginaire féminin ».

  • 11 Dunt, Ian, Why are Women so against Scottish Independence, Politics.co.uk, 13/08/14.

6Comme cela a été relevé par certains universitaires, cet écart récurrent est tout à fait comparable avec les résultats enregistrés sur ce même enjeu dans d’autres nations périphériques engagées dans le processus d’indépendance, comme cela a pu être observé par exemple au Québec ou en Catalogne.11

  • 12 Scottish Election Survey, 1997.
  • 13 Hassan, Gerry, Mind the Gap: Gender and the Debate over Scotland’s Future, Open Democracy, 29/03/13

7Par ailleurs cet écart était déjà perceptible et d’un même ordre de grandeur lors des précédents référendums constitutionnels, ceux sur la dévolution de 1979 et 1997. Ainsi lors du référendum de 1997 qui approuva le principe de la dévolution, les études de la Scottish Election Survey ont mis en avant un écart de sept points en faveur des hommes – 73 % de oui, contre 66 % chez les femmes en réponse à la première question portant sur la création du parlement écossais –12 et un écart de 17 points sur la deuxième question, qui concernait la possibilité pour le futur parlement écossais d’augmenter les impôts.13

8Plusieurs enquêtes de terrain et articles journalistiques, ainsi que de très nombreux sondages, ont permis de se faire une idée un peu plus précise de la nature de ce gender gap. Ainsi par exemple à la question « If Scotland were to become independent would you feel confident, worried or neither? », 29 % des hommes écossais se déclaraient en 2012-2013 très ou assez confiants (respectivement 10 et 19 %), contre seulement 20 % des femmes (respectivement 4 % et 16 %) – soit un écart de 9 points – tandis que le pourcentage de l’électorat « inquiet » par la perspective de l’indépendance était de 56 % chez les femmes, contre 50 % chez les hommes – soit un écart de 6 points.

  • 14 Scottish Social Attitudes. Sondages compilés sur le site What Scotland Thinks.

9À la question « If Scotland were to become independent would the economy be better, worse or no difference »? 39 % de l’électorat masculin croyait en 2012-2013 à une amélioration de l’état de l’économie écossaise en cas d’indépendance, contre 33 % pour les femmes – soit une différence de 6 points14.

  • 15 Ibid.

10À la question « If Scotland were to become independent how sure or unsure are you about what will happen »? 41 % des hommes écossais se déclaraient absolument ou tout à fait certains (respectivement 10 et 31 %) de ce que serait une Écosse indépendante, contre seulement 29 % (respectivement 7 et 22 %) des femmes écossaises – soit un écart de 12 points15.

  • 16 Ibid.

11Enfin à la question « As a result of independence do you think the Scottish government would have more or less money available to spend on public services »? 34 % des femmes écossaises seulement estimaient qu’une Écosse indépendante disposerait de moyens financiers supplémentaires pour investir dans les services publics, en comparaison d’une proportion de 41 % dans la population masculine – soit un différentiel de 7 points16.

12Ces résultats dessinent le portrait d’une population féminine plus sceptique, moins optimiste sur la réalité et le potentiel économiques d’une Écosse indépendante, et plus encline à considérer l’option indépendantiste comme un projet incertain et/ou risqué.

Les motivations de l’électorat féminin

13Si l’on s’interroge sur les motivations de l’électorat féminin, plusieurs éléments d’explication ont été mis en avant par les commentateurs, qu’il s’agit d’analyser. Une première hypothèse avancée pour expliquer le gender gap a trait à l’affirmation identitaire. On sait que la revendication d’indépendance est fondamentalement plus forte chez les Écossais qui revendiquent une identité politique exclusivement écossaise. Ainsi les résultats du référendum ont montré que les Écossais se considérant uniquement écossais – et non britannique – ont voté « oui » à l’indépendance pour 90 % d’entre eux, tandis que ceux revendiquant une identité majoritairement écossaise – plus écossaise que britannique – ont voté « oui » pour les deux tiers, tandis que dans la catégorie s’affirmant « autant écossais que britannique », le vote pour l’indépendance était d’un quart de l’électorat seulement. Dans ces conditions un moindre soutien des femmes écossaises à l’indépendance pourrait être lié à une moindre revendication de l’identité écossaise.

  • 17 Scottish Social Attitudes Survey, 2014.
  • 18 Ibid.

14Or cette hypothèse ne se vérifie pas lorsque l’on constate que les femmes ne sont pas moins nombreuses que les hommes à se déclarer avant tout écossaises. Plusieurs enquêtes démontrent même que le pourcentage au sein de la population qui revendique une identité exclusivement ou majoritairement écossaise est plus élevé chez les femmes que chez les hommes (57 % contre 50 % en 2012 par exemple)17. Et d’autre part on constate que le gender gap apparait aussi manifeste à l’intérieur de la catégorie de la population se considérant prioritairement écossaise: ainsi au sein du groupe revendiquant une identité exclusivement écossaise, l’écart enregistré entre les sexes est conséquent, au détriment des femmes qui sont assez nettement moins nombreuses à choisir l’indépendance (53 % des hommes contre 40 % des femmes en 2012)18.

  • 19 Mackay, Fiona, and Mery Kenny, “Women’s political representation and the SNP: Gendered paradoxes an (...)

15Une deuxième hypothèse, évoquée dans les médias écossais jusqu’au référendum de septembre 2014 afin de justifier le moindre engouement des femmes écossaises en faveur de l’indépendance, concernait le parti nationaliste lui-même, premier promoteur de l’indépendance, et son leader. Car d’une part le gender gap sur l’attitude face à l’indépendance renvoie à celui observable dans la sociologie électorale du SNP. Ce dernier recueille en effet traditionnellement moins de soutien auprès de l’électorat féminin, et par ailleurs témoigne historiquement d’une sous-représentation des femmes parmi ses militants et ses élus, s’étant jusqu’à récemment montré hostile à mettre en place une politique volontariste de promotion des femmes par l’intermédiaire de quotas, contrairement à son principal concurrent travailliste19.

16Par ailleurs, au-delà de la culture politique propre au SNP a été posée la question de l’équation personnelle de son dirigeant historique Alex Salmond. Cette analyse s’appuie sur de nombreuses enquêtes montrant que le charismatique leader du SNP et Premier Ministre jusqu’à septembre 2014, globalement très populaire auprès de la population écossaise tout au long de ses deux mandats à la tête du gouvernement écossais, l’était assez nettement moins auprès de l’électorat féminin. Ainsi par exemple suite au triomphe du SNP aux élections parlementaires de 2011, si 60 % des hommes attribuaient à Salmond une note de 7 à 10 – sur une échelle de 1 à 10 – pour évaluer sa performance en tant que First Minister, le ratio chez les femmes était de 40 %, soit un écart de 20 points. Dans ces conditions étant donnée la corrélation étroite existant entre Salmond et le projet indépendantiste qu’il a personnellement incarné et porté depuis les débuts de la dévolution, il était assez tentant d’adopter cette perspective.

17Cependant cette analyse doit être nettement pondérée. D’abord en tenant compte du fait que le gender gap était déjà observable en Écosse entre 2000 et 2004, soit la période où Salmond s’était mis en retrait et où le SNP était présidé par John Swinney. Ensuite en considérant que le « problème » de Salmond vis-à-vis des femmes est, selon les différents sondages, également identifiable à l’intérieur des supporters du SNP et des partisans de l’indépendance.

  • 20 Ormston, 2013.

18Ainsi toujours en 2011 il apparaissait que parmi les femmes écossaises favorables à l’indépendance, la note moyenne attribuée à Salmond était de 6,9 /10, alors qu’elle était de 7,8/10 chez les hommes partisans de l’indépendance20. Donc si Salmond n’a pas forcément constitué le meilleur atout pour convaincre les Écossaises des bienfaits de l’indépendance, il ne peut être considéré comme la cause principale du gender gap, un gender gap qui semble d’ailleurs s’être poursuivi après lui.

Des enjeux politiques genrés?

  • 21 McAngus, Craig, Scottish Independence and Women, The future of the UK and Scotland, 15/01/2014.

19Une troisième piste, qui a été mise en avant pour expliquer le gender gap, a trait à la nature des enjeux débattus à l’occasion du débat sur l’avenir institutionnel de l’Écosse. Selon cette hypothèse le débat sur l’indépendance écossaise tendrait à minorer, voire ignorer, les enjeux qui intéressent spécifiquement l’électorat féminin, et seraient susceptibles de le mobiliser en faveur du changement institutionnel. Cette approche repose en partie sur une vision stéréotypée, soutenue par l’idée qu’il existe des thèmes politiques genrés, certains s’adressant particulièrement voire exclusivement à l’électorat féminin, comme par exemple l’éducation ou la santé. Or les enquêtes sociologiques ne font pas état de différences fondamentales dans les priorités affichées par les électorats féminin et masculin en termes de politique publique21. Ainsi depuis la crise financière de 2008, toutes les enquêtes ont montré que la priorité de la population écossaise, tous sexes confondus, concernait l’action du gouvernement écossais en faveur de l’amélioration de l’état de l’économie, et que l’avenir des retraites ou de la devise monétaire occupait aussi une place d’égale importance dans les soucis prioritaires de l’électorat, féminin comme masculin.

  • 22 Leydier, Gilles, « Mobilisation (record) et polarisation (spectaculaire) de l’électorat écossais au (...)

20Et de même à l’occasion du référendum de 2014, on a pu constater que c’est la situation et l’avenir du National Heath Service qui sont apparus comme la motivation première de l’électorat écossais au moment du vote – 45 % des votants choisissant cet enjeu comme facteur numéro un, hommes et femmes confondus – même s’il faut noter que cette priorité accordée au NHS a été encore plus nettement marquée chez l’électorat féminin – une motivation principale pour une femme sur deux– que chez les hommes – 39 % soit un écart de 11 points.22

  • 23 Engender, Gender Equality and Scotland’s constitutional Future, 2014.
  • 24 Mc Angus, Craig, What constitutional scenario do Scots think is better for gender equality and chil (...)

21Un autre aspect de ce débat, souvent mis en avant par des organisations féministes écossaises telles qu’Engender23, concerne l’impact d’un éventuel changement institutionnel sur la parité et l’égalité hommes-femmes dans les domaines politiques, économiques et sociaux24. La création du Parlement écossais a, dans un premier temps, permis l’accès de nombreuses femmes à des responsabilités politiques nationales et la féminisation d’une scène politique écossaise très masculine et longtemps imprégnée de culture machiste. Le premier parlement écossais en 1999 a ainsi vu un pourcentage de femmes MSPs de 37,2 %, taux qui est monté à près de 40 % en 2003, proche des modèles scandinaves.

  • 25 Kenny, Meryl and Fiona Mackay, In the balance: women and the 2011 Scottish Parliament elections, Sc (...)
  • 26 Les femmes représentent actuellement 45 députés au parlement écossais de Holyrood sur un total de 1 (...)

22Cependant par la suite, les tendances initiales et les promesses de la dévolution, portées par le parti travailliste et visant la parité absolue en termes de représentation, n’ont pas été confirmées25. Le pourcentage de femmes MSPs plafonne ainsi autour d’un tiers de la représentation à Holyrood – 33,3 % en 2007, puis 34,8 % en 2011 et encore 34,8 % lors des dernières élections de mai 2016 –26 ce qui reste tout de même assez nettement supérieur à la norme britannique et à la moyenne européenne.

23Dans le même temps la scène politique a cependant vu l’émergence de figures féminines de premier plan, et l’accession de femmes au leadership des principaux partis écossais: Wendy Alexander – de 2007 à 2008 – Johann Lamont – de 2011à 2014 – puis Kezia Dugdale – depuis 2015 – pour les travaillistes, Anabel Goldie – de 2005 à 2011 – puis Ruth Davidson – depuis 2011– pour les conservateurs et Nicola Sturgeon pour le SNP – depuis 2014. Fin 2016 les responsables des trois principaux partis politiques écossais étaient des femmes, une perspective inimaginable il y a peu.

24Le débat autour de l’indépendance a fait néanmoins rebondir celui sur l’égalité hommes-femmes, autour de la problématique suivante: dans quelle mesure une Écosse indépendante pourrait-elle être une terre d’égalité entre les hommes et les femmes, promouvant plus et mieux la cause des femmes que ne l’a fait jusqu’à présent la dévolution institutionnelle?

  • 27 Kenny, Meryl, Engendering the Independence Debate, Scottish Affairs vol. 23 n° 3, 2014, 323-331.

25L’association Women for Independence s’est notamment emparée de cette question dans les mois précédant le référendum, faisant valoir la représentation insuffisante des femmes dans les débats publics sur l’indépendance – à l’exception de quelques figures notables comme Liz Lochhead, Elaine C. Smith et évidemment Nicola Sturgeon – ainsi que la faible place accordée dans le débat aux enjeux spécifiques aux femmes et à la promotion de l’égalité entre les sexes27.

26Parallèlement à l’approche du référendum, le gouvernement écossais nationaliste d’Alex Salmond a mis en avant un projet visant à étendre la childcare provision et développer les crèches et les nurseries – un thème genré par excellence – tout en renforçant la présence des femmes au sein du gouvernement écossais – par la nomination de Shona Robinson et Angela Constance dans le Cabinet – dans l’optique évidente d’un game changer susceptible de séduire l’électorat féminin.

27Or que nous disent les différentes études sur ce sujet, notamment celles de Scottish Social Attitudes Survey? Celles-ci montrent assez clairement qu’il existe un lien entre le soutien à l’indépendance écossaise et la volonté de promouvoir la parité et l’égalité hommes-femmes. Autrement-dit il existe au sein de la population écossaise le sentiment majoritaire qu’une Écosse indépendante serait susceptible d’améliorer la situation en matière d’égalité entre les sexes et de child care, plus que dans la situation actuelle au sein du Royaume-Uni.

  • 28 Ormston, Rachael, Why don’t more Women Support Independence? 26/04/13, Scot Cen Social Research.

28En revanche, comme l’a montré notamment l’enquête menée par Rachel Osmston28, il n’est pas évident que ces enjeux aient un impact supérieur auprès de l’électorat féminin. En effet les femmes écossaises ne semblent pas être beaucoup plus sensibilisées que les hommes à une politique volontariste des pouvoirs publics en matière d’égalité entre les sexes. Et hommes et femmes considèrent tous deux de façon statistiquement comparable que les efforts du Parlement écossais visant à donner des chances égales aux femmes ont été « globalement corrects ». Et par ailleurs la promotion de l’égalité des chances pour les femmes n’est pas plus à relier à l’attitude de ces dernières envers l’indépendance que ce n’est le cas pour la population masculine. Ainsi en 2013 parmi les femmes écossaises estimant que l’investissement des institutions écossaises en faveur de l’égalité hommes-femmes avait été insuffisant, 28 % d’entre elles étaient favorables à l’indépendance, alors que chez les hommes la proportion dans cette même catégorie était comparable voire même légèrement supérieure (32 %).

Risque et incertitudes

  • 29 Ormston, Rachael, Salmond, the Economy and an Uncertain Future, What Scotland thinks, 19/06/13.

29Un quatrième type d’explications a été avancé afin de justifier le gender gap sur le projet d’indépendance. Ces analyses renvoient aux notions de risque et d’incertitude, et à l’attitude des Écossais face à cette problématique.29

  • 30 Mc Angus, Craig, What constitutional scenario do Scots think is better for gender equality and chil (...)

30Les différentes enquêtes ayant sondé la population écossaise à l’occasion de la campagne référendaire ont montré que si les facteurs démographiques ou socio-économiques avaient joué un rôle important dans le résultat final du référendum, un autre facteur ne devait pas être négligé: les électeurs les plus enclins à prendre des risques, et ceux ayant le plus de certitudes concernant les conséquences de l’indépendance, ont été les plus susceptibles de votre « oui » à celle-ci. Ainsi par exemple parmi les Écossais estimant que l’indépendance aurait pour effet d’améliorer l’état de l’économie et qui étaient sûrs des effets probables de l’indépendance, le pourcentage des partisans de l’indépendance était de 68 %. Par contre chez les Écossais estimant que l’indépendance aurait pour effet d’améliorer l’état de l’économie mais qui n’étaient pas sûrs des effets probables de l’indépendance, la proportion était pratiquement divisée par deux, chutant à 36%30.

31Sur ce point les différentes études menées auprès de l’opinion écossaise renvoient l’image d’un électorat féminin globalement plus dubitatif ou plus pessimiste sur l’après-indépendance. Si les attentes des électorats féminin et masculin par rapport à une éventuelle indépendance sont très proches, les femmes sont beaucoup plus nombreuses à exprimer un sentiment d’incertitude sur la suite.

32Cette attitude des femmes écossaises face au changement institutionnel a donné lieu à un vif débat interprétatif parmi les chercheurs écossais. Un premier niveau d’analyse a fait valoir une tendance inhérente des femmes à la prudence, l’hésitation et à la résistance au changement. Le sociologue John Curtice a ainsi déclaré:

  • 31 Riddoch, Leslie, Independence Vote Split by Gender, The Scotsman, 29/03/13.

Perhaps in inviting us to step boldly into a bright, but as yet unfamiliar future, the rhetoric of the Yes camp is one that resonates more with the hunter-gatherer, assertive side of our natures rather than our desire for calm and security. And stereotypical though the observation might be, maybe this appeals to fewer women than to their male, more macho counterparts31.

33D’autres commentateurs – essentiellement des commentatrices – ont critiqué cette analyse pour proposer une explication plus subtile mais pas forcément moins stéréotypée. Ainsi pour Fiona Mackay:

  • 32 Ibid.

the poll result may be a rational response to the lack of authoritative, non-partisan information and analysis. Women may also be more willing to admit they don’t know and men more likely to overestimate their own competence”32.

34Pour Leslie Riddoch:

  • 33 Ibid.

“Female hesitation over independence is a rational response to warm words that never quite translate into action, great frameworks that are not matched by even competent delivery, and the prospect of a new boss just like the old boss – male, stale and pale33.

35De fait les différentes analyses, complémentaires plus qu’antagonistes, débouchent sur une dichotomie entre deux catégories de partisans de l’indépendance: d’une part les nationalistes « émotionnels » et de conviction votant avec leur cœur, de l’autre les nationalistes pragmatiques et rationnels votant avec leur tête. Pour Rachel Ormston:

Women are reacting to arguments about independence with their heads rather than their hearts… more men are “emotional” nationalists… The SNP is unlikely to convince women through appeals to national pride, freedom or other “emotional”

  • 34 Ormston.

36concepts. It will have to convince them through rational arguments about practical consequences34.

Conclusion

37Il semble difficile de mettre en évidence une cause unique et objective expliquant le gender gap et sa persistance, et il est important de souligner que les attentes de l’électorat féminin et masculin d’une éventuelle indépendance écossaise sont globalement les mêmes. Le gender gap n’est pas fondamentalement lié au fait que les femmes écossaises auraient des priorités politiques différentes de celles des hommes, pas plus qu’il n’est à mettre en résonance avec une moindre revendication de leur identité écossaise. Si la culture politique interne au SNP et l’équation personnelle de son leader ont pu constituer un frein à l’engouement des femmes écossaises pour l’indépendance dans le passé, il n’est pas sûr que cet argument ait été décisif et qu’il soit encore pertinent aujourd’hui. Si les femmes écossaises ne sont pas plus négatives que les hommes dans leurs attentes des conséquences de l’indépendance, elles sont plus enclines à reconnaitre leur incapacité à dessiner les contours d’une Écosse indépendante et à porter un jugement réaliste et pragmatique sur les nombreuses incertitudes qui alimentent le débat.

  • 35 Voir par exemple Woman of 2014: Nicola Sturgeon, Scotland’s First Minister, The Financial Times, 12 (...)
  • 36 Sturgeon, Nicola, Scottish independence lies in the hands of risk-averse women, Daily Telegraph, 17 (...)

38L’après référendum a ouvert une nouvelle phase de ce débat, notamment en raison de l’accession symbolique d’une femme à la tête du SNP et du gouvernement écossais.35 Nicola Sturgeon qui, au moment de son accession à la tête de l’Écosse, affichait comme modèle politique Hillary Clinton et comme anti-modèle Margaret Thatcher, aime à se définir comme une « rational nationalist », et elle semble convaincue que l’argument de l’indépendance ne pourra être gagné auprès de la population qu’en apportant des réponses concrètes à ses interrogations. Le 17 septembre 2014, veille du référendum sur l’indépendance, elle déclarait par exemple « Scottish independence lies in the hands of risk-averse women »36.

39En même temps Nicola Sturgeon se revendique aussi comme une féministe, défenseur de la cause des femmes et soucieuse de les promouvoir au sein de la société écossaise. Son gouvernement est aujourd’hui pratiquement paritaire et le Cabinet écossais comptait en 2017 et pour la première fois de l’histoire britannique autant de femmes que d’hommes – quatre pour chaque sexe – même si la répartition des tâches à l’intérieur demeure traditionnellement assez genrée (avec des femmes ministres dans les secteurs de l’éducation, la santé, la sécurité sociale, la culture et l’environnement, mais des hommes à l’économie, aux finances, à la justice et aux questions constitutionnelles).

40De même, au sein du nouveau Parlement écossais élu en 2016, le pourcentage de femmes au sein du groupe majoritaire SNP n’a jamais été aussi important – 27 MSPs sur 67, soit 44 % – un chiffre dépassé seulement par celui du Labour (48 %). Par ailleurs la campagne référendaire de 2014 a fait émerger des militantes qui ont pu trouver une place parmi les candidats nationalistes investis lors des élections législatives l’année suivante. En conséquence, à Westminster, une féminisation certaine du groupe nationaliste s’est opérée et 20 des 56 MPs élues en 2015 étaient des femmes, soit 36 %. Parallèlement Nicola Sturgeon a fait de la promotion de l’égalité hommes-femmes dans la vie économique et politique un de ses thèmes prioritaires, si besoin par l’instauration d’une politique volontariste basée sur les quotas (avec par exemple l’objectif dans les entreprises d’arriver à des conseils d’administration paritaire d’ici 2020). « Time has come for quotas » affirme-t-elle, reprenant en cela le discours travailliste des années pré-dévolution. Enfin, elle affiche une politique sociale plus généreuse notamment en matière de child care provision, susceptible de séduire l’électorat féminin.

41Tous ces éléments dessinent les contours d’un environnement politique, au sein du SNP et de la représentation écossaise, plus favorable à l’écoute de voix féminines dans le débat constitutionnel. Cependant si ces évolutions récentes débouchent sur un parti et un gouvernement nationalistes plus « woman-friendly » que par le passé, il n’en demeure pas moins que la question des perspectives économiques, financières et sociales d’une Écosse indépendante vont demeurer au cœur du débat sur l’indépendance. Et que c’est sur leur capacité à rassurer sur les gains concrets résultant du changement institutionnel que les nationalistes devront faire porter leurs efforts – auprès de l’ensemble de l’électorat écossais, et encore plus auprès des femmes – s’ils veulent emporter la victoire.

Bibliographie

Bibliographie

Bell, Christine and Fiona Mackay, “Women and Constitutional Change: Engendering Visions of a New Scotland”, in Hassan, Gerry and James Mitchell (eds.), After Independence, Edinburgh: Luath Press, 2013.

Breitenbach, Esther and Fiona Mackay (eds.), Women and Contemporary Scottish Politics, Edinburgh: Polygon, 2001.

Breitenbach, Esther, « Les femmes écossaises face au changement constitutionnel » in Dixon, Keith (ed.), L’Autonomie écossaise. Essais critiques sur une nation britannique, Grenoble: Ellug, 2001, 53-73.

Brown, Alice and Fiona Myers, “Understanding Women in Scotland”, Feminist Review n° 58, 1998, 44-65.

Curtice, John, “Closing the Gap: Why Women’s Voices could be a Deciding Factor in the Independence Referendum” in Holyrood Magazine, 5/11/2012.

Duclos, Nathalie, « Femmes et pouvoir politique dans l’Écosse contemporaine », in Auer, Christian, Armel Dubois-Nayt & Nathalie Duclos (eds.), Femmes, pouvoir et nation en Écosse du xvie siècle à aujourd’hui, Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires de Septentrion, 2012, 101-133.

Dunt, Ian, “Why are Women so against Scottish Independence”, in Politics.co.uk, 13/08/14.

Engender, Gender Equality and Scotland’s Constitutional Future, 2014.

Financial Times (The), Woman of 2014: Nicola Sturgeon, Scotland’s First Minister, 12/12/2014.

Hassan, Gerry, “Mind the Gap: Gender and the Debate over Scotland’s Future”, in Open Democracy, 29/03/13.

Independent (The), Nicola Sturgeon: How a solicitor from Ayrshire became one of the most powerful women in politics, 30/06/16.

Kenny, Meryl, “Engendering the Independence Debate”, in Scottish Affairs, vol. 23 n° 3, August 2014, 323-331.

Kenny, Meryl and Fiona Mackay, “In the Balance: Women and the 2011 Scottish Parliament Elections”, in Scottish Affairs 76, 2011, 74-86.

Kenny, Meryl and Fiona Mackay, “Less Male, Pale and Stale? Women and the 2012 Scottish Local Government Elections”, in Scottish Affairs, 2012, 20-32.

Kenny, Meryl and Fiona Mackay, “When is Contagion not very Contagious? Dynamics of Women’s Political Representation in Scotland”, in Parliamentary Affairs 76, 2014, 866-886.

Leydier, Gilles, « Mobilisation (record) et polarisation (spectaculaire) de l’électorat écossais autour de l’enjeu de l’indépendance », in Duclos, Nathalie (ed.), Le Référendum sur l’indépendance en Écosse, Revue française de civilisation britannique, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Paris, vol. XX, n° 2, 2015.

MacKay, Fiona, “Travelling the Distance? Equal Opportunities and the Scottish Parliament”, in Jeffery, Charley and James Mitchell (eds.), The Scottish Parliament 1999-2009: The First Decade, Edinburgh: Luath Press & Hansard Society, 2009, 49-55.

Mackay, Fiona and Meryl Kenny, “Women’s Political Representation and the SNP: Gendered Paradoxes and Puzzles”, in Hassan, Gerry (ed.), The Modern SNP: from Protest to Power, Edinburgh: Edinburgh University Press, 2009, 42-54.

McAngus, Craig, “Scottish Independence and Women”, in The Future of the UK and Scotland, 15/01/2014.

Mc Angus, Craig, “What Constitutional Scenario do Scots think is better for Gender Equality and Child Care Provision?”, in The future of the UK and Scotland, 23/07/2014.

McMillan, Joyce and Ruth Fox, “Has Devolution delivered for Women?”, in Hansard Society & British Council Scotland, 2010.

Mege-Revil, Elisabeth, La Représentation politique des femmes en Écosse: dévolution et parlement écossais 1979-2009, Thèse de doctorat non publiée, Université de Lille, 2015.

Ormston, Rachael, “Why don’t more Women support Independence?”, in ScotCen Briefing paper, 26/ 04/13.

Ormston, Rachael, “Salmond, the Economy and an Uncertain Future”, in What Scotland thinks, 19/06/13.

Ormston, Rachael, “Why Women may hold the Key to 18th September”, in What Scotland Thinks, 22/ 04/14.

Riddoch, Leslie, “Independence Vote split by Gender”, in The Scotsman, 29/03/13.

Woman’s Claim of Right Group (eds.), A Woman’s Claim of Right in Scotland, Edinburgh: Polygon, 1991.

Notes

1 Voir par exemple Woman’s claim of Right Group (eds.), A Woman’s Claim of Right in Scotland, Edinburgh: Polygon, 1991; Esther Breitenbach, “The Women’s Movement in Scotland in the 1990’s”, in Esther Breitenbach & Fiona Mackay (eds.), Women and Contemporary Scottish Politics, Edinburgh: Polygon, 2001.

2 Voir par exemple Mege-Revil, Elisabeth, La Représentation politique des femmes en Écosse: dévolution et parlement écossais 1979-2009. Thèse de doctorat non publiée, Université de Lille, 2015.

3 Ibid.

4 Voir par exemple McMillan, Joyce and Ruth Fox, “Has Devolution delivered for Women?”, in Hansard Society & British Council Scotland, 2010; MacKay, Fiona, “Travelling the Distance? Equal Opportunities and the Scottish Parliament”, in Jeffery, Charley and James Mitchell (eds.), The Scottish Parliament 1999-2009: The First Decade, Edinburgh: Luath Press & Hansard Society, 2009, 49-55; Kenny, Meryl and Fiona Mackay, “In the Balance: Women and the 2011 Scottish Parliament Elections”, in Scottish Affairs 76, 2011, 74-86.

5 Riddoch, Leslie, Independence Vote Split by Gender, The Scotsman, 29/03/13.

6 Ormston, Rachael, Why don’t more Women support Independence? ScotCen Briefing paper, 26/ 04/13.

7 Kenny, Meryl, Engendering the Independence Debate, Scottish Affairs, vol. 23 n° 3, 2014, 323-331.

8 Sturgeon, Nicola, Win about Women and we will win the Referendum, Daily Telegraph, 4/03/14.

9 Scottish Social Attitudes Survey, 2014.

10 Voir par exemple Lord Ashcroft’s Scottish Referendum Poll, 2014.

11 Dunt, Ian, Why are Women so against Scottish Independence, Politics.co.uk, 13/08/14.

12 Scottish Election Survey, 1997.

13 Hassan, Gerry, Mind the Gap: Gender and the Debate over Scotland’s Future, Open Democracy, 29/03/13.

14 Scottish Social Attitudes. Sondages compilés sur le site What Scotland Thinks.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Scottish Social Attitudes Survey, 2014.

18 Ibid.

19 Mackay, Fiona, and Mery Kenny, “Women’s political representation and the SNP: Gendered paradoxes and puzzles” in Gerry Hassan (ed.), The Modern SNP: from Protest to Power, Edinburgh: Edinburgh University Press, 2009, 42-54.

20 Ormston, 2013.

21 McAngus, Craig, Scottish Independence and Women, The future of the UK and Scotland, 15/01/2014.

22 Leydier, Gilles, « Mobilisation (record) et polarisation (spectaculaire) de l’électorat écossais autour de l’enjeu de l’indépendance », in Duclos, Nathalie (ed.), Le Référendum sur l’indépendance en Écosse, Revue française de civilisation britannique, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Paris, vol. XX, n° 2, 2015.

23 Engender, Gender Equality and Scotland’s constitutional Future, 2014.

24 Mc Angus, Craig, What constitutional scenario do Scots think is better for gender equality and child care provision? The future of the UK and Scotland.23/07/2014.

25 Kenny, Meryl and Fiona Mackay, In the balance: women and the 2011 Scottish Parliament elections, Scottish Affairs 76, 2011, 74-86.

26 Les femmes représentent actuellement 45 députés au parlement écossais de Holyrood sur un total de 129 MSPs.

27 Kenny, Meryl, Engendering the Independence Debate, Scottish Affairs vol. 23 n° 3, 2014, 323-331.

28 Ormston, Rachael, Why don’t more Women Support Independence? 26/04/13, Scot Cen Social Research.

29 Ormston, Rachael, Salmond, the Economy and an Uncertain Future, What Scotland thinks, 19/06/13.

30 Mc Angus, Craig, What constitutional scenario do Scots think is better for gender equality and child care provision? The future of the UK and Scotland.23/07/2014.

31 Riddoch, Leslie, Independence Vote Split by Gender, The Scotsman, 29/03/13.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ormston.

35 Voir par exemple Woman of 2014: Nicola Sturgeon, Scotland’s First Minister, The Financial Times, 12/12/14; Nicola Sturgeon: How a solicitor from Ayrshire became one of the most powerful women in politics, The Independent, 30/06/16.

36 Sturgeon, Nicola, Scottish independence lies in the hands of risk-averse women, Daily Telegraph, 17/09/14.

Auteur

Professor of British and Scottish Studies at the University of Toulon. His has published numerous books and articles on British and Scottish political history and politics, and the issues of devolution and nationalism. He has recently co-edited “L’Engagement en Écosse autour de l’enjeu de l’indépendance” (2016). He is currently the President of the Centre de Recherches en Civilisation britannique (CRECIB) and director of the scientific journal « L’Observatoire de la société britannique ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search