Version classiqueVersion mobile

Women and Scotland

 | 
Marie-Odile Pittin-Hedon

Women in History and Myth

Calédonia*, du concept aux représentations

Jean Berton

Résumé

This chapter explores the concept of Caledonia whose feminine principle may look shallow. Granting a feminine identity of names inherited from Latin — Gallia, Hibernia, Caledonia, Britannia — eventually produced androgynous characters wearing long dresses and helmets and carrying swords. This paper aims to discuss emblems referring to Caledonia both in drawing (Maw Broon by Watkins, Caledonia by W. Hole) and in writing —The Complaynt of Scotland, Waverley, Consider the Lilies — for they convey Scottish culture. Indeed Caledonia was gradually conceived and grown in the writings of Arbuthnot, Burns, Scott, A. Beaton, and Gray, as well as in the paintings of Hole, Watkins, and Guthrie, among others. Even though Caledonia may look and sound different, her core is unaltered.

Texte intégral

  • * L’accent aigu placé sur Calédonia vise à délatiniser plus qu’à franciser le nom. Dans cette étude, (...)

1Parler de Calédonia en Écosse provoque un lever de sourcil pour l’incongruité du propos, voire un haussement d’épaules au prétexte qu’il y a des questions plus urgentes à traiter. Cependant, Calédonia est un élément de la culture écossaise qui ne cesse d’être présent dans la vie de tous les jours. Tel un ectoplasme, Calédonia est une image en filigrane qui transparaît dans des poèmes sans se révéler entièrement. Il est, de ce fait, malaisé de faire le portrait objectif de Calédonia; mais à défaut de réalisme, on peut tenter de brosser un portrait robot – à l’instar de Marianne dont le buste, génération après génération, est inspiré de personnalités séduisantes – qui serait une image composite basée sur un ensemble de femmes faisant figures d’héroïnes dans les domaines scientifique, artistique, social, politique, littéraire… L’hypothèse que Calédonia ne serait pas une femme mais un personnage épicène est battue en brèche par la composition de la page de couverture de The Biographical Dictionary of Scottish Women sur laquelle figure la représentation martiale de Calédonia entourée de six portraits de femmes historiques dont l’action a été remarquable: ces portraits déréalisent les personnes qui deviennent des personnages dont la force est de susciter des émotions. Dans l’ouvrage Scotland as we know it, Representation of National Identity in Literature de Richard Zumkhawala-Cook, on lit que la femme, depuis très longtemps, est le porte-drapeau de la nation: « As Anne McClintock notes, women have often served as the metaphorical limits of the national body: ‘Women are typically constructed as the symbolic bearers of the nation, but are denied any direct relation to national agency […]’ » (Zumkhawala-Cook 66). Cette assertion, cependant, avec l’élection de Nicola Sturgeon au poste de premier ministre d’Écosse, devient caduque dans la mesure où il n’est plus possible de soutenir que l’on ne reconnaît pas à la femme le droit de diriger le pays. Avec Theresa May ayant occupé le poste de Premier Ministre du Royaume-Uni et Elisabeth II à la tête du Royaume et de ses dépendances, le concept de figure féminine en position dominante a considérablement évolué depuis le temps des suffragettes. Il n’en demeure pas moins que le titre de « First Minister » est épicène – qui, pourtant, se traduit par « premier/première ministre » – quel que soit le tenant de ce titre.

2L’invention de Calédonia, et de ses homologues, date de périodes, notamment pendant le dix-neuvième siècle, où le patriarcat triomphant exaltait l’image de la femme aux yeux des combattants de la liberté. Anne McClintock, dans Dangerous Liaisons, Gender, Nation, & Postcolonial Perspectives (McClintock 90), énonce cinq aspects d’implication de la femme dans le nationalisme en Écosse: 1) en tant que reproductrice biologique des membres de la collectivité nationale; 2) en tant que reproductrice des limites des groupes de la nation; 3) en tant que transmettrice et productrice de la culture nationale; 4) en tant que symbole des signifiants de la différence nationale; enfin, 5) en tant qu’actrice des luttes de la nation. Cependant, chacune de ces affirmations peut se pondérer par des remarques relevant de faits réels: par exemple, dans le premier cas, un/e jeune Écossais/e peut ne pas être né/e d’une mère écossaise – on pense à Jackie Kay, devenue Scots Makar –, dans le troisième, la production de la culture nationale n’est pas restreinte à la femme écossaise, et dans le dernier, les acteurs des luttes de la nation se retrouvent, à part peut-être égale, chez les hommes et les femmes.

3Cette étude se limite à interroger le concept de Calédonia dont le principe féminin peut sembler superficiel, voire de pure forme héritée du latin: les Romains avaient créé le terme de Britannia à partir de l’expression politique de « provincia britannica », comme ils avaient créé Gallia, Hibernia / Iuvernia, Caledonia, Germania… Le féminin de ces appellations s’accordant spontanément au mot « natio, nationem » donnant « nation », lui-même féminin, le mot coïncide naturellement avec le concept dont le symbolisme s’impose comme allant de soi. Mais comme on le voit dans les représentations de Britannia depuis le dix-huitième siècle, le personnage offre une image résolument androgyne avec son bouclier protecteur et son trident de Neptune…

4Après une exploration diachronique du concept de Calédonia et de son alter ego, Scotia, cette étude analysera les représentations emblématiques qui en sont faites, autant sous la forme d’évocation littéraire que sous la forme d’images, depuis que l’Écosse cherche à reconquérir son indépendance.

L’origine de Calédonia.

5Britannia a une histoire et une existence, quoique virtuelle: Britannia est née de cette province romaine dont Boudicca n’a pas pu empêcher la création malgré sa résistance déclarée héroïque. Pendant la Renaissance, l’esprit de Britannia a été ranimé par les Tudors tandis qu’en Écosse Calédonia se réalisait sous les traits de Dame Scotia dans The Complaynt of Scotland de Robert Wedderburn. Ce pamphlet a été publié en 1549, alors que l’Écosse traversait la période dite de la « cour brutale », qui dura de janvier 1543 à mars 1551, bien que Marie Stewart fût envoyée en France en août 1548, et qui visait à marier le petit Édouard VI Tudor, né en octobre 1537, à la petite Marie Stewart née en décembre 1542. On connaît l’histoire… Mais, pourquoi donc l’Écosse a-t-elle refusé un si beau parti que représentait le prince héritier de la couronne anglaise? Le fait que la grand-mère de Marie était la tante d’Édouard ne pouvait être un obstacle, comme l’était l’appartenance à deux religions différentes. La détestation pour raison historique est à la base du refus.

6Les influences multiples venues d’Italie et de toute l’Europe continentale ont fait sortir des limbes Britannia et la tentation d’une mythologie à créer a toujours l’avantage de mettre à distance les causes politico-religieuses douloureuses – avant la fin du règne de la dernière Tudor, Elisabeth I, Shakespeare a mis en scène dans le Songe d’une nuit d’été, d’une part le mariage de Thésée avec Hyppolita, la reine des Amazones, contrasté par les chamailleries du couple d’Obéron et Titania et d’autre part la mise en abyme du couple de Lysandre et Hermia. Les déboires matrimoniaux sont paradoxaux puisque les conséquences sont souvent néfastes, à l’instar de la biographie de Marie Stewart, mais sous la plume satirique du dramaturge les actions se révèlent génératrices de comédie – car l’annexion du pays de Galles en 1536 peut se voir comme l’enlèvement et la spoliation totale de Cambria (Cymru) par Britannia. En 1542, l’Angleterre s’attribue la couronne de l’Irlande, qui est une forme de rapt d’Hibernia par Britannia. Serait-ce par refus de polygamie que Alba, alias Scotia, alias Calédonia, rejette la demande insistante de Britannia? Il n’est pas aisé de séparer l’humour de la conviction d’où naît l’émotion: le personnage de Britannia prenant corps en Angleterre pour en devenir l’héroïne, pendant que sévit son hégémonisme, celui de Scotia, Calédonia ou Alba ne pouvait que naître de la nécessité de l’antagonisme scotto-anglais. Sans craindre l’excommunication, on voit s’inverser l’expression biblique tirée de la Genèse, la chair s’est faite verbe.

  • 1 « Quhou the affligit lady, dame scotia reprochit hyr thre sonnis, callit the thre estaitis of scotl (...)

7Les agressions anglaises sur l’Écosse visant à s’emparer de Marie Stewart et la faiblesse des élites politiques ont occasionné la composition de The Complaynt of Scotlande, par Robert Wedderburn en 1549. Le Chapitre VII s’intitule: « Comment Dame Scotia, affliction faite femme, fait ses remontrances à ses trois fils, qui composent le Parlement d’Écosse. »1 Le narrateur précise que Dame Écosse lui est apparue en songe: une femme qui a existé il y a très longtemps, dont la chevelure d’or était mal coiffée sous sa couronne qui était sur le point de choir sur la terre froide. Dame Écosse tenait un bouclier arborant un lion rampant blessé. Elle était vêtue d’une robe parée de bijoux, sur lesquels avaient été gravés des ouvrages de spiritualité, des outils d’agriculture et d’artisanat et les marques du commerce.

  • 2 « O ignorant abusit ande dissaitful pepil, gone by the path vaye of verteouse knaulage, beand of an (...)
  • 3 Dictionary of the Gaelic Language, the Highland Society of Scotland, W. Blackwood, Edinburgh & T. C (...)

8Au-delà des parlementaires, Dame Écosse s’adresse à tous les hommes de l’élite écossaise: « O peuple ignorant et fourbe, égaré du chemin de la connaissance vertueuse, qui fait montre d’un courage efféminé, qui a perdu son honneur et qui s’est dégénéré de la noblesse de ses ancêtres et prédécesseurs. »2 Comme on le comprend, « [Dame Scotia] was initially the ‘metaphor of a Catholic priest for the beleaguered homeland’ in the 1540s, but had become a Protestant icon by the 1630s, identified with the kirk itself, ‘the suffering bride of Christ’ » (Lynch 148). La Dame Scotia de Wedderburn est une vitupératrice à l’image de la « cailleach »3 des gaélophones, personnage ambigu de vieille femme imprégnée de religion, parfois sénile, parfois castratrice, personnage évocateur de la sorcière. Mais aussi le concept de « cailleach » peut s’appliquer aux interlocuteurs de Dame Écosse puisque, dans un sens figuré, il signifie un homme trouillard, soumis, si peu viril. Calédonia, alias Alba, alias Scotia est un personnage féminisé: c’est un concept paré des formes et habits de femme et personnifié comme telle. L’idée de maternité vient du fait qu’il s’agit du pays où l’on est né et qui a nourri ses enfants. La beauté extérieure, avec ses paysages sauvages, de cette « alma mater » est souvent décrite (Stirling 30), mais la sévérité qu’elle affiche envers ses enfants lui est le plus souvent pardonnée, sinon ignorée.

9Calédonia, élevée au rang de mythe, est ce que les Écossais en ont fait: dans le texte de Wedderburn, quelle est la part de la satire à l’égard non pas de la toute jeune reine Marie mais de sa mère, Marie de Guise? Mais, s’il fallait évoquer une mythologie écossaise pour éclairer le destin de la nation ou une parodie biblique pour illustrer la prédestination, il faudrait souligner que Calédonia a engendré deux enfants, le clan des gaélophones et celui des scottophones qui sont à l’origine des luttes fratricides internes à l’Écosse lesquelles — quelle qu’en soit la nature: antagonisme religieux, incompréhension linguistique, jalousie fraternelle, à la manière de Caïn et Abel — ont été véritablement néfastes. En effet, l’Angleterre, alias Britannia, a toujours cherché à en tirer le meilleur parti — comme on le voit dans le choix malheureux de John Balliol, sur la forte recommandation d’Édouard I en 1292: il s’ensuivra la Vieille Alliance avec la France, le martyre de W. Wallace et la guerre d’indépendance… Bref, de quoi alimenter le mythe de Calédonia.

Calédonia et John Bull

10L’Écosse, l’Angleterre et l’Irlande partageant le même monarque tout au long du dix-septième siècle, l’antagonisme entre Calédonia et Britannia s’est déplacé, par décision de Jacques VI et I, sur la licorne écossaise et le lion anglais encadrant désormais le blason de cette entité complexe.

11Le dix-huitième siècle, avec l’union des parlements, a ravivé l’esprit de Calédonia au pays de l’Athènes du Nord. À l’occasion de l’interminable guerre de Succession d’Espagne, John Arbuthnot a créé le personnage de John Bull qui devient au fil des générations l’archétype de l’Angleterre. Ses aventures publiées sous le titre de The History of John Bull en 1712 ont fait apparaître un personnage féminin, Peg, qui est une caricature de l’Écosse. Un portrait comparatif est donné au deuxième chapitre de la seconde partie:

John had a sister, a poor girl that had been starved at nurse. […] John looked ruddy and plump, with a pair of cheeks like a trumpeter; Miss looked pale and wan, as if she had the green sickness; […] Miss had only a little oatmeal and water, or a dry crust without butter. […] Miss lodged in a garret exposed to the north wind, which shrivelled her countenance. However, this usage, though it stunted the girl in her growth, gave her a hardy constitution; she had life and spirit in abundance, and knew when she was ill-used. […] Master was indeed too strong for her, but Miss would not yield in the least point; […] (Arbuthnot chapter II)

12Si l’on inverse l’intention de John Arbuthnot, John Bull est un faire-valoir de Peg au lendemain de l’union de l’Angleterre et de l’Écosse. Peg, alias Calédonia, est non pas une rivale mais une associée de cette Britannia qui veut gouverner les mers: « Rule, Britannia; Britannia, rule the waves ».

  • 4 http://www.robertburns.org/works/463.shtml. Consulté le 13 février 2017.
  • 5 Columbia serait la « fille » de Christophe Colomb, découvreur de l’Amérique, mais aussi, par paroph (...)

13C’est une accusation adressée par Robert Burns dans « Ode for General Washington’s Birthday »4, composée en 1794 qui revivifie Calédonia: dans la première strophe, le poète félicite les patriotes des Treize Colonies rassemblés sous le collectif de Columbia5:

No Spartan tube, no Attic shell,
No lyre Aeolian I awake;
‹Tis liberty›s bold note I swell,
Thy harp, Columbia, let me take!

14Dans la deuxième strophe, le poète apostrophe Alfred, le roi saxon (871-899) fondateur du royaume anglais, non pas Britannia — faut-il voir là l’expression du mépris et le refus de considérer que Britannia représente tout le Royaume-Uni de Grande-Bretagne?

  • 6 Suit une parodie de la deuxième strophe de l’hymne national, « God Save the King »: « Dare injured (...)

Alfred! on thy starry throne,
Surrounded by the tuneful choir,
The bards that erst have struck the patriot lyre,
And rous’d the freeborn Briton’s soul of fire,
No more thy England own !6 

15La troisième strophe cible l’Écosse et interpelle son emblème:

Thee, Caledonia, thy wild heaths among,
Famed for martial deed and sacred Song,
To thee I return with swimming eyes;
Where is that soul of Freedom fled?

16Dans ce quatrain initial, Burns associe le concept de Calédonia à celui de la liberté, vraisemblablement inspiré par les rebelles nord-américains et les révolutionnaires français. À nouveau, dans cette troisième partie, le poète parodie l’hymne national britannique, « (Caledonia) Show me that arm which, nerv›d with thundering fate, / Crush›d Usurpation›s boldest daring! », en dénonçant l’usurpateur, celui-là même qui demandait à Dieu de l’exterminer: « O Lord our God arise, /Scatter her enemies, / And make them fall, ». Robert Burns assigne à Calédonia la tâche non pas de détruire l’ennemi de l’Écosse, mais de l’aider à retrouver son « âme de liberté » (Ross introduction).

17En invoquant Columbia, figure allégorique de l’Amérique du nord non britannique, et en l’associant, par simple fait de proximité, à Calédonia, tout en excluant Britannia, Burns construit un panthéon de figures nationales.

18Aux mains des écrivains, le concept de Calédonia est maniable et propre à susciter des émotions s’il est clairement sexué. Walter Scott, dans le chant VI de The Lay of the Last Minstrel (publié en 1805), ancre le concept de Calédonia dans la géographie de la nation, à l’aide de métaphores et d’anaphores, d’oxymores et d’exclamations:

O Caledonia! stern and wild,
Meet nurse for a poetic child!
Land of brown heath and shaggy wood,
Land of the mountain and the flood,
Land of my sires! What mortal hand
Can e’er untie the filial band
That knits me to thy rugged strand?

19Non seulement Calédonia est présentée comme une nourrice, personnage comparable à celui de la mère nourricière, mais encore Scott précise le lien filial qui relie le poète à cette icône.

20On peut alors interroger chacune des héroïnes scottiennes pour chercher non pas une incarnation, terme qui est impropre puisqu’il s’agit de personnages et non pas de personnes, mais un reflet de Calédonia: dans le premier roman, Waverley, on peut l’apercevoir dans le personnage de Flora MacIvor, bien qu’elle ait le double défaut de ne pas être mère et de partir, en fin de récit, dans un couvent. Flora, comme son nom l’indique, englobe toute la flore d’Écosse que le jeune Anglais, Édouard Waverley, ne pourra jamais embrasser.

21Fergus MacIvor dit de sa sœur à Waverley:

[…] you can never know the purity of feeling which combines two orphans, like Flora and me, left alone as it were in the world, and being all in all to each other from our very infancy. But her strong sense of duty, and predominant feeling of loyalty, will give new nerve to her mind after the immediate and acute sensation of this parting has passed away. She will then think of Fergus as of the heroes of our race upon whose deeds she loved to dwell.
Scott 327

22Sous la plume de Scott, Flora a besoin du support d’un héros pour exister: en tant qu’allégorie elle n’est pas androgyne. Il faut donc considérer le couple Fergus – Flora.

23De ce fait, John Bull, le « yeoman » au tempérament fort, devient le faire-valoir nécessaire à Britannia, de même que Burns, dans la troisième strophe de son « Ode for General Washington’s Birthday », interpelle à la fois Calédonia et l’esprit de Wallace. La figure allégorique du pays de Galles est absente, certainement parce que la Principauté s’est fondue dans l’expression « England-and-Wales ». Quant à l’Irlande, arrimée au Royaume-Uni en 1800, elle doit se créer une figure allégorique appropriée: ainsi, forcée par les satiristes à choisir entre Hibernia et Cathleen Ni Houlihan, elle se créera le personnage de (la fille de) Erin, plus en adéquation avec le rôle que le pays veut tenir au sein du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande.

Calédonia et le Panthéon écossais virtuel

  • 7 Référence à Invictus, récit documentaire sur le tandem victorieux formé par le nouveau président Ne (...)

24Il serait audacieux de confronter Calédonia à Marianne, car on peut se demander dans quelle mesure Marianne est devenue une faiseuse d’allégories: elle est née de la fusion de la représentation de la liberté avec celle de la raison, ce jour de septembre 1792 où la convention nationale a décrété qu’elle serait la personnification de la nation française. Représentée debout, coiffée d’un bonnet phrygien et tenant une lance (vite remplacée par le drapeau) à la main, Marianne, est l’allégorie de la République française qui représente la liberté, la raison et la nation. La symbolique du bonnet phrygien représentant la liberté par analogie avec la coiffe des esclaves affranchis de l’Empire romain a inspiré peu d’artistes britanniques; la plupart ont préféré le casque de général, à l’instar de la « Britannia magna » du dix-huitième siècle, véritable « Mater invicta »7.

  • 8 http://images.google.fr/imgres?imgurl=https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/14/Cal (...)

25Bien que présente dans divers textes, Calédonia8 n’est pas l’objet d’un tableau avant 1898, réalisé par William Hole. Contrairement à Britannia, Calédonia est assise dans l’embrasure d’une fenêtre d’un château. Elle est habillée comme un général romain, avec un casque ceint de feuilles de chêne, mais elle a posé, à sa droite, son écu arborant le lion rampant des rois d’Écosse et, à sa gauche, son épée — cette image de Calédonia est l’inverse de celle de Britannia qui, habituellement, tient son arme de la main droite et son bouclier de la main gauche. Elle tient dans sa main gauche un livre tandis que sa main droite repousse le rideau pour laisser voir la nuit étoilée. Cette Calédonia sait se défendre mais elle préfère la beauté du monde et la culture. C’est une rebelle à l’ordre imposé, une rebelle à la « Pax britannica »: elle préfère la science et les arts.

  • 9 https://punch.photoshelter.com/image/I0000ykvCiM0u1W4

26La vision que donne l’artiste, William Hole, est probablement influencée par les caricatures de Erin,9 plus que de Cathleen Ni Houlihan qui courbe l’échine. C’est une femme belle qui préfère raisonner plutôt que de prendre les armes, à l’image de ses députés négociant l’autonomie de l’Irlande. Les sculptures de Hibernia martiale n’apparaissent qu’avec la guerre d’indépendance, après la Première Guerre mondiale: on peut voir la sculpture au bout de O’Connell Street, devant la Liffey, où Hibernia symbolise la libération du peuple irlandais. Cependant, la statue de Hibernia qui domine la façade de la Poste Centrale de Dublin est une parodie de Britannia, car elle porte un casque de général romain, elle tient une lance dans la main droite mais, dans la main gauche, le bouclier est devenu une harpe.

27À la fin du dix-neuvième siècle, la Renaissance irlandaise aidant, Hibernia et Calédonia sont des parodies manifestes de Britannia. Mais quel statut peut-on accorder à Calédonia? Calédonia est-elle un emblème, en ce sens qu’elle symbolise une qualité ou une chose abstraite? Se place-t-elle au rang du chardon que la reine Marie Stewart a installé sur le sceau de l’Écosse, du lion que l’on doit à Guillaume I surnommé « le lion » bien que rétrogradé par Jacques VI et I, et de la licorne, jadis symbole des amours pures et chevaleresques ainsi que de la noblesse et du courage, mais depuis l’avènement du presbytérianisme, emblème de la démocratie et aujourd’hui de la nation écossaise tout entière?

  • 10 http://www.danceswithferrets.org/giles/ind41_50.htm
  • 11 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dame_Wales.jpg
  • 12 https://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&ved=2ahUKEwj-hdL7uJXfAhUMz4UKHbDAC (...)

28Le lion et la licorne sont toujours présents aujourd’hui, même s’ils ont changé de valeurs au fil des générations. Mais les temps sont à l’impertinence et aux détournements: Calédonia est-elle toujours un reflet de la figure maternelle nationale? Si l’Angleterre a célébré pendant plusieurs générations la Grand’mère10 de la famille du caricaturiste Giles, si le pays de Galles a choyé le personnage de Dame Wales,11 alias Mam Cymru, alias Cambria, croqué par Joseph Staniforth, quel rôle faut-il conférer à la joviale Maw Broon ?12 A-t-elle supplanté, le temps d’une génération, la Calédonia de Hole? Maw Broon, alias Mère Écosse, est la mère des huit enfants Broon. Elle est formidable au premier sens du terme, et passe pour le parangon des mères de famille d’Écosse. Ce personnage de bandes dessinées peut se lire comme une parodie de la Calédonia de W. Hole, remplaçant l’épée par une cuillère dans la main gauche et le bouclier par un plat (de porridge?) dans le bras droit replié. Il reste que dans la famille des Iles britanniques, Hibernia ou Erin (ou la fille d’Erin) sort du panthéon britannique en même temps que l’Irlande acquiert son indépendance. Le personnage de Calédonia ne cesse d’évoluer dans l’histoire des Iles britanniques. Si Britannia a un référent historique, celui de Boudicca, même s’il a été dévoyé par les caricatures, comme celles de Ronald Searle à propos de la Guerre d’Irak lancée en 2002, peut-on dire que Calédonia est la personnification de référents nationaux?

29Walter Scott a créé nombre d’héroïnes, telles que Flora MacIvor (Waverley) ou Helen MacGregor (Rob Roy) propres à stimuler l’imagination. La jeune fille que James Guthrie a peinte debout au milieu du jardin potager un couteau dans la main droite et un chou dans la main gauche, dans A Hind’s Daughter (1883), est-elle plus ou moins populaire que Flora Macdonald qui a protégé la fuite de Bonnie Prince Charlie? La Mrs Scott que Iain Crichton Smith place au centre de son roman historique, Consider the Lilies (1968), est-elle trop acariâtre puisqu’elle a fait fuir d’abord son mari puis son fils avant d’être exilée, non sans avoir pris conscience de ses défauts? Douglas Gifford, dans « From Modern to Contemporary in Scottish Fiction » dit de l’héroïne de Crichton Smith:

The evocation of Highland Clearance is stark; but the real concern is with the ‘internal clearances’ by a repressive Church of charity, love and creativity. Mrs Scott becomes representative of all who suffer Scottish religious authoritarianism, but she is also [Crichton] Smith’s own stern and pious mother […] (Gifford 244)

30La liste est longue des héroïnes écossaises qui ont acquis reconnaissance et respect dans le pays et en dehors de l’Écosse, à l’instar de Mary Slessor (1848-1915), missionnaire en Afrique noire. L’image de Calédonia est réfractée dans une multitude de femmes, telle Màiri Mhòr nan Oran (M. MacPherson 1821-98) la poétesse et interprète de Skye, parce qu’elle est le peuple et l’expression de la démocratie.

31Le personnage emblématique qu’a peint William Hole serait aussi incongru que le Dragon de la Porte d’Ishtar s’il n’était placé dans un contexte avec la référence manifeste de Britannia. À l’évidence, Calédonia est un collage modifiable ad libitum de caractéristiques subjectives sur une base définie.

Calédonia, image composite

  • 13 Camille Manfredi écrit à propos des personnages féminins de Gray: « C’est pourtant d’abord le corps (...)

32On peut s’autoriser à considérer la reine Marie comme un support parce que ce personnage historique ne cesse de susciter de l’intérêt depuis plus de quatre siècles, sans pour autant faire l’unanimité. Marie Stewart (alias Stuart pour les Anglais) aurait pour elle d’avoir été reine d’Écosse depuis sa petite enfance; d’avoir résisté à la cour brutale initiée par Henry VIII; d’avoir épousé François II et d’être devenue reine de France de 1559 à 1560; d’être revenue en Écosse pour assumer sa charge; d’avoir été l’objet d’innombrables trahisons; de s’être fourvoyée dans son mariage avec Darnley; d’avoir souffert l’emprisonnement; d’avoir été aveuglée par l’ambition de devenir reine d’Angleterre; d’être morte en martyre à Fotheringay — ce qui la rapproche de William Wallace, ce résistant trahi et livré à l’ennemi: plus qu’une figure christique, la reine Marie est un territoire outragé13. Mais qu’est-ce qui permet d’en faire l’homologue de Boudicca, cette résistante qui a refusé d’être livrée à l’ennemi, ou bien de chercher un parallèle entre Marie Stewart et Jeanne d’Arc? Est-ce parce que son procès était illégal, ou parce qu’elle devient, après la lecture de l’imposant travail de l’historienne Alison Weir, le cas générique de culpabilité non prouvée?

33Après toutes ces interrogations, Calédonia nous apparaît comme une image composite d’héroïnes accompagnées de héros. Mais quelles attributions reconnaître à Calédonia? La virago, la geignarde, la victime, l’indépendante, la dominatrice, la cailleach? En fait, si les artistes lui prêtent les traits d’une femme, Calédonia demeure un concept: David Ross devient très émotionnel en terminant l’introduction de A Passion for Scotland. Ce qui serait un morceau de bravoure mièvre comme un cliché éculé résume l’attitude que devrait avoir l’Écossais moyen, autre cliché:

The rolling Border country of the Tweed. The view from the mountain tops of the Highlands. The windswept shores of the Hebrides. The very different attitudes of the peoples of her various cities. The yearning still exists. Oh Caledonia. We are your sons and daughters. And we will again be free. (Ross 13)

  • 14 Manfredi rappelait, page 118: « Bella est un objet baroque […], ayant été ramené à la vie après son (...)

34Ce regard plein de tendresse filiale n’est pas celui de Alasdair Gray ainsi que le précise Camille Manfredi: « Contre le point de vue patriarcal qui exalte la figure féminine conquérante, la femme est dans un premier temps chez Gray métaphorisée comme une terre conquise, sorte d’Alba prostituée ou violée par la puissance mâle à laquelle elle s’est soumise. » (Manfredi 13) Gray a créé des avatars de Calédonia, notamment celui de Bella Baxter, dans Poor Things. Ce personnage de Bella Baxter, indissociable de son mari Archibald McCandless, offre des aspects aussi énigmatiques que le Robert Wringhim des Confessions et mémoires privés d’un pécheur justifié de James Hogg. « […] les traces déposées sur le corps féminin [contribuent] à allégoriser la nation écossaise en une femme tourmentée à la fois dans sa chair et dans son être » (Gray 1993 107), confirme Camille Manfredi. Bella Baxter a inspiré le titre de Bella Caledonia: Woman, Nation, Text de K. Stirling: cette Bella Baxter rebaptisée Bella Caledonia — « créature totalisante réalisant le fantasme de résurrection (chez Gray) » (Manfredi 119)14 — est le reflet des angoisses post-dévolutionnaires quant au concept de nation et de son corollaire, l’identité.

35La fiction permet de transformer Calédonia en opérateur de mise en abyme, telle une pierre dressée qui reçoit et renvoie des fantasmes qui nécessitent, plus qu’ils ne suscitent, des interprétations.

36Calédonia est aussi le titre d’une pièce de théâtre historique de Alistair Beaton: Caledonia. Dans la préface de l’auteur, page 5, on lit: « Caledonia is a story of greed, folly and mass delusion ». La pièce, en deux actes, relate l’aventure catastrophique du projet d’établissement d’une colonie écossaise à l’isthme de Darien. Calédonia est le nom d’un des navires construits pour l’occasion (57-58) et sur lequel embarquent les responsables de l’équipée. À l’arrivée, Paterson fait une série de déclarations:

[…] And we do name the city which we here shall build New Edinburgh.
Cheering.
And we do name the fort which we shall here build Fort St Andrew.
Cheering.
And for the honour and the Memory of the most ancient and renowned name of our Mother Kingdom, we do and will henceforth call this country of Darien by the name of Caledonia.
Cheering.
And ourselves and our successors, by the name of Caledonians!
Prolonged cheering. (79)

37Le personnage de Paterson, qui était à l’origine du projet de la colonie de Darien, transfère le nom de Calédonia sur cette nouvelle terre, à l’instar des Pères Pèlerins arrivant sur la Terre Promise… Pour les financiers, cette aventure doit générer des bénéfices substantiels et le nom attribué est dénué des valeurs ancestrales dont il pouvait se targuer sur son territoire d’origine.

38Au colon venu exprimer ses doutes sur la réussite de l’entreprise, Paterson réplique: « The truth of your faith in Caledonia. » (99) Ces paroles, dont je ne retiens pas l’ironie puisque l’aventure est un fiasco, associent la foi — religion et spiritualité — à Calédonia. En revanche, l’histoire permet à la fiction de relativiser l’impact de l’échec sur le nom de Calédonia: « The Caledonia. The only ship to return to Scotland. » (105)

39Alistair Beaton a transformé ce qui était un échec, voire une tragédie eu égard au nombre de victimes, en tragi-comédie où se mêlent ironie et dénonciation de la folie de l’expansionnisme capitaliste: la pièce se classe dans le genre des « ceilidh plays » puisque l’on compte 23 chansons, dont ‘Oh Caledonia’ (chanson 17, 87):

Oh Caledonia
Your glory we proclaim
Soon all mankind
Will recognise thy fame
An end to poverty
An end to shame
Dear Caledonia
We praise thy name.

40Sortie de son contexte, cette chanson peut décrire la situation politique, économique, ou sociologique de l’Écosse, à condition de bien accentuer le « soon » du troisième vers.

41En rapprochant cette brève chanson du refrain de « Caledonia » de Dougie MacLean (écrite par Jim Mac Lean en 1983),

Let me tell you that I love you and I think about you all the time
Caledonia you’re calling me and now I’m going home
But if I should become a stranger you know that it would make me more than sad Caledonia’s been everything I’ve ever had.

  • 15 Alba pour alma: alma veut dire nourricière, albus, fém. alba, signifie blanc, comme le blanc de la (...)

42on conjuguerait la foi au sentimentalisme, et pour peu que l’on ajoute une licorne et un chardon, et que l’on ose un jeu de mots latin, la quatrième langue d’Écosse, Alba mater,15 on retrouverait les éléments essentiels à la composition d’un hymne national.

43En conclusion, la mondialisation, fruit du commercialisme, n’inhibe pas le besoin des nations à se placer sous l’égide d’une figure nationale protectrice: les remontrances de la Dame Scotia de The Complaynt of Scotlande sont écoutées; c’est la goélette Caledonia qui tente de sauver les survivants de la mésaventure de Darien en 1699... Calédonia est une représentation fantasmagorique de la liberté et de l’indépendance d’esprit nécessairement farouche. Le caractère épicène du concept de « l’âme de la liberté » selon Burns est plus efficacement exposé sous les traits d’une femme de caractère. Une femme qui ne fuit pas la nation et qui accueille le principe masculin du héros: à côté de chaque Marie Stewart on devine un William Wallace. Calédonia se distingue clairement de Britannia et d’Hibernia; Dame Scotia ne peut se confondre avec Dame Wales; Maw Broon est le contraire de la Grand’mère de Giles sans être incompatible avec Mam Cymru; Calédonia est concordante avec (la fille de) Erin. Calédonia, alias Alba, alias Scotia est un phénix insaisissable qui nous laisse devant une aporie — Calédonia crée-t-elle l’Écosse ou l’Écosse crée-t-elle Calédonia? — dont on peut se dégager en parodiant Alasdair Gray qui dit que « la littérature est la mémoire de l’histoire, non pas au sens des livres d’histoire seulement, mais à celui de la réalité du passé dans les œuvres d’art qui ont perduré » (Gray 2010 34): Calédonia est la mémoire de l’histoire de l’Écosse dont elle se nourrit.

Bibliographie

Bibliographie

Arbuthnot, John, The History of John Bull. Consulté le 13 février 2017 à http://www.gutenberg.org/files/2643/2643-h/2643-h.htm#link2HCH0019 (CHAPTER II. The Character of John Bull’s Sister Peg, with the Quarrels that happened between Master and Miss in their Childhood.)

Beaton, Alistair, Caledonia, in Trish Reid (ed.), Contemporary Scottish Plays, London, New York: Bloomsbury Methuen Drama, 2014, 1-113.

Ewan, Elizabeth, Sue Innes, Rose Pipes and Siân Reynolds (eds), The Biographical Dictionary of Scottish Women. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2004.

Gifford, Douglas, “From Modern to Contemporary in Scottish Fiction” in Brown, Ian, Thomas Clancy, Susan Manning, Murray Pittock (eds), The Edinburgh History of Scottish Literature, Edinburgh University Press, 2006.

Gray, Alasdair, Poor Things: Episodes from the Early Life of Archibald McCandless M.D., Scottish Public Health Officer. London: Penguin, 1993 (1992).

Gray, Alasdair, La Littérature ou le refus de l’amnésie / Literature against Amnesia, Avignon: Editions universitaires d’Avignon, 2010. Entretien et traduction Marie-Odile Pittin-Hedon.

Lynch, Michael, “A Nation Born Again? Scottish identity in the sixteenth and seventeenth centuries”, in D. Brown (ed.), Image and Identity: The Making and Remaking of Scotland through the Ages, Edinburgh: John Donald, 1998.

McClintock, Anne, Dangerous Liaisons, Gender, Nation, & Postcolonial Perspectives, Minneapolis: University of Minnesota Press, 1997.

Manfredi, Camille, Alasdair Gray, le faiseur d’Écosse, Rennes: PUR, 2012.

Ross, David R., A Passion for Scotland, Edinburgh: Luath, 2002.

Scott, Walter, Waverley, Oxford: Oxford World’s Classics, OUP, 1986.

Stirling, Kirsten, Bella Caledonia: Woman, Nation, Text, Amsterdam: Rodopi, 2008.

Weir, Alison, Mary Queen of Scots & the Murder of Lord Darnley, Londres: Pimlico, 2004 (2003).

Zumkhawala-Cook, Richard, Scotland as we know it, Representation of National Identity in Literature, Jefferson, North Carolina, and London: McFarland & Company, Inc, 2008.

Notes

1 « Quhou the affligit lady, dame scotia reprochit hyr thre sonnis, callit the thre estaitis of scotland. » Wedderburn’s The Complaynt of Scotlande, Site: complaynt0388.txt, consulté le 5 octobre 2016. Le texte est en capitale d’imprimerie. Il n’est pas paginé. La traduction française est de Jean Berton.

2 « O ignorant abusit ande dissaitful pepil, gone by the path vaye of verteouse knaulage, beand of ane effemenet courage, degradit fra honour, ande degenerit fra the nobilite, of zour foir fadirs & predecessours. […] »

3 Dictionary of the Gaelic Language, the Highland Society of Scotland, W. Blackwood, Edinburgh & T. Cadell, London, 1828.

4 http://www.robertburns.org/works/463.shtml. Consulté le 13 février 2017.

5 Columbia serait la « fille » de Christophe Colomb, découvreur de l’Amérique, mais aussi, par parophonie, la « colombe » qui aurait rapporté à Noé la branche d’olivier (Genèse VIII, 6-12); l’arche de Noé est une métaphore du Mayflower.

6 Suit une parodie de la deuxième strophe de l’hymne national, « God Save the King »: « Dare injured nations form the great design, / To make detested tyrants bleed? »

7 Référence à Invictus, récit documentaire sur le tandem victorieux formé par le nouveau président Nelson Mandela et le sportif sud-africain, François Pinaar, réalisé par le cinéaste Clint Eastwood. Le scénario est basé sur le récit de John Carlin, Playing the Enemy: Nelson Mandela and the Game That Made a Nation. Le sport, comme les arts, associé à la politique peut contribuer à re/fonder une nation, après la calamité de l’apartheid comme après celle de la « colonisation » dont a souffert l’Écosse, selon les nationalistes.

8 http://images.google.fr/imgres?imgurl=https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/14/Caledonia_by_Wm_Hole.JPG/220px-Caledonia_by_Wm_Hole.JPG&imgrefurl=https://en.wikipedia.org/wiki/Caledonia&h=242&w=220&tbnid=u_kyjSuf66dITM:&vet=1&tbnh=90&tbnw=82&docid=gnJmkjI7sYxmVM&usg=__Jg_LXwk4AVZwLWxkM1K4EuVFaE4=&sa=X&ved=0ahUKEwjS0OfzmZ_QAhVEuhQKHX30D3EQ9QEIIDAA

9 https://punch.photoshelter.com/image/I0000ykvCiM0u1W4

10 http://www.danceswithferrets.org/giles/ind41_50.htm

11 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dame_Wales.jpg

12 https://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&ved=2ahUKEwj-hdL7uJXfAhUMz4UKHbDAC5wQjRx6BAgBEAU&url=https%3A%2F%2Ftwitter.com%2Fmawbroons&psig=AOvVaw1yQMhaxFeouCarYPpv0ppr&ust=1544537533863490

13 Camille Manfredi écrit à propos des personnages féminins de Gray: « C’est pourtant d’abord le corps féminin qui devient territoire et définit la carte d’une femme violée. Ce corps qui fait dès lors office de palimpseste porte les traces des blessures laissées par le contact avec la puissance impérialiste et concrétise un parasitisme colonial qu’il est bien difficile semble-t-il de dire autrement. » (Manfredi 94)

14 Manfredi rappelait, page 118: « Bella est un objet baroque […], ayant été ramené à la vie après son suicide par noyade et s’étant vu greffer le cerveau de l’enfant qu’elle portait à sa mort. Elle est tout à la fois l’ancien et le nouveau, la fin et le (re) commencement, l’un et le multiple ». Bella est un personnage de mythologie, comme Calédonia…

15 Alba pour alma: alma veut dire nourricière, albus, fém. alba, signifie blanc, comme le blanc de la neige qui recouvre les montagnes d’Écosse. Alba a d’abord été une métaphore pour l’Écosse (voir dans les pièces de Shakespeare les personnages de Albyn, tel que le duc d’Albany dans Le Roi Lear) avant d’être confisqué pour décrire la Grande-Bretagne, Albion.

Notes de fin

* L’accent aigu placé sur Calédonia vise à délatiniser plus qu’à franciser le nom. Dans cette étude, nous garderons les noms Britannia, Hibernia, et Calédonia afin d’éviter les confusions: l’accent sur Calédonia marque simplement l’adaptation de la graphie à la prononciation. Franciser le nom en ‘Calédonie’ aujourd’hui ferait référence à un terme qui n’est plus usité — il n’est pas utile d’inclure le nom de ‘Nouvelle Calédonie’ dans la réflexion.

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, il privilégie l’exploration des aspects de l’Écosse dans une approche interdisciplinaire: littérature, civilisation, les arts et les langues. Si le multilinguisme revendiqué de l’Écosse requiert la re/connaissance des langues nationales, l’intersémioticité invite à l’étude des différents langages qui sous-tendent la richesse culturelle de l’Écosse. Ouvrir à la recherche des voies peu fréquentées, telles que celles de la littérature de la Haute-Écosse et de la littérature policière (romans et pièces dramatiques), pour qu’elles soient exposées, explorées et exploitées, est une démarche délibérément ostensible dans son récent Dictionnaire insolite de l’Écosse.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search