Version classiqueVersion mobile

Women and Scotland

 | 
Marie-Odile Pittin-Hedon

Women in History and Myth

Les femmes Makars: ambassadrices de l’Écosse contemporaine

Christelle Ferrere

Résumé

The 1990s were a time of numerous ambitions for the new Scottish Parliament which was seen as another opportunity to do better, especially concerning gender equality. This ambition was first to be found in feminist movements (for instance, Scottish Women Convention) which took part in picturing a new government. The products of those movements are visible today through the appointment of women to lead the Scottish Parliament (Nicola Sturgeon) and the main political parties, the 50: 50 gender balance of the cabinet ministers, but also through the appointment of two female Scots Makars, Liz Lochhead (2011- 2016) and Jackie Kay (since March 2016). In 2004, the creation of the Scots Makar title –Scottish national poet – underlined the “significant contribution of poetry to the culture of Scotland” (McConnell, 2004). By appointing two women as Scots Makars, the Parliament foregrounds women’s contribution to the national culture, in a time when other British national poets are women too. Those female Makars and their poetry take part in the country’s image. This poetry by Scottish women, who are ambassadors of a post-devolution Scotland, echoes the voice of this diversified nation born from a new Parliament and attached to its indigenous languages.

Texte intégral

  • 1  « For the Opening of the Scottish Parliament, 9 October 2004 ».
  • 2  « The Morning After ».
  • 3  « A place Apart ».

1Dans l’Écosse contemporaine, un Makar est un poète choisi pour un mandat afin de promouvoir la poésie et la littérature nationales. Le terme lui-même est un terme écossais, langue affine de l’anglais, issue du nord-anglien qui correspond à l’anglais « maker »: celui qui fabrique, l’artisan des mots. Il désignait autrefois les poètes de cour des quinzième et seizième siècles, mais en particulier les plus renommés tels que Dunbar, Douglas et Henryson. Au niveau national, on élit pour cinq ans le « Scots Makar » (explicité par la presse en « Poet Laureate »). Ce titre est également attribué dans les plus grandes villes écossaises: Glasgow, Stirling, Édimbourg, Dundee et Aberdeen et le Nord-Est ont leur propre Makar (explicité en « City Laureate »). Le rôle de ces Makars locaux et nationaux est d’écrire un poème officiel par an pour les événements qui marquent l’histoire contemporaine du pays: entre autres, un poème pour l’ouverture du Parlement écossais en 2004 par Edwin Morgan,1 pour le référendum sur l’indépendance écossaise en 2014 par Christine de Luca,2 mais aussi pour l’ouverture du centre de soins palliatifs rénové, Marie Curie Hospice, à Édimbourg en 2005 par Valerie Gillies.3

2L’année 1999 marqua l’histoire politique de l’Écosse nouvellement douée de son propre parlement, mais c’est aussi la date à laquelle le tout premier Makar contemporain fut élu: Edwin Morgan, Makar de Glasgow (puis Scots Makar en 2004). La coïncidence des deux événements n’est évidemment pas fortuite. Après des décennies à imaginer une Écosse plus autonome, en 1999 Donal Dewar fut élu Premier Ministre de l’Écosse. Ce Parlement était vu comme l’opportunité de faire mieux, notamment concernant l’égalité hommes-femmes. Il fut influencé par de nombreux groupes qui luttent pour plus de parité au sein du gouvernement et dans la société écossaise, tels que « Engender » ou « Scottish Women Coordination Group ». Cet élan en faveur de la parité touche également le choix des Makars: si aujourd’hui au sein du gouvernement écossais il y a presque autant d’hommes que de femmes, il en va de même pour les Makars (nationaux et locaux).

  • 4  Les autres institutions sont The Association for Scottish Literary Studies, Literature Alliance Sc (...)
  • 5  Le Makar d’Édimbourg est élu par the Scottish Poetry Library, la branche écossaise de PEN Internat (...)

3Le choix du Scots Makar se fait par plusieurs institutions telles que Creative Scotland, The Scottish Poetry Library, The Saltire Society, la branche écossaise de PEN International qui lutte pour la liberté d’expression, the National Library of Scotland, pour n’en citer que quelques-unes.4 Le choix de ces Makars nationaux est finalement approuvé par les Premiers ministres écossais depuis 1999. Quant aux Makars locaux, leur élection est faite par différentes institutions5 selon la ville. Mais l’élection d’un Makar implique de nombreux critères: nommer un Makar c’est choisir un poète et ses œuvres certes, mais c’est aussi désigner un Écossais soit des Basses-Terres, soit des Hautes-Terres, soit d’un des trois archipels écossais. C’est aussi sélectionner un artiste qui sera à son tour capable de choisir les mots pour représenter un pays aux langues et aux cultures multiples. Enfin, le choix d’un Makar c’est aussi le choix d’un genre: féminin ou masculin. Et en élisant des femmes pour représenter la poésie écossaise, affirmée comme partie intégrante du pays à chaque discours inaugural, l’Écosse et son Parlement confirment cet élan de parité, lancé bien avant la naissance du nouveau Parlement écossais. Les Makars féminins (sept en tout depuis 2005) sont alors un des épitomés de l’Écosse contemporaine.

4Dans le cadre de cet ouvrage sur les femmes qui font l’Écosse, nous nous intéresserons uniquement aux femmes Makars. Puisque chaque Makar a sa propre façon de promouvoir la poésie, ce chapitre a pour but de montrer comment ces femmes Makars, ambassadrices du pays, contribuent à créer l’Écosse contemporaine à travers la poésie. Pour ce faire, nous nous intéresserons davantage à leurs œuvres au sens large du terme. Pour certaines femmes Makars la défense de la femme est le pilier de leur mandat, tandis que d’autres choisissent l’écologie ou l’identité écossaise, mais toutes ont pour but d’ancrer la poésie dans la communauté écossaise. Il convient d’emblée de poser un constat: quelle que soit la cause défendue, tous les Makars féminins mettent en avant le « pouvoir guérisseur » des mots, que ce soit pour guérir le corps, l’ « esprit » ou la nature. Pour certaines femmes Makars, la défense de la femme fait partie intégrante de leur mandat. Ainsi, par la poésie et les arts visuels, ces Makars dénoncent les violences faites aux femmes et tentent d’en aider les victimes. En 2012, pour les quarante ans de l’association « Edinburgh Women’s Aid », qui lutte contre la violence conjugale, Anita Govan (Makar de Stirling de 2012 à 2015) a organisé des ateliers d’écriture et de sculpture pour aider les victimes à s’exprimer. Magi Gibson (Makar de Stirling de 2009 à 2012), pour dénoncer cette même violence, s’inspire de la nouvelle de Charlotte Gilman Perkins, « The Yellow Wallpaper » (1892) et écrit le poème « Death of a wife ». Dans ce long poème, qui commence par l’inscription d’une pierre tombale que l’on suppose être celle du personnage principal, l’auteure décrit une femme qui raconte sa vie avec l’homme qu’elle a autrefois aimé et qui est devenu son mari. Le lecteur voit la violence progresser, d’abord passive puis active lorsque l’époux menace sa femme en lui montrant un article de journal qui évoque un homme ayant tué sa femme à coups de hache. Le poème se termine ainsi, laissant le lecteur penser au pire. L’auteure reprend alors la parole et encourage les victimes à fuir tout simplement:

Or you could just go. One day when he’s out.
Simply place
one foot
in front
of
the
other

5La poésie des Makars féminins est aussi à propos de la femme en général, et pas seulement la femme victime. Dans d’autres poèmes de femmes Makars, comme « Death of a wife » cité plus tôt, la mère est présentée comme complice de ce système patriarcal et machiste:

Mother, why did you not warn? Why did you preach,
why did you teach my one and only duty was to please? […]
Mother, that lie you swallowed as a virgin bride
all those years ago, did it choke your voice so
you could never tell your daughter, yes, she had a choice?

6Dans « Persephone » de Sheena Blackhall (Makar d’Aberdeen et le Nord-Est depuis 2009) la fille se rebelle contre cette mère: « I’m going to break with tradition, Mother ». C’est donc à travers la poésie que ces femmes Makars militent pour la parité en remettant en question tant le système patriarcal que les femmes qui y contribuent.

7Enfin, une autre façon de défendre l’égalité homme-femme est de mettre en avant la femme écrivaine. Le fait de nommer des femmes au poste de Makar y participe, comme la nomination depuis 2009 de la poétesse écossaise Carol Ann Duffy au poste de « Poet Laureate » du Royaume-Uni, mais aussi « The Queen’s Gold Medal for Poetry » décernée à Liz Lochhead en 2015. La même année, cette dernière ainsi que Jackie Kay (Scots Makar depuis 2016) font partie de « Saltire Society Outstanding Woman of Scotland 2015 » qui célèbre les femmes écossaises qui prennent pleinement part à la vie du pays:

  • 6  http://www.saltiresociety.org.uk/news/2015/03/08/outstanding-women-of-scotland-2015-announced

The key criterion for consideration was that those nominated should be living contemporary examples of Scottish women who have made a significant contribution to Scottish culture and society.6

  • 7  Aussi appelée Julia ou Cicely MacDonald.

8Les Makars elles-mêmes mettent à l’honneur d’autres femmes écrivaines à travers, par exemple, la traduction des œuvres de la poétesse gaélophone Sìleas na Ceapaich7 réalisée par Valerie Gillies (Makar d’Édimbourg de 2005 à 2008). Magi Gibson et Anita Govan ont également travaillé avec Glasgow Women’s Library. La première y était « reader in residence », son rôle consistait à encourager et guider les lecteurs. Aujourd’hui encore Magi Gibson tient des ateliers intitulés « Wild Women Writing », le dernier ayant eu lieu lors du Literary Workshop 2016 en Irlande.

  • 8  Interview par Laura Severin, Professeur d’Anglais et de littérature féminine, en 2008.

9Que ce soit pour défendre la femme, la femme victime, ou pour panser ses maux, les Makars féminins cités utilisent le « pouvoir guérisseur » des mots par l’écriture ou la lecture, ou même ajoutés à d’autres formes d’art. Ces Makars deviennent alors presque des thaumaturges à qui l’ont fait appel pour « agir » auprès des enfants, des personnes âgées, des femmes victimes et dans la société écossaise pour la réconcilier avec la poésie. Cependant, la femme n’est pas le seul thème abordé par les Makars féminins. Valerie Gillies, dans une interview, ne s’étonne pas que l’on n’ait pas plus mis en avant qu’elle fut la première femme Makar d’Édimbourg: I think it shouldn’t be remarkable; you know, girls and boys are equally poetic. So I think that’s good sign ».8 Ce qui nous amène à penser la poésie des Makars féminins aussi comme la poésie d’Écossaises et non seulement poésie de femmes en tant que telles. Comme nous allons maintenant le voir, d’autres thèmes sont également privilégiés par ces Makars.

  • 9  « deepening a sense of shared place », http://www.anitagovan.com/workshops.html
  • 10  « Lessons learned in poetry last a lifetime. »
  • 11  « Tweed’s Well », « Quick Water », « The Glide », « Ballad of Leaderfoot », « Bellow the Surface » (...)

10L’écologie et la poésie sont réunies dans les œuvres de certaines femmes Makars pour militer pour la protection de la nature. Ainsi, Anita Govan a son propre atelier intitulé « Environmental and Biodiversity workshop » et a participé à « Edinburgh City Libraries Green Pencil Award », un concours réservé aux enfants. Le but de ces actions était de valoriser la nature à travers la poésie, comme dans le poème « Trees » de l’auteure, et ainsi « approfondir le sens de l’espace partagé ».9 Sur son site internet, la phrase « les leçons apprises en poésie durent toute la vie »10 est une devise. C’est en utilisant les caractéristiques mnémoniques et rythmiques de la poésie orale qu’Anita Govan défend la cause écologique. Remarquons par ailleurs que la littérature et les ateliers d’écritures pour enfants sont particulièrement utilisés par les femmes Makars telles qu’Anita Govan, Magi Gibson, Sheena Blackhall et Christine de Luca. La familiarisation avec la poésie se fait dès le plus jeune âge, permettant ainsi au genre poétique de s’immiscer plus facilement dans la vie quotidienne des Écossais. L’idée de renforcer le lien entre l’homme et l’espace qu’il habite est reprise par Valerie Gillies dont de nombreux poèmes11 sont littéralement gravés dans l’espace partagé, c’est-à-dire sur des bancs ou des monuments en Écosse. En collaboration avec des sculpteurs (comme Fly Freeman ou Gary Fay), ses textes figurent par exemple sur les bancs du siège social de la municipalité d’Édimbourg depuis 2007, ils ont été gravés dans la pierre à Tweed’s Well et Melrose, et le poème « APlace Apart » a été écrit à la main par l’auteure et sérigraphié dans la salle de repos de Marie Curie Hospice d’Édimbourg.

11Un autre thème abordé, sans grande surprise, par les Makars féminins est l’identité écossaise. Leur rôle étant de promouvoir la littérature nationale, ce thème est récurrent et passe tant par la revalorisation des langues indigènes du pays que par des poèmes engagés concernant par exemple l’indépendance écossaise. L’actuelle Makar d’Édimbourg, Christine de Luca originaire des Shetland, écrit de nombreux poèmes dans son dialecte natal. Elle fait également partie de « Inta Shetland » qui, en collaboration avec Hansel Cooperative Press (une association d’artistes qui promeut la littérature des Orcades et des Shetland), traduit les grands classiques de la littérature française, espagnole, ou anglaise en shetlandais. Les entreprises de Sheena Blackhall (Makar d’Aberdeen et le Nord-Est) vont dans le même sens, mais concernent cette fois le doric qui est le dialecte du Nord-Est de l’Écosse. En 2016, les deux auteures ont publié une traduction dans leur langue l’œuvre de jeunesse de Julia Donaldson, The Gruffalo’s Child (2004): Da Gruffalo’s Bairn pour Christine de Luca, The Doric Gruffalo’s Bairn pour Sheena Blackhall. Cette dernière promeut vivement le doric à travers ses poèmes et autres traductions d’œuvres pour enfants, mais aussi sur le site internet « Elphinston Kist » qui est une immense source de poèmes, comptines et autres textes poétiques en doric destinés d’abord aux enfants. Liz Lochhead, (Makar de Glasgow de 2005 à 2011, puis Scots Makar de 2011 à 2016) quant à elle, utilise le glaswégien dans ses pièces de théâtre et poèmes, dont un des plus connus est « Kidspoem/Bairnsang » où un même texte en glaswégien est traduit en anglais. Ce passage d’une langue à l’autre est ressenti négativement par le narrateur: « the way it had to be said / was as if you were posh, grown-up, male, English and dead. » On peut discerner ici une orientation politique sur laquelle nous reviendrons. Par ailleurs, ce que montre ce regain d’intérêt pour les langues indigènes du pays, que ce soit les variantes de l’écossais ou le gaélique avec Valerie Gillies, c’est une volonté de faire de la poésie avec du matériau national ou même local.

12Cet enthousiasme renouvelé pour l’écossais et le gaélique mérite quelques précisions sur le contexte afin de mieux comprendre pourquoi aujourd’hui le Makar est un enjeu particulier dans l’Écosse de l’après dévolution. Cet engouement pour les langues indigènes se renforça dans les années 1930 avec MacDiarmid en tête du mouvement que certains consentent à appeler la « Renaissance écossaise ». Ce fut une renaissance en littérature qui se manifesta notamment par l’utilisation plus fréquente de l’écossais, et plus particulièrement du lallans (variante du terme « Lowlands », une langue utilisée dans les Basses-Terres) promu par MacDiarmid. Cette réappropriation de la langue s’est faite après que celle-ci a été réprimée pendant des décennies (notamment depuis l’Union de 1706-1707) considérée comme un anglais incorrect. À partir des années 1970, des auteurs comme Tom Leonard, Liz Lochhead et James Kelman ont participé à faire reconnaitre l’écossais comme une langue qui peut être utilisée dans le cadre formel également. Il en va de même pour le gaélique. Ces deux langues furent reconnues comme langues régionales officielles d’Écosse en 2005. Ainsi, le fait même que ce soit le terme « makar » qui soit utilisé, et non « Poet Laureate », est significatif. Au début de l’année 2016, Robyn Marsack, présidente de la Scottish Poetry Library à l’époque, émit l’idée de changer le nom de « Scots Makar » en « the National Poet for Scotland » afin d’expliciter le titre, mais aussi d’éviter la confusion qui voudrait que le Scots Makar n’écrive qu’en écossais. Mais une forte opposition s’est fait ressentir:

  • 12  Tam Dean Burn, « ‘Glaikit’ plan to change the title of Makar to National Poet for Scotland is drop (...)

At a time when there is a drive to promote Scots in so many ways, including the appointment of a Scriever, it’s just plain glaikit to suggest Makar should be changed because people outside Scotland dinnae understand.12

  • 13  Matthew Fitt, « ‘Glaikit’ plan to change the title of Makar to National Poet for Scotland is dropp (...)

Tae even think aboot daein this juist reveals yet again the faut-lines that exist atween some pairts o Scottish society and the Scots language.13

13Le terme « makar » lui-même exprime donc beaucoup plus qu’un titre, mais bien un passé littéraire, celui des bardes scottophones des quinzième et seizième siècles, une origine ancrée dans l’histoire du pays et une fierté nationale. En écrivant des poèmes en écossais et gaélique, les Makars, en l’occurrence les femmes Makars, font honneur aux racines du titre-même.

  • 14  Un de ces discours, particulièrement éloquent, se déroule pendant les manifestations de AYE TALKS! (...)
  • 15  Sur http://magigibson.blogspot.fr/
  • 16  Le parallèle avec Bull et Peg dans les pamphlets de John Arbuthnot est sous-jacent: Bull (l’Anglet (...)

14Comme nous l’avons dit plus tôt, le thème de l’identité écossaise se retrouve à travers l’utilisation des langues indigènes, mais aussi dans les œuvres ouvertement engagées des femmes Makars. Evidemment, dans ce cas, nous pouvons citer Liz Lochhead avec Mary Queen of Scots Got Her Head Chopped Off (1987), caractérisé de « feminist nationalism » par Illona Koren-Deutsch dans Modern Drama (1992); ou encore ses discours manifestement en faveur de l’indépendance écossaise en 2014.14 Jackie Kay, l’actuelle Scots Makar, a pour projet de représenter au mieux toutes les communautés qui composent l’Écosse contemporaine, et de mettre en avant la diversité et la complexité de l’identité écossaise. D’autres Makars locaux féminins, moins citées dans la presse (ceci est moins vrai pour les Makars d’Édimbourg et de Glasgow), prennent également parti dans le débat politico-social de l’identité écossaise. En 2012, dans un article sur son site internet,15 l’ancienne Makar de Stirling, Magi Gibson, prend position sur l’indépendance écossaise. L’on y retrouve la personnification habituelle de l’Écosse en une femme. Cette fois l’Écosse devient la femme violentée du poème « Death of a wife »: un parallèle est fait entre le mariage de l’Écosse et l’Angleterre en 1706-1707 et un réel mariage où la femme, symbole de l’Écosse donc, se trouve en position d’infériorité face à un époux, l’Angleterre, tyrannique et polygame de surcroît.16 L’Écosse est alors la femme qui doit fuir son mariage malgré sa peur, « one foot in front of the other ». Cette peur, l’auteure lui trouve plusieurs raisons:

Fear of what? Of failure? Of taking full responsibility for herself? Of being the architect of her own future? Of not having someone else to blame when things go wrong? To be fair, this fear has not grown and developed totally by chance. It’s the result of years and years of being told (mostly by him, and he can be very persuasive) that she’s not strong enough to cope on her own.

15Cependant, selon Magi Gibson, l’Écosse reste consciente de sa différence d’avec l’Angleterre, de son identité:

For amazingly, even three centuries of grudging subordination and barely disguised colonisation have not eradicated Scotland’s sense that she DOES have her own distinct identity.

16C’est justement ce sens d’une identité commune et distincte qui a motivé la création du titre de Makar: un poète pour porter la voix écossaise et la différencier des autres voix britanniques.

17Encore une fois, avec le « pouvoir guérisseur » des mots anglais, écossais ou gaéliques, les Makars féminins de par leur titre, leurs poèmes et articles et leur présence dans les ateliers et autres manifestations portent leurs messages en plus de l’image d’une Écosse contemporaine changée et qui se veut plus ouverte à l’égalité hommes-femmes. Mais les Makars féminins ne sont pas uniquement des femmes qui parlent de femmes, ni des Écossaises qui parlent de leur nation, mais aussi, et avant tout, des poétesses qui font partie d’une communauté. Le rôle du Makar est aussi d’être présent dans la société pour réattribuer à la poésie une place prépondérante à tout niveau.

18Certaines des Makars féminins font revivre la poésie écossaise grâce à sa forme orale. Le mandat d’Anita Govan à Stirling par exemple, fut marqué par sa volonté de faire de l’écologie son cheval de bataille, mais elle se distingua également des autres Makars (hommes et femmes, locaux et nationaux) en valorisant la lecture performée et le slam. Elle a en effet participé à de nombreux événements ayant pour thème la lecture performée de poèmes, avant et surtout pendant son mandat en tant que Makar de Stirling. Elle s’est occupée pendant sept ans du concours « ConFab Inter City School Slam » organisé par l’association ConFab, dont le slogan est « art as a conversation ». En 2011, soit un an avant d’être nommée Makar, Anita Govan a également participé à l’organisation du concours « Aye Write Slam ». Le but de ces deux concours, destinés aux enfants, est de mettre en voix de la poésie, de la performer et de lui rendre sa mélodie première. Dans le même sens, Anita Govan a collaboré à une promenade historique près de Stirling en 2014. Cette promenade consistait à découvrir le lieu historique de Plean Country Park en écoutant sa poésie et celle des classes de primaires de Stirling qu’elle a supervisées au cours de l’année. Faire de la poésie un élément de la vie quotidienne des Écossais fait partie des objectifs de ces Makars, et en passant par l’oralité du genre, ceux-ci font ressortir la forme première de la poésie, sans que celle-ci ne soit associée uniquement à un texte écrit, figé sur le blanc d’une page, ou un simple texte à apprendre par cœur. Le texte poétique, lorsqu’il n’est pas gravé sur les bancs ou bâtiments qui entourent les Écossais, est donc performé de vive voix.

19Dans ce même but, les Makars féminins adoptent aussi un rôle plus social et interactif avec les Écossais qu’elles doivent représenter. Ainsi, certaines d’entre elles font de la poésie une thérapie. Valerie Gillies à Édimbourg a travaillé avec l’organisation Artlink dans le milieu hospitalier. Cette organisation se décrit ainsi:

  • 17  Sur https://www.artlinkfw.com/

Artlink is a nonprofit organization that connects artists with the community and the arts […] Artlink is committed to showcasing work of the highest quality by diverse visual artists.17

20En collaborant avec cette organisation qui combine plusieurs formes d’art dans le but d’intégrer les artistes à la communauté, Valerie Gillies montre bien que la poésie ne se résume pas qu’aux mots écrits, mais peut servir de moyen de communication avec les Écossais. À propos de ses lectures dans le milieu hospitalier, elle raconte dans l’interview réalisée par le Professeur Laura Severin en 2008:

I suddenly realized this is a real grassroots grasp of who a Makar might be. You know, it’s somebody who is actually there, and you meet them and they can recite to you, so that became very strong over the three years, in an area in which I was already working, and where the post of Makar might seem very real.

21Sheena Blackhall, Makar d’Aberdeen et le Nord-Est, a également travaillé avec des personnes atteintes de maladies mentales, en utilisant la poésie et les histoires pour les aider à s’exprimer et à s’impliquer. Un autre exemple de la présence des Makars féminins dans la communauté écossaise est la participation de Liz Lochhead à diverses manifestations telles que « The Power of Poem & Story. Expressive Writing for Growth & Healing » le 25 juin 2011 à Glasgow, ou encore « Living Voices: The Arts of Reminiscence », destinée aux personnes âgées, le 6 octobre 2012 à Édimbourg. À travers cette bibliothérapie, les Makars féminins utilisent le « pouvoir guérisseur » des mots écrits, parlés ou écoutés, et redonnent aux poétesses une place significative parmi les Écossais.

22En conclusion, le titre honorifique de Makar permet au poète d’accroître sa réputation d’écrivain, en ayant pour rôle d’être ambassadeur de son pays. Dans son tableau Poet’s Pub (1980), Alexander Moffat représentait les poètes et écrivains écossais majeurs (selon lui) de la seconde moitié du vingtième siècle. Aujourd’hui ce tableau, où ne sont présents que des hommes, subirait quelques changements: les femmes, et notamment les femmes Makars, font partie du paysage de la poésie écossaise. Elles y contribuent à travers les ateliers et autres manifestations littéraires, mais font aussi partie intégrante de la société écossaise. L’on fait appel à ces Makars féminins tant pour défendre la cause féminine que pour promouvoir l’écologie. Leur rôle n’est pas restreint à la promotion de la poésie, mais c’est par la poésie qu’elles défendent les causes qu’elles ont choisies. Le Makar féminin n’est donc pas seulement une poétesse, mais une personnalité, une citoyenne écossaise qui fait incontestablement partie d’une communauté. Comme nous l’avions dit, choisir un Makar ne signifie pas seulement choisir un poète. La femme Makar, nationale ou locale, transporte avec elle l’image d’une société écossaise qui souhaite avoir sa propre voix dans le monde britannique, une voix dont l’écho se fait entendre par la poésie, une société qui rend hommage à son passé littéraire, mais aussi qui reconnaît le rôle des femmes dans la littérature. Les femmes Makars sont femmes, Écossaises et poétesses, ce qui fait la diversité et la force de leurs œuvres.

Bibliographie

Bibliographie

Carruthers, Gérard, Goldie, David et Renfrew, Alastair, Beyond Scotland: New Contexts for Twentieth-century Scottish Literature, Amsterdam: Rodopi, 2004.

Civardi, Christian, L’Écosse Contemporaine, Paris: Ellipses, 2002.

Duclos, Nathalie, « Femmes et pouvoir politique dans l’Écosse contemporaine », in Christian Auer et al. (eds.), Femmes, pouvoir et nation en Écosse: du XVIe siècle à aujourd›hui, Lille: Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

Reizbaum, Marilyn, « Gender and nationalism in Scotland and Ireland: making and breaking the waves », in Liam McIlvanney et al. (eds.), Ireland and Scotland, Culture and Society, 1700-2000, Dublin: Four Courts Press, 2005.

Schoene-Harwood, Berthold, The Edinburgh Companion to Contemporary Scottish Literature, Edinburgh: Edinburgh University Press, 2007.

Watson, Roderick, The Poetry of Scotland: Gaelic, Scots and English, Edinburgh: Edinburgh University Press, 1995.

Bibliographie sélective des Makars féminins:

Blackhall, Sheena, The space between: new and selected poems, Aberdeen: Aberdeen University Press, 2014.

De Luca, Christine, Parallel Worlds: Poems in Shetlandic and English, Edinburgh: Luath Press, 2005.

Gibson, Magi, Seriously Sassy, London: Puffin, 2009.

Gibson, Magi, Wild Women of a Certain Age, Edinburgh: Chapman Publishing, 2000.

Gillies, Valerie, The Cream of the Well: New and selected poems, Edinburgh: Luath Press, 2015.

Gillies, Valerie, The Spring Teller, Edinburgh: Luath Press, 2008.

Govan, Anita, Jane: Poems of a Performance Poet, Edinburgh: Luath Press, 2005.

Kay, Jackie, Darling: new and selected poems, Newcastle upon Tyne: Bloodaxe, 2007.

Kay, Jackie, The Adoption Papers, Newcastle upon Tyne: Bloodaxe, 1991.

Lochhead, Liz, A Choosing, Edinburgh: Polygon, 2011.

Webographie des Scots Makars:

Edinburgh city of literature, http://www.cityofliterature.com/the-literary-city/meet/ meet-the-makar/, accessed 18 April 2019.

Scottish Poetry Library, http://www.scottishpoetrylibrary.org.uk/poetry/our-na- tional-poethttp://www.cityofliterature.com/the-literary-city/meet/meet-the-ma- kar/, accessed 18 April 2019.

National Scots, « ‘Glaikit’ plan to change the title of Makar to National Poet for Scotland is dropped », http://www.thenational.scot/culture/14861390.___Glai- kit____plan_to_change_the_title_of_Makar_to_National_Poet_for_Scotland_ is_dropped/, accessed 18 April 2019.

Webographie des Makars:

Edinburgh Makar, http://www.edinburghmakar.org.uk/, accessed 18 April 2019.

Christine de Luca, http://www.christinedeluca.co.uk/pages/index, accessed 18 April 2019.

Valerie Gillies, http://www.valeriegillies.com/, accessed 18 April 2019.

Magi Gibson, http://magigibson.blogspot.fr/, accessed 18 April 2019.

Anita Govan, http://www.anitagovan.com, accessed 18 April 2019.

Sheena Blackhall, http://sheenablackhall.blogspot.fr/, accessed 18 April 2019.

Elphinston Kist, site officiel du Doric, https://www.abdn.ac.uk/elphinstone/kist/, accessed 18 April 2019.

Webographie des organisations et événements: Littérature et poésie

The Saltire Society, http://www.saltiresociety.org.uk/, accessed 18 April 2019.

Scottish Pen, http://scottishpen.org/, accessed 18 April 2019.

Scottish Libraries, http://scottishlibraries.org/, accessed 18 April 2019.

Creative Scotland, http://www.creativescotland.com/, accessed 18 April 2019.

Artlink, https://www.artlinkfw.com/, accessed 18 April 2019.

Hansel Cooperative Press, http://www.hanselcooperativepress.co.uk/index.php?page=intashetland, accessed 18 April 2019.

Aye Talks!, https://www.indiegogo.com/projects/aye-talks#/, accessed 18 April 2019.

Confab, http://confab.org.uk/, accessed 18 April 2019.

Lapidus International, http://www.lapidus.org.uk/, accessed 18 April 2019.

La cause féminine

Engender, https://www.engender.org.uk/, accessed 18 April 2019.

Edinburgh Womens’Aid, http://edinwomensaid.co.uk/, accessed 18 April 2019.

Women’s Library, http://womenslibrary.org.uk/, accessed 18 April 2019.

Wild Women Writing, https://wildwomenwritingreadings.wordpress.com/, accessed 18 April 2019.

Notes

1  « For the Opening of the Scottish Parliament, 9 October 2004 ».

2  « The Morning After ».

3  « A place Apart ».

4  Les autres institutions sont The Association for Scottish Literary Studies, Literature Alliance Scotland, Stanza et The National Poetry Festival.

5  Le Makar d’Édimbourg est élu par the Scottish Poetry Library, la branche écossaise de PEN International, The Saltire Society, Edinburgh City of Literature Trust et le conseil municipal de la ville. Pour Stirling, c’est le conseil municipal qui choisit le Makar dans une liste proposée par les citoyens eux-mêmes. A Dundee, le Makar est élu par Dundee Literary, et pour le Makar d’Aberdeen et du Nord-Est, il n’est pas précisé par qui Sheena Blakhall a été choisie.

6  http://www.saltiresociety.org.uk/news/2015/03/08/outstanding-women-of-scotland-2015-announced

7  Aussi appelée Julia ou Cicely MacDonald.

8  Interview par Laura Severin, Professeur d’Anglais et de littérature féminine, en 2008.

9  « deepening a sense of shared place », http://www.anitagovan.com/workshops.html

10  « Lessons learned in poetry last a lifetime. »

11  « Tweed’s Well », « Quick Water », « The Glide », « Ballad of Leaderfoot », « Bellow the Surface » et « A Place Apart ».

12  Tam Dean Burn, « ‘Glaikit’ plan to change the title of Makar to National Poet for Scotland is dropped », The National, 09/02/2016 sur http://www.thenational.scot/culture/14861390.___Glaikit____plan_to_change_the_title_of_Makar_to_National_Poet_for_Scotland_is_dropped/

13  Matthew Fitt, « ‘Glaikit’ plan to change the title of Makar to National Poet for Scotland is dropped », The National, 09/02/2016 sur http://www.thenational.scot/culture/14861390.___Glai-kit____plan_to_change_the_title_of_Makar_to_National_Poet_for_Scotland_is_dropped/

14  Un de ces discours, particulièrement éloquent, se déroule pendant les manifestations de AYE TALKS! à Glasgow en juin 2014, dont le but était décrit ainsi: « AYE TALKS! is aimed at spreading the word about a fairer, more prosperous, independent Scotland. » sur https://www.indiegogo.com/projects/aye-talks#/

15  Sur http://magigibson.blogspot.fr/

16  Le parallèle avec Bull et Peg dans les pamphlets de John Arbuthnot est sous-jacent: Bull (l’Angleterre) est comme l’époux tyrannique, et Peg (l’Écosse) est un personnage soumis.

17  Sur https://www.artlinkfw.com/

Auteur

A PhD student under the direction of Professor Jean Berton at Université Jean Jaurès, Toulouse. Her research focuses on Scotland’s contemporary Makars and their cultural, social and political roles. She has published an article in Études Écossaises: Le rôle des Makars contemporains dans la reconstruction de l’identité écossaise.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search